Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théâtre et politique

 | 
Ioana Galleron

Deuxième partie. Décalages du politique

« Présenter au public une pièce où les grandes positions politiques d’aujourd’hui sont dessinées » : le théâtre de Julien Luchaire (1876-1962)

Laurent Broche

Texte intégral

  • 1 Paris-Soir, 3-4-40 « 300e d’« Altitude 3 200 » au théâtre Charles de Rochefort »
  • 2 Noubells J., Le Pays Libre !, 14 juin 1942.
  • 3 Godin J., « L’Équipe (1942-1948) de Pierre Dagenais », in L’Annuaire théâtral : revue québécoise d’ (...)
  • 4 Mise en scène par Georges Bécot au Théâtre Edouard Normand voir [http://www.pagescomediens.com/per (...)
  • 5 Bricaire J.-J., « Claude-André Puget ou Un poète au théâtre », disponible sur [http://www.regiethea (...)

1Un glissement de terrain oblige des jeunes filles et garçons de 16 à 24 ans à vivre plusieurs semaines dans un hôtel d’altitude abandonné mais fort bien pourvu. Certains s’aiment, d’autres se disputent, ils discutent et débattent ; il y a un drame – Magali se jette dans une crevasse car Irénée, le séminariste, refuse son amour ; à la fin alors qu’ils s’apprêtent à repartir vers le monde d’en bas, les journaux – qui ont déjà bien brodé sur leur aventure et dont ils refusent les avances – veulent l’exclusivité de leur histoire tandis qu’un cinéaste souhaite l’adapter. Telle est l’intrigue d’Altitude 3200, pièce qui « triomphe » à partir de 1937, et devient un film l’année suivante. La guerre n’entrave pas son succès : on fête la 300e en avril 19401 et la 500e en juin 19422. Elle gagne le Québec dès le 14 janvier 19433. En 1966, on la joue encore à Nantes4. Jean-Jacques Bricaire commente : « Cette pièce sur la jeunesse, avec la jeunesse, connaîtra 3 000 représentations en France, car elle sera représentée par presque toutes les compagnies d’amateurs, les jeunes ayant adopté cette comédie comme la leur et en ayant fait leur emblème5. »

2Contrairement à ce que pensaient les critiques avant de le rencontrer, l’auteur n’est pas un jeune homme, mais un sexagénaire qui, avant d’écrire du théâtre, a eu bien d’autres carrières. Universitaire, au début du siècle, il était un spécialiste reconnu de l’Italie. Rapidement, parallèlement à sa carrière académique, puis à plein temps, il a fait un beau parcours dans le domaine des relations culturelles internationales. Dès 1909, il fonde puis dirige l’Institut français de Florence. Après d’importantes fonctions auprès du ministère des Colonies puis de l’Instruction publique et sa nomination en tant qu’Inspecteur Général, il entre à la SDN en 1921. Il participe à la création de l’Institut international de Coopération intellectuelle, ancêtre de l’UNESCO, et en devient le directeur en juillet 1925 jusqu’à sa démission en 1930.

  • 6 Guerand J.-Ph., Bernard Blier, un homme façon puzzle, Paris, Robert Laffont, 2009, p. 46.
  • 7 Durant Ph., Bernard Blier : Itinéraire, Paris, Favre. SA, 2008, p. 43.

3Lorsque débute Altitude 3200, les journaux, étonnés qu’un homme de soixante ans rende de façon si réaliste la jeunesse, sont en général enthousiastes. La pièce résulte d’une « improvisation » commandée. Raymond Rouleau, ne trouvant pas dans le répertoire de vrais rôles de leur âge pour ses plus jeunes élèves, propose à Julien Luchaire, dont la petite-fille suit son cours, d’improviser un texte qui pallierait ce manque. L’amateur de randonnées alpestres imagine une sorte de naufrage montagnard. « Séduit par ce texte […], Raymond Rouleau décide finalement de le monter au théâtre de l’Étoile6. » Il y distribue quelques-uns de ses élèves dont « Rosita » Luchaire (sous le pseudonyme de Rosie Davel) et le prometteur Bernard Blier, et confie les autres rôles à de jeunes acteurs plus chevronnés. Le metteur en scène innove : « C’était la première fois qu’on voyait des comédiens jeunes jouer des rôles de jeunes […]. À l’époque, les jeunes premiers de dix-huit ans étaient le plus souvent joués par des hommes de trente-cinq ans7. »

  • 8 Luchaire J., Altitude 3200, La Petite Illustration, 1er mai 1937, p. 4 et 5.
  • 9 C’est certainement à cette scène que renvoie cette anecdote : « Dans cette pièce, il n’était quest (...)
  • 10 Sion G., Le Théâtre français d’entre-deux-guerres, Paris, Casterman, 1945, (2e éd.), p. 81-83, esti (...)
  • 11 Paris-Soir, 14/02/1937.
  • 12 Paris-Midi, 17/02/1937.
  • 13 Fréjaville G., Journal des débats politiques et littéraires, 20/02/1937.

4 Altitude 3 200 offre une double dimension politique. La première tient à certaines réflexions – par exemple dans la bouche d’Armand : « Nos parents nous ont fait un monde invivable », puis « ce qui me dégoûtera, c’est de mourir pour des affaires que les gens de notre âge n’ont pas voulues et qui ne nous intéressent plus du tout8 » et surtout à un débat dans l’acte II. La discussion porte sur l’organisation de la société. Viennent vite des propos sur le nationalisme, le patriotisme, la guerre, et les grands systèmes politiques du moment : démocratie, fascisme et communisme. Les pour et les contre, le scepticisme des uns, le caractère raisonnable d’autres, etc., s’agitent9…, mais les filles sont sorties, il faut les rejoindre. La seconde concerne la mise en avant de la jeunesse10. L’auteur précise : « On a tant offert au public de jeunesse corrompue, amère, désespérée qu’il n’est plus très sûr qu’il aime encore les “jeunes”11. » Son ambition est de « les regarder en toute objectivité, de noter leurs réactions devant la vie, devant ses plus petits problèmes comme devant les plus complexes12 ». Les critiques jugent l’objectif atteint : « Voici une étude de la jeunesse d’aujourd’hui où passe un souffle de sympathie vraie pour ces âmes qui se cherchent13. »

  • 14 Dabadie M.-A., Écho de Paris, 17/02/1937.
  • 15 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II., op. cit., p. 203-205.

5En choisissant le pseudonyme de « Rosie Davel », Corinne Luchaire copie son grand-père. En effet, c’est sous le nom de « Gilbert Davel » qu’il fit jouer en 1936 – à compte d’auteur – une première pièce : Boccace, conte 19. Un peu plus tard, il explique : « enhardi par l’accueil élogieux que la critique m’avait fait, j’écrivis, coup sur coup, sept pièces14 ». Dans ses mémoires, renouant avec des sensations et expériences enthousiasmantes, il revient sur cette vocation tardive : « Pendant la convalescence d’une brève maladie, [en 1934], relisant le Décaméron, je notai le neuvième conte de la deuxième journée […]. J’eus la fantaisie d’occuper mon loisir en écrivant une pièce sur ce sujet. » Sans ambition alors d’être joué ; juste par plaisir d’inventer des personnages et des situations, loin des contraintes de l’écriture historique et universitaire, de la rédaction de rapports et dossiers à défendre devant des commissions ; avec l’intriguant constat que cette évasion suscite un retour sur soi, un examen de sa vie sentimentale et plus largement de son existence ; il a alors la « joie extraordinaire » de « découvrir […] l’enchantement de la création littéraire15 ».

  • 16 Feuilleton du Journal des Débats, 26 juillet 1937.
  • 17 Luchaire J., Boccace conte 19, Marseille, Éditions du Sagittaire, 1942, p. 96.
  • 18 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II., op. cit., p. 205.

6Le succès des treize montagnards lui ouvre les scènes, et d’abord celle du Théâtre des Deux Masques qui reprend en juillet 1937 Boccace, conte 19. Des voyageurs italiens y ont parié sur la fidélité de la femme de l’un d’entre eux. L’épouse, injustement soupçonnée, qui n’a pas connu le grand plaisir physique avec son mari, est enlevée. Devenue un jeune officier respecté en Égypte, assaillie par les avances d’un travesti, elle retrouve dans le palais du sultan le marchand qui s’est vanté de l’avoir conquise et son mari qui, entre temps, l’a trompée. La pièce reçoit des échos variés. André Bellesort juge que « la valeur littéraire de Boccace, conte 19 est remarquable » mais le dernier acte « médiocre » car « [n]ous y tombons dans une turquerie d’opéra-bouffe avec des allusions à la politique qui n’ont rien d’offensant, mais qui sont ici parfaitement inutiles16 ». Le critique vise le moment où le sultan, ironique et caustique, explique à trois experts qu’ils ont pu achever leurs travaux parce qu’il les a laissé faire et qu’ils n’ont ni « constitué d’abord une sous-commission pour décider la question de savoir si la question […] posée devait, ou ne devait pas être mise à l’étude » ni « une seconde sous-commission chargée d’étudier les moyens d’étudier la question17 ». Dans ses mémoires, Luchaire commente : « Mettre dans la bouche d’un sultan oriental du quatorzième siècle un discours fait du souvenir des séances de la Société des Nations était d’une fantaisie un peu outrée18. »

  • 19 Lespine L-J., La Victoire, 9/04/1938.
  • 20 Strowski F., Paris Midi, 7/04/1938.
  • 21 Mas E., Le Petit Bleu, 8/04/1938. Ce critique juge qu’il « y a d’ailleurs, dans la pièce entière, u (...)
  • 22 Bellesort A., Journal des Débats, 10/04/1938.

7Luchaire, toujours auréolé de la réussite d’Altitude 3200, a de nombreuses pièces à faire représenter. Écrite en 1934, certainement revue ensuite, Bérénice, une femme et un roi s’incarne sur scène à Nice le 24 mars 1938, puis gagne le Théâtre de la Madeleine. L’auteur, admirateur de Racine, transpose l’intrigue en une époque indéterminée, pas tout à fait contemporaine en dépit d’éléments comme le téléphone ou la machine à écrire, pas tout à fait antique malgré les costumes romains, comme s’il voulait, par cette indétermination, atteindre l’universel. Sauf quelques exceptions, les critiques n’apprécient pas et visent en particulier la multiplication des « allusions […] aux événements contemporains19 » qui « alourdissent20 », ne suscitent « dans la salle aucune réaction21 », produisent « l’effet de vieilles flèches épointées et déplumées » et ennuient22.

  • 23 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II., op. cit., p. 207.
  • 24 Chef de l’Église d’Angleterre qui interdisait le remariage après le divorce, il renonça au trône l (...)

8Revenant sur cette œuvre, Luchaire confie, entre autres différences avec son illustre prédécesseur, une indéniable infériorité de talent et surtout de n’avoir pas laissé « comme l’avait fait Racine, la politique dans les coulisses » mais l’avoir « mise sur la scène en des personnages multiples23… » L’auteur se défend d’avoir voulu faire écho à Édouard VIII24 :

  • 25 Luchaire J., « Une Femme et un Roi », Figaro, 5/04/1938.

J’ai écrit Une Femme et un Roi il y a quatre ans : il est utile de le rappeler, puisqu’on pourrait y trouver des allusions à des récentes histoires d’amour royales, que je ne pouvais alors qu’imaginer et placer dans le domaine du possible. Ce n’est pas ma faute si des faits, exceptionnellement retentissants, sont venus depuis éclairer d’une réalité contemporaine une vérité de tous les temps25.

  • 26 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II, op. cit., p. 206-207. Allusion à Charles II de Rou (...)

9Malgré ces dénégations, des recensions font le rapprochement, peut-être avec raison car l’auteur admet dans ses mémoires : « Probablement les aventures récentes d’un roi d’Angleterre ou d’un roi de Roumanie me firent souvenir de cet ancien sujet26 ».

  • 27 Strowski F., Paris Midi, 7/04/1938.
  • 28 Le Cardonnel G., Journal, 8/04/1938.
  • 29 Luchaire J., Bérénice, une femme et un roi, Marseille, Le Sagittaire, 1941, p. 59 et 30.
  • 30 « je n’avais pu faire autrement que de lui donner les traits et le langage d’Albert Einstein », Lu (...)
  • 31 Dans une lettre adressée à Paul Painlevé, le 9 avril 1930, le physicien parle de « la gestion véri (...)
  • 32 Brian D., Einstein : le génie, l’homme, Paris, R. Laffont, 1997, p. 279 et 300.

10Le personnage de Pline suscite la curiosité des critiques. Les plus précis, en écrivant : « l’arrivée d’un certain savant au cœur pur nous gène parce que l’acteur s’est fait la tête d’un illustre physicien vivant et sous-secrétaire d’État27 » ou « Pline fait penser à un professeur de Sorbonne de tendances communistes28 », y reconnaissent Jean Perrin, titulaire de la chaire de physique de l’Université de Paris et sous-secrétaire d’État à la recherche scientifique dans les deux gouvernements Blum. Divers indices auraient dû les entraîner vers une autre conclusion. Par exemple, ce constat de Pline : « Et je suis même un peu honteux d’être devenu tellement populaire pour des travaux qui ne peuvent pas être vraiment compris par plus de dix personnes au monde » ou cette mise au point du préfet de Police au président du Sénat lorsque ce dernier lui dit que le « plus illustre physicien du monde […] n’est pas étranger » : « Si, il est né à plusieurs lieues de la frontière et ne s’est jamais fait naturaliser. Il s’est mis récemment à afficher des idées subversives29. » Ces clins d’œil renvoient évidemment à Albert Einstein30 que Julien Luchaire a connu à l’IICI31 et à qui sa troisième épouse, proche du couple, avait conseillé expressément de ne plus retourner en Allemagne après 193232 avant de jouer un rôle clef dans l’affaire de son invitation avortée à une chaire au Collège de France.

  • 33 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II., op. cit., p. 206.

11 Bérénice, une femme et un roi, cette histoire d’amour sur fond de crise politique, renvoie à une expérience plus intime. Se remémorant sa composition, Luchaire se souvient qu’au souvenir de la lecture de Racine se « mêlait le reflet des événements de mon temps, l’écho des émotions récentes auxquelles j’avais pris part33 ». Les « émotions récentes » renvoient aux remous provoqués par son mariage avec Antonina Vallentin, intellectuelle allemande issue d’une famille juive polonaise, qui fut la secrétaire de Stresemann. Louise Weiss commente :

  • 34 « Le rêve de Luchaire d’un double accomplissement privé et public – épanouissement de l’amour conj (...)
  • 35 Weiss L., Mémoires d’une Européenne. T. II. Combats pour l’Europe : 1919-1934, Paris, Albin Michel, (...)

En l’épousant, Julien Luchaire crut certainement parachever son œuvre publique de Coopération Intellectuelle par l’exemple de sa vie privée. Erreur d’un cérébral que ses rêves avaient dénationalisé34. Mes compatriotes […] n’ont jamais confondu les jeux de l’édredon avec ceux du tapis vert. Ils admirent mal que des relations intellectuelles à finement conduire dans l’intérêt de la France le fussent par un homme dont la meilleure moitié trempait dans la Sprée. Julien Luchaire dut […] céder la place35.

12En février 1939, le Théâtre Charles de Rochefort joue Le Monde est petit. Un jeune industriel – Jacques Delatour – atterrit fortuitement en Amazonie. Il y rencontre des descendants de nobles ayant fui la Révolution. Le héros, qui craint de transformer par le progrès ce royaume figé dans le XVIIIe siècle en un monde dangereux qu’il a préféré quitter, se trouve contraint d’introduire des nouveautés qui bouleversent mentalités et habitudes. Obligé par une situation dangereuse, il accepte le pouvoir. Dans l’acte III, de grandes puissances discutent de la conquête d’une zone inconnue de l’Amérique du Sud. Delatour fait une entrée fracassante en tant que « ministre plénipotentiaire d’Amazonie ». D’abord, il s’oppose au projet, puis, devenant « raisonnable », propose un plan « secret » d’« exploitation intensive et totalitaire » qui passe par un bond en avant vers le progrès et son incarnation en dictateur capable de se faire Dieu pour sa population. L’acte IV s’ouvre sur une Amazonie transformée par le modernisme. D’importants individus s’inquiètent officiellement de l’absence du dictateur parti combattre trois armées en marche contre le pays, mais, en sous-main, conspirent contre lui. Soudain, Jacques est de retour. Il annonce que le danger est écarté car les trois puissances, qu’il a réussi à manipuler, se sont détruites mutuellement dans une guerre mondiale. La nouvelle ne réjouit guère les ministres car l’activité et l’ordre du pays reposent sur la crainte de l’extérieur. Quand il apprend que le peuple veut profiter de la déchéance des adversaires pour établir sa jeune puissance sur le reste du monde et que s’il renonce à son poste de dictateur alors il passera pour fou et sera enfermé à vie, Jacques s’enfuit discrètement avec la jeune noble Sophie.

  • 36 Luchaire J., « “L’Arbre Sec” présente “Le Monde est petit” », Le Figaro, 7/02/1939. Propos équivale (...)
  • 37 Veber P., Le Petit Journal, 13/02/1939.
  • 38 Dubech L., Action Française, 24/02/1939.
  • 39 Kemp R., Le Temps. 13/02/1939.

13Luchaire n’a pas caché son ambition : « Ai-je eu tort de croire que les graves problèmes qui obsèdent les hommes d’aujourd’hui pouvaient être portés à la scène sous la forme d’un conte, et d’un conte souriant ? Si l’on ne peut s’en abstraire, n’est-ce pas un soulagement que de les considérer, de temps en temps, d’un œil amusé ? Rentrés dans la vie réelle, nous pourrons toujours pleurer36. » Et si les critiques ont des avis divers – le mitigé l’emporte, certains louent la pièce, beaucoup sont déçus – tous en relèvent la dimension politique : « le roman d’amour alterne avec la satire politique37 ». Plusieurs dénoncent cet aspect : Luchaire a voulu « nous intéresser à nos histoires politiques. Mon Dieu, comment ne se rend-il pas compte que nous n’avons pas la moindre envie de les retrouver au théâtre ! Savoir si la société style Louis XVI est plus agréable que le voisinage de M. Adolphe Hitler et de M. Benoit Mussolini, quel divertissement pour nous changer les idées38 ! » Pour eux, rien de tel pour rester dans l’« artificiel », et finalement ne proposer que du banal : « Nous revoilà chez nous ! Nous qui venons au théâtre pour nous dépayser, ou pour nous mieux connaître, nous retrouvons nos conversations ; et ces lectures qui ne décident sur rien39. »

14Lorsqu’il soumet le 26 janvier 1939 une nouvelle pièce au Directeur de l’Odéon, Luchaire assume pleinement sa volonté de parler de l’actualité au travers d’un spectacle :

  • 40 Fonds « Théâtre de l’Odéon », Boite 325, Département des Arts et Spectacles, BnF. Sur cette pièce, (...)

Mon cher Directeur,
Voici le Tocsin. Est-il impossible de présenter au public une pièce où les grandes positions politiques d’aujourd’hui sont dessinées, sous le voile de l’histoire, et, je crois, très objectivement, – mais nettement ? Vous en jugerez40.

15Dans cette œuvre, qui ne sera pas jouée, les drames qui agitent une ville italienne du XVe siècle – thème que Luchaire avait étudié en historien – renvoient effectivement aux débats, espoirs et tensions des années 1930, portés en particulier par les réformateurs et révolutionnaires de tous bords et les partisans d’une révolution nationale, voire fasciste. Comme dans Le Monde est petit, le héros, Gino, idéaliste placé à la tête de la cité par une machination qu’il n’a pas vue et qui devrait permettre à ses ennemis de ternir ses idées et de durcir, avec l’appui du plus grand nombre, le pouvoir, fournit l’occasion de réflexions sur les hommes providentiels et la façon dont les régimes autoritaires se justifient.

  • 41 Crémieux B., « Le Monde est petit, de Julien Luchaire », La Lumière, 17/02/1939.
  • 42 Luchaire J., Le Désarmement moral, Paris, Valois, 1932, 187 p.

16La démission de Luchaire de l’IICI ne l’a pas coupé des milieux et personnalités politiques, mais lui a donné des loisirs. Un peu par hasard, par curiosité aussi, il se présente même aux élections législatives sous les couleurs du Parti radical. Il n’est pas élu, et ce sera sa seule tentative électorale. Surtout, son mariage avec Antonina Vallentin accroît encore son large réseau de relations en Europe. Dans les années 1930, son domicile, déjà très pratiqué par des ambassadeurs, diplomates, artistes, écrivains et intellectuels, accueille maints exilés allemands. Les frères Mann, Stefan Zweig, Léo Feuchtwanger, Rauschning qui écrivait alors son Hitler m’a dit, l’exchancelier Wirth et bien d’autres maudits du nazisme, fréquentent les Luchaire, à Paris, mais aussi à Sanary – devenu le lieu de refuge de nombreux parias du IIIe Reich – où le couple passe de longues vacances. « On n’imagine guère une pièce de M. Julien Luchaire sans que le problème des rapports de l’individu et de la société, le problème aussi du régime politique et social, ne s’y trouve posé, d’une façon ou d’une autre41 », constate le critique Benjamin Crémieux, ancien élève et ami de Luchaire. Dans Boccace conte 19, l’allusion politique est un jeu, une facétie. Dans Altitude 3200, la politique vient naturellement comme une part de la vie des jeunes des années 1930. Dans les autres pièces, Luchaire, par la distanciation de l’Histoire ou du conte, médite à plein sur l’actualité et son expérience diplomatique, dépeint les débats politiques et inquiétudes de son époque, réfléchit et donne à réfléchir. Certainement, lui qui œuvra pour un projet culturel international qui poserait les fondements spirituels d’un ordre pacifique et désarmerait les mentalités et les esprits42, passe dans son théâtre la déception et l’amertume de son échec à l’IICI. Ses désillusions nourrissent les personnages de Gino et Jacques Delatour qui, face à la difficulté et à la complexité d’exercer le pouvoir avec justice et équité pour le bonheur de tous, fuient la vie politique et même la communauté pour vivre tranquilles avec l’élue de leur cœur. De même dans sa Bérénice, la reine et l’empereur se retrouvent après l’éruption et partent vivre à l’écart. Optimiste quant à la force des sentiments amoureux, Luchaire – très informé, fort sensible à la montée des dictatures, connaissant de l’intérieur les enjeux de son temps –, dans des œuvres inquiètes, martèle les mêmes thèmes : la concurrence des intérêts et la pesanteur des événements dissolvent, corrompent ou écrasent jusqu’aux plus sincères idéalistes ; exercer le pouvoir au bénéfice de purs idéaux est difficile, voire impossible.

17La Seconde Guerre mondiale ne stoppe pas l’activité théâtrale de Julien Luchaire. Elle le place cependant dans une situation très particulière que l’on peut saisir à partir de recensions d’une pièce créée le 23 juillet 1941 :

  • 43 Laurent J., « Le “Mariage en trois leçons” ou la Leçon d’amour dans un parc », Les Nouveaux Temps, (...)

les meilleures répliques furent soulignées d’applaudissements spontanés ; et, involontairement, les regards se tournaient vers une loge d’orchestre, où avaient pris place l’auteur, qui se cachait derrière M. et Mme Jean Luchaire, tandis que debout dans le fond de la loge, le jeune Robert Luchaire recevait les compliments de tous pour son décor si réussi43

  • 44 Lapierre M., L’Atelier, 2/08/1941.

D’abord une petite mise au point généalogique. À l’usage des lecteurs qui se perdent facilement dans les familles nombreuses.
Julien Luchaire, l’auteur de la pièce est le père de Jean Luchaire, le directeur des Nouveaux Temps.
Par voie de conséquence, il est le grand-père de Corinne Luchaire, la vedette de cinéma, et de Robert Luchaire, le décorateur du Mariage en trois leçons44.

  • 45 Par exemple pour l’entrée de Georges Duhamel à l’Académie française, Figaro, 24/06/1936, p. 2 ou l (...)
  • 46 Pour Les Atrocités allemandes en Pologne, Paris, Denoël, 1940.
  • 47 Schlesinger Jr. A., A Life in the 20th Century, Innocent Beginnings, 1917-1950, New York, Houghton (...)

18Dans cette sortie en famille, Julien Luchaire se fait discret. Son épouse – Antonina Vallentin – n’est pas avec lui. Pourtant, dans les années 1930, elle apparaissait régulièrement dans les rubriques mondaines45. Confinée à Clermont-Ferrand – par sa judéité, ses engagements anti-nazis, son nom placé sur la liste Otto dès septembre 194046 –, elle ne pouvait être dans cette loge où parade son beau-fils par alliance, Jean Luchaire, une des figures de la collaboration, grand ami de l’ambassadeur Otto Abetz et Maître de la Corporation nationale de la presse française. Étrange famille Luchaire où, malgré des attitudes opposées, personne ne se dénonce : Corinne Luchaire, la fille de Jean, l’ancienne « Zizi » d’Altitude 3200, la « Garbo » française, entre deux séjours au sanatorium, mène grande vie à Paris ou à Megève, fréquente et a des aventures avec des occupants ; l’autre fils de Julien, André, a rejoint la Milice47 ; sa fille, Marguerite, est mariée à Théodore Fraenkel, écrivain surréaliste et médecin français d’origine juive alors engagé dans les Forces de la France libre.

  • 48 Comoedia, 1/08/1942.
  • 49 Propos de Marcel Delannoy au lendemain de la générale, Le Matin, 25-26/07/1942.
  • 50 Noubells J., Le Pays Libre !, 14/06/1942.

19L’héroïne de Boccace conte 19 devient le personnage principal du livret que Luchaire écrit pour l’opéra de Marcel Delannoy – Ginevra - représenté pour la première fois à l’Opéra-Comique le 25 juillet 1942. Arthur Honegger apprécia : « Je le dis avec joie, l’œuvre a été reçue avec enthousiasme et Delannoy appelé sur la scène fut acclamé48. » L’auteur ne profite pas de ce moment : « Quel dommage que M. Julien Luchaire, retenu ailleurs par des soucis impérieux, n’ait pu être là ! Il eût été content49. » En novembre 1942, il est à la Comédie française avec une comédie en un acte, très bien reçue, inspirée de Boccace : Le Cheval arabe. En zone sud, André Certes reprend Altitude 3 200. Sylvia Bataille est sur scène50. Juive, d’origine roumaine, née Sylvia Maklès, séparée de Georges Bataille, maîtresse de Jacques Lacan qu’elle épousera en 1953, elle est liée à Julien Luchaire, et pas seulement parce qu’elle tenait le premier rôle féminin dans Le Monde est petit. En effet, sa sœur – Bianca, elle aussi comédienne sous le nom de Lucienne Morand – était mariée avec Theodore Fraenkel qui, après sa mort en 1931, épousa Marguerite Ghita Luchaire, la fille de Julien… Le Monde est petit.

  • 51 Sur cette pièce, voir Broche L., « “Sous le voile irisé du rythme et de la rime”, le François d’As (...)
  • 52 Comoedia, 23/10/1943, p. 4
  • 53 Ricou G., « Saint François d’Assise », La France socialiste, 23/10/1943, p. 3.

20En octobre 1943, le Théâtre National de Chaillot joue François d’Assise51. Un compte-rendu signale : « Et l’on a été saisi par maintes paroles qui semblent répondre à l’angoisse du moment parce qu’elles ont un son éternel52. » Un autre souligne qu’en cette pièce « la poésie […] se développe comme une prose, précise, logique, souvent raisonneuse, dans laquelle s’intercalent les prières, les invocations, où prennent normalement place les débats d’idées, les notions d’une méthode de gouvernement, d’une philosophie expérimentale sur l’art de conduire les peuples53 ». Maints passages renvoient clairement à des faits contemporains en abordant la question des responsabilités des institutions et individus dans les événements, les conflits entre les différentes classes sociales, les horreurs des affrontements, l’« absurdité » qui « gouverne en souveraine » dès que survient la guerre. Sans nul doute, en Saint François, Julien Luchaire apprécie le rejet du pouvoir et de la richesse. Qu’un homme ait choisi de quitter fortune et renommée pour l’amour de l’humanité et la dévotion à une cause supérieure impressionne celui qui, sans partager le sentiment religieux du Poverello, a essayé, au fil de ses carrières, à l’instar d’ascendants, de formateurs et de compagnons de travail qu’ils célèbrent dans le premier volume de ses mémoires, d’œuvrer en faveur de l’intérêt commun. La pièce oppose le pacifisme et la violence, le désir de fraternité et la volonté de dominer, l’avidité et le désintéressement, la difficulté de l’exercice du pouvoir avec l’impossible équilibre entre les intérêts particuliers et le bien être de la communauté. Dans le fort dialogue qui oppose Saint-François à Frédéric II, sans nul doute, dans l’esprit de Luchaire, comme de maints spectateurs, c’est un peu de Hitler qui transparaît derrière l’empereur. La pièce véhicule une confiance subversive en l’avenir. À la fin, un retournement se produit : Frédéric II déclare la paix au monde. Dans l’avant-dernière scène, François dit à ses compagnons que la « grande âme des morts » lui a confié :

Je suis la force surhumaine
Faite de millions de rêves. Et je mène
Le monde, sans que nul s’en doute. Et je grandis
Lentement d’âge en âge. Hommes ! Le paradis
N’est pas un souvenir, il est une espérance !
Les temps viendront où Lucre, Orgueil et Violence,
Princes d’enfer, devront y rentrer sans retour !
Et le monde verra le règne de l’Amour !

21Un peu plus tôt, François avait déclaré :

Il faut de ces rêveurs. Rêver, rêve sans trêve
D’un monde où régneront la douceur et l’amour,
C’est ouvrir les chemins pour qu’ils règnent un jour.

  • 54 Elles éveillèrent l’attention. Le 22 mai 1943, Luchaire écrivit à Louis Madelin : « Le deuxième vo (...)
  • 55 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II, op. cit., p. 303.
  • 56 Le carnet d’adresses des membres du CNE et les listes d’assistants aux assemblées générales porten (...)

22Ces déclarations optimistes sont à rapprocher du premier tome de Confession d’un Français moyen édité en 1943 qui est constellé de phrases rétives à la résignation, d’invites à peine voilées à sortir de l’inaction et d’évocations et jugements qui cadrent mal avec l’idéologie dominante54. Luchaire explique avoir écrit en vers son François d’Assise « par le secret désir d’une évasion plus lointaine ; et aussi, malgré l’apparente contradiction, parce que je savais qu’en les enveloppant du voile irisé du rythme et de la rime, je rendrais moins choquantes et en même temps plus efficaces les similitudes entre les situations et les personnages du drame ancien et certaines figures et certains problèmes d’aujourd’hui55 ». L’auteur dit dans ses mémoires s’être inspiré des écrivains patriotes italiens du Risorgimento qui, malgré la censure autrichienne, surent glisser des mots et des phrases qui faisaient vibrer les spectateurs. En dressant le portrait d’un personnage et d’un mouvement, en apparence faibles, mais qui, mus par d’ardents idéaux, avaient secoué les puissances de leur temps, et n’avaient pas plié sous les pressions, Luchaire rend hommage à l’esprit d’insoumission qu’il connaît concrètement, car à Clermont, malgré la grande prudence qu’exige la situation de sa femme et de proches, il contribue à la Résistance, notamment en fabriquant et en aidant à la certification de faux papiers, attitude qui le fera entrer au Comité National des Écrivains56.

  • 57 AN 55 AJ 68 et AN 55 AJ 99.
  • 58 Dans un programme qui court d’octobre 1942 à fin avril 1943. Fonds « Théâtre de l’Odéon », Boite 3 (...)
  • 59 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II, op. cit, n. 1, p. 306.
  • 60 « J’entends encore son rire, il n’y a pas longtemps, quand nous composions ensemble une pièce de t (...)

23Dans ses mémoires, Julien Luchaire évoque une autre pièce : Saint Louis, roi de France, « sujet qui [l]e fit reculer dans le passé et rester en plein dans le présent », et par lequel il exaltait la résolution de surmonter la défaite par l’union des bonnes volontés et le sage équilibre d’un pouvoir conciliant l’autorité et le respect de la liberté. Le Comité de lecture retint cette « œuvre historique57 » et l’Odéon l’annonça dans son programme de « représentations modernes58 ». Cependant, elle ne fut pas jouée sur les planches et l’auteur indique que « Saint Louis roi de France, mis au programme de l’Odéon, ne sortit pas de l’affiche et ne put être donné qu’à la radio59 ». Je n’ai pu retrouver ni le texte ni une trace de cette radiodiffusion. Avec son ami Benjamin Crémieux, il avait commencé à écrire une pièce60 qu’ils ne purent achever puisque la Gestapo arrêta le critique de la NRF le 29 avril 1943, puis le transféra à Buchenwald où il mourut.

  • 61 Laurent F., Mousli B., Les Éditions du Sagittaire 1919-1979, Paris, Éditions de l’Institut Mémoires (...)
  • 62 Ministère de l’Intérieur, Commissariat aux questions juives, note pour le chef de la 8e section, 2 (...)
  • 63 Chérié, note rédigée le 5 décembre 1942, Ibid.

24Julien Luchaire continue donc se faire jouer pendant la guerre, il édite également deux de ses pièces : en 1941 Bérénice, une femme et un roi avec un tirage à 10 000 exemplaires ; en 1942 Boccace conte 19, « également tiré à dix mille exemplaires, la première ayant eu un certain succès auprès des lecteurs61 ». Il n’a pas à convaincre une maison d’édition car il dirige le Sagittaire dont il a mené l’aryanisation officielle, mais stratégique, en étroite collaboration avec son fondateur et directeur : Léon-Pierre Quint – en danger car juif, homosexuel, anti-munichois et toxicomane. Ses compétences, et le potentiel de ses relations, favorisent cette entreprise délicate. Surtout, les engagements de son fils – Jean Luchaire –, agissent comme un solide parapluie. Par exemple, en mai 1942, à la suite d’une lettre du Sagittaire s’inquiétant de la longueur de la procédure, le chef du cabinet du Commissaire général aux questions juives ouvre sa note recommandant un changement rapide d’administrateur, par : « J’ai reçu en date du 18 mai 1942, une lettre émanant des Éditions du Sagittaire, 10 Cours du Vieux Port à Marseille, dont le conseil d’administration est présidé par Monsieur Julien Luchaire, père de Monsieur Jean Luchaire, directeur du journal Les Nouveaux Temps62. » Le nouvel administrateur, Chérié, d’abord méfiant, dans son rapport définitif de décembre 1942, conclut que le Sagittaire est entièrement dirigé par des Aryens dont certains, tel Julien Luchaire « père de M. Jean Luchaire, directeur des Nouveaux Temps et président du Groupement Corporatif de la Presse Quotidienne de Paris63 », bénéficient d’une réputation tout à fait honorable auprès du Gouvernement de Vichy et de l’occupant.

  • 64 Sophocle, Antigone, traduction nouvelle, annotée et précédée d’une introduction, par Pierre Waltz, (...)
  • 65 Racine, Britannicus, présenté, commenté et annoté par Julien Luchaire, Clermont-Ferrand. Sorlot, 19 (...)

25Directeur officiel du Sagittaire, Julien Luchaire dirige aussi la collection « Les chefs d’œuvre » de la maison Sorlot, repliée à Clermont, qui réédite des textes classiques brièvement introduits par un spécialiste. Le professeur honoraire de la Faculté de Grenoble et inspecteur général d’Académie regroupe autour de cette entreprise de nombreux universitaires de la zone Sud, des professeurs de l’Université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand, des amis hors de l’Université comme Louis Madelin, y compris des personnalités juives comme Benjamin Crémieux ou Pierre Waltz qui présente Antigone64. Luchaire se réserve Britannicus. Quand il écrit : « Si un souverain absolu n’est pas juste et de bonne volonté, s’il met son caprice ou son plaisir avant le bien de l’État, les pires catastrophes sont à craindre65 », cela sonne étrangement au regard de l’actualité.

  • 66 Il a signé en septembre 1943 le mémorandum ultracollaborationniste envoyé aux autorités d’Occupati (...)
  • 67 Quelques pièces inédites passèrent cependant à la radio. Notamment Croquemitaine, diffusée à Lyon (...)

26Après-guerre, Luchaire ne s’impose pas comme une figure du théâtre politique, voire résistant. Plusieurs facteurs ont joué. L’étalement du comportement de son fils Jean66, jugé et exécuté en 1946, lui fait subir un ostracisme. Le Comité National des Écrivains l’admet dans ses rangs, mais tardivement. Ses ennuis de santé – qui l’obligent à rester une année supplémentaire à Clermont-Ferrand – et ses déboires conjugaux ont altéré son énergie. Tard venu dans le milieu du théâtre, désormais septuagénaire, il est, de par un nom qui lui avait donné des libertés et permis de protéger d’autres, à oublier67. Les événements furent plus forts que son théâtre auquel il manqua peut-être moins de talent que de circonstances plus favorables pour qu’il dure.

Notes

1 Paris-Soir, 3-4-40 « 300e d’« Altitude 3 200 » au théâtre Charles de Rochefort »

2 Noubells J., Le Pays Libre !, 14 juin 1942.

3 Godin J., « L’Équipe (1942-1948) de Pierre Dagenais », in L’Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, no 23, 1998, p. 77.

4 Mise en scène par Georges Bécot au Théâtre Edouard Normand voir [http://www.pagescomediens.com/perso/georges-becot/].

5 Bricaire J.-J., « Claude-André Puget ou Un poète au théâtre », disponible sur [http://www.regietheatrale.com/index/index/thematiques/auteurs/puget/claude-andre-puget-3.html].

6 Guerand J.-Ph., Bernard Blier, un homme façon puzzle, Paris, Robert Laffont, 2009, p. 46.

7 Durant Ph., Bernard Blier : Itinéraire, Paris, Favre. SA, 2008, p. 43.

8 Luchaire J., Altitude 3200, La Petite Illustration, 1er mai 1937, p. 4 et 5.

9 C’est certainement à cette scène que renvoie cette anecdote : « Dans cette pièce, il n’était question de politique qu’au cours d’une seule scène. À l’une des reprises les acteurs (avant l’été 39), refusèrent de jouer cette scène. J’en fus d’abord surpris : les positions adverses y étaient indiquées avec une complète impartialité. », Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II. 1914-1950, Leo S. Olschki Éditeur, Florence, 1965, p. 216.

10 Sion G., Le Théâtre français d’entre-deux-guerres, Paris, Casterman, 1945, (2e éd.), p. 81-83, estime qu’Altitude 3 200 a ouvert la voie, et qu’« il n’en fallait pas plus pour lancer une vogue » vite éteinte. Il regrette que la jeunesse y soit trop détachée du reste de la société et préfère Les Jours heureux de Claude-André Puget.

11 Paris-Soir, 14/02/1937.

12 Paris-Midi, 17/02/1937.

13 Fréjaville G., Journal des débats politiques et littéraires, 20/02/1937.

14 Dabadie M.-A., Écho de Paris, 17/02/1937.

15 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II., op. cit., p. 203-205.

16 Feuilleton du Journal des Débats, 26 juillet 1937.

17 Luchaire J., Boccace conte 19, Marseille, Éditions du Sagittaire, 1942, p. 96.

18 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II., op. cit., p. 205.

19 Lespine L-J., La Victoire, 9/04/1938.

20 Strowski F., Paris Midi, 7/04/1938.

21 Mas E., Le Petit Bleu, 8/04/1938. Ce critique juge qu’il « y a d’ailleurs, dans la pièce entière, un grand nombre de traits et même de tirades d’un socialisme puéril, qui sont tombés complètement “à plat” ».

22 Bellesort A., Journal des Débats, 10/04/1938.

23 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II., op. cit., p. 207.

24 Chef de l’Église d’Angleterre qui interdisait le remariage après le divorce, il renonça au trône le 11 décembre 1936 pour se marier avec l’Américaine Wallis Simpson qui avait divorcé deux fois.

25 Luchaire J., « Une Femme et un Roi », Figaro, 5/04/1938.

26 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II, op. cit., p. 206-207. Allusion à Charles II de Roumanie, écarté du pouvoir par son père en 1925 en raison de sa vie privée tumultueuse et qui finalement devient roi en 1930 tout en continuant de choquer l’Église par son style de vie.

27 Strowski F., Paris Midi, 7/04/1938.

28 Le Cardonnel G., Journal, 8/04/1938.

29 Luchaire J., Bérénice, une femme et un roi, Marseille, Le Sagittaire, 1941, p. 59 et 30.

30 « je n’avais pu faire autrement que de lui donner les traits et le langage d’Albert Einstein », Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II., op. cit., p. 208.

31 Dans une lettre adressée à Paul Painlevé, le 9 avril 1930, le physicien parle de « la gestion véritablement exemplaire de M. Luchaire sur le plan de l’objectivité internationale », Einstein A., Correspondances françaises, Paris, Le Seuil, Éd. du CNRS, 1989, p. 248.

32 Brian D., Einstein : le génie, l’homme, Paris, R. Laffont, 1997, p. 279 et 300.

33 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II., op. cit., p. 206.

34 « Le rêve de Luchaire d’un double accomplissement privé et public – épanouissement de l’amour conjugal et réalisation d’une Europe intellectuelle – ne prendra pas forme. » Simonet-Tenant F., « L’histoire d’une découverte épistolaire. Lettres de Julien Luchaire à Antonina Vallentin », Revue de l’Aire no 29, hiver 2003, p. 158.

35 Weiss L., Mémoires d’une Européenne. T. II. Combats pour l’Europe : 1919-1934, Paris, Albin Michel, p. 63.

36 Luchaire J., « “L’Arbre Sec” présente “Le Monde est petit” », Le Figaro, 7/02/1939. Propos équivalents dans Excelsior, 3/02/1939.

37 Veber P., Le Petit Journal, 13/02/1939.

38 Dubech L., Action Française, 24/02/1939.

39 Kemp R., Le Temps. 13/02/1939.

40 Fonds « Théâtre de l’Odéon », Boite 325, Département des Arts et Spectacles, BnF. Sur cette pièce, voir Broche L., « Détours médiévaux dans le théâtre français de la Seconde Guerre mondiale : étude de quelques cas (Luchaire, Guitry, Vermorel) », Dominguez V. (dir.), Renaissance du théâtre médiéval, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2009, p. 131-161.

41 Crémieux B., « Le Monde est petit, de Julien Luchaire », La Lumière, 17/02/1939.

42 Luchaire J., Le Désarmement moral, Paris, Valois, 1932, 187 p.

43 Laurent J., « Le “Mariage en trois leçons” ou la Leçon d’amour dans un parc », Les Nouveaux Temps, 26-7-1941.

44 Lapierre M., L’Atelier, 2/08/1941.

45 Par exemple pour l’entrée de Georges Duhamel à l’Académie française, Figaro, 24/06/1936, p. 2 ou lors d’une réception à l’ambassade de Roumanie, Figaro, 18/02/1937, p. 4.

46 Pour Les Atrocités allemandes en Pologne, Paris, Denoël, 1940.

47 Schlesinger Jr. A., A Life in the 20th Century, Innocent Beginnings, 1917-1950, New York, Houghton Mifflin Company, 2000, p. 344-345.

48 Comoedia, 1/08/1942.

49 Propos de Marcel Delannoy au lendemain de la générale, Le Matin, 25-26/07/1942.

50 Noubells J., Le Pays Libre !, 14/06/1942.

51 Sur cette pièce, voir Broche L., « “Sous le voile irisé du rythme et de la rime”, le François d’Assise rebelle aux nouveaux maîtres de Julien Luchaire (1943) », Le Paon d’Héra, no 4, déc. 2008, p. 243-261.

52 Comoedia, 23/10/1943, p. 4

53 Ricou G., « Saint François d’Assise », La France socialiste, 23/10/1943, p. 3.

54 Elles éveillèrent l’attention. Le 22 mai 1943, Luchaire écrivit à Louis Madelin : « Le deuxième volume de la “Confession” est fait ; mais… la censure a mis son veto », AN 355 AP 5, Correspondance de Louis Madelin, 1893-1940.

55 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II, op. cit., p. 303.

56 Le carnet d’adresses des membres du CNE et les listes d’assistants aux assemblées générales portent le nom de Julien Luchaire de 1946 à 1950, (ADH. 46. « Carnet d’adresses CNE 1946-1950. » et AG 46/AG 46 in-f « assemblées générales 1946-1950 et 10-II-1946-15-V-1954 », Fonds Elsa Triolet – Aragon, BnF).

57 AN 55 AJ 68 et AN 55 AJ 99.

58 Dans un programme qui court d’octobre 1942 à fin avril 1943. Fonds « Théâtre de l’Odéon », Boite 325, BnF, Département des Arts et Spectacles.

59 Luchaire J., Confession d’un Français moyen. II, op. cit, n. 1, p. 306.

60 « J’entends encore son rire, il n’y a pas longtemps, quand nous composions ensemble une pièce de théâtre sur Henri IV roi de France, dont il avait écrit plusieurs scènes, avec cette ardeur et cet humour par lesquels il ressemblait à son modèle. » Luchaire J., « Benjamin Crémieux : à l’occasion du 3e anniversaire de sa mort », Émission du 14.04.1947, Radio Diffusion Française (RDF), 1947.

61 Laurent F., Mousli B., Les Éditions du Sagittaire 1919-1979, Paris, Éditions de l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine, 2003, p. 319.

62 Ministère de l’Intérieur, Commissariat aux questions juives, note pour le chef de la 8e section, 26 mai 1942. AN AJ 38 2361 dossier 30647.

63 Chérié, note rédigée le 5 décembre 1942, Ibid.

64 Sophocle, Antigone, traduction nouvelle, annotée et précédée d’une introduction, par Pierre Waltz, Paris, Clermont, F. Sorlot, 1941.

65 Racine, Britannicus, présenté, commenté et annoté par Julien Luchaire, Clermont-Ferrand. Sorlot, 1940, p. 14.

66 Il a signé en septembre 1943 le mémorandum ultracollaborationniste envoyé aux autorités d’Occupation, a appelé le 22 juillet 1944 à une lutte intransigeante contre les résistants, puis est devenu à Sigmaringen le commissaire à la Propagande et à l’Information de la Délégation gouvernementale.

67 Quelques pièces inédites passèrent cependant à la radio. Notamment Croquemitaine, diffusée à Lyon en 1957, dont l’intrigue se déroule dans les milieux politiques d’une petite ville de province. Texte disponible à la BnF, département des Arts du spectacle 4-YA RAD-356.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540