Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles

 | 
Eugenio Amato
, 
Marie-Hélène Marganne

Première partie. Le dossier papyrologique

Signes et corrections dans le P. Vat. gr. 11v (Favorinos d’Arles, Περὶ ϕυγῆς)

Gabriel Nocchi Macedo

Texte intégral

  • 1 Norsa M., Vitelli G., Il papiro Vaticano greco 11 (1. Φαβωρίνου Περὶ φυγς ; 2. Registri fondiari d (...)
  • 2 Voir les remarques sur l’emploi de la ponctuation de Turner E. G., Greek Manuscripts of the Ancient (...)

1Comme l’ont remarqué les editores principes, Medea Norsa et Girolamo Vitelli1, le copiste du Περὶ φυγς est assez compétent : sa main est habile et fluide et sa connaissance du grec, assez bonne. Les fautes présentes dans le texte semblent, pour la plupart, être dues à un manque d’attention ou à une exécution trop rapide du travail de copie. Notre copiste a lui-même corrigé in scribendo certaines de ses fautes et aucune intervention corrective due à une deuxième main n’est perceptible dans le texte. Par ailleurs, le scribe a employé certains dispositifs textuels dans le but de faciliter la lecture et la compréhension du traité de Favorinos : il s’agit de signes de ponctuation et d’accentuation, de diacritiques et de signes « utilitaires » qui attirent l’attention sur des corrections ou sur des passages ou mots dignes d’intérêt. L’usage de ces dispositifs est cependant irrégulier et même arbitraire, comme souvent dans les papyrus grecs2. Il est difficile de déterminer s’ils étaient déjà présents dans l’antigraphon utilisé par le copiste ou si celui-ci les a insérés lors de la copie, là où il l’a lui-même jugé important. En tout état de cause, on observe que ces signes fonctionnent au niveau « interne » du texte : ils servent à rendre clairs les aspects prosodiques de certains mots (accents, esprits, apostrophes), à marquer des pauses syntaxiques à l’intérieur des phrases, à signaler les citations et à attirer le regard sur des corrections. Aucun dispositif n’a été employé par le copiste pour articuler la structure « externe » du texte : il n’y a pas de titre initial ou final, pas d’indication stichométrique, pas de numérotation des colonnes ou de séparation (au moyen de signes, par exemple) des sections ou parties du texte, ce que l’on fait actuellement en distinguant des paragraphes ou en numérotant des chapitres.

  • 3 Parkes M. B., Scribes, Scripts and Readers. Studies in the Communication, Presentation and Dissemin (...)
  • 4 L’importance de l’étude des signes a été mise en évidence dans les contributions présentées lors du (...)

2En guise de prolegomenon à la nouvelle édition du Περὶ φυγς, cette contribution a pour objectif de présenter les dispositifs mentionnés ci-dessus et d’essayer d’en comprendre la fonction. Elle s’accompagne d’une liste aussi complète que possible des signes repérés sur le verso du P. Vat. gr. 11. L’étude des signes et, de manière générale, de l’organisation du texte sur le support d’écriture, est extrêmement importante lorsque l’on s’intéresse à un texte papyrologique. De fait, il s’agit d’une clé essentielle pour la compréhension de la « grammaire de la lisibilité » (pour employer le concept de Malcolm Parkes3, depuis longtemps célèbre) des anciens, à savoir comment ils concevaient la mise par écrit des compositions littéraires et comment ils les lisaient et étudiaient. L’examen de ces dispositifs textuels est d’autant plus important que leur utilisation est, aux yeux du lecteur moderne, erratique et ne répond jamais entièrement à des règles générales : seule l’étude des cas individuels en permet la compréhension. Par ailleurs, lorsqu’il s’agit d’une œuvre antique connue par un seul exemplaire et dont on ignore tout de la tradition, toute information qui peut aider à entrevoir l’état premier du texte est essentielle et ne peut être négligée par l’éditeur4.

Signes de ponctuation

Espaces blancs

  • 5 Cette citation ménandréenne est problématique, cf. Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. 30, n. 28.
  • 6 Il s’agit de la formule ἡγήτορες ἠδὲ μέδοντες.

3Les pauses à l’intérieur du texte du Περὶ φυγς peuvent être indiquées par des espaces vides entre les mots, dont la largeur semble tantôt être inférieure à celle d’une lettre, tantôt équivaloir à celle de deux ou trois lettres. Ces espaces équivalent à des pauses fortes, que l’on indiquerait actuellement par le point final (par exemple, à la colonne I, ligne 46 entre παρεχόμενος et ἀνακείσεται) ou à des pauses faibles, marquées de nos jours par la virgule ou le point-virgule (par exemple, col. VI, l. 48 entre πίνῃς et οὐδέν, séparant la protase de l’apodose dans une conditionnelle). Les espaces blancs sont également utilisés à plusieurs endroits du texte pour distinguer les citations de passages d’œuvres littéraires, dont Favorinos se sert pour illustrer ses propos. On observe le plus souvent un espace vide avant le premier mot de la citation et un autre après le dernier, comme à la col. XI, l. 11-15, où sont cités les vers 222-225 du chant ξ de l’Odyssée : des espaces blancs avant le premier mot, ἔργον, et après le dernier, ὀϊστοί. Un cas intéressant est celui du vers 363 des Phéniciennes d’Euripide, cité à la l. 36 de la col. VI : la citation occupe une ligne entière qui est précédée et suivie par des espaces blancs, ce qui lui donne un relief particulier par rapport à la justification du reste du texte. De nombreuses fois, un seul espace blanc est employé pour distinguer la citation, soit après le dernier mot cité (col. XV, l. 8 après τερποίμεθα, dernier mot de la citation de Sophocle, Œdipe à Colone 797-799, dont le début se trouve à la l. 6), soit (moins souvent) avant le premier mot, comme à la l. 29 de la col. XXIII avant ἐξήραξ[ε, début d’une citation de Ménandre, dont le dernier mot se trouve à la ligne suivante, ἀνεχαίτισεν5. On observe aussi un bon nombre de citations non rehaussées par des espaces blancs (e. g., col. XXIV, l. 39, Hésiode, Erga 610 ; col. XIX, l. 44-45, Homère, Β 79, η 136, etc.6). De fait, le copiste ne les utilise pas lorsque la citation, très courte, ne comporte que deux ou trois mots (col. XVII, l. 41, citation d’Euripide, Hélène 793).

4De tous les dispositifs textuels repérés dans le P. Vat. gr. 11v, l’espace blanc est celui qui compte le plus grand nombre d’attestations. Son emploi en tant que ponctuation syntaxique est particulièrement irrégulier, dans la mesure où il est absent dans de nombreux endroits où on pourrait l’attendre et qu’il est souvent présent là où il n’a aucune raison d’être (col. VI, l. 7 ; col. X, l. 2 ; col. XXIII, l. 25). Dans ce cas, ces espaces entre mots ne correspondent pas à une ponctuation et sont, de toute évidence, non significatifs. Si quelques-uns peuvent être expliqués par des accidents sur la surface du papyrus, la plupart reste sans explication : on pourrait supposer que le copiste a fait une pause dans son travail et, que, l’ayant repris, il a recommencé la copie un peu après le dernier mot écrit avant l’interruption momentanée de son travail.

  • 7 P. Oxy. 3.473 (TM 20608), décret honoraire, daté entre 138 et 160. Cf. Turner E. G., op. cit., p. 8

5L’utilisation de spatia uacua en guise de ponctuation est bien connue dans les papyrus grecs, y compris dans des documents7. Parmi les textes littéraires en prose, on peut citer le P. Hamb. 2.163 (MP3 1504), contenant des passages du premier livre de Thucydide et daté de la deuxième moitié du IIIe siècle. De même, on lui connaît la fonction de signaler les citations, notamment lorsqu’il s’agit de lemmes dans des hypomnemata, comme dans le commentaire à Homère de P. Oxy. 8. 1068 (première moitié du Ier siècle avant notre ère ; MP3 1173).

Points en haut

6Si notre examen du P. Vat. gr. 11v à partir d’images numériques est correct, le point en haut a été utilisé cinq fois par le copiste :

col. II, l. 39, après ἄρα et avant ὅτι ;
col. XI, l. 8, après Ἀθάνας et avant ἐμοί ;
col. XI, l. 21, après κάρᾳ et avant ἤ ;
col. XI, l. 27, après ἐγίγνε-το et avant νῦν ;
col. XVII, l. 32, après τυχεν et avant καίτοι.

7Le point à la l. 39 de la deuxième colonne semble être fautif : il se trouve après la particule ἄρα et la conjonction ὅτι qui introduit un passage d’Euripide (Fr. 157 + 158 Kannicht) à propos d’Œdipe, un endroit où aucune pause ou ponctuation n’a lieu d’être. La place correcte du point en haut était peut-être après la conjonction, dans le but de signaler le début de la citation. De fait, c’est la fonction des autres points en haut dans le texte : à la l. 8 de la col. XI, il indique la fin d’un passage d’un poète inconnu ; à la l. 21 de la même colonne, le dernier mot des vers 562-564 d’Œdipe à Colone de Sophocle, à la l. 27, le début et la fin de ε 84, et à la col. XVII, la fin d’Electre 364-365, de Sophocle.

8Le point en haut est donc en concurrence avec l’espace blanc pour l’introduction ou la clôture des citations littéraires. Pourquoi le copiste a-t-il choisi d’employer les deux dispositifs ? Et pourquoi utilise-t-il les espaces blancs dans la plupart des cas et les points en haut seulement cinq fois ? Ce sont des questions auxquelles on ne peut répondre que par le caractère arbitraire des dispositifs textuels dans le texte.

Signes marginaux

9Quatre signes marginaux avec différentes fonctions sont présents :

  1. À gauche de la l. 36 de la col. XI, on observe un signe en forme de χ qui pourrait être, nous semble-t-il, une intervention d’une main postérieure. De fait, la couleur de l’encre est différente, plus pâle, que celle du texte. Par ailleurs, ce signe est morphologiquement différent de la croix utilisée aux col. XII, l. 38 et XIV, l. 14 par le copiste pour signaler l’emplacement correct d’une partie du texte. L’endroit où ce signe a été inséré, probablement par un lecteur, correspond au début d’un nouveau raisonnement, que l’on placerait, dans une édition moderne, probablement dans un nouveau paragraphe.

    • 8 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. 8.
    • 9 Tepedino Guerra A., Favorino d’Arelate. L’esilio (Pap. Vat. Gr. 11 verso). Edizione critica, traduz (...)
    • 10 On se demande si le signe ne serait pas plutôt une diplè.
    • 11 Delattre D., Philodème de Gadara. Sur la musique, livre IV, Paris, 2007, p. CIX-CLXXIII.

    Un autre signe est présent dans la même colonne, à gauche de la l. 44. Dans leur édition, Norsa et Vitelli8, suivis par Tepedino Guerra9, le reproduisent comme une paragraphos (παράγραφος), à savoir un petit trait horizontal, à gauche, entre les lignes. Cependant, sur l’image numérique, la forme, qui n’apparaît pas très nettement, paraît plus épaisse et pointue10. Il est possible que ce signe soit aussi une intervention d’une main postérieure (peut-être la même que celle qui a tracé le χ à la l. 36 ?). L’encre est en effet plus pâle. On ne peut définir avec certitude la fonction de ce signe. Nous serions enclin à dire qu’il coïncide avec l’espace blanc qui se trouve après le premier mot de la ligne et indique une pause forte entre deux phrases. De fait, dans les papyrus, la παράγραφος est souvent employée en conjonction avec les espaces blancs comme dispositif de ponctuation, comme par exemple, dans le rouleau herculanéen du Περὶ μουσικς de Philodème de Gadara11.

    • 12 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. 21, n. 40 se demandent si le signe a une signification.

    Une diplè (διπλ) est placée dans la partie centrale de l’entrecolonnement, entre la col. XXI, l. 40 et la col. XXII, l. 39. Elle semble avoir été dessinée par la même main, mais sa signification n’est guère évidente12. On sait que les diplai, qui appartenaient originellement au système de signes conçu par Aristarque de Samothrace, peuvent revêtir un grand nombre de rôles dans les textes papyrologiques : indiquer les citations, renvoyer à des commentaires, ponctuer ou signaler des fautes. Aucune de ces fonctions ne semble cependant convenir. Peut-être s’agit-il simplement d’une marque apposée par le copiste ou par un lecteur pour attirer l’attention sur un passage intéressant, à la manière d’un nota bene, auquel cas, la diplè concernerait le texte écrit à sa droite, à savoir celui de la col. XXII. Cela reste cependant une hypothèse.

    • 13 Ibid., p. 11, n. 31.
    • 14 McNamee K., Sigla and Select Marginalia in Greek Literary Papyri, Bruxelles, 1992, Table 2, D.
    • 15 Les editores principes suppléent <δυστυχοντι>, Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. 26.

    Au trait oblique assez épais ou « slash » placé entre les l. 30 de la col. XVI et 31 de la col. XVII, Norsa et Vitelli attribuent la fonction d’indiquer des corruptions textuelles13, alors que Kathleen McNamee14 évoque simplement la présence d’une erreur, sans plus. Si l’on accepte cette interprétation, on peut penser que l’erreur indiquée à la col. XVI l. 30 correspond à l’absence d’un mot au datif après l’article τ15. À la col. XVII, l. 31, le signe renverrait probablement à la lectio uariata dans la citation d’Electre 364-365 de Sophocle : λυπού/μενον à la place de λυπεν μόνον, attesté dans la tradition directe. Vu que notre copiste n’hésite pas à corriger les erreurs in texto, en insérant parfois des mots assez longs dans l’interligne, il se peut que le « slash » soit dû à une main postérieure.

Diacritiques

  • 16 Turner E. G., op. cit., p. 11.

10(1) L’esprit rude est noté une dizaine de fois dans le texte du Περὶ φυγῆς. À chaque fois, il est placé sur des monosyllabes, dont il existe des homographes avec esprit doux. Le plus souvent, il s’agit de pronoms relatifs : ω (ᾧ), col. I, l. 39; col. XIII, l. 6; col. XXV, l. 45; ου (οὗ), col. III, l. 26; col. XIV, l. 2; ω ν (ν), col. IV, l. 32; η (), col. XII, l. 8. L’esprit rude est aussi attesté sur les numéraux ε ν (ἕν), col. IX, l. 25 ; col. XVII, l. 45 et ει ς (εἷς) (col. IX, l. 26). Ce signe a la forme d’un angle droit tourné vers la droite, soit la forme 2, selon la classification de Turner16.

  • 17 C’est ce que Turner E. G., op. cit., p. 10, appelle l’« inorganic use » du signe de la diérèse.
  • 18 Par distraction, le copiste a placé le tréma sur le ν de βωμν, le mot précédant ϊε-ρώτατον.

11(2) Le tréma, à savoir les deux points apposés sur l’iota, est également présent. La fonction première de ce signe en grec est d’indiquer la diérèse, lorsque deux voyelles consécutives appartiennent à des syllabes différentes. En latin, le signe sert aussi à distinguer l’i semi-voyelle [j]. Or, très souvent dans les papyrus grecs et latins, le tréma sur l’iota ou le i n’a aucune valeur phonétique. Il correspond simplement à une habitude graphique17. Cela semble être le cas dans les mots ΐσα (col. I, l. 49) et ϊδού (col. IV, l. 47), alors que dans ϊε-ρώτατον (col. VI, l. 43-4418) et ἰχθύϊ (col. X, l. 22), les deux points indiquent effectivement la diérèse.

  • 19 Gignac F. T., A Grammar of the Greek Papyri of Roman and Byzantine Periods. I Phonology, Milan, 197 (...)

12(3) Un autre diacritique attesté dans notre papyrus est un petit trait courbé, semblable à l’accent circonflexe, placé sur le double tau : col. IX, l. 27 φυλάτ͡τω-νται ; l. 29 θάλατ͡ταν ; col. XII, l. 47 ἐλάτ͡τονος ; col. XVII, l. 4 κρ < ε > τ͡τον. Le procédé graphique de signaler des consonnes identiques au moyen d’un diacritique est bien attesté dans les papyrus à partir du IIIe siècle de notre ère. D’après Francis Gignac, deux tiers des occurrences de ce phénomène dans les papyrus documentaires concernent la séparation d’une nasale (exprimée graphiquement par γ ou ν) d’un arrêt vélaire (exprimé graphiquement par γ ou κ), mais la séparation de voyelles identiques et même de voyelles différentes est également attestée19. Dans les cas comme ceux du papyrus de Favorinos, on peut imaginer que l’on veuille insister sur les consonnes doubles qui étaient prononcées comme des consonnes simples et qui étaient souvent réduites à une seule aussi dans l’écriture.

  • 20 Turner E. G., op. cit., p. 11.
  • 21 Cet endroit du papyrus est mutilé.

13(4) Les accents apparaissent de manière irrégulière dans la documentation papyrologique grecque. Ils sont considérablement plus fréquents en poésie, où ils peuvent aider à la prononciation et à la coupure des mots20. Dans le papyrus de Favorinos, quelques accents circonflexes, en forme d’arc, ont été tracés, de manière arbitraire, par le copiste, sur des diphtongues : col. XXII, l. 45 αὗ ; col. XXIII, l. 36 ᾧ ; col. XXV, l. 55 νε ou ε21.

14Un petit trait oblique assez épais surmonte le τ du mot Ἠλέκτραν à la l. 30 de la col. XVII. Sa signification n’est pas claire. Serait-ce un accent aigu destiné à l’ε, mais mal placé ? Si oui, il s’agit du seul accent non circonflexe du papyrus.

Marques d’élision

15L’élision de la voyelle finale d’un mot est parfois signalée par l’apostrophe dans notre papyrus. Ce signe a une forme assez proche de l’apostrophe moderne. La plupart des occurrences concerne la conjonction ἀλλά devant voyelle aspirée ou non : col. I, l. 26 ἀλλ’ὁ ; col. XI, l. 45-46 ἀλλ’ἐγώ ; col. XII, l. 7 ἀλλ’ἡ ; col. XIII, l. 32 ἀλλ’ἄσμενοι. À quelques reprises, l’élision de l’ε dans la particule δέ est indiquée par l’apostrophe : col. IX, l. 45 δ’ὅτε ; col. XV, l. 39 δ’ὅταν. Encore une fois, l’usage est irrégulier : souvent l’élision n’est pas marquée graphiquement : col. I, l. 40 δαρετης (δ’ἀρετς) et II, l. 40, où la première élision est marquée et la seconde non : ειτ’εγενεταυθις (εἶτ’ἐγέντ’αθις).

Corrections

16Il est vraisemblable que le copiste du P. Vat. gr. 11v ait copié de mémoire les phrases qu’il venait de lire dans son modèle. Il a commis de nombreuses fautes que l’on peut classifier comme :

  • phonétiques : confusion entre voyelles longues et brèves, simplification des consonnes doubles, gémination des consonnes simples, confusion entre sourdes et sonores, métathèse, psilose, assimilation, monophtongaison, sans parler du phénomène le plus courant, à savoir l’iotacisme ;

  • orthographiques : une lettre ou séquence de lettres à la place d’une autre sans que cela soit motivé par des phénomènes phonétiques ;

  • « mécaniques », à savoir, causées par le manque d’attention dans l’acte de la copie : dittographie, omission, sauts.

17Notre copiste s’est souvent, mais pas toujours, rendu compte de ses erreurs. Pour les corriger, il a utilisé différents procédés, dont nous présentons ici quelques exemples en transcription diplomatique :

  • lettre (ou séquence de lettres) manquante insérée au-dessus de la lettre précédente dans l’interligne. Le caractère ajouté, en général, a le même module que celui des lettres écrites dans la ligne d’écriture : col. I, l. 35 ανθρωπινα ; col. VII, l. 13 τρωασιν ;

  • lettre (ou séquence de lettres) fautive radiée (par un trait oblique ou horizontal) et lettre correcte insérée dans l’interligne : col. V, l. 33 απασηας ; col. X, l. 6 ξυνεχεετοαν. Dans φαιηαξ, à la col. IV, l. 5, le copiste a d’abord tenté de transformer l’η en α et l’a ensuite radié, puis, il a tracé l’α dans l’interligne ;

  • lettre (ou séquence de lettres) fautive non radiée et lettre correcte insérée dans l’interligne : col. IV, l. 37 ξσυφοραι ; col. IX, l. 46 αλκμαιοωνος ;

  • lettre (ou séquence de lettres) fautive radiée et lettre correcte insérée dans la ligne : col. XI, l. 12 οφελιαη ;

  • lettre correcte écrite sur la lettre fautive : col. XVIII, l. 15 δ corrigé en γ ;

  • mot fautif radié : col. IX, l. 33 φυλατ’τους ; col. XX, l. 18 και ;

  • mot fautif radié et mot correct inséré dans l’interligne : col. XXII, l. 11 μεικρονολιγον ;

  • mot omis écrit dans l’interligne : col. XI, l. 8 αναγκαιας au-dessus de φυγης ;

  • mot inséré dans l’interligne, puis radié : col. XIII, l. 39 ηγουμενοι ;

  • lettres fautives exponctuées par des points notés au-dessus de celles-ci : col. VII, l. 16 Image 10000000000000AA0000001A71DDCBB4.jpg (une seule fois) ;

  • ligne entièrement radiée : col. VII, l. 1.

18En outre, le copiste a copié des sections entières de texte à de mauvais endroits et a dû en indiquer la suppression et l’emplacement correct.

19(1) Le passage qui va du mot αὐτοῦ, à la l. 39 de la col. XIII, jusqu’au mot κακῶς, dernier mot de la l. 14 de la col. XIV, a été copié à un mauvais endroit. Son emplacement correct est col. XIV, l. 32 à la col. XV, 6. Le copiste a entouré les sections de colonnes au moyen de deux traits verticaux sur les côtés, et d’un trait horizontal sous la l. 14 de la col. XIII ; à droite de la l. 39 de la col. XIII, et à gauche de la l. 14 de la col. XIV, il a tracé des χ pour indiquer la suppression.

20(2) Vingt lignes ont été omises après le mot Θηβῶν à la l. 26 de la col. XVI. Le copiste a tracé un trait qui va du début de la ligne jusqu’au mot τοὐναντίον de la l. 27 et puis au-dessus de ἰσχυρότατος à la l. 26 ; à cette hauteur, à droite, il a écrit κατ̣ (pour κάτω, « en bas ») suivi d’une croix droite. À gauche, un signe en forme d’étoile,– un astérisque (ἀστερίσκος) –, est apposé à la hauteur de la l. 27. Ce mot et le signe renvoient à la col. XVIII, où ont été recopiées les lignes manquantes. Un trait horizontal surplombe le début de la l. 30 et, dans l’entrecolonnement de droite, à hauteur de la l. 28, on lit ανω, « en haut » (écrit rapidement avec l’ω en exposant), accompagné d’une croix droite et d’un très grand ψ. À droite de la l. 49 de la col. XVIII (à savoir, la dernière ligne de l’insertion), figure un deuxième signe en étoile et sous le début de la même ligne, le mot ανω et un trait oblique terminé par deux cercles. Ces indications montrent, bien entendu, que le passage doit être inséré plus haut (ἄνω), là où le premier astérisque est placé. À gauche de la l. 1 de la col. XIX, un deuxième ψ indique où recommence le texte correct, à savoir la suite de col. XVIII l. 29.

  • 22 Nocchi Macedo G., « Formes et fonctions de l’astérisque dans les papyrus littéraires grecs et latin (...)
  • 23 McNamee K., op. cit., p. 19.
  • 24 Diogène Laërce, 3, 66 mentionne l’usage du χ dans l’édition des textes de Platon.

21Le copiste s’est servi de manière très libre de signes employés à son époque dans la production libraire pour signaler les déplacements des passages à l’intérieur du texte de Favorinos. L’astérisque est à l’origine un signe critique, probablement inventé par Aristophane de Byzance, qui l’aurait utilisé dans les textes d’Homère et d’Alcée22. Dans la documentation papyrologique, ce signe est pourvu de diverses fonctions, le plus souvent utilitaires : indiquer les divisions dans le texte, accompagner des titres, signaler des passages intéressants, etc. Le χ est l’un des signes les plus attestés dans les papyrus23. Ses fonctions les plus courantes sont de renvoyer à un commentaire ou à une note et d’indiquer des loci dignes d’attention. Il peut cependant signaler aussi des divisions dans le texte, des fautes, des corrections et des omissions24. Le ψ semble peu fréquent dans les papyrus : dans le P. Monac. 2.41 (MP3 1566 ; IIe siècle), contenant les Revenus de Xénophon, le signe indique une correction.

  • 25 Nocchi Macedo G., L’Alceste de Barcelone, Liège, 2014, p. 57-65.

22Par cette « surenchère » de signaux, le copiste semble avoir voulu s’assurer que le lecteur comprendra son erreur et comment il l’a rectifiée. Dans certains papyrus, surtout à l’époque byzantine, on trouve en effet des signes vidés de leurs significations courantes qui sont utilisés en conjonction avec d’autres signes et des mots extra textum simplement pour attirer l’attention du lecteur sur des aspects structurels du texte. Comme exemple, on peut citer l’Alceste du codex miscellaneus de Montserrat (P. Monts. Roca inv. 158-161 ; MP3 2998.125), daté du IVe siècle, et le grand papyrus magique de Londres (P. Lond. 1.121 [PGM 2. VII] ; MP3 6006), daté du IVe/Ve siècle.

Considérations finales

23Le papyrus du Vatican n’est pas un livre de très grande qualité, un produit libraire de luxe qui aurait sa place dans une bibliothèque ou serait destiné à la diffusion. Il s’agit plutôt d’une copie privée, peut-être commandée par quelqu’un qui portait un intérêt particulier au genre philosophico-oratoire et qui souhaitait connaître l’œuvre d’un auteur ayant joui auparavant d’une grande célébrité. L’absence d’annotations marginales ou d’interventions postérieures plus significatives ne nous permet pas de préciser si cette copie a été utilisée dans un cadre d’enseignement ou d’étude.

  • 26 Turner E. G., op. cit., p. 9: « The modern reader will be struck by the arbitrary way in which punc (...)

24Cela dit, notre papyrus n’est pas non plus un produit de qualité grossière. On entrevoit un certain soin de la part de celui qui l’a écrit. L’écriture, si elle n’est pas calligraphique, est habilement exécutée et ne devait pas poser de problème à la lecture. Par ailleurs, avec les dispositifs dont il a été question dans ces pages, on a veillé à ce que certains éléments soient clairs pour le(s) lecteur(s). Le copiste est particulièrement attentif à ce que les corrections effectuées soient comprises. Que l’aide qu’il apporte au lecteur soit cependant inconstante et arbitraire ne doit pas surprendre : il en va de même dans un grand nombre de témoins écrits de l’Antiquité. À ce propos, on peut rappeler une remarque d’E. G. Turner au sujet de la ponctuation dans les papyrus grecs et l’appliquer à tous les signes et dispositifs textuels que l’on trouve dans ces écrits : le lecteur moderne doit être reconnaissant lorsqu’ils sont présents, mais ne point se plaindre quand ils ne le sont pas26.

Annexes

Appendice

Signes critiques et diacritiques, accentuation, ponctuation

Col. I

l. 26, espace blanc entre]νασιας et Μούκιος : ponctuation faible27 ;

l. 27, espace blanc entre]ι̣ν̣ο̣ύμενοι et φυγς : ponctuation faible;

l. 29, apostrophe pour l’élision de ἀλλ’ο[ : marque d’ élision ;

l. 39, esprit rude sur ω () ;

l. 46, espace blanc entre παρεχόμενος et ἀνακείσεται : ponctuation forte ;

l. 49, tréma (« inorganique ») sur l’ι de ϊσα (ἴσα).

Col. II

l. 36, espace blanc entre ἐβασίλευον et ἐν : ponctuation faible ;

l. 39, point en haut après ἄρα et avant ὅτι introduisant la citation d’Euripide, Fr. 157 + 158 Nk. ;

l. 40, apostrophe marquant l’élision dans εἰτ’ἐγένετ’ αθις ;

l. 41, espace blanc entre βροτν et ἐπίστανται marquant la fin de la citation d’Euripide, Fr. 157 + 158 Nk. ;

l. 43, espace blanc entre αὐτῶν et οὔτε : ponctuation faible ;

l. 51, espace blanc entre φυγάδας et ποτέ : ponctuation faible.

Col. III

l. 24, trait courbé au-dessus de deux consonnes identiques : ἐλάτ͡τω ;

l. 26, esprit rude sur o υ (ο) ;

l. 32, espace blanc entre] μενος et τοτο : ponctuation faible.

Col. IV

l. 17, espace entre τού[τῳ] et τέτ[λαθ] ι introduisant la citation d’Homère, υ 18 ;

l. 18, espace entre ἔ]τλης et ὅτι marquant la fin de la citation d’Homère, υ 18 ;

l. 32, esprit rude : ων (ν) ;

l. 42, espace blanc entre ξυνουσίᾳ et καί : ponctuation simple ;

l. 47, tréma (« inorganique ») sur l’ι de ϊδου (ἰδού) ;

l. 49, espace blanc entre Πίνδαρον et ἁμέρα : début d’une citation de Pindare (?).

Col. VI

l. 4, espace blanc entre σταδίῳ et ἔργων : ponctuation faible ;

l. 23, espace blanc avant τ[ marquant la fin de la citation d’Euripide, Phoen. 367-370 ;

l. 30, espace blanc entre ἐκλιπεν et ἀπελασθέντα : ponctuation forte ;

l. 32, espace blanc entre φησιν et ἐν introduisant la citation de Pindare, Ol. 2, 16 ;

l. 36, espaces blancs au début et à la fin de la ligne marquant le début et fin de la citation d’Euripide, Phoen. 363 ;

l. 39, espace blanc après βροτος : ponctuation faible ;

l. 42, espace blanc entre πάροντα et καί : ponctuation forte ;

l. 43-44, tréma marquant la diérèse sur l’ι de ϊ/ερώτατον ;

l. 46, espace blanc entre πατρῷος et καλὰ : ponctuation faible ;

l. 47, espace blanc entre ὕδωρ et ἐάν : ponctuation faible ;

l. 48, espace blanc entre πίνῃς et οὐδέν : ponctuation faible.

Col. VII

l. 8, espace blanc entre ὑπακουσομένων et ἐάν : ponctuation faible ;

l. 10, espace blanc entre οὐρανο et ἤ : ponctuation faible ;

l. 11, espace blanc entre λέγει et θεοί : ponctuation faible ;

l. 12, espace blanc entre ὡμίλησαν et καί : ponctuation faible ;

l. 13, espace blanc entre ἀπεστράφη et τας : ponctuation faible ;

l. 14-15, espace blanc entre ἐυχο/μέναις et ἀνένευσε introduisant la citation d’Homère Z, 311 ;

l. 16, espace blanc entre Ἀπόλλων et τόν marquant le début de la citation d’Homère X, 213 ;

l. 21, espace blanc entre λέγετο et ἐάν : ponctuation faible ;

l. 26, espace blanc entre εὔξηται et τουτ[ : ponctuation ?

l. 27, espace blanc entre] ων et ὥσπερ : ponctuation ?

l. 30-31, espace blanc entre ἔ/σωσεν et τῷ : ponctuation faible ;

l. 31, espace blanc entre ἦν et εἰ : ponctuation forte ?

l. 32, espace blanc entre μόνοις et Ἥραν : ponctuation faible ;

l. 33, espace blanc entre Ἠλείο<ι>ς et καί : ponctuation faible ;

l. 34-35, espace blanc entre συγ/χωρήσομεν et πολλαί introduisant la citation d’Homère B, 128 ;

l. 35, espace blanc entre δευοίατο et οὐκ marquant la fin de la citation d’Homère B, 128 ;

l. 37, espace blanc entre διοικηθναι et ἤ : ponctuation faible ;

l. 44-45, espace blanc entre ὑπήκου/εν et φοιτᾷ introduisant la citation d’un poète inconnu ;

l. 50, espace blanc entre ἐποπτεύων et περί marquant la fin de la citation d’un poète inconnu.

Col. VIII

l. 36, espace blanc entre δεύτερα et καί : ponctuation faible ;

l. 39-40, espace blanc entre ο/σαν et ἤ : ponctuation faible ;

l. 40, espace blanc entre διέτριψαν et ὅτι : ponctuation forte ;

l. 40, esprit rude sur η ().

Col. IX

l. 4, espace blanc après ποιεν : ponctuation ? Espace blanc entre φεύγοντα et τοτο : ponctuation forte ;

l. 14, espace blanc entre Βοιωτίαις et ὥστ’ : ponctuation faible ;

l. 25, espace blanc entre οὖσαν et ἕν marquant le début de la citation de Sophocle, fr. 591 Radt ;

l. 25, esprit rude : εν (ἕν) ;

l. 26, espace blanc entre ἁμέρα et ε ϲ marquant la fin de la citation de Sophocle, fr. 591 Radt ;

l. 26, esprit rude sur ε ις (ες) ;

l. 27, trait ondulé sur une consonne double : φυλάτ͡τωνται ;

l. 28, espace blanc entre παραλλα.αι et καί : ponctuation faible ;

l. 29, trait ondulé sur une consonne double : θάλατ͡ταν ;

l. 32, espace blanc entre] ενειμεν et οἱ : ponctuation forte ;

l. 33, trait courbé sur le double τ de {φυλατ͡τους} ;

l. 35-36, espace blanc entre διανέμονται et κατακερ/ματίζοντες : ponctuation faible ;

l. 42, espace blanc entre δόμων et καὶ marquant la fin de la citation d’Eschyle, Cho. 49 ;

l. 42, espace blanc entre δῃώσεις et ὡς : ponctuation ?

l. 43, espace blanc entre στρατευομένων et πολλάκις : ponctuation faible ;

l. 45, apostrophe marquant l’élision dans δ’ὅτε.

Col. X

l. 11, espace blanc entre διανενομένων et αἱ : ponctuation forte ;

l. 22, tréma marquant la diérèse sur le deuxièmeι de ἰχθυϊ ;

l. 32, espace blanc entre ἀγωνίζωνται et φωκέας : ponctuation forte ;

l. 36-37, espace blanc entre ἀναπλε/σαι et καί : ponctuation faible ;

l. 41, espace blanc entre ᾔεσαν et ετα : ponctuation faible ;

l. 49, espace blanc entre ἐπιφέρειν et τήν : ponctuation faible.

Col. XI

l. 6, espace blanc entre καλος et εἰσίν : ponctuation forte ;

l. 8, point en haut après Ἀθάνας : fin de la citation d’un poète inconnu ;

l. 8, esprit rude sur <att>η () ;

l. 11, espace blanc entre ἀνάλωται et ἔργον marquant le début de la citation d’Homère ξ 222-223 ;

l. 15, espace blanc entre ὀιστοί et οὐκ marquant la fin de la citation d’Homère ξ 222-223 ;

l. 15, tréma marquant la diérèse sur le deuxième ι de οιστοϊ (οἰστοί) ;

l. 21, point en haut après κάρᾳ marquant la fin de la citation de Sophocle, OC 562-564 ;

l. 24, espace blanc entre]. σης et ἧτ͡τον : ponctuation faible ;

l. 24, trait courbé sur le double τ de ἧτ͡τον ;

l. 27-28, point en haut entre ἐγίγνε/το et νν marquant le début de la citation d’Homère β, 314-315 ;

l. 27, espace blanc entre δή et ὅτε marquant la reprise de la citation d’Homère β, 314-315 ;

l. 28, espace blanc entre πυνθάνομαι et καί marquant la fin de la citation d’Homère β, 314-315 ;

l. 31, trait courbé sur le double τ de ἧτ͡τον ;

l. 32-33, espace blanc entre εὐθυμή/σομαι et ἤ : pause faible ;

l. 33, espace blanc entre νν et ἐάν : pause faible ;

l. 34, espace blanc entre δυνηθείς et ἥπερ : pause faible ;

l. 36 (entrecolonnement de gauche) : signe χ ;

l. 38, espace blanc entre θεός et οὐδέν : pause faible ;

l. 44-45, espace blanc entre λα/βόντας et εἰ : pause forte ;

l. 44 (entrecolonnement de gauche) : paragraphos ? diplè ?

l. 45-46, apostrophe marquant l’élision : ἀλλ’/ἐγώ ;

l. 48, espace blanc οἰκιστής et ὅς : ponctuation faible.

Col. XII

l. 2, espace blanc entre ἐποιήσατο et ἄνδρα : ponctuation forte ;

l. 6, espace blanc entre ἀποφαίνει et οὐ : ponctuation faible ;

l. 7, apostrophe marquant l’élision dans ἀλλ’ἡ ;

l.8, espace blanc entre ποιε et  : ponctuation forte ;

l. 8, esprit rude sur <att>η () ;

l. 23, espace blanc entre μείζω et ὁ : ponctuation forte ;

l. 27, espace blanc entre δεξιοσθαι et κυνν : ponctuation faible ;

l. 37, espace blanc entre φιλανθρωπίᾳ et ἡ : ponctuation forte ;

l. 41, espace blanc entre προτέθειται et γενέσεως : ponctuation faible ;

l. 47, trait courbé sur le double τ de ἐλάτ͡τονος.

Col. XIII

l. 1, espace blanc entre ν et ἐν : ponctuation faible ;

l. 6, esprit rude sur <att>ω () ;

l. 10, trait courbé sur le double τ de θαλατ͡τίων ;

l. 10, tréma marquant la diérèse sur l’ι de φέρεσθαϊ ;

l. 12, trait courbé sur le double τ de θάλατ͡ταν ;

l. 14, espace blanc entre διαφθείρων et ἤν : ponctuation faible ;

l. 23, espace blanc entre νομιε et φίλος : ponctuation forte ;

l. 32, apostrophe pour l’élision dans ἄλλ’ ἄσμενοι ;

l. 35, espace blanc entre ἐπιστάμενοι et ἔτι : ponctuation faible ;

l. 38 (entrecolonnement de droite), signe χ : signalant l’emplacement fautif de col. XIII, l. 38 (à partir de αὐτούς) jusqu’à XIV, l. 14.

Col. XIV

l. 2, esprit rude sur ο<att>υ (ο) ;

l. 14, entrecolonnement de gauche, signe χ : signalant l’emplacement fautif de col. XIII, l. 38 (à partir de αὐτούς) jusqu’à XIV, l. 14 ;

l. 23, espace blanc entre ἠδικημένῳ et παραμένον : ponctuation faible ;

l. 26-27, espace blanc entre καταφρονοῦν/τες et Πρωτεσίλαος : ponctuation faible

 ; l. 32, espace blanc entre ἀποθανεν et καί : ponctuation faible ;

l. 36, espace blanc entre ξυναπεδήμει et ὧν : ponctuation faible ;

l. 38-39, espace blanc entre ἐφυλά/ξατο et ἀνδρί : ponctuation faible ;

l. 39, espace blanc entre θέλων et Θησεύς : ponctuation forte ;

l. 48, espace blanc entre φίλων et πόντον marquant le début de la citation d’Homère ε 84, 158 ;

l. 49, espace blanc entre λείβων et αὐτός marquant la fin de la citation d’Homère ε 84, 158.

Col. XV

l. 6, espace blanc entre ἐνθάδε et οὐ : ponctuation faible ;

l. 7, espace blanc entre ζῷμεν et εἰ : ponctuation faible ;

l. 7, espace blanc entre τερποίμεθα et πς marquant la fin de la citation de Sophocle OC, 797-799 ;

l. 10, espace blanc entre λείπεται et οτοι : ponctuation faible ;

l. 11, espace blanc entre συνέθεντο et αἱ : ponctuation faible ;

l. 18, espace blanc entre θαλάτ͡της et ἐγώ, qui serait sans doute mieux placé après ἐγώ pour indiquer le début de la citation d’Euripide, Herc. 57-59 ;

l. 18, trait courbé sur le double τ de θαλάτ͡της ;

l. 21, espace blanc entre – δέστατον et χρυσόν marquant la fin de la citation d’Euripide, Herc. 57-59 ;

l. 22, espace blanc entre πέφυκεν et τάς : ponctuation faible ;

l. 24, espace blanc entre μεταβολαί et ἀνδρί : ponctuation forte ;

l. 30, espace blanc entre λόγου et πάντες : ponctuation faible ;

l. 31, espace blanc entre δυσδιάκριτα et καί : ponctuation faible ;

l. 33, espace blanc entre ἐπιτηδεύει et ἐπειδάν : ponctuation faible ;

l. 39, espace blanc entre ὑπομένου/σιν et νν marquant le début de la citation d’Euripide, Herc. 1337-1339 ;

l. 39, apostrophe pour l’élision : δ’ὅταν ;

l. 41, espace blanc entre θέλῃ et ἤ marquant la fin de la citation d’Euripide, Herc. 1337-1339 ;

l. 42, trait courbé sur le double τ de Θετ͡ταλίᾳ ;

l. 43, espace blanc entre Μυκήναις et ἔτι : ponctuation faible ;

l. 45, trait courbé sur le double τ de Θετ͡ταλ ;

l. 45, esprit rude sur ε ις (ες) ;

l. 47, trait courbé sur le double τ de Θετ͡ταλν ;

l. 48, espace blanc entre ἀπερρίπισεν et ὅπερ : ponctuation forte.

Col. XVI

l. 10, espace blanc entre ἐστιν et καί : ponctuation faible ;

l. 14, espace blanc entre ἀποστήσεται et ὅστις : ponctuation faible ;

l. 20, espace blanc entre ἔχων et μις : ponctuation faible ;

l. 21, espace blanc entre ἐπιμνήσομαι et ἤ : ponctuation forte ;

l. 26, entrecolonnement de droite, κάτ (ω) signalant l’omission de col. XVIII, 30-49 ;

l. 27, entrecolonnement de gauche, signe en forme d’étoile signalant l’omission de col. XVIII, 30-49 ;

l. 27, espace blanc entre ἐπιλήγει et τοὐναντίον : ponctuation faible ;

l. 30 (entrecolonnement de droite) : trait oblique (« slash ») ;

l. 34, espace blanc entre λόγος et ἀλλότρια : ponctuation forte ;

l. 37, espace blanc entre ἐμοί et τό : ponctuation faible ;

l. 41, espace blanc entre ἐστιν et τεκμήριον : ponctuation forte.

Col. XVII

l. 2, espace blanc entre γένοιτο et ἀρχάς : ponctuation faible ;

l. 4, trait courbé sur le double τ de κρ<ε>τ͡τον ;

l. 10, apostrophe pour l’élision dans ἀλλ’ἡγε/ ται ;

l. 17, espace blanc entre ἐποιήσατο et οὐδείς : ponctuation forte ;

l. 18, trait courbé sur le double τ de ἐλάτ͡τω ;

l. 30, petit trait oblique sur τ de Ἠλέκτραν (accent aigu ?) ;

l. 30, espace blanc entre Ἠλέκτραν et τοὐμέ marquant le début de la citation d’Euripide, El. 363-364 ;

l. 32, point en haut entre τυχεν et καίτοι marquant la fin de la citation d’Euripide, El. 363-364 ;

l. 34-35, espace blanc entre φρο/νοντες et ἐπειδάν : ponctuation faible ;

l. 35, espace blanc entre ἐκτρέπωνται et εἰ : ponctuation faible ;

l. 36, trait courbé sur le double τ de κηρουτ͡τουσιν ;

l. 37, espace blanc entre Λάιος et ὦ marquant le début de la citation d’Euripide, Phoen. 40 ;

l. 38, espace blanc entre μεθίστασο et οὐκ marquant la fin de la citation d’Euripide, Phoen. 40 ;

l. 45, esprit rude sur <att>εν (ἕν) ;

l. 46, espace blanc entre ἑαυτο et αὕτη : ponctuation faible ;

l. 49, espace blanc entre περιέπουσιν et ἐπειδάν : ponctuation faible.

Col. XVIII

l. 5, espace blanc entre νουθετοσα et τί signalant le début de la citation d’Euripide, Phoen. 531-535 ;

l. 6, espace blanc entre πα et μή : ponctuation faible ;

l. 9, espace blanc entre μαίνῃ et ἐγώ marquant la fin de la citation d’Euripide, Phoen. 531-535 ;

l. 29 (entrecolonnement de droite), le mot ανω (ἄνω), le signe ϯ et la lettre ψ signalant le début de l’insertion du passage omis après col. XV, l. 27 ;

l. 35, apostrophe marquant l’élision : δ οὐδέν ;

l. 48/49 (entrecolonnement de droite), signe en forme d’étoile ; (marge inférieure), le mot ανω signalant la fin de l’insertion du passage omis après la col. XV, l. 27.

Col. XIX

l. 1 (entrecolonnement de gauche), signe ψ signalant la suite du texte interrompu à col. XVIII, l. 29 ;

l. 5, espace blanc entre ἐστεφανωμένων et κἄν : ponctuation faible ;

l. 7, espace blanc entre ἀνάγραφε et φρονήσῃς : ponctuation faible ;

l. 12, trait horizontal épais sur εχων (ἔχων) : marque de quantité ?

l. 13, espace blanc entre αὐτοῦ et οἵην marquant le début de la citation d’Homère σ 74 ;

l. 14, espace blanc entre φαίνει et ἐκενοι marquant la fin de la citation d’Homère σ 74 ;

l. 18, espace blanc entre ἐνδείκνυται et οὐ : ponctuation faible ;

l. 22, trait courbé sur le double τ de –τάτ͡τει ;

l. 22, espace blanc entre –τάτ͡τει et καί : ponctuation faible ;

l. 25, espace blanc entre βούλομαι et βασιλεύσω : ponctuation faible ;

l. 28, espace blanc entre βούλομαι et ναυαγός : ponctuation faible ;

l. 31-32, espace blanc entre ἐγκρατέσ/τερον et πτωχεύσαι : ponctuation forte ;

l. 38, espace blanc entre ἔδουσιν et ὁ marquant la fin de la citation d’Homère ψ 269-270 ;

l. 44-45, espace blanc entre παρελήλυθεν et ἡ/μες : ponctuation faible ;

l. 53-54, espace blanc entre κατα/θύομεν et καί : ponctuation faible ;

l. 56, espace blanc entre προσαναγκάζομεν et αὐτοί : ponctuation faible.

Col. XX

l. 16-17, espace blanc entre λαμ/βάνειν et παρά : ponctuation faible ;

l. 31, trait courbé sur le double τ de ἧτ͡τον ;

l. 35, espace blanc entre μέτριον et ἄν : ponctuation faible ;

l. 56, trait courbé sur le double τ de φυλάτ͡τωμεν.

Col. XXI

l. 2, trait courbé sur le double τ de φυλάτ͡τοντες ;

l. 5, espace blanc entre δέωνται et τοιαῦτα : pause faible ;

l. 13, trait courbé sur le double τ de θαλάτ͡της ;

l. 23, espace blanc entre εὐπραγίας et πῶς : ponctuation forte

 ; l. 38-39, espace blanc entre Νέ/ρων et πολλο[ : ponctuation faible ;

l. 40 (entrecolonnement de droite) : diplè ;

l. 49, espace blanc entre φανῆναι et οὔτε : ponctuation faible ;

l. 58, espace blanc entre δύναται et οἱ : ponctuation faible.

Col. XXII

l. 24,] γεσθαι et οὐ : ponctuation forte ;

l. 34, espace blanc en fin de ligne marquant le début d’une citation non identifiée à la ligne suivante ;

l. 37, espace blanc entre ἀπεφήνατο et ἀλλ’εἰ : ponctuation forte ;

l. 37, apostrophe marquant l’élision dans ἀλλ’ εἰ ;

l. 39, espace blanc entre συκοφαντίαν et ἆρ’ἐστιν : ponctuation faible ;

l. 45, accent circonflexe sur α) ;

l. 47, espace blanc entre κακά et ἀλλά : ponctuation faible ;

l. 53, espace blanc entre σωφρονήσομεν et ἀλλά : ponctuation faible.

Col. XXIII

l. 9, espace blanc entre ϊδών et καί : ponctuation faible ;

l. 9, tréma (« inorganique ») sur l’ι de ϊδών ;

l. 12, espace blanc entre παραδείγματι et καί : ponctuation forte ;

l. 13, espace blanc entre καί et φορητή marquant le début de la citation de Pindare, fr. 33d Sn.-Maeh. ;

l. 14, espace blanc entre ῥ⌋ιπασι et καί marquant la fin de la citation de Pindare, fr. 33d Sn.-Maeh. ;

l. 20-21, espace blanc entre ἴδῃς et ἀγα[.]/λομένην marquant le début de la citation de l’Hym. Ap. 249 ;

l. 22, trait horizontal sur τυχην : marque de quantité ?

l. 23, trait courbé sur le double τ de θαλάτ͡τῃ ;

l. 29, espace blanc entre Μένανδρον et ἐξήραξ⌊ε marquant le début de la citation de Men., Samia (fr. 701 Kassel-Austin) ;

l. 36, accent circonflexe sur () ;

l. 43, trait courbé sur le double τ de ἐλατ͡τω ;

l. 47, espace blanc entre φθονήσεις et ἐστι : ponctuation forte.

Col. XXIV

l. 12, espace blanc entre παιδοτροφήσαντι et τί : ponctuation forte ;

l. 20, espace blanc entre ἐχρήσαντο et καί : ponctuation forte ;

l. 24, espace blanc entre Σίσυφος et ὁ : ponctuation faible ;

l. 30, espace blanc entre οτος et ἀλλά : ponctuation forte ;

l. 33, espace blanc entre ἐγήρων et Αἰνέας : ponctuation forte ;

l. 38, espace blanc entre ἐφελκόμενος et σύ : ponctuation forte ;

l. 44, espace blanc entre ἀπέδειξαν et ἐκ : ponctuation faible ;

l. 48-49, espace blanc entre ἐδίδαξαν et Θάμυ/ριν marquant le début de la citation d’Homère B 595 ;

l. 49, espace blanc entre ἀοιδς et ἀλλά marquant la fin de la citation d’Homère B 595 ;

l. 52, espace blanc entre μαθητήν et καθ’ὅν : ponctuation faible ;

l. 57, tréma marquant la diérèse sur l’ι de νηϊ (νηΐ).

Col. XXV

l. 40, espace blanc entre καί et ψωραλέα marquant le début de la citation de Xenoph., Cyr. 1, 4, 11 ;

l. 45, esprit rude sur ω ι () ;

l. 45, apostrophe marquant l’élision ἀλλ’ἐν ;

l. 47, trait courbé sur le double τ de θαλάτ͡τῃ ;

l. 51, apostrophe marquant l’élision dans ἀλλ’ ἔνθα ;

l. 55, accent circonflexe sur νεμεν ;

l. 56, apostrophe marquant l’élision dans ἀλλ’αυ.

Notes

1 Norsa M., Vitelli G., Il papiro Vaticano greco 11 (1. Φαβωρίνου Περὶ φυγς ; 2. Registri fondiari della Marmarica), Città del Vaticano, 1931, p. VIII.

2 Voir les remarques sur l’emploi de la ponctuation de Turner E. G., Greek Manuscripts of the Ancient World. Second Edition Revised and Enlarged Edited by P. J. Parsons, London, 1987², p. 9.

3 Parkes M. B., Scribes, Scripts and Readers. Studies in the Communication, Presentation and Dissemination of Medieval Texts, London, 1991, p. 1-18.

4 L’importance de l’étude des signes a été mise en évidence dans les contributions présentées lors du colloque international Signes dans les textes, textes sur les signes. Érudition, lecture et écriture dans le monde gréco-romain, organisé à l’université de Liège, en collaboration avec l’Università degli Studi di Napoli ‘Federico II’, les 6 et 7 septembre 2013. Les actes, édités par G. Nocchi Macedo et M. C. Scappaticco, paraîtront prochainement dans la collection Papyrologica Leodiensia.

5 Cette citation ménandréenne est problématique, cf. Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. 30, n. 28.

6 Il s’agit de la formule ἡγήτορες ἠδὲ μέδοντες.

7 P. Oxy. 3.473 (TM 20608), décret honoraire, daté entre 138 et 160. Cf. Turner E. G., op. cit., p. 8.

8 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. 8.

9 Tepedino Guerra A., Favorino d’Arelate. L’esilio (Pap. Vat. Gr. 11 verso). Edizione critica, traduzione e commento, Roma, 2007, p. 27.

10 On se demande si le signe ne serait pas plutôt une diplè.

11 Delattre D., Philodème de Gadara. Sur la musique, livre IV, Paris, 2007, p. CIX-CLXXIII.

12 Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. 21, n. 40 se demandent si le signe a une signification.

13 Ibid., p. 11, n. 31.

14 McNamee K., Sigla and Select Marginalia in Greek Literary Papyri, Bruxelles, 1992, Table 2, D.

15 Les editores principes suppléent <δυστυχοντι>, Norsa M., Vitelli G., op. cit., p. 26.

16 Turner E. G., op. cit., p. 11.

17 C’est ce que Turner E. G., op. cit., p. 10, appelle l’« inorganic use » du signe de la diérèse.

18 Par distraction, le copiste a placé le tréma sur le ν de βωμν, le mot précédant ϊε-ρώτατον.

19 Gignac F. T., A Grammar of the Greek Papyri of Roman and Byzantine Periods. I Phonology, Milan, 1976, p. 162-165.

20 Turner E. G., op. cit., p. 11.

21 Cet endroit du papyrus est mutilé.

22 Nocchi Macedo G., « Formes et fonctions de l’astérisque dans les papyrus littéraires grecs et latins », Segno e Testo, 9, 2011, p. 3-6.

23 McNamee K., op. cit., p. 19.

24 Diogène Laërce, 3, 66 mentionne l’usage du χ dans l’édition des textes de Platon.

25 Nocchi Macedo G., L’Alceste de Barcelone, Liège, 2014, p. 57-65.

26 Turner E. G., op. cit., p. 9: « The modern reader will be struck by the arbitrary way in which punctuation is given or omitted; he must be grateful when it is there, but not complain at its absence. »

27 Les espaces blancs non significatifs, laissés peut-être par erreur entre deux mots, ne sont pas inclus dans ce répertoire.

Auteur

Titulaire d’une maîtrise en langues et littératures classiques de l’université de Liège et aspirant au Fonds national de la recherche scientifique en Belgique. Il prépare une thèse de doctorat sur les plus anciens livres latins de poésie. Poursuivant des recherches dans les domaines de la papyrologie, de la codicologie et de la paléographie, avec un intérêt particulier pour les manuscrits latins, il est membre du Centre de documentation de papyrologie littéraire (CEDOPAL) de l’université de Liège, où il collabore à plusieurs projets. En 2014, il a publié L’Alceste de Barcelone (P. Monts. Roca inv. 158-161) Édition, traduction et analyse contextuelle d’un poème latin conservé sur papyrus (Liège, Presses Universitaires de Liège).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540