Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Troisième partie. Pour une histoire des représentations stylistiques

« L’arbre tient bon » ou de quoi la synecdoque du genre pour l’espèce est-elle le nom ?

Nicolas Laurent

Texte intégral

  • 1 Fontanier P., Les Figures du discours, Paris, Flammarion, 1977 [1821-1830], p. 92.
  • 2 Le Guern M., Sémantique de la métaphore et de la métonymie, Paris, Larousse, 1973, p. 29-38.

1« L’arbre tient bon. » P. Fontanier emprunte beaucoup à La Fontaine pour illustrer, dans ses Figures du discours, la « synecdoque du genre1. » De fait, le genre même de la fable, par l’articulation qu’il propose entre un récit individuel et une moralité adossée à la généralité du concept, est peu ou prou de nature, ou d’esprit « synecdochique ». Encore faut-il s’entendre sur la synecdoque en général, et sur la synecdoque du genre en particulier. Or, comme on le sait, la synecdoque, au mieux, survit dans la conscience théorique moderne. C’est un trope dont l’existence est fortement contestée. Les synecdoques léguées par la tradition, nous dit M. Le Guern dans sa Sémantique de la métaphore et de la métonymie, soit relèvent d’un autre trope (métonymie ou métaphore) soit n’ont rien de tropique2. Cette analyse a sans doute façonné, pour une part, ce qu’on pourrait appeler un habitus disciplinaire, c’est-à-dire, pour ce qui nous concerne, la vie sociale des concepts, le style de notre travail de linguiste ou de stylisticien. La synecdoque tend à disparaître des descriptions rhétoriques et stylistiques, ou bien elle est assimilée à une sorte de métonymie, ou devient une « métonymie-synecdoque » dont on dit aussi qu’elle peut croiser la métaphore à travers l’antonomase de nom propre (« Finkielkraut, c’est le Sarkozy des intellectuels »). La classe est démembrée. Mais faut-il dire « adieu » à la synecdoque ? Et faut-il considérer que P. Fontanier se trompait quand il voyait dans « le quadrupède » ou dans « l’arbre » des synecdoques du genre ? Ne peut-on penser que certaines des désignations construites à partir d’un nom de genre ont une portée synecdochique ? Ne doit-on pas se retenir d’assimiler mécaniquement la « synecdoque » en question à l’application d’un principe d’identité référentielle ? Je reviendrai, d’abord, sur la synecdoque comme trope et esquisserai ce qu’on peut appeler le système d’un trope prioritairement extensionnel. J’essaierai, ensuite, d’examiner les conditions discursives dans lesquelles il est loisible d’utiliser cette dénomination de « synecdoque du genre ».

Le système de la synecdoque : vue d’ensemble

2La synecdoque de la tradition rhétorique repose, comme le rappelle M. Prandi dans sa Grammaire philosophique des tropes :

  • 3 Prandi M., Grammaire philosophique des tropes. Mise en forme linguistique et interprétation discur (...)

[…] sur deux relations principales affectant les objets : une relation interne à la structure des objets – la relation de la partie au tout : la voile et le vaisseau ; la bouche ou le bras et le corps, par exemple – et une relation relevant de leur classification : la relation d’inclusion, des individus dans les classes (Baudelaire est un membre de la classe des poètes) et des espèces dans les genres (les cygnes sont inclus dans la classe des oiseaux, qui sont inclus dans la classe des animaux3).

  • 4 Martin R., Pour une Logique du sens, Paris, PUF, 1992 [1983], p. 79.
  • 5 L’expression est empruntée à M. Prandi (Grammaire philosophique des tropes. Mise en forme linguist (...)
  • 6 La relation de la partie au tout est, selon M. Prandi, « asymétrique quant à son rendement tropiqu (...)

3Tel quel, le trope paraît incohérent, car le processus par lequel « pain » peut équivaloir à l’hyperonyme « nourriture » dans la prière « Donnez-nous notre pain quotidien » n’est pas comparable à celui par lequel « la voile » évoque « le vaisseau ». D’un côté, nous sommes en présence de ce que la sémantique classique appelle une extension de sens, laquelle suppose, comme l’indique R. Martin, un effacement de sèmes spécifiques4, de l’autre côté, c’est bien plutôt à la valorisation d’un jeu intensionnel que l’on assiste : le méronyme « voile » s’ajuste à l’intension d’un « double virtuel5 », le nom holonyme « vaisseau ». Jeu prioritairement extensionnel là, jeu prioritairement intensionnel ici : contrairement à une tradition théorique et dénominative tenace, la « synecdoque de la partie pour le tout » gagne à être versée dans la catégorie de la métonymie6.

  • 7 Henry A., Métonymie et métaphore, Paris, Klincksieck, 1971, p. 18.

4Selon A. Henry, qui, dans son ouvrage Métonymie et métaphore, dit s’appuyer sur la thèse de G. Esnault portant sur les Métaphores occidentales, « à la base de la métonymie, se trouve la notion de compréhension ; à la base de la synecdoque, celle d’extension7 ». L’auteur explicite ainsi la distinction entre les deux types de trope :

  • 8 Ibid., p. 19.

La synecdoque opère un changement dans l’extension logique du mot ; elle substitue à un mot un terme d’extension différente. La métonymie opérerait un changement dans la compréhension logique d’un mot ; elle substitue à un mot un terme de compréhension différente8.

  • 9 Morier H., Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, PUF, 1998 [1961], p. 1182.

5Cette conception est aussi celle de H. Morier. Son Dictionnaire de poétique et de rhétorique fait de la synecdoque une construction essentiellement quantitative qui opère « dans un ensemble extensif […] en nommant l’un des termes d’un rapport d’inclusion pour exprimer l’autre9 », tandis que la métonymie, essentiellement qualitative, est la

  • 10 Ibid., p. 763.

[…] figure par laquelle un mot, sans changer de forme ni perdre son sens premier, acquiert, dans l’élargissement ou le rétrécissement de sa compréhension, un signifié nouveau grâce auquel il se substitue à un terme propre10.

6Certes, appliquer un mot à un plus ou moins grand nombre d’x implique, aussi, une modification de son intension, et, réciproquement, il va de soi que la métonymie modifie l’extension normale du mot. Mais la synecdoque trouve son unité dans ce qu’elle est un trope prioritairement extensionnel, et cette définition conduit à classer dans la catégorie :

  • la synecdoque de l’espèce pour le genre (« pain » pour « nourriture »)
  • la synecdoque du genre pour l’espèce (« l’arbre » pour « le chêne »)
  • la synecdoque du nombre
  • et la synecdoque d’individu, laquelle se présente sous trois formes11 :
  • l’antonomase de nom propre : « Marie a épousé un Cicéron. » Le groupe nominal « un Cicéron » conceptualise certaines propriétés d’un x identifié par un nom propre pour les appliquer à l’époux de Marie, référent-cible du trope. Avec ce type d’expression, où le nom propre est modifié (il ne se présente pas avec le déterminant zéro), on est en présence d’une antonomase (et donc d’une synecdoque) et, non, selon moi, d’une métaphore, car la morphosyntaxe indique que le nom propre dénote un référent virtuel, autrement dit qu’on passe d’une extensité absolue (celle du nom propre ordinaire) à une extensité relative. Le nom propre fonctionne comme nom de catégorie, comme un nom commun « discursif12 ». C’est d’autant moins une métaphore que la « vraie » métaphore de nom propre existe, avec déterminant zéro : « Cet orateur, c’est Cicéron ».
  • l’antonomase de nom commun : « le Poète », « la Ville Lumière »… Cette notion gagne à être appliquée à une description définie qui se substitue à un nom propre et qui fonctionne elle-même comme un second nom propre. Paris peut être désignée par toutes sortes de descriptions (« la capitale de la France », « ma ville préférée », etc.) mais une description définie telle que « la Ville Lumière » obéit à la paraphrase dénominative « être appelé » : Paris est appelée « la Ville Lumière ». Cette caractéristique signifie que « la Ville Lumière » est une expression figée – une sorte de citation faisant allusion à ses énonciations antérieures13 – attribuée à un x en particulier par une convention dénominative. Ainsi, à la différence de « la capitale de la France », qui réfère pourtant toujours au même individu sans être un nom propre, « la Ville Lumière » est un type particulier de nom propre, une antonomase de nom commun.
  • le trope d’excellence : « Beethoven, c’est LE musicien ». La tradition rhétorique valorise souvent à travers l’antonomase la description définie fondée sur le trope d’excellence (« le Poète », « l’Orateur »), mais les deux types d’expression doivent être clairement distingués. Le trope d’excellence n’est pas toujours une antonomase : on peut indiquer à quelqu’un qu’il doit aller voir « LE film de l’année » sans que cette expression constitue une citation de ce que les gens disent à propos du film et sans qu’elle doive être considérée comme une sorte de surnom du film.
  • 14 Ce dernier terme n’apparaît pas dans la description du trope que j’ai proposée dans mon Initiation (...)

7Cette redéfinition de la synecdoque appelle une précision : la synecdoque joue prioritairement sur l’extension et/ou sur l’extensité14. L’antonomase de nom commun, en effet, modifie la nature de l’extensité de l’expression, elle réinterprète l’extensité relative (extensive) de la description définie en une extensité absolue, l’unicité de l’x désigné étant comme renforcée – voire exemplifiée – par l’unicité d’une dénomination dont la forme figée acquiert le statut de nom propre attribué à cet x. La synecdoque du nombre joue également uniquement sur l’extensité portée par le déterminant : ce n’est pas l’extension de « vague » qui est affectée à travers l’emploi du singulier (« la vague ») pour le pluriel (« les vagues »), mais la catégorie du nombre – ce qui ne veut pas dire, bien évidemment, que l’interprétation du trope se limite à ce jeu quantitatif, et que quelque chose de qualitatif ne soit pas dit à propos du paysage décrit. Ajoutons enfin que l’antonomase de nom propre joue à la fois sur l’extensité et sur l’extension, puisqu’elle construit une extension virtuelle à partir de l’extensité absolue du nom propre. La catégorie de la synecdoque comprend donc, à côté de tropes lexicaux (la synecdoque de l’espèce pour le genre et celle du genre pour l’espèce) des tropes grammaticaux (l’antonomase de nom commun et la synecdoque du nombre), l’antonomase de nom propre relevant des deux sous-catégories.

La synecdoque du genre pour l’espèce : propositions pour une redéfinition

8P. Fontanier présente ainsi la synecdoque du genre dans Les Figures du discours :

  • 15 Fontanier P., Les Figures du discours, op. cit., p. 92. Je choisis de partir des Figures du discou (...)

C’est le nom du genre pour celui de l’espèce : on sait que l’espèce est subordonnée au genre, est comprise dans l’extension du genre, et que le genre est une sorte de tout abstrait ou métaphysique dont l’espèce n’est qu’une partie. […]
Toutes les différentes espèces d’animaux à quatre pieds forment un genre appelé quadrupède, et c’est par ce nom que La Fontaine désigne le lion :
Le quadrupède écume, et son œil étincelle.
C’est ainsi que, dans le même poëte, on trouve l’insecte, pour le moucheron, espèce d’insecte ; le poisson pour le carpillon, espèce de poisson ; l’oiseau pour le héron, espèce d’oiseau ; l’arbre pour le chêne, espèce d’arbre ; l’arbuste pour le roseau, espèce d’arbuste ; etc. :
L’arbre tient bon, le roseau plie …
Votre compassion, lui répondit l’arbuste15

9Ainsi présentée, la synecdoque du genre pour l’espèce semble constituer, de toutes les synecdoques, le type le plus fragile ou le plus incertain. M. Le Guern, après avoir rejeté la synecdoque de l’espèce, indique que les exemples de synecdoque du genre proposés par Fontanier

  • 16 Le Guern M., Sémantique de la métaphore et de la métonymie, op. cit., p. 33.

[…] peuvent s’analyser comme des abstractions, c’est-à-dire comme l’abandon de sèmes par l’emploi de termes d’une plus grande extension : ce ne sont pas des tropes, mais des faits qui relèvent d’un fonctionnement normal de la dénomination. Certes, les déterminations apportées par le contexte réduisent l’extension des termes employés ; mais il s’agit du croisement normal entre un choix paradigmatique de signification et une relation de référence établie sur l’axe syntagmatique16.

10La position de M. Prandi, d’accord sur ce point avec M. Le Guern, est aussi que

  • 17 Prandi M., Grammaire philosophique des tropes. Mise en forme linguistique et interprétation discur (...)

[…] le choix d’un hyperonyme pour l’introduction ou pour la reprise d’un référent donné – bête pour cygne par exemple – ne reçoit en principe aucune valeur de synecdoque17.

  • 18 Meyer B., Synecdoques. Étude d’une figure de rhétorique, t. II, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 19.
  • 19 Ibid., p. 27-28.
  • 20 Ibid., p. 29.

11C’est encore l’analyse de B. Meyer18, qui note cependant que, quand le syntagme reçoit une interprétation générique, « il est censé référer à l’ensemble des êtres qu’il désigne virtuellement en langue », de sorte qu’une synecdoque du genre pour l’espèce devient théoriquement possible19. Ainsi, l’expression « les mortels » (l’exemple est emprunté au traité Des Tropes de Dumarsais) désigne normalement tout être soumis à la mort, mais elle peut désigner restrictivement les seuls êtres humains. Imaginons aussi, propose B. Meyer pour exemplifier le trope vivant, « les bipèdes sont insolents cette année20 ! » : l’extension virtuelle du nom « bipèdes » construite en discours – par exemple celle qui correspond aux « élèves » ou aux « étudiants » – est figuralement inférieure à l’extension du nom pris in abstracto.

12Mais peut-on maintenir l’hypothèse d’une synecdoque du genre quand c’est un x particulier qui est visé, et non une classe virtuelle ? M. Prandi concède que

  • 21 Prandi M., Grammaire philosophique des tropes. Mise en forme linguistique et interprétation discur (...)

[…] l’hypothèse d’une nature synecdochique du désignateur générique peut s’appuyer sur un seul argument : on ne peut pas imaginer le référent d’un terme générique – bête – sans imaginer une entité spécifique : un chien, ou un chat, ou une autre bête quelconque21.

  • 22 Ibid.

13Mais il indique ensuite que cet argument n’est pas valable car référer à un x à l’aide d’une expression linguistique quelconque, c’est nécessairement introduire « un degré de stylisation […] dans la perception et dans l’imagination des objets » et donc sacrifier un certain nombre de propriétés22. Toute description adossée à la généralité du concept sera-t-elle dite synecdochique ?

14Il est clair que référer à un x quelconque en utilisant un nom d’extension large n’est pas a priori synecdochique. L’utilisation en première mention d’un hyperonyme qui pourrait être remplacé par un nom d’espèce ne constitue pas un « trope » ou une « figure » :

Maître Corbeau, sur un arbre perché (« Le Corbeau et le Renard », 1, 2, v. 1)
Sur la branche d’un arbre était en sentinelle/Un vieux coq adroit et matois (« Le Coq et le Renard », 2, 15, v. 1-2)

  • 23 Kleiber G., Problèmes de sémantique. La Polysémie en questions, op. cit.

15La stylisation du décor, réduit à une esquisse, repose sur l’utilisation d’un terme de large extension (« arbre »). Aucune synecdoque dans ces énoncés, sauf à parler, éventuellement, d’une synecdoque intégrée, sur le modèle de la métonymie intégrée détectée par G. Kleiber dans les énoncés du type « Paul est bronzé23 ». Mais l’analyse en termes de synecdoque intégrée ne s’impose pas, car le chêne est bien un arbre : certains énoncés, simplement, occultent les propriétés spécifiantes ou différentielles des êtres et des choses. On notera que la fable « Le Chameau et les bâtons flottants » (4, 10) met en tension, allégoriquement, le volume de savoir que suppose l’emploi d’un hyperonyme ou d’un hyponyme :

On avait mis des gens au guet,
Qui voyant sur les eaux de loin certain objet,
Ne purent s’empêcher de dire
Que c’était un puissant navire.
Quelques moments après, l’objet devient brûlot,
Et puis nacelle, et puis ballot,
Enfin bâtons flottants sur l’onde.

J’en sais beaucoup de par le monde
A qui ceci conviendrait bien :
De loin c’est quelque chose, et de près ce n’est rien. (v. 10-19)

16Le récit dispose, à partir de l’hyperonyme « objet », plusieurs hyponymes organisés selon une gradation descendante grand vs petit, fortement déceptive. Aucune synecdoque du genre, néanmoins, dans le groupe nominal « certain objet ».

17L’emploi d’un nom de genre en seconde mention n’est pas non plus a priori synecdochique :

Notre Renard, pressé par une faim canine,
S’accommode en celui qu’au haut de la machine
L’autre seau tenait suspendu.
Voilà l’animal descendu… (11, 6, « Le Loup et le Renard », v. 15-18)

18On a là une simple anaphore nominale infidèle par mise en discours du sème générique « animal » contenu dans le sémème de « renard ».

19La description définie « l’arbre » présente au v. 28 de la fable « Le Chêne et le Roseau » (« L’arbre tient bon ; le roseau plie ») est également une anaphore nominale infidèle référant au « chêne » mentionné dans le premier vers : « Le chêne un jour dit au roseau ». Il me semble cependant que dire que « l’arbre » n’est pas une « synecdoque », comme le fait, par exemple, M. Le Guern, n’est guère satisfaisant pour le stylisticien.

20La Rhétorique générale du Groupe µ donne l’exemple suivant, extrait de Un rude Hiver de Queneau :

  • 24 Cité par le Groupe µ, Rhétorique générale, Paris, Larousse, 1970, p. 103.

Il reprit son chemin et, songeusement quant à la tête, d’un pas net quant aux pieds, il termina sans bavures son itinéraire. Des radis l’attendaient, et le chat qui miaula espérant des sardines, et Amélie qui craignait une combustion trop accentuée du fricot. Le maître de maison grignote les végétaux, caresse l’animal et répond à l’être humain qui lui demande comment sont les nouvelles aujourd’hui :
– Pas fameuses24.

  • 25 Meyer B., Synecdoques. Étude d’une figure de rhétorique, op. cit., p. 23-24.

21Le procédé, qui consiste à passer d’un nom commun d’extension étroite ou d’un nom propre à un nom commun d’extension large, est répété trois fois (« radis » / « végétaux », « chat » / « animal », « Amélie » / « être humain ») et acquiert donc une certaine visibilité. Le marquage stylistique, cependant, si l’on en croit B. Meyer qui commente cet extrait, ne viendrait pas d’un « degré de généralisation trop poussé », mais des connotations scientifiques et philosophiques des noms, et les désignateurs génériques seraient donc les supports de « figures par connotation25 ». Peut-être est-ce le cas pour « végétaux », mais ce qui produit le marquage stylistique de « l’être humain », c’est moins un phénomène d’interférence diaphasique qu’un jeu extensionnel diluant les propriétés de l’x nommé Amélie dans la catégorie des « être[s] humain[s] ».

22Le terme de « synecdoque » peut ici sanctionner à bon droit la disparité contextuelle d’une extension virtuelle trop large, et l’on peut donc voir dans l’utilisation du nom subduit « être humain » un phénomène de synecdoque du genre pour l’espèce : le trope disparaît si l’on a recours à un nom plus étoffé sémantiquement et d’extension moyenne, par exemple, « jeune fille » ou « jeune femme ».

23Précisément, une expression apparemment aussi peu marquée que « l’arbre » de La Fontaine peut, dans l’espace étroit de la fable, acquérir une significativité particulière. L’octosyllabe « L’arbre tient bon, le roseau plie » apparaît en effet comme une variante de l’incipit « Le chêne un jour dit au roseau ». Alors que les noms « chêne » et « roseau » ressortissent au même niveau lexical (le niveau subordonné), « arbre » qui se substitue à « chêne » introduit une sorte de dissymétrie dans la mesure où il relève du niveau de base. Cette variation lexicale a sans aucun doute vocation stylistique :

  • elle souligne l’antithèse qui structure l’octosyllabe
  • elle « agrandit » momentanément le chêne en en faisant le type de l’arbre, qui s’oppose à l’arbuste (la fable est un dispositif structural qui oppose, ici, le grand et le petit, le ferme et le souple, comme l’ont montré K. Canvat et C. Vandendorpe26).
  • elle prépare la disparition lexicale de tout holonyme référant au chêne dans la périphrase finale formée à partir de deux méronymes : « Celui de qui la tête au Ciel était voisine / Et dont les pieds touchaient à l’Empire des Morts ».

24Interpréter « l’arbre » comme une simple anaphore infidèle, comme un pur fait linguistique de cohésion textuelle, c’est mettre l’accent sur l’identité et la coréférence. Former l’hypothèse d’une nature tropique de « l’arbre » en voyant un jeu synecdochique dans l’extension des termes en présence, c’est faire apparaître des différences et des exemplifications à vocation « esthétique ».

25Pour qu’on puisse parler de synecdoque du genre, il faut donc que l’occultation des propriétés d’un référent par ailleurs identifié joue un rôle stylistique particulier, que semble indiquer et exploiter à des fins stylistiques l’intervalle qui sépare, par exemple, l’« arbre » du « chêne ». C’est le cas, semble-t-il, de « l’animal » dans « L’Araignée et l’Hirondelle » :

La pauvre Aragne n’ayant plus
Que la tête et les pieds, artisans superflus,
Se vit elle-même enlevée.
L’hirondelle, en passant, emporta toile, et tout,
Et l’animal pendant au bout. (10, 6, v. 21-25).

26La description définie « l’animal » renvoie à « la pauvre Aragne » tandis que « l’Hirondelle » est désignée par le terme hyponyme. Outre cette fonction de mise en contraste, la synecdoque du genre mime, en diluant les propriétés spécifiques de l’animal, son enlèvement : c’est une figure qui s’associe intimement au récit, voire à un jeu de points de vue.

27On repère le même trope dans l’extrait suivant, associé à la même thématique de l’enlèvement :

La tortue enlevée on s’étonne partout
De voir aller en cette guise
L’animal lent et sa maison,
Justement au milieu de l’un et l’autre oison. (« La Tortue et les deux Canards », 10, 2, v. 21-24).

28La corrélation stylistique établie entre « animal » et « oison » fait voir le dispositif étonnant : la tortue placée entre deux oisons dans le Ciel. Mais ici la synecdoque forme, avec l’épithète de nature « lent », qui n’est pas restrictive du point de vue référentiel, une périphrase discrètement héroï-comique : elle prépare le groupe « la reine des tortues » qui apparaît deux vers plus loin.

29Nous pouvons aussi reprendre le vers célèbre : « Le quadrupède écume, et son œil étincelle. » (« Le Lion et le Moucheron », 2, 9, v. 15) On repère sans doute des interférences diaphasiques (« quadrupède » relève du registre scientifique) mais aussi une double synecdoque : le passage au terme subduit « quadrupède » est corrélatif d’une synecdoque du nombre (« son œil ») fondée sur la grammaire. L’alexandrin présente une double aspectualisation « large » et « étroite » du lion, dans une sorte d’hypotypose locale.

30Il me semble qu’il faut exclure de la synecdoque du genre les groupes nominaux indéfinis qui font apparaître un emploi « attributif » de l’article indéfini :

La mouche et la fourmi contestaient de leur prix.
« O Jupiter ! dit la première,
Faut-il que l’amour propre aveugle les esprits
D’une si terrible manière,
Qu’un vil et rampant animal
A la fille de l’air ose se dire égal ? » (« La Mouche et la Fourmi », 4, 3, v. 1-6).

31L’article indéfini (« un vil et rampant animal ») n’a pas ici sa valeur normale d’indication de non-présomption d’identification par l’interlocuteur. Il renvoie à un référent parfaitement identifiable, la fourmi. La mouche désigne sa rivale par une périphrase qui fait un usage attributif (ou prédicatif) de l’indéfini (la fourmi est « un vil et rampant animal »), alors même que le groupe nominal est en position de sujet. La pragmatique de la figure n’est pas celle d’une synecdoque du genre, car domine une activité énonciative d’évaluation subjective (voir les épithètes « vil et rampant ») qui contredit l’abstraction portée par l’hyperonyme « animal ». La synecdoque du genre, elle – c’est du moins ainsi que nous proposons de redéfinir le trope - rend sensible, sur fond d’identité, un mouvement d’abstraction, de déconceptualisation, qui peut recevoir une interprétation diégétique : figuration d’un mouvement, stylisation d’un éloignement, annonce d’une transformation…

  • 27 J’emprunte la notion de « travail » à G. G. Granger, qui la définit comme « une certaine façon de (...)

32La synecdoque du genre est donc le nom d’un « travail27 » stylistique grâce auquel le texte en vient à actualiser les propriétés latentes, possiblement figurales, des hiérarchies lexicales. C’est un fait de style – j’entends par là un processus qui accomplit la mimèsis : c’est un « signe » produit qui nous oriente vers un objet. Le fait de style n’est pas nécessairement constaté par la pensée consciente, mais il est nécessairement perçu car il participe au sens discursif. Évidemment, on peut s’interroger sur la forme de ce signe et sur la nature du sens qu’il véhicule. Sa forme, ici, est essentiellement relationnelle : c’est la mise en rapport d’un nom de genre et du nom d’espèce rendue sensible par la dynamique du style. La nature du sens tropique est plus difficile à cerner : elle n’est conceptuelle qu’après-coup ; sans doute le fait de style propose-t-il comme un accès direct à ce qui est par ailleurs dit sur le mode conceptuel : un accès indexical ou déictique qui côtoie autrement l’extralinguistique que ne le fait la combinaison discontinue des mots dans le discours ?

Notes

1 Fontanier P., Les Figures du discours, Paris, Flammarion, 1977 [1821-1830], p. 92.

2 Le Guern M., Sémantique de la métaphore et de la métonymie, Paris, Larousse, 1973, p. 29-38.

3 Prandi M., Grammaire philosophique des tropes. Mise en forme linguistique et interprétation discursive des conflits conceptuels, Paris, Éditions de Minuit, 1992, p. 14.

4 Martin R., Pour une Logique du sens, Paris, PUF, 1992 [1983], p. 79.

5 L’expression est empruntée à M. Prandi (Grammaire philosophique des tropes. Mise en forme linguistique et interprétation discursive des conflits conceptuels, op. cit.)

6 La relation de la partie au tout est, selon M. Prandi, « asymétrique quant à son rendement tropique » (Prandi M., ibid., p. 14) : l’expression de la partie pour le tout produit un trope, mais l’identification d’une expression tropique exprimant le tout pour la partie est plus problématique.

7 Henry A., Métonymie et métaphore, Paris, Klincksieck, 1971, p. 18.

8 Ibid., p. 19.

9 Morier H., Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, PUF, 1998 [1961], p. 1182.

10 Ibid., p. 763.

11 Je me permets de renvoyer à la thèse que j’ai soutenue à Paris IV en 2010 : La Part réelle du langage. Essai sur le nom propre et sur l’antonomase de nom commun, p. 239-252 (ouvrage à paraître chez Champion, coll. « Bibliothèque de Grammaire et de Linguistique »).

12 Kleiber G., Problèmes de sémantique. La Polysémie en questions, Villeneuve d’Ascq, PU du Septentrion, 1999, p. 32.

13 L’antonomase de nom commun, de ce point de vue, rejoint la « dénomination citative » analysée par L. Perrier (« Figures et dénominations », Semen, no 15, 2002), à qui nous empruntons l’idée qu’une séquence de ce type « fait allusion à ses énonciations » antérieures.

14 Ce dernier terme n’apparaît pas dans la description du trope que j’ai proposée dans mon Initiation à la stylistique, Paris, Hachette, 2001, p. 50-52.

15 Fontanier P., Les Figures du discours, op. cit., p. 92. Je choisis de partir des Figures du discours pour redéfinir la synecdoque du genre car il me semble que, si le discours théorique de Fontanier ne permet pas d’établir fermement le trope, les exemples proposés mettent sur la voie d’un type particulier de désignation qu’on peut qualifier de synecdochique. Il faut remarquer, en particulier, que les expressions « le quadrupède », « l’insecte », « l’arbre », etc. sont des descriptions définies, et qu’elles se différencient, par exemple, de certains des énoncés par lesquels B. Lamy illustre la synecdoque et qui font apparaître des descriptions indéfinies : « Voilà un bel oiseau » en parlant d’un rossignol, « Voilà un bel arbre » en parlant d’un chêne (Lamy B., La Rhétorique ou l’Art de parler, Noille-clauzade C. [éd.], Paris, Champion, [1715 ; 1675] 1998, p. 198).

16 Le Guern M., Sémantique de la métaphore et de la métonymie, op. cit., p. 33.

17 Prandi M., Grammaire philosophique des tropes. Mise en forme linguistique et interprétation discursive des conflits conceptuels, op. cit., p. 16.

18 Meyer B., Synecdoques. Étude d’une figure de rhétorique, t. II, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 19.

19 Ibid., p. 27-28.

20 Ibid., p. 29.

21 Prandi M., Grammaire philosophique des tropes. Mise en forme linguistique et interprétation discursive des conflits conceptuels, op. cit., p. 16.

22 Ibid.

23 Kleiber G., Problèmes de sémantique. La Polysémie en questions, op. cit.

24 Cité par le Groupe µ, Rhétorique générale, Paris, Larousse, 1970, p. 103.

25 Meyer B., Synecdoques. Étude d’une figure de rhétorique, op. cit., p. 23-24.

26 Kanvat K., Vandendorpe C., « La fable comme genre. Essai de construction sémiotique », Pratiques, no 91, septembre 1996.

27 J’emprunte la notion de « travail » à G. G. Granger, qui la définit comme « une certaine façon de mettre en rapport, en les suscitant, une forme et un contenu » (Essai d’une philosophie du style, Paris, Odile Jacob, 1988, [1968], p. 5).

Auteur

Maître de conférences en linguistique et stylistique françaises à l’École Normale Supérieure de Lyon. Ses travaux actuels portent sur le nom propre, sur la pensée de l’individu dans la langue, ainsi que sur les processus d’individuation et d’individualisation du style. Il prépare la publication de sa thèse, La Part réelle du langage, un essai sur le système du nom propre et sur l’antonomase de nom commun.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540