Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles

 | 
Eugenio Amato
, 
Marie-Hélène Marganne

Première partie. Le dossier papyrologique

Adversaria inédits de Wilhelm Schmid au De exilio de Favorinos (avec un appendice sur Otto Immisch)

Eugenio Amato

Texte intégral

  • 1 Tepedino Guerra A., Favorino di Arelate. L’esilio (Pap. Vat. Gr. 11 verso), edizione critica, trad (...)
  • 2 Norsa M. & Vitelli G., Il papiro Vaticano Greco 11 (1. Φαβωρίνου περὶ φυγῆς ; 2. Registri fondiari (...)
  • 3 Voir Luppe W., c. r. dans Archiv für Papyrusforschung, 54, 2008, p. 133-135 (en particulier 134-13 (...)
  • 4 Voir Amato E., « In margine », art. cit., p. 196.

1L’édition récente du De exilio de Favorinos d’Arles par Adele Tepedino Guerra1 constitue sans doute, dans plusieurs cas, un progrès du point de vue paléographique par rapport aux éditions précédentes par Norsa-Vitelli et par Barigazzi2 ; elle demeure cependant plutôt insatisfaisante sur le plan tant de la constitutio textus que de la traduction et en général du commentaire3. Parmi les défauts repérés par les critiques les plus attentifs, on doit souligner aussi que l’on se trouve en présence d’une enquête incomplète et insuffisante du Nachleben de l’écrit favorinien4.

  • 5 Né à Künzelsau en 1859 et mort à Tübingen en 1951, Wilhelm Schmid, bien connu pour ses travaux sur (...)
  • 6 De cette correspondance une seule lettre avait été déjà publiée et de façon partielle : voir infra(...)

2Afin de contribuer à combler une telle lacune, on publie ici une série d’adversaria au De exilio de Favorinos par Wilhelm Schmid5 (1859-1951) : ils demeuraient inédits parmi les documents, qui constituent le fonds actuel de la correspondance de Girolamo Vitelli dans la Bibliothèque Laurentienne6.

  • 7 Voir Norsa M. & Vitelli G., op. cit., p. 70.
  • 8 Voir Tepedino Guerra A., op. cit., p. 15, mais aussi Pintaudi R. & Römer C., « Le lettere di Wilam (...)

3L’apport de Schmid pour la constitutio textus du De exilio était par ailleurs bien connu des spécialistes : en effet, il avait été ouvertement déclaré et mis à profit par Vitelli lui-même et son élève Medea Norsa dans leur editio princeps de 1931. Vitelli s’était adressé au philologue allemand, en lui soumettant « trois pages » d’épreuves de l’édition favorinienne (en fait, le texte des col. 15, 33 à 21, 11) et il avait reçu en retour, en temps utile pour la publication du volume, plusieurs conjectures ou propositions de correction : comme il se doit, celles-ci ont été indiquées par les deux papyrologues italiens dans les Aggiunte e correzioni imprimées en appendice à l’édition Vaticane7, parue le mois d’avril de 1931 (non pas de mars, comme indiqué par Tepedino Guerra8).

  • 9 Le début de cette lettre a été publié par Morelli D. & Pintaudi R., Cinquant’anni di papirologia i (...)
  • 10 Le texte reproduit est celui de Tepedino Guerra A., op. cit.

4De la correspondance entre Vitelli et Schmid il nous reste, dans le fonds de la Laurentienne, un lot de quatre documents (« Carteggio Vitelli », 7.1314-1317) signés par ce dernier : ils vont du 12 mars 19319 au 2 mai de la même année, et ils proviennent tous de Tübingen. Le document le plus récent (une carte-lettre) revêt sans doute un caractère assez important, dans la mesure où il est postérieur à la publication de l’édition de Norsa-Vitelli ; par conséquent, les propositions de correction avancées par Schmid ne pouvaient certes pas être tenues en compte, dans leur édition, par Norsa et Vitelli. Depuis lors, elles sont restées inconnues tant de Barigazzi que de Tepedino Guerra10.

  • 11 Voir Barigazzi A., Favorino di Arelate, op. cit., p. 413.

5Dans son écrit, Favorinos veut offrir aux lecteurs, exilés comme lui, un exemple de sérénité intérieure non seulement en paroles, mais aussi τοὺς μὲν λόγους τῶν ἔργων διδασ|κάλους ποιούμενος (col. 1, 44-45). L’allusion à Thucydide (3, 42, 2 : τούς τε λόγους ὅστις διαμάχεται μὴ διδασκάλους τῶν πραγμάτων γίγνεσθαι, ἢ ἀξύνετός ἐστιν ἢ ἰδίᾳ τι αὐτῶ διαφέρει), entrevue par Schmid et jusqu’ici ignorée de tous les commentateurs du De exilio, est fort probable, car à la ligne suivante de la même col. 1 les mots ἀνακείσεται δὲ ἥδε ἡ γρα |[φ] ὴ κτῆμα font allusion évidemment à Thucydide 1, 22, 4 (κτῆμά τε ἐς αἰεὶ… ξύγκειται), bien illustrée par Barigazzi11.

Col. 2, 12-14 : ἃ | Σòωκράτòης [θανάσιμ] ος εò[ἶ]πένò πòοτε καὶ ἔδρα|σò[ε]ν ἐν τ[ῷδεσμωτ]ηρò[ίò]ῳ

  • 12 Voir Barigazzi A., « Per il testo del De exilio di Favorino », Prometheus, 13, 1987, p. 204-208 : (...)

6La lacune à la l. 14 a été différemment comblée par les éditeurs : Norsa et Vitelli avaient proposé ἐκεῖν] ος, alors que Barigazzi a pensé plutôt à κατάδικ] ος, mais il y est revenu par la suite et a proposé θανάσιμ] ος12 retenu par Tepedino Guerra. D’autres propositions sont également possibles : je pense, par exemple, à καθήμενος, ὁ Ἀθηναῖος, Πλάτωνος. Schmid, quant à lui, propose de combler la lacune par ὁ πάνσοφος avec renvoi à col. 22, 36, où Socrate est dit πάντων σοφώτατος (voir aussi col. 22, 42). La proposition est tout à fait digne d’intérêt et il faudra en tenir compte dans la future édition du traité favorinien : Platon est dit aussi πάνσοφος par Thémistios (or. 2, 14 [34B] e 21 [40A] ; 4, 13 [60A] ; 21, 10 [250C]), ainsi qu’Homère par Platon (Tht. 194e). Dans la même ligne, on pourrait penser aussi à σοφώτατος.

Col. 9, 26-27 : “εἷς μοῦν[ος] ἀν[θ]ρώποις θε|ὸς […..]το κοιν[οῦ] ἁλίο[υ] μοῖραν’’

  • 13 Pour une discussion détaillée, voir Barigazzi A., Favorino di Arelate, op. cit., p. 447-448 et Tep (...)
  • 14 Du moins en se tenant à Barigazzi, d’où dépend de façon acritique non seulement Tepedino Guerra, m (...)

7La reconstruction de la citation poétique anonyme (TrGF adesp. 167b Kannicht-Snell) citée par Favorinos a toujours posé des problèmes : il serait hors contexte d’aborder ici la question de l’auteur et de la provenance ainsi que de l’extension exacte du fragment13. Je me bornerai donc à publier les conjectures de Schmid qui offriront sans doute de la matière en vue de la nouvelle édition du De exilio : le philologue allemand propose d’intégrer à la l. 27 ἐδάσατο (contre [δάσα]το de Norsa-Vitelli ; par la suite, [ἤντε]το sera proposé par Maas dans son compte rendu de l’editio princeps14 ; [εἵσα]το vel [ἕσσα]το par Barigazzi dans son édition), qu’il tient pour le début d’un trimètre, et de corriger ἁλίο[υ] en ἡλίο[υ].

Col. 11, 21 : ἦ τότε | [μὲν κ]αòὶ γονέων μοι ζώντων, ἔτι | δò[ὲ τ, ῆ]ς φιλτòάτης μοι πάντων ἀδελφῆς | αὐò[τοῦ ο]ὔσης

  • 15 Ibid., p. 1211.
  • 16 Il s’agit des notes qu’A. Vogliano a placées en marge de son exemplaire personnel de l’édition de (...)
  • 17 Voir Tepedino Guerra A., op. cit., p. 57 (« Schm. = Schmid, ap. edd. »).
  • 18 Voir Schmid W., art. Favorinus, dans Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft(...)

8L’intégration αὐò[τῆς ο]ὔσης imprimée par Barigazzi dans son édition n’a pas été acceptée par Tepedino Guerra, qui préfère plutôt donner dans son texte une proposition de conjecture par Norsa-Vitelli (αὐò[τοῦ ο]ὔσης). D’autres solutions avaient été avancées par Maas15 (δι[ακονο]ύσης) et par Vogliano16 (αὐò[-ξανού]σης). Il faudra ajouter la proposition, tout à fait intéressante, de Schmid : ἀκμαζούσης. En réalité, la conjecture n’est pas nouvelle : elle est bien enregistrée dans les apparats de Barigazzi et Tepedino Guerra, avec cette différence que Barigazzi n’en précise pas la provenance, alors que pour Tepedino Guerra, du moins d’après les sigla et compendia de son apparat17, elle se trouverait indiquée dans l’édition de Norsa-Vitelli. Donnée erronée, car Schmid avait publié sa conjecture dans l’article qu’il avait consacré à Favorinos d’Arles dans le Supplementband de 1935 de la Realencyclopädie18.

Col. 13, 17-18 : [καὶ] πòάòλòιòνò | αὖ τὸν ἐναντίον δίαυλον περαιούμενος

  • 19 Elle a été acceptée par la suite par Tepedino Guerra.

9Dans ce cas, la correction proposée par Barigazzi19 (περαιούμενος contre περαιώμενος de Norsa-Vitelli), sur la base pourtant d’une lecture incertaine du papyrus (où les éditeurs principes lisaient περαιώòμενοσ et non pas περαιοòύμενοσ), avait été déjà avancée dans sa lettre à Vitelli par Schmid, à qui il faudra dorénavant l’attribuer.

Col. 14, 32-33 : καὶ ταῦτα | οὐ χρηστοῦ τοῦ φίλου (sc. Agamemnon) πειρώμενος

  • 20 Sudan B., Le bel exil de Favorinus d’Arles, Fribourg, s. n., 1998, p. 59.

10La correction minimale (του [= τινος] pro τοῦ) proposée par Schmid s’avère nécessaire dans le contexte, ainsi que le prouvent aussi les traductions modernes du texte favorinien : « facendo inoltre anche esperienza di un amico disonesto », c’est en effet la version italienne de Tepedino Guerra, mais Bruno Sudan déjà avait traduit οὐ χρηστοῦ τοῦ φίλου par « un ami malhonnête20 ».

Col. 18, 9-10 : ἐγὼ δὲ ταῦτα τῇ Ἰοκάσ | τῃ προσò [......· τ] ί δὲ καὶ κομπάζεις, ὦ | δύστηò [νε, κτλ.

  • 21 Voir Barigazzi A., « Per la costituzione del testo del περὶ φυγῆς di Favorino », Studi Italiani di (...)

11Les éditeurs ont proposé de combler la lacune différemment : pour Norsa-Vitelli, il faudrait écrire προστίθημι et donner donc à ταῦτα la valeur de τάδε, tandis que Barigazzi, qui dans un premier temps avait songé à προσθείην ἄν21, a opté par la suite pour προσαυξήσω vel προσμαρτυρῶ, en référant donc ταῦτα à ce qui précède dans le texte de Favorinos. La proposition προσθείην (sans ἄν) se trouve en réalité avancée déjà par Schmid, qui dans l’alternative propose aussi d’écrire προσθείμην.

Col. 22, 35 : ‘‘κλεò [ι] νὸς ἀνὴρ [ἥκε] ιò γενεὰν ἕδραν τε μò [α] τεύων’’

  • 22 « edd.2 = Norsa-Vitelli, note al testo ; annotazioni p. 32 ; aggiunte e correzioni p. 70 » (Tepedi (...)

12Dans l’apparat de l’édition par Tepedino Guerra, on lit « ὡδ]ὶ pro ἥκε]ιò prop. edd.222 ». L’indication prête sans doute à confusion : on pourrait en effet attribuer la conjecture ἥκε]ιò à Tepedino Guerra elle-même, alors qu’il s’agit d’une solution alternative à ὡδ]ὶ avancée de façon dubitative par Norsa-Vitelli. À ces suggestions, il faudra ajouter aussi celle de Schmid, qui propose peut-être à juste titre de combler la lacune par αἰεὶ.

Col. 24, 15 : οὐ μόνον εἴ τις καθ’Ἡσίοδον ἐ |.[….].

  • 23 Voir Häsler B., Favorin, Über die Verbannung, diss., Berlin, 1935, p. 19, n. 45.
  • 24 Voir Wifstrand A., « ΕΙΚΟΤΑ. Emendationen und Interpretationen zu griechischen Prosaikern der Kais (...)

13L’apparat critique de Tepedino Guerra est encore une fois fautif : « ἐ|κò[κρινε]νò edd.2 (ε|.[.....] edd.), ἐβ[ίωσε]ν Hae.23, ἐγò[ένετ]οò Bar. ». La conjecture ἐγένετο revient en fait à Wifstrand24, comme indiqué très clairement dans l’apparat de Barigazzi. Une solution tout à fait différente est proposée par Schmid qui, sur la base de col. 24, 42 (τοιαῦτα, Ἡσίοδε, ὀδύρῃ καὶ ἀγανακτεῖς), voudrait imprimer ἐθρήνει (mais aussi ἐθεώρει).

Annexes

Appendice

Parmi les philologues, dont l’apport avait été sollicité par Norsa et Vitelli en vue de leur editio princeps du De exilio favorinien, il faut mentionner aussi Otto Immisch25. Son nom apparaît, entre autres, dans la note à col. 2, 15-16 (ἐξὸν μὲν αὐτòῷ δι|ὰò [τῶν] φòίòλò [ων.....].[.]) : Immisch propose de combler la lacune, qui affecte la partie centrale de la l. 16 après φòίòλò[ων, par l’infinitif ἐξιέν]αò[ι] à la place de σωθῆν]αò[ι] proposé par Norsa-Vitelli. La proposition d’Immisch a été enregistrée par la suite dans les apparats des éditions de Barigazzi et de Tepedino Guerra, qui dépendent, bien entendu, de Norsa-Vitelli.

Comme pour Schmid, l’échange entre Immisch et Vitelli à propos du De exilio de Favorinos est conservé lui aussi dans le « Carteggio Vitelli » de la Laurentienne : il se compose de quatre documents (4.657-660), trois lettres et une carte-lettre, allant du 26 décembre 1930 au 11 janvier 1931 et en provenance tous de Fribourg-en-Brisgau. C’est dans la carte-lettre du 11 janvier 1931 qu’Immisch fait part à Vitelli de ses propositions de corrections à la col. 2 du texte de Favorinos : on y trouve en effet la conjecture ἐξιέναι pro σωθῆναι. Ce n’est pas pourtant la seule proposition avancée par le philologue allemand et indiquée ouvertement par les éditeurs principes : dans la même carte, d’autres conjectures et remarques sont faites par Immisch ; bien qu’enregistrées ou même retenues dans l’édition Vaticane, curieusement elles ne lui sont pas attribuées. Il s’agit dans l’ordre des conjectures et observations suivantes :

  • Col. 2, 22 : Socrate sujet du verbe ἐνόμιζεν (la proposition d’Immisch, que Norsa et Vitelli avancent dans la note ad l. sans la moindre mention de leur interlocuteur, a été retenue par la suite par Barigazzi et par Tepedino Guerra ; Barigazzi arrive même à intégrer dans son texte le nom du philosophe athénien) ;
  • Col. 2, 24 : διαπεμπομένους (la conjecture, que Norsa-Vitelli accompagnent dans leur texte d’un point d’interrogation, est acceptée tout court par Barigazzi, qui l’attribue, bien entendu, à ses deux prédécesseurs) ;
  • Col. 2, 27 : καταχωλεύοντα (dans ce cas aussi, la conjecture est accompagnée dans l’édition de Norsa-Vitelli d’un point d’interrogation ; pour sa part, Barigazzi intègre dans le texte le simple χωλεύοντα).

Il faudra enfin souligner qu’Immisch a été le premier à envisager pour le contenu de la col. 2, en particulier pour les l. 21 à 47, des allusions aux tragédies d’Euripide. De telles allusions ont été en partie repérées par Norsa-Vitelli eux-mêmes dans les notes de leur édition, ainsi que dans le commentaire de Barigazzi, suivi de près par Tepedino Guerra26.

Notes

1 Tepedino Guerra A., Favorino di Arelate. L’esilio (Pap. Vat. Gr. 11 verso), edizione critica, traduzione e commento, Rome, Edizioni dell’Ateneo, coll. « Testi e commenti », 2007.

2 Norsa M. & Vitelli G., Il papiro Vaticano Greco 11 (1. Φαβωρίνου περὶ φυγῆς ; 2. Registri fondiari della Marmarica), Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, coll. « Studi e testi », 1931, p. 17-32 ; Barigazzi A., Favorino di Arelate. Opere, introduzione, testo critico e commento, Florence, F. Le Monnier, coll. « Biblioteca Nazionale. Testi greci e latini con commento filologico », 1966, p. 347-521.

3 Voir Luppe W., c. r. dans Archiv für Papyrusforschung, 54, 2008, p. 133-135 (en particulier 134-135) ; Bandini M., c. r. dans Gnomon, 82/2, 2010, p. 106-109 et Amato E., « In margine alla più recente edizione del De exilio di Favorino », Athenaeum, 99, 2011, p. 193-206 (= c. r. dans Göttinger Forum für Altertumswissenschaft, 13, 2010, p. 1239-1256) ; d’autres limites ressortent de la lecture du présent volume.

4 Voir Amato E., « In margine », art. cit., p. 196.

5 Né à Künzelsau en 1859 et mort à Tübingen en 1951, Wilhelm Schmid, bien connu pour ses travaux sur l’atticisme à l’époque impériale, fit l’essentiel de sa carrière à l’université de Tübingen, où il fut nommé professeur extraordinaire en 1893, puis ordinaire en 1898 et enfin émérite en 1926 (voir Deutsche biographische Enzyklopädie, IX, Munich, 20082, p. 24).

6 De cette correspondance une seule lettre avait été déjà publiée et de façon partielle : voir infra, n. 9.

7 Voir Norsa M. & Vitelli G., op. cit., p. 70.

8 Voir Tepedino Guerra A., op. cit., p. 15, mais aussi Pintaudi R. & Römer C., « Le lettere di Wilamowitz a Vitelli », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, 3e s., 11, 1981, p. 363-398 : 384. La papyrologue italienne fonde probablement son hypothèse sur la datation (« marzo 1931 ») de l’Introduzione (p. XXIII) de l’édition Norsa-Vitelli. En réalité, d’après une lettre inédite conservée elle aussi dans le « Carteggio Vitelli » de la Bibliothèque Laurentienne (5.865) et envoyée à Vitelli par le Cardinal Giovanni Mercati, on apprend qu’à la date du 18 avril 1931 l’ouvrage venait juste d’être passé au brochage : sa parution a eu donc lieu vers la fin du mois d’avril (la preuve en est aussi que Vitelli n’a reçu sa propre copie de l’édition favorinienne qu’à la date du 5 mai 1931 : cf. Biblioteca Apostolica Vaticana, « Carteggio Mercati », no 6964, f. 11199 r-v ; par ailleurs, date du 26 avril 1931 l’article de Vitelli, « L’esilio di Favorino di Arles in un papiro greco della Biblioteca Vaticana », publié dans Le Marzocco, 36, no 17, p. 1-2 et dans lequel l’auteur annonçait justement la publication toute récente de l’ouvrage).

9 Le début de cette lettre a été publié par Morelli D. & Pintaudi R., Cinquant’anni di papirologia in Italia. Carteggi Breccia – Comparetti – Norsa – Vitelli, con una premessa di M. Gigante, Naples, Bibliopolis, 1983, II, p. 505, n. 5 : « Zum Dank für die Zusendung der Kolumnen 15,33-21,11 der Favorinus Textes, von dem Sie eine glänzende Editio princeps vorlegen, dar ich ein paar unbedeutende Bemerkungen zu Ihrer Verfügung stellen… »

10 Le texte reproduit est celui de Tepedino Guerra A., op. cit.

11 Voir Barigazzi A., Favorino di Arelate, op. cit., p. 413.

12 Voir Barigazzi A., « Per il testo del De exilio di Favorino », Prometheus, 13, 1987, p. 204-208 : 206.

13 Pour une discussion détaillée, voir Barigazzi A., Favorino di Arelate, op. cit., p. 447-448 et Tepedino Guerra A., op. cit., p. 162-164.

14 Du moins en se tenant à Barigazzi, d’où dépend de façon acritique non seulement Tepedino Guerra, mais aussi Kannicht R. & Snell B., Tragicorum Graecorum Fragmenta (TrGF), vol. 2, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1981, p. 163 (ad l.) et Milo D., Il Tereo di Sofocle, Naples, M. D’Auria Editore, coll. « Bibliotheca Antiqua », 2008, p. 115. En réalité, l’auteur de la proposition est destiné, pour l’instant, à demeurer inconnu : il n’y a pas la moindre mention de cette proposition d’intégration dans le c. r. de l’édition de Norsa-Vitelli, publié par P. Maas dans Deutsche Literaturzeitung, 52, Heft 26, 1931, p. 1210-1213.

15 Ibid., p. 1211.

16 Il s’agit des notes qu’A. Vogliano a placées en marge de son exemplaire personnel de l’édition de Norsa-Vitelli, conservée actuellement à la Bibliothèque des Sciences de l’Antiquité et de philologie moderne (Section de papyrologie) de l’université de Milan (cote : VGL. 01. Q. 0017).

17 Voir Tepedino Guerra A., op. cit., p. 57 (« Schm. = Schmid, ap. edd. »).

18 Voir Schmid W., art. Favorinus, dans Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft Suppl. VI, Stuttgart, 1935, col. 65-70 : 66.

19 Elle a été acceptée par la suite par Tepedino Guerra.

20 Sudan B., Le bel exil de Favorinus d’Arles, Fribourg, s. n., 1998, p. 59.

21 Voir Barigazzi A., « Per la costituzione del testo del περὶ φυγῆς di Favorino », Studi Italiani di Filologia Classica, 24, 1950, p. 187-229 : 213.

22 « edd.2 = Norsa-Vitelli, note al testo ; annotazioni p. 32 ; aggiunte e correzioni p. 70 » (Tepedino Guerra A., op. cit., p. 57).

23 Voir Häsler B., Favorin, Über die Verbannung, diss., Berlin, 1935, p. 19, n. 45.

24 Voir Wifstrand A., « ΕΙΚΟΤΑ. Emendationen und Interpretationen zu griechischen Prosaikern der Kaiserzeit. II », Kungliga Humanistiska Vetenskapssamfundet i Lund. Årsberättelse, 1933-1933, p. 1-28 : 12.

25 Joannes Heinrich Otto Immisch (1862-1936), après avoir enseigné de 1907 à 1913 à l’université de Giessen et par la suite pour une année à Königsberg, fut nommé professeur ordinaire à l’université de Fribourg-en-Brisgau jusqu’à son éméritat en 1930 (voir Becker C., art. Immisch, Otto, dans Neue Deutsche Biographie, X, Berlin, 1974, p. 164-165 ; Hausrath A., « Otto Immisch », Gymnasium, 48, 1937, p. 1-3 ; Körte A., « O. Immisch », dans Gnomon, 13, 1937, p. 60-64).

26 Voir aussi Lucas H., « Der Prolog der Antigone des Euripides », Rheinisches Museum, 72, 1937, p. 239-240 et plus récemment Luppe W., « Ein Textvorschlag zu Favorinus Περὶ φυγῆς (betr. Kol. II 22) », Aegyptus, 86, 2006, p. 35-36.

Auteur

Professeur de langue et littérature grecques à l’université de Nantes et Membre de l’Institut Universitaire de France. Prix Raymond Weil de l’Association des études grecques en France, il est actuellement directeur du centre de recherche « L’Antique, le Moderne » (EA 4276) de l’université de Nantes. Président de l’Association « Textes pour l’histoire de l’Antiquité Tardive », il dirige la Revue des études tardo-antiques (http://www.revue-etudes-tardo-antiques.fr/) et Atlantide. Cahiers de l’EA 4276 (http://atlantide.univ-nantes.fr/) ainsi que la collection Cardo (Alessandria, Edizioni dell’Orso). Parmi ses travaux les plus récents, les volumes Xenophontis imitator fidelissimus. Studi su tradizione e fortuna di Dione Crisostomo tra XVI e XIX secolo (Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2011), Traiani Praeceptor. Studi su biografia, cronologia e fortuna di Dione Crisostomo (Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2014) et (avec G. Ventrella) I Progimnasmi di Severo di Alessandria (Berlin-New York, W. de Gruyter, 2009), ainsi que l’édition dans la « Collection des Universités de France » (Paris, Les Belles Lettres) des œuvres de Favorinos d’Arles (2 vol. parus, en 2005 et en 2010) et celle (avec la collaboration d’A. Corcella et G. Ventrella) des discours et fragments de Procope de Gaza (2014). Parmi les ouvrages édités, les volumes suivants : (avec J. Schamp) ΗΘΟΠΟΙΙΑ. La Représentation de caractères entre réalité vivante et fiction scolaire à l’époque impériale et tardive (Salerne, Helios, 2005) ; (avec la coll. d’A Roduit et M. Steinrück) Approches de la Troisième Sophistique. Hommages à Jacques Schamp (Bruxelles, Latomus, 2006) ; (avec F. Citti et B. Huelsenbeck) Ethics and Law in Greek and Roman Declamation (Berlin-New York, W. de Gruyter, 2015) ; (avec la coll. de V. Fauvinet-Ranson et B. Pouderon) ΕΝ ΚΑΛΟΙΣ ΚΟΙΝΟΠΡΑΓΙΑ. Hommages à la mémoire de P.-L. Malosse et J. Bouffartigue (RET Suppl. 3, 2014). Il prépare actuellement pour la CUF le tome I des œuvres de Dion Chrysostome et l’édition (avec M.-H. Marganne et J. Schamp) du De exilio de Favorinos.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540