Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théâtre et politique

 | 
Ioana Galleron

Première partie. Négociations du politique

Des ministres sur la scène : l’Ambitieux et l’indiscrète de Destouches, entre topique et politique

Ioana Galleron

Texte intégral

  • 1 La grande époque de la tragicomédie est celle des années 1630-1640. Consulter en ce sens la préfac (...)

1Parmi les pièces de Destouches, auteur à succès de la première moitié du XVIIIe siècle, peu ont été aussi attendues que l’Ambitieux et l’indiscrète, tragicomédie jouée pour la première fois le 14 juin 1737. Pourtant, la pièce ne présente pas, à première vue, de caractère véritablement discriminant par rapport à l’abondante production de l’époque, à part son genre qui semble anachronique dans ces années 1730 à 17401. La trame, plus que classique, débouche sur le mariage du Roi de Castille avec l’infante d’Aragon, après quelques péripéties résultant de l’interposition d’une rivale (Dona Clarice), poussée par sa tante (Dona Béatrix, « l’indiscrète ») et même par son propre amant (Don Fernand, « l’ambitieux »), à détourner le Roi de sa juste passion. Les menées des intrigants sont contrecarrées grâce à l’action constante et providentielle de Don Philippe, frère de l’un et mari de l’autre. Avec le concours de l’ambassadeur d’Aragon, cet excellent premier ministre réconcilie les intérêts du cœur et ceux de la politique, en scellant un mariage qui met fin à une guerre ruineuse pour les deux peuples. Rien dans ce bref résumé n’a a priori de quoi séduire plus particulièrement les spectateurs, plus qu’habitués à de telles trames, à de tels personnages, et, non en dernier lieu, aux acteurs qui les incarnent.

  • 2 Une lettre de Voltaire à Pierre Robert Le Cornier de Cideville, datée du 25 février 1733, atteste (...)

2C’est que la pièce attire pour des raisons qui ont peu à voir avec l’habileté théâtrale de son auteur et avec la qualité de ses vers, pourtant incontestables. En effet, la rumeur court, à l’époque, que l’œuvre mettrait en cause, de manière oblique, un ministre, audace totalement inouïe dans l’enceinte de la Comédie française. Plusieurs éléments factuels semblent confirmer le bruit. Ainsi, le public sait que, acceptée avec les applaudissements de la troupe, elle a fait l’objet d’un ajournement de presque six ans2, un délai extraordinairement long par rapport aux temps habituels de répétition et de mise en scène pratiqués dans l’institution. Dans les semaines précédant sa représentation effective, selon Clément et La Porte, « les Comédiens […] avaient habilement répandu qu’ils la joueraient sous une fausse affiche », laissant ainsi entendre qu’en dépit du temps et des remaniements ministériels récents le contenu de la pièce restait problématique et demandait l’organisation d’un véritable jeu avec la censure. Dès lors, avec le même empressement qui assure à l’époque la diffusion des romans et nouvelles « à clé », les spectateurs fréquentent de manière accrue la Comédie, dans l’espoir d’être parmi les premiers à découvrir le personnage de don Fernand, favori du Roi de Castille et conseiller dans les affaires de guerre, qui aurait été modelé sur Chauvelin, ministre aux affaires étrangères jusqu’en 1737.

  • 3 La première publication a lieu à La Haye, chez Antoine van Dole.

3Dans sa préface à l’édition du texte en 17393, Destouches se défend vigoureusement d’avoir visé qui que ce soit. Afin de mettre en garde le lecteur contre une mauvaise approche de sa pièce, il insiste sur la déception du public, qui est resté sur sa faim quant à son attente d’un portrait déguisé :

  • 4 Cité d’après Œuvres dramatiques de N. Destouches, Paris, de l’imprimerie Crapelet, chez Lefèvre, 1 (...)

Je répète que je ne combats ici que le préjugé de mes lecteurs, puisque je suis persuadé que la lecture de la pièce produira, à cet égard, le même effet que la représentation ; elle confondit l’espoir de ceux qui n’y trouvèrent que l’attrait qu’ils y cherchaient. Ils m’accusaient, avant de m’avoir entendu, d’avoir abusé de la liberté d’écrire ; mais après la représentation, aussi condamnables dans leur jugement qu’ils avaient été dans leur prévention, ils me firent un crime d’avoir frustré leur attente4.

4Clément et La Porte le rejoignent dans l’appréciation piètre du succès de la pièce, mais se montrent en revanche plus affirmatifs – tout en gardant une précaution oratoire de bon ton - quant aux allusions qu’elle contiendrait :

  • 5 Anecdotes dramatiques, Paris, veuve Duchesne, 1775, tome 1, p. 56-57.

M. Destouches ayant présenté cette Pièce aux Comédiens, ils la reçurent unanimement, et se proposèrent d’en donner au plutôt la représentation. On la porta au Lieutenant de Police, qui crut y trouver quelques allusions, et ne voulut pas prendre sur lui de permettre qu’on la jouât. M. de… était pour lors Garde des Sceaux ; on prétendit que c’était un de ceux qui s’y opposeraient le plus. M. Destouches employa tous ses amis pour obtenir qu’il lui fût permis de donner sa Pièce. Les Comédiens, qui se flattaient d’en tirer un profit considérable, se joignirent à lui ; mais ils eurent beau faire, il y eut défense de la représenter. Ils l’avaient presque oubliée, lorsque leurs espérances se réveillèrent par la disgrâce du Garde des Sceaux. Ils firent de nouveaux efforts. Mlle Quinault, comédienne, s’employa de tout son pouvoir. Ils réussirent enfin ; et la Pièce passa, avec quelques changements5.

  • 6 En 1737, Chauvelin est disgracié de manière assez étonnante après des négociations internationales (...)

5Ainsi, la fortune de l’Ambitieux… apparaît incontestablement liée à un scandale politique. Mais la pièce témoigne-t-elle véritablement de la volonté de son auteur de s’immiscer dans un débat concernant un des plus hauts fonctionnaires de l’État6, ou bien fait-elle l’objet d’une surinterprétation, à la fois de la part du censeur et du public ? Ce ne serait pas la première fois que l’un comme l’autre auront aperçu – le phénomène est connu des hommes du théâtre – des allusions là où il n’y avait aucune malice… En cherchant à éclaircir la question, les pages qui suivent proposeront une réflexion sur la relation au politique de la littérature dramatique de l’Ancien Régime, que l’on a tendance à considérer, a priori, comme plutôt étrangère à de telles problématiques. L’analyse de la pièce de Destouches constitue un point d’observation privilégié pour saisir les modalités d’implication du littérateur du XVIIIe siècle dans la res publica, pour esquisser des hypothèses au sujet de ce qui apparaît comme une restriction volontaire de sa part, et pour poser, plus largement, la question de la compatibilité du politique et de l’esthétique, surtout dans une œuvre théâtrale de la période classique.

  • 7 V. Hankiss J., Philippe Néricault Destouches. L’homme et l’œuvre, Genève, Slatkine reprints, 1881, (...)

6C’est une certitude que peu d’éléments permettent, surtout dans la version remaniée de la pièce qui nous est parvenue, de faire le lien entre le personnage de Don Fernand et celui du ministre Chauvelin. Le portrait qui précède, conformément à une recette bien éprouvée, l’entrée en scène du personnage, livre en majorité des traits trop génériques pour qu’ils puissent être reliés à un individu en particulier. Pour Jean Hankiss, auteur d’une monographie déjà ancienne sur Destouches, on y relève plus d’échos des Caractères de La Bruyère ou de Gil Blas de Lesage qu’on n’entend des échos de l’observation concrète d’un personnage en chair et en os7 :

  • 8 Op. cit., acte I, scène 2, p. 248.

D. Félix : […] Mais don Fernand paraît-il modéré,
Tranquille, satisfait, prudent comme son frère ?
Jacinte : Il est précisément d’un autre caractère,
Toujours rêveur, toujours formant quelque projet,
Accablé de bienfaits, et jamais satisfait.
Pour s’élever sans cesse, il met tout en pratique ;
L’amour même en son cœur cède à sa politique.
Car c’est un courtisan plein de manège et d’art,
Dont l’air et le discours sont parés d’un beau fard
Et dont l’ambition, selon les conjonctures,
Prend, pour son intérêt, cent diverses figures8.

  • 9 La clé des personnages de Destouches est, selon Dunkley, le caractère, « fixed in one psychologica (...)

7L’analyse de John Dunkley a d’ailleurs montré que Destouches éprouve peu d’intérêt pour la saisie d’un type à partir de la confrontation de psychologies réelles, utilisant plutôt le trait central de caractère comme une base pour une construction dramatique extensible à souhait grâce à la concaténation de différentes situations où la « tare » principale se manifeste avec un certain effet spectaculaire9. En l’occurrence, il est même loisible de se demander si les traits du personnage n’ont pas été construits a posteriori, à partir de situations dramatiques intéressantes, sur l’impact émotionnel desquelles mise l’auteur et dont il s’agit de fonder, en amont, la vraisemblance. Ainsi, l’affirmation de Jacinte quant à la capacité de don Fernand de sacrifier son cœur à son intérêt ne semble pas, lorsqu’on regarde de plus près, fondée sur quelque preuve comportementale antérieure que ce soit ; en revanche, elle permet d’annoncer discrètement une scène entre Don Fernand et Dona Clarice (scène 4 de l’acte II), au cours de laquelle le jeune conseiller, quoique amoureux, arrive à recommander à son amante de lui être infidèle. Inutile presque de souligner que rien de tel n’est attesté à propos du prétendu modèle, Chauvelin, dont les témoignages d’époque soulignent plutôt la fidélité familiale.

  • 10 Don Fernand intervient dans 19 scènes sur 54, tandis que Don Philippe et Dona Beatrix dans 22 scèn (...)
  • 11 Le parallèle s’impose dès le premier acte, quand Don Philippe avoue à son père : « J’ai sur l’État (...)
  • 12 « Don Philippe : Seigneur, si de mon choix mon sort eût dépendu,/Je vivrais loin d’ici. Vous savez (...)

8Un des obstacles à une identification certaine est également le fait que le personnage intervient dans la pièce au même titre – voire moins, si l’on compte les scènes et la durée des prises de parole10 – que Don Philippe (son frère, premier ministre auprès du Roi), ou même que Dona Béatrix, l’ambitieuse mentionnée par le titre. Aucune identification n’a été proposée à propos de cette dernière, qui semble bien le pur produit d’un jeu intellectuel combinant dans un même personnage des lieux communs à propos des femmes : orgueilleuse, bavarde, dépensière, incapable de garder un secret, et irrémédiablement provinciale dans ses comportements en dépit de sa fréquentation de la cour. C’est la Xanthippe de ce nouveau Socrate qu’est Don Philippe11, homme de pouvoir qui aime l’autorité juste assez pour tenir ferme le guidon de l’État, mais aimable, aucunement imbu de soi et nourrissant un désir secret de retraite12, à l’instar de tous les philosophes – honnêtes hommes qui peuplent les pièces de Destouches. Entre ces deux personnages dont la recette tient clairement de l’adaptation et du recyclage, les éventuelles particularités de Don Fernand renvoyant à un modèle en chair et en os s’estompent. D’ailleurs, s’étendant sur la méthode de construction des différents rôles, la « Préface » veut apporter des preuves quant au caractère « spéculatif » qui a présidé à leur construction. Ainsi, Destouches évoque une étude de la nature fort abstraite, évitant toute allusion aux personnes concrètes qui lui ont servi de modèle, et décrit par la suite un processus très intellectuel, qui aurait mené au choix du « favori » grâce à un véritable calcul des avantages et des inconvénients. C’est dire que ce n’est pas à partir d’un être en chair et en os que le portrait de Don Fernand s’est structuré, mais au terme d’un travail purement linguistique et réflexif :

  • 13 Op. cit, p. 226-228.

L’étude de la nature, objet de l’attention principale d’un auteur dramatique, lui fait connaître qu’un ridicule ou qu’un vice, quoique toujours le même, prend une forme particulière dans les différentes personnes, selon le rang qu’elles occupent dans la société ; c’est une couleur qui se trouve plus ou moins brillante, selon l’étoffe qui est teinte.
[…]
En me proposant de peindre le caractère d’un ambitieux, je compris, après bien des réflexions, qu’il m’était impossible d’y réussir, si la scène ne se passait à la cour d’un roi, si je n’y faisais paraître des personnages d’un rang le plus éminent, et si mon ambitieux n’était pas lui-même dans le plus haut degré de l’éclat et de la faveur.
L’ambition déréglée est de tous les états, sans doute ; mais dans les hommes du commun, elle n’a rien qui intéresse la société en général : toujours blâmable, à la vérité, dans les moyens qu’elle emploie pour s’élever, elle ne blesse cependant que quelques concurrents obscurs qu’elle renverse […] ; au lieu que dans celui qui touche aux premières places d’un État, et qui ne voit plus que quelques degrés jusqu’au but où il imagine follement que ses désirs seront remplis, l’ivresse de son ambition devient l’intérêt général de toute une nation13, etc.

9Nul doute que les modifications apportées au texte pour le rendre représentable, que mentionnent Clément et La Porte, ne soient allées dans le même sens, à savoir celui de l’accentuation des traits canoniques du personnage, en rendant plus évident ce qui le rattache à une tradition poétique au détriment des liens avec le modèle réel soupçonné.

  • 14 Secrétaire d’ambassade en Angleterre, Destouches épouse, en 1723, Dorothée Johnston, qu’il convert (...)

10Il n’en reste pas moins que, en dépit de toutes ces précautions, quelques éléments subsistent qui permettent d’affirmer que toute ressemblance avec la réalité n’est pas, dans le cas de l’Ambitieux, totalement fortuite. Il n’est pas inutile de rappeler que le plus grand succès de Destouches, le Philosophe marié, se fonde sur une mise en scène, retravaillée avec les outils de l’art, de sa propre situation familiale au cours de ses dernières années anglaises14 : si ses textes théoriques ne mentionnent comme modèles que les illustres précurseurs dans l’art de la comédie (Molière, Regnard…), on a là une preuve « sur pièces » que Destouches ne néglige pas non plus de s’inspirer de « l’autre livre », comme dirait Goldoni, celui de la vie.

11D’ailleurs, dans la même préface qui dénie avec autant de force toute portée satirique du texte, donc toute contextualisation possible, Destouches établit un lien entre le personnage du bon ministre, Dom Philippe, et le cardinal de Fleury, en poste à l’époque, désigné par quelques périphrases élogieuses et explicites :

  • 15 Op. cit., p. 230.

Un premier ministre doit être le plus sage, le plus modéré et le plus discret de tous les hommes ; et, grâce au bonheur de la France, j’en avais sous mes yeux un parfait modèle15.

12Comme dans le cas de Don Fernand, on aurait quelque difficulté à reconnaître le premier ministre de Louis XV dans le personnage de convention mis en scène : ni l’âge, ni la situation familiale, ni même les principes philosophiques ne correspondent vraiment à ceux qu’attestent, à propos de Fleury, les mémoires de l’époque. Cependant, la citation a surtout le mérite de montrer que Destouches n’est pas si détaché qu’il veut le laisser entendre du monde dans lequel il vit, et, même s’il introduit a posteriori la référence à Fleury, que ses personnages ne sont pas que le résultat d’un pur jeu de l’esprit. Sans doute ne représentent-ils pas, au sens mimétique, des modèles particuliers de l’époque, mais certains de leurs positionnements et de leurs partis pris entrent particulièrement en résonance avec les affaires du temps.

  • 16 Acte I, scène 2, p. 249.

13Dès lors, Don Fernand a beau ne présenter, physiquement et en grande partie psychologiquement, aucune ressemblance avec Chauvelin, ses positions politiques, telles que décrites par Jacinte dans la présentation de la scène 2 de l’acte I, ont un écho particulier à la date d’écriture de la pièce. La servante brosse le portrait d’un ministre « prêt à tout hasarder,/Voulant toujours la guerre afin de commander,/Et préférant, dit-on, cet honneur à la gloire/De cueillir tout le fruit d’une pleine victoire16. » En 1732-1733, telle est bien la réputation de Chauvelin, qui apparaît comme le principal artisan de l’implication militaire de la France dans la guerre de succession de la Pologne (1733-1738). Tout au long de la pièce, le conseiller apparaît mécontent de la paix, en dépit des avantages en nature et de la satisfaction morale qu’elle apporte au royaume de Castille. Devant le Roi, il ose soutenir le principe d’une liberté de choix dans les affaires du cœur, alors même que ce principe risque de ruiner les efforts de concorde entrepris par son frère :

  • 17 Acte IV, scène 9, p. 338.

Don Philippe : Oui, Sire, il me l’a dit : mais votre majesté
Peut-elle m’ordonner de rompre ce traité ? (il montre le traité au roi)
Sans répandre du sang, vous faites des conquêtes.
Tous vos peuples ravis vont, par d’aimables fêtes,
Célébrer vos bontés, et les fruits d’une paix,
Qui vous fera rentrer dans vos vrais intérêts.
[…]
Don Fernand : Et de quoi vous sert donc le pouvoir souverain,
Si votre autorité peut reconnaître un frein ?
Qui veut vous l’imposer, vous insulte et vous brave ;
Et, d’un prince absolu, cherche à faire un esclave17.

14Dans un moment de profond dépit mis en scène à l’acte V, il va même jusqu’à souhaiter passer à l’ennemi, afin de rallumer une guerre qui lui semble préférable à l’état d’équilibre acquis :

  • 18 Acte V, scène 5, p. 352.

Don Fernand : Ô ciel ! quel incident ! quelle heureuse ressource !
La fortune m’invite à prendre une autre course :
Et, puisque la Castille a juré mon malheur,
Il faut que l’Aragon… Voyons l’ambassadeur,
Et rompons un traité trop honteux à ce prince.
Il achète la paix au prix d’une province :
À l’Infante sa sœur allons offrir mon bras ;
Je veux la mériter, ou qu’un noble trépas,
Fruit de mon désespoir, rétablisse ma gloire18.

15Lors de la représentation de la pièce en 1737, à quelques mois d’intervalle après la disgrâce de Chauvelin, qui est congédié après la signature du traité négociant l’échange des prétentions françaises au trône de la Pologne contre les duchés de Bar et de Lorraine, les propos ont de nouveau un écho particulier auprès de ceux qui sont au courant des « affaires ». Sans doute Destouches ne pouvait-il prévoir, en écrivant sa pièce en 1732, qu’elle se prêterait à une telle « application » (comme on disait à l’époque), mais on ne le voit pas non plus faire, sur ce point, un véritable effort de gommage qui permette d’éviter les rapprochements.

16Plus largement, l’opposition entre les deux frères ne semble pas étrangère à la représentation d’un clivage manifeste parmi les conseillers de Louis XV en ce qui concerne la politique étrangère. Face au parti de Chauvelin, mené par la logique de l’action contre « l’ennemi héréditaire », se dresse dans l’entourage de Fleury un parti que l’on pourrait qualifier de pragmatique, qui envisage la conduite des prises de position de la France en fonction d’intérêts conjecturaux et en tournant le dos à des querelles passées. Telle est bien la position de Don Philippe, artisan d’un rapprochement avec les adversaires de jadis au nom d’un intérêt commun partagé dans une conjoncture précise. Placé par Dubois en tant que secrétaire d’ambassade à Londres, Destouches a connu et mis en œuvre - personnellement, si l’on peut dire – de tels principes politiques. En 1732, même débarqué des sphères – fussent-elles lointaines – du pouvoir, il semble toujours attaché aux principes politiques de ses mentors et incapable d’adhérer aux ardeurs militaires d’un ministre expérimenté, mais campant sur des positions anachroniques. Don Philippe contre Don Fernand, c’est non seulement un honnête homme contre un ambitieux, mais aussi une forme de modernité politique, qui préfère les solutions négociées, contre une doctrine héritée de Louis XIV, qui prône surtout la réponse guerrière, coûteuse en termes de vies et de ressources.

17Ce qui est à la fois significatif et décevant dans la pièce de Destouches, c’est que les arguments permettant de comprendre le bien fondé de ces prises de position restent implicites. L’explication du positionnement politique des deux frères repose sur un renvoi très classique à leurs « caractères » respectifs, présentés avec un manichéisme qui est censé remporter l’adhésion du spectateur aux thèses de l’un plutôt que de l’autre. Si don Fernand prêche la guerre, c’est parce que c’est un ambitieux ; si don Philippe s’y oppose, c’est en tant qu’honnête homme qui se fait un devoir de ne verser le sang plus que de besoin. Une psychologie de convention vient ainsi se substituer à l’analyse des raisons étatiques, économiques et politiques de mener ou d’arrêter la guerre, que Destouches, ancien secrétaire d’un diplomate et ayant nourri un temps l’espoir de faire carrière dans le domaine, est parfaitement capable de mener, ou à tout le moins d’exprimer. Sans doute le caractère fictif du conflit supposé entre Castille et Aragon, tout comme le cadre de convention mis en place, justifient jusqu’à un certain point cette autocensure : dans la mesure où, cependant, l’un comme l’autre renvoient de biais à la conjoncture de ces années 1730, dans la mesure où, comme il a été montré, à travers l’opposition entre Dom Fernand et Don Philippe perce quelque chose d’un conflit d’idées ministériel, le choix du recours à des topos réglant conventionnellement ce que l’on doit penser de la guerre et de la paix apparaît comme un manque de courage. Il semblerait que Destouches ait trouvé l’impulsion initiale de sa pièce dans un désir de dire, de prendre la parole dans un débat qui, quoique non public, transpire dans la société civile de l’époque ; mais, comme effrayé par sa propre audace - tant un tel positionnement reste exceptionnel dans la littérature du XVIIIe siècle –, il fait machine arrière en dissimulant toute manifestation de compétence dans le domaine.

  • 19 « à partir de la constatation de l’absence d’implication référentielle de la tragi-comédie, on peu (...)
  • 20 Seuls les titres du roi et de l’ambassadeur permettent de savoir « où l’on est », puisque rien dan (...)
  • 21 Voir la fin de la scène 9 de l’acte IV : « Pernicieux conseils ! Si vous vous y rendez/Que devient (...)

18Dès lors, on a l’impression que Destouches s’emploie à écrire exclusivement en homme de lettres, en utilisant « la politique » dans un sens traditionnel, comme un outil poétique. Hélène Baby a montré que la tragicomédie – genre auquel Destouches rattache son texte – ne fait pas une utilisation référentielle des sémèmes du pouvoir qu’elle mobilise dans ses textes. Mettre en scène des rois, des conseillers ou la cour, c’est surtout se donner un cadre, et créer un réservoir de situations à fort potentiel dramatique19. C’est bien à une telle utilisation topique que nous assistons dans la pièce de Destouches. La présence de l’ambassadeur de l’Aragon et la mention d’un conflit qui aurait opposé Aragon et Castille ne renvoient, bien entendu, à aucun épisode réel de l’histoire mouvementée des deux provinces. Si elles permettent d’inscrire, en filigrane, une prise de position par Destouches dans la « querelle des relations internationales » mentionnée plus haut, elles fonctionnent surtout comme des éléments dramatiques permettant de donner au conflit entre les deux frères l’ouverture vers l’intérêt général sans laquelle la pièce serait restée une « simple » comédie. Par ailleurs, la localisation de la pièce en Espagne via ses personnages de pouvoir20 autorise le déguisement de l’infante d’Aragon, qui donne du sel à l’intrigue : comme le dit la préface même, ce qui serait inacceptable dans un personnage réaliste, et déplacé dans un personnage topique à la française, est habituel dès lors qu’on adopte le code romanesque hispanisant. De même, le personnage du Roi sert principalement à créer le pôle de l’autorité sans lequel il n’y a pas de suspense, pas de nœud. Il est certain que, porté peut-être par le désir ardent de rendre sa pièce acceptable par la censure, Destouches en fait un véritable parangon monarchique ; ses prises de parole sont mesurées et sages, ses gestes majestueux et généreux, son flair infaillible. Cette perfection a, d’ailleurs, des effets assez délétères sur l’intérêt dramatique, puisque le spectateur comprend rapidement qu’un tel modèle de vertu ne peut pas tomber dans le piège des charmes de Dona Clarice, tendu par l’ambitieux et l’indiscrète, et que Don Philippe ne risque pas grand-chose quand il se permet de sermonner son maître quant à l’obligation de mettre la fonction au-dessus des intérêts du cœur21. Mais il n’en reste pas moins que la perfection royale n’est pas un objet que le dramaturge entend proposer à la réflexion de son public, qu’elle ne constitue pas un thème délibéré de la pièce, et que celle-ci peut fonctionner (sémiologiquement et pragmatiquement) en dehors de toute articulation avec la réalité et avec l’idéologie des spectateurs. Destouches préfère écrire une pièce sur le classique conflit entre le pouvoir et l’amour, plutôt que d’exploiter les potentialités réflexives et idéologiques de sa pièce.

19Ce repli de Destouches sur une position fort traditionnelle peut recevoir plusieurs sortes d’explications. Sociologique, sans doute : au XVIIIe siècle, la politique est vue comme un domaine réservé, dans lequel tout un chacun n’a pas son mot à dire, et où il faut, pour utiliser un anachronisme, une sorte de compétence. « Ne sutor ultra crepida » : la politique appartient aux politiques, pas au commun des mortels. Faire de la politique quand on n’est pas dans les sphères du pouvoir, c’est jouer un rôle assez ridicule, et en tout cas ridiculisé par les écrits de l’époque : les pamphlets sur les « nouvellistes », les « politiques de café », ne manquent pas. On pensera à certains personnages de Montesquieu dans les Lettres persanes, mais aussi, pour rester dans le domaine du théâtre, à Sir Politick Would Be de Saint-Évremond, lequel, quoique pas très connu en France, constitue un type d’une grande efficacité comique. Ancien membre de la sphère politique, Destouches sait mieux que quiconque l’écart entre ceux qui sont au pouvoir et aux manettes, et ceux qui cherchent à grappiller, de l’extérieur et sur la base des informations tendancieuses et parcellaires des gazettes, une idée sur la « marche du monde ».

20Il est également à supposer que ce refus d’engagement se fonde sur des raisons esthétiques et poétiques. Pour le classique Destouches, l’auteur et la littérature doivent regarder le monde sub specie aeternitatis : le discours politique, l’implication dans une réflexion politique lui apparaissent sans doute trop liés à un contexte, trop limités dans leur capacité de saisie de l’homme. Par ailleurs, se pose la question de la représentativité d’une analyse véritablement politique : pour bien présenter les idées, pour nuancer les prises de position des deux ministres, les discours risquent d’être trop longs, et le conflit moins spectaculaire. Il est déjà des tirades dans l’Ambitieux où, en dépit de la mécanique bien huilée des vers, l’intérêt du spectateur s’étiole… C’est de la passion que le public vient chercher au théâtre, c’est de l’émotion, que le jeu de l’ambition, de l’envie et de la vanité fournit bien mieux que les préceptes de gouvernement, et que Destouches recherche, quelles que soient, par ailleurs, ses prises de position en faveur d’un divertissement raisonnable.

21On remarquera cependant, pour finir, le jeu troublant de l’infante d’Aragon, qui vient mettre dans une nouvelle lumière son parti pris d’une utilisation topique des éléments politiques. Afin d’approcher le roi de Castille, celle-ci dissimule son identité, en se faisant passer pour la fille de l’ambassadeur d’Aragon. Procédé habituel d’amante jalouse, de jeune fille qui s’enhardit à vouloir se faire sa propre opinion sur celui à qui elle est promise ? C’est bien sur une telle interprétation de sa démarche que mise l’ambassadeur d’Aragon :

  • 22 Acte III, scène 1, p. 296.

Don Louis : Si vous vous déclarez, dites toujours, Princesse,
Que vous avez risqué de venir en ces lieux
Pour connaître le roi, pour le voir de vos yeux,
Pour l’épouser par choix, et non par politique.
Ce discours spécieux tiendra de l’héroïque :
Je connais cette cour, il y réussira ;
Et, loin de vous blâmer, on vous admirera22.

22Cependant, ce n’est là qu’un rôle de plus pour l’infante, un deuxième costume romanesque porté en dessous du premier (celui de « la jeune fille de cour »), une illusion de plus à propos de son identité, qu’elle cultive avec talent et conviction, mais qui ne rend compte en rien de ses véritables motivations. Comme le dit l’ambassadeur, le véritable motif de sa présence en Castille est non pas d’être séduite, mais de séduire :

  • 23 Idem, p. 295.

Don Louis : Dans nos tristes alarmes,
Notre unique ressource est celle de vos charmes,
Ils feront plus pour nous que mes efforts pressants.
Mon maître s’est flatté qu’ils seront tout puissants,
Et qu’un jeune monarque y devenant sensible,
Sur l’accord proposé serait moins inflexible.
C’est moi qui suggérai ce projet hasardé :
Le besoin l’exigeait, il a persuadé.
Ne nous condamnez point ; par un sort trop funeste,
Votre secours, Princesse, est le seul qui nous reste.
Si vous nous en privez, votre frère périt23.

23Ainsi, sa démarche est véritablement liée à la raison d’État, et elle accepte d’être utilisée comme un pion sur l’échiquier royal. Destouches évide le code romanesque pour revenir vers une forme de représentation – fût-elle en arrière-plan et édulcorée – de la réalité de fonctionnement des monarchies européennes, où l’on sait que les princesses constituent autant d’instruments d’une précaire stabilité entre les nations. Tout en cédant le pas au topique, le politique refait ainsi, discrètement, surface. Dans ce jeu de cache-cache avec le spectateur se lit comme une « tentation de l’engagement » à laquelle Destouches ne succombe pas, mais qui viendra bientôt éclore dans la littérature du XVIIIe siècle.

Notes

1 La grande époque de la tragicomédie est celle des années 1630-1640. Consulter en ce sens la préface de G. Forestier au Cid de Corneille (Librairie générale française, plusieurs rééditions) et la base de données CESAR.

2 Une lettre de Voltaire à Pierre Robert Le Cornier de Cideville, datée du 25 février 1733, atteste que la pièce est acceptée et reçue fin 1732 : « Destouches a fait une comédie héroïque, c’est l’ambitieux [sic]. La scène est en Espagne. On dit que cela n’est ni gai ni vif et comme dit fort bien feu
Legrand, de polissonne mémoire,
Le comique écrit noblement
Fait bâiller ordinairement.
Ce Destouches là est assurément de tous les comiques le moins comique. Cela sera joué l’hiver prochain. » (Les Œuvres complètes de Voltaire, éd. Besterman, tome 86, Genève et Toronto, Institut et musée Voltaire/University of Toronto Press, 1969, p. 295-296.)

3 La première publication a lieu à La Haye, chez Antoine van Dole.

4 Cité d’après Œuvres dramatiques de N. Destouches, Paris, de l’imprimerie Crapelet, chez Lefèvre, 1811, tome 3, p. 226. Toutes les citations de la pièce seront données d’après cette édition.

5 Anecdotes dramatiques, Paris, veuve Duchesne, 1775, tome 1, p. 56-57.

6 En 1737, Chauvelin est disgracié de manière assez étonnante après des négociations internationales où il semble s’être plutôt bien acquitté de sa tâche. Mais sa personnalité est assez controversée tout au long de son ministère. Cf. Chaussinand-Nogaret G., Le Cardinal de Fleury. Le Richelieu de Louis XV, Paris, Payot et Rivages, 2002, 242 p.

7 V. Hankiss J., Philippe Néricault Destouches. L’homme et l’œuvre, Genève, Slatkine reprints, 1881, reproduit l’édition de Paris et Debreczen, 1918 (sur l’Ambitieux, surtout p. 169 et suivantes).

8 Op. cit., acte I, scène 2, p. 248.

9 La clé des personnages de Destouches est, selon Dunkley, le caractère, « fixed in one psychologically simplified trait, with little reference to the real complexity of personality. This trait is presented as given, and, instead of an exploration of its ramifications or its repercussions on the character’s thinking in other aspects of life (contrast, for example, the caracter distortions generated by Harpagon’s avarice both within the role itself and in those who associate with him), spectators/readers are offered a series of illustrations of the central character’s flaw in a concatenation of circumstances which can be extended at will » (Dunkley J., « Destouches and the moralising comedy: the defining of a genre », Essays on French Comic Drama from the 1640s to the 1780s, edited by Derek Connon and George Evans, Bern, Lang, 2000, p. 158).

10 Don Fernand intervient dans 19 scènes sur 54, tandis que Don Philippe et Dona Beatrix dans 22 scènes. Il tient deux monologues, alors que Don Philippe et Dona Beatrix sont trois fois seuls en scène, etc.

11 Le parallèle s’impose dès le premier acte, quand Don Philippe avoue à son père : « J’ai sur l’État une espèce d’empire ;/J’ai fléchi, j’ai gagné les plus fiers ennemis ;/Mais il est un esprit que je n’ai point soumis. /Moi qui gouverne tout (je vous ouvre mon âme)/Je ne puis parvenir à gouverner ma femme. » (acte I, sc. 4, p. 254.)

12 « Don Philippe : Seigneur, si de mon choix mon sort eût dépendu,/Je vivrais loin d’ici. Vous savez que le prince/Me tira, malgré moi, du fond de la province,/Lorsque d’une ambassade il voulut m’honorer ;/Que quand elle finit, j’allais me retirer ;/Mais qu’on ordre pressant, suggéré par mon frère,/Me retint à la cour, chargé du ministère. /Je fais tous mes efforts pour remplir cet emploi,/Servant également et l’État et le roi ;/Mais protestant toujours que ma plus forte envie/Serait de vous rejoindre, et de passer ma vie/Dans le séjour charmant que vous me retracez. » (acte I, scène IV, p. 252.)

13 Op. cit, p. 226-228.

14 Secrétaire d’ambassade en Angleterre, Destouches épouse, en 1723, Dorothée Johnston, qu’il convertit au catholicisme. Pour des raisons familiales, ce mariage est tenu secret pendant plusieurs années. Cependant, la sœur de son épouse accepte mal cette situation de déguisement et de contrainte, et menace à plusieurs reprises de divulguer le secret, volontairement ou par étourderie. Ses maladresses et ses colères fournissent le modèle de Céliante dans la pièce probablement la plus connue de Destouches, le Philosophe marié, représentée en 1727 à son retour en France.

15 Op. cit., p. 230.

16 Acte I, scène 2, p. 249.

17 Acte IV, scène 9, p. 338.

18 Acte V, scène 5, p. 352.

19 « à partir de la constatation de l’absence d’implication référentielle de la tragi-comédie, on peut émettre l’hypothèse d’une utilisation poétique du politique » (Baby H., La Tragi-comédie de Corneille à Quinault, Paris, Klincksieck, Bibliothèque de l’âge classique, 2001, p. 195).

20 Seuls les titres du roi et de l’ambassadeur permettent de savoir « où l’on est », puisque rien dans les propos, les actions ou les cérémonies des personnages n’autorise la localisation : la couleur nationale est totalement exempte des discours.

21 Voir la fin de la scène 9 de l’acte IV : « Pernicieux conseils ! Si vous vous y rendez/Que devient votre État ? » (p. 338).

22 Acte III, scène 1, p. 296.

23 Idem, p. 295.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540