Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théâtre et politique

 | 
Ioana Galleron

Première partie. Négociations du politique

Le détour par l’histoire romaine dans la tragédie de la seconde moitié du XVIIIe siècle, du Spartacus de Saurin au Caïus Gracchus de Chénier

Jean-Noël Pascal

Pour Huguette Krief

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire d’ensemble de la tragédie au temps des Lumières, consulter en priorité Carrington La (...)
  • 2 Sur les tragédies à sujet romain en général, consulter Dosmond S., La Tragédie à sujet romain, 1552 (...)

1Dès les années 1760, à l’heure des dernières batailles – littéraires et idéologiques – victorieuses qui permettent aux Philosophes d’occuper enfin sans partage les bastions d’où ils peuvent régir l’opinion publique éclairée, les débats politiques qui seront trente ans plus tard ceux de la Révolution connaissent un développement significatif, notamment dans le genre tragique, dont la production demeure surabondante et dont Voltaire a déjà amplement exploité les aptitudes militantes1. Si les pièces à sujet romain, dans la lignée de Brutus (1730), ne constituent pas la majorité du corpus représenté ou même publié2, elles n’en sont pas moins relativement nombreuses (une bonne quarantaine, dont une quinzaine créées au Théâtre-Français ou au Théâtre de la Nation), entre le Spartacus (1760) de Saurin et le Caïus Gracchus (1792) de Chénier, et si elles ne sont pas toutes prioritairement conçues pour donner carrière à des questionnements politiques, il est très rare qu’elles esquivent absolument les thématiques – la liberté, la révolte, l’esprit républicain, le patriotisme : la liste n’est pas limitative – appelées par le choix des figures historiques qu’elles mettent en scène.

  • 3 Établie principalement à partir de la thèse fondamentale de Catherine Bec, op. cit., p. 581-586.

2Voici – sous réserve d’omissions – une liste3, limitée aux ouvrages qui ont été joués au Théâtre-Français ou – à partir de l’été 1791 – au Théâtre de la Nation :

  • Spartacus (Saurin), 6 représentations en 1760, 25 reprises jusqu’en 1818 ;

  • Éponine (Chabanon), 2 représentations en 1762 ;

  • Éricie ou la Vestale (Dubois-Fontanelle), 2 représentations en 1782 (mais la création – la pièce alors était étiquetée comme drame – avait eu lieu à Lyon en 1768) ;

  • Arminius ou les Chérusques (Bauvin), 9 représentations en 1772-1773 ;

  • Régulus (Dorat), 14 représentations en 1773 (mais une première version de la tragédie avait été imprimée dès 1765) ;

  • Marcius Coriolan ou le Danger d’offenser un grand homme (Gudin de La Brenellerie), 7 représentations en 1776 ;

  • Tibère et Sérénus (Fallet), 10 représentations en 1782 ;

  • Coriolan (La Harpe), 12 représentations en 1784, 83 reprises jusqu’en 1839 ;

  • Virginie (La Harpe), 10 représentations en 1786, des reprises pendant la Révolution ;

  • Augusta (Fabre d’Églantine), 7 représentations en 1787-1788 ;

  • Marius à Minturnes (Arnault), créée en 1791, des reprises sous la Révolution, 26 représentations au Français jusqu’en 1829 ;

  • Virginie ou la Destruction des décemvirs (Doigny du Ponceau), 4 représentations en 1791 ;

  • Lucrèce (Arnault), 7 représentations en 1792 ;

  • Caïus Gracchus (Chénier), créée en 1792.

  • 4 Voir Pascal J.-P., « Regards sur la tragédie au temps des épigones de Voltaire : l’histoire, la pol (...)

3Cette énumération de titres donne à elle seule des indications assez claires sur les terrains choisis par les dramaturges : les problématiques abordées – de la légitimité de la révolte à la place du peuple dans la cité en passant par le patriotisme exalté ou les rapports de la religion et du pouvoir – sont très variées et l’on ne se propose ici que de montrer rapidement, par l’analyse de quelques exemples, l’intérêt et la densité politique de ce qu’on peut bien appeler un détour par l’histoire romaine, dans la mesure où l’usage, dans ces années-là, du modèle tragique néoclassique et antiquisant comme véhicule d’un message idéologique moderne – la formule voltairienne de la tragédie, si l’on veut – est un fait acquis4. Dans l’impossibilité de tout dire, on se limitera, à partir de trop peu d’exemples, à quelques considérations sur la révolte, la liberté, la patrie et la république.

De la révolte à la révolution

  • 5 Voir Bec C., « Le patriotisme à la romaine dans les tragédies des années 1760-1780 », Regards sur l (...)

4Dès 1760, le héros du Spartacus de Saurin – un auteur lié à tout ce qui comptait alors dans le parti philosophique – est conçu comme un grand homme, « grand pour le bien des hommes et non pour leur malheur » selon une formule de la préface : une figure exemplaire de militant en lutte contre l’oppression romaine, exalté jusqu’au sacrifice pourvu que sa révolte soit le signal de la libération de l’univers5. Ce fils d’un roi germain, réduit en servitude par le vainqueur romain, a pris la tête de la sédition des gladiateurs et des esclaves contre Rome, c’est-à-dire dans les termes que lui prête Saurin de la lutte des « malheureux » contre les « brigands » qui, au mépris du droit, imposent des « chaînes » à ceux que la force a vaincus, qui en sont donc réduits à utiliser les mêmes moyens violents pour recouvrer leur liberté. À la scène 4 de l’acte III, Spartacus, devenu à lui seul par la magie des mots l’incarnation de tous les opprimés, le clame avec véhémence devant Messala, l’envoyé des Romains :

  • 6 Saurin, Spartacus, III, 4, dans Chefs d’œuvre tragiques, op. cit., t. 1, p. 293.

Rome, tu n’as sur lui que d’être plus puissante …
Mais à la terre, enfin, le ciel donne un vengeur !
Il est temps de marquer un terme à ta fureur,
Il est temps d’écraser une superbe race,
Un peuple de tyrans, dont l’ insolente audace
Se vante que les dieux ont formé l’univers
Pour la gloire de Rome et pour porter ses fers6 !

5Mais il ne se contente pas de ces déclarations exaltées. Il rêve d’un ordre politique nouveau, qui restaurerait les vertus de la république des origines, celle qui n’était pas encore pervertie par la dérive impérialiste qui caractérise l’histoire de Rome. Il se voit – et ceci dès le début de la pièce, lorsqu’il dévoile ses intentions à son allié gaulois Noricus – en propagateur de la liberté universelle :

  • 7 Spartacus, I, 3, éd. citée, p. 277.

Laissons à l’univers un monument durable,
Que la vertu consacre aux siècles à venir.
La gloire des Romains fut de tout envahir ;
Sur un titre plus beau que la nôtre se fonde :
Soyons les bienfaiteurs, non les tyrans du monde7.

6Que tout cela comporte, à l’heure de la guerre de sept ans, un sens circonstanciel – la tragédie se prête à tous les époques au jeu des allusions –, c’est infiniment probable et l’hégémonie de la perfide Albion est sans doute lisible à travers le tableau de l’impérialisme romain. Mais c’est à l’évidence moins important que la revendication sans cesse réitérée au fil de la pièce et constamment mêlée d’idéalisme vertueux du droit à la révolte contre la tyrannie en vue d’une république garante de la liberté universelle. Seul le détour par l’histoire romaine permet de tenir de tels discours qui anticipent très évidemment sur ceux d’une révolution à laquelle personne, alors, ne saurait encore songer.

  • 8 On a vu dans la liste que j’ai donnée plus haut qu’il y avait déjà eu un Coriolan de Gudin de La Br (...)

7En 1784, c’est un tout autre aspect de la question de la liberté que met en débat La Harpe – un auteur lui aussi lié de près au parti philosophique, un nourrisson de Voltaire – dans son Coriolan8. Mis en accusation par les tribuns, le protagoniste, présenté lui aussi comme un grand homme, refuse en patricien rigide fort de sa noblesse et de sa valeur au combat – il a vaincu les Volsques et réduit la cité de Coriole, d’où son surnom – de ramper devant la plèbe, qu’il considère comme un vil ramassis de citoyens de seconde zone, incapables de gouverner. C’est sa mère, Véturie, dans la scène 3 du premier acte, qui s’efforce de le convaincre que le peuple « a ses droits légitimes » tout aussi bien que les sénateurs et que dans une république la liberté va de pair avec l’égalité :

  • 9 La Harpe, Coriolan, I, 3, dans Chefs d’œuvres tragiques, Paris, Firmin Didot frères, 1843, t. 1, p. (...)

La liberté, mon fils, est farouche, ombrageuse,
Craint jusqu’à la grandeur qui peut la menacer :
Devant des citoyens elle doit s’abaisser,
De leur égalité respecter l’équilibre :
Vous payez de ce prix la gloire d’être libre,
Et ce grand intérêt exige qu’ un héros
Contre son ascendant rassure ses égaux ;
Que la vertu dans lui se montre populaire :
C’est peu de les servir, il faut encor leur plaire9.

8Certes, le conseil pragmatique qui termine ce discours peut paraître un rien machiavélique, mais la question des rapports entre les élites et les masses dans une démocratie y est très judicieusement traitée : le chef doit d’abord être un citoyen parmi les autres et sa valeur ne saurait se passer de l’assentiment populaire. Pour avoir refusé – par excès d’orgueil, surtout – de le comprendre, le grand Romain qu’est Coriolan commence par trahir sa patrie et finit par trouver la mort à l’instant où il s’efforce de réparer cette erreur en refusant de conduire à l’assaut les Volsques dont il a pris la tête.

  • 10 Voir notamment Boës A., « Les sujets romains dans les tragédies de Marie-Joseph Chénier », Cahiers (...)
  • 11 La formule se trouve presque littéralement dans la bouche de Gracchus lors de son affrontement avec (...)

9Mais c’est – forcément – en 1792 dans le Caïus Gracchus de Chénier que la question de la liberté connaît son traitement le plus riche10. Le héros, rappelle avec exaltation sa mère Cornélie au début de la pièce, est né pour consacrer « ses talents, ses travaux et sa vie » à la cause du peuple11. C’est l’exercice de son devoir de révolte qui fait sa grandeur :

  • 12 Chénier M.-J., Caïus Gracchus, éd. citée, I, 2, p. 20.

Jusqu’à son dernier jour qu’il s’enchaîne à l’État,
Qu’il abaisse les grands, qu’il résiste au Sénat,
Que du peuple sans cesse il prenne la défense :
Un immortel renom sera sa récompense12.

10Son rôle est de guider la plèbe dans la reconquête des droits, usurpés par les patriciens, que la république lui donne de par sa nature. Le texte, évidemment, est saturé d’allusions circonstancielles, mais les harangues de Gracchus vont bien au-delà des facilités démagogiques dictées par l’époque. Certes, il invite le peuple à cesser de révérer de façon pusillanime les sénateurs et à se libérer des « vains préjugés de l’antique noblesse » ; certes, il pourfend les « privilèges » et les « abus » ; mais il insiste surtout sur les fondements philosophiques de la révolte, présentée comme une reconquête des droits fondamentaux, en tête desquels l’égalité, qui fonde la liberté :

  • 13 Caïus Gracchus, I, 4, éd. citée, p. 23.

Détruisez, renversez ces abus sacrilèges,
Tous ces vols décorés du nom de privilèges.
Jusqu’ici peu jaloux de votre dignité,
Vous avez adoré le nom de liberté ;
Elle n’existe point dans les remparts de Rome,
Partout où l’homme enfin n’est point égal à l’homme :
Mais la fin de vos maux est de votre pouvoir ;
Et punir ses tyrans c’est remplir un devoir13.

  • 14 Absente de l’édition moderne dont je me sers ici par souci de commodité, mais présente dans l’éditi (...)

11Et la scène dans laquelle se déploie cet éloquent discours débouche sur un moment de rare intensité dramatique, tous les assistants prêtant serment – comme le précise une note didascalique14 – sur l’urne de Tibérius, son frère assassiné, devant laquelle Caïus a harangué la plèbe :

  • 15 Caïus Gracchus, I, 4, éd. citée, p. 24.

Nous jurons d’imiter tes généreux exemples,
De servir, de défendre avec fidélité,
Les intérêts du peuple et de la liberté15.

12Chénier, cependant, ne se contente pas de ces beaux élans emplis de l’enthousiasme de la révolte. Sa tragédie, dont les actes II et III prennent place sur une place publique où trône une tribune, construit une véritable réflexion, méthodique et argumentée, mais aussi profondément dramatique, puisque les conclusions en sont énoncées en action. L’immense scène 2 de l’acte II permet à différents points de vue de s’exprimer : le consul Opimius, soucieux de distinguer la liberté de l’indépendance, défend une option paternaliste apte à sauvegarder la structure sociale existante ; le tribun Drusus combat avec violence le parti des « novateurs » qu’incarnent à ses yeux les Gracques, tandis que leur partisan Fulvius montre comment leurs réformes agraires et leurs lois « saintes et justes » ont apporté la prospérité à Rome ; Gracchus lui-même rappelle la république à ses origines, en dénonce les dérives aristocratiques et prône la promulgation de lois égalitaristes, notamment en ce qui concerne le partage des richesses, dont le peuple a été spolié par ceux qui, un moment, ont été son chef. Tout rempli qu’il est d’allusions circonstancielles, le discours, d’une éloquence incontestable, est d’une réelle densité :

  • 16 Caïus Gracchus, II, 2, éd. citée, p. 34.

Sans tous les plébéiens, morts pour la République
Dans les forêts d’Épire, aux campagnes d’Afrique,
Émile et Scipion, sans gloire et sans exploits,
N’auraient pas à leur char enchaîné tant de rois.
Plébéiens, vrais guerriers, je vois vos cicatrices :
Les nobles à la guerre ont cherché les délices ;
Ils régnaient dans les camps ; vous avez combattu :
Vos chefs ont triomphé quand vous avez vaincu.
Ils ont gardé pour eux la gloire et l’opulence,
Ils ne vous ont laissé que l’obscure indigence ;
Ils ne vous ont laissé que le partage affreux
De travailler, de vaincre et de mourir pour eux.
Sur les monts, sur les mers, chez des peuples barbares,
Votre sang a coulé pour des tyrans avares.
Mais que sont, après tout, aux yeux patriciens,
Les travaux, les sueurs, le sang des plébéiens16 ?

13Ce qui légitime la révolte – la spoliation des citoyens par la minorité sénatoriale – est ici l’objet d’un tableau dans la plus pure tradition rhétorique qui conduit la plèbe à se faire menaçante et le consul à décider la répression. Mais l’on se souvient de la fin – absolument sublime – de la scène, qui voit Gracchus s’interposer entre le peuple et les sénateurs pour affirmer avec une force tranquille la nécessité de donner un cadre constitutionnel à la révolution, plutôt que de laisser s’installer la violence et l’anarchie :

  • 17 Caïus Gracchus, II, 2, éd. citée, p. 36.

Le Peuple
Meurent les sénateurs !
Gracchus
Citoyens, arrêtez !
Le Peuple
Ils sont cruels.
Gracchus
Sans doute ; et vous les imitez.
Le Peuple
Vengeons-nous.
Gracchus
Arrêtez ; malheur à l’homicide !
Le sang retombera sur sa tête perfide.
Des lois et non du sang : ne souillez point vos mains.
Romains, vous oseriez égorger des Romains !
Ah ! du Sénat plutôt périssons les victimes ;
Gardons l’humanité, laissons-lui tous ses crimes17.

14Il serait trop long d’analyser plus finement la tragédie de Chénier, mais l’on ne peut cependant l’abandonner sans signaler que son dernier acte met en scène longuement un véritable débat philosophique sur l’égalité, désormais non plus seulement considérée dans son aspect de juste répartition des richesses, mais affirmée comme un droit naturel de l’homme. Tandis que le consul Opimius, défenseur des thèses de Hobbes, affirme que « l’inégalité règne au milieu des mortels », différents par la force ou la vertu, par « les talents » ou la richesse, Gracchus entonne l’hymne rousseauiste à l’égalité naturelle, que les constitutions politiques doivent préserver par la loi :

  • 18 Caïus Gracchus, III, 2, éd. citée, p. 47.

Les membres d’un État, égaux devant les lois,
Unis des mêmes nœuds, ont tous les mêmes droits.
La nature aux mortels n’a point donné d’entraves ;
Elle n’a point créé des tyrans, des esclaves ;
Elle a créé, consul, la sainte égalité,
Et sa main dans nos cœurs grava la liberté18.

15On mesure le chemin parcouru depuis Spartacus, qui malgré son audace demeurait encore une tragédie de la révolte, assurément emplie d’idéalisme mais manquant, si l’on peut dire, autant de ces fondements théoriques qu’apporte à Caïus Gracchus la réflexion politique d’un Jean-Jacques Rousseau que du réalisme politique que suscite le commencement d’une expérience grandeur nature : on pourrait dire que la pièce de Chénier, qui n’élude évidemment pas dans son premier acte l’étape nécessaire de la révolte, esquisse ensuite les conditions de sa pérennisation en véritable révolution. L’histoire romaine, ici, n’est pas qu’un simple détour destiné à exprimer un idéal ; elle se modèle presque sur la réalité des temps, tout autant qu’elle cherche à les éclairer, dans tous les sens du terme.

De la patrie à la république

  • 19 La pièce dérive en effet de l’Hermann (1741) de Johann-Elias Schlegel, mais Bauvin connaît aussi l’(...)
  • 20 Bauvin, Les Chérusques, Bruxelles, Vanden Berghen, 1773, p. IV. L’édition que j’utilise est conform (...)

16Moins connue que les pièces de Saurin, de La Harpe et de Chénier, la tragédie des Chérusques – la plupart du temps intitulée Arminius ou les Chérusques et présentée comme « tirée du théâtre allemand19 » – de Bauvin, en 1772 (mais une édition en était parue dès 1769), est parcourue par un évident « esprit républicain », dénoncé malignement par les recenseurs de l’époque et dont l’auteur se croit obligé de se dédouaner dans la courte préface de l’édition de 1773, en précisant que ses personnages sont avant tout des combattants de la liberté, qui « dépend de l’observation des lois, et non de la forme du gouvernement20 », et en ajoutant même que la lutte des Chérusques contre les Romains a pour objectif d’établir une monarchie, non pas une république. Quoi qu’il en soit, la pièce – qui commence au moment où Varus, par d’habiles intrigues et l’octroi de la citoyenneté romaine, s’apprête à « enchaîner ces mortels ennemis de la grandeur romaine » que sont les Germains – résonne à tout instant des mots de liberté et de patrie, tout en dessinant une opposition entre une Rome déjà corrompue et une Germanie où règne encore la simplicité des premiers âges. Cela est fort clair dans la scène 2 de l’acte II, lorsque le vieux roi Sigismar confie à son fils Arminius la tâche de combattre les Romains sous le regard de deux statues qui représentent d’anciens chefs germains :

  • 21 Les Chérusques, éd. citée, II, 2, p. 22.

Tous deux nous ont transmis, avec la liberté
L’horreur pour la mollesse et pour la fausseté.
Ce sont eux dont la force et non pas l’industrie,
Sut créer, soutenir, illustrer la patrie :
Suis le chemin tracé par ces héros fameux ;
Sois libre, juste, vrai, magnanime comme eux. […]
Rome en vain par la force a voulu nous réduire ;
Aujourd’hui par ses lois elle veut nous séduire ;
Mais bientôt sous leur joug nous serions abattus.
Les Romains ont des lois, n’ayons que des vertus. […]
De prudence et de force il est temps de t’armer ;
Les Romains vainement ont cru nous alarmer ;
La nation chérusque est encore vertueuse.
Rome n’est plus, mon fils, qu’injuste et fastueuse21.

17On voit combien il est difficile d’accorder foi aux dénégations de la préface, d’autant que le vieux souverain chérusque revient de manière redondante sur « l’âme franche » d’un peuple germain constitué de « citoyens », au point que l’on dirait que le portrait de sa nation est calqué sur celui de la Rome républicaine ! Et ce surprenant effet d’inversion se retrouve à d’autres endroits de la tragédie : ce sont en fait ceux qui combattent les Romains qui sont transportés par un esprit patriotique à la romaine… Devant son frère qui se voit déjà « et Chérusque et Romain », Arminius s’écrie par exemple avec emphase :

  • 22 Les Chérusques, II, 3, éd. citée, p. 27.

Eh quoi ! n’entends-tu pas la liberté qui crie :
Perdez mes ennemis, sauvez votre patrie22 !

18Plus tard, quand ses troupes se sont regroupées pour attaquer les légions de Varus, il entonne avec une éloquence toute républicaine une sorte de Marseillaise de la Germanie – je risque cette analogie décalée à dessein – sur le thème – déjà ! – de la guerre patriotique :

  • 23 Texte corrigé par moi : l’édition reproduite imprime chantier.
  • 24 Les Chérusques, IV, 8, éd. citée, p. 53.

Amour de la patrie, ah ! c’est toi qui nous guides.
Marchons dans le sentier23 que nous trace l’honneur ;
De tous les vrais Germains assurons le bonheur.
Celui qui dès longtemps jouit de la lumière,
Avec la liberté, veut finir sa carrière ;
Celui dont l’œil encor ne voit pas la clarté,
En recevant le jour, veut voir la liberté.
Allons, vengeons sa cause ; affranchissons d’un maître,
Le peuple qui respire et celui qui doit naître24.

  • 25 Les représentations de l’Arminius de Bauvin et du Régulus de Dorat sont à peu près contemporaines d (...)

19De tels accents ont forcément quelque chose de prophétique et s’il faut évidemment se défendre de les interpréter de manière anachronique, on peut du moins considérer qu’ils font plus que préparer le terrain au développement de la phraséologie révolutionnaire25.

  • 26 L’Attilio Regolo de Métastase, fortement inspiré du Régulus français de Pradon (1688), a été créé à (...)

20En 1773 – mais une première version avait été imprimée dès 1765 – le Régulus de Dorat, malgré une tendance au romanesque due – dans la seconde mouture surtout – à l’imitation de Métastase26, est à son tour emplie de tirades éloquentes et d’affrontements pathétiques d’une couleur incontestablement républicaine. Si son sujet, assez connu, impose des développements sur le patriotisme, Dorat choisit d’approfondir la question en réfléchissant sur les rapports de la nation et de la liberté. Dans la belle scène 9 de l’acte II, qui oppose le général romain à son épouse Marcie, qui s’efforce de le détourner de retourner à Carthage et d’accepter l’échange de prisonniers proposé par l’ennemi, la tirade du protagoniste, déclamée comme un discours à la tribune alors que l’orateur n’a pas d’autre auditoire que sa femme, joue sur l’articulation entre les notions de patrie, de citoyenneté et de liberté :

  • 27 Dorat, Régulus, version de 1773, II, 9, dans Les Deux Régulus de Dorat, éd. de Jean-Noël Pascal, Pr (...)

La patrie est un corps respectable et sacré.
Qui de nous peut, sans crime, en être séparé ?
Lui prodiguer son sang, la servir, la défendre,
Va, crois-moi, ce n’est point lui donner, c’est lui rendre.
Ne lui devons-nous pas rangs, honneurs, sûreté,
Le nom de citoyen, surtout, la liberté ?
La liberté !… sans qui l’homme cesse d’être homme,
Le fondement, l’orgueil et la gloire de Rome !
Il faut de quelque peine acheter sa douceur :
Mais, exempt de travaux, a-t-on droit au bonheur ?
L’ingrat qui le prétend, qu’il s’éloigne, qu’il fuie,
Qu’il aille loin du Tibre ensevelir sa vie,
Et malheureux partout, chassé de l’univers,
À des monstres errants disputer les déserts27 !

  • 28 Bec C., « Le patriotisme à la romaine dans les tragédies des années 1760-1780 », art. cité, p. 71.

21Autrement dit, dans cette optique délibérément républicaine : l’homme n’est libre qu’en tant que son appartenance à la patrie – qui le transcende, le distingue et le protège – le fait citoyen, ce qui lui impose le devoir de la servir et de la défendre. Inutile de dire qu’on a, une fois encore, vingt années avant la Révolution, l’impression d’entendre déjà la langue que parleront les patriotes exaltés, même s’il est vrai, comme le rappelle utilement Catherine Bec28, qu’il s’agit plus pour Dorat de donner un exemple de renoncement sublime et pathétique à travers un spectacle admirable qu’une leçon de dévouement à la patrie ou, a fortiori, à la république.

  • 29 Voir Flamarion E., « Brutus ou l’adoption d’un mythe romain par la Révolution française », La Révol (...)
  • 30 Les représentations de la pièce durent cesser à cause du 10 août.
  • 31 Après celle d’Arnault furent proposées au moins deux autres tragédies de Lucrèce, celle de Riou de (...)

22Avec la Lucrèce ou Rome libre d’Arnault (qui cache en fait une nouvelle version de Brutus29), en 1792, le contexte politique général a changé : ce n’est plus la lente agonie du règne exténué de Louis XV, mais le moment où la monarchie va disparaître pour faire place au régime républicain30. La pièce, à la faveur du récit de la mort de Lucrèce qui coïncide avec l’établissement du régime républicain par le renversement de Tarquin, met en scène un intéressant débat politique, tout à fait circonstanciel31, entre les défenseurs de la liberté (qui renvoient aux Jacobins), regroupés autour de Brutus et de Spurius, le père de Lucrèce et les tenants – moins bavards – de la monarchie, principalement Collatin, l’époux de l’héroïne éponyme, débat qui tarde malheureusement à s’instaurer en raison d’une intrigue un peu lente à se tisser. C’est dans la scène d’ouverture du deuxième acte que Spurius, en réponse à son gendre qui déclare craindre – on croit à ce moment qu’une sédition menace le roi – « les malheurs qu’attire/Ce mouvement subit qui renverse un empire », défend le droit à la révolte et fait l’éloge du régime populaire :

  • 32 Arnault, Lucrèce, II, 1, dans Œuvres d’Arnault, Paris, Bossange, 1824, Théâtre, t. I, p. 93.

Qu’importe, Collatin, ce trouble d’un instant,
S’il nous prépare un bien général et constant ?
D’autant moins dangereux qu’il nous paraît extrême,
Le désordre à son comble est détruit par lui-même.
L’État, plus éprouvé qu’affaissé par son poids,
Ne sent que mieux le prix de la paix et des lois.
Qu’elles règnent, ces lois que Tarquin veut éteindre ;
Qu’il soit enfin puni d’avoir pu les enfreindre :
Qu’avec l’usurpateur Rome exile aujourd’hui
Quiconque le regrette ou pense comme lui.
Près du malheur public, leur malheur n’est qu’une ombre.
L’intérêt de l’État est celui du grand nombre,
Celui du peuple enfin. Eh ! quel bonheur honteux
Peut-on connaître au sein d’un peuple malheureux ?
Ce bonheur, s’il en est au milieu des entraves,
Est fait pour les tyrans, ou fait pour les esclaves32.

  • 33 Le dramaturge était très fier de l’idée d’avoir montré « le fondateur de la liberté romaine conduis (...)

23La sage fermeté du propos – digne d’un lecteur des théoriciens politiques des Lumières – est plus loin fortement relayée par l’exaltation des discours de Brutus, qui s’autorise de sa démence supposée33 pour attaquer Tarquin avec violence devant Sextus, le fils du roi :

  • 34 Arnault, Lucrèce, III, 4, éd. citée, p. 115-116.

[…] Des fardeaux que sur lui l’on entasse,
Si le peuple romain et s’indigne et se lasse,
S’agitant dans les fers dont on veut l’ écraser,
S’il consulte sa force et cherche à les briser,
Tarquin seul l’a voulu. La douleur qui l’obsède
Contraint l’être souffrant à courir au remède.
Plus il sent en son sein les tourments augmenter,
Plus, pour s’en affranchir, il est prêt à tenter.
Ainsi le désespoir nous rend notre courage,
Ainsi la liberté renaît de l’ esclavage.
Tous les fléaux unis : la perte de nos biens,
L’exil ou le trépas des meilleurs citoyens,
Cinq lustres d’attentats, de meurtres, de rapines,
Malgré la paix, dans Rome entassant les ruines,
Voilà ce dont frémit tout cœur vraiment romain ;
Et c’est Tarquin lui seul qui détrône Tarquin34.

24Peut-on mieux dire que c’est la corruption de la monarchie, sa dérive vers la tyrannie qui amène la révolution ? Là où posément Spurius considère l’établissement de la république comme un rétablissement du peuple dans ses droits par la loi, Brutus, moins nuancé, dépeint le renversement du tyran comme un sursaut salutaire et une libération.

25On ne poussera pas l’analyse plus loin et Arnault, du reste, s’arrête – du moins en ce qui concerne la réflexion politique, car l’intrigue, quant à elle, doit aller jusqu’au bout : le viol de Lucrèce et l’assassinat de Tarquin – lui aussi à cet endroit. Le chemin parcouru depuis Arminius est suffisamment perceptible : il n’y a plus, dans la tragédie d’Arnault, l’ambiguïté qui régnait dans celle de Bauvin, où les Chérusques ne se révoltaient, malgré la couleur républicaine des discours de leur chef, que pour se libérer du joug des colonisateurs. Quant au patriotisme, il a pris une couleur sensiblement différente de celle qu’il avait chez Dorat. Brutus, dans le monologue d’ouverture du quatrième acte, après avoir révélé à la cantonade les trames qu’il ourdit pour renverser Tarquin en manipulant tant les conjurés que le fils du roi lui-même, se rêve en refondateur de Rome. Il veut être celui qui rend – projet vraiment révolutionnaire – aux Romains leur patrie – celle de Romulus et de Numa – perdue sous les tyrans :

  • 35 Arnault, Lucrèce, IV, 1, éd. citée, p. 123-124.

Ô murs du Capitole, ô cité que j’adore !
Esclave jusqu’ici, tu n’es pas Rome encore :
Que ton sort s’accomplisse. À mon aspect je veux
Entendre répéter à tes enfants heureux :
Quand Brutus sommeillait, aux jours de l’esclavage,
Tous étaient en délire, et lui seul était sage ;
Que son nom, des tyrans à jamais redouté,
Soit immortel ainsi que notre liberté.
De cette même main qui gagnait les batailles
Le divin Romulus éleva nos murailles ;
Numa, plus grand que lui, par de sages liens,
Réunit des guerriers changés en citoyens :
Ce qu’ils ont préparé, Brutus seul le consomme ;
Brutus, qui la rend libre, a lui seul fondé Rome
35.

26Manière de dire qu’il ne peut y avoir de patrie que par la liberté républicaine.

27On conclura en peu de mots. Il est bien clair que le détour par l’histoire romaine qu’effectuent beaucoup d’auteurs tragiques dans les trente années qui précèdent la Révolution ne se limite pas à remettre au goût du jour une phraséologie empruntée aux souvenirs de collège : on y entend certes des accents avant-coureurs de ceux qui résonneront bientôt dans les hymnes ou à la tribune, mais l’on y perçoit aussi, à partir de la mise en scène des idées de révolte, de patrie et de liberté, le progrès d’un débat qui arrive à terme en 1792, à l’heure du tournant réel de la chute de l’Ancien Régime et de la fondation de la République.

Notes

1 Sur l’histoire d’ensemble de la tragédie au temps des Lumières, consulter en priorité Carrington Lancanster H., French Tragedy in the Time of Louis XV and Voltaire, (Baltimore, John Hopkins Press, 1950), French Tragedy in the Reign of Louis XVI and the early Years of the French Revolution (id., 1953), et Perchellet J.-P., L’Héritage classique : la tragédie entre 1680 et 1814 (Paris, Champion, 2004).

2 Sur les tragédies à sujet romain en général, consulter Dosmond S., La Tragédie à sujet romain, 1552-1778 (thèse dactylographiée, Poitiers, 1981) et surtout Bec C., La Tragédie à sujet romain, du Brutus de Voltaire à la Lucrèce de Ponsard (thèse dactylographiée, Toulouse, 2007). Sur les tragédies à sujet romain de Voltaire, voir Mazouer C., « Les tragédies romaines de Voltaire », Dix-huitième siècle, no 18-1986, p. 359-373 : la seule pièce à sujet romain de Voltaire créée après 1760 est Octave et le jeune Pompée ou le Triumvirat, qui échoue au Théâtre-Français en 1764.

3 Établie principalement à partir de la thèse fondamentale de Catherine Bec, op. cit., p. 581-586.

4 Voir Pascal J.-P., « Regards sur la tragédie au temps des épigones de Voltaire : l’histoire, la politique, l’exotisme », Regards sur la tragédie, 1736-1815, no 62-2010 de Littératures, Bénac-Giroux K. et Pascal J.-N. (dir.), p. 7-21.

5 Voir Bec C., « Le patriotisme à la romaine dans les tragédies des années 1760-1780 », Regards sur la tragédie, 1736-1815, op. cit., p. 59-72.

6 Saurin, Spartacus, III, 4, dans Chefs d’œuvre tragiques, op. cit., t. 1, p. 293.

7 Spartacus, I, 3, éd. citée, p. 277.

8 On a vu dans la liste que j’ai donnée plus haut qu’il y avait déjà eu un Coriolan de Gudin de La Brenellerie en 1776. La même année avait encore été publié le Coriolan du dramaturge avignonnais Balze, qui ne fut apparemment pas représenté.

9 La Harpe, Coriolan, I, 3, dans Chefs d’œuvres tragiques, Paris, Firmin Didot frères, 1843, t. 1, p. 421.

10 Voir notamment Boës A., « Les sujets romains dans les tragédies de Marie-Joseph Chénier », Cahiers Roucher-André Chénier, no 2-1982, p. 19-32, et Ambrus G., « Voix politiques dans les tragédies révolutionnaires de Marie-Joseph Chénier », Regards sur la tragédie, 1736-1815, ouvrage cité, p. 141-157. Je signale que le comte de Guibert avait versifié en 1774 une tragédie des Gracques, qui ne fut pas représentée et qui ne fut imprimée qu’en 1822 dans ses Œuvres dramatiques, posthumes.

11 La formule se trouve presque littéralement dans la bouche de Gracchus lors de son affrontement avec le consul à la scène 2 de l’acte III : « La querelle du Peuple à ma cause est unie » (Chénier, Caïus Gracchus, Tibère, éd. de Pierre Frantz et François Jacob, Saint-Malo, Éditions Cristel, 1998, p. 46). Je rappelle que la tragédie de Tibère, restée inédite du vivant de Chénier et représentée seulement en 1843, a été composée à l’heure de l’avènement au trône de Napoléon.

12 Chénier M.-J., Caïus Gracchus, éd. citée, I, 2, p. 20.

13 Caïus Gracchus, I, 4, éd. citée, p. 23.

14 Absente de l’édition moderne dont je me sers ici par souci de commodité, mais présente dans l’édition de 1793 (Paris, Moutard), p. 15, comme dans le Théâtre de Chénier (Paris, Foulon et Baudoin, 1818), t. 1, p. 390.

15 Caïus Gracchus, I, 4, éd. citée, p. 24.

16 Caïus Gracchus, II, 2, éd. citée, p. 34.

17 Caïus Gracchus, II, 2, éd. citée, p. 36.

18 Caïus Gracchus, III, 2, éd. citée, p. 47.

19 La pièce dérive en effet de l’Hermann (1741) de Johann-Elias Schlegel, mais Bauvin connaît aussi l’Arminius (1684) de Campistron (voir Campistron, Tragédies [Arminius, Andronic et Alcibiade], éd. par Jean-Philippe Grosperrin et Jean-Noël Pascal, Toulouse, Société de littératures classiques, 2002).

20 Bauvin, Les Chérusques, Bruxelles, Vanden Berghen, 1773, p. IV. L’édition que j’utilise est conforme à celle publiée à Paris, chez la Veuve Duchesne, à la date de 1772.

21 Les Chérusques, éd. citée, II, 2, p. 22.

22 Les Chérusques, II, 3, éd. citée, p. 27.

23 Texte corrigé par moi : l’édition reproduite imprime chantier.

24 Les Chérusques, IV, 8, éd. citée, p. 53.

25 Les représentations de l’Arminius de Bauvin et du Régulus de Dorat sont à peu près contemporaines de la parution de l’Essai général de tactique, du comte de Guibert, dont l’immense Discours préliminaire tourne essentiellement autour de l’idée de patrie et connut un succès significatif auprès du public des salons favorables aux Lumières.

26 L’Attilio Regolo de Métastase, fortement inspiré du Régulus français de Pradon (1688), a été créé à Vienne en 1750.

27 Dorat, Régulus, version de 1773, II, 9, dans Les Deux Régulus de Dorat, éd. de Jean-Noël Pascal, Presses Universitaires de Perpignan, 1996, p. 119. Le texte est à peu près identique dans la version de 1765 (II, 2, p. 72).

28 Bec C., « Le patriotisme à la romaine dans les tragédies des années 1760-1780 », art. cité, p. 71.

29 Voir Flamarion E., « Brutus ou l’adoption d’un mythe romain par la Révolution française », La Révolution française et l’Antiquité, Publications de l’université de Tours, 1991, p. 91-111. On trouve dans le même volume une étude de Paul-Édouard Levayer sur « Le Caïus Gracchus de Marie-Joseph Chénier ».

30 Les représentations de la pièce durent cesser à cause du 10 août.

31 Après celle d’Arnault furent proposées au moins deux autres tragédies de Lucrèce, celle de Riou de Kersalaun, jouée à Brest en 1793, et celle de Leblanc de Guillet, donnée à Paris début 1794 (non imprimée). On sait que Jean-Jacques Rousseau avait entrepris une Lucrèce.

32 Arnault, Lucrèce, II, 1, dans Œuvres d’Arnault, Paris, Bossange, 1824, Théâtre, t. I, p. 93.

33 Le dramaturge était très fier de l’idée d’avoir montré « le fondateur de la liberté romaine conduisant à fin sa sublime entreprise, sous l’apparence et à l’aide de la folie » (Avertissement de Lucrèce, Théâtre, éd. citée, p. 71). Il est vrai, assurément, que son intrigue, reposant essentiellement sur la manière très habile dont Brutus manipule les autres personnages, est d’une conception supérieurement intelligente. Ponsard, qui cherchera à l’imiter dans sa propre Lucrèce, en 1842, ne fera pas aussi bien.

34 Arnault, Lucrèce, III, 4, éd. citée, p. 115-116.

35 Arnault, Lucrèce, IV, 1, éd. citée, p. 123-124.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540