Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles

 | 
Eugenio Amato
, 
Marie-Hélène Marganne

Seconde partie. Le dossier littéraire et philologique

Favorinos et ses contemporains. Bilinguisme et biculturalisme au IIe siècle apr. J.-C.

Bruno Rochette

Texte intégral

Introduction

  • 1 J’ai tiré grand profit des exposés suivants : Russell D. A., « Greek and Latin in Antonine Literat (...)
  • 2 Kaimio J., The Romans and the Greek Language, Helsinki, Societas Scientiarum Fennica, 1979, p. 130 (...)
  • 3 Suet., Aug., 89.
  • 4 Bardon H., Les Empereurs et les lettres latines d’Auguste à Hadrien, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)
  • 5 Pour une présentation générale (biographie, chronologie, œuvres), Follet S., « Favorinus d’Arles ( (...)

1Le siècle des Antonins marque l’apogée du bilinguisme gréco-latin ou, plus largement, du biculturalisme dans l’Empire romain1. La felicitas temporum qui commença avec l’avènement de Nerva et se poursuivit sous Trajan et Hadrien fut riche en écrivains qui illustrent cet équilibre : Dion et Plutarque pour le côté grec, Tacite et Pline le Jeune pour le versant latin. Peu après vinrent Favorinos et Polémon, Suétone et Juvénal. Les empereurs eux-mêmes incarnent cette double culture2. Les biographies de Suétone, qui est particulièrement attentif à la culture littéraire et aux connaissances linguistiques des Césars, donnent à ce thème une grande résonnance. Pour comprendre cette situation, il faut se reporter à l’époque des Julio-Claudiens. D’Auguste à Néron, le grec n’a cessé de progresser à Rome, du moins dans l’entourage des empereurs. On passe d’un Princeps qui, selon Suétone3, connaissait mal le grec, Auguste, à une figure qui semble préférer le grec au latin, Néron, lequel, en prétendant être un artiste, manifestait ouvertement sa sympathie pour la culture grecque. Entre les deux se trouve Claude, qui a établi un équilibre entre le grec et le latin. C’est l’impression qu’a eue H. Bardon, qui écrit à propos de l’empereur érudit4 : « Dans le mouvement qui, d’Auguste à Hadrien, a porté les empereurs à préférer de plus en plus le grec au latin, Claude représente le moment où les deux idiomes se sont fait contrepoids dans une exacte balance. » Après le Ier siècle, un compromis s’est instauré, une subtile alchimie entre les deux langues, qu’il faut tenter d’appréhender de façon nuancée à travers des témoignages indirects et parfois peu explicites. Favorinos fait partie de ces témoins5. Je vais donc essayer de le replacer dans son contexte linguistique et culturel.

  • 6 Whitmarsh T., Greek Literature and the Roman Empire. The Politics of Imitation, Oxford, Oxford Uni (...)
  • 7 E. Amato pense que c’est en Grèce que Favorinos rencontra Plutarque (cf. Amato E., Favorinos I, op (...)
  • 8 On verra la biographie de Graindor P., Un milliardaire antique. Hérode Atticus et sa famille, Le C (...)
  • 9 La donnée n’est toutefois pas sûre (cf. Amato E., Favorinos I, op. cit., p. 11, n. 28 et Favorinos (...)
  • 10 Strabon (IV.1.5) fait l’éloge des avantages qu’offrait la cité fondée par les Phocéens dans le dom (...)
  • 11 IG XIV 2434 = IGF 21 = CAG 13/3 no 21 (Marseille): Ἀθηνάδης Διοσκουρίδουτικὸς Ῥωμαϊκός (cf. Agusta (...)
  • 12 Comm. in Ep. ad Gal. II, préf. (CCSL, 77a 79, 26-28 Raspanti). Voir aussi Isidore, Or., XV. 1. 63.
  • 13 Var. F 215 Salvadore.
  • 14 On le voit à propos d’une remarque faite par Favorinos au sujet du vent circius (Gel., II. 22.20 = (...)
  • 15 Bien qu’il ne considère pas Cicéron comme un grand philosophe, on peut estimer que Favorinos avait (...)
  • 16 XIII. 25.4 [= T 39, 4 Barigazzi = T XXXII Amato] : « ‘Etiamsi’ inquit Fauorinus ‘opera mihi prince (...)
  • 17 Gel., XX. 1. 20. 1-55 [= T 47, 20 Barigazzi = T XXXVII Amato].

2Écrivain représentatif du mouvement de la Seconde Sophistique6, Favorinos d’Arles établit un pont entre les deux partes de l’Empire. À Rome7, il devient l’ami d’un Grec, Plutarque, riche notable de la ville de Chéronée, mais aussi citoyen romain. À Athènes, il fréquente un richissime Romain, Hérode Atticus, dont il fit son unique héritier8. Il fut le disciple d’Épictète9 et de Dion Chrysostome. Rien pourtant ne le préparait à se tourner de façon aussi déterminée vers la culture grecque. Né à Arles, en Gaule Narbonnaise, entre 70 et 80, il est d’origine occidentale. Même si la cité a été habitée par des Grecs, lorsque Favorinos était jeune, sa ville natale n’était probablement pas bilingue. Nous savons que certaines villes de Gaule Narbonnaise ont été hellénisées. Marseille fut très tôt un centre culturel, mais aussi une ville scolaire et universitaire10. Une inscription en grec, impossible à dater avec précision (fin du IIe siècle – début du IIIe siècle ?), mentionne un certain Athénadès, esclave ou affranchi, qui est γραμματικὸς Ῥωμαϊκός11. Ce texte témoigne du bilinguisme de certains groupes en Gaule du Sud. Bien que son enseignement ait porté sur le latin, ce grammaticus n’avait pas oublié sa langue d’origine et a utilisé le grec pour perpétuer sa mémoire. Dans la préface au Commentaire aux épîtres aux Galates12, saint Jérôme, se fondant sur Varron, fait remarquer que trois langues sont pratiquées en Gaule : quod et Graece loquantur et Latine et Gallice13. Cette phrase pourrait s’appliquer à Favorinos, qui est en réalité trilingue14. Quoi qu’il en soit, Favorinos écrivait et enseignait en grec et il était fier de sa grande maîtrise de cette langue, mais il reconnaît toutefois sa connaissance du latin15, comme le montre un passage de son disciple Aulu-Gelle16. Au demeurant, le jurisconsulte Sextus Caecilius souligne sans détour les compétences de Favorinos dans le domaine latin17 : Tum Sex. Caecilius amplexus utraque manu Fauorinum : ‘tu es’, inquit, ‘unus profecto in nostra memoria non Graiae modo, sed Romanae quoque rei peritissimus.’

  • 18 Whitmarsh T., « ‘Greece is the World’ : exile and identity in the Second Sophistic », S. Goldhill (...)
  • 19 (= [Dion de Pruse] 37), 23-24.
  • 20 SHA, Hadr., 16.10.
  • 21 Amato E., Favorinos I, op. cit., p. 19-29.
  • 22 Philostr., VS, 491 [= T I Amato]: Διαλεγομένου δὲ αὐτοῦ κατὰ τὴν Ῥώμην μεστὰ ἦν σπουδῆς πάντα, καὶ (...)
  • 23 Amato E., Favorinos I, op. cit., p. 10 et n. 27.
  • 24 Beall S. M., « “Homo fandi dulcissimus”: the Role of Favorinus in the ‘Attic Nights’ of Aulus Gell (...)
  • 25 Holford-strevens L., Aulus Gellius, op. cit., p. 118-129 (« Favorinus the Latinist »).

3Le portrait que Favorinos brosse de lui-même est bien celui d’un Grec18. Dans son Discours corinthien19, il se présente comme ἄριστος Ἑλλήνων et il se compare à l’ambassadeur de Lucanie que Syracuse honorait du don d’un talent d’argent et d’une statue, parce qu’il était capable de parler le dialecte dorien. Il fut le maître de Romains hellénisés, Hérode Atticus, Fronton et Aulu-Gelle, et avait à Rome une très grande bibliothèque, qu’il légua à Hérode Atticus. Il bénéficia de la protection d’Hadrien20, empereur philhellène par excellence, qui l’envoya toutefois en exil en 130 pour des raisons peu claires, exil dont il fut rappelé à Rome par Antonin le Pieux avec les honneurs21. Favorinos bénéficiait d’une situation sociale très confortable. Il était très riche et, selon une indication donnée par le Discours corinthien, il appartenait à l’ordre équestre. À Rome, son public était composé de personnes qui ne comprenaient pas le grec, mais qui aimaient écouter les sonorités de sa voix mélodieuse et étaient séduites par le rythme de son discours22. Favorinos n’était pas seulement fier de connaître la langue grecque. Dans le Discours corinthien, dans lequel il réprimande les Corinthiens pour avoir déplacé une statue qui le commémore, prenant la voix de la statue, il dit s’enorgueillir aussi de posséder οὐδὲ τὴν φωνὴν μόνον ἀλλὰ καὶ τὴν γνώμην καὶ τὴν δίαιταν καὶ τὸ σχῆμα τῶν Ἑλλήνων (25), ce qui peut se rapporter au comportement éthique ou à l’imitation stylistique de modèles littéraires. Ces caractéristiques font qu’il ressemble à un Grec, mais aussi qu’il est un Grec : Ἕλληνι δοκεῖν τε καὶ εἶναι (25). La présentation de Favorinos par lui-même est donc exclusivement grecque23. Aulu-Gelle, qui fut son élève, permet de la nuancer quelque peu. Il nous donne l’image d’un homo fandi dulcissimus (XVI. 3. 1)24. Si nous n’avions pas conservé les Nuits Attiques, nous n’aurions pour ainsi dire aucune trace du latin de Favorinos. Plusieurs passages d’Aulu-Gelle nous présentent un Favorinos bilingue. Aulu-Gelle, qui lui réserve une place de choix puisqu’il apparaît au début de sept des vingt livres et dans trente-trois chapitres (cent treize citations de Favorinos, qualifié de philosophus), souligne à maintes reprises la culture encyclopédique de son maître et son intérêt pour la langue et la littérature latines25. J’en citerai cinq :

III. 19. 1 [= T 32 Barigazzi = T XXVI Amato] : lors de la cena chez Favorinos, on lisait toute sorte d’œuvres, en grec et en latin, comme le De origine uerborum et uocabulorum de Gavius Bassus, œuvre étymologique écrite par un grammairien latin de la fin du Ier siècle av. J.-C.

XIII. 25 [= T 39 Barigazzi = T XXXII Amato] : Aulu-Gelle met dans la bouche de Favorinos une longue dissertation grammaticale sur le sens de manubiae, peut-être inspirée de Probus, riche en citations grecques (Aristophane, Homère), mais aussi latines (Cicéron, Caton). Favorinos affirme son choix pour la langue et la culture grecques, mais fait aussi montre de sa compétence en latin.

  • 26 Fögen Th., Patrii sermonis egestas. Einstellungen lateinischer Autoren zu ihrer Muttersprache. Ein (...)
  • 27 Un développement identique se trouve dans le De mundo (13-14) d’Apulée [= F 154A Amato], où l’on t (...)

XVI. 3 (= T 41 Barigazzi = T XXXIV Amato) : Favorinos était allé voir un malade et il avait beaucoup parlé en grec avec les médecins qui étaient là en rappelant les enseignements d’Érasistrate, médecin et physicien d’Alexandrie, de l’époque de Ptolémée Lagos. Favorinos était très attentif à la sélection du lexique (VIII. 2 [= T XXIX Amato]) et à la clarification sur l’origine des vocables utilisés habituellement. Les équivalents entre les mots grecs et latins étaient une de ses spécialités, comme le montrent le long développement sur les dénominations des couleurs en grec et en latin (II. 26. 1-22 [= T 28 Barigazzi = T XXIII Amato])26, notamment le genre de la couleur sporadix, et celui sur le nom des vents27 (II. 22. 1-25 [= T 27 Barigazzi = F 154 Amato]).

  • 28 Du côté des réminiscences littéraires, il faut aussi mentionner le Catilina de Salluste (11.3), qu (...)

XVII. 10. 1-16 [= T 42 Barigazzi = T XXXV Amato] : Favorinos exprime un jugement sévère sur la description de l’Etna en éruption que l’on trouve dans l’Énéide (III. 570-577) la considérant comme incomplète et moins artistique que le modèle, qui est Pindare. Une citation de Virgile par Favorinos apparaît encore dans un passage où le philosophe s’adresse à une femme noble pour l’inviter à allaiter ses enfants plutôt que de les confier à une nourrice (XII. 1. 20 [= T 38 Barigazzi = T XXII Amato]). Favorinos cite le vers 367 du livre quatre de l’Énéide, inspiré d’Homère, Iliade, XVI. 33-3528.

  • 29 On peut aussi citer la discussion autour du sens du mot penus (Gel., IV. 1. 2 [= T 33 Barigazzi = (...)

XVIII. 7. 1 [= T 45 Barigazzi = F 159 Amato] : il est question de la rencontre par hasard avec un grammairien inconnu par ailleurs appelé Domitius, qui était surnommé insanus, « le fou », à cause de la nature chagrine et intraitable de son caractère. Il posa à ce grammairien une question sur un équivalent latin : contiones est-il bien l’équivalent du grec δημηγορίας ? Contio a une acception technique et étymologique (« réunion »), mais signifie aussi par métonymie « discours (prononcé devant les assemblées) ». Favorinos s’informe sur les correspondances lexicales exactes entre le grec et le latin pour s’exprimer dans cette dernière langue de façon aussi précise que possible29.

4Ces cinq passages d’Aulu-Gelle montrent à suffisance que Favorinos avait des connaissances encyclopédiques et qu’il était capable de parler de médecine, d’histoire, de lexicographie, d’étymologie, de grammaire, de critique littéraire en utilisant aussi bien le grec que le latin, selon les circonstances et les nécessités. Le contexte et le public étaient déterminants pour le choix de la langue. Avec les médecins, il est naturel d’utiliser le grec. Les sujets littéraires, en revanche, s’accommodent plus facilement des deux langues. Les questions de lexicographie latine se traitent bien entendu en latin. Les conceptions de Favorinos ont influencé Aulu-Gelle, qui partage à maintes reprises l’idée qu’il est impossible de reproduire en latin les caractéristiques formelles des auteurs grecs. Toutefois, la préférence de Favorinos pour le grec ne remet pas en cause son bilinguisme. En III. 16. 17 (= T 31 Barigazzi = F 155 Amato), dans le cadre d’une réflexion sur la durée de la grossesse, Favorinos explique comment l’expression περιπλομένου ἐνιαυτοῦ, qui, dans l’Odyssée (XI. 248), indique le moment de l’enfantement, correspond non pas à confecto anno, mais à adfecto anno.

Le bilinguisme dans l’Empire

  • 30 V. 36.
  • 31 Bérenger-Badel A., « Formation et compétences des gouverneurs de province dans l’Empire romain », (...)
  • 32 Juv., 3.60-64 : non possum ferre, Quirites, Graecam urbem. / quamuis quota portio faecis Achaei ? / (...)
  • 33 IV. 3.
  • 34 1. 5. Voir Bowie E., « Hadrian and Greek Poetry », E. N. Ostenfeld (éd.), Greek Romans and Roman G (...)
  • 35 Sur la position des Grecs vis-à-vis du latin et de la littérature latine, on verra la mise au poin (...)
  • 36 Dem., 2.2. Voir Strobach A., Plutarch und die Sprachen, Stuttgart, Franz Steiner, 1997, p. 33-39, e (...)
  • 37 F 1 Melber.
  • 38 Dubuisson M., « Le latin des historiens grecs », Les études classiques, 48, 1979, p. 89-106.
  • 39 Sur les traductions en grec d’œuvres latines, Reichmann V., Römische Literatur in griechischer Übe (...)
  • 40 Z 73 Adler.
  • 41 Funari R., « Glosse greche di PSI I 110 e l’antica traduzione dei ‘Bella’ di Sallustio », Studi di (...)
  • 42 IV. 45 ; V. 191. On verrA Canfora L., « Fonti latine e uso del latino in Appiano », Filellenismo e (...)
  • 43 6. 2 et 10. 1 (cf. Roos A. C. [éd.], Flavi Arriani quae extant omnia, II. Scripta minora et fragme (...)
  • 44 Baldwin B., « Dio Cassius and John Malalas: two readings of Virgil », Emerita, 55, 1987, p. 85-86.
  • 45 À l’époque d’Hadrien, un poète traduit Ménandre : Marcus Pomponius Bassulus, comme nous l’apprend (...)

5Dans la Vie d’Apollonios de Tyane30, Philostrate donne un témoignage éclairant sur le bilinguisme à l’époque de Vespasien. Quand Apollonios vivait dans le Péloponnèse, raconte le biographe, l’Achaïe était administrée par un gouverneur qui ne connaissait pas le grec et qui de ce fait se laissait berner par ses subordonnés, car il devait recourir à des interprètes31. Vespasien, qui rencontra Apollonios en 69 à Alexandrie (rencontre sans doute fictive), fut informé du problème. Le philosophe lui donna donc comme conseil de bon sens d’envoyer dans les provinces de langue grecque des gouverneurs connaissant le grec et l’inverse pour les provinces latinophones : […] ἑλληνίζοντας μὲν Ἑλληνικῶν ἄρχειν, ῥωμαΐζοντας δὲ ὁμογλώττων καὶ ξυμφώνων. Si le passage de Philostrate peut indiquer qu’il existait à Rome, durant la seconde moitié du IIe siècle, des membres de la classe sénatoriale ignorant le grec, plusieurs textes montrent que le grec est fort répandu à Rome à cette époque. Juvénal parle de Rome comme d’une Graeca urbs stigmatisant l’invasion d’hellénophones dans la ville – en réalité des Syriens, dont la langue est évidemment le grec32. Vers la même époque, Pline le Jeune témoigne son admiration pour son ami Arrius Antoninus, qui a écrit des poésies grecques, ou plutôt attiques33. L’épistolier se plaît à souligner la pureté de sa langue. Ce jugement témoigne du développement à Rome d’un courant philhellène, surtout à partir du règne d’Hadrien, dont la passion pour les studia Graeca est rappelée au début de la biographie de l’Histoire Auguste34. Si nous tournons notre regard vers la partie orientale, nous voyons que le IIe siècle a été particulièrement riche en œuvres écrites en grec, par des Grecs, sur des sujets romains35. Le siècle s’ouvre avec Plutarque et se termine par Dion Cassius. Se pose ainsi la question de savoir quelle connaissance du latin avaient ces auteurs. On a longtemps pensé que la maîtrise de la langue des Romains était pour un Grec une exception. En réalité, plus d’intellectuels grecs connaissent le latin qu’il n’y paraît, même s’ils sont peu nombreux à avouer explicitement cette connaissance. Plutarque dit avoir étudié le latin de façon purement pratique36. Le passage où il fait cet aveu n’est pas simple à interpréter. Plutarque dit avoir commencé à lire la littérature latine à un âge avancé et ne pas être familier avec les « fioritures » de la langue latine. Certes, le biographe de Chéronée fait des erreurs de latin, et certains philologues se sont plu à lui reprocher ses déficiences dans la langue des Romains. Ces erreurs trahissent toutefois une certaine bonne foi. Plus tard, Dion Cassius affirme avoir lu presque tout ce qui a été écrit sur l’histoire des Romains37. Il ne pouvait guère le faire sans une connaissance du latin. Je ne m’attarderai pas sur la question très complexe de l’utilisation directe de sources latines de la part des historiens grecs38. Sans doute existait-il des traductions grecques d’ouvrages historiques latins39. Une notice de la Souda40 dit qu’un certain Zénobios (PIR² Z 7), un sophiste qui enseignait à Rome à l’époque d’Hadrien, avait traduit en grec les Histoires de Salluste. Il s’agissait probablement d’un exercice scolaire, même si on peut imaginer que cette traduction ait circulé dans la Pars Orientis, comme pourrait le laisser penser un papyrus de Salluste avec des gloses grecques (PSI I 110 [MP ³ 2932])41. Certains historiens grecs traduisent directement du latin, comme Appien42, qui fut l’ami de Fronton. D’autres vont même plus loin : ils rédigent en latin. Arrien (Flavius Arrianus), grâce à qui nous avons les Entretiens d’Épictète, aurait rédigé en latin un rapport envoyé à Hadrien vers 130 sur son activité comme gouverneur de Cappadoce. Le témoignage du Périple du Pont-Euxin, qui parle de Ῥωμαϊκὰ γράμματα43, n’est toutefois pas tout à fait explicite à ce sujet. S’il s’agit bien d’un rapport officiel, l’utilisation du latin est tout à fait plausible, car Arrien se conforme à l’usage selon lequel un gouverneur s’adresse à l’empereur en latin, langue officielle, comme le fait Pline le Jeune lorsqu’il écrit à Trajan depuis le Pont-Bithynie. On objectera sans doute que l’on trouve peu de citations d’auteurs latins chez les historiens grecs, alors que leurs homologues latins citent abondamment les auteurs grecs. Plutarque (Cicéron, 51 [Comparaison de Démosthène et de Cicéron, 2]) cite en grec et en prose un vers de Cicéron (De consulatu suo, VI Soubiran : cedant arma togae ; concedat laurea linguae / laudi) et Dion Cassius (LXXV. 10. 2) trois vers de Virgile (En., XI. 371-373) en grec44. Quel contraste avec le nombre de traductions du grec45 et de citations en grec chez les auteurs latins de cette époque : Aulu-Gelle, Fronton et Apulée.

  • 46 Swain S., The three Faces of Lucian, Lucian of Samosata Vivus et Redivivus, Londres – Turin, The W (...)
  • 47 Hansen D. U., How Do Lexica Fit into a Work of Fiction, R. Ferri (éd.), The Latin of Roman Lexicog (...)
  • 48 Oudot E., « ‘Dresser un trophée sans verser le sang’ : Athènes dans la rhétorique du iie siècle – (...)
  • 49 Rodríguez-Noriega Guillén L., « Greek and Latin in the late second and early third centuries CE: A (...)
  • 50 Philostr., VS, 624: Αἰλιανὸς δὲ Ῥωμαῖος μὲν ἦν, ἠττίκιζε δέ, ὥσπερ οἱ ἐν τῇ μεσογείᾳ Ἀθηναῖοι.
  • 51 Torres Guerra J. B., « Vtraque lingua. Autores romanos con obra en griego », E. Calderón Dorda, A.(...)

6Une autre image se dégage si l’on se tourne vers des personnalités littéraires qui appartiennent au courant de la Seconde Sophistique. À l’exception de Lucien, qui maîtrisait sans doute le latin46, et d’Athénée de Naucratis, qui, tout en n’étant pas un puriste lui-même – il accepte les latinismes, pose la question du purisme, à travers la figure d’Ulpien47, ces auteurs restent confinés dans les limites de l’hellénisme, comme le faisaient les Grecs de l’époque classique, pour qui la connaissance du grec était bien suffisante. Nous le voyons chez Aelius Aristide, qui ignorait sans doute le latin48. On chercherait en vain dans son Éloge de Rome, prononcé en 144 ou 155, le moindre latinisme. C’est à peine si l’on trouve chez le rhéteur de Mysie une allusion au passé romain. Que dire d’Élien de Préneste (170-230 [PIR² C 631])49, qui écrivit en Attique comme les citoyens du centre de l’Attique, dit Philostrate50, sans jamais avoir quitté le Latium ? Son grec est tellement pur que les spécialistes ont eu du mal à y trouver des interférences du latin. Avant lui, le philosophe stoïcien Cornutus (PIR² A 450), originaire de Leptis, en Afrique, qui eut comme élèves Perse et Lucain, se servit du grec pour ses écrits philosophiques, selon la tradition de l’École stoïcienne51.

Un enseignement de langue latine à l’Est

  • 52 Marrou H.-I., Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Paris, Le Seuil, 19656, p. 374-388.
  • 53 Nesselrath H.-G., « Latein in der griechischen Bildung? Eine Spurensuche vom 2. Jh. v. Chr. bis zu (...)
  • 54 Dickey E., The Colloquia of the Hermeneumata Pseudodositheana, I : Colloquia Monacensia-Einsidlens (...)
  • 55 VIII. 10: Qualis mihi fuerit in oppido Eleusino disceptatio cum grammatico quodam praestigioso tem (...)
  • 56 CIL III 406 (Thyatire) = IGRR IV 1280 (cf. Agusta-Boularot S., « Les références épigraphiques », ar (...)

7On connaît bien l’importance du grec dans l’enseignement à Rome52. Quintilien recommande que les enfants commencent leurs études par le grec (I. 1. 11 : a sermone Graeco…). En revanche, la présence de maîtres et d’écoles de langue latine dans la partie hellénophone de l’Empire est moins bien documentée, en tout cas pour le Haut-Empire53. Les témoignages ne sont pas légion. Les Hermeneumata Pseudodositheana, utilisés surtout à la basse époque, remonteraient à un ancêtre qui daterait du début de l’Empire. De cet archétype nous ne pouvons toutefois nous faire qu’une idée très vague54. Nous avons bien un chapitre des Nuits Attiques (VIII. 10), où il est question d’une controverse qui eut lieu in oppido Eleusino… cum grammatico quodam praestigioso55. Rien ne permet toutefois d’affirmer que le débat ait concerné des faits touchant la langue latine, sinon un argument e silentio, toujours délicat. Aulu-Gelle n’aborde jamais des questions linguistiques ou grammaticales relatives à la langue grecque. Une inscription bilingue sans date, mais probablement d’époque impériale (CIL III 406), mentionne un Οὐαλέριος γραμματικὸς ʽΡωμαϊκός, c’est-à-dire un grammaticus Latinus, présent à Thyatire en Lydie56. Il s’agit bien d’un homme d’origine et de langue grecques qui enseigne le latin, comme c’est le cas d’Athénadès à Marseille mentionné précédemment. On ne connaît toutefois rien du rôle de ce Valérius. Tout au plus peut-on supposer que son enseignement se plaçait dans la sphère privée d’une familia. Valérius aurait été magister Litterarum Romanarum, dans une ville hellénophone, pour les enfants d’une famille romanisée et cultivée qui revendique une double identité. L’un des enfants porte un cognomen grec, Xénon, et l’auteur un cognomen latin, Primus, et l’inscription est bilingue. Est-ce suffisant pour parler d’un enseignement du latin dans la Pars Orientis ?

  • 57 XIX. 9 : Tum Graeci plusculi, qui in eo conuiuio erant, homines amoeni et nostras quoque litteras (...)
  • 58 Aulu-Gelle raconte encore (XVII.20) que, lorsqu’il suivait à Athènes les leçons de philosophie de (...)
  • 59 Quint., X. 5.2 : Vertere Graeca in Latinum ueteres nostri oratores optimum iudicabant.
  • 60 Plin., Ep., VII. 9.2 : Vtile in primis, et multi praecipiunt, uel ex Graeco in Latinum uel ex Lati (...)

8Les Nuits Attiques d’Aulu-Gelle peuvent à nouveau nous éclairer sur la position respective de la culture latine et de la culture grecque, forte d’une certaine supériorité. Dans le livre XIX, le chapitre 957 met en scène le professeur de rhétorique d’origine espagnole Antonius Julianus (PIR² A 672). Durant un repas organisé aux environs de Rome par un jeune de rang équestre revenant de Grèce, ce personnage doit défendre la poésie élégiaque romaine de l’accusation d’être pauvre et de moindre qualité que la poésie grecque correspondante. L’épisode n’a toutefois qu’une portée limitée. Il peut certes nous informer sur le fait que, dans les écoles grecques, où se rendaient les jeunes Romains pour se perfectionner, on faisait une comparaison entre la littérature grecque et la littérature latine, jugée en général inférieure. Rien ne prouve toutefois que l’on étudiait les auteurs latins dans les écoles grecques58, comme on le faisait à Rome pour les textes grecs. Aulu-Gelle atteste que, à l’époque des Antonins, il était habituel dans les écoles romaines de rhétorique que l’on étudie des auteurs grecs. Cet auteur (II. 27) a conservé le souvenir du premier professeur public de rhétorique à Rome, sous le règne d’Hadrien, Titus Castricius (PIR² C 451), qui proposait à ses élèves une comparaison d’un passage du De corona de Démosthène avec un extrait des Histoires de Salluste. Recommandée par Quintilien, l’étude de modèles grecs par les orateurs ou rhéteurs latins n’était pas une nouveauté. On pratiquait aussi la traduction du grec en latin et du latin en grec, préconisée comme un exercice salutaire par Quintilien59 et Pline le Jeune60.

Les contemporains bilingues : Hérode Atticus, Fronton, Apulée

  • 61 LXIX. 3. 1 (= Xiph., 243, 15-25 et Exc. Val., 293b [III, p. 224 Boissevain]). Voir aussi Jean d’An (...)
  • 62 Page D. L., Further Greek Epigrams: Epigrams before A. D. 50 from the Greek Anthology and other So (...)
  • 63 Dubuisson M., « Vtraque lingua », L’Antiquité classique, 50, 1981, p. 274-286.
  • 64 Dubuisson M., « Vtraque lingua », art. cit., p. 281.

9Au IIe siècle, les personnages bilingues ne manquent pas, à commencer par les orateurs. À tout seigneur, tout honneur : une maîtrise égale des deux langues est reconnue à l’empereur Hadrien lui-même par Dion Cassius : φύσει δὲ φιλόλογος ἐν ἑκατέρᾳ τῇ γλώσσῃ61. Nous avons conservé quelques fragments des discours d’Hadrien en latin. De la production grecque de l’empereur, nous n’avons plus que quelques épigrammes, qui montrent une profonde connaissance de la littérature grecque62. Photios (Bibl. cod. 100 [II, p. 70 Henry]) lisait encore à son époque des Déclamations d’Hadrien, rédigées sans doute en grec. Comme exemples d’orateurs bilingues, on peut citer Marcus Postumius Festus (PIR² P 660), qui apparaît chez Aulu-Gelle et est aussi évoqué par Fronton dans une lettre aux tresviri et aux décurions de Cyrte, sans doute entre 157 et 161. Une inscription de Rome (CIL VI 1416) mentionne la double compétence linguistique de cet orateur : [M. Pos]tumium Fes[tum] oratorem utraque facundia […]. L’expression utraque facundia, qui rappelle la formule bien connue utraque lingua63, ne peut évoquer autre chose que la capacité de cet orateur à déclamer tant en grec qu’en latin64.

10Lorsqu’Aulu-Gelle décrit les milieux gréco-latins présents en territoire hellénophone, il met en avant les traits grecs. Ainsi en est-il à propos d’Hérode Atticus (Ti. Claudius Atticus Herodes [PIR² C 655]), qui mourut en 177. Dans le premier livre des Nuits Attiques (I. 2. 1), un épisode a pour théâtre la villa de ce richissime athénien. Un jeune philosophe stoïcien porte un jugement sévère sur les Grecs et les Latins les trouvant tous rudes et agrestes. Hérode Atticus est dit uir et Graeca facundia et consulari honore praeditus. L’expression est très intéressante : pour le versant grec, le personnage est défini d’un point de vue culturel, tandis que, pour le côté latin, il est présenté d’un point de vue politique. Aulu-Gelle signale la dignitas d’Hérode Atticus et son éloquence grecque, même lorsque ses hôtes sont des Latins. En I. 2. 6, Aulu-Gelle dit explicitement qu’Hérode Atticus parle grec (tum Herodes Graeca, uti plurimus ei mos fuit, oratione utens, […] inquit), mais il a le souci, par l’incise uti plurimus ei mos fuit, de laisser place au latin, même si elle est réduite. Il reconnaît ainsi implicitement son bilinguisme.

  • 65 Levi M. A., « La pedagogia ‘di corte’ di Frontone e la priorità del latino », Filellenismo e tradi (...)
  • 66 Fleury P., Lectures de Fronton. Un rhéteur latin à l’époque de la Seconde Sophistique, Paris, Les (...)
  • 67 24, 9 VdH².

11Le polygraphe introduit une autre personnalité importante de cette époque, bilingue elle aussi, de façon inverse en insistant sur le versant latin : M. Cornelius Fronto, le maître de Marc Aurèle, qui est de la génération antérieure à Aulu-Gelle et est au centre de l’action dans cinq chapitres des Nuits Attiques. Originaire de Cyrte, en Afrique, célèbre avocat, orateur et écrivain, auteur d’une correspondance avec les empereurs Marc Aurèle et Verus, dont il fut le précepteur, ainsi qu’Antonin, Fronton est à l’origine d’un courant linguistique et littéraire puriste et archaïsant. Il mettait volontiers en opposition la langue grecque et la langue latine, la philosophie et la rhétorique. Aulu-Gelle le présente comme le champion d’une sorte de nationalisme linguistique qui entend réagir, comme l’avait déjà fait Cicéron, à l’idée que, dans tous les domaines, le latin dispose de ressources inférieures au grec65. Bref, pour reprendre une phrase de Pascale Fleury : « les écrits de Fronton deviennent une source nécessaire pour comprendre l’interaction des deux sphères culturelles, latine et grecque66 ». Fronton n’oublie toutefois pas ses origines africaines, puisque, dans une lettre écrite en grec à la mère de Marc Aurèle, il se dit Λίβυς67.

  • 68 Amato E., Favorinos I, op. cit., p. 19-29.
  • 69 Garcea A. & Lomanto V., « Gellius and Fronto on Loanwords and Literary Models. Their Evaluation of (...)
  • 70 On lit en présence de Fronton le livre XIII des Annales de Claudius Quadrigarius et on commente l’ (...)

12Très représentatif est l’épisode où il est question des termes désignant les couleurs68. Devant un cercle habituel de uiri docti, Favorinos, qui était venu rendre visite à Fronton pedibus aegrum, intervient pour soutenir l’idée de la plus grande richesse du grec, tandis que Fronton, présenté par Aulu-Gelle comme un fin connaisseur de la littérature latine et un champion de la langue de Rome, prend la défense du latin. Au terme du débat, Favorinos, en qui Fronton reconnaît un partisan de la langue grecque, doit s’avouer vaincu et donner raison à son adversaire. Un autre passage est éclairant par contraste. Le chapitre 13 du livre XIX présente une discussion sur la question de savoir si le mot nanus est latin ou non (sordidum… uerbum et barbarum)69. À cette discussion, qui sert à meubler l’attente de la salutatio Caesaris, prennent part Fronton, un grammairien latin qui est son ami, Sulpicius Apollinaris (PIR² S 707), Marcus Postumius Festus, en présence d’Aulu-Gelle lui-même et de quidam alii non identifiés. Fronton, qui fait une leçon de latin à des latinophones et s’appuie sur l’autorité des libri ueterum, préfère pumilio, qui est attesté dans les ouvrages des auteurs archaïques. Le grammairien Sulpicius Apollinaris, qui oppose Graecum à barbarum dans le cadre des peregrina uerba, affirme l’origine grecque de ce mot et ajoute que, pour le rendre latin, il aurait suffi qu’il soit utilisé par Fronton : fuisset autem uerbum hoc a te ciuitate donatum aut in Latinam coloniam deductum, si tu eo uti dignatus fores […]. Autour de Fronton gravitent des spécialistes du latin : durant une visite de courtoise qui lui est rendue alors qu’il souffre de la goutte, un grammairien qui n’est pas nommé et le poète Julius Celsinus Numida (PIR² I 172) discutent, en présence d’Aulu-Gelle, du sens de praeterpropter (XIX. 10)70.

  • 71 Champlin E., Fronto and Antonine Rome, Harvard – Cambridge – Londres, Harvard University Press, 19 (...)
  • 72 36-39 VdH².
  • 73 Ameling W., Herodes Atticus, II: Inschriftenkatalog, Hildesheim – Zurich – New York, Georg Olms Ve (...)
  • 74 V. Max., II. 2.2.
  • 75 Kaimio J., The Romans, op. cit., p. 132-135.

13Le contraste entre Hérode Atticus et Fronton se manifeste fort bien à travers le différend qui opposa les deux personnages, sans doute vers 14071, sur lequel les renseignements sont fournis par deux lettres et un billet de Fronton à Marc Aurèle ainsi que deux lettres de Marc Aurèle à Fronton72. Beaucoup de points restent obscurs, car tout est allusif73. Il s’agit toutefois d’un procès public. Hérode Atticus est dit aduersarius tuus. Il paraît toutefois assuré qu’il a dû parler avant Fronton, mais personne ne semble s’être posé la question de savoir en quelle langue. L’usage du grec au Sénat fut admis jusqu’à la fin de la République74, mais, pour les procès, l’utilisation du latin semble avoir été la norme, même si des doutes subsistent75. Il est donc vraisemblable que Fronton et Hérode Atticus aient prononcé leur discours en latin. On peut en conclure qu’Hérode Atticus était bilingue, ce qui est étayé par le cursus honorum parcouru par ce personnage, qui fut consul ordinaire en 143. On peut ainsi mieux comprendre la remarque incidente d’Aulu-Gelle mentionnée plus haut : tum Herodes Graeca, uti plurimus ei mos fuit, oratione utens, […] inquit. Si l’interprétation de cette phrase est correcte, l’habitude d’Hérode Atticus était de s’exprimer en grec, mais il lui arrivait aussi (plus rarement) d’utiliser le latin.

  • 76 Harrison S. J., Apuleius. A Latin Sophist, Oxford, University Press, 2000, p. 1-38.
  • 77 Sandy G., The Greek World of Apuleius. Apuleius and the Second Sophistic, Leyde, Brill, 1997, p. 9 (...)
  • 78 4. 1 (accusamus apud te philosophum formosum et tan Graece que Latine disertissimum), 36, 6 (praes (...)
  • 79 18. 16 (uox mea utraque lingua iam uestris auribus […] probe cognita), 18. 38-39 (eius dei hymnum (...)
  • 80 C. D., VIII. 12 : in utraque autem lingua, id est Graeca et Latina, Apuleius Afer extitit Platonicu (...)
  • 81 Apol., 24.

14Un autre personnage peut être compté parmi les auteurs qui peuvent se targuer d’une maîtrise du grec et du latin : Apulée de Madaure76. Africain comme Fronton, mais n’appartenant probablement pas au cercle d’intellectuels fréquentés par Aulu-Gelle, Apulée semble se faire une gloire d’appartenir aux utriusque linguae eruditi77. Il souligne, en effet, à maintes reprises qu’il maîtrise aussi bien le grec que le latin, principalement dans l’Apologie, où l’on ne trouve pas moins de cinq mention du bilinguisme78, mais aussi dans les Florides79. Si besoin était, saint Augustin confirme les compétences linguistiques de son compatriote, dont il admirait beaucoup l’œuvre80. De plus, Apulée ne néglige pas la culture locale, puisqu’il se présente à son public de Sabathra comme seminumida et semigaetulus81.

  • 82 C’est du moins l’interprétation donnée par Dubuisson M., « Art de la voltige et ‘code-switching’ ((...)
  • 83 Beaujeu J., Apulée. Opuscules philosophiques et fragments, Paris, Les Belles Lettres, 1973, p. 5-7 (...)
  • 84 Hunink V., « The Prologue of Apuleius De deo Socratis », Mnemosyne, 48, 1995, p. 292-312, qui défe (...)

15Apulée s’enorgueillissait de sa capacité à passer sans difficulté d’une langue à l’autre tel un virtuose, comme le fait le narrateur des Métamorphoses qui évoque, dans la préface, l’art de la voltige (desultoria scientia), c’est-à-dire le passage d’une langue à l’autre82. Le fragment 5 des Florides83, que certains spécialistes rattachent au De deo Socratis, dont il serait le dernier fragment du prologue84, est d’un grand intérêt.

Fl. F 5 Beaujeu : Iamdudum scio quid hoc significatu flagitetis : ut cetera Latine materiae persequamur. Nam et in principio uobis diuersa tendentibus ita memini polliceri, ut neutra pars uestrum, nec qui Graece nec qui Latine petebatis, dictionis huius expertes abiretis. Quapropter, si ita uidetur, satis oratio nostra atticissauerit ; tempus est in Latium demigrare de Graecia ; nam et quaestionis huius ferme media tenemus, ut, quantum mea opinio est, pars ista posterior, prae illa Graeca quae anteuertit, nec argumentis sit effetior nec sententiis rarior nec exemplis pauperior nec oratione defectior.

  • 85 Traduction J. Beaujeu.

Je sais depuis longtemps ce que réclament ces manifestations : vous voulez que je poursuive en latin le reste de la question. En effet, en commençant, comme vous étiez d’avis opposés, je me rappelle avoir promis qu’aucun des deux partis, ni ceux qui me demandaient de parler en grec, ni ceux qui préféraient le latin, ne s’en irait sans avoir eu sa part de mon propos. Ainsi donc, si vous le voulez bien, assez parlé athénien ; il est temps de nous transporter de Grèce dans le Latium. Car nous voici arrivés à peu près au milieu de notre sujet, et, autant que j’en puisse juger, cette seconde partie ne doit être, par rapport à la précédente en langue grecque, ni moins riche en arguments, ni moins foisonnante d’idées, ni plus pauvre en exemples, ni plus faible quant à l’expression85.

  • 86 Sandy G., The Greek World of Apuleius, op. cit., p. 192-196; Harrison S. J., Apuleius, op. cit., p (...)
  • 87 Harrison S. J., Apuleius, op. cit., p. 1-38.
  • 88 Florides, 18. 41-43: quibus cum sit summa concordia, tamen haec sola aemulatio et in hoc unum cert (...)
  • 89 Hutchinson G. O., Greek to Latin, op. cit., p. 139 et 155.
  • 90 Oxford Latin Dictionary, s.v. Asclepius (p. 181).

16Le statut de ce passage est très controversé86. Il s’agirait d’un texte qui assure la transition à la fin de l’œuvre grecque ou, selon V. Hunink87, de la partie finale d’un prologue unitaire se terminant en une prolocutio qui introduit la partie latine du discours. Quoi qu’il en soit, du point du vue du bilinguisme, ce texte peut être rapproché de Fl., 1888, où Apulée dit avoir composé un hymne à Esculape utraque lingua89. Le nom du dieu y apparaît sous sa forme latine (Aesculapius) plutôt que grecque (Asclepius), pourtant courante à partir de Stace et bien attestée dans les inscriptions90. L’auteur poursuit en disant dialogum similiter Graecum et Latinum praetexui, dialogue dans lequel les personnages, qui sont des contemporains bien connus des auditeurs d’Apulée, s’expriment l’un, Julius Persius, en grec, et l’autre, Sabidius Severus, en latin.

  • 91 Paul-Festus glose (26, 7 Lindsay): Attice loqui. Sur ce verbe, Leuman M., « Griechische Verben auf (...)
  • 92 Apol., 98.
  • 93 Sandy G., The Greek World of Apuleius, op. cit., p. 233-242.
  • 94 Der Stil des Apuleius von Madaura. Ein Beitrag zur Stilistik des spätlateins, Stuttgart, Verlag vo (...)

17Un point commun unit les deux passages d’Apulée : l’emploi du verbe rare atticissare, utilisé par Plaute (Men., 12 « être attique »), qui ne signifie pas « parler grec », mais « parler le dialecte attique, parler comme un Athénien91 ». Dans le chef de l’écrivain de Madaure, la volonté de purisme est manifeste, puisque, dans l’Apologie, il utilise le terme banal graecissare pour dire « parler grec92 ». On peut en déduire que, dans les parties perdues, Apulée s’est efforcé d’utiliser la langue grecque la plus pure, selon l’usage propre aux orateurs de la Seconde Sophistique, choix conforme à la pureté de la langue latine employée pour la partie latine. Les Florides sont composés dans une langue latine exempte de tout mot grec et de tout hellénisme, alors que, dans l’Apologie, discours judiciaire, relevant donc d’un autre genre, l’usage du grec est bien présent. Dans les Métamorphoses, un « roman » qui repose probablement sur un modèle grec93, curieusement l’usage du grec n’est pas très répandu. Max Bernhard, qui a relevé les emprunts au grec employés par Apulée dans cet ouvrage94, arrive à la conclusion que la plupart des mots grecs présents dans les Métamorphoses se trouvent déjà dans la langue latine pré-classique ou chez les poètes augustéens. Seuls les livres 10 et 11 présentent une plus haute fréquence de mots grecs, ce qui est lié à la thématique de ces livres. En revanche, dans le De deo Socratis, dont le sujet est pourtant grec, on ne relève pas le moindre mot grec. Toutes les sources platoniciennes sont traduites et les citations sont toutes empruntées aux auteurs latins (Ennius, Plaute, Térence, Accius, Lucrèce et Virgile). On y trouve bien (11) un vers d’Homère (Il., I. 198), mais il est traduit en latin et introduit par la formule : Versum Graecum, si paulisper opperiamini, Latine enuntiabo. Ce souci de purisme n’est pas sans rappeler celui qui anime Favorinos, attesté par lui-même (Discours corinthien, 26 : ὅτι ἀττικίζει τῇ φωνῇ), souci qui lui valut l’honneur d’une statue à Athènes.

18Outre le bilinguisme et le purisme, le point commun entre Apulée et Favorinos est le rapprochement entre rhétorique et philosophie, qui a été un objet de critique pour les adversaires d’Apulée lors du procès de 158, comme on le voit au début du discours (Apol., 4.1) : Audisti ergo paulo prius in principio accusationis ita dici : ‘accusamus apud te philosophum formonsum et tam Graece quam Latine’ pro nefas ‘disertissimum’. Nisi fallor enim, his ipsis uerbis accusationem mei ingressus est Tannonius Pudens, homo uere ille quidem non disertissimus. Le même rapprochement apparaît dans Fl., 9 (28-29), où Apulée rappelle ses écrits, parmi lesquels on compte diverses compositions poétiques et des œuvres historiques : nec non <o> rationes laudatas disertis nec non dialogos laudatos philosophis atque haec <et> alia [et] eiusdem modi tam Graece quam Latine, gemino uoto, pari studio, simili stilo. Ce qu’il faut retenir de ces deux passages d’Apulée, c’est la mise en parallèle de l’éloquence et de la philosophie, d’une part, et du bilinguisme, d’autre part. À la lumière de ces remarques, Apulée peut être considéré comme un orateur latin capable de manier la langue grecque et s’intègre donc parfaitement dans le climat culturel de son temps.

  • 95 Antoninus serait une erreur d’impression dans l’édition de Naber des lettres de Fronton.
  • 96 Quet M.-H., « Le sophiste M. Antonius Polémon de Laodicée, éminente personnalité politique de l’As (...)
  • 97 Philostr., VS, 542.
  • 98 Philostr., VS, 540.
  • 99 Fro., ad M. Caes., II. 2.5 (20, 6-8 VdH²): Pro Polemone rhetore, quem mihi tu in epistula tua prox (...)
  • 100 La datation « après 138 » est celle proposée par E. Amato (Favorinos I, op. cit., p. 71, n. 214). (...)
  • 101 Barigazzi A., « Un’orazione pronunziata a Napoli ai tempi di Adriano », Athenaeum, 39, 1951, p. 3- (...)
  • 102 II.3.
  • 103 Grimal P., « Deux figures de la Correspondance de Pline : le philosophe Euphratès et le rhéteur Isé (...)
  • 104 Fro., Amic., I.7 (176, 6-18 VdH²) et le commentaire de Van Den Hout M. P. J., A Commentary on the (...)
  • 105 Van Den Hout M. P. J., Commentary, op. cit., p. 412 (« it is impossible to identify him ») avec le(...)
  • 106 Philostr., VS, 591. Voir Champlin E., « The Chronology of Fronto », The Journal of Roman Studies, (...)
  • 107 M. P. J. Van Den Hout dit (Commentary, op. cit., p. 411): « ῥητόρων ἄριστος 176, 17 indicates Anto (...)
  • 108 Pflaum H. G., « La carrière de C. Aufidius Victorinus, condisciple de Marc Aurèle », Comptes rendu (...)
  • 109 Sur la datation de la lettre, Van den Hout M. P. J., Commentary, op. cit., p. 411.

19La situation inverse existe-t-elle ? Elle est, il faut bien l’avouer, beaucoup plus problématique. On peut évoquer deux personnages : Polémon de Laodicée (PIR² A 862) et Antoni[n]us95 Aquilas (PIR² A 792), figure moins connue et difficile à cerner. Le sophiste M. Antonius Polémon de Laodicée (88 ou 89 – 144 ou 145 ? apr. J.-C.), auteur d’un traité de physiognomonie et de deux brèves mélétai consacrées à deux guerriers morts à Marathon, fonda une école de rhétorique à Smyrne et entretint des rapports amicaux avec tous les empereurs de Trajan à Marc Aurèle96. Philostrate, qui le compare à Démosthène97, dit qu’il jouissait d’une grande considération de la part de Marc Aurèle98. Polémon n’appréciait guère Favorinos. Il éprouvait même de la haine à son égard. Dans le De physiognomonia (Scriptores Physiognomici Graeci et Latini I 160-164 Förster), il insiste sur le caractère dissolu de ses mœurs et l’accuse de pratiquer la magie et de corrompre les foules. En réalité, Polémon était jaloux des succès oratoires de ce rival, qu’il regardait avec mépris le qualifiant d’« eunuque celte ». Dans une lettre à Marc Aurèle99, Fronton pose un jugement sur le style de Polémon, que son élève qualifie, sans doute avec ironie, de « cicéronien » (Tullianus). Est-ce à dire que Polémon a déclamé en latin ? Ce serait certainement aller trop loin. Fronton répond à une lettre de Marc Aurèle (29, 19-30, 13 VdH²) envoyée de Naples durant l’été 143 dans laquelle une déclamation du rhéteur grec est critiquée parce qu’elle ressemble plus à l’usus qu’à la uoluptas (30, 5-6 VdH²). Or, la ville de Naples est restée de langue grecque, même à l’époque impériale, et c’est probablement là – ou plutôt dans une Graeca urbs de Campanie ou de Grande Grèce – que Favorinos lui-même a prononcé, après 138100, le Περὶ τύχης101. Les rhéteurs avaient l’habitude de déclamer en grec, même dans d’autres villes, comme le montre le jugement de Pline le Jeune102, qui a entendu le rhéteur Isée103, sophiste originaire d’Assyrie. Antonius Aquilas est l’objet d’une lettre de recommandation adressée par Fronton à C. Aufidius Victorinus (122-186) (PIR² A 1160)104, qui fut l’un des hommes les plus en vue des règnes de Marc Aurèle et de Commode. Antonius Aquilas est dit uir doctus et facundus, mais on a bien du mal à identifier ce personnage105. Certains savants le rapprochent du sophiste originaire de Galatie, Ἀκύλας, disciple de Chrestos à Byzance106. Dans la lettre de Fronton (176, 17 VdH²), il est dit ῥητόρων ἄριστος, ce qui pourrait faire penser qu’il est Grec107. Mais nous savons que les épistoliers latins insèrent volontiers dans leurs lettres des mots grecs ou des expressions en grec, dans la tradition cicéronienne, et que cette pratique, qui est une sorte de snobisme, ne nous éclaire en rien sur la nationalité du correspondant. En outre, la carrière provinciale d’Aufidius Victorinus est difficile à retracer et conduit uniquement vers les provinces occidentales108. Si on peut dater la lettre de Fronton de 164, ce qui n’est pas certain109, Aufidius Victorinus devrait se trouver en Germanie supérieure, où il a été legatus Augustorum pro praetore entre 162 et 165. Que ferait un rhéteur grec en Germanie ? Antonius Aquilas serait, dans ce cas, un sophiste de langue grecque à la recherche d’une chaire municipale de rhétorique latine en Germanie. Cette déduction n’est toutefois que pure spéculation. Pour ces deux orateurs, il semble donc préférable de renoncer à l’hypothèse qu’il s’agit de déclamateurs bilingues. Peut-être faut-il les considérer comme l’exception qui confirme la règle.

Conclusion

20Personne ne doute que la société romaine du IIe siècle fait une place considérable à la langue et à la culture grecques. L’auteur qui nous occupe est représentatif de ce courant, puisque, bien qu’originaire d’Arles, il semble ne rien devoir au domaine linguistique latin. Durant le IIe siècle, on passe sans grande difficulté d’un domaine linguistique à l’autre. L’exemple d’Irénée de Lyon, né en Asie mineure vers 130, est éclairant. Il passa du grec au latin une fois élu évêque de la cité gauloise. Marc Aurèle écrit ses Pensées en grec, publiées à peu près au même moment que les Nuits Attiques. Au IIe siècle, on peut légitimement parler d’une littérature gréco-latine, dans la mesure où les deux domaines linguistiques sont étroitement imbriqués l’un dans l’autre. Les quelques observations que j’ai faites, de façon bien fragmentaire, tendent à attirer l’attention sur la place importante du latin qui peut se mesurer non seulement à l’importance des sources latines pour les écrivains de langue grecque et aux latinismes présents dans la koiné d’époque impériale, mais aussi à travers la vivacité du latin dans la vie culturelle.

  • 110 Sur l’importance du bilinguisme en Afrique, Kotula T., « Vtraque lingua eruditi. Une page relative (...)
  • 111 Müller M. M., Der Übergang von der griechischen zur lateinischen Sprache in der abendlaendischen K (...)
  • 112 Hutchinson G. O., Greek to Latin, op. cit., p. 140.

21Favorinos s’intègre parfaitement dans les cercles intellectuels bilingues, composés de personnages de rang sénatorial et d’origine diverse : les provinces occidentales, l’Afrique et les provinces orientales. Ces personnages issus des élites provinciales utilisent le grec et le latin selon les circonstances et sont dotés d’une ample culture qui allie rhétorique et philosophie, deux domaines que l’on a toutefois soin de bien distinguer. L’origine africaine d’un certain nombre de ces érudits coïncide avec la promotion des provinciaux d’Afrique, où le grec était fort usité, surtout dans les villes de la côte, comme en témoignent les inscriptions. Ce mouvement aura pour point culminant la proclamation de Septime Sévère comme Auguste110. Le pape Victor, qui occupa le siège de Pierre entre 189 et 199, est le premier pape de langue latine. C’est à cette époque que le latin supplante le grec dans la liturgie, même s’il faut attendre 230 pour que la liturgie soit célébrée à Rome en latin et non en grec111. Une figure représentative est Tertullien, qui oscilla quelques temps entre le grec et le latin112.

22S’il est impossible de répondre à la question de savoir si Favorinos a écrit en latin, il ne semble faire aucun doute qu’il ait possédé une connaissance de la langue et de la littérature latines. Favorinos n’est pas une exception, pas plus qu’Apulée, sur l’autre versant. Les orateurs bilingues existent et la maîtrise des deux langues constitue même la règle. Le grec est enseigné en Occident, mais le latin l’est aussi en Orient, selon d’autres modalités. Hérode Atticus était aussi orateur de langue latine, comme Apulée pouvait aussi déclamer en grec. Il n’y a pas de raison que Favorinos ait échappé à la règle, dans la mesure où, pour les intellectuels, la culture bilingue est la norme, même si les sources – et c’est légitime – orientent certaines personnalités plutôt vers l’un ou l’autre domaine.

Notes

1 J’ai tiré grand profit des exposés suivants : Russell D. A., « Greek and Latin in Antonine Literature », D. A. Russell (éd.), Antonine Literature, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 1-17 ; Swain S., Hellenism and Empire. Language, Classicism, and Power in the Greek World, AD 50-250, Oxford, Clarendon Press, 1996; Gamberale L., « Confronti e incontri di cultura nell’età degli Antonini », Filellenismo e tradizionalismo a Roma nei primi due secoli dell’impero (Roma, 27-28 aprile 1995), Rome, Accademia Nazionale dei Lincei, 1996, p. 57-84; Swain S., « Bilingualism and Biculturalism in Antonine Rome. Apuleius, Fronto, and Gellius », L. Holford-Strevens, A. Vardi (éd.), The Worlds of Aulus Gellius, Oxford, University Press, 2004, p. 3-40; Castillo C., « La simbiosis greco-romana en el siglo II. Las Noctes Atticae », J. B. Torres Guerra (éd.), Vtroque sermone nostro. Bilingüismo social y literario en el imperio de Roma. Social and Literary Bilingualism in the Roman Empire, Pamplune, Eunsa, 2011, p. 55-67.

2 Kaimio J., The Romans and the Greek Language, Helsinki, Societas Scientiarum Fennica, 1979, p. 130-143.

3 Suet., Aug., 89.

4 Bardon H., Les Empereurs et les lettres latines d’Auguste à Hadrien, Paris, Les Belles Lettres, 1940, p. 127.

5 Pour une présentation générale (biographie, chronologie, œuvres), Follet S., « Favorinus d’Arles (10) », Dictionnaire des Philosophes Antiques, III (2000), p. 418-422 et Amato E., Favorinos d’Arles. Œuvres, I : Introduction générale – Témoignages – Discours aux Corinthiens – Sur la fortune, Paris, Les Belles Lettres, 2005, p. 1-71.

6 Whitmarsh T., Greek Literature and the Roman Empire. The Politics of Imitation, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 119-121.

7 E. Amato pense que c’est en Grèce que Favorinos rencontra Plutarque (cf. Amato E., Favorinos I, op. cit., p. 15-16).

8 On verra la biographie de Graindor P., Un milliardaire antique. Hérode Atticus et sa famille, Le Caire, Université égyptienne, 1930.

9 La donnée n’est toutefois pas sûre (cf. Amato E., Favorinos I, op. cit., p. 11, n. 28 et Favorinos d’Arles. Œuvres, III : Fragments, Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 153, n. 475).

10 Strabon (IV.1.5) fait l’éloge des avantages qu’offrait la cité fondée par les Phocéens dans le domaine de la culture et de l’enseignement et évoque un phénomène d’« hellénisation ». Voir Hutchinson G. O., Greek to Latin. Frameworks & Contexts for Intertextuality, Oxford, University Press, 2013, p. 120-123.

11 IG XIV 2434 = IGF 21 = CAG 13/3 no 21 (Marseille): Ἀθηνάδης Διοσκουρίδουτικὸς Ῥωμαϊκός (cf. Agusta-Boularot S., « Les références épigraphiques aux grammatici et γραμματικοί de l’Empire romain [Ier siècle av. J.-C.-IVe siècle apr. J.-C.] », Mélanges de l’École française de Rome, 106/30, 1994, p. 689-700).

12 Comm. in Ep. ad Gal. II, préf. (CCSL, 77a 79, 26-28 Raspanti). Voir aussi Isidore, Or., XV. 1. 63.

13 Var. F 215 Salvadore.

14 On le voit à propos d’une remarque faite par Favorinos au sujet du vent circius (Gel., II. 22.20 = F 154 Amato) (cf. Amato E., Favorinos III, op. cit., p. 419-422 et le commentaire p. 437-442) : nostri namque Galli uentum ex sua terra flantem quem saeuissimum patiuntur, circium appellant a trubine, opinor, eius ac uertigine. Voir Campanile E., « Denominazione antica di un vento di Nord-Ouest proprio della Gallia Narbonense in greco, latino e gallico », P. Poccetti (éd.), Latina & Italica. Scritti minori sulle lingue dell’Italia antica, I, Pise – Rome, Fabrizio Serra Editore, 2008, p. 409-417.

15 Bien qu’il ne considère pas Cicéron comme un grand philosophe, on peut estimer que Favorinos avait lu certains de ses dialogues philosophiques : De diuinatione (cf. Amato E., Favorinos III, op. cit., p. 101-105), De senectute (Amato E., Favorinos III, op. cit., p. 27-45, passim), De amicitia (cf. Fasce S., « Il Laelius e il trattato sull’esilio di Favorinos di Arles », Maia, 3, 1975, p. 221-223), Academica (cf. Lévy C., « Favorinus et les Academica », Revue des études anciennes, 3, 2009, p. 45-54).

16 XIII. 25.4 [= T 39, 4 Barigazzi = T XXXII Amato] : « ‘Etiamsi’ inquit Fauorinus ‘opera mihi princeps et prope omnis in litteris disciplinisque Graecis sumpta est, non usque eo tamen infrequens sum uocum Latinarum, quas subsiciuo aut tumultuario studio colo, ut hanc ignorem manubiarum interpretationem uulgariam, quod esse dicantur manubiae praeda.’«  Voir Holford-Strevens L., Aulus Gellius. An Antonine Scholar and his Achievement, Oxford, University Press, 2003², p. 125 et n. 128.

17 Gel., XX. 1. 20. 1-55 [= T 47, 20 Barigazzi = T XXXVII Amato].

18 Whitmarsh T., « ‘Greece is the World’ : exile and identity in the Second Sophistic », S. Goldhill (éd.), Being Greek under Rome. Cultural Identity, the Second Sophistic and the Development of Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 294-303; Swain S., Hellenism and Empire, op. cit., p. 44-45.

19 (= [Dion de Pruse] 37), 23-24.

20 SHA, Hadr., 16.10.

21 Amato E., Favorinos I, op. cit., p. 19-29.

22 Philostr., VS, 491 [= T I Amato]: Διαλεγομένου δὲ αὐτοῦ κατὰ τὴν Ῥώμην μεστὰ ἦν σπουδῆς πάντα, καὶ γὰρ δὴ καὶ ὅσοι τῆς Ἑλλήνων φωνῆς ἀξύνετοι ἦσαν, οὐδὲ τούτοις ἀφ᾽ ἡδονῆς ἡ ἀκρόασις ἦν, ἀλλὰ κἀκείνους ἔθελγε τῇ τε ἠχῇ τοῦ φθέγματος καὶ τῷ σημαίνοντι τοῦ βλέμματος καὶ τῷ ῥυθμῷ τῆς γλώττης. On notera que Philostrate (589) fait une remarque comparable à propos d’Hadrien de Tyr que « même ceux qui avaient appris une autre langue <que le grec> étaient désireux d’entendre ».

23 Amato E., Favorinos I, op. cit., p. 10 et n. 27.

24 Beall S. M., « “Homo fandi dulcissimus”: the Role of Favorinus in the ‘Attic Nights’ of Aulus Gellius », American Journal of Philology, 122, 2001, p. 87-106.

25 Holford-strevens L., Aulus Gellius, op. cit., p. 118-129 (« Favorinus the Latinist »).

26 Fögen Th., Patrii sermonis egestas. Einstellungen lateinischer Autoren zu ihrer Muttersprache. Ein Beitrag zum Sprachbewusstsein in der römischen Antike, Munich – Leipzig, K. G. Saur, 2000, p. 207-209 et Garcea A., « Gellio, il bilinguismo greco-latino e i nomi dei colori », R. Oniga (éd.), Il plurilinguismo nella tradizione letteraria latina, Rome, Il Calamo, 2003, p. 173-198.

27 Un développement identique se trouve dans le De mundo (13-14) d’Apulée [= F 154A Amato], où l’on trouve, pour le nom de Favorinos, la variante Faborinus (cf. CIL XIII 3227).

28 Du côté des réminiscences littéraires, il faut aussi mentionner le Catilina de Salluste (11.3), qui apparaît dans la discussion sur l’idée que l’avarice amollit l’esprit humain (III. 1. 1-14 [= T 28 Barigazzi = T XXIV Amato]).

29 On peut aussi citer la discussion autour du sens du mot penus (Gel., IV. 1. 2 [= T 33 Barigazzi = T XXVII Amato]).

30 V. 36.

31 Bérenger-Badel A., « Formation et compétences des gouverneurs de province dans l’Empire romain », Dialogues d’histoire ancienne, 30, 2004, p. 35-56 (spéc. p. 51).

32 Juv., 3.60-64 : non possum ferre, Quirites, Graecam urbem. / quamuis quota portio faecis Achaei ? / iam pridem Syrus in Tiberim defluxit Orontes / et linguam et mores et cum tibicine chordas […].

33 IV. 3.

34 1. 5. Voir Bowie E., « Hadrian and Greek Poetry », E. N. Ostenfeld (éd.), Greek Romans and Roman Greeks, Aarhus, Aarhus University Press, 2002, p. 172-197.

35 Sur la position des Grecs vis-à-vis du latin et de la littérature latine, on verra la mise au point de Hidner Th., « Vom Umgang der Griechen mit lateinischer Sprache und Literatur », Paideia, 61, 2006, p. 237-254.

36 Dem., 2.2. Voir Strobach A., Plutarch und die Sprachen, Stuttgart, Franz Steiner, 1997, p. 33-39, et la mise au point de De Rosalia A., « Il latino di Plutarco », G. D’Ippolito, I. Gallo (éd.), Strutture formali dei « Moralia » di Plutarco. Atti del III Convegno plutarcheo, Palermo, 3-5 maggio 1989, Naples, D’Auria, p. 445-459.

37 F 1 Melber.

38 Dubuisson M., « Le latin des historiens grecs », Les études classiques, 48, 1979, p. 89-106.

39 Sur les traductions en grec d’œuvres latines, Reichmann V., Römische Literatur in griechischer Übersetzung (diss., Berlin), Leipzig, Dieterich, 1943.

40 Z 73 Adler.

41 Funari R., « Glosse greche di PSI I 110 e l’antica traduzione dei ‘Bella’ di Sallustio », Studi di egittologia e papirologia, 4, 2007, p. 99-103.

42 IV. 45 ; V. 191. On verrA Canfora L., « Fonti latine e uso del latino in Appiano », Filellenismo e tradizionalismo, op. cit., p. 85-95.

43 6. 2 et 10. 1 (cf. Roos A. C. [éd.], Flavi Arriani quae extant omnia, II. Scripta minora et fragmenta, Leipzig, Teubner, 1928, p. 107 et 111).

44 Baldwin B., « Dio Cassius and John Malalas: two readings of Virgil », Emerita, 55, 1987, p. 85-86.

45 À l’époque d’Hadrien, un poète traduit Ménandre : Marcus Pomponius Bassulus, comme nous l’apprend son épitaphe (CIL IX 1164).

46 Swain S., The three Faces of Lucian, Lucian of Samosata Vivus et Redivivus, Londres – Turin, The Warburg Institute – Nino Aragno Editore, 2007, p. 17-77 (36-43) ; Gassino I., « Lucien entre grec et latin : les ambiguïtés d’un choix culturel et esthétique », L. Villard (éd.), avec la collaboration de N. Ballier, Langues dominantes langues dominées, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2008, p. 145-163.

47 Hansen D. U., How Do Lexica Fit into a Work of Fiction, R. Ferri (éd.), The Latin of Roman Lexicography, Pise – Rome, Fabrizio Serra Editore, 2011, p. 13-28.

48 Oudot E., « ‘Dresser un trophée sans verser le sang’ : Athènes dans la rhétorique du iie siècle – l’image d’un empire linguistique et ses enjeux », L. Villard (éd.), avec la collaboration de N. Ballier, Langues dominantes, op. cit., p. 65-84.

49 Rodríguez-Noriega Guillén L., « Greek and Latin in the late second and early third centuries CE: Athenaeus of Naucratis and Claudius Aelian », J. B. Torres Guerra (éd.), Vtroque sermone nostro, op. cit., p. 83-98 et Hutchinson G. O., Greek to Latin, op. cit., p. 139.

50 Philostr., VS, 624: Αἰλιανὸς δὲ Ῥωμαῖος μὲν ἦν, ἠττίκιζε δέ, ὥσπερ οἱ ἐν τῇ μεσογείᾳ Ἀθηναῖοι.

51 Torres Guerra J. B., « Vtraque lingua. Autores romanos con obra en griego », E. Calderón Dorda, A. Morales Ortiz, M. Valverde Sánchez (éd.), Homenaje al profesor José García López, Murcia : Universidad de Murcia, Servicio de Publicaciones, 2006, p. 997-1005 (spéc. p. 1 000) et « Roman Elements in Annaeus Cornutus’s ΕΠΙΔΡΟΜΗ », Vtroque sermone nostro, op. cit., p. 41-54 ; Hutchinson G. O., Greek to Latin, op. cit., p. 138.

52 Marrou H.-I., Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Paris, Le Seuil, 19656, p. 374-388.

53 Nesselrath H.-G., « Latein in der griechischen Bildung? Eine Spurensuche vom 2. Jh. v. Chr. bis zum Ende des 3. Jh. s n. Chr. », P. Schubert, P. Ducrey, P. Derron (éd.), Les Grecs héritiers des Romains : huit exposés suivis de discussions, Vandœuvres-Genève, Fondation Hardt, 2013, p. 281-308.

54 Dickey E., The Colloquia of the Hermeneumata Pseudodositheana, I : Colloquia Monacensia-Einsidlensia, Leidense-Stephani, and Stephani, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 50-51.

55 VIII. 10: Qualis mihi fuerit in oppido Eleusino disceptatio cum grammatico quodam praestigioso tempora uerborum et puerilia meditamenta ignorante, remotarum autem quaestionum nebulas et formidines capiendis imperitorum animis ostentante.

56 CIL III 406 (Thyatire) = IGRR IV 1280 (cf. Agusta-Boularot S., « Les références épigraphiques », art. cit., p. 700-701 : […] Ξένωνι ἐτ(ῶν) [·] καὶ Πρείμῳ ἐτ(ῶν) ε τοῖς τέκνοις καὶ Οὐαλερίῳ Οὐαλερίου γραμματικῷ Ῥωμαϊκῷ ἐτ (ῶν)
vota supervacua fletusque et numina divum
naturae leges fatorumque ar<g>uit ordo.
sprevisti patrem matremque,
miserrime nate, Elysios campos habitans et prata beatum.

57 XIX. 9 : Tum Graeci plusculi, qui in eo conuiuio erant, homines amoeni et nostras quoque litteras haut incuriose docti, Iulianum rhetorem lacessere insectarique adorti sunt tamquam prorsus barbarum et agrestem, qui ortus terra Hispania foret clamatorque tantum et facundia rabida iurgiosaque esset eiusque linguae exercitationes doceret, quae nullas uoluptates nullamque mulcedinem Veneris atque Musae haberet

58 Aulu-Gelle raconte encore (XVII.20) que, lorsqu’il suivait à Athènes les leçons de philosophie de Calvisius (Calvenus) Taurus, homme important qui se trouvait à la tête de l’Académie vers 145, le maître lui proposa un passage du Banquet de Platon comme exemple de style supérieur à celui de n’importe quel orateur ou rhéteur latin.

59 Quint., X. 5.2 : Vertere Graeca in Latinum ueteres nostri oratores optimum iudicabant.

60 Plin., Ep., VII. 9.2 : Vtile in primis, et multi praecipiunt, uel ex Graeco in Latinum uel ex Latino uertere in Graecum.

61 LXIX. 3. 1 (= Xiph., 243, 15-25 et Exc. Val., 293b [III, p. 224 Boissevain]). Voir aussi Jean d’Antioche, F 113 Müller (FHG, IV, 581).

62 Page D. L., Further Greek Epigrams: Epigrams before A. D. 50 from the Greek Anthology and other Sources, not included in “Hellenistic Epigrams” or “The Garland of Philip”, Cambridge University Press, Cambridge, 1981 [2008], p. 561-571. Un épisode de la biographie d’Hadrien de l’Histoire Auguste (15. 12-13. 13 [= T IX Amato]) raconte qu’Hadrien avait repris Favorinos sur une expression et que ce dernier avait cédé à l’empereur, ce qui provoqua la réprobation de ses amis. Favorinos répondit qu’Hadrien était doctior omnibus. On ne peut toutefois pas savoir si le mot en question était grec ou latin.

63 Dubuisson M., « Vtraque lingua », L’Antiquité classique, 50, 1981, p. 274-286.

64 Dubuisson M., « Vtraque lingua », art. cit., p. 281.

65 Levi M. A., « La pedagogia ‘di corte’ di Frontone e la priorità del latino », Filellenismo e tradizionalismo, op. cit., p. 225-232.

66 Fleury P., Lectures de Fronton. Un rhéteur latin à l’époque de la Seconde Sophistique, Paris, Les Belles Lettres, 2006, p. 5.

67 24, 9 VdH².

68 Amato E., Favorinos I, op. cit., p. 19-29.

69 Garcea A. & Lomanto V., « Gellius and Fronto on Loanwords and Literary Models. Their Evaluation of Laberius », L. Holford-Strevens, A. Vardi (éd.), The Worlds of Aulus Gellius, Oxford, University Press, 2004, p. 41-43.

70 On lit en présence de Fronton le livre XIII des Annales de Claudius Quadrigarius et on commente l’expression Metellus in Capitolium venit cum mortalibus multis (XIII. 29). La prédilection pour le latin de Fronton, qui est tout le contraire d’un philhellène, ne l’empêcha pas d’entretenir des rapports avec des personnalités de langue et culture grecques ni de s’exprimer en grec avec une certaine aisance, comme le prouvent ses lettres, comme celle à Appien (244-248 VdH² = Additamentum epistularum, 5 [ Fleury P. (trad. et comm.) avec la collaboration de S. Demougin Fronton. Correspondance, Paris, Les Belles Lettres, 2003, p. 380-388]) et celle à Marc Aurèle (250-255 VdH² = Additamentum Epistularum, 8 [Fronton. Correspondance, op. cit., p. 388-395]). Brock M. D., Studies in Fronto and his Age, Cambridge, University Press, 1911, p. 36-41 et Hutchinson G. O., Greek to Latin, op. cit., p. 142. Il était donc bien bilingue. Toutefois, si l’on s’en tient au témoignage d’Aulu-Gelle, nous avons l’image d’une personnalité de culture exclusivement latine.

71 Champlin E., Fronto and Antonine Rome, Harvard – Cambridge – Londres, Harvard University Press, 1980, p. 63 place le procès entre 151 et 160.

72 36-39 VdH².

73 Ameling W., Herodes Atticus, II: Inschriftenkatalog, Hildesheim – Zurich – New York, Georg Olms Verlag, 1983, p. 30-35.

74 V. Max., II. 2.2.

75 Kaimio J., The Romans, op. cit., p. 132-135.

76 Harrison S. J., Apuleius. A Latin Sophist, Oxford, University Press, 2000, p. 1-38.

77 Sandy G., The Greek World of Apuleius. Apuleius and the Second Sophistic, Leyde, Brill, 1997, p. 9-12 et Harrison S. J., Apuleius, op. cit., p. 15, 30, 125, 132, 154.

78 4. 1 (accusamus apud te philosophum formosum et tan Graece que Latine disertissimum), 36, 6 (praesertim cum ordinatius et cohibilius eadem Graece et Latine adnitar conscribere), 38, 3 (quibus membris et causis discrerit natura viviparos eorum et oviparos – ita enim Latine appello quae Graeci […]), 38. 9 (haec interim quae dixi pauca recita Latine a me enuntiata), 87. 4 (cur praeterea tam uitiosis uerbis, tam barbaro sermone ego scriberem, quem idem dicunt nequaquam Graecae linguae imperitum ?).

79 18. 16 (uox mea utraque lingua iam uestris auribus […] probe cognita), 18. 38-39 (eius dei hymnum Graeco et Latino carmine uobis etiam canam […] hymnum eius utraque lingua canam, cui dialogum […] Graecum et Latinum praetexui).

80 C. D., VIII. 12 : in utraque autem lingua, id est Graeca et Latina, Apuleius Afer extitit Platonicus nobilis.

81 Apol., 24.

82 C’est du moins l’interprétation donnée par Dubuisson M., « Art de la voltige et ‘code-switching’ (Apulée, Métamorphoses I. 1. 5-6) », Latomus, 59, 2000, p. 607-613.

83 Beaujeu J., Apulée. Opuscules philosophiques et fragments, Paris, Les Belles Lettres, 1973, p. 5-7, qui lie les fragments aux Florides.

84 Hunink V., « The Prologue of Apuleius De deo Socratis », Mnemosyne, 48, 1995, p. 292-312, qui défend l’unité du prologue ; Sandy G., The Greek World of Apuleius, op. cit., p. 192-196 ; Harrison S. J., Apuleius, op. cit., p. 130-132.

85 Traduction J. Beaujeu.

86 Sandy G., The Greek World of Apuleius, op. cit., p. 192-196; Harrison S. J., Apuleius, op. cit., p. 130-132; Baltes M. et al., Apuleius. De deo Socratis. Über den Gott des Sokrates, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2004, p. 23-26.

87 Harrison S. J., Apuleius, op. cit., p. 1-38.

88 Florides, 18. 41-43: quibus cum sit summa concordia, tamen haec sola aemulatio et in hoc unum certamen est, uter eorum magis Karthagine<m> diligat, atque summis medullitus uiribus contendunt ambo, uincitur neuter. Eorum ego sermonem ratus et uobis auditu gratissimum, mihi compositu congruentem et dedicatu[r] religiosum[mo], in principio libri facio quendam ex his, qui mihi Athenis condidicerunt, percontari a Perseo Graece, quae ego pridie in templo Aesculapi disseruerim, paulatimque illis Seuerum adiungo, cui interim Romanae linguae partes dedi. Nam et Perseus, quamuis et ipse optime possit, tame hodie uobis atticissabit. On verrA Hijmans B. L., « Apuleius Orator: ‘Pro se de Magia’ and ‘Florida’« , Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 34/2, Berlin – New York, Walter de Gruyter, 1994, p. 1737; Harrison J., Apuleius, op. cit., p. 122-125.

89 Hutchinson G. O., Greek to Latin, op. cit., p. 139 et 155.

90 Oxford Latin Dictionary, s.v. Asclepius (p. 181).

91 Paul-Festus glose (26, 7 Lindsay): Attice loqui. Sur ce verbe, Leuman M., « Griechische Verben auf-ίζειν im Latein », Mélanges de philologie, de littérature et d’histoire anciennes offerts à J. Marouzeau par ses collègues et élèves étrangers, Paris, Les Belles Lettres, 1948, p. 371-372 et Biville F., Les Emprunts du latin au grec, I : Approche phonétique, Louvain, Paris, Peeters, 1990, p. 114.

92 Apol., 98.

93 Sandy G., The Greek World of Apuleius, op. cit., p. 233-242.

94 Der Stil des Apuleius von Madaura. Ein Beitrag zur Stilistik des spätlateins, Stuttgart, Verlag von W. Kohlhammer, 1927, p. 143-147.

95 Antoninus serait une erreur d’impression dans l’édition de Naber des lettres de Fronton.

96 Quet M.-H., « Le sophiste M. Antonius Polémon de Laodicée, éminente personnalité politique de l’Asie romaine du IIe siècle », M. Cébillac-Gervasoni, L. Lamoine (éd.), Les Élites et leurs facettes – Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Rome – Clermont – Ferrand, École française de Rome – Presses universitaires Blaise Pascal, 2003, p. 401-443 (spéc. p. 424-429) et Favreau-Linder A.-M., « Polémon (218) », Dictionnaire des Philosophes Antiques, Vb (2012), p. 1194-1205 (en part. p. 1203-1204, sur la querelle avec Favorinos).

97 Philostr., VS, 542.

98 Philostr., VS, 540.

99 Fro., ad M. Caes., II. 2.5 (20, 6-8 VdH²): Pro Polemone rhetore, quem mihi tu in epistula tua proxime exhibuisti Tullianum, ego in oratione, quam in senatu recitaui, philosophum reddidi, nisi me opinio fallit, peratticum.

100 La datation « après 138 » est celle proposée par E. Amato (Favorinos I, op. cit., p. 71, n. 214). Barigazzi pense en revanche à un discours de jeunesse.

101 Barigazzi A., « Un’orazione pronunziata a Napoli ai tempi di Adriano », Athenaeum, 39, 1951, p. 3-11. Voir toutefois Amato E., « Le “tournées de conférences” di Favorino : nuove ipotesi sulla città del “De fortuna” », Athenaeum, 91, 2003, p. 145-175.

102 II.3.

103 Grimal P., « Deux figures de la Correspondance de Pline : le philosophe Euphratès et le rhéteur Isée », Latomus, 14, 1955, p. 370-381.

104 Fro., Amic., I.7 (176, 6-18 VdH²) et le commentaire de Van Den Hout M. P. J., A Commentary on the Letters of M. Cornelius Fronto, Leyde, Brill, 1999, p. 411-412.

105 Van Den Hout M. P. J., Commentary, op. cit., p. 412 (« it is impossible to identify him ») avec le status quaestionis.

106 Philostr., VS, 591. Voir Champlin E., « The Chronology of Fronto », The Journal of Roman Studies, 64, 1974, p. 150 et Fronto, op. cit., p. 37-38.

107 M. P. J. Van Den Hout dit (Commentary, op. cit., p. 411): « ῥητόρων ἄριστος 176, 17 indicates Antonius was a Greek. »

108 Pflaum H. G., « La carrière de C. Aufidius Victorinus, condisciple de Marc Aurèle », Comptes rendus / Académie des inscriptions et belles-lettres, 1956, p. 189-201. Voir aussi Van den Hout M. P. J., Commentary, op. cit., p. 411.

109 Sur la datation de la lettre, Van den Hout M. P. J., Commentary, op. cit., p. 411.

110 Sur l’importance du bilinguisme en Afrique, Kotula T., « Vtraque lingua eruditi. Une page relative à l’histoire de l’éducation en Afrique romaine », Hommages M. Renard, II, Bruxelles, 1969, p. 386-392.

111 Müller M. M., Der Übergang von der griechischen zur lateinischen Sprache in der abendlaendischen Kirche von Hermas bis Novatian (diss. Pontificia Universitas Gregoriana), Rome, Scuola Salesiana del libro, 1943. C’est seulement entre 360 et 382 qu’à Rome la liturgie latine fut complètement substituée à la grecque (cf. Klauser Th., « Der Übergang der römischen Kirche von der griechischen zur lateinischen Liturgiesprache », Miscellanea G. Mercati, I : Bibbia – Letteratura Cristiana antica, Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1946, p. 467-482).

112 Hutchinson G. O., Greek to Latin, op. cit., p. 140.

Auteur

Professeur de langues et littératures classiques à l’université de Liège. Membre du comité de rédaction de la revue L’Antiquité Classique, sa recherche est principalement consacrée au bilinguisme gréco-latin. Il est l’auteur d’un livre intitulé Le Latin dans le monde grec. Recherches sur la diffusion de la langue et des lettres latines dans les provinces hellénophones de l’Empire romain (Bruxelles, Latomus, 1997) et de nombreux articles sur différents aspects de la problématique des rapports entre le grec et le latin : les interprètes, code-switching, traduction du grec en latin et du latin en grec, politique linguistique dans l’Empire romain.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540