Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Troisième partie. Pour une histoire des représentations stylistiques

De quelques modes de stylisation d’effets de langue jeune et de cyberécriture dans la littérature de jeunesse contemporaine

Elisa Gruppioni

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je fais référence à ma thèse inédite Voix et regards d’adolescents dans la littérature de jeunesse (...)

1Les recherches menées dans le champ de la littérature de jeunesse contemporaine de langue française dans le cadre de ma thèse1 m’ont permis de découvrir et explorer un sous-genre romanesque nouveau destiné en particulier aux lecteurs adolescents : le roman par mails.

  • 2 Les romans sélectionnés appartiennent à ce que Josée Lartet-Geffard appelle « les années 2000 et l (...)
  • 3 Depuis ma thèse, j’ai utilisé d’autres corpus romanesques (cf. § « Scénographies épistolaires d’ad (...)

2Depuis les années 20002, la parution de trois fictions dans le marché éditorial jeunesse a attiré particulièrement mon attention : De S@cha à M@cha de Rachel Hausfater-Douieb et Yaël Hassan (parue en 2001 chez Castor Poche-Flammarion dans la collection « La vie en vrai »), Connexions dangereuses de Sarah K. (parue en 2002 chez Flammarion dans la collection « Tribal »), Une bouteille dans la mer de Gaza de Valérie Zenatti (parue en 2005 chez l’École des loisirs dans la collection « Médium »)3.

  • 4 J’emploie le terme « didascalie » pour désigner les éléments du paratexte qui sont inséparables du (...)

3Écritures journalières fragmentaires à la première personne qui s’inscrivent dans la filiation des formes brèves des romans épistolaires à deux voix, tous ces textes appartiennent à la catégorie « lettres privées » et, en particulier, à celle des « lettres amicales et amoureuses ». Accompagnées de didascalies4, une série de traces datées et signées, systématiquement décrochées du texte central dans un espace bien délimité, ces fictions simulent, à travers le support papier, des interactions électroniques authentiques dans des modes et formes différents.

  • 5 J’emprunte le terme de communication médiée par ordinateur à Panckhurst (Panckhurst R., « La commu (...)
  • 6 Labarthe F., « Ce que chatter veut dire. Pratiques internautes des jeunes des classes populaires » (...)
  • 7 Je partage pleinement l’hypothèse « ludogénétique » formulée par Pierozak (Pierozak I., Le Françai (...)

4On peut envisager un lien étroit entre cette invention générique et le développement de nouveaux dispositifs communicationnels que génèrent les pratiques de la correspondance électronique en usage aujourd’hui parmi les jeunes. La communication médiée par ordinateur (CMO)5 fait désormais partie intégrante de la culture quotidienne des adolescents qui affichent une véritable « attitude technologique6 ». Le caractère ludique7 de cette technologie hybride de l’Internet représente incontestablement la raison d’être principale de la diffusion du média multimodal parmi les jeunes : messageries synchrones, forums de discussion, réseaux sociaux, jeux multiutilisateurs en réseau, etc., structurent de véritables communautés dont la langue, expression à la fois de l’identité du jeune internaute et de la cohésion du groupe, est l’enjeu principal.

Mises en scène de la parole ordinaire des adolescents dans le roman par mails

5Confrontée à la richesse des formes, à l’abondance des contenus et à la profusion des fonctions des pratiques langagières authentiques des adolescents en milieu urbain, la littérature de jeunesse qui s’adresse spécifiquement à un lectorat adolescent, quand elle cherche à les reproduire, ne peut que créer une illusion ou un effet « langue jeune ».

  • 8 La sélection d’un nombre limité de traits écrits imitant des phénomènes oraux s’est opérée sur la (...)
  • 9 Pour l’analyse exhaustive et détaillée des exemples, je renvoie à ma thèse (op. cit. no 1). Dans l (...)

6Si l’on regarde de près les trois romans par mails susmentionnés, on s’aperçoit que les auteurs stylisent des « traits d’oralité8 » récurrents pour connoter une appartenance juvénile ou signaler un investissement expressif. Parmi les faits de langue les plus remarquables9 mettant en scène la parole ordinaire des adolescents, je retiens au niveau lexical les suivants :

  • des emprunts à l’anglais10 ;
  • des troncations par apocope des noms et des adjectifs11 ;
  • des phénomènes de dérivation par suffixation, à valeur dépréciative, qui interviennent pour la formation de noms après troncation par apocope, tels que la resuffixation en « -ot12 », en « -o13 », en « -os » pour le pluriel14 et en « -if »15 ;
  • la composition [nom1 + nom2], dont nom1 est une troncation par apocope et nom2 une troncation à la fois par apocope et par aphérèse16 ;
  • des onomatopées17 ;
  • des resuffixations ludiques18 ;
  • des resuffixations argotiques19 ;
  • des resuffixations avec réduplication, liées au langage enfantin20 ;
  • des exemples de réduplication syllabique ludique21 ;
  • deux cas de réduplication de l’adjectif à valeur d’insistance22 ;
  • des créations lexicales23 ;
  • le superlatif absolu exprimé par des formes qui concurrencent « très + adj. », ou des formes exprimant une quantité qui relève de l’exagération et de l’emphase comme super24, hyper25, sacré26, à mourir27, un max28, des tonnes29, des tas30, méga31, satané32 ;
  • des intensifs adverbiaux familiers comme vachement33, rudement34, sacrément35 ;
  • des locutions verbales qui incitent à l’action comme « vas-y36 » ;
  • des locutions familières comme « style X37 » ;
  • des adjectifs de registre familier comme mortel38 ;
  • des formes adjectivales propres à l’oral, à connotation souvent négative39 ;
  • des lexèmes vulgaires et offensifs tels que merde40, con41, connerie42, cul43 ;
  • des axiologiques péjoratifs adressés au tiers (présent ou absent) concernant le manque d’intelligence44, le manque d’égard ou de respect envers autrui45 et le manque de respectabilité46 ;
  • des axiologiques péjoratifs adressés à l’allocutaire qui concernent le manque d’intelligence47 ;
  • la préférence pour des noms et syntagmes nominaux qui relèvent d’un registre familier48 ;
  • la fréquence de syntagmes adjectivaux qui appartiennent à un registre familier49 ;
  • des verbes et syntagmes verbaux appartenant à un registre familier50 ;
  • quelques exemples de verbes appartenant à un registre populaire51 ou argotique52 ;
  • le verbe foutre, le syntagme verbal aller se faire foutre, ainsi que l’adjectif foutu, sont particulièrement aimés par nos jeunes héros fictifs et les adolescents en général53 ;
  • plusieurs locutions métaphoriques particulièrement expressives et propres au parler familier, se fondant sur l’analogie et souvent sur un accrochage concret des termes abstraits54 ;
  • l’emploi généralisé du lexème truc55.

7Parmi les traits d’oralité qui ponctuent les textes en tant qu’indicateurs sociolinguistiques qui relèvent de la morphosyntaxe, je cite les suivants :

  • des cas d’omission de la particule négative ne et le maintien du forclusif56 ;
  • le détachement qui se caractérise par la dislocation du sujet ou du COD avec reprise anaphorique par le clitique57 ;
  • l’interrogation qui conserve l’ordre des mots de la phrase assertive simple à travers l’intonation58 ;
  • l’emploi fréquent du pronom interrogatif quoi59 ;
  • des structures à présentatif qui se doublent ou non de clivages60 ;
  • des tournures exclamatives qui relèvent de la simple intonation, l’ordre des mots étant celui de la phrase assertive, ou renforcées par des verbes de parole61 ;
  • des tours exclamatifs qui ont des formes spécifiques propres à l’oral62 ;

8Parmi les indicateurs sociolinguistiques qui touchent à la prononciation, j’ai observé les suivants :

  • des appuis du discours ou ponctuants, liés à une certaine expressivité du discours, car pour la prédominance de la parataxe sur l’hypotaxe, le rythme de la phrase se caractérise par la rapidité et la brièveté des séquences hachées et s’accompagne d’une riche ponctuation interne ou finale, à l’exemple de hein63, quoi64, tiens65 ;
  • la troncation de la voyelle inaccentuée [y] de « tu » devant voyelle66 ;
  • quelques cas de chute du « e » instable, signalée par l’apostrophe67 ;
  • l’omission du « il » impersonnel68 ;
  • 69 Les phrases incidentes entre parenthèses ou tirets doubles et l’usage des guillemets comme marque (...)

9Je signale, parmi les opérateurs de mimésis du mode de production de la langue parlée69, les suivants :

  • la recherche tâtonnante des mots appropriés, accompagnée d’une glose métadiscursive et soulignée ou non par des phatèmes d’appui et des points de suspension70 ;
  • des inachèvements71.

10Parmi les opérateurs de mimésis des phénomènes prosodiques et phonétiques, j’ai repéré :

  • l’emploi de lettres capitales accompagnées ou non de points d’exclamation, d’interrogation ou de suspension72 ;
  • quelques exemples de réduplication syllabique73.
  • 74 La fréquentation assidue des revues spécialisées (en particulier La Revue des Livres pour enfants,(...)

11Pour trouver des tentatives beaucoup plus réussies d’effets de parler jeune j’ai dû élargir les observations à d’autres titres74 : L’amour en chaussettes de Gudule (Éditions Thierry Magnier, coll. « Roman », 1999, 2006), Les carnets de Lily B. de Véronique M. Le Normand (Pocket jeunesse, 2000 et Éditions Thierry Magnier, coll. « Roman », 2006), La vie comme Elva de Jean-Paul Nozière (Éditions Thierry Magnier, coll. « Roman », 2005), Cité Nique-le-ciel de Guillaume Guéraud (Éditions du Rouergue, coll. « Do A Do », 1998) et Sarcelles Dakar de Insa Sané (Sarbacane, coll. « Exprim’« , 2006).

  • 75 Pour l’analyse exhaustive des faits de langue, je renvoie à ma thèse (op. cit. no 1).

12Dans ce nouveau corpus, la parole adolescente spontanée et directe attribuée à ces jeunes héros de papier est assez convaincante. En observant attentivement ces fictions, j’ai repéré certains traits attestés comme « jeunes », qui reviennent régulièrement le long des textes et qui appartiennent, plus généralement, à la culture adolescente des rues. Au-delà des traits recensés dans les romans précédents75, d’autres faits de langues particulièrement intéressants s’accumulent au fil des pages :

  • l’emploi du verlan76 ;
  • l’emploi des formes reverlanisées77 ;
  • l’usage intensif du lexème vulgaire putain dans sa forme exclamative comme appui du discours ou ponctuant78 et dans le syntagme « putain de » à valeur d’augmentatif, exprimant l’extraordinaire, le gigantesque, le considérable79 ;
  • des axiologiques péjoratifs adressés à l’allocutaire80 qui concernent le manque de respectabilité81, le manque d’égard ou de respect envers autrui82 et le manque d’intelligence83 ;
  • des axiologiques péjoratifs adressés au tiers (présent ou absent)84 qui concernent le manque de respectabilité85, le manque d’intelligence86 et le manque d’égard ou de respect envers autrui87 ;
  • l’emploi préférentiel de certains déterminants pour exprimer la quantité, tels que tonne88, hyper (hypra)-méga89, sacré90, archi91, vachement92, super93, grave94 ;
  • l’emploi de suffixes à valeur familière en « -o95 », en « -os96 » et en « -oche97 ».

Effets de cyberécriture dans le roman par mails

13Pour rendre compte des modes sémio-linguistiques de stylisation littéraire à la base de la production d’effets d’écriture électronique, la comparaison de mon corpus littéraire avec un corpus authentique de tchats et courriels d’adolescents s’est avérée nécessaire.

14Le corpus que j’ai sélectionné comprend les trois modes de communication électronique privilégiés par les jeunes - le public asynchrone (les forums de discussion) et le privé synchrone (les tchats) et asynchrone (les courriels) - représentés dans la littérature, et prévoit :

1529 conversations privées menées en temps réel, pour un total de 2092 alinéas, soit 23 heures de discussion qui se sont déroulées au cours de la période avril 2007 – octobre 2007 entre un adolescent de 17 ans messin et 30 interlocuteurs de l’agglomération messine de 16 à 23 ans ;

168 échanges électroniques privés menés en temps différé entre l’adolescent de 17 ans messin et 4 interlocuteurs, produits au cours de la période mars 2006 – août 2007 et tirés des archives de conversation MSN Hotmail, « Historique de Conversation Messenger Plus ! » ;

  • 98 Pour la description détaillée du corpus, je renvoie au tome II de ma thèse (op. cit. no 1).

17588 interventions publiques asynchrones pour 13 thèmes traités dans les groupes de discussion du forum pour adolescents à accès libre Ados Jeunes Djeun [http://www.djeun.com], produites au cours de la période octobre 2004 – décembre 2007 par 109 adolescents (109 pseudonymes recensés) de 12 à 26 ans98.

  • 99 Le texte correspond au corps du message proprement dit qui occupe le centre de l’écran. Je ne déta (...)
  • 100 J’emploie le terme de péritexte, selon la distinction opérée par G. Genette (1982), comme synonyme (...)

18L’observation des messages électroniques authentiques véhiculés par l’Internet me permet d’affirmer qu’il s’agit de textes hybrides, qui se situent à mi-chemin entre le genre épistolaire (dont ils respectent les en-têtes, les signatures, les formules d’introduction et de prise de congé) et les rituels de conversation ordinaires. Ils relèvent de la « conversation écrite ». De ce fait, l’organisation textuelle d’un message électronique se définit en termes de texte99 et de péritexte100.

Les didascalies électroniques101

  • 101 J’utiliserai désormais pour les analyses qui suivent le terme de didascalie électronique (Anis J., (...)

19Dans le roman De S@cha à M@cha de Rachel Hausfater-Douieb et Yaël Hassan, toutes les didascalies électroniques sont signalées par un encadré qui mentionne l’adresse électronique de l’expéditeur et du destinataire, ainsi que la date (qui est partiellement reproduite, car l’année n’apparaît pas). L’heure, et éventuellement le jour, insérés automatiquement et visibles à la réception du message, n’apparaissent pas. L’opérateur « intercom. fr » a été créé par l’auteur et, bien que vraisemblable, ne correspond à aucun opérateur réel. Le texte du message est systématiquement introduit par l’indication explicite de « message : », ce qui ne correspond pas aux mails authentiques qui omettent toujours cette mention. Pour ce qui concerne, en particulier, les didascalies des deux mails de « retour d’envoi à cause d’adresse inexistante » (aux pages 6 et 8), les syntagmes « Mail Delivery System » et « Mail Delivery Subsystem » n’existent pas dans la réalité, mais ils miment le syntagme authentique anglais « Delivery Status Notification (Failure) ». L’auteur s’inspire aussi du message authentique d’erreur d’envoi (« This is an automatically generated Delivery Status Notification. Delivery to the following recipients failed » suivi des adresses incorrectes) pour créer le texte du message fictionnel, mélange fantaisiste d’anglais et de français (« Message : Mail revenu en erreur. L’adresse suivante présente des erreurs fatales. Service unavailable »). Concernant le mail de la page 24, le texte du message est précédé par le syntagme « Vous n’avez pas de nouveau message » répété trois fois de suite à l’image des envois automatiques des messageries privées dans les forums publics de discussion. L’auteur mélange la correspondance synchrone et asynchrone, et crée un message très original qui s’ouvre par un texte qui relève de la messagerie et qui est inséré automatiquement par le support et continue sous la forme d’un courriel classique. Les messages des mails des pages 38 et 74 s’achèvent avec la mention de l’envoi, en pièce jointe, d’une photo sous la forme « P.J. macha.jpg » et « P.J. sacha.jpg ». Si le format de l’image « .jpg » correspond aux formats photos réels, le choix, par contre, de faire précéder le nom du fichier par l’indication, en abrégé, de pièce jointe (P. J.) est erroné. De plus, les fichiers en pièce jointe sont toujours signalés par le symbole d’un trombone qui précède le nom et apparaissent en dessous de la didascalie (jamais à la fin du message !).

20Si dans le courriel authentique le cadre méta-communicatif (inséré généralement de façon automatique) est constitué de l’indication de l’envoyeur, du destinataire, de la date et de l’objet, suivis du texte original, dans les échanges fictifs de Connexions dangereuses de Sarah K. (numérotés en haut à droite), ce sont les mentions de l’envoyeur et du destinataire qui apparaissent, seules, à gauche et à une place qui est habituellement occupée, dans la correspondance épistolaire classique, par les formules introductives de salutation. Signe d’une « stipulation d’authenticité » simplifié au maximum, et loin de la vraisemblance, ce cadre initial minimal extrêmement succinct est pourtant présent pour donner au lecteur une illusion de vérité.

  • 102 Il s’agit d’une double métonymie car on a, par glissement de la référence, une première métonymie (...)
  • 103 Il s’agit de la métonymie du lieu (la ville de Gaza) pour l’être animé, car le garçon qui est né e (...)
  • 104 À titre d’exemple je cite : « s’il te plaît… », « têtu (e)(s) », « tristesse », « mouais… », « WAN (...)
  • 105 B G : « Je tiens à t’envoyer quelque chose moi aussi. Une photo de moi. Elle a été prise l’an der (...)
  • 106 Le nom que Tal donne à son fichier (« Talgalil ») est un mot valise tronqué par apocope : Tal + ga (...)

21Dans le roman Une bouteille dans la mer de Gaza de Valérie Zenatti, les didascalies électroniques qui précèdent les 31 mails du roman sont extrêmement simplifiées et mentionnent toujours en première position l’adresse électronique de l’expéditeur et ensuite celle du destinataire, conformément aux modèles authentiques (« De : Gazaman @ free. com À : bakbouk@hotmail.com » ou « De : bakbouk@hotmail.com À : Gazaman@free.com »). L’auteur crée les adresses électroniques à l’image des adresses réelles des adolescents qui jouent avec la langue et choisissent souvent un pseudonyme pour se nommer : Tal deviendra « Bakbouk » qui signifie « bouteille102 » et Naïm sera « Gazaman103 ». Le choix des serveurs (« hotmail » et « free ») et la forme de l’adresse sont parfaitement vraisemblables, mais le problème se pose au niveau de la didascalie car les entrées sont en français : avec le format « .com » (il ne s’agit pas de « .fr » !) les entrées sont normalement signalées en anglais ! Si l’auteur cherche d’un côté à mimer les courriels réels, de l’autre il n’atteint pas complètement son but et l’illusion finale n’est que partiellement réussie. L’objet du message, qui suit immédiatement les deux autres entrées, est représenté par des lexèmes ou syntagmes qui expriment un état d’âme, un appel, un doute, un reproche, une requête, une excuse, un remerciement, un soulagement, une confirmation104. Dans deux cas seulement le garçon décide de ne pas mentionner l’objet du message (mails pages 27 et 63) et l’auteur explicite ce manque entre parenthèses (« (pas d’objet) »), en s’écartant volontairement de l’authentique qui n’aurait rien mentionné dans la didascalie (la mention peut éventuellement paraître au-dessus de la didascalie en gros). Dans un seul cas la didascalie s’enrichit d’une autre entrée qui désigne un fichier joint (« Fichier joint : Talgalil.jpg », p. 92) et, en particulier, d’une photo105. L’auteur fait suivre le nom du fichier106 par « .jpg », en imitant parfaitement le format électronique des documents photos.

Les caractéristiques claniques107

  • 107 J’emprunte le terme caractéristiques claniques à Dejond (Dejond A., La cyberl@ngue française, Tour (...)

22En comparant les caractéristiques claniques de la cyberlangue adolescente, telles qu’on peut les décrire à partir des échanges authentiques, les mails fictifs stylisés dans la littérature sont très peu représentatifs de l’abondant répertoire de créations graphico-scripturales authentiques et ne proposent que quelques traits visant à reproduire la néographie et les graphies phonétisantes.

  • 108 « S’est quoi, se cirque ? » et « Ils ont aussi éclairsi au soleil […] » p. 15, « […] et ça rétrési (...)
  • 109 « Tes parents n’ont pas voulu payé la note ? », « Je crois que je vais insisté […] » et « […] ce p (...)

23Si on observe les textes des messages, on se rend compte que si dans le premier roman il n’y a aucune trace d’écriture phonétique, dans le deuxième celle-ci se limite à quatre pages et relève essentiellement de la double homophonie de la constrictive sourde [s], qui peut avoir les deux graphies « s » et « c »108, et de la voyelle orale antérieure [e], qui possède les deux graphies du suffixe « -é » du participe passé et du suffixe « -er » de l’infinitif109.

  • 110 À l’exemple de « les bateaus » p. 17.
  • 111 À l’exemple de « Rimbaud et Verlaine, ils étaient amoureus, non ? » p. 18.
  • 112 On peut citer : « les marque de bronsage » p. 17, « j’ai des tas de trucs à te raconter à propos d (...)
  • 113 « Quand tu sera docteur, tu me réserve ton premier rendez-vous, promis ? » p. 18.
  • 114 « Les coulloirs » p. 16.
  • 115 « se trimbalaient » et « […] mais faut vraiment soufrir pour y arriver » p. 16.

24D’autres écarts par rapport à la norme écrite concernent le suffixe pluriel « -aux » des noms en « -eau »110, le suffixe des noms en « -eux »111, la marque du pluriel en « s »112, la marque de la deuxième personne de l’indicatif présent et futur113, la gémination erronée de la liquide [l]114 ou, au contraire, la simplification des géminées115.

  • 116 À l’exemple de : « […] ils avaient tous et toutes au moins quarente ans », « Dans les prochins moi (...)
  • 117 « Pour le cou, (t ou p ? Merde ! Tant pis ! J’active pas le correcteur d’orthographe) […] » p. 36.

25Dues à une simple inattention, ces fautes se glissent dans les mails inconsciemment116 ou deviennent l’objet d’un questionnement117.

  • 118 Notamment les mails aux pages 52, 66, 78, 89, 103, 104 et 127.

26Dans le troisième roman, les mails qui composent le roman sont formellement trop longs pour donner l’illusion qu’il s’agit de textes authentiques : ils ressemblent plutôt à des lettres privées, avec la présence des formules classiques d’ouverture et de clôture. Dans quelques cas seulement118, beaucoup plus courts d’un point de vue formel et omettant souvent les formules classiques d’ouverture et / ou de clôture, les écrits se rapprochent de la réalité. Mais, à l’observation attentive des messages, on s’aperçoit qu’aucune variante n’est attestée qui s’écarte de la norme orthographique et qui puisse rappeler les néographies adolescentes (réductions, squelettes consonantiques, syllabogrammes, étirements, verlan, anglicismes, pictogrammes, etc.). L’auteur reproduit une « fausse » correspondance asynchrone car il s’agit plutôt d’un compromis entre le genre épistolaire et la conversation électronique.

27Pour ce qui concerne les tchats (qui sont presque tous regroupés dans le chapitre « La paix passe par les fous », p. 135-140), il s’agit d’une stylisation d’un échange synchrone entre adolescents qui, encore une fois, est très peu vraisemblable : si chaque échange est introduit par le pseudonyme suivi des deux points, aucune mention de la date n’est faite, ni, en début de conversation, d’aucune didascalie créée automatiquement par le support électronique. De plus, si on regarde de près les alinéas, on s’aperçoit qu’aucune abréviation ou omission, générée par la pression du temps et l’économie des gestes, n’apparaît. Pas de trace non plus d’expression personnelle et d’affirmation de soi à travers les smileys, les signes de ponctuation redondante et les lettres multiples. L’échange s’apparente plus à la stylisation d’une conversation téléphonique entre deux jeunes adolescents qu’à la cyberécriture. Encore une fois on est face à des textes, qui en dehors de la présence des pseudonymes, ne sont pas très conformes aux énoncés synchrones authentiques. L’auteur prévient simplement le lecteur que les personnages vont se connecter sur un site de messagerie instantanée pour dialoguer « en direct » (p. 133), sans reproduire réellement ces types de conversations.

28Malgré le choix d’un genre fictionnel qui repose uniquement sur une correspondance électronique entre adolescents, les écrivains ne cherchent finalement pas à mimer la cyberlangue française et, quand ils le font, ils s’empressent de faire utiliser à leurs héros le correcteur d’orthographe !

29Des résultats plus intéressants se rencontrent dans d’autres fictions susceptibles d’intégrer des extraits de tchats, forums et mails. Dans ces cas, la tentative de représentation de la cyberécriture est beaucoup plus réaliste : le caractère spontané des écrits authentiques, propre au genre « mail » et aux formes discursives à mi-chemin entre l’écrit et l’oral, est stylisé à travers des traits qui reflètent la réalité scripturale des jeunes d’aujourd’hui.

30J’ai restreint mes analyses à un corpus de quatre romans, dont j’ai analysé les didascalies d’abord et ensuite les caractéristiques claniques : Quand l’amour s’en mail de Jean-Marie Defossez (Éditions Rageot, Paris, coll. « Métis », 2006), Star-crossed lovers de Mikaël Ollivier (Éditions Thierry Magnier, Paris, coll. « Roman », 2002, 2006), E-den de Mikaël Ollivier et Raymond Clarinard (Éditions Thierry Magnier, Paris, coll. « Roman », 2004, 2005) et La cité des fleurs fanées d’Eric Dejaeger (Éditions Memor, Bruxelles, coll. « Couleurs », 2005).

  • 119 « Claire + : Oui » p. 16.
  • 120 « Otan : […] Je passe beaucoup de temps à observer les gens dans le métro. L’autre jour, j’ai vu u (...)

31Dans Quand l’amour s’en mail, Jean-Marie Defossez simule à plusieurs reprises des tchats entre adolescents qui discutent en mode synchrone dans un forum de discussion personnel. Le nom du site, un forum public pour adolescents (« Entreadoetfermelaportederrièretoi.com »), est complètement inventé, comme le blog de Lionel, l’un des protagonistes (« laviedelionel chez D-Blogafond.com »). Les didascalies sont absentes. Seuls les pseudonymes suivis des deux points (Claire + :/Otan :/ D2R2 :/ Fredo45 :/ Lissette :/ Naze-GG :/) et le mot de passe de Claire (« le 18oct, date de mon anniversaire », p. 16) sont censés donner l’illusion d’une conversation électronique. Aucune donnée temporelle n’est mentionnée (ni le jour, ni l’heure). Les énoncés sont brefs, voire très brefs (un alinéa peut être occupé par un seul lexème119) et ponctués correctement120.

  • 121 À titre d’exemple : « […] j’ai passé la journée à vérifier si j’avais un message. j’ai failli deve (...)

32Dans le roman Star-crossed lovers, les seize mails qui constituent le chapitre 14 sont isolés graphiquement par un encadré qui reproduit les limites de l’écran. Les didascalies sont séparées du corps du message par un trait qui reproduit les mails authentiques. L’ordre des entrées est par contre bouleversé : le sujet se trouve en première position (l’indication « RE » produite automatiquement dans les messages de réponse simule le codage électronique réel), suivi de la date (correctement stylisée avec la mention du jour de la semaine en abrégé, du jour du mois, du mois en abrégé, de l’année et de l’heure), de l’adresse de l’expéditeur (qui se trouve généralement en première position) et de celle du destinataire. Les adresses électroniques sont vraisemblables : Clara a choisi l’opérateur « freeweb » (clara.t@freeweb.fr) et Guillaume « clubnet » (guilhome@clubnet.fr). Les deux adolescents dialoguent face à l’écran en mode différé pendant une semaine (du samedi 15 février au samedi 23 février 2002) et ils se connectent régulièrement une fois tous les jours. Les textes des messages sont ponctués correctement, sauf pour l’emploi des majuscules des courriels de Clara121. La brève correspondance se caractérise par l’absence de toute formule d’ouverture et de clôture, ainsi que de la signature des scripteurs, à l’image des écrits électroniques « jeunes ».

33Dans E-den, les deux adolescents s’échangent un mail chacun (isolé dans un encadré qui figure l’écran), car ils se donnent rendez-vous immédiatement sur un forum de discussion pour continuer leur conversation en direct. L’accès au tchat personnel dans un forum public est possible seulement à travers un pseudonyme et l’auteur n’oublie pas de le citer dans le courriel d’un internaute, Iannis (< FerryIan >), avec l’adresse complète du forum (< http// :dnt.forum-darknet/U4me/chat5267.hllv >). Les didascalies des deux courriels (séparées du corps du message par un trait) ne mentionnent que trois entrées en anglais : l’adresse du destinataire (< To : >), celle de l’expéditeur (< From : >) et le sujet (< Title : >). Dans la réponse de Iannis, où le sujet est créé d’une manière automatique par le système, « ANS- », abréviation de « answer », prend la place de l’attendu « RE » français. Aucune donnée temporelle n’est mentionnée (ni la date, ni l’heure). Les adresses, bien qu’inventées, sont vraisemblables (Yanis < Yanis@europeancola.com.eu >, Goran < go-ret@friserver.eu >). Les deux messages sont très brefs, les phrases sont souvent juxtaposées et la ponctuation est assez correcte (dans le mail de Goran on observe l’absence de majuscules). Un seul cas d’erreur orthographique concerne un oubli d’accent (« 10 rien a Péri […] » p. 53). Les messages sont précédés par une formule d’ouverture « salut + prénom » (« slt Iannis, […] » p. 53), qui se réduit aussi à la seule citation du prénom du destinataire (« Goran, […] » p. 63), et ils s’achèvent par la signature du scripteur (le prénom peut être le fruit d’une recherche graphique : « GoraN » p. 53).

34Dans La cité des fleurs fanées, les extraits de conversations en mode synchrone entre des adolescents sur la Chatroom « La CFF » occupent le chapitre sept (p. 20-24), le chapitre 12 (p. 37-39) et le chapitre trente (p. 96-99). En début de session, on ne trouve aucune mention du jour, du mois et de l’année de l’échange. Aucune adresse électronique ne figure non plus. En revanche, on a dans la première et la troisième conversation les prénoms et les pseudonymes des participants (« Les meufs du moment : Hermeline / Océane / Mélanie / Coralie ; Les kems du moment : Bert / Ishak / Octave / Sadjat / fernandenfer », p. 20 ; « Les meufs du moment : Jamila / Hermeline / Faktorye / Océane / Mélanie / Coralie ; Les kems du moment : Bert / Fausto / Octave / Sadjat », p. 96). Les tours de parole sont introduits à chaque fois par le prénom de l’internaute suivi du verbe de parole « dit » et des deux points, ce qui ne correspond absolument pas au tchat réel.

  • 122 Pour la citation des sources des exemples, j’ai choisi d’abréger de la manière suivante : SCL = St (...)

35Mais si je regarde de près les textes des messages, je m’aperçois qu’ils sont réalisés sur la base d’une oralité énonciative qui cherche à privilégier le son au détriment d’une exactitude orthographique et que les graphies se déforment, s’inventent pour s’adapter à un désir important d’expressivité. En rébus et phonétisantes, elles se caractérisent par la présence de nombreuses réductions avec compactage (« nvelle » p. 53 [ED122], « jle veu » p. 21, « ac » p. 21 et 22, « tokup » p. 21, « jté » p. 21, « jmapel » p. 21 [CFF]), de signes de ponctuation multiples (« ça marche ! ! ! ! […] je t’M ! ! ! ! ! ! ! ! » p. 107 [SCL], « Claire + : Laurent ? ? ? » p. 25 [QAM]) et d’émoticônes, les smileys (« 10 rien a Péri, je veux une meilleure note ke lui ! JJ […] » p. 53 [ED], « Tu me manques déjà. LLL » p. 107, « Jai une GRANDE nouvelle ! JJJ » p. 115 [SCL], « Otan : Slt Claire. J ? » p. 15, « Otan : Tu pourrais essayer avec un casque ou venir écouter chez moi ? J » p. 17 [QAM]).

36Elles miment le melting-script, le code hybride authentique, à l’aide de réductions graphiques concernant l’abrègement du nombre de caractères et la sélection de graphies supposées plus proches de la phonétique. À titre d’exemple, j’ai relevé la simplification des monogrammes à travers la graphie phonétisante de « ou », « oi », « u » dans « w » (« wi » p. 21, « swa » p. 21, « nwi » p. 22 [CCF]), la réduction de « qu » dans « k » (« k’herm » p. 21, « ki » p. 23 [CFF], « drogue ki plonge » p. 53 [ED], « Otan : Tu préfères kel morceau ? […] » p. 16, « D2R2 : Salut Claire +, tu as kel âge ? […] » p. 25 [QAM]), la substitution de « k » à « c » et de « z » à « s » sonore (« kozé » p. 21, « koze » p. 23 [CFF]) ou de « c » à « s » sourd (« t’kc » p. 22 [CFF]), mais aussi la substitution de « s » à « ç »/ » c » (« sa » p. 22 et 24, « se typ » p. 37 [CFF]). Des simplifications touchent la morphologie verbale (« veu » p. 21, « aten » p. 22, « ta panse » p. 22, « cé » p. 24 [CFF]), mais j’ai aussi signalé la chute des mutogrammes en finale de mot (« pa » p. 21 et 24, « salu » p. 24 et 98, « typ » p. 37 [CFF], « au licé » p. 53 [ED]), les squelettes consonantiques (« plin » p. 21, « stp » p. 21, « SVP » p. 21, « bjr » p. 21, « jms » p. 22 [CFF], « slt iannis » p. 53, « ds le coma » p. 53 [ED], « Claire + : Slt Laurent ! » p. 33 [QAM]), les syllabogrammes, où les chiffres et les lettres sont utilisés pour la valeur phonétique de leurs noms (« 1 vré crouille » p. 37 [CFF], « pour 1 dossier […] sur 1 nvelle drogue » p. 53, « m’ai-d » p. 53 [ED], « Otan : C un des meilleurs […] » p. 16, « Claire + : C’est vrai que j’M rire […] » p. 19 [QAM]), les rébus à transfert (« 1fo » p. 53, « 10 rien » p. 53, « 5U d’avance » p. 53 [ED]) et les étirements graphiques (« Ouiouiouioui ! » p. 21 [CFF]). Ces phénomènes de réduction nécessitent le maintien de certains éléments diacritiques, et notamment les accents du « e » (« jté » p. 21, « jfé rien dmal » p. 99 [CFF]), pour éviter les contresens homophoniques. En revanche, les accents non-fonctionnels sont omis (« reve » p. 22 [CFF]). Les distorsions phonogrammiques ne sont pas totales : si certains allographes disparaissent, d’autres sont maintenus (notamment les différentes graphies du « e »), afin d’éviter de trop nombreuses ambiguïtés. Cette créativité scripturale s’accompagne d’une grande hétérogénéité (un même mot peut être noté par l’association du phonétisme et de la pictographie), de l’homographie et de la variation (qui permet de transcrire une même unité lexicale par des graphies diverses).

Scénographies épistolaires d’adolescents sur la toile : vers une illusion de plus en plus réussie ?

  • 123 Je me réfère au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (France) et à la Fiera del li (...)

37La fréquentation du marché éditorial jeunesse, ainsi que des rendez-vous incontournables des professionnels de l’édition jeunesse123 me permettent d’affirmer qu’un nombre non négligeable de parutions récentes en matière de fictions pour adolescents inscrivent des extraits de mails ou tchats.

  • 124 Pour les analyses, j’ai travaillé sur la traduction française de Sabine Boulongne parue en 2010 au (...)

38Je fais référence, en particulier, aux titres suivants : Frères de sang de Mikaël Ollivier (Éditions Thierry Magnier, Paris, coll. « Roman », 2006), Tout doit disparaître de Mikaël Ollivier (Éditions Thierry Magnier, Paris, coll. « Roman », 2007), Cyan @ Volubilis d’Anne Poiré (Éditions d’un Monde à l’Autre, Rezé, 2007), BenX de Nic Balthazar (Éditions Mijade, Namur, 2008), Kmille fait son blog de Cécile Le Floch (Éditions Rageot, Paris, coll. « Romans », 2009), Pirate des Garages-Vides. Rapport de Corinne Lovera Vitali (Éditions Thierry Magnier, Paris, coll. « Roman », 2009), ZENcity de Grégoire Hervier (Éditions Au diable vauvert, 2009), Le tueur à la cravate de Marie-Aude Murail (Éditions L’école des loisirs, Paris, coll. « Médium », 2010), @2m1 de Lauren Myracle (Éditions De La Martinière, Paris, coll. « Fiction », 2010124), Je voudr@is que tu… de Frank Andriat (Éditions Grasset-Jeunesse, Paris, coll. « Lampe de poche », 2011), et Le blog de l@ belle de Mary Temple (Mango Jeunesse, 2011).

39En analysant ces fictions, on constate des différences significatives et intéressantes à signaler : si dans le roman de Corinne Lovera Vitali, un très court échange de mails est retranscrit dans la continuité de la narration en capitales (à l’image des sms), Cécile Le Floch fait précéder chaque titre de chapitre par un smiley japonais (dont elle dresse la liste avec les définitions correspondantes à la fin du roman), pour donner au lecteur les moyens de se représenter, au premier coup d’œil, l’état d’âme de la protagoniste du blog. Les quelques tchats, disséminés dans la deuxième moitié du roman, sont introduits par le pseudonyme en gras suivi des deux points et ne présentent aucun trait rappelant l’écriture phonétique.

40Frank Andriat n’utilise pas non plus la cyberécriture pour les jeunes protagonistes du Chat d’or (Salomé, Saïd, Florine, Philippe, Michaël et Coralie), qui tchattent sans pseudonyme (leur intervention est précédée de leur prénom suivi du verbe de parole « dit » et des deux points).

  • 125 Cyan décrit avec précision le style d’écriture très personnel de Volubilis : « Sa police d’écritur (...)
  • 126 Volubilis n’aime décidément pas cette habitude de Cyan : « Mais régulièrement je me fâchais par le (...)

41Dans le roman d’Anne Poiré, l’échange de mails entre Volubilis (« vol@volubilis.org ») et Cyan (« cyan@lapaix.com ») n’est pas séparé de la narration : seule l’italique permet d’isoler visuellement les messages, parfois ponctués du gras souligné et d’un corps plus grand125. Je signale, comme seul trait intéressant, l’étirement graphique des points d’interrogation (8 lignes à la page 36) et des points d’exclamation126 (« – Tu ne peux pas imaginer !!! Même pas !!!!!!!!!!!!!!!!!!! » p. 53). La répétition sur une page entière de l’adresse de Volubilis (p. 77) et la présence de trois smileys (p. 99) n’appartiennent pas à la correspondance de deux adolescents.

42Mikaël Ollivier, dans Tout doit disparaître et Frères de sang, inscrit un seul mail entre deux adolescents : dans le premier roman, il est visuellement isolé par les crochets et il n’est précédé d’aucune didascalie. Quelques néographies sont pourtant présentes : la chute des mutogrammes en finale (« souvan », « je ri », « je peu », « il t’aurai » p. 88), avec la combinaison du phonétisme (« Dé fois » p. 88), la chute du « e » instable (« Ne m’oubli pas » p. 88), la substitution de « é » à « er » dans la morphologie verbale (« Je peux pas t’oublié » p. 88), la simplification du trigramme « ait » en « é » (« s’il te plé » p. 88) et l’oubli des accents (« pensant a nous », « Grace a madame » p. 88).

43Dans le deuxième roman, le seul mail, assez long, ne présente aucune indication de néographies (sauf le syllabogramme « A + » de la formule de clôture). Séparé de la narration par le choix d’une police différente, il est précédé par une didascalie où apparaissent l’objet et les adresses électroniques de l’expéditeur et du destinataire (« cyberdenise@easysurf.fr » et « martin.l@planetcom.net »).

44Dans le roman de Nic Balthazar, quelques tchats entre adolescents sont reproduits, entre crochets et avec une police différente. On y retrouve des traits de cyberlangage, tels que : des syllabogrammes, des squelettes consonantiques avec compactage, la réduction de « qu » dans « k » avec chute des mutogrammes en finale (« < Suce mes couilles trou2bal.Jm po les viok > » p. 21) et des étirements graphiques (< « Allô ???????? » > p. 23).

45Dans le roman de Marie-Aude Murail, la stylisation d’un échange de tchats entre Ruth (« < lafilledudocteurmarch@hotmail.fr > ») et Déborah (« < devil@live.fr > ») est assez réussie : on signale la réduction de « qu » dans « k », la substitution de « s » à « ç », des syllabogrammes, la simplification, concernant la morphologie verbale, du trigramme « ait » en « é » (« ~ Ruth ~ dit : putain ce dimanche sa fini pas ! ta fé koi ?/>(6) Déborah_*dit : g fé les exo de math. si tu veu savoir ki c Belhomme tape sur google » p. 66), mais aussi l’étirement graphique des lettres et de la ponctuation (« J’adoooooore !!!!!! » p. 127), des rebus à transfert (« ri129 » p. 127). Les échanges de tchats entre les deux filles se poursuivent sur Facebook (« Déborah à 20 h 42 le 20 mai gaetan é tro bogoss jle kiffa mor grave » / « Ruth à 20 h 43 le 20 mai Putl t ouf ? il é pusso mdrrrr » p. 126). D’autres exemples de tchats sont stylisés sur le blog de Lou où le pseudonyme est suivi de la date (« posté le 12 avril 2009 ») : « ça fait peur comment t’es maigre t’es anorexique ou koi ? » / « kikou, t’es trop mimi avec ton bustier kiss kiss kan c con se tape un délire à 3 ? lol » / « […] la vie est dificile a supporter kan t’as personne à ki parlé » p. 73.

  • 127 Dans Le blog de l@ belle, les interventions sont précédées par le syntagme « Laisser un commentair (...)

46Dans les romans de Mary Temple et de Grégoire Hervier, les tchats sur les blogs respectivement de Belle et de Dominique Dubois (séparés visuellement de la narration dans les deux cas par une ligne127) reproduisent plus fidèlement les caractéristiques scripturales de la cyberlangue des adolescents.

  • 128 Pour faciliter la lecture des exemples, je signale les sources de la manière suivante : BB = Le bl (...)

47On y retrouve l’acronyme « mdr » (« Mdr. Ça t’apprendra, man ! » p. 35 [BB]128, « mdr :-D » p. 66 [ZC]), « ptdr » (« PTDR : -) » p. 95 [ZC]), et « lol » (« Fais gaffe DD, c’est ce qui va t’arriver dans pas longtemps… lol » p. 71 [ZC]), des smileys sous la forme de petits visages ronds (p. 61, 94, 122, 195, 197 [BB]), de signes punctuographiques (« À mon avis, ça doit surtout servir à draguer ; -) » p. 62 [ZC], « cool ; -) », « :-X ? » p. 74 [ZC], « dzolé :/ » p. 86 [ZC]), la chute des mutogrammes en finale et du « e » instable, la simplification des trigrammes concernant la morphologie verbale, des syllabogrammes, la réduction de « qu » en « k » et différents types de réductions et compactages (« tavé pas ka penser a son dékoleté Opsédé ! » p. 33 [ZC], « Domi tu nous a pas di keski c passé après » p. 86 [ZC], « povre Domi si je peu fer koi que se soi » p. 119 [ZC]), du verlan (« C bidon ! Total fake ! Tu T fé avoir. Cet meuf existe pas ! C pas possible ! » p. 35 [BB], « Tro le délir ! Kom y cause le keum jy croi pas. Hé Belle tu va te fair pécho sérieu » p. 41 [BB], « Ratzo il es kan mèm super zarbe si sa ce trouv C une pire rakaille alor Beaumont il a bien fé ! ! ! » p. 58 [BB], « C tro chelou » p. 116 [BB]), des logogrammes (« C la mizère ! Y a plu 1 tune ! » p. 52 (BB), Kesse ten sai ? T toubib 2 la tèt ou koi ??? » p. 108 [BB], « CT 1 coup fouré !!! » p. 117 [BB], « mé di moi tan a 2 la chance ! ! » p. 26 [ZC]), des onomatopées (« Youpi, Youpi, Youpi ! Ouba, Ouba, Ouba ! Onk, Onk, Onk !! » p. 41 [ZC]), des étirements graphiques (« Nooooooooon tu peu pas fer ça !!!!!!!!!! », « sa ira alors meme si je suis un peu :’’(Allée queue la force soit avec toit Bizzzzzzzzzzz » p. 137 [ZC]).

48Le roman @2m1 de Lauren Myracle est le premier exemple de roman par tchats écrit en cyberlangue : du mardi 7 septembre à 17 h 39 au samedi 20 novembre à 10 h 35, trois adolescentes, Angela (PinkAngel), Zoé (SweetZozo) et Maddie (Crazymad) racontent leur vie, dévoilent leurs sentiments (peurs, soucis, joies, amours…) dans des interventions privées synchrones rédigées entièrement en langage phonétique, où sont représentés tous les traits remarquables de la cyberécriture des adolescents, à l’instar des tchats authentiques. L’illusion n’est pourtant pas totale : les interventions sont introduites par la seule citation du pseudonyme (dans la réalité l’heure est aussi présente en début de chaque alinéa), et chaque session débute avec la seule indication de la date et de l’heure, séparées par une virgule et au centre de la page (dans la réalité apparaît la mention « début de la session : » suivie de la date). L’écran est stylisé par un encadré et le dessin de la touche « envoi » (send) en bas de page.

Conclusion

49Si la créativité ludique des adolescents est désormais attestée dans les pratiques discursives extrascolaires du français écrit, je ne peux pas dire que le souci premier des auteurs jeunesse soit de reproduire ces pratiques.

50La démarche scripturale de ces auteurs révèle une volonté d’élaboration « contrôlée » et « fictive » de l’écriture électronique et de la parole ordinaire des jeunes, en liaison avec un souci de stylisation littéraire. Les « effets électroniques » et les « effets d’oralité » ne témoignent pas d’une réelle intention de reproduire la cyberlangue française, ni de transcrire l’oral, dans la mesure où les auteurs privilégient un nombre limité de traits et soumettent ces marques aux contraintes de la norme écrite. Les représentations, en termes de « linguistique spontanée », que les écrivains donnent à voir de l’écriture électronique sont loin d’être fidèles et il est à craindre que ces auteurs confondent les conditions d’énonciation de cette dernière avec les représentations de type sociolinguistique d’un parler « jeune ».

51Cependant, ces dernières années les publications pour adolescents qui ont fait le choix de miser sur le virtuel et l’écriture électronique se multiplient, et certaines affichent une réelle volonté de mimétisme.

Notes

1 Je fais référence à ma thèse inédite Voix et regards d’adolescents dans la littérature de jeunesse contemporaine : le cas du roman par mails, sous la direction de Monsieur le Professeur André Petitjean (université Paul Verlaine de Metz) et la co-direction de Madame le Professeur Enrica Galazzi (université catholique de Milan), soutenue le 26 juin 2009 pour l’obtention du double diplôme de doctorat en Sciences du Langage de l’université Paul Verlaine de Metz et de Dottorato in Linguistica francese de l’université de Brescia (Italie).

2 Les romans sélectionnés appartiennent à ce que Josée Lartet-Geffard appelle « les années 2000 et la troisième génération » des fictions pour adolescents. Après la première génération de livres pour adolescents qui apparaissent à partir des années 1970, de nombreux titres sont publiés entre 1980 et 1990. Cette tendance à la hausse se poursuit dans les années 2000, au cours desquelles on assiste en même temps à une modification du marché du livre pour adolescents qui tend à devenir une véritable « industrie culturelle » (Lartet-Geffard J., Le Roman pour ados. Une question d’existence, Paris, Éditions du Sorbier, coll. « La Littérature Jeunesse, pour qui ? Pour quoi ? », 2005).

3 Depuis ma thèse, j’ai utilisé d’autres corpus romanesques (cf. § « Scénographies épistolaires d’adolescents sur la toile : vers une illusion de plus en plus réussie ? ») qui s’intéressent tant au parler jeune qu’à la cyberécriture.

4 J’emploie le terme « didascalie » pour désigner les éléments du paratexte qui sont inséparables du texte, à l’instar des rubriques prédéterminées par le logiciel qui apparaissent dans l’en-tête de réception (l’adresse de l’émetteur et du destinataire, le sujet, l’heure et la date du message).

5 J’emprunte le terme de communication médiée par ordinateur à Panckhurst (Panckhurst R., « La communication médiatisée par ordinateur ou la communication médiée par ordinateur ? », Terminologies nouvelles, no 17, 1997, p. 56-58).

6 Labarthe F., « Ce que chatter veut dire. Pratiques internautes des jeunes des classes populaires », Communication & langage. Signes, objets et pratiques, no 147, 2004, p. 31-39.

7 Je partage pleinement l’hypothèse « ludogénétique » formulée par Pierozak (Pierozak I., Le Français tchaté. Une étude en trois dimensions – socio-linguistique, syntaxique et graphique – d’usages IRC, thèse de l’université Aix-Marseille I, 2003), selon laquelle le français tchaté serait le produit d’une « ludogénèse », d’un jeu qui consiste à s’entraîner à la sociabilité par le développement d’une compétence sociolinguistique.

8 La sélection d’un nombre limité de traits écrits imitant des phénomènes oraux s’est opérée sur la base d’un ensemble de phénomènes (phonétiques, morphosyntaxiques, lexicaux) propres à l’oral qui ont été recensés dans de nombreuses études linguistiques et sociolinguistiques consacrées au français parlé. Je fais référence, en particulier, aux travaux suivants : Blanche-Benveniste C., Bilger M., Rouget C. et van den Eynde K., Le Français parlé. Etudes grammaticales, Paris, CNRS Éditions, coll. « Sciences du langage », 1990 ; Blanche-Benveniste C., Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys, coll. « L’essentiel français », 2000 ; Gadet F., Le Français ordinaire, Paris, Armand Colin Éditeur, 1989 ; Gadet F., Le français populaire, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1992 ; Gadet F., La Variation sociale en français, Paris, Ophrys, coll. « L’essentiel français », 2003.

9 Pour l’analyse exhaustive et détaillée des exemples, je renvoie à ma thèse (op. cit. no 1). Dans le cadre du présent article, je me limite à citer les traits les plus représentatifs.

10 À titre d’exemples : « Sorry !!! » p. 14 (SM), « HELP ! » p. 142 (SM), « flasher » p. 157 (CD), « ça fait has been » p. 24 (CD), « les Blacks » p. 11 (CD), « et là aussi you are the best, Gazaman, c’est toi le champion du monde du secret […] » p. 62 (BG), « opter pour un happy end […] » p. 95 (BG). Pour faciliter la lecture, j’ai mis la source entre parenthèses à la fin de chaque exemple : SM = De S@cha à M@cha, CD = Connexions dangereuses, BG = Une bouteille dans la mer de Gaza.

11 Je cite : « profs » p. 15 (SM), « télé » p. 20 (SM), « photo » p. 40 (SM), « sympa » p. 63 (SM), « gym » p. 7 (CD), « comme d’hab’ », p. 103 (BG), « micros » p. 112 (BG), « psys » p. 131 (BG).

12 Par exemple, « le bachot » p. 12 (CD), « frérot » p. 30 (CD).

13 Par exemple : « macho » p. 35 (CD), « espèce de petit facho » p. 37 (CD), « la télé intello » p. 39 (CD), « Une graine de facho » p. 131 (CD), « le véto », p. 148 (CD).

14 Ainsi « fachos » p. 23 (CD), « des homos » p. 27 (CD).

15 Ainsi « les soutifs » p. 24 (CD).

16 « Oui, ce serait une sacrée invention : une biblio-discothèque. Y a bien les bibliobus ! » p. 22 (CD).

17 Par exemple : « Aïe, aïe, aïe ! […] » p. 36 (SM), « Ouf ! Terminé ! […] » p. 156 (SM), « Berk ! » p. 129 (CD), « Bof ! » p. 132 (CD), « plouf » p. 49 (CD), « clash » p. 51 (CD), « Tlink ! » p. 19 (BG), « On sort un jour de chez soi et paf ! […] » p. 38 (BG), « avec des cœurs qui font boum, boum, […] » p. 55 (BG), « bip, bip, bip – mensonge détecté ! […] » p. 71 (BG).

18 À l’exemple de « la zigounette » p. 17 (CD).

19 Ainsi : « les petits reflets rouquins » p. 15 (CD), « la pièce puait la vinasse » p. 38 (CD).

20 Ainsi « les foufounes » p. 16 (CD), « le zizi » p. 18 (CD).

21 « Tu vois que, malgré mes airs de fofolle, je sais lire entre les lignes […] » p. 27 (SM), « Merci d’être fofolle, Macha ! » p. 60 (SM), « une gentille fifille à papa dans ton genre […] » p. 52 (BG).

22 « T’ajoutes ça au tableau, alors qu’il n’est pas joli joli » p. 57 (CD), « D’une, les femmes, elles étaient pas terrible-terrible à regarder […] » p. 16 (CD).

23 « J’ai bien l’impression qu’une petite magicienne machaïenne y est pour quelque chose […] » p. 156 (SM), « Le marié-qui-n’avait-pas-eu-le-temps-de-se-marier […] » p. 11 (BG), « Efrat, ma meilleure-amie-toujours-assise-près-de-moi […] » p. 20 (BG), « ta jolie prose de fifille-à-son-papa […] » p. 27 (BG), « mademoiselle Rosée-du-Matin […] » p. 50 (BG).

24 « J’ai passé une super journée avec mes copains […] » p. 47 (SM), « on lui colle une super guide […] » p. 57 (SM).

25 « Et comme c’est un pays hyper libre […] » p. 57 (SM), « Ne me trouves-tu pas hyper intelligente ? […] » p. 115 (SM), « hyper rebattu » p. 60 (CD).

26 « j’ai besoin de faire le point, de mettre de l’ordre dans ma tête et d’y faire un sacré ménage […] » p. 99 (SM), « J’ai pris un sacré retard avec mon absence […] » p. 148 (SM), « une sacrée invention » p. 22 (CD).

27 « Chiant à mourir ! » p. 136 (CD).

28 « J’ai assuré un max, comme tu peux te l’imaginer […] » p. 156 (SM).

29 Par exemple : « ça fait un bien fou et surtout ça te permet d’évacuer des tonnes de stress et des mauvaises pensées […] » p. 141 (SM).

30 « J’ai des tas d’images qui défilent » p. 25 (CD).

31 Par exemple : « piquer une colère méga » p. 128 (CD), « un méga kif » p. 157 (CD).

32 Par exemple : « ce satané kilo » p. 154 (CD), « cette satanée salle » p. 11 (CD).

33 « Et puis, je trouve que tu as vachement d’a priori sur les gens […] » p. 38 (SM), « N’empêche, moi, ma famille et d’autres gens que je connais étions vachement heureux […] » p. 48 (BG), « c’est vachement important […] » p. 112 (BG), « il a vachement raison ! » p. 97 (CD), « c’est vachement pratique » p. 22 (CD).

34 « J’ai été rudement soulagée de lire ta réponse ce matin […] » p. 72 (SM), « ça te va rudement bien » p. 15 (CD).

35 À l’exemple de « Tu es sacrément tordue » p. 53 (CD).

36 L’expression « vas-y » étant connotée aujourd’hui comme une « expression des cités », par la fréquence élevée d’utilisation elle devient presque un appui du discours ou ponctuant. Je cite : « Juste une pour commencer. Vas-y […] » p. 48 (SM), « Alors, vas-y, raconte ! […] » p. 102 (SM), « Alors, vas-y ! Raconte ! […] » p. 125 (SM).

37 Ainsi : « on lui colle une super guide espionne style Mata Hari qui a pour consigne de ne pas le quitter d’une semelle […] » p. 57 (SM).

38 « À Berlin, changement de train et de nouveau attente, mortelle […] » p. 113 (SM).

39 À l’exemple de : « c’est rasoir » p. 53 (CD), « T’étais complètement pétée » p. 36 (CD), « Gonflée tout de même » p. 131 (CD), « C’est une pub pour un déodo. Débile. » p. 137 (CD).

40 À l’exemple de : « Mais, merde, Sacha ! […] » p. 123 (SM), « merde ! » p. 39, 50 et 51 (CD), « plus envie d’y foutre la merde » p. 131 (CD), « Merde, y a du pain sur la planche » p. 128 (CD), « cette soirée de merde ! » p. 158 (CD), « C’est vraiment ça, la vie ? Merde. […] » p. 39 (BG), « Il a dit merde, merde, merde […] » p. 48 (BG), « Tu crois qu’on rembourse aux familles des victimes le ticket ? Merde, Ouri ! […] » p. 113 (BG).

41 « Je me fiche, moi, qu’un Arabe israélien gagne un concours de chant à la con […] » p. 63 (BG), « collège à la con » p. 135 (CD), « C’est con, c’est comme ça […] » p. 38 (BG).

42 « Toute la connerie et la richesse du monde là, sur la Toile […] » p. 58 (BG), « Tu es sûre que ce n’est pas une connerie ? […] » p. 26 (BG).

43 Ainsi : « tortiller du cul » p. 21 (CD), « le cul de plus en plus moulé dans ses jeans » p. 126 (CD).

44 À l’exemple de « ce p’tit con de Francis » p. 52 (CD).

45 À l’exemple de : « ce p’tit salaud de Francis » p. 50 (CD), « c’est un salopard d’extrémiste » p. 52 (CD), « je le trouve même parfois un peu vache » p. 127 (CD), « le laideron de service ? » p. 55 (CD), « la bouseuse » p. 55 (CD), « Ces salauds de Palestiniens ! Ils le payeront cher ! […] » p. 45 (BG).

46 Ainsi : « c’était qu’il avait traité Rachid de sale bougnoule » p. 51 (CD), « cette nana est une pétasse » p. 37 (CD), « Une graine de facho flirtant avec une poufiasse » p. 131 (CD).

47 « Mais qu’est-ce que tu peux être bête, parfois ! […] » p. 64 (BG).

48 Je cite à titre d’exemple : « une vraie pipelette […] » p. 14 (SM), « Mais tu as une bonne bouille de Macha ! […] » p. 40 (SM), « tu me fiches une trouille incroyable […] » p. 76 (SM), « on se retrouve le bec sur le béton […] » p. 38 (BG), « c’est mauvais pour nos gueules […] » p. 48 (BG), « Totale mouise […] » p. 50 (BG), « avec tous ces mômes qui leur tournent autour […] » p. 56 (BG), « Des parfums, des voitures, des fringues […] » p. 58 (BG), « C’est une drôle de salade, dans ma tête […] » p. 136 (BG).

49 « Je suis sciée, tu comprends ? […] » p. 57 (SM), « Peut-être que la vérité est si moche finalement qu’il vaut mieux que tu ne saches pas […] » p. 66 (SM), « Macha, écoute, je commence à croire qu’il a vraiment fait quelque chose de très moche […] » p. 68 (SM), « C’est dingue ! Complètement dingue ! […] » p. 117 (SM).

50 « J’ai relu attentivement tes messages précédents, de peur de louper quelque chose […] » p. 27 (SM), « Non, je ne vais pas t’embêter avec ça […] » p. 34, « Car moi, tes auteurs russes ne me branchent pas vraiment […] » p. 36 (SM), « on s’éclate vraiment tous ensemble […] » p. 43 (SM), « Je pète les plombs[…] » p. 87 (BG), « Et puis ça stoppe net […] » p. 106 (BG), « c’était mal barré […] » p. 120 (BG).

51 Par exemple : « on est clamsé pour toute la vie […] » p. 38 (BG).

52 Par exemple : « on ne mate pas les filles […] » p. 38 (BG).

53 Par exemple : « ces foutus sacs à dos » p. 11 (CD), « ce foutu séjour » p. 13 (CD), « foutre la pagaille » p. 18 (CD), « il n’y a foutu les pieds » p. 38 (CD), « T’es vachement bien foutue ! » p. 66 (CD), « Qu’est-ce t’as foutu, bon sang ? » p. 95 (CD), « Ton mail m’a foutu la nausée » p. 36 (CD), « des saletés de microbes qui te foutent ton système en l’air […] » p. 10 (SM).

54 Par exemple : « jouer les grillades » p. 13 (CD), « la brochette des nanas » p. 11 (CD), « les mains baladeuses » p. 13 (CD), « tartiner d’écran total » p. 46 (CD), « elle est en cloque » p. 25 (CD), « s’est encore fait la malle » p. 50 (CD), « Sacha, tu commences sérieusement à me chauffer les oreilles ! […] » p. 125 (SM), « Pourquoi tu réagis toujours au quart de tour ? […] » p. 138 (SM).

55 « À part ça, il y a quand même un truc vrai dans ton délire […] » p. 59 (SM), « il m’a raconté plein de trucs sur lui, sa famille […] » p. 112 (SM), « j’ai des tas des trucs » p. 15 (CD), « un truc qui cloche » p. 45 et p. 106 (CD), « un truc au fond de la gorge… un truc… complètement noué » p. 132 (CD), « Personne ne peut imaginer le truc, s’il ne l’a pas vu […] » p. 35 (BG), « C’est idiot, ton truc […] » p. 64 (BG).

56 « C’est pas une fête communiste, ça ? […] » p. 62 (SM), « Si t’arrives pas, t’inquiète, je t’apprendrai […] » p. 141 (SM), « T’as pas entendu parler d’un type » p. 60 (CD).

57 « Si elles le savaient, les filles de ma classe me trouveraient ringarde […] » p. 33 (SM), « Moi, ton virus je l’ai chopé […] » p. 80 (SM).

58 « Tu crois que les Russes l’auraient laissé sortir avec un bébé, comme ça, sans rien demander ? […] » p. 72 (SM), « T’as pas entendu parler d’un type qui s’appelle Afflelou ? » p. 60 (CD).

59 « Au fait, tu ressembles à quoi ? […] » p. 35 (SM), « J’avoue que je ne sais plus quoi penser, là […] » p. 57 (SM), « Je ne sais plus trop quoi te dire, quoi te conseiller […] » p. 66 (SM), « Sacha, c’est quoi ton plan, là ? […] Ça veut dire quoi, ça ? […] » p. 123 (SM), « C’est quoi ce cirque ? » p. 15 (CD).

60 « Rachid, c’est pas parce qu’il est arabe qu’il m’énerve. Mais c’est le genre qu’il se donne » p. 35 (CD), « C’est bien Rimbaud qui a plaqué Verlaine » p. 34 (CD), « Ce serait pas pour ça que tu pleurais le samedi des Babar » p. 39 (CD), « C’est fou le vide qu’elle laisse dans ma chambre » p. 53 (CD), « C’est pas la première fois que je le remarque » p. 57 (CD).

61 « Dire que j’étais si fière la première fois ! » p. 5 (CD), « Dire qu’on aurait pu faire la grasse mat’ ! » p. 22 (CD), « Je te jure que j’ai envie de le décrocher mon brevet, puis le bachot ! » p. 12 (CD).

62 « Tu parles !!!! » p. 88 (CD), « La vache ! » p. 58 (CD), « Le pompon ! » p. 95 (CD), « bonjour l’angoisse ! » p. 87 (CD), « Décidément ! » p. 5 (CD), « Bon, trêve de bavardage ! » p. 13 (CD), « Bon Dieu, c’est pas possible de s’emmerder autant !!!! » p. 10 (CD), « Mais c’est quasiment une scène sortie tout droit d’un film d’horreur ! » p. 25 (CD).

63 « Rien à faire, hein, Macha ? […] » p. 23 (SM), « Et sans rancune, hein ? […] » p. 26 (SM), « Je t’épate, hein ? […] » p. 38 (SM), « Mais pas trop de questions à la fois, hein ? […] » p. 48 (SM), « Et après… Après, que dire ? Hein ? Comment résumer cette soirée de merde ? » p. 158 (CD).

64 « Il faut sortir, t’amuser, rencontrer du monde, t’éclater, quoi, comme tous les jeunes de ton âge […] » p. 46 (SM), « Imagine un coup de baguette magique, quoi ! » p. 58 (CD).

65 « Tiens, un autre exemple. » p. 58 (CD), « Je vais le lire moi aussi, tiens » p. 53 (CD).

66 Ainsi : « t’es de la police […] ? » p. 14 (SM), « T’es pas énervant toi, peut-être ? […] » p. 19 (SM), « T’es sérieux ? […] » p. 139 (SM), « T’aurais vu le canon ! » p. 58 (CD), « Mais t’as raison » p. 45 (CD), « T’étais complètement pétée quand tu m’as écrit ? T’avais bu ? » p. 36 (CD).

67 Ainsi : « elle m’apporterait le p’tit déj dans la chambre ? » p. 50 (CD), « moucher ce p’tit salaud de Francis » p. 50 (CD), « J’sais pas quoi faire […] » p. 56 (BG).

68 « Y a comme un truc qui cloche… » p. 45 (CD), « Y a des bruits qui courent » p. 44 (CD), « Y a quantité de fachos qui traitent les arabes » p. 23 (CD), « Y a bien les bibliobus ! » p. 22 (CD), « Y a bien eu ce type, le moniteur de planche à voile » p. 13 (CD).

69 Les phrases incidentes entre parenthèses ou tirets doubles et l’usage des guillemets comme marque de modalisation autonymique dans les cas de non-coïncidence des mots à eux-mêmes et non-coïncidence du discours à lui-même occupent une place importante dans mon analyse, mais n’ayant pas ici la place pour développer tous les cas et les exemples, je renvoie à ma thèse (op. cit. no 1).

70 « C’est pas facile à dire. C’est… Bon, je me jette à l’eau en espérant de tout cœur ne rien gâcher […] » p. 27 (SM), « Cette histoire m’a… comment te dire ? M’a vidée de toutes mes émotions, tu comprends ? […] » p. 99 (SM), « Plus, tu m’en racontes et plus… Comment te dire ? Je te trouve craquant […] » p. 109 (SM).

71 « J’ai… Mince ! Désolée, je dois arrêter là, mon frère vient de rentrer […] » p. 14 (SM), « C’est vrai que moi, je lis beaucoup de livres sur… Non, je ne vais pas t’embêter avec ça […] » p. 34 (SM), « Le seul problème, c’est que… J’ai eu beau parler assez librement avec ma mère, il reste quand même des zones d’ombre […] » p. 31 (CD), « D’ailleurs, à ce propos, j’aimerais bien savoir si tu as déjà participé à une de ces soirées dont je l’ai entendu se vanter… Parce que si c’est le cas, je... BREF. » p. 35 (CD), « Après… Non, ça ne sort pas, mon cœur bat trop vite et il ne le faut pas […] » p. 109 (BG).

72 « Tu vas IMMÉDIATEMENT aller demander à ton père ce qu’est devenue ta mère […] », p. 54 ; « Je la déteste. MACHA ! JE LA DÉTESTE ! […] » p. 132 (SM), « Or, ce que j’ai à te dire est STRICTEMENT CONFIDENTIEL. » p. 19 (CD), « HI-LA-RANT. » p. 34 (CD), « Je pige pas. Je pige pas. JE PIGE PAS ! » p. 36 (CD), « Audrey. A-U-D-R-E-Y. […] Quoi ? QUOI ? Audrey ?… J’ai bien lu Audrey ? A-U-D-R-E-Y ? » p. 54 (CD), « Et c’est un chanteur […] qui va réussir à régler LE problème du Proche-Orient ? […] » p. 64 (BG).

73 « “Hé, c’est bien toi, Bastien Augier-er-er-er ?” me dit-elle de sa voix nasillarde. Jamais entendu une voix pareille ! On dirait qu’elle est enrhumée à longueur d’année. Et cette façon de traîner sur les mots, c’est horripilant… “Virginie m’a dit que t’étais doué pour la photo et que tu cherchais des modè-è-è-è-les” » p. 131 (CD).

74 La fréquentation assidue des revues spécialisées (en particulier La Revue des Livres pour enfants, Citrouille, Argos, Griffon, Je bouquine, Enfance, Les actes de Lecture, Spirale, Inter CDI), ainsi que les impressions et les témoignages recueillis auprès des professionnels du livre (médiateurs, libraires, bibliothécaires et enseignants) et des adolescents-lecteurs, m’ont permis d’isoler cinq romans réalistes qui ont été écrits avec un souci particulier d’oralité et de mimétisme de la langue des jeunes.

75 Pour l’analyse exhaustive des faits de langue, je renvoie à ma thèse (op. cit. no 1).

76 « Heureusement, ils ont oublié la teuf de Steph […] » p. 39 (AC), « À l’école, les meufs auront ma peau tellement je suis beau […] » p. 13 (VE), « T’as du bol ! Elle est canon, cette meuf […] » p. 169 (VE), « À ce qu’il paraît, tu bouges maindeu » […] » p. 15 (SD), « Mon pote, elle a de gros einsses […] » p. 16 (SD), « Sur la tête de mes pompes, j’étais vénère […] » p. 23 (SD), « Il veut pécho deux saves de shit […] » p. 24 (SD), « Bon ! Téma le dièse […] » p. 24 (SD), « T’es ouf ou quoi ? […] » p. 25 (SD). Pour faciliter la lecture, j’ai fait suivre chaque exemple de la source citée : AC = L’amour en chaussettes ; CL = Les carnets de Lily B., VE = La vie comme Elva, CN = Cité Nique-le-ciel ; SD = Sarcelles Dakar.

77 « On allait arriver à Marché Malik quand on s’est fait encercler par un groupe de rebeus […] » p. 81 (SD), « Quelques rebeaus nous mataient chelou, Farah regardait droit devant elle […] » p. 176 (SD), « Et si t’as moins de trente ans et que t’es un renoi ou un rebeu, tu sens qu’il peut t’arriver n’importe quoi si tu fais pas gaffe […] » p. 185 (SD).

78 « 10 h 20. Putain ! La sonnerie du téléphone […] Putain raconte ! […] » p. 15 (SD), « Je regardais le flingue de Daddy, il n’était pas chargé, mais putain, qu’est-ce qu’il était impressionnant ! […] » p. 30 (SD).

79 « Une putain de douche bien chaude […] » p. 17 (SD), « Elle avait une putain de belle gueule, un « délit de face yes », comme on dit dans notre jargon […] » p. 21 (SD), « Mon putain de palmarès le prouve […] » p. 22 (SD).

80 Je préfère garder le terme générique d’axiologiques péjoratifs, adopté par Laforest et Vincent (Laforest M. et Vincent D., « La qualification péjorative dans tous ses états », Langue française. Les insultes : approches sémantiques et pragmatiques, no 44, 2004, p. 64-65), sans entrer dans la question épineuse de la différence entre insulte, injure et vanne : « toute forme axiologiquement négative utilisée pour qualifier de façon dépréciative un individu quelconque, que cet individu soit présent ou absent […] » (p. 63). Afin de délimiter mon domaine d’analyse, j’ai tenu compte uniquement des axiologiques péjoratifs adressés (qui l’ont été ou pourraient l’être) à un individu, c’est-à-dire ceux dont le destinataire est, pourrait être ou avoir été, dans ce contexte, un allocutaire, soit un insulté potentiel. Ces axiologiques sont les plus observés dans mon corpus. J’ai exclu les cibles collectives (sauf si le recours au collectif est un moyen détourné d’atteindre l’interlocuteur) ou les cibles individuelles incarnées par des individus qui ne sont pas ou plus susceptibles d’être insultés. Je n’ai pas non plus pris en considération les formes de qualification péjorative qui relèvent du domaine de l’auto-dénigrement (adressées au locuteur lui-même, même pour dénigrer indirectement l’allocutaire), en me bornant au domaine de l’attaque (adressées à son allocutaire) et du dénigrement du tiers présent ou absent (adressées au tiers).

81 Je fais référence à la classification des formes de qualification péjorative en catégories sémantiques présentée par Laforest M. et Vincent D., op. cit. À titre d’exemple je cite : « Bouge pas négro ! Et pas un geste brusque ou je t’en colle une ! […] » p. 41 (CN), « T’es noir, t’as des gros yeux et en plus t’es laid » […] » p. 22 (SD), « Toi, l’Arabe, tu fermes ta gueule ! […] » p. 42 (CN), « OK, mais prends pas trop ton pied sur la patate… pédé […] » p. 25 (SD). Les injures construites avec (ou sans) le syntagme verbal « traiter de X », telles que traiter de négro, de bougnoule, de (sale) arabe etc. sont nombreuses. « Si le français standard distingue entre l’insulte, prétendument fondée en vérité, et l’injure, jugement injuste et faux par définition, la culture des rues, elle, ne semble pas faire la différence entre ces deux formes d’affronts verbaux et use plus couramment pour les désigner ensemble du verbe « traiter » […] » (Lepoutre D., Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Poches Odile Jacob, 1997, p. 208).

82 On peut citer, à titre d’exemple : « Sale petite peste ! […] Grosse vache vous-même, madame Faure ! […] » p. 143 (CL), « Bon, si tu te décides à y aller, fais un bon voyage, connard !… […] » p. 32 (SD).

83 À l’exemple de « T’es un crétin, Mousse ! […] » p. 26 (VE).

84 « Le dénigrement du tiers absent peut pour sa part exercer une fonction analogue à celle de certaines vannes : il manifeste et renforce la cohésion des interlocuteurs qui partagent un même jugement. Dans ces contextes à tonalité ludique, il répond à la définition « technique » du commérage, une activité conversationnelle légère qui a pour principale fonction de resserrer les liens entre les interactants […]. En contexte dysphorique, le propos malveillant confine à la diffamation, c’est-à-dire qu’il pourrait, dans certains cas, porter atteinte à la réputation d’autrui et être sanctionné par la loi […] » (Laforest M. et Vincent D., op. cit., p. 73).

85 « Il s’était bien foutu de moi, ce salaud de Letellier. Ce fumier de pédé […] » p. 84 (AC), « L’enculé, il m’avait pété la lèvre […] » p. 28 (SD), « Youba, t’as vu comment j’lui ai niqué sa mère à ce fils de pute ? […] » p. 184 (SD), « Des grands l’ont traité de « négro », parce qu’ils avaient entendu ça on-sait-pas-où, sûrement à la maison ou à la télé […] » p. 28 (CN).

86 « J’ai demandé à ce con comment il l’avait eu, mais il m’a pas répondu […] » p. 30 (SD), « Il m’avait foutu les jetons, ce con… […] » p. 16 (CN).

87 « Putain ! On est à la bourre. L’enfoiré, il va se barrer. […] » p. 24 (SD), « Une nuit, alors que je rentrais de Paname et que Prince et moi étions censés être potes, cet enfoiré m’avait menacé avec un cutter […] » p. 46 (SD), « L’autre bâtard était toujours au sol, la tronche bien amochée […] » p. 86 (SD).

88 « Quand on s’est quittés, j’avais une tonne de déprime sur les épaules […] » p. 50 (AC).

89 À l’exemple de : « Hyper-méga déprime. La vie est nulle […] » p. 76 (AC), « J’avale tout ce que j’ai sur le cœur et je leur tends un méga sourire […] » p. 34 (CL), « En tout cas, maintenant, je sais une chose hyper importante : […] » p. 38 (AC), « D’ailleurs, ce que tu éprouves est hyper classique : le prestige du professeur, son mystère, tout ça… » p. 50 (AC), « Du vétiver avec un look hypra décontracté, je vous demande un peu… […] » p. 17 (AC), « C’était hypra cool, comme idée […] » p. 94 (AC).

90 « Tu me rends un sacré service […] » p. 55 (CL), « Daddy, c’est un sacré numéro […] » p. 29 (SD).

91 « Moi, les mecs de notre âge, je les trouve archi nuls […] » p. 34 (AC).

92 « C’était vachement agréable de frotter nos poitrines l’une contre l’autre […] » p. 104 (AC), « Il est vachement cool ton short, c’est quoi la marque ? […] » p. 91 (SD).

93 « Ah ouais, ça fait super longtemps […] » p. 37 (SD).

94 « Comme j’avais grave envie de pisser, on m’a indiqué les toilettes publiques […] » p. 99 (SD).

95 « Si tu nous touches, on t’amoche de telle façon que tu passeras une semaine à l’hosto […] » p. 147 (VE).

96 « Je crois pas que le matos vous intéresse, cria Adro […] » p. 144 (VE).

97 « Pas moyen de fermer l’œil. Je vais encore avoir des valoches, demain ! […] » p. 27 (AC), « À la cantoche, Arthur m’a proposé de m’asseoir à côté de lui […] » p. 29 (AC), « C’est meilleur qu… qu’à la c… c… cantoche, hein ! […] » p. 95 (AC), « Après notre conversation à la cantine, il avait dû se faire un cinoche d’enfer […] », p. 46 (AC).

98 Pour la description détaillée du corpus, je renvoie au tome II de ma thèse (op. cit. no 1).

99 Le texte correspond au corps du message proprement dit qui occupe le centre de l’écran. Je ne détaillerai pas, dans le présent article, les formules d’ouverture et de clôture des messages, dont je renvoie pour l’analyse au tome I de ma thèse (op. cit. no 1).

100 J’emploie le terme de péritexte, selon la distinction opérée par G. Genette (1982), comme synonyme de didascalie pour désigner les éléments du paratexte qui sont inséparables du texte, à l’instar des rubriques prédéterminées par le logiciel qui apparaissent dans l’en-tête de réception (l’adresse de l’émetteur et du destinataire, le sujet, l’heure et la date du message).

101 J’utiliserai désormais pour les analyses qui suivent le terme de didascalie électronique (Anis J., « Chats et usages graphiques », Anis J. [dir.], Internet, communication et langue française, Paris, Hermès Science Publications, 1999, p. 71-90).

102 Il s’agit d’une double métonymie car on a, par glissement de la référence, une première métonymie du contenant (la bouteille) pour le contenu (la lettre écrite à un « Cher inconnu… »), enchâssée dans une deuxième et englobante métonymie de l’objet (ladite lettre) pour l’individu auquel se rapporte cet objet (la jeune Tal qui a écrit la lettre).

103 Il s’agit de la métonymie du lieu (la ville de Gaza) pour l’être animé, car le garçon qui est né et vit à Gaza devient, par généralisation « l’homme de Gaza ».

104 À titre d’exemple je cite : « s’il te plaît… », « têtu (e)(s) », « tristesse », « mouais… », « WANTED », « il fait trop calme », « les yeux en face des trous », « c’est toi le meilleur, d’accord ? », « je suis désolée », « toujours fâché ? », « En route pour la gloire ! », « précision », « mes premiers pas (et inquiétude) », « des nouvelles, please ! », « RE : des nouvelles, please ! », « mille fois merci ! », « oh non ! », « ouf ! », « on ne peut pas tout raconter », « qu’est-ce que j’en sais ? Qui a inventé cette case ! ? », « je suis là, moi aussi ! », « ce sera pour une autre fois… », « évidemment… », « tes insomnies », « des tonnes et des millions de nouvelles incroyables », « tout te dire, enfin. Puis… ».

105 B > G : « Je tiens à t’envoyer quelque chose moi aussi. Une photo de moi. Elle a été prise l’an dernier, lors d’un voyage avec ma classe en Galilée […]. Bref, c’est une photo après une journée où j’ai un peu transpiré, je ne suis pas coiffée et habillée comme lorsque je sors le soir, mais j’ai l’impression que c’est vraiment moi, qu’elle me montre telle que je suis la plupart du temps. Ainsi, tu mettras un visage sur mon nom […] » p. 94.

106 Le nom que Tal donne à son fichier (« Talgalil ») est un mot valise tronqué par apocope : Tal + galil (apocope de Galilée).

107 J’emprunte le terme caractéristiques claniques à Dejond (Dejond A., La cyberl@ngue française, Tournai (Belgique), La Renaissance du Livre, 2002).

108 « S’est quoi, se cirque ? » et « Ils ont aussi éclairsi au soleil […] » p. 15, « […] et ça rétrésit au fil du temps » p. 16, « […] j’ai vite renonsé » p. 17, « […] comme un couçin douillet […] » p. 15.

109 « Tes parents n’ont pas voulu payé la note ? », « Je crois que je vais insisté […] » et « […] ce petit kilo qui est allé se niché exactement au bon endroit » p. 15, « Je suis prêt à choper n’importe quelle maladie (sauf le sida) pour me faire ausculté par toi » p. 18.

110 À l’exemple de « les bateaus » p. 17.

111 À l’exemple de « Rimbaud et Verlaine, ils étaient amoureus, non ? » p. 18.

112 On peut citer : « les marque de bronsage » p. 17, « j’ai des tas de trucs à te raconter à propos de mes vacance » et « Ils ont accueilli des Yougaslave » p. 16.

113 « Quand tu sera docteur, tu me réserve ton premier rendez-vous, promis ? » p. 18.

114 « Les coulloirs » p. 16.

115 « se trimbalaient » et « […] mais faut vraiment soufrir pour y arriver » p. 16.

116 À l’exemple de : « […] ils avaient tous et toutes au moins quarente ans », « Dans les prochins mois » et « Ici, dans notre région, personne se bouge jamais […] » p. 16.

117 « Pour le cou, (t ou p ? Merde ! Tant pis ! J’active pas le correcteur d’orthographe) […] » p. 36.

118 Notamment les mails aux pages 52, 66, 78, 89, 103, 104 et 127.

119 « Claire + : Oui » p. 16.

120 « Otan : […] Je passe beaucoup de temps à observer les gens dans le métro. L’autre jour, j’ai vu une fille. Son visage n’était pas terrible […]. D’un coup, je ne sais pourquoi, elle a souri. Tu sais quoi ? Je l’ai aussitôt trouvée tellement jolie que j’ai eu envie d’aller vers elle. Je ne suis pas un dragueur. […] » p. 19.

121 À titre d’exemple : « […] j’ai passé la journée à vérifier si j’avais un message. j’ai failli devenir folle ! je sais pas si je vais tenir une semaine. c’est trop dur, sans toi. […] » p. 107, « […] je sens que ces vacances vont être horribles. après manger, mon père est reparti à l’usine pour le piquet de grève, ma mère a fait une sieste et mes sœurs ont regardé la télé. moi, j’avais juste envie de pleurer. […] » p. 108.

122 Pour la citation des sources des exemples, j’ai choisi d’abréger de la manière suivante : SCL = Star-crossed lovers, ED = E-den, CFF = La cité des fleurs fanées, QAM = Quand l’amour s’en mail. Pour les analyses de Star-crossed lovers et de E-den j’ai travaillé sur les rééditions, respectivement, de 2006 et de 2005.

123 Je me réfère au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (France) et à la Fiera del libro per ragazzi de Bologne (Italie).

124 Pour les analyses, j’ai travaillé sur la traduction française de Sabine Boulongne parue en 2010 aux Éditions De La Martinière. L’édition originale américaine a été publiée en 2004 sous le titreTtyl.

125 Cyan décrit avec précision le style d’écriture très personnel de Volubilis : « Sa police d’écriture ? Comic Sans MS, d’un vert rare, unique, qu’elle avait dû inventer pour sa correspondance personnelle. À la fois lisible et végétal : une couleur pleine d’originalité et d’espérance. Les lettres passaient du corps 10 à 72, selon ce qu’elle souhaitait mettre en valeur, colère ou joie. Sa manière à elle de sourire, murmurer, crier. Elle redoublait les effets de caractères gras en grossissant son message, ou le diminuant, selon […] » p. 20.

126 Volubilis n’aime décidément pas cette habitude de Cyan : « Mais régulièrement je me fâchais par le biais de points d’exclamation en série : Tu t’es encore déconcentré ! Essaie de rester là, dans ta tête, dans ton corps ! Dès qu’il pensait à autre chose, hop, étourdi, il se mélangeait les pinceaux : je devais le ramener à coup de signes typographiques du côté du droit chemin. Une étroite complicité nous unissait, de plus en plus […] » p. 49.

127 Dans Le blog de l@ belle, les interventions sont précédées par le syntagme « Laisser un commentaire – voir le(s) commentaire(s) : », et chacune est suivie du syntagme en italique « Commentaire posté par », du pseudonyme souligné, de la date et de l’heure. Dans ZENcity, les interventions sont suivies du syntagme « Rédigé par : », du pseudonyme souligné, de la date et de l’heure soulignées.

128 Pour faciliter la lecture des exemples, je signale les sources de la manière suivante : BB = Le blog de l@ belle et ZC = ZENcity.

Auteur

Chercheur correspondant du Laboratoire CREM (Centre de recherche sur les médiations : communication, langue, art, culture), Pôle « Praxitexte Langue, texte, discours et médiations » de l’université de Lorraine (EA 3476), Mlle Gruppioni a obtenu son diplôme de doctorat en Sciences du Langage-Linguistique en juin 2009 avec une thèse en co-tutelle internationale intitulée « Voix et regards d’adolescents dans la littérature de jeunesse contemporaine : le cas du roman par mails », sous la direction du professeur André Petitjean (laboratoire CELTED – Centre d’études linguistiques des Textes et des Discours) de l’université Paul Verlaine de Metz et de madame le professeur Enrica Galazzi de l’université catholique de Milan.
Depuis 2007, Mlle Gruppioni participe à des colloques et journées d’études en France et à l’étranger. Ayant une double formation en linguistique française et didactique du français langue étrangère (certifiée d’État en Italie pour le FLE), elle est actuellement chargée de cours en linguistique française et en italien à l’université de Lorraine (site de Metz) pour les Sciences du langage et les Langues étrangères appliquées.
Sa passion pour la littérature de jeunesse l’a toujours accompagnée depuis sa maîtrise en linguistique italienne à l’université de Bologna, en Italie, avec un mémoire sur l’œuvre de l’auteur pour la jeunesse Bianca Pitzorno. Depuis, elle s’est spécialisée en linguistique française dans le domaine de l’analyse du discours (orientation en linguistique textuelle et polyphonie énonciative) et ses travaux actuels s’appuient sur l’étude des variations diatopiques, diaphasiques et diastratiques du français contemporain à partir de corpus de fictions pour adolescents et jeunes adultes (stylisation de la langue jeune, émergence d’un nouvel objet littéraire, le roman par mails), ainsi que sur la communication électronique en tant qu’intermédiaire entre l’oral et l’écrit (caractéristiques claniques).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540