Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Deuxième partie. Le duc – Les rois

Le roi d’un rêve, le rêve d’un roi : Charles IV à Terenzo en 1333

Pierre Monnet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 À une trentaine de kilomètres au sud-est de Parme.
  • 2 Cet épisode célèbre du chapitre vii s’intercale chronologiquement à contretemps entre le chapitre (...)
  • 3 Guigues VIII de Vienne, fils de Jean II et de Béatrice d’Anjou, la sœur du roi Charles Robert de H (...)

« Ensuite, notre père ayant pris la direction de Parme peu de temps après nous, nous arrivâmes ensemble dans le village de Terenzo du diocèse de Parme1, un dimanche qui était le 15 août, jour de la fête de l’Assomption de la sainte Vierge Marie2. Or cette même nuit, alors que le sommeil nous envahissait, une vision (visio) nous apparut, dans laquelle l’ange du Seigneur se tenait à côté de nous, à gauche, là où nous étions couché, et il nous frappa au côté en disant : “Lève-toi et viens avec nous !” Nous répondîmes alors en esprit : “Seigneur je ne sais où et comment je viendrais avec vous.” Et nous saisissant par les cheveux du devant de la tête, il nous transporta en l’air jusqu’à une grande armée de chevaliers en armure, qui se tenaient prêts au combat devant un château. Et il nous tenait en l’air au-dessus de l’armée et nous dit : “Regarde et vois” (Respice et vide). Et voici qu’un autre ange descendant du ciel et tenant un glaive de feu dans la main, frappa quelqu’un au milieu de l’armée et lui trancha de ce même glaive les parties génitales, et lui, restant assis sur le cheval agonisait, comme blessé à mort. Alors, nous tenant par les cheveux, l’ange dit : “Le connais-tu, celui qui fut frappé par l’ange et blessé à mort ?” Alors nous répondîmes : “Seigneur, je ne sais pas et je ne connais pas ce lieu.” Il dit : “Tu dois savoir que celui-ci est le Dauphin du Viennois, qui a été ainsi frappé par Dieu pour son péché de luxure. Maintenant prenez donc garde, et vous pouvez dire à votre père qu’il se préserve de semblables péchés, ou bien il vous arrivera des choses bien pires.” Nous éprouvions de la compassion pour le Dauphin du Viennois, du nom de Guigues3, dont la grand-mère était la sœur de notre grand-mère ; lui-même était le fils de la sœur du roi de Hongrie Charles Ier.
Nous demandâmes à l’ange si Guigues avait pu se confesser avant de mourir, ce qui me rendait très triste. Mais l’ange fit cette réponse : “Il pourra se confesser et vivra encore quelques jours.” Alors nous vîmes (vidimus) à gauche de l’armée une foule d’hommes debout revêtus d’habits blancs comme s’ils étaient des personnes de grande dignité et sainteté, et ils se parlaient les uns les autres en regardant (respicientes) au-dessus de l’armée ce qui se passait, et nous les regardions avec attention. Mais pourtant nous n’eûmes pas la permission de demander, et l’ange par lui-même ne révéla pas qui étaient ces hommes d’une telle dignité ni quelle était leur qualité. Et soudain nous fûmes rendu à notre lieu tandis que l’aube commençait à poindre. Arrivant alors, Thomas de Villeneuve, chevalier du diocèse de Liège, camérier de notre père, nous éveilla en disant : “Seigneur, pourquoi ne vous levez-vous pas ? Votre père est déjà prêt et monte à cheval.” Alors nous nous levâmes et nous étions courbatu et aussi épuisé qu’on l’est après un voyage très éprouvant (post magnum laborem itineris). Et nous nous dîmes : “Où veux-tu que nous allions, nous qui avons déjà tant souffert cette nuit, au point de pas savoir ce que nous devons faire.” Alors il nous dit : “Seigneur, de quoi ?” Et nous lui dîmes : “Le Dauphin est mort, et notre père veut rassembler l’armée et porter secours au Dauphin, qui fait la guerre au comte de Savoie. Notre secours ne lui sert à rien car il est mort.” Lui se moqua de nous, et le jour même, après être arrivé à Parme, il dit à notre père tout ce que nous lui avions dit. Alors notre père nous appela pour nous demander si c’était vrai et si c’était bien ce que nous avions vu (vidissimus). Et nous lui répondîmes : “Parfaitement, Seigneur, soyez bien sûr que le Dauphin est mort.” Le père nous dit d’un ton de reproche : “Ne croyez pas aux rêves !” (Noli credere sompniis). Nous n’avions pas dit en entier à notre père ni à Thomas tout ce que nous avions vu (videramus), mais seulement que le Dauphin était mort. Après quelques jours, un messager arriva portant des lettres disant que le Dauphin, ayant assemblé son armée, était venu devant le château du comte de Savoie et qu’une grande flèche de baliste l’avait frappé au milieu de ses chevaliers et qu’il était mort quelques jours plus tard après s’être confessé. Alors notre père ayant entendu ces lettres dit : “Qu’il est admirable pour nous de voir que notre fils nous a prédit cette mort à l’avance.” Lui-même et Thomas s’émerveillèrent grandement, mais ensuite on ne parla plus de ces sujets avec eux. »

  • 4 Sur Charles IV l’essentiel de la bibliographie moderne date du six-centième anniversaire de sa mor (...)
  • 5 Ce titre est un abus de langage. Comme la plupart des œuvres médiévales, ce texte ne comporte pas (...)
  • 6 Toutes les éditions s’appuient sur le manuscrit premier, mais qui n’est pas autographe, conservé à (...)
  • 7 Cette traduction, dont le présent extrait du chapitre vii est un passage, a été réalisée par Pierr (...)
  • 8 Né en 1292, abbé de Fécamp, archevêque de Rouen, chancelier de Philippe VI, cardinal à Avignon dep (...)
  • 9 La présence de Charles à la cour de France entre 1323 et 1330 faisait bien partie d’un plan de rap (...)
  • 10 Raymond Cazelles, Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg, roi de Bohême, Paris, 1947 ; Michel Margue, (...)

1Ainsi Charles IV de Luxembourg (1316-1378), roi de Bohême (1347), roi des Romains (1346 et 1349) et empereur (1355)4, retranscrit-il dans le chapitre vii de sa Vita5 composée sans doute une quinzaine ou une vingtaine d’années après l’événement, le rêve prémonitoire qu’il fit le 15 août 1333 à Terenzo. Pour connu que soit ce texte, et plusieurs fois édité6, il n’a pas reçu jusqu’à présent de traduction française7. Cette lacune est d’autant plus inexplicable que cette « autobiographie » royale est la première rédigée en latin et en Occident après le Libre dels fets de Jacques Ier d’Aragon dit le Conquérant (1208-1276), composé pour sa part en catalan entre 1244 et 1274. D’autre part, outre son exceptionnel intérêt pour l’histoire politique et culturelle du xive siècle en général, à la mesure même de son auteur (Charles IV est roi pendant la guerre de Cent Ans, la peste et les débuts du Schisme, mais c’est aussi l’auteur de la Bulle d’Or de 1356), le document constitue pour l’histoire du royaume de France une source capitale de renseignements. En effet, le futur Charles IV, qui s’appelle encore à son arrivée en France Wenceslas, passe de 1323 à 1330 sept années à la cour du capétien Charles IV à Paris. Il y parfait non seulement son éducation, y apprend le français, le latin et la prière dans les Heures de Marie sous la férule de Pierre Roger, abbé de Fécamp et futur pape Clément VI en 13428, mais il y reçoit également dans un même mouvement un nouveau prénom et une fiancée en la personne de Blanche de Valois, la fille de Charles de Valois (oncle du dernier capétien Charles IV), et par conséquent la sœur du premier roi Valois Philippe VI (1328-1350) dont le fils Jean le Bon épousera Bonne de Luxembourg, une sœur de Charles de Bohême9. La Vita entretient donc des relations étroites avec le contexte français : non seulement elle évoque à plusieurs reprises les débuts de la guerre de Cent Ans (en particulier aux chapitres iii et xiv), mais elle souligne également l’importance des alliances matrimoniales, diplomatiques et militaires des Luxembourg avec les Capétiens puis les Valois, ne serait-ce qu’à travers la figure de Jean l’Aveugle10, le père de Charles, mort au combat sur le champ de Crécy en 1346, l’année où précisément s’arrête la Vita.

2Beaucoup a été écrit sur ce texte en latin dont il convient simplement de rappeler qu’il se compose de 20 chapitres, les 14 premiers rédigés en grande partie à la première personne tandis que les six derniers sont écrits à la troisième personne, vraisemblablement l’œuvre d’un continuateur. Les événements qui y sont rapportés couvrent la période qui va de la naissance de Charles en 1316 à sa première élection comme roi des Romains en 1346. La structure en chapitres date de la composition même du texte, dont on ne possède qu’un seul manuscrit (mais pas autographe) réalisé du vivant même de Charles (le Wiener Codex 556), suivi de trois autres du temps de son fils Wenceslas entre 1396 et 1407, de deux autres composés au cours du xve siècle et de deux traductions en moyen-haut-allemand et en vieux-tchèque. La suite des chapitres est à peu près la suivante. On trouve d’abord une réflexion générale sur la vie et le pouvoir, sur les devoirs et la piété d’un roi dans les deux premiers chapitres écrits par un roi sage, suivant un modèle très proche d’un miroir du prince adressé à ses successeurs. Viennent ensuite, aux chapitres iii à x, le rappel de sa famille, de ses parents, de son éducation en France à la cour entre 1323 à 1330, puis le récit de ses aventures et actions en Italie (1330-1333 et 1337) et en Bohême (1333-1336) : c’est l’œuvre d’un roi chroniqueur de lui-même. Le fil chronologique du récit s’interrompt alors pour laisser place à une exégèse, prenant la forme d’une homélie, d’un passage de l’Évangile de Matthieu (XIII, 44-52) lu pendant la liturgie en l’honneur de sainte Ludmilla aux chapitres xi à xiii, soit la parole d’un roi prédicateur. Le chapitre xiv reprend le fil du récit politique et diplomatique sous la forme personnelle pour la période 1338-1340 (affaires de Hongrie, tractations avec Louis de Bavière, voyage en France et à Avignon) et traduit en quelque sorte l’apprentissage du métier de prince. Un saut dans le temps de près de deux ans se produit alors car le chapitre xv reprend le cours des événements en 1341 et est désormais écrit à la troisième personne pour raconter les affaires de Bohême, de Lituanie, de Pologne, de Tyrol, jusqu’au chapitre xx qui s’achève par la première élection de Charles comme roi des Romains le 11 juillet 1346. Cette partie, qui se concentre sur l’accès au trône et la préparation au métier de roi, se révèle la plus problématique dans la mesure où elle présente des silences assez troublants (absence de mention de l’érection de Prague en archevêché en 1344 ou de l’élection de son précepteur comme pape sous le nom de Clément VI en 1342).

3De l’auteur du texte, vraisemblablement Charles IV pour les 14 premiers chapitres et sous son étroit contrôle pour les six suivants, il convient de souligner qu’il est le seul roi après les Staufen (c’est-à-dire après la mort de Frédéric II en 1250) à revêtir de nouveau les trois couronnes dont il prend soin de se faire couronner, qu’il est le seul également à réussir, toujours depuis les Staufen, à associer son fils à l’exercice du pouvoir et au trône de son vivant. Il existe d’ailleurs un parallèle classique dans l’historiographie entre Charles IV et Frédéric II : tous deux séparés jeunes de leurs parents par la distance ou la mort, tous deux en compétition pour conquérir le trône des Romains depuis une royauté patrimoniale périphérique (Bohême, Sicile) qu’ils articuleront de manière étroite à l’Empire, tous deux d’abord soutenus par le pape dans leur entreprise, tous deux accédant au trône des Romains à la faveur des répercussions d’un contexte militaire de dimension européenne (Bouvines dans un cas, Crécy dans l’autre), tous deux auteurs de constitutions pour leur royaume patrimonial (les Constitutions de Melfi pour la Sicile en 1231 et la Majestas Carolina pour la Bohême en 1355) et parallèlement pour l’Empire (privilèges aux princes d’Empire en 1221 et 1230, Bulle d’Or de 1356), tous deux obsédés par la symbolique impériale, en partie carolingienne, de leur pouvoir (couronnes, monuments, insignes, reliquaires, châteaux avec Castello del Monte d’un côté et le Karlstein de l’autre), tous deux fondateurs d’université pour leur royaume (Naples en 1224, Prague en 1348), tous deux mariés quatre fois (diplomatie des mariages), tous deux occupant un règne long de 30-35 ans, tous deux parvenant à faire élire leur fils de leur vivant mais échouant finalement à établir durablement leur dynastie sur le trône. Cependant, là où Frédéric rédige un traité de fauconnerie, Charles écrit une vie de lui-même.

4On peut détacher dans le cas plus précis de Charles IV une décennie décisive qui va de 1346 à 1356 : la mort de son père, son élection comme roi des Romains, et la fin de la période couverte par la Vita en 1346 ; son élection comme roi de Bohême en 1347 ; la fondation de l’université et l’adoption d’un programme monumental capital pour Prague en 1348 ; la rédaction de la Vita en 1350 et la réception des insignes impériaux à Prague la même année ; la Majestas Carolina en 1355 et le couronnement impérial la même année ; enfin la promulgation de la Bulle d’Or en 1356. C’est bien au cœur de cette séquence, entre le trentième (1346) et le quarantième (1356) anniversaire du roi, que s’inscrit la Vita, plus précisément entre la répétition de l’élection et du couronnement les 17 juin et 25 juillet 1349 pour réparer la « mauvaise » procédure de 1346 (il avait été élu à Bonn et non à Francfort) et la réception à Prague en mars 1350 des insignes impériaux gardés à Nuremberg. La Vita sert ainsi de couronnement à cette entreprise de légitimation en faisant de Charles un exemplum de roi juste, sage et bon chrétien. On en veut pour preuve que, dans le second chapitre introductif de la Vita, il écrit à ses descendants « Mais le juste sauvera sa vie et il sera à l’honneur du roi car l’honneur du roi aime le jugement » (Psaumes 99, 4), citation dont la dernière partie figure sur l’une des huit plaques de la couronne impériale identifiée depuis le xive siècle comme celle avec laquelle Charlemagne aurait été couronné, soit la plaque consacrée au roi David qui tient dans sa main un phylactère reproduisant ce morceau du texte. De même, la fin du paragraphe suivant de la Vita reprend presque à l’identique le texte de la quatrième plaque dite du roi Ezéchias et du prophète Isaïe sur la couronne. Le programme théologique de la royauté sacrée figurant sur les faces de la couronne est donc introduit directement par Charles dans son introduction consacrée au roi juste.

5Il importe de replacer dans ce contexte précis de rédaction et d’intention le rêve de 1333 qui appartient bien à la partie narrative et historique de la Vita couvrant les années 1323-1337 mais se trouve encadré par une réflexion théologico politique sur le roi sage d’un côté et l’homélie sur un passage de Matthieu de l’autre. Or le rêve entretient par son contenu et sa structure des liens étroits avec la vision d’un roi sage et pieux développée en amont et en aval de la partie plus proprement chronistique du texte.

  • 11 Voir l’article « Traum » dans le Lexikon des Mittelalters, Stuttgart, 1999, vol. 8, col. 962-964.
  • 12 Jean-Claude Schmitt, « Les rêves de Guibert de Nogent », dans id., Le corps, les rites, les rêves, (...)
  • 13 Sur le difficile problème de l’« autobiographie » médiévale : Georg Misch, Geschichte der Autobiog (...)
  • 14 Flaminia Pichiorri, « L’autobiographie de Charles IV. Essai d’analyse lexicale », Histoire et mesu (...)
  • 15 Jan A. Aertsen et Andreas Speer (dir.), Individuum und Individualität im Mittelalter, Berlin, 1996 (...)
  • 16 C’est bien la question cruciale posée par Jacques Le Goff dans son Saint Louis, Paris, 1996 (voir (...)

6Ici, c’est donc moins le roi que son rêve qui va nous intéresser, dans une démarche qui cependant tentera de montrer que c’est le rêve qui révèle en partie le roi. Pour l’historien, le récit d’un rêve11 est à la fois une chance et un danger, encore plus s’il s’agit d’un rêve « autobiographique » puisque la tentation de prétendre ainsi mieux accéder au sujet se trouve en quelque sorte redoublée12 : par l’accès apparent à une conscience intérieure que révélerait le rêve mieux que tout autre événement d’une vie, d’une part ; par la parole de soi et sur soi que semble d’autre part comporter tout témoignage autobiographique puisque c’est ainsi qu’avec toutes les précautions d’usage il convient de qualifier dans un premier temps le texte de Charles IV13, rédigé à la première personne et donc articulé autour d’un « je » dont la présence massive est confirmée par le grand nombre d’occurrences des ego, meus, nos et noster dans la première partie, autobiographique, des chapitres i à xiv14. Inconscient et autobiographie, deux catégories modernes qui confrontent l’historien au problème plus général de l’individu, une dimension que viennent compliquer et enrichir non seulement la période d’étude (y a-t-il un individu au Moyen Âge15 ?) mais également la qualité du personnage en question (le roi est-il un sujet, ou plutôt peut-on par le biais des sources médiévales cerner et aborder un « individu » royal16 ?). Tout récit historique d’un rêve introduit donc une fausse proximité, dont l’interprétation générale peut pâtir. Celui de Charles IV en 1333 n’échappe pas à cette règle. Ne comporte-t-il pas des éléments dont une analyse freudienne du rêve se régalerait d’emblée ? On semble en effet y trouver aussi bien l’obsession de la mort (celle du Dauphin) et du sexe (l’ablation des parties génitales) que la dimension du conflit entre père (Jean qui intime à Charles de ne pas croire aux rêves) et fils, mais aussi la dissociation apparente entre le corps et l’esprit, la prémonition, l’écho de la situation sociale et culturelle du rêveur (Charles empêtré dans le bourbier italien dans lequel son père l’a envoyé et taraudé par l’idée de devenir roi, « tuerait » par déplacement onirique le père pécheur auquel l’avertissement divin semble s’adresser en premier lieu)… Bref, ce rêve paraît bien offrir au lecteur toutes les structures correspondant aux schémas d’interprétation d’une psychanalyse mécaniste et anhistorique : le contenu manifeste (Charles pense en effet directement à la Savoie et au Dauphin parce que la campagne d’Italie y est liée), le contenu latent (désirs, tentations et refoulements chez un jeune homme en quête d’un royaume, de hauts faits et d’une progéniture), la condensation (un élément particulier, en l’occurrence la punition du Dauphin, renvoie à une chaîne interprétative qui, par inversion contraire au mauvais prince, relie le bon prince à la piété et à la sainteté royales), le déplacement (où le détail est essentiel, ainsi du glaive et des habits blancs ou bien de la date du 15 août puisque l’Ascension renvoie à une ascension temporaire de Charles tiré par les cheveux), la métonymie qui introduit un rapport de contiguïté synchronique et spatiale (la mort du Dauphin en Savoie 18 jours plus tôt est contemporaine du rêve italien 18 jours plus tard), la métaphore qui introduit un rapport de similitude ou de substitution par la comparaison entre le concret et l’abstrait.

  • 17 Peter Dinzelbacher, « Der Traum Kaiser Karls IV. », dans Agostino Paravicini Bagliani et Giorgio S (...)

7Se livrer à une telle analyse serait naturellement méconnaître profondément la nature de la société médiévale au regard de la place qu’y occupent l’individu et plus spécialement le roi, ce serait méconnaître aussi l’effet de reconstruction du récit par la mémoire d’une part (en 1333 Charles a 17 ans) et par l’écriture de l’autre (si la Vita date des années 1346-1350, Charles en a alors 30 à 35). Comme tous les rêves médiévaux, celui-ci est bien une construction écrite a posteriori. Même s’il existe une vertu de l’anachronisme productif, la rupture introduite par la psychanalyse dans une modernité qui suppose, pour que la première existe, une conception foncièrement autre de l’individu, est trop radicale pour prétendre passer outre, au risque de rendre impossible une histoire contextualisée et anthropologique des rêves dont celui de Charles IV est un bon exemple17.

  • 18 Jacques Le Goff, « Les rêves dans la culture et la psychologie de l’Occident médiéval », dans id., (...)

8Prendre garde au danger de telles rétroprojections abusives ne signifie pas pour autant que ce rêve de 1333 n’est pas fondé sur un récit, n’a pas une signification à laquelle justement on accède plus facilement par la fiction du songe, et ne traduit pas une montée indéniable des récits de rêve dans toute la littérature occidentale depuis le xiiie siècle, signe parmi d’autres de l’affirmation de formes plus prononcées de la personne au temps de la confession, de l’enquête et de la mort de soi. Desurcroît, le Moyen Âge a bien connu toute une théorie de l’interprétation des rêves, pour une part fondée sur l’héritage aristotélicien, pour une autre sur l’astrologie des traités arabes traduits, pour une dernière part encore sur une tradition biblique puis chrétienne tant prophétique que mystique. Seule l’étude de la spécificité onirique médiévale pourra donc préserver de la tentation d’une compréhension intimiste de la double intériorité, sans pour autant négliger des clés de lecture livrées par une observation structurelle du sujet et de son environnement : « Il a paru qu’il était peut-être révélateur d’une culture de la considérer à partir de ses obsessions et en mettant en lumière les censures s’exerçant sur elle au plan du refoulement individuel et collectif18. » Car, pour médiéval qu’il soit, ce rêve n’en ressort pas moins d’un triple travail : celui du rêve, celui de la mémoire, celui de l’écriture.

  • 19 Sur le latin et l’emploi des temps dans la Vita : Fidel Rädle, « Karl IV. als lateinischer Autor » (...)
  • 20 Il la visitera et la consacrera en juillet 1355 pendant son voyage de retour du couronnement impér (...)

9Tout d’abord, le rêve de Charles IV (qui survient au tout début du sommeil et dont l’arrivée n’est préparée par rien, ni extase, ni jeûne, ni prière) parle, à telle enseigne qu’un dialogue s’y engage et est retranscrit en style direct entre l’ange et le rêveur : au cours du récit, les questions et les réponses sont alors exprimées au présent et données au futur tandis que le reste de la narration est entièrement au passé19. Ce rêve parle également au sens où, dès le réveil, le narrateur engage un dialogue avec les vivants, en l’occurrence non point son serviteur mais un homme de confiance de son père. C’est en parlant que le narrateur interprète son rêve : Charles IV n’a donc pas besoin de se faire décrypter le songe, il y parvient seul. Ce récit donne l’occasion d’un troisième dialogue, cette fois avec son père, d’abord dans le déni puis dans la reconnaissance. Au Moyen Âge comme aujourd’hui, le rêve, pour faire sens, a besoin d’être dit et raconté. En second lieu, ce rêve voit (le texte dit « somnium » mais aussi « visio ») et il a paru opportun de restituer dans la traduction française proposée les différents termes latins relevant du vocabulaire de la vue : si le rêve apparaît au cours du sommeil, il donne lieu à une vision qui en surgit. Il existe donc bien un double système d’emboîtement, du moins si l’on suit le récit : l’emboîtement des dialogues du narrateur avec l’ange, du narrateur avec le camérier, du narrateur avec son père ; et parallèlement l’emboîtement du rêve et de la vision. Autrement dit, il existe bien un ordre structuré du rêve. Si le Moyen Âge distingue en général assez mal entre le rêve et la vision, tel ne semble pas être le cas ici. Charles IV commence par dormir et l’ensemble de ce qu’il voit relève donc bien de l’ordre du rêve et non de la vision extatique éveillée. Il a d’abord les yeux fermés puis les ouvre. La vision à laquelle il accède confère sa part de vérité au rêve. L’impression de réalisme est non seulement soulignée par les détails précis donnés sur la scène du siège et le geste sanglant d’émasculation du Dauphin, mais la vérité du rêve provient surtout du commandement de Dieu, à la différence des rêves faux et fantasmagoriques. À l’ordre du rêve correspond un ordre du récit. Avant le rêve se développe au long des chapitres toute une interrogation sur ce qu’est le bon prince et sur les situations possibles de conflit avec son père au sujet de la meilleure manière de gouverner. Pendant le rêve se développe une action décomposée en trois temps d’un scénario bien construit entre l’ascension, puis la vision et enfin le dialogue. Enfin, après le rêve se produit une double décision, celle de le raconter et peut-être déjà de l’intégrer plus tard dans un récit écrit de sa vie, celle ensuite de fonder une église sur le lieu même du rêve20 et d’introduire une nouvelle liturgie mariale à Prague, initiative dont le rappel intervient quelques chapitres plus loin (chapitre xiv) :

  • 21 Le 7 octobre 1343 Charles fonda dans la cathédrale Saint-Guy de Prague, sur le modèle de la chapel (...)

« Et pendant que je traversai pendant une journée entière la vallée dite de Gerlos, me revint à l’esprit la vision miraculeuse qui s’était emparée de moi le jour de l’Ascension de la Sainte Vierge Marie à Terenzo dans le diocèse de Parme. Depuis ce moment je caressai l’idée de faire chanter chaque jour en son honneur dans l’église de Prague les heures de la glorieuse Vierge afin que l’on puisse lire chaque jour un nouvel épisode de sa légende, de ses œuvres et de ses miracles. Comme on le décrira plus tard, ce projet fut bien mis à exécution21. »

10Dans ce même chapitre, fondation et récit restent liés et occupent en quelque sorte la même fonction de remémoration et de concrétisation puisque Charles IV, peu avant la narration de cette introduction du culte marial à Prague, prend soin de rappeler qu’il s’était ouvert au pape de son rêve de Terenzo : « Par la même occasion, nous parlâmes en confession au pape de la vision que nous avions eue en Italie au sujet du Dauphin de Vienne et qui est rapportée plus haut. Toutefois, sur le moment et pour toutes sortes de raisons, il parut préférable de garder le silence sur ce point plutôt que d’en parler à mon père. » Il n’est pas inintéressant de relever que cette dernière mention est en contradiction avec le récit du rêve fourni au chapitre vii puisque dans cette première version Charles IV avait bien retranscrit la brève conversation qu’il avait eue avec son père à ce sujet.

  • 22 Eva Schlottheuber, « Die Autobiographie Karls IV und die mittelalterlichen Vorstellungen vom Mensc (...)

11Quoi qu’il en soit, le rêve s’inscrit assurément dans un récit large et est suivi d’une action. Le rêve n’est donc pas tromperie ni mensonge, mais manifeste la reconnaissance que Dieu s’est ouvert par le songe. Voilà sans doute la différence fondamentale avec le rêve contemporain devenu l’objet d’une analyse psychanalytique : au Moyen Âge le rêve ne révèle pas la face cachée ou refoulée de l’âme mais porte un message reçu d’ailleurs qui dévoile et enjoint, ce qui explique que le rêve médiéval soit presque toujours suivi d’un effet concret, ici une fondation et un récit. En outre, le rêve, ce rêve, se déploie dans un ordre plus prospectif que rétrospectif. Dans l’économie de la Vita, il appartient à l’ordre de la meilleure des deux vies sur terre que Charles souhaite exposer et choisir pour lui-même et ses descendants, choix par lequel s’ouvre son texte22. Cet ordre de la meilleure des deux vies est double, il est chrétien et royal.

  • 23 Qui veut bien dire dévoilement et révélation.
  • 24 « Les rêves », dans L’imaginaire médiéval, op. cit., p. 950.

12Chrétien d’abord. Le texte est rempli de citations des Écritures saintes : on y retrouve des passages du Cantique des cantiques (« Lève-toi et viens »), des Psaumes (« Observe et vois », 80, 15), du Livre d’Ezéchiel (« Il étendit une forme de main et me prit par les cheveux, et l’esprit m’enleva entre ciel et terre », 8, 3), de la Genèse (« la flamme du glaive fulgurant », 3, 24), de l’Apocalypse23 (« vingt-quatre vieillards vêtus de robes blanches », 4, 4 ; « ces gens vêtus de robe blanche, qui sont-ils ? », 7, 13). Au-delà, la confession du rêve prend l’allure d’une conversion, bien signalée par l’aller puis le retour de la terre vers le ciel et du ciel vers la terre, qui fait passer, par le refus du péché de la chair et de la concupiscence, d’une culture royale de cour identifiée à la vie de son père Jean à une ascèse royale dont Charles promet de se faire l’exemple. Par le refus de croire aux rêves, le père de Charles se rend comme aveugle à cette offre de la conversion, aveuglement qui prend tout son sens si l’on considère que la Vita est écrite entre 1346 et 1350, c’est-à-dire après la mort de Jean souffrant de cécité depuis 1340 comme le rapporte le narrateur au chapitre xiv :« À cette époque, comme il avait déjà perdu un œil et commençait à devenir infirme de l’autre, mon père se rendit secrètement à Montpellier demander aux médecins si on pouvait le soigner. Mais il devint au même moment entièrement aveugle. » Cette considération confère au vocabulaire prégnant de la visio dans le rêve une dimension à la fois prophétique et politique inscrite dans la passation de pouvoirs. En cela, la scène du rêve de 1333 est en lien direct avec l’homélie sur le passage de l’Évangile de Matthieu (13, 44-52, on notera à la suite de Jacques Le Goff24 que sur les neuf rêves du Nouveau Testament, cinq sont consignés dans cet Évangile) qui compare le royaume des cieux à un trésor caché, homélie développée par Charles IV au chapitre xi de la Vita, là encore après un songe : « Et, commençant ainsi à imaginer en songe, j’en concevais tout le développement. Au réveil, la pensée principale de la première partie de cet Évangile m’était encore si présente à l’esprit qu’à l’aide de la grâce divine je pus achever la parabole. » Et l’auteur de poursuivre : « Mais ce trésor reste inaccessible aux pécheurs et aux infidèles qui ne veulent pas éprouver de contrition ni faire pénitence et, ce faisant, perdent les yeux de la grâce en sorte que, devenus aveugles, ils ne peuvent trouver ce trésor. C’est à leur sujet que le prophète dit : “Avec leurs yeux ils ne voient rien” (Jérémie, 5, 21). » Un tel jeu de correspondances non seulement d’un passage des Écritures à l’autre mais aussi d’un songe à l’autre au sein de la Vita n’est sans doute pas le fait du hasard et vient confirmer l’hypothèse d’un rêve qui suit un plan, celui de la conversion et de la rédemption faisant de la vie de Charles un exemplum avec l’aide de Dieu.

  • 25 Illustration dans Peter Dinzelbacher, Himmel, Hölle, Heilige. Visionen und Kunst im Mittelalter, D (...)
  • 26 Christian Heck, L’échelle céleste dans l’art du Moyen Âge. Une histoire de la quête du ciel, Paris (...)
  • 27 Jacques Le Goff, La naissance du purgatoire, Paris, 1981.

13C’est bien sur ce plan de la vision/conversion que joue l’illustration célèbre du rêve de Charles que l’on trouve dans un manuscrit enluminé (13 miniatures) de la Bibliothèque nationale de Vienne (Cod. Ser. 2618, f° 77) daté de 1472, signé par Johannes de Rudnicz et qui contient l’une des deux traductions de la Vita latine en vieux-tchèque25. L’on y voit bien Charles IV, flottant entre ciel et terre sur un nuage, portant déjà une couronne alors qu’il n’est pas roi en 1333, regardant les yeux grands ouverts la punition qui va s’accomplir sur le sol de l’Ancien Testament guerrier tandis que Charles est appelé provisoirement (sans le truchement d’une échelle céleste26 et sans la matérialisation d’une ligne ou d’une barrière autre que la nuée) au ciel apaisé du Nouveau Testament. Finalement, n’est-ce pas dans cet entre-deux, provisoire et suivant le modèle bien étudié du purgatoire27, que se développe la part de liberté du sujet, retranscrite ici dans une autobiographie onirique ?

  • 28 Cité par Jean-Claude Schmitt, « Le sujet du rêve », dans id., Le corps, les rites…, op. cit., p. 2 (...)
  • 29 Matthieu, 19, 12 : « Il y a des eunuques qui se sont faits eux-mêmes eunuques pour le royaume des (...)

14Cet entre-deux, c’est aussi l’espace qui sépare et relie le sujet chrétien et le sujet royal, car c’est là l’autre dimension significative de ce rêve. Dans la tradition biblique, le rêve qui dit la vérité est l’attribut d’un personnage revêtu d’une autorité suprême. Au Moyen Âge, de Constantin à Charlemagne, le rêve d’un roi reste un signe de puissance ou l’occasion d’un discours du et de pouvoir, y compris critique, ainsi de la vision du moine de la Reichenau, Wetti, qui voit en rêve quelques jours avant de mourir Charlemagne torturé dans son sexe28. Or, si l’un des points cruciaux de la Vita est bien le rêve de Terenzo (il faut mesurer le chemin parcouru depuis la première édition de la Vita en 1843 par Johann Friedrich Böhmer qui coupait le rêve parce qu’anecdotique et dommageable pour l’image du roi), c’est que Charles IV inscrit son récit dans un texte qui n’est pas une parole mystique mais bien par certains côtés une forme de miroir royal destiné à ses descendants à partir de scènes de son existence, et donc de ses rêves. La conscience de soi devient une vertu royale en même temps que s’affirme le principe suivant lequel, comme l’on gouverne bien son corps, l’on gouverne bien un royaume. Le gouvernement du corps, vertu royale, obéit cependant à un modèle hagiographique auquel cède le récit par Charles IV de son rêve. Parmi les figures de castration que connaît le christianisme, on trouve celles de la castration volontaire29, du type d’Origène, et celles de la castration infligée, ainsi par Fulbert à Abélard. Dans le premier registre, et pour notre propos, la figure d’Equitius doit retenir l’attention et entretient sans doute un rapport étroit avec le rêve de Terenzo, car le culte rendu à ce saint était particulièrement répandu dans les Abruzzes et la région de Parme. Qui plus est, sa fête tombait le 11 août, c’est-à-dire à peu de distance de celle de l’Ascension de la Vierge où se produit le rêve. Mais surtout, l’épisode de la castration d’Equitius est rapporté par Grégoire sur le mode d’un récit onirique puisque Equitius se voit châtrer par un ange dans un rêve :

  • 30 Grégoire le Grand, Dialogues, I, 4, 1-3, éd. par Adalbert de Vogüé, vol. II, p. 39, Paris, 1979.

« Lorsqu’il était jeune, l’ardeur du sang excita en lui une guerre harassante […] Comme sur ce point il cherchait un remède auprès de Dieu tout-puissant par de continuelles prières, une nuit, il se vit châtrer par un ange ; dans cette vision il lui apparut que l’ange avait retranché tout mouvement du membre viril, et dès lors il se trouva libéré de la tentation comme si son corps était asexué30. »

  • 31 « Post hec cum membra sua sopori traderet supervenit illi fortis imaginacio de faciendo omelia sup (...)
  • 32 Bernd-Ulrich Hergemöller, Cogor adversum te. Drei Studien zum literarisch-theologischen Profil Kar (...)

15Le rêve de Charles est bien double, chrétien et royal comme l’est l’individu même. À ce titre, il n’est pas éloignement de la réalité mais au contraire détour pour mieux y retourner, par l’écriture. Ce lien entre rêve, parole individuelle chrétienne et royale et écriture chez Charles IV n’est pas seulement le fait de la Vita mais a aussi été souligné par les chroniqueurs, au premier rang desquels un proche de l’empereur, le chanoine du chapitre de Prague Benesch von Weitmühl (mort en 1375), continuateur du chroniqueur Cosmas de Prague, et dont le quatrième livre de la Cronica ecclesiae pragensis couvre la période du gouvernement royal de Charles jusqu’en 1374. Dans ce livre, il relate le fait suivant : « Après cela, comme il étirait ses membres à la sortie du sommeil, il lui vint la puissante représentation de composer une homélie sur l’Évangile… et s’éveillant de son sommeil, il dicta et écrivit comme suit31… » Il convient sans doute de renverser la perspective : la Vita n’est pas intéressante en dépit du rêve, mais à cause de lui et de ce qu’il nous dit sur l’individu royal et chrétien qu’est Charles IV dans ce texte. Au sein de ce texte, le rêve s’inscrit dans une série de quatre miracles : l’échec de la tentative de poison contre Charles et sa suite en 1331 à Pavie, la conjuration des Véronais contre lui en 1332 (une hostie se retrouve inexplicablement aux pieds d’un conjuré, qu’elle désigne, dans l’église), la vision prémonitoire de Terenzo en 1333 et la visite entre veille et sommeil d’un esprit, accompagnée de la lévitation des gobelets dans une chambre où repose Charles à Prague en 1334. Il existe donc pour chaque année un fait miraculeux. Les deux premiers ont à voir avec le jeûne, l’hostie, la communion, le sacrement premier par conséquent aux yeux du roi qui va développer tout au long de sa vie un véritable culte de l’hostie ; le deuxième ensemble concerne la capacité visionnaire du roi, l’accès à une autre forme de la réalité à laquelle son père n’accède pas. Mais le rêve de Terenzo et celui de Prague sont cependant liés aux sacrements : Charles demande en songe à l’ange si Gigues a pu se confesser et à Prague il prie sur la croix pour chasser le démon. Parallèlement, chaque épisode renvoie à une conception de l’autorité royale et à ce qui pourrait la ruiner : le poison, la conjuration, le péché, la boisson et le démon. Tout repose bien sur une construction serrée du récit et sur un emboîtement des faits miraculeux et des songes. Pour reprendre la métaphore initiale du miroir et de la double vie qui ouvre la Vita, celui qui est vu dans le miroir et ne va pas au-delà est un roi sans pouvoir et un chrétien à l’existence vide, celui qui voit et prévoit, tant pour déjouer la conspiration que pour interpréter ses rêves, est à la fois le bon roi et le vrai chrétien32.

  • 33 Jean-Claude Schmitt, « Les rêves de Guibert de Nogent », art. cit., p. 291.
  • 34 Id., « Le sujet du rêve », art. cit., p. 306, et Les revenants. Les vivants et les morts dans la s (...)
  • 35 Walter Lammers, « Unwahres oder Verfälschtes in der Autobiographie Karls IV », dans Fälschungen im (...)

16« Dans les sociétés traditionnelles, le rêve n’est jamais réductible à un acte du psychisme individuel33 ». Dans la société médiévale il relie les vivants et les morts34, le ciel et la terre (et invite à la conversion), le père et le fils. Il produit également, dans cette même société, un discours politique sur la royauté : le savoir du rêve est relié au pouvoir. C’est peut-être là la grande nouveauté introduite depuis le xiiie siècle. Le rêve de 1333 rappelé en 1346-1350 annonce un nouveau roi, Charles, et la réinstallation de sa dynastie sur le trône des Romains (la Vita ne s’achève-t-elle pas au chapitre xx par son élection comme Rex Romanorum puis se tait ?). Charles est roi (alors même qu’il ne l’est pas encore quand il rêve en 1333, mais l’est déjà en 1346-1350 quand il écrit) parce qu’il rêve et sa Vita est « vraie35 » non pas en dépit mais à cause du rêve. Son rêve est bien l’occasion d’une connaissance approfondie du sujet pour peu que l’on restitue et l’un et l’autre dans un schéma approprié : un savoir pour les médiévistes, un savoir pour cet homme médiéval qui s’est vu et s’est rêvé en roi et en sujet chrétien.

Le rêve de Charles IV à Terenzo, Cod. Ser. 2618, f° 77 (1472), Österreichische Nationalbibliothek, Vienne.

Notes

1 À une trentaine de kilomètres au sud-est de Parme.

2 Cet épisode célèbre du chapitre vii s’intercale chronologiquement à contretemps entre le chapitre vi qui traite d’événements survenus entre avril et juin 1333 et le chapitre viii qui renvoie à des événements survenus entre juillet et octobre 1333. Ce décalage détache d’autant plus fortement l’importance du rêve prémonitoire de Terenzo.

3 Guigues VIII de Vienne, fils de Jean II et de Béatrice d’Anjou, la sœur du roi Charles Robert de Hongrie (1307-1342). Charles était apparenté à Guigues par le roi de Hongrie puisque Charles Robert était marié à Béatrice, la sœur de Jean de Bohême et par conséquent la tante de Charles ; mais aussi par le frère de Jean II de Vienne (le père de Guigues), Hugues, qui était le gendre de Marie de Brabant (Hugues avait épousé la fille de Marie, une prénommée Marie !), la sœur de Marguerite de Brabant, c’est-à-dire la grand-mère de Charles. Dans sa description des liens de parenté dynastique, Charles a raison pour la mère de Guigues mais se trompe pour sa grand-mère en confondant Jean et Hugues… Le Dauphin trouva la mort le 28 juillet 1333, succombant à une blessure reçue la veille lors du siège du château de La Perrière en Savoie (soit 18 jours avant la scène du rêve). Le décalage entre l’événement et le rêve montre indirectement que la nouvelle de la mort du Dauphin n’était pas parvenue en Italie 18 jours plus tard.

4 Sur Charles IV l’essentiel de la bibliographie moderne date du six-centième anniversaire de sa mort en 1978 : Beate Frey, Pater Bohemiae – Vitricus Imperii. Böhmens Vater, Stiefvater des Reichs. Kaiser Karl IV. in der Geschichtsschreibung, Berne, 1978 ; Hans Patze (dir.), Kaiser Karl IV. 1316-1378 : Forschungen über Kaiser und Reich, Neustadt/Aisch, 1978 ; Ferdinand Seibt, Karl IV. Ein Kaiser in Europa 1346-1378, Munich, 1978 ; F. Seibt, Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen. Katalog der Ausstellungen Nürnberg und Köln 1978-1979, Munich, 1978 ; Heinz Stoob, Kaiser Karl IV und seine Zeit, Graz, 1990. On peut également signaler le catalogue de l’exposition qui s’est tenue à Prague, du 16 février au 21 mai 2006 : Karl IV., Kaiser von Gottes Gnaden in Prag, Jiri Fajit et Markus Hörsch (dir.), Munich/Berlin, 2006. On peut consulter en français : Francis Rapp, Les origines médiévales de l’Allemagne moderne. De Charles IV à Charles Quint (1378-1519), Paris, 1989 et Jörg K. Hoensch, Histoire de la Bohême, Paris, 1995.

5 Ce titre est un abus de langage. Comme la plupart des œuvres médiévales, ce texte ne comporte pas de titre. Le terme de Vita est retenu par commodité pour faire référence à la tradition médiévale de la « Vita sua » et parce que Charles IV lui-même débute son texte par la phrase suivante : « À ceux qui siègeront après moi sur mon double trône, je souhaite de reconnaître les deux formes de vie sur terre et de choisir la meilleure d’entre elles » (chap. i). De même le chapitre iii commence-t-il par ces mots : « Je souhaite maintenant vous raconter par écrit ma vie vaine et folle depuis le début de mon passage sur terre, afin de vous servir d’exemple. » Sur la Vita : Eugen Hillenbrand, « Die Autobiographie Karls IV. Entstehung und Funktion », Blätter für deutsche Landesgeschichte, 114, 1978, p. 39-72.

6 Toutes les éditions s’appuient sur le manuscrit premier, mais qui n’est pas autographe, conservé à la Bibliothèque nationale de Vienne, le Codex 556 : Johann Friedrich Böhmer, Vita Karoli quarti imperatoris, Stuttgart, 1843 ; Josef Emler, Vita Karoli quarti imperatoris, Prague, 1882. Cette édition comprend l’édition d’une traduction en vieux-tchèque réalisée au xvie siècle (Ambrosius von Ottersdorf, 1555) et une édition partielle de l’une des deux traductions allemandes du xve siècle, celle du manuscrit de Breslau (Stadtbibliothek, cod. 304). C’est cette édition du texte latin de Vienne par Emler qui a servi de base aux éditions et traductions du xxe siècle. Kurt Pfisterer et Walther Bulst, Karoli IV Imp. Rom. Vita ab eo ipso conscripta, Heidelberg, 1950. Avec traduction allemande : Eugen Hillenbrand, Vita Caroli quarti. Die Autobiographie Karls IV., Stuttgart, 1979 (version qui revoit et corrige la traduction de Ludwig Oelsner, Kaiser Karls IV. Jugendleben von ihm selbst erzählt, Leipzig, 1885, elle-même retravaillée par Anton Blaschka, Kaiser Karls IV. Jugendleben, Weimar, 1956). Avec traduction anglaise : Balazs Nagy et Frank Schaer, Karoli IV Imperatoris Romanorum Vita ab eo ipso conscripta et Historia nova de sancto Wenceslao martyre. Autobiography of Emperor Charles IV and his Legend of St. Wenceslas, Budapest, 2001. Avec traduction tchèque : Jakub Pavel et Bohumil Ryba, Vita Karoli Quarti. Karel IV. : vlastní životopis, Prague, 1978.

7 Cette traduction, dont le présent extrait du chapitre vii est un passage, a été réalisée par Pierre Monnet et Jean-Claude Schmitt au cours d’un séminaire de l’EHESS ouvert en 2005-2006. Elle est maintenant achevée et sera très prochainement publiée.

8 Né en 1292, abbé de Fécamp, archevêque de Rouen, chancelier de Philippe VI, cardinal à Avignon depuis 1338, pape de 1342 à 1352.

9 La présence de Charles à la cour de France entre 1323 et 1330 faisait bien partie d’un plan de rapprochement de son père Jean de Luxembourg après les dissensions qui avaient opposé les Capétiens à l’empereur Luxembourg Henri VII.

10 Raymond Cazelles, Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg, roi de Bohême, Paris, 1947 ; Michel Margue, Un itinéraire européen. Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohême 1296-1346, Bruxelles, 1996 ; Michel Pauly (dir.), Johann der Blinde. Graf von Luxemburg, König von Böhmen 1296-1346, Luxembourg, 1997. Sur les Luxembourg : Jörg K. Hoensch, Die Luxemburger. Eine spätmittelalterliche Dynastie gesamteuropäischer Bedeutung 1308-1437, Stuttgart, 2000.

11 Voir l’article « Traum » dans le Lexikon des Mittelalters, Stuttgart, 1999, vol. 8, col. 962-964.

12 Jean-Claude Schmitt, « Les rêves de Guibert de Nogent », dans id., Le corps, les rites, les rêves, le temps, Paris, 2001, p. 262-294.

13 Sur le difficile problème de l’« autobiographie » médiévale : Georg Misch, Geschichte der Autobiographie, Francfort-sur-le-Main, 1949-1967 ; L’autobiografia nel Medioevo, Spoleto, 1998 ; Klaus Arnold, Sabine Schmolinsky et Urs Martin Zahnd (dir.), Das dargestellte Ich. Studien zu Selbstzeugnissen des späteren Mittelalters und der frühen Neuzeit, Bochum, 1999 ; Jean-Claude Schmitt, « La découverte de l’individu : une fiction historiographique ? », paru d’abord dans La fabrique, la figure et la feinte, Paris, 1989 et repris dans Le corps, les rites…, op. cit., p. 242-262 ; id., La conversion d’Hermann le Juif. Autobiographie, histoire et fiction, Paris, 2003.

14 Flaminia Pichiorri, « L’autobiographie de Charles IV. Essai d’analyse lexicale », Histoire et mesure, 18, 2003, p. 335-374.

15 Jan A. Aertsen et Andreas Speer (dir.), Individuum und Individualität im Mittelalter, Berlin, 1996 ; Richard Van Dülmen, Die Entdeckung des Individuums 1500-1800, Francfort-sur-le-Main, 1997 ; id., Entdeckung des Ich. Die Geschichte der Individualisierung vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Cologne, 2001 ; Aaron J. Gourevitch, La naissance de l’individu dans l’Europe médiévale, Paris, 1997 ; Peter von Moos (dir.), Unverwechselbarkeit. Persönliche Identität und Identifikation in der vormodernen Gesellschaft, Cologne, 2004 ; Brigitte Miriam Bedos-Rezak et Dominique Iogna-Prat (dir.), L’individu au Moyen Âge. Individuation et individualisation avant la modernité, Paris, 2005.

16 C’est bien la question cruciale posée par Jacques Le Goff dans son Saint Louis, Paris, 1996 (voir aussi Les propos de Saint Louis, présentés par David O’ Connell, Paris, 1974). Sur ce problème, voir le compte rendu d’Alain Boureau, « Un royal individu », Critique, 593, octobre 1996, p. 845-857. Poursuivre par Michel Zink, La subjectivité littéraire. Autour du siècle de Saint Louis, Paris, 1985.

17 Peter Dinzelbacher, « Der Traum Kaiser Karls IV. », dans Agostino Paravicini Bagliani et Giorgio Stabile (dir.), Träume im Mittelalter. Ikonologische Studien, Stuttgart, 1989, p. 161-170. Plus généralement, Tullio Gregory (dir.), I sogni nel medioevo, Rome, 1985 ; Maria Elisabeth Wittmer-Butsch, Zur Bedeutung von Schlaf und Traum im Mittelalter, Zurich, 1987 ; Rudolf Hiestand, Traum und Träumen : Inhalt, Darstellung, Funktionen einer Lebenserfahrung in Mittelalter und Renaissance, Düsseldorf, 1994.

18 Jacques Le Goff, « Les rêves dans la culture et la psychologie de l’Occident médiéval », dans id., Pour un autre Moyen Âge, Paris, 1977, p. 299-306, ici p. 300. Du même auteur, chapitre « Les rêves » dans L’imaginaire médiéval, Paris, 1985, repris dans Un autre Moyen Âge, Paris, 1999, p. 421-770, ici p. 687-752. Enfin, toujours de Jacques Le Goff, article « Rêves », Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, p. 950-968.

19 Sur le latin et l’emploi des temps dans la Vita : Fidel Rädle, « Karl IV. als lateinischer Autor », dans Ferdinand Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen. Katalog der Ausstellungen Nürnberg und Köln 1978-1979, Munich, 1978, p. 253-260.

20 Il la visitera et la consacrera en juillet 1355 pendant son voyage de retour du couronnement impérial à Rome (Ellen Widder, Itinerar und Politik. Studien zur Reiseherrschaft Karls IV. südlich der Alpen, Cologne/Weimar, 1993, p. 408 et 440).

21 Le 7 octobre 1343 Charles fonda dans la cathédrale Saint-Guy de Prague, sur le modèle de la chapelle du roi de France (l’antiphonaire des Heures de Marie est évoqué dans le chapitre iii de la Vita pendant le séjour du jeune Charles en France), un collège de 24 chanoines, confirmé par Clément VI en 1344, et chargé de lire les Heures de la Vierge. La suite de la Vita de Charles ne mentionne pourtant à aucun moment cette fondation.

22 Eva Schlottheuber, « Die Autobiographie Karls IV und die mittelalterlichen Vorstellungen vom Menschen am Scheideweg », Historische Zeitschrift, 281, 2005, p. 561-591.

23 Qui veut bien dire dévoilement et révélation.

24 « Les rêves », dans L’imaginaire médiéval, op. cit., p. 950.

25 Illustration dans Peter Dinzelbacher, Himmel, Hölle, Heilige. Visionen und Kunst im Mittelalter, Darmstadt, 2002, p. 77. Voir reproduction en fin d’article.

26 Christian Heck, L’échelle céleste dans l’art du Moyen Âge. Une histoire de la quête du ciel, Paris, 1997.

27 Jacques Le Goff, La naissance du purgatoire, Paris, 1981.

28 Cité par Jean-Claude Schmitt, « Le sujet du rêve », dans id., Le corps, les rites…, op. cit., p. 295-315, ici p. 300. Cette focalisation sur les parties génitales n’est bien sûr pas sans rappeler le rêve de Terenzo, sauf que Charles IV n’est pas moine.

29 Matthieu, 19, 12 : « Il y a des eunuques qui se sont faits eux-mêmes eunuques pour le royaume des cieux. »

30 Grégoire le Grand, Dialogues, I, 4, 1-3, éd. par Adalbert de Vogüé, vol. II, p. 39, Paris, 1979.

31 « Post hec cum membra sua sopori traderet supervenit illi fortis imaginacio de faciendo omelia super evangelio “Simile est regnum celorum thesauro abscondito in agro” quod legitur in die sancte Ludmille. Et evigelans de sompno dictavit et scripsit ut sequitur » (Josef Emler, éditeur de la Cronica dans la collection des Fontes Rerum Bohemicarum, t. IV, Prague, 1884, p. 507).

32 Bernd-Ulrich Hergemöller, Cogor adversum te. Drei Studien zum literarisch-theologischen Profil Karls IV und seiner Kanzlei, Warendorf, 1999.

33 Jean-Claude Schmitt, « Les rêves de Guibert de Nogent », art. cit., p. 291.

34 Id., « Le sujet du rêve », art. cit., p. 306, et Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, 1994.

35 Walter Lammers, « Unwahres oder Verfälschtes in der Autobiographie Karls IV », dans Fälschungen im Mittelalter, Hanovre, 1988, vol. 1, p. 339-376.

Table des illustrations

Légende Le rêve de Charles IV à Terenzo, Cod. Ser. 2618, f° 77 (1472), Österreichische Nationalbibliothek, Vienne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5329/img-1.png
Fichier image/png, 3,7M

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540