Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théâtre et politique

 | 
Ioana Galleron

Deuxième partie. Décalages du politique

« Wie Shakespeare’s Helden » [« Comme des héros de Shakespeare »] : Frank V. de Friedrich Dürrenmatt ou le crépuscule politique1

Frédérique Mengard

Texte intégral

  • 1 Note liminaire : toutes les références à la pièce de Dürrenmatt sont empruntées à l’édition Diogene (...)
  • 2 Dürrenmatt F., Frank V., p. 11 [Comme des héros de Shakespeare].
  • 3 Dürrenmatt F., « Die Richtlinien der Regie », in Frank V., op. cit., p. 153. [Il s’agissait de mett (...)
  • 4 Ibid. [Frank Cinq est aussi mauvais banquier que Richard III est mauvais souverain. Tous deux sont (...)

1Friedrich Dürrenmatt a fréquemment affirmé la filiation de son théâtre avec celui de Shakespeare, au regard notamment de l’ambiguïté de ses personnages qui s’illustrent souvent sous des traits grotesques, les plaçant d’une certaine façon en marge d’un héroïsme classique. Jamais il n’a défini ce lien en considération d’une pièce de Shakespeare en particulier. Outre les réécritures par Dürrenmatt de King John et de Titus Andronicus, la pièce que Dürrenmatt associe cependant le plus explicitement au théâtre de Shakespeare est Frank V. dont le premier tableau s’intitule « Wie Helden von Shakespeare2 » et à propos de laquelle l’auteur affirme : « Es ging darum, Frank den Fünften als das zu inszenieren, was das Stück ist : Als eine moderne Anknüpfung an Shakespeare und nicht als eine an Brecht3. » Multiples sont les rapprochements possibles entre Frank V. et les nombreuses pièces de Shakespeare, et Dürrenmatt lui-même dresse de succinctement un parallèle entre les personnages de Frank V. et celui de Richard III – « Frank der Fünfte ist ebenso schlechter Bankier wie etwa Richard der Dritte ein schlechter Herrscher, beide sind Ungeheuer, beide Verbrecher4. »

2Nous nous proposons ici d’interpréter et d’analyser Frank V. comme une réécriture de Henry IV. Les deux pièces ont toutes deux pour personnage central l’héritier d’une lignée, de rois chez Shakespeare, de banquiers chez Dürrenmatt, présenté comme indigne de ses ancêtres. Le point d’intersection entre Frank V. et Henry IV est la représentation du pouvoir : pouvoir politique, chez Shakespeare, pouvoir économique, chez le dramaturge suisse. Un tel renversement se manifeste en particulier au regard du type ambigu d’héroïsme qui se dessine dans Frank V. et qui apparaît comme une déconstruction du modèle de l’héroïsme classique. L’identification grotesque du personnage dürrenmattien au héros princier shakespearien illustre la désagrégation du lien séculaire unissant esthétique, éthique et politique ; elle représente ainsi le déplacement, au XXe siècle, du centre de gravité du pouvoir, celui-ci ne s’exerçant plus dans la sphère politique mais dans celle, opaque, désincarnée, fragmentée et mondialisée de l’économie et de la finance. C’est donc à la lumière de trois thèmes, celui de l’héritier dégénéré, celui du code de l’honneur et celui de l’argent, thèmes communs aux deux pièces Frank V. et Henry IV, que nous nous proposons de mettre au jour cette mutation du pouvoir politique en pouvoir économique.

L’héritier « dégénéré »

  • 5 Ibid. [Un drame royal shakespearien est l’histoire d’une monarchie, Frank V est l’histoire d’une fi (...)

3Dürrenmatt et Shakespeare se rencontrent dans la représentation de l’univers théâtral selon un mode hiérarchique propre à leurs époques respectives et la mise en question du sommet de cette hiériarchie : « Ein Königsdrama Shakespeares ist die Geschichte einer Monarchie, Frank der Fünfte die Geschichte einer Firma, hier wie dort sind die Menschen eingestuft in eine Hierarchie5. »

4Henry IV, pièce maîtresse de la deuxième tétralogie historique de Shakespeare, trace l’itinéraire de l’héritier de la couronne d’Angleterre, le futur Henry V, vainqueur des Français à Azincourt, depuis la taverne d’Eastcheap où il déshonore sa lignée et son rang en menant une vie dissolue, jusqu’à son couronnement où il surprend la Cour en bannissant Falstaff, son ancien compagnon de débauche. Partagé entre vice et vertu, il commence par se livrer à une vie déréglée à Eastcheap avant de rejoindre la Cour et d’embrasser les valeurs chevaleresques en se rachetant sur divers champs de bataille.

5Un personnage principal écartelé entre deux systèmes de valeurs et indigne de son ascendance, c’est aussi ce que met en scène Dürrenmatt dans Frank V. Le personnage éponyme, dans sa longue lamentation du tableau 9, reconnaît son inaptitude à égaler ses ancêtres. Sa femme Ottilie à la fin du tableau 3 et le chœur introduisant le tableau 4 déplorent la dégénérescence de la dynastie de banquiers, autrefois puissante et menacée de s’éteindre avec sa cinquième génération :

  • 6 Friedrich Dürrenmatt, Frank V., op. cit., p. 20 [Frank V […] L’époque qui t’a vu naître est révolue (...)

Frank der Fünfte. […] Die Zeit, die dich prägte, ist versunken. Dein Vater regierte die Wallstreet, dein Großvater hatte ganz China in Händen, du vermochtest am Ende deiner Herrschaft nicht einmal mehr ein mittleres Elektrizitätswerk zu finanzieren. Deine Macht schwand, und dein Herz brach. Damit erlosch deine Dynastie
So sinken Dynastien,
Verstummen, die da schrien
[…]
O Fünfter Frank, wie mächtig
War dein Geschlecht
[…]6

6Tout comme le jeune prince de Shakespeare, l’héritier de la pièce de Dürrenmatt, ainsi que ses propres héritiers eux-mêmes, Herbert et Franziska, sont confrontés au choix de l’un des deux systèmes opposés, celui du vice et celui de la vertu, incarnés eux aussi par deux groupes de personnages : sa femme Ottilie et le chef du personnel Richard Egli, d’une part, représentants de la corruption, son fondé de pouvoir et ami Böckmann, d’autre part, partisan de l’honnêteté et de la loyauté. La faiblesse de Frank et son indignité résident toutefois, nous l’avons déjà établi, dans son mode de vie vertueux se manifestant dans son goût pathologique pour la littérature, dans son altruisme et sa conscience scrupuleuse, contrastant avec les pratiques mafieuses instaurées par ses ancêtres. Le contre-monde qu’est celui de la banque avec sa contre-morale livrent ainsi un tableau inversé du rapport qu’entretient le prince dans Henry IV avec les valeurs de l’héroïsme. Si tous deux manquent au code de l’honneur en vigueur dans leurs univers respectifs, celui qui tient lieu de norme chez Dürrenmatt relève d’une éthique inversée. Tout comme Hal, Frank V ne sait pas garder le rang, mais ce rang correspond à un système de valeurs perverties.

Le code de l’honneur

  • 7 « À la mort du Roi, il se soumet à l’autorité du Chief Justice, qui se substitue au père défunt à c (...)

7Cette éthique inversée, Dürrenmatt la fonde sur un code de l’honneur perverti. Celui de l’univers shakespearien repose sur des valeurs représentées et prônées par le monde de la Cour et que le jeune prince Henry finira par embrasser en tournant définitivement le dos à la vanité et à la débauche en se défaisant de Falstaff7. Le code auquel Frank V ne parvient pas à se conformer, au contraire, est celui de la corruption dont est pénétrée toute l’organisation bancaire dont il est l’héritier. Il importe de souligner le fait que si Hal réalise une conversion spectaculaire et inattendue à d’autres valeurs à la fin de la pièce, chez Dürrenmatt, table rase est faite des valeurs défendues par Frank V par l’irruption inopinée de ses enfants instaurant un ordre nouveau.

8Aux antipodes du courage et de la recherche de la gloire qui constituent les vertus de la chevalerie et de son héroïsme, le code de l’honneur dans Frank V. est régi par le meurtre, le vol et la loi du silence. Le héraut de ces contre-valeurs se présente comme l’exact opposé du valeureux Hotspur, héroïque sauveur du royaume d’Angleterre dans la pièce de Shakespeare, dont la vertu s’inscrit en contrepoint du vice auquel s’adonne le jeune prince aux côtés de Falstaff : Egli, le chef du personnel, tel un anti-Hotspur ou un Hotspur perverti, est un assassin, la seule véritable crapule parmi des geignards sans envergure, agissant par passion et sous l’impulsion de sa force vitale. Il devient de la sorte le superbe représentant de ce code de l’honneur, le modèle de l’héroïsme inversé qui y prévaut. Le représentant du système de valeurs antithétiques à ce code de l’honneur mafieux est, non pas un débauché sans foi ni loi comme Falstaff, mais un malfrat repenti dont l’unique aspiration était de fonder une famille honnête et qui, désespéré à l’article de la mort, lance à Frank V :

  • 8 « Rien de tout cela n’était nécessaire, […] même pas la plus minime des duperies, même pas le moind (...)

Nichts war notwendig, […] nicht der kleinste Betrug, nicht ein einziger Mord. […] In jeder Stunde hätten wir umkehren können, in jedem Augenblick unseres bösen Lebens. Es gibt kein Erbe, das nicht auszuschlagen wäre, und kein Verbrechen, das verübt werden muß. Wir waren frei, […] in Freiheit erschaffen und der Freiheit überlassen8 !

  • 9 Dürrenmatt F., « An die Kritiker Franks des Fünften », in Frank V., op. cit., p. 162. [L’homme pour (...)

9Dürrenmatt écrit à propos de cette scène qu’il considère comme la plus révélatrice de son intention théâtrale : « der Mann, für den der Geist ein Genußmittel ist, begegnet dem Manne, der den Geist aus Verzweiflung sucht9 ». Le monde de l’esprit, c’est ce vers quoi Frank V se tourne par plaisir et par incapacité à répondre au code de l’honneur de l’organisation mafieuse dont il est l’héritier dégénéré ; c’est ce vers quoi se tourne Böckmann, non par plaisir, mais par dénégation et refus des pratiques de la banque. Aussi peut-on affirmer que Böckmann apparaît comme un double inversé de Falstaff. Comme le jeune Hal, qui oscille entre l’héroïsme guerrier de Hotspur et la vanité de Falstaff, Frank V est confronté à l’opposition entre vice et vertu, entre la liberté crapuleuse d’Egli et la conversion courageuse à l’honnêteté de Böckmann.

  • 10 Pauline Ruberry-Blanc parle à cet égard de « mise en question du tableau hiérarchique » officialisé (...)
  • 11 « Das Bühnenbild : In der Mitte der Bühne auf einigen Stufen ein riesiges Bankportal, von zwei Atla (...)
  • 12 Frank V., p. 31. [De la tisane expectorante, de l’eau de Vichy, du Muesli : on se croirait dans un (...)

10L’opposition des valeurs et des personnages sur laquelle est construite la tragédie de Shakespeare et qui se reflète de manière inversée dans la comédie grotesque de Dürrenmatt, prend également appui sur une opposition topologique présente elle aussi chez Dürrenmatt. Face à l’univers typiquement tragique de la Cour, porteur des valeurs de l’héroïsme, Shakespeare met la taverne d’Eastcheap, lieu du vice et de la débauche où le jeune prince sort de son rang et se livre au déshonneur carnavalesque10. C’est un schéma identique dont use Dürrenmatt, mais là encore selon un mode inversé. Frank V. se structure sur l’antagonisme entre deux lieux représentatifs des deux systèmes de valeurs, la banque et le café « Chez Guillaume », un antagonisme très nettement visible dans l’architecture de l’espace scénique, comme l’indique la didascalie du début de la pièce11. La banque, imitation inversée de la Cour avec son mode d’organisation hiérarchique, n’est plus le sanctuaire des vertus héroïques et de l’honneur et, de ce fait, n’est plus le lieu de convergence de l’éthique, de l’esthétique et du politique, mais la véritable sphère du vice et s’impose, dès lors, par la désesthétisation du pouvoir, comme lieu de la toute-puissance économique. Miroir inversé de cet univers mafieux et inversion de la taverne chez Shakespeare, le café « Chez Guillaume » n’est plus l’antre de la débauche, mais le lieu d’expression des aspirations vertueuses des employés de la banque. N’y sont d’ailleurs pas recherchés le plaisir et l’excès, mais s’y manifestent au contraire des préoccupations hygiénistes : les personnages y consomment yaourt, tisane à la camomille, infusion expectorante, biscottes, et Frieda Fürst d’y adonne au tricot en rêvant à une famille. Un monde d’extrême vertu qui fait dire à Egli exaspéré : « Brusstee, Vichywasser, Birchermüsli : Wie in einem Sanatorium geht’s zu12. »

11Frank V. a aussi en commun avec Henry IV le thème typiquement grotesque – et carnavalesque – du travestissement : sur le champ de bataille, Falstaff fait le mort pour se soustraire au devoir guerrier, tout comme Frank V se fait passer pour mort dans le but de liquider l’entreprise familiale qu’il est devenu incapable de perpétuer. Ou encore, Falstaff s’appropriant la gloire d’avoir vaincu Hotspur et portant le masque de l’héroïsme trouve une résonance dans le travestissement de Frank V en prêtre dont il emprunte le costume pour sortir de sa retraite.

  • 13 Il définit en ces termes ce qu’il appelle le « catéchisme de l’honneur » : « What is honour ? A wor (...)
  • 14 Frank V., p. 35. [Loyauté, loyauté / Rêve d’une vie / Nous t’espérons en vain].

12Enfin, quelle que soit l’expression que prend l’inversion, et notamment par le biais de l’opposition topologique, ce principe grotesque semble répondre aux mêmes intentions chez Shakespeare et chez Dürrenmatt. Ainsi, les valeurs prônées à la Cour dans Henry IV sont soumises à un examen critique à la taverne qui semble remplir la même fonction de renversement de l’ordre et du pouvoir et la même fonction de contestation qu’est le carnaval. La royauté – et à travers elle le politique – y est constamment tournée en dérision, une dérision et une mise à mal renforcées par la présence d’un prince dans la taverne mal famée. Et c’est principalement cette vertu cardinale qu’est l’honneur qui y est soumise à un examen critique. La taverne, lieu du divertissement et du jeu, fournit au futur roi le recul nécessaire à une mise en question des valeurs du monde historique et du pouvoir politique. Ainsi l’honneur se trouve-t-il démythifié et démystifié par les propos de Falstaff, le vantard-couard, au regard duquel l’excès d’héroïsme de Hotspur apparaît presque ridicule13. Sont là déjà présentes les prémisses d’une mise en question de la représentation classique du tragique. De manière semblable sont soumises à un examen critique au café « Chez Guillaume » les pratiques mafieuses de l’organisation bancaire dans la pièce de Dürrenmatt. Pendant leurs pauses de travail et entre deux crimes, les employés de ce collectif de tueurs se laissent aller, dans de longues lamentations, à exprimer leur désir de respectabilité et d’humanité et se racontent les histoires d’individus honorables. Réunis en chœur, ils appellent de leur vœux cette honorabilité : « Anständigkeit, Anständigkeit / Traum des Lebens / Deiner harren wir vergebens14. » Comme à la taverne d’Eastcheap, au café « Chez Guillaume » est créé l’espace nécessaire à la prise de distance envers un certain mode de fonctionnement du monde.

  • 15 Cf. Broch H, Massenpsychologie. Schriften aus dem Nachlass, Rhein-Verlag, 1959.
  • 16 Frank V., p. 127.

13Mais si les aspirations vertueuses des employés de la banque fonctionnent en contrepoint du monde de vice et de corruption symbolisé par la dynastie Frank, celles-ci ne constituent pas pour autant un modèle de valeurs digne d’être imité tout comme la critique de l’héroïsme excessif chez Shakespeare n’appelle pas à la couardise et à la débauche. Dès qu’il s’agit de combattre, le futur roi, le Hal de la taverne, refuse de suivre l’enseignement de son compagnon de débauche, et leurs chemins divergent à l’arrivée sur le champ de bataille. C’est que le prince, en subvertissant l’idée de l’honneur telle qu’elle est prônée à la Cour et en tournant le dos à la voie que lui propose Falstaff, se veut le représentant d’une nouvelle conception, pragmatique, de l’honneur et du pouvoir. De même, le désir d’honorabilité et de loyauté dans Frank V. ne constitue pas une réponse aux pratiques criminelles de la banque ; elles sont, au contraire, tournées en dérision et constituent une parabole grotesque de la représentation traditionnelle de l’honneur : est l’objet des aspirations des employés de la banque non pas le courage et le respect du rang ou la quête de la gloire, mais l’idéal petit-bourgeois et individualiste de respectabilité, manifestant, de ce fait, le retrait de la conscience politique et la désacralisation du pouvoir. À la loi du silence ne répond pas la volonté de rétablissement de l’honneur et de la force d’âme, de resacralisation du pouvoir, mais le repli sur soi dans une existence terne et sans prestige, expression du Wertevakuum diagnostiqué par Hermann Broch15. Toutefois la parabole de ce collectif de criminels trompe les attentes du spectateur par l’irruption de Herbert et Franziska, les enfants et successeurs de Frank et Ottilie. Élevés aux valeurs de l’humanisme dans l’espoir de sauver l’honneur de leurs parents, ceux-ci offrent pour résolution à l’opposition du vice et de la ridicule vertu non pas le spectacle de l’héroïsme, mariage parfait de l’éthique et de l’esthétique, mais celui du vice le plus froid et le plus sournois, c’est-à-dire le masque de l’honneur, village Potemkine de la morale. Herbert, héritier de Frank V, devient Frank VI qui assainit l’entreprise à la réputation entachée par les pratiques traditionnelles en employant la stratégie de la « loyauté brutale » – « die brutale Anständigkeit16 » – la seule stratégie adaptée à l’époque. C’est ce qui fait dire à Egli, lui aussi commentateur du drame :

  • 17 « Il ne s’agit plus d’assassiner, mais d’encaisser : / Car seule l’honorabilité mène encore aux des (...)

Es wird nicht mehr gemordet, es wird einkassiert :
Weil nur noch Ehrlichkeit zum finstren Ziele führt
17.

Guerre et commerce : la stratégie de l’honneur et du déshonneur

14L’identification de Frank V. à Henry IV peut être enfin réalisée sur la base d’une troisième thématique, incluant les deux précédentes, celle d’une représentation du pouvoir, thème tragique par excellence, par le biais de la thématique du commerce, ou plutôt de la substitution du topos du commerce à celui proprement et traditionnellement tragique, mais aussi et surtout politique, de la guerre. Aussi la conception de l’honneur qui en découle est-elle utilitariste chez Dürrenmatt, comme le signale la remarque finale d’Egli, mais elle l’est aussi déjà chez Shakespeare, fait remarquable dans une tragédie classique et étonnamment moderne, puisqu’il ne réapparaîtra véritablement qu’au XXe siècle sous la plume de Brecht en particulier.

  • 18 Ibid. I, 2, p. 203. [Lorsque je tournerai le dos à cette vie débridée.]
  • 19 Ibid., I, 2, p. 210-211. [Je me conduirai mal, mais par habileté, / Et ferai mon salut sans qu’on l (...)
  • 20 Cf. Willems M., op. cit., p. 57 [un Mercure qui sait prendre des allures de Mars].

15Les rapports du jeune prince au pouvoir, qui se manifestent dans le devoir guerrier, sont souvent illustrés dans l’écriture shakespearienne par des images mercantiles et par la métaphore commerciale. Dürrenmatt généralise la métaphore pour en faire le fondement même de sa parabole. Le pouvoir, qui s’exerce dans la pièce de Shakespeare par la guerre, n’entretient chez Dürrenmatt plus seulement un lien métaphorique avec l’argent : il est commerce et même guerre économique. C’est précisément par le biais de la thématique du vol et du commerce que se définit l’honneur tel que Hal le conçoit dans la pièce de Shakespeare ; il ne le considère pas comme une fin, mais comme un moyen rentable qu’il utilise pour mettre en scène son retour à la Cour. Ce retour du prince s’appuie sur une approche calculatrice dont participe son détour déshonorant par la taverne, comme le révèle son monologue programmatique dès la fin de la première scène à Eastcheap : « when this loose behaviour I throw off18 ». Sa conduite déshonorante s’inscrit dans une stratégie et n’est rien d’autre qu’un déguisement, une habile utilisation à son profit des apparences trompeuses, comme le résume magistralement le distique final : « I’ll so offend, making offend a skill, / Redeeming time when men think least I will19. » Le faux débauché attend à la taverne le moment favorable pour jeter son masque afin de mieux frapper les esprits par l’image du prince repenti. Dans diverses scènes guerrières, et notamment dans celle où il laisse Falstaff s’arroger la gloire d’avoir tué Hotspur, Hal confirme que, pour lui, l’honneur n’a d’intérêt que s’il est utile. Et face à Falstaff feignant la mort, le jeune prince méditant sur les morts héroïques et celles de vanité livre un tableau confirmant qu’il n’est attaché ni à la Chevalerie ni à la Vanité. Il met en scène un retour spectaculaire dans le monde du pouvoir et de la politique, le détour par la taverne est une stratégie en même temps qu’une éducation – c’est d’ailleurs cette dernière notion qui constitue la thématique majeure de la pièce – et le moment venu, le prince a l’habileté de jouer le jeu chevaleresque qu’attend le royaume. La référence à « Mercure ailé » dans la description faite du prince révèle d’ailleurs que celui-ci a plus d’affinités avec le dieu du commerce qu’avec celui de la guerre : Hal est « a Mercury who knows how to behave like a Mars20 ».

  • 21 Frank V., p. 71. [L’honorabilité n’est pas affaire d’âme, mais d’organisation.]

16Si Dürrenmatt ne fait pas de l’image commerciale un emploi seulement métaphorique, mais la matière même de sa parabole grotesque, les rapports des personnages à l’honneur et à sa conception utilitariste s’inscrivent dans un schéma quasiment identique dans Frank V. et dans Henry IV. Situés au point de rencontre de diverses intrigues et au cœur du réseau de correspondances qui parcourent la pièce, les personnages de Herbert et Franziska mettent en scène, tout comme Hal, une irruption spectaculaire dans le monde du pouvoir. Ceux-ci ne sont ni des gangsters à l’héroïsme perverti à la manière de leurs ancêtres, ni des apologues de la tranquillité bourgeoise et de la vertu impuissante et anémiée à laquelle aspirent les employés de la banque. Tout comme Hal qui n’embrasse ni les valeurs du vice ni celles de la chevalerie, Herbert et Franziska ne nourrissent aucun attachement à la corruption et à la vertu la plus étriquée. Comme Hal, ils connaissent un détour éducatif, non pas par un lieu de débauche, mais – là encore le principe d’inversion opérée par Dürrenmatt – par de prestigieux pensionnats où les ont inscrits sous de faux noms leurs parents et où ils ont appris que l’honneur et l’honnêteté n’ont point d’intérêt en tant que disposition du cœur (« Ehrlichkeit ist keine Angelegenheit des Innenlebens, sondern der Organisation21 »), mais doivent être mis au service du pouvoir et de l’argent.

  • 22 Frank V., p. 72. [J’ai été la maîtresse du ministre des Finances. […] Bientôt j’atterrirai dans le (...)

17Aussi, comme celle de Hal, leur conception de l’honneur s’inscrit-elle dans une stratégie destinée à instaurer une nouvelle forme de pouvoir, arborant tantôt le masque de la vertu devant leur père, incapable de les éduquer selon le modèle de leurs ancêtres, tantôt celui de la corruption en s’introduisant dans l’univers de la banque à l’insu de leurs parents et en y pratiquant, comme le code de l’honneur mafieux l’exige, le vol et le meurtre organisés. « Ich bin die Geliebte des Finanzministers geworden. […] Und nächstens werde ich im Bett des Staatspräsidenten landen22 », révèle Franziska dans la ronde macabre à laquelle elle se livre avec son frère autour des cercueils des deux prochaines victimes qu’ils s’apprêtent à sacrifier. Leur adhésion aux lois et pratiques du milieu ne sont qu’un masque, tout comme n’était qu’un masque leur docilité à l’égard des règles d’éducation vertueuse qu’a voulu leur faire inculquer Frank V à Oxford et à Montreux. Comme Hal, ils excellent à naviguer entre les deux sphères du vice et de la vertu, sans jamais se confondre avec l’une d’entre elles. Lorsqu’ils arborent le masque de la corruption, jamais ils n’agissent avec passion et conviction comme Egli ; contrairement à Frieda Fürst, la prostituée idéaliste qui espère un jour épouser Egli et agit par devoir, Franziska se prostitue par simple et froid calcul. Les deux héritiers revêtent le déguisement de gangsters et usent des apparences pour mieux préparer leur entrée et mettre en application leur credo, celui de l’honneur le plus froid et le plus dépassionné, le plus rentable et le plus payant. À la fin de la pièce, Herbert et Franziska jettent leur masque de manière inattendue et frappent les esprits en établissant une nouvelle direction, à la suite de leurs parents dont l’inaptitude à se conformer aux valeurs de leurs ancêtres ne révélait en fait que la désuétude et l’inefficacité de celles-ci. Dans la version de 1964 de la pièce, les deux héritiers révèlent leur stratégie à leurs parents en ces termes :

  • 23 Frank V., p. 137. [Herbert : Je suis navré, Papa. […] Ton crime fut d’avoir voulu liquider la banqu (...)

Herbert : Es tut mir leid, Papa. […] Dein Verbrechen war, die Bank unserer Väter liquidieren zu wollen, statt sie anders zu führen. […] Das hast du verpaßt, Papa. Aus Charakterschwäche. […] Wärst du [ein wirklicher] Schuft gewesen, hättest du mit brutaler Ehrlichkeit legal gewirtschaftet, tanzten wir jetzt immer noch im Reigen der Großbänken mit23.

  • 24 Frank V., p. 129. [Es wird nicht mehr gemordet, es wird einkassiert : Weil nur noch Ehrlichkeit zum (...)

18Frank VI n’est donc pas devenu un malfrat sauvant l’honneur périmé de sa lignée, ni un honnête homme conforme aux aspirations humanistes et tout aussi surannées de son père, mais un Mercure, certes non plus hors la loi, mais bien plus cruel et impitoyable que les hommes d’affaire crapuleux d’autrefois, un criminel pour qui le masque de l’honneur « mène aux desseins les plus sombres », car désormais « il ne s’agit plus d’assassiner, mais d’encaisser24 ».

  • 25 Frank V., p. 25, [un monde de gnomes].
  • 26 Frank V., p. 123, [[…] la justice et l’injustice s’entremêlent de façon trop subtile, je ne peux in (...)
  • 27 Frank V., p. 122. [Il me faudrait renverser l’ordre du monde tout entier.]

19La bande de petits et pitoyables gangsters qui, faute de mener à bien leurs crimes à l’extérieur avaient fini par se livrer à une guerre interne en s’entre-tuant, se trompant et se volant les uns les autres, a laissé place à la véritable guerre de l’argent, à « eine Welt von Zwergen25 », aux gnomes, ces banquiers de Zürich, tels que les surnomment les journalistes, omnipotents dans les coulisses du pouvoir économique. Une guerre dans laquelle le pouvoir politique est réduit à néant, comme le reconnaît le Président Traugott von Friedmann, représentant de l’État devenu impuissant : « […] allzu subtil greifen Gerechtigkeit und Ungerechtigkeit ineinander, nur Kleinigkeiten lassen eine Einmischung zu26 ». Condamné à la complaisance à l’égard d’un système qui le dépasse et qu’il ne peut maîtriser – « Ich müßte ja die ganze Weltordnung umstürzen27 » répond Friedmann à Ottilie le suppliant de faire condamner par la justice l’organisation bancaire et de la liquider – le détenteur du pouvoir politique n’est plus qu’une incarnation vaine et crépusculaire.

  • 28 Frank V., p. 11. [L’homme n’est pas libre, il vit des affaires / Cerné par les loups, entouré de ch (...)

20Si la pièce de Dürrenmatt s’inspire de la représentation ambiguë de l’honneur et de l’héroïsme de Henry IV, elle montre aussi que le pouvoir ne peut plus être détenu par un seul homme et que l’héroïsme ne s’inscrit que dans une conception collective du pouvoir, car celui-ci est détenu par un système tout entier, le système financier et boursier : « Der Mensch ist nicht frei, er lebt im Geschäft / Von Wölfen umstellt, von Hunden umkläfft / Im Kollektiv gefangen » clame Egli dans son commentaire programmatique du premier tableau28. Si chez Shakespeare la représentation politique, bien que remise en question à travers les manifestations de l’héroïsme, relève encore d’un seul homme, chez Dürrenmatt est posée la question tragique de la liberté dans un monde où l’action individuelle n’est plus qu’un coup d’épée dans l’eau, où le pouvoir a quitté la sphère sacrée de la Cour pour se conquérir sur d’autres champs de batailles, ceux du commerce et de la finance, où la victoire se gagne non plus en combat singulier, mais grâce à l’efficacité d’organisations opaques et tentaculaires. Ce renversement des valeurs, et donc du sacré, hisse, dès lors, l’économie au sommet de l’échelle du pouvoir.

Notes

1 Note liminaire : toutes les références à la pièce de Dürrenmatt sont empruntées à l’édition Diogenes, Zürich, 1985, la traduction du texte est faite par l’auteur de l’article. Toutes les références à la pièce de Shakespeare sont empruntées à l’édition The Arden Shakespeare, London, Methuen, 1985 (The First part of King Henry IV), 1976 (The Second Part of King Henry IV), les extraits traduits sont empruntés à l’édition de la Pléiade, Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, 1959.

2 Dürrenmatt F., Frank V., p. 11 [Comme des héros de Shakespeare].

3 Dürrenmatt F., « Die Richtlinien der Regie », in Frank V., op. cit., p. 153. [Il s’agissait de mettre en scène Frank V pour ce qu’il est : comme une référence à Shakespeare et non à Brecht].

4 Ibid. [Frank Cinq est aussi mauvais banquier que Richard III est mauvais souverain. Tous deux sont des monstres. Tous deux sont des criminels.]

5 Ibid. [Un drame royal shakespearien est l’histoire d’une monarchie, Frank V est l’histoire d’une firme ; ici comme là, les individus sont insérés dans une hiérarchie.]

6 Friedrich Dürrenmatt, Frank V., op. cit., p. 20 [Frank V […] L’époque qui t’a vu naître est révolue.
Ton père régnait sur Wallstreet, ton grand-père dominait toute la Chine, toi, tu n’es même plus capable de financer une simple centrale électrique. Ton pouvoir s’est éteint et ton cœur s’est brisé.
Ainsi sombre ta dynastie […]
Ainsi sombrent les dynasties
Se taisent ceux qui criaient
[…]
Ô Frank V, si puissante fut ta lignée]

7 « À la mort du Roi, il se soumet à l’autorité du Chief Justice, qui se substitue au père défunt à cause des valeurs qu’il représente, à la loi du pays et non pas au représentant de la rébellion incarné par son ancien compagnon Falstaff. Le rejet de Falstaff est concomitant à la politique stricte de l’État centralisateur. […] L’esprit dont le prince Hal est doté apparaît comme l’instrument verbal d’une discipline sociale qui s’entretient dialogiquement avec son Autre, indiscipliné, afin de le renier. » Ruberry-Blanc P., La Vision tragi-comique de William Shakespeare et ses précédents dans le théâtre Tudor, thèse de doctorat, université Lumière-Lyon II, mars 2000, p. 152.

8 « Rien de tout cela n’était nécessaire, […] même pas la plus minime des duperies, même pas le moindre meurtre. […] À tout moment, nous aurions pu faire demi-tour, à chaque instant de notre mauvaise vie. Il n’y a pas d’héritage qui ne puisse être refusé et pas de meurtre qui doive être perpétré. Nous étions libres, […] nous sommes venus au monde libres et avons été laissés à la liberté ! » (Frank V., p. 92.)

9 Dürrenmatt F., « An die Kritiker Franks des Fünften », in Frank V., op. cit., p. 162. [L’homme pour lequel l’esprit est une source de jouissance rencontre l’homme qui s’adonne à l’esprit par désespoir.]

10 Pauline Ruberry-Blanc parle à cet égard de « mise en question du tableau hiérarchique » officialisé « du monde » et ajoute en ce sens : « Comprenant une permutation du haut et du bas et le mélange à dessein des plans hiérarchiques, [cette mise en question] contribue à cette restructuration du cosmos de la verticale à l’horizontale autour de l’homme et du corps humain qui est magistralement exposé dans le discours de Pic de la Mirandole, Oratio de hominis dignitate (De la dignité de l’homme) sur lequel M. Bakhtine attire notre attention. » Op. cit., p. 138.

11 « Das Bühnenbild : In der Mitte der Bühne auf einigen Stufen ein riesiges Bankportal, von zwei Atlassen getragen, wie ein zweites Bühnenportal, mit einem schwarzen Zwischenvorhang. Auf dem Portalgiebel in goldenen Lettern : „Handelt, bis ich wiederkomme (Luk. 19, 13)”. Durch das Bankportal auf den Stufen entsteht eine Vorbühne, auf der ebenfalls gespielt werden kann. Die Überschriften der einzelnen Szenen können auf den Zwischenvorhang projiziert werden ». Tableau 4 : « Überblendung : Der Zwischenvorhang teilt sich. Zwischen dem Bankportal ein großer, reichgedeckter Tisch : weißes Tischtuch, Fruchtschalen, halbvolle Rotweingläser, Kognakgläser usw. Darüber hängt ein brennender Lüster. Ottilie, Frieda Fürst, Böckmann begeben sich zum Tisch, später auch die drei Schalterbeamten und Richard Egli … » Tableau 5 : « Zwischenvorhang geschlossen. Links stellt der Kellner Guillaume einen Tisch mit zwei Stühlen auf die Vorbühne, rechts wird ein Bartisch hereingeschoben. Auf dem freundlich gedeckten Tisch steht eine leere Vase. Von links Frieda Fürst, von rechts Richard Egli mit einer Rose. » Frank V., p. 11-26. [Le tableau scénique : au milieu de la scène, quelques marches en haut desquelles trône le gigantesque portail d’une banque, porté par deux Atlas formant comme un second portail scénique, avec un rideau noir. Sur le fronton est inscrit en lettres d’or : « Agissez jusqu’à ce que je revienne (Luc 19, 13). » Une avant-scène prolongeant les marches, sur laquelle peuvent jouer les comédiens. Les titres des différentes scènes peuvent être projetés sur le rideau. […] Tableau 4 : Surexposition : le rideau s’ouvre. Sous le portail, une grande table, richement ornée : nappe blanche, coupes de fruits, verres à vin à-moitié remplis, verres à cognac, etc. Au-dessus, un lustre allumé. Ottilie, Frieda Fürst, Böckmann s’installent à table, ils sont rejoints par trois guichetiers et Richard Egli. […] Tableau 5 : le rideau est fermé. À gauche, Guillaume, le serveur, installe une table et deux chaises sur l’avant-scène, à droite, on amène un comptoir de bar. Un vase vide est posé sur cette gentille table. Frieda Fürst entre par la gauche, Richard Egli par la droite, une rose à la main.]

12 Frank V., p. 31. [De la tisane expectorante, de l’eau de Vichy, du Muesli : on se croirait dans un sanatorium.]

13 Il définit en ces termes ce qu’il appelle le « catéchisme de l’honneur » : « What is honour ? A word. What is in that word honour? What is that honour? Air. A trim reckoning! Who hath it? He that died a-Wednesday. Doth he feel it? No. Doth he hear it? No. ‘ Tis insensible, then? Yea, to the dead. But will it not live with the living? No. Why? Detraction will not suffer it. Therefore I’ll none of it. Honour is a mere scutcheon, and so ends my catechism. » [Qu’est-ce que l’honneur ? Un mot. Qu’y a-t-il dans ce mot d’honneur ? Qu’est-ce que cet honneur ? Du vent. Joli bilan ! Qui le possède ? Celui qui est mort mercredi. Le sent-il ? Non. L’entend-il ? Non. Il échappe donc aux sens ? Oui, des morts. Mais, chez les vivants, ne vivra-t-il pas ? Non. Pourquoi ? La calomnie ne le souffrirait pas. Eh bien alors, je n’en ai que faire. L’honneur n’est qu’un écusson, ainsi finit mon catéchisme.] Shakespeare W., Henry IV, 1, V, 1, p. 132-137. Et sa réaction devant le cadavre de Sir Walter Blunt précise le propos : « I like not such grinning honour as Sir Walter hath. Give me life, which if I can save, so: if not, honour comes unlooked for, and there’s and end. » [Je n’aime pas l’honneur grimaçant que l’on voit à Sir Walter. Plutôt la vie pour moi, et si je peux la conserver, fort bien ; sinon, l’honneur rapplique sans qu’on l’appelle, et c’est la fin.] Ibid., V, 3, p. 56-58.

14 Frank V., p. 35. [Loyauté, loyauté / Rêve d’une vie / Nous t’espérons en vain].

15 Cf. Broch H, Massenpsychologie. Schriften aus dem Nachlass, Rhein-Verlag, 1959.

16 Frank V., p. 127.

17 « Il ne s’agit plus d’assassiner, mais d’encaisser : / Car seule l’honorabilité mène encore aux desseins les plus sombres. » (Frank V, p. 129.)

18 Ibid. I, 2, p. 203. [Lorsque je tournerai le dos à cette vie débridée.]

19 Ibid., I, 2, p. 210-211. [Je me conduirai mal, mais par habileté, / Et ferai mon salut sans qu’on l’ait escompté.]

20 Cf. Willems M., op. cit., p. 57 [un Mercure qui sait prendre des allures de Mars].

21 Frank V., p. 71. [L’honorabilité n’est pas affaire d’âme, mais d’organisation.]

22 Frank V., p. 72. [J’ai été la maîtresse du ministre des Finances. […] Bientôt j’atterrirai dans le lit du Président.]

23 Frank V., p. 137. [Herbert : Je suis navré, Papa. […] Ton crime fut d’avoir voulu liquider la banque de nos ancêtres, au lieu de la diriger autrement. […] Tu as failli, Papa. Par faiblesse de caractère. […] Si tu avais été un [vrai] gredin, tu aurais dirigé en toute légalité, avec une brutale honorabilité, et nous danserions encore dans la ronde des grandes banques.]

24 Frank V., p. 129. [Es wird nicht mehr gemordet, es wird einkassiert : Weil nur noch Ehrlichkeit zum finstren Ziele führt.]

25 Frank V., p. 25, [un monde de gnomes].

26 Frank V., p. 123, [[…] la justice et l’injustice s’entremêlent de façon trop subtile, je ne peux intervenir que dans des affaires de petite envergure].

27 Frank V., p. 122. [Il me faudrait renverser l’ordre du monde tout entier.]

28 Frank V., p. 11. [L’homme n’est pas libre, il vit des affaires / Cerné par les loups, entouré de chiens hurlants / Prisonnier de la collectivité.]

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540