Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Troisième partie. Pour une histoire des représentations stylistiques

Prévisibilité phrastique et style parlé chez Céline

Marie-Albane Watine

Volltext

  • 1 Philippe G. et Piat J. (dir.), La Langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave (...)
  • 2 Rouayrenc C., « C’est mon secret ». La technique de l’écriture « populaire » dans Voyage au bout d (...)

1Cette contribution souhaite apporter des éléments de réponse à la question suivante : comment des faits de langue parlée sont sélectionnés et transformés pour devenir des faits de style parlé, en particulier au niveau de la syntaxe phrastique ? L’exemple de la prose célinienne, qui a durablement fait évoluer les représentations du parlé en littérature, peut servir de pierre de touche dans cette réflexion. Au sein de l’histoire des formes du style parlé en littérature, les années 1930 constituent un tournant, en ce que s’y confirme ce que G. Philippe a appelé le passage du style oral au style vocal1. L’imitation du parlé n’est plus confinée aux discours des personnages, dans une visée surtout sociolectale : elle touche à présent la narration elle-même ; elle n’est plus confinée au lexique, mais touche aussi la syntaxe. Céline joue un rôle décisif dans cette évolution du « roman parlant » des années 1930. Mort à crédit en particulier, tout en reprenant une partie du code populaire littéraire qui s’est développé dans les années 1920 et 19302, s’en démarque pour créer un nouveau modèle syntaxique de style parlé.

  • 3 Meizoz J., L’Âge du roman parlant (1919-1939). Écrivains, critiques, linguistes et pédagogues en d (...)
  • 4 Bakhtine M., « Du discours romanesque », Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1935/19 (...)

2Le travail de Céline est en partie mimétique : dans son ambition de vivifier la littérature aux sources du parlé, il prend modèle sur les structures du français oral spontané. Il imite certains faits syntaxiques qui ont été mis au jour, depuis, par la linguistique de l’oral. Mais, quoi qu’il en dise dans les années 1930, Céline n’écrit pas comme il parle. Comme il le reconnaît de façon de plus en plus marquée après la guerre3, le passage des faits de langue parlée aux faits de style parlé suppose un travail, c’est-à-dire une préférence pour certains faits, un gauchissement de certains autres, et également des oublis et des refus. En un mot, il s’agit en partie d’une imitation, mais surtout d’une stylisation, au sens que Bakhtine, dans les mêmes années, donne à ce terme4.

3Mais comment et pourquoi certains faits de langue parlée (et pas d’autres) sont-ils sélectionnés dans la syntaxe du style parlé ? Pourquoi la sélection opérée par Céline a-t-elle paru suffisamment crédible pour devenir un modèle durable de référence ? Nous essaierons de montrer que si cette stylisation a créé un modèle littéraire, c’est qu’elle obéit à certains schèmes psycholinguistiques correspondant aux contraintes spécifiques de l’oral. Elle joue en particulier aux deux extrêmes de la prévisibilité d’une phrase, notion dont on se propose dans le même temps de tester la validité.

La notion de prévisibilité phrastique

  • 5 Miller G. A., et Friedman E. A., « The Reconstruction of Mutilated English Texts », Information an (...)
  • 6 D’après certains travaux, la prédiction touchant à la structuration syntaxique fonctionne toutefoi (...)

4Commençons par poser cette notion de prévisibilité, qui nous semble fondamentale dans le travail célinien du style parlé. D’un point de vue linguistique, la notion de prévisibilité n’est pas à notre connaissance exploitée systématiquement et en elle-même, mais elle est présente, plus ou moins explicitement, dans les études psycholinguistiques touchant à l’élaboration mentale et à la compréhension des énoncés et des textes. D’un point de vue englobant, plusieurs études ont démontré5 qu’il y a toujours une préconstruction du sens par le récepteur, en fonction d’éléments co- et contextuels. Le sujet construit une interprétation provisoire dès le début d’une phrase ou d’un texte et prévoit le sens à venir, grâce entre autres à des scripts narratifs ou argumentatifs partagés. Mais la prévision des sujets ne touche pas uniquement à la signification globale d’un texte ; il y a également un niveau purement phrastique de la prévisibilité6. Nous faisons l’hypothèse que certains débuts de phrase permettent de prévoir, plus que d’autres, un certain déroulement ultérieur – et ce, à différents niveaux. On distinguera ainsi :

La prévisibilité référentielle

5Elle repose en réalité sur la maxime de quantité de Grice : le récepteur d’un énoncé postule qu’il lui sera fourni la quantité d’informations nécessaire pour comprendre le propos, et en particulier pour lever les mises en attente référentielle. Ceci concerne en particulier :

  • les articles définis cataphoriques, qui laissent attendre un complément déterminatif immédiatement subséquent au N.
  • les pronoms personnels cataphoriques. Une phrase comportant un pronom dont le référent n’est pas encore donné (ou pas assez saillant) laisse attendre l’advenue rapide d’un SN co-référentiel.

La prévisibilité syntaxique

6Elle repose sur la présomption de correction et de complétude syntaxique : le récepteur prévoit la clôture des rapports de dépendance syntaxique qui sont en attente, que ceux-ci soient montants (attente du point d’incidence) ou descendants (attente du régime). Ceci touche un large éventail de faits, dont nous ne donnerons que quelques exemples :

7Attente du point d’incidence

  • Une subordonnée en tête de phrase laisse prévoir la survenue de la phrase matrice.
  • Un SP antéposé laisse attendre, par référence à un modèle phrastique canonique, une structure SV.
  • Un Adj ou un PP antéposé laisse attendre son point d’incidence nominal ou pronominal. Attente du régime
  • Les locutions conjonctives discontinues : tellement ou si + Adj laissent prévoir une sub. consécutive en que.
  • Un Verbe transitif + complément accessoire laisse attendre un CO…

8 Il existe enfin une prévisibilité connexionnelle qui repose sur la structuration par des connecteurs binaires, du type tantôt… tantôt, soit que… soit que, non seulement… mais encore.

9Il n’est naturellement pas exclu que certaines phrases déjouent sensiblement les prévisions référentielles ou syntaxiques du récepteur, comme en attestent les diverses formes d’anacoluthe, qui redémarrent en cours de route une autre structure que celle qui semblait programmée – mais leur repérage comme phrases atypiques suffit précisément à valider l’importance de la notion de prévisibilité phrastique dans les phénomènes de compréhension.

10Qu’en est-il à présent de la langue parlée du point de vue de la prévisibilité ? Par rapport à la langue écrite, l’oral spontané que voulait retranscrire Céline présente deux différences fondamentales : à la production, il ne peut être retouché (il n’existe pas de manuscrit, pas d’étape de révision / correction) ; et parallèlement, à la réception, on ne peut en remonter le fil, repasser la bande. Or, ces deux contraintes jouent un rôle déterminant, mais différent, dans la prévisibilité phrastique : la production immédiate réduit la possibilité de prévoir la forme des phrases à long terme ; mais du côté de la réception, elle impose un minimum de prévisibilité pour faciliter une écoute qui ne peut être que linéaire, et jamais rétroactive.

11Nous allons tenter de montrer que pour rendre compte, dans le corps même des phrases, du temps effectif de l’énonciation orale, Céline mime l’une ou l’autre de ces deux contraintes, et fait ainsi varier aux extrêmes le dosage de prévisibilité de la phrase.

Le refus de la prévisibilité à long terme

12On l’a souvent dit, Mort à crédit signe, par rapport au Voyage au bout de la nuit, le refus de la phrase longue et syntaxiquement complexe. Ceci n’est que partiellement vrai. En réalité, les structures qui sont effectivement exclues comme incompatibles avec le parlé ne sont pas toutes les structures subordonnantes, mais seulement celles qui sont caractérisées par la prévisibilité à long terme.

13Expliquons-nous par un exemple, celui de la lettre que le père écrit à Ferdinand au centre du roman. Dans cette lettre, certaines phrases s’érigent comme modèle parodique de la phrase écrite, entendue comme phrase littéraire académique – comme contre-modèle, donc, de ce que Céline vise par son style. En voici deux extraits :

  • 7 Céline L.-F., Mort à crédit, Romans, I, coll. « Bibliothèque de la Pleiade », 1981 [1936], p. 761. (...)

(1) Par cette dernière lettre, j’ai voulu t’avertir, en père, en camarade, avant ton retour définitif, pour la dernière fois, afin de te prémunir, pendant qu’il en est temps encore, contre toute amertume inutile, toute surprise, toute rébellion superflue, qu’à l’avenir, tu ne peux compter que sur toi-même, Ferdinand7 !

(2) Aux portes de la vieillesse, notre santé, minée déjà par les angoisses continuelles, les labeurs harassants, les revers, les perpétuelles inquiétudes, les privations de tous ordres, chancelle, s’effondre… (Ibid.)

14Sur quoi repose la difficulté de ces phrases ? Avant tout, sur les mises en attente particulièrement longues des constituants. Dans les extraits, nous soulignons les points où est en attente la clôture d’une structure syntaxique, et d’un trait et d’italique les points où ce sont deux structures qui sont en attente. En (1), ce sont les compléments essentiels qui sont séparés des verbes par des compléments accessoires excessivement nombreux (attente du régime) ; en (2), c’est le verbe qui se fait attendre, après une expansion démesurée du SN sujet.

  • 8 En particulier: Gibson E., « Linguistic complexity: Locality of syntactic dependencies », Cognitio (...)
  • 9 Gibson E., « Memory Capacity and Sentence Processing », Proceedings of the 28th Annual Meeting of (...)

15La difficulté de lecture de telles structures est explicable en termes psycholinguistiques. Les travaux d’E. Gibson sur la compréhension des phrases ambiguës ont montré que le récepteur préfère toujours un rattachement syntaxique local et un stockage minimal de structures en attente8, parce que celles-ci surchargent la mémoire de travail du récepteur. Plus le nombre de structures en suspens est élevé en un point donné, plus la compréhension est difficile et plus le temps de traitement est long. Le nombre de deux structures en attente constitue précisément d’après lui le maximum de stockage syntaxique possible avant la mise en péril de la compréhension9.

  • 10 Frazier L., Fodor J. D., « The Sausage Machine: A New Two-stage Parsing Model », Cognition, 6, 197 (...)

16Les mises en attente en (1) dépassent ainsi les capacités attentionnelles du lecteur moyen. Au bout d’un temps varié selon les lecteurs, je crois que la plupart partent du principe qu’« avertir » n’aura pas de CO réalisé, et sont dès lors surpris par la complétive, qui devient temporairement ambiguë. Ils sont contraints à revenir sur leur pas et à relire le début de la phrase pour opérer son rattachement syntaxique – réanalyse désambiguïsante que la psycholinguistique appelle, de façon imagée, un « garden path effect10 ». La phrase apparaît comme typiquement (et parodiquement) écrite en ce qu’elle impose vérification, retour, relecture – ce qui, du fait de la contrainte temporelle propre à la langue parlée, serait précisément impossible à l’oral…

17Bien que Céline, et pour cause, n’ait eu connaissance d’aucun travail de psycholinguistique, on peut dire que ses intuitions épilinguistiques le conduisent à considérer la phrase typiquement littéraire comme une phrase qui donne lieu à une trop grande difficulté processuelle en surchargeant la mémoire de travail du récepteur par des structures de prévisibilité à long terme. Elle obéit à la logique de l’écriture, qui laisse, en production comme en réception, le temps de stocker des segments en attente, de revenir sur ses pas et de vérifier les rattachements syntaxiques.

18Dès lors, on peut avancer que dans sa stylisation de la langue parlée, Céline vise à éliminer les structures d’attente à trop long terme, dont la prévisibilité obéit à la logique de l’écriture. Au contraire, la prévisibilité à court terme lui offre un modèle pour la facilitation de la réception in-vivo de la phrase orale.

Sélection de la prévisibilité à court terme

  • 11 Spitzer L., « Une habitude de style, le rappel chez Céline », Le Français moderne, 1935 / Cahiers (...)

19Le stylème le plus remarqué de Céline, à savoir la dislocation droite et gauche du sujet, est emblématique à cet égard. Il fait entrer la structure dans la langue littéraire et la rend typique du style parlé11. Pourquoi sélectionner ce fait de langue au point de le faire figurer jusqu’à dix fois dans une page ?

  • 12 Heilenman K. L. et McDonald J. L., « Dislocated Sequences and Word Order in French: A Processing A (...)

20La dislocation est bien entendu un fait dont la fréquence est avérée (encore qu’inexpliquée) dans la langue parlée en français, comme l’ont montré depuis plusieurs études de linguistique de l’oral12. Déjà dans les années 1920, des linguistes comme Bally ou Vendryès faisaient de cette structure le parangon de la langue parlée et de la syntaxe expressive. Mais, dans notre perspective, leur sélection massive chez Céline a surtout un effet sur la prévisibilité des phrases.

  • 13 L’étude de C. Rouayrenc (Rouayrenc C., « C’est mon secret ». La technique de l’écriture « populair (...)
  • 14 Sur la catégorie du « double marquage » au sein des dislocations, je renvoie à Blasco-Dulbecco, Le (...)

21Insistons sur la dislocation à droite13, et en particulier sur les cas de double marquage14, très fréquents, ne serait-ce que dans les toutes premières pages du roman :

Je vais leur écrire qu’elle est morte Mme Bérenge à ceux qui m’ont connu, qui l’ont connue.
Elle savait Mme Bérenge que tous les chagrins viennent dans les lettres.
Je vais leur écrire qu’elle est morte Mme Bérenge à ceux qui l’ont connue.
Il est là dans l’odeur de la mort récente, l’incroyable aigre goût …
Ils en feront rien des beaux conseils
j’étais décidé d’aller le voir, le Gustin
En principe moi je l’ai finie, ma consultation !
Et ça recommence, la chansonnette
Elle est pas perdue la gniarde (MC, p. 511-513)

22La dislocation opère, on le sait, une désolidarisation partielle de la syntaxe et de la référence : alors que le clitique cataphorique assure l’ancrage fonctionnel du constituant, le syntagme détaché réalise sa saturation référentielle. Elle construit donc selon nous une haute prévisibilité référentielle à court terme : la référence du clitique étant inconnue ou, le plus souvent, non saillante au moment de son traitement, le lecteur programme sa saturation à venir par un SN défini ; et cette attente est immédiatement satisfaite. La dislocation droite autorise donc une prévisibilité réussie sans surcharge mémorielle, ce qui joue un rôle dans la facilitation du traitement des phrases. La facilitation est également favorisée par un traitement progressif des informations linguistiques, grâce à la dissociation entre fonction syntaxique et saturation sémantico-référentielle – sans oublier naturellement la fonction de structuration informationnelle qui produit un guidage textuel non négligeable.

23La prévisibilité est surtout mimétique des conditions effectives du discours oral. Car le pronom cataphorique, dont la saillance topique n’est connue que du locuteur, feint d’abord de livrer une parole brute ; puis la phrase précise sa référence à l’intention de l’interlocuteur, qui précisément attendait et prévoyait ce fléchage. La structure passe ainsi de l’immédiateté individuelle à la satisfaction des exigences intersubjectives. De ce fait, elle semble mimer d’abord le surgissement de la parole, mais se tourner ensuite vers la demande d’éclaircissement d’un auditeur.

24La phrase disloquée semble ainsi tenir compte de la présence exigeante d’un auditeur qui, n’ayant pas la possibilité de repasser la bande en arrière, réclame que les saillances référentielles soient élucidées à court terme. La sur-prévisibilité obéit ainsi aux contraintes de la réception de l’énoncé oral ; la conformité psycholinguistique aux attentes du récepteur permet d’expliquer la sélection massive de la dislocation droite dans le style parlé célinien.

25Mais Céline, dans son imitation du parlé, joue parfois de la temporalité du locuteur seul, par les structures imprévisibles.

Les structures imprévisibles

  • 15 Entretien avec le professeur Y, Romans, IV, op. cit., p. 106 en particulier.

26Ce qui a frappé les contemporains au moins autant que les dislocations, c’est la phrase interrompue par les fameux trois-points (plus de 20000 dans le roman), sur lesquels Céline développera plus tardivement (1955) sa théorie du style articulée autour de la métaphore du « métro émotif15 ».

27Or, la phrase interrompue par ces trois-points appartient à un autre patron du style parlé, qui se situe à l’opposé des schèmes de sur-prévisibilité que nous venons d’aborder.

28Prenons un exemple, presque au hasard parmi ces pages émaillées de trois-points :

(1) Plus loin, c’est Villeneuve-Saint-Georges… La travée grise de l’Yvette après le coteau… En bas, la campagne… la plaine… le vent qui prend son élan… trébuche au fleuve… tourmente le bateau-lavoir… (MC, p. 613)

(2) Je pensais à Asnières toujours… À la façon qu’on s’était décarcassés là-bas pour les locataires. Je la revoyais pour ainsi dire… Ça avait beau être reluisant et relavé tous les dimanches, il montait quand même du fond une drôle de petite odeur… une petite poivrée, subtile, aigrelette, bien insinuante… quand on l’a sentie une fois… on la sent après partout… malgré les fleurs… dans le parfum même… après soi… (MC, p. 609).

  • 16 Blanche-Benveniste C., Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys, 2000, p. 22 et 46

29Pourquoi cette omniprésence des ajouts après points de suspension dans le style parlé célinien ? Les structures d’ajout à droite après pause sont fréquentes dans la langue parlée – mais, comme le remarque C. Blanche-Benveniste16 il s’agit alors plutôt d’ajouts correctifs ou de gloses, ce qui n’est presque jamais le cas chez Céline : l’interprétation de ces structures comme pure mimesis de la langue parlée est donc faible. En passer par l’imaginaire de la langue offre des pistes plus convaincantes : on remarquera que ce genre de structure répond à la réflexion initiée dans les années 1920 sur la syntaxe orale et expressive par une nouvelle génération de linguistes : Vendryès en 1921 et Bally en 1926 parlent tous deux d’éléments volontiers désarticulés, séparés, dans la syntaxe orale.

30La séparation des syntagmes est donc valorisée, et Céline trouve sans doute dans les trois-points un moyen de réaliser ce programme. Mais dans notre perspective, la phrase à ajout lui permet surtout de travailler la phrase vers un patron d’imprévisibilité. En effet, la pause des trois-points brise la continuité d’une phrase qui, après une première structure complète syntaxiquement, se poursuit de façon imprévisible, par ajouts successifs de syntagmes essentiels ou accessoires, syntaxiquement rattachés aux segments précédents – mais non prévisibles par la structure initiale.

31Alors que la sur-prévisibilité des dislocations était tournée, on l’a vu, vers les capacités psycholinguistiques de l’auditeur, cette structure phrastique obéit au contraire à la logique de la profération immédiate du locuteur, dont le modèle est celui du présent pur de l’énonciation : emblématiquement, dans le premier extrait, les SN ajoutés à la structure présentative (« C’est Villeneuve ») ou au dirhème prédicatif (« En bas, la campagne ») semblent être proférés au moment même où la vision successive du paysage s’attache aux éléments décrits.

32Or, l’immédiateté de la production orale a pour conséquence l’incomplétude de la programmation des énoncés. Céline, par une intuition épilinguistique, annonce encore une fois ici les données de la psycholinguistique expérimentale.

  • 17 Fayol M., Des idées au texte. Psychologie cognitive de la production verbale, orale et écrite, Par (...)
  • 18 Ce modèle explicatif montrerait son efficacité pour d’autres avatars de l’inventivité célinienne, (...)

33En effet, celle-ci a montré que les tâches de planification du locuteur (avant la profération effective de son énoncé) sont complexes et variées. Outre les tâches pragmatiques liées à l’adaptation à l’auditoire, et à l’éventuel retour métadiscursif sur la pertinence des expressions choisies, le locuteur doit également planifier l’organisation globale de son discours, en accord avec des exigences à la fois logiques et affectives, et enfin chacune de ses structures phrastiques, et chacun de ses mots. La variété et la complexité de ses tâches font qu’en situation d’oral spontané, le locuteur n’a pas le temps de planifier tout l’énoncé avant de le proférer. Selon plusieurs expériences, il commence la réalisation motrice d’une phrase quand il dispose mentalement du premier syntagme et/ou du premier verbe17. Les exemples tirés de Céline semblent dès lors obéir à cette logique des limites de la planification : le segment initial livre le premier syntagme et le verbe, déjà prévus par le locuteur ; les trois-points représentent alors la pause nécessaire, la « latence d’initialisation » nécessaire à la poursuite de la planification phrastique. L’imprévisibilité de ces structures d’ajout n’est ainsi que le reflet du temps cognitif de la production orale, qui impose une planification par à-coups18

  • 19 Rhétorique, 1409b, Le Livre de Poche, Paris, 1991, p. 325 et 327.
  • 20 Jaubert A., « Le monologue intérieur : pragmatique de l’infra-dire et déréglementation syntaxique  (...)

34La sous-prévisibilité phrastique, qui place le style sous la contrainte de la profération immédiate, devient alors une arme de combat esthétique : en déjouant les attentes, en se proclamant comme sujette à renégociation et ajouts, elle renverse tout le modèle stylistique aristotélicien – car pour Aristote, comme pour les puristes, la période est la phrase la plus parfaite, parce que « tout le monde aime à saisir la fin » et qu’il « est désagréable de ne pouvoir jamais rien prévoir »19 … La sous-prévisibilité fondée sur les limites de la planification du locuteur se donne ainsi les moyens de renverser toute la tradition de la phrase « bouclée » dont Anna Jaubert avait mis en évidence la remise en cause au cours du XXe siècle20.

Conclusion

  • 21 Phénoménologie et approche cognitive ne sont pas incompatibles. Sur ce point, nous renvoyons à Val (...)

35D’un point de vue méthodologique, notre tentative d’expliquer le passage des faits de langue parlée aux faits de style parlé suppose d’être attentif au temps interne de la lecture et de la production des phrases, et à la représentation que l’on se fait de ce temps : la prise en compte de cette dimension justifie le recours à des modèles psycholinguistiques, bien qu’évidemment Céline ne s’appuie que sur un savoir épilinguistique qui ne doit rien à cette discipline. Nous proposons donc un point de vue phénoménologique sur le passage du fait de langue au fait de style21, qui tente de tenir compte des processus incarnés d’énonciation et de réception – tels du moins qu’ils sont représentés dans un imaginaire qui se réalise dans la syntaxe des phrases.

36On a vu que la sélection syntaxique de la sous- et de la sur-prévisibilité dans la stylisation du parlé obéit à une logique cognitive, fidèle à certaines contraintes de production du langage : et c’est en cela, selon nous, qu’elle est typisante, qu’elle est ressentie comme juste (la langue parlée, c’est ça, c’est tout à fait ça, dirait-on pour paraphraser Barthes) : c’est en cela qu’elle « fait style », et qu’elle est susceptible d’une valorisation esthétique.

37Signalons que cette stylisation est historicisable : elle sera profondément transformée au cours des années 1950, et de manière particulièrement significative chez Beckett, qui ouvre ce faisant une autre sélection des schèmes psycholinguistiques de la langue parlée, construisant un autre type de subjectivité dans le discours.

Anmerkungen

1 Philippe G. et Piat J. (dir.), La Langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon, Paris, Fayard, 2009.

2 Rouayrenc C., « C’est mon secret ». La technique de l’écriture « populaire » dans Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit, Tusson, Du Lérot, 1994.

3 Meizoz J., L’Âge du roman parlant (1919-1939). Écrivains, critiques, linguistes et pédagogues en débat, Genève, Droz, 2001. J. Meizoz met au jour deux postures différentes chez Céline : après avoir prôné le naturel de sa prose, Céline insiste sur les brouillons, les corrections et le travail du style (en particulier dans les Entretiens avec le Professeur Y, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pleïade », 1993 [1955]).

4 Bakhtine M., « Du discours romanesque », Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1935/1978, p. 179.

5 Miller G. A., et Friedman E. A., « The Reconstruction of Mutilated English Texts », Information and Control, 1957, 1, p. 38-55; Riesbeck C. et Schank R. « Comprehension by Computer: Expectation-based Analysis of Sentences in Context », Levelt W. J. M. et Floresd’Arcais G. B. (dir.), Studies in the Perception of Language, New York, John Wiley, 1978, p. 247-293.

6 D’après certains travaux, la prédiction touchant à la structuration syntaxique fonctionne toutefois de pair avec la prédiction touchant à l’interprétation thématique. Elle n’est donc pas pleinement isolable du point de vue psycholinguistique. Cf. Lefèvre N. et Schelstraete M.-A., Le traitement syntaxique en compréhension de phrase, ISPB/Commission Communautaire Française, Bruxelles, 1994.

7 Céline L.-F., Mort à crédit, Romans, I, coll. « Bibliothèque de la Pleiade », 1981 [1936], p. 761. Dorénavant MC.

8 En particulier: Gibson E., « Linguistic complexity: Locality of syntactic dependencies », Cognition, 68, 1998, p. 1-76 et Grodner D. et Gibson E., « Consequences of the Serial Nature of Linguistic Input for Sentential Complexity », Cognitive Science, no 29, 2005, p. 261-291: « Recency preferences in structures such as (1) and (2) arise in the service of minimizing these memory costs. But these are just special cases of a more general property. Processing any sentence requires linking each new lexical item with material in this parse. Often this will involve the construction of long-distance dependencies. Under a resource-based view, lengthy integrations should induce difficulty even in unambiguous sentences », p. 264 (où (1) et (2) sont des phrases ambiguës, qui offrent en première lecture deux possibilités de rattachement syntaxique à un constituant).

9 Gibson E., « Memory Capacity and Sentence Processing », Proceedings of the 28th Annual Meeting of Association for Computational Linguistics, 1990, p. 39-46.

10 Frazier L., Fodor J. D., « The Sausage Machine: A New Two-stage Parsing Model », Cognition, 6, 1978.

11 Spitzer L., « Une habitude de style, le rappel chez Céline », Le Français moderne, 1935 / Cahiers de l’Herne : Céline, Paris, L’Herne, 1972.

12 Heilenman K. L. et McDonald J. L., « Dislocated Sequences and Word Order in French: A Processing Approach », French Language Studies, 3, 1993; Blasco-Dulbecco M., Les dislocations en français contemporain, Paris, Champion, 1999.

13 L’étude de C. Rouayrenc (Rouayrenc C., « C’est mon secret ». La technique de l’écriture « populaire » dans Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit, op. cit.) a montré que la dislocation droite est en recul dans Mort à crédit par rapport au Voyage. Bien que Mort à crédit sollicite davantage la dislocation gauche, la dislocation droite reste malgré tout un schème phrastique particulièrement sollicité. Elle nous intéresse davantage pour notre propos, en ce qu’elle crée une attente référentielle bien plus forte que l’attente syntaxique créée par la dislocation gauche : une phrase commençant par SN + pause (virgule) laisse éventuellement attendre un clitique venant préciser son rôle fonctionnel, mais peut aussi laisser programmer une structure sujet + apposition ou CC + verbe. Selon nous, c’est cette contrainte plus forte de la prévisibilité dans le cas de la dislocation droite qui rend celle-ci beaucoup plus contrainte syntaxiquement (en particulier au point de vue de la préposition, voir Blasco-Dulbecco M., Les dislocations en français contemporain, op. cit., et « Propositions pour le classement typologique de quelques détachements », L’Information grammaticale, 109, 2006), et donc plus intégrée à la phrase.

14 Sur la catégorie du « double marquage » au sein des dislocations, je renvoie à Blasco-Dulbecco, Les dislocations en français contemporain, op. cit. et « Propositions pour le classement typologique de quelques détachements », art. cit.

15 Entretien avec le professeur Y, Romans, IV, op. cit., p. 106 en particulier.

16 Blanche-Benveniste C., Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys, 2000, p. 22 et 46.

17 Fayol M., Des idées au texte. Psychologie cognitive de la production verbale, orale et écrite, Paris, PUF, coll. « Le psychologue », 1997, p. 108-115 ; Ferreira F., « Chapter eleven. Syntax in Language Production : An Approach Using Tree-adjoining Grammars », Wheeldon L. R. (dir.), Aspects of Language Production, Hove, Psychology Press, 2000 ; Caron J., Précis de psycholinguistique, Paris, PUF, 1989 / 2008 [nouvelle édition corrigée].

18 Ce modèle explicatif montrerait son efficacité pour d’autres avatars de l’inventivité célinienne, que nous ne pouvons aborder dans le cadre de cet article. Son goût notable pour la coordination asymétrique, commentée par plusieurs critiques, s’expliquerait ainsi fort bien par une programmation sémantico-syntaxique incomplète et donc renégociée en cours de profération.

19 Rhétorique, 1409b, Le Livre de Poche, Paris, 1991, p. 325 et 327.

20 Jaubert A., « Le monologue intérieur : pragmatique de l’infra-dire et déréglementation syntaxique », F. Berlan (dir.), Langue littéraire et changements linguistiques, Paris, PUPS, 2006. L’auteur montre que se dessine aujourd’hui un mouvement inverse de celui qui a donné lieu à la grammaticalisation de la phrase dans notre conscience linguistique au cours du XVIIIe siècle. Certaines formes de monologue intérieur (elle cite en particulier Belle du Seigneur) sont déterminantes dans cette réévaluation du modèle, mais on voit que les formes du style parlé jouent également un rôle central dans la remise en question de la tradition classique logocentrée.

21 Phénoménologie et approche cognitive ne sont pas incompatibles. Sur ce point, nous renvoyons à Vallespir M., « Pour une sémiotique de l’énaction, ou comment réduire la violence du logos analytique », Kurts-Woeste L., Vallespir M. et Watine M.-A. (dir.), La Violence du logos, Paris, Garnier, 2013, p. 81-110.

Autor

Maître de conférence à l’université Nice Sophia-Antipolis, travaille sur les configurations stylistiques de la prose des XXe et XXIe siècles, notamment sous l’angle des représentations de la voix et du style parlé. Elle a publié plusieurs travaux à ce sujet, dont La Voix et la frontière. Sur Claude Simon, Paris, Honoré Champion, 2007. Elle s’intéresse également à la façon dont les sciences du texte peuvent aujourd’hui réévaluer la prééminence du logos au profit d’autres paradigmes (L. Kurts-Wöste, M. Vallespir et M. A. Watine, La Violence du logos. Entre sciences du texte, philosophie et littérature, Paris, Garnier, 2013).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540