Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Troisième partie. Pour une histoire des représentations stylistiques

Syntaxe et stylistique

Effets d’emphase

Philippe Wahl

Texte intégral

  • 1 La notion de gallicisme, « étiquette vide » selon Léard J.-M., Les Gallicismes. Étude syntaxique e (...)

1Le rapport entre fait de langue et effet de style implique la référence à un espace d’articulation des deux domaines, langue et style, lui-même ouvert à une double dimension : (1) le discours, comme pratique verbale soumise à codification sociale et culturelle, et (2) le texte, comme séquence verbale constituée en objet empirique. Cette double dimension est essentielle pour dépasser l’opposition traditionnelle entre langue et style, souvent traitée dans le cadre de la phrase. Les termes suggèrent par ailleurs une polarité à interroger entre objectivité (fait) et subjectivité (effet). La problématique sera abordée à travers le clivage syntaxique, dont la dénomination implique une corrélation entre fait et effet. Sa catégorisation comme gallicisme est l’indice d’une résistance à la définition linguistique1. L’analyse du tour paraît de fait liée à ses effets discursifs, ce qui en fait un exemple type des théories de l’expressivité. Défini comme tour d’« emphase » ou de « mise en relief », il manifeste une affinité avec certaines définitions du style reposant sur les mêmes caractéristiques. Le point de vue se déplace donc en réception, à travers les degrés d’appréhension d’une forme signifiante à évaluer en contexte, dans un corpus circonscrit et situé.

Balisage épistémologique

  • 2 « Peut-être, dit-il [M. le Roy] (je crois bien que c’était là une concession), n’est-ce pas le sav (...)
  • 3 Saussure de F., Cours de linguistique générale, [1916], 3e éd., Paris, Payot, 1965, p. 23. Les Écr (...)
  • 4 « [Le linguiste] rassemble des faits et, quand il le peut, il établit des lois ; tout cela demeure (...)

2La notion de fait est affectée lexicalement d’un trait de réalité, voire d’évidence, que conforte la phraséologie : fait brut, fait scientifique ; Un fait est un fait. Ce trait est lié à la notion d’observable, qui porte la marque du positivisme alors que le fait est envisageable par le savant lui-même comme création2. On connaît la formule de Saussure : « Bien loin que l’objet précède le point de vue, on dirait que c’est le point de vue qui précède l’objet3. » C’est pourtant sur cette base objective que Charles Bruneau subordonne le « criticisme stylistique » de Spitzer à la « science » linguistique4.

Topologie des faits linguistiques

  • 5 Bally Ch., Traité de stylistique française, 3e éd., Genève, Librairie Georg & Cie S. A. / Paris, K (...)

3En matière verbale, la problématique se complexifie dès lors que, sous l’ambiguïté du fait linguistique, on distingue le langage et la langue, on oppose la langue à la parole (dualité saussurienne) ou au discours (réinterprétation de cette dualité par Guillaume ou Benveniste). La stylistique linguistique de Bally s’en tient essentiellement à la notion englobante de langage qui, dans la pratique des discours et des textes, ne préjuge pas des découpages et articulations théoriques entre domaines. Elle étudie dans le « langage d’un groupe social organisé » des faits de langage ou des faits d’expression considérés dans leur « action réciproque » et leur « solidarité5 ».

  • 6 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, série B, Faits de langue et (...)

4La notion de fait observable résiste a priori au domaine de la langue comme système abstrait. Cette réflexion est au cœur des conférences prononcées par Guillaume en 1945-1946 sous le titre Faits de langue et faits de discours. Le projet d’une science linguistique répond à la difficulté d’établir « une connaissance complète des faits » (époques anciennes, langue parlée) et à définir leur signification hors de « vastes faits d’ensemble ». Il s’agit de dépasser l’observation pour mettre au jour une hiérarchie des « faits linguistiques6 ».

  • 7 Ibid., p. 105-106 et 131.
  • 8 Guillaume G., Principes de linguistique théorique de Gustave Guillaume, édités par R. Valin, Québe (...)
  • 9 Ibid., p. 39.
  • 10 Ibid., p. 38-39.
  • 11 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1945-1946, série B, Faits de langue et f (...)
  • 12 Ibid., p. 189.

5La théorie permet de décrire, sous les faits concrets, « fortuits, accidentels », les « faits souverains » qui les dominent, fondés sur des « schèmes intellectuels » panchroniques7. Cette hiérarchie est corrélée à la distinction entre le « plan de puissance », la langue, et le « plan d’effet », le discours8. La psycho-systématique donne à voir, dans le fait de langue, les « opérations de pensée, révolues depuis un temps qui ne se laisse évaluer, auxquelles les êtres de langue doivent leur existence9 ». Elle insiste sur la complémentarité entre synchronie et diachronie pour montrer que les « êtres de langue » sont « sujets à variation dans la durée10 ». Faits de langue et faits de discours sont considérés au regard de la totalité du « procès de langage », à travers la réalisation momentanée de l’« acte de langage11 ». Or celui-ci se distingue par sa capacité à mettre en jeu « quelque chose d’improvisé que la langue n’a pas institué formellement en elle12 ».

  • 13 Neveu F., « Critique du concept d’“homonymie textuelle” », Langages, no 163, p. 89, en référence a (...)
  • 14 Rastier F., « Problématiques du signe et du texte », Intellectica, no 23, 1996, p. 36.

6On mesure l’instabilité de la notion de fait de langue selon le statut théorique accordé respectivement au système et aux normes linguistiques, selon l’attention portée aux évolutions formelles et fonctionnelles du code. La diachronie conforte une description des phénomènes linguistiques comme « systèmes dynamiques présentant une régularité (stabilité) mais avec une marge de variation (plasticité, déformabilité) produite par des facteurs de nature fort diverse13 ». L’approche herméneutique confirme que l’identification des unités linguistiques pertinentes dépend de l’interprétation de l’énoncé : « le signifiant […] a lui-même à être reconnu, et son identification “est précédée par les attentes et présomptions” définies par le contrat propre au genre textuel14 ».

La puissance et l’effet

  • 15 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1948-1949, série C, Grammaire particuliè (...)

7La psychomécanique exploite la distinction traditionnelle entre la puissance et l’effet pour modéliser « l’acte de langage » comme « transition de la langue au discours15 ». Ce cadre théorique présente un intérêt particulier pour rendre compte du clivage comme fait de syntaxe, et plus spécifiquement comme fait de syntaxe expressive. Le principe fondamental d’actualisation est de fait soumis à une double restriction.

  • 16 Ibid., p. 22 et 197.
  • 17 « [La phrase] appartient à la parole, non à la langue. » (Saussure de F., Cours de linguistique gé (...)
  • 18 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1948-1949, série C, Grammaire particuliè (...)
  • 19 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1945-1946, série B, Faits de langue et f (...)
  • 20 Ibid., p. 177. Ces lois sont elles-mêmes soumises à une opposition forme/matière : « En tant que co (...)

8La linguistique guillaumienne maintient, sur la base d’une successivité langue / discours corrélée aux oppositions pré-construit / momentané, institué / improvisé16 les indexations saussuriennes du mot et de la phrase17 : « [L’acte de langage] trouve, déjà construite, l’unité de puissance qu’est le mot, et il construit l’unité d’effet qu’est la phrase18. » La phrase est définie en discours comme « la saisie de mots finis » et « leur mise en rang dans une unité groupante, linéairement développée19 ». Les lois présidant à son organisation sont rapportées à une « structure logique », qui ne s’impose pas à toute unité d’effet20.

  • 21 Skrélina L. M., « Le temps opératif et la structure de la phrase », Joly A. et Hirtle W. H. (dir.) (...)
  • 22 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1945-1946, série B, Faits de langue et f (...)

9La théorie inciterait à étendre systématiquement à la syntaxe la postulation « de schèmes ou de modèles d’opérations constructrices » relevant du plan de puissance21. D’autant que la distinction entre expression et expressivité conduit à verser la syntaxe d’expression dans le domaine institué de la langue, alors que la syntaxe d’expressivité excéderait le fait de discours conditionné par le fait de langue22. Nous reviendrons sur la notion d’expressivité, régulièrement illustrée par le clivage syntaxique. Retenons que, selon les options théoriques, le tour d’emphase résiste à une indexation en langue comme fait de syntaxe, et plus encore comme fait de syntaxe expressive.

10Une définition non essentialiste de la langue comme abstraction, modélisée en interaction avec les réalisations discursives, permet de dépasser la dichotomie langue / discours au profit d’une attention aux normes langagières. La question de l’expressivité est particulièrement saillante dans le domaine littéraire. Elle rejoint les problématiques du style, qui se prête à une description dans la langue.

  • 23 Adam J.-M., Le Style dans la langue, Delachaux & Niestlé, coll. « Sciences des discours », 1997, p (...)

Un « fait de style » n’apparaît plus comme un écart par rapport à une norme grammaticale restreinte et arbitraire, mais comme un fait de sens exploitant les virtualités – éventuellement les plus cachées – du système et des relations spécifiques aux autres formes dans l’unité que constitue le texte23.

  • 24 Valéry P., « De l’enseignement de la poétique au Collège de France », Variété V [1945], Œuvres, to (...)
  • 25 « L’écrivain […] est un écart, un agent d’écarts. Ce qui ne veut point dire que tous les écarts lu (...)
  • 26 Riffaterre M., Essais de stylistique structurale, Paris, Flammarion, 1971.
  • 27 Combe D., La Pensée et le style, Paris, Éditions universitaires, 1991.

11L’hypothèse rejoint l’enseignement de Valéry : « la Littérature est, et ne peut être autre chose qu’une sorte d’extension et d’application de certaines propriétés du Langage24 ». Le même proposait par ailleurs une définition extensive de l’écart comme symbole littéraire25, qui a promu ce critère dans le champ stylistique. Si la perception d’un écart peut fonctionner localement comme signal, l’analyse trouve son véritable fondement dans les modes de contextualisation du fait de langage, rapportés au projet esthétique ou à la visée pragmatique du discours. Le rôle dévolu au contexte dans la stylistique structurale de Riffaterre invite à dissocier la problématique du style des catégories de langue par un déplacement de la notion d’écart26, laquelle mérite d’être dépassée par une définition positive du style27. Avant de revenir sur ce point, cernons les questions soulevées par l’analyse linguistique du clivage.

Problématique linguistique du clivage

  • 28 Selon la Grammaire Larousse du XXe siècle, « la mise en valeur des sentiments personnels entraîne (...)

12La description courante des procédés de mise en relief ou d’emphase syntaxique repose sur le rapport entre le « contenu propositionnel » de l’énoncé et les opérations énonciatives qui lui sont appliquées. Mais même limité à la forme typique C’est… qui (que), le clivage se prête à des analyses divergentes28. En outre, la chaîne verbale recouvre diverses relations syntaxiques mettant en jeu le rapport oral / écrit.

Syntaxe du clivage

13La syntaxe du clivage est traitée à travers une série de questions auxquelles ont été apportées des réponses variables selon le cadre théorique et le type de corpus.

Rapport oral / écrit

  • 29 Bally Ch., Linguistique générale et linguistique française, op. cit., p. 74.

14La notion linguistique d’emphase suggère le rôle syntaxique de l’intonation, mais le tour n’est pas spécifique à l’oral. Il permet d’assouplir la contrainte relative pesant sur l’ordre des mots dans une langue non casuelle. Bally range l’énoncé clivé parmi les phrases liées, notant que l’accent et l’intonation en font un « type très voisin de la segmentée29 ». L’écrit neutralise la prosodie, qui distingue le clivage de constructions homographes, mais différencie aussi diverses formes de clivage.

Transformation ou construction sui generis ?

  • 30 Jespersen O., La Syntaxe analytique, [1937], Éditions de Minuit, coll. « Arguments », 1971, p. 144

15La description grammaticale privilégie un modèle intuitif de transformation à partir d’un énoncé linéaire, auquel peut être rapportée l’analyse syntaxique30. Le clivage a pourtant donné lieu à divers schémas de dérivation. La difficulté rencontrée en particulier par les théories génératives et transformationnelles peut conforter la thèse de constructions sui generis justifiées par les conditions de l’énonciation.

Rigidité de l’opérateur d’extraction ou autonomie des termes ?

  • 31 Blanche-Benveniste C., « Examen de la notion de subordination », Recherches sur le français parlé, (...)
  • 32 Damourette J. et Pichon E., Des mots à la pensée. Essai de Grammaire de la Langue Française, Paris (...)

16L’analyse courante fait de la combinaison c’est… qu- un opérateur syntaxique promu comme outil d’analyse grammaticale. Cette rigidité n’exclut pas une syntaxe spécifique, comme celle de « dispositif » à verbe être subduit plaçant le verbe « constructeur » dans une « pseudo-subordonnée31 ». D’autres analyses privilégient le rôle de c’est, comme présentatif ou forme pronominale cataphorique en « tour attributif plein32 ».

Classe du connecteur qu- ?

  • 33 Transposition dont l’empreinte subsisterait dans « la langue populaire » : C’est moi qui le paiera (...)
  • 34 Selon Guillaume, la « construction vieillie » C’est Pierre à qui j’ai parlé a fait place à une nom (...)

17Sandfeld a fait l’hypothèse d’une « transposition » à partir d’une proposition relative indépendante, dont la postposition par insistance sur l’attribut (c’est lui qui l’a dit) aurait favorisé la confusion avec une relative « adjointe33 ». Or le statut relatif fait problème, en particulier dans la construction prépositionnelle34. D’où une distinction possible qui vs que, ou une hésitation sur la classe du connecteur qu- (relatif ou conjonctif ?) renvoyant à la question générale du rapport entre classe grammaticale et rôle de connecteur.

Ambiguïtés discursives

18La chaîne écrite C’est x qu- p recouvre, en fonction de son « contenu propositionnel », différentes structures parfois difficiles à discriminer. Cette « homonymie syntaxique » peut maintenir dans l’écrit une ambivalence stylistiquement pertinente.

Structuration de l’énoncé

19(1) Dans son emploi simple, le présentatif C’est régit un GN enchâssant une subordonnée relative épithète, dont la valeur sémantique dépend du type d’actualisation nominale (C’est l’ami / un ami dont je t’ai parlé).

20La Linguistique de Bally souligne que la phrase liée permet d’articuler thème (A) et propos (Z) selon deux orientations inverses, dont la première (2) est l’archétype du clivage :

  • 35 Bally Ch., Linguistique générale et linguistique française, op. cit., p. 74.

(2) On sait, par exemple, que le propos peut être mis en relief par le tour c’est… qui (que), avec le concours de l’accent et de l’intonation aiguë : « C’est moi qui ai fait cela », type « très voisin de la segmentation ZA » […].
Par contre, on obtient (3) une succession thème-propos [AZ] et une phrase à deux sommets mélodiques par la variante : « C’est moi le coupable ». Même succession, et phrase à deux sommets, mais intonée plus énergiquement, dans le tour très différent « C’est lui qui sera content ! » (c’est-à-dire « Lui, ah ! certes, il sera très content »)35.

  • 36 Blinkenberg A., L’Ordre des mots en français moderne, tome I, Copenhague, Levin & Munksgaard, 1928 (...)

21Blinkenberg distingue quant à lui dans la phrase C’est mon ami qui sera content une troisième interprétation (4) impliquant deux faits nouveaux – qui lui conférerait un statut globalement rhématique – et isole (5) le cas de l’énoncé explicatif valant réponse à une question du type : *Qu’est-ce que c’est ? C’est le chien qui rêvait36.

Approche communicative

  • 37 « Le caractère prédicatif du terme introduit par “c’est” est net, quand la proposition relative co (...)
  • 38 Gardes Tamine J. et Pellizza M.-A., La Construction du texte. De la grammaire au style, Armand Col (...)

22La notion traditionnelle de « mise en vedette » a été supplantée par des interprétations de type prédicatif (sujet / prédicat chez Blinkenberg, thème / propos chez Bally), ensuite traitées selon les modèles communicatifs ou informationnels issus du cercle de Prague. On observe un primat de l’analyse du tour comme sélection du rhème (généralement défini comme l’élément nouveau de l’énoncé) ou focalisation syntaxique. Pourtant, avant les aménagements théoriques apportés au modèle binaire pragois thème / rhème, les analyses linguistiques soulignaient le rôle du contexte, de la codification du tour, de l’organisation de l’information37. De fait, le clivage joue souvent un rôle interphrastique de charnière thématique. D’où la pertinence des distinctions entre emphase formelle et fonction de focalisation38, entre focalisation et information.

  • 39 Blinkenberg A., L’Ordre des mots en français moderne, op. cit., p. 17 et 24.

23Ce volet linguistique consacré au clivage illustre la difficulté à établir le fait de langue. Elle peut être éclairée par le doute méthodique de Blinkenberg concernant l’ordre des mots : attention à la « valeur latente » des constructions, mais aussi à la « différenciation » et à la « variation » grammaticales chez un même auteur39.

  • 40 Blinkenberg A., L’Ordre des mots en français moderne, op. cit., p. 31-32.

Il y a dans le langage, et c’est très important pour l’ordre des mots, un élément de jeu avec lequel il faut compter, jeu qui se plaît à renverser les règles établies ou en train de s’établir, qui désorganise mais qui organise aussi sur de nouvelles bases, qui sauvegarde enfin la liberté créatrice individuelle et permet d’exprimer toutes les nuances de la pensée et du sentiment. Nous arrivons là en plein champ stylistique et sur les confins de la grammaire ; mais une ligne de démarcation nette n’existe pas ; voilà pourquoi nous croyons impossible d’exclure […] la stylistique de la syntaxe, d’opposer l’application des règles aux règles mêmes40.

Expressivité et stylistique

  • 41 Voir l’entrée « Expression et expressif » de l’index du Traité : « termes employés dans ce livre p (...)
  • 42 Ibid., p. 256.
  • 43 Wilmet M., « Expressivité et stylistique chez Gustave Guillaume et Charles Bally », Auroux S. et a (...)

24Les tours d’emphase sont traditionnellement rapportés à une « syntaxe affective » déjà au cœur des débats de la grammaire classique. Alors que la psychologie avait conforté la notion d’affectivité, Bally a fondé sur la base d’une opposition intellectuel / affectif une problématique qui devait alimenter la réflexion grammaticale de la première moitié du XXe siècle. Sa stylistique de la langue, liant étroitement affectivité et expressivité41, interroge « la distinction à faire entre la stylistique et la syntaxe42 ». La place du clivage syntaxique dans les travaux de Bally et Guillaume incite à s’intéresser, à la suite de M. Wilmet, à leurs conceptions respectives de l’expressivité et de la stylistique43.

Clivage et expressivité

  • 44 Sur l’aspect historique de ces problématiques stylistiques, voir Karabétian É., Histoire des styli (...)

25La notion d’expressivité s’est imposée parallèlement au processus de grammaticalisation de la stylistique44, alors que la discipline définie par Bally à partir du rapport entre parole et pensée était appliquée à la littérature comme répertoire de moyens d’expression. La syntaxe apparaît alors comme un domaine d’élection de l’expressivité.

Bally : de la stylistique linguistique à la linguistique comparée

  • 45 Bally Ch., Traité de stylistique française, op. cit., p. 16.
  • 46 Ibid., p. 261.
  • 47 Ibid.

26Le tour clivé sert de révélateur à l’évolution de la pensée de Bally entre le Traité de stylistique de 1909 et la Linguistique de 1944 (édition refondue de celle de 1932), par le traitement différencié dont il fait l’objet. Le Traité défend l’autonomie de la discipline stylistique comme étude des « faits d’expression du langage organisé au point de vue de leur contenu affectif45 » en opposant le pôle de l’expression intellectuelle ou logique à celui de l’affectivité. La notion de « prédominance » indique « qu’il n’y a pas de distinction de principe entre la syntaxe et la stylistique, ou plus exactement, que la limite qui les sépare n’est pas rigoureusement tracée46 ». Parmi les exemples de « syntaxe “affective”47 » (ibid.) figure « un fait de syntaxe comportant deux interprétations » :

  • 48 Ibid., p. 262.

La phrase : « C’est moi qui n’en veux pas » peut signifier d’abord : « C’est moi, et non un autre, qui ne le veux pas » […] ; mais elle peut aussi s’interpréter : « Assurément je ne le veux pas, je me garderais bien de le vouloir » […]. Le premier emploi de la tournure syntaxique c’est… qui marque une distinction essentiellement logique, tandis que le second est fortement affectif, et il l’est doublement : d’abord parce qu’il permet l’expression très intense d’un sentiment spontané, par ex. l’indignation, et par là produit un effet naturel ; ensuite […] cette tournure est extrêmement familière et produit ainsi un effet par évocation48.

  • 49 Bally Ch., Linguistique générale et linguistique française, op. cit., p. 35.
  • 50 Wilmet M., « Expressivité et stylistique chez Gustave Guillaume et Charles Bally », art. cit., p.  (...)
  • 51 Bally Ch., Linguistique générale et linguistique française, op. cit., p. 210-211.

27Le clivage stricto sensu illustre ici une valeur logique, à distinguer de la valeur affective d’une « signification homonyme ». Cette opposition n’est plus au principe de la Linguistique, selon laquelle « toute énonciation de la pensée par la langue est conditionnée logiquement, psychologiquement et linguistiquement49 ». Le champ de l’expressivité s’étend désormais au-delà de l’affectivité50. On a vu que l’ouvrage analysait de manière plus systématique les constructions à dynamique inverse ZA vs AZ, insistant sur le rôle des « procédés musicaux, accent et mélodie » pour différencier leurs valeurs. Mais c’est désormais de manière indifférenciée que la périphrase « C’est… qui, c’est… que » illustre la « syntaxe spéciale » requise en français par « l’expressivité, reflet des mouvements émotifs de la pensée51 ».

Guillaume : expression et / ou expressivité

  • 52 Wilmet M., « Expressivité et stylistique chez Gustave Guillaume et Charles Bally », art. cit., p.  (...)
  • 53 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1948-1949, série C, Grammaire particuliè (...)
  • 54 Guillaume G., Principes de linguistique théorique de Gustave Guillaume, op. cit., p. 149.

28Après avoir, comme Bally en son temps, renoncé au couple impressif/impression52, Guillaume écarte la notion d’affectivité au motif que « tous les actes d’expression – sans exception aucune – sont affectifs vu que tous ont pour objet d’agir sur l’interlocuteur, de l’affecter53 ». La différence pertinente est alors entre expression et expressivité, soumises à une loi selon laquelle « ce qu’on gagne en expressivité, on le perd en expression, et donc en syntaxe54 ». Le « mouvement expressif » explicite est illustré par le clivage syntaxique dans les Leçons des années 1948-1949, qui décrivent une successivité d’opérations morphologiques puis syntaxiques :

  • 55 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1948-1949, série C, Grammaire particuliè (...)

1) Phrase de base

J’ai parlé à Pierre

2) Nominalisation externe

que j’ai parlé à Pierre

3) Phrase expressive primordiale

C’est que j’ai parlé à Pierre

4) Nominalisation interne

à Pierre que j’ai parlé

5) Nouvelle phrase expressive

C’est à Pierre que j’ai parlé55

  • 56 Ibid., p. 73.
  • 57 Guillaume G., Principes de linguistique théorique de Gustave Guillaume, op. cit., p. 151-152.
  • 58 Voir ici même Baron Vermoyal M.-C. et Gallon S.

29L’hypothèse d’une corrélation inverse expression / expressivité conduit à des formulations exclusives : « On dira sans expressivité : On nous parle, mais on devra dire expressivement : C’est à nous qu’on parle56. » Si l’expressivité peut être définie comme « adversative » à l’égard de l’expression, la question se pose « de savoir jusqu’à quel degré sont instituées en langue les syntaxes d’expressivité auxquelles on fait appel là où, du côté expressif, la syntaxe de pleine institution apparaît défaillante57 ». Le principe psychomécanique d’actualisation linguistique ménage ainsi une marge d’invention dans l’acte de langage58. Mais la langue a raison du clivage mot / phrase en s’étendant à la syntaxe d’expression, et dans une moindre mesure à la syntaxe d’expressivité. De fait, au-delà des difficultés d’analyse, le clivage relève des principes généraux de la langue. Quant à son caractère expressif, il mérite d’être évalué selon les conditions d’emploi.

  • 59 Lauwers P., La Description du français entre la tradition grammaticale et la modernité linguistiqu (...)

30Bally et Guillaume distinguent dans la syntaxe un potentiel expressif dont le clivage serait une illustration exemplaire. On mesure toutefois, de l’un à l’autre, la fluctuation des domaines et des valeurs assignés : logique, affective, expressive. Les liens anciens de l’expressivité langagière avec l’affectivité ou la subjectivité conduisent à interroger le type de relations entre causalité, finalité et effet. Cette complexité des moyens et des effets peut expliquer que « la grammaire affective ait réintégré la grammaire ordinaire59 » ou soit envisagée sous l’angle pragmatique.

  • 60 « Il est sensible et manifeste que le discours se recompose d’actes d’expression engagés et condui (...)

31Ni Bally ni Guillaume ne rapportent directement l’expressivité au style. Le premier parce que la littérature est écartée par principe de la stylistique linguistique, le second parce que le style occupe une place marginale dans la psychosystématique60. En privant l’énoncé des marques suprasegmentales, l’écrit confère au tour clivé une complexité que le discours littéraire peut exploiter. L’appréhension du fait syntaxique est alors conditionnée par les propriétés énonciatives et génériques du discours.

Emphase et stylistique

32Les stylistiques de l’expressivité linguistique inspirées de Bally ont été supplantées par des stylistiques littéraires fondées sur des faits jugés significatifs au regard d’une écriture singulière, en relation plus ou moins étroite avec l’herméneutique et l’esthétique. Leur enjeu majeur est de lier l’observation locale, sinon au postulat idéaliste de génération de l’œuvre – l’étymon spirituel de Spitzer –, du moins à ses modes d’organisation et de représentation. À cet égard, le fait expressif n’a pas en soi de valeur stylistique, sauf à manifester une forme de pertinence contextuelle.

Faits ou traits de style : l’art en effet

  • 61 Genette G., Fiction et diction, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 1991, p. 132-143.
  • 62 « Un trait stylistique, tel que je le conçois, est un trait qui est exemplifié par l’œuvre et qui (...)
  • 63 Genette G., Fiction et diction, op. cit., p. 135.
  • 64 Riffaterre M., Essais de stylistique structurale, Paris, Flammarion, « Nouvelle Bibliothèque scien (...)
  • 65 Ibid., p. 38.

33Le critère de pertinence stylistique oscille entre deux pôles, quantitatif et qualitatif : fréquence ou saillance, co-occurrence ou congruence des faits de langage ? Il a donné lieu à une distinction formulée par G. Genette entre « fait de style » (« événement, récurrent ou non, dans la chaîne syntagmatique ») et « trait de style » (« propriété paradigmatique susceptible de caractériser un style61 »). Sa définition du style, inspirée de la réflexion de N. Goodman sur l’exemplification esthétique62, est essentiellement rapportée à la texture comme « versant perceptible du discours, qui par définition l’accompagne de part en part sans interruption ni fluctuation63 ». Notons, avant de revenir sur cette proposition, que la distinction se justifie indépendamment de la théorie exemplificative. Le « fait de style » ainsi entendu recouvre un spectre large : depuis l’occurrence verbale produisant un effet local d’attention, sur un mode potentiellement discordant, jusqu’à l’indice formel d’un style assignable au texte, susceptible d’être constitué en trait de style (voir ci-dessous). En position médiane se situerait le « fait de style » défini par M. Riffaterre sur la base d’« un contexte et un contraste64 » dont « le sens et la valeur » sont conditionnés par un double régime de lecture, sémantique et sémiotique65. Mais les réserves formulées quant au positivisme du fait linguistique valent a fortiori dans le domaine du style, dont les manifestations sont perçues ou conçues en réception selon un projet de lecture, indissociables d’effets à circonscrire.

  • 66 F. Rastier définit des « traits de facture » dits « morelliens » par référence à la méthode d’iden (...)
  • 67 Ibid., p. 186-187.
  • 68 Genette G., Fiction et diction, op. cit., p. 133 et 136-137.
  • 69 Jenny L., « Du style comme pratique », art. cit., p. 112.
  • 70 Genette G., Fiction et diction, op. cit., p. 137.

34Les traits de style ne peuvent se limiter à un répertoire, en tout cas s’ils dépassent la fonction d’identification66 pour celle de caractérisation. F. Rastier décrit les traits « spitzériens » comme des « formes d’organisation, transposables à différents niveaux de complexité, entre lesquels ils établissent des solidarités d’échelle. Ils deviennent ainsi des principes organisateurs de la textualité67 ». G. Genette fait état d’un consensus sur la combinaison des traits en « collection » ou en « faisceau » mais, dans la théorie exemplificative, la caractérisation repose essentiellement sur des propriétés typiques de l’œuvre, justifiant l’attribution de prédicats verbaux68. Discutant ces thèses, L. Jenny insiste sur la nécessité de rapporter les traits de style à un « espace de configuration » pour « rendre compte des valeurs spécifiques qu[’ils] reprennent en contexte et du travail d’individualisation auquel ils concourent69 ». Cette perspective intégrative conduit à un dépassement de la texture au profit du « “fonctionnement symbolique” de l’œuvre70 ».

  • 71 Guiraud P., La Stylistique, Paris, PUF, [1954] 1957, p. 91 sq.
  • 72 Molinié G., Sémiostylistique. L’effet de l’art, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 1998, p. (...)

35P. Guiraud avait indiqué la voie d’une « stylistique de la composition » appliquée « au niveau supra-linguistique du discours organisé », voire à la totalité de l’œuvre71. Elle a été systématisée par la sémiostylistique de G. Molinié, élargie à la structuration énonciative et actantielle du discours littéraire comme pratique de l’art en effet. Elle rend compte de la plasticité et de la relativité du stylème dans la « constitution textuelle » au regard des régimes de littérarité, générale, générique et spécifique. La singularité scripturaire procède d’une dialectique entre identité et différence, entre collectif et individuel, dans l’émergence de régularités qui, « à divers niveaux, déterminent des caractéristiques de fonctionnement textuel » en fondant sa valeur littéraire72.

Motivation stylistique

  • 73 Voir Rastier F., Arts et sciences du texte, op. cit., p. 13.

36L’approche herméneutique incite, en postulant le primat du global sur le local73, à inverser la logique de composition discursive par combinaison d’unités. L’identification de faits de langage significatifs tient à la perception de formes engageant une double mémoire culturelle et textuelle. La pertinence stylistique trouve sa motivation moins dans un écart linguistique ou la relation iconique à un référent extralinguistique, qu’en un double jeu de relations, in absentia avec des normes discursives, in praesentia avec le contexte occurrent. Elle doit faire leur part aux tensions ou conflits entre faits de langage, susceptibles d’être dépassés à l’échelle d’unités textuelles plus larges dans une forme de cohérence, fût-elle problématique.

  • 74 Benveniste É., Problèmes de linguistique générale II, op. cit., p. 79.
  • 75 Jaubert A., « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue », Petitjean A. et Ra (...)

37Les déterminations du discours littéraire conduisent à interroger le rapport entre figure et « fait de style ». Le caractère essentialisant des répertoires rhétoriques rend sensible un « procès d’appropriation » stylistique, excédant celui de l’énonciation74 pour définir une position à l’égard des codes. Si la figure de rhétorique mérite d’être décrite comme phénomène discursif, tout fait de langage perçu comme signifiant au regard du projet esthétique fait valoir une composante figurale. Il procède de la configuration du discours et de l’univers qu’il configure. Il participe d’une intelligibilité tenant à « la perception synthétique du sens et de la valeur75 ».

  • 76 Riffaterre M., Essais de stylistique structurale, op. cit., p. 30. Le texte de 1971 corrige la not (...)
  • 77 Jenny L., « Du style comme pratique », art. cit., p. 112.
  • 78 Sur les problématiques de l’efficacité et de la valeur du discours comme performance au regard de (...)

38Récusant le principe d’écart à la norme linguistique, la stylistique structurale de Riffaterre défend celui d’une perceptibilité en contexte fondée sur un « soulignement (emphasis) (expressif, affectif ou esthétique)76 ». L. Jenny affirme quant à lui que si « l’on peut légitimement réintroduire à propos du style l’idée de valeur, ce n’est pas du tout au sens de la “valeur esthétique”, mais c’est au sens de “valeurs d’emphase”77 ». La notion intéresse un procédé dit d’emphase syntaxique, susceptible de fonctionner ainsi à double régime. Les propriétés linguistiques du tour dessinent toutefois les lignes de force d’un pouvoir proprement esthétique. Elles rendent sensible une manière de donner forme à la représentation, susceptible d’engager la qualité du discours à travers ses visées pragmatiques et symboliques78.

  • 79 Philippe G. et Piat J. (dir.), La Langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave (...)

39Les conditions de motivation stylistique d’un fait de langage paraissent d’autant plus décisives que sa fréquence tend à l’assimiler à un trait d’époque ou à un procédé d’écrivain. Le clivage syntaxique porte la marque d’une énonciation de discours au sens de Benveniste. Dans le champ romanesque, il accompagne au cours du XXe siècle l’émergence d’un paradigme de la diction prenant le pas sur celui de la fiction. Cette mutation se manifeste par l’essor des représentations de la voix littéraire79. Elle favorise une émancipation générique traçant en particulier un continuum entre roman et théâtre.

Marguerite Duras : enjeux textuels du clivage

  • 80 G. Philippe relève « la surreprésentation des tours en c’est » qui « assurent la vocalité paradoxa (...)
  • 81 Marguerite Duras est la cible de l’ironie de P. Rambaud, qui se livre à une réécriture féroce du r (...)

40L’œuvre de Marguerite Duras est un emblème de cette évolution littéraire, caractérisé par une proximité formelle entre textes littéraires et textes d’entretiens. Parmi les procédés caractéristiques de l’écrivain figure le clivage syntaxique80, ressort privilégié du pastiche ou de la parodie de son œuvre81. Si le tour participe d’effets de parole caractéristiques de l’époque, il mérite, pour être constitué en fait de style, d’être rapporté aux enjeux d’un texte ou d’une écriture saisie dans son histoire. Il s’agit, sans postuler une unité organique du texte, d’étudier le fait de syntaxe en contexte pour évaluer son pouvoir figural. On insistera sur le palier méso-textuel (phrase, période, paragraphe), espace crucial de configuration du discours.

  • 82 Weil H., De l’ordre des mots dans les langues anciennes comparées aux langues modernes. Question d (...)

41Le clivage noue syntaxiquement le lien entre représentation et communication, par un effet d’anticipation informationnelle sollicitant l’adhésion. Il combine le pouvoir apodictique de l’énoncé en c’est avec un potentiel polémique fondé sur la présupposition. Le bouclage de l’énoncé dans un double mouvement de sélection et d’exclusion est en affinité avec une disposition de l’ethos durassien, qui culmine dans les textes tardifs. Il joue un rôle spécifique dans le roman, dont l’économie narrative peut répondre à la tension interne de la phrase comme petit « drame82 ».

Le romanesque durassien : mises en perspective

  • 83 Duras M., Cahiers de la guerre et autres textes, Paris, POL/Imec, 2006, p. 31.

42Le roman durassien exploite le clivage syntaxique de manière circonstanciée, plus ou moins étroitement associée au symbolisme de l’œuvre. Le tour permet de surdéterminer certains rôles actanciels. Il se signale surtout par l’extraction du circonstant, indice d’un déport du récit vers les circonstances ou les modalités de dévoilement de l’événement, qui fait vaciller le romanesque. Toujours plus, le texte se lit comme discours sur une matière instituée en légende. La disposition est ancienne puisque le premier récit de la vie en Indochine s’ouvre sur un clivage surdéterminant le topos de la scène originelle : « Ce fut sur le bac qui se trouve entre Sadec et Sai que je rencontrais [sic] Léo pour la première fois83. »

  • 84 Le Ravissement de Lol V. Stein, Paris, Gallimard, 1964 ; édition de référence : coll. « Folio », 1 (...)

43L’historicité des moyens d’expression et le statut des effets de voix dans la littérature contemporaine incitent à suivre l’évolution d’une écriture, pour différencier certains enjeux de ses exercices d’appropriation langagière. On proposera un aperçu sur deux temps forts du parcours romanesque : Le Ravissement de Lol V. Stein (1964) et L’Amant (1984)84.

Le discours clivé de Lol V. Stein

44Roman charnière dans l’affirmation du style durassien, Le Ravissement de Lol V. Stein motive son énonciation de discours par un dispositif actantiel faisant d’un personnage, Jacques Hold, le narrateur du récit. Le travail de remémoration justifie le statut présupposé d’une histoire fondée sur la légende de Lol, héroïne auto-instituée par son nom : « Lol V. Stein – c’était ainsi qu’elle se désignait » (LVS, p. 23). L’enquête procède par captation et analyse de phénomènes. Le clivage contribue à baliser une intrigue où « il faut inventer les chaînons qui… manquent » (LVS, p. 37), y compris par une mise en abyme : « C’est peu de temps après qu’elle invente – elle qui paraissait n’inventer rien – de sortir dans les rues. » (LVS, p. 39)

45L’adverbe alors illustre l’emploi romanesque de focus charnière, mais en déjouant la progression ou la cohérence narratives. Ainsi de cette vision du bal scellant, par l’aspect accompli (« étaient passés ») et son symbolisme « funèbre », un enchaînement perçu comme fatal au regard du dénouement de la scène :

§ L’orchestre cessa de jouer. Le bal apparut presque vide… ils s’étaient rejoints, n’entendant pas qu’il n’y avait plus de musique. C’est alors que les musiciens étaient passés devant eux, en file indienne, leurs violons, enfermés dans des boîtes funèbres. Ils avaient eu un geste pour les arrêter, leur parler peut-être, en vain. § (LVS, p. 21)

46Le clivage soutient ponctuellement l’intensité dramatique des scènes, à travers des jeux de rôle et de place liés à la triangulation amoureuse. Ainsi de ce ballet strictement réglé entre les deux femmes observées à distance par Jacques Hold :

§ Voici que Tatiana se lève, dit quelque chose avec véhémence. Alors Lol d’abord s’écarte et puis elle revient, se rapproche de Tatiana, et caresse légèrement ses cheveux. § (LVS, p. 91)

47Une réaction symétrique (« Alors c’est Tatiana qui recule ») prépare une autre substitution actancielle préfigurant la confusion des identités : « Elle fait quelques pas vers Tatiana, elle revient, elle l’enlace […] » ; « Cette fois c’est Tatiana qui se lève et enlace Lol » (LVS, p. 91 et 93).

  • 85 Ricoeur P., Temps et récit I. L’intrigue et le récit historique, Paris, Le Seuil, 1983, p. 127.

48Le tour interroge plus largement le statut relatif des personnages pour suivre le parcours de Lol, soumis à une dialectique du subissement et de l’actance que condense ici une périphrase causative (à propos de ses pensées) : « On dirait que c’est le déplacement machinal de son corps qui les fait se lever toutes ensemble dans un mouvement désordonné, confus, généreux. » (p. 45) La fin du roman consacre, à travers le clivage du couple (« C’est elle qui a fixé ce lieu, ce salon de thé », p. 129 ; « c’est Lol qui a raison », p. 184 ; « C’est elle qui m’a réveillé », p. 189), un statut paradoxal de maîtresse du jeu, alors que se profile le « commencement sans fin de Lol V. Stein » (p. 184). L’organisation de l’énoncé au service de l’analyse résiste à la convention de « mise en intrigue », qui « tire d’une simple succession une configuration » narrative85.

Dispositifs textuels de L’Amant

49Ultérieurement, le tour clivé paraît plus directement motivé par le travail d’un texte confronté à sa part irréductible. La ligne de crête de l’« écriture courante » (A, p. 38) est soutenue par des configurations manifestant le pouvoir d’institution du discours. Elles s’intègrent à des dispositifs textuels comme l’empreinte de l’image absolue (la jeune fille avant la rencontre) qui devait initialement donner son titre à L’Amant. L’archive est approchée par sélection présentative des circonstances de l’événement (« C’est le passage d’un bac sur le Mékong. » ; « C’est la traversée du fleuve. », etc., A, p. 11 et 16), avant un déploiement discursif sous forme de paragraphe encadré par deux clivages. Le commentaire modalise d’abord sa puissance apodictique : « § C’est au cours de ce voyage que l’image se serait détachée, qu’elle aurait été enlevée à la somme. », avant d’imposer l’évidence : « C’est à ce manque d’avoir été faite qu’elle doit sa vertu, celle de représenter un absolu, d’en être justement l’auteur. § » (A, p. 16-17) Des dispositifs comparables s’appliquent à d’autres aspects de la légende : le chapeau d’homme, le dévoilement de la vocation ou la mort du petit frère.

50La structure informationnelle du tour syntaxique est souvent détournée, le présupposé se faisant lieu d’amplification du discours. Les lieux durassiens jouent un rôle matriciel, par exemple dans la représentation surdéterminée d’une révélation intime :

§ C’est là, dans la dernière maison, celle de la Loire, quand elle en aura terminé avec son va-et-vient incessant, à la fin des choses de cette famille, c’est que je vois clairement la folie pour la première fois. Je vois que ma mère est clairement folle. Je vois que Dô et mon frère ont toujours eu accès à cette folie. Que moi, non, je ne l’avais jamais encore vue. Que je n’avais jamais vu ma mère dans le cas d’être folle. Elle l’était. De naissance. Dans le sang… § (A, p. 40-41)

51À travers l’investissement énonciatif que suggère le clivage, le discours transcende le récit par un primat du dire sur le dit. Cette posture de maîtrise justifie une mise au point méta-narrative, sollicitant par connivence (« vous voyez ») une mémoire littéraire partagée :

§ Ce n’est donc pas à la cantine de Réam, vous voyez, comme je l’avais écrit, que je rencontre l’homme riche à la limousine noire, c’est après l’abandon de la concession, deux ou trois ans après, sur le bac, ce jour que je raconte, dans cette lumière de brume et de chaleur. § (A, p. 36)

52La question n’est pas de distinguer la fiction et l’autobiographie, mais plutôt le contingent et l’essentiel dans l’avènement d’un ordre de discours singulier. À l’échelle du récit comme de la phrase, il s’agit de placer l’accent avec justesse. La figure de correction excède le texte pour montrer l’œuvre en perspective, à travers les variations qui fondent sa valeur.

Écrire : configurations discursives

  • 86 Écrire, La mort du jeune aviateur anglais, films réalisés par Benoît Jacquot, 1993, Éditions Montp (...)

53La question du rapport entre écrit et oral se pose avec acuité pour les textes tardifs du volume Écrire rédigés à partir d’entretiens filmés86. Faute de pouvoir traiter cette composante génétique, indiquons que les entretiens ont été soumis à un important travail de réécriture et que bien des faits supposés caractéristiques de l’oral sont des créations de l’écrit.

Dire / écrire

54La posture de « parleuse » instituée par le texte tient essentiellement aux déterminations du discours, qui exploite le paragraphe comme espace d’articulation interne et externe. Les propriétés linguistiques du clivage sont portées à un haut degré de stylisation par la mise en forme prédicative d’une matière ténue. Le premier texte, Écrire, qui donne son nom au recueil, s’ouvre sur un énoncé clivé dont la visée généralisante contrarie le mouvement spécifiant de la prédication en C’est :

C’est dans une maison qu’on est seul. Et pas au-dehors d’elle mais au-dedans d’elle. (E, p. 13)

  • 87 Cf. « c’est seulement dans cette maison que je suis seule. Pour écrire. » (ibid.)
  • 88 Cette substitution formelle est l’indice d’une résistance du verbe, terme a priori prédicatif, au (...)

55Cette tension inaugurale résulte d’ajustements génétiques réglant l’actualisation et la détermination de la référence dans l’économie du paragraphe. Elle annonce une ligne de faille du discours, entre expérience personnelle et savoir partagé87. La solitude paraît consubstantielle à l’écriture, et le prédicat fondamental fait l’objet d’une surdétermination exploitant l’emphase syntaxique, avec reprise par le verbe vicaire faire88 :

Dans cette période-là de ma première solitude j’avais déjà découvert que c’était écrire qu’il fallait que je fasse. J’en avais déjà été confirmée par Raymond Queneau. Le seul jugement de Raymond Queneau, cette phrase-là : « Ne faites rien d’autre que ça, écrivez. » § (E, p. 15)

56La parole de caution prêtée à Queneau adopte elle-même le phrasé durassien par dislocation du verbe, fermant le paragraphe sur un chiasme : écrire / faire <> faire / écrire. Sa chute prépare à son tour, par symétrie, l’organisation du paragraphe suivant (écrire / faire) :

§ Écrire, c’était ça la seule chose qui peuplait ma vie et qui l’enchantait. Je l’ai fait. L’écriture ne m’a jamais quittée. § (E, p. 15)

  • 89 Dans L’Amant, le tour écrire de est rapporté à la mère, dont il sous-tend la métamorphose : « elle (...)

57Le discours se configure par faisceaux de faits de langage cernant une vérité singulière. Il allie tensions syntaxiques (continuité / discontinuité intra- et inter-phrastiques) et paradoxes. Les variations répétées de la construction verbale font saillir par clivage une singularité syntaxique qui réactive, dans la préposition de impliquée, une indication d’origine89 :

§ J’ai voulu écrire sur lui l’enfant anglais. Et je ne peux plus écrire sur lui. Et j’écris, vous voyez, quand même, j’écris. C’est parce que j’en écris que je ne sais pas que ça peut être écrit. […] (E, p. 66)

Emphase et empathie

58L’entretien filmé sur « la mort du jeune aviateur anglais » répond explicitement à l’impossibilité de raconter ou écrire l’événement tragique. Une voie envisagée est celle d’un film « d’insistances, de retours en arrière, de redéparts », dont des séquences seront de fait intégrées à l’entretien. Une autre est celle de l’écriture, impossible, qui advient pourtant sous la forme de ce texte adressé « à toi, lecteur » (E, p. 57). L’« histoire », résistant au « récit », met en jeu des combinaisons de clivages à portée variable. Il faut insister sur la fréquence limitée du tour dans le texte et le fait qu’aucune des occurrences suivantes n’est héritée de l’entretien, le plus souvent parce que l’énoncé correspondant n’y figure pas.

59– Combinaison de clivages circonstanciels à moyenne portée, soutenant la dramatisation de « la mort du jeune aviateur anglais ». La progression inverse de la dépouille à l’événement est conforme à la méthode énoncée a posteriori : « Partir de la tombe et aller jusqu’à lui, le jeune aviateur anglais. » (E, p. 79)

§ C’est de l’autre côté de l’église qu’il y a le corps du jeune aviateur anglais tué le dernier jour de la guerre. §

§ C’est ça, oui. Il est resté prisonnier de l’avion. Et l’avion est tombé sur la cime d’un arbre de la forêt. C’est là – les gens du village le croient – qu’il est mort, au cours de cette nuit-là, la dernière de sa vie. § (E, p. 58 et 59)

60La seconde occurrence met en tension le pouvoir apodictique de l’énoncé en C’est et la restriction incidente des conditions de vérité. Le parallélisme final (dernier / dernière) souligne la gradation pathétique.

61– Succession de clivages actanciels assurant la transition entre paragraphes, en marquant le contraste entre clôture phrastique et continuité discursive. La variation temporelle du présentatif est l’indice d’une oscillation entretenue entre époques :

L’année après sa mort, quelqu’un est venu pour le voir, ce jeune soldat anglais. […] Il a dit qu’il était le professeur de cet enfant dans un collège du nord de Londres. C’était lui qui avait dit le nom de l’enfant.

C’est lui qui avait dit aussi que cet enfant était un orphelin. Qu’il n’y avait personne à prévenir. § (E, p. 60)

  • 90 « Le professeur avait dit le nom de l’enfant. Ce nom a été gravé sur la tombe : / W. J. Cliffe. » (...)

62– Relations à longue portée entre la combinaison précédente et une occurrence en écho, elle-même suivie d’une variation sur le dévoilement du nom90 :

C’est lui qui avait dit le nom de l’enfant. Ce nom a été gravé sur la dalle gris clair. W. J. Cliffe. § (E, p. 70-71)

63L’inscription nominale clôt l’épisode funèbre et sert d’appui au développement d’une réflexion sur l’impossibilité paradoxale de dire, d’écrire, pour rendre compte du « fait inépuisable » (E, p. 72).

64Ce questionnement sur le pathétique culmine dans un paragraphe où émotion et écriture interfèrent en un processus de catalyse.

§ S’il n’y avait pas des choses comme ça, l’écriture n’aurait pas lieu. Même si l’écriture, elle est là, toujours prête à hurler, à pleurer, on ne l’écrit pas. Ce sont des émotions de cet ordre, très subtiles, très profondes, très charnelles, aussi essentielles, et complètement imprévisibles, qui peuvent couver des vies entières dans le corps. C’est ça l’écriture. C’est le train de l’écrit qui passe par votre corps. Le traverse. C’est de là qu’on part pour parler de ces émotions difficiles à dire, si étrangères et qui néanmoins, tout à coup, s’emparent de vous. § (E, p. 80)

65La force de la représentation déjoue le schème syntaxique institué par le texte. Sous l’appareil formel du clivage, les énoncés se prêtent à une lecture où le démonstratif neutre retrouve son plein statut dans des énoncés attributifs intégrant des relatives adjointes. Le paragraphe se clôt sur un clivage charnière. Cette forme faible est remotivée par la complexité de la référence et la densité du propos qui, contre les thèses de l’expression de soi, affirme le primat de l’écriture sur l’émotion.

66L’effet de saillance inhérent au tour d’emphase est conforté par la prégnance du schème syntaxique. En cela, le texte est très éloigné de l’écriture rêvée « du non-écrit » : « Des mots sans grammaire de soutien. » (E, p. 71) Les rapports entre structuration phrastique et composition en paragraphes manifestent le rôle configurant du clivage dans l’économie du discours. Mais cette grammaire du texte est soumise à la pesée des modalisations et à l’instabilité de la représentation. Elle est elle-même susceptible d’être complexifiée par l’ambiguïté du tour. Le ressort de l’empathie fait place alors à une forme plus exigeante de compréhension.

Conclusion

  • 91 Rastier F., « Le langage comme milieu : des pratiques aux œuvres », revue électronique Texto ! déc (...)

67L’analyse textuelle conduit à distinguer, pour les articuler, linguistique et stylistique, faits et effets de langage. Elle rend perceptible la composante interprétative de l’enquête, qui peut conditionner l’établissement du fait et sa description théorique. Fait de langue et fait de style n’apparaissent pas comme des objets distincts, mais des points de vue différenciés sur un phénomène considéré dans ses effets. À cet égard, le champ stylistique correspond moins à une sortie de la langue qu’à une manière d’habiter le langage comme milieu91.

68La pluralité des définitions du clivage syntaxique atteste la complexité du tour, mais aussi la plasticité de sa structure, de ses emplois, de ses valeurs. Une clé d’analyse fondamentale tient à ses modes de contextualisation, qui relèvent de différents niveaux et varient selon les corpus :

  • déterminations énonciatives et génériques du texte ;
  • historicité des normes sociolectales et des pratiques littéraires ;
  • cadre formel de l’œuvre et du texte comme unité empirique.
  • 92 Jespersen O., La Syntaxe analytique, op. cit., p. 144-145.
  • 93 Bally Ch., Linguistique générale et linguistique française, op. cit., p. 69.

69La spécificité du tour d’emphase confirme l’interaction entre les problématiques linguistique (insistance syntaxique et interprétation sémantique) et stylistique (emphase linguistique et valeur discursive). Contre l’assimilation du clivage à une focalisation, on peut rappeler sa description par Jespersen comme « une sorte de geste qui présente un élément de la phrase à l’attention de l’auditeur92 ». Bally insistait plus généralement sur les conditionnements situationnels et contextuels de l’organisation communicative : « si la segmentation permet de distinguer nettement le thème et la fin de l’énoncé, c’est qu’elle les met l’un et l’autre en relief93 ». L’interprétation joue dans l’appréhension de l’énoncé un rôle peu compatible avec les thèses uniformes de l’expressivité syntaxique.

  • 94 Bres J., « L’oral dans l’écrit ? Claude Simon raconte son évasion d’un camp de prisonniers », L’In (...)

70Le clivage peut être reconnu comme un trait de style durassien à travers des propriétés énonciatives partagées par les écritures contemporaines. Au-delà des effets de parole, celles-ci tendent à mettre en scène, de manière réflexive, une « profondeur opérative du temps signifiant » dont peuvent rendre compte les catégories guillaumiennes94. Mais la valeur stylistique du tour est soumise à son potentiel figural dans un contexte donné, sa capacité à lier syntaxiquement représentation et communication en une expression perçue comme juste. L’armature prédicative fondée sur une sélection anticipée est susceptible d’être rapportée, de manière variable, à une sémiologie textuelle engageant la dynamique de la lecture.

71Le niveau méso-textuel joue un rôle crucial dans le processus de configuration du discours. Il peut justifier un rapprochement entre les terminologies de Bally et Guillaume en donnant à percevoir le fait de langage comme acte de langage. Sous la plume de Duras, le geste énonciatif inhérent au clivage tend à devenir signifiant comme tel, paradigmatiquement, dans une dialectique de l’encodage et du décodage. Il inscrit l’altérité au sein du discours tout en impliquant le lecteur dans ses exercices d’approfondissement. Procédant d’une écriture qui se veut événement, il dépasse l’opposition entre fait et effet dans le faire littéraire d’une expérience partagée.

Notes

1 La notion de gallicisme, « étiquette vide » selon Léard J.-M., Les Gallicismes. Étude syntaxique et sémantique, Paris/Louvain-la-Neuve, Duculot, coll. « Champs linguistiques », 1992, p. 25, suppose un primat formel ou fonctionnel sur l’analyse linguistique. Le type de la cleft sentence (Jespersen) s’applique à différentes langues, mais la linguistique comparée conduit Bally à affirmer qu’au-delà de leur diversité de valeurs « la présence de “c’est… qui, c’est… que” donne à ces tours un caractère spécifiquement français » (Bally Ch., Linguistique générale et linguistique française, [1932], 4e éd., Berne, Éditions Francke, 1965, p. 211).

2 « Peut-être, dit-il [M. le Roy] (je crois bien que c’était là une concession), n’est-ce pas le savant qui crée le fait brut ; c’est du moins lui qui crée le fait scientifique. Cette distinction du fait brut et du fait scientifique ne me paraît pas illégitime par elle-même. Poincaré, Valeur sc., 1905, p. 221. » (TLF, s. v. Fait.)

3 Saussure de F., Cours de linguistique générale, [1916], 3e éd., Paris, Payot, 1965, p. 23. Les Écrits présentent des formules plus catégoriques : « Il faut dire : primordialement il existe des points de vue ; sinon il est simplement impossible de saisir un fait de langage. » (Saussure F. de, Écrits de linguistique générale, Bouquet S., Engler R. (éd.), Paris, Gallimard, 2002, p. 19.)

4 « [Le linguiste] rassemble des faits et, quand il le peut, il établit des lois ; tout cela demeure dans le domaine de la raison. » (Bruneau Ch., « La stylistique », Romance Philology, V, no 1, 1951, p. 1-14, p. 13.)

5 Bally Ch., Traité de stylistique française, 3e éd., Genève, Librairie Georg & Cie S. A. / Paris, Klincksieck, [1909] 1951, p. 1 et 21.

6 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, série B, Faits de langue et faits de discours, publiées sous la direction de R. Lowe, Québec, Presses de l’université Laval, 2008, p. 93-94.

7 Ibid., p. 105-106 et 131.

8 Guillaume G., Principes de linguistique théorique de Gustave Guillaume, édités par R. Valin, Québec – Paris, Presses de l’université Laval – Klincksieck, 1973, p. 158.

9 Ibid., p. 39.

10 Ibid., p. 38-39.

11 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1945-1946, série B, Faits de langue et faits de discours, op. cit., p. 3.

12 Ibid., p. 189.

13 Neveu F., « Critique du concept d’“homonymie textuelle” », Langages, no 163, p. 89, en référence aux travaux de Culioli.

14 Rastier F., « Problématiques du signe et du texte », Intellectica, no 23, 1996, p. 36.

15 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1948-1949, série C, Grammaire particulière du français et grammaire générale (IV), op. cit., p. 10-12.

16 Ibid., p. 22 et 197.

17 « [La phrase] appartient à la parole, non à la langue. » (Saussure de F., Cours de linguistique générale, op. cit., p. 172). Dans les Écrits, la phrase est rapportée à la notion de discours : « […] Car la phrase n’existe que dans la parole, dans la langue discursive, tandis que le mot est une unité vivant en dehors de tout discours dans le trésor mental. » (Saussure de F., Écrits de linguistique générale, op. cit., p. 117.)

18 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1948-1949, série C, Grammaire particulière du français et grammaire générale (IV), op. cit., p. 13-14. Benveniste distingue de même signe et phrase, corrélés aux modes sémiotique et sémantique de la langue : « Le signe sémiotique existe en soi, fonde la réalité de la langue, mais il ne comporte pas d’applications particulières ; la phrase, expression du sémantique, n’est que particulière. » (Benveniste É., Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard, 1974, p. 225.)

19 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1945-1946, série B, Faits de langue et faits de discours, op. cit., p. 3.

20 Ibid., p. 177. Ces lois sont elles-mêmes soumises à une opposition forme/matière : « En tant que contenant, la phrase appartient au côté formel de la langue, et sa construction repose sur des lois qui ont leur source au plus profond de l’entendement humain. […] Elle a une structure logique. /Tout au contraire, la phrase, en tant qu’on en considère le contenu, appartient au côté matériel de la langue et ne doit son existence, immotivée en soi, qu’à l’occasion, à la circonstance, la conjoncture. » (Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1941-1942, série B, Théorie du mot et typologie linguistique : limitation et construction du mot à travers les langues, Lowe R. (dir.), Québec, Presses de l’université Laval, 2005, p. 139).

21 Skrélina L. M., « Le temps opératif et la structure de la phrase », Joly A. et Hirtle W. H. (dir.), Langage et psychomécanique du langage. Études dédiées à Roch Valin, Lille – Québec, Presses Universitaires de Lille – Presses de l’université Laval, 1980, p. 87-96.

22 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1945-1946, série B, Faits de langue et faits de discours, op. cit., p. 189-190.

23 Adam J.-M., Le Style dans la langue, Delachaux & Niestlé, coll. « Sciences des discours », 1997, p. 46.

24 Valéry P., « De l’enseignement de la poétique au Collège de France », Variété V [1945], Œuvres, tome I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1957, p. 1440.

25 « L’écrivain […] est un écart, un agent d’écarts. Ce qui ne veut point dire que tous les écarts lui sont permis ; mais c’est précisément son affaire, son ambition, que de trouver les écarts qui enrichissent, – ceux qui donnent l’illusion de la puissance, de la pureté, ou de la profondeur du langage. Pour agir par le langage, il agit sur le langage. » (Valéry P., Œuvres, tome II, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1960, p. 1264.)

26 Riffaterre M., Essais de stylistique structurale, Paris, Flammarion, 1971.

27 Combe D., La Pensée et le style, Paris, Éditions universitaires, 1991.

28 Selon la Grammaire Larousse du XXe siècle, « la mise en valeur des sentiments personnels entraîne la création de présentatifs (voici (que), etc.) “qui font le désespoir des grammairiens par l’impossibilité où ils se trouvent de les faire entrer dans les cadres de l’analyse logique” ». Voir plus spécifiquement les problèmes soulevés par « la construction : c’est… que, c’est… qui, c’est… dont, destinée à mettre en relief les mots sur lesquels on veut insister » (1936, p. 434 et 435 ; cité par Lauwers P., La Description du français entre la tradition grammaticale et la modernité linguistique. Une étude historiographique et épistémologique de la grammaire française entre 1907 et 1948, Leuven, Peeters Publishers, 2004, p. 595).

29 Bally Ch., Linguistique générale et linguistique française, op. cit., p. 74.

30 Jespersen O., La Syntaxe analytique, [1937], Éditions de Minuit, coll. « Arguments », 1971, p. 144.

31 Blanche-Benveniste C., « Examen de la notion de subordination », Recherches sur le français parlé, no 4, GARS, université de Provence, 1983.

32 Damourette J. et Pichon E., Des mots à la pensée. Essai de Grammaire de la Langue Française, Paris, Éditions d’Artrey, Bibliothèque du « Français moderne », 1911-1940, tome IV, § 1561, p. 576.

33 Transposition dont l’empreinte subsisterait dans « la langue populaire » : C’est moi qui le paiera. (Sandfeld K., Syntaxe du français contemporain. Les Propositions subordonnées, [1936], nouv. éd., Genève, Droz, 1965, p. 119-121.)

34 Selon Guillaume, la « construction vieillie » C’est Pierre à qui j’ai parlé a fait place à une nominalisation intégrant la préposition : C’est à Pierre que j’ai parlé (Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1948-1949, série C, Grammaire particulière du français et grammaire générale [IV], op. cit., p. 174).

35 Bally Ch., Linguistique générale et linguistique française, op. cit., p. 74.

36 Blinkenberg A., L’Ordre des mots en français moderne, tome I, Copenhague, Levin & Munksgaard, 1928, p. 71.

37 « Le caractère prédicatif du terme introduit par “c’est” est net, quand la proposition relative contient une donnée antérieure et qu’elle garde donc son rôle de terme explétif. Mais ce rôle est vite dépassé, avec la consolidation du type et de l’ordre commençant par “c’est” ; la proposition relative peut très bien contenir une idée nouvelle. » (Blinkenberg A., L’Ordre des mots en français moderne, op. cit., p. 71). Le rhème peut inversement ne correspondre qu’à un segment du constituant extrait, sélectionné par l’accent : « C’est toujours la femme qui décide » (Jespersen O., La Syntaxe analytique, op. cit., p. 144).

38 Gardes Tamine J. et Pellizza M.-A., La Construction du texte. De la grammaire au style, Armand Colin, 1998, p. 22 sq.

39 Blinkenberg A., L’Ordre des mots en français moderne, op. cit., p. 17 et 24.

40 Blinkenberg A., L’Ordre des mots en français moderne, op. cit., p. 31-32.

41 Voir l’entrée « Expression et expressif » de l’index du Traité : « termes employés dans ce livre pour désigner les valeurs stylistiques, c. à d. affectives des faits de langage » (Bally Ch., Traité de stylistique française, op. cit., p. 328). La notion de subjectivité est régulièrement associée à celle d’affectivité.

42 Ibid., p. 256.

43 Wilmet M., « Expressivité et stylistique chez Gustave Guillaume et Charles Bally », Auroux S. et alii, Matériaux pour une histoire des théories linguistiques, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1984, p. 493.

44 Sur l’aspect historique de ces problématiques stylistiques, voir Karabétian É., Histoire des stylistiques, Paris, Armand Colin, coll. « Linguistique », 2000, p. 157 sq.

45 Bally Ch., Traité de stylistique française, op. cit., p. 16.

46 Ibid., p. 261.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 262.

49 Bally Ch., Linguistique générale et linguistique française, op. cit., p. 35.

50 Wilmet M., « Expressivité et stylistique chez Gustave Guillaume et Charles Bally », art. cit., p. 364.

51 Bally Ch., Linguistique générale et linguistique française, op. cit., p. 210-211.

52 Wilmet M., « Expressivité et stylistique chez Gustave Guillaume et Charles Bally », art. cit., p. 495-496.

53 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1948-1949, série C, Grammaire particulière du français et grammaire générale (IV), op. cit., p. 196.

54 Guillaume G., Principes de linguistique théorique de Gustave Guillaume, op. cit., p. 149.

55 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1948-1949, série C, Grammaire particulière du français et grammaire générale (IV), op. cit., p. 175-176.

56 Ibid., p. 73.

57 Guillaume G., Principes de linguistique théorique de Gustave Guillaume, op. cit., p. 151-152.

58 Voir ici même Baron Vermoyal M.-C. et Gallon S.

59 Lauwers P., La Description du français entre la tradition grammaticale et la modernité linguistique. Une étude historiographique et épistémologique de la grammaire française entre 1907 et 1948, op. cit., p. 595-601.

60 « Il est sensible et manifeste que le discours se recompose d’actes d’expression engagés et conduits avec plus ou moins de bonheur et d’habileté – ce qui constitue le style – à partir des données de langue. » (Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1949-1950, série A, Structure sémiologique et structure psychique de la langue française II, publiées par R. Valin, Québec – Paris, Presses de l’université Laval – Klincksieck, 1974, p. 16 ; cité par Wilmet M., « Psychomécanique et stylistique », Joly A. et Hirtle W. H. [dir.], Langage et psychomécanique du langage. Études dédiées à Roch Valin, Lille, Presses Universitaires de Lille – Québec, Presses de l’université Laval, 1981, p. 409.)

61 Genette G., Fiction et diction, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 1991, p. 132-143.

62 « Un trait stylistique, tel que je le conçois, est un trait qui est exemplifié par l’œuvre et qui contribue à la situer dans un corpus significatif d’œuvres parmi d’autres. » (Goodman N., L’Art en théorie et en action, Éditions de l’Éclat, [1984] 1996, p. 38 ; cité par Jenny L., « Du style comme pratique », Littérature, no 118, 2000, p. 106.)

63 Genette G., Fiction et diction, op. cit., p. 135.

64 Riffaterre M., Essais de stylistique structurale, Paris, Flammarion, « Nouvelle Bibliothèque scientifique », 1971, p. 65-66.

65 Ibid., p. 38.

66 F. Rastier définit des « traits de facture » dits « morelliens » par référence à la méthode d’identification picturale de G. Morelli : ils « se répètent d’œuvre en œuvre et ne se signalent pas par une connectivité sémantique particulière » (Rastier F., Arts et sciences du texte, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 2001, p. 185).

67 Ibid., p. 186-187.

68 Genette G., Fiction et diction, op. cit., p. 133 et 136-137.

69 Jenny L., « Du style comme pratique », art. cit., p. 112.

70 Genette G., Fiction et diction, op. cit., p. 137.

71 Guiraud P., La Stylistique, Paris, PUF, [1954] 1957, p. 91 sq.

72 Molinié G., Sémiostylistique. L’effet de l’art, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 1998, p. 116.

73 Voir Rastier F., Arts et sciences du texte, op. cit., p. 13.

74 Benveniste É., Problèmes de linguistique générale II, op. cit., p. 79.

75 Jaubert A., « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue », Petitjean A. et Rabatel A., Questions de style, Pratiques, no 135-136, 2007, p. 47-62.

76 Riffaterre M., Essais de stylistique structurale, op. cit., p. 30. Le texte de 1971 corrige la notion de soulignement « ajouté à l’information transmise par la structure linguistique, sans altération de sens » : « le style est la mise en relief qui impose certains éléments de la séquence verbale à l’attention du lecteur, de telle manière que celui-ci ne peut les omettre sans mutiler le texte et ne peut les déchiffrer sans les trouver significatifs et caractéristiques (ce qu’il rationalise en y reconnaissant une forme d’art, une personnalité, une intention, etc.) », ibid., p. 31.

77 Jenny L., « Du style comme pratique », art. cit., p. 112.

78 Sur les problématiques de l’efficacité et de la valeur du discours comme performance au regard de l’esthétique, voir Bordas É., « Style ». Un mot et des discours, Paris, Éditions Kimé, 2008, p. 220 sq.

79 Philippe G. et Piat J. (dir.), La Langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon, Paris, Fayard, 2009, p. 82 sq.

80 G. Philippe relève « la surreprésentation des tours en c’est » qui « assurent la vocalité paradoxale […] de nombre des derniers textes de Marguerite Duras », (ibid., p. 88).

81 Marguerite Duras est la cible de l’ironie de P. Rambaud, qui se livre à une réécriture féroce du roman Émilie L. sous le titre Virginie Q. L’incipit impose le clivage comme un marqueur de style durassien – assez justement corrélé à la modalité épistémique : « C’est comme ça que ça avait l’air d’avoir commencé » (cf. « Ça avait commencé par la peur »). Sur cette question, voir Gignoux A.-C. ici même.

82 Weil H., De l’ordre des mots dans les langues anciennes comparées aux langues modernes. Question de grammaire générale, [1844], Paris, Didier Érudition, rééd. de la 3e éd. [1879], 1991, p. 16.

83 Duras M., Cahiers de la guerre et autres textes, Paris, POL/Imec, 2006, p. 31.

84 Le Ravissement de Lol V. Stein, Paris, Gallimard, 1964 ; édition de référence : coll. « Folio », 1976 (LVS) ; L’Amant, Paris, Éditions de Minuit, 1984 (A). Pour un approfondissement, je me permets de renvoyer à deux études antérieures : Wahl P., « Le discours clivé de Lol V. Stein », Champs du Signe. Concours et Recherche, no 22, Éditions Universitaires du Sud, 2006, p. 51-79 ; Wahl P., « Emphase chez Duras : configurations discursives et variations contextuelles », Fontvieille A. et Thonnerieux S. (dir.), L’Ordre des mots à la lecture des textes, Lyon, PUL, coll. « Textes & Langue », 2009, p. 447-464.

85 Ricoeur P., Temps et récit I. L’intrigue et le récit historique, Paris, Le Seuil, 1983, p. 127.

86 Écrire, La mort du jeune aviateur anglais, films réalisés par Benoît Jacquot, 1993, Éditions Montparnasse/Éditions des femmes, 2009.

87 Cf. « c’est seulement dans cette maison que je suis seule. Pour écrire. » (ibid.)

88 Cette substitution formelle est l’indice d’une résistance du verbe, terme a priori prédicatif, au dispositif de mise en relief.

89 Dans L’Amant, le tour écrire de est rapporté à la mère, dont il sous-tend la métamorphose : « elle est devenue écriture courante » (A, p. 38).

90 « Le professeur avait dit le nom de l’enfant. Ce nom a été gravé sur la tombe : / W. J. Cliffe. » (E, p. 61) ; puis confirmation par clivage à partir de l’inscription : « Il s’appelait W. J. Cliffe, oui. C’est ça qui est maintenant écrit sur le granit gris. » (E, p. 61 et 68.)

91 Rastier F., « Le langage comme milieu : des pratiques aux œuvres », revue électronique Texto ! décembre 2003. Disponible sur : [http://www.revue-texto.net/Inedits/Rastier/Rastier_Langage.pdf].

92 Jespersen O., La Syntaxe analytique, op. cit., p. 144-145.

93 Bally Ch., Linguistique générale et linguistique française, op. cit., p. 69.

94 Bres J., « L’oral dans l’écrit ? Claude Simon raconte son évasion d’un camp de prisonniers », L’Information grammaticale, no 94, 2002, p. 58.

Auteur

Maître de conférences en langue et stylistique françaises à l’université Lumière Lyon 2, où il anime le groupe de recherche Textes & Langue (EA 4160 Passages XX-XXI). Ses travaux portent sur les rapports entre langue et style (énonciation littéraire, sémantique discursive, modes de textualisation) dans des corpus contemporains mêlant prose et poésie. Dernier ouvrage paru, codirigé avec Julien Piat : La Prose de Samuel Beckett. Configuration et progression discursives, Presses universitaires de Lyon, coll. « Textes & Langue », 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540