Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Deuxième partie. Le duc – Les rois

« Et est ce tout notoire encores a present audit païs » : le crime, la mémoire du crime et l’histoire du meurtre de Gilles de Bretagne au procès du maréchal de Gié (1450-1505)

Franck Collard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 D. Lett, Histoire des frères et sœurs, Paris, 2004.
  • 2 Bernard Guenée, Un meurtre, une société : l’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, (...)
  • 3 Henri Stein, Charles de France, frère de Louis XI, Paris, 1919, examine (chap. 10) les causes de l (...)

1In omni fratre tuo non habeto fiduciam (Jer. 9,4). Renouvelée récemment par le livre de Didier Lett1, l’histoire des frères et sœurs n’est pas qu’amour et tendresse, notamment au sommet de la société. Dans la France des Valois, les relations entre Charles VI et Louis d’Orléans, les rapports entre Louis XI et Charles de Guyenne ont été si mauvais que des rumeurs de fratricide parcoururent la place publique : fratricide tenté à maintes reprises par le frère de Charles VI contre son aîné à en croire la fameuse apologie du tyrannicide faite en 1408 par Jehan Petit contre la mémoire du duc d’Orléans2 ; fratricide prêté à « celuy qui naturellement estoit tenu de l’aymer », Louis XI, contre son jeune frère décédé en 1472, au grand scandale, savamment orchestré, des ennemis du monarque3. La cour de France n’a évidemment pas l’exclusivité de ces affaires. Celle de Bretagne a connu, en 1450, un épisode qui a profondément marqué les esprits : la mort en captivité, dans des conditions impliquant le duc François Ier, de son troisième frère Gilles, à l’âge de 26 ans à peine.

  • 4 Franck Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 52, 73, 147, 158, 177, 249-250.
  • 5 Dom Hyacinthe Morice, Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 2 vol., 1750-1756, t. (...)
  • 6 C’est le titre de la collection dans laquelle a été publié l’ouvrage d’Émile Gabory, Le meurtre de (...)
  • 7 Voir sur cette question Claude Gauvard, « Mémoire du crime, mémoire des peines : justice et accult (...)
  • 8 René de Maulde, Pierre de Rohan, duc de Nemours, maréchal de Gié, Paris, 1885. S’inspirant de Maul (...)
  • 9 Jean-Christophe Cassard, « Un historien au travail : Pierre Le Baud », Mémoires de la Société d’hi (...)
  • 10 Cette petite étude ne prétend pas avoir fait le tour de la documentation mais se fonde sur quelque (...)
  • 11 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, (...)

2Comme les deux fratricides censés avoir été commis ou tentés entre Valois, cette fin a laissé une place au poison. L’affaire a donc déjà retenu notre attention4. Si le dossier, bien connu par ailleurs5, est rouvert ici, ce n’est pas pour percer à jour une « figure d’histoire tragique ou mystérieuse » comme proposait de le faire un ouvrage d’ailleurs incroyablement militant de 19296, mais parce qu’il offre, d’une part, l’occasion de publier en annexe un petit extrait de la partie demeurée inédite des Cronicques et ystoires des Bretons que Pierre Le Baud († le 19 septembre 1505), auteur cher à Jean Kerhervé, dédia en 1480 au sire de Derval, et parce qu’il donne, d’autre part, matière à réflexion sur la mémoire du crime7, en l’occurrence non seulement longue mais aussi et surtout instrumentalisée dans le cadre d’une autre affaire d’État. En effet, l’histoire de 1450 refit surface en mai 1505 lors du procès intenté au maréchal de Gié, Pierre de Rohan, tombé dans la disgrâce de Louis XII et d’Anne de Bretagne8. Cette résurgence s’accomplit au moment même où l’aumônier de la reine Pierre Le Baud écrivait une nouvelle version de ses Cronicques, intitulée Histoire des Bretons, avec le ferme appui de la souveraine à qui elle était dédiée9. À partir de quelques sources narratives10 et d’archives de justice facilement accessibles11, on retracera la construction tant historiographique que judiciaire de la mémoire du crime en dégageant ses enjeux.

  • 12 Sur l’historiographie bretonne, outre la notice « Pierre Le Baud » du Dictionnaire des lettres fra (...)

3Fort bien construit, près de 30 ans après les faits, par Pierre Le Baud, le récit de la fin de Gilles de Bretagne paraît délicat à concilier avec le « sentiment breton » dans une œuvre qui vise à exalter la dynastie des Montforts12. Le chroniqueur y parvient fort bien pourtant. Bien mieux tourné que dans l’Histoire des Bretons, le récit commence par l’annonce du décès faite au duc qui assiégeait Avranches.

  • 13 P. Le Baud, Cronicques et ystoires…, op. cit., livre III, § 138.
  • 14 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, col. 1522, mai 1450 : promesse d (...)
  • 15 J. Chartier, Chronique de Charles VII…, op. cit., chap. 231, t. 2, p. 228-229. Très hostile à Gill (...)
  • 16 Ibid., livre IV, § 210, indique qu’Arthur de Montauban, très beau, a séduit François et se demande (...)
  • 17 P. Le Baud, Cronicques et ystoires…, op. cit., livre III, f° 267 v° : Gilles est supposé avoir eu (...)

4Après un long retour en arrière, il se termine par le constat du dépérissement ducal depuis ce triste jour, après quoi la mort emporta le duc, rendu conscient, mais un peu tard, de l’épouvantable manipulation dont il avait été la victime depuis de longues années. Pierre Le Baud s’efforce de disculper François Ier du crime commis contre Gilles en le disant abusé par des « envieux » et des « haineux » à l’influence désastreuse. Quelques chapitres plus haut ont été exposées les origines du drame13. Déçu de la part d’héritage que lui avait réservée en 1439 son père Jean V disparu en 1442, le jeune homme conçoit une certaine acrimonie contre son frère et compense en quelque sorte l’injustice successorale par une bonne opération nuptiale en enlevant pour l’épouser Françoise de Dinan, héritière richement dotée, alors sous la tutelle de sa mère devenue veuve. Convoitée par un grand baron de Bretagne, Arthur de Montauban, promise au sire de Gavre14, la jeune femme allume donc par son rapt la haine et l’envie dans les cœurs de ceux qui ne pensent plus qu’à éliminer Gilles, prince impulsif au verbe haut et au comportement brutal. Il ne saurait s’agir de s’en prendre frontalement au frère du duc, mais bien de le perdre aux yeux de ce dernier et du roi de France, oncle des princes qui compte sur l’alliance bretonne pour reconquérir la Normandie, en le convainquant de trahison. Il faut dire que Gilles a été envoyé par son père à la cour d’Angleterre où il demeura six ans et se lia avec les barons et le roi. Les Anglais qui le pensionnent grassement (1443) et l’auraient admis dans l’ordre de la Jarretière15 comptent sans doute sur lui pour ramener la Bretagne à ses anciennes alliances. Fougueux et impatient, le jeune prince avait dit songer à demander de l’aide à ses anciens hôtes afin de contraindre le duc à revoir sa part d’héritage. Ses « haineux » n’ont donc aucun mal à dresser François contre lui, d’autant qu’Arthur de Montauban jouit d’une emprise considérable sur le duc16. Loin de revendiquer une quelconque souveraineté pour sa justice, contrairement à son prédécesseur, François semble au contraire chercher à s’abriter sous l’autorité royale en laissant à Charles VII, à qui il était allé prêter hommage à Chinon en mars 1446, l’initiative d’agir durement contre Gilles dans le cadre de la lèse-majesté, effectivement en jeu à partir du moment où il est convaincu de trahison en faveur des Anglais. Bien entendu, les chroniqueurs bretons ne relèvent pas cette attitude peu glorieuse car elle va à la fois contre la « majesté ducale » pourtant évoquée par Pierre Le Baud, et contre la version de l’innocence d’un prince qui cherche une caution aux menées hostiles à son frère, menées qu’il soutient aveuglément pour satisfaire la vindicte de certains17.

  • 18 Guillaume Gruel, Chronique du Comte de Richemont, op. cit., p. 222.
  • 19 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, col. 1551, confession d’Olivier (...)
  • 20 J. Chartier, Chronique de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 229.

5Arrêté le 26 juin 1446 au nom du roi de France en un de ses châteaux par une importante escouade d’hommes d’armes, Gilles est remis aux autorités ducales puis déféré devant les États de Bretagne réunis à Redon en août. Les ennemis du jeune homme, au premier rang desquels Arthur de Montauban et son frère Jean, attendent qu’ils le condamnent à mort sans qu’il ait pu s’expliquer. Le procureur du duc va dans ce sens. D’aucuns trouvent la procédure un peu légère. Des délégués aux États (le sire de Combourg, l’abbé de Buzay), appuyés par le connétable Arthur de Richemont18, expriment leur perplexité, sinon leur indignation, et entravent ainsi la marche à la condamnation capitale à laquelle Gilles était voué. Déplacé d’un château à l’autre, livré à des gardes sans foi ni loi dont le principal est Olivier de Méel (ou de Mes) qui obéit aux sires de Montauban, il se morfond en espérant un procès qui lui permettrait de se justifier. Au cours de l’année 1448, travaillé par le connétable Arthur de Richemont, frère de Jean V, qui tente depuis le début de défendre son neveu, Charles VII incite François Ier à émettre un mandement de libération. En mai 1449, le duc est tout près de céder. C’est alors que les ennemis de Gilles forgent des lettres fausses portées par un faux messager mais aux apparences on ne peut plus authentiques. Scellées du sceau et signées du seing du roi d’Angleterre, elles annoncent son débarquement avec 30 000 hommes qui délivreront le captif et puniront le fautif de sa captivité, le duc lui-même. La prise de Fougères, en mars 1449, par les supposés alliés de Gilles passe pour une tentative d’en faire une monnaie d’échange contre sa libération. Le prince demeure au contraire en prison, sous l’étroite garde de sbires voués corps et âme aux Montauban. Le duc a laissé entendre qu’il aimerait que son frère, détenu au château de La Hardouinaye, « aille en paradis », tout en faisant répondre à ses supplications de libération que la meilleure façon de l’obtenir serait de se donner la mort19. L’historiographe de Charles VII, Jean Chartier, écrit sans détour que, plein de grande haine contre un frère, le duc ordonna de le tuer20. Pierre Le Baud ne dit évidemment rien de cette dureté préjudiciable à l’honneur ducal. Il préfère avancer que le passage à l’acte eut lieu à la faveur de l’éloignement de François Ier, pratiquement à son insu, lorsqu’il partit guerroyer en Normandie.

  • 21 En particulier les extraits de la confession d’Olivier de Méel donnés par dom H. Morice, Mémoires (...)
  • 22 Outre notre Crime de poison, voir aussi F. Collard, « Une arme venue d’ailleurs. Portrait de l’étr (...)
  • 23 Confession d’Olivier de Meel : dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c (...)
  • 24 Confession de Jehan Raiart : ibid., t. II, col. 1553 ; la distinction entre les poisons était sign (...)
  • 25 A. Bouchart, Grandes croniques…, op. cit., livre IV, § 218.
  • 26 Ibid. A. Bouchart prétend qu’on avait donné grande abondance de poison à Gilles, ce que contredit (...)
  • 27 L’explication imaginée par les geôliers eut assez de vraisemblance pour s’être propagée loin des e (...)

6La discrétion était nécessaire. Aussi les Montauban envisagèrent-ils initialement d’user de poison, « façon de faire le plus secretement et au moins d’esclande [sic] que l’on pourroit ». Les actes judiciaires en disent bien plus long sur le sujet que les chroniques21. Jean de Montauban envoie en Lombardie un serviteur chargé d’en ramener des substances toxiques. Réputée pour la fréquence des empoisonnements perpétrés au plus haut niveau22, y compris contre des seigneurs en captivité (voir Barnabo Visconti en 1385), la région se trouve être aussi la patrie de la mère des sires de Montauban, une Visconti. L’approvisionnement s’opère donc facilement, deux ou trois ans avant 1450, preuve de la longue maturation du crime. Un dénommé Marco Bastardo a rapporté de Milan une demi-livre de poisons contenus en une boîte : « Ouquel paquet avoit trois manieres de poisons comme en trois daux de gan, ou avoit escript sur l’un fort, sur l’autre plus fort, & sur l’autre encore plus fort23. » Ils sont confiés à Jehan Raiart, très expérimenté maître d’hôtel du sire de Montauban, à qui le mode d’emploi est fourni : « C’est assavoir ceux qui estoient ou sachet où est escript fort pour une foiz devoient estre detrempez ung jour devant & les autres se devoient bailler sur soupe ou sur viande sans difference, ne sans estre destrempez24. » On répand de ces poisons sur un potage le 19 avril 1450. Privé « tant d’assay [d’essai, de goûtage des aliments] que d’autres choses », le prince est livré sans défense à l’entreprise de ses meurtriers. Sans doute insuffisamment dosé, le poison n’entraîne que de fortes diarrhées alors qu’un test effectué sur un chien et un chapon les avait terrassés25. Dans son œuvre commencée en 1498 pour la duchesse Anne et imprimée en 1514, très proche de celle de Pierre Le Baud qu’il ne cite pourtant jamais nommément, Alain Bouchart dramatise à l’envi et donne à la résistance de Gilles une dimension quasi surnaturelle qui panique ses agresseurs26. Mais les autres sources laissent penser que c’est avec la plus froide résolution qu’il fut décidé de le « faire mourir de fait », c’est-à-dire de procéder par la force, mais toujours occultement. Après avoir mis le prince à l’isolement et au jeûne complets pour que son corps prenne les signes d’un dépérissement mortel qu’on expliquerait par le chagrin conçu à la nouvelle de la défaite anglaise de Formigny, le 15 avril 145027, les hommes de mains des ennemis de Gilles l’assaillent dans son sommeil durant la nuit du 24 au 25 avril, l’étranglent et l’étouffent, puis le remettent dans son lit en donnant à sa dépouille les apparences d’une fin naturelle avant d’aller chasser le lièvre avec des gentilshommes de l’endroit. Au cours de la chasse, un messager vient leur « apprendre » le trépas du prince dont ils se complaignent bien insincèrement, tout en prenant à témoin la compagnie qu’ils étaient loin du théâtre des événements.

  • 28 A. Bouchart, Grandes croniques…, op. cit., livre IV, § 218.
  • 29 Dom H. Morice, Histoire ecclésiastique…, op. cit., t. II, p. 33 considère l’histoire authentique. (...)
  • 30 Guillaume Gruel, Chronique du Comte de Richemont, op. cit., p. 225. Arthur se prit de querelle ave (...)

7L’alibi ne servit à rien car les environs du château de La Hardouinaye bruissaient de rumeurs sur la pitoyable condition du prince. En effet, une brave femme qui passait à proximité de la tour où Gilles était reclus avait entendu les cris de celui-ci. De cet épisode pathétique rapporté par Pierre Le Baud qui signale que la malheureuse eût fini jetée à l’eau si elle n’avait été enceinte, Alain Bouchart a tiré une version romanesque disant qu’une jeune fille nourrissait secrètement le malheureux dont la résistance s’expliquait ainsi28. Bouchart rapporte aussi, en partie d’après Pierre Le Baud, qu’un frère franciscain avait appris de la bouche du captif qui se confessait à lui le triste sort qui lui était fait. Le cordelier était allé trouver le duc sur la grève du Mont-Saint-Michel, l’invitant à comparaître dans les quarante jours au tribunal de Dieu. Sa mort rapprochée (juillet 1450) est sans doute à l’origine de cette histoire inventée conformément à un vieux topos mais elle montre que le « murmure » engendré par la fin de Gilles, loin de ne viser que l’entourage ducal, était aussi dirigé contre le duc lui-même29. Jean Chartier comme Pierre Le Baud s’en font écho, mais le second indique que le duc dissimula son trouble « pour doubte de plus grant scandalle ». Gruel en fait autant30.

  • 31 Procédures politiques…, op. cit., procès du maréchal de Gié, instructions complémentaires en Breta (...)
  • 32 A. Bouchart, Grandes croniques…, op. cit., livre IV, § 226.
  • 33 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, col. 1550-1551.
  • 34 Ibid., t. II, col. 1550.
  • 35 Jean de Roye, Chronique scandaleuse, t. 1 p. 31 et 69 ; t. 2 p. 203.
  • 36 Procédures politiques…, op. cit., pièce 8 : déposition de François Le Saux, 66 ans, un des gens de (...)
  • 37 Jean de Roye, Chronique scandaleuse…, op. cit., t. 2, p. 284.

8L’avènement de Pierre II ainsi peut-être que les pressions du connétable de Richemont permirent que des poursuites fussent engagées, après que, dit un témoin de 1505, les lettres portées au duc par un cordelier eurent été connues31. Peut-être un peu nostalgique du duché quasi souverain, comme la reine Anne qui l’a missionné pour en écrire l’histoire, Alain Bouchart s’arrête sur les conditions de l’arrestation du principal exécutant. Comme pour compenser les circonstances de celle-ci et montrer l’étendue de la juridiction des anciens ducs bretons, il indique en effet que la capture d’Olivier de Méel près de Montlhéry, en terre royale, par des agents ducaux provoqua la fureur de Charles VII qui estimait ses droits de justicier bafoués en raison de l’adage tiré de l’Écriture : « Ubi te invenero, ibi te judicabo. » Mais le duc Pierre répondit que les coupables étaient ses naturels sujets, et finalement Olivier de Méel, formellement remis au lieu où il se trouvait par ceux qui l’avaient appréhendé, fut livré par les gens du roi à ceux du duc et conduit à Vannes32. Dom Morice a publié des extraits de sa confession où, tout en mettant le défunt duc hors de cause, il cherche classiquement à rejeter la responsabilité du meurtre sur ses commanditaires, soulignant ses réticences à leur obéir33. Peine perdue, sa tête chut en 1451. Celle des commanditaires resta au contraire bien posée sur leurs épaules. Après qu’il eut demandé de se justifier devant Charles VII à Tours en novembre 145034, Jean de Montauban choisit finalement la fuite et l’exil ; son frère entra dans les ordres. Par le fait d’un prince qui savait ce qu’un frère encombrant veut dire, Jean de Montauban, proche du dauphin Louis qu’il dissuadait de se réconcilier avec son père durant l’exil de Genappe, devint amiral de France à la faveur de l’épuration brutale pratiquée par Louis XI à son avènement – il devait le demeurer jusqu’à la ligue du Bien public35 – tandis qu’Arthur, d’abord pieusement (prudemment) retiré aux Célestins de Paris où des compatriotes avides de savoir la vérité sur la fin du prince Gilles venaient lui rendre visite36, devint archevêque de Bordeaux en 1468 et fut exécuteur testamentaire37 d’un certain Charles de France, mort en 1472, lui aussi à 27 ans, dans des conditions qui engendrèrent le trouble. Bel exemple de « recyclage » français de Bretons assez rompus aux coups tordus pour plaire à l’universelle aragne !

  • 38 Procédures politiques, op. cit., pièce 2, p. 394-397.

9Moins couvert d’opprobre mais rallié lui aussi aux Valois, Pierre de Rohan, maréchal de Gié, a servi Louis XI dont il devint maréchal dès 1476, puis Charles VIII en Picardie et en Italie, enfin Louis XII dont il a inspiré notamment la politique militaire. Son positionnement francophile lui a valu la haine farouche d’Anne de Bretagne, qu’il avait retenue de retourner chez elle en 1504 alors qu’une maladie jugée mortelle de son royal époux risquait de la rendre au veuvage et à son duché, et qu’il contrait dans son projet de mariage de Claude de France, héritière de la Bretagne, avec Charles de Habsbourg, en soutenant le principe de l’union de la fille aînée du roi au jeune comte François d’Angoulême, héritier présomptif du trône, dont Gié était le gouverneur, ce qui signifiait l’ancrage du duché à la Couronne de France. Anne parvint à faire intenter au maréchal un procès pour trahison et lèse-majesté. D’abord traitée par le Grand Conseil (septembre 1504), la cause fut transférée devant le Parlement de Toulouse (mars 1505) jugé plus sévère. L’information à réunir contre l’accusé visait notamment à prouver sa mauvaise fama, alors que Pierre de Rohan opposait au contraire à ses accusateurs la noblesse et la vertu de sa famille. En mai 1505, des instructions complémentaires en Bretagne furent commises à Roland de Seliczon, conseiller et maître des requêtes ordinaires de l’hôtel. Un mémoire sur les crimes commis par la famille de Rohan fut dressé, accablant38. Parmi eux, le meurtre du 25 avril 1450.

  • 39 Bonne notice dans Arlette Jouanna, Philippe Hamon, Dominique Biloghi et Guy Le Thiec, La France de (...)

10Pierre de Rohan pouvait pourtant difficilement être concerné directement par la mort lointaine de Gilles de Bretagne : il était né un an après les faits39. Mais il était possible de montrer la mauvaise nature de sa lignée, encline à la trahison, et d’établir la sienne sur ces fondements héréditaires. Dans cette lignée figuraient Jean de Montauban, maréchal de Bretagne, père de sa génitrice et grand acteur de l’affaire de 1450 ; le père du maréchal, Louis de Rohan-Guéméné, chancelier de Bretagne au moment des faits ; la mère du maréchal, Marie de Montauban, petite-fille d’une Visconti.

  • 40 B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980, p. 78 sq.
  • 41 J.-C. Cassard, « Un historien au travail… », art. cit., p. 70.

11La mémoire du meurtre du frère de François Ier ne mettait pas en cause les propres ancêtres d’Anne de Bretagne puisque son père François II descendait d’un fils puîné de Jean IV. Aussi pouvait-on exploiter sans dommage l’épisode. Son souvenir revint-il spontanément aux accusateurs ? Oui, si l’on considère avec Bernard Guenée que la mémoire des événements peut remonter à une cinquantaine d’années en arrière, du moins chez les auteurs historiques40. Oui encore, si l’on observe que la reine Anne avait eu comme gouvernante Françoise de Dinan, l’épouse malheureuse de Gilles. Mais rien n’interdit de penser que la femme de Louis XII mit à contribution son aumônier et historiographe offi cieux, Pierre Le Baud, alors sur le point de terminer l’Histoire des Bretons dont la reine possédait le gros manuscrit dans sa bibliothèque41 ; rien n’empêche qu’elle ait sollicité aussi Alain Bouchart, en même temps cité à comparaître par la défense mais prudemment resté sur la réserve pour éviter de déplaire à sa maîtresse. Si ni l’un ni l’autre ne fournissent dans leur récit d’éléments accablants pour le maréchal de Gié, et pour cause, si leur narration de l’épisode ne semble en rien mise au service du procès de 1505, ils mentionnent bel et bien les Montauban comme instigateurs de toute l’affaire. Mais ils ne disent rien du rôle de Louis de Rohan, père du maréchal. L’histoire ne suffit évidemment pas. Une enquête par témoin est nécessaire.

  • 42 Procédures politiques, op. cit., pièce 7 : déposition du notaire et secrétaire du roi, Jean Manhug (...)
  • 43 Sur leur rôle dans la mémoire des crimes, voir les réflexions de C. Gauvard, « Mémoire du crime, m (...)
  • 44 Procédures politiques, op. cit., pièce 5, p. 403.
  • 45 Ibid., pièce 9, p. 416.
  • 46 Ibid., pièce 4, p. 397 : déposition (29 mai 1505) d’un prêtre, Jean de Riou, âgé de 70 ans ou envi (...)
  • 47 Ibid., pièce 9, déposition d’Ives Maido, 40 ans, un des gens des comptes du roi-duc.

12Menée à partir de la fin mai 1505, elle permit de rassembler opportunément des témoignages accablants pour la parenté du maréchal. Des gens fort chargés d’ans, indiquant leur âge approximativement ou plus précisément, furent interrogés sur des événements vieux de 55 années et leurs souvenirs furent étonnamment frais, ou soigneusement rafraîchis. Deux fixateurs de la mémoire du crime se dégagent : la vox publica du « martyre », « grand escandal, querimonye et complaincte42 », qui allait par les maisons, les cours d’école, les rues, parfois en chanson ; les exécutions capitales, organisées les jours de marché à Vannes ou Nantes43. Selon Guillaume de Forest, 58 ans, secrétaire du roi et de la reine, il se disait dans sa prime jeunesse qu’Arthur de Montauban avait fait mourir Gilles non sans que celui-ci se fût défendu en tapant ses agresseurs avec une grosse flûte44. Un témoin âgé de 40 ans seulement se souvient des chansons entendues en son jeune temps sur la culpabilité des frères de Montauban45, indice de la longue persistance de l’écho du crime. Sans connaître les liens entre le maréchal de Gié et les protagonistes de l’affaire de 1450, un témoin se rappelle avoir compris l’origine du surnom d’un des bourreaux du prince lorsqu’il avait vu sa tête rouler sur l’échafaud. Il avait bien les « oreilles pelues46 ». Les liens des parents directs de Pierre de Rohan avec le crime furent subtilement établis par l’information, et de deux façons. La première consista à rappeler, avec le concours sans doute innocent d’un secrétaire ducal, que Louis de Guémené, chancelier de Bretagne, avait ordonné l’expédition d’un acte ducal vouant Gilles à une mort secrète. Seule la résistance du garde du sceau avait évité que la chose fût accomplie47. Ignoré de Pierre Le Baud et d’Alain Bouchart, l’épisode contredit la confession d’Olivier de Méel qui, en 1451, avait répété inlassablement que François Ier n’avait donné aucun ordre écrit. La seconde façon nous ramène à l’arme initialement choisie pour supprimer le frère de François Ier : le « poeson », trait d’union entre les deux affaires. Instrument de la perfidie, moyen consacré de la trahison, interdisant à la victime de se défendre, le venin déshonore ses utilisateurs et prouve leur vilenie. Par sa procédure même, la toxicatio exclut ses adeptes de la noblesse. Avec Arthur de Montauban, Jean, grand-père maternel du maréchal de Gié, avait monté, on s’en souvient, toute l’entreprise empoisonneuse contre Gilles de Bretagne. Plusieurs témoins de 1505 déclarèrent se souvenir que sa fille, la mère du maréchal, avait elle aussi une propension à empoisonner autrui, en l’occurrence son ou ses maris, Louis de Guémené et le seigneur de Craon. Elle avait fini ses jours enfermée sur ordre de ce dernier à cause de ses mauvaises façons.

  • 48 Ibid., pièce 2, p. 397. Son frère avait aussi tenté d’enlever François II en 1488 pour le livrer a (...)

13Ainsi, le père du maréchal avait laissé se commettre contre un haut prince breton un empoisonnement qu’avaient orchestré son grand-père et son grand-oncle, tandis que sa mère, implicitement prédisposée à la toxicatio par son sang lombard, avait rempli à la perfection le rôle de la venefica mulier. Une telle hérédité ne pouvait que rendre la trahison familière à Pierre de Rohan, « ensuivant les vestiges de ses predecesseurs et parens48 ». Il ne semble pas avoir été lui-même accusé d’empoisonnement, quoique la santé chancelante de Louis XII en 1504-1505 s’y fût prêtée, et la reine échoua à le faire décapiter parce que son époux avait des réticences à éliminer un de ses meilleurs conseillers. Mais il fut exilé de la cour et mourut en 1513 retiré en son château.

  • 49 Formule tirée de l’Éthique et donnée par les Annales Maatsenses, éd. MGH SS, IX, Hanovre, 1851, p. (...)

14À première vue, la longue mémoire du meurtre de Gilles de Bretagne constitue un paradoxe pour un crime qui devait être caché pour être discret. Il en « regne encores a present voix publique et commun renom » répètent les témoins de 1505. La persistance, un demi-siècle après les faits, du bruit du crime clandestin traduit l’ampleur, sinon la vérité de la fama, car selon Aristote « Fama quam omnes famant, de toto non perit49 ». À y regarder de plus près, elle se nourrit à la fois des conditions de la mort du prince, propices à tous les bruits d’autant plus que suivie de près par celle du duc, et des besoins des adversaires du maréchal de Gié. Elle s’alimente aussi à une perception classique du crime comme habitus non seulement individuel mais héréditaire, inscrit dans la nature d’une lignée et donc trans-générationnel. Reste à déterminer quelle part a pu prendre Pierre Le Baud dans la reviviscence de cette mémoire. Son œuvre s’arrête trop tôt (1458) pour relater le procès de 1505 – il explique d’ailleurs dans le prologue de son Histoire des Bretons tous les dangers de l’histoire du temps présent – mais on est en droit de supposer que cet historien proche de la reine a contribué à raviver la mémoire déjà lointaine des événements de 1450 sans avoir pour autant réécrit le passé en fonction des besoins du présent. Ces besoins, la grille d’interrogatoire du commissaire de Seliczon a su les satisfaire en orientant le souvenir des témoins dans la direction voulue.

Annexes

ANNEXE

La fin de Gilles de Bretagne dans les Cronicques et ystoires des Bretons de Pierre Le Baud

BnF, ms. fr., 8266, f° 381 v°-38350

Livre III, chap. 244 : « Comment le dit francoys de bretaigne entra derechief en normandie et assist avranches et comment ce pendant monsgr gilles son frere fut occis a la hardouynaye par ses gardes »

« […] Et ce pendant vindrent en leur ost nouvelles doloreuses qui grandement atristerent et amatirent les cueurs de pluseurs et principallement du duc quar onc puix qu’il les entendy il n’eut en luy joye ne santé mais courroux et desplaisir ce fut de la mort de monsgr gilles son frere qui comme dit est cy devant estoit demouré en la garde de olivier de mes de robert rouxel et des autres dessusnommez que le duc a l’admonnestement de ses envieux avoit a ce faire commis. Lesquelx gardes a ce que ilz satisfeissent au voulloir desdits envieux faire de artur de montauban, de missire Jehan hingant et d’aultres qui la mort de monsgr gilles conspiroient ne cesserent de subtiller a trouver le mean de le meptre a mort par toutes voyes mauvaises tout le temps qu’il fut entre leurs mains. Et pour tant que ilz doubtoient estre pugniz magnifestement et encourir paine corporelle s’ilz le murdrissoient de glaives ou aultrement Olivier de mes qui estoit principal de tous ceulx gardes avoit envoyé jehan raiart l’un de ses compaignons jucques en lambardie querir des poesons venimeuses lesquelles il luy avoit administrees par pluseurs foiz en / [f° 382] son menger et en son boyrt mais oncques par celle voye ne peurent ilz venir a chief de leur entente quar celles venimeuses poesons combien que il usast et preneist sa refection des viandes sus quoy elles estoient espandues oncques ne luy porterent grevance. Et pour ce ses ditz gardes veant que par celle maniere ilz ne le povoient faire mourir après ce que ilz le eurent pourmené par ça et la par les villes et chasteaux de bretaigne a leur plaisir le temps de troys ans et dix mois que il fut entre leurs mains pendant quel temps ilz luy firent souffrir pluseurs painnes travaulx ahans mesaises et durrez angoesses et doleurs et que finablement ilz le eurent amené de touffou a la hardouynaye ung chasteau luy appartenant pour cause de madamme sa femme ilz penserent de acomplir le desir de leurs maistres et viollentement estaindre sa jeunesse ce que ilz n’avoient comme dit est peu faire par poesons ne aultre quelconcque maniere. Et affin que luy mort semblast estre grandement debillité par longueur de maladie et que sa complexion sa force sa vertu et vigueur sa couleur sanguine luy semblassent estre deffaillies par doleur d’enfermeté ilz le tindrent toute une sepmainne a destroit en une tour fermee sans luy administrer que boyre ne menger dont par raige de fain il se dolousa piteusement et tellement que la doloreuse et plaintive voix entendi une femme passant laquelle s’approchea des fossez pour le rescomforter mais lors saillirent hors iiii de ses gardes qui eurent vouloir de ceste femme occire et desjait la eussent gictee en rance sinon que ilz la veirent enseinte et pour ce espargnerent ilz a son fruit. Et lors a ce que ilz eussent plus grant opportunité de parfaire leur mauvaise et desloialle emprise que ilz avoit proposee sans ce que aucun en eust cognoessance ilz firent crier et bannir par le pays d’environ que nul sus painne de la teste ne approchast les fossez de la hardouynaye plus près que la oye du son d’un corps. Et finablement quant la vertu et la gennesse de mondit seigneur gilles de bretaigne furent maties et flaitries par longue disette de boyre et de menger ung bien matin le jour saint marc qui fut a ung sabmadi xxiiiie jour d’avril en l’an mil cccc l olivier de mes et troys aultres murdrier ses complices l’assaillirent et luy laucerent autour de la gorge ung touaillon duquel ilz le estraignirent par si grant force que ilz luy firent faillir l’alaine et en ceste maniere l’estaignirent et murdrirent doloreusement quar point ne s’en cesserent jucques a tant que il eut rendu l’esprit. Et lors lui deslacerent le touaillon d’autour du coul et luy emplirent les oreilles et les narilles de coton affin que de son corps par iceulx conduitz aucun sang ne decourust puix le acouscherent a ung lit noblement / [f° 382 v°] preparé. Et ce fait yssirent aux champs pour chacer aux lievres avec les gentilz hommes du pays d’environ qu’ilz avoient a ce jour inviter par subtilité pour couvrir leur malice cuidants par celle chose donner a croyre a toutes gens qu’ilz fussent innocens de ce crime et que il semblast que pendant leur abscence et qu’ilz estoient en la compaignie desditz gentilz hommes ledit monsgr gilles fust trespassé quar par avant ilz avoit divulgué par toute la contree que il estoit tresfort actaint de griesve malade [sic]. Et adonc apres assez grant intervalle qu’ilz furent avec lesditz gentilz hommes et que ilz entendoient au gibier ne ne faisoient semblant de nulle chose ung garezon affecté leur alla criant nuncer celle piteuse mort pour laquelle ilz faignirent estre doloreux oultre mesure et en demenerent faintement grant cry es presences d’iceulx gentilz hommes lesquelx ilz appeloient et reclamoient a tesmoings qu’ilz estoient abscent a l’eure de ladite mort et les en cuiderent avec eulx mener a la hardouynaye ou ilz s’en retournerent hastivement mais lesditz gentilzhommes qui ja en partie le fait cognoessoient ne vouloient aller ains s’en retournerent a leurs maisons dollents tristes et pensifs. Se en alla la nouvelle a l’abbé de Boquien lequel incontinent se transporta audit chastel de la hardouynaye a tous ses religieux qui le corps de mondit seigneur gilles ainsi cruellement et inhumainement murdry par les mains des dessusditz fist noblement atourner et le porter en son eglise de ladicte abbaye de boquien qui est fondé en l’onneur de la benoiste vierge marie devant l’autier de laquelle il le fist notablement ensepulturer et furent presens a son enterrement missire geffroy de beaumenoir et tous les autres gentilz hommes qui pour lors estoient ou pays quar la pluspart de ceulx de la contree estoyent avec le duc en normandie et tenoient le siege devant avranches pendant lequel siege advint la mort de mondit sgr gilles quar ses gardes veans le duc abscent du pays de bretaigne et qu’il entendoit a fournir sa guerre pour complaire a leurs maistres et par l’instigacion du deable prindrent en eulx et fol hardement de le faire mourir. Et de celle mort fut la nouvelle comtee en l’ost des bretons estants encore au siege de avranches comme dessus est dit mes pas ne fut dicte la detestable maniere d’icelle. Et neantmoins deslors en sourdit il grant murmure quar les barons et autres seigneurs qui leur cure avoient mist a le delivrer de prison et des mains de bourreaux qui le avoient estranglé et n’en avoient peu estre oys le ramenoient a memoyre et grans et petis universallement le regretoient. Et lors cogneut le duc que desloiaument avoit esté conseillé de le faire prendre et bien doubta que ceulx qui ce conseil / [f° 383] luy avoient donné avoient sa mort conspiree mais neantmoins se dissimula ainsi la chose pour doubte de plus grant scandalle. »

Notes

1 D. Lett, Histoire des frères et sœurs, Paris, 2004.

2 Bernard Guenée, Un meurtre, une société : l’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, 1992. Cf. Le Pastoralet, éd. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1873, p. 634 : « Son frere frere n’estoit mie / Mais anemis. »

3 Henri Stein, Charles de France, frère de Louis XI, Paris, 1919, examine (chap. 10) les causes de la mort du second fils de Charles VII sans adhérer à la thèse du poison agitée par Thomas Basin, la propagande bourguignonne, les ducs de Bretagne et de Bourgogne. La citation est dans Jean de Roye, Chronique scandaleuse, éd. B. de Mandrot, Paris, 2 vol., 1894-1896, t. 2, p. 285 (interpolation de Jean le Clerc, vers 1502).

4 Franck Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 52, 73, 147, 158, 177, 249-250.

5 Dom Hyacinthe Morice, Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 2 vol., 1750-1756, t. I, p. 517, 529, 534 et t. 2, p. 3-34 ; Arthur de La Borderie et Barthélemy Pocquet, Histoire de la Bretagne, Rennes/Paris, t. IV, 1906, p. 311-341 ; Jean-Pierre Leguay et Hervé Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, 1213-1532, Rennes, 1997, p. 174.

6 C’est le titre de la collection dans laquelle a été publié l’ouvrage d’Émile Gabory, Le meurtre de Gilles de Bretagne, 1450, Paris, 1929. Il cherche à montrer que Gilles était bien un traître vendu aux Anglais, préfigurant les séparatistes de son temps que l’auteur accable dans sa virulente préface.

7 Voir sur cette question Claude Gauvard, « Mémoire du crime, mémoire des peines : justice et acculturation pénale en France à la fin du Moyen Âge », Françoise Autrand, C. Gauvard et Jean-Marie Moeglin (éd.), Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, Paris, 1999, p. 691-710, repris dans Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, 2005, chap. 10.

8 René de Maulde, Pierre de Rohan, duc de Nemours, maréchal de Gié, Paris, 1885. S’inspirant de Maulde, Bernard Quillet, Louis XII, Paris, 1986, p. 306 sq., donne quelques détails sur le procès.

9 Jean-Christophe Cassard, « Un historien au travail : Pierre Le Baud », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 62, 1985, p. 67-95, p. 72 : elle ordonna en effet par lettre patente du 4 octobre 1498 que fussent ouvertes à Pierre Le Baud les archives du duché. L’auteur a publié dans cet article le prologue de l’Histoire des Bretons.

10 Cette petite étude ne prétend pas avoir fait le tour de la documentation mais se fonde sur quelques sources principales : Pierre Le Baud, Cronicques et ystoires des Bretons, III, 138-144, BnF, ms. fr. 8266, f° 367-383 et Histoire de Bretagne, Paris, 1638, p. 489 sq. ; Alain Bouchart, Grandes croniques de Bretaigne, éd. Marie-Louise Auger et Gustave Jeanneau, Paris, 3 vol., 1986-1998, livre IV, § 210-211 puis 218 puis 221 puis 226, t. 2, p. 328 sq. ; Jean Chartier, Chronique de Charles VII, éd. Vallet de Viriville, Paris, 3 vol., 1858, chap. 231, t. 2, p. 228-229 ; Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. du Fresne de Beaucourt, 3 vol., Paris, 1884, t. 1, chap. XIV et t. 3, p. 250. Guillaume Gruel, Chronique du Comte de Richemont, éd. Michaud-Poujoulat, Paris, 1836 (références prises dans cette édition à nous mieux accessible que celle, plus récente, de A. Le Vavasseur, Paris, 1890).

11 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 3 vol., 1742-1746, t. II, 1744, col. 1522 puis 1550-1554. Procédures politiques du règne de Louis XII, éd. R. de Maulde, Paris, 1885 (la biographie du maréchal de Gié signalée ci-dessus est en fait tirée de cette publication) : instructions complémentaires en Bretagne commises à Roland de Seliczon, conseiller et maître des requêtes ordinaires de l’hôtel, pièces 2-9 sq., p. 394-416.

12 Sur l’historiographie bretonne, outre la notice « Pierre Le Baud » du Dictionnaire des lettres françaises, t. 1 : Le Moyen Âge, Paris, 1992, p. 1180-1181, et les renseignements donnés par les éditeurs de la chronique d’Alain Bouchart, voir J. Kerhervé, « La naissance de l’Histoire en Bretagne, milieu xve-fin xvie siècle », Jean Balcou et Yves Le Gallo (dir.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, t. 1, Paris/Genève, 1987, p. 245-273 et « Aux origines d’un sentiment national : les chroniqueurs bretons à la fin du Moyen Âge », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 108, 1980, p. 165-207 ; J.-C. Cassard, « Un historien au travail… », art. cit.

13 P. Le Baud, Cronicques et ystoires…, op. cit., livre III, § 138.

14 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, col. 1522, mai 1450 : promesse de mariage de Françoise de Dinan au sire de Gavre en vertu d’un accord anciennement passé entre leurs parents.

15 J. Chartier, Chronique de Charles VII…, op. cit., chap. 231, t. 2, p. 228-229. Très hostile à Gilles, l’historiographe de Charles VII est contredit par Pierre Le Baud qui indique que le prince avait prudemment décliné la distinction. A. Bouchart, Grandes croniques…, op. cit., livre IV, § 211, présente celle-ci comme dénoncée par les adversaires du prince sans prendre position.

16 Ibid., livre IV, § 210, indique qu’Arthur de Montauban, très beau, a séduit François et se demande si Dieu n’a pas puni la lignée bretonne en la privant d’héritiers à cause de cet amour.

17 P. Le Baud, Cronicques et ystoires…, op. cit., livre III, f° 267 v° : Gilles est supposé avoir eu des paroles allant « contre la magesté » ducale.

18 Guillaume Gruel, Chronique du Comte de Richemont, op. cit., p. 222.

19 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, col. 1551, confession d’Olivier de Méel.

20 J. Chartier, Chronique de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 229.

21 En particulier les extraits de la confession d’Olivier de Méel donnés par dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves…, t. II, col. 1550-1551. La citation sur le secret nécessaire à la mise à mort en est tirée.

22 Outre notre Crime de poison, voir aussi F. Collard, « Une arme venue d’ailleurs. Portrait de l’étranger en empoisonneur », L’Étranger au Moyen Âge, actes du XXXe congrès de la SHMESP (Göttingen, mai 1999), Paris, 2000, p. 95-106.

23 Confession d’Olivier de Meel : dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, col. 1552.

24 Confession de Jehan Raiart : ibid., t. II, col. 1553 ; la distinction entre les poisons était signalée par le nombre de fois où figurait le mot « fort », ce que ne dit pas exactement Olivier de Méel.

25 A. Bouchart, Grandes croniques…, op. cit., livre IV, § 218.

26 Ibid. A. Bouchart prétend qu’on avait donné grande abondance de poison à Gilles, ce que contredit la confession d’Olivier de Méel. Minimisant il est vrai ses méfaits, il prétend donc au contraire qu’une très petite quantité de venin avait été baillée au prince.

27 L’explication imaginée par les geôliers eut assez de vraisemblance pour s’être propagée loin des environs de La Hardouinaye. Une lettre écrite le 4 juin 1450 de Paris par un clerc bourguignon pour la Chambre des comptes de Dijon indique : « Et si dit on que Gilles de Bretaigne est mort enragié du desplaisir qu’il a eu de la destrouce et turie qui a esté faicte sur les Angloix » (dans Mémoires d’Olivier de la Marche, éd. Beaune d’Arbaumont, 4 vol., t. 2, Paris, 1884, p. 208, n. 1).

28 A. Bouchart, Grandes croniques…, op. cit., livre IV, § 218.

29 Dom H. Morice, Histoire ecclésiastique…, op. cit., t. II, p. 33 considère l’histoire authentique. Il la reprend sans doute d’A. Bouchart, Grandes croniques…, op. cit., livre IV, § 221 ou de P. Le Baud, Histoire des Bretons, p. 515, qui infléchit le récit de la première version dans un sens plus défavorable à François Ier.

30 Guillaume Gruel, Chronique du Comte de Richemont, op. cit., p. 225. Arthur se prit de querelle avec son neveu à l’annonce de la mort de Gilles.

31 Procédures politiques…, op. cit., procès du maréchal de Gié, instructions complémentaires en Bretagne, pièce 9.

32 A. Bouchart, Grandes croniques…, op. cit., livre IV, § 226.

33 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, col. 1550-1551.

34 Ibid., t. II, col. 1550.

35 Jean de Roye, Chronique scandaleuse, t. 1 p. 31 et 69 ; t. 2 p. 203.

36 Procédures politiques…, op. cit., pièce 8 : déposition de François Le Saux, 66 ans, un des gens des comptes du roi-duc, âgé de huit ou neuf ans au moment des faits.

37 Jean de Roye, Chronique scandaleuse…, op. cit., t. 2, p. 284.

38 Procédures politiques, op. cit., pièce 2, p. 394-397.

39 Bonne notice dans Arlette Jouanna, Philippe Hamon, Dominique Biloghi et Guy Le Thiec, La France de la Renaissance, histoire et dictionnaire, Paris, 2001, p. 1049-1051.

40 B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980, p. 78 sq.

41 J.-C. Cassard, « Un historien au travail… », art. cit., p. 70.

42 Procédures politiques, op. cit., pièce 7 : déposition du notaire et secrétaire du roi, Jean Manhugeon, 50 ans.

43 Sur leur rôle dans la mémoire des crimes, voir les réflexions de C. Gauvard, « Mémoire du crime, mémoire des peines… », art. cit., p. 174-178 en particulier.

44 Procédures politiques, op. cit., pièce 5, p. 403.

45 Ibid., pièce 9, p. 416.

46 Ibid., pièce 4, p. 397 : déposition (29 mai 1505) d’un prêtre, Jean de Riou, âgé de 70 ans ou environ.

47 Ibid., pièce 9, déposition d’Ives Maido, 40 ans, un des gens des comptes du roi-duc.

48 Ibid., pièce 2, p. 397. Son frère avait aussi tenté d’enlever François II en 1488 pour le livrer aux Français.

49 Formule tirée de l’Éthique et donnée par les Annales Maatsenses, éd. MGH SS, IX, Hanovre, 1851, p. 829.

50 Le texte a été reproduit exactement tel qu’il se lit, l’accentuation en plus. En revanche, la ponctuation, limitée aux points, respecte celle du manuscrit.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540