Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Troisième partie. Pour une histoire des représentations stylistiques

Quand les chênes « flottent gris » : effet de style et niveaux de lecture

Stéphanie Thonnerieux

Volltext

1Comment une construction produit-elle en contexte un effet de style ? Pour répondre à cette question, nous choisirons, en prenant quelques exemples dans l’œuvre de Verlaine, de centrer notre réflexion sur les niveaux d’interprétation : leur identification, leur interaction et leur validité. Un effet de style s’appréhende le plus souvent à différents niveaux de lecture : dès lors, comment cet effet prend-il une valeur, voire plusieurs valeurs, dans un contexte et une situation donnés ? Et comment cet effet contribue-t-il à produire du sens à l’échelle d’un texte ?

2La huitième ariette des Romances sans paroles de Verlaine présente une construction qui retient le lecteur dans le troisième quatrain :

Comme des nuées
Flottent gris les chênes
Des forêts prochaines
Parmi les buées

3Comment comprendre le second vers « Flottent gris les chênes » ? L’emploi de l’adjectif « gris » paraît peu naturel, mais est-ce l’effet d’une inversion par rapport à son support, d’un emploi syntaxique assez rare, ou encore d’une association sémantique entre le verbe et l’adjectif inattendue ?

4L’œuvre de Verlaine offre plusieurs exemples de cette construction verbe + adjectif. Sur le plan grammatical, ce fait de langue est souvent envisagé par les linguistes dans une perspective large et dynamique, celle de l’analyse de l’adjectif dans un continuum qui va de la fonction épithète à l’apposition en passant par l’attribut, selon un processus de détachement de la caractérisation par rapport à son support. Cette construction verbe + adjectif fait ainsi figure de bon candidat à l’évocation d’une poétique du « vague » et de l’« indétermination » fréquemment associée à l’œuvre de Verlaine, ou à celle d’une esthétique impressionniste également souvent proposée. En partant de cet exemple de la huitième ariette, nous essaierons de comprendre comment ce fait de langue se donne à lire comme fait de style, en nous interrogeant sur sa valeur stylistique par rapport à des lectures possibles.

Le fait de langue : situer la construction dans le discours grammatical1

Attestation et identification

  • 2 Lardon S. et Thomine M. -Cl., Grammaire du français de la Renaissance, Paris, Éditions Classiques G (...)
  • 3 Fournier N., Grammaire du français classique, Paris, Éditions Belin, 1998, p. 49.

5La construction verbe + adjectif, dont « flottent gris » est une occurrence parmi d’autres chez Verlaine, est répertoriée dans plusieurs grammaires et ouvrages de linguistique. Elle est d’abord très bien attestée diachroniquement : dans la somme de Jacques Damourette et Édouard Pichon, Des mots à la pensée, les exemples souvent empruntés à la littérature médiévale et classique rappellent son emploi dans un état de langue ancien. Des grammaires historiques relèvent également la construction. La Grammaire du français de la Renaissance de Sabine Lardon et Marie-Claire Thomine cite un exemple des Juifves de Garnier (L’onde de Siloé court sanglante) qu’elle met en perspective avec un exemple de Colette2. Dans sa Grammaire du français classique, Nathalie Fournier qualifie l’emploi de l’adjectif dans une telle construction de « très vivant » et souligne sa fréquence chez Racine3.

  • 4 Le Goffic P., Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette, 1993, p. 360, 362.
  • 5 Riegel M., Pellat J.-C., Rioul R., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, Presses universit (...)
  • 6 Grevisse M., 1936, Le Bon Usage (12e édition refondue par A. Goosse), Louvain-la-Neuve, Éditions Du (...)
  • 7 Wilmet M., Grammaire rénovée du français, Bruxelles, Éditions De Boeck, 2007, p. 235.
  • 8 Lardon S. et Thomine M.-Cl., Grammaire du français de la Renaissance, op. cit., p. 52.
  • 9 Rémi-giraud S., « Adjectif attribut et prédicat. Approche notionnelle et morpho-syntaxique », De Ga (...)

6Si l’existence de la construction verbe + adjectif est bien répertoriée, en revanche sa dénomination et sa description sont un peu flottantes. Elle est souvent classée parmi les constructions attributives. L’adjectif est alors appelé « attribut accessoire » par Pierre Le Goffic : Marie est partie joyeuse, Ils vécurent heureux4. Il est répertorié comme attribut du sujet (Pierre est sorti furieux de mon bureau) par la Grammaire méthodique du français5 clairement inspirée par les travaux de Martin Riegel qui met plutôt l’accent sur le type de verbe en parlant de verbe occasionnellement attributif ou à élargissement attributif. Le Bon Usage (Il part furieux) tourne autour de l’attribut mais opte finalement pour la fonction épithète6. Le statut d’apposition est également avancé par certains linguistes comme Marc Wilmet7. Enfin le fonctionnement adverbial est quelquefois privilégié : la Grammaire du français de la Renaissance parle d’« adjectif adverbialisé8 » ; Sylvianne Rémi (Mon voisin rentre ivre), analysant les construction attributives en général, constate que l’adjectif dans cet emploi prend l’incidence de l’adverbe9. On est proche de l’adjectif dit « invarié » du type discuter ferme.

Description et difficultés d’analyse

7Ces incertitudes terminologiques présentent surtout l’intérêt de mettre en évidence les difficultés qui subsistent dans l’analyse de la construction.

  • 10 Riegel M., « Les constructions à élargissement attributif : double prédication et prédicats complex (...)
  • 11 Ibid., p. 189.

8Sur le plan syntaxique, l’adjectif attribut accessoire du sujet est un constituant du GV, postposé et non essentiel. Il ne fait pas partie de la valence du verbe, verbe qui n’a pas le statut de copule et qui conserve sa complémentation. Ce verbe occasionnellement attributif ou à élargissement attributif construit en fait un second élément qui fonctionne comme l’attribut de son sujet et s’exprime sans copule. Le sujet « combine » donc une construction verbale ordinaire et une construction à attribut du sujet10. C’est une « configuration syntaxique bipropositionnelle » selon les termes de Martin Riegel11.

9Sur le plan de la hiérarchie et de la progression de l’information, la construction verbale est présupposée, thématique. Le rhème de l’énoncé est l’adjectif. Le test de la négation et la mise en emphase par le clivage le montrent facilement : la manipulation porte sur l’adjectif, non sur le verbe.

  • 12 Le Goffic P., Grammaire de la phrase française, op. cit., p. 361.
  • 13 Riegel M., « Les constructions à élargissement attributif : double prédication et prédicats complex (...)

10C’est sur le plan sémantique que les analyses proposées nous paraissent à la fois incomplètes et intéressantes. La construction avec un attribut accessoire correspond à la succession de deux prédications : une prédication verbale qui est première, et une prédication adjectivale qui est seconde. Mais comment ces deux prédications sont-elles associées ? Pierre Le Goffic explique très clairement que l’attribut accessoire du sujet caractérise l’actant tout en participant au procès verbal. L’adjectif caractérise le sujet en tant qu’il est sujet du verbe : il exprime des « qualités accessoires que le fait verbal saisit sans être pour rien dans leur genèse12 », formule reprise en fait à Jacques Damourette et Édouard Pichon. Pour Martin Riegel, il s’agit d’une « prédication complexe » : elle correspond, selon ses termes, à un « amalgame » ou « assemblage de prédicats13 ». Il y a vraiment combinaison dans la mesure où la prédication adjectivale n’est valable que si le prédicat verbal se vérifie : ce dernier délimite un « cadre de validité » dans lequel la prédication par l’attribut est possible. Le verbe a donc une valeur « scénique » : il circonscrit un domaine référentiel qui fonctionne comme présupposé.

  • 14 Rémi-giraud S., « Adjectif attribut et prédicat. Approche notionnelle et morpho-syntaxique », art. (...)
  • 15 Muller Cl., « Les constructions à adjectif attribut de l’objet, entre prédication seconde et complé (...)

11Concernant précisément le type de relation sémantique existant entre le verbe et l’adjectif, les descriptions linguistiques sont finalement assez rares. Pour Sylvianne Rémi-Giraud, s’il est difficile de trouver une classe homogène de verbes occasionnellement attributifs, c’est précisément parce que la prédication adjectivale n’est pas « liée au sémantisme lexical du verbe. Elle s’inscrit dans une relation temporelle plus lâche, qui s’établit entre deux événements (au sens large du terme), le procès exprimé par le verbe et la qualité (ou l’état) exprimée par l’adjectif ». Les deux événements doivent toutefois être compatibles « selon une logique descriptive » qui est « tributaire[s] de notre représentation du monde14 ». Claude Muller évoque, quant à lui, à travers l’expression de « temps partagé », la concomitance entre les deux prédications15.

12La variabilité de l’identification et une certaine gêne dans la description reflètent toutefois bien les enjeux de l’emploi d’une telle construction. D’une part, la densité sémantique de l’amalgame en même temps que l’absence d’explicitation de la relation sémantique entre le verbe et l’adjectif requièrent l’attention. D’autre part, ce qui se joue dans cette construction, c’est l’élément sur lequel porte l’adjectif : le support de l’adjectif est-il le sujet du verbe, ou n’est-ce pas le verbe lui-même, ou plutôt l’idée verbale ? C’est bien sur ces deux plans, celui de la relation sémantique entre le verbe et l’attribut et celui du support de l’adjectif que le fait de langue peut être perçu comme fait de style. On peut dire que c’est dans la marge d’incertitude d’un fait de langue lui-même senti comme processus que la liberté des emplois permet la saisie du fait de style.

Du fait de langue au fait de style : donner de la valeur à la construction

13Comment le fait de langue se donne-t-il à lire comme fait de style ? Au-delà des éléments mêmes de la construction, c’est autant par son emploi en contexte que par sa mise en série à l’échelle du recueil ou de l’œuvre tout entière que sa valeur peut être identifiée.

Les constituants de la construction

14Si les recueils de Verlaine présentent plusieurs occurrences de l’attribut accessoire du sujet, la répétition de cette construction n’est pas vraiment pertinente : sans être fréquente, la construction est simplement régulière dans l’ensemble de l’œuvre. Le critère de quantité étant peu probant, c’est plutôt l’effet de surprise au niveau sémantique dans l’emploi même de la construction qui la singularise. On peut parler non pas d’incompatibilité mais d’étrangeté en contexte, qu’on peut envisager sous deux angles complémentaires : au niveau du type d’adjectif employé et au niveau de la relation sémantique entre le verbe et l’adjectif.

  • 16 Rémi-Giraud S., « Adjectif attribut et prédicat. Approche notionnelle et morpho-syntaxique », art. (...)

15Au niveau du type d’adjectif, peu de linguistes ont donné des précisions. Selon Sylvianne Rémi-Giraud, les attributs accessoires du sujet sont des adjectifs d’état ou d’accident, et non des adjectifs dénotant une qualité permanente. En effet, les « qualités permanentes ne donnent pas de l’objet une description pertinente, en fonction de l’action exprimée par le verbe16 » et elle illustre cette impossibilité par des énoncés comme *Il rentre grand et *Il m’a rendu ce livre épais. Or dans le corpus verlainien, on trouve un type récurrent d’adjectifs dénotant une qualité permanente : les adjectifs de couleur. C’est le cas dans la huitième ariette, mais aussi, par exemple, dans le dernier poème du même recueil, « Beams » :

Des oiseaux blancs volaient alentour mollement,
Et des voiles au loin s’inclinaient toutes blanches.
Parfois de grands varechs filaient en longues branches,
Nos pieds glissaient d’un pur et large mouvement.

16On en trouve également dans les poèmes des recueils suivants : on peut citer « Impression fausse » (Cellulairement, 1874, repris dans Parallèlement en 1889)

Dame souris trotte,
Noire dans le gris du soir,
Dame souris trotte
Grise dans le noir.

17« Écrit en 1875 » (Amour, 1888)

Le mur, étant de brique extérieurement,
Luisait rouge au soleil de ce site dormant,
[…]
Château, château qui luis tout rouge et dors tout blanc,

18ou encore « Bournemouth » du même recueil :

Chalets éparpillés rouges dans le feuillage
Et les blanches villas des stations de bains.
Le bois sombre descend d’un plateau de bruyère,
Va, vient, creuse un vallon, puis monte vert et noir
Et redescend en fins bosquets où la lumière
Filtre et dore l’obscur sommeil du cimetière
Qui s’étage bercé d’un vague nonchaloir.

19L’étrangeté sémantique ne paraît pourtant pas toujours très forte selon les exemples. À l’inverse, même si on a affaire à un adjectif d’état ou d’accident, la « logique descriptive » sur laquelle est censée reposer la compatibilité entre les deux prédicats peut faire défaut en langue, par exemple entre le verbe frissonner et l’adjectif somptueux présents dans la dix-neuvième pièce de La Bonne Chanson (1870) :

Le ciel tout bleu, comme une haute tente,
Frissonnera somptueux à longs plis
Sur nos deux fronts heureux qu’ auront pâlis
L’émotion du bonheur et l’attente ;

L’emploi en contexte

20On voit bien, à la lecture des exemples précédents, que l’étrangeté sémantique ne peut se mesurer qu’en contexte, quel que soit le type d’adjectif employé. Dans le cas des adjectifs dénotant une qualité permanente, on peut s’accorder sur l’absence de rapport sémantique entre trotter et grise dans « Impression fausse » si ce n’est comme deux prédicats possibles d’une souris. Mais il n’en va pas de même pour les occurrences du poème « Écrit en 1875 » : le verbe luire et l’adjectif rouge ont un rapport en langue puisqu’ils dénotent tous deux un phénomène sensible, un procès et une qualité en rapport avec la perception visuelle. Le degré de surprise de leur association est d’ailleurs réduit en contexte par l’apparition immédiate du circonstant « au soleil » qui vient préciser le « cadre de validité » de la rencontre des deux prédicats selon une « logique descriptive » de type phénoménale, celle d’un coucher de soleil par exemple. On peut parler, dans le cas d’une parenté plus ou moins affirmée des deux termes en langue, de convergence en contexte.

21Lorsqu’il n’existe pas de lien lexical entre le verbe et l’adjectif, c’est en contexte que s’opère parfois un certain réajustement sémantique. Dans « Bournemouth », l’entrelacement des notations de lumière avec la description animée de l’espace réduit la distance lexicale entre le verbe monter (déplacement) et les adjectifs de couleur vert et noir (perception visuelle) : la lumière et l’ombre se déplacent sur le paysage au gré des changements naturels affectant le référent et / ou du point de vue qui organise l’évocation. Une absence de relation, en langue, entre le verbe et l’adjectif se voit très souvent atténuée en contexte. En effet lorsque le verbe et l’adjectif, chacun pris individuellement, sont congruents avec le sujet, leur association dans un même univers de discours les fait converger.

  • 17 Hervé Chr., Relecture de Romances sans paroles, [http://romances-sans-paroles.pagesperso-orange.fr] (...)

22Il en va de même pour les adjectifs d’état ou d’accident. On peut reprendre l’exemple de La Bonne Chanson avec le verbe frissonner et l’adjectif somptueux. L’un et l’autre termes sont indexés sur une isotopie du texte : l’expression et les manifestations d’une émotion avec frissonner, heureux, pâlis, émotion et bonheur d’une part ; la beauté luxueuse d’une étoffe avec somptueux, tout bleu, haute tente et longs plis, seconde isotopie imageante en fait puisque l’étoffe métaphorise le ciel. Les deux prédicats se rejoignent également dans l’expression de l’axiologie euphorique qui domine le passage. Revenons, pour en finir avec l’importance de la lecture en contexte, à la huitième ariette des Romances sans paroles. Le verbe flotter et l’adjectif gris construisent, en liaison avec la comparaison du vers précédent « Comme des nuées », l’image des arbres-nuages déjà relevée par Christian Hervé17, qui condense en une seule expression la couleur, la hauteur (le caractère aérien) et le mouvement d’une entité entre réel et fantastique. On comprend bien d’ailleurs pourquoi l’identification de la construction à une forme d’hypallage est trop réductrice : gris ne s’applique pas à chênes, mais au flottement des chênes assimilés à des nuées / nuages, donc à l’idée verbale, et non au seul support nominal.

23Qu’on ne s’y trompe pas. Il ne s’agit pas pour nous de prouver que l’étrangeté d’une construction se réduit en contexte jusqu’à s’annuler, mais bien de montrer que, d’une part, elle n’est pas une bizarrerie grammaticale et sémantique, et que, d’autre part, elle présente des degrés dans sa manifestation qui nous incitent à penser que sa valeur n’est pas uniquement sémantique.

La mise en série

  • 18 Rémi-giraud S., « Adjectif attribut et prédicat. Approche notionnelle et morpho-syntaxique », art. (...)

24La mise en série constituée par l’examen même incomplet des occurrences fait apparaître des variations dans la saillance de la construction. Si elle renforce l’existence du fait de style selon une appréciation quantitative, elle manifeste aussi, dans une approche comparative cette fois, l’inégalité qualitative des occurrences. Il y a des emplois de la construction moins marqués que d’autres sur le plan sémantique. Mais la mise en série fait apparaître une autre valeur de la construction de l’attribut accessoire du sujet, moins prévisible que sa densité sémantique : sa valeur temporelle. L’expression du temps y semble particulière. Presque tous les linguistes d’ailleurs abordent cette dimension dans l’étude du fait de langue : Sylvianne Rémi-Giraud parle d’une relation temporelle « lâche » entre le verbe et l’adjectif, Claude Muller d’un « temps partagé ». À l’expression du temps exprimée par le verbe à un mode personnel ou impersonnel vient s’ajouter celle de l’adjectif. En effet l’attribut est également aspectualisé, mais en lui-même et non par le biais du verbe lorsqu’il s’agit d’un attribut accessoire du sujet. Sylvianne Rémi-Giraud explique que, dans cette construction, la qualité est projetée dans le temps18.

25La comparaison des différentes constructions présentes dans le corpus montre deux tendances nettes. Presque tous les verbes sont lexicalement imperfectifs : flotter, frissonner, rôder, courir, s’incliner … De plus, ils sont associés à des tiroirs verbaux souvent non accomplis et sécants, qui donnent une image non bornée du procès. Le présent de l’indicatif domine mais on relève quelques imparfaits et également des participes présents dont certains sont employés dans la périphrase d’aspect progressif aller + participe présent comme dans le poème « À la promenade » des Fêtes galantes :

Le ciel si pâle et les arbres si grêles
Semblent sourire à nos costumes clairs
Qui vont flottant légers, avec des airs
De nonchalance et des mouvements d’ailes.

26La valeur temporelle exprimée est celle d’une extension de la durée qui assure la permanence d’une image. Elle opère un décrochage qui crée une sorte de suspens où c’est bien la « qualification » de l’idée verbale qui est assurée, et non celle d’un référent représenté par le sujet grammatical du verbe. La construction de l’attribut accessoire permet de donner une qualité à un procès, opération difficile à inscrire dans le temps. Elle fait donc signe vers un hors-temps où on peut flotter léger et frissonner somptueux.

L’effet de style : quel niveau de lecture et quelle échelle d’interprétation19 ?

  • 19 Cuenot Cl., Le Style de Verlaine, 2 vol., CDU, 1963.

27Dans Le Style de Verlaine, Claude Cuenot avait bien repéré la construction verbe + adjectif. Mais il l’étudiait dans un chapitre sur la « phrase verlainienne », en rapport avec une tendance observable dans la littérature depuis le milieu du XIXe siècle, l’extension des phrases sans verbe. Dans la même logique que celle de la promotion du substantif, il considérait comme une atteinte au groupe verbal le remplacement de l’adverbe par l’adjectif. Mais c’est surtout l’interprétation de la construction qu’il rapproche d’une esthétique impressionniste qui nous paraît maladroite. Pour interpréter un fait de style, il faut s’interroger sur la pertinence des niveaux de lecture possibles tout en gardant à l’esprit l’échelle de l’interprétation, celle du poème, de l’œuvre, de la poétique d’un auteur, ou encore de l’esthétique d’une époque.

La lecture poétique : celle de l’indétermination ou du “flou” verlainien

28La huitième ariette des Romances sans paroles relève du genre de la description : elle représente un paysage d’hiver. Mais il n’y a pas de représentation réaliste. Or l’imprécision de la situation et l’indétermination référentielle observable dans ce poème seraient représentatives de la poétique de et contribueraient à définir un style d’auteur.

Dans l’interminable
Ennui de la plaine
La neige incertaine
Luit comme du sable.

Le ciel est de cuivre
Sans lueur aucune
On croirait voir vivre
Et mourir la lune.

Comme des nuées
Flottent gris les chênes
Des forêts prochaines
Parmi les buées.

Le ciel est de cuivre
Sans lueur aucune
On croirait voir vivre
Et mourir la lune.

Corneille poussive
Et vous, les loups maigres,
Par ces brises aigres
Quoi donc vous arrive ?

Dans l’interminable
Ennui de la plaine
La neige incertaine
Luit comme du sable.

29L’évocation est ici partielle et approximative : le caractérisant incertaine (v. 3 et 33), la modalisation épistémique affectant le verbe voir (v. 7 et 15), les comparaisons comme du sable (v. 4 et 24) et comme des nuées (v. 9) relativisent la « chose vue ». Les éléments du paysage naturel sélectionnés (plaine, neige, ciel, lune, chênes…) sont en fait présentés comme étant le résultat d’une perception lacunaire, instable et précaire, qui est justifiée en contexte par la réduction de la lumière dans une scène crépusculaire : il n’y a plus de source de lumière (sans lueur aucune, v. 6) ; la clarté, indirecte, fait luire des éléments comme la neige (v. 3-4). Il y a finalement une certaine cohérence réaliste de l’indétermination référentielle.

  • 20 Richard J.-P., « Fadeur de Verlaine », Poésie et profondeur, Le Seuil, 1955, p. 166.

30L’indétermination, l’indéfini, le flou ou encore le vague : ces notions, censées caractériser le rapport au monde représenté dans la poésie de Verlaine, sont omniprésentes dans une critique déjà ancienne qui a longtemps fait référence (Cl. Cuenot, J.-P. Richard…). La « fadeur » résume pour Jean-Pierre Richard la poétique de Verlaine, le poème donnant d’un objet une suggestion qui n’est que la trace de la sensation. L’affaiblissement des sensations détruit finalement « toute référence et toute allusion à un monde réel20 ». Sur le plan des formes, cette tradition fonde ses analyses sur l’emploi par exemple de prépositions imprécises (parmi v. 12, par v. 19), de certains déterminants comme l’article indéfini (v. 9), de pronoms comme le on (v. 7)… Le discours poétique opèrerait finalement une sorte de déperdition référentielle.

La lecture esthétique : celle de l’impressionnisme

  • 21 Cuenot le cite plus qu’il ne l’analyse vraiment (Cuenot Cl., op. cit., p. 204). J. Damourette et É. (...)

31Cette lecture se fonde sur l’idée qu’il existe un impressionnisme littéraire, qu’on peut utiliser cette catégorie esthétique pour interpréter certains faits de style. Il y a là une transposition d’art qui se fonde sur la concomitance approximative de la peinture impressionniste et de l’œuvre de Verlaine. Le mot impressionnisme et des expressions du type écriture impressionniste sont très fréquents dans la critique verlainienne. Si l’attribut accessoire n’a pas vraiment été répertorié comme un procédé caractéristique d’une écriture impressionniste21, il vient s’ajouter dans la huitième ariette à un ensemble de faits généralement retenus dans cette perspective. On peut citer le privilège accordé à la couleur de l’objet sur sa forme, en écho à une technique de la touche ou de l’estompage qui a été développée en peinture au détriment du contour, du dessin. On relève pourtant peu de couleurs dans le poème : le gris des chênes (mais le gris est souvent considéré comme l’absence même de couleur), le blanc de la neige et le cuivre du ciel. Quant à la lumière, elle est reflétée et n’est perceptible que par contraste : c’est la neige qui luit dans l’obscurité montante. Les autres caractéristiques souvent citées d’une écriture impressionniste sont les suivantes : l’imprécision de la vision qui repose sur l’emploi de déterminants pluriels (des nuées, les chênes, les buées …) ; la succession des visions restituée par la juxtaposition des notations ou par un adjectif spatio-temporel comme prochaines (v. 11) ; enfin la célèbre nominalisation, l’ennui de la plaine étant un exemple parfait de la substantivation d’une qualité antéposée à son support. On n’aurait donc pas ici une description mais plutôt un ensemble d’impressions, avant tout visuelles.

  • 22 Gardes-Tamine J., La Stylistique, Éditions Armand Colin, 1992, p. 67-68.
  • 23 Herschberg-Pierrot A., Stylistique de la prose, Éditions Belin, 1993, p. 147-148.

32On trouve ce type de relevés dans plusieurs manuels de stylistique faisant autorité. Dans La Stylistique, Joëlle Gardes-Tamine consacre un encadré au « style artiste et impressionniste22 » qui distribue dans deux paragraphes, « la sensation brute » puis « la sensation fugace », des procédés comme la construction « substantivale », l’antéposition de l’adjectif, l’emploi de participes, l’actualisation au pluriel, la construction de la phrase par juxtaposition. Dans Stylistique de la prose, Anne Herschberg-Pierrot reprend les mêmes tournures (substantivation, juxtaposition, pluriel, déterminants indéfinis…) dans un paragraphe consacré à « l’écriture artiste, ou impressionniste23 ».

  • 24 Pratt B., « Verlaine et l’impressionnisme », Revue d’histoire littéraire de la France, nov.-déc. 19 (...)
  • 25 Il s’agit du « mythe phénocentriste et perceptiviste » (Vouilloux B., « L’“impressionnisme littérai (...)

33Or depuis quelques années, une réévaluation de l’impressionnisme de Verlaine et plus généralement de l’impressionnisme en littérature a été faite. Est-ce à dire qu’elle n’a pas été suffisamment entendue par les stylisticiens ? Bruce Pratt a démontré que les rapports de Verlaine avec l’impressionnisme pictural et même avec la peinture en général étaient peu probables, que le poète n’avait absolument pas connu les peintres impressionnistes de sa génération et ne s’y était pas du tout intéressé24. Bernard Vouilloux pour sa part explique que l’impressionnisme est une catégorie non pertinente en littérature et s’agace presque du retard de l’approche stylistique alors que le discours des historiens de l’art a fortement évolué sur ce moment de la peinture et depuis longtemps déjà, en dépassant notamment le mythe de l’œil innocent25.

La lecture énonciative : celle du lyrisme

  • 26 Charles-Wurtz L., La Poésie Lyrique, Éditions Bréal, 2002, p. 177.

34Cette lecture s’appuie sur un autre cliché de la poésie verlainienne, celui du paysage-état d’âme, concept qui a connu une grande fortune depuis Amiel. La représentation du monde ne serait que le support d’une projection de l’intériorité. La construction verbe + adjectif résonne alors comme une expression personnelle du réel. Dans la poésie post-romantique, il s’agit plus précisément d’une confusion du sujet avec le paysage, d’une « réversibilité de l’intérieur et de l’extérieur26 » : le moi se fond dans le paysage et le paysage s’inscrit dans le moi, d’où la difficulté à distinguer lequel des deux est l’image de l’autre.

  • 27 Richard J.-P., « Fadeur de Verlaine », art. cit., p. 175.

35Dans la huitième ariette, il n’y a pas « impersonnalité d’un pur sentir27 ». Le on est un trompe-l’œil qui opère une distanciation. Malgré l’absence de première personne, le sujet s’y devine, et s’affirme même dans l’apostrophe aux animaux et dans la modalité interrogative, ou encore dans la double modalisation initiale dysphorique des mots interminable et ennui. Il s’agit bien d’un « paysage triste » pour reprendre le titre d’une section des Poèmes saturniens : il n’est pas une imitation mais une image subjective de la nature.

Effet de style et sens d’un texte

  • 28 Murphy St. et Kliebenstein G., Verlaine. Poèmes saturniens, Fêtes galantes, Romances sans paroles, (...)

36Les lectures proposées de la construction d’un attribut accessoire ne sont pas fausses, mais leur évocation ne peut constituer une fin en soi. Les niveaux énonciatif, rhétorique et pragmatique deviennent tout aussi importants que le niveau sémantico-référentiel. Le mode de signification que propose ce poème n’est pas direct. Selon Steve Murphy, cette campagne triste qui constitue presque un hors-temps et un hors-lieu étranges peuvent susciter une lecture politique dans un processus allégorique du sens28 : la huitième ariette serait une représentation de la France une année après la Commune, les animaux que sont les corneilles et les loups figurant symboliquement les forces de la répression, charognards à court de cadavres. Cet univers dysphorique produit un effet, celui de la répulsion qui incite à se détourner de ce paysage angoissant. Le fait de style travaillant à la déréalisation d’un paysage s’intègre ici dans un projet d’écriture qui a pourtant la réalité pour horizon : il nous fait peut-être mieux saisir le réel que ne le fait la langue elle-même.

Conclusion

37Où commence un fait de style ? Quelle valeur lui assigner ? Style d’auteur, esthétique d’une époque, genre de texte, type d’énonciation… La construction étudiée dans la poésie de Verlaine ne se donne pas à lire de façon univoque, et elle fait signe vers plusieurs niveaux de lecture. Mais ces niveaux ne sont souvent que des paliers d’interprétation du fait qui ne prend sens que dans une configuration textuelle particulière, déterminée par l’ensemble des paramètres d’écriture que sont, entre autres, l’époque, le genre et le projet de communication. Si la construction verbe + attribut relevée dans le poème de Verlaine ressortit à une esthétique et une poétique identifiables, elle s’intègre ici dans un type de représentation qui, par un mode particulier de signification, se fait également politique. La valeur du fait de style ne peut être saisie en dehors de son contexte et son étude manifeste la nécessaire prudence à observer par rapport à une indexation parfois maladroite et surtout sans suite, de certains faits dans des “répertoires” de faits et d’effets. L’effet de style n’est qu’un des éléments du processus d’interprétation d’un texte qui est avant tout une forme complexe produisant du sens.

Anmerkungen

1 Damourette J. et Pichon É., Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française, (1911-1940) (7 vol.), Paris, Éditions d’Artrey.

2 Lardon S. et Thomine M. -Cl., Grammaire du français de la Renaissance, Paris, Éditions Classiques Garnier, 2009, p. 52.

3 Fournier N., Grammaire du français classique, Paris, Éditions Belin, 1998, p. 49.

4 Le Goffic P., Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette, 1993, p. 360, 362.

5 Riegel M., Pellat J.-C., Rioul R., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 425.

6 Grevisse M., 1936, Le Bon Usage (12e édition refondue par A. Goosse), Louvain-la-Neuve, Éditions Duculot, 1988, p. 355.

7 Wilmet M., Grammaire rénovée du français, Bruxelles, Éditions De Boeck, 2007, p. 235.

8 Lardon S. et Thomine M.-Cl., Grammaire du français de la Renaissance, op. cit., p. 52.

9 Rémi-giraud S., « Adjectif attribut et prédicat. Approche notionnelle et morpho-syntaxique », De Gaulmyn M.-M., Rémi-Giraud S. (dir.), À la recherche de l’attribut, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2009, p. 183.

10 Riegel M., « Les constructions à élargissement attributif : double prédication et prédicats complexes ? », Dépendance et intégration syntaxique. Subordination, coordination, connexion, Muller Cl. (dir.), Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1996, p. 189.

11 Ibid., p. 189.

12 Le Goffic P., Grammaire de la phrase française, op. cit., p. 361.

13 Riegel M., « Les constructions à élargissement attributif : double prédication et prédicats complexes ? », art. cit., p. 195.

14 Rémi-giraud S., « Adjectif attribut et prédicat. Approche notionnelle et morpho-syntaxique », art. cit., p. 191.

15 Muller Cl., « Les constructions à adjectif attribut de l’objet, entre prédication seconde et complémentation verbale », Langue française, vol. 127, 2000, p. 23.

16 Rémi-Giraud S., « Adjectif attribut et prédicat. Approche notionnelle et morpho-syntaxique », art. cit., p. 201.

17 Hervé Chr., Relecture de Romances sans paroles, [http://romances-sans-paroles.pagesperso-orange.fr], (consulté le 28 février 2012).

18 Rémi-giraud S., « Adjectif attribut et prédicat. Approche notionnelle et morpho-syntaxique », art. cit., p. 182.

19 Cuenot Cl., Le Style de Verlaine, 2 vol., CDU, 1963.

20 Richard J.-P., « Fadeur de Verlaine », Poésie et profondeur, Le Seuil, 1955, p. 166.

21 Cuenot le cite plus qu’il ne l’analyse vraiment (Cuenot Cl., op. cit., p. 204). J. Damourette et É. Pichon s’étonnent, pour leur part, de voir cette construction attribuée aux décadents par « l’éminent professeur » Ferdinand Brunot (§ 542).

22 Gardes-Tamine J., La Stylistique, Éditions Armand Colin, 1992, p. 67-68.

23 Herschberg-Pierrot A., Stylistique de la prose, Éditions Belin, 1993, p. 147-148.

24 Pratt B., « Verlaine et l’impressionnisme », Revue d’histoire littéraire de la France, nov.-déc. 1990, no 6.

25 Il s’agit du « mythe phénocentriste et perceptiviste » (Vouilloux B., « L’“impressionnisme littéraire” : une révision », Poétique, no 121, 2000, p. 76) de la peinture impressionniste : un tableau impressionniste restituerait un phénomène visuel qui serait lui-même caractérisé par le primat de la sensation, ce qui est faux.

26 Charles-Wurtz L., La Poésie Lyrique, Éditions Bréal, 2002, p. 177.

27 Richard J.-P., « Fadeur de Verlaine », art. cit., p. 175.

28 Murphy St. et Kliebenstein G., Verlaine. Poèmes saturniens, Fêtes galantes, Romances sans paroles, Éditions Atlande, 2007, p. 107.

Autor

Maître de conférences à l’université Lyon 2 en langue française. Ses travaux, d’orientation stylistique, portent essentiellement sur la poésie des XIXe et XXe siècles (Rimbaud, Verlaine, Mallarmé, Char, Follain, Jaccottet, Goffette…). Elle a récemment publié en collaboration Paul Eluard, Capitale de la douleur aux éditions Atlande (2013).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540