Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Deuxième partie. Le duc – Les rois

Saint Mériadec dans le Bréviaire vannetais de 15891

Bernard Merdrignac

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

VII IVNII

Lectio prima

  • 1 M. L. Rouaud m’avait procuré une photocopie de l’exemplaire conservé à la bibliothèque diocésaine (...)
  • 2 Il convient de rétablir le repons : Tu [autem, Domine, misere nobis] :« & toi [Seigneur, aie pitié (...)
  • 3 André-Yves Bourgès, « Le contexte idéologique du développement du culte de saint Mériadec en Breta (...)

Fuit itaque beatus Mereadocus de genere britannorum, ex recta linea consanguinitatis Conani Regis magnifici procreatus patre vero suo naturali, duci minoris Britanniæ ministrante : prouti Chronicorum sententia reperitur. Tu2.
« C’est ainsi que le bienheureux Mériadec était de la race des Bretons, issu en droite ligne de la parenté du roi Conan le Magnifique et son père naturel était au service du duc de Petite Bretagne3, selon ce qui se trouve dans les assertions des Chroniqueurs. »

Lectio II

  • 4 Jérôme, Epist, 108, 1 – passé en cliché hagiographique.
  • 5 Grégoire le Grand, Dial., II, 1, à propos de saint Benoît : « Ab ipso pueritae suae tempore cor ge (...)

Vicecomes autem de Rohanno, eius consanguineus habebatur : quem vicecomitem usque in hodierno die, successoresque eius reperit sic vetustas, quod de dicti Conani recta stirpis linea, omissis aliis Britonicis, procreatur. Et licet beatus Mereadocus esset de genere nobili, tamen nobilior erat moribus atque vita4 & elegantior omnibus videbatur. A pueritia litteris eruditur, gerens in ætate tenera cor senile5. Tu.
« Par ailleurs, le vicomte de Rohan était tenu pour son parent. Et de ce vicomte jusqu’au jour d’aujourd’hui ainsi que ses successeurs l’antiquité se trouve telle qu’il est issu en droite ligne de la souche dudit Conan, à l’exclusion des autres Bretons. Et quoique le bienheureux Mériadec fut d’origine noble, il était cependant davantage noble par les mœurs et par la vie et il paraissait plus distingué que tous. Il est formé aux lettres dès l’enfance, montrant un cœur de vieillard dans un âge tendre. »

Lectio III

Tantam vero gratiam contulit dominus sancto suo vt Deo placens, & hominibus, ab omnibus amaretur. Ditabatur namque beneficiis, dignitatibus & præbendis, ita vt nullus ipso ditior in Britannia poterat reperi.
« Le Seigneur prodigua tant de grâce à son saint, que plaisant à Dieu et aux hommes il était aimé de tous. Car il était enrichi de bénéfices, dignités et prébendes si bien qu’il ne pouvait se trouver plus riche que lui en Bretagne. »

Lectio IIII

Interea defuncto bonæ memorię episcopo Venetensi, audita fama Mereadoci, cuius flores redolebant dispersi per patrie regiones & cuius per orbem terrarum & per mare iam notitia habebatur : populus Venetensis fluxit ad Ecclesiam cum senioribus civitatis rogans Canonicos vt Mereadocum postulent in Pastorem. Tu.
« Sur ces entrefaites, à la mort de l’évêque de Vannes de bonne mémoire, ayant entendu parler de la renommée de Mériadec dont les fleurs parsemées embaumaient les régions du pays et dont la notoriété s’étendait désormais au globe terrestre et à travers la mer, le peuple de Vannes afflua à l’église avec les Anciens de la cité demandant aux chanoines de choisir Mériadec pour pasteur. »

Lectio V

  • 6 Ce sens spécifique de litterae [s.e. publicae], attesté dès la latinité classique, s’impose sans d (...)

Igitur conuenientes in vnum Canonici Venetenses, cum senioribus ciuitatis, vocibus in vnum pariter adunatis, nemine contradicente, beatum Mereadocum postulant in pastorem. Quo facto, quattuor Canonici cum literis ad sanctum virum quam totius properantes, quæ gestabant beato Mereadoco narrauerunt.
« Donc les chanoines de Vannes réunis avec les Anciens de la cité, d’une voix unanime, sans aucune opposition, choisirent saint Mériadec pour pasteur. Ceci fait, quatre chanoines se hâtant le plus possible avec le procès-verbal6 auprès du saint homme exposèrent au bienheureux Mériadec ce qui se passait. »

Lectio sexta

Ipso autem renuente onus penitus, cum honore, regressi sunt Canonici stupefacti. Altera autem die omnes Canonici cum Presbyteris, clericis & senioribus ciuitatis, omnibusque Episcopis minoris Britanniæ pariter conuocatis, beatum Mereadocum ex eremo ad vrbem Veneticam rapientes, quasi inuitum & nolentem, & obnixe etiam reclamantem & sese ad hoc onus indignum inutilemque dicentem Episcopum faciunt : qui mox ad altare domini præsentatur. Tu.
« Comme celui-ci refusait tout à fait la charge honorifique, les chanoines s’en retournèrent stupéfaits. Un autre jour, tous les chanoines, ainsi que les prêtres, les clercs et les Anciens de la cité, tous les évêques de petite Bretagne également convoqués, enlevant le bienheureux Mériadec de son ermitage vers la ville de Vannes, comme malgré lui et contre son gré, le firent évêque alors qu’il protestait fermement en disant qu’il était inapte à cette charge et indigne d’elle, et il est bientôt présenté à l’autel du Seigneur. »

Lectio VII

Qvod onus quasi inuitus suscipiens, sibi videtur talem dignitatem magis esse contumeliam quam honorem. Videt enim de quanta securitate ad quantum dubium sit adductus : videt se portum securum relinquere, nunc nauis applicat ad Carybdim, hęc cogitans expauescit. Tu.
« Recevant cette charge comme malgré lui, il lui paraissait qu’une telle dignité était davantage un affront qu’un honneur. Il voit en effet de quelle sécurité vers quelle incertitude on l’a conduit. Il se voit quitter un port assuré et il dirige à présent sa nef vers Charybde ; en pensant à cela, il fut saisi de frayeur. »

Lectio VIII

Pontificatus onere iam suscepto in vrbe Dolensi in basilica sancti Samsonis Episcopus consecratur. Et licet bonus ab ætatis principio videretur, tamen suscepto beneficio Pontificis in melius commutatur : nam leonis fugiens feritatem, quasi agnus apparuit inter fratres. Qui mutans corporis habitum : mores animi non mutauit. Tu.
« Après avoir reçu la charge du pontificat, il est consacré évêque dans la ville de Dol, dans la basilique de saint Samson. Et quoiqu’il parût bon dès son premier âge, il s’améliore pourtant après avoir reçu ce bénéfice pontifical. Car, fuyant la sauvagerie du lion, il apparut comme un agneau parmi ses frères. En changeant d’aspect physique, il ne changea pas de mœurs spirituelles. »

Lectio nona

  • 7 Luc, 24, 47.
  • 8 Selon G.-H. Doble, « Saint Meriadoc… », op. cit., p. 123, cette date impossible de 1302 serait due (...)

Et licet habitum mutauerit, tamen cilicium semper retinuit subter vestes stratuque suo, nobili desuper apparente, pro lintheaminibus, cilicium vtebatur. Omnia opera misericordiæ sub Chlamyde charitatis veraciter adimplebat. Ad vltimam vero ætatis horam veniens, ex corpore Iesu Christi se muniens, fratribus astantibus omnibus osculatis, iunctis manibus, erectisque ad cælum oculis, vltima verba dixit In manus tuas domine commendo spiritum meum7. Et his dictis, in manibus Angelorum tradidit animam pretiosam : glebamque corporis Ecclesiasticæ sepulturæ Anno domini milelsimo [sic] tricentesimo secundo. Tu autem.
« Bien qu’il eut changé d’aspect, il garda cependant toujours un cilice sous ses vêtements, et dans son lit, dont le dessus apparaissait noble, il utilisait un cilice à la place de draps. Toutes les œuvres de miséricorde, sous le manteau de la charité, il les accomplissait vraiment. À l’approche de sa dernière heure, se munissant du corps de Jésus-Christ, ayant embrassé tous les frères présents, les mains jointes, les yeux levés au ciel, il dit ses derniers mots : “Entre tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.” Ceci dit, il remit son âme précieuse aux mains des anges et la glèbe de son corps à la sépulture ecclésiastique, l’an du Seigneur Mil trois cent deux8. »

  • 9 G.-H. Doble, « Saint Meriadoc… », op. cit., p. 140, n. 2, remarque que les leçons de la fête de sa (...)
  • 10 A.-Y. Bourgès, « Le contexte idéologique… », art. cit., p. 125-126.
  • 11 Selon Erwan Vallerie, Communes bretonnes et paroisses d’Armorique, Brasparts, Beltan, 1986, l’actu (...)
  • 12 Bernard Merdrignac, Recherches sur l’hagiographie armoricaine du viie au xve siècle, t. I : Les sa (...)

1Le compilateur du Bréviaire vannetais de 1589 indique qu’il a travaillé d’après un « légendier » manuscrit de la cathédrale de Vannes9. Celui-ci contenait en effet « l’office et légendaire dud. Glorieux S. Meriadec avec celui de S. Goury » comme l’atteste par ailleurs un mémoire de 1479 dans lequel le vicomte Jean II de Rohan faisait état de ses prétentions généalogiques10. Il n’est pas indifférent de relever d’emblée cette association entre saints Mériadec et Goneri [= « S. Goury11 » ?]. En effet, des contacts étroits entre la Vie de saint Mériadec et celles de deux autres saints vannetais, Gobrien et Gonéri, suggèrent que ces trois textes sont l’œuvre d’un même auteur ou du moins ont été rédigés dans le même milieu12.

  • 13 G.-H. Doble, The Saints of Cornwall. Part 1, op. cit., édite le texte latin en « appendix 1 », p. (...)

2La Vie latine de saint Gobrien n’est plus accessible que par des adaptations à l’usage de bréviaires, tandis que des versions tardives de celles des saints Gonéri et Mériadec ont été transcrites par les Mauristes d’après le Légendaire de Tréguier du xve siècle qui démarquait le Lectionnaire de Vannes (perdu)13. Cette copie du xviie siècle de la Vita de saint Mériadec permet de constater que l’abréviateur vannetais avait procédé à un sévère « désherbage », ne retenant que des passages des lectiones IIa, VIIIa et IXa du texte transmis par les collaborateurs de dom Lobineau et qui était sans doute lui même abrégé de la Vita originale.

  • 14 Le terme ordinalia s’applique plus spécifiquement aux mystères du cycle biblique composés au Glasn (...)
  • 15 Le titre cornique Bywnans Meryasek se retrouve par ailleurs dans le manuscrit (Peniarth MS 105B).
  • 16 N. Orme, The Saints of Cornwall, Oxford University Press, 2000, p. 188-189, relève en 1329 la prem (...)
  • 17 W. Stokes (éd.), Beunans Meriasek : The Life of St Meriasek, Bishop and Confessor : A Cornish Dram (...)
  • 18 G. Thomas, « Two Middle Cornish plays : a note », National Library of Wales Journal, 32, 2001, p. (...)
  • 19 G.-H. Doble, The Saints of Cornwall – Part II1 : Saints of the Fal, reprint Llanerch Pub., Felinfa (...)

3Paradoxalement (dans la mesure où la source médiévale a été perdue), les lambeaux qui nous sont parvenus de cette Vie latine de saint Mériadec occupent une place à part dans le corpus hagiographique breton. Celle-ci constitue en effet la source du mystère cornique intitulé Ordinale de sancti Mereadoci episcopi et Confessoris14 et plus célèbre sous le titre Beunans Meryasek15. Sous sa forme actuelle cette pièce a probablement été rédigée à la fin du xve siècle à la collégiale de Glasney, fondée à Penryn (Cornwall) par l’évêque d’Exeter en 1265. Il s’agissait d’entretenir le culte de saint Mériadec vénéré dans la paroisse de Camborne qui dépendait des chanoines de Glasney16. Depuis sa découverte et son édition au milieu du xixe siècle, cette œuvre qui comporte 4 568 vers a été considérée comme le seul mystère préservé en moyen-cornique et étudiée comme telle, surtout du point de vue linguistique17. La mise au jour en 2002 à la National Library of Wales (Aberystwyth) de larges fragments manuscrits du Beunans Ke (MS 23849D) a changé la donne. Cette pièce, dont la découverte récente a enrichi l’étude du moyen-cornique, a probablement été composée simultanément et dans le même contexte que le Beunans Meryasek18. Or elle fait largement intervenir des motifs arthuriens. Dès 1929, Gilbert H. Doble (qui n’avait évidemment pas alors connaissance de l’existence du Beunans Ke) avait judicieusement rappelé que les chanoines de Glasney levaient aussi les dîmes de la paroisse de Kea ; cet érudit faisait déjà ressortir les éléments corniques qui associent la légende de saint Ké à la collégiale de Glasney. Il mettait ainsi en évidence les relations entre l’adaptation par Albert Le Grand de la Vita (perdue) de saint Ké d’après les « archives » de l’église de Cléder et le Beunans Meryasek qui démarque la version du Légendaire de Tréguier de la Vita de saint Mériadec, dont s’est par ailleurs également inspiré Albert Le Grand19. Ces échanges de part et d’autre de la Manche et le recoupement de ces sources tardives attestent de la pérennité, tant en Trégor qu’en Cornwall, jusqu’à l’époque moderne, des traditions historico-légendaires diffusées par l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth.

  • 20 J’emprunte cette expression à Jean-Claude Schmitt, « Le texte hagiographique dans la culture popul (...)
  • 21 François Duine, Memento des sources hagiographiques de l’histoire de Bretagne, Rennes, 1918, par. (...)
  • 22 Cécile Méchain, La Vie de saint Goneri, maîtrise, dir. B. Merdrignac, Rennes 2, 1994, p. 6 et 21.
  • 23 Ce Bréviaire conservé à la bibliothèque municipale de Saint-Malo a été détruit en août 1944. F. Du (...)
  • 24 F. Duine, « Notes sur… », op. cit., p. 10.
  • 25 B. Merdrignac, « Les origines bretonnes dans les leçons des bréviaires des xve-xvie siècles », Jea (...)

4L’office de saint Mériadec transmis par le Bréviaire de 1589 constitue un témoin exemplaire de cette vogue d’« érudition hagiographique20 », caractéristique des productions vannetaises du Moyen Âge tardif. Il ne s’agit pas, en effet, d’un cas isolé21. La démarche de l’abréviateur qui a jugé utile de retenir l’incise « selon ce que l’on trouve dans les assertions des Chroniqueurs » (prouti Chronicorum sententia reperitur ; formule qui ne peut provenir que de la source hagiographique qu’il abrégeait) n’est pas exceptionnelle. En effet, comme en écho, la première leçon de l’office de saint Goneri se réfère de son côté aux « Gestes des Anciens » (prout in gestis antiquorum scribitur), avant de rappeler que l’Armorique « est appelée Petite Bretagne depuis le temps du roi Conan le Magnifique » (tamen a tempore Conani regis magnifici Minor Britanniae nuncupatur22). Quant à l’office de saint Gobrien, tel qu’il a été transmis par le Bréviaire malouin (151723 ?), il ne consacre pas moins de quatre leçons sur neuf à reprendre, « sur la foi des chroniques » (secundum cronicarum fidem), un tableau des origines bretonnes évidemment emprunté à la Vita (perdue) de ce saint. L’abbé Duine estimait « bizarre » et inattendu dans un livre de piété ce développement sur les noms donnés successivement à la péninsule au fil des temps24. Il me semble avoir démontré naguère que ce développement était, à coup sûr, directement inspiré par l’œuvre de Geoffroy de Monmouth25.

  • 26 J. Kerhervé, « Aux origines d’un sentiment national. Les chroniqueurs bretons à la fin du Moyen Âg (...)

5En retour, sans doute précisément à cause de leur prétention à s’appuyer sur des données historiques, ces Vitae ont été mises directement à contribution par les chroniqueurs bretons du bas Moyen Âge26. C’est ainsi que l’auteur du Cronicon Briocense au xive siècle ouvre son œuvre par une citation de la Vita de saint Gobrien :

  • 27 Gwénaël Le Duc et Claude Sterckx, Chronicon Briocense/Chronique de Saint-Brieuc. Texte critique et (...)

Secundum quarumdam historiarum seu cronicarum fidem, patria in qua Beatus Gobrianus sumpsit originem triplici nomine nuncupatur.
« Sur la foi de certaines histoires ou chronique le pays natal de saint Gobrien porta un triple nom27. »

  • 28 Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 2 (...)

6Cette chronique, qui constitue un modèle de compilation telle que la pratiquaient délibérément les historiens des derniers siècles du Moyen Âge28, met largement à contribution les sources hagiographiques antérieures. Dans un paragraphe inédit qui amalgame des extraits de la Vita de saint Samson par Baudri de Bourgueil, on relève ainsi, insérée à la suite d’extraits de la Chronique de Dol, une phrase de la Vita Mereadoci, aisément identifiable grâce à la lectio secunda du Bréviaire vannetais :

  • 29 La Chronique de Saint-Brieuc qui n’est actuellement que partiellement éditée, a joui d’une grande (...)

7Note29

  • 30 F. Duine, Memento…, op. cit., par. 38 et 226.
  • 31 Anatole Le Braz, Magies de la Bretagne, coll. « Bouquins », 1994, t. II, p. 685. A.-Y. Bourgès, «  (...)
  • 32 André Dufief, Les cisterciens en Bretagne. xiie-xiiie siècles, Rennes, 1997, p. 80-81, 100, 149, e (...)

8La légende de Conan Mériadec, diffusée par Geoffroy de Monmouth et reprise par tous les chroniqueurs bretons ultérieurs, constitue le fil rouge qui confirme que les trois Vitae qui nous retiennent ici ont été composées dans le même contexte, sinon par le même auteur, à la gloire des Rohan30. André-Yves Bourgès rappelle (avec de prudentes réserves) l’hypothèse émise par Anatole Le Braz31 qui proposait d’identifier l’abbaye Notre-Dame de Bon-Repos comme l’« officine » où auraient été forgées ces œuvres hagiographiques. Cette fondation cistercienne, fille de Savigny, s’est implantée en 1184 en forêt de Quénécan, au bord du Blavet, à l’initiative d’Alain IV de Rohan. L’appui des vicomtes ne s’est pas démenti ultérieurement et ceux-ci ont encouragé les aumônes dont a bénéficié l’établissement au siècle suivant32. C’est dans doute pourquoi la leçon IIa de l’office de saint Mériadec ne se contente pas de rappeler que « le vicomte de Rohan était tenu pour son parent » et que celui-ci « est issu en droite ligne dudit Conan, en passant sous silence les autres Bretons ». Elle ne manque pas d’ajouter, à toutes fins utiles, que cela vaut pour « ses successeurs jusqu’à aujourd’hui ».

  • 33 Arthur de La Borderie, Archives du bibliophile breton. Notices et documents pour servir à l’histoi (...)
  • 34 J. Kerhervé, L’État breton aux 14e-15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, Paris, 1987, t. (...)
  • 35 A.-Y. Bourgès, « Le contexte idéologique… », art. cit., p. 129-130 reprend une suggestion d’A. Le (...)
  • 36 Sur ce processus d’appropriation des légendes hagiographiques par l’aristocratie, B. Merdrignac, « (...)

9Avec des arguments convaincants, A.-Y. Bourgès a établi que la captation de la légende de Conan Mériadec par les Rohan résulte des alliances répétées entre ce lignage et celui des vicomtes de Léon qui revendiquait antérieurement ces origines conaniques. Encore dans le premier quart du xive siècle, Olivier II de Rohan († 1326) épouse en secondes noces, Jeanne, fille d’Hervé de Léon, dont l’un des fils Josselin devint évêque de Saint-Malo (1375-1389). D’un premier mariage d’Olivier II était issu Geoffroy († 1377) qui occupait le siège épiscopal de Vannes (1360-1371) lors de la bataille d’Auray (1364)33 avant d’être transféré à la tête du diocèse de Saint-Brieuc. Deux générations plus tard, le mariage de Jean de Rohan († 1395) avec Jeanne de Léon († 1372), fille d’Hervé VIII, consacre la fusion entre les Rohan et la branche cadette des Léon, seule subsistante, qui s’est éteinte en 1363 à la mort de ce dernier34. C’est pourquoi A.-Y. Bourgès situe vraisemblablement le processus de « mythification des origines » dans le dernier tiers du xive siècle. La Vita est donc probablement postérieure aux années 1430 et a peut-être même été rédigée à l’occasion de la création des foires de Noyal-Pontivy « en honeur de saint Meriadech et de sainte Noyale35 ». En effet, si l’on se fie à la version du Légendaire de Tréguier, suivie tant par le Beunans cornique que par l’adaptation d’Albert Le Grand, ce texte qui consacrait l’adoption de saint Mériadec comme « ancêtre de substitution36 » par la famille de Rohan insistait tellement sur cet épisode que l’hagiographe devait, d’une manière ou d’une autre, être associé au fonctionnement de ces foires.

  • 37 Voir supra, n. 8.
  • 38 Albert Le Grand, Les Vies de saints de la Bretagne Armorique, Quimper, 1901, p. 219-221. Au contra (...)
  • 39 Sanctus Hinguethenus est mentionné avant sanctus Meriadocus sur la liste épiscopale de Vannes dans (...)
  • 40 A.-Y. Bourgès, « Le contexte idéologique… », art. cit., p. 126, n. 6.

10Même si la date problématique de 1302 qu’assigne le Bréviaire au décès de saint Mériadec résulte d’une confusion37, celle-ci atteste qu’en tout cas l’abréviateur et le clergé vannetais du xvie siècle à qui il s’adressait ne considéraient pas Mériadec comme l’un des saints des origines bretonnes. De son côté, Albert Le Grand qui affirme paraphraser, entre autres, un « vieil Legendaire manuscrit gardé en l’Eglise de S. Jean Traoun-Meriadec (dite du Doigt) en la paroisse de Plou’gasnou, Diocese de Treguer » place la naissance de son héros « environ l’an de grâce 75838 » et le montre succéder à Hinweten sur le siège épiscopal de Vannes39. Même si (fort logiquement) le jacobin de Morlaix ne retient pas la date de 1302 qui figurait pourtant aussi dans le Légendaire de Tréguier, cela confirme qu’il ne portait pas non plus Mériadec au rang des saints qu’il qualifie par ailleurs joliment de « patriotes ». C’est pourquoi la formulation de la première leçon du Bréviaire vannetais qui présente le père du saint comme « au service du duc de Bretagne » (duci minoris Britanniæ ministrante) paraît cohérente avec un décès tardif de ce saint puisqu’elle n’implique pas que son père ait été contemporain de Conan le Magnifique. Dès lors, il est tentant de prendre pour une faute de copiste la variante du lectionnaire trégorrois du xve siècle (selon la copie du xviie siècle) qui porte « duce minoris Britannie ministrante », ce qui laisse entendre que le « père naturel » de Mériadec était « au service [de Conan] en qualité de duc de Petite Bretagne ». A.-Y. Bourgès remarque toutefois pertinemment que c’est ainsi que l’auteur du Beunans Meryasek a compris la phrase en question40, ce qui veut dire que, si faute de copiste il y a, celle-ci n’est pas le fait des Mauristes. Mais comme c’est probablement par l’intermédiaire du Trégor que l’auteur cornique a eu accès à la Vita, cela n’induit pas pour autant que l’ablatif absolu figurait dans la version originale qui avait cours en Vannetais.

  • 41 Denise Dufief-Moirez, « Stival. Église Saint-Mériadec », Congrès archéologique de France, 141e Ses (...)
  • 42 La Bretagne au temps des Ducs, catalogue de l’exposition de Daoulas et Nantes, Daoulas, 1991, p. 7 (...)
  • 43 G.-H. Doble, « Saint Meriadoc », op. cit., p. 136.
  • 44 Bernard Tanguy, « Hauts lieux du sacré et foires en Bretagne », Gaël Milin et Patrick Galliou (éd. (...)
  • 45 Voir supra, n. 35. La « légende moderne » de ce panneau qui recouvrait l’ancienne légende « en car (...)

11Les fresques qui décorent l’abside de la chapelle de Stival (érigée sur le site présumé de l’ermitage de saint Mériadec) permettent sans doute de résoudre ce dilemme. Les restaurations de la fin du xxe siècle, en réparant autant que possible les interventions malencontreuses du siècle précédent, ont rendu sa cohérence à ce programme pictural de la fin du xve siècle qui illustre la vie du saint41. Le panneau correspondant à la lectio prima du Bréviaire est ainsi légendé : « Comment saint mariadeuc, filz du duc de bretaigne descendu de la ligne du roy cognan et consanguin prouche du vicomte de rohan… » Dès lors, contrairement aux suppositions qui donnent pour fautive la copie trégoroise, c’est le Bréviaire qui comporte une coquille. Il y a donc tout lieu de penser que la Vita (perdue) ne présentait Conan que comme un ascendant lointain du saint et non comme son contemporain. En effet, le duc de Bretagne, identifiable au sceptre et à la couronne d’or à hauts fleurons42 qu’il porte, figure sur deux panneaux de Stival. Sur l’un dont la légende est malheureusement dégradée et indéchiffrable son buste se profile derrière un cavalier qu’il est tentant d’identifier au vicomte de Rohan. Sur l’autre, le duc qui porte ici outre le sceptre et la couronne une collerette semée d’hermines, figure en tête d’un groupe de notables qui implore le saint ermite. Une partie de la légende peut être déchiffrée : « […] de ces parents ( ?) et amis […] saint home ycy en son […] mitage […] les aultres pour le ramener au monde dont il refusa la […] ». Les leçons du Bréviaire vannetais ne sont ici d’aucun secours pour interpréter la scène. Il faut se reporter à la lectio quinta du Légendaire trégorrois : « Veniebant autem ad beatum mercadocum in heremo conversantem cognati et agnati sui : quidam ipsum confortando, alii si possent ipsum ab heremo subtrahendo43. » C’est évidemment la fin de cette phrase que paraphrase les derniers mots de l’inscription (« […] les aultres pour le ramener au monde »). Comme le Légendaire qui mentionne explicitement le vicomte de Rohan parmi ces visiteurs enchaîne immédiatement sur la fondation des foires de Noyal-Pontivy par ce dernier à la demande du saint, c’est peut-être à cet épisode que fait discrètement allusion ici la fresque44. Mais alors que ces foires franches sont susceptibles d’avoir constitué l’arrière-plan de la Vita45, tout se passe comme si l’épisode n’avait pas retenu l’attention du rédacteur du Bréviaire. Celui-ci n’a d’ailleurs pas non plus jugé utile de développer la vie érémitique de son héros qui est censée induire l’établissement de celles-ci.

  • 46 B. Merdrignac, Recherches…, op. cit., t. 1, p. 141.
  • 47 André Vauchez, « Le saint », Jacques Le Goff (dir.), L’homme médiéval, Paris, Seuil, 1989, en part (...)

12En effet, le contraste entre la vie contemplative de l’ermite et la vie active du pontife est un cliché récurrent depuis les auteurs chrétiens de l’Antiquité tardive qui ont christianisé le cliché classique de l’otium/negotium en y superposant les figures évangéliques de Marthe et Marie46. D’autre part, le lieu-commun hagiographique de l’origine illustre s’attache de façon quasiment incontournable au modèle de sainteté épiscopale. Il recoupe toutefois ici la réalité historique puisque plusieurs cadets de la famille de Rohan ont effectivement été promus à l’épiscopat. Ce motif a résisté à la promotion durant le Moyen Âge central d’un modèle de sainteté évangélique valorisant l’idéal de pauvreté qui a pourtant connu un regain d’intérêt dans le contexte de la réforme grégorienne47. Or le thème à succès de l’alternance entre action et contemplation est à peine exploité par l’abréviateur vannetais qui se contente d’une simple allusion dans la lect. 7a : Videt enim de quanta securitate ad quantum dubium sit adductus : videt se portum securum relinquere, nunc nauis applicat ad Carybdim (« Il voit en effet de quelle sécurité vers quelle incertitude on le conduit. Il se voit quitter un port assuré et il dirige à présent sa nef vers Charybde »).

  • 48 F. Duine, « Notes sur… », op. cit., p. 14 ; id., Bréviaires et missels des abbayes bretonnes antér (...)
  • 49 Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la B (...)

13Qui plus est, cette digression édifiante paraît ici incohérente par rapport aux leçons précédentes selon lesquelles la carrière du saint semble suivre son cours sans solution de continuité. Vu ses origines, il paraît aller de soi qu’après que Mériadec a cumulé « tant de bénéfices, dignités et prébendes qu’il ne pouvait se trouver personne de plus riche que lui en Bretagne » (lect. 3a : Ditabatur namque beneficiis, dignitatibus & præbendis, ita vt nullus ipso ditior in Britannia poterat reperi), ce soit sur lui qu’« à la mort de l’évêque de Vannes » le peuple ait porté ses suffrages pour demander « aux chanoines de [le] choisir pour pasteur » (lect. 4a : populus Venetensis fluxit ad Ecclesiam cum senioribus civitatis rogans Canonicos vt Mereadocum postulent in Pastorem). Dans ce contexte, la précision selon laquelle ceux-ci « enlevèrent saint Mériadec de son ermitage vers la ville de Vannes » (lect. 6a : beatum Mereadocum ex eremo ad vrbem Veneticam rapientes) fait l’effet d’une bourde de l’abréviateur, que F. Duine soupçonnait par ailleurs d’avoir découpé arbitrairement ses morceaux choisis48. Historiquement, il est d’ailleurs possible que Mériadec ait été un obscur ermite des viie-viiie siècles49. La phase érémitique de l’existence du saint occupait sans doute une place importante dans sa légende telle que la développe le Beunans et la laisse affleurer la version de sa Vita transmise par le Légendaire de Tréguier et paraphrasée par Albert Le Grand.

  • 50 L’une de ces deux « pierres », associée à la légende du saint sous l’appellation de « prie-Dieu de (...)
  • 51 G.-H. Doble, The Saints of Cornwall, Part 1, p. 137, lectio 4a. Albert Le Grand, Les Vies des sain (...)
  • 52 Charles Floquet, Châteaux et manoirs bretons des Rohan, 1989, p. 139-141 ; C. Méchain, La Vie de s (...)
  • 53 F. Duine, « Notes sur… », art. cit., p. 16-17.

14Évidemment, la fresque de Stival ne manque pas non plus d’illustrer cet aspect de la sainteté de Mériadec puisque la chapelle est censée avoir été édifiée sur le site de son ermitage. Le panneau qui représente le saint donnant « son bien aux povres » pour se retirer « en ce lieu cy et hermitage » localise même précisément celui-ci « […] qui estayt yci pour lors a mille pas du chasteau de pontivi ». À gauche de la scène, on peut d’ailleurs reconnaître cet édifice reconstruit par Jean II de Rohan († 1516) dans les dernières décennies du xve siècle et dont la chapelle castrale (devenue par la suite église paroissiale) était patronnée par saint Mériadec. Sur le panneau suivant figurant le saint ermite « en noraysson devant deux […] pierres » qui balisent le site de Stival50, on distingue encore plus nettement les quatre tours (dont deux subsistent aujourd’hui) de cette puissante forteresse dominant la ville figurée en contrebas. L’indication des « mille pas » (environ 3 km) qui séparent effectivement Stival de Pontivy est empruntée à la Vita originelle puisque le Légendaire de Tréguier donne cette même précision : « Eligens sibi locum in vicecomitatu Rohani iuxta castrum de ponte ivii distantem per mille passus51. » La remarque a une double implication. D’une part, cela confirme que le texte ne peut être antérieur à la promotion de Pontivy comme chef-lieu de la vicomté de Rohan à la suite de la guerre de Succession de Bretagne, au début du xve siècle. D’autre part, ce souci de replacer le lieu-saint dans la géographie politique de la fin du Moyen Âge est transposé sur la fresque qui représente le château et l’église pour encadrer les scènes concernées. On reconnaît ici la marque de fabrique des sources hagiographiques associées aux Rohan. Tout se passe comme si les saints adoptés par cette famille devaient être situés par rapport aux lieux de résidence de celle-ci. Ainsi, la leçon 2 de la version du Légendaire de Tréguier consacrée à saint Gonéri situe l’oratoire du saint en forêt de Branguilly (prope forestam unam Brenguilli britonice nuncupatam) en un endroit « distant du château de Rohan d’environ deux milles » (quiquidem locus a castro Rohani per spacium duorum millium fere distat). Plutôt que du château de Rohan proprement dit (éloigné d’environ 10 km de Saint-Gonnery), l’hagiographe désignait probablement ici celui de Branguilly en Noyal-Pontivy, détenu aussi par les Rohan depuis le xiiie siècle et distant d’environ 3 km de l’église de Saint-Gonnery, ce qui correspond effectivement aux deux milles mentionnés par l’hagiographe52. De même, d’après le Bréviaire vannetais, la chapelle édifiée par saint Gobrien après qu’il ait quitté le siège épiscopal se trouve à « près de deux milles de distance du château de Josselin » (lect. octava : Qui ad locum sibi divinitus demonstratum, prope fluvium Oudum dictum, a castro Josselini duobus fere millibus distantem veniens, ibi oratorium et capellam construxit53).

  • 54 Voir supra, n. 11.
  • 55 F. Duine, Memento…, op. cit., par. 38-39 ; Louis Duchesne, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, (...)

15Pourtant, curieusement, saint Gobrien n’a pas les honneurs du Catalogue des évêques de Vannes transmis par le Cartulaire de Quimperlé54. Par contre, saint Mériadec figure bien dans cette liste que F. Duine jugeait comme « la plus menteuse et la plus effrontée » qui soit. On peut retenir l’hypothèse de Mgr Duchesne qui supposait que, faute d’information sur les successeurs de saint Paterne, on avait inséré « dix-sept ou dix-huit noms dont la moitié appartiennent à des saints honorés dans le pays55 ». Bien que l’historicité de l’épiscopat de Mériadec soit sujette à caution, c’est évidemment au titre de saint évêque de Vannes que celui-ci figure dans le Légendaire vannetais. C’est pourquoi l’abréviateur consacre six leçons sur neuf de l’office à développer la carrière épiscopale du saint évêque. Il s’agit ici d’un propos délibéré et non d’une maladresse de sa part. En effet, à titre de comparaison, le texte correspondant dans le Lectionnaire de Tréguier du xve siècle n’occupe que les leçons 8a et 9a, et sur la fresque de Stival ces mêmes épisodes, s’ils représentent la moitié des douze panneaux, ne laissent pas pour autant dans l’ombre la phase érémitique de la carrière du saint à laquelle – comme on vient de le voir – le Bréviaire n’accorde que la portion congrue.

  • 56 A. Le Grand, Les Vies des saints…, op. cit., p. 122*-123*. La famille de La Haye faisait partie de (...)
  • 57 Gabriel Le Bras, Institutions ecclésiastiques de la Chrétienté médiévale. Première partie : livre (...)
  • 58 A. Le Grand, Les Vies des saints…, op. cit., p. 122*-123*.
  • 59 Voir supra, n. 6.
  • 60 Dominique Le Page et Michel Nassiet, L’union de la Bretagne à la France, Morlaix, 2003, p. 147. Br (...)
  • 61 G. Le Bras, Institutions ecclésiastiques…, op. cit.,p. 373-374.
  • 62 Les clichés qui illustrent cette contribution sont dus à M. Arnaud Contentin, que je remercie de m (...)

16Pour conclure cette lecture des leçons du Bréviaire de 1589 à la lumière des fresques de Stival, prenons le risque d’émettre une hypothèse conjoncturelle qui vaudrait d’être validée ou infirmée par les spécialistes de la période moderne. En effet, le parti de l’abréviateur de retenir les détails circonstanciés de l’élection de son héros que lui fournissait sa source pourrait s’expliquer si l’on remarque qu’au moment de l’impression du Bréviaire, le siège épiscopal de Vannes était vacant depuis deux ans, après avoir été occupé par les frères Jean (1573) et Louis de La Haye (1575-1588), recommandés l’un après l’autre par le seigneur de Sainte-Colombe56. Dans ce contexte, la procédure que met en relief la lect. V n’a rien d’anodin : Igitur conuenientes in vnum Canonici Venetenses, cum senioribus ciuitatis, vocibus in vnum pariter adunatis, nemine contradicente, beatum Mereadocum postulant in pastorem (« Les chanoines de Vannes réunis avec les Anciens de la cité, d’une voix unanime, sans aucune opposition, choisirent donc saint Mériadec pour pasteur »). L’insistance du Bréviaire sur cette acclamation unanime qui, bien entendu, intervenait rarement dans les faits, implique l’inspiration du Saint-Esprit et souligne ici le caractère surnaturel de l’élection de Mériadec57. Toutefois, dans la mesure où cette unanimité spontanée suppose l’adhésion de la personne du chapitre, elle a une portée canonique qui prend son relief quand on relève que le successeur de Louis de La Haye à la tête du diocèse de Vannes, Georges d’Aradon (1590-1596), conseiller au Parlement de Bretagne, a pour sa part été élu par le chapitre en 1590 avant de prendre possession de son siège par procureur en 159358. La phrase suivante de la lect. V insiste sur la procédure : Quo facto, quattuor Canonici cum literis ad sanctum virum quam totius properantes (« Ceci fait, quatre chanoines se hâtant le plus possible avec le procès-verbal auprès du saint homme59 »). Dans de telles circonstances, en effet, une fois proclamé le choix du chapitre, un décret d’élection rédigé par notaire et signé par témoins était adressé à l’élu qui disposait d’un mois pour accepter. Le même épisode est ainsi légendé sur la fresque de Stival : « Comment on luy […] les lettres pour estre evesque de vennes le quel estoyt elleu par le conseil […] des chanones et bourgeoys de la cyte. » L’emploi du plus-que-parfait (« était élu ») suggère que pour l’auteur de la fresque et ses destinataires cette procédure relevait déjà d’un passé révolu, mais magnifié et valorisé. En effet, le concordat de Bologne (1516) qui assurait à François Ier un large pouvoir quant à la nomination des évêques et des abbés, ne fut pas immédiatement appliqué dans le duché de Bretagne qui resta pays d’obédience. Toutefois, à partir de l’édit d’union de 1532, des indults accordèrent à chaque roi une extension du concordat à la Bretagne. Mais, bien entendu, dès avant cette date, les chapitres cathédraux ne jouaient pratiquement plus de rôle dans les désignations60. Toutes les phases de la prise de pouvoir par le nouvel évêque sont donc détaillées dans le Bréviaire. Dès lors qu’il a signifié son acceptation (lect. VII : Qvod onus quasi inuitus suscipiens, « Assumant cette charge comme malgré lui ») et obtenu confirmation du métropolitain, le nouvel évêque était intronisé (lect. VI : Episcopum faciunt : qui mox ad altare domini præsentatur, « Ils le firent évêque […] et il fut bientôt après présenté à l’autel du Seigneur ») et pouvait entrer définitivement en possession de son église et de son patrimoine après avoir été consacré par le métropolitain assisté de deux suffragants61 (Pontificatus onere iam suscepto in vrbe Dolensi in basilica sancti Samsonis Episcopus consecratur, « Après avoir reçu la charge du pontificat, il fut consacré évêque dans la ville de Dol, dans la basilique de saint Samson »). Le rappel du statut métropolitain de Dol, qui n’était probablement déjà plus d’actualité au moment de la rédaction de la Vita et le fait que le Bréviaire n’a pas éprouvé le besoin d’actualiser ce passage sonnent ici comme pour conférer davantage de solennité à la scène en la reportant dans un passé prestigieux et légendaire destiné à évoquer les prétentions des Rohan en la personne de leur saint protecteur62.

Notes

1 M. L. Rouaud m’avait procuré une photocopie de l’exemplaire conservé à la bibliothèque diocésaine de Vannes voici plus de vingt ans. Mlle K. Bréhaut a eu par la suite l’obligeance de me communiquer sa propre collation. Je leur renouvelle ici l’expression de ma gratitude. Le dossier ainsi constitué a été rapporté à l’édition de ce même texte latin, en « appendix 2 », par le chanoine G.-H. Doble, « Saint Meriadoc. Patron of Camborne » [Cornish Saints Series, n° 34 (1935)], The Saints of Cornwall. Part 1 : Saints of the Land’s End District, reprint Llanerch Pub., Felinfach, 1997, p. 131-140. Dans la transcription, nous avons pris le parti de reproduire les æ, ę et e de l’original de 1589. Mme Armelle Le Huërou a bien voulu revoir un premier état de ma traduction et me faire bénéficier de ses corrections et suggestions ; je l’en remercie vivement.

2 Il convient de rétablir le repons : Tu [autem, Domine, misere nobis] :« & toi [Seigneur, aie pitié de nous »].

3 André-Yves Bourgès, « Le contexte idéologique du développement du culte de saint Mériadec en Bretagne au bas Moyen Âge », Jean-Christophe Cassard (éd.), Saint-Jean-du-Doigt des origines à Tanguy Prigent, Brest, CRBC, 2001, p. 126, n. 6, remarque pertinemment que le Beunans Meryasek cornique du xvie siècle fait du saint le fils du duc de Bretagne, fidèle en cela au lectionnaire trégorrois du xve siècle (dont subsiste une copie du xviie) qui porte « duce minoris Britannie ministrante », c’est-à-dire « au service [de Conan] en tant que duc de Petite Bretagne ».

4 Jérôme, Epist, 108, 1 – passé en cliché hagiographique.

5 Grégoire le Grand, Dial., II, 1, à propos de saint Benoît : « Ab ipso pueritae suae tempore cor gerens senile », passé en cliché hagiographique par le biais de la liturgie (antiennes de matines et de laudes de la fête de saint Benoît au Bréviaire monastique). Une note additionnelle de G. Morton Nance dans G.-H. Doble, « Saint Meriadoc… », op. cit., p. 135, n. 60, indique que « the school scene in Bewnans Meryiasek is based on this ». Voir Nicholas Orme, « Education in the Medieval Cornish Play Beunans Meriasek », Cambridge Medieval Celtic Studies, 25 (Summer 1993), p. 1-13, que je n’ai pas pu consulter.

6 Ce sens spécifique de litterae [s.e. publicae], attesté dès la latinité classique, s’impose sans doute ici.

7 Luc, 24, 47.

8 Selon G.-H. Doble, « Saint Meriadoc… », op. cit., p. 123, cette date impossible de 1302 serait due à une confusion de la part du compilateur du Bréviaire du xvie siècle entre la date de décès du saint et celle du manuscrit qu’il abrégeait. Cet argument m’avait naguère semblé convaincant. Toutefois, A.-Y. Bourgès, « Le contexte idéologique… », art. cit., p. 127, propose plutôt de considérer cette date comme celle « des statuts synodaux qui ont fixé la date officielle du saint dans le diocèse de Vannes ». À l’appui de cette hypothèse, il cite le témoignage de dom Taillandier tel qu’édité par dom Plaine (Revue de Bretagne et de Vendée, XXXII, 1872, p. 183200, spécialement p. 186) qui précise que « ce fut en l’an 1301 que l’on fixa au premier vendredi de juin la solennité annuelle de sa fête ». Cette élégante interprétation me paraît à présent emporter la conviction.

9 G.-H. Doble, « Saint Meriadoc… », op. cit., p. 140, n. 2, remarque que les leçons de la fête de saint Gobrien dans ce Bréviaire du xvie siècle (qui ressemblent étroitement à celles de la fête de saint Mériadec) sont aussi données « Ex Legend. MS Ecclesiae Veneten ».

10 A.-Y. Bourgès, « Le contexte idéologique… », art. cit., p. 125-126.

11 Selon Erwan Vallerie, Communes bretonnes et paroisses d’Armorique, Brasparts, Beltan, 1986, l’actuelle commune de Saint-Gouvry (56), ancienne paroisse de l’évêché de Vannes dont fut démembrée celle de Rohan (probablement elle-même démembrement de Crédin), est attestée sous les formes suivantes : Sanctus Gobricius alias Saint Gobrice (1387), saint Govri (1422), Sanctus Gobrinus (1513). A.-Y. Bourgès, que je remercie pour son obligeance, m’indique qu’à son avis il n’est pas possible d’y reconnaître le nom de saint Gobrien. Le mémoire de Jean de Rohan fait donc (sans doute volontairement) la confusion entre saint Goury et saint Goneri plutôt qu’il n’assimile le premier avec saint Gobrien.

12 Bernard Merdrignac, Recherches sur l’hagiographie armoricaine du viie au xve siècle, t. I : Les saints bretons, témoins des hommes ou témoins de Dieu, Saint-Malo, Dossiers du CeRAA H, 1985, p. 65.

13 G.-H. Doble, The Saints of Cornwall. Part 1, op. cit., édite le texte latin en « appendix 1 », p. 135-139 ; id., « Saint Mériadec, évêque et confesseur », Association bretonne, 1935, p. 90-119. A.-Y. Bourgès, « Le contexte idéologique… », art. cit., p. 125-129.

14 Le terme ordinalia s’applique plus spécifiquement aux mystères du cycle biblique composés au Glasney College à Penryn antérieurement à ces deux Vies de saints.

15 Le titre cornique Bywnans Meryasek se retrouve par ailleurs dans le manuscrit (Peniarth MS 105B).

16 N. Orme, The Saints of Cornwall, Oxford University Press, 2000, p. 188-189, relève en 1329 la première mention de saint Meriadec comme patron de la paroisse de Camborne. G.-H. Doble, « Saint Meriadoc… », op. cit., p. 111-112 soupçonne le manuscrit de la Beunans Meriasek (1504) d’avoir été copié sous l’égide de John Nans († 1508), prévôt de Glasney, puis recteur de la paroisse de Camborne.

17 W. Stokes (éd.), Beunans Meriasek : The Life of St Meriasek, Bishop and Confessor : A Cornish Drama, Londres/ Berlin, 1872, rééd. W. Stokes (éd. et trans.), Beunans Meriasek – Bywnans Meryasek, with additions and corrections by Ray Edwards, Kernewek Kemmyn by K. Syed, Coldfield, Cornwall – Kesva an Taves Kernewek-Cornish Language Board, 1996, que je n’ai pu consulter. Les references suivantes sont empruntees au site de la National Library of Wales (Aberystwyth) : M. Combellack, A Critical Edition of Beunans Meriasek, PhD thesis, University of Exeter, 1985 ; id., The Camborne Play, Redruth, 1988 ; cf. B. Murdoch, Cornish Literature, Cambridge, 1993, p. 99-126.

18 G. Thomas, « Two Middle Cornish plays : a note », National Library of Wales Journal, 32, 2001, p. 121.O. J. Padel a généreusement mis en ligne une version provisoire de sa transcription et traduction anglaise de ce texte (http ://www.asnc.cam.ac.uk./level2/BewnansKe.htm) et présenté celui-ci lors d’une communication à la journée d’étude du CIRDoMoC à Landévennec le 8 juillet 2006 : « The Lives of St Ke : the travels of saint, cult and relics » (à paraître dans un prochain numéro de Britannia Monastica). Voir l’édition transcription en kernewek kemmyn et la traduction anglaise par Ken George, Bywnans Ke, Kesva an Taves Kernewek-Cornish Language Board, 2006. Je suis redevable de cette référence à l’obligeance d’Hervé Le Bihan, que je remercie vivement.

19 G.-H. Doble, The Saints of Cornwall – Part II1 : Saints of the Fal, reprint Llanerch Pub., Felinfach, 1997, p. 95-97.

20 J’emprunte cette expression à Jean-Claude Schmitt, « Le texte hagiographique dans la culture populaire », Ethnologie française, 1980/4, p. 381.

21 François Duine, Memento des sources hagiographiques de l’histoire de Bretagne, Rennes, 1918, par. 37, 38, 69, 226. A.-Y. Bourgès, « Le contexte idéologique… », art. cit., p. 133.

22 Cécile Méchain, La Vie de saint Goneri, maîtrise, dir. B. Merdrignac, Rennes 2, 1994, p. 6 et 21.

23 Ce Bréviaire conservé à la bibliothèque municipale de Saint-Malo a été détruit en août 1944. F. Duine, Notes sur les saints bretons : saint Gobrien, Paris, 1904, p. 9 (id., Bréviaires et missels des églises et abbayes bretonnes de France antérieurs au xviiie siècle, Rennes, 1906, p. 72) donnait la date de 1537. Toutefois les AASS des, Bollandistes (Jul., I, 124, a propos de saint Lunaire) indiquent 1517 comme date d’impression. En dépit de l’acribie de François Duine, suivi par la plupart des érudits, cette dernière date parait preferable dans la mesure où elle coïncide avec l’épiscopat de Denis Briconnet (1513-1547), qui se préoccupe du niveau spirituel de son clergé en faisant imprimer des 1518 ( ?) l’Instruction des curez pour instruire le simple peuple (cf. André Carrée et B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lunaire. Textes, traduction, commentaires, Landevennec, Britannia monastica, 1991, p. 20-21).

24 F. Duine, « Notes sur… », op. cit., p. 10.

25 B. Merdrignac, « Les origines bretonnes dans les leçons des bréviaires des xve-xvie siècles », Jean Kerhervé (éd.), 1491. La Bretagne, terre d’Europe, Brest/Quimper, CRBC-SAF, 1992, p. 304-308.

26 J. Kerhervé, « Aux origines d’un sentiment national. Les chroniqueurs bretons à la fin du Moyen Âge », BSAF, t. 108, 1980, p. 165-206.

27 Gwénaël Le Duc et Claude Sterckx, Chronicon Briocense/Chronique de Saint-Brieuc. Texte critique et traduction, t. I (chap. i à cix), Paris, Klincksieck, 1972, p. 26-27.

28 Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 211-214.

29 La Chronique de Saint-Brieuc qui n’est actuellement que partiellement éditée, a joui d’une grande influence parmi les historiens de la Bretagne. La datation de cette chronique varie selon les commentateurs : 13891416 pour les uns, 1394-1415 ou encore 1389-1419 pour les autres. Je remercie Mme A. Le Huërou d’avoir attiré mon attention sur ce passage et de m’avoir gracieusement procuré sa propre collation du manuscrit, que je reproduis avec son accord : « Britannia enim antiquitus per Saxones et Gothos fuit in uastem redacta ante beati Sampsonis aduentu in eadem archipresule quia et presulis diu caruerat, licet temporibus antiquis a tempore Conani Meriadoci primi regis Christiani eiudem regionis. De eius Conani recta et stirps linea uicecomis de Rohano, omissis aliis britonibus, exiuit et descendet. Sedes episcopales in easdem esse solebant ante illorum Frixonium aduentum in Britannia et etiam per CXVIII annorum spacium antequam Clodoueus rex Gallorum fuisset christianus, uidelicet in Nannetica urbe, in Redonica, in Alethensi, in Venetica, in Cornubia et in Ocymociensi, secundum antiquas historias in quibus historiis reperitur territorium quod nunc Dolum nuncupatus solebat esse de diocesi Alethensi et ei omnino subiacebatur antequam beatus Sampson Britanniam intrasset. »

30 F. Duine, Memento…, op. cit., par. 38 et 226.

31 Anatole Le Braz, Magies de la Bretagne, coll. « Bouquins », 1994, t. II, p. 685. A.-Y. Bourgès, « Le contexte idéologique… », art. cit., p. 133. Voir aussi C. Méchain-Gilbert, B. Merdrignac et H. ar Bihan, La vie de saint Gonéri – Buhez Koneri, Rennes, Hor yezh, 1999, p. 17-18.

32 André Dufief, Les cisterciens en Bretagne. xiie-xiiie siècles, Rennes, 1997, p. 80-81, 100, 149, etc.

33 Arthur de La Borderie, Archives du bibliophile breton. Notices et documents pour servir à l’histoire littéraire et bibliographique de la Bretagne, t. IV, Rennes, 1884, p. 93, cite les trois vers que porte au bas de la page consacrée au mois de septembre le calendrier du Bréviaire vannetais (1589) :
Strages in bello Michaelis fit in die festo
M cape C ter LXIII adde
Est finis guerrae Britonum apud Alre.
Je rectifie ici une étourderie dans la traduction proposée pour « Les origines bretonnes… », art. cit., p. 309 : « Un massacre dans la bataille eut lieu le jour de la saint Michel / Prends Mil, prends trois cents, ajoute soixante-trois / C’est la fin de la guerre des Bretons à Auray. »

34 J. Kerhervé, L’État breton aux 14e-15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, Paris, 1987, t. I, p. 34-35 : l’union de la maison de Rohan avec le lignage de Léon assure aux Rohan la possession de « plus de 15 % des localités bretonnes » (des droits et revenus dans plus de 250 paroisses et trèves réparties sur l’ensemble du duché).

35 A.-Y. Bourgès, « Le contexte idéologique… », art. cit., p. 129-130 reprend une suggestion d’A. Le Braz et remarque (en n. 15) que J. Kerhervé souligne que cette argumentation correspond à la politique fiscale des ducs Jean IV et Jean V.

36 Sur ce processus d’appropriation des légendes hagiographiques par l’aristocratie, B. Merdrignac, « “Ut vulgo refertur…” : tradition orale et littérature hagiographie en Bretagne au Moyen Âge », Catherine Laurent, B. Merdrignac et Daniel Pichot (éd.), Mondes de l’Ouest et villes du monde. Regards sur les sociétés médiévales – Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, Rennes, 1998, p. 112-114.

37 Voir supra, n. 8.

38 Albert Le Grand, Les Vies de saints de la Bretagne Armorique, Quimper, 1901, p. 219-221. Au contraire, dom Alexis Lobineau, suivant les sources médiévales dont il a eu copie, place en 1302 le décès de saint Mériadec.

39 Sanctus Hinguethenus est mentionné avant sanctus Meriadocus sur la liste épiscopale de Vannes dans le Cartulaire de Quimperlé. F. Duine, Memento…, op. cit., par. 36, se contente de reproduire la remarque de dom Lobineau : « C’est un saint qui nous est absolument inconnu et dont nous n’avons trouvé aucun vestige. » Il rappelle (n. 1) qu’un abbé de Saint-Méen du premier quart du xie siècle portait aussi ce nom d’Hinweten.

40 A.-Y. Bourgès, « Le contexte idéologique… », art. cit., p. 126, n. 6.

41 Denise Dufief-Moirez, « Stival. Église Saint-Mériadec », Congrès archéologique de France, 141e Session, Morbihan, 1983, Paris, 1986, p. 244-253 : Stival, paroisse autonome au xve siècle (peut-être dès le xive), a relevé à partir du xvie siècle et jusqu’à la Révolution de la paroisse de Malguénac. Elle est alors incorporée à la commune de Pontivy (tout en redevenant paroisse autonome en 1820).

42 La Bretagne au temps des Ducs, catalogue de l’exposition de Daoulas et Nantes, Daoulas, 1991, p. 74-75 : « La couronne royale de Bretagne apparaît dans l’iconographie au milieu du xive siècle sur les monnaies d’abord, dans la statuaire funéraire ensuite ; elle devient en 1442 au plus tard l’attribut du prince dont le règne commence par la cérémonie solennelle du couronnement. » Toutefois le cérémonial du Missel Pontifical de Michel Guibé qui couronna la duchesse Anne à Rennes en 1489 continue d’appliquer le terme de « cercle ducal » (circulum ducalem) à la couronne « royale » de Bretagne, d’or à hauts fleurons d’égale hauteur. Voir Françoise Féry-Hue, « Le cérémonial du couronnement des ducs de Bretagne au xve siècle », Missel Pontifical. xve siècle. Cérémonial du couronnement des ducs de Bretagne, Rennes, 2001, p. 35.

43 G.-H. Doble, « Saint Meriadoc », op. cit., p. 136.

44 Bernard Tanguy, « Hauts lieux du sacré et foires en Bretagne », Gaël Milin et Patrick Galliou (éd.), Hauts lieux du sacré en Bretagne, Brest, 1997, p. 307-332, en particulier p. 322-329 pour les foires de Noyal-Pontivy.

45 Voir supra, n. 35. La « légende moderne » de ce panneau qui recouvrait l’ancienne légende « en caractères gothiques » à présent remise au jour, démarquait d’ailleurs le Légendaire de Tréguier en sur-interprétant la scène : « Saint Mériadec prie le vicomte de Rohan de purger le pays des voleurs. » D. Dufief-Moirez, « Stival… », art. cit., p. 247 et 252, n. 14.

46 B. Merdrignac, Recherches…, op. cit., t. 1, p. 141.

47 André Vauchez, « Le saint », Jacques Le Goff (dir.), L’homme médiéval, Paris, Seuil, 1989, en particulier p. 360-361.

48 F. Duine, « Notes sur… », op. cit., p. 14 ; id., Bréviaires et missels des abbayes bretonnes antérieures au xviie siècle, Rennes, 1905, p. 86.

49 Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du viiie à la fin du xiie siècle, Angers, 1994, p. 196.

50 L’une de ces deux « pierres », associée à la légende du saint sous l’appellation de « prie-Dieu de saint Mériadec », n’a disparu qu’après 1931 puisqu’elle figure encore à cette date sur le plan dressé par R. Guillaume, architecte des Monuments historiques (D. Dufief-Moirez, « Stival… », art. cit., p. 252, n. 5).

51 G.-H. Doble, The Saints of Cornwall, Part 1, p. 137, lectio 4a. Albert Le Grand, Les Vies des saints…, op. cit., p. 219-220, paraphrase ainsi le texte latin : « Il se retira en un lieu fort écarté et solitaire, au vicomte de Rohan, non loin de la ville de Pontivy. »

52 Charles Floquet, Châteaux et manoirs bretons des Rohan, 1989, p. 139-141 ; C. Méchain, La Vie de saint Goneri…, op. cit., p. 47.

53 F. Duine, « Notes sur… », art. cit., p. 16-17.

54 Voir supra, n. 11.

55 F. Duine, Memento…, op. cit., par. 38-39 ; Louis Duchesne, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, t. II, Paris, 2e éd., 1910, p. 378.

56 A. Le Grand, Les Vies des saints…, op. cit., p. 122*-123*. La famille de La Haye faisait partie de l’élite bourgeoise du duché dès le xve siècle et en 1445 Raoul de La Haye « sauvait » neuf métayers à Plougasnou (donc sur les seigneuries des Rohan) (J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. II, p 564 et 759).

57 Gabriel Le Bras, Institutions ecclésiastiques de la Chrétienté médiévale. Première partie : livre II à VI – Histoire de l’Église depuis les origines jusqu’à nos jours, t. XII, Paris, 1964, p. 372, n. 20.

58 A. Le Grand, Les Vies des saints…, op. cit., p. 122*-123*.

59 Voir supra, n. 6.

60 Dominique Le Page et Michel Nassiet, L’union de la Bretagne à la France, Morlaix, 2003, p. 147. Bruno Restif, La révolution des paroisses. Culture paroissiale et Réforme catholique en Haute-Bretagne aux xvie et xviie siècles, Rennes, 2006, p. 91-92.

61 G. Le Bras, Institutions ecclésiastiques…, op. cit.,p. 373-374.

62 Les clichés qui illustrent cette contribution sont dus à M. Arnaud Contentin, que je remercie de m’avoir autorisé à les utiliser.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540