Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Deuxième partie. Le duc – Les rois

1328 : extinction des derniers Capétiens directs et crise dynastique

Juan Carrasco
Übersetzt von Michel Martínez Pérez

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

  • 1 Note du traducteur : Louis X de France.
  • 2 N.DT. : les fueros sont une sorte de constitution médiévale de villes ou de royaumes. Les fueros d (...)
  • 3 Juan Carrasco, « Moneda métálica y moneda crediticia en el reino de Navarra (siglos xii-xiv) », Mo (...)
  • 4 N.D.T. : les buenas villas, bonnes villes dans une traduction littérale, sont la troisième composa (...)
  • 5 Archives générales de Navarre (désormais AGN), Comptes, registre 54, f° 29 v°, 134 et 166 v°. N.D. (...)

1L’extinction en 1328 des derniers Capétiens directs, rois de France et de Navarre, et la crise dynastique qui s’en suivit, entraîna l’arrivée d’une nouvelle et privative dynastie en Navarre : les Évreux. Les représentants du royaume exercèrent leur droit de désigner un héritier légitime et imposèrent leur candidat au trône. La reine propriétaire était Jeanne II, fille et héritière de Louis I le Hutin1, le seul roi maudit qui avait juré les fueros2 ; son mari Philippe, comte d’Évreux, était cousin de son père et du premier Valois. Les « états » ou cortes du royaume acceptèrent que le gouvernement fût exercé par le mari, qui deviendrait Philippe III de Navarre. Son acceptation du trône entraîna la renonciation en faveur de la France des comtés de Champagne et de Brie. Ils reçurent en compensation les comtés d’Angoulême et de Mortain, unis à ceux d’Évreux et de Longeville, de leur appartenance. Ces possessions ultra-pyrénéennes intéressèrent fortement les souverains à tel point qu’ils y résidèrent, de même qu’à Paris, plus longtemps que dans leur propre royaume. Se perpétraient ainsi des faits bien connus : des gouvernements délégués, régis par des personnes étrangères à la Navarre. Dans ce petit royaume, la présence active et influente des représentants des villes dans les assemblées des cortes marquerait en grande partie les politiques « monétaires » des nouveaux souverains. À la fin du premier tiers du xive siècle, la crise économique avait déjà eu des effets dévastateurs, comme la faible masse monétaire mise en circulation et la hausse incontrôlée des prix de l’or et de l’argent, entre autres3. Par ailleurs, les tentatives de nouveaux monnayages furent infructueuses, et la pénurie monétaire alimenta le fléau des falsifications. Quant aux projets d’exploitation de métaux précieux (or et argent), ils ne furent pas concluants. La délicate situation fut très clairement exprimée en 1345 lorsque les buenas villas4 dénoncèrent auprès du gouverneur le manque de pièces de monnaie dans le royaume (la valeur des sanchetes et des tournois convergea à la fin du xiiie siècle) « y aquella poca que es, las gentes hacia tan gran refus que asi bien refusaban los bonos como malos et con tato la moneda era mas poca5 ».

  • 6 On établit le système de perception par foyer comme unité fiscale à raison de 8 sous par foyer. Cf (...)
  • 7 N.D.T. : territoires navarrais au-delà des cols dans une traduction littérale, c’est-à-dire la Bas (...)
  • 8 Cf. AVRV = Acta Vectigilia Regni Navarrae, t. II, vol. I : Registros de la casa de Francia, 1280, (...)
  • 9 AGN, Comptes, caisse 11, n° 102, cahier de 49 pages. Cit. J. R. Castro, CAGN, II, n° 512, Cit Brut (...)

2En définitive, nous pouvons qualifier la politique monétaire des premiers Évreux comme des tentatives frustrées de récupérer la bonne monnaie. Une des premières mesures de leur successeur – Charles II (1349-1387) – fut de corriger cette situation. L’occasion se présenta lors des cortes d’Estella en 1350 lorsque le roi sollicita et obtint l’aide nécessaire – le monnayage – pour frapper une nouvelle monnaie6. En accord avec l’ordonnance obligatoire, on frapperait des deniers carlins, une monnaie qui rompait la tradition des sanchetes, monnaie royale en vigueur depuis presque un siècle et demi, mais qui la maintiendrait au sein des mentions génériques des comptes, en livres et en sous, comme des multiples de deniers dans un système de calcul duodécimal. La nouvelle monnaie aurait une pureté variable, selon qu’elle serait blanche – avec une plus grande proportion d’argent – ou noire ou serrée, connue ainsi à cause de sa faible proportion en métal blanc. Depuis au moins 1283, il existait dans le royaume trois hôtels de la monnaie : à Pampelune, Estella et Saint-Pelai, ce dernier déjà dans les contrées d’Ultrapuertos7. D’un point de vue technique, ceux-ci avaient toujours compté sur les conseils de maîtres monnayeurs de Morlans et d’autres villes françaises8. Dans un premier temps, on pensa frapper cette nouvelle monnaie à Estella puisque la ville avait compté par le passé un atelier, ou hôtel de la monnaie, de solide réputation. Au milieu de l’an 1352, furent promulgués les statuts des monnayeurs de cet hôtel. Leurs exigences et d’autres circonstances firent désister les conseillers royaux de cette proposition initiale. On pensa alors que les ateliers installés dans la ville de Saint-Pelai, sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, offriraient de meilleures garanties. Il fallait y faire quelques travaux afin d’améliorer et adapter les installations aux activités que l’on prétendait y perpétrer9. Ainsi donc, du 10 octobre 1352 au 22 juin 1353, toujours d’après les comptes de l’ouvrage relatif au monnayage de l’hôtel de la monnaie cité ci-dessus, on frappa des carlins d’un sou en cours sur une pièce et de deux sous six grains purs d’« argent le rey » qui est l’argent de référence du xive siècle. Sa pureté, comme l’on sait, équivaut à 11 deniers et 12 grains (95,8 %), par conséquent les carlins avaient une proportion fine de 18,74 %. La taille établie fut de 20 sous, autrement dit 240 par marc parisien (244,75 g) et un poids théorique de 1,01979 g. Le bénéfice de cette émission fut établi à un denier pour dix livres de deniers carlins. Vu que la somme collectée pour ce concept fut de 66 sous et 11 deniers, la valeur de la masse monétaire frappée fut de 8 030 livres. Pour cela on acquiert 1 505 marcs et 5 onces au prix de 17 sous et 4 deniers ob., ce qui entraîna un déboursement de 1 304 livres, 6 sous et 8 deniers ; il est probable que cette transaction eût lieu en monnaie ancienne, c’est-à-dire avec des sanchetes, toujours en circulation.

  • 10 Cf. AGN, Comptes, caisse 184, n° 15, en français. Cit. Idoate, Catalogue des Archives générales de (...)

3On émit pour la première fois de la grosse monnaie, une date très tardive, avec plus d’un siècle de retard par rapport à d’autres économies de l’Occident chrétien et dont les causes ne sont pas simples à expliquer. On peut penser que si cela ne s’est pas fait plus tôt c’est tout simplement parce qu’on ne l’a pas jugé utile, en raison de l’abondance de grosses pièces étrangères au royaume mais de cours légal en France. Quoi qu’il en soit, les gros auraient eu une valeur de 12 deniers, autrement dit un sou en cours et 7 deniers d’argent de légalité antérieure (58,31 %) et de 5 sous, 4 deniers de taille, 64 en marcs parisiens = 3,8242 g. On frappe mille gros, avec un bénéfice d’un denier par pièce, ce qui équivaut à 20 livres, 16 sous et 8 deniers de gros10. Ces quantités sont plutôt symboliques car en aucun cas elles n’auraient pu répondre à la demande des marchés, habitués à la circulation d’une masse monétaire beaucoup plus abondante. Ces carences seront peu à peu corrigées, mais ce qui est indéniable, comme on l’a déjà souligné, c’est la rupture avec le système précédent.

  • 11 Un exemple parmi tant d’autres serait l’achat d’un vitrail pour la chapelle du roi dans la ville d (...)
  • 12 AGN, Comptes, registre 71, f° 24 et 124 v° (Estella, 2 décembre 1352). Citation en castillan class (...)
  • 13 AGN, Comptes, caisse 12, n° 22, XV, Cit. CAGN, II, n° 587 (Pampelune, 26 octobre 1353).
  • 14 Lucas Lefebvre, gardien de la monnaie royale, remit à Guillén de Cochón les parties des monnaies s (...)

4Par ailleurs, des raisons de politiques monétaires associées à la puissance des pièces en or, n’empêchèrent pas de tomber dans l’orbite de monnaies fortes comme le florin aragonais ou l’écu français11. Leur prolifération dans les marchés obligea le roi à ordonner, face à ces tendances spéculatives – « on achète, vend et reçoit dans les marchés les écus à un prix plus fort que celui attribué par le roi » – de fixer un prix officiel de ces pièces en or, à savoir 15 sous carlins pour un écu du roi Philippe (sûrement des pièces frappées à la fin du règne de Philippe VI, de 23 carats et d’une valeur d’une livre tournois) et 14 pour ceux du roi Jean le Bon qui compterait avec une pureté de 18 carats12. À ce prix-là, aucun changeur n’était prêt à se défaire de pièces en or, et vu que la monnaie du roi n’avait aucune légalité hors du royaume, le lieutenant du gouverneur fut obligé – afin de répondre à certaines missions – d’autoriser le trésorier – puisqu’il n’y avait pas de monnaies en or dans la trésorerie – à acheter de vieux écus à raison de 24 sous carlins, et ceux frappés du sceau de Philippe pour 20 sous. Tel était le prix du marché, et comme un client quelconque, le conseiller royal, Guillén le Soterel, dut s’y tenir. Celui-ci, pour ne pas contredire les ordonnances royales, procéda à l’achat de mille livres carlins dans d’autres marchés, concrètement auprès d’un certain Martin Xemeniz de Teruel, archiprêtre de Calatayud (Aragon, N.D.T.). Ce particulier échangeur ne devait pas être étranger aux finances navarraises royales car le paiement de mille livres fut assujetti au paiement de l’impôt correspondant à la modalité de la juiverie de Tudela (Navarre, N.D.T.). Une telle opération se justifie par l’urgence du paiement, mais le contenu de l’ordonnance est toujours d’actualité comme lorsqu’elle rappelle l’interdiction d’acheter des deniers en or « ils sont beaucoup plus chers parce que les marchands les mettent sur le marché à un prix plus élevé que ne le stipulent les ordonnances » et dont les exigences sont très éloignées de la réalité des marchés, d’où son non-accomplissement systématique13. Des missions diplomatiques, à travers d’émissaires envoyés dans différentes cours européennes, mais aussi le simple achat d’or et d’argent afin de subvenir aux besoins en matières premières qu’exigeait l’hôtel de la monnaie de Saint-Pelai, étaient des raisons suffisantes pour ne pas respecter le prix officiel. Toujours en 1353, alors que la perception de l’impôt du monnayage dû au roi n’est pas terminée, il est nécessaire de faire appel aux réserves monétaires du monarque afin de conclure les frappes en cours. À cette occasion, le prix des écus frappés du sceau de Philippe fut de 19 sous contre 15 pour ceux de Jean, ou pour d’autres types de pièces14. Parmi ces autres pièces, on cite les florins et les écus comme étant le résultat d’un monnayage proprement navarrais, mais ces émissions ne semblent pas avoir eu le soutien royal ni être de cours légal. Il s’agirait d’essais plutôt que d’une vraie monnaie mise en circulation. En tout cas, les termes d’un tel monnayage, s’il a existé, n’est pas arrivé jusqu’à nous.

5Au début du mois de mars de l’an 1355, malgré les ordonnances du roi Charles – y compris son monnayage de billons –, la pénurie monétaire était à ce point alarmante et d’une telle magnitude que l’on permit l’entrée en Navarre d’une quantité considérable de pièces étrangères au royaume, la plupart étant le produit de transformations frauduleuses. L’infant Luis, en tant que lieutenant du roi, son frère, mit en garde la population à propos des falsifications :

  • 15 Citation en castillan classique, N.D.T. AGN, Comptes, registre 81, f° 26 v°.

« Des personnes dignes de foi ont certifié que dans certains royaumes de l’étranger on contrefaisait de la grosse monnaie en or et en argent ainsi que de la petite monnaie blanche et noire en imitant celles de cours légal en Navarre, notamment la monnaie noire originaire de Bretagne et d’autres lieux qui imitent la forme des carlins noirs navarrais. De plus, certaines personnes malicieuses, navarraises ou étrangères, auraient fait entrer ou feraient encore entrer ces monnaies contrefaites et de faible pureté pour les mettre en circulation aux côtés des pièces royales en cours afin de rendre légales ces pièces contrefaites, d’où le besoin de rendre publique cette affaire dans toutes les villes et marchés du royaume15. »

  • 16 Citation en castillan classique, N.D.T. Archives municipales de Pampelune (AMP), caisse 16, n° 121 (...)

6Ces mesures avaient pour principal objectif de réprimer la fraude, mais ne prétendaient en aucun cas interdire la circulation de monnaies étrangères, chose courante à partir d’une certaine somme parmi les marchands et les changeurs navarrais. La difficulté de combattre ce premier délit obligea le roi, un mois après sa promulgation, à revoir cette ordonnance, acquittant ainsi les habitants des « bonnes villes » de toute peine criminelle et civile pour toute action frauduleuse à l’encontre de leur monnaie. Une telle grâce n’obéissait pas qu’à « la liberté pure, l’allongement et l’autorité royale16 » car le premier fraudeur n’était autre que le souverain lui-même. Au printemps 1355, à son retour de France et conseillé par les clercs de sa trésorerie, mais surtout poussé par les difficultés financières entraînées par les recrutements de troupes destinées à Cherbourg, il promulgua une nouvelle ordonnance envisageant l’émission d’une monnaie forte, sans préjudice pour les monnaies déjà en circulation dans le royaume aussi bien navarraises qu’étrangères. Le préambule justificatif évoque « l’utilité de la chose publique et le besoin de compter sur un peuple en de bonnes conditions » et de le libérer « de toutes les graves oppressions de notre pouvoir afin que le gouvernement de notre peuple soit pour la satisfaction, la gloire et à la louange de Dieu ». Il se réfère ensuite au besoin de « remédier la question de la monnaie » en allusion à la faible pureté et aux défauts d’émission des premiers carlins. Face à la demande du peuple et aux conseils et aux avertissements de ses conseillers, on accorde une nouvelle ordonnance dans les termes suivants :

  • Seront frappées des pièces en or afin qu’elles restent dans le royaume et n’en sortent pas. On fixe la quantité à 1 000 livres, ou ce qui revient au même, 2 000 marcs parisiens.
  • On souhaite également une monnaie forte, comme les petits deniers tournois de telle pureté et taille (également appelés cornados) « bons et forts comme les tournois de Tours et ceux qui par le passé furent de cours légal dans notre royaume ».
  • Frapper des gros tournois blancs en argent et des petites meajas. D’ailleurs, « le prix se rapproche de la valeur desdits tournois17 ».
  • 18 Cf. Archives municipales de Tudela (AMT), caisse 7, n° 3. Cit. F. Fuentes, Catálogo de los Archivo (...)

7Le contenu de cette ordonnance fut également dévoilé à Tudela et ses environs dans des termes semblables mais avec quelques nuances cependant : on justifie le besoin d’une monnaie forte, sans cesse revendiquée et attribuée par la grâce du monarque. Quant aux tournois, il est stipulé qu’ils doivent avoir le même sceau que les cornados18. Malgré les détails contenus dans cette ordonnance, ce monnayage n’aurait pas eu lieu si l’on en croit l’absence de toute trace écrite.

  • 19 AGN, Comptes, registre 77, f° 29 v°, 37 v° et 65 v°. Des rentes de Valcarlos, il est dit que 119 s (...)
  • 20 AGN, Comptes, registre 81, f° 27.
  • 21 Le lieutenant du roi lui-même est obligé d’intervenir auprès du trésorier pour qu’on en déduise un (...)
  • 22 N.D.T. : c’est-à-dire les « employés » de cette sorte de Cour des comptes.
  • 23 Il n’y eut que deux parties avec des prix inférieurs : une à 15 sous et demi les 20 écus de Jean, (...)
  • 24 À la mi-octobre de l’an 1356, García Arnalt de Ibarrola, le jeune, voisin de Saint-Jean-Pied-de-Po (...)
  • 25 AGN, Comptes, caisse 12, n° 166. Cit. J. R. Castro, CAGN, II, 886. Ibid., registre 79, f° 3 et reg (...)

8Bien que théorique, le système monétaire de la monarchie navarraise fut ainsi rétabli, reposant sur une monnaie en or dont on ignore le nom, la pureté et la taille. Peut-être l’appellation « florins de Navarre » fut-elle adoptée, au moins comme monnaie de compte, et qui était déjà utilisée par ailleurs dans la comptabilité financière depuis 1353. Je dois avouer cependant qu’il s’agit d’une conjecture qui ne me satisfait guère. Les pièces de métal blanc seraient le gros tournois, avec des caractéristiques similaires à celles que l’on connaît déjà et de valeur égale (12 deniers) ; et pour trois valeurs de billons : des petits deniers tournois ou cornados, des deniers carlins noirs, et les meajas ou demi-deniers. C’est précisément en monnaie blanche qu’il fallait procéder à ses obligations fiscales avec la Señoría Mayor où un denier blanc équivalait à deux deniers noirs19. Cependant, et quoi qu’il en soit, on peut avoir l’impression d’une politique erronée, faite sur le vif des événements : une sorte d’amalgame normatif imprécis et impressionniste qui tente d’être le fondement d’un système complexe et d’une circulation à trois niveaux. Il était donc nécessaire d’introduire quelques réajustements qui tenteraient d’alléger les tensions inhérentes à la cohabitation des trois métaux. Par ailleurs, le besoin de compter avec une monnaie jaune propre au royaume était de plus en plus flagrant dans les différentes tentatives de réforme, mais son application tombait vite à l’eau alors que la relation or/argent était restée pratiquement au même niveau, étant donné que le marc en or valait 12 marcs en argent « argent le rey ». En revanche, ce rapport descendrait en France vers 1355 entre 6 et 7. C’est probablement pour cela qu’un an après les premières plaintes de falsifications, au début du mois de mars 1356, l’infant Louis, en tant que lieutenant du roi, prévint la population de l’existence de pièces de monnaie moins pures que celle du roi, frappées dans d’autres royaumes, aussi bien des monnaies grosses en or et en argent que des petites (blanches et noires). Cette fausse monnaie tentait d’imiter « la forme et les signes des monnaies du roi de Navarre, notamment les deniers noirs faits en Bretagne ». On dénonce également le fait que certaines personnes introduisent ces monnaies « faibles en pureté mais mises sur le marché20 » mélangées à celles du roi. Tel était le degré de méfiance que même les officiers du roi avaient parfois du mal à acheter de l’or avec une certaine garantie21. Que ce soit en raison d’un manque de monnayage de monnaies jaunes propres au royaume dans un but mercantile, ou à cause de la pénurie et la mauvaise qualité de celle-ci, le fait est que l’achat de monnaies en or – florins et écus – était une pratique habituelle qui se reflète très bien dans la comptabilité de la Trésorerie. Si l’on analyse les différents mouvements réalisés entre 1355 et 1357, on s’aperçoit que le trésorier a versé de l’argent à des membres importants du Conseil royal afin de mener des missions en Castille mais aussi à Paris, en Avignon et dans d’autres villes de France. Les oidores de los comptos22 notent la somme et le type de monnaie octroyé, la receveur, la destination, le prix réel de chaque pièce et le nom de l’« officier ». Tout cela est noté par les maîtres comptables. Cette différence, appelée perte ou « chute » est ce qui constitue l’objet essentiel de ces notes. Grâce à ces extraits du triennat crucial mentionné plus haut, nous savons que furent acquis 2 471 écus et demi, dont seuls 219 étaient des vieux ou du roi Philippe VI, le reste étant du roi Jean II le Bon. La cotisation des premiers oscille entre 23 et 24 sous carlins alors que les seconds se payent à 18. C’est comme si la proportion fine, exprimée en carats, déterminait le prix, à raison d’un sou (12 deniers) par carat23. Quant aux florins, utilisés pendant les voyages et les missions de Castille, on en dénombre 1974 généralement de Florence et à un prix de 18 voire 17 sous et demi selon les cas. Dans chacune de ces notes, on trouve le prix comptabilisé par les maîtres, toujours plus bas et qui oscille entre un demi-sou et un sou, en fonction du prix de départ. Les pertes engendrées par de telles différences furent estimées à 169 livres, 10 sous et 2 deniers de la monnaie serrée de Navarre. Afin de combler ces taux de change défavorables, tout le long de l’an 1356 furent envoyés à Saint-Pelai les ordres de continuer à frapper de la petite monnaie (de nouvelles émissions améliorées de deniers carlins blancs et noirs) pour que le royaume n’entre pas en pénurie24. Les améliorations apportées dans les émissions précédemment citées aussi bien dans les coupes de Basse Navarre (aujourd’hui du côté français, N.D.T.) que de Pampelune, tentèrent d’élever quelque peu la pureté des deniers serrés ou noirs, fixant la parité à 12 carlins blancs contre 22 noirs. Cependant, les secteurs les plus sensibles et influents, notamment les argentiers et les changeurs, et ce en raison de leur plus grande connaissance de la valeur intrinsèque de chacune des pièces, mirent peu de temps à montrer leur désaccord, à tel point que ces questions furent traitées dans les assemblées représentatives ou cortes générales du royaume25. Les intérêts opposés des différents secteurs qui composent ces assemblées favorisèrent la vigueur de l’ordonnance, mais les représentants des gens vivant du commerce arrivèrent à ce que la monnaie blanche fût préférée dans toutes les transactions de marchandise. Les lois du marché finirent par s’imposer et la parité entre les deniers carlins blancs et noirs fut d’un contre deux.

  • 26 Ce fut le prix payé par le maître Pierre Gobart, clerc du roi, pour 50 florins de Florence. Ce cle (...)
  • 27 AGN, Comptes, registre 97, f° 33.
  • 28 Ibid., document de l’Infant Luis, lieutenant du roi, entre les feuillets 32 et 33. Cit. F. Idoate, (...)

9Comme nous l’avons déjà dit, le rôle des argentiers et des changeurs fut décisif dans les politiques de change de la couronne, principalement dans les marchés d’argent, situés dans les villes franches de Pampelune, Estella, Viana et dans la « bonne ville » de Tudela. Conscient de cette dépendance et des difficultés pour faire respecter ses ordonnances par toutes sortes de gens de son royaume, le roi – qui avait perdu la confiance des siens qui l’accusaient de « frauder » – chargea son frère, l’infant Louis, de contrôler le prix de la valeur des monnaies avec la promulgation de l’ordonnance correspondante, afin de freiner la libre spéculation. En accord avec cette mission, à la fin mai de l’an 1360, les nouveaux prix furent fixés afin d’éviter « un grand dommage et préjudice pour le bas peuple ». Les changeurs réunis, et conseillés par leur bon jugement ainsi que celui d’autres gens, fut établie « la nouvelle table des changes ». On y trouve en premier lieu les pièces en or comme le « moltón d’or de qualité et de bon poids d’une valeur de 16 sous et 8 deniers de carlins serrés ». Il s’agit probablement d’une pièce frappée à la fin octobre de l’an 1354, à raison de 52 (4,70 g) pour chaque mars de 24 carats et un cours de 25 sous tournois. Malgré sa tendance à la hausse, le vieil écu connaîtrait une cotisation de 16 sous carlins serrés ; et le florin de « d’or de qualité et de bon poids », 12 sous serrés26. On ne sait pas de quel genre de florin il s’agit, mais puisqu’il n’est pas navarrais à proprement parler, il pourrait s’agir d’une des nombreuses imitations du florin de Florence faites en France, avec les « agnelets » ou les demi-moltons de Jean le Bon, ou encore en Aragon. Il semblerait que le centre de la discorde résidait précisément dans ces pièces en or à tel point que les changeurs du royaume « frappaient malicieusement les monnaies à leur convenance. Par cupidité, ils souhaitaient que toutes les monnaies soient échangées trois deniers en moins par pièce en or, à savoir : le moltón à 16 sous et 5 deniers ; le vieil écu à 15 sous et 9 deniers et le florin à 11 sous et 9 deniers carlins serrés pas un de plus sous peine de 10 sous de carlins blancs27 ». Les pièces en argent dont nous avons parlé ici étaient le bon vieux tournois, à raison de 15 deniers serrés ; à un prix quelque peu inférieur se cotise le bon barcelonais, une pièce épaisse d’une pureté de 11 deniers et une taille de 72 sous par marc ; le bon sterling – une monnaie royale – à 4 deniers serrés et finalement 12 jaqueses valent 13 carlins serrés28. Les sept pièces dont nous avons parlé furent probablement les plus frappées par la fraude et par conséquent celles qui furent soumises à un plus grand contrôle. Il ne faudrait pas croire pour autant que ce catalogue régulateur des changes fut le seul en Navarre à la moitié du xive siècle. Il est vrai que les questions monétaires issues des accords passés à Brétigny près de Chartres le 6 mai 1360 purent avoir des conséquences dans le royaume dont était titulaire Charles II d’Évreux, prétendant au trône de France et grand allié d’Édouard III d’Angleterre. C’est peut-être pour cette raison que l’instabilité monétaire existant depuis la moitié des années 1350 pût toucher fond et marquer le départ d’une stabilité fragile comme voulurent le mettre en exergue les cortes de 1361 en essayant de « refroidir » la circulation monétaire et chercher le moyen de récupérer la bonne vieille monnaie d’antan.

Anmerkungen

1 Note du traducteur : Louis X de France.

2 N.DT. : les fueros sont une sorte de constitution médiévale de villes ou de royaumes. Les fueros dont il est question ici sont ceux du Royaume de Navarre, en vigueur jusqu’au xixe siècle et récupérés en 1979.

3 Juan Carrasco, « Moneda métálica y moneda crediticia en el reino de Navarra (siglos xii-xiv) », Moneda y monedas de la Europa medieval (siglos xii-xiv), XXV Semana de Estudios Medievales, Estella, du 19 au 23 juillet 1999, Pampelune, 2000, p. 426-427. Plus récemment Íñigo Mugueta, El dinero de los Evreux. Hacienda y fiscalidad en el reino de Navarra (1328-1349), Pampelune, 2006, thèse doctorale sous presse, p. 582-592.

4 N.D.T. : les buenas villas, bonnes villes dans une traduction littérale, sont la troisième composante du tiers état du Royaume de Navarre. Il correspond aux cités navarraises se régissant par des « fueros » municipaux particuliers.

5 Archives générales de Navarre (désormais AGN), Comptes, registre 54, f° 29 v°, 134 et 166 v°. N.D.T. : en castillan classique dans le texte : « Les gens n’attribuaient aucune valeur aux bons et les pièces étaient de plus en plus rares. »

6 On établit le système de perception par foyer comme unité fiscale à raison de 8 sous par foyer. Cf. Juan Carrasco, La población de Navarra en el siglo xiv, Pampelune, 1973, p. 377-407 où est édité ce monnayage, reçu par Guillén de Cochón, clerc du trésorier.

7 N.D.T. : territoires navarrais au-delà des cols dans une traduction littérale, c’est-à-dire la Basse Navarre, sur le flanc aujourd’hui français des Pyrénées occidentales.

8 Cf. AVRV = Acta Vectigilia Regni Navarrae, t. II, vol. I : Registros de la casa de Francia, 1280, 1282, 1283, éd. Juan Carrasco et Pascual Tamburri, Pampelune, 1999, § 5, as. 455458, p. 263-264.

9 AGN, Comptes, caisse 11, n° 102, cahier de 49 pages. Cit. J. R. Castro, CAGN, II, n° 512, Cit Brutails, Document des Archives de la Chambre des comptes de Navarre (1196-1384), Paris, 1890, p. 55, en castillan classique dans le texte, N.D.T. : recette de l’argent reçu par Peyrot de Garriz pour faire la monnaie que le roi a commandé dans son pays d’Aquient Puertos, dans la ville de Sen Pelay. La recette est de 796 livres, 18 sous et 8 deniers. Frais de réparation de la maison dite d’Anguelua : 155 livres, 4 sous, 8 deniers. Frais de menuiserie : 250 livres, 4 sous, 7,5 deniers. Frais des murs : 54 livres, 4 deniers.

10 Cf. AGN, Comptes, caisse 184, n° 15, en français. Cit. Idoate, Catalogue des Archives générales de Navarre. Section de Comptes. Documents = CAGN, Pampelune, 1974, t. XLIX, n° 787. On fait l’acquisition en plus de 78 marcs, une once d’argent de roi, à un prix de 4 livres et 12 sous par marc ; 46 marcs 4 onces et 2 sterling ; et l’on achète cet autre argent à 17 sous et 8 deniers par marc. Reste le monnayage de 46 marcs, 4 onces, 2 sterling d’argent, qui au prix cité de 17 sous et 8 deniers par marc, valent 41 livres, 5 sous et 11 deniers. Les frais de frappe de ces pièces furent de 66 sous et 11 deniers pour les deniers carlins ; pour l’ouvrage et le monnayage de chacun des 8 030 marcs de deniers carlins à raison de 18 deniers par marc, le coût s’élève à 646 livres ; pour la frappe d’un gros tome d’argent en 5 gros à 12 deniers la pièce, cela coûte 5 sous ; pour l’ouvrage et le monnayage de chacun des 78 marcs, une once de gros à 3 sous 4 deniers par marc coûtent 13 livres, 6 sous ; pour le monnayage de 51 sous 8 deniers à gros coûtent 21 sous et 8 deniers. Le total s’élève à 665 livres et 4 sous soit 680 livres, 7 sous et 8 deniers. Au prix de 4 livres 9 sous d’argent. Il reste 3 marcs une once 1 sterling. En plus, partirent pour Bayonne 459 sterling qui à 6 onces pèsent 8 marcs 6 onces 1 sterling au prix de 68 sterling. Les droits du seigneuriage s’élèvent à 97 sterling de marc. D’autres parties incluent 1 500 florins à 20 sterling et à raison de 21 marcs, 3 onces 4 sterling, son prix d’ouvrage s’éleva à 76 florins, la somme totale des droits de seigneuriage à 135 florins à 2 « sterling ». Il faut tenir compte du fait que les sterling ici cités peuvent avoir un sens pondéral dans le système parisien d’1/20 la once ou d’1/160 de marc de 244,75 g ; mais aussi de denier 2/3 de gros tournois ou simples imitations du denier anglais qui vaut 4 tournois depuis le début du xiiie siècle.

11 Un exemple parmi tant d’autres serait l’achat d’un vitrail pour la chapelle du roi dans la ville de Toulouse, dans la rue se trouvant devant l’église des Prêcheurs, contre une somme de 25 écus en or et 14 supplémentaires pour les frais de port et de montage jusqu’à Pampelune, ce qui fait en tout 39 écus en or. AGN, Comptes, caisse 11, n° 135, f° 10 v° as. 104 (23 février 1352) ; peu après, en avril 1353, Gil Lechat, écuyer de son état, habitant de Badoztain a une dette envers Juan de Artajona, le grand, marchand de Pampelune, de 30 écus, la monnaie du roi de France. Ibid., f° 15. as 132. Cette année-là on note une lettre de procuration de comment María de Echaoz, fille du vicomte de Bayguer pour obtenir 200 florins en écus de Tomás et Elías Jurdán, son frère, tous deux changeurs à Pampelune. Ibid., f° 15 v° as. 137. Mais dans aucun de ces cas on n’apprend la cotisation de ces pièces en or par rapport à la monnaie navarraise.

12 AGN, Comptes, registre 71, f° 24 et 124 v° (Estella, 2 décembre 1352). Citation en castillan classique, N.D.T. : « Ordonnance du dit lieutenant du gouverneur envoyé au dit magistrat sur comment des personnes dignes de foi ont signalé que de nombreuses pièces de monnaie étrangères au royaume, des billons et des écus autorisés par le roi et de cours légal dans le royaume, sont achetés et vendus sur les marchés plus chers que le prix fixé par le roi. Il a été interdit à Estella et ses alentours de faire du commerce avec des monnaies autres que celles du royaume ou de mettre sur le marché des écus à un prix supérieur à celui stipulé par le roi dans son ordonnance, à savoir des écus de Philippe à 15 sous ou des écus de Jean à 14 sous. »

13 AGN, Comptes, caisse 12, n° 22, XV, Cit. CAGN, II, n° 587 (Pampelune, 26 octobre 1353).

14 Lucas Lefebvre, gardien de la monnaie royale, remit à Guillén de Cochón les parties des monnaies suivantes dans le but qu’elles fussent comptabilisées en tant que perception et dont la finalité était le monnayage : 124 écus de Philippe ; 110 de Jean ; 66 florins et 400 écus navarrais, soit au total 700 pièces payées au prix cité ci-dessus. On remet également 300 pièces tournois en argent et cent autres écus navarrais. Avec le maître de la monnaie – Huguet de Villanova – on acquiert le compromis de lui payer le prix de 6 tasses en argent, qui pèsent 5 marcs et 7 onces, acheter par celui-ci à Toulouse afin de les remettre au roi. Ce paiement s’éleva à 37 écus navarrais et deux sous carlins. Cf. AGN, Comptes, registre 72, f° 15 et 45 v°.

15 Citation en castillan classique, N.D.T. AGN, Comptes, registre 81, f° 26 v°.

16 Citation en castillan classique, N.D.T. Archives municipales de Pampelune (AMP), caisse 16, n° 121A. Publ. R. Cierbide et E. Ramos, « Documentación medieval del Archivo Municipal de Pamplona (1129-1356) », Fuentes Documentales medievales del País Vasco, n° 84, Saint-Sébastien, 1998, doc. 159 (Pampelune, avril 1355), p. 262-263.

17 Ibid., caisse 16, n° 124A. Publ. R. Cierbide et E. Ramos, « Documentación… », doc. 162, p. 262-267 : L’ordonnance serait complète avec les paragraphes suivants : on ordonne que toutes sortes de tributs, loyers et autres contrats de vente s’échangent dans cette monnaie. Et que les carlins « que nous avons connus dans le passé et qui couraient du temps de nos ordonnances. Que toutes les autres monnaies en or et en argent de notre royaume, ainsi que des autres royaumes et pays, soient de cours légal afin que chacun puisse payer et être payé dans ces monnaies au prix établi par les fueros de notre bonne et forte monnaie. Et pour que le changement de monnaie ne nuise pas à notre peuple mais au contraire le rende plus fort et solide, nous souhaitons et promettons que notre monnaie garde la valeur fixée par nos ordonnances sans que celles-ci ne connaissent aucun changement jusqu’à la fin de nos jours. Et que le fait de disposer d’une nouvelle monnaie, le dispense du monnayage et d’autres taxes. De même pour les ordonnances que nous aurions pu faire au sujet de l’autorisation de monnayages de carlins, face aux protestations du peuple, nous annulons cette ordonnance. De même, du fait que convergent vers notre royaume toutes sortes de marchandises en abondance, il nous plaît et nous souhaitons que ces marchandises, aussi bien de notre royaume qu’étrangères puissent s’échanger en toutes sortes de monnaies, de façon honnête et sans escroquerie et en payant tous les droits de péage ».

18 Cf. Archives municipales de Tudela (AMT), caisse 7, n° 3. Cit. F. Fuentes, Catálogo de los Archivos Eclesiásticos de Tudela, Tudela, 1944, doc. n° 103. Commentaire de José Yanguas y Miranda, Diccionario de Antigüedades del reino de Navarra, Pampelune, 1840, 3e édition, corrigée et amplifiée, 2000, s. v., monnaie, p. 569-570.

19 AGN, Comptes, registre 77, f° 29 v°, 37 v° et 65 v°. Des rentes de Valcarlos, il est dit que 119 sous et 4 deniers de carlins noirs équivalent à 59 sous et 8 deniers de carlins blancs ; ibid., registre 82, f° 21 v° ; registre 76-2, f° 12 et registre 79, f° 10.

20 AGN, Comptes, registre 81, f° 27.

21 Le lieutenant du roi lui-même est obligé d’intervenir auprès du trésorier pour qu’on en déduise une certaine quantité (37 livres, 5 sous et demi de carlins noirs) pour combler les pertes entraînées par l’achat de pièces en or et réalisées par le magistrat de la Ribera (le sud de la Navarre, la rive de l’Èbre, N.D.T. ) – Guillem de Meaucort. Celui-ci se plaint de la valeur en dents de scie des vieux écus. Ainsi, ceux qu’il acheta à 26 sous et demi ne coûtent plus que 25 sous au moment de les revendre. Cf. ibid., caisse 12, n° 148. Cit. J. R. Castro, CAGN, II, n° 832.

22 N.D.T. : c’est-à-dire les « employés » de cette sorte de Cour des comptes.

23 Il n’y eut que deux parties avec des prix inférieurs : une à 15 sous et demi les 20 écus de Jean, et les 464 écus de Jean à 15 sous et 4 deniers. Celle-ci correspond à la rémunération des gens d’armes qui gardèrent le château de Cherbourg. AGN, comptes, caisse 12, n° 181, f° 3.

24 À la mi-octobre de l’an 1356, García Arnalt de Ibarrola, le jeune, voisin de Saint-Jean-Pied-de-Port, se rendit à Saint-Pelai accompagné d’un notaire de la Cour (Pascual Pérez de Sangüesa) pour observer le déroulement des émissions réalisées par le maître Bernart de Romas, voisin de Morlans. Cf. ibid., caisse 12, n° 164, I. Cit. CABN, II, n° 884.

25 AGN, Comptes, caisse 12, n° 166. Cit. J. R. Castro, CAGN, II, 886. Ibid., registre 79, f° 3 et registre 82, f° 1 ; ibid., registre 81, f° 27 v° : « Suite à la demande d’une grande partie des gens du royaume qui ont su de certains changeurs et argentiers que dans certaines villes du royaume les carlins noirs et les carlins blancs (monnaie courante en Navarre depuis un certain temps) valent 22 deniers noirs. Suite aux conseils des prélats, des gentilshommes et des autres gens du royaume aux Cortes du royaume, il est préconisé d’accepter des carlins blancs comme s’ils avaient la valeur des carlins noirs, ainsi que toutes les autres monnaies, chacune avec sa valeur, selon l’ordonnance du roi divulguée dans les villes et marchés du royaume. Fait à Olite [sud de Pampelune, N.D.T.], le 12 octobre 1356. »

26 Ce fut le prix payé par le maître Pierre Gobart, clerc du roi, pour 50 florins de Florence. Ce clerc reconnut avoir reçu cette somme à raison de 12 sous carlins serrés par pièce, ce qui équivaut à 30 livres (8 février 1361). Cf. AGN, Comptes, caisse 14, n° 15, I et II.

27 AGN, Comptes, registre 97, f° 33.

28 Ibid., document de l’Infant Luis, lieutenant du roi, entre les feuillets 32 et 33. Cit. F. Idoate, CAGN, LI, n° 728.

Autor

Michel Martínez Pérez (Übersetzer)

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540