Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles

 | 
Eugenio Amato
, 
Marie-Hélène Marganne

Seconde partie. Le dossier littéraire et philologique

Sur le texte du Περὶ Φυγῆς de Favorinos d’Arles

Carlo M. Lucarini
Traduction de Nadine Sauterel

Texte intégral

  • 1 Norsa M. & Vitelli G., Il papiro Vaticano Greco 11 (1. Φαβωρίνου περὶ φυγῆς ; 2. Registri fondiari (...)
  • 2 Barigazzi A. (éd.), Favorino di Arelate. Opere, Florence, Le Monnier, 1966.
  • 3 Tepedino Guerra A. (éd.), Favorino di Arelate. L’esilio (Pap. Vat. Gr. 11 verso), Rome, Edizioni d (...)

1Le texte du Περὶ φυγῆς de Favorinos d’Arles nous est essentiellement connu par le verso du Papyrus Vaticanus Graecus 11, publié pour la première fois par M. Norsa et G. Vitelli en 19311. Celui-ci a ensuite fait l’objet d’une nouvelle publication critique par Barigazzi2 et, très récemment, par Tepedino Guerra3.

2Le meilleur texte demeure encore probablement celui que Norsa-Vitelli ont publié, même si les éditions de Barigazzi et de Tepedina Guerra ont, toutes deux, leurs mérites qui relèvent surtout de l’exégèse, pour Barigazzi, et de la paléographie, pour Tepedino Guerra.

  • 4 Cité par Canfora L., « Le biblioteche ellenistiche », G. Cavallo (éd.), Le biblioteche nel mondo a (...)

3Je crois qu’un défaut de l’édition de Barigazzi et, plus encore, de Tepedino Guerra, tient de leur conservatisme excessif. Le texte du papyrus est plein d’erreurs de copie et non exempt d’interpolations. Il ne faut pas s’étonner qu’un papyrus comme le nôtre, écrit au milieu du IIIe siècle, c’est-à-dire quelques décennies seulement après la mort de l’auteur (190 apr. J.-C.), contienne de nombreuses altérations : le Papyrus Vaticanus Graecus 11 est, en effet, un papyrus écrit pour l’usage privé et, entre le texte de papyri de ce genre « ed i curatissimi esemplari sorvegliati dai grandi critici del Museo vi era probabilmente un abisso4 ».

  • 5 Dans la transcription des passages de Favorinos, je ne signale pas quelles lettres sont de lecture (...)

4Il demeure donc encore au sein du Περὶ φυγῆς de nombreux points obscurs dont voici quelques exemples5.

1,1 : τις ὑ [πο] πτεύ [σ]ῃ τ[.]ι [ca. 7] τοῦδε τοῦ λ [όγο] υ.

5Tel est le texte de Tepedino Guerra, mais la haste verticale après la lacune qui suit τ[.] appartient probablement à un ν, comme l’avait déjà vu Barigazzi, qui propose τ[ὴ]ν [ἀλήθειαν]. Je suggère τ[ὴ]ν [γνώμην]. Cf. Th., 6, 17, 4 (λόγου μιᾷ γνώμῃ) ; D. H., Rh. 9, 11 (ἐσχημάτισται ὁ λόγος κοινῇ γνώμῃ). Pour ὑποπτεύω cf. D. H., Ant. Rom. 10, 12, 1 (ὑποπτεύσας δ᾽ αὐτῶν τὴν γνώμην).

2, 2-3 : ἀνακείσεται δὲ ἥδε ἡ γρα[φ]ὴ κτῆμα καὶ ἄλλῳ ποτὲ αὖθις, ὅστις ὁμοίᾳ τ[ύ]χῃ περιπεσὼν οὐχ ἱκανὸς αὐτὸς αὑτῷ πορ[ί]ζειν τὰ τοιαῦτα, τοῦ μή τινας ἴσα τῶν ἰδιωτῶν τ[ο]ῖς ἀφρονεστάτοις τὰς τῶν πάλαι γενομένων [ἀ]νδρῶν ἢ [τῶν δια]γόντ[ω]ν ξυμ[φο]ρ[ὰς παρ]ηγορί[α]ν τ[ῶν ἰδίων] κακῶν νομ[ί]ζε[ιν κ] αὶ [τ]ἀνθρώπεια [τοῖς ἀ]λλοτρίοις πταίσμ[ασι]ν ἐπικουφίζ[ειν, ἀλ]λὰ τοὐναντίον ἐκ[εῖν]α ὁρῶντας ἐξ[ιδιάζεσ]θαι ἅπερ οἱ πάλαι ἀξ[ι]έπαινοι ἄν[δρες ὅμο]ια παθόντες διε[λέχ]θησάν τε περ[ὶ τούτων κ]αὶ ἔδρασαν. 3 καὶ [εἰ μ]ὲν <ὁ> [add. Amato in cens. ed. Tepedino Guerra] Ἀλκιβιάδης [καὶ ὁ Θε]μιστοκλῆς καὶ ὁ [Κορ] ιολα[ν]ὸς ἐπὶ τῇ [πατρί]δι ἀλγή[σ]αντες τῇ [πα]τρίδι [ἐ]πεβούλευον [μήτ᾽ ἐπιδ] έχεσθαι μήτε μιμεῖσθαι.

6Au lieu de ἢ [τῶν δια]γόντ[ω]ν, Barigazzi écrit : ἢ [τῶν νῦ]ν ὄντ[ω]ν, mais, comme l’observe Luppe (rec. de Tepedino Guerra, op. cit., p. 133), Tepedino Guerra a sans doute raison de lire un ρ après la première lacune. Ce qui me paraît toutefois inacceptable, dans le texte de Tepedino Guerra, c’est l’absence d’un adverbe temporel qui s’oppose à πάλαι ; peut-être τὰς [νῦν δια] γόντων ? Pour l’absence d’article, cf. 3, 2 (ἡ πενία καὶ φυγή) ; 12, 2 (τὴν ἐλευθερίαν τῶν τειχῶν καὶ λίθων προτιμήσαντες) ; cf. en outre J., BJ., 7, 240 (τὸ νῦν ἐν Λακεδαίμονι διάγειν) ; D. C., 52, 9, 3 (ἐν τυραννίσι καὶ νῦν ἔτι διαγόμενοι).

7Ensuite, l’ajout [μήτ᾽ ἐπιδ] έχεσθαι (Norsa-Vitelli) me paraît maladroit. Je propose [μήτ᾽ ἀποδ] έχεσθαι, car ἀποδέχομαι a souvent le sens « receive favourably », « approve » (LSJ), non attesté, en revanche, pour ἐπιδέχομαι.

4, 4 : μ[ι]ᾶς γυναικὸς νόμῳ [.]νε[..]μεν[.]ς.

8Ici, Favorinos parle d’Ulysse, et la femme à laquelle il se réfère semble être Pénélope. Barigazzi avait supposé que le dernier terme pouvait être πειθόμενος, κατεχόμενος ou κατειργόμενος. Pourtant, il me semble que la lecture de Tepedino Guerra est à retenir. J’ajouterais [ἐ] νε [χό] μεν [ο] ς ; cf. Plt., Lg., 762 D (ἐν τοῖς αὐτοῖς ἐνεχέσθω νόμοις) ; Luc., Tox., 13 (δεινὴ δὲ καὶ τὰ ἄλλα καὶ τεχνῖτις παρ᾽ ἥντινα βούλει τῶν ἑταιρῶν ἐπισπάσασθαι ἐραστὴν καὶ ἀμφίβολον ἔτι ὄντα ὅλον ὑποποιήσασθαι καὶ ἐνεχόμενον ἤδη ἐπιτεῖναι καὶ προσεκκαῦσαι).

  • 6 Barigazzi ajoute de façon vraisamblable μόνον ; γυμνόν (Norsa-Vitelli) est moins bon, parce que re (...)

5, 2-4 : ὅπερ γὰρ τοῖς ἀθλη [ταῖς ἐσιο] ῦσιν [εἰ] ς τὸ στάδιον οἵ τε φίλοι καὶ ξυ [νή] θεις τά τε [ἄ]λλα ἐποτρύ[νον]τες καὶ δὴ τοῦτο [ἅμ]α ἐπιλέγουσιν, ὅτι ταῦτα [τὰ] ἐν Πίσῃ [τ]ὰ [ἐπ] ώνυ [μα τ] οῦ μεγάλου Διός, δ[ι᾽] ἃ τοσοῦτον μὲν πόν [ο] ν, τ[ο] σοῦτον δὲ χρόνον, [τοσοῦ]τ[ον] δὲ ἱδρῶτα ἐξανάλωσαν· ὧν χρῆν ἀγωνίζεσθαι μεμ[νη]μ[έ]νους μὴ μάτην σφίσ[ιν] ἀνηλωμένα ᾖ, τοῦτό μοι δοκῶ καὶ αὐτὸς πρὸς ἐμαυτὸν ἐν τῷ παρόντι ὥσπερ ἕτερος ἑτέρῳ παρακελεύσασθαί τε καὶ ὑπομνῆσαι, ὅτ [ι] αὗταί τοι πάρεισιν αἱ συμφοραὶ καὶ αἱ τῆς τύχη [ς] μεταβολαί, πρὸς ἃς ἐκ παίδων ἤσκεις τὴν σε [αυ] τοῦ ψυχὴν καὶ ἐπαιδοτρίβεις, τοῦτο μὲν παλαιῶν ἔργων τε καὶ λόγων ἐς ἀρετὴν φερόντων μαθήσει, τοῦτο δ[ὲ] τῶν καθ᾽ ἡμᾶς ἀξίων λόγου ἀνδρῶν ξυνουσίᾳ, καὶ μὴν καὶ χώρας ἐπὶ πλεῖστον Ἑλλάδος τε καὶ βαρβάρου ἐφόδῳ, ὄψει τε καὶ ἀκοῇ καὶ μνήμῃ τῶν ἐν ἑκάστῃ καὶ [hoc verbum s. l. add. in pap.] ὑπὲρ ἑκάστης χώρας γενομένων, ἐς μίαν ταύτην μελέτην ἀρετῆς ξυντελούντων. 3 ἰδοὺ τοίνυν πάρεστιν ἡ κυρία προθεσμία, οὐ « πεντήκοντα μηνῶν » κατὰ τὸν Πίνδαρον « ἁμέρα ἐκκαιδεκάτα », Πέλοπος ἤ τινος Ἰδαίου Δακτύλου νόμῳ, πρὸς πάν[τω]ν ου [ca. 9]ω[…] ὑπὸ θεο[ῦ]τε..]. χ[ca. 6 ἐ]ν [τῇ] δ᾽[ἐ]κεῖ διατεθει[μέ]νῃ ᾥρᾳ .[.]ν[.] ν6 [ἀπ]οδύντα διαγων[ίζ]εσθαι..[.]δ[.] ει [ὑπ] οστελλόμενον ειτ.σοι καὶ σ[..]νουσ[..] τῇ τῶν πάλαι πόνων ὠφελί[ᾳ] μεγα[λ]ε[ῖ]οι ἀνταγωνισταὶ καὶ πολλ[ο]ὶ κ[αὶ γ]ν[ώ]ριμοι. 4 καὶ οὐ χρὴ καταφρονεῖν α[ὐτ]ῶ[ν], ἀλλὰ τοὐναντίον πειρᾶσθαι ὑπερβα[λέ]σθαι τῷ φρονήματι, ὥσπερ ἀντὶ π[ασ]ῶν τῶν ἀνθρωπείων δοξῶν τε κα[ὶ ἐ]πιθ υ]μιῶν.[…]μων καὶ ὁρμῶν κα[ὶ ὀρ]έξεων.

  • 7 Tepedino Guerra traduit (selon l’interprétation de Barigazzi) : « osservando, ascoltando e ricorda (...)

9Le passage pose de nombreux problèmes, dont certains sont sans véritable solution. La première grande difficulté réside dans le segment ὄψει τε καὶ ἀκοῇ καὶ μνήμῃ τῶν ἐν ἑκάστῃ καὶ ὑπὲρ ἑκάστης χώρας γενομένων, qui, bien qu’accepté par Barigazzi et Tepedino Guerra, est sans doute corrompu7. Norsa-Vitelli proposent de lire ἐν ἑκάστῃ καίπερ ἑκαστάτω χώρᾳ.

  • 8 L’unique exception qui m’est connue est Corp. Herm., Περὶ νοῦ κοινοῦ πρὸς Τάτ., 4.

10Tenant compte que καί est ajouté au-dessus de la ligne, on pourrait aussi penser à ἐν ἑκάστῳ μέρει ἑκάστης χώρας γενομένων ; cf. Plu., Mor. 428 D (μετέχειν ἕκαστον ἑκάστης δυνάμεως) ; Th., 4, 73, 4 (τῶν παρόντων μέρος ἕκαστον). Un autre point assez délicat est le début du § 3. Favorinos y cite un passage de Bacchylide (Carm. 7, 2 : la mention de Pindare est un lapsus évident de Favorinos lui-même) et oppose les joutes athlétiques d’Olympie à celles où l’homme sage affronte les vices, et dont les termes sont définis par la divinité (la même opposition se trouve aussi dans D. Chr., 8, 15 sq. et Max. Tyr., 1, 4). Barigazzi et Tepedino Guerra pensent que ἐκεῖ se réfère aux joutes déterminées par la divinité (non, donc, aux jeux olympiques). Il me paraît également que le segment ἐ]ν [τῇ] δ᾽ [ἐ] κεῖ διατεθει [μέ] νῃ ᾥρᾳ.[.]ν[.]ν [ἀπ] οδύντα διαγων[ίζ]εσθαι parle des épreuves déterminées par la divinité, et pourtant, ἐκεῖ pose un problème dans la mesure où ἐκεῖ indique l’éloignement et la distance (donc, il s’agit ici, non de la joute présente, mais de deux joutes), tandis que Favorinos parle de la joute déterminée par la divinité comme de celle qui est présente (cf. supra ἐν τῷ παρόντι, πάρεστι). Je propose de modifier ἐκεῖ en ἐκεί<νῳ> (scil. θεῷ). Dans les lignes suivantes, il est probable que διαγων[ίζ]εσθαί σε δεῖ soit correct, de même que εἴ τί σοι (toutes deux des propositions de Barigazzi) ; en revanche, je ne mettrais pas de signe de ponctuation après σοι (comme le fait Barigazzi). Ensuite, j’ajouterais καὶ σ[αί] νουσιν (cf. le même usage de ce verbe similaire dans D. Chr., 8, 17). Pour σαίνω avec le datif, cf. Stephanus TGL, s. v. σαίνω [col. 21]). L’ajout du substantif qui se trouvait entre ἐπιθυμιῶν et ὁρμῶν est très difficile. Norsa-Vitelli pensent à ῥυμῶν ou à ὁρμῶν, (nous serions ainsi devant une gémination de l’expression καὶ ὁρμῶν, qui serait, évidemment, dans un cas, supprimée). Le problème de ῥύμη est qu’il n’est généralement pas employé par les philosophes pour indiquer quelque chose de négatif8 à quoi l’homme doit s’opposer (et, en général, le substantif est peu employé, spécialement au pluriel). Je suis donc enclin à croire que l’ajout correct serait καὶ ὁρμῶν et que ces deux termes doivent être supprimés (la deuxième fois !).

7, 3 : καὶ γὰρ ἐν Ἄργει βωμοὶ θεῶν καί, ὃ τῶν βωμῶν ἱερώτατόν ἐστιν, οἱ θεοὶ αὐτοὶ καὶ ἡ τῶν θεῶν φύσις καὶ πρόνοια καὶ ὁ αὐτὸς Ἀργείοις Ἡρακλῆς πατρῷος.

11Tepedino Guerra traduit : « Infatti, anche ad Argo ci sono gli altari degli dèi e ciò che c’è di più sacro degli altari, gli dèi stessi, la natura provvidenziale degli dèi e lo stesso Eracle, dio patrio per gli Argivi. » Toutefois, la construction ὁ αὐτὸς Ἀργείοις Ἡρακλῆς πατρῷος est obscure pour moi. Peut-être faudrait-il supprimer Ἀργείοις ?

8, 1 : καὶ γὰρ ἐκεῖ ἡ μ[ὲν] Ἀθηνᾶ τὸν μὲν Αἴαντα ἀπεστράφη, τα[ῖς δ] ὲ Τρῳάσιν εὐχομέναις « ἀνένευσε δὲ Παλ[λ]ὰς Ἀθήνη » λέγει Ὅμηρος, λέγει δὲ καὶ ἐφ᾽ἑτέρ[ο]υ « λίπεν δέ ἑ Φοῖβος Ἀπόλλων », τ[ὸ]ν δὲ Σάμιον Πολυκράτην ἡ τύχη π[ρο] ὔ [δω] κεν.

12Norsa-Vitelli ont proposé deux modifications, à savoir la lecture de ἐφ᾽ Ἕκτορος et la suppression de τ[ὸ]ν δὲ Σάμιον Πολυκράτην ἡ τύχη π[ρο]ὔ[δω]κεν, toutes les deux refusées par Barigazzi et Tepedino Guerra. Je crois que l’on peut renoncer à la première des deux modifications mais non à la seconde. Barigazzi (op. cit., p. 435-436) défend ainsi le texte du papyrus : « Che l’esempio di Policrate appartenesse alla tradizione appare da Max. Tyr. 5, 5, dove, insieme a Creso, è citato come esempio di una felicità breve apparente a cui seguirono gravi mali, perché fu preso e ucciso da Orete […], da Luc. Nec. 16 dove c’è la stessa unione, da Dio. Chr. 17, 15 dove, insieme a Serse e a personaggi mitici, è un esempio di πλεονεξία punita. In Favorino il capovolgimento è attribuito a Tyche, intesa però come espressione della onnipotenza divina. » Je crois que ces mots de Barigazzi, écrits pour défendre le texte du papyrus, montrent parfaitement à quel point il est indéfendable. En effet, dans le texte de Favorinos, on ne parle ni de la brièveté de la félicité humaine, ni de la πλεονεξία de qui que ce soit, mais on y dit que les dieux sont parfois proches des hommes et répondent à leurs sollicitations, comme dans le cas de la guerre de Troie. Il est évident que Polycrate n’a absolument rien à voir avec tout cela, surtout avec la guerre de Troie. C’est pourquoi τ[ὸ] ν δὲ Σάμιον Πολυκράτην ἡ τύχη π [ρο] ὔ [δω] κεν doit indubitablement être supprimé.

8, 3 : φοιτᾷ γὰρ ἐπ᾽ οἶδμά τε πό [ντο] υ γᾶν τε καὶ λειμῶνας εὐφύλλους, διὰ πίδα [κας] οἷον ὕδωρ Ζεὺς ὁ πάντ᾽ ἐποπτεύων. (Trag. adesp., F 167a Kannicht-Snell).

13Peut-être γᾶς τε καὶ λειμῶνας ? Cf. Eur., F 752h 21 Kannicht (δόμους τούσδ᾽ ἐν Διὸς λειμῶνι Νεμεάδος χθονός) ; Aeschl., Ag., 560-1 (κἀπὸ γῆς λειμώνιαι δρόσοι).

9, 1 : εἰ δ[ὲ] Πλάτωνός τε καὶ Ὁμή[ρο]υ [λόγοις] π[ε]ι[θό] μενος ἀθανάτους εἶναι τὰς [ψυχὰς] ἡ[γε]ῖτ[α]ι, ἄξιον αὐτῷ καὶ ἐνταῦθα Ὁμ[ήρ]ῳ πι[σ]τεύειν, [ὃς] τῷ Ὀδυσσεῖ ἐν Κιμμερ[ίο]ις [τὸν β]όθρ[ο]ν ὀρύξαν[τι], καὶ τοῦτον οὐ βαθύν, κ[α]ὶ [τὰ] π[ρό]βατα καταθύσαντί φησιν ἅπαντα [ς τοὺ]ς ν[ε]κροὺς αὐτόθι ὑπακοῦσαι, ὡς π[αρ᾽] ἐκείν[ῳ τ]ῷ βόθρῳ κατορωρυγμένους, καὶ τὴν μητέ[ρ]α [τὴν] ἐν Ἰθάκῃ ἀποθανοῦσαν καὶ Ἀχιλ [λ]έα [τ]ὸν ἐν Τροίᾳ τεθαμμένον Ἐλπήνορά τε [τ]ὸν [ο] ὐδέπω ταφέντα κα [ὶ Αἴ]αντα [ο]ὔτε γνώμῃ [ο]ὔτε γένει προσ[ήκον]τα, προσέτ[ι δὲ Τυρὼ τ]ὴν Σαλμων[έως] καὶ Χλῶρι[ν τὴν Ἀμφίονος] καὶ πολλὰς ἄλλας γ[υναῖ]κας.

14Je ne crois pas que κα [ὶ Αἴ] αντα [ο] ὔτε γνώμῃ [ο] ὔτε γένει προσ [ήκον] τα soit authentique (Tepedino Guerra traduit : « Aiace che non aveva niente in comune con lui né per disposizione d’animo né per parentela ») : l’enchaînement γένει προσήκειν est d’usage commun et va très bien ici alors que l’enchaînement γνώμῃ προσήκειν, à ma connaissance, n’existe pas. Par conséquent, il est probable qu’après γνώμῃ un adjectif à l’accusatif fait défaut ; peut-être <φίλιον> ? Cf. Hdt., 9, 4, 2 (φιλίας γνώμας).

  • 9 L’ajout de 22, 4 (κα [ὶ προσέτι γε τὴν] θυγατέρα) me semble aussi quasiment certain et confirme to (...)

15L’ajout προσέτ[ι δὲ Τυρὼ τ]ήν est de Barigazzi (suivi par Tepedino Guerra), tandis que Norsa-Vitelli ajoutent προσέτ[ι Τυρώ τε τ]ήν. Il me semble également que la présence d’un τε qui indique la coordination est opportune (cf. 21, 1 : καὶ προσέτι γε καὶ ἀλήτης ; 23, 3 : καὶ προσέτι γε αὐτοχειρίᾳ κατασκάψαι9). Je suggérerais προσέτ[ι τε Τυρὼ τ]ήν : cf. Ath., 1, 48 ; 4, 72 (τοὺς δὲ τὰ πέμματα προσέτι τε τοὺς ποιοῦντας τοὺς πλακοῦντας οἱ πρότερον δημιουργοὺς ἐκάλουν).

12, 1 : αἱ δὲ γέρανοι ἡμῶν μεγαλοφρονέστεραι· ἐκ γὰρ Θρᾳκῶν εἰς Αἴγυπτον ἀπιοῦσαι οὔτε Θρᾴκην ἡγοῦνται πατρίδα οὔτε Αἴγυπτον φυγήν, πρὸς δὲ τόπον ἀλληλίσματα σφίσιν εἶναι ταῦτα, χειμῶνός τε καὶ θέρους ἐνδιαιτήματα. τὸ δ [ὲ] τῶν Πυγμαίων [πο]ιητικὸς ἄρα μῦθος ἦν. ἀλλὰ γὰρ κἀκείνας ὁ χειμὼν ἐκ Θρᾴκης ἐλαύνει, ὥσπερ ἡμᾶς ἡ τύχη [ἄ]λλον ἀλλαχόθεν. [ὄ]ρνις δὲ οὔτε Πυγ[μαίοις] οὔτε ἄλλῳ ὄρνιθι ὑπὲρ μέρους ἀέρος διαφέ[ρετ]αι, [οὐ]δὲ μὴν ἰχθὺς ἰχθύι αἰγιαλοῦ ἕνεκα ἢ πέτρας ἐπιβουλεύει, ἀλλ᾽ ἔνθα ἂν διατρίβῃ τῆς θαλάττης, ἐν τῇ αὑτοῦ πατρίδι διοικεῖν οἴεται.

  • 10 Prächter K., « Zur antiken Literatur über Kraniche und Pygmäen », Rheinisches Museum, 82, 1933, p. (...)

16Favorinos affirme ici que les grues sont plus magnanimes (μεγαλοφρονέστεραι) que les hommes, car, à la différence de ces derniers, elles ne font pas de distinction axiologique entre leurs lieux de vie. Comme tous le reconnaissent, Favorinos a, ici, à l’esprit Il., 3, 3-7 (ἠΰτε περ κλαγγὴ γεράνων πέλει οὐρανόθι πρό, / αἵ τ᾽ ἐπεὶ οὖν χειμῶνα φύγον καὶ ἀθέσφατον ὄμβρον, / κλαγγῇ ταί γε πέτονται ἐπ᾽ Ὠκεανοῖο ῥοάων, / ἀνδράσι Πυγμείοισι φόνον καὶ κῆρα φέρουσαι· / ἠέριαι δ᾽ ἄρα ταί γε κακὴν ἔριδα προφέρονται). La proposition τὸ δὲ τῶν Πυγμαίων ποιητικὸς ἄρα μῦθος ἦν me pose problème. Prächter commente ainsi le passage de Favorinos10 : « Der Kranichzug nach Ägypten dient somit nach Favorin nur dem Jahreszeit entsprechenden Aufenthaltswechsel. Mit einer Expedition gegen die Pygmäen ist es also (ἄρα!) nichts, das ist Dichtermythos. » La valeur conclusive de ἄρα ne fait aucun doute (Tepedino Guerra traduit par « dunque »). Pourtant, je n’arrive pas à voir comment de la proposition τὸ δὲ τῶν Πυγμαίων… il pourrait résulter que les grues ne font pas la guerre aux Pygmées. Si le passage qui, ici, fait polémique, est celui d’Homère, dans l’Iliade on affirme que les grues font la guerre aux Pygmées, mais encore (comme dans le passage de Favorinos qui précède τὸ δὲ τῶν Πυγμαίων) que les grues vont au pays des Pygmées pour échapper aux rigueurs de l’hiver. Il n’y a donc aucune contradiction entre le fait de fuir l’hiver et celui de mener la guerre contre les Pygmées. L’énoncé τὸ δὲ τῶν Πυγμαίων ποιητικὸς ἄρα μῦθος ἦν apparaît encore plus suspect, parce que peu après, Favorinos parle des Pygmées, cette fois-ci, en introduisant l’énoncé avec δέ sans faire aucune relation entre la migration des grues pour causes climatiques et la guerre contre les Pygmée. Je crois que l’énoncé τὸ δὲ τῶν Πυγμαίων ποιητικὸς ἄρα μῦθος ἦν doit être supprimé. Il s’agit d’une autre interpolation dans notre texte, après celle de 8, 1.

13, 1 : εἰσὶ δὲ οἳ οὐ φυγὴν μόνην, ἀλλὰ ἀποδημίαν τὸ ἔσχατον κακῶν ἡγούμενοι ὑπὸ φιλοχωρίας αὐτοὶ σφᾶς αὐτοὺς ἐς τὰς πατρίδας [τ]ῇ γνώμῃ φυγαδεύουσιν ἑκόντες [ο]ὐ κατὰ ἀνάγκην προστιθέμενοι. « μῶρος δ᾽ ὅστις ἀνθρώπων πόλιν » ᾗ ἂν ἐμμένῃ « θεὸν κείναν σεβάζειν μοῦνον ἐλπίζει καλοῖς. εἰσὶ γάρ, εἰσὶ ἀξιοπάμονες ἄλλαι, καὶ μέλονται πρός τινος, ἢ Διὸς ἢ γλαυκᾶς Ἀθάνας » (Trag. adesp., F 167c Kannicht – Snell).

17Dans la section précédant la citation poétique, il y a un sérieux problème textuel concernant le sens précis de προστιθέμενοι. Barigazzi (ad loc.) écrit : « Intendo προστιθέμενοι nel senso di ‘essere incline’, ‘acconsentire’, senso comune negli scrittori attici […] e sottintendo αὐτῇ, sc. τῇ γνώμῃ. » Pourtant, ici, τῇ γνώμῃ signifie « librement », « par sa propre décision » et il est vraiment étrange de dire qu’on n’est pas lié par la nécessité de suivre une décision personnelle. Norsa-Vitelli proposent προσδεδεμένοι, Schwyzer οὐκ ἄρα ἀνάγκῃ προστιθέμενοι. J’écrirais οὐ κατὰ ἀνάγκην προστιθεμένην ; cf. Eur., Heracl. 710 (ἀνάγκην προστίθης ἡμῖν θανεῖν) ; Id., F 524, 2 K. (τὸ φῶς δ᾽ ἀνάγκην προστίθησι σωφρονεῖν) ; Xén., Hi., 9, 4 (ἀνάγκην προστιθέναι) ; Gal., In Hipp. lib. de artic., vol. 18, p. 557, l. 11 K. (καὶ ἄλλην ἀνάγκην οὐδεμίαν προστιθείς).

  • 11 Luppe W., « Zu einem Tragiker-Zitat in Favorin, ΠΕΡΙ ΦΥΓΗΣ », Rheinisches Museum, 151, 2008, p. 43 (...)

18En ce qui concerne la citation poétique, qui contient probablement deux extraits provenant de deux textes différents, le texte a très récemment été discuté par Luppe11. Le savant allemand a aussi proposé de transposer toute la citation poétique à l’intérieur de 8, 3, donc dans la colonne précédente du papyrus, après le morceau dans lequel Favorinos affirme qu’il serait injuste d’attribuer chaque divinité à la seule ville dans laquelle elle est honorée le plus, parce que, de cette manière, les autres villes seraient privées de certaines divinités. Le motif pour lequel Luppe a proposé cette transposition a purement trait au contenu, parce qu’à son avis, le passage poétique s’intégrerait au contexte du passage et non à la place qui lui est assignée dans le papyrus. Personnellement, je n’admets pas cette proposition. Le texte poétique dit, en effet, qu’il est sot, l’homme qui croit que les dieux aiment seulement la ville dans laquelle il vit lui-même, parce que les autres villes sont aussi aimées des autres dieux. Il me semble que cette idée constitue un excellent prolongement de celle qui est exprimée dans les lignes précédant 13,1. En effet, Favorinos vient juste de dire qu’il est stupide de se confiner, de plein gré, dans sa propre patrie : il est tout à fait naturel de prolonger cette pensée en affirmant qu’il est sot, l’homme qui croit que les dieux honorent seulement la cité dans laquelle il vit. Je ne vois franchement aucune raison de déplacer le fr. Trag. adesp. 167c Kannicht – Snell de la place que lui assigne le texte de notre papyrus.

14, 2 : οὐ γὰρ οἱ νόμοι ο[ὐ]δὲ τὸ μετ [οί] κιον πολίτας ἢ ξένους, ἀλλ᾽ ἡ γνώμη ποιεῖ. ᾗ καὶ αὐτὸς θαρρῶν ἐμαυτὸν οὐ γράμμασιν ἀλλὰ εὐνοίᾳ τῇδε τῇ πόλει ἐγγράφω, Δία τε πατρῷον τὸν αὐτὸν καὶ ξένιον καὶ φίλιον προστάτην ποιούμενος καὶ Ἑστίαν κοινὴν θεῶν καὶ ἀνθρώπων μητέρα παρεχόμενος ξενίαν τε τράπεζαν πολὺ τῆς ἰδίας ἑκάστῳ αἰδοιεστέραν, εἴ τις ὁσίως αὐτῆς προστατοῖτο.

19Il me semble étrange que Favorinos coordonne Ἑστία à τράπεζα et je ne comprends pas comment il peut « offrir » (παρεχόμενος) la déesse. Peut-être faut-il faire une petite transposition et lire : παρεχόμενός τε ξενίαν τράπεζαν. De cette manière Hestia se trouverait coordonnée à Zeus, compte tenu qu’Elle est aussi προστάτις de Favorinos à Chios.

15, 1 : Ἡ δὲ τῶν οἰκείων φίλων τε καὶ ξυγγενῶν ἐπιπόθησις τοῦ τῆς πατρίδος ἔρωτος ἐξηρτημένη δεύτερον ἐπ᾽ ἐκείνῳ ἀγώνισμα προτέθειται, γενέσεώς τε καὶ τῆς ἐκ παίδων κοινῆς ἀνατροφῆς ἀναμιμνῄσκουσα, διδασκαλείων τε ξυμφοιτήσεις καὶ γυμνασίων ὁμοήθεις διατριβάς, ἠλικιωτῶν τε καὶ ξυνεφήβων τερπνὰς ὁμιλίας, ὥσπερ φίλτρα ταῦτα καὶ δελέατα τῇ ψυχῇ προσβάλλουσα.

20Ce texte est celui de Tepedino Guerra, mais il est évident que dans le segment γενέσεώς τε καὶ τῆς ἐκ παίδων κοινῆς ἀνατροφῆς ἀναμιμνῄσκουσα un substantif à l’accusatif fait défaut. Norsa-Vitelli proposent ἀνατροφῆς <ἀναγκαιότητας> ἀναμιμνῄσκουσα, mais je crois que Favorinos, plutôt que du concept abstrait de parenté, (ἀναγκαιότης = necessitudo), parlait des moments passés en compagnie de ses parents, de la naissance à la fin de l’enfance. Peut-être ἀναμιμνῄσκουσα <ξυνουσίας> ?

21Dans le § 2-3 du chap. 15, par souci de clarté, je mettrais le segment ἢν δέῃ, ἔκ τε… τόλμῃ νομιεῖ entre parenthèses ; c’est une interprétation déjà proposée par Barigazzi (dans le commentaire ad loc.), mais le savant n’a pas fait correspondre à cette interprétation (qui me semble la seule à avoir du sens) la ponctuation conséquente. La disposition du texte de Tepedino Guerra me semble pire.

16, 1-2 : Οὐ μὴν οὕτως γε διενοοῦντο οἱ τοῦ Ἰάσονος φίλοι, ἀλλ᾽ ἄσμενοι ἄλλος ἄλλοθεν εἰς Κόλκους αὐτῷ συναποδημοῦντι ἠκολούθουν, οὔτε ὅποι πλεῖ οὔτε καθόλου πλεῖν ἐπιστάμενοι […]. 2 αὕτη γὰρ ἡ πρώτη ἐν ἀνθρώποις κατασκευασθεῖσα ναῦς φίλων ἀλλ᾽ οὐκ ἐμ[μίσθω]ν ναυτῶν ἐνεπλήσθη, ὧν οἱ πλεῖστο[ι καὶ β]ασιλῆς, εἰσὶ δὲ οἳ καὶ θεῶν παῖδε[ς] ὄντ[ες αὐθαί]ρετοι πλεῖν οὐκ ᾐσχύνοντο.

22Ceci est le texte de Tepedino Guerra qui, en un point, constitue un retour en arrière par rapport à celui des prédécesseurs : déjà, en effet, Norsa-Vitelli ont corrigé l’impossible συναποδημοῦντι ἠκολούθουν par ἀποδημοῦντι συνηκολούθουν et une telle émendation devait évidemment être admise (cf. § 3 : ἀπιόντι ξυναπεδήμει ; ib. : τῷ φίλῳ ἑκὼν ξυνέπλει). L’ajout πλεῖστο [ι καὶ β] ασιλῆς est de Norsa-Vitelli et a été admis par tous, mais je préférerais écrire πλεῖστο [ί γε β] ασιλῆς, pour donner, ainsi, une valeur restrictive (γε) à cette affirmation et mettre en relief la Steigerung de la période suivante (καί). Cf. (aussi pour πλεῖστοί γε avec un gen. partitif) : Gal., In Hipp. Epid. comm., 17a, 632, 8 (ἀλλὰ πᾶσιν ἢ τοῖς γε πλείστοις) ; Id., In Hipp. Aph. comm., 18a, 103, 15 K. (οἱ πλεῖστοί γε αὐτῶν) ; Str., 14, 5, 10 (καὶ οἱ πλεῖστοί γε τῶν ἱερασαμένων).

16, 4-6 : τί δέ ; οὐ Πυλάδης μὲν ὑπὸ Ἐρινύων ἐλαυνομένῳ καὶ μαινομένῳ τῷ φίλῳ ἠκολούθει, Θησεὺς δὲ Πειριθόῳ εἰς Ἅιδου ἀπιόντι ξυναπεδήμει ; […] 5 οὗτοι μὲν οὖν καὶ τοιοῦτοι φίλοι· ὁ δὲ ἐμὸς φίλος ἐμὲ μὲν ἀξιώσει ἐφ᾽ ἑαυτῷ λυπούμενον ζῆν ὀδυνηρὸν οὕτω καὶ ἐλεεινὸν βίον, ὥς πού τις καὶ ἄλλος ἐρημίᾳ φίλων « πόντον ἐπ᾽ ἀτρύγετον δερκέσκετο δάκρυα λείβων », αὐτὸς δέ, ἐξὸν αὐτῷ ἀπὸ τῆς φύσεως καὶ τῶν νόμων, ἑκὼν τῆς ἐμῆς συνουσίας αὑτὸν ἀποστερήσει, εἶτα ἐμὲ οἰκτιεῖ ὡς οὐκ αὐτὸς ὢν οἰκτρότερος ; […] 6 οὗτοι γὰρ οἱ ὄρνεις, ἐπειδὴ ἅπα [ξ] φιλίαν συνέθεντο, αἱ μὲν χελιδόνες πρὸ [ς] τὸν ἄνθρωπον, οἱ δὲ τροχίλοι πρὸς τοὺ [ς κο] ρκοδίλους, καίτοι ἑτερογενῆ ὄντα, οὐκ ἄ [ν] ποτε ἀπολειφθεῖεν ἀλλήλων, ἀλλ᾽ἔνθα ἂν ὁ ἄνθρωπος οἰκῇ ἐκεῖ καὶ χελιδόνα εὑρήσεις, καὶ ἔνθα ἂν κορκόδιλος ᾖ ἐνταῦθα καὶ τροχίλον εὑρήσεις· τῷ δὲ οὐδὲν μέλει ποῖ γῆς ἢ θαλάττης ἐγώ.

23§ 4-5 : Quelques couples d’amis sont recensés ici, lesquels brillèrent par un sentiment d’amitié et, au début du § 5 on affirme que de tels êtres (τοιοῦτοι) sont les amis (Tepedino Guerra traduit bien « Questi, dunque, sono gli amici veri e così si comportano »). Je crois qu’on doit ajouter καὶ τοιοῦτοι <οἱ> φίλοι.

  • 12 Je ne connais pas de parallèle pour cette construction ; il existe, toutefois, le cas de ἐξὸν ἐκ + (...)

24§ 5 : Je suis disposé à accepter ἐξὸν ἀπὸ τῆς φύσεως καὶ τῶν νόμων12, mais pas l’absence d’un verbe à l’infinitif. Peut-être νόμων <ἥκειν>, ἑκών ?

25J’ignore si ὁ ἄνθρωπος est tolérable, étant donné que tous les autres substantifs n’ont pas l’article. De toute façon, je serais prudent sur le sujet, vu tout ce qui a été observé à propos de 2, 3.

26Pour l’interprétation globale du Περὶ φυγῆς, la dernière phrase du passage recopié est fondamentale : τῷ δὲ οὐδὲν μέλει ποῖ γῆς ἢ θαλάττης ἐγώ. Comme on le sait, au chap. 16, Favorinos parle d’un ami et de son comportement après l’exil de l’auteur. On débat largement pour savoir si Favorinos parle d’un ami réel, ou s’il fait seulement un exemple abstrait. Je crois que si le texte du papyrus, reconnu de tous et reproduit ici est le texte correct, il ne peut que s’agir d’un ami réel, lequel ne se préoccupe guère d’aller trouver Favorinos à Chios. En effet, la période τῷ δὲ οὐδὲν μέλει ποῖ γῆς ἢ θαλάττης ἐγώ est une pure constatation (l’indicatif ne laisse aucun doute !). Si quelqu’un veut soutenir qu’il s’agit d’un exemple fictif, il doit, je crois, corriger le texte et écrire : τῷ δὲ οὐδὲν μελ <ήσ> ει ποῖ γῆς ἢ θαλάττης ἐγώ ; Pour une telle conjecture, les formes ἀξιώσει, ἀποστερήσει, οἰκτιεῖ du § 4 pourraient fournir un parallèle fort.

27Toutefois, il est bon de le répéter, celui qui accepte le texte du papyrus, doit penser que Favorinos fait ici allusion à une personne bien précise, qui a fait preuve d’indifférence envers lui pendant la période de l’exil.

17, 2 : καὶ γάρ τοι τὰ τῆς κολακείας ταύτῃ πανουργότατα, ᾗ τὴν ἀληθῆ φιλίαν μιμεῖσθαι ἐπιτηδεύει· ἐπειδὰν δὲ ὁ τύχης χειμὼν ἐμπέσῃ, τότε δὴ τοὺς μὲν κούφους τε καὶ ἐπιπλάστους τῶν φίλων δοκούντων ὥσπερ ἄνεμος ἐξ ἀχυρμιᾶς ἐξεφύσησέν τε καὶ διερρίπισεν, ὀλίγοι δὲ οἱ ἀληθεῖς φίλοι πυρῶν δίκην ὑπομένουσιν.

28La comparaison (ὥσπερ ἄνεμος ἐξ ἀχυρμιᾶς) nécessite un complément d’objet. Je lirais : ὥσπερ ἄνεμος ἀχυρμιὰς ἐξεφύσησέν τε καὶ διερρίπισεν ; cf. Vet. Test., Aggaeus, 1, 9 (ἐγένετο ὀλίγα καὶ εἰσηνέχθη εἰς τὸν οἶκον, καὶ ἐξεφύσησα αὐτά) ; Heliod., Aeth., 3, 7, 3 (τὸ παρ᾽ ἑαυτοῦ πνεῦμα πικρίας ἀνάμεστον εἰς τὸν πλησίον διερρίπισεν). La corruption résulte d’une gémination de ἐξεφύσησεν.

18, 1 : Ὅστις δὲ ἐν δυστυχίᾳ, πρό[τερον] οὐκ ὢν φίλος, φιλίας ἀρχὴν ἐποιήσατο, οὗτος δὲ τῶν πρότερον ἔτι βεβαιότερος, οὐ χρ[ε]ίαν τὴν ἑαυτοῦ, ἀλλ᾽ ἀρετήν, φιλίας πρόσχημα ποιούμενος.

29Tepedino Guerra traduit ainsi : « Ma chi, pur non essendo prima amico, inizia nella sventura altrui un rapporto di amicizia, proprio costui è ancora più fidato dei vecchi amici, poiché pone come causa dell’amicizia non il suo bisogno, ma la virtù. » Le sens du passage est clair et la traduction de Tepedino Guerra le rend bien. Il y a, toutefois, un sérieux problème linguistique : πρόσχημα ποιεῖσθαί τι signifie « aliquid praetexere », « tamquam velamentum proponere », qui, ici, va bien avec χρείαν, mais pas avec ἀρετήν. Je propose de supprimer ἀλλ᾽ ἀρετήν, qui est probablement une glose introduite par quelqu’un qui n’a pas compris la construction.

18, 5 : εἰ γάρ τις μετὰ ταύτης τῆς ξυνθήκης φιλίᾳ πρόσεισιν, οὔτε φυγὴ αὐτὸν τοῦ φίλου μετατρέψει οὔτε δεσμὰ ἀπερύξει [ο]ὔτε μὴν ὁ πάντων ἰσχυρότατος θάν [α] τος ἐπιλήγει· τοὐναντίον δὲ ταῦτα καὶ τὰ τοιαῦτα ἐπιτενεῖ τὴν φιλίαν καὶ προσαυξήσει.

30Il est évident que ἐπιλήγει est corrompu, ne serait-ce que parce qu’il faut un futur et non un présent. Barigazzi suit Schmid et écrit ἐπιλήξει (solution pour laquelle penche également Amato), mais je n’ai pas connaissance d’usages actifs du verbe ἐπιλήγω (d’ailleurs rarissime). Je proposerais ἐπιλήσει ; une construction tout à fait analogue à celle que je suggère se retrouve dans Aret., De causis et signis diut. morb., 2, 12, 2 : ἡδονὴ σφέας λάζυται ἐπιλήθουσα τῶν πάρος.

19, 2-3 : πρὸς μὲν γὰρ τὰ τέκνα καὶ τοὺς τόπους καὶ τοὺς φίλους φυσικήν τινα κέκτηνται διάθεσιν ἔσθ᾽ ὅπῃ καὶ τὰ θηρία, τόπους τε ξυνήθεις καὶ θῆρας συννόμους, πάντων δὲ μάλιστα τέκνα καὶ γονέας ἀσπαζόμενα, πλούτου τε πέρι καὶ τιμῆς οὐδὲν ἄλλο ζῷον ἔξω ἀνθρώπου περιεργάζεται, ἀλλὰ πλοῦτον αὑτοῖς ἱκανὸν οἴεται τὴν ἀναγκαίαν [τ] ῆς τροφῆς εὐπορίαν· ταῦτα δὲ οὐδεμία ζῴου φύσις πένης ἂν γένοιτο· ἀρχὰς δὲ οὐ τῇ δόξῃ τῶν ἄλλων ζῴων περικτᾶται, ἀλλὰ τῇ ὑπεροχῇ τῆς ἀρετῆς ἐν ᾧ ἕκαστον κρεῖττόν ἐστι. 3 οὔτε γὰρ ἵππος ποτὲ ἐφρόντισε τῆς παρὰ τῶν λοιπῶν ζῴων τιμῆς ἢ καὶ ἀτιμίας, ἀλλὰ ἡγεῖται τῶν ἄλλων τάχει διαφέρων φυσικήν τινα [ἀ]ρχὴν ἄρχειν κατὰ τὸν δρόμον, οὔτε λέων [πο]τὲ περὶ πολλοῦ ἐποιήσατο τί δὴ περὶ αὐτοῦ [τὰ ἄλλα ζ]ῷα φρονεῖ τε καὶ λέγει, ἀλλ᾽ ἡγεῖται τῇ [ἰσχύι ὑ]περέχων ταύτην ἑαυτῷ ἐν τοῖς ἀσθε[νεστέροις] ἀληθεστάτην εἶναι ἀρχήν τε καὶ τιμ[ήν].

31Les animaux, dit Favorinos, sont plus pragmatiques que les hommes, parce qu’ils ne se préoccupent guère de choses vaines comme l’honneur (τιμή) et la richesse (πλοῦτος). Il est étonnant qu’après avoir illustré ce fait de manière cohérente avec l’exemple du cheval, Favorinos affirme que le lion pense que le véritable pouvoir et l’honneur véritable (τιμή !), viennent de sa suprématie physique. Peut-être faut-il supprimer τε καὶ τιμήν ?

20, 5 : ἢ οὐκ οἶσθ [α ὅτι ἐ]ς πάσα[ς τὰς] παλαιὰς ἐκείνας εὐγενείας ἀναφέρων ἀνοίσεις ἢ εἰς τὸν Προμηθέως πηλὸν ἢ εἰς τοὺς Δευκαλίωνος λίθους ; οὐκ ἀποθέμενος καὶ ἀποδυσάμενος ταῦτα [τ]ὰ ξύμβολα [γυμνὸ]ν ἡμῖν ἐπιδείξεις σεαυτὸν ὁπο [ῖος ε]ἶ, μᾶλλον δὲ οὐδὲ γυμνόν, ἀλλὰ ἀντὶ μὲν πορφύρας πενίαν ἠμφιεσμένον, ἀντὶ δὲ ἀρχῆς καὶ στροφίων ἀναρχίᾳ <ἐ>στεφανωμένον ; κἂν τότε σέ τις ἀνὴρ ἀγαθὸς θαυμάσῃ ἢ τιμήσῃ, προσιὼν τὸ γένος ἀπὸ σαυτοῦ ἀνάγραφε. φρονήσῃς μὲν οὖν μηδέποτε ἐπὶ σαυτῷ μέγα, ἀλλὰ μηδὲ καταφρονήσῃς σεαυτοῦ, τιμὴν ἀληθῆ τ[αύτ]ην νομίσας ἀθάνατον καὶ ἀναφαίρετον.

32D’un commun accord, les éditeurs placent la virgule avant προσιών, mais il est probable que l’admiration et le respect (θαυμάσῃ ἢ τιμήσῃ) sont exprimés verbalement et sont propres à la personne qui s’approche (προσιών) ; cf. D. Chr., 9, 7 ; ib. 14 ; 13, 12 ; Epict., Diss. 1, 19, 10. En outre je ne crois pas que φρονήσῃς μὲν οὖν μηδέποτε soit originel ; il est évident qu’ici Favorinos a à l’esprit le moment précis de la rencontre avec l’ἀνὴρ ἀγαθός (cf. τιμὴν ἀληθῆ ταύτην). Je propose donc d’écrire φρονήσῃς μὲν οὖν μηδὲ τότε. Cf. Dém., 21, 68 (ὑβρίζειν δὲ τοιαῦτα καὶ τύπτειν μηδὲ τότε) ; Plu., Galb., 23, 4 (μηδὲ τότε δωρεᾶς αὐτοῖς δοθείσης).

21, 1 : ο]ὐχ ὁρᾷς οἷος ἦν Ὀδυσσεὺς πέρι ῥάκ<ι>α <κα>κ᾽ ἀμ[φὶ σώματ]ι ἔχων, ὥστε καὶ τὰ ἄλλα οἱ μνηστῆρες ἐθαύμαζον αὐτοῦ,
οἵην ἐκ ῥακέων ὁ γέρ[ων ἐ]πιγουνίδα φαίνει ; ἐκεῖνοι μὲν οὖν [τὴν ἐπι]γουνίδα. ἐγὼ δὲ ἕτερόν τι θαυμάζω.

33Les prétendants admiraient d’autres choses d’Ulysse (τὰ ἄλλα) et l’ἐπιγουνίς. Je crois qu’après ἐθαύμαζον αὐτοῦ, il faut ajouter <καί >. Cf. 5, 2 (τά τε ἄλλα ἐποτρύνοντες καὶ δὴ τοῦτο ἅμα ἐπιλέγουσιν).

21, 3 : ὁ μὲν οὖν Ἰθακήσιος οὕτως· ἠπίστατο γάρ, οἶμαι, καίτοι [ἐν νή]σῳ τραφεὶς τί ἴδιον καὶ τί οὐκ ἴδιον, καὶ ὅτ [ι θ] εῷ ὄντι πείθεσθαι δεῖ μὴ λυπούμενον καὶ ἐφ᾽ αἷς ξυνθήκαις εἰς τὸν βίον παρελήλυθεν.

34Tepedino Guerra traduit : « Così, dunque, si comporta l’itacese. Infatti – a mio parere – pur essendo stato allevato in un’isola, conosceva ciò che dipendeva e ciò che non dipendeva da lui e sapeva che bisogna ubbidire a chi è dio, senza affliggersi anche di fronte a quelle sventure che si presentano nella vita. » Toutefois, si Favorinos avait voulu dire « qu’il faut obéir à qui est dieu », il aurait seulement écrit θεῷ. Je corrigerais θεῷ <θέλ>οντι ; cf. supra l’énoncé d’Ulysse, qui s’adresse toujours à la divinité avec θέλεις et Eur., F 397 Kannicht (θεοῦ θέλοντος κἂν ἐπὶ ῥιπὸς πλέοις), vers bien connu de Favorinos (cf. 8, 2).

22,1 : ἀλλ᾽ οὐ πᾶν τοὐναντίον εὐγνώμονας καὶ πιστοὺς ἑαυτοὺς παρέξομεν χρήστα<ς> καὶ τῶν κακῶν χρήστων ταύτῃ διαφέροντας, ᾗ οἱ μὲν ἄκοντες καὶ στ[έ]νοντες καὶ ἀναγκαζόμενοι οὐδὲν ἧττον ὥσπερ βίᾳ τἀλλότρια ἐξεμέσαντες, ἡμεῖς δὲ φαιδ[ρ]οὶ καὶ χαίροντες, οἰόμενοι χρέως ἐλευθεροῦσθαι ;

35Il me paraît évident que quelque chose fait défaut. On pourrait supposer ἐξεμέσαντες <τὰ δεδανεισμένα ἀποδιδόασιν >, ἡμεῖς δέ…

22, 2 : τῶν γε μὴν δυσκόλως καὶ ἀγνωμόνως ἐκτινόντων ἡγεῖσθαι χρὴ καὶ τοὺς θεοὺς αὐτοὺς κατεγνωκέναι, τοιαῦτα περὶ αὐτῶν ἐνθυμουμένους οἷα περὶ τῶν ἀχαρίστων οἱ δανεισταί, ὡς, ὅτε μὲν αὐτῶν ἔχρῃζον, συνεχὲς ἐπί τε ἱερῶν θύρας ᾔεσαν καὶ βωμοὺς θυσιῶν καὶ ἑορτὰς εὐχῶν ἐνεπίμπλασ[α]ν, σπονδάς τε σπένδοντες μεγαλοπρεπεῖς καὶ ἱε[ρ]ομηνίας καὶ παννυχίδας ἐπιτελοῦντες, καὶ α[ὐ]τοὶ καὶ οἱ παῖδες χοροὺς ἱστάντες, ἔν τε λόγοις καὶ ᾠδαῖς αὐτοῖς χάριν δημοσίαν ὁμολογο[ῦ]ντες.

36χάριν δημοσίαν ὁμολογοῦντες donne lieu à de sérieux soupçons ; cette expression (d’ailleurs nulle part attestée) indiquerait que, dans les odes et les chants, la gratitude de toute la cité était exprimée. Mais en fait, c’est la gratitude des citoyens particuliers qui y était exprimée. J’écrirais χάριν δημοσίᾳ ὁμολογοῦντες : c’est à dire que la gratitude était exprimée publiquement. Cf. : Isoc., In Callim., 24 (τὰς μὲν ἰδίας ὁμολογίας δημοσίᾳ κυρίας ἀναγκάζετ᾽ εἶναι) ; Them., Πρὸς τοὺς οὐκ ὀρθῶς ἐξηγ. τὸν Σοφ. 346b (ὁμολογῶ δημοσίᾳ ὅτι πένομαι) ; Justin., Apologia sec., 12, 5 (ταῦτα δημοσίᾳ ὁμολογοῦμεν ἀγαθά). Il est aussi facile de comprendre la genèse de l’erreur : soit l’assimilation à χάριν soit le désir inconscient d’éviter un hiatus (spécialement en clausule) peuvent l’avoir causée.

24, 5 : ὥσ[τε] οὔτε φυγὴ οὔτε πάλιν αὖ μονή, οὔτε ἀτιμία οὔτε τιμή, οὔτε ἀδικία οὐδὲ δουλεία, οὐδὲ πλοῦτος ἢ πενία ἀγαθὰ ἢ κακά, ἀλλὰ ἡ μὲν τούτων εἰς τ[ὸ δ]έον χρῆσις ἀγαθή, ἡ δὲ εἰς τὸ μὴ δέον κακή.

37Οὔτε ἀδικία οὐδὲ δουλεία est évidemment corrompu, soit parce que οὔτε… οὐδέ ne convient pas, soit parce que l’ἀδικία ne s’oppose pas à la δουλεία. Sur la correction οὔτε δουλεία (Mercati) il n’y a aucun doute ; ἀδικία a été corrigé en ἄδεια par Vitelli – Norsa, en αἰκεία par Maas, tandis que Barigazzi a ajouté οὔτε ἀδικία <οὔτε…, οὔτε ἐλευθερία> οὔτε δουλεία. Contre la solution de Barigazzi, il est facile d’objecter qu’ici, ἀδικία ne convient pas, car l’injustice (ἀδικία) est une caractéristique propre à l’homme, qui ne peut jamais profiter d’une χρῆσις appropriée. D’autre part, selon moi, ni ἄδεια ni αἰκεία ne semblent bien s’opposer à δουλεία. J’écrirais : οὔτε ἐλευθερία οὔτε δουλεία, supposant que ἀδικία est issu de l’assimilation du précédent ἀτιμία. Pour l’opposition ἐλευθερία/δουλεία, cf. 29, 1 (où l’ajout ἐ [λευθερία est sûr, selon moi).

25, 3 : ἂν δ᾽ εὐπλοοῦσαν καὶ πλησίστιον ἴδῃς « ἀγα[λ]λομένην Διὸς οὔρῳ », ἐπ᾽ ἐ[κεί]νῃ καὶ τὴν σαυτοῦ τύχην μὴ καταφεονή[σῃ]ς.

38L’intégration ἐ[κεί]νῃ me semble l’unique possible, mais s’il en est ainsi, quelque chose fait défaut. Peut-être ἐπ<ίχαιρε> ἐ[κεί]νῃ ; cf. Vet. Test., Michaeas 7, 8 (μὴ ἐπίχαιρέ μοι) ; D. Chr., 28, 4 (ἐπιχαίρειν αὐτὸν ἐκείνῳ).

26, 2 : ὡς ἄμεινον ἦν κἀκείνην σὺν τοῖς ἀδελφοῖς ἐπὶ τῆς αὐτῆς τραπέζης παραθεμένῳ καταφαγεῖν ἢ ἐκ τοιούτων γάμων τέκνα ποιήσασθαι, ὥσπερ τὰ πρῶτα εὐτυχῶς παιδοτροφήσαντι.

39Tepedino Guerra traduit ainsi : « Quanto sarebbe stato meglio per lui che si fosse seduto alla stessa tavola e avesse mangiato con i fratelli anche lei piuttosto che generare figli da un’unione del genere, come se avesse allevato con fortuna i precedenti ! » Je crois que la signification exacte de παραθεμένῳ lui a échappé : ici παρατίθεσται signifie indubitablement « offrir à table », « dresser » (cf. GI, s. v. παρατίθημι 1 a).

  • 13 Tepedino Guerra prolonge la période même au-delà, mais il vaut mieux placer ici, avec Barigazzi, u (...)

26, 2-5 : οὐδεὶς γὰρ οὕτως δυστυχὴς ἂν γένοιτ[ο] ὃς [ο]ὐ ζητῶν ἐν ἀνθρώποις δυστυχέστερο[ν] ἂν εὕροι, ἐπεὶ πᾶσά τοι κακῶν ὑπερβ[ολ] ή, κἂν πάνυ ἕκαστος τὰ αὑτοῦ δεινὰ οἴ[η]ται, [ἐν τῷ μακ]ρῷ βίῳ ε[ca. 30] […] 3 […] οὐ γάρ, ὦ Ἡσί[ο]δε, ὡς σὺ φῄς, μόνον τὸ σ[ιδη]ροῦν γένος ξυμφορῶν ἔμπλεων, ἀλ[λὰ] κ[αὶ τ]ὸ τέταρτον καὶ τρίτον καὶ δεύτερον καὶ αὐτὸ τὸ πρῶτον, τὸ χρυσοῦν γένος, ἵνα μὴ μόνος ὀδύρῃ, ἀγχι[σ]τρόφοις τύχαις ἐχρήσαντο. 4 καὶ γὰρ οὗτοι, ὧν μικρῷ πρόσθεν ἐπεμνήσθην, θεῶν παῖδ[ε]ς ἦσαν, οἱ δ᾽ ἔγγονοι· ὁ Τάνταλος ἐκεῖνος (εἴ τινά που ἀκούεις ἢ καὶ ἐν Ἅιδου εἶδες διψῶντα) θεῶν σύσσιτος ἢ ὁ Τιτυὸς ἢ ὁ Σίσυφος· ὁ Πηλεὺς αὐτὸς τρίτος ἀπὸ Διὸς ἦν καὶ γυναῖκα ἐκ τῶν ἐναλίων ἠγάγετο, ἀ[λ]λὰ τὸν υἱὸν πρὸ ὥρας ἀπώλεσεν καὶ ἐν γήρᾳ καὶ ἐν πενίᾳ τῆς πατρίδος ὑπὸ τῶν ἐχθρῶν ἠλαύνετο· ἀλλὰ μὴν οὐδὲ ὁ υἱωνὸ[ς] αὐτῷ ἐπαρκεῖν ἐδύνατο· ἔφευγε[ν] γ[ὰ]ρ κ[α]ὶ οὗ[το]ς. ἀλλά σοι βούλει τοῦ δευτέρου ἢ τρίτου γέν[ο]υς ἐπιμνησθῶ ; ὁ Σαρπηδὼν Διὸς υἱὸς ἦν [κ]αὶ ἀπέθνῃσκεν νέος, ἕτεροι δ᾽ ἐγήρων· Α[ἰ]νείας [ἐκ]εῖνος ὁ ἀνέστιος καὶ ἄπολις Ἀφροδίτης υἱὸς ἦν, καὶ ἔφυγεν τὸν πατέρα ἐπὶ τῶν ὤμων ἔχων τὸν τῆς Ἀφρ[ο]δίτης ἐρώμενον καὶ υἱὸν ἅμα ἐφελκόμενος. 5 σὺ δὲ Αἰσκραῖος ὢν πολίτης πόλεως ἣν αὐτὸς λέγεις « χεῖμα κακῆς, θέρει ἀργαλ<έ>ης, οὐδέ ποτ᾽ ἐσθλῆς », Δίου δὲ καὶ Πυκ[ιμήδη] ς υἱὸς ὤν, οὓς οὐδὲ εἷς οἶδεν οὐδὲ εἰ ἐλεύθεροι [τ]ὴν ἀρχὴν ἐγένοντο, τοιαῦτα, Ἡσίοδε, ὀδύρῃ [καὶ ἀ]γανακτ[εῖς], καὶ τῶν θεῶν καταλέγεις ὅτι σε ἐκ μὲν ποιμένος ποιητὴν ἀπέδειξαν, ἐκ δὲ ἀδόξου ἀείμ[νη]στον ἔθηκαν ; καίτοι τῶν ἐκ τοῦ χρυσοῦ ποιητῶν οὐδεὶς μνημονεύεται· […] ἀλλὰ γὰρ ἐκεῖναί σε ἴσως τὰ μὲν τῶν θεῶν γένη [ἐ]δίδαξαν, τῆς δὲ θείας διανοίας οὐκ ἀξιόχρε[ων] ἐνόμισαν εἶναι μαθητήν, καθ᾽ ὃν ἐκεῖνο[ς τὸ] πᾶν κυ[β]ερνᾷ πρὸς τὸ σοὶ ἡδὺ ἢ πρὸς τὸ σοὶ δ[ί]καιον φ[αι]νόμενον ἀποβλέπων13.

40§ 2 : l’intégration βίῳ ἐ [λαττοῦται est très attrayante. Je crois, toutefois, que la ponctuation doit être changée et qu’il faut placer la virgule après ἐν τῷ μακρῷ βίῳ, non après οἴηται, pour lier ainsi cette délimitation temporelle à δεινά : cf. D. Chr., 12, 51 (ἐκλαθέσθαι <ἂν> πάντων ὅσα ἐν ἀνθρωπίνῳ βίῳ δεινὰ καὶ χαλεπὰ γίγνεται παθεῖν).

41§ 4 : Je ne crois pas que καὶ γυναῖκα ἐκ τῶν ἐναλίων ἠγάγετο soit acceptable : ni, en effet, que nous puissions faire dériver, ἐναλίων de τὰ ἐνάλια (« les poissons », « les animaux marins »), ni que nous puissions sous-entendre γυναικῶν. Par conséquent, je propose ἐκ τῶν ἐναλίων <θεῶν> ἠγάγετο. Cf. Eur., Andr. 253 (τέμενος ἐναλίας θεοῦ, scil. ipsius Thetidis) ; Heliod., Aeth. 5, 20, 2 (τοὺς ἄλλους ἐναλίους θεούς) ; Porph. Antr. 35 (ἐναλίου θεοῦ).

42 Ib. : καὶ ἐν γήρᾳ καὶ ἐν πενίᾳ : peut-être καὶ ἐν γήρᾳ καὶ πενίᾳ ? Cf. 3, 3 (ἐν δ [ὲ δυσπραγία] ις καὶ φυγαῖς) ; 4, 2 (ἐν πενίᾳ καὶ φυγῇ) ; 4, 5 (ἐν ἀρχῇ καὶ δυναστείᾳ) ; 15, 2 (ἐν γὰρ τῇ ἐμῇ ἐπιδημίᾳ τε καὶ ἀποδημίᾳ) ; 22, 2 (ἔν τε λόγοις καὶ ᾠδαῖς) ; 25, 5 (ἐν μὲν γὰρ χειμῶνι καὶ φόβῳ) ; ib. (ἐν δ᾽ εὐπραγίαις καὶ εὐτυχίαις).

  • 14 Cf. e. g. Th., 1, 140 (βούλονται δὲ πολέμῳ μᾶλλον ἢ λόγοις τὰ ἐγκλήματα διαλύεσθαι).

43 Ib. : La demande ἀλλά σοι βούλει τοῦ δευτέρου ἢ τρίτου γέν [ο] υς ἐπιμνησθῶ me paraît obscure ; Tepedino Guerra traduit : « Vuoi che ti ricordi la seconda e la terza stirpe ? » Que signifie exactement γένος ? Au § 3 le terme indique indubitablement la « génération », qui est « première » (πρῶτον), « deuxième » (δεύτερον) etc., selon qu’il s’agit des fils, neveux, etc. D’autre part, dans les lignes qui précédent immédiatement la demande ἀλλά σοι βούλει τοῦ δευτέρου ἢ τρίτου γέν [ο] υς ἐπιμνησθῶ ;, Favorinos a justement parlé d’un descendant de la troisième génération de Zeus (ὁ Πηλεὺς αὐτὸς τρίτος ἀπὸ Διὸς ἦν), tandis qu’il en vient maintenant à parler des descendants du premier degré (à savoir les fils) du dieu (Sarpedon, Énée). Comment est-il donc possible qu’il demande s’il doit commencer à parler de la deuxième et de la troisième génération ? Peut-être que le texte est mutilé et qu’il est nécessaire d’ajouter quelque chose comme ἀλλά σοι βούλει <τοῦ πρώτου μᾶλλον ἢ> τοῦ δευτέρου ἢ τρίτου γέν [ο] υς ἐπιμνησθῶ ;14

44§ 5 : Favorinos engage ici une polémique contre Hésiode, qui avait enseigné que la lignée des hommes actuels est accablée de malheurs plus grands que les précédentes. Ce n’est pas vrai, dit Favorinos, parce que même les fils des dieux souffrirent. En outre, Hésiode eut la chance de devenir un poète célèbre, chance qui n’arriva à aucun poète de l’âge d’or (âge qu’au contraire, le même Hésiode affirme être le plus heureux). Il est difficile de comprendre la période ὀδύρῃ καὶ ἀγανακτεῖς… ἀείμνηστον ἔθηκαν. Tepedino Guerra traduit : « ti lamenti e ti duoli e delle dèe racconti che ti fecero poeta da pastore e da sconosciuto ti resero famoso ». Pourtant je ne réussis pas à comprendre comment est construite la période καταλέγεις ὅτι. Il est probable que καταλέγω + gen. a ici le sens de « accuser quelqu’un » (cf. LSJ, s. v. καταλέγω II ; Lampe, s. v. καταλέγω). S’il en est ainsi, il faudra écrire καὶ τῶν θεῶν καταλέγεις οἵ σε ἐκ μὲν ποιμένος ποιητὴν ἀπέδειξαν, en donnant à la proposition relative introduite par οἵ une valeur concessive.

45 Ib. : La dernière péricope transcrite ἀλλὰ γάρ… ἀποβλέπων me semble également difficile à comprendre. Avant tout, on ne comprend pas à quoi se rapporte καθ᾽ ὅν ; s’il se réfère à διάνοια (comme il paraîtrait naturel), il faudrait le modifier en καθ᾽ ἥν ; pourtant, même de la sorte, de sérieuses difficultés subsisteraient : à qui se réfère ἐκεῖνος ? Peut-être à la divinité ? Et à qui se rapporte ἀποβλέπων ? Il semblerait, en effet, qu’il faut les rapporter à ἐκεῖνος, mais ce n’est pas possible. Je crois qu’il faut indiquer une lacune avant καθ᾽ ὅν et placer un signe de ponctuation (soit une virgule, soit une fermeture de parenthèse) entre κυβερνᾷ et πρός.

27, 2 : τῇ ἐκείνου προνοίᾳ ἐπιβή[σε] ι [εἰς τὸν] λιμένα ἄκλυστον εὐδαιμονίας, ᾗ [ἐκ]βήσε[ι κα]ὶ τὰ πάλαι θ[ρυ]λούμενα Ἠλυσίων π[ε]δίων [ἀγ]αθὰ ὄψει.

46Il ne semble pas y avoir d’alternatives à l’ajout [ἐκ] βήσε [ι, mais je crois qu’il est nécessaire de corriger ἐκ] βάσε [ι, obtenant donc un datif du substantif ἔκβασις (« débarquement », « abordage »). Il s’agit d’un Dativ der begleitenden Umstände (K.-G. II, 1, 435).

29, 1-2 (texte de Barigazzi) : ἐὰν δή [σε τινῶν ἐλευθέ]ριος κωλύῃς, αὐτὸ τοῦτό σοι ἐ[λευθερία, ἀλλὰ] τοῦτό σοι δουλεία, ἐὰν τῶν μ[ὴ ὁσίων ἀδυνάτων] τε ἐρᾷς αἰεί· ἀτυχήσει<ς δ᾽> ἀεὶ [ἐν τούτῳ. 2 ἡμεῖς] δὲ ἀπὸ μὲν τῆς νήσου τὴν [ἤπ] ει [ρον ὁρῶντες] ἀνιασόμεθα ὅτι μὴ ἐξελθεῖν ἐξ [αὐτῆς ἡμῖν] ἔξεστιν, ἀπὸ δὲ τῆς γῆς τὸν οὐραν [ὸν ὁρῶντες οὐ] κ ἀνιώμεθα ὅτι μὴ ἀναβῆναι [ἄνθρωπον ἐς αὐ] τὸν οἷόν τε ; καίτοι πολὺ ἀτυ[χ]έστ[ερον τοῦτο. ἀλ] λὰ τὰ μὲν δυνατὰ ἐξ αὐτοῦ καὶ ἐν [ca. 9] ομεν, περὶ δὲ τῶν ἀδυνάτων ο[ὔτε πονοῦμεν] οὔτ᾽ ἐγχειροῦμεν μάτην.

  • 15 Pour πολύ avec un adjectif de degré positif, cf. LSJ, s. v. πολύς (III 2 c).
  • 16 Je remercie E. Amato de m’avoir poussé à m’occuper du texte de Favorinos et J. Hammerstaedt pour l (...)

47En ce qui concerne la première lacune, je suggérerais ἐὰν δή [σε τῶν ἀπόρων μέτ] ριος. La troisième pourrait être complétée ainsi : τῶν μ[ὴ δυνατῶν ἀπόρων] τε. Bien plus difficile est la reconstruction du morceau après καίτοι πολύ : l’ajout de Barigazzi doit être exclu, parce que dans le papyrus, on lit (comme l’a vu Tepedino Guerra) καίτοι πολυ…. ης[. Il semble raisonnable de supposer que ης est la fin d’un adjectif. Peut-être καίτοι πολὺ [ἀτυχ]ὴς [οὗτος ὁ τόπος. ἀλ]λά15 ? C’est-à-dire que celle-ci pourrait être une objection (introduite par καίτοι) que Favorinos fait à sa réflexion précédente, rappelant combien l’endroit dans lequel il se trouve est désagréable. En ce qui concerne l’avant-dernière péricope transcrite, on pourrait penser à ἐν [αὐτῷ διώκ]ομεν16.

Notes

1 Norsa M. & Vitelli G., Il papiro Vaticano Greco 11 (1. Φαβωρίνου περὶ φυγῆς ; 2. Registri fondiari della Marmarica), Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1931.

2 Barigazzi A. (éd.), Favorino di Arelate. Opere, Florence, Le Monnier, 1966.

3 Tepedino Guerra A. (éd.), Favorino di Arelate. L’esilio (Pap. Vat. Gr. 11 verso), Rome, Edizioni dell’Ateneo, 2007. Pour les autres œuvres de Favorinos, outre l’édition de Barigazzi, on rappelle celle (incomplète) de Mensching (Mensching E. [éd.], Favorin von Arelate. Der erste Teil der Fragmente : Memorabilien und Omnigena historia, W. De Gruyter, Berlin 1963) et celle (monumentale) d’Amato, dont les vol. 1 et 3 sont sortis (Amato E. [éd.] – Julien Y. [trad.], Favorinos d’Arles. Œuvres, I : Introduction générale – Témoignages – Discours aux Corinthiens – Sur la fortune, Paris, Les Belles Lettres, 2005 ; Amato E. [éd.], Favorinos d’Arles. Œuvres, III : Fragments, Paris, Les Belles Lettres, 2010). À propos de l’édition de Tepedino Guerra, si elle constitue indubitablement un progrès d’ordre papyrologique, les solutions textuelles adoptées par la chercheuse et sa traduction italienne démontrent une connaissance de la langue grecque antique plutôt approximative. Les comptes rendus de Capasso M. (Papyrologia Lupiensia, 16, 2007, p. 57-67), Luppe W. (Archiv für Papyrusforschung, 54, 2008, p. 133-135), Bandini M. (Gnomon, 82, 2010, p. 106-109) et Amato E. (Göttinger Forum für Altertumswissenschaft, 13, 2010, p. 1239-1256 = Athenaeum, 99, 2011, p. 193-206) sont utiles. Voir aussi Tepedino Guerra A., « Nuove riflessioni sul Pap. Vat. Gr. 11 verso : Favorino, [L’esilio] », Göttinger Forum für Altertumswissenschaft, 16, 2013, p. 131-184.

4 Cité par Canfora L., « Le biblioteche ellenistiche », G. Cavallo (éd.), Le biblioteche nel mondo antico e medioevale, Roma – Bari 20047, Laterza, p. 15.

5 Dans la transcription des passages de Favorinos, je ne signale pas quelles lettres sont de lecture incertaine (je n’emploie donc pas le point souscrit). Le texte que je donne ne correspond au texte d’aucune édition.

6 Barigazzi ajoute de façon vraisamblable μόνον ; γυμνόν (Norsa-Vitelli) est moins bon, parce que redondant.

7 Tepedino Guerra traduit (selon l’interprétation de Barigazzi) : « osservando, ascoltando e ricordando ciò che è avvenuto in ciascun paese e al di là di ciascun paese ». Cela est illogique, car dans l’idée de ἑκάστη χώρα (« chaque pays ») est déjà comprise celle de ce qui est au-delà (ὑπέρ) de n’importe quel pays.

8 L’unique exception qui m’est connue est Corp. Herm., Περὶ νοῦ κοινοῦ πρὸς Τάτ., 4.

9 L’ajout de 22, 4 (κα [ὶ προσέτι γε τὴν] θυγατέρα) me semble aussi quasiment certain et confirme tout ce que je suis en train de dire.

10 Prächter K., « Zur antiken Literatur über Kraniche und Pygmäen », Rheinisches Museum, 82, 1933, p. 163.

11 Luppe W., « Zu einem Tragiker-Zitat in Favorin, ΠΕΡΙ ΦΥΓΗΣ », Rheinisches Museum, 151, 2008, p. 430-432.

12 Je ne connais pas de parallèle pour cette construction ; il existe, toutefois, le cas de ἐξὸν ἐκ + gen. (cf. D. C., 39, 65, 2) et ἐξὸν ὑπό + gen. (cf. Jul., Mis. 26) également attestés, semble-t-il, seulement dans ces deux passages.

13 Tepedino Guerra prolonge la période même au-delà, mais il vaut mieux placer ici, avec Barigazzi, une ponctuation forte.

14 Cf. e. g. Th., 1, 140 (βούλονται δὲ πολέμῳ μᾶλλον ἢ λόγοις τὰ ἐγκλήματα διαλύεσθαι).

15 Pour πολύ avec un adjectif de degré positif, cf. LSJ, s. v. πολύς (III 2 c).

16 Je remercie E. Amato de m’avoir poussé à m’occuper du texte de Favorinos et J. Hammerstaedt pour l’assistance qu’il m’a accordée sur le terrain papyrologique.

Auteur

Ancien élève de l’École normale de Pise, est professeur associé de philologie classique à l’université de Palerme. Parmi ses publications les plus récentes, les éditions critiques, dans la « Bibliotheca Teubneriana », des Histoires d’Hérodien (Munich, Saur, 2005), des poèmes de Paulin de Nole (Munich, Saur, 2006), des Histoires de Quinte-Curce (Berlin-New York, W. de Gruyter, 2009) et (avec C. Moreschini) du Commentaire sur le Phèdre de Platon d’Hermias d’Alexandrie (Berlin-Boston, W. de Gruyter, 2012).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540