Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles

 | 
Eugenio Amato
, 
Marie-Hélène Marganne

Première partie. Le dossier papyrologique

Les documents administratifs du recto du P. Vat. gr. 11

Antonio Ricciardetto

Texte intégral

  • 1 La seule édition à ce jour des documents du recto du P. Vat. gr. 11 est celle de Norsa M., Vitelli (...)
  • 2 Tepedino Guerra A., op. cit., p. 18.
  • 3 Ibid., p. 17-18.
  • 4 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. VII; Bastianini G., « ΒΙΒΛΙΟΝ ΕΛΙΣΣΟΜΕΝΟΝ. Sull’avvolgimento dei (...)
  • 5 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. VII ; Tepedino Guerra A., op. cit., p. 20.

1Conservé à la Bibliothèque Vaticane, où il est inventorié comme P. Vat. gr. 11, le rouleau qui a servi de support à la copie du traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles (c. 80-c. 160 apr. J.-C.) résulte de l’assemblage de quatre morceaux de papyrus, qui contiennent, au recto, des portions de deux documents administratifs de Marmarique1. Mesurant environ 265 cm de long pour 29 cm de haut2, ce rouleau est aujourd’hui divisé en cinq morceaux, qui se trouvent dans cinq cadres3, mais, lorsqu’il est parvenu entre les mains de ses premiers éditeurs, il était presque intégralement enroulé, le recto vers l’extérieur4. Il se trouvait en position finale de lecture, c’est-à-dire que les premières colonnes se situaient dans sa partie centrale5.

  • 6 Tepedino Guerra A., op. cit., p. 18-19.

2Le recto du papyrus contient douze colonnes larges. Leur état de conservation est variable : les deux premières sont mal conservées, mais à peu près complètes en hauteur ; le papyrus sur lequel elles ont été écrites est de couleur brune. Les deux colonnes suivantes sont mieux conservées, avec une coloration du papyrus plus claire pour la colonne IV. Les colonnes V et VI sont en excellent état de conservation ; la coloration du papyrus est brune. Les colonnes VII à IX sont également en excellent état de conservation, à l’exception de la fin de la colonne IX. Les colonnes X à XII sont mal conservées, mais leur lecture demeure aisée, en raison de la couleur brun doré du papyrus. Quant au texte de la colonne XII, il est très fragmentaire, en raison de la perte de nombreuses fibres horizontales, ainsi que de ses parties droite et inférieure6.

  • 7 On trouvera une liste des κολλήσεις originelles et non-originelles, préparée par G. Messeri Savorel (...)
  • 8 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. VII.

3On distingue quinze jointures, dont trois ne sont pas originelles. Grâce à l’identification de ces trois jointures non originelles, il est possible d’établir que le rouleau a été constitué à partir de quatre morceaux de papyrus collés ensemble. Il est assez aisé d’identifier les deux types de jointures, puisque celles qui ne sont pas originelles ont été exécutées plus grossièrement que les autres7. Par ailleurs, la personne qui a confectionné le rouleau a collé le troisième morceau sur l’extrémité droite du deuxième, couvrant ainsi une partie de l’écriture de ce dernier (col. IV), tandis qu’elle a coupé en deux la colonne VIII, peut-être pour enlever un défaut8.

  • 9 Ibid., p. VII.
  • 10 Cette réédition a été annoncée pour la première fois dans le Notiziario di Studi e Ricerche in cors (...)
  • 11 G. Messeri Savorelli, dans Tepedino Guerra A., op. cit., p. 19.
  • 12 Voir, par exemple, P. Vat. gr. 11r, col. VII, 40 (ανθ), et les commentaires d’Alessandrì S., op. ci (...)

4Au recto, les premiers éditeurs distinguaient trois mains différentes9. En réalité, selon G. Messeri Savorelli, qui annonce une réédition de ce document en collaboration avec R. Pintaudi10, il n’y en a que deux, l’une ayant écrit les colonnes I-VIII, et l’autre, les colonnes IX-XII11. Sur les quatre morceaux de papyrus documentaires, trois ont donc été écrits par une même main (morceaux I, II et III = col. I-III, IV, V-VIII). Seul, le quatrième morceau, qui contient les colonnes IX-XII, est d’une main différente, beaucoup plus cursive. Le texte est rempli d’abréviations, dont certaines posent encore problème aujourd’hui quant à leur lecture ou à leur résolution12. À l’exception des noms propres, la quasi-totalité des mots des colonnes IX-XII est écrite en abrégé.

  • 13 P. Vat. gr. 11r, col. III, 21-22: τῷ ιζ (ἔτει) θεοῦ Ἁδριαν[ο] ; Alessandrì S., op. cit., p. 221 et (...)
  • 14 Bastianini G., « Il papiro », op. cit., p. 2 n. 6 ; Alessandrì S., op. cit., p. 238. L’empereur Sep (...)
  • 15 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. VIII-IX. Pour un résumé des opinions qui ont été émises sur les (...)

5Les documents du recto contiennent des datations qui vont de la 17e année de règne du divin Hadrien (132/133 apr. J.-C.13), jusqu’à la 20e année de règne de Septime Sévère (193-211) et de ses fils, Geta (211) et Caracalla (211-217), c’est-à-dire en 211/212 apr. J.-C.14. Il faut ajouter qu’entre les colonnes 18 et 19 du texte littéraire, figure un espace de c. 13 cm de large, ‒ équivalant à la largeur d’une colonne, avec les entrecolonnements ‒, dont la partie supérieure conserve cinq lignes correspondant au début d’un registre d’ouvriers (διάστρωμα ἐργατν) pour une période qui va du 1er au 30 de Mesorê de la 23e année de règne de Caracalla, c’est-à-dire entre le 25 juillet et le 23 août 215 apr. J.-C. Les raisons de la présence de ces lignes au verso du rouleau, entre deux colonnes de texte littéraire, sont obscures15. Elles n’ont en tout cas aucun rapport apparent avec les documents du recto.

  • 16 En réalité, ce sont les années 211/212 apr. J.-C. qui représentent la date la plus récente dans le (...)
  • 17 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. IX.
  • 18 Collart P., « Favorinus d’Arles », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 34, 1932, p. 24 n. 5 ; (...)
  • 19 Tepedino Guerra A., op. cit., p. 26-27 : « Il testo letterario […] può essere stato trascritto dopo (...)
  • 20 Alessandrì S., op. cit., p. 241 : « È assai probabile che la trascrizione dell’operetta di Favorino (...)

6On ne sait pas quand les documents du recto ont été considérés comme périmés, ni quand leur verso a été utilisé pour copier le texte de Favorinos. Pensant que les années 190/191 représentaient la date la plus récente mentionnée dans le P. Vat. gr. 11r, M. Norsa et G. Vitelli ont suggéré qu’il devait s’être écoulé une à deux décennies avant que les textes du recto ne soient considérés comme périmés16. En outre, selon eux, les quelques lignes du registre d’ouvriers étaient contemporaines de la copie du texte du rhéteur arlésien. Ainsi, le traité Sur l’exil aurait été copié un peu avant, ou, plutôt, un peu après 215 apr. J.-C., c’est-à-dire moins de soixante ans après la mort de son auteur17. De son côté, P. Collart suggérait un délai d’une cinquantaine d’années, et situait la copie du texte littéraire vers 240 apr. J.-C.18. A. Tepedino Guerra est également de cet avis19. Enfin, en 2013, S. Alessandrì s’est montré favorable à une datation légèrement postérieure à 215 apr. J.-C.20.

  • 21 Collart P., op. cit., p. 24.
  • 22 Tepedino Guerra A., op. cit., p. 11 ; Bastianini G., « Il papiro », op. cit., p. 1. Si l’on en croi (...)
  • 23 Tepedino Guerra A., op. cit., p. 13.

7On ignore qui a copié le texte de Favorinos au verso des documents concernant la Marmarique, ni quelles ont été ses motivations. Selon P. Collart, il pourrait s’agir d’une personne qui voulait se consoler d’avoir été envoyée en exil « dans un coin perdu de la Marmarique21 ». Pour A. Tepedino Guerra, le texte de Favorinos aurait été recopié en Marmarique, et non en Thébaïde, au sud de l’Égypte, où le rouleau de papyrus aurait été retrouvé22. Selon elle, si le rouleau a été découvert en Thébaïde, c’est en raison de l’intérêt des lecteurs d’Égypte pour le rhéteur arlésien : ce sont eux qui auraient fait circuler son œuvre. Le papyrus aurait peut-être été emporté en Thébaïde par la personne qui l’a fait écrire, probablement un fonctionnaire important, un notable ou un militaire haut gradé23.

  • 24 Nobbe K. F. A., Claudii Ptolemaei Geographia, I, Leipzig, K. Tauchnitz, 1843, p. 249-265 ; Müller K (...)
  • 25 Wessely C., « Ptolémée, Géographie, IV, 5, 24 et le papyrus Rainer no 259 », Revue des études grecq (...)

8Même si le P. Vat. gr. 11 a effectivement été retrouvé en Thébaïde, il ne fait pas de doute que les documents du recto proviennent de Marmarique. En effet, plusieurs toponymes qui y sont mentionnés se retrouvent dans le cinquième chapitre du livre IV de la Géographie de Claude Ptolémée (c. 100-après 170 apr. J.-C.), qui constitue le témoignage littéraire antique le plus détaillé sur cette région24, ainsi que dans le SPP XX 45 (= P. Vindob. inv. G 02044), un papyrus documentaire grec qui a probablement été retrouvé dans le nome Arsinoïte. Daté du mois de Phaôphi de la quatrième année de règne de Maximin le Thrace (235-238 apr. J.-C.), c’est-à-dire entre le 28 septembre et le 27 octobre 237 de notre ère, celui-ci contient un acte de dépôt d’argent conclu entre deux personnes originaires de Marmarique25.

La Marmarique

  • 26 Sur cette région, voir, notamment, Pacho J.-R., Relation d’un voyage dans la Marmarique, la Cyrénaï (...)
  • 27 Leclant J., « ‘Per Africae sitientia’. Témoignages des sources classiques sur les pistes menant à l (...)

9La Marmarique (Μαρμαρική) est une région semi-aride et inhospitalière située entre la Cyrénaïque et l’Égypte, et plus précisément entre Darnis (aujourd’hui Derna, en Libye), et le Grand Catabasthme, actuel village égyptien de Solloum26. Dans l’Antiquité, cette zone comptait quelques petits ports difficiles d’accès. Elle était aussi traversée par des routes menant à l’Oasis de Siwa, où se trouvait l’oracle de Zeus-Ammon27.

  • 28 Müller K., Geographi Graeci minores, I, Paris, A. Firmin Didot, 1855, p. 82 : Ἀπὸ δὲ Ἄπιδος ἔθνος Λ (...)
  • 29 D. S., III 49 : […] οἱ δὲ Μαρμαρίδαι κατοικοσι τὴν μεταξὺ ταινίαν Αἰγύπτου καὶ Κυρήνης, μετέχοντες (...)
  • 30 Str., XVII 3, 23 : […] πρὸς ἕω δ’ἔτι μᾶλλον οἱ Μαρμαρίδαι, προσχωροντες ἐπὶ πλέον τῇ Κυρηναίᾳ καὶ (...)
  • 31 Pline, Hist. nat., V 33: Accolunt Marmaridae, a Paraetoni ferme regione ad Syrtim Maiorem usque por (...)
  • 32 Sur cette inscription abondamment commentée, voir Supplementum Epigraphicum Graecum, IX 63 ; Robert(...)

10La Marmarique tire son nom des Marmarides (Μαρμαρίδαι), une tribu de Libyens nomades. D’après le Périple du Pseudo-Scylax 108, daté des IVe ou IIIe siècles av. J.-C., celle-ci occupait un territoire qui allait d’Apis, aujourd’hui Zaouiet Oum el-Rakham, à 20 km à l’Ouest de Marsa Matruh et à 300 km à l’Ouest d’Alexandrie, jusqu’à (Eu) hespérides, l’actuelle Benghazi28. Comme le rappellent aussi Diodore de Sicile, Strabon et Pline l’Ancien, les Marmarides étaient des voisins immédiats des Égyptiens. Pour le premier, les Marmarides correspondent à l’une des quatre tribus de la région autour de Cyrène et des Syrtes ; ils habitent « l’étroite langue de terre située entre l’Égypte et Cyrène, et ils ont aussi une partie de la côte29 ». Selon Strabon, les Marmarides s’avancent davantage vers la Cyrénaïque et s’étendent jusqu’à l’oasis d’Ammon30. Enfin, suivant Pline l’Ancien, les Marmarides s’étendent de la région du Paraetonium, jusqu’à la Grande Syrte31. La tribu des Marmarides était connue pour ses activités guerrières. Les pharaons, les rois grecs, puis, les empereurs romains eurent à lutter diverses fois contre elle : ce fut notamment le cas entre 4 av. J.-C. et 2 apr. J.-C., lors des « guerres marmariques », que mentionne une dédicace offerte par Lucius Orbius, un employé du sanctuaire d’Apollon, à Cyrène (SEG XXVI 1835)32.

  • 33 Sur les raisons du rattachement des provinces de Cyrénaïque et de Crète, qui avait déjà été tenté a (...)
  • 34 Cl. Ptol., Geog., IV 5, § 2-3 (vol. I, p. 250-251 Nobbe; vol. I2, p. 674-679 Müller). Sur le nome l (...)
  • 35 Le P.Oxy. XLII 3067 (Oxyrhynchus, IIIe siècle apr. J.-C.), qui contient une lettre adressée à un dé (...)

11Du point de vue administratif, à l’époque hellénistique, la Marmarique correspond à la partie orientale de la Cyrénaïque. Placée sous le contrôle des Ptolémées en 321 av. J.-C., puis définitivement rattachée à Alexandrie en 246, par le mariage de Bérénice, la fille du roi Magas de Cyrène, avec son cousin Ptolémée VIII Évergète Ier, la Cyrénaïque sera léguée par testament aux Romains, en 96 avant notre ère, par Ptolémée Apion. La province romaine de Cyrénaïque ne sera toutefois formée qu’en 74 avant J.-C., et, en 27 av. J.-C., on lui adjoindra la Crète33. La description de la Marmarique par Claude Ptolémée est la première dans notre documentation à rattacher cette région à l’Égypte. La Marmarique se compose désormais de deux nomes : un nome occidental ou nome marmarique (Μαρμαρικς νομο), qui va de Darnis à Petras Maior, et un nome oriental ou nome libyque (Λιβύης νομο), qui s’étend de Petras Maior au Glaucum Promontorium, à la frontière avec le nome maréotide34. Comme pour le reste de l’Égypte, chaque nome est dirigé par un stratège35.

D’après Laronde A., Cyrène et la Libye hellénistique. Libykai historiai de l’époque républicaine au Principat d’Auguste, Paris, Éd. du CNRS, 1987, p. 227 (= Études d’Antiquités Africaines).

  • 36 Sur cette révolte des Juifs et ses conséquences, voir notamment Applebaum S., Jews and Greeks in An (...)
  • 37 Fraser P. M., avec une note d’Applebaum S., « Hadrian and Cyrene », The Journal of Roman Studies, 4 (...)

12Il a fallu un événement important pour que, entre Pline l’Ancien, qui n’inclut pas la Marmarique dans sa liste des nomes égyptiens (Hist. nat., V 49), et Claude Ptolémée, la situation administrative de cette région ait à ce point changé. Cet événement pourrait être la grande révolte juive qui se déclencha en Cyrénaïque, sous la conduite d’un certain Andreas ou Loukouas, dans la première moitié de 115 de notre ère, et qui embrasa tout l’Orient, dont l’Égypte, jusqu’en 117, lorsque Q. Marcus Turbo y mit un terme36. Il est possible que, au moment de cette révolte très violente, les forces romaines de Cyrénaïque et d’Égypte se soient unies et que, une fois la révolte réprimée, cette zone frontalière, semi-aride et peu habitée qu’est la Marmarique, soit restée rattachée à l’Égypte. Après la révolte, les Antonins, puis les Sévères, s’efforcèrent de reconstruire la Cyrénaïque et ses environs, qui avaient été dévastés : ils repeuplèrent la région, relevèrent les édifices démolis, en construisirent de nouveaux et remirent en état les routes37.

  • 38 Sur la Cyrénaïque à l’époque des Battiades (c. 630-440 av. J.-C.), voir Chamoux F., Cyrène, op. cit (...)

13La situation administrative de la Marmarique décrite par Claude Ptolémée n’a probablement guère évolué jusqu’en 297 de notre ère, au moment où Dioclétien procède à une réorganisation générale de l’Empire. Il créa notamment deux provinces de Libye, l’une, la Libye inférieure ou sèche (Libya inferior ou sicca), correspondant à l’ancienne Marmarique, avec Paraetonium pour capitale, et l’autre, la Libye supérieure ou pentapole (Libya superior ou pentapolis), correspondant à l’ancienne Cyrénaïque, et dont la capitale a été Ptolémaïs, puis Apollônia, rebaptisée Sôzousa (Σῴζουσα) au milieu du Ve siècle. La Marmarique tombe finalement aux mains des Arabes en 643 apr. J.-C.38.

Le contenu du recto

  • 39 L’exposé du contenu du P. Vat. gr. 11r se fonde en bonne partie sur les recherches d’Alessandrì S.,(...)

14Le recto du papyrus du Vatican 11 contient des portions de deux registres écrits en grec. Assemblés, ceux-ci prennent en considération 190 biens immobiliers saisis par le fisc39.

  • 40 Dans le P. Vat. gr. 11r, il n’est pas précisé à quel règne font référence ces cinq années, mais il (...)
  • 41 La formule est toujours notée en abrégé : εξ π ιϛ εως κ κατ x. Les premiers éditeurs suggéraient de (...)

15Écrit par une seule main, le premier registre occupe les colonnes I à VIII. Il est composé de trois morceaux non contigus (les morceaux I, II et III) qui ont été réunis au moment de l’assemblage du rouleau. Le registre contient les transcriptions de 113 biens immobiliers, dont on donne la rente, ou l’absence de rente, par année, pour une période de cinq ans. En grec, la formule utilisée est ἐξ (ο) π(εριγίνεται) ιϛ<att> (ἔτει) ἔως κ<att> (ἔτους) κατ’(ἔτος) x, qu’il faut comprendre : le bien dont on vient de faire la transcription (ἐξ (οὗ)), de la 16e à la 20e année (ιϛ<att> (ἔτει) ἔως κ<att> (ἔτους)) de règne de Septime Sévère et de ses fils, c’est-à-dire de 207/208 à 211/212 apr. J.-C.40, rapporte par année une rente x (π(εριγίνεται) κατ’(ἔτος) x41). L’absence de rente s’exprime par les mots ἐξ (οὗ) οὐθὲν π(εριγίνεται), ou, simplement, οὐθὲν π(εριγίνεται).

  • 42 La formule est toujours notée en abrégé : συντ και αναχ δ y. Sur son interprétation, voir Alessandr (...)

16Écrit lui aussi par une seule main, le second registre occupe les colonnes IX à XII, correspondant au quatrième morceau du rouleau. Il contient les transcriptions de 77 biens, dont on précise la rente annuelle, de la même manière que dans le premier registre. Cependant, à la différence de celui-ci, l’indication de la rente est régulièrement précédée par la formule συντ(ιμηθέντα) καὶ ἀναχ (θέντα) δη(νάρια) y, qui signifie que le bien a été évalué (συντίμησις) et inséré (ἀναγωγή) dans le registre des biens disponibles à la vente (l’évaluation est toujours exprimée en deniers)42.

  • 43 On ignore la dénomination exacte de ces circonscriptions majeures (peut-être μέριδες, ou, plutôt, ν (...)
  • 44 Dans Cl. Ptol., Geog., IV 5, 21 on trouve la mention de Bassachites (Βασσαχεῖται), vivant dans le n (...)
  • 45 Comme le remarquent Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. XVIII, au nom Γαρέαθις correspond la forme l (...)
  • 46 Calderini A., « L’interesse », op. cit., p. 47-48, qui relève de nombreuses correspondances entre l (...)
  • 47 Calderini A., « L’interesse », op. cit., p. 47-48 ; Id., « Ancora del papiro », op. cit., p. 68. Po (...)
  • 48 Sur ces toponymes et leur répartition au sein des circonscriptions, voir Calderini A., « L’interess (...)
  • 49 Alessandrì S., op. cit., p. 219. Toutes les autres informations présentes dans les transcriptions s (...)

17Les deux registres ont plusieurs points communs. Ils font référence au même lustre, ‒ les 16e-20e années de règne de Septime et de ses fils, c’est-à-dire 207/208-211/212 apr. J.-C. ‒, et concernent des biens saisis dans le nome Marmarique. Dans les deux registres, les biens sont ordonnés topographiquement, par localité, puis, au sein de chaque localité, d’après le nom de leur ancien propriétaire, c’est-à-dire de celui dont le fisc a saisi le bien. Du point de vue topographique, les biens sont regroupés par circonscriptions majeures. Le nom de chaque circonscription figure en tête des transcriptions : occupant une ligne à lui seul, il est écrit dans un module légèrement plus grand que le reste du texte. Dans le premier registre, on déchiffre le nom de 5 circonscriptions majeures43 :]ônkai.iôn (I 3 : ]ωνκαι̣.ιων), Subiakês (IV 1 : Συβιακ̣ς), Septoumiakês (IV 40 : Σεπτουμιακ[ς]), Bassacheôs (V 24 : Βασσά̣χ̣εως44) et Gareatheôs (Γαρεάθεως45, qui est divisée en deux parties : occidentale [VI 36 : λιβυκο μέρους] et orientale [VII 22 : ἀπηλιωτικο μέρους]). Toutes sont situées à l’intérieur du pays, c’est-à-dire dans des territoires surtout agricoles46. Si l’on excepte les 22 premières lignes de la colonne IX, relatives à une circonscription majeure dont le nom est perdu, le deuxième registre ne contient, dans son état actuel, que la mention d’une seule circonscription majeure : Cherronêsou (IX 23 : Χερρονήσου), qu’il faut identifier à la Grande Chersonèse (Χερσόνησος Μέγαλος). Celle-ci correspond à une partie du territoire côtier du nome Marmarique, plus urbanisé que l’intérieur des terres47. Chaque circonscription majeure est subdivisée en circonscriptions mineures, les παρατομαί. Les circonscriptions majeures ou mineures comptent une ville et des villages (πόλις, ‒ il n’y en a qu’une mentionnée dans le P. Vat. gr. 11r : Νέα πόλις, en Grande Chersonèse ‒, et κμαι), des lieux habités (τόποι ou χωρία), des vallons (νάπαι), des citernes (λάκκοι), des étangs (λίμναι) et des champs (ἀγροί)48. Enfin, la formule utilisée pour indiquer la rente annuelle, identique dans les deux registres, est un autre point commun à ces documents49.

  • 50 Alessandrì S., op. cit., p. 219-221 et n. 41. Le P. Pher. a été édité par P. J. Sijpesteijn et K. A (...)
  • 51 Alessandrì S., op. cit., p. 213 n. 17.

18Tous ces éléments invitent à penser que le P. Vat. gr. 11r contient des portions de deux registres différents, mais relevant du même genre documentaire. Après avoir comparé la structure de leurs transcriptions à celle d’autres documents grecs d’Égypte analogues, dont le P.Pher., daté d’après 195/196 de notre ère et contenant un registre de biens confisqués à Pheretnuis (nome Cynopolite)50, S. Alessandrì en a conclu que, après avoir été saisis pour diverses raisons, les biens transcrits dans les registres de Marmarique ont été donnés en location pour une période de cinq ans, ‒ de la 16e à la 20e année de Septime Sévère et de ses fils. Par la formule ἐξ (οὗ) π (εριγίνεται) ιϛ<att> (ἔτει) ἔως κ<att> (ἔτους) κατ’(ἔτος) x, on donne la rente ou le loyer annuel de ce bien pendant ce lustre. Le montant de la rente ou du loyer est fixé en nature ou en deniers, suivant qu’on a affaire à des terrains ou à des immeubles. Quant à la formule συντ(ιμηθέντα) καὶ ἀναχ(θέντα) δη(νάρια) y, attestée dans le second registre, elle est employée pour indiquer que le bien confisqué a été évalué et inséré dans le registre des biens disponibles à la vente, mais qu’entre-temps, dans l’attente d’un acquéreur, celui-ci est donné en location aux conditions prévues (celles précisées par la formule ἐξ (ο) π (εριγίνεται) ιϛ<att> (ἔτει) ἔως κ<att> (ἔτους) κατ’(ἔτος) x)51.

  • 52 Alessandrì S., op. cit., p. 221. Pour un examen détaillé des dates antérieures à ce lustre, voir, d (...)

19Les autres dates mentionnées en dehors de la période « 16e-20e années », pendant laquelle le bien saisi est donné en location, sont toutes antérieures à celle-ci et se rapportent, soit à la date d’acquisition d’un bien par son ancien propriétaire, soit à celle de sa saisie par le fisc52. La rédaction des registres a dû avoir lieu peu après ce lustre : elle doit se situer vers la 20e ou la 21e année de règne de Septime Sévère et de ses fils, c’est-à-dire vers 211/213 apr. J.-C., et, en tout cas, avant le mois de Mesorê de la 23e année de règne de Caracalla (= 25 juillet-23 août 215). En effet, à ce moment-là, les deux registres avaient probablement perdu leur valeur officielle, puisque le verso du second a été employé pour écrire un autre document.

20Du point de vue documentaire, le P. Vat. gr. 11r est très précieux. Il apporte en effet une foule d’informations géographiques, socio-économiques, historiques, lexicologiques ou métrologiques. Cependant, cet apport demeure bien souvent difficile à interpréter, en raison de l’absence de parallèles pour la région. Voici quelques exemples de son intérêt en géographie :

    • 53 Selon Hdt., IV 192 et 199, le mot βουνός serait cyrénéen : voir à ce propos Chantraine P., Dictionn (...)
    • 54 Calderini A., « Ancora del papiro », op. cit., p. 66-68.

    en géographie physique, les registres attestent des mots tels que τράχων, désignant un terrain rocailleux et accidenté, et νάπη, « vallon », qui sont absents de la documentation papyrologique grecque d’Égypte, ainsi que βουνός, « colline53 », ou encore χέρσος, « désert54 » ;

    • 55 La région est longtemps restée peu explorée par les archéologues : Mattingly D., op. cit., p. 559 e (...)

    si plusieurs des nombreux toponymes cités figurent également dans le papyrus viennois SPP XX 45, mentionné précédemment, ainsi que dans la description de la région par Claude Ptolémée et par d’autres géographes, la majorité d’entre eux reste toutefois inconnue par ailleurs. Il faut espérer que des fouilles archéologiques apporteront de nouvelles informations sur la géographie de la région à l’époque gréco-romaine55 ;

    • 56 Sur la fréquence des παρατομαί en fonction des circonscriptions majeures, voir Calderini A., « L’in (...)

    en ce qui concerne le vocabulaire des circonscriptions administratives, signalons le mot παρατομή, « district », un substantif qui, comme quelques autres, semble propre à cette région : en effet, si l’on excepte une inscription de Délos (ID 507bis, l. 9), du IIIe siècle avant notre ère, où le mot, restitué, est employé au pluriel et dans un tout autre contexte, seuls, le P. Vat. gr. 11r et le SPP XX 45, attestent ce mot56.

  • 57 Husson G., ΟΙΚΙΑ. Le vocabulaire de la maison privée en Égypte d’après les papyrus grecs, Paris, Pu (...)
  • 58 Dans le P. Vat. gr. 11r, ainsi que dans quelques papyrus documentaires grecs, le mot αὐλή possède é (...)
  • 59 Sur le substantif μακρών, dont les seules attestations papyrologiques connues à ce jour sont celles (...)
  • 60 Husson G., ΟΙΚΙΑ, op. cit., p. 38.
  • 61 Ibid., p. 160-162.
  • 62 Husson G., « Autour des maisons d’Égypte : Papyrologica », Chronique d’Égypte, 50, 1975, p. 212-214
  • 63 Romanelli P., La Cirenaica romana. 96 a. C.-642 d. C., Verbania, Airoldi, 1943, p. 127-128 ; Larond (...)

21Notre documentation sur les bâtiments antiques s’est aussi accrue grâce à ces registres qui décrivent des terrains (οἰκόπεδα, qui désigne l’emplacement d’une maison, avec ou sans construction, et ψιλοὶ τόποι, qui sont des terrains à bâtir57), des maisons (οἰκίαι), avec leurs fondations (τὰ θεμέλια) et leurs dépendances (χρηστήρια), des pièces diverses (οἶκοι), des cours (αὐλαί58), dans lesquelles peuvent se trouver un pétrin (μακρών59), un four (κάμεινος) ou un pressoir à vin (ληνὸν σταφύλιον), des θάλαμοι, qui ne sont pas des chambres, et dont le sens exact ne peut être établi (peut-être est-ce une de ces particularités de vocabulaire propres à la région60), une cuisine (μαγειρεον, c’est la seule attestation papyrologique de ce mot à l’époque romaine61), un jardin (κῆπος), des ateliers (ἐργαστήριον, κεραμεον), des νουβεῖς (un mot peut-être d’origine libyque, désignant une sorte de grenier ou d’entrepôt62), des puits (φρέατες), etc. Du point de vue historique, le contenu immobilier des registres constitue un témoignage du repeuplement de la région dans la seconde moitié du IIe siècle et au début du IIIe siècle apr. J.-C., et de l’impulsion économique qui en a découlé, suite à la grande révolte des Juifs de 115-117 apr. J.-C.63.

  • 64 Catani E., « La coltura delle vite e la produzione di vino nella Cirenaica greca e romana : le font (...)
  • 65 Calderini A., « L’interesse », op. cit., p. 49-50 ; Masson O., « Grecs et Libyens en Cyrénaïque, d’ (...)
  • 66 Ainsi, le médimne est une unité de mesure utilisée en Marmarique, alors que dans le reste de l’Égyp (...)

22Le recto du papyrus du Vatican fournit également d’autres informations relevant de l’économie (notamment sur les cultures pratiquées, comme la viticulture64) et de la fiscalité ; de la linguistique, puisque les registres mentionnent des anthroponymes libyques ou présumés tels, comme Βουβαλος, Ιαφθας, Ιθαννυρας ou encore Μαγδαλις, en plus des noms d’origine gréco-latine et égyptienne65 ; de la métrologie, puisqu’en Marmarique on n’utilise pas les mêmes unités de mesure qu’en Égypte, ce qui montre aussi l’indépendance relative dont a joui la Marmarique, lorsqu’elle était sous la juridiction du préfet d’Égypte66.

  • 67 La Pira G., « Esegesi », op. cit., p. 141.

23Une nouvelle édition critique des registres de Marmarique devrait permettre de développer ces aspects et peut-être de résoudre l’une ou l’autre des nombreuses difficultés que ces documents présentent, y compris dans leurs relations avec le verso. En attendant, nous conclurons en reprenant à notre compte la dernière phrase d’un article du juriste et homme politique italien G. La Pira (1904-1977), à propos de ces documents : « nous pouvons dire de notre papyrus ce que l’on répète pour des sources de grande importance : il y a du travail pour tous et pour longtemps encore67 ».

Notes

1 La seule édition à ce jour des documents du recto du P. Vat. gr. 11 est celle de Norsa M., Vitelli G., Il papiro Vaticano greco 11. 1. ΦΑΒΩΡΙΝΟΥ ΠΕΡΙ ΦΥΓΗΣ. 2. Registri fondiari della Marmarica, Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1931 (= Studi e Testi, 53), qui contient aussi la première édition du traité du rhéteur arlésien copié au verso. Celui-ci a été ensuite réédité par Barigazzi A., Favorino di Arelate. Opere, Florence, Felice Le Monnier, 1966, p. 347-521 (= Testi greci e latini con commento filologico, 4) et par Tepedino Guerra A., Favorino di Arelate. L’Esilio (Pap. Vat. Gr. 11 verso), Rome, Edizioni dell’Ateneo, 2007 (= Testi e Commenti, 20). Sur l’assemblage des morceaux documentaires, voir Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. VII ; Tepedino Guerra A., op. cit., p. 19 ; Bastianini G., « Il papiro di Favorino (Pap. Vaticano Greco 11) », dans Ciampi C. A., Favorino d’Arelate e la consolazione Περὶ φυγς (Tesi di laurea della Regia Università degli Studi di Pisa, a. a. 1940/41), ristampa anast. a cura di Montanari F., introd. di Settis S., Pise, Edizioni della Normale, 2011, p. 1-5 ; Alessandrì S., « La cronologia di P. Vat. Gr. 11r. (P. Marm.) », Analecta papyrologica, 25, 2013, p. 209-211.

2 Tepedino Guerra A., op. cit., p. 18.

3 Ibid., p. 17-18.

4 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. VII; Bastianini G., « ΒΙΒΛΙΟΝ ΕΛΙΣΣΟΜΕΝΟΝ. Sull’avvolgimento dei rotoli opistografi », dans Storia poesia e pensiero nel mondo antico. Studi in onore di Marcello Gigante, Naples, Bibliopolis, 1994, p. 45-48 (= Saggi Bibliopolis, 46).

5 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. VII ; Tepedino Guerra A., op. cit., p. 20.

6 Tepedino Guerra A., op. cit., p. 18-19.

7 On trouvera une liste des κολλήσεις originelles et non-originelles, préparée par G. Messeri Savorelli, dans Tepedino Guerra A., op. cit., p. 19 et n. 68.

8 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. VII.

9 Ibid., p. VII.

10 Cette réédition a été annoncée pour la première fois dans le Notiziario di Studi e Ricerche in corso 27 (déc. 1996), p. 7.

11 G. Messeri Savorelli, dans Tepedino Guerra A., op. cit., p. 19.

12 Voir, par exemple, P. Vat. gr. 11r, col. VII, 40 (ανθ), et les commentaires d’Alessandrì S., op. cit., p. 231 n. 69.

13 P. Vat. gr. 11r, col. III, 21-22: τῷ ιζ (ἔτει) θεοῦ Ἁδριαν[ο] ; Alessandrì S., op. cit., p. 221 et 227.

14 Bastianini G., « Il papiro », op. cit., p. 2 n. 6 ; Alessandrì S., op. cit., p. 238. L’empereur Septime Sévère avait associé ses enfants au pouvoir : ainsi, en 198, Caracalla, son fils aîné, avait reçu le titre d’Auguste, et Geta, le cadet, celui de César, avant de devenir lui-même Auguste en 209. À la mort de leur père, en février 211, les deux enfants héritèrent du trône, mais leur rivalité était telle qu’en définitive, Caracalla fit assassiner Geta en décembre 211. Sur la datation du règne de Caracalla (et aussi Geta), voir Grenier J.-Cl., Les Titulatures des empereurs romains dans les documents en langue égyptienne, Bruxelles, Fondation Égyptologique Reine Élisabeth, 1989, p. 76 (= Papyrologica Bruxellensia, 22) : « À l’instar de Commode, Caracalla engloba dans le décompte de ses années régnales toutes celles de son père Septime Sévère. Il régna donc fictivement 25 ans. »

15 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. VIII-IX. Pour un résumé des opinions qui ont été émises sur les raisons de la présence de cette liste au verso, voir Alessandrì S., op. cit., p. 239-240.

16 En réalité, ce sont les années 211/212 apr. J.-C. qui représentent la date la plus récente dans le papyrus. Les documents ont probablement été écrits à la même période, ou légèrement après. Sur la chronologie du P. Vat. gr. 11r, qui a récemment fait l’objet d’une analyse détaillée par Alessandrì S., op. cit., p. 209-241, voir ci-dessous.

17 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. IX.

18 Collart P., « Favorinus d’Arles », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 34, 1932, p. 24 n. 5 ; voir également Lavagnini B., c. r. de Norsa M., Vitelli G., op. cit., Rivista indo-greco-italica di filologia, lingua, antichità, 15, 1931, p. 220 ; Barigazzi A., op. cit., p. 348.

19 Tepedino Guerra A., op. cit., p. 26-27 : « Il testo letterario […] può essere stato trascritto dopo il 215 d. C. e datarsi, perciò, alla metà del iii secolo circa, come la stessa scrittura fa pensare… »

20 Alessandrì S., op. cit., p. 241 : « È assai probabile che la trascrizione dell’operetta di Favorino sia avvenuta non molto tempo dopo il 215 d. C. »

21 Collart P., op. cit., p. 24.

22 Tepedino Guerra A., op. cit., p. 11 ; Bastianini G., « Il papiro », op. cit., p. 1. Si l’on en croit Breccia E., Egitto greco e romano, Pise, Nistri-Lisci ed., 19573, p. 66, le rouleau aurait été retrouvé à Hîw, un village construit sur les ruines de Diospolis Parva, « dentro un vaso di terra cotta, in fondo a una buca apertasi sotto i muri d’una moderna casa rovinata ».

23 Tepedino Guerra A., op. cit., p. 13.

24 Nobbe K. F. A., Claudii Ptolemaei Geographia, I, Leipzig, K. Tauchnitz, 1843, p. 249-265 ; Müller K., Claudii Ptolemaei Geographia, I2, Paris, A. Firmin Didot, 1901, p. 674-728. Sur les toponymes présents tant dans l’œuvre de Cl. Ptolémée que dans les documents du P. Vat. gr. 11r, voir Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. XVII-XVIII ; Calderini A., « L’interesse geografico e topografico del Pap. Vat. gr. 11 », dans Miscellanea gregoriana : Raccolta di scritti pubblicati nel I Centenario dalla Fondazione del Pontificio Museo Egizio (1839-1939), Cité du Vatican, Tipografia Poliglotta Vaticana, 1941, p. 39-50. Des toponymes cités dans le papyrus du Vatican sont également attestés dans d’autres écrits géographiques : Str., XVII, 1, 14 et 3, 22-23 ; Itinéraire d’Antonin, 68-71 ; Table de Peutinger ; Stadiasme de la Grande Mer = Hippolyte, vol. IV, p. 46-47 Helms (= Die Griechischen Christlichen Schriftsteller, 46) et Geographi Graeci minores I, p. 440-441 ; Synekdêmos 733, 4 ; le cosmographe anonyme de Ravenne, III 2-4 (667/670 apr. J.-C.) ; Georges De Chypre, Descr. orb. rom. 787a-i. À ce propos, voir Calderini A., « L’interesse », op. cit., p. 46-47.

25 Wessely C., « Ptolémée, Géographie, IV, 5, 24 et le papyrus Rainer no 259 », Revue des études grecques, 32, 1919, p. 504-507 ; Id., Studien zur Palaeographie und Papyruskunde. XX. Catalogus Papyrorum Raineri. Series Graeca. Pars I. Textus Graeci papyrorum, qui in libro « Papyrus Erzherzog Rainer-Führer durch die Ausstellung Wien 1894 » descripti sunt, Leipzig, E. Avenarius, 1921, p. 39 (no 45) ; Calderini A., « L’interesse », op. cit., p. 40 ; Colin F., Les Peuples libyens de la Cyrénaïque à l’Égypte d’après les sources de l’Antiquité classique, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2000, p. 71-72 (= Mémoires de la Classe des Lettres. 3e série, t. 25).

26 Sur cette région, voir, notamment, Pacho J.-R., Relation d’un voyage dans la Marmarique, la Cyrénaïque et les oasis d’Audjelah et de Maradèh, Paris, A. Firmin-Didot, 1827 (éd. sur CD-ROM, Paris, Harpocrate, 2012 [= Les Grandes Expéditions scientifiques du XIXe siècle, 5]) ; Kees H., « Marmarica (Μαρμαρική) », Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, XIV.2, 1930, col. 1881-1883 ; Gauthier H., Les Nomes d’Égypte depuis Hérodote jusqu’à la conquête arabe, Le Caire, Imprimerie de l’IFAO, 1935, p. 178-180 (= Mémoires..., 25) ; Calderini A., Daris S., Dizionario dei nomi geografici e topografici dell’Egitto greco-romano, III, Milan, Cisalpino-Goliardica, 1980, p. 238 ; Laronde A., Cyrène et la Libye hellénistique. Libykai historiai de l’époque républicaine au principat d’Auguste, Paris, Éd. du CNRS, 1987, p. 219-232 (= Études d’Antiquités Africaines) ; Huss W., « Marmarica », Der Neue Pauly, 7, 1999, col. 926-927 et Brill’s New Pauly, 8, 2006, col. 378-379 ; Mattingly D., dans Talbert R. J. A. (éd.), Barrington Atlas of the Greek and Roman World, I, Princeton, Oxford, Princeton University Press, 2000, p. 558-569 (« Map 38 Cyrene ») et p. 1108-1116 (« Map 73 Ammon »).

27 Leclant J., « ‘Per Africae sitientia’. Témoignages des sources classiques sur les pistes menant à l’oasis d’Ammon », Bulletin de l’Institut Français d’Archéologie Orientale 49, 1950, p. 193-253 ; Desanges J., Pline l’Ancien. Histoire naturelle. Livre V, 1-46. 1re partie (L’Afrique du Nord), Paris, Les Belles Lettres, 1980, p. 351 ; Laronde A., Cyrène, op. cit., p. 222 ; Mattingly D., op. cit., p. 559. Sur les voyages, par voie terrestre et maritime, entre la Libye et l’Égypte, voir Guédon S., Voie de mer, voie de terre : les itinéraires de voyage entre l’Afrique Proconsulaire et l’Égypte romaine à travers les sources écrites, dans Ead. (éd.), Entre Afrique et Égypte : relations et échanges entre les espaces au sud de la Méditerranée à l’époque romaine, Bordeaux, Ausonius, 2012, p. 45-70 (= Scripta Antiqua, 49).

28 Müller K., Geographi Graeci minores, I, Paris, A. Firmin Didot, 1855, p. 82 : Ἀπὸ δὲ Ἄπιδος ἔθνος Λιβύων ἐστὶ οἱ Μαρμαρίδαι μέχρις εἰς Ἑσπερίδας. Notons que, si l’ethnique Μαρμαρίδαι est attesté depuis le Périple du Ps.-Scylax, le toponyme Μαρμαρική n’apparaît pour la première fois que chez Claude Ptolémée. En latin, l’adjectif Marmaricus est attesté depuis le Ier siècle apr. J.-C. au moins (voir, par exemple, Pline, Hist. nat., XIII 127).

29 D. S., III 49 : […] οἱ δὲ Μαρμαρίδαι κατοικοσι τὴν μεταξὺ ταινίαν Αἰγύπτου καὶ Κυρήνης, μετέχοντες καὶ τς παραλίου.

30 Str., XVII 3, 23 : […] πρὸς ἕω δ’ἔτι μᾶλλον οἱ Μαρμαρίδαι, προσχωροντες ἐπὶ πλέον τῇ Κυρηναίᾳ καὶ παρατείνοντες μέχρι Ἄμμωνος. Comme le remarque Laronde A., Cyrène, op. cit., p. 227, les verbes employés, προσχωρεν, « s’avancer vers » et παρατείνειν, « s’étendre », illustrent le mouvement de ces tribus nomades. Strabon avait déjà mentionné les Marmarides en II 5, 33 : τοὺς δὲ τς θαλάττης ἐγγὺς ἢ καὶ ἁπτομένους αὐτς πρὸϲ Αἰγύπτῳ μὲν Μαρμαρίδας μέχρι τς Κυρηναίας, « quant aux peuples situés à proximité ou sur le bord de la mer, ce sont, du côté de l’Égypte, les Marmarides jusqu’à la Cyrénaïque » ; voir aussi XVII 1, 13.

31 Pline, Hist. nat., V 33: Accolunt Marmaridae, a Paraetoni ferme regione ad Syrtim Maiorem usque porrecti. On notera que Pline orthographie le nom de cette tribu, tantôt Marmaridae, tantôt Marmarides. Selon Desanges J., Pline, op. cit., p. 420, cette hésitation trahit peut-être les sources utilisées par l’encyclopédiste latin dans la préparation de sa description de l’Afrique. Pour plus de détails sur les trois sources principales de Pline l’Ancien (Posidonios, les commentaires et la carte d’Agrippa, ainsi que les Formulae provinciarum) voir ibid., p. 11-27. Parmi d’autres témoignages sur le territoire des Marmarides, mentionnons encore le vers 199 de la Périégèse de Priscien (VIe siècle) : Marmaridae post haec Aegypti ad flumina vertunt, « Après celle-ci (i. e. Cyrène), les Marmarides se tournent vers le fleuve d’Égypte ».

32 Sur cette inscription abondamment commentée, voir Supplementum Epigraphicum Graecum, IX 63 ; Robert L., « Épigramme de Cyrène », dans Hellenica, I, Paris, Adrien-Maisonneuve, 1940, p. 10-15 ; Id., « Addenda au volume premier », dans Hellenica, II, Paris, Adrien-Maisonneuve, 1946, p. 142-145 ; Id., « Addenda aux tomes I-X », dans Hellenica, XI, Paris, Adrien-Maisonneuve, 1960, p. 542-555 ; Desanges J., « Un drame africain sous Auguste. Le meurtre du proconsul L. Cornelius Lentulus par les Nasamons », dans Bibauw J. (éd.), Hommages à Marcel Renard, II, Bruxelles, Latomus, 1969, p. 197-213 (= Collection Latomus, 102) ; Chamoux F., « La dédicace de L. Orbius à Cyrène », dans Recueil Plassart. Études sur l’antiquité grecque offertes à André Plassart par ses collègues de la Sorbonne, Paris, Les Belles Lettres, 1976, p. 47-57 ; Bommelaer B., Diodore de Sicile. Bibliothèque historique. T. III : livre III, Paris, Les Belles Lettres, 1989, p. 144 ; Colin F., Les peuples libyens, op. cit., p. 97. Pour d’autres témoignages sur les activités guerrières des Marmarides, voir ibid., p. 87-115.

33 Sur les raisons du rattachement des provinces de Cyrénaïque et de Crète, qui avait déjà été tenté avant 27 av. J.-C., voir notamment Chamoux F., Cyrène sous la monarchie des Battiades, Paris, De Boccard, 1953, p. 12-14; Harrison G. W. M., « The Joining of Cyrenaica to Crete », dans Barker G., Lloyd J., Reynolds J. (éd.), Cyrenaica in Antiquity, Oxford, British Archaeological Reports, 1985, p. 365-373 (= BAR International Series, 236 ; Society for Libyan Studies. Occasional Papers, I) ; Laronde A., « La Cyrénaïque romaine, des origines à la fin des Sévères (96 av. J.-C.- 235 apr. J.-C.) », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II 10.1, 1988, p. 1013-1015.

34 Cl. Ptol., Geog., IV 5, § 2-3 (vol. I, p. 250-251 Nobbe; vol. I2, p. 674-679 Müller). Sur le nome libyque, voir Kees H., « Libyae (Nomos) », Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, XIII, 1, 1926, col. 146-148; Gauthier H., op. cit., p. 37-38; Mathwich J., « Übersendung von Akten des Konvents von 202 unter Q. Maecius Laetus an den Libyschen Gau (P. Amsterdam Gr. inv. nr. 23) », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 15, 1974, p. 74-75 ; Calderini A., Daris S., Dizionario dei nomi geografici e topografici dell’Egitto greco-romano, III, Milan, Cisalpino-Goliardica, 1980, p. 199-200 et Suppl. 1, 1988, p. 187.

35 Le P.Oxy. XLII 3067 (Oxyrhynchus, IIIe siècle apr. J.-C.), qui contient une lettre adressée à un dénommé Hieracapollon (15 : Ἱερα̣κ̣α̣πόλλωνι) de la part d’Achilliôn, stratège de Marmarique (16-17 : π (αρὰ) Ἀχιλλίωνος | σ̣ [τ] ρ̣ (ατηγο) Μαρμαρικς), donne la seule attestation connue à ce jour d’un stratège de Marmarique. Sur le stratège et ses fonctions, à l’époque romaine, voir, par exemple, Montevecchi O., « L’amministrazione dell’Egitto », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II 10.1, 1988, p. 440-442, et, dans le même volume, aux p. 568-617, Whitehorne J., « Recent Research on the strategi of Roman Egypt (to 1985) ».

36 Sur cette révolte des Juifs et ses conséquences, voir notamment Applebaum S., Jews and Greeks in Ancient Cyrene, Leyde, Brill, 1979 (= Studies in Judaism in Late Antiquity, 28) ; Laronde A., « La Cyrénaïque romaine », op. cit., p. 1047-1049 ; Mélèze Modrzejewski J., Les Juifs d’Égypte de Ramsès II à Hadrien, Paris, Presses Universitaires de France, 1997, p. 271-301 ; Hadas-Lebel M., Rome, la Judée et les Juifs, Paris, Picard, 2009, p. 153-167 (chap. X).

37 Fraser P. M., avec une note d’Applebaum S., « Hadrian and Cyrene », The Journal of Roman Studies, 40 (1950), p. 77-90 ; Laronde A., « La Cyrénaïque romaine », op. cit., p. 1049-1060 ; Mélèze Modrzejewski J., op. cit., p. 300.

38 Sur la Cyrénaïque à l’époque des Battiades (c. 630-440 av. J.-C.), voir Chamoux F., Cyrène, op. cit. ; pour la période qui va de la chute des Battiades (440 av. J.-C.) à la fin des Sévères (235 apr. J.-C.), voir Laronde A., Cyrène, op. cit., et « La Cyrénaïque romaine », op. cit., p. 1006-1064. Pour l’époque byzantine, voir Roques D., Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, Éd. du CNRS, 1987 ; Id., Garzya A., Synésios de Cyrène. T. II. Correspondance. Lettres I-LXIII, Paris, Les Belles Lettres, 2000, p. XXVIII-XLIX.

39 L’exposé du contenu du P. Vat. gr. 11r se fonde en bonne partie sur les recherches d’Alessandrì S., op. cit., p. 209-241. Pour un résumé des opinions précédentes, notamment celles de Gallavotti C., La Pira G., « Un registro catastale e un libro processuale dalla Marmarica nel nuovo papiro vaticano », Bullettino dell’Istituto di Diritto Romano, 39, 1931, p. 19-31, et La Pira G., « Esegesi del papiro vaticano (Documento della Marmarica) », Bullettino dell’Istituto di Diritto Romano, 41, 1933, p. 103-141, voir ibid., p. 209-218. Sur le nombre de biens immobiliers transcrits dans ces registres, voir Calderini A., « L’interesse », op. cit., p. 40 ; Id., « Ancora del Papiro Vaticano greco 11 », Rendiconti della Pontificia Accademia Romana di Archeologia 15, 1939, p. 57-71.

40 Dans le P. Vat. gr. 11r, il n’est pas précisé à quel règne font référence ces cinq années, mais il est très probable que c’est à celui de Septime Sévère et de ses fils, plutôt qu’à celui de Commode (16e-20e années = 175/176-179/180 apr. J.-C.), comme l’avaient suggéré les premiers éditeurs, Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. XIX, et comme on le pensait jusqu’à la récente étude d’Alessandrì S., op. cit., p. 209-241, en part. p. 221-227. Parmi les arguments avancés par le chercheur italien, il y a la mention du préfet d’Égypte Claudius Iulianus. Grâce au témoignage de plusieurs papyrus documentaires grecs, il est désormais établi que ce personnage a exercé son activité de préfecture entre 203 et 205/206 apr. J.-C. Le papyrus du Vatican confirme cette datation : en IX 17, on lit ὑπὸ Κλ(αυδίου) Ἰουλ (ιανο) το ἡγεμ (όνος) τ ιδ (ἔτει), « sous la préfecture de Claudius Iulianus, pour la 14e année » de règne d’un empereur non nommé mais qui ne peut être que Septime Sévère, puisque la 14e année de son règne correspond aux années 205/206 apr. J.-C., ce qui concorde avec ce que l’on sait de la période d’activité de préfecture de Claudius Iulianus. À ce propos, voir Bastianini G., « Il papiro », op. cit., p. 2 n. 6 ; Alessandrì S., op. cit., p. 224-226, et la bibliographie mentionnée dans les n. 49, 52-54.

41 La formule est toujours notée en abrégé : εξ π ιϛ εως κ κατ x. Les premiers éditeurs suggéraient de résoudre l’abréviation π par une forme passée du verbe περιγίνομαι (π (εριεγένετο) ou π (εριεγένοντο)) ; pour la forme présente, voir Alessandrì S., op. cit., p. 213. La rente annuelle est exprimée en nature (huile d’olive, ἐλαίου ; orge, κριθς ; vin, οἰνο ; blé, πυρο ; figues, σύκων ; dattes, φοινικών ; etc.) ou en deniers romains (δηνάρια).

42 La formule est toujours notée en abrégé : συντ και αναχ δ y. Sur son interprétation, voir Alessandrì S., op. cit., p. 213.

43 On ignore la dénomination exacte de ces circonscriptions majeures (peut-être μέριδες, ou, plutôt, νομαρχίαι) : Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. XVIII ; Calderini A., « L’interesse », op. cit., p. 41.

44 Dans Cl. Ptol., Geog., IV 5, 21 on trouve la mention de Bassachites (Βασσαχεῖται), vivant dans le nord du nome Marmarique (κατέχουσι δὲ τὰ βορειότερα τοῦ τῆς Μαρμαρικς νομο).

45 Comme le remarquent Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. XVIII, au nom Γαρέαθις correspond la forme latine Gereatis, dans l’Itinéraire d’Antonin 71, 6 (III/IVe s.) : Cuntz O., Itineraria Antonini Augusti et Burdigalense, Leipzig, Teubner, 1929, p. 10 (= Itin. Rom., 1) ; Löhberg B., Das “Itinerarium provinciarum Antonini Augusti”. Ein kaiserzeitliches Straßenverzeichnis des Römischen Reiches, Berlin, Frank, Timme, 2006, vol. I, p. 99, et vol. II, carte 73.1.

46 Calderini A., « L’interesse », op. cit., p. 47-48, qui relève de nombreuses correspondances entre les toponymes cités dans le premier registre et les κμαι μεσόγειοι de Marmarique mentionnés par Cl. Ptol., Geog., IV 5, 13; Calderini A., « Ancora del papiro », op. cit., p. 67.

47 Calderini A., « L’interesse », op. cit., p. 47-48 ; Id., « Ancora del papiro », op. cit., p. 68. Pour ce papyrologue italien, il y avait peut-être encore une autre circonscription majeure, dont le nom est perdu, à la colonne XII.

48 Sur ces toponymes et leur répartition au sein des circonscriptions, voir Calderini A., « L’interesse », op. cit., p. 41-49.

49 Alessandrì S., op. cit., p. 219. Toutes les autres informations présentes dans les transcriptions servent à l’identification des biens, ainsi qu’à rappeler les raisons et la procédure de leur confiscation.

50 Alessandrì S., op. cit., p. 219-221 et n. 41. Le P. Pher. a été édité par P. J. Sijpesteijn et K. A. Worp, sous le nom de « Steuerliste » : voir Eine Steuerliste aus Pheretnuis (P.Pher), Amsterdam, J. C. Gieben, 1993 (= Studia Amstelodamensia ad epigraphicam, ius antiquum et papyrologicam pertinentia, 33), et les comptes rendus de cet ouvrage, par Kramer B., Archiv für Papyrusforschung und verwandte Gebiete, 41, 1995, p. 294-295 ; Rathbone D. W., Classical Review (New Series), 45, 1995, p. 145-147, et Hagedorn D., Gnomon 69, 1997, p. 39-46.

51 Alessandrì S., op. cit., p. 213 n. 17.

52 Alessandrì S., op. cit., p. 221. Pour un examen détaillé des dates antérieures à ce lustre, voir, dans la même contribution, p. 227-238.

53 Selon Hdt., IV 192 et 199, le mot βουνός serait cyrénéen : voir à ce propos Chantraine P., Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, avec un Supplément, Blanc A., De Lamberterie Ch., Perpillon J.-L. (dir.), Paris, Klincksieck, 1999, p. 190 ; Asheri D., Lloyd A., Corcella A., A Commentary on Herodotus. Books I-IV, Oxford, 2007, p. 715 et 719. Dans le papyrus du Vatican, on trouve aussi une fois le mot ὄρος, « montagne, colline » (V 41 : ἐν τῷ ὄρει).

54 Calderini A., « Ancora del papiro », op. cit., p. 66-68.

55 La région est longtemps restée peu explorée par les archéologues : Mattingly D., op. cit., p. 559 et 1108 (avec bibliographie). Signalons néanmoins qu’une équipe dirigée par A.-K. Rieger, de l’université de Halle, en Allemagne, a récemment fouillé dans l’Est de la Marmarique (Paraetonium). Intitulé « Der Marmarica-Survey (Nordwestägypten) ‒ Möglichkeiten der Siedlungs-und Landschaftsarchäologie in einem ariden Gebiet », ce projet a donné lieu à des publications, dont Rieger A.-K., Möller H., « Kilns, Commodities and Consumers : Greco-Roman Pottery Production in Eastern Marmarica (Northwestern Egypt) », Archäologischer Anzeiger 2011/1, p. 141-170. Mentionnons en outre qu’entre 1994 et 2001, une mission conduite par S. Snape (Université de Liverpool), a exploré le site d’Apis (aujourd’hui Zaouiet Oum el-Rakham), qui, d’après le Périple du Ps.-Scylax 108, correspond à la limite orientale du territoire des Marmarides (voir ci-dessus).

56 Sur la fréquence des παρατομαί en fonction des circonscriptions majeures, voir Calderini A., « L’interesse », op. cit., p. 48.

57 Husson G., ΟΙΚΙΑ. Le vocabulaire de la maison privée en Égypte d’après les papyrus grecs, Paris, Publications de la Sorbonne, 1983, p. 209-211 et 293-299 ; Daniel R. W., Architectural Orientation in the Papyri, Paderborn, F. Schöningh, 2010 (= Papyrologica Coloniensia, 34).

58 Dans le P. Vat. gr. 11r, ainsi que dans quelques papyrus documentaires grecs, le mot αὐλή possède également le sens plus large d’« immeuble » ou « propriété » (« house-property »), qui s’expliquerait par un contexte extérieur à l’Égypte : Daniel R. W., op. cit., p. 35-36.

59 Sur le substantif μακρών, dont les seules attestations papyrologiques connues à ce jour sont celles du P. Vat. gr. 11r, voir Husson G., ΟΙΚΙΑ, op. cit., p. 49, et van Minnen P., « Notes on Texts from Graeco-Roman Egypt », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 96, 1993, p. 118.

60 Husson G., ΟΙΚΙΑ, op. cit., p. 38.

61 Ibid., p. 160-162.

62 Husson G., « Autour des maisons d’Égypte : Papyrologica », Chronique d’Égypte, 50, 1975, p. 212-214.

63 Romanelli P., La Cirenaica romana. 96 a. C.-642 d. C., Verbania, Airoldi, 1943, p. 127-128 ; Laronde A., « La Cyrénaïque romaine », op. cit., p. 1057.

64 Catani E., « La coltura delle vite e la produzione di vino nella Cirenaica greca e romana : le fonti storiche e l’arte figurativa antica », dans Barker G., Lloyd J., Reynolds J. (éd.), op. cit., p. 145-164. Sur les pressoirs à vin retrouvés dans l’Est de la Marmarique, lors de récentes fouilles archéologiques, voir Rieger A.-K., Möller H., op. cit., p. 152.

65 Calderini A., « L’interesse », op. cit., p. 49-50 ; Masson O., « Grecs et Libyens en Cyrénaïque, d’après les témoignages de l’épigraphie », Antiquités africaines, 10, 1976, p. 49-62 ; Id., « Libyca », Semitica, 25, 1975, p. 75-85 et 27, 1977, p. 41-45 et pl. VII-VIII ; Vattioni F., « Gli antroponimi del catasto della Marmarica e del periodo Tolemaico », Studia papyrologica : revista española de papirología, 20, 1981, p. 25-31 ; Colin F., « Le “vieux libyque” dans les sources égyptiennes (du Nouvel Empire à l’époque romaine) et l’histoire des peuples libycophones dans le nord de l’Afrique », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques (Nouvelle Série), Afrique du Nord, 25, 1996-1998 (1999), p. 13-18 ; Id., Les Peuples libyens, op. cit., p. 120-121 et 127-139 ; Paganini M. C. D., « Σαραπία and Σαραπεος : Two Greek Ghost-Names », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 165, 2008, p. 171.

66 Ainsi, le médimne est une unité de mesure utilisée en Marmarique, alors que dans le reste de l’Égypte, elle est remplacée par l’artabe. De même, dans le P. Vat. gr. 11r, on calcule en deniers, et non en drachmes, comme c’est le cas pour les autres nomes du pays du Nil.

67 La Pira G., « Esegesi », op. cit., p. 141.

Table des illustrations

Légende D’après Laronde A., Cyrène et la Libye hellénistique. Libykai historiai de l’époque républicaine au Principat d’Auguste, Paris, Éd. du CNRS, 1987, p. 227 (= Études d’Antiquités Africaines).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/53326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

Auteur

Titulaire d’une maîtrise en langues et littératures classiques de l’université de Liège et Aspirant du Fonds national de la recherche scientifique en Belgique. Il prépare actuellement une thèse de doctorat sur les papyrus documentaires grecs de médecine. Poursuivant des recherches dans les domaines de la papyrologie et de l’histoire de la médecine, il est membre du Centre de documentation de papyrologie littéraire (CEDOPAL) de l’université de Liège, où il collabore à plusieurs projets. Il est l’auteur de L’Anonyme de Londres (P. Lit. Lond. 165, Brit. Libr. inv. 137). Édition et traduction d’un papyrus médical grec du Ier siècle (Liège, Presses Universitaires de Liège, 2014).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540