Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles

 | 
Eugenio Amato
, 
Marie-Hélène Marganne

Seconde partie. Le dossier littéraire et philologique

L’exil de favorinos eut-il réellement lieu ?

Leofranc Holford-Strevens
Traduction de Delphine Lauritzen

Texte intégral

1 Rien n’est beau que le vrai : cet adage qui donne matière à bien des discussions est aussi le principe directeur des critiques du XIXe et du début du XXe siècle. Ayant renoncé à l’ancienne habitude qui consistait à tenir pour vraie toute assertion faite par un auteur classique pourvu qu’elle ne fût pas manifestement fausse ni ne contredît un autre auteur classique, ces derniers se mirent à reconsidérer les faits historiques anciens à la lumière de leur propre jugement, pensé comme supérieur.

2Dans la seconde moitié du siècle dernier, une réaction contre ce positivisme – ou, dans de nombreux cas, contre ce négativisme – a vu la quête des faits remise en question, d’une part, par l’étude des mentalités dans laquelle ce qui est cru et pourquoi on le croit importe plus que la vérité pour le chercheur, exactement comme pour le politicien, de l’autre, par l’approche littéraire pour qui les faits, même quand ils sont réels et non fictifs, ne sont rien de plus que le grain de sable qui provoque la création de la perle, la nacre étant les lieux-communs littéraires, ou, pour utiliser le terme plus noble de topoi, en référence aussi bien à des batailles ou à des conflits sociaux, qu’à la perte d’un être cher, ou à l’exil.

3Loin de moi l’intention de nier que des résultats intéressants aient été obtenus par ces procédés ; la littérature de l’exil est un sujet d’étude fertile à la fois en elle-même et en tant que subdivision du genre de la consolation. Cependant, tout comme seul un chasseur de topoi borgne ne se soucierait pas de savoir si c’est du fait que Cicéron ait effectivement perdu une fille que de sa réaction à cette mort est sortie la lettre vraiment romaine de Ser. Sulpice, de même ne saurait être qu’unilatérale une approche qui aborderait la déclamation de Favorinos en exil sans tenter d’identifier le locuteur à la première personne auquel la parole est donnée.

4En principe, un locuteur qui dit « je » peut avoir ou non une existence en dehors du discours ; si oui, il peut s’agir de l’auteur lui-même ou de quelqu’un d’autre, qu’il soit vivant, mort ou doté d’une consistance mythologique ; si non, il peut être un personnage dans un contexte fictionnel plus large, comme l’est celui d’un roman, ou encore quelqu’un inventé uniquement en vue de prononcer ce discours. De plus, dans le cas d’un discours d’exil, le locuteur, quelle que soit la catégorie à laquelle il appartient, peut-être l’exilé lui-même ou un autre essayant de le consoler ; et l’exil peut être un fait historique ou fictif.

  • 1 Fragment III, dans Fuentes González P. P., éd., Les Diatribes de Télès, Paris, Librairie philosoph (...)
  • 2 Fragment II, ibid., p. 136 ; voir le commentaire de l’éditeur, p. 147-48, 166-75 qui conteste la c (...)
  • 3 Ibid., p. 169.
  • 4 Fragment III, ibid., p. 276.

5Le texte de ce genre de loin le plus anciennement conservé est le Περὶ φυγῆς de Télès datant du IIIe siècle av. J.-C., mais, comme bien d’autres aspects concernant cet auteur, il est entouré d’obscurité. Un contraste est établi entre le « toi » qui règne sur de nombreux hommes dans la force de l’âge, et le « moi » qui dirige quelques jeunes gens en tant qu’il est leur paidagôgos et, à la fin, ne gouverne plus que « moi-même1 ». L’antithèse ressemble fort à celle du début du Περὶ αὐταρκείας à propos duquel les chercheurs discutent pour savoir s’il s’agit d’une citation de Bion de Borysthène2. On a suggéré que non seulement σύ, mais encore ἐγώ, peuvent être génériques plutôt que spécifiques3, comme dans un développement philosophique ou légal moderne, dans lequel les termes « si je vous prête mille euros » n’implique pas qu’un quelconque auditeur de la conférence ou lecteur du texte soit à court d’argent ni que l’orateur ou l’écrivain ait la capacité, et encore moins la volonté, de lui en faire toucher. Plus loin, l’orateur se décrit comme κατ’οἰκίας ἐργολαβοῦντα, un homme à tout faire industrieux colportant ses services de porte à porte4 ; si cette image n’est pas à prendre au pied de la lettre, elle pourrait être métaphoriquement entendue comme celle d’un homme qui vivait de la mendicité en offrant sa sagesse à qui voulait bien lui faire l’aumône, mais nous savons si peu sur un philosophe auquel Diogène Laërce n’a pas daigné consacrer une notice qu’il est presque aussi dangereux de refuser la connotation autobiographique que de la supposer.

  • 5 Mus. Ruf., Discours IX, p. 41, ll. 4-5 Hense: Φυγάδος δέ τινος ὀδυρομένου ὅτι φεύγει, οὕτω πως παρ (...)
  • 6 Ibid., p. 50, l. 15-p. 51, l. 4.

6L’extrait qui nous a été conservé du texte de Musonius Ὅτι οὐ κακὸν ἡ φυγή commence avec la phrase : « Et quand un exilé se lamentait sur son exil, il le consolait à peu près comme suit5. » Il semblerait, d’après des tournures similaires, que le « il » est Musonius lui-même, dont les paroles sont rapportées par quelqu’un de son entourage. S’ensuit un discours à la première personne qui ne dit rien sur les causes ni sur le déroulement de l’exil de l’orateur, mais seulement que sa franchise, son jugement et son état d’esprit n’en ont pas été altérés. Sans donner aucune indication à son propre sujet qui n’aurait pu être honnêtement prononcée par C. Musonius Rufus de Volsinii, il se présente, non comme cet individu, mais comme une personne qui supporte son exil comme il le faut, s’adressant à une autre personne à l’identité tout aussi imprécise sur le point d’être exilée. L’imprécision est telle que cette dernière n’est qu’un οὗτος – ce qui, dans le cas d’une adresse à une personne réelle, ne serait rien moins que poli – et que de plus la possibilité qu’il s’agisse d’un homme bon ou mauvais est également envisagée6. Il n’en reste pas moins que l’exil de Musonius à la suite de la conspiration de Pison, et à nouveau sous Vespasien, sont des faits avérés. Supposer que d’un exil réel soient sortis à la fois un consolateur et un consolé fictifs semble conduire à multiplier les entités de manière inutile.

  • 7 D. Chr., Discours 13, 31.
  • 8 D. C., Histoire romaine, 38, 18-29.
  • 9 Millar F., A Study of Cassius Dio, Oxford, Clarendon Press, 1964, p. 50.

7Quoi qu’il en soit, la personne obligée de quitter Sardes à laquelle Plutarque, qui n’était pas lui-même un exilé, adresse son Περὶ φυγῆς en l’encourageant à considérer l’exil comme une occasion de découvrir le monde, semble bien être réelle. Il s’agit selon toute probabilité du Menemachus à qui les Πολιτικὰ παραγγέλματα sont adressés ; tel est l’effet de la spécification. Personne non plus ne supposerait que Sénèque, dans sa Consolatio ad Heluiam matrem s’imagine purement et simplement en exilé. Et bien que le λόγος athénien de Dion Chrysostome, en s’interrompant à mi-parcours, nous laisse spéculer sur la relation, s’il y en a une, entre sa prédication – comme le discours moral qu’il prononça devant une grande foule à Rome7 – et l’exil provoqué par son amitié avec un homme mis à mort pour sa proximité avec les grands au pouvoir – il ne fait aucun doute que ces allégations concernent les circonstances d’un bannissement réel, même s’il est possible que Domitien ait vu sa conduite sous un angle assez différent. Au final, ce sont les faits historiques du bannissement de Cicéron de Rome et le lâche chagrin de sa réaction que l’homonyme de Dion exploite quand il invente une consolation qui lui est prodiguée par un certain Philiscus8, lequel, comme l’a suggéré Fergus Millar, doit son nom à un contemporain de l’historien9. Ici, c’est l’exil qui est authentique et la consolation fictive.

8Les discours examinés, à l’exception possible mais temporellement éloignée qu’est celui de Télès, se rapportent à un exil réel subi, soit par le locuteur, soit par son destinataire. Dans le cas de Musonius, il s’agit au moins du locuteur, comme chez Sénèque et Dion Chrysostome, et peut-être du destinataire, comme pour Plutarque et pour le Philiscus fictif. Ce dernier mis à part, en ce qu’il n’a pas d’autre fonction que de donner la réplique à Cicéron, tous les locuteurs sont des personnages historiques, qui disent « je » à propos d’eux-mêmes et non derrière le masque de quelqu’un d’autre. L’ἠθοποιΐα prenant les traits d’un personnage connu ne semble pas être un mode de composition utilisé pour les discours d’exil.

  • 10 Favorin., Sur l’exil, xiv 39-44.
  • 11 Ibid., xi 21-32.
  • 12 Ibid., viii 43-ix 4.
  • 13 Ibid., xi 32-33.

9Nous pouvons maintenant revenir à Favorinos, dont le locuteur à la première personne a subi le châtiment bien connu de la relegatio in insulam, c’est-à-dire qu’il a été confiné dans une île au sein de l’Empire. Cette île est identifiée par la question rhétorique qu’il pose de savoir si Thésée, qui fit voile avec son ami vers l’Achéron et s’assit avec lui sur la pierre du Léthé, aurait hésité à franchir le détroit de Mimas, c’est-à-dire Karaburun, à Chios10. Ses parents sont morts, de même que sa sœur bien-aimée, mais le reste de sa famille vit avec lui11 et il espère avoir des enfants qui considéreront son lieu d’exil comme leur patrie12. Il a dans le passé occupé une position élevée13.

  • 14 Swain S., « Favorinus and Hadrian », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 79, 1989, p. 150- (...)

10Comme il a déjà été vu, nous n’avons pas de précédent d’ἠθοποιΐα pour les discours d’exil. Même s’il y en avait eu, dans le cas où le personnage mis en scène dans ce discours ait appartenu au domaine du mythe ou de l’histoire ancienne, un Patrocle ou un Aristide n’auraient pas pu invoquer les exempla romains dont Favorinos fait un usage si libre. En revanche, si nous cherchons un citoyen célèbre de l’empire romain – et, célèbre, il eût fallu qu’il le soit pour être le sujet d’une déclamation – alors nous aurions pu nous attendre à trouver un témoignage de son exil à Chios dans nos sources historiques. Simon Swain, qui était enclin à ne pas croire à la thèse de l’exil, n’a pas proposé de candidat14. Jusque-là, personne à ma connaissance n’a suggéré qu’il pourrait s’agir d’un personnage inscrit dans le cadre plus large d’une fiction. Si Favorinos avait écrit un roman, on s’attendrait à en posséder d’autres vestiges. Cela nous laisse la possibilité de Favorinos lui-même ou d’une fiction créée ad hoc. Cependant les déclarations à la première personne dans le discours sont des obstacles à l’une et l’autre hypothèses, en ce qu’elles n’ont pas l’air de correspondre entièrement à Favorinos tout en étant encore trop spécifiques pour une simple figure servant de caisse de résonnance à l’expression d’une série de φιλοσοφούμενα sur l’exil.

  • 15 Plin., Nat., 14, 73: « In summa gloria […] fuere Thasium Chiumque »; voir pourtant l’épitomé d’Ath (...)
  • 16 Sen., Dial., 12, 9, 2.
  • 17 D. C., op. cit. 38, 19, 2-3.

11D’un côté, le locuteur n’est pas dans un lieu d’exil indéterminé, pas plus qu’il ne se trouve sur une île aussi inhospitalière que Gyaros par exemple. Comme nous l’avons vu, il réside à Chios, lieu de séjour forcé le plus agréable qui se puisse imaginer, même si les beaux jours de son vin semblent appartenir au passé15. Ce n’est pas là un détail que l’on s’attendrait à voir inventé pour une consolation philosophique, laquelle devrait au contraire avoir amplifié l’aspect déplaisant de la situation pour mieux le transcender ; angustus animus est quem terrena delectent, comme le dit Sénèque16. À l’inverse, on peut se souvenir des observations de Philiscus mentionnant que Cicéron jouit d’une santé excellente et se trouve bien pourvu de ce qui est nécessaire dans la vie17.

  • 18 Fragment 196a, dans West M. W., Iambi et elegi Graeci ante Alexandrum cantati, 2e éd., Oxford, Oxf (...)
  • 19 Philostr., VS, 1, 8, 2 (490)= T I. 3 Amato; Bowersock G. W., Greek Sophists in the Roman Empire, O (...)

12Comme nous l’avons déjà signalé, le « je » du discours de Favorinos avait des parents, comme nous tous, et une sœur bien-aimée, comme certains seulement ; tous les trois sont maintenant morts, contrairement à Helvia. Bien que nous ne sachions rien du début de la vie du philosophe, il semble improbable que ces paroles aient été prononcées par un personnage fictif ad hoc. Même ceux qui veulent croire qu’Archiloque se contentait de broder sur des thèmes traditionnels quand il affirmait avoir été frustré de la main de Néoboulé, mais s’être gardé de prendre la virginité de sa sœur cadette18 trouveront aussi difficile d’expliquer ces détails personnels que ceux donnés par Hésiode dans les Travaux et les Jours sur lui-même, son père et les défauts de son frère, ce grand imbécile de Persès. Ce « je » a également occupé de hautes fonctions. Nous savons que Favorinos avait tenté d’invoquer l’immunité lors de sa nomination comme flamine du concilium de Narbonnaise19, mais il n’avait aucune raison de ne pas avoir ensuite regardé son service passé avec quelque fierté, ou au moins affecté d’avoir agi de la sorte dans le but d’opposer un état d’esprit antérieur avec celui du présent, et, en tout cas, il est probable que ce ne fut pas la seule fonction publique dont il s’acquitta.

  • 20 Favorin., Sur l’exil, ix 2.
  • 21 Gaius, Inst., 1. 103.
  • 22 Verg., A., 6, 791 « Augustus Caesar, Diui genus » (genus dit beaucoup plus que filius) ; cf. Hor.,(...)
  • 23 Mart., 2, 92, 4 : l’empereur lui ayant donné trois enfants, ce serait ingrat que d’en faire davant (...)
  • 24 Ulp., ad edictum 33, dans Dig., 23, 3, 39, 1.
  • 25 Polem., Phgn., A20, éd. Hoyland R., dans Swain S., éd, Seeing the face, seeing the soul: Polemon’s(...)

13La difficulté est plutôt la référence qu’il fait à sa future progéniture, τοῖς […] ἐξ ἐμοῦ γενησομένοις20, ce qui bien sûr était impossible. En principe, Favorinos aurait pu avoir des enfants par adoption malgré son état, comme nous le dit explicitement Gaïus : et hi qui generare non possunt, quales sunt spadones, adoptare possunt21. Si le vocabulaire de la génération pouvait être utilisé par les poètes au sujet de l’adoption d’Auguste par le Divin Jules22 et par Martial même à propos des enfants non-existants que le ius trium liberorum lui imputait23, il n’aurait pas été impossible pour Favorinos de parler d’enfants adoptifs comme s’ils avaient été engendrés. Pourtant le contexte qui dit que que ces futurs enfants auraient toutes les raisons de considérer leur lieu d’habitation involontaire comme leur patrie conviendrait mieux à un homme marié dont la femme l’a accompagné qu’à un célibataire à la recherche d’enfants à adopter. Cela pourrait en fait expliquer la mention qu’il a avec lui le reste de son οἰκία, mais une telle interprétation nous écarterait définitivement de Favorinos en tant que locuteur, car même si un spado, pourvu qu’il ne fût pas castratus, était autorisé à se marier24, nous ne disposons d’aucun élément au sujet d’une sienne femme. Il faudrait plutôt supposer que Favorinos se dépeignait comme dans l’attente de s’installer à Chios et de se marier là-bas, mais même alors et même si nous supposons que les habitants de Chios pourraient ne pas avoir eu connaissance de l’état de Favorinos, ni de sa défense d’une accusation d’adultère, sa voix et son apparence auraient dû être des indices suffisants qu’avoir des enfants était une chose à laquelle on ne pouvait guère s’attendre de sa part25.

  • 26 Barigazzi A., Favorino di Arelate, Opere, Florence, Le Monnier, 1966, p. 444.
  • 27 Loc. cit.
  • 28 Gel., 3. 1 = T XXIV Amato, à propos de Sal., Cat., 11. 3; cf. Holford-Strevens L., Aulus Gellius: (...)
  • 29 Gleason M. W., Making men: sophists and self-presentation in Ancient Rome, Princeton, Princeton Un (...)

14Adelmo Barigazzi a suggéré que l’expression n’était pas censée être prise au sérieux : « è detto così per dire26 ». Elle est cependant nécessaire pour comprendre l’évolution qu’est la transition de la patrie d’un individu à l’établissement d’une patrie pour les descendants même de communautés entières. Alternativement, il a proposé que Favorinos voulait tromper la postérité : « ha voluto tramandare ai posteri il contrario di ciò che allora era notorio27 ». Cela serait possible dans le cadre d’un ouvrage destiné à la publication posthume, mais difficile dans un discours destiné à être publiquement déclamé. C’est une chose qu’Aulu-Gelle, écrivant après la mort de Favorinos, le représente en train de discuter une affirmation par Salluste que l’avarice rend le corps et l’esprit efféminés sans aucune indication que quiconque ait pu trouver le locuteur et le sujet incongrus28 ; c’en est une autre que Favorinos ait voulu représenter une impossibilité comme une perspective future devant un auditoire. Sans doute, si l’on croit à l’historicité du récit d’Aulu-Gelle – ce que nous ne sommes pas obligés de faire – nous pouvons y trouver la confirmation de la thèse de Maud Gleason que Favorinos, dont l’éducation avait fait, d’un Gaulois qu’il était, un Grec honoraire, se considérait lui-même et était considéré par les autres comme étant devenu par là-même un homme honoraire29 ; mais amener ses auditeurs à l’écouter sans pouffer de rire alors qu’il soulevait sans pour autant la trancher une question de portée générale et non personnelle est très différent du fait de prédire à propos de lui-même quelque chose qui n’était pas possible.

  • 30 Sur la Fortune, 27, dans Amato E., Favorinos d’Arles, Œuvres, t. I, Paris, Les Belles Lettres, 2005 (...)
  • 31 Amato E., Favorinos d’Arles, op. cit., p. 21-23.
  • 32 Swain S., « Favorinus and Hadrian », art. cit., p. 152.
  • 33 Philostr., VS, 1, 8, 2 (490) = T I.3 Amato
  • 34 Legré L., Un philosophe provençal au temps des Antonins, Favorin d’Arles : sa vie – ses œuvres – s (...)
  • 35 Il est toutefois possible que cet incident se soit produit pendant qu’Hadrien était à Athènes, où (...)
  • 36 Holford-Strevens L., « Favorinus: the man of paradoxes », dans Barnes J. et Griffin M., éd., Philo (...)

15Néanmoins, à défaut d’une autre proposition concernant le locuteur, il semble plus prudent de supposer que Favorinos tentait de faire table rase de la vérité à la seule force de sa personnalité et d’accepter son exil comme un fait auquel Eugenio Amato a trouvé une allusion dans les derniers mots du discours du philosophe sur la Fortune, ἐν ταῖς ἡμετέραις μεταβολαῖς, en appliquant le possessif non seulement à l’humanité en général mais aussi à lui-même, Favorinos30. Le même chercheur a proposé comme cause la plus plausible de l’exil du philosophe sa tentative d’échapper à l’onéreuse charge sacerdotale31, tentative que S. Swain a datée beaucoup plus haut sous le règne d’Hadrien32 et que, à en croire Philostrate, l’empereur διατριβὴν ἐπεποίητο33. Comme Ludovic Legré l’a formulé « il avait tout simplement voulu rire aux dépens de son bon ami Favorin34 ». Certes, Philostrate en fait l’occasion à laquelle les Athéniens renversèrent la statue du philosophe, mais on peut se demander s’ils auraient même entendu parler d’un incident survenu à la cour sans autre impact35 ; ils ont plutôt réagi, tout comme les Corinthiens, au scandale dont on parlera plus loin36. Nous sommes en fait obligés, si nous accordons foi à l’une des déclarations de Philostrate, de ne pas croire l’autre.

  • 37 Fein S., Die Beziehungen der Kaiser Trajan und Hadrian zu den Litterati, Stuttgart et Leipzig, B. (...)
  • 38 Il va sans dire que chacun des deux aura essayé d’empoisonner l’esprit de l’empereur contre son ri (...)
  • 39 Philostr., loc. cit.
  • 40 Gel., 14, 3.
  • 41 Holford-Strevens L., « Favorinus: the man of paradoxes », art. cit., p. 198.

16La querelle avec Polémon qui a également été proposée comme explication37 ne me semble pas plus plausible, à moins qu’Hadrien ne se fût déjà tourné contre Favorinos38, car autrement il aurait dû les punir tous les deux. Après tout, la querelle ne fut initiée ni par l’un ni par l’autre mais ils furent comme contaminés par l’enthousiasme de leur entourage39, un phénomène transposé par Aulu-Gelle de manière invraisemblable à la rivalité entre Platon et Xénophon40. Tout au plus pourrait-on supposer que Favorinos avait montré du ressentiment vis-à-vis du choix fait par Hadrien de Polémon pour prononcer le discours inaugural de l’Olympiéion athénien, choix que l’empereur eût pu justifier par l’insistance de Favorinos lui-même sur ses capacités philosophiques41 en prenant cette insistance pour une licence lui permettant d’éviter un jugement ouvert de son mérite oratoire. Il se peut bien que cela n’ait pas été conçu comme une marque de disgrâce, malgré le risque que le refusé l’interprétât ainsi. Ce n’est pas que Louis XIV qui ne donnait jamais une place sans faire des mécontents.

  • 42 Luc., Eun., 10= T XLVI Amato; Philostr., VS, 1, 8, 2 (489); cf. Birley A. R., Hadrian: the restles (...)
  • 43 Favorin., Discours aux Corinthiens, 33.
  • 44 Mason H. J., « Favorinus’ Disorder: Reifenstein’s Syndrome in Antiquity? », Janus, 12, 1979, p. 1- (...)
  • 45 Ortkemper H., Caffarelli: das Leben des Kastraten Gaetano Majorano, genannt Caffarelli, Francfort- (...)
  • 46 Ov., Tr., 2, 131-132.
  • 47 Philostr., VS, 1, 7, 2 (488) ; D. Chr., 13.
  • 48 Pouchkine A. S., К Oвидию (« À Ovide »), v. 54-55 : « Moi qui suis Slave sévère, je n’ai pas versé (...)

17Tout ceci, cependant, n’est que spéculation. Pour ma part, je préférerais voir comme occasion de l’exil de Favorinos le procès en adultère dans lequel, en dépit d’avoir été pris en flagrant délit avec la femme d’un consulaire, il obtint l’acquittement en plaidant qu’il était physiquement incapable de commettre ce crime42. Bien qu’il ait continué à protester de son innocence, en faisant référence dans son discours de Corinthe aux fausses accusations portées contre les personnes attirantes43, cette défense, comme bien d’autres défenses réussies, n’était qu’un mensonge. La maladie qui a été diagnostiquée le concernant, un syndrome de Reifenstein avec cryptorchidie44, ne le rendait pas impuissant mais le privait de toute fertilité. Voilà sans doute ce qui le rendait d’autant plus attrayant en tant qu’amant, de même que, plus tard, les grands evirati comme par exemple Caffarelli, qui aurait été contraint par un mari jaloux de passer toute une nuit dans une citerne vide45. Il est peu probable que le consulaire, bien qu’observant des normes de conduite diverses, ait été plus indulgent, malgré le verdict. Il est possible qu’Hadrien ait cru sage de le calmer, de même que l’ordo sénatorial en général, en sacrifiant un favori de rang inférieur, en particulier (comme cela est tout à fait possible) s’il possédait les connaissances médicales suffisantes pour reconnaître l’erreur du tribunal. En fait, on pourrait même supposer qu’il ait fait de son mieux à la fois pour le mari outragé et pour l’ex-ami, en usant de son influence pour obtenir un acquittement, puis en éloignant le fautif. En tout cas, tout comme son modèle politique Auguste dans le cas d’Ovide, Hadrien aura indiqué à Favorinos que son départ de Rome serait dans l’intérêt général. Nec mea decreto damnasti facta senatus, nec mea selecto iudice iussa fuga est, dit le poète à l’empereur46. Dans le cas de Favorinos non plus il n’y aurait pas eu besoin de procédure formelle, si bien que Philostrate, qui nie que Dion ait été exilé, quoique ce soit le Prusien lui-même qui le dit47, n’a pas jugé nécessaire de mentionner le fait. Sa réticence à admettre le bannissement de ses sujets est bien connue. Tout comme Tomi (l’actuelle Constanța en Roumanie) où Ovide passa ses dernières années – et ce, contrairement aux descriptions pathétiques à propos de la barbarie et du climat glacé qui ne réussirent pas à susciter la pitié de Pouchkine malgré son empathie48 – était une colonie grecque avec un climat chaud, de même Chios était un lieu d’exil très confortable à condition qu’on ne regrettât pas trop, comme Ovide, les plaisirs de la vie dans la capitale.

18Pourtant, comme je le dis, tout cela n’est qu’une spéculation qui pourrait partir en fumée sur la base de meilleures informations. La même perspective vaut pour l’exil lui-même, qui semble renvoyer dos à dos ceux qui en doutent et ceux qui y croient. Je conclus sur un double défi : d’une part, que ceux qui doutent de l’exil cherchent une persona sous les traits de laquelle la parole de Favorinos pourrait s’exprimer ; de l’autre, que ceux qui y croient avancent donc une meilleure explication pour τοῖς […] ἐξ ἐμοῦ γενησομένοις que celles qu’on a pu offrir jusqu’ici.

Notes

1 Fragment III, dans Fuentes González P. P., éd., Les Diatribes de Télès, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1998, p. 276.

2 Fragment II, ibid., p. 136 ; voir le commentaire de l’éditeur, p. 147-48, 166-75 qui conteste la communis opinio selon laquelle ces mots seraient de Bion.

3 Ibid., p. 169.

4 Fragment III, ibid., p. 276.

5 Mus. Ruf., Discours IX, p. 41, ll. 4-5 Hense: Φυγάδος δέ τινος ὀδυρομένου ὅτι φεύγει, οὕτω πως παρεμυθήσατο αὐτόν.

6 Ibid., p. 50, l. 15-p. 51, l. 4.

7 D. Chr., Discours 13, 31.

8 D. C., Histoire romaine, 38, 18-29.

9 Millar F., A Study of Cassius Dio, Oxford, Clarendon Press, 1964, p. 50.

10 Favorin., Sur l’exil, xiv 39-44.

11 Ibid., xi 21-32.

12 Ibid., viii 43-ix 4.

13 Ibid., xi 32-33.

14 Swain S., « Favorinus and Hadrian », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 79, 1989, p. 150-158, qui se montre favorable à l’hypothèse d’un personnage fictif créé ad hoc.

15 Plin., Nat., 14, 73: « In summa gloria […] fuere Thasium Chiumque »; voir pourtant l’épitomé d’Ath., 1, 32f-33a.

16 Sen., Dial., 12, 9, 2.

17 D. C., op. cit. 38, 19, 2-3.

18 Fragment 196a, dans West M. W., Iambi et elegi Graeci ante Alexandrum cantati, 2e éd., Oxford, Oxford University Press, 1989, p. 77-79.

19 Philostr., VS, 1, 8, 2 (490)= T I. 3 Amato; Bowersock G. W., Greek Sophists in the Roman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1969, p. 35.

20 Favorin., Sur l’exil, ix 2.

21 Gaius, Inst., 1. 103.

22 Verg., A., 6, 791 « Augustus Caesar, Diui genus » (genus dit beaucoup plus que filius) ; cf. Hor., S, 2, 5, 62-63.

23 Mart., 2, 92, 4 : l’empereur lui ayant donné trois enfants, ce serait ingrat que d’en faire davantage avec sa femme ; ibid. 3, 95, 11-12 : ces trois enfants sont autant de citoyens. Voir Housman A. E., « Corrections and explanations of Martial », Journal of Philology, 30, 1907, p 235-236= Diggle G., Goodyear F. R. D., éd., The classical papers of A. E. Housman, 3 t., Cambridge, Cambridge University Press, 1972, t. II, p. 716.

24 Ulp., ad edictum 33, dans Dig., 23, 3, 39, 1.

25 Polem., Phgn., A20, éd. Hoyland R., dans Swain S., éd, Seeing the face, seeing the soul: Polemon’s Physiognomy from classical antiquity to medieval Islam, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 376-378 (T V Amato). Bien qu’ennemi de Favorinos, le physiognome ne pouvait pas mentir sur de telles choses.

26 Barigazzi A., Favorino di Arelate, Opere, Florence, Le Monnier, 1966, p. 444.

27 Loc. cit.

28 Gel., 3. 1 = T XXIV Amato, à propos de Sal., Cat., 11. 3; cf. Holford-Strevens L., Aulus Gellius: an Antonine scholar and his achievement, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 103.

29 Gleason M. W., Making men: sophists and self-presentation in Ancient Rome, Princeton, Princeton University Press, 1995, chap. 6 « Manhood achieved through speech: a eunuch-philosopher’s self-fashioning ».

30 Sur la Fortune, 27, dans Amato E., Favorinos d’Arles, Œuvres, t. I, Paris, Les Belles Lettres, 2005, p. 492 avec n. 203 ; cf. Amato E., « Favorino, Sul ‘proprio’ esilio », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 133, 2000, p. 43-50 à p. 44-46.

31 Amato E., Favorinos d’Arles, op. cit., p. 21-23.

32 Swain S., « Favorinus and Hadrian », art. cit., p. 152.

33 Philostr., VS, 1, 8, 2 (490) = T I.3 Amato

34 Legré L., Un philosophe provençal au temps des Antonins, Favorin d’Arles : sa vie – ses œuvres – ses contemporains, Marseille, Aubertin et Rolle, 1900, p. 101.

35 Il est toutefois possible que cet incident se soit produit pendant qu’Hadrien était à Athènes, où il résidait en 124/5, en 128/9 et en 131/2 (certainement pas « sans nul doute », comme l’affirme Legré L., op. cit., p. 95), ce qui expliquerait le fait que Favorinos ait pris connaissance du sort de sa statue (« mieux ça que la ciguë » : Philostr., VS, 1, 8, 3 [490]). Néanmoins il n’est pas aisé de croire qu’une telle bagatelle ait pu produire cet effet même ἐν Ἀθηναίοις ταχυβούλοις (Bowersock G. W., op. cit. 52).

36 Holford-Strevens L., « Favorinus: the man of paradoxes », dans Barnes J. et Griffin M., éd., Philosophia togata II: Plato and Aristotle at Rome, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 188-217, spéc. p. 195.

37 Fein S., Die Beziehungen der Kaiser Trajan und Hadrian zu den Litterati, Stuttgart et Leipzig, B. G. Teubner, 1994, p. 244.

38 Il va sans dire que chacun des deux aura essayé d’empoisonner l’esprit de l’empereur contre son rival ; peut-être que Polémon a su mieux jouer ses cartes. Peut-être aussi qu’Hadrien n’a jamais craint d’être inférieur à Polémon dans le domaine du savoir tandis que Favorinos était aussi polymathe que son souverain.

39 Philostr., loc. cit.

40 Gel., 14, 3.

41 Holford-Strevens L., « Favorinus: the man of paradoxes », art. cit., p. 198.

42 Luc., Eun., 10= T XLVI Amato; Philostr., VS, 1, 8, 2 (489); cf. Birley A. R., Hadrian: the restless emperor, Londres, Routledge, 1997, p. 195: « the real reason [de l’exil] was perhaps the adultery charge ».

43 Favorin., Discours aux Corinthiens, 33.

44 Mason H. J., « Favorinus’ Disorder: Reifenstein’s Syndrome in Antiquity? », Janus, 12, 1979, p. 1-13; cf. Swain S., « Favorinus and Hadrian », art. cit., 154 n. 14

45 Ortkemper H., Caffarelli: das Leben des Kastraten Gaetano Majorano, genannt Caffarelli, Francfort-sur-le-Main, Insel Verlag, 2000, p. 83-85, cf. p. 80-81: « Einmal hat er einen jungen Kollegen sagen hören, die Frauen sehnten sich gerade deshalb nach seinem Baum, weil er keine Früchte bringe. » Je remercie M. Nicholas Clapton pour le renvoi.

46 Ov., Tr., 2, 131-132.

47 Philostr., VS, 1, 7, 2 (488) ; D. Chr., 13.

48 Pouchkine A. S., К Oвидию (« À Ovide »), v. 54-55 : « Moi qui suis Slave sévère, je n’ai pas versé de larmes, mais je les comprends » (trad. L. A. H.-S.). En effet, le poète russe, lui-même exilé aux bords de la mer Noire, a joui d’un climat beaucoup plus agréable que celui de Saint-Pétersbourg.

Auteur

Jusqu’à sa retraite en 2011, Leofranc Holford-Strevens, docteur de l’université d’Oxford, a été Consultant Scholar-Editor chez Oxford University Press. Spécialiste d’études classiques, il a des intérêts dans d’autres domaines aussi, notamment dans les langues, la littérature, l’histoire, la chronologie et la musicologie. Parmi ses publications, l’ouvrage Aulus Gellius (Londres, Duckworth, 1988), édition révisée et augmentée Aulus Gellius : An Antonine Scholar and His Achievement (Oxford, Oxford University Press, 2003 ; réimpr. corrigée en 2005), et l’édition (avec A. D. Vardi) du volume The Worlds of Aulus Gellius (Oxford, Oxford University Press, 2004). Il prépare actuellement une nouvelle édition d’Aulu-Gelle dans la série des « Oxford Classical Texts ».
Delphine Lauritzen (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540