Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Théâtre et politique

 | 
Ioana Galleron

Deuxième partie. Décalages du politique

Danse, théâtre et politique à travers le personnage de Philocléon dans les Guêpes d’Aristophane

Marie-Hélène Delavaud-Roux

Testo integrale

1Lorsqu’il fait jouer les Plaideurs en 1668, Racine note dans sa préface qu’il s’inspire des Guêpes d’Aristophane et porte un jugement sur cette œuvre qu’il exprime ainsi :

  • 1 Théâtre complet de J. Racine, avec des remarques littéraires et un choix de notes classiques par M. (...)

Pour moi, je trouve qu’Aristophane a eu raison de pousser les choses au-delà du vraisemblable. Les juges de l’Aréopage n’auroient peut-être pas trouvé bon qu’il eût marqué au naturel leur avidité de gagner, les bons tours de leurs secrétaires, et les forfanteries de leurs avocats. Il étoit à propos d’outrer un peu les personnages pour les empêcher de se reconnaître. Le public ne lassoit pas de discerner le vrai au travers du ridicule ; et je m’assure qu’il vaut mieux avoir occupé l’impertinente éloquence de deux orateurs autour d’un chien accusé que si l’on avoit mis sur la sellette un véritable criminel, et qu’on eût intéressé les spectateurs à la vie d’un homme1.

2Même s’il évoque l’Aréopage au lieu de l’Héliée, Racine a bien perçu les problèmes de la justice à Athènes au Ve s. av. J.-C., souvent corrompue. Il semble avoir moins bien saisi les implications politiques de la pièce d’Aristophane, telles qu’on peut les voir au travers du personnage principal, Philocléon. Racine a fait de ses Plaideurs une comédie bourgeoise, alors que les Guêpes restent profondément politiques. Porteur d’une idéologie néfaste selon Aristophane, Philocléon, au-delà de sa manie funeste de vouloir juger ses semblables, est une critique des excès de la démocratie athénienne, critique qui passe par ses discours insensés, mais aussi par sa danse, expression de son hubris et de son aliénation mentale. En quoi la danse contribue-t-elle à faire de Philocléon un fou dangereux parce que démocrate ? On verra qu’être partisan de Cléon, célèbre stratège démagogue du Ve s. av. J.-C., place ipso facto Philocléon dans l’hubris, ce qui s’exprime aussi dans la danse. En outre, dans cette activité chorégraphique, Philocléon n’affronte que des personnages muets, incapables de lui répondre. Enfin, cette activité est présentée comme pernicieuse pour la cité, en tant qu’expression de la démocratie puisqu’Aristophane est lui-même conservateur.

Le partisan de Cléon : un vieillard dans l’hubris

  • 2 Catrysse A., Les Grecs et la vieillesse d’Homère à Epicure, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 225-226. B (...)
  • 3 Birchler-Emery P., « Old-Age Iconography in Archaic Greek Art », MedithArch, 12, 1999, p. 17-28 et (...)
  • 4 Byl S., « La gérontologie de Galien », History and Philosophy of the Life Sciences, 10, 1988, p. 73 (...)
  • 5 Par exemple le traité hippocratique, Des lieux, des eaux et des airs (7 et 4), daté de la seconde (...)
  • 6 Feillet R. et Roncin C., Souci du corps, sport et vieillissement. Entre bien-être et prises de risq (...)

3Pour les Grecs, l’âge où commence la vieillesse se situe entre cinquante-six et soixante-trois ans : l’homme passe de la catégorie des presbutai, hommes âgés, aux gerontes, vieillards2. Les critères de représentation de la vieillesse dans la littérature grecque de l’époque archaïque ont été définis par P. Birchler-Emery3, à savoir les qualités de lourdeur et de pesanteur associées à la vieillesse. Les représentations de la vieillesse de l’époque archaïque mettent en évidence la faiblesse des genoux, le corps courbé, et la nécessité d’un bâton pour se déplacer, qu’il s’agisse des textes ou de l’iconographie. À l’époque classique, les références restent abondantes. Les textes anciens assimilent souvent la vieillesse à une maladie ou à plusieurs maladies en même temps4. Les médecins antiques se sont intéressés à la longévité et à la belle vieillesse, mais pas spécifiquement aux performances physiques des personnes âgées5. Ils ont cependant identifié les maladies caractéristiques de cet âge, notamment, les douleurs articulaires. Effectuer un exercice inhabituel pour un vieillard demande encore plus de préparation que pour une personne jeune ou dans la force de l’âge6. Mais tout se passe ici comme si Philocléon n’était pas raillé par Aristophane pour sa vieillesse, mais pour ses opinions politiques. Philocléon représente en effet, par son nom, « celui qui aime Cléon », le partisan d’un célèbre stratège athénien de la fin du Ve siècle qui a remporté en 425 av. J.-C. la bataille de Sphactérie contre les Spartiates, et raillé par Aristophane depuis les Cavaliers (pièce jouée aux Lénéennes de 424 av. J.-C.) pour avoir osé élever le salaire des héliastes (membres du tribunal populaire) à trois oboles, au lieu des deux prévues par Périclès. Aristophane, dont l’idéologie est celle d’un conservateur, trouve cette mesure trop démagogique, et révélatrice des excès de la démocratie, qui rend les citoyens parasites de la société en touchant un salaire alors qu’ils devraient au contraire participer à la vie politique de leur cité en payant de leur personne. Dès lors, Cléon est devenu sa bête noire, d’où la création du personnage de Philocléon dans les Guêpes, qui fut jouée aux Lénéennes de 423 av. J.-C. Ce Philocléon, le partisan de la démagogie, est aussi présenté comme un vieillard pour démontrer le paroxysme de son erreur : alors qu’il devrait être doué de sophia et de sophrosunè, il tombe dans l’hubris de la démocratie, et c’est son fils, Bdélycléon « celui qui déteste Cléon » qui est présenté comme l’homme sensé de la pièce. Cette hubris, Philocléon l’exprime dans la danse, alors qu’il n’est plus en état de juger, en voulant défier des danseurs plus jeunes que lui mais qui ne peuvent lui répondre par la parole. L’hubris doit donc s’exprimer par la difficulté de la danse. Doit-on interpréter la chorégraphie de Philocléon dans le sens de la maladresse, d’une certaine difficulté à réaliser certaines prouesses techniques ? ou au contraire Philocléon atteint-il parfaitement son objectif en raison de son exceptionnel potentiel corporel ?

  • 7 Galien, Exhortation à la médecine, XI, 9, invoque les inconvénients d’un exercice trop intensif sur (...)
  • 8 Citons les danseurs de danse grecque traditionnelle de la région d’Argos, que nous avons observés (...)
  • 9 Pour Orfanos Ch., Les Sauvageons d’Athènes ou la dialectique du rire chez Aristophane, Paris, Les (...)

4Philocléon n’est pas un vieillard comme les autres puisqu’il a eu l’habitude toute sa vie d’un entraînement régulier et intensif7. Il est donc capable, parfois, de performances presque identiques à celles de danseurs plus jeunes8. Son personnage est conçu comme un vieillard en excellente condition physique puisqu’il est capable de s’échapper de sa maison par les accès les plus malaisés (par la cheminée, puis par l’échelle pour descendre du toit), et de s’accrocher sous le ventre de l’âne9. Le chœur des héliastes, en s’adressant à Philocléon, s’étonne qu’il ne soit pas déjà dehors et lui concède seulement la possibilité d’une enflure à la cheville (v. 275-276) ou d’une hernie à l’aine καὶ τάχʹ ἂν βουβωνιῴη (βουβονιάω, ῶ, avoir une hernie à l’aine) (v. 277a d’après l’édition du TLG) qui seules pourraient l’empêcher de remplir sa mission d’héliaste et de démocrate. La danse de Philocléon, à la fin des Guêpes, n’est pas un morceau conçu pour n’importe quelle personne âgée mais une chorégraphie réalisée pour un danseur d’exception en dépit de son âge, notamment les mouvements impliqués par la chorégraphie, vers 1518-1537 :

ἄγ´, ὦ μεγαλώνυμα τέκνα τοῦ θαλασσίου,
πηδα῝τε παρὰ ψάμαθον
καὶ θῖν´ ἁλος ἀτρυγέτοιο, καρίδων ἀδελϕοί∙
ταχύν πόδα κυκλοσοβεῖτε, καὶ τὸ Φρυνίχειον
ἐκλακτισάτω τις, ὅπως
ἰδόντες ἄνω σκέλος ὤζωσιν οἱ θεαταί.
στρόβει∙ παράβαινε κύκλῳ καὶ γάστρισον σεαυτόν∙
ῥῖπτε σκέλος οὐράνιον∙ βέμβικες ἐγγενέσθων
καὐτὸς γὰρ ὁ ποντομέδων ἄναξ πατὴρ προσέρπει
ἡσθεὶς ἐπὶ τοῖσιν ἑαυτοῦ παισί, τοίς τριόρχοις.
ἀλλ´ ἐξάγετ´, εἴ τι ϕιλεῖτ´, ὀρχούμενοι θύραζε
ἡμᾶς ταχύ∙ τοῦτο γὰρ οὐδείς πω πάρος δέδρακεν,
ὀρχούμενος ὅστις ἀπήλλαξεν χορὸν τρυγῳδῶν.

  • 10 Aristophane, Les Guêpes, 1518-1537, trad. H. Van Daele, CUF, 1985.

Eh bien, illustres enfants du marin, bondissez le long du sable et du rivage de la mer stérile, ô frères des écrevisses. Faites tournoyer votre pied rapide et que chacun lance de ruades à la manières de Phrynichos, afin que voyant votre jambe en l’air, les spectateurs poussent des oh ! Tournoie, défile en cercle, frappe toi le ventre, lance ta jambe au ciel ; faites-vous tourbillons. Car lui-même, le souverain des mers, votre père, s’avance, enchanté de ses enfants, les trois roitelets danseurs. Allons, conduisez-nous dehors, si vous le voulez bien, en dansant rapidement. Car cela, personne ne l’a jamais fait : congédier en dansant un chœur de comédie10.

5Le vers 1520 implique que Philocléon est capable de sauter. Le vers 1523 montre qu’il peut agiter son pied en cercle, ce qui implique de tenir en équilibre sur une jambe. Les vers 1523-1525 évoquent des ruades, donc le principe de lancer la jambe en arrière. Et enfin 1530-1531 supposent que Philocléon est capable de lancer sa jambe jusqu’au ciel et maîtrise parfaitement les tours puisqu’il est censé se transformer en toupie.

  • 11 Les références musicales et orchestiques de Philocléon semblent même bien antérieures puisqu'il s' (...)

6La chorégraphie effectuée par Philocléon pour rivaliser avec les Karkinites, danseurs professionnels dont le père Karkinos était aussi un auteur de tragédies que détestait Aristophane, défie les lois de la vieillesse, les lois de la nature et est représentative de la folie du personnage principal des Guêpes. Pour Aristophane, Philocléon est dans l’hubris parce qu’il est démocrate, en dépit de son âge qui devrait l’inciter à des opinions politiques plus modérées, plus conservatrices, au moins le retour à une démocratie telle qu’elle pouvait l’être avant la réforme d’Ephialte11 en 462/461 av. J.-C., c’est-à-dire une démocratie où l’Ekklesia, la Boulè et l’Héliée (respectivement assemblée, conseil, tribunal populaire) avaient moins de pouvoir, ou encore à une démocratie telle qu’elle l’était avant l’arrivée de Périclès au pouvoir comme stratège (443/442 av. J.-C.), où il n’existait pas de misthos ou salaire pour rétribuer les fonctions politiques. L’hubris de la danse de Philocléon exprime donc aussi l’hubris où se trouve, pour Aristophane, la démocratie tombée dans la démagogie par les bons soins de Cléon.

7Cette hubris de la démagogie s’exprime aussi par le fait que Philocléon ne peut défier à la danse aucun citoyen digne de ce nom pour Aristophane.

Un partisan de Cléon qui n’affronte que des adversaires muets

  • 12 Delavaud-Roux M.-H., Les Danses dionysiaques en Grèce antique, Aix-en Provence, Publications de l’u (...)
  • 13 Nonnos de Panopolis, Dionysiaques, t. VII, chants XVIII-XIX, texte établi et traduit par Gerbaud J (...)
  • 14 Aristophane, Les Guêpes, v. 345-350.
  • 15 Euripide, Les Bacchantes, 188-190.
  • 16 Athénée 4, 134 c (= Eriphos le comique, fr. 1 Kaissel-Austin) et 10, 428a ; Anacréon, 37 (Bergk, A (...)
  • 17 Nonnos, Dionysiaques, XVIII, 149 ss. pour la danse du vieux Pithos et XLV, 56-64 pour la danse de T (...)
  • 18 Galien, Les Facultés de l’âme suivent les tempéraments du corps, 10, traduction Barras V., Birchle (...)
  • 19 Thiercy P. voit dans le chien Labès la parodie du stratège Lachès, accusé suite à une expédition e (...)
  • 20 Notre interprétation diffère de celle de P. Thiercy et d’Orfanos, qui considèrent Philocléon guéri (...)
  • 21 On imagine cependant que cette prostituée aurait pu réagir comme celle qui refusa de chevaucher l’ (...)

8Après le vers 1325, Philocléon revient sur l’orchestra en état d’ivresse, tenant par le bras une joueuse d’aulos à demi-nue. On peut imaginer qu’il exécute certains mouvements de la danse des kômastes12, effectuée par les convives d’un banquets et qui pouvait se prolonger dans les rues en joyeux cortèges ou bien les mouvements du kordax (célèbre danse de la comédie) qui lui ressemble beaucoup. Ce faisant, il illustre tout à fait « le thème du vieillard qui oublie son âge grâce aux vertus du vin13 » que l’on retrouve aussi dans l’évocation de la vieillesse faite par le chœur des initiés dans les Grenouilles d’Aristophane14, le discours de Kadmos en faveur de Dionysos15, quelques fragments de poésie16, plusieurs passages des Dionysiaques de Nonnos de Panopolis17, et des textes médicaux18. Le principe de toute bonne éducation grecque n’est pas forcément de s’interdire de boire, mais de savoir se tenir, rester au stade de l’entheos (inspiré par les dieux) et non finir ivre-mort. Philocléon, par cette entrée sur l’orchestra démontre ainsi sa mauvaise éducation, affirmée ici par Aristophane comme incompatible avec les activités d’un citoyen, et ne lui permettant pas non plus de dialoguer avec un citoyen. Philocléon a, en effet, refusé depuis le début le dialogue avec le citoyen modèle que représente son fils Bdélycléon d’après Aristophane. Bdélycléon a en effet tenté de raisonner son père par des paroles, puis il a ensuite recherché diverses thérapies en relation avec les cultes civiques puis panhelléniques : bains purificateurs, fréquentation du culte des Corybantes, nuit dans le sanctuaire d’Asklépios. Rien n’y fait et Philocléon n’est pas présenté comme un impie mais comme un malade mental. Ne trouvant plus de solution, Bdélycléon tente de contenir son père dans l’espace de l’oikos, en lui offrant tout le confort possible, et quelques animaux pour se livrer à sa passion favorite, juger. Il tente aussi de lui donner une meilleure idée de la justice en lui faisant acquitter le chien Labès19, coupable d’avoir volé un fromage de Sicile, et incapable de se défendre, privé de la possibilité d’aboyer. Mais l’échec est encore total, et Philocléon, déprimé20, refuse de juger et s’évade une fois de plus. Le tableau de son entrée ivre, en costume de Polyphème (la référence au Cyclope renvoie à un temps qui précède la civilisation et les lois), montre qu’il ne rencontre plus d’interlocuteurs pour exprimer ses idées sur la démocratie, sinon une prostituée21, puis les Karkinites animaliers et muets qu’a conviés Bdélycléon pour le distraire.

  • 22 Delavaud-Roux M.-H., « Reconstitution de la danse du karkinos, Aristophane, Guêpes, 1518-1537 », Co (...)
  • 23 Aristophane, Guêpes, op. cit., où Van Daele, p. 83 traduit ὀξίς par « salicoque ». Corbel-Morana C. (...)
  • 24 Aristote IV, 1, 525a.

9La chorégraphie de la danse finale avec les Karkinites (v. 1518-1537) est complexe et comporte trois niveaux : le choeur chante et danse, Philocléon tente de reproduire les mouvements des Karkinites, tout en restant un homme22. Ces derniers, costumés en crabes en raison du jeu de mots qui s’effectue sur leur nom, effectuent des mouvements à ras du sol afin d’imiter la gestuelle de l’animal. Les Karkinites sont les seuls adversaires qui puissent être défiés par un Philocléon dont la dépression ne lui permet plus d’exprimer de programme cohérent. Ils peuvent le rassurer physiquement, car ils sont beaucoup plus petits que lui, en tant que crabes, et n’ont pas la possibilité de se mettre debout mais seulement de ramper. On partira du vers 1509 « Τουτὶ τί ἦν τὸ προσέρπον » où est employé, à propos de l’entrée du troisième danseur, le verbe προσέρπω qui renvoie directement à une attitude d’animal : « ramper ». Aristophane cite ensuite trois noms d’animaux à mettre en relation avec cette attitude :ὀξίς, dont la traduction reste délicate23, φάλανξ ou araignée, et πιννοτήρης ou pinnotère. Aristophane n’a pu lire les descriptions d’Aristote mais sa φάλαγξ ne pourrait-elle pas se rapporter à ce que décrit Aristote et à notre crabe araignée actuel24 ? Le crabe trotteur, cité parfois sous le vocable ίππεύς, est rapporté par Aristote à la Phénicie. Ce crabe, du genre oxypode, court très vite (jusqu’à 2m/s.), toujours de façon oblique. Est-ce à lui qu’a pensé Aristophane quand il a écrit πηδᾶτε (« sautez ») au vers 1519 ?

  • 25 La plupart des textes anciens se rapportent au crabe qui attaque Héraklès lors de son combat contr (...)

10Pour Philocléon, les Karkinites peuvent aussi être aussi faciles à affronter que d’autres animaux, tel le chien Labès incapable d’aboyer, car ils n’ont aucune possibilité d’expression vocale, donc aucune possibilité de le contredire de quelque façon que ce soit. Remarquons au passage qu’Aristophane a réduit ses rivaux tragédiens, Karkinos (auteur qui remporta le premier prix de tragédie en 446 av. J.-C.) et ses trois fils, à un stade bien pire que celui de Philocléon. Philocléon est présenté comme un malade mental mais reste un homme, tandis que les Karkinites sont réduits à l’état d’animaux peu sympathiques, dont la symbolique est exécrable25, et qui en outre courent le risque de finir dans l’assiette de Philocléon pour améliorer son ordinaire.

  • 26 Mac Cary W. T., « Philokleon ityphallos: dance, costume and character in the Wasps », Transactions (...)
  • 27 White J. W., The Verse of Greek Comedy, London, 1912, p. 222.
  • 28 Pickard-Cambridge A., Dithyramb, Tragedy and Comedy, Oxford, Clarendon Press, 1962, p. 220.
  • 29 Dale A.-M., The Lyric Metres of Greek Drama, Cambridge, Cambridge University Press, 2e ed., 1968, p (...)
  • 30 Mac Dowell D. M., Aristophanes’ Wasps, Oxford, Clarendon Press, 1971, p. 330.
  • 31 Webster T. L. B., The Greek Chorus, London, 1970, p. 185.
  • 32 Sommerstein A. H, Op. cit., p. 247.
  • 33 Parker L. P. E., The Songs of Aristophanes, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 256-259, cf. p. 259.
  • 34 Dain A., Traité de métrique grecque, Paris, Klincksieck, 1965, p. 77, § 102.

11Philocléon affronte ses adversaires par la gestuelle et la danse, démontrant ses dons, même s’il n’a pas, comme il le dit au vers 989, appris à jouer de la cithare. Le rythme des vers 1518-1537 est en effet complexe et a fait l’objet de plusieurs hypothèses rythmiques, comme le rappelle W. Thomas Mac Cary26. Pour White27, le morceau répond à la structure strophe, antistrophe, épode. Il comporte des tétramètres prosodiaques et des hexamètres prosodiaques dans les deux premières sections, sept tétramètres prosodiaques dans la troisième section. Pour Pickard-Cambridge, on a affaire à une strophe, une antistrophe, et plusieurs archilochiens28. D’après Dale, les sept dernières lignes sont des archilochiens29. Mac Dowell identifie les vers à des archilochiens mais pense que le sixième pose un problème de scansion30. Pour Webster, énopliens alternent avec ityphalliques pour le début et la fin est composée en archilochiens31. A. Sommerstein propose un schéma similaire32. L. P. E. Parker voit un ensemble formé d’archilochiens33, tels que les définit A. Dain, c’est-à-dire comme des vers asynartètes, composés de deux kôla qui sont faits de mètres différents34. Dans cet ensemble, Parker distingue trois variantes, le vers 1520 et le vers 1525 dont il fait des dactylo-épitrites, ainsi que le vers 1526 qui se compose d’un dactylo-épitrite et d’un ithyphallique. Tout se passe comme si Philocléon maîtrisait non seulement parfaitement la technique de la danse mais aussi, de manière instinctive, l’alternance complexe de rythmes binaires et ternaires.

12Si une danse aussi parfaite est autant développée par Aristophane, c’est non seulement un moyen original de faire finir sa pièce, mais aussi un moyen de démontrer que Philocléon fait preuve d’hubris en s’y livrant. Sa danse, par antithèse, devient un élément de satire au service de l’idéologie conservatrice d’Aristophane.

Le kordax comme critique de la démocratie

  • 35 Pour Thiercy, op. cit, p. 1096, Philocléon n’est partisan de Cléon que dans la mesure où ce dernie (...)

13Bien qu’étant la groupie de Cléon, et n’ayant aucun programme politique qui lui soit propre, ni qui puisse lui permettre de soutenir efficacement Cléon, Philocléon exprime des idées qui lui semblent personnelles, mais superficielles, comme celles de profiter de tous les avantages que peut lui offrir la démocratie35. Il va dans ce sens beaucoup plus loin que le chœur d’héliastes qui l’entoure. C’est ce qu’il exprime dans sa chorégraphie, bien que n’étant plus en état d’accomplir sa fonction de citoyen démocrate et de rendre un jugement correct en raison de son aliénation mentale. Ses idées chorégraphiques lui sont personnelles, mais sont présentées comme pernicieuses pour la cité par Aristophane. Ses grand battements jusqu’au ciel sont les symboles de son hubris, une folie des grandeurs qui pousse Athènes sur la voie des excès de la démocratie, la rend profiteuse du système de misthos qu’elle a mis en place, transforme ses citoyens en parasites de la société, et la contraint à poursuivre la guerre du Péloponnèse pour conserver son empire. Le génie d’Aristophane est de parvenir à faire passer Philocléon, représentatif de la société de son temps, comme un malade mental, que son fils est obligé de contenir dans l’espace privé de l’oikos, avec l’aide de plusieurs personnes. Tout au long de la pièce, bien avant la danse finale, Aristophane en a profité pour démontrer à travers Philocléon que la justice de sa cité était totalement corrompue, donnant ainsi une vision différente de celle d’Aristote qui présente la justice comme un idéal. Aristophane, toujours à travers les grands battements de la danse, prend soin de présenter ses esclaves comme plus sensés que leur maître. En effet, déjà, avant la grande danse finale, aux vers 1592-1593, lorsque Philocléon lance la jambe en l’air (σκέλος οὐρανίαν ἐκλακτίζων) pour contrefaire Phrynichos, son esclave Sosias se moque de lui en lui signalant que son derrière s’entrebaille (κατὰ σαὺτον ὅρα), ce qui laisse à penser que la difficulté de la chorégraphie est néfaste pour le costume de Philocléon, qui se déchire, lorsqu’il veut lever la jambe au-delà de 120 degrés.

14Vers 1495, Philocléon précise que ses fémurs tournent avec souplesse, le mot κοτυληδών désignant la cavité où s’emboîte l’os de la hanche :

  • 36 Trad. Van Daele H., op. cit.

νυν γὰρ ἐν ἄρθροις τοῖς ήμετέροις
στρέφεται χαλαρὰ κοτυληδών.
Car pour l’instant, dans mes articulations mon fémur tourne avec souplesse36.

  • 37 Delavaud-Roux M.-H., Les Danses dionysiaques en Grèce antique, Aix-en Provence, Publications de l’u (...)
  • 38 Aristophane, Nuées, 540 suiv.
  • 39 Théophraste, Caractères, VI, 1 ; Hésychius sv. κόρδαξ et κοδαρκίζουσα ; Démosthène, IIe Olynthienne(...)

15Cela prouve certes que Philocléon a une colonne vertébrale en excellent état, sans hernie discale, sans rétrécissement du canal lombaire ni autre pathologie, mais aussi qu’il est intéressé par les mouvements des hanches, notamment ceux qui s’effectuent dans le kordax37. Il y a sans doute là une critique du déhanchement qu’implique le kordax. En effet Aristophane affirme dans les Nuées que sa Muse ne danse pas le kordax38. Bien que nous nous trouvions dans le domaine de la comédie où tout est permis, il semble qu’Aristophane réagisse comme Théophraste qui estimait qu’il fallait être fou ou ivre pour danser ainsi39, ou comme Platon, qui bannit le kordax de sa cité idéale, Lois, VII, 816e :

  • 40 Platon, Lois, VII, 814e-816e, trad. Diès A., CUF, Paris, Les Belles Lettres.

… quant aux corps laids et aux pensées laides, quant aux esprits portés vers le rire et les moqueries dans la parole, le chant, la danse et dans les imitations qui tournent tout cela en comédie, […] c’est aux esclaves, à des étrangers salariés, qu’il faut commander ces sortes d’imitations, mais elles ne doivent jamais, à aucun degré, être objet d’une attention sérieuse et l’on ne doit voir aucune personne libre, homme ou femme, les apprendre : elles doivent toujours, au contraire, avoir, par quelque endroit, un aspect non familier40.

  • 41 Chez Aristophane, Les Nuées, 555, il y a également une allusion à un kordax dansé par une vieille (...)
  • 42 Chez Cratinos, fragment 219 (Kock), nous trouvons le verbe διαρρικνόομαι, οῦμαι, (balancer les han (...)

16Le kordax n’est pas la danse unique de la comédie même si elle est restée la plus célèbre. Aristophane emploie le kordax pour caractériser les personnage ivres et/ou fous41. C’est donc ici le personnage de Philocléon qui entame un kordax, danse qui révèle ici son aliénation mentale. Déjà au vers 1487, on trouve le verbe λυγίζω qui signifie courber ses flancs, et au vers 1495 que nous avons cité, le verbe στρέφω est à interpréter dans le sens du déhanchement puisqu’il se rapporte aux fémurs. Même si ces termes peuvent paraître imprécis techniquement42, ils se rapportent bien au kordax. Cette danse peut rappeler sous certains aspects les chorégraphies du kômos que nous avons évoquées plus haut. Philocléon l’effectue en fait à trois reprises : aux vers 1326-1340 quand il fait son entrée avec la joueuse d’aulos, puis aux vers 1490-1495, et enfin vers 1518-1539 dans la danse finale avec les Karkinites.

Conclusion

  • 43 J.-C. Carrière estime que les auteurs comiques du Ve siècle ont été unanimes à critiquer les oliga (...)

17Bien que le kordax n’intervienne pas avant la fin de la pièce, c’est-à-dire après que Philocléon a effectivement arrêté son activité de juge, il reste un élément de la critique de la démocratie menée par Aristophane. Il contribue à faire de Philocléon, orchestiquement, un homme en état d’ivresse et d’aliénation mentale parce qu’il est partisan de Cléon et donc démocrate. La satire est donc beaucoup plus forte que lorsqu’Aristophane fait exécuter cette danse par des vieilles femme ivres dans certaines de ses autres œuvres. Ce n’est pas un simple fait de vie privée que juge Aristophane, mais un problème de vie publique, à savoir la justice de son temps, totalement corrompue par les excès de la démocratie. Par antithèse, c’est finalement une manière pour Aristophane de défendre sa propre idéologie, présente dans le personnage de Bdélycléon, le seul personnage sensé des Guêpes, c’est-à-dire l’idéologie d’un conservateur, sans en faire pour autant un oligarque43.

Note

1 Théâtre complet de J. Racine, avec des remarques littéraires et un choix de notes classiques par M. Félix Lemaistre, précédé d’une notice sur la vie et le théâtre de J. Racine par L. S. Auger, Paris, Garnier frères, Libraires éditeurs, [1863], p. 182-183.

2 Catrysse A., Les Grecs et la vieillesse d’Homère à Epicure, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 225-226. Byl S., « La vieillesse dans le corpus hippocratique », inLasserre F. et Mudry Ph., Formes de pensée dans la collection hippocratique, Genève, Droz, 1983, p. 85-95. À la p. 86, l’article précise « qu’il est difficile, sinon impossible, de déterminer avec certitude l’âge à partir duquel les médecins considéraient que l’homme devenait un γέρων ». Dans le corpus hippocratique, suivant les auteurs, le seuil de la vieillesse se situe à 56, 60 ou 63 ans.

3 Birchler-Emery P., « Old-Age Iconography in Archaic Greek Art », MedithArch, 12, 1999, p. 17-28 et L’Iconographie de la vieillesse en Grèce archaïque, thèse de Doctorat soutenue à l’université de Genève sous la direction de J.-P. Descœudres, 2004 qui dresse un corpus de textes. Catrysse A., op. cit., p. 41-59, cite de nombreuses références mais n’a pas porté comme Birchler-Emery son attention sur le corps du vieillard en mouvement, sauf pour le personnage de Philocléon dans les Guêpes d’Aristophane, p. 184-186.

4 Byl S., « La gérontologie de Galien », History and Philosophy of the Life Sciences, 10, 1988, p. 73-92, cf. p. 84 et p. 86 : dans le De sanitate tuenda, VI, 2 (K VI, 388-389) « les gens ont néanmoins la santé non seulement jusqu’au début de la vieillesse mais même durant toute la vieillesse » ; mais dans son traité De marasmo, Galien définit la vieillesse comme un marasme, reprenant Aristote, De la jeunesse et de la vieillesse, 5-6, 469b 23-470 b 5, et Problèmes, III, 5-6. Enfin, dans l’Art médical, XXXVII, 1, Galien met en parallèle convalescence et vieillesse.

5 Par exemple le traité hippocratique, Des lieux, des eaux et des airs (7 et 4), daté de la seconde moitié du Ve s. av. J.-C., et le traité Du régime (I, 32-33), daté de la fin du Ve s. ou de la première moitié du IVe s. av. J.-C., cf. Jouanna J., Hippocrate, Paris, Fayard, 1992, p. 528-529 et p. 557-559.

6 Feillet R. et Roncin C., Souci du corps, sport et vieillissement. Entre bien-être et prises de risque : comprendre et construire les pratiques, Ramonville Saint-Agne, éditions Erès, 2006, p. 32, rappellent le risque induit par la pratique sportive après soixante ans.

7 Galien, Exhortation à la médecine, XI, 9, invoque les inconvénients d’un exercice trop intensif sur le corps des anciens athlètes : « Tel est l’état de leur corps quand ils sont athlètes ; mais quand ils ont cessé de l’être, c’est encore bien pire. Quelques-uns meurent en effet peu de temps après, d’autres parviennent à un âge plus avancé, sans toutefois atteindre la vieillesse, et y arrivent-ils un jour, ils ne le cèdent en rien aux prières d’Homère, devenus “boiteux, ridés, et louches des deux yeux” » ; XII, 3 : « mais après s’être retirés du métier, ils perdent en outre les organes de la sensation qui leur restaient et tous leurs membres, comme je l’ai dit, étant estropiés, les rendent complètement difformes », trad. Boudon V., CUF, 2000.

8 Citons les danseurs de danse grecque traditionnelle de la région d’Argos, que nous avons observés (Compagny of villagers from Limnes (Argos area) and Dance group « Dionysos » from Argos, 18th World Congress on Dance Research, The preservation of diversity, Argos, 3-7 november 2004), âgés d’au moins 60 ans et dont un a effectué les figures les plus difficiles de la danse tsamikos : saut périlleux en tenant la main d’un partenaire, et descente en équilibre sur une jambe jusqu’à la position accroupie en conservant l’autre jambe tendue.

9 Pour Orfanos Ch., Les Sauvageons d’Athènes ou la dialectique du rire chez Aristophane, Paris, Les Belles Lettres, 2006, p. 77 et n. 294, ces évasions s’effectuent sous des travestissements qui restent sur le plan verbal. À notre avis, le personnage de Philocléon est conçu physiquement comme ayant la possiblité d’agir ainsi. On le voit apparaître sur le toit de la skènè et sous l’âne.

10 Aristophane, Les Guêpes, 1518-1537, trad. H. Van Daele, CUF, 1985.

11 Les références musicales et orchestiques de Philocléon semblent même bien antérieures puisqu'il s'agit des danses créées par Thespis, poète tragique du VIe s. av. J.-C., inventeur du masque.

12 Delavaud-Roux M.-H., Les Danses dionysiaques en Grèce antique, Aix-en Provence, Publications de l’université de Provence, 1995, p. 56-109.

13 Nonnos de Panopolis, Dionysiaques, t. VII, chants XVIII-XIX, texte établi et traduit par Gerbaud J. avec le concours de Vian F., CUF, 1992, p. 171.

14 Aristophane, Les Guêpes, v. 345-350.

15 Euripide, Les Bacchantes, 188-190.

16 Athénée 4, 134 c (= Eriphos le comique, fr. 1 Kaissel-Austin) et 10, 428a ; Anacréon, 37 (Bergk, Anthologia lyrica, p. 427) : « Quand un vieillard danse, il n’y a de vieux en lui que ses cheveux, son esprit est jeune encore ». Voir aussi fr. 39, 3-5 ; 47, 1-5 ; 53, 3-5 ; 59, 11-13 ; Anthologie Palatine (11, 57 Agathias).

17 Nonnos, Dionysiaques, XVIII, 149 ss. pour la danse du vieux Pithos et XLV, 56-64 pour la danse de Tirésias et de Kadmos qui est une imitation d’Euripide, Bacchantes, 188-190. Voir les commentaires de J. Gerbaud, op. cit.

18 Galien, Les Facultés de l’âme suivent les tempéraments du corps, 10, traduction Barras V., Birchler T., Morand A.-F., dans Galien, L’Âme et ses passions, Paris, Les Belles Lettres, 1995 (collection « la roue à livres ») : Galien reprend et commente Platon, Lois, 666a-c. : « En effet, le tempérament des jeunes est très chaud et très sanguin, celui des vieillards peu sanguin et froid : c’est pourquoi la consommation du vin profite aux vieillards, car elle ramène la froideur due à l’âge, tandis qu’elle est très contraire à ceux qui sont en croissance. »

19 Thiercy P. voit dans le chien Labès la parodie du stratège Lachès, accusé suite à une expédition en Sicile en 427 d’avoir accepté de l’or pour repartir sans combattre (voir Aristophane, Théâtre complet, Bibliothèque de la Pléiade, 1997, p. 1111). Lachès est aussi nommé dans les Guêpes, en 240-245.

20 Notre interprétation diffère de celle de P. Thiercy et d’Orfanos, qui considèrent Philocléon guéri par le choc. Nous posons plutôt la question de savoir jusqu’à quel point Philocléon peut guérir : il ne peut et ne veut plus juger mais il reste profondément déprimé.

21 On imagine cependant que cette prostituée aurait pu réagir comme celle qui refusa de chevaucher l’esclave Sosias, ne voulant pas remettre en selle la tyrannie d’Hippias, cf. Aristophane, Les Guêpes, v. 500-502.

22 Delavaud-Roux M.-H., « Reconstitution de la danse du karkinos, Aristophane, Guêpes, 1518-1537 », Colloque international Ressources et activités maritimes des peuples de l’Antiquité, Université du littoral Côte d’Opale, Boulogne-sur-mer, 12-14 mai 2005, éd. par Napoli J., 2008, p. 259-271.

23 Aristophane, Guêpes, op. cit., où Van Daele, p. 83 traduit ὀξίς par « salicoque ». Corbel-Morana C., Le Bestiaire d'Aristophane, thèse de grec ancien sous la direction de Casevitz M., Paris X Nanterre, 2002, p. 118, n. 6, rappelle que le texte est douteux. Faut-il corriger ὀξίς en ὠτίς (outarde), comme le propose Borthwick E. K. (« The dances of Philocleon and the sons of Carcinus in Aristophanes' Wasps », Classical Quaterly, n. s., 18, 1968, p. 44-51, p. 48) ou en ὄφις (le serpent), solution de Thiercy P. (op. cit., p. 1128), ou bien le laisser tel quel et en faire « une variété de crustacés dotée d'épines pointues », comme le suggère Sommerstein A.-H. (Aristophanes Wasps, 1983, ad. v. 1509, p. 247) ? Nous nous rallions à cette dernière proposition, plus proche du crabe.

24 Aristote IV, 1, 525a.

25 La plupart des textes anciens se rapportent au crabe qui attaque Héraklès lors de son combat contre l'Hydre de Lerne, cf. Ps-Apollodore, II, 5-2 ; Sauzeau P., Les Partages d'Argos. Sur les pas des Danaïdes, Belin, 2005, p. 182 ; Maffre J.-J., « Le combat d'Héraklès contre l'hydre de Lerne dans la collection de vases grecs du Musée du Louvre », La Revue du Louvre, 35-32, 1985, p. 83-95, cf. p. 83-84.

26 Mac Cary W. T., « Philokleon ityphallos: dance, costume and character in the Wasps », Transactions of the American Philological Association, 109, 1979, p. 137-147.

27 White J. W., The Verse of Greek Comedy, London, 1912, p. 222.

28 Pickard-Cambridge A., Dithyramb, Tragedy and Comedy, Oxford, Clarendon Press, 1962, p. 220.

29 Dale A.-M., The Lyric Metres of Greek Drama, Cambridge, Cambridge University Press, 2e ed., 1968, p. 187.

30 Mac Dowell D. M., Aristophanes’ Wasps, Oxford, Clarendon Press, 1971, p. 330.

31 Webster T. L. B., The Greek Chorus, London, 1970, p. 185.

32 Sommerstein A. H, Op. cit., p. 247.

33 Parker L. P. E., The Songs of Aristophanes, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 256-259, cf. p. 259.

34 Dain A., Traité de métrique grecque, Paris, Klincksieck, 1965, p. 77, § 102.

35 Pour Thiercy, op. cit, p. 1096, Philocléon n’est partisan de Cléon que dans la mesure où ce dernier lui permet de toucher le triobole.

36 Trad. Van Daele H., op. cit.

37 Delavaud-Roux M.-H., Les Danses dionysiaques en Grèce antique, Aix-en Provence, Publications de l’université de Provence, 1995, p. 136-144.

38 Aristophane, Nuées, 540 suiv.

39 Théophraste, Caractères, VI, 1 ; Hésychius sv. κόρδαξ et κοδαρκίζουσα ; Démosthène, IIe Olynthienne, 18 : « vie déréglée, ivresse et danses de cordax » ; Villard P., Recherches sur l’ivresse dans le monde grec, thèse de doctorat d’État, cf. p. 876-879.

40 Platon, Lois, VII, 814e-816e, trad. Diès A., CUF, Paris, Les Belles Lettres.

41 Chez Aristophane, Les Nuées, 555, il y a également une allusion à un kordax dansé par une vieille femme ivre, qui fait référence à une pièce d’Eupolis qui parodiait les Cavaliers d’Aristophane.

42 Chez Cratinos, fragment 219 (Kock), nous trouvons le verbe διαρρικνόομαι, οῦμαι, (balancer les hanches).

43 J.-C. Carrière estime que les auteurs comiques du Ve siècle ont été unanimes à critiquer les oligarques extrémistes, étant plutôt partisans de Nicias, démocrate modéré, ou encore du gouvernement « modéré » qui se mit en place après la chute des Quatre cents en 411 (voir Le Carnaval et la politique. Une introduction à la comédie grecque suivie d'un choix de fragments, Paris, Les Belles Lettres, Paris et Annales littéraires de l'université de Besançon, 212, p. 57). Voir aussi Orfanos Ch., op. cit., p. 29.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540