Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Deuxième partie. Le duc – Les rois

Une charte inédite d’Henri III roi d’Angleterre (1216-1272)

Bernard Tanguy

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Il nous est particulièrement agréable de faire hommage à notre ami Jean Kerhervé d’une charte inédite du roi d’Angleterre Henri III, que nous a aimablement communiquée le professeur Oliver J. Padel, qui l’a découverte dans les archives de Cornouailles et que nous remercions bien vivement. Du fait de son contenu et de sa formulation, nous avons cru bon de la publier, avec en regard, les lettres patentes délivrées, à la même époque, par le même Henri III au vicomte de Rohan et qui ont été éditées par dom Morice. Pour leur bonne compréhension, nous les situerons dans leur cadre historique.

  • 1 Arthur de La Borderie, « Recueil d’actes inédits des Ducs et Princes de Bretagne (xie, xiie, xiiie(...)
  • 2 Sur Richard le Maréchal, voir dom Hyacinthe Morice, Histoire de Bretagne, Paris, 1750, t. I, p. 16 (...)
  • 3 Dom Morice, Histoire de Bretagne…, op. cit., p. 162.

2Le mariage, en 1213, d’Alix, fille de Guy de Thouars, avec le prince capétien Pierre de Dreux, dit Mauclerc, en mettant fin à la domination anglaise imposée par Henri II Plantagenêt et son fils Geoffroi, fit entrer le duché dans l’orbite française. L’hommage lige qu’exigea du jeune prince Philippe Auguste le 27 janvier 1213 faisait de lui le vassal du roi de France. Si jusqu’à la mort du souverain, en 1223, sa fidélité ne se démentit pas, les choses changèrent sous ses successeurs, Louis VIII et Louis IX. Avec le comte de la Marche et le comte de Champagne, il conjura contre Louis VIII et, le 19 octobre 1226, alla jusqu’à conclure un pacte d’alliance avec le roi anglais Henri III, pacte qui prévoyait aussi le mariage du souverain avec la fille du duc, Yolande de Bretagne, et, en cas de décès de Jean, l’héritier légitime, son accession à la tête du duché. Mais la conjuration échoua et le duc dut se soumettre. En 1227, par le traité de Vendôme, il reçut même la garde des forteresses royales de Saint-James-de-Beuvron, Bellême et La Perrière, avec défense de les renforcer. Mais une nouvelle sédition le conduisit en 1228 à les rétrocéder à la monarchie. L’année suivante, il se tourna à nouveau vers le souverain anglais qu’il rencontra à Portsmouth en octobre 1229 et lui fit hommage du duché, lançant dans le même temps un défi au roi de France. La saison n’étant pas favorable, l’expédition projetée en France par Henri III fut différée jusqu’au printemps. Assigné à comparaître à Melun par le roi de France, le duc n’obéit pas à l’injonction. Le roi rassembla ses troupes, alla assiéger Bellême et s’en empara. Le 30 avril, les troupes anglaises embarquèrent à Portsmouth et prirent pied en Bretagne. Le roi débarqua, « avec le meilleur de son armée », à Saint-Malo, le 3 mai. Mauclerc lui remit toutes les places de Bretagne et tenta de gagner à lui une partie de la noblesse. En juin, Louis IX, qui faisait le siège d’Ancenis, proclama la déchéance de Mauclerc et délia de leur fidélité envers lui les seigneurs bretons1. « On met, dit dom Morice, entre les seigneurs qui entrèrent dans ce traité, André de Vitré, Raoul de Fougères, Geoffroi de Châteaubriant, Henri d’Avaugour, Gilduin de Dol, Geoffroi d’Ancenis, Richard le Maréchal2, Olivier de Coëtquen et Guyomarch de Léon3. » Les évêques de Rennes, Saint-Brieuc et Tréguier se rallièrent également au roi. Louis IX s’empara d’Ancenis, d’Oudon et de Châteauceaux, sans que l’armée anglaise stationnée à Nantes intervienne. À la fin d’octobre 1230, Henri III se rembarqua à Saint-Pol-de-Léon, ne laissant à son allié qu’une troupe de 500 chevaliers et 1 000 hommes d’armes.

  • 4 Fille d’Alain de Vitré, neveu et fils adoptif de Rolland de Dinan-Bécherel, Gervaise épousa Juhel (...)
  • 5 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Par (...)
  • 6 A. de Barthélemy, Mélanges historiques…, op. cit., p. 32.
  • 7 Paul de La Bigne Villeneuve, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes, Rennes, 1876, p. 5 (...)
  • 8 Ibid., t. I, col. 112.

3Si l’on savait par des titres du fonds de Blain (voir ci-après) que le vicomte Alain (V) de Rohan prit le parti de Mauclerc et fit allégeance au roi Henri III, parmi les rares autres seigneurs bretons à suivre son exemple, il y eut aussi Roland de Dinan, comme nous l’apprend un vidimus du 4 novembre 1262. Ce vidimus, certifié par Simon, évêque de Saint-Brieuc, Simon, abbé de Saint-Jacut et Guillaume, abbé de Boquen, reproduit les lettres patentes que donna Henri III, le 15 octobre 1230, en faveur de Roland de Dinan. Celui-ci, qui figure en 1225 avec Richard le Maréchal, époux de Gervaise de Dinan4, au nombre de ceux qui ratifièrent les privilèges accordés par le duc aux habitants de Saint-Aubin-du-Cormier5, est le fondateur de la branche des Dinan-Montafilant. Fils de Geoffroi II et frère d’Olivier III, sire de Dinan, il aurait épousé, pense A. de Barthélemy, une fille du seigneur de Goëlo6. En 1263, il mettra un terme au différend qui l’opposait à l’abbesse de Saint-Georges au sujet de Plougasnou, avec l’accord de son petit-fils et héritier, lui-même nommé Roland7. Il mourra trois ans plus tard, si on en croit le Chronicon britannicum8.

  • 9 Jacques Levron, « Catalogue des actes de Pierre de Dreux, duc de Bretagne », Mémoires de la Sociét (...)
  • 10 Dom Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 869.

4Si Roland de Dinan ne semble pas avoir été possessionné en Angleterre, Alain (V) de Rohan, lui, l’était. En juin 1230, Mauclerc s’était engagé, d’une part, au cas où les terres et les rentes qu’il percevait lui étaient enlevées, à lui donner des terres et des revenus d’un montant équivalent, tant en Bretagne qu’en Angleterre9, d’autre part, à ne pas faire de paix avec Raoul de Fougères sans son consentement10. Le roi Henri III lui donna le 12 octobre également l’assurance, par lettres patentes, de conserver ses possessions en Angleterre aussi longtemps que lui et ses héritiers lui rendraient les devoirs qu’ils devaient en acquitter (cf. ci-dessous).

  • 11 Ibid., t. I, col. 460.
  • 12 Frédéric Joüon des Longrais, Le Roman d’Aquin ou la Conqueste de la Bretaigne par le roy Charlemai (...)
  • 13 Dom Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 1006 : « extra civitatem de Lantreguer ». En 1305, par (...)

5Les deux lettres patentes délivrées à Alain (V) le 12 octobre le furent « apud Seintpabu », celles accordées à Rolland de Dinan, trois jours plus tard, « apud Sanctum Tudualum ». Ces dénominations différentes ne doivent pas donner le change : d’un côté, bien que la charte soit en latin, on a recours à une forme vernaculaire, de l’autre, à une forme latinisée. Le nom désigne dans les deux cas Tréguier. En 1086, faisant don au Mont-Saint-Michel du Mons Hyrglas, en Plestinles-Grèves, Hugues, s’intitule bien « Trigaricensis episcopus », mais se qualifie « de S. Pabu-Tual11 ». À la fin du xiie siècle, la Chanson d’Aquin dit aussi que parmi les chevaliers qui accueillirent Charlemagne à Dol, il y avait « de Saint Pabu Excomar le prodon12 ». Ce n’est qu’en 1267 que, pour la première fois, semble-t-il, est utilisée la dénomination Lantreguer13, qui s’imposera dès lors.

  • 14 J. Levron, « Catalogue des actes… », art. cit., p. 236, n° 166.
  • 15 Ibid., p. 236, n° 167.
  • 16 Jean-Loup Montigny, Essai sur les institutions du Duché de Bretagne à l’époque de Pierre Mauclerc (...)

6Henri III se trouvait encore à Tréguier le 18 octobre, puisqu’il y concède à cette date, à Prigent, fils d’Hervé, sénéchal du duc en Léon, un revenu annuel de 20 marcs, à percevoir à l’échiquier de Pâques, pour son hommage et fidèle service14. Le 26 octobre, il était à Saint-Pol-de-Léon, d’où il donnait l’ordre à Henri Bouchard de libérer les navires appartenant au duc, arrêtés à Saint-Malo en vue de son retour en Angleterre15. C’est du port de Penfoul qu’il rembarqua. Le 28 octobre, il était à Portsmouth16.

  • 17 Ibid., p. 168-169.

7L’année suivante, la situation ne tarda pas à tourner en faveur du roi de France. En mars, Raoul de Fougères lui fit hommage-lige, suivi en mai par Henri d’Avaugour et Guyomarch de Léon, puis par presque tous les nobles bretons. En juin, Louis IX réunit une forte armée, sous les ordres du connétable Amauri de Montfort. Si elle put prendre possession du château de Fougères, son arrière-garde fut attaquée par Mauclerc : « Des chariots transportant des vivres, armes et machines furent détruits et une soixantaine de chevaux enlevés17. » Louis IX marcha sur Saint-Aubin-du-Cormier, où s’était retranché Mauclerc, mais suite aux pertes subies, préféra engager des négociations. Le 4 juillet, une trêve de trois ans fut, à dater du 24 juin, conclue entre les belligérants. Mauclerc finit par faire sa soumission au roi le 4 novembre 1234. Il n’eut plus le duché qu’à bail et le transmit à son fils Jean en 1237.

Annexes

ANNEXE

Cornwall Record Office :

ARB 94/11 (numéro temporaire) Date : samedi 4 novembre 1262 ; vidimus d’un acte daté du 15 octobre 1230 (14e année du règne de Henri [III]), à « Saint Tudual ».

Type de document : vidimus d’une donation royale

Parties : roi Henri [III] = (1)

Roland de Dynan = (2)

Vidimus par Simon, évêque de Saint-Brieuc (Briocen’ ecclesia), Simon, abbé bénédictin de Saint-Jacut, et Guillaume, abbé cistercien de Boquen, de lettres patentes de (1), comme suit : (1) à (2), 100 marcs à l’échiquier de Saint-Michel 1268 ; aussi à (2) pour ses bons et loyaux services, la promesse de lui donner la valeur de 100 marcs de terres en Angleterre à la Saint-Michel 1231, pour être tenues de (1) par (2) et ses héritiers, pour les 100 marcs annuels.

« Universis presentes litteras inspecturis vel audituris, Symon divina permissione Briocen’ ecclesie minister humilis, frater Symon humilis abbas Sancti Jacuti ordinis Sancti Benedicti, et frater Guillelmus humilis abbas de Boquien Cic’ ordinis, salutem in domino noveritis nos vidisse et diligenter inspexisse litteras illustris H. Regis Anglorum non cancellatas non abolitas nec in aliqua parte sui viciatas, in hec verba :

H. Dei gratia Rex Anglorum dominus Hibernie Dux Norm’ et Aquit’ Comes And’ omnibus ad quos presentes littere pervenerint salutem : sciatis quod nos concessimus dilecto et fideli nostro Rolando de Dynan centum marcas percipiendas nomine annui census ad scaccariam nostram de termino Sancti Michaelis anno regni nostri XIIII° ; concessimus etiam eidem Rolando pro bono et fideli servicio suo quod infra festum Sancti Michaelis anno regni nostri XV° assignabimus ei centum marcatas terre in regno nostro Anglie, tenendas de nobis et heredibus nostris sibi et heredibus suis pro predicto annuo feodo centum marcas ; in cujus rei testimonium has litteras nostras patentes ei fieri fecimus ; teste me ipso apud Sanctum Tudualum XV die Octobr’ anno regni nostri XIIII°.

Datum huius transcripci die Sabbati post festum Omnium Sanctorum, Anno Domini M° Cco Lxmo secundo. »

Sceaux, endos, etc. : grand sceau [de Simon évêque ou abbé ; blanc ; ovale], représentant un clerc, « …Simonis Dei G… …operrime … » [ ?] ; 2 attaches pour d’autres sceaux. Endos [xvie siècle ?] « Rouland D. » ; chemise du xixe siècle.

12 octobre 1230 : donation faite au vicomte de Rohan18 par le roi d’Angleterre

« Henricus Dei gratia Rex Angliae, Dominus Hyberniae, Dux Normanniae & Aquitaniae, Comes And. Sciatis quod concessimus dilecto et fideli nostro Alano Vicecomiti de Rohan pro bono et fideli servitio suo ducentas Marchas percipiendas ad festum sancti Michaelis anno regni nostri quarto decimo nomine annui census ; concessimus etiam eidem, quod infra festum sancti Michaelis anno Regni nostri quinto decimo assignabimus ei ducentas Marchatas terrae in Regno nostro Angliae ubi eas assignare possimus viciniores terris suis habendas & tenendas de nobis et heredibus nostris sibi et heredibus suis pro praedicto annuo censu ducentarum Marcharum. In cujus rei testimonium has patentes litteras nostras ei fieri fecimus, teste meipso, apud Seintpabu XII die Octobris anno Regni nostri quarto decimo » (Tit. de Blein).

(Dom Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 1742, t. I, col. 871.)

12 octobre 1230 : assurance donnée au vicomte de Rohan par le roi d’Angleterre

« Henricus Dei gratia Rex Angliae, Dominus Hyberniae, Dux Normanniae et Aquitaniae, Comes And. omnibus ad quos praesentes litterae pervenerint, salutem. Sciatis quod concessimus dilecto et fideli nostro Alano Vicecomiti de Rohan et heredibus suis pro nobis & et heredibus nostris, quod si aliquando (quod absit) oriatur contentio et discordia inter nos et heredes nostros et heredem Britanniae, quicunque pro tempore fuerit Comes Britanniae, occasione illius discordiae idem Alanus & heredes sui non amittent terram suam quam habent in regno nostro Angliae, quandiu facirent nobis servitium nobis debitum de terra praedicta. In cujus rei testimonium has litteras nostras patentes fieri fecimus teste meipso apud Seintpabu XII die Octobris anno Regni nostri quarto decimo » (Tit. de Blein. Le sceau représente d’un côté un Roi avec ses habits Royaux, & de l’autre un homme à cheval tenant d’une main une épée et de l’autre un bouclier).

(Dom Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 872.)

Notes

1 Arthur de La Borderie, « Recueil d’actes inédits des Ducs et Princes de Bretagne (xie, xiie, xiiie siècles) », Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, XVII/2, 1887, p. 427.

2 Sur Richard le Maréchal, voir dom Hyacinthe Morice, Histoire de Bretagne, Paris, 1750, t. I, p. 164, et Anatole de Barthélemy, Mélanges historiques et archéologiques sur la Bretagne, Paris, 1858, fasc. 3, p. 27-28.

3 Dom Morice, Histoire de Bretagne…, op. cit., p. 162.

4 Fille d’Alain de Vitré, neveu et fils adoptif de Rolland de Dinan-Bécherel, Gervaise épousa Juhel de Mayenne, qui mourut en 1220, puis Geoffroi de Rohan qui mourut en 1221, puis Richard, grand maréchal de Normandie et comte de Pembroth, sire de Longueville. Celui-ci était décédé en 1233, comme l’indique un acte de l’abbaye de Saint-Aubin. Gervaise, quant à elle, mourut en 1237 ou 1238.

5 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 1742, 3 vol., t. I, col. 854.

6 A. de Barthélemy, Mélanges historiques…, op. cit., p. 32.

7 Paul de La Bigne Villeneuve, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes, Rennes, 1876, p. 53-55. En 1294 ce petit-fils reconnaîtra devoir à l’ost du duc « un chevalier de la terre de Poastel » (dom Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 1113).

8 Ibid., t. I, col. 112.

9 Jacques Levron, « Catalogue des actes de Pierre de Dreux, duc de Bretagne », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, XI, 1930, p. 232, n° 148.

10 Dom Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 869.

11 Ibid., t. I, col. 460.

12 Frédéric Joüon des Longrais, Le Roman d’Aquin ou la Conqueste de la Bretaigne par le roy Charlemaigne : chanson de geste du xiie siècle, Nantes, 1880, p. 5, vers 85.

13 Dom Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 1006 : « extra civitatem de Lantreguer ». En 1305, parmi les témoins d’un acte de Beauport, figure « Gyan le Corbe, seneschal de Treger e de Tutguall » (Jules Geslin de Bourgogne et A. de Barthélemy, Anciens évêchés de Bretagne, histoire et monuments, 6 vol., Paris, 18551879, t. IV, p. 218).

14 J. Levron, « Catalogue des actes… », art. cit., p. 236, n° 166.

15 Ibid., p. 236, n° 167.

16 Jean-Loup Montigny, Essai sur les institutions du Duché de Bretagne à l’époque de Pierre Mauclerc et sur la politique de ce prince (1213-1237), Paris, 1961, p. 167.

17 Ibid., p. 168-169.

18 Il s’agit d’Alain (V) de Rohan, qui décéda en 1232.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540