Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Troisième partie. Pour une histoire des représentations stylistiques

Modes de production d’effets de voix populaires dans les fictions littéraires du XXe siècle

Françoise Favart

Texte intégral

Introduction

1Depuis la rhétorique antique, il est d’usage d’établir un lien de corrélation entre des statuts sociaux et des traits, qu’ils soient moraux ou langagiers, censés les exemplifier.

2En nous limitant aux faits de langue, notre communication a pour objectif d’étudier comment les romanciers du XXe siècle créent des effets de voix populaires dans leurs fictions. Ces derniers sont analysables, d’une part, comme des stylèmes de littérarité générique – dans le sens où ils constituent des constantes de la parole populaire en fiction romanesque –, d’autre part comme porteurs de caractéristiques du style des auteurs.

3Nous rappellerons dans cet article combien il est malaisé, tant en compréhension qu’en extension, de définir le français populaire. Nous signalerons également que dans les fictions, le seul fait de transposer dans l’ordre de l’écrit des phénomènes massivement représentés à l’oral a pour effet de connoter une parlure au plan diastratique. Nous tenterons, ensuite, d’inventorier les marqueurs d’oralité populaire les plus significatifs – sur les plans phonique, morphosyntaxique et lexical – tels qu’ils forment des patrons discursifs censés typifier des personnages. Nous montrerons ce faisant que selon les marqueurs sélectionnés par les auteurs, mais aussi selon l’usage qui en est fait, il est possible de distinguer des styles d’auteur.

4En conclusion, en comparant les faisceaux de traits retenus par les auteurs aux descriptions socio-linguistiques de corpus authentiques, nous remarquerons combien ils sont révélateurs de l’imaginaire linguistique des auteurs.

Français populaire et français parlé courant

Le français populaire

  • 1 Français avancé est l’expression utilisée par H. Frei dans La grammaire des fautes, (1re édition 1 (...)
  • 2 Guiraud P., Le Français populaire, Paris, PUF, 1969 [1965].
  • 3 Gadet F. « Simple, le “français populaire” ? », LINX, no 25, 1991.

5Sans entrer dans le détail des différentes études qui ont tenté de donner une description du français populaire – parfois identifié par d’autres appellations tels que français avancé1 – il apparaît que jusqu’à P. Guiraud2, ce sociolecte est considéré comme une version simplifiée du français standard ou comme une sous-variété de langue. Il faudra attendre les travaux de F. Gadet3 pour que l’idée de simplicité soit réellement remise en question.

  • 4 Bourdieu P., « Vous avez dit « populaire » ?, Actes de recherche en sciences sociales, no 46,1983, (...)
  • 5 Nous renvoyons à ce propos aux travaux de Blanche-Benveniste, C., Approche de la langue parlée en (...)

6Pour notre part, nous tenons à souligner combien il est délicat de définir et même de circonscrire le français populaire. On remarque qu’il se caractérise essentiellement par son opposition au français standard ou à la norme et que dans une vision, peut-être davantage sociologique que purement linguistique, il est courant d’associer au populaire une idée d’exclusion de la norme sociale et/ou linguistique. P. Bourdieu parlait à ce propos d’exclusion par rapport à la « langue légitime4 ». Nous savons par ailleurs que tout locuteur a l’habitude d’émettre des jugements de valeur sur les productions langagières – probablement davantage pour les formes de langue orale que pour celles de l’écrit –, et que ces jugements sont plus souvent dévalorisants que valorisants. Ainsi, tout fait de langue qu’un locuteur n’identifie pas comme appartenant à sa propre production langagière peut être, à tort ou à raison, perçu comme populaire. C’est notamment ce qui se produit pour des faits de langue courants à l’oral5. Aussi, ces derniers passent-ils régulièrement, dans la fiction littéraire et pas seulement, pour des phénomènes socialement marqués.

De l’oral à l’écrit

  • 6 Rouayrenc C., Recherches sur le langage populaire et argotique dans le roman français de 1914 à 19 (...)

7La production d’effets de voix populaires dans le roman – et dans d’autres formes de représentations de la langue, qu’elles soient littéraires ou non – se construit grâce à un faisceau de faits de langue de nature différente (phonique, morphosyntaxique et lexical). Elle passe en outre par l’accumulation de différents phénomènes, tels qu’ils sont perçus ou identifiés par les auteurs et par les lecteurs comme socialement connotés. Dans de nombreux cas – surtout à partir des années 1980 –, le marquage socio-culturel par la langue provient également du seul fait de transposer dans l’ordre du scriptural des opérateurs de mimésis d’oralité. Ce mécanisme est plus marqué encore quand le scriptural relève de la sphère littéraire. Ainsi, pour la période de l’entre-deux-guerres, C. Rouayrenc remarquait-elle que : « tout ce qui est marqué comme non littéraire est susceptible de passer pour du langage populaire6 ». Il faudrait certes définir ce que l’on entend précisément par « non littéraire », mais si nous considérons que cette expression renvoie aux tournures linguistiques qui s’écartent de la norme de l’écrit standard, nous pouvons appliquer l’observation de C. Rouayrenc à la période qui nous occupe dans cette étude.

  • 7 Blanche-Benveniste, C., Approches de la langue parlée en français, op. cit. ; Blanche-Benveniste C (...)

8Le processus sémio-linguistique de transposition de marques propres à l’oral dans l’ordre scriptural prend la forme d’un travail de stylisation au cours duquel l’écrivain, qui se positionne alors par rapport aux conventions génériques, dévoile sa connaissance ou sa méconnaissance des usages que font ses contemporains de la langue orale. Il n’est pas rare ainsi de voir apparaître des stéréotypes de langue populaire (nous pensons notamment à la négation sans ne), qui aujourd’hui sont des faits de langue communs à la plupart des locuteurs et d’observer un décalage entre la représentation littéraire et l’usage courant de la langue. Pour constater qu’on ne saurait attendre des productions littéraires un témoignage documentaire des usages de la langue orale des milieux populaires, il suffit de mettre les textes que nous avons analysés en corrélation avec des documents discursifs de leur époque. Nous nous y consacrerons dans la partie finale de notre étude en nous appuyant principalement sur les corpus que l’on doit à C. Blanche-Benveniste7.

Analyse du corpus

  • 8 Notre corpus est constitué des romans suivants : Bégaudeau F., Entre les murs, 2006 ; Berroyer J.,(...)

9Notre corpus8 couvre une période de 40 ans (1966-2006) et est constitué de romans qui mettent en scène une vision non homogène de la langue populaire. Cette non homogénéité tient notamment au fait que les personnages-locuteurs qui y sont représentés symbolisent des groupes sociaux différents. Ainsi, R. Fallet privilégie-t-il une forme de langue populaire rurale, alors que J. Vautrin et J. Berroyer représentent le populaire urbain des années 1970. Chez les trois autres auteurs de notre corpus : T. Jonquet, F. Bégaudeau et F. Guène l’attention sociolinguistique est portée principalement sur la langue des jeunes des banlieues parisiennes.

  • 9 Nous empruntons l’expression à Petitjean, dans Petitjean, A, Privat J.-M. (dir.), Les Voix du peup (...)
  • 10 Pour une analyse plus approfondie, nous renvoyons à Favart F., La Représentation de l’oralité popu (...)

10L’analyse des romans sélectionnés s’appuie sur un relevé systématique des phénomènes linguistiques qui jouent un rôle de connotateur socioculturel9 de type populaire. Dans le cadre de cette étude, nous nous bornons, pour d’évidentes raisons d’espace, à signaler les phénomènes les plus significatifs10. Nous présenterons tout d’abord les phénomènes qui sont récurrents à l’intérieur du corpus et qui se comportent comme des stylèmes de littérarité générique, pour passer ensuite aux éléments qui contribuent à créer un style d’auteur.

Stylèmes de littérarité générique

  • 11 Pour la période de l’entre-deux-guerres, nous renvoyons aux travaux de Rouayrenc C., Recherches su (...)

11Il s’agit ici de phénomènes qui, globalement, sont présents dans tout le corpus et dont certains étaient déjà caractéristiques du français populaire tel qu’il était donné à lire dans la première moitié du XXe siècle11.

Phénomènes liés à la prononciation

L’effacement du e caduc

Elle a un drôle de beau derche, Mme Chapeau ! […] l’genre à qui on f’rait bien n’un n’avantage (Vautrin, Billy-ze-Kick, p. 65)
La vie d’ma mère, chef, j’suis nickel. (Jonquet, Les orpailleurs, p. 53)
Alors, m’dame, nous c’qu’on est, ça se voit tout de suite. (Jonquet, Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, p. 62)
Et il répond quoi le p’tit ? (Guène, Kiffe kiffe demain, p. 78)

L’apocope dans le pronom sujet tu

T’as peut-être une réputation dans les ascenseurs, mais ici, c’est sylvestre. (Vautrin, Billy-ze-Kick, p. 76)
Après tout, t’en as rien à foutre, t’as personne à protéger. (Berroyer, Je suis décevant, p. 56)
Moussa, t’es nul, ça te regarde, mais du coup tu nous mets tous dans le même sac ! (Jonquet, Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, p. 57)
Après ça, t’as plus envie de leur parler. (Guène, Kiffe kiffe demain, p. 40)

La chute du r en position finale (sur le plan phonique)

Ben, je croyais trouver vot’femme et j’ai mis la main sur un être… (Vautrin, Billyze-Kick, p. 186)
C’est vous la juge qu’elle m’a parlé l’aut’meuf ? (Jonquet, Les orpailleurs, p. 327)

Le y en fonction de sujet ou d’objet

Y me ferait que des misères, alors Juliette y tolèrerait pas. (Fallet, Un idiot à Paris, p. 206)
Faites-moi pas ça, j’y mérite pas. (Idem, p. 59)
Y veut pas qu’on lui dresse une table en salle ? Y sera mieux. (Berroyer, Je suis décevant, p. 88)
La vérité, y f’sait noir, m’sieur ! (Jonquet, Les orpailleurs, p. 332)

Phénomènes d’ordre morphosyntaxique

La négation abrégée 12

  • 12 Par négation abrégée, nous entendons la négation sans ne.

Et me parle pas sous le nez, tu t’es encore lavé les crochets avec une chaussette ! (Fallet, Un idiot à Paris, p. 59)
Papa voudrait pas. Quand papa veut pas, c’est sacré. (Vautrin, Billy-ze-Kick, p. 29)
Ça sert à rien j’viendrai pas. (Bégaudeau, Entre les murs, p. 134)
Mais non, il faut pas dire ça, c’est une occasion de faire la fête tous les trois. (Guène, Du rêve pour les oufs, p. 51)
Bon, OK, il était vieux, mais quand même, on s’y attendait pas. (Guène, Kiffe, kiffe demain, p. 23)

L’interrogation avec que après morphème interrogatif

Combien qu’y faut de gouttes, pour cinq-six heures ? (Fallet, Un idiot à Paris, p. 45) Alcide ! Alcide ! C’est ta caille, ta Zulie. Où que t’es ? (Vautrin, Billy-ze-Kick, p. 80) J’ai mon bizness peinard aux Sablières, pourquoi que j’essaierai de te pourrir la vie, cousin ? (Jonquet, Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, p. 119)

Le lexique

Le lexique marqué

12Le lexique n’est pas le domaine le plus révélateur du parler populaire, il apparaît toutefois dans le roman, comme ce qu’il est convenu d’appeler un signum. C’est-à-dire une manière de signaler, de revendiquer l’appartenance à un groupe, à une classe sociale. Dans notre analyse, nous considérons comme marqués les termes qui permettent de connoter la parlure de certains personnages comme une parlure populaire.

Ah ! Tu ferais mieux de laver ta limace une fois par an. (Fallet, Un idiot à Paris, p. 155)
Je fais le tas […]. Le ruban, quoi ! (Idem, p. 138)
Il en profita pour lui sourire […] et fignoler l’équilibre du galurin. (Vautrin, Billyze-Kick, p. 31)
Dis plutôt que pour les miches de la serveuse, t’es prêt à bouffer n’importe quoi. (Berroyer, Je suis décevant, p. 15)
Ben, ceux qui zonent dans l’tromé […]. (Jonquet, Les orpailleurs, p. 323)

Style d’auteur

13Si les styles d’auteur peuvent se caractériser par des faits de langue qui ne sont pas significatifs chez tous les romanciers, c’est avant tout l’usage qui est fait des stylèmes de littérarité générique, voire le degré de fréquence des différents phénomènes (particulièrement élevé ou particulièrement faible) qui est à l’origine d’un style d’auteur. Dans ce paragraphe nous proposerons tout d’abord quelques faits de langue spécifiques aux romanciers, pour passer ensuite à une réflexion sur les paramètres d’attribution et de fréquence.

Phénomènes caractéristiques des auteurs

Phénomènes liés à la prononciation

Le relâchement de la prononciation13

  • 13 Par relâchement, nous entendons un affaiblissement de la tension articulatoire.

Ouais m’dame, l’année dernière […] on en faisait sans arrêt, des débats… (Jonquet, Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, p. 60)
Ouais, y’en a en heure de vie de classe ils ont dit vous charriez trop. Ils voudraient
je le dise au conseil de classe. (Bégaudeau, Entre les murs, p. 199)

14Dans les exemples ci-dessus, ouais se veut le reflet de la parlure des jeunes des banlieues parisiennes.

Phénomènes morphosyntaxiques

Le choix de l’auxiliaire

Je suis point fou, chef. Ça m’a passé, ces affaires-là. (Fallet, Un idiot à Paris, p. 210)

Les paradigmes verbaux

Faut que je voye le maire, c’est rapport aux allocations familiales. (Idem, p. 23)
Je vas te l’engueuler, ton Jean-Marie. (Idem, p. 25)
Vous savez pas à qui qu’elles ont été, avant qu’elles soyent à moi ? (Idem, p. 80)

L’interrogation en-ti

Et les saucisses, vous les vendez-t-y aussi ? (Idem, p. 70)
Ça va-t-y comme vous voulez ? (Idem, p. 85)

15Les trois phénomènes ci-dessus ont pratiquement disparu de notre corpus après R. Fallet. Ils sont caractéristiques du style de cet auteur, mais également représentatifs des stéréotypes du « vieux » français populaire. Cette forme de langue qui renvoie à une époque où sur le plan social et historique, le peuple existait bel et bien.

Formes sans marque désinentielle verbale14

  • 14 La dénomination est de Goudaillier J.-P., Comment tu tchatches ! Dictionnaire du français contempo (...)

Bon, le principal, c’est de l’avoir pécho ! (Jonquet, Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, p. 315)

16Ce phénomène a également été observé dans un précédent roman de T. Jonquet :

Même qu’après, le grand frère à Farid, il a voulu pécho monsieur Bouvier. (Jonquet, La vie de ma mère ! p. 10)

17Une autre caractéristique stylistique de type syntaxique propre cette fois à F. Bégaudeau est la disparition de que dans certaines constructions interrogatives, mais aussi en tant que pronom relatif ou en tant que subordonnant.

M’sieur, c’est quand on utilise le point-virgule ? (Bégaudeau, Entre les murs, p. 95)
Qu’est-ce j’ai fait ? (Idem, p. 140)
Qu’est-ce vous allez m’faire si j’rentre ? (Idem, p. 141)
Ça veut dire c’est une traduction ? (Idem, p. 167)
J’suis sûr vous êtes nul en sport. (Idem, p. 119)
Ouais, y’en a en heure de vie de classe ils ont dit vous charriez trop. (Idem, p. 199)

18La tendance à la suppression du subordonnant entre une proposition principale et une subordonnée se reflète également chez ce même auteur, dans les infinitives. On observe alors la suppression de la préposition de.

M’sieur c’est possible changer de classe ? (Idem, p. 166)
M’sieur ça vous arrive aller à la patinoire ? (Idem, p. 199)

19Toujours chez F. Bégaudeau, nous avons observé une tendance à l’évitement des subordonnées relatives qui, dans certains cas, semblent être remplacées par une construction en comme + nom.

M’sieur vous faites beaucoup de dictées comme prof ? (Idem, p. 18)
M’sieur, le Bénin ça existe comme pays ? (Idem, p. 150)

  • 15 Nous utilisons l’expression langue parlée authentique en opposition à la représentation littéraire (...)

20Nous interprétons ce mécanisme comme l’équivalent de subordonnées relatives qui auraient été respectivement : Monsieur vous êtes un prof qui fait beaucoup de dictées et Le Bénin c’est un pays qui existe ? Il est vrai que dans la langue parlée authentique15, il ne serait pas nécessaire de passer par une subordonnée relative pour obtenir l’information souhaitée. On aurait très bien pu entendre une phrase du type Monsieur vous faites beaucoup de dictées ?, mais nous aurions alors perdu un des éléments de l’énoncé (comme prof). Ainsi, sur le plan syntaxique, la subordonnée relative nous semble-t-elle le seul moyen pour en conserver toutes les parties.

21Il arrive également que l’élément de liaison entre deux propositions soit remplacé par comme quoi.

M’sieur pourquoi vous nous charriez toujours comme quoi on sait rien ? (Idem, p. 47)

22Ces phénomènes ont été observés dans le parler des jeunes des banlieues d’aujourd’hui, mais nous les considérons comme un élément caractéristique du style de F. Bégaudeau, car parmi les trois auteurs du corpus (Bégaudeau, Guène et Jonquet) qui mettent en scène des collégiens de banlieues, il est le seul à avoir recours à ce type de construction.

Attribution et usage des phénomènes

  • 16 Nous parlons de marqueurs monovalents dans le cas de phénomènes attribués par les auteurs uniqueme (...)

23Si certains phénomènes se comportent comme des stéréotypes de la fiction populaire, il n’en reste pas moins qu’ils constituent des spécificités d’un style d’auteur. De fait, nous avons observé que l’usage qui est attribué à certains faits de langue n’est pas identique dans tout le corpus. Ainsi, la négation sans ne qui se comporte comme un connotateur socioculturel de type populaire tout au long de la période analysée, présente des distinctions d’attribution et d’usage. On voit bien en effet que ce fait de langue ne joue pas, sur le plan de la représentation linguistique, le même rôle dans un roman des années 1960 (Fallet) que dans une œuvre littéraire de la fin du XXe siècle. Dans le premier cas, elle sera considérée uniquement comme un indicateur de type sociolectal et se comportera comme un marqueur monovalent16, que l’on relève exclusivement chez les locuteurs-personnages de type populaire. Dans le second cas, la négation abrégée fonctionne comme un marqueur ambivalent, au sens où elle est utilisée tant comme caractéristique diastratique que diaphasique. C’est notamment ce qui se produit dans les romans de T. Jonquet où le phénomène comporte une connotation diastratique quand le personnage qui l’utilise dispose uniquement de la forme non standard. En revanche, dans le cas du diaphasique, les personnages disposent des deux formes de négation (standard et non standard) et l’usage qui est fait de l’une ou de l’autre est le reflet d’une adaptation du registre de langue à une situation de communication spécifique (formelle vs familière). La négation sans ne est alors dépourvue de connotation sociale.

Fréquence d’utilisation

  • 17 Favart F., La Représentation de l’oralité populaire dans quelques romans du second XXe siècle, op. (...)

24Le paramètre quantitatif ne peut à lui seul caractériser le degré de significativité d’un phénomène comme représentatif d’une parlure populaire. En effet, nous avons signalé dans d’autres études17 qu’une fréquence d’utilisation particulièrement élevée ou particulièrement faible pouvait diminuer le degré de significativité d’un phénomène. Toutefois, la fréquence avec laquelle un auteur choisit d’utiliser certains faits de langue contribue certainement à en caractériser le style. Nous nous limiterons, dans le cadre de cette étude à citer quelques exemples. Nous signalons notamment une fréquence particulièrement élevée de y, tant dans des fonctions de sujet que d’objet chez R. Fallet. Cet auteur se distingue également pour la quantité de subordonnées relatives non standard présentes dans son roman :

À l’époque que je te cause. (Fallet, Un idiot à Paris, p. 37)
C’est un scandale dans la commune, la façon qu’on traite un chrétien. (Fallet, Un idiot à Paris, p. 46)

25Chez d’autres auteurs, nous pensons en particulier à J. Vautrin, le style est caractérisé par une abondance de phénomènes d’ordre phonique parmi lesquels figure la chute du e caduc. Cet usage stylistique caractérise également l’écriture de T. Jonquet, surtout dans le cas des monosyllabes (ne, le, etc.). Le style de J. Vautrin comporte en outre un nombre significatif de termes marqués sur le plan sociolectal.

Les choix graphiques

26Il nous semble que les décisions aléatoires qui amènent les auteurs à opérer des choix graphiques différents pour reproduire un même phénomène témoignent eux aussi de la présence d’un style d’auteur. Nous pensons notamment à l’usage qui est fait de l’apostrophe :

Y remet ça, c’t’animaux ! s’indigna l’innocent. (Fallet, Un idiot à Paris, p. 107) Mais c’t’ours, il a jamais voulu. (Idem, p. 143)

27On voit bien ici que l’auteur a recours à une apostrophe qui ne remplace aucun graphème. D’une part, ce signe graphique apparaît entre les consonnes c et t pour signaler la chute du phonème [є], mais il s’explique difficilement en position finale du démonstratif. Chez les autres auteurs du corpus le mécanisme est utilisé uniquement pour la forme du féminin de l’adjectif démonstratif (cette) :

À c’t’heure, Charlot Bellanger refoulait du goulot et bobinait du colon […]. (Vautrin, Billy-ze-kick, p. 115)

28Chez J. Vautrin, l’apostrophe non associée à l’effacement d’un graphème, est présente à l’intérieur de différents mots :

Même vo’t minou, il en voudrait pas. (Vautrin, Billy-ze-kick, p. 65)
Les clients ont des exigences, des « re’v’nez-y ». (Idem, p. 74)

  • 18 Rastier F., Vers une linguistique des styles. Texto ! mars 2001 [en ligne]. Disponible sur : [http (...)

29Par ailleurs, et si nous considérons le style en tant que « des usages singuliers d’un genre18 » nous pourrions ajouter que le style d’auteur se caractérise également par le degré de stéréotypie ou d’innovation par rapport à l’époque et à l’histoire de la mise en parole de la voix populaire dans le roman.

Mise en corrélation

  • 19 Blanche-Benveniste C. et alii, Le Français parlé, études grammaticales, op. cit.
  • 20 Traverso V., La Conversation familière. Analyse pragmatique des interactions, Lyon, Presses Univer (...)

30Les exemples de phénomènes mis en évidence dans l’analyse du corpus montrent que la langue populaire dans le roman est constituée, pour une part non négligeable, de phénomènes linguistiques courants dans la langue parlée authentique. Il s’agit en d’autres termes de phénomènes totalement dépourvus de connotation sociolectale. Pour conforter notre observation, nous avons mis en corrélation des phénomènes qui constituent des stylèmes de littérarité générique dans la représentation littéraire – chute du e caduc, apocope dans tu, pronom sujet il / ils prononcé [i], négation abrégée, etc. – avec des phénomènes identiques tels qu’on les observe dans le français parlé courant. Pour ce faire, nous faisons référence aux travaux de C. Blanche-Benveniste et alii19 et de V. Traverso20 qui présentent un vaste échantillon de transcriptions de français parlé dans des situations de vie quotidienne.

  • 21 Il s’agit d’étudiants, de professeurs, d’une psychologue, d’un formateur d’auto-école, d’un pompie (...)
  • 22 Blanche-Benveniste C. et alii, Le Français parlé, études grammaticales, op. cit., p. 227.

31Les transcriptions de V. Traverso proviennent d’un corpus relativement homogène où tous les intervenants, hommes ou femmes, sont présentés comme appartenant « à la classe moyenne urbaine21 ». Les transcriptions de C. Blanche-Benveniste et alii sont en revanche issues d’un corpus de onze textes qui proposent « diverses caractéristiques de locuteurs, de situations, et de sujets abordés22 ». Nous disposons dans tous les cas d’indications sur le sexe, l’âge, la profession, les études, l’origine géographique des intervenants, ainsi que sur le type de production : discussion, récit de souvenirs, interview, etc. Ces travaux nous donnent un aperçu de ce que nous considérons comme du français parlé courant puisque seuls quelques exemples, tirés du corpus de C. Blanche-Benveniste, laissent entrevoir des phénomènes que l’on associera aussi bien à la variation diatopique que diastratique. Nous pensons notamment au pronom y employé dans un usage propre à la zone franco-provençale (Fallait pas y faire, Fallet, p. 22) ou à l’interrogation avec un morphème interrogatif suivi de que.

  • 23 Blanche-Benveniste C., Approches de la langue parlée en français, op. cit., p. 38.

32La mise en corrélation du corpus littéraire avec des extraits de français parlé authentique nous permet d’observer qu’aucun des phénomènes liés à la prononciation (excepté y en fonction d’objet) ne relève, dans les transcriptions, de la variation diastratique, alors qu’ils se comportent tous comme des marqueurs d’oralité populaire dans le corpus littéraire. Sur le plan morphosyntaxique, il apparaît clairement que la négation abrégée est employée par des locuteurs aux origines sociales les plus variées. Elle figure d’ailleurs parmi ces faits de langue que C. Blanche-Benveniste définit comme « des fautes qui n’en sont plus23 ». Il suffit de tendre l’oreille pour se rendre compte que la négation sans ne est un procédé courant dans le français parlé contemporain. Une considération qui ne peut certes s’appliquer à l’interrogation avec un morphème interrogatif suivi de que (comment que, par exemple) ou à l’interrogation en -ti qui a désormais disparu de la fiction de langue populaire.

Conclusion

  • 24 Petitjean A., « Pour une stylistique des œuvres dramatiques : l’exemple des didascalies », Stylist (...)

33L’observation de notre corpus, même s’il renvoie à un nombre relativement limité de romans, nous a permis de constater que la représentation littéraire de l’oralité populaire ne peut être considérée comme une reproduction fiable du sociolecte que les auteurs veulent simuler dans les romans. L’usage massif de traits appartenant au français parlé courant renforce cette observation et confirme que tant les auteurs que les lecteurs se situent dans une dimension d’imaginaire linguistique. Pour ultime réflexion, le français populaire tel qu’il est donné à lire dans la fiction romanesque est le fruit d’une double stylisation qui se caractérise d’une part par des traits de style générique24 et qui de l’autre permet aux auteurs de se singulariser de cette généricité en témoignant de caractéristiques stylistiques propres à chacun.

Notes

1 Français avancé est l’expression utilisée par H. Frei dans La grammaire des fautes, (1re édition 1929), pour désigner « tout ce qui détonne par rapport à la langue traditionnelle : fautes, innovations, langage populaire, argot, […] » (2003 [1929], p. 34).

2 Guiraud P., Le Français populaire, Paris, PUF, 1969 [1965].

3 Gadet F. « Simple, le “français populaire” ? », LINX, no 25, 1991.

4 Bourdieu P., « Vous avez dit « populaire » ?, Actes de recherche en sciences sociales, no 46,1983, p. 99.

5 Nous renvoyons à ce propos aux travaux de Blanche-Benveniste, C., Approche de la langue parlée en français, Paris, Ophrys, 2000 [1997] ; Blanche-Benveniste C. et alii, Le Français parlé, études grammaticales, Paris, Éditions du CNRS, 2005 [1990].

6 Rouayrenc C., Recherches sur le langage populaire et argotique dans le roman français de 1914 à 1939, thèse pour le doctorat d’État ès lettres, université de Paris 3, 1988, p. 156.

7 Blanche-Benveniste, C., Approches de la langue parlée en français, op. cit. ; Blanche-Benveniste C. et alii, Le Français parlé, études grammaticales, op. cit.

8 Notre corpus est constitué des romans suivants : Bégaudeau F., Entre les murs, 2006 ; Berroyer J., Je suis décevant, 1987, Fallet R., Un idiot à Paris, 1966 ; Guène F., Kiffe kiffe demain, 2004, et Du rêve pour les oufs, 2006 ; Jonquet T., Les Orpailleurs, 1993, et Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, 2006 ; Vautrin J., Billy-ze-Kick, 1974.

9 Nous empruntons l’expression à Petitjean, dans Petitjean, A, Privat J.-M. (dir.), Les Voix du peuple et leurs fictions, Recherches Textuelles, no 7, 2007, p. 359.

10 Pour une analyse plus approfondie, nous renvoyons à Favart F., La Représentation de l’oralité populaire dans quelques romans du second XXe siècle, Lille, ANRT, 2010.

11 Pour la période de l’entre-deux-guerres, nous renvoyons aux travaux de Rouayrenc C., Recherches sur le langage populaire et argotique dans le roman français de 1914 à 1939, op. cit., 1994 ; et Meizoz J., L’Âge du roman parlant (1919-1939), Genève, Droz, 2001.

12 Par négation abrégée, nous entendons la négation sans ne.

13 Par relâchement, nous entendons un affaiblissement de la tension articulatoire.

14 La dénomination est de Goudaillier J.-P., Comment tu tchatches ! Dictionnaire du français contemporain des cités, Paris, Maisonneur & Larose, 2001 [1997], p. 29.

15 Nous utilisons l’expression langue parlée authentique en opposition à la représentation littéraire de la langue parlée telle qu’on l’observe notamment dans les écrits littéraires.

16 Nous parlons de marqueurs monovalents dans le cas de phénomènes attribués par les auteurs uniquement à des personnages connotés comme populaires.

17 Favart F., La Représentation de l’oralité populaire dans quelques romans du second XXe siècle, op. cit.

18 Rastier F., Vers une linguistique des styles. Texto ! mars 2001 [en ligne]. Disponible sur : [http://www.revue-texto.net/Inedits/Rastier/Rastier_Ling-de-style.html]. (Consulté le 2 septembre 2011.)

19 Blanche-Benveniste C. et alii, Le Français parlé, études grammaticales, op. cit.

20 Traverso V., La Conversation familière. Analyse pragmatique des interactions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1996, et 1999.

21 Il s’agit d’étudiants, de professeurs, d’une psychologue, d’un formateur d’auto-école, d’un pompier, d’un cadre technico-commercial, d’un architecte et d’une secrétaire (Traverso V., La Conversation familière. Analyse pragmatique des interactions, op. cit., p. 23).

22 Blanche-Benveniste C. et alii, Le Français parlé, études grammaticales, op. cit., p. 227.

23 Blanche-Benveniste C., Approches de la langue parlée en français, op. cit., p. 38.

24 Petitjean A., « Pour une stylistique des œuvres dramatiques : l’exemple des didascalies », Stylistiques ?, Bougault L., Wulf J. (dir.), PUR, coll. « Interférences », 2010, p. 300.

Auteur

Françoise Favart appartient à l’Università degli Studi di Trento (Italie) où elle enseigne le Fle. Ses principaux domaines de recherche sont : la représentation littéraire de la langue parlée et les effets de style, les variations linguistiques ainsi que le discours politique. Elle travaille actuellement sur les procédés stylistiques de la langue populaire représentée dans la littérature du second XXe siècle, sur les registres linguistiques dans l’énonciation des guides conférenciers et sur la rhétorique de la peur dans le discours pré-électoral.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540