Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles

 | 
Eugenio Amato
, 
Marie-Hélène Marganne

Première partie. Le dossier papyrologique

Observations sur la forme, l’état du support et la mise en page du P. Vat. gr. 11v1

Nathan Carlig

Texte intégral

  • 1 La présente contribution est fondée sur les résultats de l’autopsie du P. Vat. gr. 11 effectuée par (...)
  • 2 Norsa M., Vitelli G., Il papiro Vaticano greco 11, Città del Vaticano, Biblioteca apostolica Vatica (...)
  • 3 Alessandrì S., « La cronologia di P. Vat. gr. 11r. (P. Marm.) », Analecta Papyrologica, 25, 2013, p (...)
  • 4 Barigazzi A. (a cura di), Favorino di Arelate. Opere, Firenze, Felice Le Monnier, 1966, p. 347-521.
  • 5 Tepedino Guerra A. (a cura di), Favorino di Arelate. L’esilio (Pap. Vat. gr. 11 verso), Roma, Ed. d (...)

1Si l’on ignore où a été retrouvé le rouleau de papyrus P. Vat. gr. 11, c’est en février 1930 que la pièce papyrologique arrive à la Bibliothèque Vaticane, quelques semaines après son achat au Caire par la papyrologue florentine Medea Norsa. Avec le concours de son maître, Girolamo Vitelli, elle en prépare l’editio princeps qui paraît en 1931 et qui comprend une transcription diplomatique et une édition du verso littéraire (↓), suivies d’une édition du recto documentaire (→). Ce dernier contient douze colonnes larges de textes relatifs à des biens immobiliers de la Marmarique2. Bien que les faits qui y sont évoqués datent de 132-133 à 205-206, il a été récemment établi que ceux-ci ont été consignés par écrit vers 211-2123. Identifié par les premiers éditeurs comme le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles, le texte littéraire fera l’objet d’une seconde édition, dans les Opera Omnia de l’auteur arlésien, par Adelmo Barigazzi, en 19664, et, plus récemment, en 2007, par Adele Tepedino Guerra5. Conservé sur vingt-six colonnes, ce texte ne nous était pas parvenu par la tradition médiévale directe, mais nous était connu par des citations dans l’Anthologie de Jean Stobée. Quatre lignes documentaires d’un registre d’ouvriers (διαστρῶμα ἐργατῶν) inachevé et daté du mois de mesorê 215, sont écrites entre les colonnes XVIII et XIX du texte littéraire. On notera d’emblée que le texte littéraire du verso est écrit tête-bêche par rapport aux textes documentaires du recto.

  • 6 Norsa M., Vitelli G., Il papiro Vaticano greco 11, op. cit., p. vii.

2Comme le précisent les premiers éditeurs6, le volumen est parvenu presqu’entièrement enroulé, en position finale de lecture du texte littéraire : la face externe du rouleau présentait le recto documentaire du papyrus et, au fur et à mesure du déroulement, la face interne a dévoilé le texte littéraire, de la dernière colonne à la première. Une fois déroulé, le volumen de papyrus, qui mesure 29 cm de haut et environ 2 m 65 cm de large, a été découpé en cinq morceaux, qui sont actuellement conservés séparément dans des cadres, le premier de plexiglas, les quatre autres de verre. Les trois premiers morceaux mesurent entre 45 et 50 cm de large, les deux derniers, environ 65 cm. C’est dans cette configuration que l’on autopsie aujourd’hui le papyrus.

3Le papyrus est de couleur brune sur les deux faces, avec, sur certaines zones du recto, une sorte de patine foncée, qui rend le déchiffrement ardu. Il présente une série de fentes verticales, surtout aux colonnes X-XII, XVIII-XIX et XXII-XXVI, qui résultent sans doute d’un écrasement du rouleau de papyrus. L’encre est noire, parfois abrasée sur des zones assez importantes, comme dans la partie inférieure des colonnes VII et VIII.

4Le papyrus accuse d’autres ravages du temps. Il est ponctué de nombreux petits trous de vers ou d’insectes, généralement équidistants d’environ 12 cm : les petites bêtes ont traversé de part en part le volumen lorsqu’il était encore enroulé. On constate également que les colonnes I à IX sont mal conservées dans leur partie supérieure. De grands trous ont entraîné une perte importante de texte. Au fur et à mesure de l’avancement des colonnes, ces trous deviennent plus petits. Les colonnes X à XVI sont presque complètes, tandis que, aux colonnes XVII à XXVI, les trous s’agrandissent et le support est semblablement dégradé aux premières colonnes. Vu leur exposition à l’extérieur, les dernières colonnes ont beaucoup souffert, tandis que l’enroulement assez lâche a entraîné également des dégâts dans les premières colonnes, au cœur du rouleau.

5Le papyrus présente plusieurs anomalies : plus d’une fois, une bande de papyrus aux fibres verticales a été apposée en biais et couverte d’écriture, comme en XX 41-58 et en XXV 19-32. D’autre part, en XVI 21 et 23, des fibres verticales manquaient dès la confection du volumen, puisque dans ces zones, l’écriture est présente sur la couche aux fibres horizontales sous-jacente.

  • 7 Sur les reproductions fournies dans l’editio princeps de 1931, le fragment de la colonne XXVI appar (...)

6Le papyrus a fait l’objet de plusieurs restaurations modernes. Celles-ci ont notamment consisté en l’apposition de nombreux petits morceaux de papier collant, principalement sur le recto perfibral, soit pour consolider une partie affaiblie du support ou créer des ponts entre des fragments ne tenant plus l’un à l’autre que par un nombre réduit de fibres, comme en XIX 35, soit pour rattacher ensemble des fragments et éviter leur migration, comme c’est le cas pour le support de la colonne XXVI7. En revanche, le dispositif de consolidation n’a pas empêché deux fragments, l’un assez étendu, l’autre très petit, de se détacher et de migrer, au fil des ans et au fur et à mesure des manipulations des cadres. Le premier fragment, qui se trouve à la colonne I, conserve une partie de la marge supérieure. Il a donc migré de la partie supérieure du papyrus vers le bas et pivoté de 45 degrés vers la droite. À défaut d’être plus précis, on l’a aligné avec le début de la colonne I, sans pour autant évaluer avec certitude le nombre de lettres manquantes entre le fragment et la colonne. A. Barigazzi, suivi par A. Tepedino Guerra, a avancé l’hypothèse d’une lacune de l’espace de trois lettres entre le fragment et le côté droit de la colonne, ce qui permettrait de restituer le mot λ[όγο]υ à la ligne 2. À la colonne IV, un petit fragment, qui n’était attaché au reste que par un morceau de papier collant, a migré vers la gauche et s’est retourné de 180 degrés. On y devine, sur deux lignes, les lettres ε et α. En comparant la transcription diplomatique de M. Norsa et G. Vitelli, qui transcrivaient] ετληϲ à la ligne 18 et] αυϲτωνα à la ligne 19, on peut facilement localiser la place originelle du fragment.

7S’il a conservé ses marges supérieure et inférieure, le volumen est en revanche mutilé tant au début qu’à la fin. Les tentatives de reconstruction du rouleau originel restent hypothétiques car, comme l’œuvre dans son entier est inconnue par ailleurs, il est extrêmement difficile d’évaluer précisément les portions de texte manquantes. De la même manière, tenter de reconstituer l’état originel du volumen à partir de l’écart entre les trous reste aussi une méthode qui a ses limites, d’autant plus que l’on n’est pas en présence d’un produit de librairie, mais plutôt d’une copie personnelle. Enfin, il n’est pas impossible que le rouleau ait contenu à l’origine plusieurs textes différents.

8Chacune des vingt-six colonnes du verso littéraire mesure entre 7,5 et 9 cm de large, à l’exception de la colonne XXVI, conservée sur un fragment d’environ 6 cm de large, et la colonne IX, large de 12,1 cm. Chaque colonne compte de 46 à 52 lignes et a conservé ses marges supérieure et inférieure. Si la marge supérieure a généralement plus souffert, de même que, parfois, les premières lignes d’écriture, il est probable que la totalité de la marge inférieure, qui mesure entre 1,8 et 2,7 cm, a été conservée. Les entrecolonnements mesurent 1 à 2 cm, sauf entre les colonnes IX et X, où l’espace atteint près du double, soit environ 4 cm.

9Le texte littéraire est écrit en scriptio continua, dans une écriture informelle assez rapide. On compte peu de ligatures. L’écriture respecte la bilinéarité, sauf pour ξ, ρ et φ. On observe une légère inclinaison de certaines colonnes à droite, conformément à la Loi de Maas.

10Après la colonne XVIII et le registre d’ouvriers, on observe un changement dans la mise en page du papyrus. En effet, dans les colonnes XIX à XXV, – la colonne XXVI est trop mutilée –, le nombre de lignes par colonne est bien supérieur à celui des colonnes I à XVIII, au point d’en compter 57 à 60 par colonne ! Si la réduction de la marge inférieure, qui ne mesure plus qu’1 à 2 cm, compense en partie cette augmentation, cette mise en colonne est due également à un changement de méthode du scribe. En effet, alors que le rythme de l’écriture est plus posé dans les colonnes I à XVIII, celle-ci est désormais nettement plus serrée et exécutée plus rapidement. En conséquence, les ligatures sont plus fréquentes.

11L’examen des kolleseis (κολλήσεις) du P. Vat. gr. 11, c’est-à-dire des jointures qui témoignent de l’assemblage de feuillets de papyrus pour constituer un rouleau, permet d’en distinguer de deux types. D’une part, douze kolleseis dites « originelles » (k 1-12), réalisées proprement, le kollema de gauche se superposant à celui de droite, afin de faciliter l’écriture, témoignent de la constitution des rouleaux primitifs d’où ont été extraits les quatre morceaux composant le rouleau actuel (A, B, C et D). Ceux-ci sont facilement repérables grâce aux trois kolleseis assez grossières, dites « non originelles » (K 1-3) : la première (K 1), située au premier tiers de la colonne VIII, est recouverte par le texte littéraire, tandis que la deuxième (K 2), située entre les colonnes IX et X, et la troisième (K 3), qui se trouve entre la colonne XVIII et les quatre lignes documentaires précédant la colonne XIX, ne sont pas recouvertes de texte. Les trois kolleseis montrent que le volumen qui a accueilli le texte littéraire résulte de l’assemblage de quatre morceaux, déjà écrits sur le recto aux fibres horizontales (→), mais vierges sur le verso aux fibres verticales (↓). Ceux-ci ont été collés sans égard pour le texte documentaire qui y était déjà écrit, vu que la superposition des morceaux cache parfois des portions de celui-ci.

  • 8 Bastianini G., « Il papiro di Favorino (Pap. Vaticano Greco 11) », F. Montanari (a cura di), C. Aze (...)

12Lors d’un examen récent des trois kolleseis non originelles, G. Bastianini a pu y distinguer deux types de jointures. Dans la première (K1), dite « montante », le morceau de gauche est posé sous le morceau de droite. Les deux autres kolleseis, qui sont situées dans les entrecolonnements entre la colonne IX et la colonne X (K2), d’une part, et entre la colonne XVIII et les quatre lignes du registre d’ouvriers (K3), d’autre part, sont dites « descendantes », car le morceau de gauche est collé sur le morceau de droite8.

13Le schéma ci-dessous illustre la manière dont les morceaux ont été superposés lorsqu’on regarde le verso. Les traits pleins indiquent les bords des morceaux visibles sur le verso, tandis que les pointillés indiquent les bords couverts par un autre morceau (visibles donc sur le recto).

14Pour G. Bastianini, dont nous adoptons les conclusions, il s’ensuit que la copie du texte est intervenue, non sur le rouleau déjà constitué, mais sur trois morceaux distincts, composés comme suit : A + B, C et D. Assemblés préalablement à la copie du texte littéraire, par la kollesis K1, qui est, comme il est naturel, descendante sur le recto, et montante sur le verso, le morceau A et le morceau B, qui est beaucoup plus étroit que les autres morceaux, ont accueilli les colonnes I à IX du texte de Favorinos. La colonne IX est plus large que les autres (12,1 cm) afin de rentabiliser tout l’espace disponible, et l’entrecolonnement entre la colonne IX et la colonne X, deux fois plus large que les autres (4 cm), montre que la colonne IX était écrite à la fin du support et que la colonne X a été copiée sur le début d’un autre morceau.

15Les colonnes X à XVIII ont été écrites sur le morceau C. La moitié inférieure de la colonne XVIII a servi à copier une partie manquante de texte à replacer à la colonne XVI. À hauteur de XVIII 29, la légende ἀνώ Ψ, où ἀνώ renvoie à XVI 26, où doit être inséré le texte manquant, et où Ψ indique qu’il faut sauter la portion de texte et passer à la colonne XIX, couvre la kollesis K3 et a été écrite une fois la copie du texte achevée et les trois morceaux assemblés en rouleau.

  • 9 Sur ce point, voir la contribution d’A. Ricciardetto dans ce volume et Alessandrì S., « Cronologia  (...)

16Enfin, le morceau D contient les colonnes XIX à XXVI du texte littéraire. Il portait déjà le début du registre d’ouvriers et, au moment de confectionner le rouleau, le scripteur n’a pas jugé utile de recouper cette partie. En outre, il faut préciser que les documents du recto du morceau D ont été écrits par une autre main et attestent une formule de conclusion de chaque enregistrement de biens légèrement modifiée, par rapport aux documents écrits sur les morceaux A, B et C9.

  • 10 Ciampi A., « Aspetti del rotolo in età romana », G. Bastianini, A. Casanova (a cura di), I papiri o (...)

17Ce type de rouleau, constitué de morceaux assemblés une fois le texte écrit, pourrait être également illustré par P.Lit.Lond. 27 (MP³ 998, Ier siècle), rouleau de papyrus de très bonne facture, qui contient Iliade, XXIII et XXIV. En effet, d’après A. Ciampi, au départ, deux rouleaux contenaient séparément chaque chant. À la suite d’une restauration antique de la fin d’Iliade XXIII et du début d’Iliade XXIV, le restaurateur a décidé d’assembler les deux rouleaux en un seul10.

18Ces observations révèlent que le P. Vat. gr. 11, loin d’être une copie de bibliothèque ou même un produit de librairie, est un livre de second choix, fait de papyrus de remploi, de qualité moyenne à basse. La copie du texte littéraire était destinée à un usage personnel.

  • 11 Voir les conclusions d’Alessandrì S., « Cronologia », art. cit., p. 240-241.

19Enfin, il est désormais possible d’évaluer plus précisément la date de la copie du traité Sur l’exil de Favorinos. En effet, S. Alessandrì vient de démontrer que, si les documents du recto concernent des faits datés entre 132-133 et 205-206, ils n’ont été consignés par écrit que vers 211-212. D’autre part, la réutilisation du verso pour y commencer l’écriture du registre d’ouvriers au mois de mesorê 215 montre que les documents du recto n’étaient plus valides à ce moment-là11. Par ailleurs, l’abandon de la copie du registre d’ouvriers au verso signifie une perte immédiate de sa validité. Le texte de Favorinos a donc pu être copié au verso du rouleau dès 215 ou 216.

Notes

1 La présente contribution est fondée sur les résultats de l’autopsie du P. Vat. gr. 11 effectuée par nos soins les 4 et 11 avril 2012 à la Bibliothèque Vaticane, avec l’autorisation du directeur du département des manuscrits, le Dott. Paolo Vian, dans le cadre d’un séjour d’études et de recherches à l’Academia Belgica de Rome. Les références aux colonnes sont en chiffres romains, celles aux lignes en chiffres arabes. Sauf mention contraire, il s’agit toujours des références aux colonnes et lignes du verso littéraire du papyrus.

2 Norsa M., Vitelli G., Il papiro Vaticano greco 11, Città del Vaticano, Biblioteca apostolica Vaticana, 1931 (= « Studi e Testi », 53).

3 Alessandrì S., « La cronologia di P. Vat. gr. 11r. (P. Marm.) », Analecta Papyrologica, 25, 2013, p. 209-241. Sur le recto documentaire du rouleau, voir la contribution d’A. Ricciardetto dans ce volume, qui fournit un status quaestionis.

4 Barigazzi A. (a cura di), Favorino di Arelate. Opere, Firenze, Felice Le Monnier, 1966, p. 347-521.

5 Tepedino Guerra A. (a cura di), Favorino di Arelate. L’esilio (Pap. Vat. gr. 11 verso), Roma, Ed. dell’Ateneo, 2007.

6 Norsa M., Vitelli G., Il papiro Vaticano greco 11, op. cit., p. vii.

7 Sur les reproductions fournies dans l’editio princeps de 1931, le fragment de la colonne XXVI apparaît bien distinct du reste du papyrus. Depuis lors, il a été raccordé au reste du rouleau au moyen de petites bandes de papier collant apposées sur le recto.

8 Bastianini G., « Il papiro di Favorino (Pap. Vaticano Greco 11) », F. Montanari (a cura di), C. Azeglio Ciampi, Favorino di Arelate e la consolazione Περὶ φυγς. Tesi di laurea della Regia Università degli Studi di Pisa, a. a. 1940/1941, Pisa, Edizioni della Normale, 2011, p. 1-5 : « in ascesa » (montante) et « in discesa » (descendante).

9 Sur ce point, voir la contribution d’A. Ricciardetto dans ce volume et Alessandrì S., « Cronologia », art. cit., p. 209-210 et 213.

10 Ciampi A., « Aspetti del rotolo in età romana », G. Bastianini, A. Casanova (a cura di), I papiri omerici. Atti del convegno internazionale di studi. Firenze, 9-10 giugno 2011, Firenze, Istituto Papirologico « G. Vitelli », 2012, p. 70-73.

11 Voir les conclusions d’Alessandrì S., « Cronologia », art. cit., p. 240-241.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/53322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

Auteur

Nathan Carlig prépare, au CEDOPAL de l’université de Liège, une thèse de doctorat sur les papyrus littéraires grecs et latins à contenu composite profane et chrétien. Ayant effectué plusieurs séjours d’étude et de recherche à l’étranger, notamment à Rome, Florence, Lecce, Barcelone, Paris et Vienne, il est l’auteur de plusieurs contributions relatives aux papyrus chrétiens parues dans des revues papyrologiques, des recueils collectifs et des actes de colloque.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540