Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles

 | 
Eugenio Amato
, 
Marie-Hélène Marganne

Seconde partie. Le dossier littéraire et philologique

Favorin., ex. col. 1, 25-27 : quel Mucius ?1

Eugenio Amato

Texte intégral

  • 1 Je remercie Jacques Schamp pour la révision du présent travail. Je dois en outre à mon doctorant Ma (...)
  • 2 Il s’agirait de l’incipit de l’œuvre littéraire de Favorinos pour la plupart des spécialistes.
  • 3 Je reproduis le texte du De exilio d’après l’édition de Tepedino Guerra A., Favorino di Arelate. L’ (...)

1Le début2 du De exilio de Favorinos d’Arles est, dans son état actuel, fort lacunaire et cela en raison du mauvais état de conservation de la col. 1 de P. Vat. gr. 113. Il est pourtant clair que Favorinos donnait l’exemple de plusieurs personnages (philosophes, héros mythiques, hommes politiques, etc.), célèbres pour leurs vertus ; on peut y reconnaître avec certitude Empédocle, Héraclès et Musonius Rufus, mais aussi un certain Mucius, dont l’identité demeure incertaine (col. 1, 24-32) :

[… Ἐμπε] δ̣οκλῆς [τ]ε | [καὶ Ἡρακλ]ῆς καὶ ὁ Ῥωμα̣[ί]ων σ[τ]ρατηγὸς [Μού|κιος ·Ἐμ]π̣εδο̣κλῆς μὲν γὰρ ἀρετ̣ῆς, Ἡρακλ̣[ῆς | δὲ ἀθ]α̣ν̣ασί̣ας, Μούκιος δὲ ἀνδ̣ρείας ἕ [νε | κεν ἐπα] ι̣ν̣ο̣ύμενοι, φυγῆς δ’ἂν καὶ ἕτεροι | [δι’ἄλλας αἰ] τίας καταφ[ρ] ονήσ[αι]εν, ἀλλ’ὁ [.. | ± 10 litt.] ηση̣μ̣ι̣.[.]α[.]ης [….].[……]|.. [± 10 litt.]ι̣π̣[..]ọ[..].[± 11 litt. |…. καὶ ὁ Τυρ̣] ρηνὸς Μο [υσ] ώ̣νιος κατεφρό [νη]| σ̣ [αν, κτλ.

  • 4 Voir Norsa M. & Vitelli G., Il papiro Vaticano Greco 11 (1. Φαβωρίνου περὶ φυγῆς ; 2. Registri fond (...)
  • 5 Mucius apparaît comme exemple de fortitudo chez plusieurs auteurs grecs et romains : cf. Sen., ep. (...)

2Les éditeurs principes – à qui on doit, entre autres, la restitution certaine Μούκιος à la l. 25 – ont été les premiers à proposer une identification de notre personnage avec C. Mucius Scaevola4, l’auteur de l’attentat contre Porsenna, célèbre pour son exploit héroïque de -507, à qui pourrait convenir l’ἀνδρεία qui lui est prêtée par Favorinos5.

  • 6 Pour Tepedino Guerra A., op. cit., p. 128, uniquement chez Tzetzès (H. 6, 206 [non pas 203, comme i (...)
  • 7 Voir Barigazzi A., Favorino di Arelate. Opere, introduzione, testo critico e commento, Florence, F. (...)
  • 8 C’est l’hypothèse avancée par Barigazzi A., « Per il testo del De exilio di Favorino », Prometheus, (...)
  • 9 Voir Schmid W., art. Favorinus, dans Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft (...)
  • 10 Liv. 5, 32 ; cf. aussi D. C. 38, 26, 3, où Camille est donné justement comme exemple dans le discou (...)
  • 11 Pour l’identification de ce Mucius, voir Radt S. L., « Favorin. Π. φυγῆς col. XXI 5 ff. Welcher Muc (...)
  • 12 Non certes de « préteur », comme l’interprète, de façon erronée, d’après le contexte Tepedino Guerr (...)
  • 13 L’hypothèse est celle de Tepedino Guerra A., op. cit., p. 128.

3Et cependant, ainsi que l’avaient déjà remarqué Norsa et Vitelli, cette identification demeure problématique, car Mucius Scaevola n’était qu’un jeune patricien et jamais il n’est appelé dans les sources anciennes στρατηγός6. D’où les différentes explications et conjectures : Favorinos se serait trompé, en prêtant à Mucius Scaevola le titre de στρατηγός des Romains7 ; il y aurait eu une confusion avec Publius Decius (Δέκιος) Mus, le héros de la bataille de Sentinum, que Plutarque (vitios. ad inf. suff. 499B) qualifie de Ῥωμαίων στρατηγός8 ; ou encore avec le général célèbre Marcus Furius Camillus9, qui en-391 avait choisi Ardéa pour lieu d’exil10 ; il s’agirait du Mucius, mentionné par Favorinos lui-même en col. 21, 5-811, le jurisconsulte Q. Mucius Scaevola, dit le Pontife, qui fut στρατηγός (cf. D. S. 37, 5 et 6), au sens de proconsul ou gouverneur12, d’Asie Mineure en -9413.

  • 14 Cf. Ex. col. 22, 4 et 15-16.
  • 15 Cf. Tepedino Guerra A., op. cit., p. 128. On corrigera au passage, dans le commentaire de Tepedino (...)

4Il faut avouer que cette dernière hypothèse est sans doute la moins solide : pour la défendre, il faudrait 1) donner au mot στρατηγός une valeur jamais attestée chez Favorinos, qui utilise ailleurs dans le De exilio le même mot au sens classique de « général, commandant14 » ; 2) surinterpréter les sources anciennes concernant Q. Mucius Scaevola le Pontife dans le sens de nos propres objectifs, car jamais les Anciens n’ont loué le célèbre jurisconsulte romain pour son courage (la prétendue ἀνδρεία dont il est question dans le texte de Favorinos) : dans le texte de Val. Max. 8, 15, 6, évoqué par Tepedino Guerra15, il est question non pas du « courage » (en tant que vertu) de Scaevola, mais tout simplement de la conscience et de l’« énergie » avec lesquelles il gouverna l’Asie ([Scaeuola] Asiam tam sancte et tam fortiter obtinuit) ; en tout cas, ce seul texte n’autoriserait certes pas à faire de Q. Mucius Scaevola un exemplum d’ἀνδρεία. On renoncera donc très vite à cette hypothèse.

  • 16 Nous nous tenons à la datation proposée par Jacoby F., « Die Überlieferung von ps. -Plutarchs paral (...)
  • 17 Pour la chronologie de Favorinos, voir Amato E., Favorinos d’Arles. Œuvres, t. I : Introduction gén (...)

5En réalité, aucune des hypothèses jusqu’ici avancées n’est nécessaire, si l’on interprète avec plus d’attention les témoignages anciens sur Q. Mucius Scaevola. S’il est vrai que, dans aucune de nos sources, Quintus n’est dit στρατηγός, la question mérite d’être posée à propos d’un passage des Parallela minora attribués à Plutarque. L’auteur anonyme de ce recueil d’histoires grecques et romaines, un écrivain d’époque impériale qui avait vécu probablement entre 125 et 19016, contemporain donc de Favorinos (ca. 80-16017), en relatant l’exploit héroïque de Mucius Scaevola, fait de celui-ci le commandant d’une brigade de 400 jeunes, qui lui auraient été accordés par les consuls de Rome :

τῆς δὲ συγκλήτου συγκεχυμένης Μούκιος τῶν ἐπισήμων ἀνὴρ λαβὼν-κοσίους ἀπὸ τῶν ὑπάτων ὁμήλικας ἐν ἰδιωτικῷ σχήματι τὸν ποταμὸν διῆλθεν (Plu., parall. min. 305F).

« L’Assemblée était affolée, mais Mucius, qui faisait partie de l’élite, prit, avec l’autorisation des magistrats suprêmes, quatre cents hommes de son âge pour traverser le fleuve vêtus comme de simples particuliers. » (trad. J. Boulogne)

6La possibilité que Favorinos se soit inspiré de cette tradition et qu’il ait fait donc de Q. Mucius Scaevola un στρατηγός, au sens générique de leader ou commandant, est largement plausible. Par ailleurs, il ne faudra pas oublier non plus que l’exemplum de Mucius Scaevola apparaît dans une lettre de Sénèque (ep. 24, 5), en compagnie d’autres personnages illustres grecs et romains (Socrate, Q. Caecilius Metellus, P. Rutilius Rufus, etc.) qui ne craignirent pas la mort ni l’exil. Et c’est toujours en tant que vexillum virtutis que Scaevola est mentionné avec Empédocle par Tertullien à la fin de l’Apologétique (50, 5) : l’un laissa volontairement sa main droite sur l’autel, l’autre se livra tout entier aux feux de l’Etna.

  • 18 Gaetano De Sanctis déjà avait avancé une hypothèse analogue dans une lettre inédite adressée au Car (...)

7Si donc Favorinos, selon Mameli Lattanzi, avait effectivement pensé à regrouper les trois personnages en tant que héros capables de mépriser tout danger, même la mort18, la présence de Q. Mucius Scaevola aux côtés d’Empédocle et d’Héraclès (il est bien connu que celui-ci ne refusa d’affronter aucun danger) serait bien justifiée et il n’y aurait eu par conséquent aucune confusion de la part de Favorinos. Mucius Scaevola pouvait bien être tenu pour le στρατηγός d’une poignée de jeunes Romains, d’après la tradition attestée dans les Parallela minora du Ps.-Plutarque.

  • 19 Voir supra, n. 9.

8En réalité, c’est précisément la cause de la réunion des trois personnages qui prête le flanc à la critique. Le motif doit être reconnu, à mon sens, non pas dans l’absence totale de crainte devant tout danger, mais plutôt dans l’exil qu’ils ont eu sans doute à subir tous les trois. Il avait été probablement déjà entrevu par Schmid, qui pour cette raison avait pensé à une confusion avec Camille de la part de Favorinos19.

  • 20 Tel est l’avis aussi de Tepedino Guerra A., op. cit., p. 128, comm. à col. 1, 30-31 (« probabilment (...)
  • 21 L’optatif de l’aoriste, accompagné de la particule ἄν, a plutôt cette valeur de potentiel prospecti (...)
  • 22 Cf. Mameli Lattanzi, art. cit., p. 499.

9De ce point de vue, le texte du De exilio demeure, me semble-t-il, assez explicite : quelle que soit la disposition du texte à retenir (par rapport à l’édition de Tepedino Guerra, qui suit Norsa-Vitelli, la solution de Barigazzi, qui introduit une ponctuation forte après ἐπα] ι̣ν̣̣ο̣ύμενοι, nous paraît préférable), il est évident que les trois personnages (Empédocle, Héraclès et Mucius) affichent la même attitude qui pourrait être celle aussi du sujet (ἕτεροι) de la phrase suivante, à savoir le mépris de l’exil20 ; dans ce sens, le καὶ qui précède ἕτεροι a une valeur inclusive/additionnelle, sans aucun doute. Fondamentalement, Favorinos veut dire que, non seulement Empédocle, Héraclès et Mucius, loués respectivement pour la vertu, l’immortalité et le courage, ont méprisé l’exil, mais que d’autres hommes aussi de valeur pourraient en faire autant21. En tout cas, il me paraît important de souligner qu’il n’y a aucune opposition entre les deux phrases Ἐμ] π̣εδο̣κλῆς μὲν – ἐπα] ι̣ṿọύμενοι et φυγῆς δ’ἂν – καταφ[ρ]ονήσ[αι]εν, ainsi que le voudrait Mameli Lattanzi22 : très clairement, la particule δ (ὲ) qui suit φυγῆς peut avoir, dans le contexte, aussi bien une valeur de continuation – si l’on opte, par exemple, pour la ponctuation du texte proposée par Barigazzi – que de simple corrélation (« aussi… que », « d’un côté… de l’autre ») – si l’on s’en tient au texte de Norsa-Vitelli et Tepedino Guerra. ((encours))

  • 23 Voir D. L. 8, 67 Dorandi (Ὕστερον μέντοι τοῦ Ἀκράγαντοςοἰκιζομένου†, ἀντέστη-σαν αὐτοῦ τῇ καθόδῳ (...)

10Mameli Lattanzi écarte l’hypothèse de l’exil comme motif en commun pour les trois personnages mentionnés par Favorinos, parce que, selon lui, uniquement à propos d’Héraclès, « che errò per tutte le terre, e più di una volta si impose volontariamente l’esilio per espiare colpe di sangue », on pourrait parler à la limite d’exil. Autant dire qu’il méconnaît les sources anciennes qui nous renseignent bien non seulement sur l’exil subi par Héraclès mas aussi par Empédocle : s’il est bien connu, en effet, que le premier s’exila volontairement avec sa famille à Trachis auprès du roi Céyx, il n’aurait pas dû échapper aux spécialistes que le second, suite à l’opposition des descendants de ses ennemis à Agrigente, fut obligé à s’exiler dans le Péloponnèse, où il mourut23. Tout cela prouve donc que le motif de l’exil constitue le dénominateur commun des trois personnages.

  • 24 Cf. e. g. Plu., glor. Ath. 1, 345D (confusion entre le poète Archippos et l’orateur Archinos) ; Luc(...)

11Or, comme aucun exil n’est attesté pour Q. Mucius Scaevola, l’hypothèse déjà avancée par Schmid et par Barigazzi d’une confusion de la part de Favorinos demeure, à mon sens, plutôt probable : ce type de confusions, qu’il ne faudra pas attribuer au copiste (il faut donc éditer le texte du papyrus tel qu’il nous a été transmis), n’est pas rare chez les Anciens24 ; Favorinos lui-même en offre plusieurs exemples dans le De exilio : entre Pindare et Bacchylide à la col. 4, 49 ; entre Argos et Calydon à la col. 16, 26 ; entre Polynice et Étéocle à la col. 18, 4.

  • 25 Voir supra, n. 9.
  • 26 Voir en part. Liv. 2, 35, 6 ; D. H. 7, 64 et Plu., Cor. 20, 7.
  • 27 Cf. Liv. 2, 33, 5-9 et Plu., Cor. 8-9.
  • 28 Cf. Plu., Cor. 40, 2 et 43, 1.
  • 29 Cf. Plu., Cor. 1, 4 et 6 ; 15, 5 ; 40, 2.
  • 30 Cf. Liv. 2, 39-40.

12Pour en venir à notre passage, Schmid, en particulier, avait eu raison, me semble-t-il, de songer à une confusion avec un personnage exilé : il avait proposé ainsi la candidature de Camille, qui en-391, cité en justice par le tribun de la plèbe Lucius Apulée pour l’affaire du butin de Véies, choisit l’exil25. Il me semble cependant qu’une autre hypothèse dans la même direction devrait être préférée : la confusion – plutôt banale – serait entre Mucius (Μούκιος) et Marcius (Μάρκιος), et l’allusion par conséquent à la figure semi-légendaire de C. Marcius Coriolanus, mentionné à nouveau par son surnom en col. 2, 8 pour l’exil perpétuel qui lui fut prescrit en-49226. Non seulement le titre Ῥωμαίων στρατηγός, prêté à notre personnage par Favorinos, mais aussi l’ἀνδρεία conviendraient bien à Coriolan, qui, effectivement, conduisit l’armée des Romains27, est appelé stratège dans la tradition28, et se distingua beaucoup pour son « courage29 ». Le fait que Favorinos ait pu mentionner un même personnage, tantôt par son nomen (Marcius), tantôt par son surnom (Coriolan), ne doit pas surprendre : il s’agit là d’une variatio qu’on retrouve chez d’autres auteurs aussi30.

13En conclusion, de deux possibilités l’une : soit dans son texte Favorinos donnait effectivement l’exemple de trois personnages prêts à affronter tout danger, même la mort (dans ce cas, l’identification de notre homme avec Q. Mucius Scaevola serait la seule réellement envisageable, et le titre qui lui est prêté de Ῥωμαίων στρατηγός tout à fait correct) soit – et c’est à cette hypothèse que nous accorderions volontiers notre préférence – il avait choisi les trois personnages pour leur sort commun d’exilés (dans ce cas, il y aurait eu une confusion plutôt banale entre Mucius et Marcius, et le personnage mentionné avec Empédocle et Héraclès pourrait bien être C. Marcius Coriolanus).

Notes

1 Je remercie Jacques Schamp pour la révision du présent travail. Je dois en outre à mon doctorant Matteo Deroma la vérification de quelques données bibliographiques : qu’il en soit remercié très vivement.

2 Il s’agirait de l’incipit de l’œuvre littéraire de Favorinos pour la plupart des spécialistes.

3 Je reproduis le texte du De exilio d’après l’édition de Tepedino Guerra A., Favorino di Arelate. L’esilio (Pap. Vat. Gr. 11 verso), edizione critica, traduzione e commento, Rome, Edizioni dell’Ateneo, coll. « Testi e commenti », 2007.

4 Voir Norsa M. & Vitelli G., Il papiro Vaticano Greco 11 (1. Φαβωρίνου περὶ φυγῆς ; 2. Registri fondiari della Marmarica), Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, coll. « Studi e testi », 1931, p. 17 (ad l.) ; ils sont suivis par Mameli Lattanzi G., « Il proemio del περὶ φυγῆς di Favorino », Rivista di Filologia e di Istruzione Classica, 60, 1932, p. 499-500 et Sudan B., Le Bel Exil de Favorinus d’Arles, mém. de licence (inéd.), Université de Fribourg (Suisse), 1998, p. 76.

5 Mucius apparaît comme exemple de fortitudo chez plusieurs auteurs grecs et romains : cf. Sen., ep. 24, 5 ; Val. Max. 3, 3, 1 ; D. H. 5, 25-30 ; Plu., Publ. 17 ; parall. min. 2, 305F. Pour une analyse détaillée des sources et des traditions anciennes sur Mucius Scaevola, voir Münzer F., art. Mucius (n ° 10), dans Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft XVI/1, Stuttgart, 1933, col. 416-423.

6 Pour Tepedino Guerra A., op. cit., p. 128, uniquement chez Tzetzès (H. 6, 206 [non pas 203, comme indiqué par l’éditrice italienne]), Mucius Scaevola serait appelé soldat romain (Ῥωμαῖος τις γενναῖος στρατιώτης). C’est méconnaître les sources que Tepedino Guerra cite elle-même, car Sénèque aussi fait de Mucius un soldat (cf. ep. 24, 5 : Vides hominem non eruditum nec ullis praeceptis contra mortem aut dolorem subornatum, militari tantum robore instructum).

7 Voir Barigazzi A., Favorino di Arelate. Opere, introduzione, testo critico e commento, Florence, F. Le Monnier, coll. « Biblioteca Nazionale. Testi greci e latini con commento filologico », 1966, p. 411, mais déjà Mameli Lattanzi, art. cit., p. 499, n. 4.

8 C’est l’hypothèse avancée par Barigazzi A., « Per il testo del De exilio di Favorino », Prometheus, 13, 1987, p. 204-208 : 205-206.

9 Voir Schmid W., art. Favorinus, dans Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft Suppl. VI, Stuttgart, 1935, col. 65-70 : 68.

10 Liv. 5, 32 ; cf. aussi D. C. 38, 26, 3, où Camille est donné justement comme exemple dans le discours de consolation de Philiscus à Cicéron.

11 Pour l’identification de ce Mucius, voir Radt S. L., « Favorin. Π. φυγῆς col. XXI 5 ff. Welcher Mucius ? », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 49, 1982, p. 1-2 (reproduit dans Harder A., Regtuit R., Stork P. & Wakker G. [éd.], Noch einmal zu… Kleine Schriften von Stefan Radt zu seinem 75. Geburtstag, Leyde-Boston-Cologne, Brill, coll. « Mnemosyne. Supplements », 2002, p. 296-298).

12 Non certes de « préteur », comme l’interprète, de façon erronée, d’après le contexte Tepedino Guerra A., op. cit., p. 63 et 128 ; les traductions de Walton F. R. [– Geer R. M.], Diodorus of Sicily, vol. XII: Fragments of books XXIII-XL, Londres-Cambridge (Mass.), Harvard University Press, coll. « Loeb Classical Library », 1967, p. 203; Bejor G., Diodoro Siculo. Biblioteca storica. Libri XXI-XL. Frammenti su Roma e l’ellenismo, Milan, Rusconi, 1988, p. 286-287 et Goukowsky P., Diodore de Sicile. Bibliothèque historique. Fragments, t. IV : Livres XXXIII-XL, texte établi, traduit et commenté, Paris, Les Belles Lettres, « Collection des Universités de France », 2014, p. 199 (avec n. 21) sont en revanche correctes.

13 L’hypothèse est celle de Tepedino Guerra A., op. cit., p. 128.

14 Cf. Ex. col. 22, 4 et 15-16.

15 Cf. Tepedino Guerra A., op. cit., p. 128. On corrigera au passage, dans le commentaire de Tepedino Guerra, les références suivantes à Cicéron : Brut. 43, 158 (en réalité Brut. 43, 161) ; Verr. II 27, 34 (en réalité II 2, 49, 122) ; Verr. III 209 (en réalité II 3, 90, 209).

16 Nous nous tenons à la datation proposée par Jacoby F., « Die Überlieferung von ps. -Plutarchs parallela minora und die Schwindelautoren », Mnemosyne, 8, 1940, p. 78-81, considérée comme probable par De Lazzer A., Plutarco. Paralleli minori, introduzione, testo critico, traduzione e commento, Naples, D’Auria Editore, coll. « Corpus Plutarchi Moralium », 2000, p. 21. Pour un état de la question récent, voir Boulogne J., Plutarque. Œuvres morales, t. IV : Conduites méritoires des femmes. Étiologies romaines – Étiologies grecques. Parallèles mineurs, texte établi et traduit, Paris, Les Belles Lettres, « Collection des Universités de France », 2002, p. 238-241 : le savant n’écarte pas l’hypothèse d’un travail à attribuer à un secrétaire de Plutarque ; dans ce cas, l’ouvrage daterait de la même période que les Vies parallèles.

17 Pour la chronologie de Favorinos, voir Amato E., Favorinos d’Arles. Œuvres, t. I : Introduction générale – Témoignages – Discours aux Corinthiens – Sur la Fortune, texte établi et commenté per A. E., traduit par Julien Y., Paris, Les Belles Lettres, « Collection des Universités de France », 2005, p. 33-37.

18 Gaetano De Sanctis déjà avait avancé une hypothèse analogue dans une lettre inédite adressée au Cardinal Giovanni Mercati (Biblioteca Apostolica Vaticana, « Carteggio Mercati », n ° 6857 [f. 11023r et 11024v] ; pour l’identification de l’expéditeur, dont la signature pose quelques problèmes de déchiffrement, voir Vian P., Carteggi del Card. Giovanni Mercati I. 1889-1936, introduzione, inventario e indici, Cité du Vatican, Biblioteca Aspostolica Vaticana, coll. « Cataloghi sommari e inventari di fondi manoscritti », 2003, p. 487) ; j’en donne ici le texte : « Roma 5 I 31 / Monsignore Revmo / Ho letto attentamente le trascrizioni del Favorino περὶ φυγῆς. Mi pare eccellente il lavoro del Vitelli e della Norsa e accuratissima la versione delle bozze. Altre mie congetture ho in mente : ma non vorrei aggiungere a quelle che già trasmisi al Vitelli e che sono nelle note a p. 27. Mi limiterei a notare che a col. I 24-26 Empedocle, Eracle e Mucio (Scevola) vengono accomunati perché tollerano tutti e tre che il loro corpo fosse tutto (o in parte) troncato vivo. / Con deferente ossequio / GdeSanctis. »

19 Voir supra, n. 9.

20 Tel est l’avis aussi de Tepedino Guerra A., op. cit., p. 128, comm. à col. 1, 30-31 (« probabilmente in queste linee erano i nomi di altri personaggi famosi che per vari motivi furono allontanati dalla patria e affrontarono l’esilio come una qualsiasi circostanza della vita umana »).

21 L’optatif de l’aoriste, accompagné de la particule ἄν, a plutôt cette valeur de potentiel prospectif que celle de potentiel rétrospectif qui lui est prêtée, dans sa traduction, par Tepedino Guerra (« non si sarebbero dati pensiero »). Voir Basile N., Sintassi storica del greco antico, Bari, Levante Editori, coll. « Femio », 1998, p. 450.

22 Cf. Mameli Lattanzi, art. cit., p. 499.

23 Voir D. L. 8, 67 Dorandi (Ὕστερον μέντοι τοῦ Ἀκράγαντοςοἰκιζομένου†, ἀντέστη-σαν αὐτοῦ τῇ καθόδῳ οἱ τῶν ἐχθρῶν ἀπόγονοι · διόπερ εἰς Πελοπόννησον ἀποχωρήσας ἐτελεύτησεν) avec le commentaire de J.-F. Balaudé, dans Goulet-Cazé M.-O. (dir.), Diogène Laërce. Vies et doctrines des philosophes illustres, Paris, Librairie Générale Française, coll. « La Pochothèque », 19992, p. 994, n. 1 : « Empédocle ne peut donc retourner à Agrigente : les descendants des gens qu’il avait fait mettre à mort prennent désormais leur revanche, et transforment l’exilé volontaire en proscrit, en exilé véritable. »

24 Cf. e. g. Plu., glor. Ath. 1, 345D (confusion entre le poète Archippos et l’orateur Archinos) ; Luc., DM 12, 2 (confusion entre les deux Hasdrubal) ; ibid. 12, 7 (confusion entre les deux Scipion) ; etc.

25 Voir supra, n. 9.

26 Voir en part. Liv. 2, 35, 6 ; D. H. 7, 64 et Plu., Cor. 20, 7.

27 Cf. Liv. 2, 33, 5-9 et Plu., Cor. 8-9.

28 Cf. Plu., Cor. 40, 2 et 43, 1.

29 Cf. Plu., Cor. 1, 4 et 6 ; 15, 5 ; 40, 2.

30 Cf. Liv. 2, 39-40.

Auteur

Professeur de langue et littérature grecques à l’université de Nantes et Membre de l’Institut Universitaire de France. Prix Raymond Weil de l’Association des études grecques en France, il est actuellement directeur du centre de recherche « L’Antique, le Moderne » (EA 4276) de l’université de Nantes. Président de l’Association « Textes pour l’histoire de l’Antiquité Tardive », il dirige la Revue des études tardo-antiques (http://www.revue-etudes-tardo-antiques.fr/) et Atlantide. Cahiers de l’EA 4276 (http://atlantide.univ-nantes.fr/) ainsi que la collection Cardo (Alessandria, Edizioni dell’Orso). Parmi ses travaux les plus récents, les volumes Xenophontis imitator fidelissimus. Studi su tradizione e fortuna di Dione Crisostomo tra XVI e XIX secolo (Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2011), Traiani Praeceptor. Studi su biografia, cronologia e fortuna di Dione Crisostomo (Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2014) et (avec G. Ventrella) I Progimnasmi di Severo di Alessandria (Berlin-New York, W. de Gruyter, 2009), ainsi que l’édition dans la « Collection des Universités de France » (Paris, Les Belles Lettres) des œuvres de Favorinos d’Arles (2 vol. parus, en 2005 et en 2010) et celle (avec la collaboration d’A. Corcella et G. Ventrella) des discours et fragments de Procope de Gaza (2014). Parmi les ouvrages édités, les volumes suivants : (avec J. Schamp) ΗΘΟΠΟΙΙΑ. La Représentation de caractères entre réalité vivante et fiction scolaire à l’époque impériale et tardive (Salerne, Helios, 2005) ; (avec la coll. d’A Roduit et M. Steinrück) Approches de la Troisième Sophistique. Hommages à Jacques Schamp (Bruxelles, Latomus, 2006) ; (avec F. Citti et B. Huelsenbeck) Ethics and Law in Greek and Roman Declamation (Berlin-New York, W. de Gruyter, 2015) ; (avec la coll. de V. Fauvinet-Ranson et B. Pouderon) ΕΝ ΚΑΛΟΙΣ ΚΟΙΝΟΠΡΑΓΙΑ. Hommages à la mémoire de P.-L. Malosse et J. Bouffartigue (RET Suppl. 3, 2014). Il prépare actuellement pour la CUF le tome I des œuvres de Dion Chrysostome et l’édition (avec M.-H. Marganne et J. Schamp) du De exilio de Favorinos.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540