Version classiqueVersion mobile

Le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles

 | 
Eugenio Amato
, 
Marie-Hélène Marganne

Seconde partie. Le dossier littéraire et philologique

Le Περὶ φυγῆς de Favorinos à la lumière des fragments de son devancier Télès

Pedro Pablo Fuentes González

Texte intégral

  • 1 Pour les auteurs et les textes qui conforment cette tradition, je renvoie à Giesecke A., De philos (...)
  • 2 Cf. Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès. Introduction, texte revu et commentaire des fr (...)
  • 3 Cf. Barigazzi A., Favorino di Arelate : Opere, introduzione, testo critico e commento, Firenze, Le (...)

1Dans la tradition ancienne des ouvrages consacrés au thème de l’exil, les noms de Télès et de Favorinos figurent respectivement au début et à la fin de l’histoire de ce genre littéraire1. Concrè tement, à partir de quelques passages des textes transmis, on a placé la composition de la diatribe de Télès sur l’exil dans les années 241/240 avant J.-C.2, et celle du discours de Favorinos sur le même sujet entre les années 130 et 138 après J.-C.3.

  • 4 Cf. Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., p. 171-175, 309-314.
  • 5 Cf. Fuentes González P. P., « En defensa del encuentro entre dos Perros, Antístenes y Diógenes : h (...)
  • 6 Cf. Goulet-Cazé M.-O., « Diogène de Sinope », R. Goulet (éd.), Dictionnaire des Philosophes Antiqu (...)
  • 7 Cf. Goulet-Cazé M.-O., « Cratès de Thèbes », R. Goulet (éd.), Dictionnaire des Philosophes Antique (...)
  • 8 Cf. Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., p. 369, 401-403 ; Goulet-Cazé M.-O., (...)
  • 9 Cf. Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., p. 36, 456 (à propos du F. V. Hense,(...)
  • 10 Cf. Sen., Ep., I 10 1, D. L. II 114 (SSR V H 1), VII 2-4 (SSR V H 38), II 117-119 (SSR II O 6, V H (...)
  • 11 On le trouve cité aussi justement dans la diatribe de Télès sur l’impassibilité (cf. F VII 59, 11 (...)
  • 12 Cf. Kindstrand J. F., Bion of Borysthenes: a collection of the fragments with introduction and com (...)

2Les informations dont nous disposons concernant la vie et les activités de ces deux auteurs, tout comme l’état de conservation de leurs écrits diffèrent considérablement, ce qui est déjà sans doute un indice du fait qu’il s’agissait de personnalités aussi très différentes. Télès reste pour nous un person nage obscur. Il fut sans doute un modeste maître de morale (παιδαγωγός est le terme par lequel il se présente lui-même dans ses textes, comme c’est le cas dans le fragment sur l’exil) qui s’adresse à un public principalement composé de jeunes gens, bien qu’il vise également un public plus général qui peut venir à lui de façon spontanée, par intérêt pour ses enseignements4. La tâche qu’il se propose à travers ses leçons de philosophie morale pratique est de modeler et de renforcer le caractère (τρόπος) de ces gens, afin qu’ils soient capables de garder le maximum d’autonomie personnelle (αὐτάρκεια) devant les circonstances changeantes de l’existence. Dans ce but, l’idée-force qu’il enseigne pour s’assurer un comportement correct dans la vie est de savoir toujours s’adapter aux circonstances présentes, en se préparant pour mieux les affronter et en essayant de se maintenir à l’abri de tout ce qui puisse mettre en danger la maîtrise de soi. Et le modèle qu’il présente de cette autonomie et de cette adaptation est celui de philosophes plus ou moins proches dans le temps, à commencer par Socrate (mort en 399 av. J.-C.), et surtout ses descendants cyniques se rattachant à lui à travers la figure du premier Chien, Antisthène d’Athènes5, à savoir Diogène de Sinope (mort vers 324/321 av. J.-C.)6, son disciple Cratès de Thèbes (mort autour 288/285 av. J.-C.)7 et le disciple de celui-ci, Métroclès de Maronée, qui fut capable grâce à Cratès de réaliser dans sa jeunesse un changement tout à fait radical de vie, en se débarrassant des enseignements sophistiqués et inutiles qu’il avait appris chez les péripatéticiens, mais aussi (comme Cratès lui-même l’avait fait avant lui) des fausses riches ses dont il pouvait disposer en raison de son origine aisée8. L’exemple de Métroclès en particulier semble avoir été très vivant chez Télès. En fait, il n’est pas impossible que ce dernier (qui fut en activité peut-être déjà dans les années 260 av. J.-C.9) ait connu personnellement, sinon Cratès, du moins son disciple Métroclès. Télès cite aussi comme autorité (par exemple dans la diatribe sur l’exil) le socratique Stilpon de l’école de Mégare, avec qui Cratès semble avoir entretenu un rapport plutôt polémique, mais après avoir été peut-être l’un de ses disciples10. Certains aspects de la pensée de Stil pon, notamment le cosmopolitisme ou l’impassibilité, pouvaient en tout cas le rapprocher des cyni ques, et c’est sans doute ces aspects qui intéressaient Télès11. Celui-ci cite aussi comme autorité un sophiste vraisemblablement un peu plus âgé que lui, Bion de Borysthène, un éclectique en philoso phie, qui peut avoir été influencé par le cynisme à travers le même Cratès12.

  • 13 Cf. Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., passim.

3Je dois à nouveau remettre en cause ici la vieille hypothèse, qui ne répond qu’aux intérêts et aux méthodes fort discutables de la Quellenforschung propre au XIXe siècle, selon laquelle Télès se serait toujours contenté dans son enseignement de reproduire, de façon banale (et souvent maladroite), des écrits de Bion et de Stilpon (que ce soit dans ce dernier cas directement ou à travers Bion) ; et j’expri me à nouveau ma conviction (issue d’une lecture sans préjugés de ses fragments) que le moraliste agit toujours comme un orateur autonome, bien qu’il se serve naturellement de l’autorité des philosophes qui l’ont précédé et de ceux qui vivaient à son époque, bien qu’il se serve aussi de toute la paideia littéraire (notamment poétique) qu’il pouvait connaître et mettre à contribution dans ses enseigne ments, de même que des ressources les plus simples et les plus efficaces de la rhétorique13.

  • 14 Pour la question de la diatribe je renvoie à Fuentes González P. P., Les diatribes de Télès, op. c (...)

4Armé de ces matériaux et de ces instruments, il offre à ses contemporains ses discours philoso phiques. Pour les désigner on peut certes utiliser aujourd’hui le terme de « diatribe », mais à condition que ce terme soit bien défini et débarrassé de tous les excès et de toutes les confusions propres à la diatribomanie, fondée sur l’idée d’un prétendu genre littéraire (celui de la « diatribe cynico-stoïcienne ») et finalement sur la simple présence d’une série de sujets et de motifs considérés comme caractéristiques de ladite « philosophie populaire ». Pour ma part, je parle concrètement de « diatribe » au sens d’un discours qui implique l’existence d’un destinataire envers lequel l’auteur se place dans un rapport de proximité et de fréquentation (comme le ferait un maître à l’égard de ses disciples), et auquel il est disposé à apporter un certain bénéfice intellectuel ou moral. Voilà le sens qui s’harmonise le mieux avec l’emploi ancien de ce mot dans un contexte littéraire. En ce sens, tout ouvrage qui présente une stratégie rhétorique à dessein pédagogique (fondée ou non sur un rapport réel) pourrait être qualifié de « diatribe14 ».

  • 15 Cf. Fuentes González P. P., « Théodore », R. Goulet (éd.), Dictionnaire des Philosophes Antiques, (...)

5Les diatribes de Télès, en tant que discours utiles pour la vie des gens, ont pu connaître une cer taine fortune après la mort de l’auteur. L’œuvre de celui-ci a même pu présenter une certaine diffusion, car on sait qu’elle fait l’objet, à un moment qu’on ne peut pas préciser, d’un épitomé par un Théodore, inconnu par ailleurs. On ne sait pas si celui-ci a été un disciple plus ou moins proche de Télès lui-même ou quelqu’un qui a fait une édition abrégée de ses écrits longtemps après sa mort15.

  • 16 Pour l’importance de l’école dans la transmission (et la conservation) des textes philosophiques, (...)
  • 17 Cf. Fuentes González P. P., « Cyniques et autres “philosophes populaires” chez Stobée », G. Reydam (...)

6On peut seulement affirmer que, lorsque Jean Stobée (au Ve siècle après J.-C.) a fait un choix de textes de Télès pour son Anthologie, il s’est déjà servi de l’épitomé de Théodore. Il est donc vraisem blable qu’à cette époque, l’œuvre de Télès n’était plus accessible qu’à travers cet épitomé. En tout cas, ce sont finalement les huit extraits choisis par Stobée qui constituent la seule trace qui nous soit parvenue de son œuvre. C’est peut-être une destinée qui s’accorde assez bien avec le cas d’un auteur qui était rattaché à une philosophie comme celle des cyniques, laquelle dut toujours occuper une place fort marginale dans la transmission des textes, entre autres du fait qu’elle n’a jamais constitué à pro prement parler une école institutionnalisée16. Elle s’adressait aux gens en général et c’est seulement en ce sens qu’on peut l’appeler « populaire17 ».

  • 18 Cf. Philostr., VS, I 8 (489-492)= T 1 Amato.

7Si l’on considère maintenant ce que nous connaissons de Favorinos, on constate tout d’abord qu’il est loin d’être pour nous un personnage obscur. Il partage avec Télès le fait d’être présent aussi dans l’Anthologie de Stobée, à travers une vingtaine d’extraits, mais, à part ces fragments et d’autres con servés ailleurs, on peut lire aujourd’hui plusieurs de ses ouvrages qui nous sont parvenus en tradition directe. Il s’agit de deux discours complets, conservés dans le corpus des écrits de son maître Dion Chrysostome, et d’un troisième, celui concernant l’exil, récupéré au XXe siècle sur le verso du P. Vat. gr. 11, à l’exception d’une lacune au début et d’une autre (plus importante) à la fin. Il s’agit certes de très peu de chose, car on sait que la production de Favorinos fut très vaste. En tout cas, sur sa personnalité et sur son œuvre nous sont parvenus aussi un nombre relativement considérable de ren seignements assez significatifs, à commencer par ceux que l’on trouve dans les Nuits Attiques de son disciple Aulu-Gelle et dans les Vies des sophistes de Philostrate (qui exerça son activité un peu plus tard). Tous ces témoins nous parlent de l’excellence des connaissances et des enseignements de Favo rinos (qui recrutait sans doute ses élèves parmi les gens de l’élite) et de sa grande éloquence : une mémoire prodigieuse, une érudition sans limites, et une diction extraordinairement belle et élégante, fluide et fascinante. On peut imaginer qu’il était en tout cela un digne disciple du grand Dion Chry sostome, bien que Philostrate (qui semble réserver sa prédilection pour ce dernier) n’hésite pas à dire que Favorinos ressemblait peu à son maître18.

  • 19 Cf. Gel., I 3, 27; 10, 1; II 5, 1; 12, 5; 26, 1; III 1; VIII 14; IX 8, 3; 13, 5; X 12, 9; XII 1, 1 (...)
  • 20 Cf. Philostr., VS, I 8 (492): Τοσαῦτα μὲν ὑπὲρ τῶν φιλοσοφησάντων ἐν δόξῃ τοῦ σοφιστεῦσαι (cf. VS, (...)

8Tant Aulu-Gelle que Philostrate le présentent comme un « philosophe19 », mais, pour mieux comprendre sa condition philosophique, il faut penser plutôt à la figure de « philosophe ayant la réputation de sophiste » que Philostrate, l’historien de la Seconde Sophistique, réserve pour des personnages comme Dion et Favorinos20.

9Il va sans dire que, dès le IVe siècle av. J.-C. le rapport entre la philosophie et la rhétorique (ou la sophistique) était tout sauf simple, et que ce rapport problématique bien connu répond entre autres à des raisons de compétence professionnelle visant le contrôle de l’éducation de la jeuneuse. Et il va sans dire aussi que, dans cette polémique, on trouve souvent la notion d’inauthenticité et de mensonge comme une arme de jet que se lancent les uns et les autres. Il suffit d’évoquer le sens péjoratif du terme sophiste ou l’accusation, très fréquente notamment à l’époque impériale, dirigée contre les faux philosophes.

10Dès le début, philosophes et sophistes ont partagé, dans leurs discours et leurs traités, des thèmes de discussion (tous les sujets qui concernent les vertus et les conditions de la vie humaine) que, ni les uns ni les autres, n’étaient prêts à abandonner. Un témoignage fort significatif à ce sujet est celui de Cicéron (De orat., I 13, 56 sq.) qui, pour sa part, déclare avec fierté que l’orateur aura toujours un privilège par rapport au philosophe : celui de s’exprimer sur ces mêmes sujets « avec tout le charme et la noble ampleur de l’éloquence ».

  • 21 Cf. Bion, T 2a-c, 15, 23, 28, F 35a-b, 47a, e, f, 56 Kindstrand (σοφιστής); T 15, F 1b, 2, 3 Kinds (...)

11Mais il va sans dire aussi que l’éloquence n’était pas non plus une compétence exclusive des ora teurs, ni des sophistes, mais le domaine également du philosophe qui, aussi bien dans sa dimension de chercheur que dans celle de communicateur de ses connaissances, devait toujours avoir recours aux instruments de la rhétorique. Télès représente certes un cas modeste, mais son contemporain Bion (rattaché lui aussi au cynisme) devait exploiter davantage les subtilités de la rhétorique, si bien qu’il était appelé tantôt « philosophe », tantôt « sophiste21 ».

12Le phénomène de la Seconde Sophistique constitue sans doute l’exemple le plus achevé de cette liaison entre la philosophie et la rhétorique. Dans cette perspective, on peut prendre les textes de Télès et de Favorinos sur l’exil comme les exemples de deux positions qui, tout en relevant d’une même tradition, représentent à mon avis deux genres de discours fort différents. Je ne fais pas référence à une simple question de qualité littéraire ou de style, car toute comparaison dans ce sens entre le modeste pédagogue de l’époque hellénistique et le très renommé philosophe sophiste de l’époque impériale semble dès le début hors de propos, même au-delà du fait que le texte de Télès n’est qu’un extrait conservé dans une anthologie, qui, par conséquent, ne peut rendre compte de ce que pouvait être le développement intégral du discours, à la différence de ce qui est le cas pour Favorinos.

  • 22 Cf. Antonini T., « Le fonti del Περὶ φυγῆς di Favorino », art. cit. ; Häsler B., Favorin, op. cit.(...)
  • 23 On sait en effet que le socratique Aristippe de Cyrène, cité justement dans le fragment de Télès ( (...)

13Je ne vais pas non plus tenter ici de comparer le traitement accordé par l’un et l’autre auteur aux différents sujets et motifs concernant l’exil, et encore moins revenir sur la question des sources, qui fut abordée peu après l’édition du papyrus de Favorinos22. C’est une question par ailleurs qui me semble toujours très confuse et peu intéressante. Une seule chose me paraît claire en ce qui concerne le traitement de l’exil depuis le IVe siècle av. J.-C.23 jusqu’à l’époque de Favorinos, c’est que les mêmes motifs se répètent, bien sûr avec des variantes, des adjonctions et des développements divers, avec une constance qui révèle une unité de la tradition.

14Ce qui m’intéresse ici, c’est de m’interroger sur la façon dont Télès et Favorinos pouvaient envisa ger leur texte respectif et leur destinataire. Autrement dit, ce qui m’intéresse, c’est la question de la fonction que l’un et l’autre pouvaient attribuer à leur discours concernant l’exil.

  • 24 Cf. Barigazzi A., Favorino di Arelate: Opere, op. cit., p. 350; Id., « Favorino di Arelate », art. (...)
  • 25 Cf. Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., p. 33-36, 318-320.

15De ce point de vue il me semble plutôt secondaire d’établir si nos deux auteurs ont vraiment connu personnellement la réalité de l’exil. À ce sujet, je dois préciser que les spécialistes de Favorinos ont tendance depuis Barigazzi24, à répéter que Télès a traité de l’exil sans en avoir souffert personnelle ment. Cette position contredit celle des spécialistes de Télès qui ont soutenu que cet auteur avait connu l’exil, en se servant des déclarations présentes dans notre fragment où le moraliste semble s’exprimer comme s’il se trouvait effectivement en exil. En fait, ceux qui ont refusé de lui reconnaître cette con dition d’exilé abordaient la question du point de vue de la Quellenforschung qui considérait que Télès n’exprimait pas un point de vue personnel, mais ne faisait qu’adopter celui de ses sources, notam ment celui de Bion et de Stilpon25.

16Tout en rejetant cette interprétation, je suis de l’avis qu’on ne peut pas savoir si Télès fut vrai ment ou non un exilé, mais pour une autre raison : parce qu’il me semble tout à fait possible que le moraliste joue devant son public le rôle d’un exilé sans l’être nécessairement. En l’absence de témoignages sûrs et concluants, le plus prudent est de laisser la question en suspens. Et il en va de même, selon moi, pour Favorinos, car je ne trouve pas non plus dans la tradition la preuve irréfutable du fait qu’il a vrai ment souffert de l’exil ; et, en ce qui concerne son écrit sur ce sujet, on peut toujours penser, comme dans le cas de Télès, qu’il a simplement adopté le rôle d’exilé pour mieux aborder le sujet.

  • 26 Cf. Swain S., « Favorinus und Hadrian », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 79, 1989, p.  (...)
  • 27 Pour la question du « moi » réel ou poétique dans la lyrique archaïque, je renvoie à Rösler W., «  (...)
  • 28 Je renvoie encore à Baslez M. F., Hoffmann Ph., Pernot L. (éd.), L’Invention de l’autobiographie d (...)

17Loin d’entrer ici dans la polémique qui oppose ceux qui pensent que Favorinos fut vraiment un exilé et ceux qui le nient ou qui font part de leur scepticisme à ce sujet26, je me borne à évoquer le fait que, souvent, dans la littérature grecque antique, on ne peut pas savoir avec certitude si le « moi » dans un texte est un « moi » purement autobiographique, même pas si c’est un texte appartenant à une tradition comme celle de la poésie iambique qui avait en principe un caractère subjectif. Rappelons à ce sujet le cas par excellence d’Archiloque27. À plus forte raison, dans le cas d’un orateur, il me semble toujours possible qu’il endosse les rôles qui l’aident à mieux traiter son sujet et à obtenir l’effet recherché, indépendamment des circonstances précises de son existence28.

  • 29 Cf. par exemple F III 21, 5 sq.Hense, où Télès évoque devant son public un argument qu’il a utilis (...)

18Mais revenons à la question de la fonction respective des discours sur l’exil de Télès et de Favo rinos. Le fragment de Télès montre bien un orateur qui essaie de transmettre un enseignement à son public, un public avec lequel il est en contact fréquent29. Le fragment ne permet pas de connaître le plan complet du discours, mais on peut imaginer que celui-ci avance plutôt selon le principe de simple association d’idées. Télès s’attache à contredire (il se sert souvent de l’adversaire fictif) l’idée com mune de l’exil considéré comme un mal et comme une privation, et, pour cela, il a recours à l’autorité d’autres philosophes (tels Socrate, Stilpon, Aristippe ou Bion), à l’exemple de personnages du passé et du présent, à l’exemple aussi des mœurs des autres peuples, à des comparaisons frappantes, à des citations poétiques qui lui permettent d’apostropher des personnages du mythe comme Polynice, etc. Ce qu’il recherche à travers tout cela c’est de changer les fausses opinions de ses auditeurs sur la question de la patrie et de l’exil, afin qu’ils soient capables de mieux faire face aux circonstances instables de l’existence sans éprouver des contraintes évitables et des souffrances inutiles.

  • 30 C’est l’expression que l’on trouve par exemple chez Amato E., « Favorino, Sul “proprio” esilio », (...)

19Quant à Favorinos, on interprète normalement son écrit sur l’exil comme une « consolatio diatribique30 ». Mais peut-on vraiment considérer que cette définition est la plus apte à rendre compte de la fonction de cet écrit ?

  • 31 Cf. col. I 43, II 13, IV 32-36.
  • 32 Cf. col. I 47.
  • 33 Cf. Whitmarsh T., « “Greece is the world” : exile and identity in the Second Sophistic », S. Goldh (...)
  • 34 Cf. col. I 11.
  • 35 Qui plus est, comme témoignage des critiques des cyniques et des stoïciens contre Favorinos, cf. p (...)

20À ce sujet, il faut reconnaître qu’on y trouve dès le prologue, comme on pouvait s’y attendre compte tenu du sujet philosophique, un vocabulaire qui relève du domaine de la consolation et même de l’exhortation31. Et on constate aussi la présence du cadre diatribique qui vise un interlocuteur auquel l’orateur veut être utile. Toutefois, au-delà de cette apparence, l’écrit de Favorinos me semble présenter surtout la teneur d’un discours d’apparat, où le plus important n’est pas d’intervenir sur le comportement moral de l’auditeur, mais de lui présenter un discours imposant qui, en quelque sorte, se tourne vers soi-même. Plus qu’un simple instrument d’action pragmatique, comme il l’était chez Télès, l’écrit de Favorinos va beaucoup plus loin, et il devient une espèce de monument. Dans son prologue, Favorinos lui-même présente sa γραφή (un terme qui déjà ne semble pas gratuit) comme un κτῆμα (une possession) qui va s’ériger (ἀνακείσεται) par sa valeur mémorable32. Le mot κτῆμα, de nette résonnance thucydidéenne, implique certes une fonction utilitaire33, mais celle-ci va sans doute bien au-delà de ce que pouvait être la fonction utilitaire d’une simple consolation diatribique. Favo rinos cherche plutôt à faire une démonstration (le verbe ἐπιδεῖξαι est également présent dans le prolo gue34), une démonstration avant tout de ses propres connaissances et de sa propre compétence à traiter un sujet éthique comme celui de l’exil, même si c’est un sujet très fortement rattaché à une philo sophie cynico-stoïcienne qui n’est justement pas celle que professe Favorinos lui-même35.

21Le très riche répertoire d’idées véhiculées dans son écrit montre que Favorinos maîtrise parfai tement toute cette longue tradition. Et pour traiter ces matériaux, très soucieux de la dispositio, il établit un cadre démonstratif bien organisé en quatre parties, chacune autour d’un sujet rattaché à l’exil (patrie, amitié, honneursrichesse et liberté) ; et il traduit tout cela en mots à travers l’excellence de son elocutio. Dans tous ces aspects, il suffit de comparer les passages parallèles de Favorinos et de Télès pour se rendre compte de l’énorme différence de rédaction (et sans doute aussi finalement de conception) : là où Télès utilise les ressources dans une perspective pragmatique, chez Favorinos, on trouve le goût de l’amplification porté jusqu’à l’excès ; là où Télès évoque des modèles positifs ou négatifs (du passé et du présent), Favorinos s’adonne à une recréation mimétique systématique des matériaux de la tradition ou des exemples tirés du passé ou du présent, une recréation fondée sur le schéma épidictique de l’éloge et de la censure, avec l’ajout quelquefois aussi de déclarations person nelles, comme chez Télès, mais tellement vivantes qu’on les interpréterait volontiers comme purement descriptives d’une réalité autobiographique.

  • 36 Cf. Gel., XIII 25, 4 (= T 32 Amato).
  • 37 Cf. Gel., XIV 1, 1 (= F 27 Amato).

22Si on se fie à quelqu’un qui devait très bien connaître Favorinos, en l’occurrence à son admirateur et très proche disciple Aulu-Gelle, on apprend que Favorinos lui-même déclarait que sa « profession principale et presque uni que » était « l’étude de la littérature et des connaissances des Grecs36 ». Chez un tel personnage un discours n’est jamais un produit que l’on peut réduire à une étiquette simple et modeste. Même pour un auditeur d’exception comme Aulu-Gelle, il était difficile de se prononcer. Ainsi, après avoir un jour entendu son discours contre les astrologues, il déclare qu’il ne peut pas dire si Favorinos a fait ce discours pour démontrer son talent, comme un simple exercice, ou comme le résultat d’une longue réflexion sincère37.

  • 38 Cf. Whitmarsh T., « “Greece is the world”: exile and identity in the Second Sophistic », art. cit. (...)
  • 39 Cf. à ce sujet notamment son âpre polémique avec le sophiste Polémon de Laodicée : T 1, 4-6, 12-13(...)
  • 40 Cf. Favreau-Linder A.-M., « Lucien et le mythe d’Ἡρακλῆς ὁ λόγος : le pouvoir civilisateur de l’él (...)
  • 41 Cf. D. L. V 19 = Arist., sent. 24 Searby.
  • 42 Cf. col. III 26-32 = SSR V B 12.
  • 43 Cf. D. L. VI 49 = SSR V B 13.

23Dans le cas du discours sur l’exil, je me range plutôt à l’avis de Whitmarsh, lorsqu’il interprète l’écrit de Favorinos comme une métaphore de l’intellectuel dans l’Empire romain, à la recherche d’une identité grecque fondée non pas sur l’origine mais sur la παιδεία38. En effet, l’exil comme métaphore de la vie de cet intellectuel d’origine celte qui avait réussi à se faire respecter extraordinairement par ses contemporains grecs et romains à travers l’excellence de sa culture (notamment grecque), mais qui devait toujours se heurter à cette réalité qu’il n’était pas grec d’origine39, semble s’harmoniser très bien avec son aspiration à laisser son écrit comme un κτῆμα mémorable pour ses contemporains et pour les générations postérieures. La παιδεία représente sans doute la patrie la plus appropriée pour un intellectuel comme Favorinos (et on pourrait dire la même chose pour un Lucien40) : un espace où il pouvait toujours se sentir fort et, en quelque sorte, sûr. Rappelons à ce sujet le mot attribué à Aris tote selon lequel la παιδεία était, dans l’adversité, une καταφυγή, c’est-à-dire un refuge41. Et rappe lons aussi comment Favorinos lui-même cite l’exemple de Diogène, lequel, juste ment grâce à son exil, devint le personnage le plus illustre, non seulement de Sinope, mais aussi de tous les habitants de la terre42, un Dio gène dont on a conservé par ailleurs ce mot où il déclare avec fierté que c’est grâce à l’exil qu’il s’est mis à philosopher43.

  • 44 Cf. Gel., XII 1 = F 156 Amato (dubia uel spuria).

24Au total, on peut dire que le discours de Télès et celui de Favorinos sur l’exil remplissent sans doute des fonctions très différentes, malgré toutes leurs similitudes. Celui de Favorinos, au-delà d’une diatribe ou d’une (auto) consolation, devrait être interprété comme une autodéfense du propre parcours existentiel de l’auteur et comme une démonstration de ses propres mérites. Pour trouver chez Favori nos un genre de discours qui pourrait être qualifié plus platement de « diatribique » (dans ce cas, en un sens protreptique plus affirmé), je citerais plutôt un autre discours qui est rapporté par Aulu-Gelle : celui où le philosophe sophiste, dans la maison de l’un de ses amis, exhorte la jeune épouse de celui-ci à pratiquer l’allaitement pour leur nouveau-né44. Ici, en tout cas, Favorinos (au moins tel qu’il est pré senté par Aulu-Gelle) me paraît ressembler beaucoup plus à Télès en ce qui concerne la tournure et la fonction plus purement pragmatique de son discours.

Notes

1 Pour les auteurs et les textes qui conforment cette tradition, je renvoie à Giesecke A., De philosophorum veterum quae ad exilium spectant sententiis, Diss. Lipsiae, Teubner, 1891 ; Antonini T., « Le fonti del Περὶ φυγῆς di Favorino », Rendiconti della Classe di Scienze Morali, Storiche e Filologiche dell’Accademia Nazionale dei Lincei, ser. 6, 10, 1934, p. 174-256 ; Häsler B., Favorin, Über die Verbannung, Diss. Berlin, Bottrop, Postberg, 1935; Gaertner J. F. (éd.), Writing exile: the discourse of displacement in Greco-Roman Antiquity and beyond, Leiden – Boston (Mass.), Brill, 2007; Nesselrath H.-G., « Later Greek voices on the predicament of exile: from Teles to Plutarch and Favorinus », J. F. Gaertner (éd.), Writing exile, op. cit., p. 87-108. Au début de cette tradition il faut placer Aristippe de Cyrène (IVe siècle av. J.-C.), dont je parlerai plus loin. Dans la littérature chrétienne il faudrait citer, après Favo rinos, un ouvrage de Jean Chrysostome : la Lettre d’exil à Olympias et à tous les fidèles (406-407).

2 Cf. Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès. Introduction, texte revu et commentaire des fragments, avec en appendice une traduction espagnole, Paris, Vrin, 1998, p. 35, 300-302.

3 Cf. Barigazzi A., Favorino di Arelate : Opere, introduzione, testo critico e commento, Firenze, Le Monnier, 1966, p. 9; Id., « Favorino di Arelate », W. Haase (éd.), Aufstieg und Niedergang der römischen Welt (ANRW): Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung: II, Principat: 34, 1, Sprache und Literatur (Einzelne Autoren seit der hadrianischen Zeit und Allgemeines zur Literatur des 2. und 3. Jahrhunderts), Berlin – New York, De Gruyter, 1993, p. 556-581, notamment p. 558 sq. Voir aussi Amato E., Favorinos d’Arles, Œuvres, I : Introduction générale – Témoignages – Discours aux Corin thiens – Sur la fortune, Paris, Les Belles Lettres, 2005, p. 70 (entre 133 et 138) ; p. 33-34 pour la chronologie de l’exil.

4 Cf. Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., p. 171-175, 309-314.

5 Cf. Fuentes González P. P., « En defensa del encuentro entre dos Perros, Antístenes y Diógenes : historia de una tensa amistad », Cuadernos de Filología Clásica : Estudios Griegos e Indoeuropeos, 23, 2013, p. 225-267.

6 Cf. Goulet-Cazé M.-O., « Diogène de Sinope », R. Goulet (éd.), Dictionnaire des Philosophes Antiques, II, Paris, CNRS, 1994, p. 812-820.

7 Cf. Goulet-Cazé M.-O., « Cratès de Thèbes », R. Goulet (éd.), Dictionnaire des Philosophes Antiques, II, op. cit., p. 496-500.

8 Cf. Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., p. 369, 401-403 ; Goulet-Cazé M.-O., « Métroclès de Maronée », R. Goulet (éd.), Dictionnaire des Philosophes Antiques, IV, Paris, CNRS, 2005, p. 499-501.

9 Cf. Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., p. 36, 456 (à propos du F. V. Hense, Que le plaisir n’est pas la fin ultime, où Télès cite Cratès).

10 Cf. Sen., Ep., I 10 1, D. L. II 114 (SSR V H 1), VII 2-4 (SSR V H 38), II 117-119 (SSR II O 6, V H 67). Sur Stilpon, voir Muller R., Les Mégariques. Fragments et témoignages, traduits et commentés, Paris, Vrin, 1985, p. 54-66, 161-173, 218-224 ; Id., Introduction à la pensée des Mégariques, Paris – Bruxelles, Vrin – Ousia, 1988, p. 193-197.

11 On le trouve cité aussi justement dans la diatribe de Télès sur l’impassibilité (cf. F VII 59, 11 Hense ; Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., p. 491, 521 sq.).

12 Cf. Kindstrand J. F., Bion of Borysthenes: a collection of the fragments with introduction and commentary, Stockholm, Almqvist och Wiksell, 1976, p. 10 sq.

13 Cf. Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., passim.

14 Pour la question de la diatribe je renvoie à Fuentes González P. P., Les diatribes de Télès, op. cit., p. 44-78 (cf. Id., « La “diatribe” est-elle une notion utile pour l’histoire de la philosophie et de la littérature antiques ? », B. Cassin [éd.], La Rhétorique au miroir de la philosophie : définitions philosophiques et définitions rhétoriques de la rhétorique, Paris, Vrin, sous presse).

15 Cf. Fuentes González P. P., « Théodore », R. Goulet (éd.), Dictionnaire des Philosophes Antiques, VI, Paris, CNRS, sous presse ; Id., Les Diatribes de Télès, op. cit., p. 3-9.

16 Pour l’importance de l’école dans la transmission (et la conservation) des textes philosophiques, je renvoie à Goulet R., « La conservation et la transmission des textes philosophiques grecs », C. D’Ancona (éd.), The libraries of the Neoplatonists. Proceedings of the meeting of the European Science Foundation Network « Late Antiquity and Arabic Thought. Patterns in the Constitution of European Culture » held in Strasbourg, March 12-14, 2004, Leiden – Boston, Brill, 2007, p. 29-61.

17 Cf. Fuentes González P. P., « Cyniques et autres “philosophes populaires” chez Stobée », G. Reydams-Schils (éd.), Thinking through excerpts: studies on Stobaeus, Turnhout, Brepols, 2011, p. 387-440, notamment p. 397-401.

18 Cf. Philostr., VS, I 8 (489-492)= T 1 Amato.

19 Cf. Gel., I 3, 27; 10, 1; II 5, 1; 12, 5; 26, 1; III 1; VIII 14; IX 8, 3; 13, 5; X 12, 9; XII 1, 1; XIV 1, 1; 2, 11, 24; XVII 10, 1; XIX 3, 1; XX 1, 2 (cf. T 20, 23, 24, 26, 30, 31, 33, 35, 37 Amato).

20 Cf. Philostr., VS, I 8 (492): Τοσαῦτα μὲν ὑπὲρ τῶν φιλοσοφησάντων ἐν δόξῃ τοῦ σοφιστεῦσαι (cf. VS, I 8 [479]: Τοὺς φιλοσοφήσαντας ἐν δόξῃ τοῦ σοφιστεῦσαι). Voir aussi la Souda, s. v. Φαβωρῖνος, IV, p. 690, 18 Adler (= T 2 Amato): φιλοσοφίας μεστός, ῥητορικῇ δὲ μᾶλλον ἐπιθέμενος. À propos du double statut (philosophe/sophiste) de Favorinos, notamment sur la valeur à donner au statut de « philosophe » appliqué à Favorinos et les rapports entre philosophie et rhétorique, voir Amato E., Favorinos d’Arles, Œuvres, I, op. cit., p. 155-192, en particulier p. 162-166.

21 Cf. Bion, T 2a-c, 15, 23, 28, F 35a-b, 47a, e, f, 56 Kindstrand (σοφιστής); T 15, F 1b, 2, 3 Kindstrand (φιλόσοφος). Voir Kindstrand J. F., Bion of Borysthenes, op. cit., p. 12 sq. Il faut rappeler par ailleurs que le style du discours philosophique de Bion a été l’objet dans l’Antiquité d’une critique hostile, de la part notamment du péripatéticien Théophraste (cf. Demetr. Lac., De nat. deorum [PHerc. 1055], col. XVIII 1-8, p. 75 de Falco = T 18, 3 Fortenbaugh = Bion, T 13 Kindstrand), alors qu’Ératosthène (cf. Str., I 2, 2 = T 10 Jacoby [FGrHist 241] = Bion, T 12 Kindstrand) semble au moins avoir reconnu la valeur profonde de ce discours cachée sous une apparence vulgaire, comme l’étaient les cuisses d’Ulysse déguisé en mendiant sous ses haillons : cf. Kindstrand J. F., Bion of Borysthenes, op. cit., p. 53-55, 155 ; Fuentes González P. P., « Ératosthène de Cyrène », R. Goulet (éd.), Dictionnaire des Philosophes Antiques, III, Paris, CNRS, 2000, p. 188-236, notamment p. 197.

22 Cf. Antonini T., « Le fonti del Περὶ φυγῆς di Favorino », art. cit. ; Häsler B., Favorin, op. cit. Aujourd’hui il faut renvoyer plutôt à Nesselrath H.-G., « Later Greek voices on the predicament of exile », art. cit., p. 99-108.

23 On sait en effet que le socratique Aristippe de Cyrène, cité justement dans le fragment de Télès (cf. F III 29, 13 = Aristipp. , F 85 Mannebach = IV A 103 Giannantoni) avait déjà traité le sujet dans un écrit intitulé Πρὸς τοὺς φυγάδας ou, selon l’inventaire de Sotion, Φυγάδας (cf. D. L. II 84 sq.). Il semble probable que Télès a tiré de cet écrit sa citation d’Aristippe (cf. Giannantoni G., Socratis et Socraticorum reliquiae [= SSR], IV, Napoli, Bibliopolis, 1990, p. 148 ; Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., p. 350 sq.).

24 Cf. Barigazzi A., Favorino di Arelate: Opere, op. cit., p. 350; Id., « Favorino di Arelate », art. cit., p. 574.

25 Cf. Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., p. 33-36, 318-320.

26 Cf. Swain S., « Favorinus und Hadrian », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 79, 1989, p. 150-158 ; Amato E., « Favorino, Sul “proprio” esilio », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 133, 2000, p. 43-50 (où on peut trouver la bibliographie sur le sujet) ; Nesselrath H.-G., « Later Greek voices on the predica ment of exile », art. cit., 99 sq., qui penche pour un exil fictif. Voir aussi la contribution de L. Holford-Strevens dans le présent volume (qui penche par contre pour un exil réel, tout comme Lucarini dans sa contribution pour le présent volume). Je renvoie aussi à Amato E., « Ancora sull’esilio di Favorino », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 144, 2003, p. 101-105.

27 Pour la question du « moi » réel ou poétique dans la lyrique archaïque, je renvoie à Rösler W., « Persona reale o persona poetica ? L’interpretazione dell’ “io” nella lirica greca arcaica », Quaderni Urbinati di Cultura Classica, 48, 1985, p. 131-144. Pour cette question en général dans la littérature antique gréco-latine, voir Baslez M. F., Hoffmann Ph., Pernot L. (éd.), L’Invention de l’autobiographie d’Hésiode à saint Augustin. Actes du deuxième colloque de l’équipe de recherche sur l’hellénisme postclassique (Paris, École Normale Supérieure, 14-16 juin 1990), Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1993.

28 Je renvoie encore à Baslez M. F., Hoffmann Ph., Pernot L. (éd.), L’Invention de l’autobiographie d’Hésiode à saint Augustin, op. cit.

29 Cf. par exemple F III 21, 5 sq.Hense, où Télès évoque devant son public un argument qu’il a utilisé dans une occasion précédente (Fuentes González P. P., Les Diatribes de Télès, op. cit., p. 274 sq., 309-311).

30 C’est l’expression que l’on trouve par exemple chez Amato E., « Favorino, Sul “proprio” esilio », art. cit., p. 88 ; cf. Barigazzi A., Favorino di Arelate : Opere, op. cit., p. 350 ; Id., « Favorino di Arelate », art. cit., p. 574 ; Tepedino Guerra A., L’esilio (Pap. Vat. Gr 11 verso), Favorino di Arelate, Roma, Edizioni dell’Ateneo, 2007, p. 34 sq.

31 Cf. col. I 43, II 13, IV 32-36.

32 Cf. col. I 47.

33 Cf. Whitmarsh T., « “Greece is the world” : exile and identity in the Second Sophistic », S. Goldhill (éd.), Being Greek under Rome: cultural identity, the Second Sophistic and the development of Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 269-305, notamment p. 297.

34 Cf. col. I 11.

35 Qui plus est, comme témoignage des critiques des cyniques et des stoïciens contre Favorinos, cf. par exemple Luc., Eun. 7 (= T 45 Amato).

36 Cf. Gel., XIII 25, 4 (= T 32 Amato).

37 Cf. Gel., XIV 1, 1 (= F 27 Amato).

38 Cf. Whitmarsh T., « “Greece is the world”: exile and identity in the Second Sophistic », art. cit. (recensé dans Amato E., Favorinos d’Arles, Œuvres, I, op. cit., p. 6, n. 6, et Tepedino Guerra A., L’esilio, op. cit., p. 38 sq., avec les réfé rences aux travaux d’autres tenants d’un exil fictif de Favorinos).

39 Cf. à ce sujet notamment son âpre polémique avec le sophiste Polémon de Laodicée : T 1, 4-6, 12-13 Amato (voir Barigazzi A., Favorino di Arelate : Opere, op. cit., p. 5 sq. ; Amato E., Favorinos d’Arles, Œuvres, I, op. cit., 12-14, 16, 20 sq., 27 sq. ; Tepedino Guerra A., L’esilio, op. cit., p. 42-44).

40 Cf. Favreau-Linder A.-M., « Lucien et le mythe d’Ἡρακλῆς ὁ λόγος : le pouvoir civilisateur de l’éloquence », Pallas, 81, 2009, p. 155-168, pour qui le mythe du Héraclès gaulois, dieu de l’éloquence, serait une construction de Lucien pour symboliser la puissance intégratrice de la paideia grecque. Par ailleurs, Amato E., « Luciano e l’anonimo filosofo celta di Hercules 4 : proposta di identificazione », Symbolae Osloenses, 79, 2004, p. 128-149, notamment p. 134-137 (cf. Id., « Christoph M. Wieland lettore di Luciano e l’identità del filosofo celta οὐκ ἀπαίδευτος τὰ ἡμέτερα di Herc., 4 [Il de senectute di Favorino e l’esilio a Chio] », Id., A. Capo, D. Viscido [éd.], Weimar, le Letterature Classiche e l’Europa del 2000. Atti delle giornate di studio del Liceo-Ginnasio Statale « F. De Sanctis » [27 sett.-31 dic. 2000], Salerne, Helios, 2000, p. 87-127, notamment p. 101-108), a démontré qu’il faut identifier le philosophe celte anonyme évoqué par Lucien (§ 4) avec Favorinos (= T 48 Amato). Voir aussi Amato E., Favorinos d’Arles, Œuvres, III : Fragments, Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 434, n. 78. D’après Favreau-Linder A.-M., art. cit., p. 165, « Lucien veut évoquer en filigrane la figure de Favorinos, en tant qu’exemple remarquable d’un barbare qui a gagné place et connaissance parmi la communauté des Hellènes, grâce à sa culture. »

41 Cf. D. L. V 19 = Arist., sent. 24 Searby.

42 Cf. col. III 26-32 = SSR V B 12.

43 Cf. D. L. VI 49 = SSR V B 13.

44 Cf. Gel., XII 1 = F 156 Amato (dubia uel spuria).

Auteur

Professeur de philologie grecque à l’université de Grenade (Espagne). Ses principales recherches portent sur la littérature philosophique grecque (notamment sur la production des Cyniques et des Stoïciens), sur l’historiographie grecque et sur la codicologie et la paléographie grecques. Il est l’auteur du livre Les diatribes de Télès. Introduction, texte revu, traduction et commentaire des fragments (Paris, Vrin, 1998). Il dirige la rédaction espagnole de L’Année Philologique.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search