Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théâtre et politique

 | 
Ioana Galleron

Première partie. Négociations du politique

La politique nationaliste au Siam, vue à travers certaines œuvres dramatiques du Roi Vajiravudh (1910-1925)

Theeraphong Inthano

Texte intégral

  • 1 À partir de la première prise d’Angkor par les armées siamoises, qui aurait eu lieu, selon certain (...)
  • 2 Cf. NaNakhon P., Histoire de la littérature siamoise à l’usage des étudiants, Bangkok, Thay Wattha (...)

1En Thaïlande, connue autrefois des Occidentaux sous le nom de Siam, comme dans les autres pays de la planète, le théâtre n’est pas uniquement destiné à divertir les spectateurs mais il transmet toujours un certain message qu’il soit politique, religieux ou culturel. Pour le Siam, on peut d’ailleurs trouver, même dans le théâtre classique (qui dans une première période était essentiellement le théâtre masqué, appelé « Khon » et dont le répertoire unique était la version siamoise du Râmayâna, le Râmakien), des éléments que nous pouvons qualifier de politiques, puisqu’il était destiné à promouvoir l’idéologie monarchique qui faisait du Roi un Dieu ou un Bouddha1. C’est ce caractère particulier qui explique que de nombreuses versions du Râmakien ont été composées, sans doute dès le XIVe siècle, et qu’à la seule période dite de Bangkok, qui a commencé en 1782, nous pouvons en compter quatre2.

  • 3 On se souviendra du rôle qu’aurait joué Anna Leonowens dans l’enseignement de l’anglais aux enfant (...)
  • 4 Ce film a vu son scénario être composé à partir du roman de Landon M., Anna and the King of Siam, (...)

2Avant de nous intéresser aux œuvres dramatiques que nous avons sélectionnées, nous souhaitons dans un premier temps présenter notre auteur, le Roi Rama VI : né prince Vajiravudh, le 1er janvier 1880, il était le fils aîné du roi Chulalongkorn et de la reine Saovapha. Ce monarque a commencé ses études, comme les autres enfants de la famille royale et de la noblesse de l’époque, par une éducation fondamentale dans l’enceinte du palais avec des précepteurs siamois mais aussi anglais3. Rappelons que dans le fameux film, « Anna et le roi du Siam », le monarque dont il est question était en fait son grand-père, le roi Mongkut (1851-1868) et l’un des jeunes princes que l’on a vu dans ce film est son père, le roi Chulalongkorn (1868-1910)4. Celui-ci, étant conscient de la nécessité de moderniser ce vieux royaume, le Siam, selon le modèle européen, une fois que le prince Vajiravudh a eu 12 ans, l’a envoyé avec d’autres étudiants boursiers du gouvernement siamois principalement en Europe, pour y poursuivre des études supérieures. Ceci n’était pas seulement fait pour que ces jeunes Siamois acquièrent des connaissances scientifiques, politiques, technologiques nécessaires à l’évolution du royaume, mais représentait aussi une des options politiques principales définies par le roi Chulalongkorn : c’est-à-dire que, pour faire connaître son pays, la politique d’ouverture du royaume aux étrangers n’est pas suffisante (elle peut aussi être dangereuse), il faut aussi aller vers « les Autres » afin de les connaître, peut-être pour mieux les contrer ; nous développerons ce dernier point plus tard.

3Pendant les neuf ans que le prince Vajiravudh a passés en Angleterre et aussi en France, il a d’une part suivi des études militaires et d’autre part des études civiles, ceci sans doute pour se préparer à assurer la responsabilité de son pays. On sait qu’il s’intéressait également à la littérature et aux arts, et plus particulièrement à l’art du spectacle. Pendant sa courte vie (il a disparu en 1925, à l’âge de 45 ans), il a composé 167 pièces de théâtre, parmi lesquelles nous trouvons 25 œuvres dramatiques traduites et adaptées des grands dramaturges anglais et français comme Shakespeare, Sheridan, Sullivan, Molière, Eugène Labiche, Tristan Bernard et aussi Georges Courteline, sans compter d’autres genres littéraires qu’il a également abordés tels que romans, nouvelles, contes, scénarii, poésies et essais. Au total, il a composé pas moins d’un millier d’œuvres. Son règne est donc considéré, par les historiens et les critiques littéraires, comme étant le deuxième âge d’or de la littérature siamoise et comme c’est lui aussi qui a introduit le théâtre occidental au Siam, il est surnommé « le Père du théâtre parlé au Siam ».

4Pour mieux comprendre le lien entre les œuvres dramatiques du roi Vajiravudh et sa politique nationaliste, nous souhaitons présenter ici le contexte historique de son époque, lequel explique sans doute les raisons pour lesquelles un bon nombre de ses pièces contiennent un message politique, qu’il soit d’ailleurs direct ou diffus.

  • 5 Liuchaychan B., Le Danger occidental à l’époque du Roi Rama III, Bangkok, Sinlapa Watthanatham, 200 (...)

5Depuis le règne du roi Rama III, le roi Nangklao (1824-1861), le demi-frère du grand-père de ce monarque, avait dû signer plusieurs traités d’amitié inégaux avec des grandes nations occidentales, telles que la Grande Bretagne, la France, les Pays-bas, les États-Unis d’Amérique, etc. Rama III lui-même, avant son décès, avait mis en garde les Siamois sur les nouveaux dangers qui allaient désormais mettre en péril le royaume : ce n’étaient plus les Birmans ou les Khmers, autrefois ennemis héréditaires (n’oublions pas, par exemple, que les Birmans ont, à deux reprises, pris l’ancienne capitale, Ayudhya, en 1569 et en 1767), mais bien les Occidentaux, Français et Britanniques, qui arrivaient, dans une poussée impériale et coloniale, aux frontières du Siam5. Dans le cadre de ces traités inégaux, le Siam avait dû reconnaître, pour les ressortissants étrangers, qu’ils soient citoyens ou sujets des puissances coloniales, le principe d’extraterritorialité et n’avait plus le droit de fixer de taxes d’importation sur les marchandises provenant des pays en question. Comme on le voit, bien que toujours théoriquement indépendant, le royaume était plus ou moins sous tutelle. Depuis que le Siam avait signé en 1856 le premier traité d’amitié, dit « traité Bowring » avec l’Angleterre, ses relations diplomatiques et politiques avec les pays occidentaux étaient très tendues car le Siam commençait, petit à petit, à perdre ses territoires au profit des grands pays colonisateurs, l’Angleterre et la France. Sous le règne du roi Chulalongkorn, le Siam a accepté de céder la rive gauche et une partie de la rive droite du Mékhong, ainsi que trois provinces cambodgiennes à la France, et les sultanats vassaux de la Fédération malaise à la colonie britannique, ceci dans le but de sauvegarder son indépendance.

  • 6 Cf. Tips W. E. J., Gustave Rolin-Jacquemyns and the Making of Modern Siam (The Diaries and Letters (...)

6Le roi Chulalongkorn a également compris qu’il devait poursuivre la modernisation de son pays pour pouvoir rivaliser avec les pays européens. Pendant les 43 ans de son règne, il a multiplié ses visites d’État, pas seulement dans des pays orientaux, tels que l’Indonésie (colonie hollandaise), la Malaisie, Singapour (colonies anglaises) ou bien le Japon, mais il a effectué à deux reprises (1897 et 1907) le voyage en Europe. C’est aussi sous son règne que l’on voit s’établir des relations diplomatiques avec les pays étrangers de manière officielle, par l’implantation d’ambassades et de consulats. Dans l’administration, il a également embauché des experts et des spécialistes étrangers, dans les domaines juridique, politique et culturel6. Le roi Vajiravudh a continué la politique de développement que son père avait commencée. Il a également envoyé des soldats siamois combattre aux côtés des alliés pendant la première guerre mondiale. Grâce à cette action, le Siam a pu enfin renégocier certains traités qu’il avait signés auparavant et est aussi devenu un des États fondateurs de la Société des Nations.

  • 7 Asavabahu (il s’agit d’un des pseudonymes utilisés par le roi Rama VI pour signer certaines de ses (...)

7Nous nous intéresserons maintenant à la politique intérieure du royaume. Ceci est, de notre point de vue, nécessaire car c’est une des raisons essentielles qui nous permettra de mettre en évidence le message nationaliste et anti-chinois dans certaines pièces de théâtre du roi Vajiravudh. Il nous faut évoquer ici le rôle des Chinois d’outre-mer dans la société siamoise. Nous savons que le Siam a eu des relations commerciales et diplomatiques avec l’Empire chinois depuis l’époque de Sukhoday (des tombes chinoises datant du XIVe siècle ont été retrouvées) mais années après années, la vague migratoire chinoise vers le royaume de Siam s’est amplifiée au point que le gouvernement siamois, sous le Maréchal Phibul Songkhram, a décidé de fermer la frontière à l’immigration chinoise à la fin des années 1930. Les Chinois, une fois installés au Siam, commençaient très vite à occuper une place importante dans la vie économique du pays. Des clans mafieux, affiliés aux Triades, que cela soit à Bangkok ou dans d’autres provinces plus lointaines, pratiquaient le racket et menaçaient les petits commerçants siamois. De plus, ces Chinois se plaçaient sous le protectorat des consulats des pays européens, dans le cadre des traités d’extraterritorialité, pour échapper au système juridique siamois. Des écoles étaient construites où les enseignements étaient assurés par des professeurs chinois : les élèves y apprenaient seulement l’histoire de la Chine et la langue chinoise ; ceci semblait montrer qu’ils ne voulaient pas s’intégrer à la société et la culture siamoises. Il nous faut ajouter que, comme les Chinois ont joué, au départ, à partir de la fin du règne du roi Chulalongkorn, un grand rôle dans la construction des infrastructures du pays, ils ont fait des grèves et refusé de se soumettre aux règles de l’administration. Dans le domaine économique, ils occupaient une place importante dans les transports, les services intermédiaires, ils refusaient de vendre des produits agricoles au Siam. Ces révoltes inquiétaient beaucoup le roi Vajiravudh avant même qu’il ne monte sur le trône. Cette inquiétude se manifeste clairement dans deux écrits du roi Vajiravudh, « Les Juifs de l’Orient » et « Réveille-toi, Siam7 ! » Dans le premier texte, qui fait penser à une position antisémite, le roi compare les Chinois aux Juifs. Selon lui, ces deux peuples sont très doués pour le commerce, ils sont profiteurs et pensent qu’ils sont plus intelligents que les habitants du pays où ils s’installent. Ils en profitent au maximum sans s’inquiéter des intérêts même de ce pays. Pour achever ce tableau, selon le monarque, les Chinois traitent les Siamois comme des peuples barbares puisque le mot qu’ils utilisent pour appeler les Siamois, « Huan », veut dire les sauvages.

  • 8 Sri Ayudhya (il s’agit d’un des pseudonymes utilisés par le roi Rama VI pour signer certaines de se (...)

8Nous évoquerons tout d’abord une première adaptation due au roi, celle de Un client sérieux, de Georges Courteline. Il convient ici de se pencher sur les lieux que le roi a choisis pour y placer l’intrigue qu’il adapte : ici, nous devons remarquer le fait que c’est dans une ville imaginaire que va se dérouler l’action de « Un procès important ». Ce choix s’explique parce qu’il n’était pas possible, au Siam, de conserver l’ambiance particulière de la France de l’époque, où les luttes contre le cléricalisme et pour la laïcité peuvent facilement expliquer pourquoi le substitut est révoqué au milieu d’un procès et comment Barbemolle peut aussitôt être nommé à sa place. En plaçant sa pièce de théâtre dans cette ville de province, Rama VI peut trouver un moyen pour que son Barbemolle, Chaliao Chalatphut, puisse prendre la place du substitut : celui-ci est convoqué à Bangkok8.

  • 9 Sri Ayudhya, Le Club de la médisance et Le Médecin par nécessité, Khurusapha, Bangkok, 1968 et Mong (...)

9Nous voyons, à travers ce simple exemple, que les adaptations que le roi Rama VI a effectuées sont en fait des naturalisations. Mais il reste pourtant une question importante à se poser. Ces naturalisations, les a-t-il faites uniquement dans le but de faire connaître aux spectateurs siamois des pièces du théâtre européen qu’il appréciait ? Nous pouvons nous rendre compte que, même quand il conserve de manière très fidèle la construction d’une intrigue originale, il tient de façon systématique à la faire rentrer dans le cadre siamois. Si nous nous plaçons dans la ligne de ce que nous pourrions définir comme une « comédie de mœurs » ou une « comedy of manners », nous sommes amenés à croire qu’il utilise ce type d’intrigue, adaptée pour dénoncer certains défauts de ses contemporains siamois. C’est sans aucun doute ce que Le Club de la médisance, adaptation de The School for Scandal de Sheridan, ou bien Luang Chamnien part en voyage, adaptation du Voyage de monsieur Perrichon de Labiche, montrent avec le plus de clarté9.

  • 10 Nous trouvons beaucoup de personnages, dits d’origine chinoise, dans les pièces de théâtre du Roi (...)
  • 11 « Kup : Connard ! Sale Chinetoque ! », inSri Ayudhya, Un procès important, op. cit., p. 215.

10Dans les pièces du roi, à de nombreuses reprises, nous pouvons rencontrer des personnages antipathiques qui sont systématiquement identifiés comme étant des Chinois10. L’exemple le plus évident est la dernière réplique de Un procès important où Kao, un des prévenus qui se trouve victime de ce changement si étonnant de situation entre l’avocat qui devient substitut au milieu de l’audience du tribunal, est traité de « sale Chinetoque11 ». Cela nous amène à penser que ces comédies ne sont pas uniquement des textes où l’auteur se moque des défauts de la société, mais qu’elles contiennent un certain message politique, en rapport avec les idées nationalistes que Rama VI a tenté de faire apparaître tout au long de son règne.

  • 12 Ces deux articles ont été par ailleurs traduits en anglais : The Jews of the Orient et Wake up Sia (...)

11Il ne faut pas oublier, en effet, que le roi a composé un pamphlet intitulé « Juifs de l’Orient », et « Réveille-toi Siam12 », qu’il a publié sous le pseudonyme « Asavabahu ». Cet ouvrage comprend quatre chapitres où il présente une critique très polémique des Chinois d’outre-mer en particulier. Il explique d’ailleurs qu’il n’a pas intention d’attaquer les Chinois, précisant même que ses critiques ne sont pas inspirées par une quelconque haine raciale et que ce qu’il propose n’est que le résultat de ses propres observations.

12Il essaie d’abord de montrer le bien-fondé du rapprochement qu’il fait entre les Juifs et les Chinois, afin de prouver que ces deux « races » sont bien comparables. Une des raisons pour lesquelles, selon lui, les Européens ressentent de la haine envers les Juifs serait la question identitaire. Cette question identitaire se manifesterait par le fait qu’ils ne sont pas intégrés dans la société qui les accueille et qu’ils conservent leurs traditions et leurs coutumes : ceci conduit parfois à une survisibilité culturelle. Il ajoute que les Juifs sont très intelligents et particulièrement habiles dans le commerce et les affaires financières. Ils sont capables de tout faire pour obtenir de l’argent, à cause de leur avidité : cela nous fait penser au Marchand de Venise et explique peut-être le fait que le roi ait choisi de traduire cette pièce de théâtre en siamois… Le fait qu’ils soient ainsi des profiteurs les amène à subir des violences sanglantes : Rama VI donne ici l’exemple des pogromes de Russie.

  • 13 Le « Péril jaune » fut défini dès 1900 comme « a supposed danger that the Asiatic peoples will ove (...)

13C’est alors qu’il montre les convergences qu’il pense constater entre les Juifs et les Chinois. Dans le monde anglo-saxon, il note d’ailleurs que les gens n’éprouvent pas tellement de haine envers les Juifs mais qu’ils ressentent plutôt la menace de ce qu’ils appellent le « péril jaune13 ». Le roi n’est pas exactement de cet avis car ce terme de « péril jaune » étant très large, il inclut toutes les nations asiatiques confondues, alors que le vrai problème est, selon lui, la menace que font peser sur les royaumes et les États les Chinois d’outre-mer.

  • 14 Angkinan P., Rôle des Chinois au Siam sous le règne du Roi Chulalongkorn, Prachakkanpim, Bangkok, 1 (...)

14Le roi, se plaçant dans le mode de raisonnement spécifique des Siamois, essaie alors de montrer de façon systématique comment les Chinois d’outre-mer en Asie du Sud-Est présentent les mêmes caractères que les Juifs en Occident. Ces Chinois refusent de s’assimiler au pays qui les accueille : par exemple, ils continuent à parler leur langue comme à pratiquer leurs traditions et leurs croyances ; de la même façon ils prennent en mains la majeure partie du commerce et de la finance du pays et sont accusés d’exploiter le peuple siamois pour s’enrichir, alors qu’ils bénéficient de privilèges pour les impôts14.

15Il pense même que les Chinois d’outre-mer sont plus dangereux que les Juifs pour le pays qui les accueille. En effet, les Juifs n’ont pas de pays d’origine où ils retournent et donc, si tout va bien pour eux, ils restent dans ce pays où on voit qu’ils jouent un rôle dans la politique comme en Angleterre. Les Chinois, quand ils se sont enrichis en exploitant les habitants qu’ils méprisent, rentrent dans leur pays en emmenant tout l’argent qu’ils ont gagné.

16Ce pamphlet nous replace dans la situation sociale et économique du Siam de l’époque : quand le roi Rama V a aboli l’esclavage et la corvée pour la remplacer par l’impôt, il a fallu trouver des ouvriers pour faire les grands travaux, construction des routes et du chemin de fer, creusement des canaux : on a alors fait venir de la main-d’œuvre de Chine et ces Chinois ont vite commencé à jouer un rôle dans l’économie car ils sont doués pour le commerce. Le roi s’inquiétait que leur influence économique les amène à vouloir jouer un rôle politique et peut-être à être un obstacle à son pouvoir personnel.

  • 15 À propos des idées nationalistes dans les œuvres du Roi Rama VI, nous avons consulté Wankaeo T., L (...)
  • 16 Sur les nationalismes européens, cf. Sabourin P., Les Nationalismes européens, Paris, Presses Univ (...)

17En fait, si ces idées paraissent effectivement très anti-chinoises, il faut sans doute comprendre qu’il s’agit surtout, pour Rama VI, d’essayer de construire, en face des puissances coloniales, anglaise et française, un sentiment national, de façon à permettre au Siam d’être uni contre les dangers extérieurs. Alors, pour cela, il tente de définir un ennemi de l’intérieur, ces « sales Chinetoques », justement. Nous voyons donc clairement que si ces adaptations naturalisées d’œuvres occidentales sont et demeurent composées dans un but de divertissement, elles peuvent aussi servir à transmettre, directement ou indirectement, un message politique. D’ailleurs, dans certaines de ses pièces de théâtre originales, comme Cœur de guerrier15, il se sert effectivement du théâtre comme tribune pour sa propagande nationaliste. Le nationalisme siamois, tel que nous pouvons le voir apparaître à travers les œuvres du roi Rama VI, est donc bien le produit d’une réaction contre les périls colonialistes, mais est en quelque sorte « inventé » de toutes pièces par le roi lui-même, en désignant des ennemis de l’intérieur et en exaltant le courage et l’esprit de sacrifice des « vrais » Siamois. Nous sommes alors bien loin de l’élaboration de cette notion telle que nous la rencontrons en Europe – et nous savons les ravages qu’elle a pu faire depuis la Révolution française – où elle est née de la base, de l’élan d’un peuple tout entier se levant contre des envahisseurs : c’est Valmy, c’est « La Marseillaise », c’est « Le chant du Départ16 »…

Notes

1 À partir de la première prise d’Angkor par les armées siamoises, qui aurait eu lieu, selon certains historiens, dès les premières années du règne du roi U-Thong (1350-1369), fondateur du royaume siamois d’Ayudhya, les monarques de ce nouveau royaume ont complètement intégré l’idéologie qui sous-tendait l’Empire khmer, celle d’un roi qui était considéré comme un Dieu. Cf. Dupont P., Le Début de la royauté angkorienne, BEFEO, XLVI, 1952, p. 119-176 et Cœdès G., Note sur l’apothéose au Cambodge, Bull. Comm. Arch. Indochine, 1911, p. 46.

2 Cf. NaNakhon P., Histoire de la littérature siamoise à l’usage des étudiants, Bangkok, Thay Watthana Phanit, 1974, p. 206-403.

3 On se souviendra du rôle qu’aurait joué Anna Leonowens dans l’enseignement de l’anglais aux enfants du roi Rama IV. Cf. Leonowens A. H., The English Governess at the Siamese Court, Carlisle, Massachussets, Applewood Books, 1870.

4 Ce film a vu son scénario être composé à partir du roman de Landon M., Anna and the King of Siam, New-York, Harper & Collins Publishers, 1999, lui-même inspiré par les mémoires, plus ou moins inventés, d’Anna Leonowens.

5 Liuchaychan B., Le Danger occidental à l’époque du Roi Rama III, Bangkok, Sinlapa Watthanatham, 2007, p. 40.

6 Cf. Tips W. E. J., Gustave Rolin-Jacquemyns and the Making of Modern Siam (The Diaries and Letters of King Chulalongkorn’s General Adviser), Bangkok, White Lotus, 1996.

7 Asavabahu (il s’agit d’un des pseudonymes utilisés par le roi Rama VI pour signer certaines de ses œuvres), Juifs de l’Orient et Réveille-toi Siam !, Fondation de commémoration du Roi Vajiravudh, Bangkok, 1985.

8 Sri Ayudhya (il s’agit d’un des pseudonymes utilisés par le roi Rama VI pour signer certaines de ses pièces de théâtre), Un procès important, inSri Ayudhya, Vice-Commandant et Un procès important, première édition, Khurusapha, Bangkok, 1969, p. 206-207.

9 Sri Ayudhya, Le Club de la médisance et Le Médecin par nécessité, Khurusapha, Bangkok, 1968 et Mongkut Klao Chao Yu Hua (sa Majesté le roi), Luang Chamnien part en voyage, Akson Charoenthat, Bangkok, 2002.

10 Nous trouvons beaucoup de personnages, dits d’origine chinoise, dans les pièces de théâtre du Roi Rama VI, traductions et adaptions comme ses propres œuvres. Ces personnages sont en général ridicules et méprisés, ce que nous allons expliquer dans les paragraphes suivants. Nous rencontrons entre autres ces « Chinois » dans les pièces que nous avons choisi d’évoquer ici : « Le Club de la médisance », « Un procès important » et « Bon interprète ».

11 « Kup : Connard ! Sale Chinetoque ! », inSri Ayudhya, Un procès important, op. cit., p. 215.

12 Ces deux articles ont été par ailleurs traduits en anglais : The Jews of the Orient et Wake up Siam !, lesquels ont été publiés dans le Siam Observer, journal en anglais. Voir la préface de P. Malakul à Asavabahu, Juifs de l’Orient et Réveille-toi Siam !, Fondation de commémoration du roi Vajiravudh, Bangkok, 1985.

13 Le « Péril jaune » fut défini dès 1900 comme « a supposed danger that the Asiatic peoples will overwhelm the white, or overrun the world ». Si nous suivions l’interprétation du Péril jaune que Jacques Decornoy donne dans Péril jaune, peur blanche (1970), nous dirions que les pays occidentaux ayant des colonies en Asie en auraient profité pour créer cette menace. C’est à cette époque, selon Gollwitzer, que la formule du Péril jaune (Bismarck, mort en 1898, ayant affirmé qu’un jour les Jaunes abreuveraient leurs chameaux dans le Rhin) se répandit en Europe et aux États-Unis. L’expression gelbe Gefahr apparaît en effet d’abord en allemand comme « die Bedrohung der Weissen durch die gelbe Rasse », et presque simultanément en anglais, yellow peril. Cf. Poulet R., Le Péril jaune in [http://www.larevuedesressources.org] (Consulté le 8 mai 2007).

14 Angkinan P., Rôle des Chinois au Siam sous le règne du Roi Chulalongkorn, Prachakkanpim, Bangkok, 1972, p. 132-145.

15 À propos des idées nationalistes dans les œuvres du Roi Rama VI, nous avons consulté Wankaeo T., Le Nationalisme dans les œuvres dramatiques de S. M. le roi Vajiravudh, mémoire de maîtrise, Bangkok, Université Sri Nakharinwirot, 1979, 218 p.

16 Sur les nationalismes européens, cf. Sabourin P., Les Nationalismes européens, Paris, Presses Universitaires de France, collection « Que sais-je ? », 1996, 128 pages.

Auteur

INALCO-CERLOM, Paris

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540