Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles

 | 
Eugenio Amato
, 
Marie-Hélène Marganne

Seconde partie. Le dossier littéraire et philologique

Un guide de voyage pour Favorinos et Thémistios

Jacques Schamp

Texte intégral

New York, par exemple, où je débarquai […],
mon Villon en poche […] à la place du Baedecker.
Blaise Cendrars,
Lettre dédicatoire à mon premier éditeur

  • 1 Them., Or. 13, 162 c-d, p. 234 Downey : οὐχ οἷος τοῖς πολλοῖς δοκεῖ τοιοῦτος καὶ τῷ ὄντι ἐστί, νεὸ (...)

1Dans un passage curieux, Thémistios décrit l’Amour sous la forme paradoxale d’un voyageur efflanqué constamment à l’affût1 :

  • 2 Pl., Smp., 203 c 7-d 1 : σκληρὸς καὶ αὐχμηρὸς.
  • 3 Le verbe θυραυλέω se rencontre ailleurs chez Platon (Plt., 272 a 6 ; Lg, III, 695 a 4). La locutio (...)
  • 4 Pl., Smp., 203 d 5-7 : ἀνδρεῖος ὢν καὶ ἴτης καὶ σύντονος, θηρευτὴς δεινός, ἀεί τινας πλέκων μηχανά (...)

Il n’est pas tel que le pense la majorité, jeune, délicat et mignon, mais au contraire il est rude, malpropre2, passant la nuit sur le pas des portes3, à la belle étoile le plus souvent, vivant en chemineau, toujours passionné par le beau et le bon ; hardi de surcroît, il est, muscles bandés, à l’affût, un chasseur hors ligne, sans cesse à tramer des ruses pour piéger le gibier, inventif en plus et toujours à philosopher4. Autant de traits qu’il tient les uns de son père, Expédient, les autres, de sa mère, Pauvreté.

  • 5 Pl., Smp. 203 c 7-d 1 ; 203 d 5-7.

2On reconnaît ici une marqueterie de textes platoniciens5. L’amoureux, qui n’est autre que Thémistios lui-même chargé d’une mission diplomatique à Rome, a construit minutieusement son voyage, à l’aide non pas d’un Guide Bleu, mais de citations tirées de Platon.

  • 6 2 Co 11, 25-26 : τρὶς ἐναυάγησα, νυχθήμερον ἐν τῷ βυθῷ πεποίηκα · ὁδοιπορίαις πολλάκις, κινδύνοις (...)

3À première vue, rien de plus banal qu’un voyage dans une vie d’homme. Le thème a traversé les siècles, au point de former le foyer d’où a rayonné une vaste littérature dans l’Antiquité, depuis l’Odyssée jusqu’à, disons, Rutilius Namatianus. Saint Paul finit même par le retourner en y voyant une sorte de folie6 :

Trois fois, j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit sur l’abîme. Voyages à pieds, souvent, dangers des fleuves, dangers des brigands, dangers de mes frères de race, dangers des païens, dangers dans la ville, dangers dans le désert, dangers sur mer, dangers des faux frères.

  • 7 Discours sacrés, 2, 65-68. J’utilise la traduction de Festugière A.-J., Aelius Aristide. Discours (...)
  • 8 Synes., Ep. 5, 296-297, p. 18 Garzya Roques : τοῦτό σοι δρᾶμα ἐκ τραγικοῦ κωμικὸν ὅ τε δαίμων ἡμ (...)

4On mettra à part les descriptions de naufrages : les tribulations d’Ulysse inspirèrent aux auteurs de romans une foule d’ecphraseis dont les règles avaient été arrêtées depuis longtemps par les maîtres de rhétorique. Dans les célèbres discours sacrés d’Aelius Aristide, les descriptions de traversées maritimes ne manquent pas. On ne sera pas surpris que le premier voyage à Rome à la fin de l’hiver 144, soit suivi d’un retour précipité par mer qualifié « Odyssée7 ». Même si elle a l’aspect d’un journal de voyage d’Alexandrie à la Pentapole, la célèbre épître que Synésios de Cyrène adressa à son frère Euoptios sent la littérature à telles enseignes que l’auteur lui-même la qualifie de « pièce tragi-comique8 ».

  • 9 Dans le monde chrétien, le célèbre Itinéraire d’Égérie ne répond pas, semble-t-il, à un autre beso (...)
  • 10 Le fait a été vigoureusement souligné par Canfora L., Une profession dangereuse. Les penseurs grec (...)

5Certes, les déplacements fréquents étaient une obligation imposée aux souverains par les besoins du gouvernement. Autre chose pour les particuliers dans le monde hellénique, que le cadre étroit de la cité-état n’encourageait pas à chercher de plus larges horizons. Hormis les mésaventures de condottieri dans le style des Alcibiade ou Xénophon, on ne se déplaçait guère que pour des raisons religieuses, consultation de l’oracle de Delphes, par exemple, comme Chéréphon pour Socrate, ou les grandes panégyries9. Le cas des intellectuels doit sans doute être réservé. Aède, Homère ou celui qui se cache sous ce nom, a dû, comme maints de ses collègues et successeurs, mener une existence errante. Le voyage en Égypte fut une étape pratiquement obligée pour nombre d’historiens et de philosophes. Les sophistes de l’époque classique multiplièrent les séjours hors de chez eux, serviteurs de la politique à l’occasion et surtout ambassadeurs de la rhétorique et de la philosophie. En revanche, Socrate ne manquait pas de souligner que s’il quitta jamais Athènes, ce fut pour accomplir ses obligations militaires10.

  • 11 Philostr., VS, I, 25, p. 532 : καὶ ἡ αἰτία δέ, ἣν ἐκ τῶν πολλῶν εἶχεν, ὡς ὁδοιποροῦντι αὐτῷ πολλὰ (...)

6Les descriptions des conditions concrètes de voyage sont relativement rares dans l’Antiquité. Pour la période de la seconde sophistique qui nous intéresse, nous disposons d’une relation de Philostrate relative à Polémon de Laodicée. On lui reprochait le luxe dont il aimait s’entourer, mais l’indication est le prétexte à une réflexion que n’eusent pas reniée aujourd’hui les thuriféraires de la droite décomplexée11 :

Et la critique à laquelle (Polémon) avait droit de la part de beaucoup – au cours de ses voyages il avait dans sa suite quantité de bêtes de somme, quantité de chevaux, quantité de serviteurs, quantité de chiens de différentes races pour différents gibiers, alors que lui-même se déplaçait sur un attelage phrygien ou celte avec freins d’argent – faisait la gloire de Smyrne ; de fait, une cité doit son éclat à son marché et à la magnifique construction de ses édifices, autant qu’à la prospérité d’une maison ; ce n’est pas seulement une cité qui donne son renom à un homme, elle-même en reçoit aussi de lui. Polémon gardait l’œil aussi sur Laodicée, où il se rendait souvent dans sa propre maison et qu’il aidait, quand il le pouvait, dans les affaires publiques.

  • 12 Anderson G., The Second Sophistic. A Cultural Phenomenon in the Roman Empire, Londres – New York, (...)
  • 13 Philostr., VS, II, 15 p. 596 : πλεῖστα δὲ ἐπελθὼν ἔθνη καὶ πλείσταις ἐνομιλήσας πόλεσιν οὐδαμοῦ δι (...)

7L’homme avait, il est vrai, conquis l’amitié de l’empereur Hadrien qui lui avait donné la faveur d’utiliser la poste publique12. Nous n’en saurons pas beaucoup plus sur les pérégrinations de Ptolémée de Naucratis, le plus prestigieux des sophistes, selon Philostrate13 :

Bien qu’il se fût rendu auprès de fort nombreux peuples, entretînt des relations avec de fort nombreuses cités, nulle part, il ne trahit la réputation qui était sienne ni ne fut inférieur à ce que l’on attendait, mais c’était comme s’il voyageait sur un char brillant de prestige qu’il traversait les villes.

  • 14 D. Chr., 47, 22: εἰ δὲ ἄρα ἀποδημῶν ἥδομαι, τὰς μεγίστας πόλεις ἐπιέναι μετὰ πολλοῦ ζήλου καὶ φιλο (...)

8Le témoignage de Dion de Pruse, qui s’exprime par antiphrase, autorise probablement la généralisation14 :

Si réellement je me plais à voyager, je devrais faire la tournée des plus grandes cités, escorté avec force enthousiasme et marques d’honneur. Ceux chez qui j’arriverais me remercieraient et me prieraient de leur parler et de les conseiller, et s’attrouperaient à ma porte dès l’aurore, cela sans aucune dépense et contribution de ma part, si bien que tous m’admireraient.

  • 15 Hérode Atticus fut acclamé aux Jeux olympiques, Philostr., VS, I, 25, p. 539 ; Hippodromos de Thes (...)

9En outre, comme bien d’autres particuliers riches, les sophistes rehaussaient de leur présence les grandes fêtes panhelléniques ou d’autres15.

  • 16 Philostr., VS, I, 24, p. 529 : παρῆλθε μὲν γὰρ ἐς τὴν τοῦ Πολέμωνος διατριβὴν ὀνομαστὸς ἤδη ὤν, ξυ (...)

10En revanche, d’autres ne méprisaient pas une discrétion de bon aloi qui donnait à leur brusque apparition une saveur unique, comme Hippodromos de Thessalie auprès de Mégistias de Smyrne ou Marc de Byzance auprès de Polémon de Laodicée. Naturellement, la manière de Marc, épris de brièveté et de clarté, affectionnant un certain air de naïveté, cultivant son accent dorien, était à l’opposé de celle de Polémon et de l’école asiatique16 :

En effet, (Marc) était venu assister au cours de Polémon à un moment où il avait déjà du renom ; quand eurent pris place tous ceux qui venaient assister à la séance, un de ceux qui avaient fait voile pour Byzance le reconnut et le désigna à son voisin, qui fit de même avec le sien ; ainsi se répandit le bruit qu’il était le sophiste de Byzance.

  • 17 Philostr., VS, I, 22, p. 524. Sur l’instance des centumviri, Civiletti M., Filostrato, op. cit., p (...)
  • 18 Philostr., VS, I, 19, p. 512.
  • 19 Voir respectivement Philostr., VS, I, 21, p. 520; I, 25, p. 536; I, 24, p. 529; II, 5, p. 571.
  • 20 Voir respectivement Philostr., VS, I, 23, p. 526 (deux statues à Athènes) ; I, 25, p. 543 ; II, 9, (...)

11Polémon se rendit à Sardes pour défendre devant les centumviri un riche prévenu dans une affaire relevant du droit civil17. D’autres voyages furent imposés par des raisons moins nobles. Nicétas, qui avait eu maille à partir avec un nommé Rufus, consulaire en poste à Smyrne, avait refusé de répondre à ses convocations au tribunal, mais il fut bien obligé de se présenter plus tard quand son adversaire, qui avait largement pris du galon, fut devenu gouverneur en Gaule18. Comme l’avait fait déjà, par exemple, Gorgias de Léontium à l’époque classique, d’autres sophistes remplirent des missions diplomatiques. Il suffira de citer ici les noms de Scopélianos de Clazomène, de Polémon, de Marc de Byzance ou d’Alexandre de Séleucie dit Péloplaton19. Plusieurs d’entre eux furent honorés par des statues, comme Lollianos, Polémon, Aelius Aristide et, naturellement, Favorinos d’Arles20.

  • 21 Pernot L., La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, I : Histoire et technique, Paris, (...)
  • 22 Puech B., Orateurs et sophistes grecs dans les inscriptions d’époque impériale, Paris, J. Vrin, 20 (...)

12Les conditions de voyage changèrent-elles beaucoup à la fin de l’Antiquité ? Il ne paraît pas. En revanche, le statut des orateurs ou des sophistes, lui, se modifia sensiblement. On partira ici de deux réflexions éclairantes. Selon L. Pernot21, « avec la victoire du christianisme et les mutations du Bas-Empire, les conditions changent : si forts que soient les éléments de permanence, c’est une Troisième Sophistique qui commence […] » et B. Puech22, « [à] l’époque de la Troisième Sophistique, l’orateur n’est plus la vedette qui fait la fierté de la cité, mais un professeur à qui l’on ne songe plus guère à élever une statue ; […] il est un intellectuel de cour, qui a pour mission de proclamer la gloire des puissants […] il fait lui-même partie des cadres de l’administration de l’empire ».

  • 23 Libanios offre cependant un récit relativement détaillé de son voyage jusqu’à Athènes, au cours du (...)
  • 24 Schamp J., art. H 136, Dictionnaire des Philosophes Antiques, III (2000), p. 708-742, surtout p. 7 (...)
  • 25 Them., In Ph., (CAG V 2 p. 185, 14-16 Schenkl) : Ἐγὼ καὶ οἱ ἐμοὶ παῖδες τὴν αὐτὴν ὁδὸν τὴν ἐκ Νικα (...)

13Malgré une carrière qui l’obligea à résider successivement à Athènes23, Héraclée, Constantinople, Nicomédie puis derechef à Constantinople, Libanios ne rêvait qu’à enseigner la rhétorique dans sa cité natale. On sait qu’Himérios effectua depuis Athènes de nombreux déplacements, à Corinthe, à Nicomédie, à Sparte notamment, avant de se mettre à militer sous l’étendard de Julien, sans grand succès, semble-t-il ; il quitta l’Attique où il ne revint qu’après la mort de Prohaerésios. On ne pouvait attendre de lui qu’il offrît des détails concrets sur ses voyages24. Le cas de Thémistios est à part, professeur renommé mais aussi sénateur influent de Constantinople et, à la fin d’une longue carrière, du règne de Constance II à celui de Théodose, préfet de la ville. Comme ses prédécesseurs, il eut des débuts difficiles qui l’obligèrent à séjourner à Ancyre, après avoir posé sa candidature à un poste de Nicomédie, sans que nous connussions l’issue du concours. On peut croire qu’une fois sénateur, il pouvait utiliser les véhicules du cursus publicus. Dans un passage rarement cité, il évoque la durée d’un voyage entre Nicée et son pays natal25 :

Mes enfants et moi-même, nous avons fait la route de Nicée au pays de notre père, moi en disposant d’un attelage du cursus publicus, eux d’un chariot, en un temps inégal, moi, en deux fois un jour et une nuit, eux, en quatre fois.

  • 26 Them., Or. 13, 163 c, p. 235 Downey : δρόμος ἰσόδρομος σχεδὸν τῷ ἡλίῳ ἀπὸ Τίγρητος εἰς Ὠκεανόν, πό (...)

14Dans l’œuvre oratoire, les voyages pour Rome sont ceux qui ont pris le plus d’importance. Lors de la visite qu’il fit en 376, il décrit son expérience en termes amoureux26 :

  • 27 D’après O. Seeck (Briefe, op. cit., p. 333), qui a réussi à convaincre R. Maisano (Discorsi di Tem (...)
  • 28 Pl., Smp., 203 d 1 et 2 : ἀνυπόδητος […] καὶ ἄστρωτος.

une course du Tigre à l’Océan27, presque aussi longue que celle du soleil, un voyage tous muscles bandés, un vol à fleur de sol, semblable à la course qu’à vos dires Amour fait parfois, des jours succédant à des nuits sans sommeil. Des couchers par terre et des veillées sur le pas des portes, j’en ai passé, dans les chemins et à la belle étoile, sur la dure et pieds nus28.

  • 29 Pl., Ti., 38 d 1-3 : ἥλιον δὲ εἰς τὸν δεύτερον ὑπὲρ γῆς, ἑωσφόρον δὲ καὶ τὸν ἱερὸν Ἑρμοῦ λεγόμενον (...)

15L’imitation du Banquet platonicien est patente. La comparaison du voyage au cours du soleil provient du Timée29 :

(le dieu a placé) le Soleil dans la seconde (orbite) au-dessus de la Terre ; l’astre du matin et celui qui est consacré à Hermès, de telle sorte qu’ils parcourent leurs cercles avec une vitesse égale à celle du Soleil […]

  • 30 Them., Or. 13, 171 b, p. 245 Downey : ἐγὼ δὲ ἐκ περάτων εἰς πέρατα γῆς ὁρμηθεὶς καὶ τοσαῦτα πράγμα (...)

16Ceci ne signifie pas pour autant que tout soit pure fiction dans le discours30 :

j’en serais réduit pour ma part, après avoir parcouru la terre d’une extrémité à l’autre et infligé à des chevaux aussi bien qu’à des mules tant de tourments, en franchissant maintes montagnes à la course, maintes contrées au vol et en visitant maintes cités, à me présenter à vos portes en posture, non de philosophe, mais d’amant nourri de rhétorique ou de poésie, et de laudateur de vos biens seulement, et non pas seulement de votre personne.

  • 31 Them., Or. 4, 2, p. 71-72 Downey : καὶ ἐξὸν αὐτῷ ἀναβάντι ἐπ’ἀπήνην τετράκυκλόν τε καὶ ὑψηλὴν καὶ (...)

17Pendant l’hiver 357-358 probablement, Thémistios se trouva dans l’impossibilité de prendre part à une fête importante organisée à Rome. Dans son discours d’excuse, il trouve un excellent prétexte pour décrire les affres imaginaires d’un voyage hivernal de Constantinople à Rome31 :

  • 32 La formule est connue, voir Hom., Ω 324 : τετράκυκλον ἀπήνην.
  • 33 Hom., ε 272 : Πληϊάδας θ’ ὁρώωντι καὶ ὀψὲ δύοντα Βοώτην avec la sch. θ 93 ἐσορῶντι alors que le ma (...)
  • 34 La comparaison est avec le Socrate du Banquet (220 b 2-7) : ἢ εἴ τις ἐξίοι, ἠμφιεσμένων τε θαυμαστ (...)
  • 35 La tradition manuscrite est divisée sur le choix de l’adjectif qui se rapporte à φάρμακα. L’adject (...)

certes, alors qu’il lui est loisible en montant sur un char à quatre roues32 et à haut dossier, en attelant des mules qu’il change à chaque relai, que dis-je des caravanes de mules de trait, de se faire transporter par le pays des Thraces, des Péoniens, des Illyriens et de tous les peuples qui habitent d’ici jusqu’en Italie entre ciel et terre, sans « chercher à observer les Pléiades33 et le Bouvier qui se couche si tard, » comme Ulysse sur son radeau – car les brumes ne permettent pas en cette saison aux gens de ces régions d’apercevoir les astres – mais se heurtant aux glaces, aux tempêtes, aux blizzards, s’emmitouflant les mains et les pieds dans des chancelières de feutre et des moufles de peau de mouton34, non point avec un seul pilote à la barre pour diriger la navigation et le bateau, mais avec des milliers de muletiers poussant des cris grossiers pour exciter les attelages, claquant du fouet et les pressant pour qu’elles ne s’embourbent point dans les marécages, arrivé à la longue à cet endroit de la résidence impériale où il aurait dû, dès son arrivée, chanter des hymnes à la divinité et offrir les prémices des victimes, le voilà incapable de rien faire de tout cela, le voilà se couchant dans un lit, tremblant, malade, suppliant les médecins de lui trouver des potions brûlantes pour expulser la tempête de fièvre qui frappait son corps35.

  • 36 Favorin., De ex., 15, 3 : ἄνθρωπος δέ, ᾧ | πολυκίνητον φύσιν ἔδωκεν ὁ θεός, “ἐπὶ τραφε | ρήν τε καὶ (...)

18Platon et Homère affleurent presque sous chaque ligne de ces textes, citation, imitation, adaptation ou variation. Favorinos ne procède pas autrement, même s’il ne cherche pas aussi franchement à faire disparaître toute trace d’emprunt. On remarquera que chez lui, les déplacements font pour ainsi dire partie intégrante de la destinée humaine. Sûrement, aucun de ses collègues n’eût renié les lignes qui vont suivre36 :

  • 37 La double course ou δίαυλος correspond à peu près à ce qu’est dans l’athlétisme contemporain la co (...)

L’homme à qui le Dieu a donné un naturel d’une grande mobilité, « se vendant sur le sol et sur l’onde » – tantôt il se déplace à pied, tantôt il use de moyens de transport de toutes sortes, aussi bien pédestres que maritimes – en échangeant une terre contre l’autre ou une mer contre l’autre dans son intérêt, pour son commerce et contracter un mariage à l’étranger, « en rassemblant de fidèles compagnons, en se mêlant à des étrangers », en séduisant « une jolie femme », il fera, s’il le faut, la traversée du couchant au levant et du levant au couchant, dans une course égale à celle du soleil depuis midi jusqu’au soir en exécutant à nouveau en sens inverse la double course37, sans supputer ni la hauteur excessive des montagnes ni les difficultés de la route ni l’excès de chaleur ni le frimas hivernal, mais, même si à la nage il échappe à un naufrage, il embarquera sur un autre vaisseau et pensera, avec l’audace qui est la sienne, que toute traversée, tout chemin doit être essayé.

  • 38 Hom., Ξ 308 : ἐπὶ τραφερήν τε καὶ ὑγρήν.
  • 39 Hom., Γ 47-48 : ἑτάρους ἐρίηρας ἀγείρας, | μιχθεὶς ἀλλοδαποῖσι γυναῖκ’εὐειδέ’ἀνῆγες.
  • 40 Le fait n’est pas signalé dans la longue note de Barigazzi A., Favorino di Arelate. Opere, Florenc (...)
  • 41 On peut compléter sur ce point la note de A. Barigazzi (ibid.). Le verbe δολιχοδρομέω figure déjà (...)

19Ici aussi, le voyage est construit sur une base textuelle. On y trouve déjà le même type d’ingrédients qu’a repris par la suite Thémistios. Homère donne le branle au développement, « sur le sol et sur l’onde » (Ξ 308)38. On doit au préalable procéder au recrutement de compagnons fidèles, quitte à se mêler à des étrangers et à séduire au passage une jolie femme, même déjà mariée. Pâris lui-même n’avait-il pas procédé de la sorte (Γ 47-48)39 ? On l’a vu, la course « aussi longue que le soleil » vient du Timée platonicien, comme chez Thémistios. Du dialogue, l’image a frayé sa route au moins jusqu’à Thémistios en passant notamment par Favorinos40. Toutefois, ce dernier accentue l’effet de réel à l’aide d’une allusion très concrète aux concours du stade41. Quand on a son Homère et son Platon en tête, point n’est besoin de se munir d’un guide de voyage.

Notes

1 Them., Or. 13, 162 c-d, p. 234 Downey : οὐχ οἷος τοῖς πολλοῖς δοκεῖ τοιοῦτος καὶ τῷ ὄντι ἐστί, νεὸς καὶ ἁπαλὸς καὶ ἁβρός, ἀλλὰ τοὐναντίον σκληρὸς καὶ αὐχμηρὸς καὶ θυραυλῶν ἐπὶ θύραις καὶ ἐν ὑπαίθρῳ τὰ πολλὰ καὶ ἐν ὁδοῖς διαιτώμενος καὶ ἐπιθυμητὴς ἀεὶ τοῦ καλοῦ καὶ ἀγαθοῦ, καὶ ἴτης ἐπὶ τούτοις, σύντονος, θηρευτής, δεινῶς πλέκων μηχανὰς ἐπὶ τῇ θήρᾳ, καὶ ἔτι φρόνιμος καὶ ἀεὶ φιλοσοφῶν. ὧν τὰ μὲν ἐκ τοῦ πατρὸς τοῦ Πόρου αὐτοῦ παραγίνεται, τὰ δὲ ἐκ τῆς μητρὸς Πενίας. Je n’ai pas été en mesure de consulter le recueil de Sánchez M. B., Medina A. V. (éd.), Estudios sobre el viaje en la literatura de la Grecia antigua, Séville, Universidad de Sevilla, Secretariado de Publicaciones, 2002.

2 Pl., Smp., 203 c 7-d 1 : σκληρὸς καὶ αὐχμηρὸς.

3 Le verbe θυραυλέω se rencontre ailleurs chez Platon (Plt., 272 a 6 ; Lg, III, 695 a 4). La locution θυραυλέω ἐπὶ θύραις ne se trouve pas ailleurs.

4 Pl., Smp., 203 d 5-7 : ἀνδρεῖος ὢν καὶ ἴτης καὶ σύντονος, θηρευτὴς δεινός, ἀεί τινας πλέκων μηχανάς, καὶ φρονήσεως ἐπιθυμητὴς καὶ πόριμος, φιλοσοφῶν διὰ παντὸς τοῦ βίου.

5 Pl., Smp. 203 c 7-d 1 ; 203 d 5-7.

6 2 Co 11, 25-26 : τρὶς ἐναυάγησα, νυχθήμερον ἐν τῷ βυθῷ πεποίηκα · ὁδοιπορίαις πολλάκις, κινδύνοις ποταμῶν, κινδύνοις λῃστῶν, κινδύνοις ἐκ γένους, κινδύνοις ἐξ ἐθνῶν, κινδύνοις ἐν πόλει, κινδύνοις ἐν ἐρημίᾳ, κινδύνοις ἐν θαλάσσῃ, κινδύνοις ἐν ψευδαδέλφοις. Traduction : Traduction oecuménique de la Bible, Paris, Alliance biblique universelle : Le Cerf, 1988, p. 1682. Voir Saffrey H.-D., « Aspects autobiographiques dans les épîtres de l’apôtre Paul », Baslez M.-F., Hoffmann Ph., Pernot L. (éd.), L’Invention de l’autobiographie d’Hésiode à Saint Augustin. Actes du deuxième colloque de l’équipe de recherche sur l’hellénisme post-classique (Paris, École normale supérieure, 14-16 juin 1990), Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1993, p. 133-138, spécialement p. 136-137.

7 Discours sacrés, 2, 65-68. J’utilise la traduction de Festugière A.-J., Aelius Aristide. Discours sacrés. Rêve, religion, médecine au IIe siècle après J.-C., Paris, Macula, 1986, p. 63-64, voir Dindorf, p. 305-306.

8 Synes., Ep. 5, 296-297, p. 18 Garzya Roques : τοῦτό σοι δρᾶμα ἐκ τραγικοῦ κωμικὸν ὅ τε δαίμων ἡμῖν ἐνήρμοσε κἀγὼ τοῖς πρὸς σὲ γράμμασι. Les faits se seraient déroulés en octobre 407, Roques D., dans Garzya A. et Roques D., Synésios de Cyrène, II : Correspondance. Lettres I-LXIII, Paris, Les Belles Lettres, 2000, p. 92 ; les p. 93-94 offrent une riche bibliographie sur la lettre. Pour le cadre général dans lequel s’inscrivent les ecphraseis, Billault A., La création romanesque dans la littérature grecque à l’époque impériale, Paris, Presses Universitaires de France, 1991, p. 195-198. Toutefois, faisant voile de Constantinople vers Athènes, Libanios essuya aussi une tempête ou, à tout le moins, un gros grain, Lib., Or., 1 (Autobiographie), 32.

9 Dans le monde chrétien, le célèbre Itinéraire d’Égérie ne répond pas, semble-t-il, à un autre besoin, voir Maraval P., Égérie Journal de voyage (Itinéraire), Paris, Les Éditions du Cerf, 1982, SC 286.

10 Le fait a été vigoureusement souligné par Canfora L., Une profession dangereuse. Les penseurs grecs dans la cité, Paris (trad. I. Abramé-Battesti), Éditions Desjonquères, 2000, p. 20.

11 Philostr., VS, I, 25, p. 532 : καὶ ἡ αἰτία δέ, ἣν ἐκ τῶν πολλῶν εἶχεν, ὡς ὁδοιποροῦντι αὐτῷ πολλὰ μὲν σκευοφόρα ἕποιτο, πολλοὶ δὲ ἵπποι, πολλοὶ δὲ οἰκέται, πολλὰ δὲ ἔθνη κυνῶν ἄλλα ἐς ἄλλην θήραν, αὐτὸς δὲ ἐπὶ ζεύγους ἀργυροχαλίνου Φρυγίου τινὸς ἢ Κελτικοῦ πορεύοιτο, εὔκλειαν τῇ Σμύρνῃ ἔπραττεν · πόλιν γὰρ δὴ λαμπρύνει μὲν ἀγορὰ καὶ κατασκευὴ μεγαλοπρεπὴς οἰκοδομημάτων, λαμπρύνει δὲ οἰκία εὖ πράττουσα, οὐ γὰρ μόνον δίδωσι πόλις ἀνδρὶ ὄνομα, ἀλλὰ καὶ αὐτὴ ἄρνυται ἐξ ἀνδρός. ἐπεσκοπεῖτο δὲ καὶ τὴν Λαοδίκειαν ὁ Πολέμων θαμίζων ἐς τὸν ἑαυτοῦ οἶκον καὶ δημοσίᾳ ὠφελῶν ὅ τι ἠδύνατο.

12 Anderson G., The Second Sophistic. A Cultural Phenomenon in the Roman Empire, Londres – New York, Routledge, 1993, p. 29.

13 Philostr., VS, II, 15 p. 596 : πλεῖστα δὲ ἐπελθὼν ἔθνη καὶ πλείσταις ἐνομιλήσας πόλεσιν οὐδαμοῦ διέβαλε τὸ ἑαυτοῦ κλέος, οὐδὲ ἥττων ἢ προσεδοκήθη ἔδοξεν, ἀλλ’ ὥσπερ ἐπὶ λαμπροῦ ὀχήματος τῆς φήμης πορευόμενος διῄει τὰ ἄστη.

14 D. Chr., 47, 22: εἰ δὲ ἄρα ἀποδημῶν ἥδομαι, τὰς μεγίστας πόλεις ἐπιέναι μετὰ πολλοῦ ζήλου καὶ φιλοτιμίας παραπεμπόμενον, χάριν εἰδότων μοι παρ’οὓς ἂν ἀφίκωμαι καὶ δεομένων λέγειν καὶ συμβουλεύειν καὶ περὶ τὰς ἐμὰς θύρας ἰόντων ἐξ ἑωθινοῦ, μηδὲν ἀναλώσαντα μηδὲ προστιθέντα, ὥστε θαυμάζειν ἅπαντας. Je cite ici la traduction de Jouan F., « Les récits de voyage de Dion Chrysostome », Baslez M.-F., Hoffmann Ph., Pernot L. (éd.), L’Invention de l’autobiographie, op. cit., p. 189-198, spécialement p. 190.

15 Hérode Atticus fut acclamé aux Jeux olympiques, Philostr., VS, I, 25, p. 539 ; Hippodromos de Thessalie présida deux fois les Jeux pythiques, Philostr., VS, II, 27, 615-616 ; Polémon les Jeux olympiques d’Asie (Philostr., VS, I, 25, 535-536). Naturellement, les jeux avaient gardé leur prestige d’antan pour une bonne part, en sorte qu’ils continuaient à inspirer les sophistes. À Athènes, Antipatros de Hiérapolis, qui avait suivi l’enseignement du sophiste local Zénon, prononça un Olympicos et un Panathénaïque (Philostr., VS, II, 24, p. 607). Pour une mise au point récente sur ce dernier, voir Civiletti M., Filostrato. Vite dei sofisti, Milan, Bompiani, 2002, p. 621-622, n. 1.

16 Philostr., VS, I, 24, p. 529 : παρῆλθε μὲν γὰρ ἐς τὴν τοῦ Πολέμωνος διατριβὴν ὀνομαστὸς ἤδη ὤν, ξυγκαθημένων δὲ τῶν ἐς τὴν ἀκρόασιν ἀπηντηκότων ἀναγνούς τις αὐτὸν τῶν ἐς τὸ Βυζάντιον πεπλευκότων διεμήνυσε τῷ πέλας, ὁ δὲ τῷ πλησίον, καὶ διεδόθη ἐς πάντας, ὅτι ὁ Βυζάντιος εἴη σοφιστής. Hippodromos de Thessalie avait fait de même auprès de Mégistias de Smyrne (Philostr., VS, II, 27, p. 618-619).

17 Philostr., VS, I, 22, p. 524. Sur l’instance des centumviri, Civiletti M., Filostrato, op. cit., p. 463, n. 23.

18 Philostr., VS, I, 19, p. 512.

19 Voir respectivement Philostr., VS, I, 21, p. 520; I, 25, p. 536; I, 24, p. 529; II, 5, p. 571.

20 Voir respectivement Philostr., VS, I, 23, p. 526 (deux statues à Athènes) ; I, 25, p. 543 ; II, 9, p. 582. Pour Favorinos d’Arles, le discours Corinthien roule sur la destruction d’une statue érigée en son honneur, Amato E., Julien Y., Favorinos d’Arles. Œuvres, I : Introduction générale – Témoignages – Discours aux Corinthiens – Sur la fortune, Paris, Les Belles Lettres, 2005, p. 54-56.

21 Pernot L., La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, I : Histoire et technique, Paris, Institut d’Études Augustiniennes 1993, p. 14, n. 9.

22 Puech B., Orateurs et sophistes grecs dans les inscriptions d’époque impériale, Paris, J. Vrin, 2002, p. 7-8. On notera toutefois que l’empereur Constant chercha à s’attacher les services de Prohaerésios et qu’on éleva à Rome une statue en bronze en l’honneur de l’orateur, Eun., VS, 10, 7, 4, munie d’une inscription « Rome la reine au roi de l’éloquence ». Philastrios, un des parents de ce dernier, originaire de Cucuse, lui fit aussi ériger une statue à Athènes, Lib., Ep., 275 (361 ?), Penella R. J., Greek Philosophers and Sophists in the Fourth Century A. D. Studies in Eunapius of Sardis, Leeds, F. Cairns, 1990, p. 89, n. 20, et surtout, tout récemment Becker M., Eunapios aus Sardes. Biographien über Philosophen und Sophisten. Einleitung, Übersetzung, Kommentar, Stuttgart, F. Steiner, 2013, p. 475. Philastrios n’a trouvé place ni dans Seeck O., Die Briefe des Libanios, Leipzig, J. C. Hinrichs’sche Buchhandlung, 1906 ni dans PLRE I. L’érection de statues en l’honneur de sophistes renommés était un usage courant, ainsi pour Favorinos d’Arles à Athènes et à Corinthe (Amato E., dans Amato E., Julien Y., Favorinos I, op. cit., p. 19), Lollianos d’Ephèse à Athènes (Philostr., VS, I, 23, p. 527 : deux statues), Polémon et Aelius Aristide à Smyrne (Philostr., VS, I, 25, p. 543 et II, 9, p. 582 respectivement) ; Augustin (Conf., VIII, 2, 3) fait état d’une statue de Marius Victorinus élevée à Rome.

23 Libanios offre cependant un récit relativement détaillé de son voyage jusqu’à Athènes, au cours duquel il fut sérieusement malade durant la traversée du Bosphore, Or., 1 (Autobiographie), 14-16.

24 Schamp J., art. H 136, Dictionnaire des Philosophes Antiques, III (2000), p. 708-742, surtout p. 723 et 728-729.

25 Them., In Ph., (CAG V 2 p. 185, 14-16 Schenkl) : Ἐγὼ καὶ οἱ ἐμοὶ παῖδες τὴν αὐτὴν ὁδὸν τὴν ἐκ Νικαίας εἰς τὴν πατρίδα, ἐγὼ μὲν ἀπήνην δημοσίαν ἔχων, οἱ δὲ ἅμαξαν, οὐκ ἐν ἴσῳ διηνύσαμεν χρόνῳ, ἀλλ’ ἐγὼ μὲν ἐν δύο νυχθημέροις, οἱ δὲ ἐν τέτρασιν.

26 Them., Or. 13, 163 c, p. 235 Downey : δρόμος ἰσόδρομος σχεδὸν τῷ ἡλίῳ ἀπὸ Τίγρητος εἰς Ὠκεανόν, πόρος σύντονος, πτῆσις χαμαιπετής, καὶ οἷόν ποτε θεῖν τὸν Ἔρωτα φῄς, ἡμέραι ἐπὶ ταῖς νυξὶν ἀκοίμητοι. χαμευνίας καὶ θυραυλίας διήγαγον ἐν ταῖς ὁδοῖς καὶ ἐν τοῖς ὑπαίθροις ἄστρωτος, καὶ ἀνυπόδετος. Le texte et la traduction sont ceux que je prépare pour la Collection des Universités de France.

27 D’après O. Seeck (Briefe, op. cit., p. 333), qui a réussi à convaincre R. Maisano (Discorsi di Temistio, Turin, UTET, 1995, p. 494, n. 12), Valens aurait confié au préalable à Thémistios la mission de rencontrer Gratien en personne. On ne les suivra pas sur ce terrain. En 15, 198 b, p. 285 Downey, Thémistios recourt à trois couples antithétiques, dans l’ordre, le Rhin et le Tigre, l’Océan et le Tigre, l’ouest et l’est. En 3, 42 a, p. 60 Downey, l’Océan vise les territoires des Francs et des Alamans. L’Océan désigne ici, par métonymie, la partie occidentale de l’Empire romain, voir Scholze H., De temporibus librorum Themistii, Göttingen, Dieterichiana, 1911, p. 46 et Portmann W., dans Leppin H., Portmann W., Themistios Staatsreden, Stuttgart, Anton Hiersemann, 1998, p. 219, de même le Tigre la partie orientale. La description du voyage est encore plus vague en Or. 13, 171 b, p. 245 Downey (voir plus bas pour le texte et la traduction). Dans le discours 4 (49 b-50 c, p. 70-72 Downey), Thémistios donne une description très concrète de ce que pouvait représenter un voyage de l’espèce. Comme le souligne R. Maisano (ibid.), malgré une longue carrière diplomatique, il ne devait guère apprécier les expéditions lointaines.

28 Pl., Smp., 203 d 1 et 2 : ἀνυπόδητος […] καὶ ἄστρωτος.

29 Pl., Ti., 38 d 1-3 : ἥλιον δὲ εἰς τὸν δεύτερον ὑπὲρ γῆς, ἑωσφόρον δὲ καὶ τὸν ἱερὸν Ἑρμοῦ λεγόμενον εἰς τὸν τάχει μὲν ἰσόδρομον ἡλίῳ κύκλον ἰόντας. Quant à l’oxymore πτῆσις χαμαιπετής, il ne se trouve pas ailleurs.

30 Them., Or. 13, 171 b, p. 245 Downey : ἐγὼ δὲ ἐκ περάτων εἰς πέρατα γῆς ὁρμηθεὶς καὶ τοσαῦτα πράγματα παρασχὼν ἵπποις τε καὶ ἡμιόνοις πολλὰ μὲν ὄρη διαδραμών, πολλὰ δὲ δάπεδα διαπτάς, πολλαῖς δὲ πόλεσιν ὁμιλήσας, ἔπειτα φανείην σοι ἐπὶ θύραις ἀντὶ φιλοσόφου ῥητορικός τις ἢ ποιητικὸς ἐραστὴς καὶ τῶν σῶν μόνων καὶ οὐ μόνου σοῦ ἐπαινέτης.

31 Them., Or. 4, 2, p. 71-72 Downey : καὶ ἐξὸν αὐτῷ ἀναβάντι ἐπ’ἀπήνην τετράκυκλόν τε καὶ ὑψηλὴν καὶ ζευγνυμένῳ ἡμιόνους ἄλλοτε ἄλλας, μᾶλλον δὲ ὁρμαθοὺς ἡμιόνων ζυγίων τε καὶ παρασείρων, διὰ Θρᾳκῶν τε καὶ Παιόνων Ἰλλυριῶν καὶ ὁπόσα ἔθνη μέχρις Ἰταλίας φέρεσθαι μετεώρῳ νύκτας ἐφεξῆς καὶ ἡμέρας, οὐ Πληιάδας ἱστοροῦντι καὶ ὀψὲ δύοντα Βοώτην, ὥσπερ ὁ Ὀδυσσεὺς ἐπὶ τῆς σχεδίας — οὐ γὰρ ἐνδιδόασιν αἱ νεφέλαι τηνικάδε τὰ ἄστρα ὁρᾶν τοῖς ἀνθρώποις ἐκεῖ — ἀλλὰ κρυστάλλοις προσαρασσόμενον καὶ πνεύμασι καὶ νιφετοῖς καὶ ἐνειλημένον χεῖράς τε καὶ πόδας πίλοις τε καὶ ἀρνακίσιν, οὐδ’ὑφ’ἑνὸς κυβερνήτου διιθύνοντος τὸν πλοῦν καὶ τὸ σκάφος, ἀλλὰ μυρίων μὲν ἡνιόχων φωνάς τε ἀλλοκότους ἱέντων, δι’ὧν τὰ ζεύγη ἐποτρύνουσι, καὶ ταῖς μάστιξιν ἐμπαταγούντων καὶ ἐπισοβούντων, ὡς ἂν μὴ ἐνίσχοιτο ἐν τοῖς τέλμασιν, ἐλθόντα δὲ ἐκεῖσε μόλις ποτὲ τοῦ ἀνακτόρου, οὗ ἔδει εὐθὺς ἀφικόμενον ὕμνους τε ᾄδειν τῷ θεῷ καὶ ἀπάρχεσθαι τῶν ἱερῶν, τούτων μὲν οὐδὲν ποιεῖν οἷόν τε εἶναι, κεῖσθαι δέ που ἐν κλινιδίῳ τρέμοντα καὶ μαλακιῶντα καὶ δεόμενον τῶν ἰατρῶν φάρμακα ἔμπυρα ἐξευρίσκειν, οἷς ἂν τὸν χειμῶνα ἐξελάσειαν τῶν μελῶν.

32 La formule est connue, voir Hom., Ω 324 : τετράκυκλον ἀπήνην.

33 Hom., ε 272 : Πληϊάδας θ’ ὁρώωντι καὶ ὀψὲ δύοντα Βοώτην avec la sch. θ 93 ἐσορῶντι alors que le manuscrit Α deThémistios a ἱστοροῦντι. D’autre part, le passage a tout l’air, comme Thémistios lui-même le dit, d’être une citation, vraisemblablement faite de mémoire. La forme ἱστοροῦντι n’est probablement pas authentique, en sorte que l’on doit chercher dans les formes transmises par les autres manuscrits que A celle qui, légérement aménagée, aurait une allure homérique. C’est la raison pour laquelle nous introduisons dans le texte la conjecture de Cobet. Dans tout le corpus oratoire de Thémistios, il n’y a qu’une seule occurrence du verbe ἱστορέω précisément dans notre passage.

34 La comparaison est avec le Socrate du Banquet (220 b 2-7) : ἢ εἴ τις ἐξίοι, ἠμφιεσμένων τε θαυμαστὰ δὴ ὅσα καὶ ὑποδεδεμένων καὶ ἐνειλιγμένων τοὺς πόδας εἰς πίλους καὶ ἀρνακίδας, οὗτος δ’ ἐν τούτοις ἐξῄει ἔχων ἱμάτιον μὲν τοιοῦτον οἷόνπερ καὶ πρότερον εἰώθει φορεῖν, ἀνυπόδητος δὲ διὰ τοῦ κρυστάλλου ῥᾷον ἐπορεύετο ἢ οἱ ἄλλοι ὑποδεδεμένοι.

35 La tradition manuscrite est divisée sur le choix de l’adjectif qui se rapporte à φάρμακα. L’adjectif εὔπορα « usuels », attesté par les manuscrits A et H, donne l’impression d’être une banalité. En effet, les remèdes usuels devaient être constamment sous la main des médecins. Point besoin par conséquent d’adresser de longues prières. Ἔμπορα qui se lit dans B, I et M avant correction, n’a sûrement pas le sens appelé par le contexte. Jean Docianos, le copiste de M, a dû sentir que l’adjectif tel qu’il pouvait le lire dans I, son modèle, ou dans B, n’était pas parfaitement satisfaisant. Il a donc proposé une correction, ἔμπυρα qu’a reprise H. Estienne. Toutefois, le groupe de mots ἔμπυρον φάρμακον ne se trouve pas dans la littérature conservée. La filiation des images est sensible entre le participe τρέμοντα et le χειμών qui a brisé le voyageur. La médecine antique se fondant sur le jeu subtil des sympathies devait préconiser dans ce cas des potions bien chaudes, comme nous l’eussions fait en prescrivant d’abord un bon « grog ». J’adopte donc, avec G. Pascale (L’oratio IV di Temistio. Studio sulla tradizione manoscritta, testo critico, traduzione, commento. Thèse de doctorat de l’Université de Rome III, Années 2004-2007 [publication électronique]), la leçon de M corrigé.

36 Favorin., De ex., 15, 3 : ἄνθρωπος δέ, ᾧ | πολυκίνητον φύσιν ἔδωκεν ὁ θεός, “ἐπὶ τραφε | ρήν τε καὶ ὑγρήν” πωλουμένῳ, τοῦτο μὲν τοῖς πο | σὶ βαδίζειν τοῦτο δὲ ἐπὶ παντοίων πεζῶν τε καὶ | θαλαττίων ὀχημάτων φέρεσθαι, κέρδους μὲν | καὶ ἐμπορίας ἕνεκεν καὶ γάμων ἀλλοτρίων | γῆν ἐκ γῆς καὶ θάλατταν ἐκ θαλάττης ἀμείβων, | “ἑτάρους ἐρίηρας ἀγείρας, μιχθεὶς ἀλλοδαποῖσι | γυναῖκ’εὐειδέα” διαφθείρων, ἢν δέῃ, ἔκ τε δυσ | μῶν ἐπ’ἀνατολὰς περαιώσεται καὶ ἐξ ἀνατο | λῶν ἐπὶ δύσεις ἴσον τῷ ἡλίῳ δρόμον δολιχεύ | ων ἀπό τε μεσημβρίας ἐπὶ ἑσπέραν κòαò [ὶ] πάλιν | αὖ τὸν ἐναντίον δίαυλον περαιοòύμενος, οὔτε | ὀρῶν ὑπερβολὰς οὔτε [ὁ] δò [ῶ] νò δòυòσ [π] όòρευτòαò οὔτε καύ | ματος μέγεθος καὶ χει [μῶ] νο [ς κ] ρò [ύος ὑ] ποτιμώ | μενος, ἀλλὰ κἂν ναυαγήσας ἐκκολυμβήσῃ, | ἑτέρας νεὼς ἐπιβήσεται, πάντα δὲ ἐμβατὰ καὶ | πορευτὰ τῇ ἑαυτοῦ τόλμῃ νομιεῖ.

37 La double course ou δίαυλος correspond à peu près à ce qu’est dans l’athlétisme contemporain la course de 200 m., Amato E., dans Amato E., Julien Y., Favorinos I, op. cit., p. 438, n. 59.

38 Hom., Ξ 308 : ἐπὶ τραφερήν τε καὶ ὑγρήν.

39 Hom., Γ 47-48 : ἑτάρους ἐρίηρας ἀγείρας, | μιχθεὶς ἀλλοδαποῖσι γυναῖκ’εὐειδέ’ἀνῆγες.

40 Le fait n’est pas signalé dans la longue note de Barigazzi A., Favorino di Arelate. Opere, Florence, Le Monnier, 1966, p. 461.

41 On peut compléter sur ce point la note de A. Barigazzi (ibid.). Le verbe δολιχοδρομέω figure déjà chez Eschine (Or. 3, 91). En revanche, avant de surgir dans la prose du De exilio, le verbe apparenté δολιχεύειν est utilisé plusieurs fois chez Philon le Juif (De op., 44 ; 113 ; De Pl., 9 ; De dec., 104 ; F 52 a) et une fois chez Eusèbe (PE VII, 13, 5) qui recopie le passage du De plantatione. Hormis un article de Photios (Lex., Δ 706, s. v. δολιχεύειν), le verbe ne figure plus guère que chez un biographe de Grégoire de Nazianze (11 Lequeux) et un éloge de la martyre Barbare de Jean Damascène (21 Kotter). Tous ces emplois sont métaphoriques.

Auteur

Professeur émérite de philologie classique à l’université de Fribourg en Suisse. Prix Joseph Gantrelle de l’Académie royale de Belgique et Raymond Weil de l’Association des études grecques en France, il dirige la revue Byzantion. Parmi ses nombreux travaux et publications, le volume Photios historien des Lettres (Paris, Les Belles Lettres, 1987), l’édition (avec R. Halleux) des Lapidaires grecs (Paris, Les Belles Lettres, 1985) et celle (avec M. Dubuisson) du De magistratibus de Jean le Lydien (3 tomes, Paris, Les Belles Lettres, 2006). Il prépare actuellement pour la « Collection des Universités de France » l’édition des Discours de Thémistios et celle (avec E. Amato et M.-H. Marganne) du De exilio de Favorinos d’Arles.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540