Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Deuxième partie. Le duc – Les rois

Siège, rang et honneur : la querelle de préséance entre la Bretagne et la Bourgogne au concile de Bâle (1434)1

Héribert Müller

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

I

  • 1 Cette contribution a été traduite de l’allemand par Magali Coumert, maître de conférences d’histoi (...)
  • 2 Jean Kerhervé, « Les enquêtes sur les droits “royaux et ducaux” de Bretagne aux xive et xve siècle (...)

1La chose semblait bien établie, en tout cas du point de vue des ducs de Bretagne : « De tout temps […], les ambassadeurs desdits princes, en cour de Rome ou aux conciles, ont eu et tenu lieu le prochain après les rois. » À cette affirmation d’un témoin de quatre-vingt-sept ans, interrogé lors d’une enquête concernant, voire établissant, les « droits royaux et ducaux de Bretagne » en 1455, répond une représentation contemporaine dans le Missel des Carmes de Nantes. À gauche de la Vierge est représentée la hiérarchie des puissances terrestres : le duc de Bretagne y est agenouillé derrière l’empereur et le roi de France2.

  • 3 Les sources les plus importantes pour ce qui suit sont le protocole du concile pour l’année 1434, (...)
  • 4 MC II, p. 545.

2Cependant, en dehors de la Bretagne, la chose ne semblait absolument pas établie, surtout pas lorsque d’autres princes exprimaient les mêmes prétentions au cours d’une rencontre internationale, comme celle que constituait, par excellence, le concile de Bâle (1431-1449), qui rassembla aussi des délégations de nombreuses puissances de l’Occident chrétien. Lorsque la délégation du duc Jean V, menée par les évêques de Saint-Pol-de-Léon et de Tréguier ainsi que les abbés de Saint-Melaine de Rennes et de Buzay, se présenta au concile, le 19 mars 1434, les envoyés des princes-électeurs et du duc de Bourgogne s’y querellaient déjà depuis un an à propos de la place en question, juste derrière les délégations royales3. La perspective d’un troisième compétiteur rendit l’atmosphère, déjà tendue, quasiment explosive. Dans la cathédrale de Bâle – lieu de réunion du concile –, les Bretons avaient tout d’abord pris la place réservée à toute nouvelle ambassade se présentant au concile. Avant même que Jean Gendron, qui dirigeait le monastère cistercien de Buzay, ait pu prononcer ce qui constituait, en définitive, le discours d’introduction des Bretons, Gaspard de Pérouse, l’avocat défendant les intérêts de la Bourgogne, avait expliqué que la préséance revenait naturellement à son mandataire puisqu’il était doyen des Pairs de France, auxquels le duc de Bretagne n’avait jamais appartenu. En outre, celui-ci n’aurait été qu’un vassal du duc de Normandie4.

3Derechef, Philippe de Coëtquis, l’un des dirigeants de la délégation du roi de France, qui se sentait provoqué à la fois en tant que natif de Bretagne et comme archevêque de Tours – la province ecclésiastique à laquelle se rattachaient les neuf diocèses de Bretagne – répondit avec véhémence que la préséance devait aller non pas au duc de Bourgogne mais au duc d’Anjou, mais que le duc de Bretagne venait avant eux deux. En ce qui concernait le prétendu hommage au duc de Normandie, il croyait – ici, il paraît utile de citer le procès-verbal du concile mot pour mot – :

  • 5 CB III, p. 50 ; MC II, p. 545-546. H. Müller, « Un Breton dans l’Europe du xve siècle : Philippe d (...)

« […] quod omnes Britones malent mori, quam confiteri illud allegatum per dominum Gasparem, quod dux Britanie esset vassallus ducis Morannie [i. e. Normannie]. Sunt in Britania tres comites, novem barones qui equiparantur magnis ducibus, XVIII baroneti, IIII milia nobilium cum septingentis inveniuntur. In ducatu Britaniae sunt portus marini, facit monetam, habet ius regalie ut rex Francie. Legitur quod dux Burgundie est vassallus unius episcopi, et non dux Britaniae. […] Dux Britaniae precedit ducem Burgundie in dignitate5 ».

  • 6 CB III, p. 50 ; MC II, p. 546 ; H. Müller, Die Franzosen, Frankreich und das Basler Konzil (1431-1 (...)
  • 7 Mansi, t. XXX, col. 1048-1053 ; Helenae filiae regis Britonum, col. 1050.
  • 8 MC II, p. 546 ; CB III, p. 64.
  • 9 À son propos, voir l’ouvrage fondamental de Christian Kleinert, Philibert de Montjeu (circa 1374-1 (...)
  • 10 MC II, p. 547. À propos de la grande saline de Salins dans la Franche-Comté bourguignonne, il exis (...)

4L’évêque de Nevers Jean Germain, qui dirigeait l’ambassade bourguignonne, répondit à ce discours enflammé par une réplique emportée, qui culminait en affirmant « quod ipse archiepiscopus [c’est-à-dire Philippe de Coëtquis] est inimicus mortalis […] domini ducis Burgundie6 ». Ce n’est qu’après cet échange que l’abbé de Buzay put commencer son discours d’introduction. Le contenu en était principalement théologique, tout en incitant les Pères à un travail concret de réforme et de paix, même s’il mentionnait, comme en passant, sainte Hélène, la mère de l’empereur Constantin, comme la fille d’un roi breton7. Et au cours des deux altercations suivantes, en avril 1434, Simon de Teramo, l’avocat des Bretons, n’oublia naturellement pas de souligner que des rois avaient dirigé la Bretagne, au moins au haut Moyen Âge. Il justifiait ainsi la prétention du duc de Bretagne qui, contrairement au Bourguignon, n’était pas vassal du roi de France, tout en étant d’ailleurs son proche parent8. De nouveau, Pérouse répliqua, en accord constant avec Jean Germain et Philibert de Montjeu – l’évêque de Coutances, originaire de Bourgogne, qui avait été envoyé avec lui9 – que cela était tout bonnement faux et que le Breton prêtait depuis au moins deux siècles hommage au roi de France. Du reste, le débat en lui-même l’étonnait, dès lors qu’une comparaison montrait « quia dux Burgundie haberet ducatus, comitatus et marchionatus dominiaque magna, XIX civitates quoque et villas, quarum una vel plus aut tantum esset quam IX illius ». Et qui était prêt à fournir un soutien aussi conséquent et efficace à la croisade contre les Hussites, à laquelle avait appelé Martin V, que Philippe le Bon, lui qui en avait été nommé commandant par le pape ? À une telle démonstration de puissance militaire, enjolivée de chiffres fantaisistes (« pugnatorum centum millia »), Pérouse ajouta encore quelques remarques « de magnitudine redituum ducis Burgundie, et specialiter de puteo quodam salis annuatim valente ad tot centena millia […]10 ».

  • 11 Mansi, t. XXX, col. 205-211. Cornel Zwierlein, « Normativität und Empirie. Denkrahmen der Präzeden (...)
  • 12 MC II, S. 366. Hermann Heimpel, « Eine unbekannte Schrift über die Kurfürsten auf dem Basler Konzi (...)

5Cela mérite attention : il s’agissait de la réponse à la « liste » précédemment présentée par Philippe de Coëtquis qui voulait démontrer la potentia et la vaillance du duc de Bretagne. Mais il s’agissait aussi d’un recours au grand discours prononcé par Jean Germain le 26 mai 1433, dans lequel il avait justifié les privilèges de son maître contre les princes-électeurs, notamment par un rappel de son potentatus, démontré par son autorité sur quatre duchés, quinze comtés, ainsi que les deux Frise. De plus, suivant Jean Germain, Philippe le Bon pouvait se vanter, en raison de sa propre parenté avec la maison royale de France, de son origine troyenne et de sa parenté avec des dynasties royales, de l’Angleterre jusqu’à Chypre, ce que relevait aussi Pérouse. En outre, il se plaçait dans la tradition des anciens rois burgondes, qui avaient acquis les plus grands mérites pour la diffusion et la protection de la foi catholique, tout comme la Bourgogne, déjà convertie par Linus, l’élève et le disciple de saint Pierre, s’était toujours tenue au premier rang du christianisme, devant l’armée des Huns comme dans les actions d’un Girart de Roussillon ou encore dans le combat de Jean sans Peur contre les Turcs à Nicopolis11. De leur côté, les partisans des princes-électeurs étaient en quête d’ancêtres illustres et remontaient, en accord avec la théorie de la succession des quatre royaumes, jusqu’à l’époque de Nabuchodonosor : le Saint-Empire romain représentait le quatrième et dernier royaume ; et à eux seuls incombait l’élection du souverain germanique, donc de l’empereur romain. Cette position éminente, dépassant largement celle du Bourguignon, n’était comparable qu’avec celle du Sénat romain ou du collège des cardinaux12.

  • 13 CB II, p. 458-459 ; MC II, p. 415 ; Samuel Guichenon, Histoire genealogique de la Maison de Savoie(...)

6Nabuchodonosor, la saline de Salins en Franche-Comté bourguignonne, sainte Hélène comme fille d’un roi breton… tout, absolument tout, semblait bon pour en tirer argument dans le débat sur l’honor, la dignitas et la praeminentia. À cela s’ajoutaient finalement les envoyés du duc de Savoie qui, nonobstant l’alliance resserrée entre leur duc Amédée VIII et Philippe le Bon, insistèrent auprès des Pères sur le fait que leur duc tenait en principe un rang plus élevé que le Bourguignon, étant donné qu’il régnait aussi sur les duchés, encore plus anciens, du Chablais et d’Aoste13.

  • 14 MC II, p. 368, 537.
  • 15 CB III, p. 139-144 ; MC II, p. 543-545, p. 549-550 ; Paris, BnF, coll. Baluze 30, p. 401-403. Phil (...)
  • 16 À propos de ces principes, l’article de H. Heimpel, « Sitzordnung und Rangstreit… », art. cit., p. (...)

7Que n’auraient pas donné les Pères pour pouvoir satisfaire toutes les prétentions ! Hélas, ni la proposition d’une mixtura/alternatio – c’est-à-dire le fait d’intercaler un envoyé bourguignon, un envoyé des princes-électeurs, puis de nouveau un bourguignon, etc. – ni le placement des représentants des princes, presque tous des ecclésiastiques, en fonction de l’ancienneté de leur ordination et de leur rang au sein de l’Église, ne furent acceptés par les intéressés14. Arriver à présenter un compromis acceptable par tous, comme le réussit finalement une commission dirigée par le cardinal d’Arles Louis Aleman le 5 juillet 1434, releva quasiment de la quadrature du cercle15. L’organisation de l’espace intérieur de la cathédrale de Bâle, qui servait de salle de réunion au concile, apporta une aide décisive car il disposait d’un jubé devant le chœur, devant lequel prenaient place l’empereur, les représentants du pape et la direction du concile. Au pied du trône impérial devaient à présent s’asseoir les ambassadeurs des princes-électeurs. Ainsi appartenaient-ils en quelque sorte à l’ancien monde des puissances universelles médiévales, tandis que les envoyés de Bourgogne et de Bretagne prenaient place sur les bancs de la nef, respectivement à droite et à gauche, du côté des envoyés du nouvel ordre des États, immédiatement derrière les délégations royales (dans le cas des Bretons, il s’agissait de la représentation danoise). Nul ne perdit la face, même si on pouvait considérer que la solution concernant les princes-électeurs constituait aussi une intelligente relégation au niveau élevé, pouvant difficilement être remise en cause. En outre, les Bourguignons avaient tiré un léger avantage sur les Bretons, car l’un des principes directeurs du placement à Bâle était la droite avant la gauche (les deux autres indiquaient qu’il valait mieux être au-dessus qu’en dessous et devant plutôt que derrière)16. La Bourgogne, la puissance montante par excellence parmi les États européens de la fin du Moyen Âge, pouvait donc enregistrer un certain succès.

  • 17 CB III, p. 92. Il faut aussi relever sa remarque suffisante, ostensiblement en relation avec le cl (...)

8Ce concile fonctionnait à la manière d’une bourse : les sièges occupés par les représentants des princes indiquèrent, avec la précision d’un sismographe, la montée ou bien le déclin des puissances, ainsi que l’atteste, a contrario, l’exemple de l’Angleterre s’opposant à la Castille. La mise en garde prononcée le 8 mai 1433 par l’empereur Sigismond, qui pour sa part avait soutenu à Bâle sans réserve la position des princes-électeurs, semblait dissipée et oubliée. Selon lui, l’orgueil du duc de Bourgogne ne pouvait que mal finir : « Specialiter quod nimis alte volebat volare, dando versiculum : “Ofilicare, noli nimis alte volare ! Si nimis alte volas, poteris comburere pennas17.” » La fin de Charles le Téméraire en 1477 devait lui donner raison…

II

  • 18 Pour le bas Moyen Âge, voir particulièrement Karl-Heinz Spiess, « Rangdenken und Rangstreit im Mit (...)

9Cette suite d’événements, rappelée de manière très brève et simplifiée dans le cadre de cette contribution, demande naturellement des explications si l’on ne veut pas s’en tenir, comme cela fut trop souvent le cas, à la considérer comme un simple jeu de vanités ridicules et de cérémonies vides de sens. En réalité, tous ces rites et usages, comme reflet de l’ordre politique et social, étaient révélateurs et éclairants à tous les niveaux, qu’il s’agisse d’une procession urbaine ou d’une diète ; il l’est encore parfois si l’on considère les usages protocolaires de la politique et de la diplomatie actuelles. Une recherche historique allemande récente, concernant surtout le bas Moyen Âge et le début de l’époque moderne, a mis l’accent sur ce fait, tout en consacrant l’essentiel de son attention aux grandes diètes de l’Empire (où la confrontation entre la Bourgogne et les princes-électeurs se poursuivit au cours du xve siècle)18. Mais à mon avis, on peut tout à fait transférer certains résultats de ces recherches à la querelle de préséance entre la Bretagne et la Bourgogne lors du concile, qu’il faut envisager de son côté dans le contexte de l’opposition croissante, sur le même sujet, entre les envoyés de Philippe le Bon et des princes-électeurs. Dans un tel contexte, on peut faire ressortir un certain nombre de principes :

  • La démonstration du rang reposait sur le siège occupé par le prince ou ses représentants. Il était le symbole le plus important du rang, comme le montre aussi en allemand la proximité des termes Sitz et Besitz ou en français le fait que posséder vienne du latin possidere, c’est-à-dire potis sedere. Une telle démonstration avait néanmoins besoin d’être publique et devait être confirmée lors d’une confrontation avec d’autres puissances. Les deux conditions étaient remplies au concile de Bâle. Être présent au bord du Rhin devenait de plus en plus nécessaire pour le duc de Bretagne à mesure que la plupart des puissances s’y faisaient représenter par leurs propres délégations, surtout depuis qu’Eugène IV, après de vaines tentatives de dissolution, avait dû reconnaître le concile sans condition à la fin de l’année 1433.
  • Il n’était pas difficile de prévoir des affrontements entre les envoyés de princes qui se considéraient presque comme des égaux mais qui retenaient ce « presque » comme une différence décisive, fondant leur propre préséance. Or cette prétention devait être disputée, ainsi que le réclamait un monde aristocratique profondément imprégné d’esprit agonistique. Dans ce cas comme dans d’autres, il ne reconnaissait que la victoire ou la défaite et, dans son bellicisme, il était, en principe, totalement inaccessible au compromis avec celui qui était « presque » égal, ce que recherchait en revanche la direction du concile. De son côté, elle ne pouvait dans ce but recourir à aucune règle connue, ferme et générale, des conciles précédents. En prévision des problèmes imminents, on confirma, certes, dès la première session, le 14 décembre 1431, un décret des conciles de Pise (1409) et de Constance (1414-1418) affirmant que toutes les décisions du concile, comme l’attribution d’un siège, ne fondaient aucun préjudice ni aucun droit qui pourrait être invoqué dans des situations postérieures. Certes, on recourut souvent aux mesures concrètes prises lors d’assemblées antérieures. Ainsi, lors de la controverse entre les princes-électeurs et la Bourgogne, interrogea-t-on comme témoins tous les Pères qui avaient déjà été présents à Constance, mais ce ne fut pas un grand succès19 ; d’autant que la tradition et la coutume étaient, en partie au moins, contrecarrées par les évolutions récentes dans le jeu européen des grandes puissances, comme justement pour la Bourgogne et l’Angleterre. D’un autre côté, le nombre et l’étendue des participants à un concile œcuménique fournissaient aux Pères qui s’efforçaient de résoudre les querelles de préséance une certaine marge de manœuvre et d’esquive, comme dans le cas des princes-électeurs. Les règles internes à l’Empire ou au royaume de France ne s’appliquaient pas forcément à cette assemblée, même si les personnes concernées partaient constamment de ce point de vue, comme justement les princes-électeurs qui se référaient à leur propre préséance, confirmée par la Bulle d’or, aux diètes tenues à la cour royale et dans le cadre de l’Empire (Hof- und Reichstage)20.
  • Jean V avait donc bien raison de donner comme instructions à ses envoyés partant pour Bâle de se rendre tout d’abord à la cour de Philippe le Bon, avec lequel il était lié et allié de nombreuses façons, pour clarifier leurs positions antagoniques21. Suivant les raisons déjà invoquées, cela fut évidemment sans succès. Il n’y avait cependant aucune contradiction pour un prince, alors que ses envoyés combattaient avec acharnement pour la place et pour le rang et, par conséquent, réglaient une querelle de principe, à rester dans les meilleurs termes avec son adversaire dans ses rapports politiques quotidiens. Cela est aussi valable, par exemple, pour les relations entretenues à la même époque par Philippe le Bon avec Thierry de Meurs, le prince-électeur de Cologne, et sa maison22.
  • Étant donné que la confrontation était à prévoir, aucun des participants ne se lançait sans préparation dans les débats. La cour, et en particulier sa chancellerie, avait dû fournir à l’avance aux envoyés en route pour Bâle les recommandations et les notes nécessaires. Cela est démontré par l’abondance des arguments qui furent avancés dès l’arrivée des envoyés bretons ; même un Philippe de Coëtquis aurait eu de la peine à improviser son intervention fondée sur des éléments chiffrés. Le discours prononcé par Jean Germain en mai 1433 montre aussi avec quelle attention le parti bourguignon a dû auparavant étudier le texte de la Bulle d’or de 1356, qui définit précisément la position des princes-électeurs dans l’Empire. Que l’évêque de Nevers puisse l’interpréter, avec une brillante mauvaise foi, comme une position d’officiales, c’est-à-dire de subordonnés exerçant une charge (alors qu’il juge le régime de son propre seigneur ancré dans le droit naturel) prouve une étude intensive et subtile du texte même de cette Bulle23.
  • Contrairement à la controverse entre les Bourguignons et les princes-électeurs, manquait un peu à la confrontation entre Bretons et Bourguignons, malgré tout, cette rigueur inconditionnelle. Elle aurait été « non tam acerrime » suivant le chroniqueur du concile Jean de Ségovie24. Cela peut être lié au fait qu’à la cour de Philippe le Bon, le parti des princes-électeurs était considéré comme l’adversaire principal, tandis que les Bretons n’entrèrent en lice comme concurrents qu’à la fin de cette controverse. En dépit de leur détermination, ils s’imposèrent en outre une certaine retenue dès leur arrivée. Même une question de principe ne pouvait complètement faire oublier la bonne entente.
  • 25 CB V, p. 104 (cette expression vient, elle aussi, de l’empereur Sigismond).
  • 26 Voir déjà B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Deux féodaux…, op. cit., p. 83.
  • 27 J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 vol., Paris (...)

10Du côté des princes-électeurs, on organisait la résistance contre la « superbia sedium » bourguignonne25 car – et là se trouve encore une différence importante entre les deux confrontations – la revendication de la préséance risquait d’aboutir à une hégémonie concrète et menaçante. L’expansion et l’ambition d’un Philippe le Bon, qui dominait toujours plus de territoires au nord-ouest de l’Empire sans être investi par son souverain, signifiaient un danger insupportable pour un Empire aux équilibres sensibles et précaires. Entre la Bretagne et la Bourgogne alliées ne s’exerçaient ni une telle menace ni une telle résistance, qui devaient atteindre leur apogée sous Charles le Téméraire. Au contraire, il y avait une certaine identité d’intérêts : toutes deux, sans tenir compte de leur position différente suivant le droit féodal26, se considéraient fondamentalement comme des principautés puissantes ayant un profil particulier, recherchant une indépendance aussi grande que possible envers le roi de France, pour ainsi dire comme deux exceptions situées aux flancs du royaume. Dans le cas de la Bretagne du bas Moyen Âge, la force des structures étatiques a été prouvée, de façon impressionnante, par la thèse de Jean Kerhervé surtout dans le domaine des finances du duché27. Celui-ci, bien ancré dans une histoire de longue date, formait un ensemble beaucoup plus compact que la jeune et hétérogène Bourgogne des grands ducs. À travers les erreurs et les confusions de la guerre de Cent Ans, à travers les multiples renversements d’alliances, la Bretagne s’est efforcée de maintenir son statu quo, se contentant d’un régime particulier qui ferait d’elle un domaine à part. De son côté, la Bourgogne, par une politique expansionniste rendue possible par la richesse de ses nouvelles provinces du nord, cherchait à s’établir en tant que grande puissance européenne entre la France et l’Empire. Ainsi, sous cet aspect de la distance géographique, aucun des deux partenaires ne gênait l’autre.

  • Dans ces querelles, l’enchaînement des arguments nous paraît aujourd’hui vraiment grotesque, naïf, bizarre : comme si rien n’était trop insignifiant, dès lors que cela pouvait être invoqué pour renforcer sa propre position et affaiblir celle de l’adversaire. L’utilisation des faits historiques paraît elle aussi assez douteuse, étant donné qu’ils apparaissent de façon manipulée et instrumentalisée. (Dans ces conditions, je ne vois ni obligation ni intérêt à corriger les erreurs et les altérations, ni à distinguer le vrai du faux, comme un donneur de leçons intervenant six cents ans après28.) Il me semble plus intéressant de chercher, dans ce qui apparaît comme un amas pêle-mêle, la particularité des schémas de pensée et des modes d’argumentation utilisés : l’assemblée du concile devait être convaincue par un discours appartenant au « genus demonstrativum », mélangeant le plaidoyer et le panégyrique par une multitude d’arguments différents, concernant avant tout l’origo plus ancienne, la nobilitas plus haute et la potentia plus substantielle de son propre prince, dépassant ainsi son compétiteur presque équivalent. En raison de sa virtus et de son honor plus grands devait alors lui être reconnue la préséance souhaitée. Les orateurs se servaient principalement de l’histoire comme d’une mine à exploiter ; mais les faits historiques étaient utilisés au même titre que les mythes et les légendes, même les faux ou les catalogues de peuples et de héros (ainsi apparut à Bâle un véritable gothicisme, car les Castillans et les Suédois se glorifiaient de leurs ancêtres wisigothiques, ce qui fut adopté aussi par les Suisses) ; on recourait de la même façon à l’histoire et aux images historiques29. Suivant le leitmotiv, « plus, mieux, plus ancien », on additionnait et on augmentait en quantité, qu’il s’agisse du nombre de duchés, de comtés et de baronnies ou bien de familles nobles. Il est tout au plus frappant de voir la place prise par l’engagement pour l’Église et la religion depuis l’époque la plus ancienne, si possible celle de saint Pierre, jusqu’à l’époque contemporaine : avoir la préséance nécessitait aussi des mérites dans le domaine de la propagation du christianisme.
  • 30 BnF, ms. fr. 4316, f° 28-28 v°. Dans cet exposé du xviie siècle, souvent incorrect, de la querelle (...)

11Une telle « laus principis et patriae » impliquait naturellement de rabaisser l’adversaire, pour bien se détacher par sa propre excellence et sa propre supériorité. Il fallait ainsi introduire, à côté de la quantité, des éléments qualifiants (voire disqualifiants). Dans la plupart des cas, ces débats sans fin rappellent ceux des hérauts du bas Moyen Âge ; on ne s’étonne alors guère qu’un héraut du duc de Bretagne ait paru au concile de Bâle, qui ne semble pourtant pas avoir mené à bien sa mission (« et y fut envoyé un Herault nommé Montfort qui a son ritour estant chargé de n’avoir pas fait son debvoir en cette poursuitte fut en grand danger de Fortune30 »).

  • 31 CB III, p. 64 : « titulum regium » ; MC II, p. 545 : « de rege Britonum Salomone ».
  • 32 MC II, p. 544 : « controversia hec, que velut continua febris molesta extiterat ».

12Ce qui a été dit jusqu’ici est aussi presque intégralement valable pour les joutes oratoires entre les Bourguignons et les princes-électeurs, ainsi que les autres querelles de préséance qui eurent lieu à Bâle. En ce qui concerne spécifiquement la controverse entre les Bourguignons et les Bretons, le « titulum regis » y jouait naturellement un rôle pour ces derniers – Philippe de Coëtquis évoqua notamment le roi Salomon31 – et sainte Hélène était présentée comme la fille d’un ancien roi. Mais on se concentra encore plus intensément sur la démonstration de l’indépendance dans le domaine du droit féodal à l’égard de la couronne française, tout en mettant en avant une parenté plus proche au roi de France et un rang plus élevé dans la hiérarchie des princes du royaume que l’adversaire. Il est possible que les représentants de la Bourgogne considéraient qu’ils avaient déjà suffisamment souligné les arguments historiques soutenant leur préséance dans leur discussion avec les princes-électeurs et qu’ils ne voulaient pas rendre encore plus mécontents, à présent, les Pères du concile, fatigués de ces longues controverses32, par une répétition plus complète (bien qu’un certain caractère répétitif soit inhérent aux confrontations sur le siège et le rang). De leur côté, les Bretons étaient enclins à s’engager dans une telle démarche abrégée, car ils avaient vite remarqué que dans l’assemblée, lasse de toutes ces querelles, moins on se perdait en digressions, plus on recevait de sympathie.

13Bien au centre des duels oratoires fut l’argument de la potestas, qui peut être considéré comme décisif concernant la préséance : il fut abordé par Philippe de Coëtquis dès le début par la référence aux ports maritimes bretons comme au droit de battre monnaie et aux droits régaliens du duc. L’adversaire y avait répondu en évoquant, entre autres, les ressources militaires et les salines de Philippe le Bon. Ce mélange de l’économie et de la guerre permettait d’introduire des facteurs nouveaux présageant dynamisme et développement, et de sortir ainsi du cadre figé du passé, que pouvaient cependant « enrichir » ceux qui étaient habiles en constructions historiques fantaisistes.

  • À quoi servaient finalement une telle ingéniosité et un tel déploiement rhétorique ? En réalité, les choses ne se décidèrent-elles pas en coulisse ? N’était-ce pas le pouvoir réel, plutôt que tous les mots, qui faisait pencher la balance ? Le discours que prononça au concile l’envoyé castillan, Alonso García de Santa Maria, évêque de Burgos, le 14 septembre 1434 est toujours cité comme un modèle de l’ingénieuse rhétorique de la préséance, parce qu’il contient de façon exemplaire tous les petits et grands arguments, à partir des premiers conciles tenus à Tolède jusqu’à la cochenille espagnole, le kermès sans lequel les Anglais ne pourraient porter leurs habits d’un rouge éclatant33. Pourtant, ce discours n’empêcha pas que la querelle de préséance anglo-castillane fut ensuite continuée de façon violente, pas plus qu’il ne fut décisif pour que les Espagnols obtiennent finalement les places désirées, juste derrière la délégation française, alors que les représentants anglais quittèrent le concile. Car pour les Pères du concile compta bien davantage la volonté d’un roi de France de plus en plus triomphant des Anglais sur les champs de bataille de la guerre de Cent Ans et affirmant, lui et sa cour, un fort soutien au concile de Bâle : ils étaient intervenus en faveur de leurs alliés castillans dans leurs prétentions de placement34. Ainsi les querelles de préséance montrent-elles aussi à quel point le concile fut exposé aux influences et aux pressions des grandes puissances et dans quelle mesure il fut instrumentalisé par elles (ce que, dans un tout autre contexte, avait fait un Jean V en 1439-1440, lorsqu’il se brouilla avec Eugène IV à propos des nominations d’évêques pour des diocèses bretons. Le duc assura, pendant un certain temps, un afflux massif du clergé breton au concile de Bâle35).

14Mais d’un autre côté, la rhétorique était considérée comme une composante indispensable à la compétition pour le rang. Le pouvoir voulait être légitimé par des démonstrations oratoires. Dans le cadre des querelles de préséance, le discours était d’autant plus nécessaire qu’il s’agissait d’une affaire concernant la représentation en public. Ce n’est que par des négociations secrètes et des déclarations publiques à la fois que devenaient possibles, finalement, des solutions savamment évaluées, tenant compte par de subtiles nuances des différences réelles entre des concurrents presque équivalents. Car le public – tout d’abord le concile et les cours princières, ces dernières refusant en principe tout compromis – ne pouvait qu’accepter celles-ci lorsque les parties avaient, au moins dans une certaine mesure, rendu crédible que leurs arguments, visant à la propre préséance et au déboutement de l’autre, étaient, au fond, proches l’un de l’autre et justifiaient, à la fin, un traitement presque équivalent.

  • 36 C’est le titre du deuxième tome de l’Histoire de France dirigée par Jean Favier que J. Favier lui- (...)

15Tout ce qui avait été avancé par les Bretons et les Bourguignons, et qui paraissait alors profondément ancré dans l’histoire et le mythe, était déjà révolu quelques dizaines d’années plus tard, quand le « temps des principautés36 » arriva à son terme – mais c’est une autre histoire.

Notes

1 Cette contribution a été traduite de l’allemand par Magali Coumert, maître de conférences d’histoire médiévale à l’université de Bretagne occidentale.

2 Jean Kerhervé, « Les enquêtes sur les droits “royaux et ducaux” de Bretagne aux xive et xve siècles », Claire Boudreau (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, 2004, p. 425.

3 Les sources les plus importantes pour ce qui suit sont le protocole du concile pour l’année 1434, la chronique du concile par Jean de Ségovie ainsi que tous les discours prononcés lors des querelles de préséance dont le contenu a été conservé : Concilium Basiliense [CB]. Studien und Quellen zur Geschichte des Concils von Basel, vol. 3 : Die Protokolle des Concils von 1434 und 1435, éd. Johannes Haller, Bâle, 1900 (rééd. 1976) ; Monumenta conciliorum generalium seculi decimi quinti [MC], éd. Caesareae Academiae Scientiarum socii delegati, vol. 2, Vienne, 1873 (Ségovie) ; Giovanni Domenico Mansi [Mansi], Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio…, t. XXX, Venise, 1767 (rééd. 1903, 1961) (Discours). Pour le cours des événements, voir les présentations d’Edgard-Raphaël Vaucelle, « La Bretagne et le concile de Bâle », Annales de Saint-Louis-des-Français, 10, 1905/06, p. 485-552 ; Barthélemy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne. Essai sur les rapports du Saint-Siège avec un État, Paris, 1928 (rééd. 2000, avec une préface instructive de J. Kerhervé à propos des apports et des limites de cet auteur) ; id., Deux féodaux : Bourgogne et Bretagne (1363-1491), Paris, 1935 ; Joseph Toussaint, Les relations diplomatiques de Philippe le Bon avec le concile de Bâle (1431-1449), Louvain, 1942. A propos de la querelle entre la Bourgogne et les princes-élécteurs a Bale, voir désormais Heribert Müller, Théâtre de la préséance. Les ducs de Bourgogne face aux grandes assemblées dans le Saint-Empire, Ostfildern, 2007, p. 23-37. En général sur le concile de Bâle, Johannes Helmrath, Das Basler Konzil 1431-1449. Forschungsstand und Probleme, Cologne/Vienne, 1987 ; J. HelmraThet H. Müller (dir.), Die Konzilien von Pisa (1409), Konstanz (1414-1418) und Basel (1431-1449). Institution und Personen, Ostfildern, 2007.

4 MC II, p. 545.

5 CB III, p. 50 ; MC II, p. 545-546. H. Müller, « Un Breton dans l’Europe du xve siècle : Philippe de Coëtquis, évêque de Saint-Pol-de-Léon et archevêque de Tours », J. Kerhervé et Tanguy Daniel (dir.), 1491. La Bretagne, terre d’Europe, Brest/Quimper, 1992, p. 168-171.

6 CB III, p. 50 ; MC II, p. 546 ; H. Müller, Die Franzosen, Frankreich und das Basler Konzil (1431-1449), vol. 1, Paderborn, 1990, p. 240.

7 Mansi, t. XXX, col. 1048-1053 ; Helenae filiae regis Britonum, col. 1050.

8 MC II, p. 546 ; CB III, p. 64.

9 À son propos, voir l’ouvrage fondamental de Christian Kleinert, Philibert de Montjeu (circa 1374-1439). Ein Bischof im Zeitalter der Reformkonzilien und des Hundertjährigen Krieges, Ostfildern, 2004.

10 MC II, p. 547. À propos de la grande saline de Salins dans la Franche-Comté bourguignonne, il existe désormais une édition qui concerne avant tout l’époque de Charles le Téméraire mais qui présente brièvement son histoire en introduction : Catherine Bébéar et Henri Dubois (éd.), Le livre des délibérations de la Grande Saunerie de Salins (1466-1481), Ostfildern, 2004.

11 Mansi, t. XXX, col. 205-211. Cornel Zwierlein, « Normativität und Empirie. Denkrahmen der Präzedenz zwischen Königen auf dem Basler Konzil, am päpstlichen Hof (1564) und in der entstehenden Politikwissenschaft », Histor. Jahrbuch, 125, 2005, p. 120-124.

12 MC II, S. 366. Hermann Heimpel, « Eine unbekannte Schrift über die Kurfürsten auf dem Basler Konzil », Lutz Fenske et alii (dir.), Institutionen, Kultur und Gesellschaft im Mittelalter. Festschrift für Josef Fleckenstein, Sigmaringen, 1984, p. 481 ; id., « Sitzordnung und Rangstreit auf dem Basler Konzil. Skizze eines Themas », J. Helmrath et H. Müller (dir.), Studien zum 15. Jahrhundert. Festschrift für Erich Meuthen, vol. 1, Munich, 1994, p. 7.

13 CB II, p. 458-459 ; MC II, p. 415 ; Samuel Guichenon, Histoire genealogique de la Maison de Savoie, t. I/III (Preuves), Lyon, 1660 (rééd. 1976), p. 476 (t. I), p. 287-288 (t. III) ; J. Toussaint, Les relations diplomatiques…, op. cit., p. 55-56.

14 MC II, p. 368, 537.

15 CB III, p. 139-144 ; MC II, p. 543-545, p. 549-550 ; Paris, BnF, coll. Baluze 30, p. 401-403. Philippe de Coëtquis et l’évêque de Lübeck Johannes Schele assistaient le cardinal d’Arles, deux prélats qui paraissaient respectivement proches de la Bretagne et des princes-électeurs, alors qu’on ne fit appel à aucun père du concile associé à la Bourgogne. Louis Aleman lui-même disposait de relations personnelles avec Lyon et la Savoie, mais pas, semble-t-il, avec la Bourgogne. Se fiait-on, à Bâle, uniquement à ses talents diplomatiques ? Ou bien commençait-on, en coulisse, de toute façon, par une solution qui devait absolument plaire à une Bourgogne courtisée, sans pour cela léser les droits du Breton et des princes-électeurs, ce que devaient justement garantir Coëtquis et Schele ? Il ne s’agit que de conjectures, car je n’arrive pas à trouver une explication convaincante.

16 À propos de ces principes, l’article de H. Heimpel, « Sitzordnung und Rangstreit… », art. cit., p. 2-3, est fondamental. Les délégués bourguignons et bretons n’occupèrent pas en bloc leurs places car il fallait aussi considérer le rang ecclésiastique de chacun, ce qui fait qu’en réalité les délégations formaient des lignes brisées, en zigzag (MC II, p. 365). Pour plus de précisions, voir H. Heimpel, « Sitzordnung und Rangstreit… », art. cit., p. 3 ; et J. Helmrath, « Rangstreite auf Generalkonzilien des 15. Jahrhunderts als Verfahren », Barbara Stollberg-Rilinger (dir.), Vormoderne politische Verfahren, Berlin, 2001, p. 150-151.

17 CB III, p. 92. Il faut aussi relever sa remarque suffisante, ostensiblement en relation avec le classement évoqué par Coëtquis et Teramo qui concerna Bretagne, Anjou, Bourgogne : « Certum erat Burgundie ducem in domo Francie non esse primum, sed forte in quinto vel sexto loco » (MC II, p. 664).

18 Pour le bas Moyen Âge, voir particulièrement Karl-Heinz Spiess, « Rangdenken und Rangstreit im Mittelalter », Werner Paravicini (dir.), Zeremoniell und Raum, Sigmaringen, 1997, p. 39-61 ; voir aussi Hans-Werner Goetz, « Der “rechte” Sitz. Die Symbolik von Rang und Herrschaft im Hohen Mittelalter im Spiegel der Sitzordnung », Gertrud Blaschitz et alii (dir.), Symbole des Alltags, Alltag der Symbole. Festschrift für Harry Kühnel, Graz, 1992, p. 11-47. Récemment Gabriele Annas et H. Müller, « Kaiser, Kurfürsten und Auswärtige Mächte. Zur Bedeutung der Goldenen Bulle im Rahmen von Rangstreitigkeiten auf Reichsversammlungen und Konzilien des 15. Jahrhunderts », Evelyn Brockhoffet Michael Matthäus (dir.), Die Kaisermacher. Frankfurt am Main und die Goldene Bulle 1356-1806. Aufsätze, Francfort-sur-le-Main, 2006, p. 106-128. Pour l’époque moderne, il faut s’appuyer d’abord sur les recherches de Barbara Stollberg-Rilinger, parmi d’autres « Zeremoniell als politisches Verfahren – Rangordnung und Rangstreit als Strukturmerkmale des frühneuzeitlichen Reichstags », Johannes Kunisch (dir.), Neue Studien zur frühneuzeitlichen Reichsgeschichte, Berlin, 1998, p. 91-132 ; ead., « Die Wissenschaft der feinen Unterschiede. Das Präzedenzrecht und die europäischen Monarchien vom 16. bis zum 18. Jahrhundert », Majestas, 10, 2002, p. 125-150. Dans le volume qu’elle a edite Vormoderne politische Verfahren, l’etude de J. Helmrath, « Rangstreite auf Generalkonzilien… », art. cit., est dans ce contexte d’un grand interet (voir plus haut la note 16). Malgre la specificite de leurs sujets, deux autres etudes meritent une mention particuliere car elles envisagent aussi des questions fondamentales : Thomas Willich, « Der Rangstreit zwischen den Erzbischofen von Magdeburg und Salzburg sowie den Erzherzogen von Osterreich. Ein Beitrag zur Verfassungsgeschichte des Heiligen Romischen Reiches Deutscher Nation (circa 1460-1535) », Mitteilungen der Gesellschaft für Salzburger Landeskunde, 134, 1994, p. 7-166 ; Thomas Weller, Theatrum Praecedentiae. Zeremonieller Rang und gesellschaftliche Ordnung in der frühneuzeitlichen Stadt : Leipzig 1500-1800, Darmstadt, 2006.

19 Décret du 14 décembre 1431 : MC II, p. 57. J. Helmrath, « Rangstreite auf Generalkonzilien… », art. cit., p. 142, n. 11-12, p. 145. Interrogation des Pères ayant participé au concile de Constance : Louis Stouff, « Contributions à l’histoire de la Bourgogne au concile de Bâle. Textes inédits extraits des Archives de la Chambre des Comptes, 1433 », Publications de l’université de Dijon, 1, 1933, p. 89 sq. Survol rapide des règlements des précédents conciles par Gabriel Le Bras, Institutions ecclésiastiques de la Chrétienté médiévale, Paris, 1964, p. 265-267.

20 H. Müller, Théâtre de la préséance…, op. cit., p. 27 et note 25.

21 Dom Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, 3 vol., Paris, 1742-1746 (rééd. 1968), t. II, col. 996. B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Deux féodaux…, op. cit., p. 81.

22 H. Müller, « Les pays rhénans, la France et la Bourgogne à l’époque du concile de Bâle… », Francia, 30/I, 2004, p. 117 (avec davantage de références bibliographiques).

23 Mansi, t. XXX, col. 211. H. Heimpel, « Eine unbekannte Schrift… », art. cit., p. 482.

24 MC II, p. 545 ; Werner Sieberg, Studien zur Diplomatie des Basler Konzils, thèse dactyl., Heidelberg, 1951, p. 59.

25 CB V, p. 104 (cette expression vient, elle aussi, de l’empereur Sigismond).

26 Voir déjà B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Deux féodaux…, op. cit., p. 83.

27 J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 vol., Paris, 1987.

28 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé avait déjà partiellement noté cela (voir Deux féodaux…, op. cit., p. 93).

29 J. Helmrath, « Rangstreite auf Generalkonzilien… », art. cit., p. 156 f. À propos du gothicisme, voir en dernier lieu Alan Swanson, « Re-Inventing the Goths. The Trajectory of an Idea », Rudolf Suntrup et Jan-R. Veenstra (dir.), Building the Past. Konstruktion der eigenen Vergangenheit, Francfort-sur-le-Main, 2006, p. 167-185.

30 BnF, ms. fr. 4316, f° 28-28 v°. Dans cet exposé du xviie siècle, souvent incorrect, de la querelle de préséance entre la Bretagne et la Bourgogne, on rend largement hommage aux activités de Coëtquis. Il se trouve aussi au début du ms. fr. 23027. Dans les deux cas, il s’agit de présentations des questions de rang et de protocole tout à fait typiques de l’époque baroque. À propos du héraut breton, Lutz Roemheld, Die diplomatischen Funktionen der Herolde im späten Mittelalter, thèse, Heidelberg, 1964, p. 44 ; Gert Melville, « Hérauts et héros », Heinz Duchhardt et alii (dir.), European Monarchy. Its Evolution and Practice from Roman Antiquity to Modern Times, Stuttgart, 1992, p. 91. Sur ce thème, voir en général id., « Geschichte im Diskurs. Zur Auseinandersetzung zwischen Herolden über die Frage Qui est le royaume chrestien qui plus est digne d’estre approuché d’Onneur ? », Chantal Grell et alii (dir.), Les princes et l’histoire du xive au xviiie siècle, Bonn, 1998, p. 243-262 ; id., « Un bel office. Zum Heroldswesen in der spätmittelalterlichen Welt des Adels, der Höfe und der Fürsten », Peter Moraw (dir.), Deutscher Königshof, Hoftag und Reichstag im späteren Mittelalter, Stuttgart, 2002, p. 291-311.

31 CB III, p. 64 : « titulum regium » ; MC II, p. 545 : « de rege Britonum Salomone ».

32 MC II, p. 544 : « controversia hec, que velut continua febris molesta extiterat ».

33 La meilleure analyse est présentée par J. Helmrath, « Rangstreite auf Generalkonzilien… », art. cit., p. 167171, qui prépare aussi une édition du discours.

34 MC II, p. 883, 897 (concernant le placement définitif des Castillans le 6 mai et 28 juillet 1436). Vicente Beltrán de Heredia, « La embajada de Castilla en el concilio de Basilea y su discusión con los Ingleses acerca de la precedencia », Hispania Sacra, 10, 1957, p. 1-31.

35 E.-R. Vaucelle, « La Bretagne et le concile de Bâle… », art. cit., p. 520-525 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne…, op. cit., p. 421-434. Les noms des participants se trouvent dans la thèse de Dean Loy Bilderback, The Membership of the Council of Basle, Washington D.C., 1966 (Microfilm Ann Arbor 66 – 7868), p. 161-167. Le registre des suppliques du concile (Lausanne, Bibl. cant. et universitaire G 863) montre aussi à cette époque un accroissement significatif de requêtes en provenance de la Bretagne.

36 C’est le titre du deuxième tome de l’Histoire de France dirigée par Jean Favier que J. Favier lui-même publia en 1984. Celui à qui est dédié ce volume se réfère à J. Favier depuis les premières années où il commença sa thèse, dont témoigne aussi l’hommage qu’il édita en 1999 avec Albert Rigaudière, Finances, pouvoirs et mémoire. Mélanges offerts à Jean Favier. À présent, des mélanges lui sont à son tour dédiés, qui veulent montrer combien de collègues et d’amis, même au-delà des frontières, se sentent à leur tour liés à lui.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540