Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Deuxième partie. Le duc – Les rois

Le roi, l’argent et les hommes. Les comptes des pensionnaires bretons de Charles VIII au temps de la conquête française (1485-1491)

Jean-François Lassalmonie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 On trouvera le détail des événements dans l’Histoire de Bretagne d’Arthur de La Borderie, t. IV pa (...)
  • 2 Arch. nat., KK 79, f° 2 v°-3 v° ; éd. Jean-François Lassalmonie, « Les finances de la monarchie fr (...)
  • 3 BnF, ms. fr. 23266, f° 22-23. Les sources ne lui donnent le titre de maître qu’après sa nomination (...)
  • 4 D. Le Page, Finances et politique…, op. cit., p. 32.
  • 5 Arch. nat., KK 79, f° 18-20 (1486), 37-38 (1487), avec attaches des généraux des 12 janvier 1486 ( (...)

1Les 22 et 28 octobre 1484, le prince d’Orange et quatre nobles bretons révoltés contre le duc François II, dont le maréchal de Bretagne Jean de Rieux, pactisaient avec Charles VIII – c’est-à-dire avec les régents de fait Anne et Pierre de Beaujeu : ce nouvel épisode des rapports conflictuels entre rois de France et ducs de Bretagne devait mener à l’intervention armée dans le duché en 1487 et à sa soumission finale quatre ans plus tard1. C’est dans ce contexte que, le 11 janvier 1485, Olivier Barraud (ou Barrault) fut commis au compte des pensions de « plusieurs et diverses personnes2 ». Sans doute un beau mariage avec Perronnelle Briçonnet, en l’alliant aux maîtres des finances royales, détermina-t-il le choix de cet Angevin dont l’expérience comptable se bornait au paiement des réparations des fossés du Plessis-lès-Tours en 14833, et dont la carrière se spécialisa dès lors dans les affaires de Bretagne, culminant avec l’office de trésorier et receveur général des finances du pays de 1494 à 14984. Ses lettres de commission, valables un an à dater du 1er janvier, furent renouvelées le 8 janvier 1486 puis, avec retard, le 19 novembre 1487 pour l’année en cours et aussi longtemps qu’il plairait au roi. Dès 1486 ses lettres reconnaissaient ouvertement la spécificité de ses pensionnaires, « seigneurs, dames et gentilz hommes du païs de Brethaigne5 ».

  • 6 Le Roux de Lincy, Histoire de la reine Anne de Bretagne, femme des rois de France Charles VIII et (...)

2Fait exceptionnel, l’intégralité des comptes originaux nous est parvenue dans le registre KK 79 des Archives nationales. Cette belle source, connue des historiens par les extraits médiocres d’Antoine Le Roux de Lincy6, est restée peu exploitée. Ce sont naturellement les pensionnaires eux-mêmes qui ont retenu l’attention. Le sujet n’est pas épuisé : une étude systématique de ces dizaines d’hommes et de femmes de tous rangs et de l’évolution de leurs pensions apporterait un éclairage supplémentaire sur la fin de l’indépendance bretonne. Toutefois, nous nous intéresserons ici aux comptes pour eux-mêmes, c’est-à-dire pour ce qu’ils nous apprennent du fonctionnement concret des finances royales à la fin du xve siècle.

  • 7 Le sire de Rieux émargeait parallèlement au budget ducal : le 27 décembre 1486, François II mandai (...)
  • 8 Et non 21 comme nous l’avons écrit ailleurs (J.-F. Lassalmonie, « Les finances… », art. cit., p. 4 (...)
  • 9 Arch. nat., KK 79, f° 8 r°-12 v° (1485), 25-29 v° (1486), 43-52 v° (1487), 65-75 v° (1488), 87-100 (...)

3L’importance politique des pensions de Bretagne se reflète dans leur montant et le nombre des bénéficiaires. En 1485, quinze pensionnaires – dont la comtesse de Laval Françoise de Dinan, François de Laval, Louis de Rohan, seigneur de Guéméné et les quatre conjurés bretons de 1484 – se partagèrent 25 000 livres tournois. En 1486, la part du maréchal de Rieux étant ramenée de 12 à 7 000 l. t., le total retomba à 20 000 l. t.7. L’année suivante, la guerre multiplia les pensionnaires : en cours d’exercice, treize pensions nouvelles (dont celle de Jean II de Rohan) furent créées et trois autres augmentées. Au total 23 pensionnaires8 se partagèrent 16 600 l. 10 s. t. : le groupe s’était en partie renouvelé, et la plupart des nouveaux venus avaient des pensions plus faibles que les partants. La véritable montée en puissance eut lieu en 1488 et 1489 : le nombre des pensionnaires bondit à 36 puis 46, le total des pensions à 34 300 puis 44 740 l. t. En 1490, la trêve entraîna une stabilisation, avec 43 pensionnaires mais 49 080 l. t. ; en 1491 en revanche, malgré la reprise des opérations ces chiffres chutèrent à 15 pensionnaires et 20 750 l. t. Si ce groupe resserré ne comptait plus que deux des pensionnaires d’origine, François de Laval et le sire de Sourdéac, il comprenait trois Rohan, Jean II, son demi-frère Pierre, seigneur de Quintin et son fils Jacques9.

  • 10 Ibid., f° 99 v°-100 (1489), 139-139 v° (1490).

4En chiffres arrondis, la pension moyenne baissa de 1 667 l. t. en 1485 à 1 333 en 1486 et 721 en 1487, puis remonta à 953 en 1488, 973 en 1489, 1 141 en 1490 et 1 383 en 1491 : l’effort financier consenti à partir de 1488, expression d’une priorité politique, permit ce redressement malgré un effectif accru. L’éventail des pensions s’ouvrit avec l’élargissement du recrutement vers la petite noblesse : en 1486 il allait de 400 à 7 000 l. t., en 1491 de 200 à 6 000 l. t. Des pensions plus faibles avaient été versées quand le nombre des pensionnaires culminait : le 22 juin 1489, Charles VIII accordait à Guillaume Le Forestier et Jacques Gorry 120 l. t. chacun par an10. Les principaux pensionnés étaient à l’origine le maréchal de Rieux, avec 6 000 l. t. de pension et autant pour la garde du château d’Ancenis (remplacée dès 1486 par un supplément de pension de 1 000 l. t.), et Françoise de Dinan avec 4 000 l. t. ; sur la fin, Jean II de Rohan avec 6 000 l. t., François de Bretagne, fils naturel de François II, avec 4 000 l. t., François de Laval et le sire de Quintin avec 3 000 l. t. chacun. Ainsi les deux plus importants pensionnaires recevaient-ils 48 % du volume des pensions en 1485, 35 % en 1486, à nouveau 48 % en 1491, et les quatre principaux 77 % à cette date.

  • 11 René Gandilhon, Politique économique de Louis XI, Rennes, 1940, p. 201-202 ; Simon Painsonneau, Fa (...)
  • 12 À 35 s. t. l’écu : il s’agit de l’écu de Bretagne, pour lequel ce cours légal est attesté en Langu (...)
  • 13 Arch. nat., KK 79, f° 47-48 v°.

5Exceptionnellement, l’argent de la pension pouvait aller à un autre que le bénéficiaire désigné. En juin 1487, Jean, seigneur de Trévécar, acheta pour 86 écus d’équipement à Gabriel de Trez (de la célèbre famille d’armuriers milanais établis à Tours11), venu fournir les gens de guerre à Redon par ordre du roi. Faute d’argent, ce pensionnaire lui remit les 1er et 8 juin deux cédules à l’adresse de Barraud, à valoir sur les 400 l. t. de sa pension. Le commis régla 150 l. 10 s. t.12à de Trez, qui lui en donna quittance au dos des cédules et s’engagea à lui en rapporter une autre de son client, mais celui-ci mourut peu après. De Trez obtint alors du roi, le 23 septembre 1489, des lettres patentes mandant aux gens des Comptes de valider ce paiement si les quittances du marchand prouvaient qu’il datait du vivant de Trévécar. En effet, sa pension s’éteignait avec lui : rien ne lui en ayant été versé en 1487, le montant payé à son créancier fut tout ce que Barraud porta en dépense à son nom13.

  • 14 Ibid., f° 68-68 v°. En d’autres occasions la défection est signalée : en 1490, Guillaume du Loyon (...)

6Nous ignorons en revanche pourquoi, en 1488, les 600 l. t. de Gilles Ruault furent réaffectées par lettres royaux du 3 mars à Martin Berthelot, maître de la Chambre aux deniers du roi et commis au paiement des officiers de son hôtel, pour ses crédits de cette commission. Ruault, qui fait ici son unique apparition parmi les pensionnaires bretons, ne reçut de ce fait jamais rien de Barraud. Était-il décédé ? L’article n’en dit rien. Était-il de ces Bretons passés au duc avec le maréchal de Rieux à la fin de 1487 ? La chronologie le suggère, mais le compte lui donne toujours le titre de conseiller et maître d’hôtel du roi14.

  • 15 Ibid., f° 6 v°-7 (1485), 23 v°-24 (1486), 41 v°-42 (1487), 63 v°-64 v° (1488), 85 v°-86 v° (1489), (...)

7Les crédits de Barraud suivirent l’évolution des pensions : de 26 000 l. t. en 1485, ils descendirent à 21 000 en 1486 et 1487, puis s’élevèrent à 34 300 l. t. en 1488, 44 600 en 1489 et 51 580 en 1490 avant de retomber à 21 750 l. t. en 1491. Devant leur importance croissante, il fallut en diversifier l’assiette : alors que jusqu’en 1487 les fonds était assignés sur le seul trésorier et receveur général des finances de Languedoc, son apport se marginalisa ensuite rapidement au profit de ses confrères moins éloignés de Languedoïl et Normandie. En 1488, le Languedoc fournit 7 800 l. t. (soit 22,7 % de la recette), le Languedoïl 17 200 (50,2 %) et la Normandie 9 300 (27,1 %) ; en 1489, 1 200 l. t. (2,7 %), 32 480 l. 5 d. t. (72,8 %) et 10 919 l. 19 s. 7 d. t. (24,5 %) respectivement. En 1490, alors que culminaient les crédits des partisans bretons du roi, les biens confisqués sur ses ennemis furent symboliquement mis à contribution : 4 000 l. t. (7,8 %) furent assignées sur Guillaume Gauffray, commis à la recette générale des terres du duc d’Orléans, des sires d’Albret, de Rieux et autres seigneurs réfugiés en Bretagne, tandis que le Languedoc portait 1 500 l. t. (2,9 %) et le Languedoïl 46 080 (89,3 %). En 1491 enfin, la recette en forte baisse fut assignée sur les seuls Languedoïl et Normandie pour 12 000 (55,2 %) et 9 750 l. t. (44,8 %) respectivement15.

  • 16 Le quantième du mois est resté en blanc (Arch. nat., KK 79, f° 113).
  • 17 Ibid., f° 126 v°-137.

8Ce redéploiement n’empêcha pas les retards dans le recouvrement, les cédules de Barraud aux receveurs généraux des finances en font foi. Alors qu’à l’origine elles étaient émises en début d’année : le 23 janvier en 1485, le 31 en 1486, le 2 février en 1487, par la suite même des crédits politiquement aussi sensibles n’échappèrent pas à la tension croissante que la guerre fit peser sur les finances royales. Un premier décrochage s’opéra en 1488 : le commis ne délivra ses cédules que le 3 avril pour le Languedoc, le 10 pour le Languedoïl et le 11 pour la Normandie. La dérive se confirma en 1489 : les cédules s’échelonnèrent du 16 avril pour le Languedoïl au 5 mai pour le Languedoc et au 3 juin pour la Normandie. Dans les dernières années Barraud dut attendre jusqu’en juillet : ses cédules de 1490 sont datées du 16 pour le Languedoc, du 22 pour le Languedoïl et du même mois pour Gauffray16, celles de 1491 du 17 pour le Languedoïl comme la Normandie. En 1490, il fallut même différer le paiement de 8 320 l. t. sur 39 des 43 pensions ; finalement les sommes « reculées » purent être versées dans l’année17.

  • 18 BnF, P.O. 200, dossier 4430 (Barrault à Angers), n° 2-3.

9Encore les cédules de Barraud sont-elles trompeuses : il ne recevait pas directement l’argent des receveurs généraux, mais était renvoyé à des recettes fiscales de leur ressort. Le 16 avril 1488, les généraux des finances certifièrent avoir fait recevoir par le receveur général de Normandie 1 863 l. 10 s. t. du receveur des tailles de la vicomté d’Alençon sur les 9 300 l. t. assignées à Barraud, mais ce n’était qu’un jeu d’écritures car le général de Normandie écrivit le lendemain au receveur d’Alençon pour l’informer que Barraud était assigné de la première somme sur sa caisse18. Ainsi, au 17 avril ces fonds restaient à recouvrer sur place par le commis lui-même, et pourtant il avait dès le 11 remis sa cédule au receveur général.

  • 19 Arch. nat., KK 79, f° 39 v° (1487).
  • 20 Ibid., f° 39 v°-40.
  • 21 Ibid., f° 160 v° (cf. P.J. infra).

10Ce sont les lettres de taxation par lesquelles les généraux rétribuaient Barraud pour ses « peines et sallaires » qui nous renseignent le mieux sur les difficultés de sa mission. Dans les premières années, quand le Languedoc fournissait tous ses crédits, il devait les recouvrer à grands frais « pour la longue distance des lieux19 », puis entreprendre quatre fois l’an une tournée de la cour royale à Nantes et en d’autres lieux de Bretagne aux mains des rebelles pour y faire ses paiements. Plus favorisé que le pensionnaire ordinaire, qui recevait une assignation et devait aller quérir l’argent auprès du caissier désigné, le pensionnaire breton obtenait son dû des mains de Barraud : c’était la raison d’être de sa commission. Mais alors que les pensions étaient dues par trimestre, ou par mois pour les plus favorisés comme le sire de Rohan, les assignations du commis étaient échelonnées sur les rentrées fiscales de toute l’année, voire des trois derniers trimestres. En 1487, il dut verser la pension de plusieurs partisans du roi longtemps avant le terme « par ce qu’ilz avoient perdu tout leur revenu a l’occasion de la guerre de Bretaigne et qu’ilz n’avoient de quoy vivre ne eulx entretenir ou service d’icellui seigneur20 ». Sur la fin, le roi lui ordonnait en faveur de certains des paiements pour lesquels il ne recevait d’assignation que beaucoup plus tard. Il lui fallait donc multiplier les avances, ce qui, pour comble, lui valut après coup des ennuis : en 1508, la Chambre des comptes l’accusa d’avoir omis en recette 140 l. t. assignées en 1491 pour le rembourser d’une avance l’année précédente21.

  • 22 Ibid., f° 4 v°-5 v° [lettres de taxation] et 13-14 [rubrique « gages et salaires »] (1485), 21-22 (...)

11Le salaire du commis pour chaque exercice, fixé l’année suivante (de plus en plus tard sur la fin), était proportionné aux sommes maniées. 800 l. t. (soit 3,1 % de sa recette de l’année) lui furent allouées pour 1485 par lettres du 28 février 1486, 700 (3,3 %) pour 1486 et 1487 les 15 mai 1487 et 12 mars 1488, puis 1 200 (3,5 %) pour 1488 le 15 février 1489, 1 400 (3,1 %) pour 1489 le 18 mars 1490 et jusqu’à 1 600 (3,1 %) pour 1490 le 9 juillet 1491. Le salaire de Barraud finissait par égaler les pensions de notables seigneurs. Lorsque les généraux, désireux de ne répercuter que partiellement la chute de ses crédits, lui allouèrent 1 000 l. t. (4,6 %) pour 1491 le 15 décembre 1492, la Chambre des comptes ne l’entendit pas ainsi et ramena ce montant à 700 l. t. (3,2 %), arguant que le commis avait reçu autant au titre de 1486 pour une recette similaire22.

  • 23 Les réductions de l’ordre d’un quart étaient courantes dans cette rubrique : Henri Jassemin, La Ch (...)
  • 24 Ibid., p. 23-24, 112, 115.
  • 25 Soit 1 s. t. par page puisque les deux faces sont employées, mais un feuillet dont le verso reste (...)
  • 26 Guédon rédigeant deux exemplaires, la longueur d’un compte correspond à la moitié de ces chiffres.
  • 27 Arch. nat., KK 79, f° 14 v° (1485), 33 v° (1486), 55 (1487), 77 v° (1488), 104 (1489), 142 (1490), (...)
  • 28 La dépense commune de 1489 porte en marge : « Radiatur ista expensa communis ordinacione dominorum (...)

12Les frais de tenue des comptes (surtout de leur reddition), appelés dépense commune, étaient en revanche des plus modestes. 40 s. t. furent inscrits dans chaque compte pour l’achat de papier, parchemin, encre et lacets. Le papier servait aux écritures préparatoires, le parchemin aux comptes mêmes et les lacets à leur reliure en cahiers. 60 s. t. étaient portés pour l’achat de toiles et de sacs où conserver l’argent. Ces montants immuables montrent qu’il s’agissait d’estimations forfaitaires, que les gens des Comptes rabattirent à 30 et 50 s. t. sur chacun des deux premiers comptes23. S’y ajoutait la rétribution de Jean Guédon, procureur de Barraud à la Chambre des comptes, pour avoir rédigé chaque compte en double exemplaire24 à raison de 2 s. t. le feuillet de parchemin25. L’évolution du nombre de pensionnaires et du volume des fonds maniés se reflète dans son activité : il employa 32 feuillets pour 1485 et 1486, 44 pour 1487 et 1488, 56 pour 1489, 72 pour 1490 et 36 pour 149126. Cette année-là, les gens des Comptes ajoutèrent une indemnité de 100 s. t. pour Jean du Dère, autre procureur du commis à la Chambre, qui avait vaqué plusieurs jours à la reddition et clôture des sept comptes. Tout compris, la dépense commune s’éleva à 7 l. 4 s. t. en 1485 et 1486, 9 l. 8 s. t. en 1487 et 1488, 10 l. 12 s. t. en 1489, 12 l. 4 s. t. en 1490 et 13 l. 12 s. t. en 149127 ; malgré sa modicité les gens des Comptes la radièrent systématiquement des comptes sans en excepter même le défraiement de Du Dère, estimant qu’elle était couverte par le salaire de Barraud28.

  • 29 Ibid., f° 52 v°-53.
  • 30 Ibid., f° 99 v°-100 (1489), 139-139 v° (1490).
  • 31 La rubrique des pensions est intitulée « deniers payés à gens et pensionnaires assignés par les rô (...)

13Celui-ci exécutait à l’occasion d’autres versements sous les rubriques des deniers payés en acquit (ou par mandement patent) du roi et des voyages et taxations. La première, honorant des ordres de paiement ponctuels, pouvait être en rapport avec les pensions régulières : François de Bretagne, gratifié de 1 000 l. t. sur le compte de 1487 par don royal du 20 septembre 1488 (onze jours après la mort du duc son père)29, devint dès lors l’un des principaux pensionnaires. À l’autre extrémité de l’échelle, Le Forestier et Gorry, dont les annuités étaient à cheval sur les exercices de Barraud, reçurent 100 l. t. sous cette rubrique dans le compte de 1490 pour la fin de leur première année de pension. Pourtant, le début leur avait été versé au chapitre des pensions de 148930 : sans doute leur oubli dans le rôle des pensionnaires de 149031 nécessita-t-il une régularisation hors rubrique.

  • 32 Ibid., f° 31 v°-32 (1486), 103-103 v° (1489), 140-140 v° (1490), 157-158 (1491, cf. P.J. infra). À (...)

14D’autres versements en acquit du roi étaient sans rapport avec la Bretagne : sous cette rubrique les gens des Comptes employaient les « restes » (recettes non dépensées) révélés par la reddition des comptes. Le correcteur des Comptes Nicole Viole, dédommagé le 3 mai 1484 d’un office de maître forestier par une pension à vie de 100 l. t. sur toute recette ordinaire ou extraordinaire, jeta son dévolu sur les « restes » de Barraud : sa pension de 1492-1493 fut inscrite sur les comptes de 1486 et 1489, celle de 1493-1494 sur celui de 1490 et celle de 1494-1495 sur celui de 1491. Certes, sa maîtrise lui avait été ôtée par Louis XI au profit d’un noble breton, François de La Boëssière, mais celui-ci ne figurait pas parmi les pensionnaires et ce prétexte n’est même pas invoqué32.

  • 33 Cet article illustre le lien entre l’état de pensionnaire et le service du roi (c’est nous qui sou (...)
  • 34 Ibid., f° 33.

15Il en va de même des voyages et taxations, c’est-à-dire des indemnités des officiers royaux en mission : tous les bénéficiaires sauf un appartiennent à la Chambre des comptes, le dernier occupant une position en vue dans les finances royales, et tous sauf un furent assignés après coup sur les « restes » de Barraud. Dans deux cas, la mission était en rapport avec les affaires bretonnes. Le 19 juin 1489, les généraux allouèrent 25 l. t. sur le compte de l’année à Tanneguy de La Gaubertière, clerc du secrétaire des finances Jean Robineau, pour son activité de chancellerie dans la défense de la Normandie menacée d’une descente anglaise33. Le 6 juin 1493, ils octroyèrent autant à Jean Guédon sur le compte de 1486 pour avoir rédigé et fait rédiger sur leur ordre « plusieurs lettres, memoires, instructions et extraictz touchant le fait des finances du païs de Bretaigne34 » : le paiement en fut tout naturellement assigné sur une comptabilité dont il assurait les écritures.

  • 35 Ibid., f° 102 v°-103.
  • 36 Ibid., f° 141.

16Dans les deux autres cas, la dépense n’avait aucun lien avec la Bretagne. Le 27 juillet 1498, les gens des Comptes accordèrent à leur président lai et néanmoins évêque de Lodève, Guillaume Briçonnet, 240 l. t. sur le compte de 1489 pour un voyage de Paris à Amboise auprès et par ordre du roi, « tant pour aucuns ses affaires […] que aussi pour remonstrer audit seigneur et l’advertir de par la Chambre desditz Comptes d’aucunes choses touchant le fait de son Demaine », pendant 48 jours, du 10 mars au 26 avril 1498, à raison de 100 s. t. par jour35. Le 10 mai 1503, ils allouèrent 25 l. t. sur le compte de 1490 au procureur du roi à la Chambre, Guillaume du Molinet, « en faveur et recognoissance d’aucuns grans et continuelz services qu’il a faitz et fait chacun jour pour le roy notredit seigneur oultre son office, touchant son Dommaine et autres ses affaires36 ».

  • 37 Ibid., f° 14 v° (1485), 33 v° (1486), 55 (1487), 77 v° (1488), 104 (1489), 142 (1490), 159 (1491, (...)

17Cette pratique des assignations a posteriori fausse l’information de l’historien : il faut distinguer la dépense annuelle arrêtée par les gens des Comptes de la dépense réellement engagée dans l’exercice, indiquée ci-après entre parenthèses lorsqu’elle en diffère. Les charges ainsi entendues chutèrent de 25 800 l. t. en 1485 à 20 800 (20 700) en 1486 et 18 300 l. 10 s. t. (17 300 l. 10 s. t.) en 1487, puis rebondirent à 35 500 l. t. en 1488, 46 505 (46 165) en 1489 et 50 905 (50 780) en 1490 avant de retomber à 21 550 (21 750) l. t. en 1491. Le solde annuel selon la Chambre des comptes (entre parenthèses, le solde réel de l’exercice) passa de + 200 l. t. en 1485 et autant (+ 300) en 1486 à + 2 699 l. 10 s. t. (+ 3 699 l. 10 s. t.) en 1487, puis chuta à – 1 200 l. t. en 1488 et – 1905 (– 1 565) en 1489 avant de remonter à +675 (+ 800) l. t. en 1490 et + 200 (0) en 1491. Une généreuse affectation de crédits permit à cette caisse politiquement sensible de n’enregistrer que deux déficits, au plus fort de la multiplication des pensionnaires. Le solde cumulé resta toujours positif ou équilibré : ayant culminé à + 3 099 l. 10 s. t. (+ 4 199 l. 10 s. t.) en 1487, il fondit à – 5 l. 10 s. t. (+ 1 434 l. 10 s. t.) en 1489 puis se redressa à + 869 l. 10 s. t. (+ 2 234 l. 10 s. t.) en 149137. Déduction faite des 1 000 l. t. assignées en 1488 sur le compte de 1487, les « restes » de Barraud s’élevaient à 1 234 l. 10 s. t. à la fin de 1491 : amputés de 690 l. t. par sept assignations a posteriori jusqu’en 1503, puis grossis de 325 l. t. par la radiation de l’une d’elles et la réduction du dernier salaire du commis lors du jugement des comptes, ils s’établirent définitivement à 869 l. 10 s. t.

  • 38 Les principaux bénéficiaires touchaient des pensions encore augmentées dans le compte de 1495-1496 (...)
  • 39 « Traditus ad burellum […].iija. die septembris.m° cccc°. nonagesimo tercio » (note en tête du pre (...)
  • 40 Ibid., notes marginales, f° 157, 160 v° (cf. P.J. infra).
  • 41 Ce qui suit repose sur les annotations marginales des gens des Comptes, interprétées à la lumière (...)
  • 42 Par exemple, notes marginales, f° 2 v°, 3 v°, 4 v° sur le premier compte.
  • 43 Il radia les 25 l. t. accordées à Guédon sur le compte de 1486 car elles étaient aussi assignées a (...)
  • 44 Ibid., f° 159-159 v° (vacations de Du Dère, cf. P.J. infra).
  • 45 Ibid., note marginale, f° 159 v° (cf. P.J. infra).
  • 46 En cela le bureau se montra peu généreux : d’ordinaire la dépense commune était mise à la charge d (...)

18La commission prit fin au 31 décembre 1491 ; les pensions furent transférées sur la trésorerie et recette générale de Bretagne38. Barraud chargea le procureur à la Chambre des comptes Guédon, déjà familier des affaires financières bretonnes, de rédiger ses comptes : le premier au moins fut déposé au bureau de la Chambre le 3 septembre 149339. Accompagnés chacun d’une liasse de justificatifs40, ils restèrent longtemps en attente : leur auditeur, le clerc des Comptes Nicolas Bolard, n’en entreprit l’examen qu’au printemps 150341. C’est cette fois le procureur du Dère qui y représentait Barraud. Bolard collationna aux originaux les lettres de commission, leur attache et les lettres de taxation du salaire du commis copiées en tête de chaque compte42 ; il constata les recettes ; il vérifia les dépenses d’après les états annuels des pensionnaires, les ordres de paiement du roi, des généraux des finances ou des gens des Comptes et les quittances43. Au fur et à mesure, il portait en marge des comptes des « arrêts » destinés au bureau. L’examen terminé après plusieurs jours44, ce dernier, composé de maîtres des Comptes, procéda au jugement le 11 mai 1503 – un jour après l’ultime rajout en dépense – sur le rapport du clerc auditeur et en présence de Du Dère45. C’est alors que la dépense commune fut radiée46 et le dernier salaire de Barraud revu à la baisse.

  • 47 Arch. nat., KK 79, f° 159 v° (cf. P.J. infra). À partir de 1507, la règle se fit plus sévère et to (...)
  • 48 Arch. nat., KK 79, f° 159 v° (cf. P.J. infra). Au xixe siècle, Célestin Port affirmait (sans avanc (...)

19Au terme du jugement, les comptes furent clos et Bolard procéda à leur affinement, c’est-à-dire au calcul des soldes annuels et du solde cumulé, pour déterminer la situation finale de Barraud envers le roi. Certaines dépenses lui étaient provisoirement comptées malgré l’absence de quittances, qu’il devrait produire avant la Toussaint47. L’excédent de gestion dont il fut trouvé débiteur fut reporté à la fin du compte de la recette des tailles de l’élection d’Anjou pour 1498 : sans doute en était-il receveur depuis lors48. Un exemplaire des comptes jugés lui fut remis et l’autre archivé à la Chambre.

  • 49 Arch. nat., KK 79, notes marginales, f° 148 v°, 149 (cf. P.J. infra).
  • 50 Ibid., f° 160 r° (cf. P.J. infra).
  • 51 Ibid., dernière note marginale (cf. P.J. infra).
  • 52 A. Lapeyre et R. Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi…, op. cit., t. I, n° 32, p. 20-21 ; (...)

20Ce n’était pas fini. En 1508, cet exemplaire fut soumis à une « correction », c’est-à-dire une vérification approfondie. Le correcteur des Comptes – dont le nom nous échappe – confronta ses recettes aux dépenses des receveurs généraux dans leurs comptes archivés en registres foliotés49 et conclut à l’omission de 640 l. t. ; il constata aussi que deux quittances manquaient encore pour 250 l. t. Le procureur du roi à la Chambre des comptes engagea une procédure contre Barraud qui, sommé à comparaître, présenta une requête pour être entendu sur les recettes et obtenir un nouveau délai pour les quittances. L’audience eut lieu devant le bureau le 18 septembre. Le procureur et l’accusé entendus, les comptes vus, par décret de la Chambre, Barraud fut tenu quitte de 600 l. t. de recettes, le reliquat devant être recouvré par le changeur du Trésor, et eut à produire les quittances avant Pâques 150950. Il paya 40 l. t. au changeur le 12 février 1509 et en porta le reçu à la Chambre51, mais il ne semble pas qu’il ait retrouvé ses quittances, s’il les avait jamais recueillies. Vingt-quatre ans s’étaient écoulés depuis la création de la commission, dix-sept depuis sa suppression. Ces affaires interminables étaient fréquentes : Barraud ne vit pas la fin d’autres contentieux, qui s’éternisèrent jusqu’à ce que ses héritiers obtinssent un arrangement de François Ier en 154052.

21Ainsi les comptes des pensionnaires bretons de Charles VIII revêtent-ils une double valeur historique. Source de premier plan sur la fin de l’indépendance bretonne, ils livrent un témoignage exceptionnel sur la vie et la mort d’une caisse royale dans la France de la fin du Moyen Âge : une histoire d’hommes, d’argent et de pratiques échappant pour une fois à l’abstraction des textes normatifs pour prendre sous nos yeux les couleurs de la vie.

PIÈCE JUSTIFICATIVE

Le dernier compte des pensionnaires bretons (1491)53

  • 53 Les annotations des gens des Comptes sont éditées en notes infrapaginales lorsqu’elles figurent en (...)

22Original sur parchemin, Archives nationales de France, KK 79, f° 143 r°-160 r°

  • 54 En marge à gauche, d’une écriture d’époque : « Original.»

23Compte septiesme et derrenier des pensionnaires de Bretaigne pour l’année finie mil.cccc. quatre vings et unze54.

24[f° 143] // [f° 144] COPPIE D’UNE COPPIE des lectres patentes du roy notre sire données à Rouen le dixneufiesme jour de novembre l’an mil.cccc. quatre vings et sept, expediées par messieurs les generaulx des finances le vingtsixiesme jour dudit moys oudit an mil.cccc. quatre vings et sept, collacionnées de la main de la Chambre, par lesquelles et pour les causes contenues en icelles ledit seigneur a commis et commect maistre Olivier Barraud a tenir le compte et faire les paiemens des pensions et entretenemens de certain nombre de barons et autres gentilz hommes estans du païs de Bretaigne et d’aillieurs, tant pour ladite année commencée le premier jour de janvier mil.cccc. quatre vings et sept que doresenavant par chacun an tant qu’il plaira audit seigneur, des deniers qui pour ce faire lui ont esté et seront ordonnez et appoinctez, a telz gaiges et tauxacions qui par ledit seigneur ou lesdits generaulx lui seront pour ce tauxez et ordonnez, ainsi que plusaplain est contenu ésdites lectres, en vertu desquelles lesdits generaulx [f° 144 v°] ont fait ladite tauxacion, laquelle est atachée ésdites lettres de coppie, desquelles, ensemble l’expedicion desdits generaulx et lesdites lettres de tauxacion des unes après les autres la teneur ensuit :

25Et premierement de ladite coppie

  • 55 En marge à gauche au f° 144 v° : « [aud.] Littere commissionis redduntur super compoto finito ottu (...)

26CHARLES par la grace de Dieu roy de France, a noz amez et féaulx les generaulx conseilliers par nous ordonnez sur le fait et gouvernement de toutes noz finances, salut et dilection. Savoir vous faisons que pour la bonne et entiere confiance que nous avons de la personne de notre cher et bien amé maistre Olivier Barraud et de ses sens, souffisance, loyaulté, preudommie et bonne dilligence, icellui pour ses [sic] causes et autres a ce nous mouvans avons commis et commectons par ses [sic] presentes a tenir le compte et faire les paiemens des pensions et entretenemens de certain nombre de [f° 145] barons et autres gentilz hommes estans du païs de Bretaigne et aillieurs, tant pour ceste presente année commençant le premier jour de janvier derrenier passé que doresenavant par chascun an tant qu’il nous plaira, lesquelz paiemens il sera tenu faire des deniers qui pour ce faire lui ont esté ou seront ordonnez et appoinctez et selon les estaz qui luy en seront sur ce faiz et baillez, et tout ainsi qu’il a fait par cy devant, a telz gaiges et tauxacions qui par nous ou vous lui seront pour ce tauxez et ordonnez. Si vous mandons, et a chacun de vous si comme a lui appartiendra, que, prins et receü dudit Barraud le serment en tel cas acoustumé, vous le faictes, souffrez et laissez excercer le fait de ladite commission plainement et paisiblement, et par rapportant ces presentes ou vidimus d’icelles soubz scel royal pour une foys et les quictances souffisantes des personnes particulieres a qui il aura faiz lesdits paiemens, ensemble sesdits estatz, par lesquelles il sera tenu rendre compte, nous voullons toutes et chascunes les sommes de deniers ainsi par lui paiées et distribuées par vertu desdits estatz et aux personnes declairées en iceulx, estre allouées en ses comptes et [f° 145 v°] rabatues du fait de sadite commission par noz amez et féaulx gens de noz Comptes, ausquelz nous mandons ainsi le faire sans difficulté, car ainsi nous plaist il estre fait, nonobstant quelzconques ordonnances, restrinctions, mandemens ou deffences a ce contraires. Donné a Rouen le dixneufiesme jour de novembre l’an de grace mil.cccc. quatre vings et sept, et de nostre regne le cinqiesme. Par le roy, le conte de Clermont, les sires de Graville, de Grimault et autres presens. Ainsi signé, J. Robineau55.

  • 56 Une croix et une annotation effacée en marge à gauche au f° 145 v°.

27LES GENERAULX conseilliers du roy notre sire sur le fait et gouvernement de ses finances, veües par nous les lettres patentes du roy notredit seigneur ausquelles ses [sic] presentes sont atachées soubz l’un de noz signetz, par lesquelles et pour les causes dedans contenues ledit seigneur a commis et commect maistre Olivier Barraud, nommé ésdites lectres, a tenir le compte et faire [f° 146] les paiemens des pensions et entretenemens de certain nombre de barons et autres gentilz hommes estans du païs de Bretaigne et d’aillieurs, tant pour ceste presente année commencée le premier jour de janvier derrenier passé que doresenavant par chacun an tant qu’il plaira audit seigneur, de [sic] deniers qui pour ce faire lui ont esté et seront ordonnez et appoinctez, et a telz gaiges et tauxacions qui par ledit seigneur ou nous lui seront pour ce tauxez et ordonnez ; nous, après ce que dudit maistre Olivier Barraud avons prins et receü le serment en tel cas acoustumé et icellui institué et mis en la possession et saisine du fait de ladite commission, consentons l’enterinement et acomplissement d’icelles selon leur forme et teneur, et qu’il face et excerce le fait de sadite commission tout ainsi qu’il est contenu et declairé ésdites lectres et que le roy notredit seigneur le veult et mande estre fait par icelles. Donné soubz nosdits signetz le vingtsixiesme jour de novembre l’an mil.cccc. quatre vings et sept. Ainsi signé, Bidant. Collatio presentis coppie sit cum litteris originalibus et expeditio [f° 146 v°] generalium finenciarum prout supra de verbo ad verbum cavetur, per me subscriptum in camera Compotorum domini nostri regis clericum, anno Domini millesimo quadringentesimo nonagesimo tercio, decima octava jullii. Ainsi signé, R. de Menegent56.

  • 57 Ms. : « et et. »
  • 58 Ms. : « qui.»
  • 59 En marge à gauche : « [aud.] Videatur. » Au xve siècle ce terme employé isolément signifie « vu » (...)
  • 60 En marge à gauche : « [aud.] Videatur. »
  • 61 En marge à gauche au f° 146 v° : « [aud.] Collatio fit cum litteris originalibus hic redditis. »

28LES GENERAULX conseilliers du roy notre sire sur le fait et gouvernement de ses finances, veües par nous les lectres patentes du roy notredit seigneur au vidimus desquelles ces presentes sont atachées soubz l’un de noz signetz, par lesquelles et57 pour les causes contenues en icelles ledit seigneur nous a donné et donne povoir et faculté de tauxer et ordonner a maistre Olivier Barraud, nagueres commis de par lui a tenir le compte et faire le paiement des pensions et entretenement d’aucuns barons, seigneurs et gentilz hommes du païs de Bretaigne et d’aillieurs, pour chacune année qu’il58 fera et excercera le fait de sadite commission, [f° 147] telles sommes de deniers que congnoistrons et verrons estre a faire eu regart aux fraiz et despenses d’icelle ; et pource qu’il nous est souffisamment apparu ledit maistre Olivier Barraud avoir distribué et departi aux pensionnaires de sadite charge, pour l’année finie le derrenier jour de decembre mil.cccc. quatre vings et unze, la somme de vingt et ung mil sept cens cinquante livres tournois59, de laquelle il a esté appoincté és charges de Languedoil et Normandie, en quoy faisant lui a convenu fournir et avancer du sien grans sommes de deniers pour ce que du fait de sadite assignacion il a esté appoincté de partie au long de l’an et de l’autre partie sur les troys derreniers quartiers, ainsi que en l’année precedente ; savoir faisons que nous, ces choses considerées, audit maistre Olivier Barraud, pour ces causes et par vertu du povoir a nous sur ce donné par ledit seigneur, avons tauxé et ordonné, tauxons et ordonnons la somme de mille livres tournois60, a icelle avoir et prendre par ses mains des deniers a lui appoinctez pour convertir et emploier ou fait de sadite commission de ladite [f° 147 v°] année.iiijxx. unze, pour ses peines et sallaires d’avoir vacqué et entendu a tout ce que dit est durant le temps d’icelle, et laquelle somme de mille livres tournois nous consentons estre par lui prinse et retenue, et qu’elle soit allouée en ses comptes et rabatue du fait de sadite recepte et commission en rapportant par lui ces presentes signées de noz mains et ledit vidimus tant seullement. Donné soubz nosdits signetz le.xvme. jour de decembre l’an mil.cccc. quatre vings et douze. Ainsi signé, Gaillart. Bidant. Le Breton. Briçonnet61.

  • 62 Dans la marge supérieure, d’une écriture d’époque : « Septimus et ultimus compotus magistri Olivie (...)
  • 63 Mot rajouté d’une écriture d’époque.
  • 64 En marge à gauche au f° 148 : « [aud.] Littere super presenti compoto reddite ponuntur cum litteri (...)
  • 65 Les mots en italiques ont été ajoutés après coup d’une autre main. – En marge à gauche : « [aud.] (...)

29[f° 148]62COMPTE SEPTIESME DERRENIER63 et particullier de maistre Olivier Barraud, commis par le roy notre sire et par ses lectres patentes données a Rouen le dixneufiesme jour de novembre mil.cccc. quatre vings et sept, expediées par messeigneurs les generaulx des finances le vingt sixiesme jour dudit moys oudit an mil.cccc. quatre vings et sept, a tenir le compte et faire les paiemens des pensions et entretenemens de certain nombre de barons, seigneurs et autres gentilz hommes estans du païs de Bretaigne et d’aillieurs, tant pour l’année finie le derrenier jour de decembre mil.cccc. quatre vings et sept que doresenavant par chacun an tant qu’il plaira audit seigneur, des deniers qui pour ce faire lui ont esté faiz et baillez pour les causes plusaplain contenues et declairées ésdites lectres, desquelles la coppie collacionnée de la main de la Chambre est rendue et transcripte au commencement de ce present compte, DES RECEPTE ET DESPENSE faictes par cedit commis pour le fait de sadite [f° 148 v°] commission durant l’année commançant le premier jour de janvier mil.cccc. quatre vings et dix et finissant le derrenier jour de decembre l’an revolu mil.cccc. quatre vings et unze64. Ce present compte rendu a court par Jehan du Dere, procureur de cedit commis, commis a present par lettres de procuration rendues sur le compte des aides d’Angers de l’année fynie au darrenier jour de septembre mil.cccc iiijxx. dix65.

30RECEPTE

31ET PREMIEREMENT

  • 66 Les sommes de tous les articles du compte sont inscrites dans la marge de droite. – En marge à gau (...)

32De sire Jehan Briçonnet, conseiller du roy notre sire et [f° 149] receveur general de ses finances ou païs de Languedoil, par cedulle de cedit commis datée du.xvij.me jour de juillet mil.cccc. quatrevings et unze, la somme de douze mille livres tournois a lui ordonnée et appoinctée oudit pays de Languedoil, pource icy ladite somme de. xijm. l. t.66

  • 67 En marge à gauche : « [corr.] [Un mot dissimulé par la reliure] capiuntur iste.ixm vijc l. l. t. p (...)

33De sire Jehan Lallemant, tresorier et receveur general ou pays et duchié de Normandie, par cedulle de cedit commis datée du.xvij.me jour de juillet mil.cccc. quatre vings et unze, la somme de neuf mil sept cens cinquante livres tournois a lui ordonnée et appoinctée oudit païs de Normandie, pour ce icy ladite somme de.ixm vijc l. l. t.67

34[aud.] Summa totalis recepte presentis compoti. xxjm vijc l. l. t.

35[f° 150] DESPENSE DE CE PRESENT COMPTE ET PREMIEREMENT

36DENIERS paiez a gens et pensionnaires assignez par l’estat du roy notre sire

  • 68 En marge à gauche au f° 150 : « [aud.] Per statum deffuncti regis Karoli et magistri Thome Bohier (...)

37A Jehan, viconte de Rohan et de Leon, conte de Porhoet, de la Gasnache et de Beauvoir sur mer, la somme de six mil livres tournois a lui ordonnée par le roy notre sire et par son estat cy rendu et servant cy après pour toutes les parties de ce present chappitre, pour sa pension et entretenement ou service dudit seigneur durant ceste presente année, [f° 150 v°] laquelle somme lui a esté paiée, baillée et delivrée par cedit commis ainsi qu’il appert par sa quictance cy rendue, pour ce icy par vertu dudit estat et de ladicte quictance ladite somme de.vjm. l. t.68

  • 69 Cette formule étant répétée mot pour mot dans chacun des articles suivants est reproduite ici une (...)

38A François de Laval, seigneur de Montasillant, la somme de troys mil livres tournois a lui ordonnée par le roy notre sire et par son estat cy devant rendu pour sa pension et entretenement ou service dudit seigneur durant ceste presente année, laquelle somme lui a esté paiée, baillée et delivrée par cedit commis ainsi qu’il appert par sa quictance cy rendue, pour ce icy par vertu dudit estat et de ladicte quictance ladite somme de69.iijm. l. t.

39A Françoise de Rieux, dame de Montasillant, la somme de six cens livres tournois a elle ordonnée […] [f° 151] […] ladite somme de.vic. l. t.

40A François de Bretaigne, conte de Vertuz, seigneur d’Avaugour et de Clisson, la somme de quatre mil livres tournois a lui ordonnée […] ladite somme de.iiijm. l. t.

  • 70 De Saint-Michel.

41A Pierre de Rohan, seigneur de Pont Chasteau, conte de Quintin et chevallier de l’Ordre70, la somme de troys mil livres tournois a lui ordonnée […] [f° 151 v°] […] ladite somme de.iijm. l. t.

42A Jehan du Perier, escuier, seigneur de Sourdeac, la somme de six cens livres tournois a lui ordonnée […] ladite somme de.vjc. l. t.

43A Gilles du Mas, escuier, seigneur du Brossay, la somme de six cens livres tournois a lui ordonnée […] [f° 152] […] ladite somme de.vjc. l. t.

44A damoiselle Jehanne de Beaucours, femme de Gilles du Mas, escuier, seigneur du Brossay, la somme de troys cens livres tournois a elle ordonnée […] ladite somme de.iijc. l. t.

45A Tristan de Lande, escuier, seigneur de Vau Rouault, la somme de troys cens livres tournois a lui ordonnée […] [f° 152 v°] […] ladite somme de.iijc. l. t.

46A Tanneguy du Chastel, escuier, seigneur dudit lieu, la somme de six cens livres tournois a lui ordonnée […] ladite somme de.vjc. l. t. A Jehan de Quoietquen, escuier, seigneur de Vau Ruffier, filz aisné du grant maistre de Bretaigne, la somme de quatre cens livres tournois a lui ordonnée […] [f° 153] […] ladite somme de.iiijc. l. t.

47A Jaques de Rohan, filz de monseigneur le viconte de Rohan, la somme de quatre cens livres tournois a lui ordonnée […] ladite somme de.iiijc. l. t.

48A Jullian Ruault, escuier, la somme de cent cinquante livres tournois pour le parfait de la somme de.ijc. l. t. (sur quoy il a receü, qui lui a esté avancé comptant, la somme de. l. l. t.) a lui ordonnée […] [f° 153 v°] […] ladite somme de.cl. l. t.

  • 71 Ms. : « de de. »

49A Gilles de71 la Claretiere, escuier, seigneur dudit lieu, la somme de six cens livres tournois a lui ordonnée […] ladite somme de.vjc. l. t.

50A Allain Levesque, escuier, seigneur de la Haye, la somme de deux cens livres tournois a lui ordonnée […] [f° 154] […] ladite somme de.ijc. l. t.

51[aud.] Summa donorum et pensionum.xxm vijc l. l. t.

  • 72 En marge à gauche : « [aud.] Per litteris taxacionis generalium superius transcriptis, que videatu (...)

52[f° 154 v°] GAIGES ET SALLAIRES72

  • 73 Par suite d’une erreur du folioteur de l’époque moderne, la numérotation des feuillets passe de 15 (...)
  • 74 Ici et dans le total ci-dessous, la somme originale a été soulignée et flanquée d’une autre d’une (...)

53A maistre Olivier Barraud, commis par le roy notre sire et par ses lectres patentes données a Rouen le dixneufiesme jour de novembre l’an mil.cccc. quatre vings et sept, expediées par messeigneurs les generaulx des finances le vingtsixiesme jour dudit moys oudit an mil.cccc. quatre vings et sept, a tenir le compte et faire le paiement de la somme de vingt et ung mil sept cens cinquante livres tournois que ledit seigneur a voulu et ordonné estre par lui distribuée et despartie par maniere de don et pension, en l’année finie le derrenier jour de decembre mil.cccc. quatre vings et unze, a certain nombre de seigneurs et autres gentilz hommes estans du païs de Bretaigne et d’aillieurs, et par icelles lettres le roy notredit seigneur manda auxdiz generaulx faire tauxacion audit Barraud pour ses gaiges telz qu’ilz verront estre a faire ; en vertu desquelles lesdiz generaulx, par leurs lettres de tauxacion [f° 15673] données soubz leurs signetz le quinziesme jour de decembre l’an mil.cccc. quatre vings et douze, pour ce qu’il leur est suffisamment apparu ledit maistre Olivier Barraud avoir distribué et desparty aux pensionnaires de sadite charge, pour l’année de ce present compte, ladite somme de vingt et ung mil sept cens cinquante livres tournois, de laquelle il a esté appoincté és charges de Languedoil et Normandie, en quoy faisant lui a convenu fournir et avancer du sien grans sommes de deniers par ce que, du fait de sadite assignacion, il a esté appoincté de partie au long de l’an et de l’autre partie sur les troys derreniers quartiers ainsi que en l’année precedente, iceulx generaulx lui ont tauxé et ordonné la somme de mil livres tournoys, a icelle avoir et prendre par ses mains des deniers a lui appoinctez pour convertir et employer ou fait de sadite commission de ladite année mil.cccc. quatre vings et unze, pour ses peines et sallaires d’avoir vaqué et entendu a tout ce que dit est durant icelle, ainsi que plusaplain est contenu en leursdites lectres de tauxacion cy rendues et transcriptes au commencement de ce present compte, par vertu [f° 156 v°] desquelles cedit commis a prins et retenu par ses mains, des deniers de sadite recepte, ladite somme de.m. l. t. Pour ce icy ladite somme de.m. l. t. [jug.].vijc. l. t.74.

54[aud.] Summa salariorum per se.m. l. t. [jug.].vijc. l. t.

55[f° 157] DENIERS PAIEZ par mandement patent

  • 75 Actuelle forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne).
  • 76 Deux annotations en marge à gauche au f° 157 : « [aud.] [Littere] vidisse manu camere collacionate (...)

56A maistre Nicole Viole, conseiller du roy notre sire et correcteur en sa Chambre des Comptes, la somme de cent livres tournois que ledit seigneur, par ses lettres patentes données au boys de Vincennes le troisiesme jour de may l’an mil quatrecens quatrevingts quatre, leües et expediées en ladite Chambre et veriffiées par messeigneurs les tresoriers et les generaulx des finances, luy a donnée et octroyée par maniere de pension, a icelle somme avoir et prendre doresnavant par chacun an, sa vie durant, a commencer du jour et feste sainct Remy lors derrenier passé, des deniers de ses finances tant ordinaires que aussi extraordinaires, par les mains [f° 157 v°] du changeur du Tresor, receveurs generaulx ou particuliers, grenetiers ou autres qui porter le pourront en tout ou en partie, et par ses simples quictances, pour et en recompense de l’office de maistre forestier de la forest de Biere75 ou bailliaige de Meleun qui par le feu roy Loys, cui Dieu pardoient, fut donné a messire Françoys de la Boessiere, chevalier, en en deschargeant ledit Viole, dont, a cause de ce, procés furent meüz entre iceulx Viole et de la Boessiere ainsi qu’il est contenu et que plus a plain par lesdites lettres appert, dont et desquelles le vidimus bien et deüement collacionné est rendu sur semblable partie et chappitre du compte de l’année finie mil quatrecens quatrevingts et neuf ; par vertu desquelles a esté par cedit receveur audit [f° 158] maistre Nicole Viole paié pour sadite pension de l’année finie mil quatrecens quatrevingts quinze ladite somme de cent livres tournois, ainsi que par sa quictance cy rendue appert, icy ladite somme de.c. l. t.76.

57[aud.] Summa denariorum per mandatum regis solutorum per se.c. l. t.

58[f° 158 v°] VOIAIGES ET TAUXACIONS

59Neant.

60[f° 159] DESPENSE COMMUNE

  • 77 En marge à gauche : « [jug.] Radiatur ista expensa communis ordinacione dominorum. » Cette mention (...)

61Pour papier, parchemin, encre et lassetz qu’il a convenu avoir et achapter a cedit commis durant le temps de cedit compte pour le fait de sadite commission, la somme de.xl. s.t.77

62Pour toille et sacs par lui achaptez a mectre les deniers de sadite recepte de ceste presente charge, la somme de.lx. s.t.

63A Jehan Guedon, procureur de cedit commis, pour avoir minuté et grossoyé cedit compte contenant, comprins le double d’icellui, la quantité de.xxxvj. fueilletz de parchemin escriptz, lesquelz a la raison de deux solz tournois pour chacun fueillet vallent. lxxij. s.t.

64Pour la vaccacion de Jehan du Dere, procureur de cedit commis, qui a assisté a la reddicion et closture [f° 159 v°] de ce present compte et des six precedens, en quoy faisant, et a prandre les arrestz mis sur iceulx, il a vacqué par plusieurs jours, a esté par messeigneurs des Comptes tauxé et ordonné la somme de.c. s.t.

65[jug.] Summa totalis expense presentis compoti.xxjm vc l. l. t.

  • 78 Dans l’établissement du solde les gens des Comptes tracent un trait horizontal en cas d’excédent, (...)

Ħ78 [affin.] Debet dictus commissus.ijc. l. t.
Ħ Item, debet per compotum precedentem.vjc lxix. l..x. s.t.
Ħ Summa quam debet.viijc lxix. l..x. s.t.
Portatur in fine status compoti tailliarum
Andegavensis de anno finito.m° cccc°.

  • 79 En marge à gauche : « [clôt.] Auditus et ad burellum conclusus ut precedentes, videlicet.xja. maij (...)

nonagesimo octavo.
Sic quictus hic dictus commissus79.

  • 80 La lecture de ces deux mots est incertaine.

66[jug.] Dictus Barrault tenetur afferre aliquas quitancias infra festum omnium santorum [sic] prout habetur80 superius. Ħ

  • 81 La phrase en italiques a été rajoutée d’une autre main.

67[cont.] Prorogatur hec sufferencia usque ad festum Pasche proxime venturum.vc ix°., virtute requeste in fine presentis compoti transscripte81.

  • 82 Cette somme lui était due en remboursement d’un « reculement » (report de paiement) sur les 200 l. (...)
  • 83 Barraud confond deux Guillaume : le seigneur de Chevigné, pensionnaire pour 400 l. t. en 1485 et 1 (...)

68[f° 160] [cont.] A messeigneurs des Comptes, supplie humblement Olivier Barrault, ou vivant du feu roy Charles derrenier decedé, que Dieu absoille, commis a tenir le compte et fere le paiement d’aucuns barons, seigneurs et gentilz hommes du païs et duché de Bretaigne, comme ainsi soit que a la requeste du procureur du roy ledit Barraut ait esté appellé pardevant vous pour compter de certaines obmissions de receptes que ledit procureur disoit avoir esté faictes par icellui Barraut, és comptes que il ou son procureur avoit déspiéça renduz et clos pardevant vous, d’aucunes années du fait de sadite commission, c’est assavoir, de la somme de cinq cens livres tournois a luy appoinctée par feu sire Jehan Briçonnet, en son vivant receveur general en la charge de Languedoil, sur la recepte des tailles de l’election d’Angiers en l’année finie.iiijxx x., pour convertir et employer ou fait de sadite commission, d’une part ; et de la somme de sept vings livres tournois appoinctée par icelluy receveur general audit Barrault sur ladite recepte des tailles d’Angiers de l’année finie.iiijxx xj., pour le rembourser de semblable somme que ledit Barraut avoit fournye et avancée du sien en l’année precedente a Guillaume le Forestier et Jaques Gorry, d’autre part ; qu’il vous plaise, appellé ledit procureur et autres qu’il vous plaira, oÿr ledit Barraut en ses justificacions et defenses et sur ce luy fere raison et justice. Aussi vous supplie ledit Barraut qu’il vous plaise luy donner tel delay qu’il vous plaira, de fournir aucunes quictances particulieres de certaines parties qui luy ont esté passées a charge de quictance sur aucuns de ses comptes de ladite commission, et mesmes sur le compte de l’année finie.iiijxx. et.x. de cinquante livres tournois faisant mencion par Jaques de Taix82, sur le compte de l’année finie.iiijxx. et huyt de.ijc. l. t. faisant mencion par messire Guillaume de Chevigné83 ; et vous ferez bien.

  • 84 Les 240 l. t. de l’annuité de pension de Le Forestier et Gorry à cheval sur 1489 et 1490, sur laqu (...)
  • 85 Trois annotations en marge à gauche : de la même main que le texte principal, « [cont.] Copie. »(...)

69Et au hault de ladite requeste est escript de la main de la Chambre ce qui s’ensuit : Ostandatur procuratori regis, audito procuratore, visis compotis et audito similiter receptore supplicanti, exoneretur a summa quingentarum librarum turonensium in compoto solucionis baronum et aliorum nobilium Britanie latius declarata ; et quo ad summam centum quadraginta librarum turonensium quam supplicans, per exoneracionem receptoris generalis, super recepta [sic] tailliarum electionis Andegavie percepit pro suo rambursamento, transeat pars pro centum libris solummodo pro perfecto summe ducentarum quadraginta librarum84, et radiantur relique quadraginta libre per campsorem Thesauri recuperende. Insuper prorogantur sufferencie quictanciarum usque ad festum Pasche proxime venturum, transcribatur que presens requesta in fine compoti de quo supra, ordinacione dominorum. Actum ad burellum.xviija. septembris millesimo quingentesimo octavo. Sic signatum, Badovilier85.

Notes

1 On trouvera le détail des événements dans l’Histoire de Bretagne d’Arthur de La Borderie, t. IV par Barthélemy Pocquet, Rennes, 1906, p. 509-583 ; un exposé documenté replacé dans le contexte français et européen dans Yvonne Labande-Mailfert, Charles VIII et son milieu (1470-1498). La jeunesse au pouvoir, Paris, 1975, p. 55-115 ; une présentation plus rapide et récente dans Dominique Le Page et Michel Nassiet, L’union de la Bretagne à la France, Morlaix, 2003, p. 62-103.

2 Arch. nat., KK 79, f° 2 v°-3 v° ; éd. Jean-François Lassalmonie, « Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu (1483-1491) », Études et documents, Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, 6, 1994, annexe V b, p. 120. L’attache des généraux des finances visant ces lettres est du 14 janvier, ce qui témoigne de la priorité accordée à l’affaire (Arch. nat., KK 79, f° 3 v°-4 v°).

3 BnF, ms. fr. 23266, f° 22-23. Les sources ne lui donnent le titre de maître qu’après sa nomination de 1485 ; la date de son mariage est inconnue. Sur ce personnage cf. André Lapeyre et Rémy Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles VIII et Louis XII (1461-1515). Notices personnelles et généalogies, collection de Documents inédits sur l’Histoire de France, t. I, Paris, 1978, n° 32, p. 20-21 et t. II, planche xxii (généalogie des Briçonnet) ; et Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des Temps modernes, 1491-1547, Paris, 1997, p. 32 et « Catalogue prosopographique », n° 8, p. 400-401. Si ses liens avec le milieu des notaires et secrétaires du roi sont attestés, Barraud ne paraît pas l’avoir été lui-même : il ne porte jamais ce titre dans les sources, seule une lettre de Louis XI l’appelle en 1478 « nostre amé secretaire » – ce qui n’est pas la même chose – sans lui donner le titre de maître porté par les notaires et secrétaires (Léon-Honoré Labande, Avignon au xve siècle. Légation de Charles de Bourbon et de Julien de la Rovère, Monaco/Paris, 1920, pièce justificative n° xxii, p. 598-599).

4 D. Le Page, Finances et politique…, op. cit., p. 32.

5 Arch. nat., KK 79, f° 18-20 (1486), 37-38 (1487), avec attaches des généraux des 12 janvier 1486 (f° 20-20 v°) et 26 novembre 1487 (f° 38-38 v°).

6 Le Roux de Lincy, Histoire de la reine Anne de Bretagne, femme des rois de France Charles VIII et Louis XII, suivie de lettres inédites et de documents originaux, t. III, Paris, 1860, preuve 8, p. 188-197. Le premier compte est daté de 1483 au lieu de 1485 (p. 189), le deuxième de 1484-1485 au lieu de 1486 (p. 193) et les extraits s’arrêtent à 1489 (p. 197). La transcription est au surplus infidèle : entre mille exemples, dans les lettres du 8 janvier 1486 les « gentilz hommes du païs de Brethaigne » (Arch. nat., KK 79, f° 19) sont rendus par « gentilshommes du pays de Bretaigne » (p. 191). Nous remercions vivement notre confrère Yves Coativy, qui nous a obligeamment communiqué cette édition.

7 Le sire de Rieux émargeait parallèlement au budget ducal : le 27 décembre 1486, François II mandait à son trésorier et receveur général d’assigner aux sires de Rohan (bientôt pensionnaire du roi de France) et de Rieux, pour leurs grandes charges à son service, 4 000 livres bretonnes (4 800 l. t.) chacun « en bon et seür lieu a ce qu’ilz puissent estre promptement paiez », pour leurs pensions de l’année commencée le 1er octobre (dom Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, 3 vol., Paris, 1742-1746, t. III, col. 528). Nous remercions vivement les frères Jean-Christophe de Nadaï et Augustin Pic, O. P., pour nous avoir donné accès à cet ouvrage au couvent de Rennes.

8 Et non 21 comme nous l’avons écrit ailleurs (J.-F. Lassalmonie, « Les finances… », art. cit., p. 48 et annexe V c, p. 121).

9 Arch. nat., KK 79, f° 8 r°-12 v° (1485), 25-29 v° (1486), 43-52 v° (1487), 65-75 v° (1488), 87-100 r° (1489), 114-137 (1490), 150-154 r° (1491, cf. pièce justificative infra). Jean du Perrier, seigneur de Sourdéac, était le dernier conjuré de 1484 encore inscrit.

10 Ibid., f° 99 v°-100 (1489), 139-139 v° (1490).

11 René Gandilhon, Politique économique de Louis XI, Rennes, 1940, p. 201-202 ; Simon Painsonneau, Fabrication et commerce des armures. L’armurerie tourangelle au xve siècle, Paris, 2004, tableaux 1 p. 18 et 2 p. 20, p. 24-25, 52-53, 100.

12 À 35 s. t. l’écu : il s’agit de l’écu de Bretagne, pour lequel ce cours légal est attesté en Languedoc en 1487 (Jean Favier, Finances et fiscalité au bas Moyen Âge, Paris, 1971, p. 49).

13 Arch. nat., KK 79, f° 47-48 v°.

14 Ibid., f° 68-68 v°. En d’autres occasions la défection est signalée : en 1490, Guillaume du Loyon ne reçut rien « pour ce qu’il s’est retiré devers les Bretons et tenu le party contraire du roy » (f° 123 v°, 134 v°). Notons cette malencontreuse assimilation des Bretons aux défenseurs de l’indépendance, dans le propre compte des partisans du roi.

15 Ibid., f° 6 v°-7 (1485), 23 v°-24 (1486), 41 v°-42 (1487), 63 v°-64 v° (1488), 85 v°-86 v° (1489), 112 v°113 v° (1490), 148 v°-149 (1491, cf. P.J. infra) ; J.-F. Lassalmonie, « Les finances… », art. cit., annexe V c, p. 121 (avec graphique).

16 Le quantième du mois est resté en blanc (Arch. nat., KK 79, f° 113).

17 Ibid., f° 126 v°-137.

18 BnF, P.O. 200, dossier 4430 (Barrault à Angers), n° 2-3.

19 Arch. nat., KK 79, f° 39 v° (1487).

20 Ibid., f° 39 v°-40.

21 Ibid., f° 160 v° (cf. P.J. infra).

22 Ibid., f° 4 v°-5 v° [lettres de taxation] et 13-14 [rubrique « gages et salaires »] (1485), 21-22 et 30-31 (1486), 39-40 et 53 v°-54 v° (1487), 61-62 et 76-77 (1488), 82 v°-84 et 100 v°-101 v° (1489), 110 v°-111 v° et 137 v°-138 v° (1490), 146 v°-147 v° et 154 v°-156 v° (1491, cf. P.J. infra).

23 Les réductions de l’ordre d’un quart étaient courantes dans cette rubrique : Henri Jassemin, La Chambre des Comptes de Paris au xve siècle, Paris, 1933, p. 137 et note 5.

24 Ibid., p. 23-24, 112, 115.

25 Soit 1 s. t. par page puisque les deux faces sont employées, mais un feuillet dont le verso reste vierge est entièrement payé.

26 Guédon rédigeant deux exemplaires, la longueur d’un compte correspond à la moitié de ces chiffres.

27 Arch. nat., KK 79, f° 14 v° (1485), 33 v° (1486), 55 (1487), 77 v° (1488), 104 (1489), 142 (1490), 159 (1491, cf. P.J. infra).

28 La dépense commune de 1489 porte en marge : « Radiatur ista expensa communis ordinacione dominorum [les maîtres des Comptes], quod comprehenditur in taxacione de.xiiijc. l. t. [le salaire du commis] » (ibid., f° 104).

29 Ibid., f° 52 v°-53.

30 Ibid., f° 99 v°-100 (1489), 139-139 v° (1490).

31 La rubrique des pensions est intitulée « deniers payés à gens et pensionnaires assignés par les rôle et état (ou par l’état) du roi notre sire ». De fait, les deux hommes sont absents de la rubrique des pensions de 1490 même pour le début de leur seconde annuité.

32 Ibid., f° 31 v°-32 (1486), 103-103 v° (1489), 140-140 v° (1490), 157-158 (1491, cf. P.J. infra). À lire les comptes, Viole a perçu deux fois sa pension de 1492-1493 ; curieusement, ses collègues n’ont pas relevé cette faute comptable connue sous le nom de bis capit (H. Jassemin, La Chambre des Comptes… op. cit., p. 148149). Ont-ils fermé les yeux ? S’il y a lapsus calami dans le compte de 1486, pourquoi ne l’avoir pas corrigé ? En revanche, les gens des Comptes notent en marge des comptes de 1486, 1489 et 1491 qu’une semblable partie est inscrite dans le compte du receveur des tailles de Rethélois pour 1480 (Arch. nat., KK 79, f° 31 v°, 103 v°, 157, cf. P.J. infra). Viole aurait donc touché trois fois sa pension de 1492-1493 et deux fois celle de 1494-1495 sur divers « restes » : étranges pratiques pour un correcteur des Comptes…

33 Cet article illustre le lien entre l’état de pensionnaire et le service du roi (c’est nous qui soulignons) : La Gaubertière est rétribué « pour ses peines d’avoir fait plusieurs expedicions et escriptures, tant pour la despeche [sic] du seigneur de Graville qui puis nagueres est allé ou païs de Normandie pour resister a la descente des Anglois, et ont esté envoyées lectres missives a toutes les villes, cappitaines de places et grans parsonnaiges dudit pays pour lui obeïr en ce present affaire, que aussi les lectres missives a tous les pensionnaires du royaulme a ce qu’ilz s’en viengnent montez et armez pour servir le roy notredit seigneur ou fait de sa guerre et autres lectres missives, commissions et mandemens patens pour les affaires d’icellui seigneur ; et pour ce faire avoir sallarié a ses despens les clercs qui ont fait et escript lesdites depesches et escriptures » (ibid., f° 102-102 v°).

34 Ibid., f° 33.

35 Ibid., f° 102 v°-103.

36 Ibid., f° 141.

37 Ibid., f° 14 v° (1485), 33 v° (1486), 55 (1487), 77 v° (1488), 104 (1489), 142 (1490), 159 (1491, cf. P.J. infra) ; J.-F. Lassalmonie, « Les finances… », art. cit., annexe V c, p. 121 (avec graphique). Nous comptons le salaire de Barraud dans la dépense réelle de l’exercice, car il n’attendait assurément pas les tardives lettres des généraux pour se payer : la supériorité de la dépense réelle sur la dépense arrêtée en 1491 est due à sa réduction a posteriori par les gens des Comptes.

38 Les principaux bénéficiaires touchaient des pensions encore augmentées dans le compte de 1495-1496 (D. Le Page, Finances et politique…, op. cit., p. 181).

39 « Traditus ad burellum […].iija. die septembris.m° cccc°. nonagesimo tercio » (note en tête du premier compte, Arch. nat., KK 79, f° 6). Guédon était certainement déjà chargé de rédiger les comptes le 6 juin, lorsque 25 l. t. lui furent assignées sur celui de 1486. Le premier excepté, aucun ne porte de date de dépôt, peut-être parce que tous ont été présentés en même temps : l’identité de rédacteur plaide aussi en faveur d’une écriture concentrée dans le temps, vers 1492-1493, et les dix ans séparant la rédaction de l’examen des comptes expliquerait le changement de procureur. Les trois derniers comptes contenant des dépenses postérieures à 1493, leur dépense commune ne mentionnant pas de réécriture et les articles de ces dépenses trahissant une main différente, il faut supposer leur insertion après coup dans le corps du texte original. Dans le compte de 1491 une page intitulée « Voyages et taxations » et restée vide (f° 158 v°, cf. P.J. infra) suggère de telles pratiques, mais comment le rédacteur aurait-il pu savoir longtemps à l’avance où ménager des rubriques en blanc ?

40 Ibid., notes marginales, f° 157, 160 v° (cf. P.J. infra).

41 Ce qui suit repose sur les annotations marginales des gens des Comptes, interprétées à la lumière de l’exposé fondamental d’H. Jassemin sur les procédures du contrôle et du contentieux comptables (La Chambre des Comptes…, op. cit., p. 106-178).

42 Par exemple, notes marginales, f° 2 v°, 3 v°, 4 v° sur le premier compte.

43 Il radia les 25 l. t. accordées à Guédon sur le compte de 1486 car elles étaient aussi assignées ailleurs : « radiatur quia alibi » (note marginale, f° 33).

44 Ibid., f° 159-159 v° (vacations de Du Dère, cf. P.J. infra).

45 Ibid., note marginale, f° 159 v° (cf. P.J. infra).

46 En cela le bureau se montra peu généreux : d’ordinaire la dépense commune était mise à la charge du roi. De même, le défraiement du procureur du commis n’était d’habitude radié que lorsque le compte était trop chargé, ce qui n’était pas le cas ici. Il est vrai que, contre leur usage, les gens des Comptes ne s’attribuèrent pas d’épices pour l’audition des comptes (H. Jassemin, La Chambre des Comptes…, op. cit., p. 137-138), mais nous avons vu que le personnel de la Chambre avait largement usé des « restes ».

47 Arch. nat., KK 79, f° 159 v° (cf. P.J. infra). À partir de 1507, la règle se fit plus sévère et toute dépense sans quittance fut radiée provisoirement (H. Jassemin, La Chambre des Comptes…, op. cit., note 4 p. 127).

48 Arch. nat., KK 79, f° 159 v° (cf. P.J. infra). Au xixe siècle, Célestin Port affirmait (sans avancer de date) que Barraud fut receveur des tailles d’Anjou : cité par D. Le Page, Finances et politique…, op. cit., « Catalogue prosopographique », n° 8, p. 400.

49 Arch. nat., KK 79, notes marginales, f° 148 v°, 149 (cf. P.J. infra).

50 Ibid., f° 160 r° (cf. P.J. infra).

51 Ibid., dernière note marginale (cf. P.J. infra).

52 A. Lapeyre et R. Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi…, op. cit., t. I, n° 32, p. 20-21 ; D. Le Page, Finances et politique…, op. cit., « Catalogue prosopographique », n° 8, p. 400-401. Les premiers situent la date, inconnue, de sa mort entre 1506 et 1520 : notre source permet de repousser ce terminus a quo à 1509.

53 Les annotations des gens des Comptes sont éditées en notes infrapaginales lorsqu’elles figurent en marge du compte. Chaque fois que possible, l’étape du contrôle comptable au cours de laquelle elles ont été portées est indiquée par les mentions préalables [aud.] pour l’examen (ou audition) du compte, [jug.] pour le jugement, [clôt.] pour la clôture, [affin.] pour l’affinement, [corr.] pour la correction, [cont.] pour le contentieux issu de la correction : dans les quatre premiers cas les notes sont du clerc des Comptes auditeur, Nicolas Bolard, et dans le cinquième, d’un correcteur des Comptes inconnu (cf. H. Jassemin, La Chambre des Comptes…, op. cit., p. 115-150).

54 En marge à gauche, d’une écriture d’époque : « Original.»

55 En marge à gauche au f° 144 v° : « [aud.] Littere commissionis redduntur super compoto finito ottuagesimo nono. »

56 Une croix et une annotation effacée en marge à gauche au f° 145 v°.

57 Ms. : « et et. »

58 Ms. : « qui.»

59 En marge à gauche : « [aud.] Videatur. » Au xve siècle ce terme employé isolément signifie « vu » (H. Jassemin, La Chambre des Comptes…, op. cit., note 5 p. 124-125).

60 En marge à gauche : « [aud.] Videatur. »

61 En marge à gauche au f° 146 v° : « [aud.] Collatio fit cum litteris originalibus hic redditis. »

62 Dans la marge supérieure, d’une écriture d’époque : « Septimus et ultimus compotus magistri Olivier Barrault, commissi per dominum nostrum regem ad distribuendam summam.xxjm vijc l. l. t. diversis personis patrie Britanie, juxta statum deffuncti regis Karoli, in anno finito ad ultimam decembris millesimo.cccc°. nonagesimo primo. »

63 Mot rajouté d’une écriture d’époque.

64 En marge à gauche au f° 148 : « [aud.] Littere super presenti compoto reddite ponuntur cum litteris compoti precedentis»

65 Les mots en italiques ont été ajoutés après coup d’une autre main. – En marge à gauche : « [aud.] Ita est. »

66 Les sommes de tous les articles du compte sont inscrites dans la marge de droite. – En marge à gauche au f° 148 v° : « [corr.] Capiuntur iste.xijm. l. t. per compotum Johannis Briçonnet, de quo in textu, finitum ultima septembris anni hujus compoti, et corrigitur ibi f°.iiijc iiijxx viij. verso. »

67 En marge à gauche : « [corr.] [Un mot dissimulé par la reliure] capiuntur iste.ixm vijc l. l. t. per compotum Johannis Lalemant, de quo infra, anni hujus compoti, et ibi corrigitur f°.ijc xlv. »

68 En marge à gauche au f° 150 : « [aud.] Per statum deffuncti regis Karoli et magistri Thome Bohier secretarii finenciarum signatum, in quo continentur nomina personarum totius capituli, et quictancias super qualibet parte reddita, demptis partibus oneratis. » Cette dernière expression signifie « à l’exception des articles dont la quittance manque » (H. Jassemin, La Chambre des Comptes…, op. cit., p. 127 et note 7).

69 Cette formule étant répétée mot pour mot dans chacun des articles suivants est reproduite ici une fois pour toutes.

70 De Saint-Michel.

71 Ms. : « de de. »

72 En marge à gauche : « [aud.] Per litteris taxacionis generalium superius transcriptis, que videatur ad burellum et ordinetur. Ħ [jug.] Viso compoto similis facti de anno finito millesimo.cccc°. nonagesimo [sic pour octuagesimo] sexto, in quo presens computabilis facit receptam de.xxjm. l. t. et capit pro tauxacione sua summam.vijc. l. t., habet solum dictus computabilis similem summam de.vijc. l. t. pro anno presentis compoti, attento quod recepta hujus anni ascendit.xxjm vijc l. l. t., ordinacione dominorum. » Les gens des Comptes tracent un trait horizontal après une question en suspens, puis le barrent deux fois verticalement lorsqu’elle est réglée (H. Jassemin, La Chambre des Comptes…, op. cit., p. 127).

73 Par suite d’une erreur du folioteur de l’époque moderne, la numérotation des feuillets passe de 154 à 156.

74 Ici et dans le total ci-dessous, la somme originale a été soulignée et flanquée d’une autre d’une main différente.

75 Actuelle forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne).

76 Deux annotations en marge à gauche au f° 157 : « [aud.] [Littere] vidisse manu camere collacionate redduntur super compoto de simili facto anni finiti.iiijxx ix°., in quibus expedicio predicte camere, thesaurariorum Francie et generalium finenciarum scribitur, etiam per quitanciam dicti magistri Nicolas Viole hic redditam. Sic ponitur in fine ligacie hujus compoti. » – Et en dessous : « [corr.] Et scribitur similis pars in compoto magistri Gilberti du Peyrat, receptoris tailliarum Registelensis [de Rethélois], de anno millesimo.cccc°. ottuagesimo. »

77 En marge à gauche : « [jug.] Radiatur ista expensa communis ordinacione dominorum. » Cette mention s’applique à toute la rubrique.

78 Dans l’établissement du solde les gens des Comptes tracent un trait horizontal en cas d’excédent, vertical en cas de déficit, puis le biffent deux fois perpendiculairement lorsqu’il a été reporté ou acquitté (H. Jassemin, La Chambre des Comptes…, op. cit., note 1 p. 140).

79 En marge à gauche : « [clôt.] Auditus et ad burellum conclusus ut precedentes, videlicet.xja. maij.m°. quingentesimo tercio, me refferente, Bolart. »

80 La lecture de ces deux mots est incertaine.

81 La phrase en italiques a été rajoutée d’une autre main.

82 Cette somme lui était due en remboursement d’un « reculement » (report de paiement) sur les 200 l. t. de sa pension de 1490. L’article correspondant porte en marge : « [aud.] debet quitanciam. Ħ [jug.] Afferat infra festum omnium sanctorum proxime adveniens, aut reddat summam in graffariatu camere, ordinacione dominorum. — » (f° 133 v°). Le tiret final n’a pas été biffé, ce qui montre que le commis n’a ni produit la quittance, ni payé au greffe son montant.

83 Barraud confond deux Guillaume : le seigneur de Chevigné, pensionnaire pour 400 l. t. en 1485 et 1486 seulement, dont il devait produire une quittance de 100 l. t. sur la seconde annuité avant la Toussaint 1503 (f° 12, 29 v° et note marginale) ; et Guillaume du Loyon, dont il devait fournir la quittance pour les 200 l. t. de sa pension de 1488 (f° 74 v° et note marginale). C’est de ce dernier qu’il est question ici : son défaut de quittance était certainement dû au fait qu’il avait changé de camp (compte de 1490, f° 123 v°, 134 v°).

84 Les 240 l. t. de l’annuité de pension de Le Forestier et Gorry à cheval sur 1489 et 1490, sur laquelle Barraud avait avancé les 140 l. t. en litige.

85 Trois annotations en marge à gauche : de la même main que le texte principal, « [cont.] Copie. » – Plus bas, d’une autre main, « [cont.] Collacio fit cum originali requesta in fine ligacie litterarum hujus compoti posita. » – Et plus bas (le début de chaque ligne est masqué par la reliure), de la deuxième main, « [cont.] [D]e istis sommis.vc. l. t. et [.v]ijxx. l. t. fit correctio in [com]potis Johannis Briçonnet receptoris [ge]neralis finitis.iiijxx x. et [.ii]ijxx xj. insequendo presens [d]ecretum. Fiat in correctio[n]e summa.xl. l. t., de qua [in]fra, super campsorem Th esauri. Ħ » ; d’une troisième main, « [D]einde actulit [sic pour attulit] cedullam Thesauri scriptam in [di]cto Th esauro die.xija. mensis februarii millesimo quingentesimo octavo, ascendentem.xl. l. t., […ompt. ?] per dictum Thesaurum pro quictando in oneribus […] agend[is] ipsius, positam in fine ligacie litterarum hujus […] compoti ; ideo corrigendum in dicto Th esauro. »

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540