Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Deuxième partie. Le duc – Les rois

Alfonso de Cartagena et la prééminence du roi de Castille sur le roi d’Angleterre

Béatrice Leroy

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 François-Louis Ganshof, Le Moyen Âge,t. I de l’Histoire des Relations Internationales, Pierre Reno (...)

1La vie nationale et la vie internationale, telles qu’elles sont éprouvées et exprimées à la fin de l’époque médiévale, retiennent à nouveau l’attention des historiens médiévistes, après quelques décennies de sommeil. Les grandes rencontres internationales qui ont donné naissance aux traités de paix, ou les conciles œcuméniques, l’envoi en ambassade par un souverain auprès d’un autre, furent en leur temps parfaitement compris comme des événements de la plus haute importance par leurs contemporains, leurs acteurs. La personnalité et les Mémoires de Philippe de Commynes, par exemple, en portent témoignage. L’appartenance à une nation est ressentie par les contemporains, la défense de cette nation est prise en charge par les diplomates et les intellectuels et, bien avant que le monde des ambassades n’obéisse à une codification, ne suive une hiérarchie et ne s’arme d’un appareil juridique (la lettre de créance, le rapport d’ambassade), l’ambassadeur mandaté par son souverain, au moins dès le xive siècle, sait comment il doit se comporter et quelle cause il doit défendre1.

2Pour Jean Kerhervé, diplomate et intellectuel au service de la Bretagne et de l’Histoire sur toutes les scènes de France et du monde, voici un modèle de défense d’un honneur national, celui qui fut prononcé par un prélat castillan du xve siècle, ambassadeur de son roi au concile de Bâle, contre des Bretons, non pas les vrais, ceux de Jean Kerhervé, mais les autres, les Grands Bretons, qui vivent là-bas dans leur île et qui ont osé prendre la prééminence sur les Castillans.

Le prélat de Castille

3L’ambassadeur de tel souverain, de telle nation, ne saurait céder sa place. Une hiérarchie sévère est observée, surtout dans un concile œcuménique ; après les dignitaires de l’empereur, le plus haut en dignité des souverains d’Occident, doivent défiler, s’asseoir, parler, les ambassadeurs du roi de France, car France et Empire sont de création contemporaine et leurs souverains ont des ancêtres communs, et personne ne conteste cette haute position de la France. Puis doivent venir les Castillans, et seulement après, les Anglais. Voilà qu’au concile de Bâle, en 1434, les ambassadeurs anglais ne veulent pas céder le pas aux Castillans et prétendent s’asseoir sur le banc de droite au lieu du gauche qui leur est réservé. Le chevalier castillan Juan de Silva proteste (on raconte qu’on en est venu aux mains) et, surtout, demande à l’évêque de Burgos, Alfonso de Cartagena, de prendre la défense de sa nation, ce qui est fait solennellement et oralement le 14 septembre 1434, puis mis par écrit par le prélat en latin et en castillan :

  • 2 Archivo de Simancas, ms. 9262 et ms. 1091 ; Mario Penna (éd.), Prosistas castellanos del Siglo xv, (...)

« Proposition que le très révérend père et seigneur don Alfonso de Cartagena, évêque de Burgos, exposa contre les Anglais, étant ambassadeur au concile de Bâle, sur la prééminence que le roi notre seigneur détient sur le roi d’Angleterre, laquelle, à la demande du seigneur Juan de Silva, Alférez Mayor du dit seigneur roi et son ambassadeur, compagnon du dit seigneur évêque, il traduisit du latin au romance2. »

4Il s’agit ici d’un honneur national. C’est donc l’un des meilleurs intellectuels de ce temps, l’un des plus sincères chantres de la souveraineté de la Castille, qui s’en charge après cette blessure nationale de Bâle. Alfonso de Cartagena écrit un traité dans la plus pure tradition universitaire, une soutenance de dispute, développant les arguments, cherchant les diverses « raisons », citant les « écrits authentiques », les « autorités », l’Écriture sainte, saint Isidore de Séville, Nicolas de Lyre, la Chronique martinienne et les diverses histoires, Vincent de Beauvais et son Miroir historial, Bartole de Sassoferrato, le Digeste, le Décret de Gratien, les Décrétales pontificales, et bien sûr Démosthène, Aristote et Sénèque.

  • 3 F. Cantera, Alvar García de Santa María ; Historia de la Judería de Burgos y de sus conversos más (...)

5Alfonso de Cartagena (1385-1456) est bien connu du monde des judéo-chrétiens et des letrados castillans3. Fils du rabbin de Burgos Salomon ha-Levi devenu l’évêque Pablo de Santa María peu après son entrée dans le catholicisme, Alfonso est baptisé en 1390 avec toute la famille Santa María et élevé, en bon néophyte, en exemple de la société chrétienne. Il fait des études de droit à Salamanque jusqu’en 1406, devient écolâtre de l’école épiscopale de Cartagena où son père est évêque. Sa carrière est brillante, toute tracée dans l’État comme dans l’Église. En 1415 il est auditeur de la Audiencia Real de Castille (la cour suprême du royaume, qui partage avec la chancellerie et le conseil de Castille des fonctions législatives) ; simultanément, il est doyen de Santiago de Compostelle en 1416, doyen de Ségovie en 1420, tout en étant depuis 1419 collecteur de la Chambre apostolique dans plusieurs diocèses castillans pour le pape Martin V ; de 1435 à sa mort en 1456, il est évêque de Burgos, où il succède à son père Pablo de Santa María. Il garde plus volontiers le nom de Cartagena. En ces temps de tension contre les conversos, le statut de 1449 de Pedro Sarmiento, alcalde de Tolède, leur refuse tout droit au conseil urbain ; Alfonso de Cartagena écrit en réponse sa grande œuvre, le Defensorium Unitatis Christianae, pour soutenir la conversion des Juifs et leur admission à part entière dans tous les rouages de la société chrétienne après leur choix de nouvelle vie. Dès 1421 il est diplomate pour la cour de Castille, allant à plusieurs reprises au Portugal pour établir un traité de paix, puis à Breslau auprès du roi des Romains Albert de Habsbourg, en Bohême où il a failli être pris par les Hussites, en Pologne, auprès de la Diète de Mayence.

6La grande date, qui concerne ce propos, est celle de 1434-1435, le concile de Bâle étant réuni depuis 1431 par le pape Eugène IV selon les contraintes du décret Frequens du concile de Constance, alors que les cardinaux se divisent pour ou contre le souverain pontife (on sait qu’en 1439 ils élisent un antipape, Félix V), siègent à Ferrare, à Florence… Alfonso de Cartagena se montre le plus chaud partisan de la souveraineté pontificale, comme le sont avec lui les autres ambassadeurs castillans présents à Bâle et à Rome, Alvaro de Isorna, évêque de Cuenca, Juan de Silva, Alférez Mayor de Castille, Luis Alvarez de Paz, docteur de Salamanque et Juan de Torquemada, prieur du couvent dominicain de Ségovie. Les diplomates sont passés en juillet 1431 par l’université d’Avignon où Alfonso de Cartagena a prononcé un solennel discours académique glosant la loi Gallus, jugé remarquable. Au long du concile de Bâle, préoccupé de questions temporelles autant qu’ecclésiastiques, les ambassadeurs ont constamment défendu les intérêts castillans, soutenant, entre autres, contre les Portugais, les droits de la conquête des Canaries et des ports d’Afrique du Nord. Juan de Silva ayant été maltraité par les Anglais (et l’inverse), c’est tout naturellement à l’orateur, au juriste et théologien, parfait letrado de Salamanque, Alfonso de Cartagena, qu’on demande de prononcer en séance plénière du 14 septembre, ce fameux discours sur la prééminence de la Castille, qu’il convient de suivre. Auteur encore de nombreux traités soutenant l’Église et le roi de Castille (dont les manuscrits se trouvent à la Bibliothèque nationale de Madrid ou à la Bibliothèque de l’Escorial), il est enfin le glorificateur de la grandeur royale de sa nation, dans Anacephaleosis, genealogia de los Reyes de España.

  • 4 Prenons un seul exemple, au tout début du texte : « Je veux dire tout d’abord que le Très Catholiq (...)

7Ce sont ces idées qu’Alfonso de Cartagena développe devant « vos très Révérendes Seigneuries » dans cette Défense de la Prééminence, dont nous ne citerons pas les continuelles références savantes4. Il met constamment en parallèle le royaume d’Angleterre – à ses dépens, il s’entend bien – puisqu’il s’agit de démontrer la prééminence de la couronne de Castille sur celle d’Angleterre.

« Je ne parle pas à des personnes du peuple, mais à des gens très savants et très cultivés, aussi il me semble raisonnable de procéder sans superficialité, recherchant au contraire la racine de tout propos. Il me semble qu’il faut proclamer d’abord, pour parler proprement, que l’honneur n’est pas dû à autre chose qu’à la vertu, car l’honneur n’est rien d’autre qu’une révérence offerte à la vertu. »

8Mais la vertu est cachée dans l’âme, et aucun jugement humain ne saurait être définitif et assez impartial pour taxer de bonté et de vertu tel ou tel homme. Il faut reconnaître la vertu à des signes tangibles, pour pouvoir l’honorer à bon droit :

« Entre divers signes de vertu, il y en a quatre qui paraissent convenir à notre développement, qui nous invitent à penser que certains sont vertueux et qu’ils méritent un grand honneur. Le premier est la noblesse de lignage, le deuxième est l’ancienneté de ce lignage, le troisième est la haute dignité, le quatrième la mémoire des bénéfices reçus […].
Parce que, selon ce qu’on dit, personne ne met en doute la place du siège dû aux ambassadeurs du prince très catholique le roi de Castille mon seigneur, sinon les ambassadeurs du très illustre prince le roi d’Angleterre, je vais revenir sur ce fait dans mon développement, non pas pour diminuer ou rabaisser quelque chose touchant à son honneur ou à sa gloire – plaise à Dieu que je ne tente une telle chose, car je sais que c’est un roi magnifique, l’un des grands princes de ce monde, très proche en droit du sang du très illustre roi mon seigneur, et sans doute je pense que mon seigneur le roi aurait beaucoup de peine si une phrase quelconque était prononcée contre son honneur – mais j’expliquerai ce point de la façon la plus honnête et la plus convenable pour justifier la prééminence du roi mon seigneur. »

Noblesse et ancienneté

9Ces deux rois sont tous deux très nobles, et selon Bartole de Sassoferrato ils sont revêtus de la noblesse théologale (la morale, que seul Dieu peut connaître), la naturelle, celle de leur naissance, et la civile. C’est cette dernière qui est à la portée du jugement des historiens et des observateurs pour établir une hiérarchie, sans craindre d’employer le comparatif ou le superlatif :

« J’affirme que mon seigneur le roi de Castille, vu le sang de ses ancêtres, est le plus noble. En effet, non seulement il descend des rois des Goths et des maisons de Castille et de León, mais en plus il est du lignage de tous les rois d’Espagne. Ou, pour parler encore plus nettement, tous les rois d’Espagne descendent de sa maison. Ils descendent du lignage d’empereurs romains et grecs, comme on peut le lire dans les chroniques antiques et, de façon plus proche, de la maison de France. Entre les divers mariages qui furent noués entre les maisons de Castille et de France dans les temps anciens, il y en a eu un autre, pas très loin de notre époque, don Fernando fils premier né du roi Alphonse, le dixième qui porta ce nom en Castille, épousa la fille de ce roi Louis de France qui fut canonisé par le pape Boniface VIII, et il eut d’elle don Alfonso, qui s’appela de la Cerda, grand-père de la reine Jeanne l’épouse du roi Henri de Castille, le Second, qui fut la bisaïeule de mon seigneur le roi. Ainsi, le roi mon seigneur descend de Saint Louis, roi de France, au septième degré, directement par ligne directe. Et il descend aussi de façon très proche de la maison d’Angleterre car il est le petit-fils de Jean duc de Lancastre, le fils de l’ancienroi d’Angleterre qui s’appela Édouard comme tout le monde le sait. »

10Les maisons d’Angleterre et de Castille se sont alliées à plusieurs reprises, notamment le roi Édouard Ier qui épousa une fille du roi de Castille père d’Alphonse X qui l’adouba chevalier à Burgos, et Cartagena vient de rappeler le mariage d’Henri III de Castille et de Catherine de Lancastre, les parents du roi Jean II. Les deux rois sont donc très nobles puisqu’issus d’ancêtres communs, et que tous deux portent le sang du saint roi Louis de France. Il faut donc chercher d’autres distinctions, et on les trouve dans les royaumes eux-mêmes, leurs villes, leurs cités (les plus nobles sont les castillanes), et l’ » antique liberté » de la maison royale, puis la dignité des princes qui se trouvent à la tête de cette noble maison.

« Les rois d’Espagne, entre lesquels le principal et le premier et le plus grand est le roi de Castille et de León, ne furent jamais sujets de l’empereur. Cette singularité qui définit les rois d’Espagne vient de ce qu’ils ne furent jamais soumis à l’Empire romain ni à aucun autre […]. À propos de la maison royale d’Angleterre, on ne lit jamais cette prérogative, car le premier roi d’Angleterre, qui fut appelé Choël, reçut des Romains le royaume en tribut. »

11Par la suite, les Anglais ont dû tenir en fief leur royaume de l’Église, Vincent de Beauvais dans son Speculum Historiale sait le rappeler à propos du pape Innocent III et du roi Jean, et depuis les rois d’Angleterre doivent 1 000 marcs par an à l’Église romaine en signe de souveraineté. « Il est donc net que la maison royale et le royaume d’Angleterre n’ont pas l’entière liberté depuis l’Antiquité, comme l’ont la maison royale et le royaume de Castille. On peut en conclure que la maison royale de Castille est plus noble que la maison royale d’Angleterre puisqu’elle est plus libre depuis toujours. »

12La dignité des princes est à prendre en considération ; certes dans les deux lignages, les rois sont très notables, et les chevaliers des deux royaumes sont très valeureux, « mais la maison royale de Castille porte cet avantage sur celle d’Angleterre que parmi les rois de Castille on compta des empereurs, ce qu’on ne lit jamais pour le royaume d’Angleterre ».

13L’Histoire le rappelle, celle des Goths puis celle du roi Alphonse VII de Castille qui porta le titre impérial et souscrivit des documents officiels revêtu de cette dignité (Alfonso de Cartagena a vu, à Valence sur le Rhône, un privilège de cet « empereur des Espagnes » que garde l’abbé de Saint-Ruf !) ; or, la dignité impériale surpasse la dignité royale. La Première Conclusion proclame que la maison royale de Castille est la plus noble.

14Il s’agit ensuite de comparer l’ancienneté des deux États, l’ancienneté des sièges royaux et celle de leur « régénération », c’est-à-dire le moment où ils reçurent la foi catholique. Et de reprendre le récit de la venue d’Hercule en Espagne, au temps du roi Priam de Troie, Hercule qui lutta contre le roi Gerion de Lusitanie, de Bétique et de Galice, soit de l’actuelle Castille ; Hercule en fut victorieux et mit à sa place le roi Ispán, d’où vient le nom d’Espagne. Tout ceci se déroula certainement il y a plus de 2 603 ans ! « Et je ne doute pas qu’avant ce Gerion il y avait déjà d’autres rois, mais nous ne savons pas leurs noms car c’est trop ancien. Aussi, le royaume de Castille fait partie des plus anciens royaumes du monde. »

15Rien de tout cela ne peut se lire de la royauté d’Angleterre, qui semble née à trois reprises, tout d’abord d’un duc de Gloucester, Choël, qui s’intitula roi d’Angleterre et contre lequel les Romains envoyèrent Constance, père de Constantin, et ceci vers l’an 300, en tenant ce royaume en tribut de Rome. Puis vinrent les Saxons, au temps du pape Grégoire Ier, vers 625. La troisième naissance de l’Angleterre date de la conquête du duc Guillaume de Normandie, aux alentours de l’an du Seigneur 1066.

« Il s’ensuit de tout cela que le siège royal d’Angleterre est assez neuf à côté du siège royal de Castille, car depuis sa première naissance on compte à peu près 1 100 ans ; depuis la seconde, 800 ans ; depuis la troisième, 370 ans. Alors que l’avènement du siège royal de Castille remonte à plus de 2 600 ans. Jugez donc, Très Révérendes Paternités, combien la comparaison est inégale à propos de l’ancienneté des trônes d’Angleterre et de Castille. »

16Il s’agit ensuite de mettre en exergue le plus digne d’honneur, l’ancienneté de la foi catholique dans chacun des deux États. L’Espagne – notamment la Castille – fut évangélisée par Santiago, qui repartit, chose faite, à Jérusalem, y fut martyrisé mais dont le corps revint miraculeusement à la pointe de la Galice. À cette époque vinrent encore prêcher en Espagne saint Eugène et sans doute saint Paul (de longues recherches dans les textes seraient nécessaires pour savoir si ce dernier vint ou eut seulement l’intention de venir en Espagne). Bref, au temps des Apôtres, l’Espagne était chrétienne. Et l’évêque Osius de Cordoue était le « président » du concile de Nicée. Or l’Angleterre a dû attendre les envoyés du pape Grégoire, Augustin, Mellitus et Jean, vers 625. Et si on dit le contraire, on se trompe, en parlant des Bretons d’Armorique (les voilà à la belle place qui leur revient) et non des autres :

« Il est donc manifeste que l’Angleterre reçut la foi catholique longtemps après l’Espagne. Nous ne disons pas cela pour diminuer la valeur des Anglais, car il ne faut pas dédaigner ceux qui reçurent très tard la foi… mais puisque déjà le seigneur roi de Castille avait sa place dans l’Église de Dieu, il serait injuste qu’un roi venu plus tard le précède dans les sièges déjà obtenus, et il doit au contraire se contenter d’un siège royal placé après lui. Cela ne peut être contredit, même si d’aventure quelqu’un pourrait avancer que Vincent et Martin rapportent tous deux dans leurs histoires que Lucius, roi de Bretagne, reçut la foi au temps du pape Eleuthère, car cela ne peut nous gêner, pour trois raisons. Tout d’abord, il peut s’agir de l’autre Bretagne, qui est en deçà de la mer, et on le pense plutôt ainsi, car on le lit dans le Catholicon, quand nous disons seulement Bretagne sans ajouter d’autre qualificatif, il s’agit de cette Bretagne-là, où en effet il y eut des rois. Car les Anglais (los Ingleses) ne se disent pas Bretons (Bretones) mais Britanniques (Britaños). On peut aussi choisir cette solution en suivant Martin l’historien, qui relata comment furent convertis les Anglais au temps de l’empereur Maurice, et ajouta ceci : “Les Bretons, d’où viennent aussi les Gallois, depuis longtemps furent christianisés par le pape Eleuthère.” Cela confirme ce qu’on raconte de l’époque du pape Grégoire ; on parle des Britanniques pour les Anglais ; et ce qu’on raconte du pape Eleuthère concerne les Bretons, les Bretonnants et les Gallos qu’on appelle Gallois (los Bretones, Bretonantes o Galenses que llaman Galones). »

17Puis il faut considérer la dignité des personnes royales elles-mêmes. Un jugement personnel sur la qualité de l’un ou de l’autre, Jean II de Castille, Henri VI d’Angleterre, serait trop chargé de sentiments, de critères individuels et orientés. Qu’il suffise de dire que Jean II règne depuis plus longtemps qu’Henri VI – 1407, 1422 respectivement (les deux jeunes rois ayant eu entre 1 et 2 ans à leur avènement). La Deuxième Conclusion est la proclamation que les deux trônes sont très respectables, mais que l’ancienneté de la Castille lui donne la prééminence.

Un royaume pour Dieu

18Le troisième critère est « la qualité de la dignité royale ». Le royaume de Castille est plus vaste, recouvre des peuples divers, des villes et des terres variées. « Il est certain que le royaume de Castille, dont le seigneur est mon seigneur le roi, est beaucoup plus important en terres et il y a en lui un plus grand nombre de cités, de villes et de lieux qu’en Angleterre. »

19Tous les écrits et toutes les évaluations de distance sont à prendre en compte pour justifier cela. Les meilleurs climats, les plus nuancés irriguent la Castille, alors qu’on ne sait trop sous quel ciel vivent les Anglais :

« Alors, comment cette province, que les astronomes n’ont pas su ranger parmi les climats, et qui ne recouvre que le tiers de la superficie de la Castille, pourrait-elle être préférée à un tel royaume qui couvre une telle multitude de provinces et connaît une telle diversité de climats ? La seconde réflexion, soit la belle diversité des gens, prouve que le royaume de Castille surpasse manifestement l’Angleterre car sous la seigneurie de mon seigneur le roi il y a diverses nations et diverses langues, diverses manières de faire la guerre, sur mer et sur terre.
Les Castillans, les Galiciens et les Biscayens sont de diverses nations et usent de diverses langues. Et pour la guerre sur mer, mon seigneur le roi dispose de naves et de galées. Pour la guerre sur terre, il a des hommes d’armes garnis, montés sur de nobles chevaux et revêtus de fortes armures, et il a aussi les cavaliers génétaires, qui utilisent les armes maures et poursuivent les ennemis avec une merveilleuse légèreté, razzient leurs territoires, et dès qu’ils ont tout détruit et taillé, retournent à la bataille des hommes d’armes.
En Angleterre, il n’y a pas tant de nations, ni tant de jolie différence entre les gens. Le seigneur roi d’Angleterre a bien sûr des navires, mais il n’a pas de galées pour les opérations maritimes ; il a bien sûr des chevaliers et des hommes d’armes armés d’armures communes pour les opérations terrestres, mais il n’a pas de génétaires. Il y a ainsi un meilleur pouvoir, une plus belle différence dans la population et dans les terres, dans la dépendance de mon seigneur le roi de Castille que dans celle du roi d’Angleterre. Il s’ensuit que son principat est plus honorable et plus haute la dignité de sa couronne, et donc lui est dû un plus grand honneur. »

20La cour de Castille est plus brillante, et les visites princières n’y manquent jamais. Enfin et surtout, l’Angleterre est une île, en marge de l’Occident, dans la « mer Océane », un peu comme le faubourg de la cité, alors que l’Espagne est le rempart de cette cité :

« Il faut en conclure que, comme il est raisonnable que les ambassadeurs de la cité soient préférés aux ambassadeurs du faubourg, la raison nous dicte simplement que les ambassadeurs de Castille – qui a le respect du monde puisqu’elle en fait partie – doivent être préférés aux ambassadeurs d’Angleterre, qui est considérée par rapport au monde comme l’un de ses faubourgs. »

21Mais il faut aller plus profondément dans la raison de vivre de ces royaumes, ce qui est plus essentiel que leur position géographique :

« Entre des rois égaux, doit être préféré en position celui qui est effectivement au service armé de Dieu […]. Il est notoire que mon seigneur le roi de Castille fait continuellement la guerre aux païens et aux infidèles, et par conséquent se consacre à cette guerre divine sur l’ordre du souverain empereur qui est Dieu. Le seigneur roi d’Angleterre fait aussi la guerre, mais ce n’est pas une guerre divine. Nous ne parlons pas maintenant de la justice de cette guerre – car Dieu seul sait si elle est juste ou injuste – mais nous pouvons bien affirmer que ce n’est pas une guerre divine car elle n’est pas entreprise contre les infidèles ni pour l’exaltation de la foi catholique, ni pour l’extension des limites de la chrétienté, et elle est entreprise pour d’autres causes. On peut en conclure donc que, malgré l’égalité des dignités des couronnes de Castille et d’Angleterre – ce que je n’accepte pas, comme je l’ai dit – après tous ces développements, le seigneur roi de Castille doit être privilégié dans sa position car il fait la guerre pour Dieu. »

22La Troisième Conclusion est que la couronne royale de Castille est la plus haute en dignité. Le quatrième argument est « la mémoire des bienfaits » reçus de quelqu’un pour lui faire honneur :

« Nous appelons bienfaits les services rendus à l’Église. Il est certain que ces seigneurs rois, et tous ceux dont ils descendent, firent de nombreux et grands bienfaits à l’Église ; personne ne pourrait donner le chiffre exact des églises cathédrales qu’ils ont fondées, des monastères édifiés, des donations offertes aux églises d’Espagne, et ceci par tous les glorieux ancêtres dont descend mon seigneur le roi, et par lui-même. Je ne doute pas, cependant, que les seigneurs rois d’Angleterre, notamment le seigneur roi qui siège actuellement, ont également offert de nombreux et grands bienfaits à leurs églises. Aussi, ce n’est pas sur ce point que je ferai ma comparaison. »

23Il faut en référer à l’expansion des territoires relevant de l’Église catholique romaine, à la protection des fidèles, ce qui induit la lutte armée contre l’expansion simultanée de l’islam, cette « maudite secte de Mahomet » :

« Il est notoire que les seigneurs rois de Castille qui vécurent naguère, et encore mon seigneur après eux, ont œuvré constamment et œuvrent toujours pour en terminer avec eux, combattant et guerroyant contre les Maures sans cesse, comme cela est notoire… Il est bien connu que les ordres de chevalerie sont établis pour accroître et glorifier la foi et pour résister à ceux qui veulent la combattre et la détruire. Or, ces ordres, en nombre et en pouvoir, sont abondants en Castille. En plus de cet ordre des Hospitaliers que nous appelons de Saint-Jean, dont nous avons un Grand Prieur dans le royaume de Castille, existent trois ordres de chevalerie très célèbres, celui de Santiago de l’Épée… celui de Calatrava et celui d’Alcantara. »

24En Orient, à partir de Rhodes, œuvrent les chevaliers de l’Hôpital ; dans les territoires nordiques, l’ » ordre de Prusse », et

« […] dans le midi, contre ce Mahomet que nous pouvons appeler, à bon droit, selon le Psaume, le démon de midi, se trouvent ces trois ordres de Santiago, Calatrava et Alcantara, que j’ai nommés, et qui se distribuent dans toute l’Espagne mais principalement en Castille. Alors, il ne vous semble donc pas que l’Église universelle tire d’eux un grand bienfait et un grand service ? Or, le royaume d’Angleterre ne connaît pas du tout cette spécificité et ne rend pas un tel bienfait à l’Église et à tout le peuple chrétien ».

25Les « Vénérables Seigneuries » qui écoutent Alfonso de Cartagena n’ont qu’à comparer les deux guerres, la sainte guerre castillane, la guerre entreprise par le roi d’Angleterre contre d’autres chrétiens et menée, semble-t-il, pour le seul plaisir de faire la guerre, malgré toutes les admonestations des légats pontificaux !

Des arguments irréfutables

26L’Église prêche la réforme des mœurs, la réforme de toute vie, ce qui est l’un des objectifs de ce concile de Bâle. Les conciles les plus constructifs pour l’Église se sont réunis naguère à Tolède et à Séville, et cet argument seul doit l’emporter. La Quatrième Conclusion est que, de ces deux très excellents trônes d’Angleterre et de Castille, c’est ce dernier qui est le plus grand bienfaiteur de l’Église.

« Comme nous l’avons démontré, à la noblesse de lignage, à l’ancienneté, à la grandeur de la dignité et du bienfait, il faut rendre honneur. Quoique les deux trônes royaux de Castille et d’Angleterre soient très nobles, anciens, très grands bienfaiteurs de l’Église, le trône de Castille est plus noble, plus ancien, plus haut placé et meilleur bienfaiteur envers l’Église de Dieu. Il s’ensuit que le très catholique roi de Castille, mon souverain seigneur, doit avoir un plus grand honneur… La conclusion manifeste est que, dans ce saint concile comme dans les autres conciles qui se célèbrent, et partout où ces illustres rois et leurs ambassadeurs doivent se retrouver ensemble, la prééminence du siège et de la voix est due à mon seigneur le roi, de par le droit divin et humain et de par la raison naturelle. »

27À tout cela les ambassadeurs d’Angleterre répliquent, se disent chrétiens depuis Joseph d’Arimathie en personne, insistent sur la splendeur et la richesse de l’Angleterre qui soutient la foi romaine sans jamais l’abandonner. Alfonso de Cartagena reprend encore ses arguments, toujours étayés de toutes les citations appropriées. Il nie la venue en Angleterre de Joseph d’Arimathie et le démontre longuement. Il concède une certaine fertilité et une certaine richesse à l’Angleterre, qui sait en particulier tisser les jolis « écarlats » de Londres, si agréables à porter, mais qui ne sont réussis que grâce à la teinture de la graine, cultivée en Castille et exportée en Angleterre. Ce pays a du blé, certes, mais n’a pas l’indispensable à toute vie terrestre, la vigne et les oliviers, et c’est bien la Castille qui le ravitaille en vin et en huile. Et puis ce sont là de mauvais arguments :

« Répondons seulement que les Castillans n’ont pas l’habitude de mettre en avant les richesses, mais toujours la vertu ; ils ne mesurent pas l’honneur à la quantité de l’argent, mais à la qualité des belles œuvres. Les richesses ne doivent donc pas entrer dans nos arguments car si nous devions mesurer les sièges aux richesses, Côme de Medicis ou tout autre riche marchand aurait la prééminence sur quelque duc, et si cela était raisonnable, ceux qui le prétendent n’ont qu’à le prouver. »

28Mieux vaut revenir aux réflexions sérieuses. Les Anglais ont peut-être été chrétiens de toute antiquité (ce que personne de sensé ne peut admettre) ; pourquoi alors a-t-il fallu recommencer les missions au temps de saint Grégoire ? Ils n’ont pas su garder leur foi. De droit et de fait, les Castillans siègent sur le banc de droite, après les ambassadeurs français, eux-mêmes se tenant après les Impériaux, et ainsi s’installèrent tous les Pères du concile de Constance, encore tout frais à la mémoire, les Anglais restant en face, ce qui pour eux est tout naturel, une affaire conclue sur laquelle il serait oiseux de revenir encore.

29Il faut conclure, non sur l’argumentation souvent conventionnelle (la théorie des climats, la mythologie et la Bible savamment maniées, la Reconquista de la Castille qui sacre son roi), mais sur l’usage de l’Histoire par les Espagnols. La défense du roi de Castille par les ambassadeurs Juan de Silva et Alfonso de Cartagena est restée dans les textes officiels et dans la longue mémoire des habitants du royaume. Vers 1480-1490, alors même que les Rois Catholiques s’allient au roi d’Angleterre et que s’échangent de nombreuses ambassades et se nouent de fructueuses relations économiques, Hernando del Pulgar, secrétaire des Rois, offre à la reine Isabelle un petit livre, Les Hommes illustres de Castille, une suite de portraits des belles personnalités laïques et ecclésiastiques qui marquèrent son royaume. Voici celui de don Juan de Silva, comte de Cifuentes :

  • 5 Béatrice Leroy, Histoire et Politique en Castille au xve siècle, t. II : Les Hommes Illustres de C (...)

« C’était un hidalgo de noble sang, c’était un homme fin, discret, enclin à la justice… Il arriva en son temps que tous les princes chrétiens se trouvaient en concile dans la cité de Bâle qui est en Haute Allemagne, à propos d’un grands chisme éclaté dans l’Église de Dieu, entre le pape Eugène et un autre qui s’appela Félix. Tous les souverains voulurent envoyer leurs ambassadeurs à cette réunion car il fallait y montrer la magnificence et le pouvoir des rois. Le roi Jean, connaissant la valeur de ce chevalier, lui confia cette ambassade et l’envoya avec de grands letrados. Il fut en effet accompagné de nombreux hidalgos, en grand et somptueux arroi. Dans ses paroles comme dans les contenances de sa personne et dans tous ses gestes attendus d’un homme discret et de grand autorité, il défendit parfaitement l’honneur du roi et de sa terre et de sa personne, mieux que ne firent tous les autres ambassadeurs qui se trouvaient à ce concile. Comme il arriva un jour que l’ambassadeur d’Angleterre voulait prendre pied sur lui et occuper la place que demandait la prééminence du roi de Castille, ce chevalier, sans attendre la moindre discussion, et voulant agir par raison contre cet acte de force, avança jusqu’à cet ambassadeur, mit les mains sur lui et avec audace le poussa et le délogea, et se mit à sa place. Ce geste excessif commis en plein palais du concile, provoqua la levée des gens d’armes qui avaient la charge de la sauvegarde de la cité et qui tentèrent d’agir contre lui et contre son entourage pour cet acte de fait, sans attendre la détermination du droit. Ce chevalier gardait son attitude sans s’ébranler le moins du monde, et le chevalier président de la justice lui demanda comment il avait osé mettre la main sur un si notable ambassadeur, représentant un si grand prince, le roi d’Angleterre ; sans aucune violence verbale, il lui répondit : “Je vous dis, Président, que lorsque la raison faiblit, les mains ne doivent pas faire défaut au cœur.” Et son audace fut servie par la raison car il sauva la prééminence du roi et l’honneur du royaume, et ce scandale fut étouffé5. »

30Du bon usage du coup de poing dans une mission diplomatique ! Voici ce qu’on attend toujours d’un ambassadeur, bien représenter son souverain, faire triompher ses droits, par la parole et même par le geste. Les textes « authentiques », les références des « autorités », que doit posséder tout historien, peuvent toujours aider à la défense d’une nation lorsqu’elle est mise en cause, que ce soit la Castille, la France, l’Angleterre, ou même la Bretagne.

Notes

1 François-Louis Ganshof, Le Moyen Âge,t. I de l’Histoire des Relations Internationales, Pierre Renouvin (dir.), Paris, 4e éd., 1968 ; Donald E. Queller, The Office of the Ambassador in the Middle Ages, Princeton, 1967 ; Miguel Ángel Ochoa Brun, Historia de la Diplomacia Española, Madrid, 1991 ; Bernard Guenée, « État et Nation en France au Moyen Âge », Revue historique, n° 481, 1967, p. 17-30, rééd. dans Politique et Histoire au Moyen Âge, Paris, 1981.

2 Archivo de Simancas, ms. 9262 et ms. 1091 ; Mario Penna (éd.), Prosistas castellanos del Siglo xv, Madrid, BAE, 1959, vol. 116, p. 205-245. V. Beltran de Heredia, « La embajada de Castilla en el concilio de Basilia y su discusión con los Ingleses », Hispania Sacra, 10, 1957, p. 5-31.

3 F. Cantera, Alvar García de Santa María ; Historia de la Judería de Burgos y de sus conversos más egregios, Madrid, 1952 ; Alisa Meyuhas Ginio, « La opción desaprovechada, Alonso de Cartagena y su obra Defensorium Unitatis Christianae », Terceros Encuentros Judaicos de Tudela, 1998, dans Movimientos migratorios y expulsiones en la diaspora occidental, Pampelune, 2000, p. 79-94.

4 Prenons un seul exemple, au tout début du texte : « Je veux dire tout d’abord que le Très Catholique roi mon seigneur est tellement doux, humble et bienveillant et de telle vertu comme l’a doté la Providence divine, que pour tout ce qui touche à sa personne, il ne disputerait certainement pas lui-même sur une question de siège, car il se souviendrait de la doctrine évangélique qui dit : “Tout homme qui s’élève sera humilié, tout homme qui s’humilie sera au contraire exalté” (Luc, XIII) ; mais il ne doit pas mépriser ni laisser à un autre la gloire et l’honneur de son siège royal, suivant ce que dit Isaïe : “Je ne donnerai pas ma gloire à un autre” (Isaïe XXXXII). Car ce que dit l’Apôtre : “Ne nous laissons pas devenir jaloux d’une vaine gloire” (Aux Galates, VI), peut s’appliquer à la gloire suffisante qui concerne la personne. À propos de l’honneur de la dignité, raisonnablement il faut lui attribuer ce qu’écrit Salomon : “Ne donne pas ton honneur aux étrangers” (Proverbes, V). Aussi, le Jurisconsulte qui forme sa juridiction de telle manière que, par sa discrétion, il accroît l’autorité de sa dignité : cf. De ofi. P.I, Observandum. »

5 Béatrice Leroy, Histoire et Politique en Castille au xve siècle, t. II : Les Hommes Illustres de Castille de Hernando del Pulgar, Presses universitaires de Limoges, 2001, p. 56-58.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540