Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Deuxième partie. Le duc – Les rois

État de fait, état de droit : un document inédit sur l’ingérence royale dans l’élection du maître de Santiago au temps de Pierre Ier de Castille

Philippe Josserand

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Jean Kerhervé, « 1466-1468 : trois années de relation ordinaire entre Bretagne et Espagne », Jean- (...)

1Dans un volume d’hommages auquel nous avons ensemble récemment contribué, Jean Kerhervé, sans quitter la Bretagne qui lui est si chère, s’est tourné vers la Castille, choisissant pour saluer Béatrice Leroy d’arrêter sa réflexion sur les liens qui, au temps du duc François II, unissaient ces deux espaces riverains du golfe de Gascogne1. Mettant à profit la richesse de la chancellerie ducale dont les registres sont conservés aux Archives départementales de la Loire-Atlantique, il a ainsi fourni à l’histoire ibérique une contribution d’intérêt majeur. Nantais mais incapable, hélas, de tenir entre Castille et Bretagne la balance aussi égale que Jean Kerhervé, je prendrai appui ici sur sa curiosité méridionale pour présenter à partir d’un exemple hispanique une étude intéressant le processus de genèse de l’État moderne au bas Moyen Âge, qu’il a tant œuvré à mettre en lumière et à suivre dans des terres parfois très éloignées du duché breton, sur lequel s’étaient concentrés ses premiers travaux.

  • 2 M. Á. Ladero Quesada, « La genèse de l’État dans les royaumes hispaniques médiévaux (1250-1450) », (...)
  • 3 Id., « Estado y hacienda en Castilla durante la Baja Edad Media », dans id., Estado, hacienda y so (...)
  • 4 Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique. Les ordres militaires dans le ro (...)
  • 5 C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », Militarium (...)
  • 6 Pour être particulièrement spectaculaire, un tel biais n’est pas le seul dont les monarques ont us (...)

2En Castille, où une telle évolution politique a fait l’objet des travaux remarquables de Miguel Ángel Ladero Quesada2, la Couronne a incarné à un degré rarement atteint en Occident l’idée émergente d’État. Dans le contexte nouveau qui, progressivement, s’est mis en place à partir du règne d’Alphonse X s’imposait une redéfinition du système de relations établi entre la monarchie et la société politique du royaume3. Parce qu’ils formaient un pouvoir important, les ordres militaires ont été directement impliqués dans ce mouvement4. Carlos de Ayala Martínez, qui en est aujourd’hui l’un des meilleurs spécialistes, a même proposé de lire l’incorporation de leurs maîtrises à la Couronne de Castille à l’époque des Rois Catholiques comme une « décision annoncée5 », c’est-à-dire non plus comme l’amorce d’un nouveau mode de rapports appelés à se perpétuer à la période moderne, mais comme le terme d’un processus de prise de contrôle initié par la monarchie plus de deux siècles auparavant, en particulier à grand renfort de désignations autoritaires des principaux dignitaires6.

  • 7 Le plus ancien document conservé détaillant l’élection du maître d’un ordre militaire dans le roya (...)
  • 8 AHN, Sección Nobleza, Frías, c. 1252, doc. 5. Le texte de l’acte est publié en annexe.
  • 9 Son accession à la maîtrise a notamment été abordée dans l’étude classique de Luis Vicente Díaz Ma (...)
  • 10 Ainsi récemment l’a encore fait Emilio Mitre Fernández, « Los maestres de las órdenes militares ca (...)
  • 11 Dans la liste des maîtres de Santiago qu’il a récemment publiée, C. de Ayala Martínez, Las órdenes (...)

3La nomination d’un grand nombre de maîtres sur ordre du roi dans la Castille du bas Moyen Âge est un phénomène connu, mais les historiens qui s’y sont attachés, fondant presque uniquement leur discours sur la chronique, n’ont guère cherché à établir comment l’opération se déroulait dans la pratique. Ingérence monarchique et tradition élective se conjuguaient selon des modalités qu’il est difficile de percer, faute d’avoir conservé ces actes d’investiture dont on sait qu’ils sanctionnaient l’intronisation d’un nouveau dignitaire depuis la fin du xiiie siècle au moins7. Dommageable, une telle lacune fait le prix d’un document inédit de la Sección Nobleza de l’Archivo Histórico Nacional8, qui retrace en détailles circonstances de l’élection de García Álvarez de Toledo à la tête de l’ordre de Santiago à l’automne 1359. Certes, le maître n’est pas un inconnu9, mais, bien qu’il devienne rare que l’on se trompe sur la date de sa désignation10, le fait que l’on continue à débattre du nom de son prédécesseur, en ignorant l’identité du véritable titulaire de la charge11, m’autorise à croire que les quelques réflexions qui suivent ne seront pas totalement inutiles et qu’elles contribueront peut-être à éclairer l’histoire des ordres militaires à l’heure où l’État naissant leur a imposé une radicale transformation.

  • 12 Signalée par Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro primero, éd. Cayetano Rosell, Crónica (...)

4Le 18 décembre 1359, dans un acte enregistré devant notaire à Mérida, García Álvarez de Toledo déclarait avoir été désigné maître de Santiago par le chapitre général de l’ordre qui, ce jour-là, s’était réuni de manière solennelle et lui avait confirmé le titre qu’une assemblée de frères moins autorisée lui avait concédé à Séville un peu plus tôt, à l’initiative du roi de Castille Pierre Ier. L’ingérence du monarque dans le choix du successeur de l’infant Fadrique est un fait connu de fort longue date12, mais le document découvert dans la Sección Nobleza de l’Archivo Histórico Nacional l’éclaire d’un jour tout à fait nouveau.

  • 13 Pedro López de Ayala, Crónica del rey…, op. cit., an. IX, chap. 3, p. 481-483.
  • 14 Pour le premier des deux dignitaires, l’usage de le considérer comme maître remonte au plus ancien (...)
  • 15 Archivio Segreto Vaticano, Reg. Vat. 240, f° 64, publ. José Zunzunegui Aramburu, Bulas y cartas se (...)
  • 16 José María Mendi, « La primera legación del cardenal Guido de Boulogne a España (1358-1361) », Scr (...)
  • 17 J. Zunzunegui Aramburu, Bulas y cartas…, op. cit., doc. 370, p. 377 : « Preceptori et fratribus Se (...)
  • 18 Pedro López de Ayala, Crónica del rey…, op. cit., an. X, chap. 22, p. 499 : « É morieron ese dia d (...)
  • 19 L. V. Díaz Martín, Pedro I, 1350-1369, Palencia, 1995, p. 216-217.
  • 20 Pedro López de Ayala, Crónica del rey…, op. cit., an. X, chap. 23, p. 500.
  • 21 Jean-Pierre Molénat, Campagnes et monts de Tolède du xiie au xve siècle, Madrid, 1997, p. 155-156 (...)
  • 22 Vassal de Pierre Ier, il est cité, depuis janvier 1355 au moins, comme guarda del cuerpo del rey ( (...)
  • 23 Chantre de la cathédrale de Compostelle, il fut créé le 27 février 1357 évêque de l’important dioc (...)
  • 24 Bénéficiaire de diverses donations royales dans le finage de Plasencia (ADA, caja 343, doc. 7 et v (...)

5Comme le texte le manifeste bien, la désignation de García Álvarez de Toledo à la tête de Santiago s’est opérée non haviendo maestre alguno. Depuis la mort de l’infant Fadrique, tué à Séville le 29 mai 1358 dans un guet-apens ourdi par Pierre Ier, qui n’avait jamais eu confiance en son demi-frère13, l’ordre était en effet dépourvu de supérieur. Quoi qu’aient estimé d’anciens chroniqueurs de l’institution, dont l’historiographie fait un cas très exagéré, ni Gómez Suárez de Figueroa ni Alfonso López de Tejada n’ont jamais été élus maîtres de Santiago après la mort de l’infant Fadrique14. Il se peut même que, pour mieux contrôler l’ordre, le roi se soit complu à conserver la charge vacante et qu’il n’ait finalement accepté l’idée de la pourvoir qu’à la suite des pressions du Saint-Siège. Le 7 juillet 1359, Innocent VI ordonnait aux Santiaguistes d’élire un maître qui pût veiller aux intérêts spirituels et temporels de l’institution15. Instruit sans doute par le légat Guy de Boulogne, arrivé en Espagne depuis le printemps16, le pape ne s’est adressé pour l’occasion qu’aux seuls frères castillans de l’ordre, sachant que leurs homologues léonais, derrière le grand-commandeur Gómez Suárez de Figueroa, étaient à la solde du roi17. Conscient que la vacance à la tête de la milice ne pouvait plus durer, Pierre Ier semble avoir voulu faire de ce dignitaire le successeur de Fadrique et il l’eût certainement investi si celui-ci n’était tombé, le 22 septembre 1359, à la bataille d’Araviana18, où une coalition de nobles révoltés, avec l’aide de l’Aragon, l’emporta sur les troupes castillanes19. C’est à la mort brutale de Gómez Suárez de Figueroa que García Álvarez de Toledo dut d’être créé maître de Santiago20. À l’automne 1359, l’obtention de cette dignité couronnait l’ascension d’un noble né d’un lignage tolédan d’origine mozarabe21, qui, à l’image de ses frères Fernán Álvarez22 et Gutierre Gómez23, s’était distingué au cours des années récentes au service de Pierre Ier24.

  • 25 Passé en Aragon depuis 1356, comme l’a relevé L. V. Díaz Martín, « Los maestres… », art. cit., p. (...)
  • 26 Julio González González, Repartimiento de Sevilla, Madrid (2 vol.), 1953, rééd. Séville, 1993, p. (...)
  • 27 Pour l’année 1359, huit documents attestent que Pierre Ier a séjourné continûment à Séville ou dan (...)
  • 28 En 1358 déjà, Gutier Gómez de Toledo avait été créé prieur de l’Hôpital en Castille sans avoir jam (...)
  • 29 Crónica del rey don Alfonso onceno, éd. C. Rosell, Crónicas de los reyes de Castilla, Madrid (3 vo (...)
  • 30 Ramon Rozzell, « The Song and Legend of Gómez Arias », Hispanic Review, 20, 1952, p. 91-107.

6Dans l’accession de García Álvarez de Toledo à la maîtrise de Santiago, la décision du roi fut absolument primordiale. Loin de se limiter à en offrir la confirmation, le texte enregistré à l’instigation du nouvel élu le 18 décembre 1359 permet de saisir en détail comment Pierre Ier a développé son ingérence. Pour couper court à la contestation qui d’emblée s’est élevée contre un maître que certains de ses coreligionnaires taxaient d’illégitime25, le document souligne que la désignation de García Álvarez de Toledo a procédé d’une assemblée des frères à laquelle le statut légal de chapitre est reconnu. Le vocable, pourtant, ne doit pas tromper. Au dire même de l’acte, c’est le souverain qui a convoqué la réunion. Il l’a fait à Séville, hors de la juridiction de Santiago, dans l’église de Santa María, dont dépendait le palais26, à une date où, bien qu’elle ne soit pas donnée dans le document, on sait qu’il résidait dans la cité27. Ainsi Pierre Ier put-il faire pression sur les frères qui s’étaient rendus à son appel et obtenir qu’ils élussent García Álvarez de Toledo, alors même que celui-ci n’était pas membre de l’ordre28. Pour couvrir un tel coup de force, les Santiaguistes, à la demande probable du roi, recoururent à un stratagème d’apparence légale. Ils portèrent à leur tête un chevalier du nom de Gómez Arias qui, aussitôt élu, reçut dans l’institution García Álvarez de Toledo et lui transmit le magistère dont il venait tout juste d’être investi. Ce maître d’un jour, ignoré des chroniqueurs comme des historiens, demeure malaisé à identifier. S’agit-il du Gómez Arias qui, en 1333, avait dû céder la forteresse de Benamejí aux Nasrides après la chute de Gibraltar29 ? Peut-on l’assimiler à ce frère qui, sur la frontière, paraît avoir tellement marqué les esprits que le chant s’est emparé de sa mémoire30 ? Rien n’est moins sûr tant il convient de prendre garde à une possible homonymie. Force est donc de se contenter, dans l’attente d’autres éléments, de décrire le maître Gómez Arias comme l’outil indispensable de la volonté de Pierre Ier à l’intérieur de Santiago.

  • 31 Pedro López de Ayala, Crónica del rey…, op. cit., an. X, chap. 23, p. 500 : « É estonce fizo el re (...)
  • 32 L. V. Díaz Martín, « Los maestres… », art. cit., p. 305.

7Investi sur l’ordre du roi, qui lui confia en même temps l’éducation de son jeune fils31, García Álvarez de Toledo pouvait bien sûr se prévaloir d’une certaine légitimité en arguant que la dignité magistrale lui avait été concédée à Séville par le chapitre des frères. Dans la pratique, néanmoins, nul n’était dupe et, confronté à l’aggravation de la scission interne de Santiago, qui durait depuis 1354 au moins32, il lui fallut mobiliser des arguments de droit plus solides, aptes à masquer par une habile mise en scène des pratiques canoniques le fait que sa position procédait en réalité de la seule faveur du monarque.

  • 33 Ainsi l’ont signalé dès la charnière du Moyen Âge et de l’époque moderne l’Estoria de la orden de (...)
  • 34 AHN, Órdenes Militares, carp. 325, vol. II, doc. 32.
  • 35 Les références d’archives complètes de ces chapitres ont été données par Ph. Josserand, Église et (...)
  • 36 Exprimée par D. Lomax, La orden de Santiago, 1170-1275, Madrid, 1965, p. 67, l’idée que le chapitr (...)
  • 37 Pour le Portugal, ce rôle, préservé jusqu’à la fin du xive siècle, a été relevé par Isabel Lago Ba (...)
  • 38 Pour prendre un exemple paroxystique, Gonzalo Chacón siégeait aux côtés de Sancho Sánchez de Mosco (...)

8Conscient de la fragilité juridique de son élection, qui l’exposait à être contesté par les frères hostiles à Pierre Ier et à son ingérence à l’intérieur de l’ordre33, García Álvarez de Toledo, sitôt en charge, conçut le projet de réunir un chapitre général qui pût lui apporter une légitimité indiscutable en termes de droit. Pour respecter la tradition santiaguiste qui avait été bafouée par l’assemblée de Séville, il prit soin de le convoquer sur les terres de l’institution. En choisissant Mérida, il s’inscrivit dans un usage abondamment consacré puisque, depuis la première réunion tenue en 1268 dans l’église de Santa Eulalia34, plus d’une quinzaine s’y étaient déroulées35, sans qu’aujourd’hui l’historiographie n’en fasse un quelconque état36. Lors de ce chapitre, clôturé le 18 décembre 1359, au moment où le texte qui en rapporte le déroulement fut enregistré, García Álvarez de Toledo veilla à bien rassembler les frères de l’ordre et, en particulier, les Treize qui, associés aux prieurs d’Uclés et de San Marcos, aux grand-commandeurs de Castille et de León, avaient le privilège d’élire le maître37. Dans un tel groupe traversé alors d’ambitions contraires, voire de haines terribles38, il s’employa à ce que chacun fût présent, obtenant que les dignitaires empêchés de se rendre à Mérida choisissent un coreligionnaire pour les représenter, en vertu du processus de l’enmienda, car de l’accord de tous dépendait l’instauration d’un pouvoir qui pût prétendre s’imposer à une milice divisée.

  • 39 D. Rodríguez Blanco, « La organización institucional de la orden de Santiago en la Edad Media », H (...)
  • 40 C. de Ayala Martínez, « Maestres y maestrazgos en la Corona de Castilla (ss. xii-xv) », R. Izquier (...)

9Pénétré de la valeur du consensus institutionnel, García Álvarez de Toledo espérait en convoquant un chapitre dès le début de son magistère refonder sa légitimité. De l’assemblée de Mérida, il attendait qu’elle lui fournît l’assise que celle de Séville, trop ouvertement médiatisée par Pierre Ier, n’avait pu lui procurer. Ainsi ne négligea-t-il rien du rituel qui traditionnellement s’attachait aux chapitres de Santiago39. Selon le texte, les frères convoqués à Mérida, fidèles à l’usage, s’isolèrent dans l’église de Santa Eulalia pour éviter qu’on pût de l’extérieur de l’ordre interférer dans leurs échanges. Parlant le premier du fait de son rang, García Álvarez de Toledo leur proposa par un vote de désigner celui qui leur parût le plus capable de conduire les affaires de la milice. De façon à signifier qu’il était prêt à renoncer à sa charge, il remit immédiatement au prieur de San Marcos les deux principaux insignes du magistère, l’épée et le sceau40, appelés à rester sur l’autel majeur aussi longtemps qu’aucun dignitaire n’aurait été choisi. Le processus électoral ainsi enclenché, les Treize se retirèrent à part du chapitre pour désigner le maître avec l’appui des deux plus hauts responsables laïque et ecclésiastique des provinces santiaguistes de Castille et de León. Des discussions, qui paraissent avoir été rapides, le document ne laisse rien transpirer, attentif qu’il est à souligner l’unanimité dont bénéficia García Álvarez de Toledo auquel, sitôt le vote acquis, les insignes du pouvoir magistral furent restitués.

  • 41 La question a été envisagée dans un cadre plus large par Ph. Josserand, « In servitio Dei et domin (...)
  • 42 AHN, Sellos, arm. 2, caja 7, doc. 14, publ. L. V. Díaz Martín, Colección documental de Pedro I de (...)
  • 43 Ph. Josserand, Église et pouvoir…, op. cit., p. 520.
  • 44 Archivo Municipal de Toledo, cajón 8, leg. 1, doc. 9, publ. R. Izquierdo Benito, Privilegios reale (...)
  • 45 Formées à l’origine d’Oropesa et du Valdecorneja, au nord de la Sierra de Gredos, comme l’a bien r (...)
  • 46 Le fait a été signalé par L. V. Díaz Martín, « Los maestres… », art. cit., p. 326-327, à partir du (...)

10Ainsi, à l’état de fait né de l’assemblée de Séville, on pourrait croire que le chapitre de Mérida, en validant la situation qui s’était alors imposée, a substitué un état de droit. En termes strictement juridiques l’idée est certes défendable, mais elle cache un non-sens du point de vue politique. À quatre reprises, en les situant sur un pied d’égalité, le document fait état du service de l’ordre et de celui du roi auxquels il enjoint à García Álvarez de Toledo de se dépenser ; une fois même, il évoque la chrétienté pour la défense de laquelle il est demandé au maître, à la tête de Santiago, de se mobiliser. Ces expressions ne doivent pas tromper. On sait toute la difficulté que les dignitaires des milices éprouvaient au milieu du xive siècle en Castille pour servir d’un bras égal Dieu et le monarque41. Faut-il rappeler qu’en 1359, huit mois avant qu’il ait été requis de García Álvarez de Toledo d’agir au service de la chrétienté, Pierre Ier avait réaffirmé avec la plus grande fermeté l’interdiction de prêcher la croisade dans son royaume, sauf pour celle-ci à se modeler sur l’objectif national de repeupler Algésiras42 ? Dans de telles conditions, l’élection capitulaire de Mérida en décembre 1359 n’était qu’un acte de pure forme. Le pouvoir de García Álvarez de Toledo tenait d’abord à la volonté de Pierre Ier, dont le maître s’attacha, aussitôt en charge, à servir les intérêts, luttant notamment sur la frontière de l’Aragon contre les offensives du comte de Trastamare, le futur Henri II, qui avait rallié un grand nombre de frères43. Le pli de l’ingérence royale dans la désignation des supérieurs des ordres militaires était pris et c’est tout naturellement que les autorités urbaines de Tolède, désireuses de protéger la position de García Álvarez de Toledo, s’adressèrent le 11 avril 1366 au demi-frère de Pierre Ier, entré en vainqueur en Castille et déclaré roi à Calahorra, afin qu’il respectât la dignité à laquelle le maître, sept ans plus tôt, avait été promu par son ennemi44. La décision du nouveau souverain fut autre et, s’il fit au dignitaire d’importantes concessions seigneuriales en vue de l’attacher à sa cause45, il exigea qu’il fût remplacé à la tête de Santiago par Gonzalo Mejía qui, pendant les années d’exil, s’était toujours tenu à ses côtés46. Avec le roi le maître de l’ordre a donc changé, mais l’ingérence du pouvoir monarchique, pour sa part, n’a pas été remise en cause.

Annexes

ANNEXE DOCUMENTAIRE47

B – Archivo Histórico Nacional, Sección Nobleza, Frías, c. 1252, doc. 5 (copie de la fin du xviie siècle d’après l’écriture employée).

C – Archivo Histórico Nacional, Sección Nobleza, Frías, c. 1252, doc. 6 (brouillon destiné à préparer la copie précédente).

Reg. Pilar León Tello, Inventario del Archivo de los Duques de Frías, Madrid, 1955-1973 (3 vol.), t. III, p. 3, doc. 3 (sous l’ancienne cote leg. 508, doc. 3, employée lorsque le fonds était conservé à Madrid).

Cit. Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid, 2004, p. 538.

En la yglesia de Santa Olalla de Merida, miercoles desi ocho dias de desiembre, era de mill e tresientos e noventa e siete años, este dicho dia estando don Garcia Alvares, por la gracia de Dios maestre de la Orden de la caballeria de Santiago, et estando con el dicho maestre los freires et caballeros de la dicha Orden en la dicha yglesia de Santa Olalla en su cabildo ayuntados, et estando con el dicho maestre en el dicho cabildo don Pero Martines, prior de San Marcos de Leon, et don Julian, prior de Ucles, et don Garcia Ferrandes, comendador maior de Tierra de Leon, et don Martin Alfonso48, comendador maior de Castiella, et don Gomez Arias et Sancho Sanches de Moscoso et Julian Tello et Gonzalo Yañes et Fernand Alfonso de Lago et Rui Gutierres et Julian Yeñegas et Alfonso Ferrandes et Gonzalo Chacon et Gil Rodrigues et Pero Ferrandes, de los trese, et Julian Alvares, en emienda por Julian Ferrandes, comendador de Ricote, e Dia Sanches, en emienda por Ferrand Alfonso, que son los trese caballeros de la dicha Orden, et en presencia de mi, Torivio Garcia, et de Gonzalo Alfonso, escribanos publicos de Merida por nuestro señor el rey, et ante los testigos de yuso escriptos, el dicho don Garcia Alvares, maestre, dixo en el dicho cabildo et a los dichos freyres et cavalleros en que bien savien en como en esta dicha Orden de Santiago, non haviendo maestre alguno, que fuese mercet de nuestro señor el rey de enbiar que fuesen con el en la cibudat de Sevilla et /1v fesieran su cavildo en la yglesia de Santa Maria de Sevilla et que los dichos freyres et cavalleros que esleyron et tomaron por su maestre a don Gomez Arias et que, siendo maestre de la dicha Orden el dicho don Gomez Arias, que el dicho don Garcia Alvares que le pidio al dicho don Gomez Arias que le diese el habito de la dicha Orden por quanto dixo que era su voluntad de ser freyre de la dicha Orden et servir a Dios en ella et a nuestro señor el rey en que el dicho don Gomez Arias quel diera el dicho avito et lo freyrase segun su Orden et que, todo asy fecho, que el dicho don Gomez Arias que renuncio en el dicho cavildo al dicho maestralgo por quanto entendia que lo non podia servir por algunas nesesidades et dolencias que en el havian et que los dichos freyres et cavalleros et cavildo que fisieron su maestre al dicho don Garcia Alvares et que agora, pues ellos estaban ayuntados en el dicho cavildo de la dicha yglesia de Santa Olalla de Merida et estaban apartados et non estaba y alguno de quien obiesen miedo nin recelo nin otra rason alguna porque lo dejasen de faser nin de desir lo que ellos toviesen por bien quel que les desia que si entendien que otro freyre alguno era mas provechoso para haver el estado del maestralgo o non eran plasenteros en las sus voluntades que lo el sea, que les desia que fagan su maestre a quien fuer su voluntat et ellos por bien toviesen et que el que lo renunciava et renunciolo luego el dicho maestralgo et entrego luego la espada et el siello al dicho don Pero Martines, prior de San Marcos de Leon, en el dicho cavildo desiendo que el de todo corazon /2r queria ser freyre de convento e de servir de corazon en esta dicha Orden a Dios e a nuestro señor el rey e a la dicha Orden et luego en el dicho cavildo et en la dicha yglesia de Santa Olalla apartaronse los trese freyres cavalleros et los dichos priores de San Marcos et de Ucles et los dichos comendadores maiores de Castiella et de Leon et ovieron su acuerdo et consejo apartadamiente et dixieron que ellos et todo el cavildo de los dichos freyres cavalleros que y estaban presentes que les plasia a todos de voluntat quel dicho don Garcia Alvares que fuese et sea su maestre et su maior de la dicha Orden de Santiago et, en presencia de nos los dichos escribanos et de los testigos de yuso escriptos, recevieronlo por su maestre et por su maior desiendo que entendien que es servicio de Dios et del dicho señor rey et de la dicha Orden et guarda et defendimiento de la Cristiandat et es tal que les guardaria a ellos et a los vasallos de la dicha Orden et luego el dicho don Pero Martines, prior de San Marcos de Leon, levantose et fue al altar de señora Santa Olalla de Merida et tomo dende la espada et el siello del maestralgo et diolo e entregolo al dicho don Garcia Alvares, maestre, a plaser et a voluntat de los priores et comendadores maiores et de los trese et de todos los otros freyres et cavalleros que en el dicho cavildo eran ayuntados et luego todo el dicho cavildo a una voz dixieren que les plasia con el dicho don Garcia Alvares et que lo recevian de puros corazones et voluntades por su maestre et por su maior et que lo fasian de su voluntat et sin premia et sin miedo et /2v temor alguno mas por que entendien que esto que es servicio de Dios et del rey et pro et guarda et defendimiento de ellos et de la dicha Orden et de la tierra et vasallos della. E desto en como paso el dicho don Garcia Alvares, maestre, pedio a nos los dichos escrivanos, que ha esto fuemos presentes, que gelo diesemos todo esto signado et firmado de nos mismos. Testigos que fueron a esto presentes Lope Arias, Diego Gonsales Mexia, Gonzalo Rodriguez, vicario de Merida, Diego Lopes de Salas, Sancho Rodrigues, Julian Rodrigues, vicario de Merida, Miguel Domingues, Julian Ferrandes de Medina, Diego Gonsales de Mendoza. Fecha dia et mes et era sobre dicha ante nos los sobredichos escrivanos. Et yo, Toribio Garcia, escrivano publico sobredicho, a esto todo que dicho es fuy presente et la escrevi esta carta segun paso et fis en ella mi nombre. Yo Torivio Garcia so testigo. Et yo, Gonzalo Alfon, escrivano publico de Merida e de so termino sobredicho, a esto fuy presente et fis aqui mio signo a tal en testimonio.

Notes

1 Jean Kerhervé, « 1466-1468 : trois années de relation ordinaire entre Bretagne et Espagne », Jean-Pierre Barraqué et Véronique Lamazou-Duplan (éd.), Minorités juives, pouvoirs, littérature politique en péninsule Ibérique, France et Italie au Moyen Âge. Études offertes à Béatrice Leroy, Biarritz, 2006, p. 127-161.

2 M. Á. Ladero Quesada, « La genèse de l’État dans les royaumes hispaniques médiévaux (1250-1450) », Christian Hermann (éd.), Le premier âge de l’État en Espagne (1450-1700), Paris, 1989, p. 9-65.

3 Id., « Estado y hacienda en Castilla durante la Baja Edad Media », dans id., Estado, hacienda y sociedad en la historia de España, Valladolid, 1989, p. 12-43, particulièrement p. 21 : « Era indispensable renovar el sistema de relaciones entre la monarquía, los poderes ejercidos por los diversos sectores de la sociedad política y el reino en su conjunto. »

4 Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid, 2004 (Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 31), p. 459-650.

5 C. de Ayala Martínez, « La Corona de Castilla y la incorporación de los maestrazgos », Militarium Ordinum Analecta, 1 (1997), p. 259, et Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media (siglos xii-xv), Madrid, 2003, p. 733.

6 Pour être particulièrement spectaculaire, un tel biais n’est pas le seul dont les monarques ont usé, l’associant bien souvent à d’autres, comme l’insertion des maîtres parmi les officiers de la Couronne, analysée par Ph. Josserand, « Les ordres militaires et le service curial dans le royaume de Castille (1252-1369) », Les serviteurs de l’État au Moyen Âge. Actes du XXIXe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Pau, mai 1998), Paris, 1999, p. 75-83.

7 Le plus ancien document conservé détaillant l’élection du maître d’un ordre militaire dans le royaume de Castille se rapporte à Gonzalo Martínez de Oviedo, porté à la tête d’Alcántara en mai 1337. Il a été publié par Ignacio José Ortega y Cotes, Juan Francisco Álvarez de Baquedano et Pedro de Ortega-Zúñiga y Aranda, Bullarium ordinis militiæ de Calatrava, Madrid, 1759, rééd. Derek Lomax, Barcelone, 1981, p. 193-196. Il semble qu’il en ait existé précédemment, même si la trace qui en subsiste émane uniquement d’inventaires d’époque moderne (Ph. Josserand, Église et pouvoir…, op. cit., p. 536, n. 84).

8 AHN, Sección Nobleza, Frías, c. 1252, doc. 5. Le texte de l’acte est publié en annexe.

9 Son accession à la maîtrise a notamment été abordée dans l’étude classique de Luis Vicente Díaz Martín, « Los maestres de las órdenes militares en el reinado de Pedro I de Castilla », Hispania, 40, 1980, p. 318-319, repris dans id., Los oficiales de Pedro I de Castilla, Valladolid, 1987, p. 164-165, sans référence au document cité.

10 Ainsi récemment l’a encore fait Emilio Mitre Fernández, « Los maestres de las órdenes militares castellanas y la “revolución” Trastámara : vicisitudes políticas y relaciones nobiliarias », Ricardo Izquierdo Benito et Francisco Ruiz Gómez (éd.), Las órdenes militares en la Península Ibérica, t. I : Edad Media, Cuenca (2 vol.), 2000, p. 266.

11 Dans la liste des maîtres de Santiago qu’il a récemment publiée, C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 850, fait de García Álvarez de Toledo le successeur direct de l’infant Fadrique. À la suite de bien des auteurs, il avait pourtant postulé jusque-là l’existence d’un maître intermédiaire, inclinant pour Alfonso López de Tejada (id., « Las órdenes militares ante la guerra civil castellana [1366-1371] », Carlos Manuel Reglero de la Fuente [éd.], Poder y sociedad en la Baja Edad Media hispánica. Estudios en homenaje al profesor Luis Vicente Díaz Martín, Valladolid, 2002 [2 vol.], t. I, p. 44), à la place de Gómez Suárez de Figueroa, auquel l’essentiel de la critique renvoie, à l’instar d’E. Mitre Fernández, « Los maestres de las órdenes militares castellanas y la “revolución” Trastámara », art. cit., p. 264 et 266. En réalité, aucun de ces deux dignitaires n’a administré l’ordre avant Garcia Álvarez de Toledo qui, comme nous le verrons, a succede a un frere du nom de Gomez Arias, inconnu de l’historiographie.

12 Signalée par Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro primero, éd. Cayetano Rosell, Crónicas de los reyes de Castilla, Madrid (3 vol.), 1953, t. I, année X, chap. 23, p. 500, et, à sa suite, par Francisco de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, Tolède, 1572, rééd. D. Lomax, Barcelone, 1976, part. I, f° 49 v°, elle a naturellement été mise en relief par L. V. Díaz Martín, « Los maestres… », art. cit., p. 319, et C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares ante la guerra civil castellana », art. cit., p. 43, n. 18.

13 Pedro López de Ayala, Crónica del rey…, op. cit., an. IX, chap. 3, p. 481-483.

14 Pour le premier des deux dignitaires, l’usage de le considérer comme maître remonte au plus ancien chroniqueur dont, à la fin du xve siècle, on conserve l’histoire de l’ordre (Diego Rodríguez de Almela, Compilación de los milagros de Santiago, éd. Juan Torres Fontes, Murcie, 1946, p. 54). Pour le second, la tradition semble quelque peu postérieure. Elle est attestée pour la première fois par Antonio Ruiz de Morales, La regla y establecimiento de la orden de la cavallería de Santiago del Espada, con la hystoria y principio della, Alcalá de Henares, 1565, rééd. María Isabel Viforcos Marinas et Jesús Paniagua Pérez, León, 1998, p. 128, et n’a pas été récusée par F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes y cavallerías de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, part. I, f° 51, qui toutefois a fait du frère le successeur de García Álvarez de Toledo et non celui de Fadrique, comme on peut encore le lire (C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares… », art. cit., p. 44, n. 19).

15 Archivio Segreto Vaticano, Reg. Vat. 240, f° 64, publ. José Zunzunegui Aramburu, Bulas y cartas secretas de Inocencio VI (1352-1362), Rome, 1970, doc. 370, p. 377 : « Volumus et discretioni vestre mandamus quatinus oculos vestros ad honorem Dei et ordinis vestris commodum, semotis quibuslibet privatis affectibus dirigentes, personam aliquam idoneam et Deum timentem, per quam vestra religio votivis proficere valeat spiritualiter et temporaliter incrementis vobis nominare curetis. »

16 José María Mendi, « La primera legación del cardenal Guido de Boulogne a España (1358-1361) », Scriptorium Victoriense, 11, 1964, p. 135-224.

17 J. Zunzunegui Aramburu, Bulas y cartas…, op. cit., doc. 370, p. 377 : « Preceptori et fratribus Segure et Castelle, ordinis sancti Jacobi. » Bien qu’aucun historien ne l’ait relevé, l’adresse est importante car elle concerne les seuls frères de la province santiaguiste de Castille, dont le siège était alors à Segura de la Sierra.

18 Pedro López de Ayala, Crónica del rey…, op. cit., an. X, chap. 22, p. 499 : « É morieron ese dia de partes de Castilla en esta batalla don Gomez Suarez de Figueroa, comendador mayor de tierra de Leon en la orden de Santiago, que el rey tenia ordenado que fuese maestre si viviera. »

19 L. V. Díaz Martín, Pedro I, 1350-1369, Palencia, 1995, p. 216-217.

20 Pedro López de Ayala, Crónica del rey…, op. cit., an. X, chap. 23, p. 500.

21 Jean-Pierre Molénat, Campagnes et monts de Tolède du xiie au xve siècle, Madrid, 1997, p. 155-156 et 174.

22 Vassal de Pierre Ier, il est cité, depuis janvier 1355 au moins, comme guarda del cuerpo del rey (Archivo Ducal de Alba [ADA], carp. 156, doc. 17, publ. L. V. Díaz Martín, Colección documental de Pedro I de Castilla, 1350-1369, Salamanque [4 vol.], 1997-1999, t. III, 1999, doc. 915, p. 241-242), et c’est à ce titre qu’il prit part à la lutte contre l’Aragon dès 1358 (Pedro López de Ayala, Crónica del rey…, op. cit., an. IX, chap. 11, p. 486).

23 Chantre de la cathédrale de Compostelle, il fut créé le 27 février 1357 évêque de l’important diocèse de Palencia (Ana Arranz Guzmán, « Las elecciones episcopales durante el reinado de Pedro I de Castilla », En la España Medieval, 24 [2001], p. 444).

24 Bénéficiaire de diverses donations royales dans le finage de Plasencia (ADA, caja 343, doc. 7 et vitrina, doc. 15, publ. L. V. Díaz Martín, Colección documental…, op. cit., t. III, doc. 1040 et 1072, p. 349-350 et 374-376), García Álvarez de Toledo était à la fois le vassal et le nourri de Pierre Ier qui, à l’été 1359, l’a très largement associé à ses offensives maritimes contre l’Aragon (Pedro López de Ayala, Crónica del rey…, op. cit., an. X, chap. 11, p. 494, et chap. 14, p. 496).

25 Passé en Aragon depuis 1356, comme l’a relevé L. V. Díaz Martín, « Los maestres… », art. cit., p. 313, Gonzalo Mejía, qui était alors grand-commandeur de Castille, fut tenu à partir de l’élection de García Álvarez de Toledo pour être le véritable maître de la milice par ceux des frères qui se refusaient à accepter l’ingérence de Pierre Ier. Relevé par F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes…, op. cit., part. I, f° 51, ce schisme a été replacé dans son contexte par Ph. Josserand, Église et pouvoir…, op. cit., p. 515-521.

26 Julio González González, Repartimiento de Sevilla, Madrid (2 vol.), 1953, rééd. Séville, 1993, p. 358.

27 Pour l’année 1359, huit documents attestent que Pierre Ier a séjourné continûment à Séville ou dans des localités proches, telles Guillena ou Mures, à partir du 18 septembre au moins (L. V. Díaz Martín, Colección documental…, op. cit., t. III, doc. 1087 et 1089-1095, p. 390-402). Pendant cet automne, il semble s’être éloigné une seule fois de la vallée du Guadalquivir, afin d’aller à Tordesillas, où sa maîtresse María de Padilla avait donné naissance à leur premier fils, l’infant Alphonse. C’est au retour de ce voyage extrêmement court, qui eut lieu dans les premiers jours d’octobre (id., Itinerario de Pedro I de Castilla. Estudio y regesta, Valladolid, 1975, p. 94), que García Álvarez de Toledo aurait été créé maître de Santiago (Pedro López de Ayala, Crónica del rey…, op. cit., an. X, chap. 23, p. 500).

28 En 1358 déjà, Gutier Gómez de Toledo avait été créé prieur de l’Hôpital en Castille sans avoir jamais revêtu au préalable l’habit de l’ordre, comme il ressort d’une lettre d’Innocent VI au grand-maître Roger des Pins, l’invitant à sévir face à un tel abus (J. Zunzunegui Aramburu, Bulas y cartas…, op. cit., doc. 354, p. 358-359).

29 Crónica del rey don Alfonso onceno, éd. C. Rosell, Crónicas de los reyes de Castilla, Madrid (3 vol.), 1953, t. I, chap. 121, p. 253-254, et Gran Crónica de Alfonso onceno, éd. Diego Catalán, Madrid (2 vol.), 1977, t. II, chap. 142, p. 56. Peut-être liées à son âge, les maladies dont Gómez Arias argua pour se démettre sitôt élu à la tête de Santiago peuvent laisser penser qu’il était en 1359 déjà relativement vieux.

30 Ramon Rozzell, « The Song and Legend of Gómez Arias », Hispanic Review, 20, 1952, p. 91-107.

31 Pedro López de Ayala, Crónica del rey…, op. cit., an. X, chap. 23, p. 500 : « É estonce fizo el rey maestre de Santiago a don Garci Alvarez de Toledo e diole el mayordomazgo de su fijo, que estonce le nasciera de doña Maria de Padilla. »

32 L. V. Díaz Martín, « Los maestres… », art. cit., p. 305.

33 Ainsi l’ont signalé dès la charnière du Moyen Âge et de l’époque moderne l’Estoria de la orden de la cavalleria del señor Santiago del Espada, éd. Antonio de Vargas-Zúñiga, Badajoz, 1978, p. 377, ou encore F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres órdenes…, op. cit., part. I, f° 50.

34 AHN, Órdenes Militares, carp. 325, vol. II, doc. 32.

35 Les références d’archives complètes de ces chapitres ont été données par Ph. Josserand, Église et pouvoir…, op. cit., p. 440-441.

36 Exprimée par D. Lomax, La orden de Santiago, 1170-1275, Madrid, 1965, p. 67, l’idée que le chapitre a espacé ses réunions à partir du dernier tiers du xiiie siècle jusqu’à presque disparaître a été outrée par Daniel Rodríguez Blanco, La orden de Santiago en Extremadura en la Baja Edad Media (siglos xiv-xv), Badajoz, 1985, p. 145, et Pedro Porras Arboledas, La orden de Santiago en el siglo xv. La provincia de Castilla, Jaén, 1997, p. 146. Au dire du premier de ces auteurs, Santiago n’aurait connu qu’un seul chapitre au xive siècle, celui réuni à Mérida en 1310 à l’initiative de Juan Osórez. Pour le deuxième, le chiffre s’élèverait à trois dans la mesure où les assemblées de Mérida en 1312 et d’Úbeda en 1329 sont intégrées au total. Méritoires, les corrections offertes par José Vicente Matellanes Merchán, « Organización socio-económica del espacio extremeño : las encomiendas santiaguistas de Mérida y Montánchez (1170-1350) », Julián Clemente Ramos et Juan Luis de la Montaña Conchiña (éd.), Actas de las I Jornadas de Historia Medieval de Extremadura, Cáceres, 2000, p. 185, et « La estructura de poder en la orden de Santiago (siglos xii-xiv) », En la España Medieval, 23, 2000, p. 303, qui portent à cinq le nombre des chapitres tenus à Mérida au cours du xive siècle, restent assez loin de la réalité.

37 Pour le Portugal, ce rôle, préservé jusqu’à la fin du xive siècle, a été relevé par Isabel Lago Barbosa, « Mestre ou Administrador ? A substituição dos Trezes pela Coroa na escolha dos mestres », Isabel Cristina Ferreira Fernandes (éd.), Ordens militares. Guerra, religião, poder e cultura, Lisbonne, 1999 (2 vol.), t. II, p. 225.

38 Pour prendre un exemple paroxystique, Gonzalo Chacón siégeait aux côtés de Sancho Sánchez de Moscoso qui, en 1356, à l’époque où il était commandeur d’Uclés, avait sur l’ordre du roi assassiné son père, Ruy Chacón, alors grand-commandeur de Castille (Antonio Francisco Aguado de Córdoba, Alfonso Antonio Alemán y Rosales et José López Agurleta, Bullarium equestris ordinis sancti Iacobi de Spata, Madrid, 1719, p. 333-334).

39 D. Rodríguez Blanco, « La organización institucional de la orden de Santiago en la Edad Media », Historia. Instituciones. Documentos, 12 (1985), p. 187, a évoqué à leur propos « un acontecimiento muy ritualizado ». D’une telle mise en scène témoigne pour l’ordre d’Avis un texte exceptionnel, rédigé en 1342 à la faveur de l’élection du maître João Rodrigues Pimentel. Il a été publié par Maria Cristina Almeida Cunha, « A eleição do mestre de Avis nos séculos xiii-xv », Revista da Faculdade de Letras. História, 13, 1996, doc. 3, p. 113-114, repris dans I. C. Ferreira Fernandes et P. Pacheco (éd.), As ordens militares em Portugal e no Sul da Europa, Lisbonne, 1997, doc. 3, p. 383-385.

40 C. de Ayala Martínez, « Maestres y maestrazgos en la Corona de Castilla (ss. xii-xv) », R. Izquierdo Benito et F. Ruiz Gómez (éd.), Las órdenes militares en la Península Ibérica, t. I : Edad Media, Cuenca (2 vol.), 2000, p. 376.

41 La question a été envisagée dans un cadre plus large par Ph. Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les ordres militaires du royaume de Castille et la défense de la chrétienté latine : frontières et enjeux de pouvoir (xiie-xive siècles) », C. de Ayala Martínez, P. Buresi et Ph. Josserand (éd.), Identidad y representación de la frontera en la España medieval (siglos xi-xiv), Madrid, 2001, p. 89-111.

42 AHN, Sellos, arm. 2, caja 7, doc. 14, publ. L. V. Díaz Martín, Colección documental de Pedro I de Castilla, t. III, doc. 1080, p. 382-384 : « Bien sabedes en como fue la mi merçed, e toue por bien de faser ordenamiento que andudiese la demanda de la mi crusada para basteçimiento e poblamiento de la muy noble çibdat de Algesira e de los otros castiellos fronteros por todas las partes de mios regnos, sobre lo qual vos enbie mandar e defender por mis cartas que non consintades ande demanda romana ni ultramarina, nin otra demanda alguna si non la demanda de la dicha mi crusada. »

43 Ph. Josserand, Église et pouvoir…, op. cit., p. 520.

44 Archivo Municipal de Toledo, cajón 8, leg. 1, doc. 9, publ. R. Izquierdo Benito, Privilegios reales otorgados a Toledo durante la Edad Media (1101-1494), Tolède, 1990, doc. 85, p. 178-183, notamment p. 179.

45 Formées à l’origine d’Oropesa et du Valdecorneja, au nord de la Sierra de Gredos, comme l’a bien rappelé C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares… », art. cit., p. 45-46, ces donations, octroyées en 1366 et enrichies trois ans plus tard d’un vaste ensemble de droits à Plasencia (Biblioteca Francisco de Zabálburu, Altamira, carp. 4, doc. 11), permirent à García Álvarez de Toledo et à son frère Fernán Álvarez, qui a réussi à s’en approprier une bonne part, de s’élever dans l’aristocratie castillane au point que leurs descendants, respectivement comtes d’Oropesa et ducs d’Albe, comptèrent à la fin du xve siècle parmi les principaux nobles du royaume (J.-P. Molénat, Campagnes et monts…, op. cit., p. 155-156 et 345).

46 Le fait a été signalé par L. V. Díaz Martín, « Los maestres… », art. cit., p. 326-327, à partir du récit de Pedro López de Ayala, Crónica del rey…, op. cit., an. XVI, chap. 8, p. 540 : « E por quanto venia con el rey don Enrique don Gonzalo Mexía, que se llamaba maestre de Santiago, é estoviera con él siempre en Aragon é en todas las partidas do él anduviera, fué tratado que don Garci Alvarez de Toledo, que eso mesmo se llamaba maestre de Santiago, dexase el maestrazgo al dicho don Gonzalo Mexía, é que el rey don Enrique diese á don Garci Alvarez por juro de heredad á Val de Corneja é Oropesa é cinquenta mil maravedis en tierra. »

47 Je remercie Mme Aranzazu Lafuente Urién, directrice de la Sección Nobleza de l’Archivo Histórico Nacional, et M. Miguel Gómez Vozmediano, chef du service des références de ce dépôt, pour l’aide qu’ils m’ont apportée, acceptant notamment de vérifier ma transcription du document.

48 Dans la copie, une demi-douzaine de groupes de mots sont soulignés. On peut penser qu’ils correspondent à des passages de l’acte original, fortement abrégés, pour lesquels le scribe, peu sûr de sa restitution, aurait voulu laisser la marque de ses doutes.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540