Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles

 | 
Eugenio Amato
, 
Marie-Hélène Marganne

Première partie. Le dossier papyrologique

Le dossier papyrologique de Favorinos d’Arles

Marie-Hélène Marganne

Texte intégral

  • 1 Dans le texte et les notes, l’abréviation MP3 ou Mertens-Pack3 désigne la 3e édition, commencée sou (...)
  • 2 Voir site web du CEDOPAL, à l’adresse [http://promethee.philo.ulg.ac.be/cedopal/index.htm], puis [h (...)

1Si, à propos de Favorinos d’Arles, on interroge la base de données MP3 des papyrus littéraires grecs et latins du CEDOPAL1, en utilisant la fonctionnalité « Recherche sur tous les textes d’un auteur, ses attributions et citations2 », on trouvera trois notices, dont une pour un texte d’auteur (MP3 455) et deux pour des citations (MP3 1993 et 2087) :

2455

Favorinus, De exsilio
P. Vat. Gr. 11 <351>
ed. pr. : M. Norsa - G. Vitelli, Il papiro Vaticano greco 11 (Vatican, 1931 = Studi e Testi
53) 17-32 ;
edd. post. : A. Barigazzi, Favorino di Arelate. Opere (Florence, 1966) 347-521 ;
A. Tepedino Guerra (edizione critica, traduzione e commento a cura di), Favorino di Arelate. L’esilio (Pap. Vat. Gr. 11 verso) (Rome, 2007 = Testi e commenti 20) Marmarica III ↓ (→doc. : registre de propriétés, 215)
Dim. : 2700 × 290
Cit. :
Aeschylus, Choephoroe 49 ; Alcaeus (9.4 ; Treu, Alkaios 84) ; Bacchylides, 7.2 sq. (Galiano, Pind. no 60) ; Euripides, Andromeda (? Amato) ; Antigona, fr. 157-58 Nauck2 ; Hercules 57-59, 1337-39 ; Phoenissae 40, 363, 367-70, 403, 406-7, 476, 531-35, 536, 613 et un nouveau fr. ; Hesiodus, Opera 176 sq., 640 ; Theogonia 22 sq. ; Homerus, Ilias II 128, III 3 sq., III 47 sq., IV 171, VI 176, etc., VI 311, XIV 308, XXII 219, XXIII 774 ; Odyssea II 314 sq., IV 502 ; 506, V 84, 158, 176, etc., X 517, XI 25, 543 sq., XI 122 sq., XIV 222-25, XVIII 74, XX 18, XXIII 269 ; Menander ; Oracle d’Apollon à Lampon « de Mégare » ; Oracle d’Apollon à Socrate ; Pindarus, Olympia II 16, fr. 38 Schroeder ; Poetae ignoti (Galiano, Pind. no 53-54, 66) ; proverbes ; Sophocles, Electra 363-64 ; Tereus ; Oedipus Coloneus 562-64, 797-99 ; Thebais fr. 1 ; Xenophon, Cyropaedia I 2.8, I 4.11
Bibl. : Pack2 ; E. Mensching, Favorin von Arelate. Der erste Teil der Fragmente (Berlin, 1963) ; A. Barigazzi, RFIC 94 (1966) 129-148 ; Id., Prometheus 13 (1987) 204-208 et 14 (1988) 230 ; Id., ANRW II 34, 1 (1993) 556-81 ; A. Carlini, Maia NS 21 (1969) 273-79 ; S. Fasce, Maia NS 27 (1975) 221-223 ; Radt no 591 ; Id., ZPE 49 (1982) 1-2, repr. dans A. Harder – R. Regtuit – P. Stork – G. Wakker (éd.), Noch einmal zu… Kleine Schriften von Stefan Radt zu seinem 75. Geburtstag (Leyde, 2002 = Mnemosyne. Supplementum 235) 296-298 ; CGFP 184 ; G. Anderson, JHS 99 (1979) 149 ; CPF 36.2 T ; 37.1 T ; 30, p. 431 et 441 ; I 1**, 48 T et 49.4 T ; I 1***, 80.140 T et 95.8 T ; S. Swain, ZPE 79 (1989) 150-158 ; R. Pintaudi, AnPap 2 (1990) 21-25 ; A. Tepedino Guerra, ZPE 131 (2000) 29-39 ; Ead., Atti XXII C. I. P. (Florence, 2001) 1235-44 ; Ead., Scritti in ricordo di Marcello Gigante, 197-205 (= SIFC 95 [2002]) ; E. Amato, ZPE 133 (2000) 43-50 et 144 (2003) 101-104 ; A. Tepedino Guerra, dans L. Torraca (a cura di), Scritti in onore di Italo Gallo (Naples, 2002) 547-552 ; E. Amato (texte établi par) et Y. Julien (trad.), Favorinos d’Arles. Œuvres. Tome I (Paris, CUF, 2005) 5-6 et 258-260 ; W. Luppe, Aegyptus 86 (2006) 35-36 et RhM NF 151 (2008) 430-432 ; E. Amato, Emerita 75 (2007) 319-338 et ZPE 175 (2010) 45-47 ; Id., dans Göttinger Forum für Altertumswissenschaft 13 (2010) 1239-1256 ; M. Capasso, PapLup 16 (2007) 59-67 ; M. Bandini, Gnomon 82, 2 (2010) 106-109 ; E. Amato, Athenaeum 99, 1 (2011) 193-206 (= GFA 13 [2010] 1239-1256) ; G. Bastianini, dans F. Montanari (et alii), C. A. Ciampi, Favorino d’Arelate e la consolazione Peri phugès. Tesi di laurea della Regia Università degli Studi di Pisa, 1940/41 (Pise, 2011) 1-5 ; G. Amato, Listy filologické 134, 3-4 (Prague, 2011) 265-284 ; McNamee, Abbr. ; Cavallo, Scrittura 91
Reprod. :
ed. pr. ; Seider, PGP II 2, no 30, pl. XV
Photographie à Liège

31993

Maximes philosophiques : florilège peut-être organisé en sections thématiques (E. Gritti)
P. Strasb. inv. G 92v <366>
ed. R. Reitzenstein, Hermes 35 (1900) 608-611
III ↓ (→ 1251)
Dim. : 82 × 115
Cit. : Favorinus
Bibl. : E. Gritti, STCPF 14 (2007) 75-106
Photographie à Liège

42087

  • 3 Le recto documentaire du PSI inv. 19662 a été édité dans SB V 7633 ; voir aussi [http://papyri.info (...)

Liste d’œuvres littéraires
PSI inv. 19662v <302>
ed. pr. : M. Norsa - R. Sabbadini, Aegyptus 2 (1921) 17-22
edd. post. : E. Puglia, ZPE 113 (1996) 51-65 ; Otranto 16
Oxyrhynchus III ↓ (→ doc. : liste de propriétés III)3
Dim. : 130 × 180
Cit. : Aristophanes ; Aristoteles (?), Eudemus ; Euripides, Opera omnia (?) ; Favorinus (?) ; Homerus, Opera omnia (?) ; Lucianus (?), Anacharsis ; Lysias (?), Ad Calliclem ; Menander, Opera omnia (?) ; Plato (beaucoup de titres) ; Xenophon, Agesilaus, Anabasis, Cynegeticus, Cyropaedia, Symposium
Bibl. : U. Wilcken, APF 7 (1924) 112, 247-248 ; C. H. Oldfather, The Greek Literary Texts 72-75 ; V. Gardthausen, Zeitschr. Deutsch. Ver. Buchw. 5 (1922) 92 ; H. Gerstinger, WS 50 (1932) 187-188 ; C. Wendel, Zentralblatt für Bibliothekswesen 54 (1937) 586-587 ; E. G. Turner, JEA 38 (1952) 90-91 ; C. Wendel, Handbuch der Bibliothekswissenschaft 3.1 (1955) 73 ; P. J. Sijpesteijn, Aegyptus 44 (1964) 20-25 ; R. Pintaudi, Aegyptus 83 (2003) 189-190 ; G. W. Houston, dans W. A. Johnson & H. N. Parker, Ancient Literacies. The Culture of Reading in Greece and Rome (Oxford, 2009) 234-237 ; J.-L. Fournet, I papiri omerici (Florence, 2012) 130-131 ; McNamee, Abbr. ; CGFP 17.103 ; PCG III 2 T 126 ; CPF I 1* 3 ; *** 80, 83T ; 86T ; 87T ; 90T ; 91T ; 93T ; 94T ; 97T ; 98T ; 99T ; 103T ; 105T ; 112T ; 114T ; 116T ; 119T ; 121T ; 125T ; TrGF vol. 5.1 T9 ; SB 24.15875
Reprod. : Otranto, pl. XIII ; (partim) Aegyptus 83 (2003) 190 ; CPF IV 2, pl. 259
Photographie à Liège

  • 4 Haslam M. W., « Plato, Sophron, and the Dramatic Dialogue », Bulletin of the Institute of Classical (...)
  • 5 Haslam M. W., Bowman A. K. et alii, The Oxyrhynchus Papyri, XLV, London, Egypt Exploration Society, (...)
  • 6 Haslam, op. cit., p. 29: « In BICS 19 (1972) 17-38, I have attempted to reach an understanding of t (...)
  • 7 Amato E., Favorinos d’Arles. Œuvres. Tome III. Fragments, Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 433-4 (...)

5Le P. Oxy. 45.3219 (MP3 2561.1, Oxyrhynchus, milieu ou 2nde moitié du IIe s.), dont la notice est fournie ci-dessous, ne fait pas partie de la sélection, car rien ne prouve qu’il puisse être attribué, en tout ou en partie, à Favorinos, évoqué comme auteur par M. W. Haslam dans son editio princeps de 19724, mais non dans celle du volume XLV des P. Oxy., parue cinq ans plus tard (1977)5. L’éditeur y reconnaît lui-même qu’il a mené l’enquête, sans résultat positif, sur la paternité de l’œuvre contenue dans le papyrus et sur sa relation avec Diogène Laërce6. Du reste, c’est parmi les fragments douteux ou faux de Favorinos qu’E. Amato a édité deux des passages du papyrus (fr. 1, 3-10 et fr. 2, col. I, 2-9 = F 162 et 163)7.

62561.1

Traité sur Plato (?)
P. Oxy. 45.3219 <025>
ed. pr. : M. W. Haslam, BICS 19 (1972) 17-38
Oxyrhynchus mil. ou 2e moitié II
Dim. : 110 × 65
Cit. : Plato (?)
Bibl. : McNamee, Abbr. ; CPF 24.21T ; ibid. I 1*** 75.3T et 80.137T
Reprod. : BICS 19 (1972) pl. VI ; CPF IV 2, pl. 203 ; POxy Online

  • 8 [http//www.trismegistos.org/ldab/].

7Lorsque l’interrogation porte sur le nom de l’auteur, la Leuven Database of Ancient Books (LDAB)8 ne fournit que deux notices, celle du P. Vatic. gr. 11 verso (LDAB 1065 : authorname), et celle du P. Strasb. inv. G 92 verso, ce dernier en tant que contenant une citation de l’auteur (LDAB 1066 : quotations). La notice LDAB 5258, qui correspond au PSI inv. 19662 verso (MP3 1993), enregistre, parmi les citations, les noms de « Xenophon, Plato, Homerus, Menander, Euripides, Aristophanes », mais non celui de Favorinos : nous allons voir pour quelle raison.

8De prime abord, il est remarquable que les trois papyrus en rapport avec Favorinos, à savoir P. Vatic. gr. inv. 11 verso, P. Strasb. inv. G 92 verso et PSI inv. 19662 verso, soient tous datés du IIIe siècle et portent tous l’écrit en rapport avec Favorinos au verso, de documents pour deux d’entre eux (P. Vatic. gr. inv. 11 verso et PSI inv. 19662 verso) et d’un autre texte littéraire (MP3 1251), à savoir Isocrate, À Démonicos, 45, pour le troisième (P. Strasb. inv. G 92 verso). Voici la notice MP3 de ce dernier :

91251

Isocrates, Ad Demonicum 45
P. Strassb. G 92<366>
ed. R. Reitzenstein, Hermes 35 (1900) 607-608
III → (↓
1993)
Dim. : 80 × 115
Bibl. : Drerup, n
o 6 ; APF 1 (1901) 522 ; CPF I 2 *, 21.14
Reprod. : CPF IV 2 (2008) pl. 161
Photographie à Liège

10On peut en déduire que les trois papyrus en rapport avec l’œuvre de Favorinos ne sont pas des copies de premier choix, mais plutôt des copies personnelles, puisqu’on a utilisé du papyrus de réemploi.

11Laissant de côté pour le moment le rouleau contenant au verso (↓) le traité de Favorinos (P. Vatic. gr. 11 = MP3 455), examinons les citations de l’auteur dans les deux autres papyrus.

  • 9 Je remercie vivement Paul Heilporn (message électronique du 09.10.2013) de m’avoir permis de consul (...)
  • 10 Ce sont 1) P. Oxy. inv. 4B4/4a (MP3 1240.02, ed. Stephens S. A., YClS, 28, 1985, p. 5-6, Oxyrhynchu (...)
  • 11 Amato E., Favorinos d’Arles. Œuvres. Tome I. Introduction générale – Témoignages – Discours aux Cor (...)
  • 12 Amato E., Favorinos d’Arles. Œuvres. Tome III. Fragments, Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 366 ( (...)
  • 13 Amato E., op. cit., p. 411.

12Le P. Strasb. inv. G 92 verso (MP3 1993)9 contient des maximes philosophiques probablement en rapport avec la modération. Elles sont écrites au verso (↓) d’un papyrus de bonne facture qui conserve, au recto (→), la copie calligraphique du § 45 du discours À Démonicos attribué à Isocrate (436-338 avant notre ère). Cette œuvre connut un immense succès tout au long de l’antiquité et du moyen âge, en raison de son côté moralisateur, particulièrement prisé dans les milieux scolaires. Dans l’Égypte gréco-romaine et byzantine, son utilisation est attestée par 24 papyrus datés du 1er siècle avant notre ère au VIe siècle de notre ère10. Quoique les mains du recto (majuscule biblique) et du verso (ronde informelle) du P. Strasb. inv. G 92 soient différentes, les écrits des deux faces présentent une certaine unité de sujet. En revanche, leur mise en page est loin d’être semblable. À la différence du recto, qui présente des colonnes très étroites (leurs lignes comptent de 7 à 9 lettres seulement), comme il est d’usage pour les discours, le verso porte des lignes très longues, dont il reste environ les deux premiers tiers. Séparée des 14 premières lignes par une paragraphos, la section mise sous le nom de Favorinos (15-17) est précédée par le nom de l’auteur au génitif (15 : ΦΑΒΟΡΕΙΝΟΥ, iotacisme pour Φαβορῖνου ; au nominatif, on trouve les formes Φαβορῖνος, Φαβωρῖνος, Φαβουρῖνος, Φαυωρῖνος)11, qui est écrit au milieu de la ligne d’écriture, en guise de sous-titre, et qui est suivi d’un trait ornemental assez court, occupant un espace de 3 à 4 lettres, avant une sentence (γνώμη) faisant intervenir le Thébain Épaminondas (16-17 : Ἐπαμεινώνδας γὰρ ὁ̣ Θηβαῖο̣[ς ] | Ἑλλήνων ταύτην ἔφη μεγίστ [ην). Le fragment est repris, sous le no F 137 (128 Ba), dans le tome III des œuvres de Favorinos, édité par E. Amato dans la Collection des Universités de France et consacré aux fragments de l’auteur arlésien12. Comme l’explique l’éditeur dans son commentaire13, ce général thébain (c. 410-362), qui mourut à Mantinée,

  • 14 P. Mil. Vogl. 2.263 (MP3 1986.2, IIe s., Tebtynis, au verso de comptes), avec les commentaires de R (...)

se distingua non seulement pour ses qualités militaires qui lui donnèrent deux victoires sur les Spartiates à Leuctres (371 av. J.-Chr.) et Mantinée (362 av. J.-Chr.), mais également pour ses qualités morales et intellectuelles, qui en ont fait un modèle de vie pour les jeunes. D’où les χρεῖαι qu’on lui attribue dans les papyrus scolaires14.

  • 15 Je remercie vivement Rosario Pintaudi et Diletta Minutoli (message électronique du 09.10.2013) de m (...)
  • 16 Otranto R., Antiche liste di libri su papiro, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, coll. « Sussi (...)
  • 17 Houston G. W., « Papyrological Evidence for Book Collections and Libraries in the Roman Empire », W (...)
  • 18 Pour Puglia E., Il libro e lo scaffale. Opere bibliografiche e inventari di libri su papiro, Napoli (...)
  • 19 C’est l’interprétation de Turner E. G., « Roman Oxyrhynchus », JEA, 38, 1959, p. 79-83, repr. par A (...)

13Dans ce cas précis, la présence du nom de Favorinos, clairement copié, est indiscutable dans le papyrus. Il n’en va pas de même dans le PSI inv. 19662 verso (MP3 2087, Oxyrhynchus, IIIe s.)15, qui contient une liste d’œuvres littéraires copiée, dans une écriture cursive, au verso d’un document (liste de terrains, avec leur surface en aroures). Comme l’écrit R. Otranto dans sa réédition16, cette liste comprend d’abord une succession de titres, sans nom d’auteur (celui-ci était peut-être écrit dans la partie perdue), appartenant à Platon (lignes 1-22), puis, séparée de la précédente par une paragraphos, une succession de titres (23-27), mis sous le nom de Xénophon (23). Enfin, séparée de ce qui précède par l’espace d’une ligne, on trouve une liste (23-31) faisant référence à « tout ce qu’on trouve », écrit en abrégé (28 : ὅσα εὑρίσκ(εται)), d’Homère, de Ménandre, d’Euripide et d’Aristophane. Ces quatre auteurs sont d’illustres représentants de l’hellénisme et les trois premiers sont amplement utilisés dans l’enseignement, particulièrement celui de la rhétorique. Des trois dernières lignes (32-35), on ne distingue que quelques lettres. Depuis sa première édition, en 1921, cette liste a soulevé maints problèmes d’interprétation, récemment synthétisés par G. W. Houston17 et reconsidérés depuis peu par E. Puglia18. De fait, le verso du papyrus florentin pourrait contenir la liste de livres d’une collection, d’une bibliothèque, d’un marchand de livres ou une liste de livres que l’on souhaite acquérir, ou que des élèves doivent lire (car les livres évoqués sont des classiques) ou, peut-être, qui doivent être copiés à l’intention d’une ou de plusieurs personnes19.

  • 20 Norsa M., « Elenco di opere letterarie », Aegyptus, 2, 1921, p. 17-20.
  • 21 Carlini A., CPF I. 1* 3, 1989, p. 94-98.
  • 22 Pintaudi R., « Favorino, non Cratino », Aegyptus, 83, 2003, p. 189-190.
  • 23 Norsa M. & Vitelli G., Il papiro Vaticano greco 11, Città del Vaticano, coll. « Studi e Testi », 53 (...)
  • 24 E. Amato, « Appunti per la fortuna di Favorino a Bisanzio (con un’appendice sulla Pro balneis) », R (...)

14Le nom d’auteur qui nous intéresse est écrit à la ligne 32. D’abord restitué comme celui de Favorinos par M. Norsa20 dans l’editio princeps de ce papyrus florentin (Φ[αβωρ]είνου), il a ensuite été interprété par A. Carlini21 comme celui de Cratinos (Κ̣[ρατ]είνου), qui pourrait désigner, soit Cratinos l’Ancien, auteur de comédies au Ve s. avant notre ère et représentant de la comédie ancienne, soit Cratinos le Jeune, auteur comique du IVe s. avant notre ère et représentant de la comédie moyenne. Il y a une dizaine d’années, après une nouvelle autopsie du papyrus, R. Pintaudi22 a pu cependant confirmer que la première lettre de la ligne 32 était sûrement un phi et non un kappa, faisant ainsi rentrer dans la liste le nom de Favorinos, comme du reste l’avaient déjà fait M. Norsa et G. Vitelli23 dans leur editio princeps du P. Vatic. gr. 11, p. XV24. Quoi qu’il en soit de la nature exacte du texte écrit sur le verso du PSI inv. 19662, si le nom de Favorinos fait effectivement partie de la liste des auteurs qui y sont mentionnés, il s’ensuit que le rhéteur arlésien est associé aux représentants les plus illustres de l’hellénisme. Cela en dit long sur sa réputation, à Oxyrhynchus, au IIIe siècle.

  • 25 Montevecchi O., La papirologia, Torino, 1973, ristampa riveduta e corretta con addenda, Milano, Vit (...)
  • 26 La réédition (ou le réexamen) du recto documentaire du P. Vatic. gr. inv. 11 (= P. Marmarica), par (...)
  • 27 Bastianini G., « Βιβλίον ἑλισσόμενον. Sull’avvolgimento dei rotoli opistografi », Storia, poesia e (...)
  • 28 Stobée, Florilège, III, 22, 39 (= col. 19, 7-9 et 23, 41-48) et IV, 31, 125 (= col. 17, 17-18), men (...)
  • 29 Cavallo G., La scrittura greca e latina dei papiri. Una introduzione, Pisa-Roma, Fabrizio Serra Edi (...)

15En ce qui concerne le P. Vatic. gr. 11 (MP3 455), nous nous bornerons à résumer les données de l’editio princeps évoquée ci-dessus. Le volumen de papyrus a été trouvé en Égypte, on ne sait où. Il provenait sans doute à l’origine de la Marmarique25, puisque les registres de propriété écrits au recto sont relatifs à cette région26. En février 1930, sur proposition de Monseigneur Giovanni Mercati, il fut acquis par le pape Pie XI, dans le commerce des antiquités, pour la Biblioteca Apostolica Vaticana, où il porte le no Vaticanus Graecus 11. Au moment de son acquisition, il était encore presque intégralement enroulé, avec le texte littéraire à l’intérieur27. Une petite partie seulement était déroulée, qui correspondait aux dernières colonnes de l’écrit et tombait en morceaux. Après déroulement, il mesure environ 2,65 m de long pour une hauteur de 29 cm. Le début (soit une ou deux colonnes et peut-être aussi un préambule) et la fin (peu de chose) du rouleau manquent. De l’écrit littéraire du verso, il reste 26 colonnes (dont une sous forme de fragments), soit c. 1300 lignes. Nous ne décrirons pas le recto documentaire, présenté par A. Ricciardetto dans ce volume. En tous les cas, la réutilisation au verso de parties de rouleaux documentaires, prouve que le scribe du texte littéraire a utilisé un support d’écriture de second choix. C’est donc une copie privée. Nous n’évoquerons pas davantage le verso littéraire, présenté dans ce même volume par N. Carlig et G. Nocchi Macedo, si ce n’est pour préciser qu’il ne comprend, ni nom d’auteur, ni titre. Ce sont M. Norsa et G. Vitelli, les premiers éditeurs du papyrus, qui ont attribué le texte du verso à Favorinos, en se fondant sur trois passages de l’écrit mis sous son nom par Stobée28, et ce sont eux qui, en raison de son contenu, lui ont donné le titre De l’exil (Περὶ φυγς). D’après ses premiers éditeurs, l’écriture du verso littéraire est une majuscule régulière et calligraphique, quoique rapide. Elle est inconstante dans la taille, la densité et l’inclinaison au fur et à mesure que l’on avance dans le texte. Des variations apparaissent également dans le nombre des lignes par colonne, dans leur largeur et dans celle des marges. Il n’y a pas d’indication stichométrique. Le scribe, qui paraît expérimenté, semble avoir une bonne connaissance du grec. Néanmoins, le texte contient des erreurs : répétitions, omissions, changement de préverbe dans les composés, espaces blancs sans raison. D’après G. Cavallo, l’écriture ronde se distingue par un ductus posé, la régularité des formes et une tendance prononcée aux traits curvilignes avec, parfois, quelques emprunts à l’écriture de chancellerie29.

  • 30 Colomo D., « Rhetoric on Papyrus », B. Palme (éd.), Akten des 23. Internationalen Papyrologenkongre (...)

16La mise en série et la comparaison des trois papyrus en relation avec Favorinos révèlent maints points communs : même datation (IIIe siècle), même utilisation d’un support d’écriture de réemploi, même type d’écriture, informelle ou cursive, et même contexte de production ou d’utilisation. En conclusion, ces trois témoins, dont l’un proviendrait de la Marmarique et un autre, sûrement, d’Oxyrhynchus, attestent la connaissance de l’auteur arlésien (c. 80-150/160), dans la chôra égyptienne au sens large, moins d’un siècle après sa mort, probablement dans le cadre particulier des intérêts liés à la rhétorique et à son enseignement ou son apprentissage ou sa pratique. Comme le montre le Catalogue des papyrus littéraires grecs et latins du CEDOPAL, ce sous-genre est bien représenté dans l’Égypte gréco-romaine, avec, par exemple, 193 témoins pour Démosthène, 132 pour Isocrate, 49 pour Eschine, 12 pour Cicéron, 10 pour Lysias, 7 pour Hypéride, 6 pour Aelius Aristide, 3 pour Lycurgue, 2 pour Isée, 1 pour Dion Chrysostome, 1 pour Lucien et 95 pour les adespota grecs, sans compter les inédits, – et ils sont nombreux –, notamment parmi les P. Oxy., d’après D. Colomo30.

  • 31 Fernandez Delgado J. A. & Pordomingo F., « PMilVogl I 20 : bocetos de progymnásmata », ZPE, 167, 20 (...)
  • 32 Le papyrus a été édité par Vogliano A., Papiri della R. Università di Milano, I, Milano, U. Hoepli, (...)

17Quant au thème du verso littéraire, à savoir l’exil, il trouve maints parallèles dans le genre rhétorique31, y compris parmi les papyrus littéraires. Par exemple, ce thème fait partie, avec d’autres (Sur le Phénix, Discours d’Hercule exclu des Mystères d’Éleusis, Sur la fleur dénommée en souvenir d’Antinous et À Agathoclès le Cynique, sur le manteau porté par les philosophes et les orateurs), des exercices rhétoriques répertoriés dans un papyrus grec daté du IIe ou du IIIe siècle et provenant de Tebtynis : P. Mil. Vogl. 1.20 (P. Cairo inv. 2801-15/9/53/I = MP3 1996)32, col. II, 1-24 :

ὅτι οὐ δ[εῖ] τινα ἐξελαύνειν. | Ἐδίωξαν μὲν Ἀθηναῖοι Θησ[έ]|α καὶ φυγὼ[ν ἀε]ὶ ἐν Σκύρῳ Θη|σεὺϲ ἀπέθανεν καὶ Σ<όλ>ων μετὰ | τοὺϲ νόμουϲ Ἀθήναϲ καταλέλοι-|πεν, φυγὼ[ν] πό[λιν] ἣν αὐτὸϲ δι|καιοτέραν ἐποίησεν. Κρεσφ[όν]|την δὲ τὸν Ἡρακλείδην οἱ Δω|ριϲ ἐπαναστάντεϲ ἀπέ|κτε[ι]ναν, τὸν ἑαυτν βασιλέα. | Δαρείου δὲ ἀπέστησαν Βαβυ|λώνιοι, καὶ Σαρδανάπ<α>λλον Ἀσ|σύριοι προέ-δωκαν, καὶ πολλά | κις <ἠ>πε<ί>λησαν Ἀλεξάνδρῳ | Μακεδόνεϲ. Εἰ δέ σοι δοκεῖ | σεμνὸν εἶναι δημαγω<γί>α,| ἐπαινέσομ[εν] Ἀθηναίουϲ πά|λιν ὡϲ ἐδίωξ[α]νμὲν Ἀριστεί|δην, ἔδησαν δὲ Μιλτιάδην, ἐ|ζη[μίωσ]αν Περικλέα. Τὸν δί|καιον ἐξήλασαν, | ἔδησαν τὸν νενεικη|κότα, τὸν Ὀλύμπιον ἐζημίω|σαν.

Qu’il ne faut exiler personne. Les Athéniens chassèrent Thésée et, exilé pour toujours, Thésée mourut à Skyros, et Solon, après avoir promulgué ses lois, quitta Athènes, exilé de la cité que lui-même rendit plus juste. Quant à l’Héraclide Cresphontès, les Doriens, après s’être soulevés contre lui, le mirent à mort, alors qu’il était leur roi. Darius fut abandonné par les Babyloniens, et Sardanapale fut trahi par les Assyriens, et, souvent, les Macédoniens menacèrent Alexandre. Mais s’il te paraît que l’art de conduire le peuple est noble, nous louerons les Athéniens, au contraire, de ce qu’ils chassèrent Aristide, emprisonnèrent Miltiade et condamnèrent Périclès. Ils expulsèrent le juste, emprisonnèrent le vainqueur, condamnèrent l’Olympien.

  • 33 Boudon-Millot V., « Un traité perdu de Galien miraculeusement retrouvé, le Sur l’inutilité de se ch (...)

18Comme en témoigne Galien, à la fin du IIe siècle, dans son traité Ne pas se chagriner, 54-55, que l’on croyait perdu, mais qui a été retrouvé il y a quelques années par A. Pietrobelli et récemment édité par V. Boudon-Millot et J. Jouanna33, l’exil était en effet une menace permanente pour les intellectuels proches du pouvoir à l’époque impériale,

ὥστε καθ’ἑκάστην ἡμέραν κἀγὼ θεώμενος ἕκαστον αὐτν ἐγύμνασά μου τὰς φαντασίας πρὸς ἀπώλειαν πάντων ν ἔχω, μετὰ τοῦ καὶ αὐτός τι κλασθῆναι προσδοκήσας, ὥσπερ ἄλλοι μηδὲ ἀδικήσαντες, εἰς νῆσον πεμφθῆναι ἔρημον.

  • 34 Boudon-Millot V., Jouanna J. & Pietrobelli A., op. cit., p. 18, l. 4-9.

de sorte que, chaque jour, moi aussi, au spectacle de chacun de ces malheurs, j’ai entraîné mes représentations à la perte de tout ce que je possède, en y adjoignant le fait de me briser pour ainsi dire moi-même en m’attendant à être envoyé dans une île déserte, comme ce fut le cas pour d’autres qui n’étaient même pas coupables (traduction de V. Boudon-Millot et J. Jouanna)34.

Notes

1 Dans le texte et les notes, l’abréviation MP3 ou Mertens-Pack3 désigne la 3e édition, commencée sous la direction du regretté P. Mertens, fondateur du Centre de Documentation de Papyrologie Littéraire (CEDOPAL) de l’université de Liège, et mise à jour en permanence par nos soins depuis 1999, du catalogue de Pack R. A., The Greek and Latin Literary Texts from Greco-Roman Egypt, 2e éd., Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1965 (= Pack2). Depuis décembre 2005, la totalité des notices MP3 du Catalogue des papyrus littéraires grecs et latins du CEDOPAL est accessible à l’adresse [http://promethee.philo.ulg.ac.be/cedopal/index.htm]. Pour les abréviations papyrologiques, on se reportera à Oates J. F., Bagnall R. S., Clackson S. J., O’Brien A., Sosin J. D., Wilfong T. G. & Worp K. A., Checklist of Editions of Greek, Latin, Demotic and Coptic Papyri, Ostraca and Tablets. Fifth Edition, Oakville, American Society of Papyrologists, coll. « Bulletin of the American Society of Papyrologists. Supplements », 9, 2001, également accessible en ligne, à l’adresse [http://scriptorium.lib.duke.edu/papyrus/texts/clist.html].

2 Voir site web du CEDOPAL, à l’adresse [http://promethee.philo.ulg.ac.be/cedopal/index.htm], puis [http://promethee.philo.ulg.ac.be/cedopal/indexauteur.asp].

3 Le recto documentaire du PSI inv. 19662 a été édité dans SB V 7633 ; voir aussi [http://papyri.info/ddbdp/sb;5;7633/].

4 Haslam M. W., « Plato, Sophron, and the Dramatic Dialogue », Bulletin of the Institute of Classical Studies, 19, 1972, p. 17-53 et pl. VI.

5 Haslam M. W., Bowman A. K. et alii, The Oxyrhynchus Papyri, XLV, London, Egypt Exploration Society, coll. « Egypt Exploration Society. Graeco-Roman Memoirs », 63, 1977, p. 29-39.

6 Haslam, op. cit., p. 29: « In BICS 19 (1972) 17-38, I have attempted to reach an understanding of the critical theory underlying the surviving text and have investigated, without positive result, the authorship of the work and its relationship with DL. »

7 Amato E., Favorinos d’Arles. Œuvres. Tome III. Fragments, Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 433-434 (texte) et 466-468 (commentaires). En revanche, nous ne suivons pas l’éditeur, op. cit., p. 34-35, n. 129 et p. 62-63, n. 189, pour une attribution possible à Favorinos du texte sur la vieillesse du P. Schub. 38 (P. Berol. inv. 13407 = MP3 2596). Suite aux réflexions de Barigazzi A., Favorino di Arelate. Opere. Introduzione, testo critico e commento, Firenze, Felice Le Monnier, 1966, p. 154 (« Lo stile farebbe pensare a Favorino, perché è piano e disinvolto, come pure gli esempi di Socrate e Anacreonte ; tuttavia l’età del papiro, assegnato circa tra il 1° e il 2° sec. d. C. sembra escludere quell’attribuzione. Del resto gli scritti del genere erano numerosi e in essi l’esemplificazione era un carattere comune »), d’une part, et à la réédition et à la datation nouvelle de ce papyrus au IIe s. par Frösén J. & Westman R., « Quattro papiri Schubart. PSchubart 35, 37, 38, 39 : sul regno ; sugli agoni sportivi ; sulla vecchiaia ; sui diadochi », Papiri filosofici. Miscellanea di Studi, I, Firenze, 1997, 30-41, d’autre part, Amato écrit : « C’est en effet du IIe s. apr. J.-Chr. qu’il faut dater l’écriture d’un papyrus, en provenance d’Hermoupolis Magna, renfermant quelques fragments d’un traité en faveur de la vieillesse, très proche de Favorinos pour le style et pour les exemples utilisés », au point qu’il pourrait lui être attribué. En fait, comme le révèle un nouvel examen paléographique, l’écriture du P. Schub. 38 semble plutôt dater de la fin du Ier/début du IIe s. (voir la datation I/II de la Berliner Papyrusdatenbank : [http://ww2.smb.museum/berlpap/index.php/03707/]), ainsi que le suggère le parallèle avec, notamment, celle du PSI 11.1197 (MP3 1555), déjà invoqué par Frösén et Westman, mais aujourd’hui daté de la fin du Ier /début du IIe s. (voir sa notice, avec datation, sur PSI online : [http://www.psi-online.it/documents/psi;11;1197]). Le P. Schub. 38 paraît donc un peu trop ancien pour pouvoir porter un texte de Favorinos.

8 [http//www.trismegistos.org/ldab/].

9 Je remercie vivement Paul Heilporn (message électronique du 09.10.2013) de m’avoir permis de consulter les images numériques en couleurs des deux faces du P. Strasb. inv. G 92.

10 Ce sont 1) P. Oxy. inv. 4B4/4a (MP3 1240.02, ed. Stephens S. A., YClS, 28, 1985, p. 5-6, Oxyrhynchus, II); 2) P. Kell. III Gr. 95 (MP3 1240.03, Kellis, mil. IV, tablette de bois) ; 3) P. Lips. inv. 1027r (MP3 1240.031, edd. Colomo D. & Scholl R., STCPF, 14, 2007, p. 3-5, provenance inconnue, 1re moitié III) ; 4) P. Berol. inv. 11672 (MP3 1240.04, ed. Müller W., APF, 42, 1996, p. 1-3, Hermopolis, IV) ; 5) P. Ross. Georg. 1.16 (MP3 1241, provenance inconnue, V/VI) ; 6) P. Rein. 2.79 (MP3 1242, provenance inconnue, IV) ; 7) P. Köln 7.308 (MP3 1242.01, provenance inconnue, II) ; 8) P. Lund 1.3 (MP3 1243, provenance inconnue, IIex.) ; 9) P. Col. inv. 552b v (MP3 1243.01, ed. Lougovaya J., ZPE, 164, 2008, p. 29-31, provenance inconnue, II/III ?) ; 10) P. Berol. inv. 8935 (MP3 1244, edd. Müller W. & Poethke G., APF, 27, 1980, p. 5-17, provenance inconnue, IIex./IIIin.) ; 11) P. Lit. Lond. 255 (MP3 1245, Fayoum ?, III/IV) ; 12) P. Amst. 1.11 (MP3 1245.1, provenance inconnue, II) ; 13) BKT 10.8 (MP3 1245.11, provenance inconnue, Vex.) ; 14) O. Berol. inv. 10747 (MP3 1245.2, edd. Lenaerts J., CE, 50, 1975, p. 195-196 [avec identification], et Gronewald M., ZPE, 22, 1976, p. 19-20, Éléphantine, II/III) ; 15) P. Mich. inv. 5299 (MP3 1246, ed. Husselman E. M., TAPA, 76, 1945, p. 118-120, Karanis, II/IV) ; 16) P. Ibscher 4 (MP3 1247, provenance inconnue, IV) ; 17) P. Bodl. inv. Gr. cl. d. 163 (P) (MP3 1247.1, ed. Shelton J., Scritti in onore di Orsolina Montevecchi, Bologna, 1981, p. 355-362, Oxyrhynchus?, Ia /Iin.); 18) P. Oxy. 15.1812 (MP3 1249, Oxyrhynchus, mil. VI); 19) P. Oxy. 8.1095 (MP3 1250, Oxyrhynchus, II/IV); 20) P. Mich. inv. 1216b (MP3 1250.01, inédit); 21) P. Strasb. inv. G 92 (MP3 1251, ed. Reitzenstein R., Hermes, 35, 1900, p. 607-608, provenance inconnue, III) ; 22) P. Vindob. inv. G 39879 (ed. Harrauer H., PapLup, 1, 1992, p. 113) + P. Amh. 2.25 (MP3 1251.01, provenance inconnue, Iex./IIin.) ; 23) BKT 9.149 (MP3 1251.02, Hermopolis, IV) ; 24) PSI 8.973 (MP3 1251.1, provenance inconnue, V/VI). Sur l’utilisation des discours d’Isocrate, particulièrement À Démonicos, dans l’enseignement antique, dès le premier niveau (grammaire), voir Pruneti P., « L’Ad Demonicum nella scuola antica : esempi di utilizzazione », Munus amicitiae. Scritti in memoria di Alessandro Ronconi. Parte Prima, Firenze, coll. « Quaderni di filologia latina », 4, 1986, p. 211-219; Cribiore R., Gymnastics of the Mind. Greek Education in Hellenistic and Roman Egypt, Princeton – Oxford, Princeton University Press, 2001, p. 106 et 202-204.

11 Amato E., Favorinos d’Arles. Œuvres. Tome I. Introduction générale – Témoignages – Discours aux Corinthiens – Sur la Fortune, Paris, Les Belles Lettres, 2005, p. 3, n. 11.

12 Amato E., Favorinos d’Arles. Œuvres. Tome III. Fragments, Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 366 (texte) et 411-413 (commentaires).

13 Amato E., op. cit., p. 411.

14 P. Mil. Vogl. 2.263 (MP3 1986.2, IIe s., Tebtynis, au verso de comptes), avec les commentaires de Rocca S., « Acumen stili », Maia, NS 31, 1979, p. 259-261; Cribiore R., Writing, Teachers, and Students in Graeco-Roman Egypt, Atlanta (Georgia), coll. « American Studies in Papyrology », 36, 1996, n ° 188, p. 217; Hock R. F. & O’Neil E. N., The Chreia and Ancient Rhetoric. 2. Classroom Exercises, Atlanta (Georgia), coll. « Writings from the Greco-Roman World », 2, 2002, no 6, p. 31-35.

15 Je remercie vivement Rosario Pintaudi et Diletta Minutoli (message électronique du 09.10.2013) de m’avoir procuré des images numériques en couleurs des deux faces du PSI inv. 19662.

16 Otranto R., Antiche liste di libri su papiro, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, coll. « Sussidi Eruditi », 49, 2000, no 16, p. 89-93.

17 Houston G. W., « Papyrological Evidence for Book Collections and Libraries in the Roman Empire », W. A. Johnson & H. N. Parker (éd.), Ancient Literacies: the Culture of Reading in Greece and Rome, Oxford – New York, Oxford University Press, 2009, p. 233-267, spéc. 234-236.

18 Pour Puglia E., Il libro e lo scaffale. Opere bibliografiche e inventari di libri su papiro, Napoli, Liguori Editore, coll. « Arctos », 2013, p. 65-76, cette liste, qu’il qualifie de casse-tête bibliologique (« rompicapo bibliologico »), pourrait correspondre à l’inventaire d’une bibliothèque privée.

19 C’est l’interprétation de Turner E. G., « Roman Oxyrhynchus », JEA, 38, 1959, p. 79-83, repr. par A. K. Bowman, R. A. Coles, N. Gonis, D. Obbink & P. J. Parsons (éd.), Oxyrhynchus. A City and Its Texts, London, Egypt Exploration Society, coll. « Graeco-Roman Memoirs », 93, 2007, p. 141-154, spéc. 152.

20 Norsa M., « Elenco di opere letterarie », Aegyptus, 2, 1921, p. 17-20.

21 Carlini A., CPF I. 1* 3, 1989, p. 94-98.

22 Pintaudi R., « Favorino, non Cratino », Aegyptus, 83, 2003, p. 189-190.

23 Norsa M. & Vitelli G., Il papiro Vaticano greco 11, Città del Vaticano, coll. « Studi e Testi », 53, 1931, p. XV : « Maggiore importanza ha il fatto che il nostro papiro proviene dall’Egitto, dove si è trovata gran copia di testi greci classici e non classici, e mai nulla di questi Atticisti più o meno puri del secondo secolo. E forse oggi non sembrerà più troppo avventurosa la congettura Φ[αβωρ]ίνου in quell’indice di ‘desiderata’ librari pubblicati in Aegyptus II (1921) p. 17 sq. Non è una copia del commercio librario questa che ci giunge ora, ma ad ogni modo è indice sicuro che almeno alcuni decennii dopo la sua morte o nella Marmarica o nell’Egitto in genere si leggeva e si desiderava di leggere l’opuscolo di Favorino. »

24 E. Amato, « Appunti per la fortuna di Favorino a Bisanzio (con un’appendice sulla Pro balneis) », REG, 112, 1999/1, p. 259-269, spéc. 259-260 et n. 4. Relevons cependant que le PSI inv. 19662 verso ne fait pas partie des testimonia, même dubia, de Favorinos, tels qu’ils sont répertoriés dans le tome I de l’édition de la CUF, Paris, 2005, p. 319-384, spéc. 380 sq. pour les témoignages douteux ou faux. En fait, l’éditeur, op. cit., p. 211, n. 608, a suivi l’opinion de Carlini, précédé dans ce domaine par Wendel C., « Neues aus alten Bibliotheken », ZBB, 54, 1937, p. 586-587.

25 Montevecchi O., La papirologia, Torino, 1973, ristampa riveduta e corretta con addenda, Milano, Vita e Pensiero, 1988, p. 94. La Marmarique s’étend de l’ouest du Delta du Nil à la Cyrénaïque, où « prend fin, à la période hellénistique, l’influence et les aspirations de l’Égypte qui, à l’est, s’étendent jusqu’à la Syrie ».

26 La réédition (ou le réexamen) du recto documentaire du P. Vatic. gr. inv. 11 (= P. Marmarica), par G. Messeri et R. Pintaudi, dans la collection « Studi e Testi della Biblioteca Apostolica Vaticana », est annoncée depuis plusieurs années : voir not. Pruneti P. (a cura di), Notiziario di Studi e Ricerche in corso, 27, Dicembre 1996, p. 7, et 60, Giugno 2013, p. 8.

27 Bastianini G., « Βιβλίον ἑλισσόμενον. Sull’avvolgimento dei rotoli opistografi », Storia, poesia e pensiero nel Mondo antico. Studi in onore di Marcello Gigante, Napoli, Bibliopolis, coll. « Saggi Bibliopolis », 46, 1994, p. 45-48.

28 Stobée, Florilège, III, 22, 39 (= col. 19, 7-9 et 23, 41-48) et IV, 31, 125 (= col. 17, 17-18), mentionne seulement le nom de Favorinos, non celui de l’œuvre qu’il cite.

29 Cavallo G., La scrittura greca e latina dei papiri. Una introduzione, Pisa-Roma, Fabrizio Serra Editore, coll. « Studia erudita », 8, 2008, p. 89-91.

30 Colomo D., « Rhetoric on Papyrus », B. Palme (éd.), Akten des 23. Internationalen Papyrologenkongresses (Wien, 22. – 28. Juli 2001), Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, coll. « Papyrologica Vindoboniensia », 1, 2007, p. 125-126. Sur l’importance de la rhétorique dans l’enseignement, où elle représente le niveau le plus élevé et le but ultime, ainsi que dans la culture, et la vie sociale antiques, voir Cribiore R., Gymnastics of the Mind, op. cit., p. 220-244.

31 Fernandez Delgado J. A. & Pordomingo F., « PMilVogl I 20 : bocetos de progymnásmata », ZPE, 167, 2008, p. 167-192, spéc. 176-181.

32 Le papyrus a été édité par Vogliano A., Papiri della R. Università di Milano, I, Milano, U. Hoepli, 1937, réimpr. Milano-Varese, Cisalpino, 1966, p. 175-183. Parmi les commentaires dont il a fait l’objet, voir surtout Bastianini G., Corpus dei papiri filosofici greci e latini (CPF). Testi e lessico nei papiri di cultura greca e latina, I, 1**, Firenze, L. S. Olschki, 1992, p. 92-93 (= CPF I 1**, 48.2T) ; Stramaglia A., « Fra ‘consumo’ e ‘impegno’ : usi didattici della narrativa nel mondo antico », O. Pecere & Id. (a cura di), La letteratura di consumo nel mondo greco-latino. Atti del convegno internazionale, Cassino, 14-17 settembre 1994, Cassino, Università degli Studi, 1996, p. 97-166, spéc. p. 105, n. 26 et 138, n. 215 ; Id., « Amori impossibili. PKöln 250, le raccolte proginnasmatiche e la tradizione retorica dell’amante di un ritratto », dans B.-J. & J.-P. Schröder (éd.), Studium declamatorium. Untersuchungen zu Schulübungen und Prunkreden von der Antike bis zur Neuzeit. Joachim Dingel zum 65. Geburtstag, München – Leipzig, B. G. Teubner, coll. « Beiträge zur Altertumskunde », 176, 2003, p. 213-239 et pl. 1-5; Colomo D., « Herakles and the Eleusinian Mysteries: P. Mil. Vogl. I 20, 18-32 Revisited », ZPE, 148, 2004, p. 87-98; Fernandez Delgado & Pordomingo, op. cit. Alors que A. Vogliano, l’éditeur du papyrus, date celui-ci du IIe siècle, G. Cavallo, cité par A. Stramaglia, « Fra ‘ consumo’e ‘ impegno’« , le date du IIIe siècle.

33 Boudon-Millot V., « Un traité perdu de Galien miraculeusement retrouvé, le Sur l’inutilité de se chagriner : texte grec et traduction française », Ead., A. Guardasole & C. Magdelaine (éd.), La science médicale antique. Nouveaux regards. Études réunies en l’honneur de Jacques Jouanna, Paris, Beauchesne, 2007, p. 72-123 ; Boudon-Millot V., Jouanna J. & Pietrobelli A., Galien. Tome 4. Ne pas se chagriner, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

34 Boudon-Millot V., Jouanna J. & Pietrobelli A., op. cit., p. 18, l. 4-9.

Auteur

Directrice du Centre de documentation de papyrologie littéraire (CEDOPAL) de l’université de Liège, Marie-Hélène Marganne y est chargée des cours de papyrologie littéraire, de paléographie grecque et de langue grecque. À la fois philologue classique, papyrologue et historienne de la médecine, elle est l’auteur de nombreuses publications sur les papyrus médicaux, le livre et les bibliothèques antiques. Éditeur responsable de la 3e édition du Catalogue des papyrus littéraires grecs et latins (Mertens-Pack3 ou MP3 : http://web.philo.ulg.ac.be/cedopal/base-de-donnees-mp3/), elle dirige la collection des Cahiers du CEDOPAL et codirige, avec Bruno Rochette, celle des Papyrologica Leodiensia.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540