Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Troisième partie. L’argent

État et mutations de la possession du sol dans le bassin salicole guérandais : l’exemple des salines de la seigneurie de Campsillon sur la paroisse de Batz vers 1495

Alain Gallicé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Jean Kerhervé, « Paysage urbain et société à Saint-Vincent de Nantes aux xve et xvie siècles, d’ap (...)
  • 2 J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent, et les hommes, Paris, 1987  (...)
  • 3 Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 160. Pour replacer le document dans son contexte et sur l’ensembl (...)

1Jean Kerhervé a montré tout l’apport que pouvait présenter l’étude d’un rôle de « taillée1 », et les références au sel, en particulier dans sa thèse, sont très nombreuses2. Nous proposons l’examen d’un document unique en son genre pour le pays guérandais. Rédigé vers 1495, il est intitulé « Le pourvoay des terres et heritages tant sallines, vingnes, terres ouvrables et aultres terres frostes au fé et seigneurie de Campsillon en la paroese de Batz3 ». Toutefois, il ne recense en réalité qu’une partie des salines relevant de la seigneurie de Campsillon en cette paroisse.

Présentation du document

  • 4 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 1472.
  • 5 2 d. ob., ibid., B 1484, 24 février 1424, et 12 février 1437 ; mais 3 d. maille, à « la coustume d (...)

2Ce document, original sur papier, comprend 194 articles. Dans chacun d’eux, chaque saline est désignée par son nom, et figure l’identité de celui, de celle ou de ceux qui détient ou détiennent des œillets de salines (unité d’exploitation), le nombre d’œillets possédés et, sauf exception, leur superficie exprimée en aires et parfois en braces (unités de superficie), base d’une imposition s’élevant le plus souvent à 2 d. par aire dont le montant est calculé et exprimé tant en chiffres qu’en lettres. Cette valeur de rente est ancienne, antérieure à 13974. Elle doit remonter à la création des salines nommées et elle est à rapprocher de celle que l’on constate dans le domaine ducal5.

  • 6 Dom Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bre (...)

3Dans un cas, à propos de la saline Lenic-Marec, il n’est pas donné de mesure puisqu’il « n’a esté trové ancieil pouvroay ». Faut-il songer à une perte du document ou envisager que la création de la saline est intervenue plus récemment et a été soumise à un autre régime fiscal ? La seconde hypothèse peut être retenue : le toponyme Marec, chevalier en français, paraît renvoyer au seigneur de Trévecar qui est le seul possessionné en cette saline et qui pourrait en être le maître d’ouvrage. Cette dignité nobiliaire, associée à ce seigneur, est mentionnée lors du serment passé, le 10 avril 1381, à Guérande à la suite du second traité de Guérande juré et ratifié le 4 avril 13816.

4D’autre part, le montant de la taxe à acquitter ne correspond pas toujours à ce que l’on obtient en multipliant le nombre d’aires par 2 d. Faut-il y voir le résultat d’erreurs d’enregistrement ? Ou penser que la surface a évolué ? On ne peut aussi écarter la variation de la valeur de la rente avec le temps et l’aménagement du bassin salicole, à l’image de ce l’on constate dans le domaine ducal.

5Souvent s’y ajoute l’indication de celui ou de ceux qui « souloit » ou « souloint tenir » le bien et, parfois, des éléments expliquant les raisons de la mutation de propriété. Le document n’informe donc que sur les possesseurs de salines, et non sur les exploitants, même s’il est probable que certains d’entre eux sont des teneurs-exploitants. Il n’y figure pourtant qu’un nom avéré d’exploitant, celui d’Yvon Chollet, « paluyer » des 33 œillets de la saline Lenic-Marec aux mains du seigneur de Trévecar.

  • 7 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 1442.
  • 8 Ibid., B 1447.

6Par sa nature et sa composition, le « pourvoay » évoque les documents utilisés par les receveurs pour la levée des rentes ou encore ceux remis par l’administration seigneuriale afin d’effectuer la levée des « rachats ». Il est sans doute rédigé à l’occasion de la succession de François de Bourbon, décédé le 14 octobre 1495. Il est peut-être un des documents destinés à être remis au receveur ducal afin d’établir le « minu de rachat » et d’effectuer la levée des rentes. Il s’appuie sur des documents plus anciens qui n’ont pas été actualisés comme le montre la mention de Michel Le Pennec décédé le 7 juillet 14957 ; ou encore l’indication du nom de Nicolas Bihan, alors que ce sont les héritiers de Nicolas Bihan qui sont mentionnés le 19 mars 14938.

7Si, par sa nature, le document n’est en rien original, il est exceptionnel pour le pays guérandais puisqu’il est, pour cette époque, le seul connu de ce type relatif au bassin salicole de Batz.

Le domaine salicole de la seigneurie de Campsillon à Batz

823 salines sont recensées dans le « pourvoay ». Une d’entre elles, la saline Lenic-Calleon, ne donne pas lieu à une énumération. Ce sont donc 22 salines qu’il faut prendre en compte. Elles totalisent 739 œillets comprenant plus de 2 340 aires – l’imprécision de ce dernier chiffre tenant au fait que nous ignorons la superficie de la saline Lenic-Marec et de 13 œillets de la saline Codz-la-Grande. Elles sont soumises à un prélèvement qui, calculé à partir des sommes indiquées par le document, s’établit à 19 l. 18 s. 3 d. et un sixième de denier.

  • 9 Ibid., B 1472.
  • 10 Ibid., 2 E 1250, f° 81-82 v°.
  • 11 Ibid., B 777.
  • 12 Ibid., B 1472.
  • 13 Autre exemple : G. Buron, « La gestion du temporel des chartreux d’Auray dans les marais de Guéran (...)

9Cette étendue est à rapprocher d’autres déclarations de 1397 et 14159 où il est mentionné à Batz 1 894 aires de salines sur lesquelles est levée une taxe de 2 d. par aire. La comparaison conduit à envisager une extension du bassin salicole qui porterait sur 446 aires, auxquelles il convient d’ajouter la superficie des 46 œillets pour lesquels nous n’avons pas d’indication d’étendue, soit un gain, si l’on veut donner un ordre de grandeur en œillets, qui pourrait être d’environ 165 œillets. Cette extension est envisageable dans la seconde moitié du xve siècle. Elle s’inscrit dans un contexte de reprise du territoire salicole après une phase de déprise, caractéristique de la seconde moitié du xive siècle, en rapport avec la crise générale qui affecte l’Occident et les troubles liés à la guerre de Succession de Bretagne (1341-1364). Mais, il se pourrait encore que l’on ait affaire à une extension du bassin salicole trouvant place dans la « baulle » mentionnée en 1397 près de la saline Canlene. La saline Lenic-Marec, si l’on retient l’idée qu’elle est de création récente, trouvant place dans ce contexte. Le fait que le 29 février 1465 les salines Codz et Pezdron soient signalées sans qu’il soit spécifié si l’on a affaire aux salines Codz-la-Grande ou Codz-Petite, d’une part, ou Pezdron-la-Grande ou Pezdron-la-Petite, d’autre part, pourrait être un indice supplémentaire étayant cette seconde hypothèse10. Ajoutons que le 7 août 1475, dans l’aveu rendu par le prieur de Batz, il n’est pas non plus donné de qualificatif à la saline Codz, ni à la saline Pezdron, alors que le prieur déclare posséder dans cette dernière 7 œillets11, c’est-à-dire 2 de plus que dans le « pourvoay ». D’autres indices de transformation et de son caractère récent pourraient être trouvés dans la comparaison du « pourvoay » et du contenu de la déclaration des biens de la seigneurie de Campsillon du 1er juillet 1479. Dans cette dernière se lit une série de noms de personnes contribuant à une rente d’un montant de 17 l. levée sur le territoire de la paroisse de Batz12, qui se retrouvent dans le « pourvoay » mais pour une somme supérieure. Cet accroissement pourrait correspondre à un réaménagement et une extension de l’espace cultivé13.

  • 14 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1250, f° 81-82 v°.

10Au-delà de ces évolutions d’ensemble, d’autres changements de détail sont perceptibles. La déclaration du 29 février 1465, concernant les possessions du seigneur de Brantonnet, retient pour les 4 œillets possédés en la saline Codz une superficie de 12 aires et demie14, alors que le « pourvoay » enregistre 12 aires deux tiers, ce qui traduit un léger accroissement. À l’inverse, en la saline Scanne, les 4 œillets déclarés voient leur superficie passer de 15 aires à 12, alors que celle des autres 15 œillets, encore mentionnés, restent stables. D’autre part, en marge du document pour l’article concernant la saline Lenic-Sillio et ses 24 œillets, il est écrit que le « pourvoay » du 26 avril 1535 en dénombre 25. Ce sont là autant de témoignages attestant d’un parcellaire non figé.

  • 15 Ibid., 2 E 1250, f° 131 v°-132 v°.

11À partir des chiffres donnés par le document, nous pouvons établir des moyennes : 33,5 œillets par saline, et un peu plus de 3 aires par œillet. Cependant, ces chiffres moyens ne signifient que peu de choses tant la diversité est grande. Le nombre d’œillets par saline s’échelonne de 7 à 110 ; 4 salines ont moins de 19 œillets, 13 entre 20 et 49, 4 entre 50 et 61, et une comporte 110 œillets. Il serait aussi hasardeux de conclure à partir de cette seule source d’information sur la taille des salines. Des œillets de ces salines peuvent être tenus du seigneur de Campsillon sous un autre mode juridique : ainsi, le 7 avril 1456, en la saline Caulmoch, le seigneur de Ville-James déclare-t-il détenir 12 œillets à foi, hommage et rachat15. On peut également envisager des œillets d’une même saline relevant d’un autre seigneur voire d’autres seigneurs. Seule une étude diachronique pourrait se prononcer sur l’étendue réelle de ces salines.

12Une autre approche de cette diversité concerne les superficies. On peut l’appréhender en prenant en compte les déclarations ne portant que sur un œillet. On relève les valeurs comprises entre 2 et 5 ⅓ aires par œillet, la moyenne étant de 3,7.

La propriété utile

13Le document renseigne surtout sur la propriété foncière. Si la propriété éminente appartient au seigneur, le paiement de la rente et/ou l’inscription au « pourvoay » en étant le signe, la propriété utile peut appartenir à une personne, à un groupe de personnes ou encore à une institution. Le dénombrement de ces propriétaires n’est pas exempt d’incertitude tant il est parfois délicat d’interpréter certaines formules. On peut s’interroger sur diverses occurrences telles celles de Marc Le Rouxeau, la femme Marc Le Rouxeau, la veuve Marc Le Rouxeau, et encore Yvon Ylisploeffet les héritiers Yvon Ylisploeff: a-t-on affaire à une ou des personnes homonymes ? Geffroy Le Bourléon, qui est cité, paraît à cette date avoir disparu. Pour les chapelains, en l’absence d’indication explicite renvoyant à la chapellenie qu’ils desservent, nous avons considéré que les biens détenus étaient personnels. Compte tenu de ces réserves, en ne prenant en compte dans un premier temps que les occurrences de possédants sans faire de regroupement entre les possessions détenues dans diverses salines, sur un total de 157 occurrences, 103 indiquent une propriété individuelle, 38 un groupe de personnes et 16 une propriété institutionnelle.

  • 16 Ce groupe peut être composé d’un homme et de son épouse (21 occurrences), d’un frère (ou des frère (...)

14La propriété individuelle est dominante : elle correspond aux deux tiers des possédants (65,6 %). La propriété institutionnelle, limitée (10,1 %), est ecclésiastique ; elle correspond au prieuré de Batz, à la fabrique de la paroisse de Batz et au patrimoine de diverses chapellenies. La propriété rapportée à un groupe de personnes correspond à des situations variées16.

15Ce premier dénombrement fait apparaître un formidable émiettement de la propriété : 157 possédants sont mentionnés, soit en moyenne 7,1 par saline. Ils se partagent 739 œillets de salines, soit une moyenne de 4,7 œillets par possédant. Cependant, cette réalité est plus ou moins présente selon les salines :

16Quatre salines apparaissent être des cas particuliers en ne présentant qu’un seul possédant : Néziar, Lenic-Boulet, Lenic-Sillio, Lenic-Marec, ces deux dernières étant les plus étendues. D’autres salines offrent des valeurs inférieures à la moyenne du nombre de possédants : Codz-Bihan, Lenic-Gleuio, Sehanne-la-Grande, Trégondenne, et dans celles-ci le nombre moyen d’œillets possédés est supérieur à la moyenne, alors que pour les salines du Maignec, Lenic-au-Pennec, Lenic-Chaffoere, Sehanne-Petite, en raison du nombre limité d’œillets, la possession moyenne de chaque propriétaire est inférieure à la moyenne. Concernant les autres salines, le nombre des possédants se place au-dessus de la moyenne (Caulzmoch, Codz-la-Grande, Diarhen, Pezdron-la-Grande, Pezdron-la-Petite, Scanne) et pour certaines d’entre elles le nombre d’œillets est inférieur à la moyenne établie ; pour celles-ci la dispersion est donc maximale, c’est le cas des salines Neuffve, Lenic-Cangrec, Myrotrouc, Tauveau.

Les possédants, les groupes de gestion ou d’exploitation et leur appartenance sociale

  • 17 Nous avons considéré qu’Éon Rio et dom Éon Rio ne sont pas une même personne, mais que Hervé Job e (...)

17Certains possédants le sont dans plusieurs salines. Mais dresser leur liste ne va pas sans quelques interrogations17. Plus de 114 occurrences peuvent être établies puisque dans cinq d’entre elles figure la mention les enfants de… Elles se partagent 739 œillets et la possession moyenne est inférieure à 6,5 œillets.

18Une autre lecture peut être faite. Si le statut juridique conduit à distinguer la part du mari et de la femme et dans une succession celle des enfants, dans le cadre de la famille l’exploitation est commune. Cela conduit à des regroupements familiaux et à distinguer des unités de gestion ou d’exploitation qui sont des réponses à un émiettement préjudiciable à la rentabilité de l’exploitation du bien. L’appréciation, là encore, se heurte à des difficultés. En tenant compte de ces réserves, 86 occurrences peuvent être distinguées. La moyenne des possessions s’établit à 8,5 œillets, mais celle-ci n’est pas indicative tant la propriété est éclatée, l’éventail de répartition allant de 1 à 59 œillets :

19Du point de vue du nombre d’unités d’exploitation ou de gestion, trois groupes d’importance décroissante peuvent être distingués : un groupe de petites unités disposant de moins de 5 œillets regroupant 45 % de celles-ci ; un autre de moyennes, de 5 à 14 œillets, 39 % ; un dernier de grandes, 15 %. Du point de vue de la quantité d’œillets, le classement est inverse : les petites unités en contrôlent 12,7 % ; les moyennes 38,8 % et les grandes 48 %. Ainsi, les petites et moyennes unités sont-elles largement dominantes (84 %). Mais si les grandes unités sont en nombre peu représentées (15 %), leur poids économique est important puisque ce groupe détient près de la moitié du patrimoine salicole (48 %).

20Cet éclatement s’accompagne d’une dispersion spatiale : si 56 unités d’exploitation ou de gestion sont possessionnées en une seule saline, 30 le sont en plusieurs (14 le sont en 2, 8 en 3, 4 en 4, 2 en 5, 1 en 6 et 1 en 7). D’autre part, à l’intérieur d’une même saline, la possession peut être fragmentée (21 cas) en 2 voire 4 endroits de la saline.

21L’étude de la répartition sociale de ceux qui disposent des unités d’exploitation ou de gestion n’est pas exempte de difficultés. Certaines personnes sont difficiles à classer du fait des homonymies et du défaut d’information. En tenant compte de ces réserves, on peut proposer la répartition suivante.

  • 18 À ceux désignés par la mention de dom, nous avons ajouté maître Pierre Cramezel et Jean Macsiglan, (...)

22La propriété ecclésiastique regroupe 15 unités d’exploitation ou de gestion (17,4 %) et 108 œillets (14,6 %). Elle comporte des possessions liées au prieuré de Batz (11 œillets), à la fabrique de Saint-Guénolé de Batz (2 œillets), à 7 chapellenies dont 3 au moins sont servies à Saint-Guénolé de Batz et une au moins à Guérande (47 œillets). Cette possession institutionnelle porte sur 60 œillets. S’ajoutent les possessions personnelles de 6 chapelains (48 œillets)18. La moyenne des unités d’exploitation ou de gestion de ce groupe s’établit à 7,2 œillets, soit au-dessous de la moyenne. L’absence de grandes unités d’exploitation en est la cause, seules deux chapellenies disposent de 15 œillets, celle de Notre-Dame de Guérande, et celle de Saint-Louis fondée par le seigneur de Saint-Gilles. La dispersion de l’exploitation peut être grande : les 11 œillets possédés par le prieur de Batz sont répartis en 5 salines.

23La part des laïcs est donc dominante : 71 unités d’exploitations ou de gestion (82,5 %) et 631 œillets (85,3 %).

  • 19 Nous avons considéré comme nobles les enfants Jean Jego, Jean Jouhan, Pierre Le Comte, Marc Le Rou (...)

24Calculer la part de la propriété utile possédée par des représentants de la noblesse ne va pas sans incertitude19. Compte tenu de ces réserves, la part noble peut être appréciée à 29 unités d’exploitation ou de gestion (33,7 % du total) et 352 œillets (47,6 %), soit une moyenne de 12,1 œillets. Ce chiffre, qui se place au-dessus de la moyenne générale, découle d’un nombre plus important de grandes exploitations (8, soit 27,5 %, regroupant 228 œillets, dont 3 disposent de plus de 30 œillets, la plus importante de celles-ci en possède 37). La dispersion, sans être absente, est moindre. L’ancienneté de la mainmise sur le sol, le régime successoral de la noblesse qui favorise l’aîné, et le droit de premesse sont autant de facteurs qui contribuent à cet état de fait. La noblesse possessionnée est avant tout issue de la paroisse de Batz, qui comprend Le Croisic au Moyen Âge. Rares sont ceux originaires de l’extérieur (Callac, Guemadeuc, Guillart [ ?], Lindereuc, Tréanna, Vendôme). Leur présence s’explique par des alliances familiales (Guémadeuc, Lindereuc, Callac) ou encore l’exercice dans le passé d’une charge de receveur ducal (Tréanna). Quant à Vendôme, ce nom est celui du seigneur de Campsillon.

25Les représentants des autres catégories sociales disposent de 42 unités de production ou de gestion, soit un peu moins de la moitié de celles-ci (48,8 % du total général), regroupant 292 œillets (39,5 %), en moyenne 6,9 œillets. Dans cet ensemble on peut distinguer des sous-ensembles.

26Les marchands mariniers croisicais s’inscrivent au premier rang avec 31 unités d’exploitation ou de gestion (36 % du total général), 187 œillets possédés (25,3 %), soit une moyenne de 6 œillets. Celle-ci est relativement faible par rapport aux catégories précédentes car les petites et moyennes exploitations dominent (29,9 %). On ne compte que deux grandes exploitations, celles de la veuve Jean Porsal qui affiche 27 œillets, dont 24 dans une même saline, et de Jean Goeschet, de son épouse et de sa sœur, qui totalise 38 œillets, ce qui place la famille Goeschet au deuxième rang des possédants et la veuve Porsal au sixième. Au travers de ces deux cas, l’inégalité de la répartition de la propriété se révèle : en effet, la veuve Jean Porsal et Jean Goaschet concentrent en leurs mains 65 œillets (34,7 % de la part des mariniers marchands). Les réussites individuelles existent, sans que le document permette de déterminer si de plus anciennes ont existé et si elles ont été remises en cause lors des successions par les divisions qui accompagnent les successions de roturiers. À cette « bourgeoisie » croisicaise, s’ajoute la « guérandaise », représentée par Marc Deniel et sans doute Jean Gaultier (9 œillets). Marc Deniel, à la tête de 59 œillets, se place au premier rang des possesseurs d’œillets de cet ensemble relevant de Campsillon.

  • 20 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 6, f° 185, 1er décembre 1468 ; ibid., B 3, f° 168 v°, 1er décembre (...)

27Les possessions d’Éon Foenant et des Tallic sont sans doute à relier à des familles dont des représentants de la génération précédente sont connus comme paludiers au service du duc (Foenant) ou du chancelier de Bretagne (Tallic)20.

28L’information manque pour Éon Bourde, Olivier Bouvier et la veuve Morice Clemens, Jean Guillart de Saillé et Jean Loisel de Montoir, ce dernier allié à une famille noble du Croisic.

Les mutations de la propriété utile

29Dans 125 articles du document, portant sur un total de 467 œillets (63 % du total), des indications sont données sur les mutations de propriété.

30La mention d’acquêts figure explicitement dans 14 articles et concerne 66 œillets (8,9 % du total). La transaction n’est pas datée et peut être ancienne. Elle établit la présence d’un marché de la terre. La liste des acheteurs peut être dressée et l’ampleur des achats précisée. Il y figure 5 nobles qui se rendent acquéreurs de 32 œillets, et 8 non-nobles de 34. Quantitativement, par les achats effectués, les deux groupes sont très proches. La part moyenne des achats effectués par les nobles est plus élevée (6,4 œillets) que celle de l’autre groupe (4,8 œillets), cependant c’est Marc Deniel, un bourgeois de Guérande, qui réalise l’opération la plus importante (18 œillets).

31Au titre des vendeurs – l’origine de 16 œillets restant inconnue – se distinguent 2 nobles engageant 22 œillets et 11 non-nobles, 28. Ce dernier groupe alimente plus abondamment le marché mais offre des lots plus limités.

32Des nobles achètent des biens à des nobles (1 cas portant sur 5 œillets) ; mais également à des non-nobles (3 cas pour 14 œillets). Des bourgeois peuvent acheter à des nobles (3 cas pour 28 œillets) ; et des non-nobles à d’autres de même condition (8 cas pour 14 œillets).

33Au-delà de ces mentions explicites d’acquêts, des mutations de propriété sont évoquées par la mention « que souloit tenir » suivie d’un nom. Cette imprécision, jointe au fait que nous sommes incapables de dresser les généalogies des possédants, appelle à beaucoup de prudence. Compte tenu de ces réserves, l’étude fait apparaître des évolutions concernant la propriété ecclésiastique. La fondation de chapellenies opère un transfert auquel contribuent des nobles (1 cas pour 9 œillets), ainsi que des non-nobles (3 cas pour 7 œillets). Quant à la part des possessions rapportées à un ecclésiastique, dont le nom est mentionné seul – non assorti d’une chapellenie –, elle connaît des évolutions de sens différents : maintien aux mains de religieux (46 œillets) ; augmentation (33 œillets) ; retrait (10 œillets). Il est difficile de préciser les raisons de ces mutations, dont certaines sont liées soit au jeu des successions (dans le cas de dom Éon Rio) soit à des transactions immobilières. Cette dernière assertion doit être retenue pour les 11 œillets passés de l’abbaye de Prières en la possession du seigneur de Cleuz. Globalement, la part de la propriété ecclésiastique augmente (+ 28 œillets, + 2,8 %), moins par les institutions ecclésiales (+ 5, 0,6 %) que par les mouvements de propriété autour des hommes d’Église (+ 23). Les caractéristiques sociales des chapelains, largement issus des bourgeoisies locales, en sont la cause : leur établissement suppose un patrimoine et ceux-ci ont les moyens de le faire fructifier. Cependant, à leur mort, une partie de leur patrimoine est redistribuée.

  • 21 Médiathèque de Nantes, ms. fr., 1823, f° 31-31 v°.

34Pour la propriété laïque, l’essentiel doit s’expliquer par le jeu des successions et des alliances, mais on ne peut exclure des mutations foncières. Une lecture prudente révèle une forte homogamie entre les membres de la noblesse. L’homogamie se constate encore dans le milieu des marchands mariniers. Alors que l’on devine, d’une part, des liens tissés entre d’autres familles de nobles (Callac et Guillard, Conan et Le Boteuc, Le Boseuc et Jouan, Le Boteuc et Jego) et, d’autre part, de marchands mariniers (Le Chapon et Goesval, Le Quéré et Cain). Cependant, certaines alliances illustrent une société moins figée : Alain Laïc est douarain (petitfils) d’Azelice, épouse d’Éon Le Scaudreron ; la réformation de la noblesse à Batz, en 1513, donne les familles Laïc comme exemptée et Le Scauderon comme noble21 ; et une fille d’Hervé Laïc est mariée à Jean Le Gruyer, un marchand marinier.

35Les ventes pourraient se lire implicitement par l’absence d’homogamie. On pourrait envisager des transferts d’œillets de non-nobles vers des nobles (6 cas pour 18 œillets) ; et à l’inverse, des transferts d’œillets de familles nobles vers des non-nobles (8 cas pour 43 œillets). Ces non-nobles sont tous des marchands mariniers croisicais, sauf Marc Deniel qui paraît par ailleurs acquéreur de 5 œillets auprès de Thefaine, veuve de Raoul de Saint-Gourlay, fille Flahart. Difficile de conclure de ce relevé, qui est très hypothétique mais qui, pour le moins, souligne un certain renforcement de la part de la « bourgeoisie » au détriment de la noblesse. Ce mouvement reste lent et de faible ampleur : la noblesse perdrait globalement une trentaine d’œillets, 4 % de ses possessions. Il est le fait d’un groupe, celui des marchands mariniers croisicais, et de façon plus individuelle de la bourgeoisie guérandaise représentée par Marc Deniel. Il s’accomplit par un grignotage : les opérations effectuées portent sur un nombre limité d’œillets, sauf exceptions notables comme celles de Jean Porsal et de Marc Deniel. L’échange, autre forme de mutation de propriété, n’apparaît que dans un cas concernant 2 œillets.

36Cette étude porte sur un échantillon remarquable mais dont nous ne pouvons établir qu’il soit représentatif de l’ensemble du bassin salicole. Si cet élément porté au dossier appelle une extension de l’enquête, certaines conclusions d’ensemble doivent être retenues : permanence, voire extension, des patrimoines seigneuriaux fortement constitués au cours du xve siècle ; division et morcellement de la propriété utile ; concernant cette dernière, domination de la propriété laïque ; variété sociale des propriétaires, mais forte inégalité de la répartition de la propriété qui est concentrée aux mains de la noblesse et des « bourgeoisies » guérandaise et plus encore croisicaise, les paludiers, sauf exceptions, restant de simples exploitants ; toujours concernant la propriété utile, la part de la noblesse reste dominante et elle dispose de patrimoines plus importants, mais sa prépondérance s’érode lentement en raison de la réussite de certains bourgeois et d’un lent mouvement de grignotage opéré par des marchands mariniers croisicais.

PIÈCE JUSTIFICATIVE

Archives départementales de Loire-Atlantique, 1 E 26022

  • 22 Le document comporte 31 folios dont nous n’éditons qu’une partie.

37Batz

38Ensuilt le pourvoay des terres et heritages tant sallines, vingnes, terres ouvrables et aultres terres frostes, au fé et seigneurie de Campsillon, en la parroesse de Batz,

39premier

40la salline Myrotrouc

41Pierre Rogon tient ung eillet de maroys, contenant cinq quatre aeres, en la salline Myrotrou, que souloyt tenir Katherine, veuffve Guillaume Moro, vault VIII d.

42Alain Laec tient, en la salline Myrotrouc, ung ellet contenant troys aires III quartz, que soulouyt tenir Azelice, femme Eon Scauderon, VII d. ob.

43Alain Quello et sa seur tiennent, en ladicte salline Myrotrouc, deux eglet de marays contenant ouict aeres et demye, que soullouyt tenir Olivier Durando, vallant XVII d.

44[f° 1 v°] Jehan Guillart, à cause de sa mere, tient, en ladicte saline, ung eilet contenant troys aeres et demye, vallant VII d.

45les enffans au Glifftiennent ung eglet, en ladicte salline, contenant quatre aeres quart, que soulouit tenir Denis Fouenant, valant VIII d. ob.

46la veuffve Jehan Porsal tient troys eletz, en ladicte salline, contenant deix aeres, que soulouit tenir Jehanne, femme de Jehan Le Bernum, valant vignt deniers et pour ce XX d.

47le prieur de Batz tient, en ladicte [f° 2] salline Myrotrouc, ung elet contenant troys aeres et demye, valant sept denier et pour ce VII d.

48dom Jehan Lec tient, en la saline Myrotrou, quatre eilletz contenant quatorze aeres ; item, ung eglet contenant cinq aeres ; item, ung autre eglet contenant quatre aeres [à] deux deniers, vallant troys soulz deix deniers et pour ce III s. X d.

49la veuffve Jehan Taillic et dom Guillaume Le Bourdiec tiennent ouilt egletz de marays, que soulouit tenir Pezdron Le Bourdier, en ladicte saline, contenant vignt et ouict aeres et deux tiers, lesquelles, à present, tient Jehan Taillic, filz Hervé Taillic, valant quatre soulz neuf deniers obolle, pour ce IIII s. IX d. ob.

50La veuffve [f° 2 v°] la veuffve Chantre et Jehan Savari et sa femme tiennent troys egletz contenant ounze aires tiers, en la saline Myrotrou, que soulouit tenir Jehan Le Conte, valant vignt et deux deniers obolle pouge, pour ce XXII d. ob. p.

51Nicolas Le Bihan tient ung eglet de marays, que soulouit tenir Oliver Durando, contenant quatre aeres tiers, en la saline Myrotrou, valant ouict deniers obolle, pour ce VIII d. ob.

52le procureur de la fabrique de Batz tient deux egletz, en ladicte saline, contenant seix aeres, valant douze deniers, pour ce XII d.

53Eon Rio tient, en ladicte saline, ung eglet de maroys contenant quatre aeres, que soulouit tenir la veuffve Guillo Rio, ouict deniers, valant pour ce VIII d.

54[f° 3] Jehan Lescuiche Le Schuiche et sa femme, par aquest de Hamon de Saillé, tiennent, en ladicte saline Myrautrou, troys egletz contenant douze aeres, vallant deux soulz, pour ce II s.

55Item, quatre egletz devers la femme Mignon, dont en y a troys par aquestz et ung de Bertho Jouan Jouhan aussi par aquest, contenant quatorze aeres tiers, le tout en ladicte saline Myrautrou, valant quatre soulz cinq deniers obolle, pour ce IIII s. V d. ob.

56la saline Lenic Sillio

57La veuffve Jehan Porsal tient vignt et quatre egletz de maroys, en la saline Lenic Sillio, contenant quatre vigntz ung aeres, que souloit tenir Olivier Le Moel, valant quatorze soulz ouict deniers, pour ce XIIII s. VIII d.

  • 23 En marge, article rédigé d’une main différente.

58nota que par le provoay du XXVIme d’apvril cinq centz trante et cinq il y a vignt et cinq egletz23

59[f° 3 v°] la salline du Lenic Marec

60le seigneur du Guemadeuc et de Trevecart tiennent trante et troys egletz nota que ladicte salline n’a esté trové au vieil pourvay et esté cy misse mise du nouveau pourvoy

61Yvon Chollet, paluyer

62[f° 4] la salline Pesdron des termes petite

63maistre Pierre Cramezel tient, en la saline Pezdron la petite, ung egletz de marrays contenant troys aeres et tiers, que soulouit tenir dom Yves Le Loues, vallant seix deniers obolle, pour ce VI d. ob.

64item, Jehan Gouechet et sa femme tiennent, en la salline Pezdron petite, deux egletz contenant quatre aeres et demye quart, que souloyt tenir la veuffve Guillaume Gouechet, vallant audict pris neuffdeniers obolle, pour ce IX d. ob.

65Marc Daniel tient, en ladicte salline Pezdron petite, trante et troys egletz de marays contenant centz et ouict aeres, vallant deix ouict soulz deix cinq deniers obolle, pour ce XVIII s. V d. ob.

66[f° 4 v°] Phelipot Geffray tient troys egletz contenant quatorze aeres et demie, en la salline Pezdron petite, que soulouit tenir dom Jehan Gicquello, vallant deux soulz cinq deniers, pour ce II s. V d.

67Jehan Macsiglan, nepveu de missire Gilles de Sainct Aulbin, tienz, en ladicte salline, dix oeilletz de maroys contenant XXIX aires et demye, que soulloit tenir dom Jehan Gicquello, vallant VII s. VIII d.

68Guillaume de La Boexyere tient, en la saline Pedron petite, ung egletz contenant troys aeres troys quars ; la femme Marc Le Rouxeau tient, en ladicte sallie, deux egletz contenant seix aeres troys quars, vallans, lesdictz troys egletz, vingt et ung denier, pour ce XXI d.

69item, ledict prieur de Batz tient, en la salline Pezdron petite, troys egletz contenant neuffaeres et demie, vallant deix ouict deniers, pour ce XVIII d.

70[f° 5] Hevé Taillic tient, en la salline Pezdron petite, ung eglet contenant deux aeres et demye, que soulouit tenir dom Jehan Bertho, vallant cinq deniers, pour ce V d.

71la veuffve Marc Le Rouxeau tient, en la salline Pezdron petite, deux egletz vallant troeze deniers, pour ce XIII d.

72item, en ladicte salline Pezdron petite, y a deux egletz de maroys, que tient ledict Marc Le Rouxeau, contenant cinq aeres et demye que souloyt tenir ledict dom Jehan Bertho ; item, cinq egletz, en ladicte salline Pezdron petite, contenant troeze troys braces, vallant deux soulz deux deniers pouge, pour ce II s. II d. p.

73item, ledict Marc tient deux egletz, en la sal [f° 5 v°] la salline Pezdron petite, du numbre de troys egletz que soulouit tenir Guillaume de La Boeixiere, contenant V aires troys quars, vallant troeze deniers obolle, pour ce XIII d. ob.

74item, ledict Marc tient deux egletz, en la salline Pezdron petite, contenant sept aeres et demye, vallant deix ouict deniers, pour ce XVIII d

75item, Eon Rio, à cause de sa mere, en la salline Pezdron petite, troys egletz contenant deix aeres et demye, que souloyt tenir Alliete, femme Guillo Le Gloannec, vallant, audict prix, vignt et ung denier, pour ce XXI d.

76[f° 6] dom Jehan Laic tient, en la saline Pezdron petite, deux egletz contenant cinq aeres et demye, que soulouit tenir dom Jehan Berto, vallant ounze deniers, pour ce XI d.

77Phelipes du Vergier, chapelain de la chapellainie Sainct Louys que fonda le seigneur de Beaulieu, tient IX eilletz de maroays, en la salline Trester Pezdron petite, contenant vignt et quatre aeres troys braces, vallant troys soulz ung denier pouge, pour ce III s. I d. p.

78Item, ledict Phelipes, chapelain predict, tient, en ladicte salline, quatre egletz contenant ounze aeres troys quars, que soulouit tenir dom Jehan Bertho, vallant vingt et troys deniers obolle, pour ce XXIII d. ob.

79[f° 6 v°] item, le dict Phelipes tient ung egletz, en ladicte saline, contennante deux aeres et demye ; item, ung egletz contenant deux aeres quart, que a baillée la veuffve Guillaume Goeschet pour augmenter ladicte chappellainie, neuffdeniers obolle, pour ce IX d. ob.

  • 24 Article rédigé d’une autre main.

80Yvon Ilysploefftient deux oeilletz contenant seix aires, en ladicte salline, vallant XII deniers24

81maistre Christofl e Forget, chappellain de la chappellainie Nostre Damme de Guerrande, tient ouict egletz de marays, en la salline Pezdron petite, contenant vignt et ouict aeres que souloit tenir dom Jehan Guyton, chappelain de ladicte chappelainie, vallant deux quatre soulz ouict seix deniers, pour ce IIII s. VI d.

82madamme de La Noé tient, en la salline Pezdron petite, quatre egletz, que souloit tenir Guillaume Gego, du Croisic, contenant troeze aeres, vallant deux soulz deux deniers, pour ce II s. II d.

83[f° 7] Henry de Treionna, de basse Bretaygne, et sa femme, à cause d’elle, deux egletz, en la salline Pezdron petite, contenant sept aeres, à deux [deniers] chacune aeres, vallant quatorze deniers, pour ce XIIII d.

84dom Allain Cuez, chapellain de la chapellanie Sainct Jacques, que fonda Jacob Leseur, dit Talascoion, en la salline Pezdron petite, troys egletz contenant deix aeres quart, audict pris, vallant vignt deniers obolle, pour ce XX d ob.

85Mahé Thephain et sa femme tiennent deux egletz de maroays, en la salline Pezdron petite, contenant ouict aeres, vallant saeize deniers, pour ce XVI d.

86[…]

Notes

1 Jean Kerhervé, « Paysage urbain et société à Saint-Vincent de Nantes aux xve et xvie siècles, d’après le rôle de la taillée de Toussaint », Catherine Laurent, Bernard Merdrignac et Daniel Pichot (éd.), Mondes de l’Ouest et villes du Monde. Regards sur les sociétés médiévales. Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, Rennes, 1998, p. 329-337.

2 J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent, et les hommes, Paris, 1987 ; et les très nombreuses références à cet ouvrage dans Jean-Claude Hocquet, « Le sel des Bretons, la France et l’Europe aux xve et xvie siècles », J. Kerhervé et Tanguy Daniel (éd.), 1491. La Bretagne terre d’Europe, Brest, 1992, p. 23-33.

3 Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 160. Pour replacer le document dans son contexte et sur l’ensemble de la question, Gildas Buron, Bretagne des marais salants. 2 000 ans d’histoire, 2 vol., Morlaix, 1999-2000. Je remercie G. Buron pour son aide toujours précieuse.

4 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 1472.

5 2 d. ob., ibid., B 1484, 24 février 1424, et 12 février 1437 ; mais 3 d. maille, à « la coustume des autres frostz veincus » dans un acte du 13 janvier 1403 confirmant une donation antérieure à 1385 faite par Jean IV à Jean de Saint-Gilles, ibid., E 136/1.

6 Dom Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, 3 vol., Paris, 1742-1746, t. II, col. 275.

7 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 1442.

8 Ibid., B 1447.

9 Ibid., B 1472.

10 Ibid., 2 E 1250, f° 81-82 v°.

11 Ibid., B 777.

12 Ibid., B 1472.

13 Autre exemple : G. Buron, « La gestion du temporel des chartreux d’Auray dans les marais de Guérande du xive siècle au début du xviie siècle », Guy Saupin et Jean-Luc Sarrazin (éd.), Enquêtes et documents. Économie et société dans la France de l’Ouest atlantique, vol. 29, 2004, p. 87-88.

14 Arch. dép. Loire-Atlantique, 2 E 1250, f° 81-82 v°.

15 Ibid., 2 E 1250, f° 131 v°-132 v°.

16 Ce groupe peut être composé d’un homme et de son épouse (21 occurrences), d’un frère (ou des frères) et de sa sœur (4), des enfants parfois sous la garde d’un parent (9), de deux couples héritiers d’une même personne (1), de deux personnes dont le lien de parenté n’apparaît pas (1), et parfois lorsque sont citées trois personnes et que deux d’entre elles sont mari et femme, la troisième peut être la mère de la femme (1). Parfois encore un couple est cité comme garde naturel des enfants et y est associé le père de l’épouse (1).

17 Nous avons considéré qu’Éon Rio et dom Éon Rio ne sont pas une même personne, mais que Hervé Job et sa femme ne paraissent pas devoir être considérés comme deux personnes, à cette date Hervé Job étant mort.

18 À ceux désignés par la mention de dom, nous avons ajouté maître Pierre Cramezel et Jean Macsiglan, neveu de messire de Saint-Aubin.

19 Nous avons considéré comme nobles les enfants Jean Jego, Jean Jouhan, Pierre Le Comte, Marc Le Rouxeau et sa femme (mais pas la veuve Marc Le Rouxeau, ni Jean Le Pennec) et ajouté l’exempté de fouage Alain Laïc.

20 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 6, f° 185, 1er décembre 1468 ; ibid., B 3, f° 168 v°, 1er décembre 1464.

21 Médiathèque de Nantes, ms. fr., 1823, f° 31-31 v°.

22 Le document comporte 31 folios dont nous n’éditons qu’une partie.

23 En marge, article rédigé d’une main différente.

24 Article rédigé d’une autre main.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540