Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le traité Sur l’exil de Favorinos d’Arles

 | 
Eugenio Amato
, 
Marie-Hélène Marganne

Avant-propos

Eugenio Amato et Marie-Hélène Marganne

Texte intégral

Il Vitelli non ha lasciato niente da fare a chi verrà dopo, neppure la voglia, credo, di avventurarsi per qualche piccola spiga da lui lasciata cadere. E Lei dal canto Suo ha messo definitivamente a posto gli spiriti intraprendenti che, profittando della Sua umiltà, pensavano che fosse molto facile sostituirsi a Lei nel lavoro assiduo dell’officina dei papiri. Anche la Biblioteca Vaticana può essere contenta, sebbene questo volume schiacci con la sua mole tutta la collezione degli « Studi e testi ».
Biblioteca Medicea Laurenziana, Florence – « Carteggio Norsa », 2.273 :
lettre inédite de Nicola Festa à Medea Norsa, Rome, 10 mai 1931

1Depuis sa découverte en 1930, le papyrus grec no 11 de la Bibliothèque de la Cité du Vatican (P. Vat. gr. 11), provenant sans doute à l’origine de la Marmarique, région située entre l’Égypte et la Cyrénaïque, a suscité un intérêt considérable de la part des chercheurs : le papyrus, qui contient au recto deux documents administratifs de Marmarique datés de l’époque des empereurs Septime Sévère et Caracalla, est en effet le seul témoin à nous transmettre (sur le verso) le traité Sur l’exil (Περὶ φυγῆς) du sophiste et philosophe gaulois Favorinos d’Arles (c. 80-160), disciple de Dion Chrysostome et ami de Plutarque.

  • 1 De l’ensemble de l’édition des écrits de Favorinos dans la CUF, en trois volumes, le no I et le no(...)

2De ce traité, publié pour la première fois en 1931 par les deux célèbres papyrologues italiens Girolamo Vitelli (1849-1935) et son élève Medea Norsa (1877-1952), aucune édition, ni commentaire ou traduction en langue française, n’ont été publiés à ce jour. Pour combler une telle lacune et rencontrer ainsi un desideratum exprimé depuis longtemps dans les études grecques en France, une équipe internationale, composée de quatre papyrologues du « Centre de documentation de papyrologie littéraire » (CEDOPAL) de l’université de Liège (Marie-Hélène Marganne, directrice du Centre liégeois, et ses collaborateurs, Nathan Carlig, Gabriel Nocchi Macedo et Antonio Ricciardetto) et de deux « littéraires » et philologues (Eugenio Amato, directeur de l’EA 4276 – « L’Antique, le Moderne » de l’université de Nantes, et Jacques Schamp, professeur émérite à l’université de Fribourg en Suisse), a été constituée par E. Amato : elle s’est donné comme but de procurer une nouvelle édition, avec traduction et commentaire, du traité favorinien dans la série grecque de la « Collection des Universités de France » (Paris, Les Belles Lettres), où elle occupera le tome II des Œuvres de Favorinos1.

  • 2 Lettre du 18 mai de 1931, conservée actuellement dans la Bibliothèque de la Cité du Vatican, « Car (...)
  • 3 Bibliothèque de la Cité du Vatican, « Carteggio G. Mercati », no 6735 (f. 10837).

3La nécessité de regrouper, dans un même projet d’édition, des spécialistes relevant de différents domaines de recherche s’explique bien par la pluralité de compétences que requiert ce type de texte ; c’est là aussi une nouveauté d’approche qui voudrait, entre autres, distinguer l’édition CUF du De exilio de Favorinos des autres éditions antérieures, d’autant plus qu’aujourd’hui, plus encore que par le passé, la papyrologie est davantage attentive à l’examen de la mise en texte et à l’étude du contexte des papyrus, qui permettent de récupérer quantité d’informations sur les circonstances de la copie du texte qu’il porte, donc sur les raisons de l’état qu’il présente. On espère ainsi exaucer idéalement un souhait formulé par Girolamo Vitelli qui, conscient des limites d’une première édition essentiellement papyrologique, la considérait comme un jalon pour faciliter la tâche des philologues, « ‘genus litigiosum’ per eccellenza », ainsi qu’il l’écrivait au cardinal Giovanni Mercati2. Dans une lettre du 7 août 1930, adressée au même illustre destinataire et expédiée depuis l’Hôtel Groebner à Colle Isarco, Vitelli s’exprimait en ces termes3 :

La preparazione così del testo letterario come di quello documentario ci dà molto filo da torcere, e certamente occorrerebbero migliori… filatori. Ma facciamo il meglio che possiamo, e la buona volontà val sempre qualcosa. Qui lavoro tranquillamente molte ore del giorno, e mi pare che questo lavoro tranquillo, favorito dall’aria fine di montagna, sia sufficientemente proficuo per la integrazione e interpretazione di parecchi luoghi del papiro in deplorevoli condizioni. La sig na Norsa lavora da parte sua a Firenze, e con mirabile pazienza riscontra i suoi e miei ‘Einfälle’ sull’originale, la cui trascrizione diplomatica (sia per le qualità positive e negative dello scriba, sia per le condizioni del papiro) non diventa mai… definitiva. Comunque, confidiamo di fare in modo che sia agevolato il lavoro di chi vorrà fare una vera e propria edizione di questo non spregevole testo retorico-filosofico.

  • 4 Voir Canfora L., Il papiro di Dongo, Milan, Adelphi, coll. « L’oceano delle storie », 2005, p. 35- (...)

4Par ailleurs, la nécessité de doter la « Collection des Université de France » d’une édition du De exilio avait déjà été perçue, dès le lendemain de la parution de l’editio princeps de 1931, par un autre papyrologue italien parmi les plus célèbres, Achille Vogliano (1881-1953), qui fut lui aussi un élève de Vitelli. En s’adressant à Franz Cumont, il lui fit part de son désir de publier dans la CUF (à cette époque, dirigée par Paul Mazon) le papyrus favorinien. La réponse ne tarda pas à arriver, mais elle fut négative : suite à la crise financière qui avait mis la Collection Budé dans une situation précaire, l’orientation était de ne publier que les textes des auteurs classiques « qui ont une vente assurée4 ».

5La crise budgétaire globale qui touche aussi notre époque n’a pas empêché cependant l’actuel directeur de la série grecque de la CUF, Jacques Jouanna, d’accepter et d’encourager la publication dans la célèbre collection parisienne non seulement du De exilio de Favorinos, mais aussi de toutes ses œuvres.

6Fruit de la première rencontre des équipes nantaise et liégeoise, les Actes qu’on publie dans ce volume rassemblent, d’une part, les contributions présentées lors d’une journée d’études, organisée par Eugenio Amato et Marie-Hélène Marganne et qui a eu lieu le jeudi 14 novembre 2013 dans la salle du conseil de l’UFR Lettres et langages de l’université de Nantes, de l’autre, deux textes d’E. Amato issus d’un séminaire de recherche sur le papyrus favorinien, organisé par Marie-Hélène Marganne et Bruno Rochette au CEDOPAL de l’université de Liège et qui a eu lieu le 28 mars 2014.

7Il nous a paru utile de distribuer la matière en deux parties : la première consacrée au dossier papyrologique et à tous ses aspects matériels, chronologiques, historiques, y compris les échanges à son propos dans la correspondance inédite de Girolamo Vitelli et Medea Norsa avec Giovanni Mercati, Wilhelm Schmid et Otto Immisch ; la seconde au contenu littéraire du papyrus et donc au De exilio de Favorinos, dont sont analysés plusieurs aspects des sources, de la langue, de la constitutio textus, de la fortune et du milieu littéraire, sans négliger la question fort débattue de l’historicité de l’exil du sophiste gaulois.

8En conclusion de cet avant-propos, qu’il nous soit permis de remercier les Institutions dont les subsides ont facilité l’organisation de la journée d’études nantaise, ainsi que du séminaire de recherche liégeois (en plus des deux universités de Nantes et de Liège, l’Institut Universitaire de France et l’Association « Textes pour l’Histoire de l’Antiquité Tardive »).

9La traduction française du texte italien de C. M. Lucarini est l’œuvre de Nadine Sauterel, doctorante à l’université de Nantes : qu’elle trouve ici le témoignage de notre reconnaissance. Nos remerciements s’adressent aussi à Jacques Schamp pour sa révision de plusieurs contributions publiées dans ce volume ainsi qu’à Delphine Lauritzen pour la traduction du texte anglais de L. Holford-Strevens.

10Nous tenons enfin à remercier Pasqua De Cicco, Nadine Sauterel et Matteo Deroma, doctorants à l’université de Nantes, pour leur aide, tant dans l’organisation de la journée d’études nantaise que dans la préparation du présent volume.

Notes

1 De l’ensemble de l’édition des écrits de Favorinos dans la CUF, en trois volumes, le no I et le no III ont déjà paru : Favorinos d’Arles. Œuvres, I : Introduction générale – Témoignages – Discours aux Corinthiens – Sur la Fortune, texte établi et commenté par E. Amato, traduit par Y. Julien, Paris, Les Belles Lettres, 2005 ; III : Fragments, texte établi, traduit et commenté par E. Amato, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

2 Lettre du 18 mai de 1931, conservée actuellement dans la Bibliothèque de la Cité du Vatican, « Carteggio G. Mercati », no 6976 (f. 11213).

3 Bibliothèque de la Cité du Vatican, « Carteggio G. Mercati », no 6735 (f. 10837).

4 Voir Canfora L., Il papiro di Dongo, Milan, Adelphi, coll. « L’oceano delle storie », 2005, p. 35-36.

Auteurs

Professeur de langue et littérature grecques à l’université de Nantes et Membre de l’Institut Universitaire de France. Prix Raymond Weil de l’Association des études grecques en France, il est actuellement directeur du centre de recherche « L’Antique, le Moderne » (EA 4276) de l’université de Nantes. Président de l’Association « Textes pour l’histoire de l’Antiquité Tardive », il dirige la Revue des études tardo-antiques (http://www.revue-etudes-tardo-antiques.fr/) et Atlantide. Cahiers de l’EA 4276 (http://atlantide.univ-nantes.fr/) ainsi que la collection Cardo (Alessandria, Edizioni dell’Orso). Parmi ses travaux les plus récents, les volumes Xenophontis imitator fidelissimus. Studi su tradizione e fortuna di Dione Crisostomo tra XVI e XIX secolo (Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2011), Traiani Praeceptor. Studi su biografia, cronologia e fortuna di Dione Crisostomo (Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2014) et (avec G. Ventrella) I Progimnasmi di Severo di Alessandria (Berlin-New York, W. de Gruyter, 2009), ainsi que l’édition dans la « Collection des Universités de France » (Paris, Les Belles Lettres) des œuvres de Favorinos d’Arles (2 vol. parus, en 2005 et en 2010) et celle (avec la collaboration d’A. Corcella et G. Ventrella) des discours et fragments de Procope de Gaza (2014). Parmi les ouvrages édités, les volumes suivants : (avec J. Schamp) ΗΘΟΠΟΙΙΑ. La Représentation de caractères entre réalité vivante et fiction scolaire à l’époque impériale et tardive (Salerne, Helios, 2005) ; (avec la coll. d’A Roduit et M. Steinrück) Approches de la Troisième Sophistique. Hommages à Jacques Schamp (Bruxelles, Latomus, 2006) ; (avec F. Citti et B. Huelsenbeck) Ethics and Law in Greek and Roman Declamation (Berlin-New York, W. de Gruyter, 2015) ; (avec la coll. de V. Fauvinet-Ranson et B. Pouderon) ΕΝ ΚΑΛΟΙΣ ΚΟΙΝΟΠΡΑΓΙΑ. Hommages à la mémoire de P.-L. Malosse et J. Bouffartigue (RET Suppl. 3, 2014). Il prépare actuellement pour la CUF le tome I des œuvres de Dion Chrysostome et l’édition (avec M.-H. Marganne et J. Schamp) du De exilio de Favorinos.
Directrice du Centre de documentation de papyrologie littéraire (CEDOPAL) de l’université de Liège, Marie-Hélène Marganne y est chargée des cours de papyrologie littéraire, de paléographie grecque et de langue grecque. À la fois philologue classique, papyrologue et historienne de la médecine, elle est l’auteur de nombreuses publications sur les papyrus médicaux, le livre et les bibliothèques antiques. Éditeur responsable de la 3e édition du Catalogue des papyrus littéraires grecs et latins (Mertens-Pack3 ou MP3 : http://web.philo.ulg.ac.be/cedopal/base-de-donnees-mp3/), elle dirige la collection des Cahiers du CEDOPAL et codirige, avec Bruno Rochette, celle des Papyrologica Leodiensia.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540