Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théâtre et politique

 | 
Ioana Galleron

Première partie. Négociations du politique

La prison du Prince Charles-Édouard Stuart, Tragédie anglaise à l’imitation de Shakespeare, un plaidoyer du marquis d’Argenson pour la légitimité

Anne Dobigny

Texte intégral

  • 1 Dumont-Wilden L., Le Prince errant, Charles-Édouard Stuart le dernier des Stuarts, Paris, Armand Co (...)
  • 2 Antoine M., Louis XV, Paris, Fayard, 1989, p. 391. Certains n’hésitent pas à parler de la « boucher (...)

1C’est dans une plaine balayée par les vents que le prince Charles-Édouard Stuart perdit tout espoir de monter un jour sur le trône de ses ancêtres. Le duc de Cumberland, battu par les Français à Fontenoy en mai 1745, rêvait de redorer son image, ce qu’il fit lors de la journée que l’on a qualifiée de « black day of Culloden1 », où le prince Charles-Édouard, qui avait remporté plusieurs batailles depuis son débarquement en Écosse (dont la bataille de Preston-Pans), fut, malgré son courage, « impitoyablement écrasé2 ».

  • 3 L’action du marquis d’Argenson au ministère des Affaires étrangères est relatée par Zevort É., Le M (...)

2Héros de Walter Scott dans Waverley, Charles-Édouard Stuart est le personnage principal de l’unique pièce de théâtre écrite par le marquis d’Argenson. Secrétaire d’État aux Affaires étrangères sous Louis XV de 1744 à 17473, ce « ministre de la République de Platon » fut disgracié sans avoir pu mener à bien son projet de restauration des Stuarts sur le trône britannique.

  • 4 Contrairement à la révolution anglaise de 1649, la Glorieuse révolution va connaître un retentissem (...)
  • 5 Pour un rappel de l’histoire institutionnelle de cette époque, voir Boineau J., Traité d’histoire e (...)
  • 6 Cet acte « parachève la rupture dynastique de 1688 », cf. Tillet É., La Constitution anglaise, un m (...)

3Lorsque Jacques II succède à son frère Charles II, sa politique religieuse soulève les foules. À l’annonce de la naissance du fils du roi, les whigs se déchaînent et demandent à Guillaume d’Orange d’envahir l’Angleterre. C’est la Glorieuse Révolution de 16884. Jacques II est chassé et contraint de se réfugier en France5. La haine du catholicisme ressurgit et la couronne est alors offerte à la fille de Jacques II, la protestante Marie et à son époux Guillaume d’Orange. Mais les Britanniques vont aller plus loin avec l’acte d’établissement de 1701 (Act of Settlement) par lequel ils rejettent tout prétendant catholique et donc tout descendant Stuart catholique au trône6. Jacques II et ses descendants sont donc voués à l’exil.

4L’infortune de cette famille a suscité quelques soutiens à travers l’Europe, et notamment en France. Le marquis d’Argenson, quoique surnommé « la Bête », était rempli d’admiration pour le fils du Prétendant Stuart. L’échec de son plan de restauration puis sa disgrâce n’ont pas altéré sa haute estime des Stuarts, seuls souverains légitimes de l’Angleterre selon lui. C’est pourquoi, à la suite du traité d’Aix-la-Chapelle, il s’est fait leur avocat, car l’une des principales dispositions de ce traité imposait à la France d’expulser le Prétendant à Rome.

  • 7 Cette pièce est présentée par Tillet É., La Constitution anglaise, un modèle politique et instituti (...)
  • 8 Le marquis d’Argenson n’a que peu de considération pour cet homme. Il lui reproche son manque d’esp (...)
  • 9 Dumont-Wilden L., op. cit., p. 169
  • 10 Protégé du cardinal Fleury, cet homme doit sa fortune à sa sœur Madame de Tencin, « une des femmes (...)

5Dans un premier temps, la France ne s’était pas montrée très coopérative et Charles-Édouard a pu mener la grande vie à Paris. Mais, sous la pression du roi George de Hanovre, le fils du Chevalier de Saint-Georges fut arrêté le 10 décembre 1748 alors qu’il se rendait à l’opéra. C’est cet épisode que le marquis d’Argenson relate dans sa pièce de théâtre écrite sous la forme d’une tragédie en cinq actes et en prose7. On y retrouve tous les personnages clés de l’époque, sous leur vrai nom. Figurent ainsi dans cette œuvre le Prince Charles-Édouard et ses conseillers, le successeur de d’Argenson aux Affaires étrangères (le marquis de Puisieux8), Madame de Tallemont, qui avait eu une relation sérieuse avec le prince9, Madame d’Aiguillon, les comtes de Maurepas et d’Argenson, M. de Tencin10, et bien sûr Louis XV.

  • 11 Il s’est même fait construire un théâtre dans sa maison de campagne. Son frère, le comte d’Argenson (...)
  • 12 Elles ont été regroupées sous le titre Remarques en lisant en marge de ses Mémoires. Cf. de Voyer m (...)

6Lorsque l’on parle du marquis d’Argenson, on ne traite que du « réformateur » de l’État, du ministre malheureux, en oubliant trop souvent qu’il était aussi un homme de lettres et un grand amateur de théâtre11. C’est un « maniaque de la plume », qui ne profitait réellement de la lecture qu’en prenant des notes12. Il a laissé un Journal et des Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, qui se montrent du plus grand intérêt pour la compréhension de l’histoire des idées au XVIIIe siècle. Cependant, aucun de ses écrits n’a été publié de son vivant, le marquis considérant que ses positions n’étaient pas en phase avec les idées de ses contemporains.

7Ce n’est donc pas inattendu que, pour défendre le prince Charles-Édouard, le marquis s’érige en dramaturge. À l’instar du président Hénault, il s’inscrit dans la veine de Shakespeare, et il s’agira de comprendre, à partir d’une présentation rapide de sa vision sur le théâtre, les raisons de ce choix. On verra que ce parti-pris esthétique lui apparaît comme le plus approprié à soutenir la fonction principale qu’il accorde à l’écriture dramatique, celle de constituer un lieu d’expression et d’élaboration de sa pensée politique.

La conception du théâtre par le marquis d’Argenson

  • 13 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « Notices sur les œuvres de théâtre », Lagrave H. (dir.), Genève (...)
  • 14 Lagrave H., « Une œuvre inédite du marquis d’Argenson, Les notices sur les œuvres de théâtre », Rev (...)
  • 15 Ibidem.
  • 16 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « Notices sur les œuvres de théâtre », op. cit, vol. XLII, p. 33

8Le marquis connaît très bien le théâtre. Il assiste aux représentations, lit les pièces, Fontenelle et Crébillon font partie de ses amis. Si le théâtre n’apparaît que très rarement dans son Journal ou dans ses Remarques, il fait l’objet de notes à part qui, après être restées longtemps inédites, ont été découvertes par Henri Lagrave13. Recueillies sur « 2 715 feuillets, soit près de 5 500 pages in-12 », elles évoquent plus de 1500 pièces. « Chaque notice comporte un “extrait” d’une, deux ou trois pages et un jugement rédigé en général sur une page entière14. » On y trouve « tout le théâtre ancien, tout le théâtre anglais alors connu en France, la majeure partie du théâtre du XVIIIe siècle, et la plupart des pièces jouées à la Comédie-Française, à la Comédie Italienne, à l’Opéra et à la Foire jusqu’en 175715 ». Il ne s’agit pas vraiment d’un dictionnaire mais plutôt, selon les termes d’Henri Lagrave, d’un « répertoire historique16 ».

9Ces Notices sont l’occasion pour l’auteur de dévoiler ses sentiments sur une œuvre, un auteur, une dramaturgie… Elles montrent que, pour d’Argenson, le maître mot d’une pièce réussie semble être la vraisemblance :

  • 17 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., Essais à la façon de ceux de Montaigne, Liège, chez C. Plonteux, (...)

Je n’ai d’autre manière de juger les pièces de théâtre, que d’après l’impression qu’elles m’ont faite, et je me garde bien d’examiner si elles sont conformes aux règles : à mon avis il n’y a qu’une attention à faire ; c’est de voir s’il y a une sorte de vraisemblance dans les intrigues et dans les caractères ; si les premières sont intéressantes et les derniers piquants, alors je trouve la pièce réussie17.

  • 18 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., Mémoires et Journal inédit, éd. Jannet, t. V, p. 435.

10En juillet 1747, d’Argenson note à propos de la tragédie François II du président Hénault que c’est « une idée qui doit fructifier18 », parce qu’elle représente un roi français. Au même moment, il décide de se faire construire un petit théâtre dans sa maison de campagne, pour lequel il a déjà conçu un programme :

  • 19 Idem.

je voudrais qu’au lieu de nous fatiguer à retenir des rôles insipides, chacun de nous se pénétrât bien d’un personnage historique, de son caractère, et des faits qui le concernent, et s’efforçât ensuite de le représenter de son mieux en récitant ses paroles d’abondance. Ce serait un passe-temps à la fois instructif et plein d’attraits19.

11Pour d’Argenson, une pièce a atteint son but si elle touche le spectateur. Le mode de représentation théâtrale (sans intermédiaire, sans traducteur) est idéal, car il permet une saisie directe du message. Cette vision des choses sur le plan littéraire correspond à la vision politique du marquis d’Argenson. Selon lui, dans le système politique français, il ne doit pas y avoir « d’écran entre le protecteur et le protégé », c’est-à-dire entre le Roi et ses sujets. Malheureusement, ce n’est pas ce qui caractérise le règne de Louis XV, où les ministères forment un véritable écran, très opaque, qui coupe Louis XV de ses sujets. Il n’y a plus ce contact direct qui permet au Roi de véritablement servir l’intérêt général. Ce dysfonctionnement est pointé du doigt par d’Argenson dans sa pièce, puisque le prince Charles-Édouard s’offusque de cette situation :

  • 20 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise (...)

Le Roi très chrétien, qui descend comme moi du grand Henri, l’idole des Français, m’aime au fond de son cœur ; la paix est dans son âme. Que ne puis-je le voir et lui parler ! On ne saurait combien ma tendresse est sincère ; mais par quels canaux s’y faire entendre ? Par de vils courtisans qui ont fait du trône une bourse marchande où tout se calcule, où tout s’agiote, jusqu’aux partisans20 ?

  • 21 Pascal J.-N., « Regards sur la tragédie aux temps des épigones de Voltaire », in Bénac-Giroux K., P (...)

12Le théâtre rêvé par d’Argenson est donc conçu comme un véritable « media de masse21 », par l’intermédiaire duquel le dirigeant et les dirigés entrent en contact.

L’imitation du modèle shakespearien

  • 22 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « Les Notices sur les Œuvres de théâtre », op. cit., vol. XLIII, (...)

13Au XVIIIe siècle, comme le souligne le marquis, le théâtre anglais est à la mode en France22. Addison, Young, Shakespeare y sont joués. Mais pourquoi imiter celui que le marquis surnomme le « Corneille d’Angleterre » alors qu’en règle générale il déteste les Anglais ?

14L’imitation n’est pas son point fort, car elle correspond assez mal à sa personnalité. D’ailleurs, les ressemblances formelles avec les pièces shakespeariennes sont assez minces. Le choix d’une tragédie historique n’étant pas suffisant pour caractériser une véritable imitation du dramaturge anglais, il convient de se tourner vers l’esthétique de la pièce.

  • 23 Sahel P., La Pensée politique dans les drames historiques de Shakespeare, op. cit., p. 181.

15Tout d’abord, on retrouve, comme chez Shakespeare, le sentiment qu’il existe une préhistoire à l’action qui se déroule sous les yeux des spectateurs. En effet, dans les drames historiques shakespeariens, « chaque pièce fait évoquer par un ou plusieurs personnages les situations d’une action antérieure sans pour autant renvoyer au fragment précédent, cela marque la ‘‘structure ouverte du drame shakespearien23” ». La Prison du Prince Charles-Édouard s’ouvre sur un dialogue entre Madame d’Aiguillon et Madame de Tallemont :

Madame d’Aiguillon : Je n’ai pas voulu, Madame, partir pour Versailles sans avoir l’honneur de vous voir ; vous savez sans doute les grandes nouvelles de la paix. Madame de Tallemont : La gloire est sans doute de la partie ; nous devons croire que le roi garde la meilleure portion de ses conquêtes et surtout que la France se montre plus que jamais l’asile des Princes malheureux, qu’elle les comble de plus de biens que le sort injuste ne leur en a fait perdre.

16Pour comprendre cet échange, le spectateur doit être averti et doit rapidement fixer le contexte de la pièce, car rien dans les mots employés ne permet de savoir qu’il s’agit du Prince Charles-Édouard et du traité d’Aix-la-Chapelle.

17On pourrait également voir un autre procédé technique de la dramaturgie shakespearienne dans la première scène de l’acte I : l’annonce emphatique et menaçante d’un fait à venir qui crée un sentiment de suspens. Mais les ressemblances sont peut-être plus évidentes s’agissant des personnages.

  • 24 Abiteboul M., « Les personnages féminins dans Richard III », in Abiteboul M. (dir), Lectures d’une (...)

18Le marquis d’Argenson fait, comme le dramaturge anglais, une utilisation subtile des rôles féminins. Les femmes n’interviennent que lorsque cela est nécessaire. L’exposition est menée en opposant deux points de vue féminins, celui de l’admiratrice de Charles-Édouard, Madame de Tallemont, et celui de son adversaire, Madame d’Aiguillon. Il faut attendre l’acte III pour que Madame de Tallemont réapparaisse pour prodiguer des conseils à son héros et le mettre en garde. Comme chez Shakespeare, les femmes ont un rôle incantatoire24, en particulier Madame de Tallemont. Malgré ses apparitions limitées, elle est essentielle car elle sert d’appui à l’émotion du spectateur, dont elle vocalise la pitié.

  • 25 Dumont-Wilden L., Le Prince errant, Charles-Édouard Stuart le dernier des Stuarts, op. cit., p. 15 (...)
  • 26 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise (...)

19Quant au personnage principal, Charles-Édouard, il a tout du héros shakespearien. Parfois comparé à Hamlet25, c’est dans sa vie de proscrit entre la défaite de Culloden et son arrivée à Roscoff qu’il puise tout son héroïsme. Pour Madame de Tallemont, Charles-Édouard est un « véritable héros notamment grâce à son courage et [aux] services qu’il a rendus pendant cette guerre26 ». Elle déclare :

  • 27 Ibidem, acte I, sc. 3, p. 560-561.

un héros tel que lui n’a que le ciel à ménager ; le gouvernement n’est qu’un monstre que mon Alcide saura terrasser ; il a l’exemple de Charles XII, quand il resta parmi les Turcs ; il est plus brave encore que Charles XII, et, en vérité, le ministère français n’est pas moins stupide que les Turcs27.

  • 28 Sahel P., La Pensée politique dans les drames historiques de Shakespeare, op. cit., p. 309.

20Voici encore une ressemblance car, comme chez Shakespeare, « les dangers encourus à la guerre donnent lieu à la manifestation et à la réaffirmation de l’héroïsme28 ». Né fils légitime d’un prince légitime, mais dépouillé par un usurpateur, ce jeune homme part à la reconquête de son trône, sans moyens mais animé par la passion :

  • 29 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise (...)

la disgrâce qui abat ma maison depuis soixante ans, m’élève, et j’y trouve plus d’encouragement que dans la prospérité même. Je possède une voix intérieure qui me dit sans cesse que je réussirai tôt ou tard ; faible de raison quand je l’examine, je me trouve d’une force de persuasion que quelque secourable divinité m’inspire sans doute29.

  • 30 Malaurie P., Droit et littérature, une anthologie, Paris, Éditions Cujas, 1997, p. 75.
  • 31 Shakespeare W., Mesure pour mesure, acte II, sc. 2.

21La Prison du Prince Charles-Édouard présente donc quelques ressemblances poétiques avec les drames historiques de Shakespeare, mais l’imitation doit essentiellement être recherchée dans le fond de l’intrigue. En effet, la volonté de proposer une réflexion politique conduit tout naturellement le marquis aux pièces historiques de Shakespeare, qui « résument le droit constitutionnel de l’Angleterre30 ». Dans sa pièce le marquis invite les lecteurs ou les spectateurs à s’interroger sur la notion du pouvoir et sa légitimité, ce qu’a fait Shakespeare. On sait que, tout au long de son œuvre, le maître de Stratford rappelle que le pouvoir, pour être juste, ne doit pas être tyrannique. Ainsi, dans Mesure pour mesure, Isabelle explique qu’« il est beau d’avoir la force d’un géant, mais il est tyrannique de s’en servir comme un géant31 ».

22Or, tout au long de la pièce du marquis d’Argenson, on sent la volonté de l’auteur de montrer aux lecteurs que la France n’est plus une monarchie mais une tyrannie, un État despotique. Le pouvoir, mal conseillé, n’est plus juste et l’arrestation du Prince Charles-Édouard en est la preuve.

23En outre, le marquis d’Argenson considère que tout le théâtre anglais s’appuie sur une opposition de la nation à la tyrannie. À propos de Busiris, roi d’Egypte, de Young, il écrit :

  • 32 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « Les Notices sur les Œuvres de théâtre », op. cit., vol. XLIII, (...)

Voici bien une pièce à l’angloise : tout y meurt, surtout les héros qui fondent l’intérest. Certes les Anglois aiment tant les spectacles de mort violente et volontaire pour s’accoutumer eux-mêmes au mépris de la vie ; c’est par là qu’ils ont conservé leur liberté et qu’ils s’opposent à la tyrannie32.

  • 33 Il s’agit du nom de voyage du prince Charles-Édouard.
  • 34 Menil A., Diderot et le drame, Paris, PUF, coll. « Philosophie », 1995, p. 19. Sur cette idée, voir (...)

24Ainsi, le théâtre anglais, si noir soit-il, permet de révéler le caractère et la volonté politique d’une nation. De la même manière, l’arrestation du prince Charles-Édouard et l’émotion qu’elle engendre chez certaines personnes, notamment Mme de Tallemont, doivent provoquer un sursaut chez les spectateurs. La pièce veut offrir un vrai moment de « méditation », cherche à obliger les spectateurs à réfléchir sur l’attitude de Louis XV et de ses ministres face au comte d’Albany33. Elle devance ainsi Diderot, pour qui « le théâtre offre à un corps social sans unité réelle la possibilité d’une union véritable34 », union qui ne peut se faire qu’autour d’une émotion.

  • 35 Voir Dobigny A., « ‘‘Un vent nouveau souffle d’Angleterre’’, l’instrumentalisation du modèle anglai (...)

25Finalement, plutôt que d’imitation du modèle shakespearien, on peut parler d’une « instrumentalis[ation] » de celui-ci35, afin d’exprimer de façon subliminale sa pensée politique.

La question de la légitimité monarchique

26Le projet politique du marquis d’Argenson, même s’il se résume dans sa formule restée célèbre « faire pénétrer le public dans le gouvernement du public », n’a pas pour finalité l’éviction du monarque qui reste le souverain incontestable lorsqu’il est légitime. Mais cet attachement au Roi ne l’empêchera pas, notamment à partir des années 1750, de s’orienter vers le républicanisme. L’écriture de sa tragédie pourrait constituer les prémices de cette évolution politique.

  • 36 Cottret B., Histoire d’Angleterre XVIe-XVIIIe siècle, op. cit., p. 195 : « le loyalisme Stuart repo (...)
  • 37 Tuttle E., Les Îles britanniques à l’âge moderne 1485-1783, Paris, Hachette, 1996, p. 200.

27Pour les jacobites, le représentant de la dynastie Stuart était « le seul souverain légitime des Îles britanniques ». Il s’agissait donc d’un libérateur, d’un arbitre qui libèrerait le peuple de la corruption36. Ainsi, sur la question de la légitimité du souverain se « greffaient des thèmes de l’idéologie tory37 », tels que la haine des étrangers et des intérêts mercantiles. D’ailleurs, ces thèmes apparaissent dans les paroles des serviteurs du prince Charles-Édouard, tels le chevalier Groeme :

  • 38 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise (...)

O Anglais, ô Écossais, que vous connaissez mal vos intérêts si vous ne vous donnez bientôt un tel maître ! Notre Prince, tout italien qu’il est, rappellerait votre première gloire, votre honneur et vos mœurs antiques ; l’Allemand qui vous tyrannise ne vous donne que les mœurs de la basse Italie, l’avarice, la débauche, la corruption et la bassesse38.

  • 39 Ibidem, acte V, sc. 4, op. cit., p. 606.
  • 40 Pour le marquis d’Argenson, le « Hanovrien » n’est qu’un usurpateur. Dans la logique de Shakespeare (...)
  • 41 Il s’agit, semble-t-il, de l’expression de Bolingbroke, cf. Cottret B., Histoire de l’Angleterre, P (...)

28Parce qu’il n’est pas de sang anglais, parce qu’il n’est pas issu de la lignée royale, le souverain des îles britanniques, George de Hanovre, n’est jamais considéré comme souverain légitime mais comme un « roi de fait39 », et il est toujours traité avec mépris. On ne dit jamais le roi Georges, mais « le Hanovrien » ; on parle de l’usurpateur40, ou encore du « voyageur allemand41 ». Ces critères sur lesquels on fonde la légitimité sont également ceux que l’on retrouve dans les drames historiques de Shakespeare, où la légitimité est un thème récurrent.

29Le choix du prince Charles-Édouard permet au marquis de réfléchir et d’affirmer ses positions sur la question de la légitimité. Pour le marquis d’Argenson, le prince Charles-Édouard est

  • 42 Cette formule n’est pas celle de d’Argenson mais celle de Voltaire. Ce dernier, ami d’enfance du ma (...)

le fils de celui qui naquit l’héritier légitime de trois royaumes ; le guerrier qui, malgré sa valeur, n’attend que d’eux et de leurs lois la confirmation de ses droits les plus sacrés ; qui ne peut jamais avoir d’intérêts que les leurs, et dont les vertus enfin ont attendri les âmes les plus prévenues contre sa cause42.

  • 43 Brancourt J.-P., « Esprit de la légitimité sous le règne de Charles VII », in Quaghebeur J., Soleil(...)
  • 44 Sur les qualités d’un monarque anglais, voir de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « Sentimens divers (...)

30Le marquis est donc très attaché au principe dynastique, tout comme Shakespeare. D’Argenson considère que le jeune Charles-Édouard a une sorte de droit naturel à gouverner le royaume en sa qualité de fils premier né43. Il ne forme avec son père qu’une seule et même personne. En véritable souverain britannique, il se considère comme un people’s trustee, ne se voyant agir que pour le bien de sa nation44. Sa profession de foi est d’ailleurs très révélatrice :

  • 45 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise (...)

j’aime ma nation, je veux son bien et sa gloire. Je pratiquerai toujours ma religion ; le Vicaire de Dieu en terre permet que ce soit en secret si ce ne peut être en public ; je tolérerai, je protégerai même la religion nationale comme on tolérera la mienne ; je serai ennemi de la persécution autant que les persécuteurs le sont du repos des consciences et de la société ; on ne craindra plus ma Maison, on l’aimera quand les Anglais la connaîtront par moi ; que mes enfants fassent de même, ils naîtront, ils seront élevés au tolérantisme avec la vertu. La France peut être amie de ma nation quand les Rois d’Angleterre n’y seroient point étrangers, surtout quand ils ne seroient point, comme aujourd’hui, sujets de la Maison d’Autriche45.

  • 46 Dumont-Wilden L., Le Prince errant, Charles-Édouard Stuart le dernier des Stuarts, op. cit., p. 174

31Cette profession de foi, qui affirme le principe de la tolérance, renvoie au fait que, dans le cas de Charles-Édouard, la problématique de la légitimité se double de la controverse religieuse. Mais cette tolérance et cette générosité sont mises à mal, pour l’opinion publique anglaise, lorsque son frère cadet, le duc d’York, embrasse le cardinalat. Une immense colère s’empare alors de Charles-Édouard, qui vit cet instant comme une « trahison de la cause sacrée de la légitimité46 ». Qui est à l’origine de ce revirement de situation ? Le cardinal de Tencin. Cet homme a choisi de prendre le parti des guinées anglaises plutôt que de servir la cause juste et noble d’un jeune homme vertueux. Devant cette situation, Charles-Édouard précise à son entourage :

  • 47 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise (...)

j’aurais dû compter sur le cardinal de Tencin ; sachez qu’il est mon ennemi plus que tous les autres ministres à la fois ; c’est lui qui fait prendre à mon frère le détestable parti de se faire cardinal, c’est lui avec son M. Dobryen qui empoisonne mon père de conseils de honte et de mollesse. La cause d’événements si contraires, je ne la comprends pas ; ce n’est ni le Ciel ni même la terre qui les produisent ; ce ne peut être que l’enfer. Ô puissance des guinées d’Angleterre, que tu as fait de mal en ces lieux et ce que tu en feras encore ! la vertu me soutient et n’opère ici que faiblesse ! tout ce qu’il y a d’infâme me fait la guerre et triomphe47.

Le glissement vers le républicanisme

  • 48 Sur ce point, voir Tillet É., La Constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans (...)
  • 49 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise (...)

32Lorsqu’il écrit, en 1749, le marquis d’Argenson n’est plus ministre depuis presque deux ans. Il ne garde aucune rancœur envers Louis XV et continue d’ailleurs de rédiger des mémoires à l’attention du monarque. Il ne voit que le bien de son pays, mais ce dernier « croule par ses fondements » puisque même le Roi manque à ses obligations morales, qui lui prescrivaient comme sacré l’accueil d’un prince errant, d’autant plus qu’ils sont du même sang48. Mais le Roi est entouré d’une foule de mauvais conseillers, que la foule amassée devant l’opéra, dans la pièce de d’Argenson, désigne comme « ces vilains maltôtiers49 ». Tout au long de la pièce, le gouvernement de Louis XV sera dès lors montré du doigt.

  • 50 Dumont-Wilden L., Le Prince errant, Charles-Édouard Stuart le dernier des Stuarts, op. cit., p. 166 (...)

33Durant son ministère, d’Argenson a subi la diplomatie secrète de Louis XV, laquelle a ruiné tous ses projets dont celui de la restauration des Stuarts. Il en garde une amertume certaine envers ses anciens collègues et ses successeurs. Outre l’admiration et le profond respect qu’il porte à ce jeune prince légitime, le choix de Charles-Édouard comme héros de sa pièce s’est fait naturellement car ce dernier a développé, depuis la défaite de Culloden, un sentiment de haine à l’encontre de la France. Il pense n’avoir été qu’un pion sur l’échiquier politique50. Le marquis se retrouve sans doute dans le jeune homme, qui porte les paroles et les pensées de l’ex-ministre lorsqu’il déclare par exemple :

  • 51 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise (...)

Malheureux les rois vertueux qui n’ont pour conseillers que la faiblesse et l’indifférence ! Leur gloire, leurs bienfaits sont trahis ; leurs forces s’altèrent et tous leurs efforts ne font qu’avancer la décadence de leur empire51 !

34Pour le marquis d’Argenson, le traité d’Aix-la-Chapelle n’est qu’un « monument d’ineptie » dans lequel « le hanovrien triomphe et l’héroïsme meurt ». Le visage de la France a changé et sur ce point, les partisans du jeune prince, des jacobites, s’accordent avec les Whigs. Milord Duclay, répondant à Mme de Tallemont, déclare à l’acte I de la pièce :

  • 52 Ibidem, acte I, sc. 3, p. 562. Madame de Tallemont a, elle aussi, des mots très durs à l’encontre d (...)

vous devez considérer que nous ne sommes pas ici dans une démocratie ni dans une aristocratie comme est votre royaume de Pologne ; tranchons le mot : la France est un pays despotique, non à la vérité par les Rois qui y sont ordinairement doux et raisonnables, craignant Dieu et le public, mais par leurs ministres qui donnent à leurs passions l’air de la sagesse et de l’intérêt du prince ; par là ils exercent une tyrannie pire que celle des Turcs52.

  • 53 Bidouze F., « Autour du François II du Président Hénault », Les Parlementaires, les lettres et l’hi (...)
  • 54 Ibidem, p. 78.

35Les réflexions sur le comportement du roi vont de pair avec une réflexion sur l’état du royaume. Avec cette pièce de théâtre, le marquis d’Argenson poursuit sa volonté de réformer l’État. Cette œuvre qui, a priori n’était qu’un plaidoyer en faveur d’un jeune prince errant, contient en réalité des idées déjà présentes dans ses Considérations sur le gouvernement de la France ; mais elles sont ici présentées sous une forme plus accessible, comme pour conquérir un auditoire plus large. Le marquis suit, là encore, la voie tracée par le président Hénault mais leurs chemins se séparent quelque peu s’agissant du but politique recherché. Parlementaire éclairé, « fidèle parmi les fidèles du pouvoir royal en ces temps orageux53 », le président Hénault souhaite « exalter un régime politique idéal sur lequel les complots ne peuvent pas avoir de prise, qui construit sa légende (et son avenir) sur un renforcement de l’État au profit des sujets54 ». Pour le marquis d’Argenson, il faut réformer l’État et cette tragédie lui offre la possibilité de démontrer que cette réforme se justifie compte tenu de la politique actuelle de Louis XV et de la corruption qui règne dans le ministère. Le système politique français ne doit pas conduire au despotisme mais doit s’appuyer sur le peuple pour en faire un véritable acteur de la politique afin de renforcer le pouvoir royal. Mais, pour mettre en place un tel projet, d’Argenson a besoin du peuple ; c’est pourquoi, à la fin de la pièce, Charles-Édouard tente d’interpeller le peuple :

  • 55 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise (...)

Et vous, peuples de France, vous dont j’avais gagné les cœurs, à qui je rends des souhaits pour des sentiments, j’ai reconnu votre légèreté et votre heureux naturel ; semblables à votre Roi, vous vivriez chez vous dans l’âge d’or si vous étiez gouvernés par des gens de votre caractère national ; si c’était des Français, ils seraient francs, simples, généreux, élevés ; à quelle gloire, à quel bonheur ne vous mèneraient-ils pas sans art et sans efforts ? Mais non, ce sont des Italiens, des moines déguisés, des sauvages polis qui président à vos affaires sous des noms français, sous des naissances empruntées ; vous prenez pour quelques temps les vices de vos voisins en voulant vous enrichir de leurs découvertes, le mal se montre jusqu’à ce que la mode revienne décrier ce qu’elle a chéri ; ainsi, enchérissez-vous aujourd’hui sur l’amour de l’intérêt, l’idole de la Hollande ; vous prodiguez comme Français ce que vous amassez en Arabes ; vous pratiquez la corruption de Londres dans des lieux où la servitude n’a rien à demander à la liberté ; vous ruinez votre commerce par l’agio et le crédit ; les faveurs des cours obscurcissent la grandeur et la dignité55.

36Surgissent ainsi les thèmes qui fondent le républicanisme du marquis d’Argenson : la corruption des mœurs, la critique du luxe, sa haine à l’encontre du ministère. Pour remédier aux dérives de la monarchie française, il ne voit qu’une solution : réformer l’État en faisant pénétrer le public dans le gouvernement du public. Il transcrit cette idée dans la pensée du prince Charles-Édouard, qui s’exclame :

  • 56 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du Prince Charles-Édouard Stuart », acte II, sc. 1, (...)

Mais réveillons le cri public, je redeviendrai un demi-demi ; la compassion qu’attirent de nouvelles disgrâces changera l’opinion, et l’opinion percera jusqu’au Roi qu’elle touchera. La résistance, l’opiniâtreté, la violence, le blâme qu’encourent les ministres sont ici de grands spectacles, il me faut des Abderites pour me porter où je veux aller ; où il y en a-t-il davantage qu’en Angleterre ? les révolutions se passent dans les têtes et dans les sens en tumulte avant que de s’opérer en action56.

37Esprit à part du XVIIIe siècle, homme rustre et engagé, le marquis d’Argenson choisit le théâtre pour dénoncer la situation politique de la France et ses choix diplomatiques. La position de l’honnête homme n’est certainement pas celle des ministres qui ont poussé Louis XV à plier devant le roi George de Hanovre en expulsant le jeune Prétendant Stuart. En dramatisant l’arrestation du prince Charles-Édouard, d’Argenson vise à exprimer son émoi et à éclaircir son message politique.

Notes

1 Dumont-Wilden L., Le Prince errant, Charles-Édouard Stuart le dernier des Stuarts, Paris, Armand Colin, 1934, p. 133 et s. Cette bataille, qui symbolise « l’écrasement du parti jacobite » et « le triomphe définitif du protestantisme en Angleterre », se retrouve également à l’opéra dans Judas Macchabaeus. Cf. Bruguière M.-B., « Contrat, politique et opéra », in L’Idée contractuelle dans l’histoire de la pensée politique, Aix-en-Provence, PUAM, 2008, p. 375.

2 Antoine M., Louis XV, Paris, Fayard, 1989, p. 391. Certains n’hésitent pas à parler de la « boucherie de Culloden », cf. Cottret B., Histoire de l’Angleterre, Paris, Tallandier, 2007, p. 294.

3 L’action du marquis d’Argenson au ministère des Affaires étrangères est relatée par Zevort É., Le Marquis d’Argenson et le ministère des Affaires étrangères du 18 novembre 1744 au 10 janvier 1747, Genève, Slatkine-Megariotis Reprints, 1976, 413 p.

4 Contrairement à la révolution anglaise de 1649, la Glorieuse révolution va connaître un retentissement rapide en France et va « profondément marquer les esprits », cf. de Saint-Victor J., Les Racines de la liberté, Paris, Perrin, 2007, p. 21-40.

5 Pour un rappel de l’histoire institutionnelle de cette époque, voir Boineau J., Traité d’histoire européenne des institutions, XVIe-XXe siècle, t. II, Paris, Litec, 2009, p. 369 sq.

6 Cet acte « parachève la rupture dynastique de 1688 », cf. Tillet É., La Constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des Lumières, Aix-en-Provence, PUAM, 2001, p. 236. Il poursuit « le successeur n’est plus le détenteur d’un “droit inaliénable” à la Couronne qu’il tiendrait de son père, mais d’une simple présomption, soumise à l’accord du Parlement et à sa confession protestante ».

7 Cette pièce est présentée par Tillet É., La Constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des Lumières, op. cit., p. 246

8 Le marquis d’Argenson n’a que peu de considération pour cet homme. Il lui reproche son manque d’esprit. En 1751, il est obligé de se démettre de sa charge et d’Argenson aurait alors déclaré : « avec son peu d’esprit il n’aurait jamais dû y être installé », in de Luçay H., Les Origines du pouvoir ministériel en France : les secrétaires d’État depuis leur institution jusqu’à la mort de Louis XV, Genève, Slatkine-Megariotis Reprints, 1976, p. 299.

9 Dumont-Wilden L., op. cit., p. 169

10 Protégé du cardinal Fleury, cet homme doit sa fortune à sa sœur Madame de Tencin, « une des femmes les plus galantes, les plus intrigantes, et les plus intelligentes de son temps ». Pour un portrait de cette femme, quoique peu flatteur, voir Dumont-Wilden L., op. cit., p. 41

11 Il s’est même fait construire un théâtre dans sa maison de campagne. Son frère, le comte d’Argenson, aime également le théâtre. Dans les archives personnelles de la famille d’Argenson, conservées à la bibliothèque universitaire de Poitiers, figurent plusieurs dossiers dans lesquels on trouve des esquisses de pièces de théâtre avec des généalogies de personnages.

12 Elles ont été regroupées sous le titre Remarques en lisant en marge de ses Mémoires. Cf. de Voyer marquis d’Argenson R.-L., Mémoires et Journal inédit, Paris, édition Jannet, 1857, t. V.

13 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « Notices sur les œuvres de théâtre », Lagrave H. (dir.), Genève, SVEC, 1966, vol. XLII & XLIII.

14 Lagrave H., « Une œuvre inédite du marquis d’Argenson, Les notices sur les œuvres de théâtre », Revue d’histoire littéraire de la France, 1963, no 2, p. 194.

15 Ibidem.

16 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « Notices sur les œuvres de théâtre », op. cit, vol. XLII, p. 33.

17 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., Essais à la façon de ceux de Montaigne, Liège, chez C. Plonteux, 1787, t. II, p. 204.

18 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., Mémoires et Journal inédit, éd. Jannet, t. V, p. 435.

19 Idem.

20 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise à l’imitation de Shakespeare », acte II, sc. 1, in Revue d’histoire diplomatique, 5, 1892, p. 564. Dans la même scène, le Prince poursuit : « ma seule ressource est dans un changement de la volonté du Roi T. C. Qui le peut opérer ? La voix des peuples ; mais comment se fait-elle entendre à lui ? hélas, par quelques ministres dans les affaires ordinaires et par un conseil assemblé dans les plus grandes affaires » (p. 566).

21 Pascal J.-N., « Regards sur la tragédie aux temps des épigones de Voltaire », in Bénac-Giroux K., Pascal J.-N. (dir.), Regards sur la tragédie 1736-1815, histoire, exotisme, politique, op. cit., p. 11.

22 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « Les Notices sur les Œuvres de théâtre », op. cit., vol. XLIII, p. 772.

23 Sahel P., La Pensée politique dans les drames historiques de Shakespeare, op. cit., p. 181.

24 Abiteboul M., « Les personnages féminins dans Richard III », in Abiteboul M. (dir), Lectures d’une œuvre, Richard III, Paris, Éd. du temps, 1999, p. 60.

25 Dumont-Wilden L., Le Prince errant, Charles-Édouard Stuart le dernier des Stuarts, op. cit., p. 15 sq.

26 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise à l’imitation de Shakespeare », acte I, sc. 1, op. cit., p. 556.

27 Ibidem, acte I, sc. 3, p. 560-561.

28 Sahel P., La Pensée politique dans les drames historiques de Shakespeare, op. cit., p. 309.

29 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise à l’imitation de Shakespeare », acte III, sc. 6, op. cit., p. 580-581.

30 Malaurie P., Droit et littérature, une anthologie, Paris, Éditions Cujas, 1997, p. 75.

31 Shakespeare W., Mesure pour mesure, acte II, sc. 2.

32 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « Les Notices sur les Œuvres de théâtre », op. cit., vol. XLIII, p. 762.

33 Il s’agit du nom de voyage du prince Charles-Édouard.

34 Menil A., Diderot et le drame, Paris, PUF, coll. « Philosophie », 1995, p. 19. Sur cette idée, voir également de Hillerin A., « L’image du roi dans les tragédies de 1760 à 1789 », in Bénac-Giroux K., Pascal J.-N. (dir.), Regards sur la tragédie 1736-1815, histoire, exotisme, politique, Toulouse, PU du Mirail, 2010, p. 136 : le théâtre va « permettre aux spectateurs de devenir des citoyens en jugeant les événements qui se déroulent sous leurs yeux ».

35 Voir Dobigny A., « ‘‘Un vent nouveau souffle d’Angleterre’’, l’instrumentalisation du modèle anglais dans l’œuvre du marquis d’Argenson », in L’Influence politique et juridique des îles britanniques en Europe, à paraître.

36 Cottret B., Histoire d’Angleterre XVIe-XVIIIe siècle, op. cit., p. 195 : « le loyalisme Stuart repose sur une foi quasi-religieuse en un roi arbitre qui libère ses peuples des partis et factions qu’engendre la corruption parlementaire ; il s’exprime dans une rêverie mystique ou pastorale, au fondement même de la culture royaliste durant la révolution anglaise ».

37 Tuttle E., Les Îles britanniques à l’âge moderne 1485-1783, Paris, Hachette, 1996, p. 200.

38 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise à l’imitation de Shakespeare », acte III, sc. 5, op. cit., p. 579.

39 Ibidem, acte V, sc. 4, op. cit., p. 606.

40 Pour le marquis d’Argenson, le « Hanovrien » n’est qu’un usurpateur. Dans la logique de Shakespeare, il tente de restaurer les Stuarts sur le trône car un usurpateur ne détient le pouvoir que pour un temps, cf. Reyhner P., Essai sur les idées dans l’œuvre de Shakespeare, Paris, Didier, 1947, p. 258.

41 Il s’agit, semble-t-il, de l’expression de Bolingbroke, cf. Cottret B., Histoire de l’Angleterre, Paris, Tallandier, 2007, p. 290

42 Cette formule n’est pas celle de d’Argenson mais celle de Voltaire. Ce dernier, ami d’enfance du marquis, a mis sa plume au service du secrétaire d’État lors de la tentative de restauration des Stuarts en 1745. Il a écrit pour l’occasion un « Manifeste du Roi de France en faveur du Prince Charles-Édouard » (1745). Voir Œuvres de Voltaire, préface et notes de M. Beuchot, Paris, chez Lefevre, 1830, t. XXVIII, p. 543-544.

43 Brancourt J.-P., « Esprit de la légitimité sous le règne de Charles VII », in Quaghebeur J., Soleil S. (dir), Le Pouvoir et la foi au Moyen Âge en Bretagne et dans l’Europe de l’Ouest, Rennes, PUR, 2010, p. 543. Le marquis d’Argenson n’est pas le seul à être choqué par la violation du droit légitime de Jacques III et de son fils à la couronne. Moreri, dans son Dictionnaire, prend fait et cause pour les Stuarts, le duc de Saint-Simon se déclare « parfaitement jacobite ». Voir Tillet É., La Constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des Lumières, op. cit., p. 242 sq.

44 Sur les qualités d’un monarque anglais, voir de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « Sentimens divers que les Anglais et les Français se forment de la royauté », in Mémoires et Journal inédit, éd. Jamet, 1857, t. V, p. 280 sq.

45 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise à l’imitation de Shakespeare », acte III, sc. 3, p. 576-577.

46 Dumont-Wilden L., Le Prince errant, Charles-Édouard Stuart le dernier des Stuarts, op. cit., p. 174.

47 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise à l’imitation de Shakespeare », acte II, sc. 1, op. cit., p. 566.

48 Sur ce point, voir Tillet É., La Constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des Lumières, op. cit., p. 246.

49 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise à l’imitation de Shakespeare », acte V, sc. 1, op. cit., p. 597.

50 Dumont-Wilden L., Le Prince errant, Charles-Édouard Stuart le dernier des Stuarts, op. cit., p. 166. Dans la pièce de théâtre du marquis d’Argenson, le jeune prince s’interroge : « qu’a-t-on pensé de moi en France ? m’y a-t-on cru capable de servir de jouet, d’appât, de bilboquet pour aider quelques moments les desseins mal concertés de votre Conseil de Versailles ? » (acte III, sc. 5, p. 578).

51 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise à l’imitation de Shakespeare », acte II, sc. 4, op. cit., p. 571.

52 Ibidem, acte I, sc. 3, p. 562. Madame de Tallemont a, elle aussi, des mots très durs à l’encontre du gouvernement de Louis XV : « que [Charles-Édouard] reste ici, qu’il tienne bon ; il a pour lui le public et nos intérêts ! qui osera le chasser ? Un héros tel que lui n’a que le Ciel à ménager ; le gouvernement n’est qu’un monstre que mon Alcide saura terrasser » (acte I, sc. 3, op. cit., p. 560).

53 Bidouze F., « Autour du François II du Président Hénault », Les Parlementaires, les lettres et l’histoire, Bidouze F. (dir.), Studies presented to the International Commission for the History of Representative and Parliamentary Institutions, vol. LXXXVIII, Pau, Presses universitaires de Pau, 2008, p. 66.

54 Ibidem, p. 78.

55 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du prince Charles-Édouard Stuart, tragédie anglaise à l’imitation de Shakespeare », acte V, sc. 4, op. cit., p. 605-606.

56 de Voyer marquis d’Argenson R.-L., « La Prison du Prince Charles-Édouard Stuart », acte II, sc. 1, op. cit., p. 566. Cette tirade est à rapprocher de ce que le marquis note dans son Journal le 3 septembre 1751 : « il nous souffle d’Angleterre un vent philosophique de gouvernement libre et anti-monarchique ; cela passe dans les esprits et l’on sait comment l’opinion gouverne le monde. Il se peut faire que ce gouvernement soit déjà arrangé dans les têtes pour l’exécuter à la première occasion ; et peut-être la révolution se passerait-elle avec moins de contestation qu’on ne pense », (Éditions Paléo, t. VIII, p. 124).

Auteur

Université de Paris 1

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540