Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Troisième partie. Pour une histoire des représentations stylistiques

Dynamique de la phrase averbale dans Illuminations de Rimbaud

Michèle Monte

Texte intégral

  • 1 Meillet A., Traité de grammaire comparée des langues indo-européennes, Paris, Champion, 1924 ; Benv (...)
  • 2 Lefeuvre F., La phrase averbale, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Deulofeu H.-J., « Lontan degli occhi lo (...)
  • 3 Lefeuvre F., « Le prédicat nominal dans des articles de presse » in Aux marges de la prédication, S (...)
  • 4 Philippe G., Piat J. et al., La langue littéraire : une histoire de la prose de Gustave Flaubert à (...)
  • 5 Sans contester la nécessité de distinguer parfois entre la phrase comme type abstrait et l’énoncé c (...)

1La phrase averbale suscite l’intérêt des linguistes depuis très longtemps1. Plusieurs travaux récents ont montré que, malgré la prégnance du modèle de la phrase verbale dans les grammaires, d’autres formes de phrase existent en nombre non négligeable dans les productions des locuteurs. À partir de ce constat, divers classements ont été proposés, engageant des visions différentes des rapports entre syntaxe et sémantique2, tandis que des études3 mettaient en évidence l’importance de ces énoncés dans certains corpus spécifiques (titres et articles de presse écrite, reportages sportifs oraux). D’autre part, le travail sur la langue littéraire depuis Flaubert coordonné par Philippe et Piat4 a montré le développement des noms et le déclin des verbes dans la prose littéraire française à la charnière des XIXe-XXe siècles en soulignant notamment le rôle joué par Rimbaud dans cette évolution. Pour toutes ces raisons, il m’a semblé intéressant d’observer de près le fonctionnement des phrases averbales dans Illuminations. Je proposerai tout d’abord une description syntaxique du corpus, en précisant les choix théoriques qui m’ont guidée dans cette typologie, puis je caractériserai la façon dont ces énoncés5 nominaux contribuent d’une part à la construction d’une certaine scène énonciative, d’autre part à la cohésion textuelle d’un nouveau genre expérimenté par Rimbaud dans ce recueil. Je montrerai ainsi qu’un fait de langue tel que la phrase averbale ne peut être interprété indépendamment du contexte où il se manifeste et qui, seul, lui assigne une valeur différentielle.

Typologie des phrases nominales dans Illuminations

  • 6 Henry A., Contributions à la lecture de Rimbaud, Bruxelles, Académie royale, 1998.
  • 7 Murat M., L’Art de Rimbaud, Paris, José Corti, 2002.
  • 8 Lefeuvre F., La Phrase averbale, op. cit.
  • 9 Deulofeu H. J., « Lontan degli occhi lontan dal cuore : les énoncés non verbaux sont des énoncés co (...)
  • 10 Blanche-Benveniste Cl., Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys, 1997.
  • 11 Firbas J., Functional sentence perspective in written and spoken communication, Cambridge Universit (...)
  • 12 À cet égard la classification proposée par Le Goffic P., Grammaire de la phrase française, Paris, H (...)

2Illuminations comprend 44 poèmes, certains divisés en parties, et dans 17 poèmes ou parties, soit presque un tiers du recueil, les phrases nominales sont nombreuses (au moins le tiers du texte), voire prépondérantes. C’est dire si Rimbaud s’éloigne ici de la syntaxe canonique, comme l’ont déjà souligné entre autres Henry6 et Murat7. J’avais pensé tout d’abord, puisque mon propos est moins une étude syntaxique de la phrase nominale rimbaldienne qu’une étude stylistique de son rôle énonciatif et textuel, adopter une classification antérieurement établie. Mais celle que propose Lefeuvre8 s’est révélée inopérante, pour des raisons internes à mon corpus, mais aussi pour des raisons théoriques générales qui sont nettement exposées dans Deulofeu9. En effet, je rejoins cet auteur qui pense que la phrase nominale ne peut être étudiée valablement avec des outils qui ont été élaborés pour la syntaxe de la phrase verbale écrite. D’autres outils tels que la macrosyntaxe10 et la perspective fonctionnelle de la phrase développée par les Pragois11 me semblent plus adaptés à cet objet12. Je terminerai ces remarques préliminaires en soulignant combien l’interprétation de tels énoncés est parfois rendue difficile par l’absence de marques intonatives désambiguïsatrices.

Phrases à thème/rhème disjoints ou superposés

  • 13 La « servitude subjectale » est présentée comme absente de la relation topic / comment, mais la dis (...)
  • 14 Sauf indication contraire, les italiques dans les citations sont de moi.

3La classification esquissée par Deulofeu oppose d’une part les énoncés à structure topic/comment et les énoncés se limitant à un comment, d’autre part les énoncés pouvant être analysés en sujet-prédicat et ceux qui relèvent d’une structure tête + complément. Il me semble que la façon dont se croisent ces deux axes oppositifs n’est pas complètement éclaircie dans l’article13. Néanmoins, telle quelle, cette classification paraît robuste et opératoire sur de larges corpus de genres très divers. Concernant mon propre corpus, elle m’a permis d’observer dans un premier temps que les phrases présentant un thème et un rhème intonativement disjoints ne sont pas les plus fréquentes. Je n’ai qu’un exemple d’ordre rhème-thème (ex. 1), où le thème disloqué à droite est une reformulation de tout ce qui a précédé. Plus nombreuses sont les phrases où le thème – que j’indique par des italiques14 – vient en premier, séparé du rhème par une virgule, un point d’exclamation ou un tiret (ex. 2-3-4) :

  • 15 Je me réfère à l’édition des Œuvres complètes procurée par Pierre Brunel dans la collection La Poch (...)

(1) Quel ennui, l’heure du « cher corps » et « cher cœur ». (fin d’Enfance I, p. 45715)

(2) Les lampes et les tapis de la veillée font le bruit des vagues, la nuit, le long de la coque et autour du steerage. // La mer de la veillée, telle que les seins d’Amélie. //Les tapisseries, jusqu’à mi-hauteur, des taillis de dentelle, teinte d’émeraude, où se jettent les tourterelles de la veillée. (début de Veillées III, p. 480)

  • 16 Je reviendrai sur cet exemple où un rhème exclamatif « Son Corps ! » autonome est ensuite réaffecté (...)

(3) Ô ses souffles, ses têtes, ses courses ; la terrible célérité de la perfection des formes et de l’action. //Ô fécondité de l’esprit et immensité de l’univers ! // Son corps ! le dégagement rêvé, le brisement de la grâce croisée de violence nouvelle ! // Sa vue, sa vue ! tous les agenouillages anciens et les peines relevés à sa suite. // Son jour ! l’abolition de toutes souffrances sonores et mouvantes dans la musique plus intense. (Génie, p. 506, relevés est souligné par Rimbaud)16

(4) Le petit frère – (il est aux Indes !) là, devant le couchant, sur le pré d’œillets. (Enfance II, p. 458)

4On observera que, conformément à l’usage standard, le thème est généralement prévisible, soit qu’il reformule ce qui précède, soit qu’il constitue une sous-partie d’un thème antérieur ou d’un hyperthème implicite (dans l’ex. 4, le petit frère est certes nouveau mais s’inscrit dans un paradigme de termes de parenté).

5À côté de ces énoncés binaires, nous trouvons assez souvent des énoncés exclamatifs associant une modalité expressive fortement marquée et un élément donné comme déjà présent dans la mémoire discursive :

(5) Ô le plus violent Paradis de la grimace enragée ! (début du second § de Parade, p. 461)

(6) Ô les énormes avenues du pays saint, les terrasses du temple ! (début de Vies I, p. 464)

(7) Ô cette chaude matinée de février. (début d’Ouvriers, p. 471)

(8) La ville avec sa fumée et ses bruits de métiers, nous suivait très loin dans les chemins. Ô l’autre monde, l’habitation bénie par le ciel et les ombrages ! (Ouvriers, p. 471)

(9) Ah ! l’égoïsme infini de l’adolescence, l’optimisme studieux : que le monde était plein de fleurs cet été ! (Jeunesse III, p. 495)

  • 17 Précisons qu’on peut construire une classe des référents désignés par le nom « repas » mais que cel (...)

6On aura noté évidemment la présence insistante de ô (et parfois de ah !) dans ces énoncés ainsi que les déterminants définis qui présentent le référent du SN comme un élément déjà identifié. Il me semble que nous sommes proches d’énoncés exclamatifs banals tels que « Oh ! la belle voiture ! », « La mer ! », « Ah ! ce repas ! », « Un si beau pays ! », « Ce désordre ! » où le locuteur affecte une évaluation laudative ou dépréciative à un référent présent dans la situation ou remémoré. Ces énoncés affectés d’une modalité exclamative énoncent des jugements assortis d’une implication affective à propos d’un élément présent pour les coénonciateurs d’une façon ou une autre (déixis situationnelle ou mémorielle) mais qui est également désigné par le nom qui constitue le pivot de l’énoncé. En début de texte, ils permettent à la fois de commencer à dessiner un cadre spatial ou temporel et de le relier à l’énonciateur par la modalisation affective. En cours de texte, ils évitent un jugement en bonne et due forme au profit d’une évocation où la dimension rhématique est portée par la modalité tandis que l’expression lexicale fournit le thème. Quoique constitués d’un seul bloc, ces énoncés me semblent donc bel et bien associer un thème (désigné par le signifié du SN) et un rhème (porté par la modalité). Ils se distinguent en cela des phrases prédicatives que nous verrons plus loin et dont les prototypes seraient un SN sans déterminant ou un nom de qualité (« Sale temps ! », « Beau dimanche ! », « Le salaud !17 »), un SN introduit par un morphème en qu- (« Quel crétin ! »), ou un adjectif (« Délicieux ! ») qui affectent un rhème évaluatif à un thème présent dans la situation mais non nommé. Leur façon originale de superposer thème et rhème les distingue à la fois des énoncés segmentés vus antérieurement et des énoncés liés que nous allons aborder à présent.

Phrases liées prédicatives

  • 18 Dans la terminologie de Deulofeu, il s’agit d’énoncés réduits à un comment, mais présentant une con (...)

7Les phrases liées18 sont de loin les plus nombreuses mais elles forment un ensemble hétérogène. De même qu’on peut opposer dans les titres de presse La Tunisie enfin libre et Scandales à répétition, je distinguerai les phrases prédicatives où quelque chose est dit à propos d’un support – cette structure se rapproche à cet égard des énoncés disjoints vus plus haut – et les phrases existentielles qui, à l’instar des énoncés verbaux thétiques, posent l’existence d’un procès ou d’un référent, indépendamment de tout support.

8Les phrases prédicatives à deux termes sont peu nombreuses : ceci n’est pas vraiment étonnant dans la mesure où on peut penser qu’un tel rôle est assumé de façon privilégiée par les phrases verbales. Elles ont la forme SN défini + relative prédicative ou SN + participe ou adjectif :

(10) Oh les pierres précieuses qui se cachaient, — les fleurs qui regardaient déjà. (Après le déluge, p. 455)

(11) – Les vieux qu’on a enterrés tout droits dans le rempart aux giroflées. (Enfance II, p. 458)

(12) Les voix instructives exilées… L’ingénuité physique amèrement rassise… (début de Jeunesse III, p. 495)

(13) Et ses yeux et sa danse supérieurs encore aux éclats précieux, aux influences froides, au plaisir du décor et de l’heure uniques. (fin de Fairy, p. 491)

  • 19 Deulofeu H. J., « Lontan degli occhi lontan dal cuore : les énoncés non verbaux sont des énoncés co (...)
  • 20 Bosredon B. et Tamba I., « Aux marges de la phrase écrite : analyse d’unités typographiques autonom (...)

9De tels énoncés commencent par un élément nominal auquel ils affectent une prédication. Les relatives, les participes passés ou le groupe adjectival ne sont pas une expansion intégrée au SN mais un prédicat non tensé, à l’instar des ablatifs absolus latins ou des titres de presse. La mise en paradigme des constructions avec relative et avec participe est appuyée par la présence à la fin d’Après le déluge du fragment entre tirets « oh les pierres précieuses s’enfouissant, et les fleurs ouvertes » qui fait écho à celui que j’ai cité sous (10). Dans des phrases verbales, la désambiguïsation est apportée par la suite de l’énoncé (« La discussion finie, tous ont quitté la salle ») ou bien on dispose du test de la substitution par le clitique objet pour distinguer « j’ai trouvé ta chemise rouge / je l’ai trouvée » et « j’ai trouvé ta chemise sale / je l’ai trouvée sale », ou « je vois des canards qui s’envolent / je les vois qui s’envolent » et « j’ai vu des hérons cendrés / je les ai vus ». Mais, dans les phrases averbales, la relation sujet-prédicat est de nature interprétative plus que syntaxique, comme l’indique Deulofeu19. La possibilité ou non de créer une sous-classe de référents ou la dimension processuelle du participe jouent un rôle décisif dans l’interprétation de la suite du nom comme expansion ou comme prédicat, comme on peut le voir avec des exemples de presse forgés tels que Ces hypocrites qui font patte de velours, et Le Pakistan dévasté par les inondations. Dans d’autres genres discursifs, titres ou reportages en direct par exemple20, leur fréquence est surtout due à la contraction de l’énoncé qu’elles permettent en éliminant le verbe. Dans Illuminations, où cette raison pragmatique est absente, elles contribuent à créer une écriture en mouvement sur laquelle je reviendrai.

10D’autres phrases prédicatives ne comportent qu’un seul syntagme hiérarchiquement supérieur. Elles sont purement rhématiques et constituent un commentaire de l’énoncé ou des énoncés qui précèdent :

(14) – Toutes les femmes qui l’avaient connu furent assassinées. Quel saccage du jardin de la beauté ! (Conte, p. 460)

(15) Ô le plus violent Paradis de la grimace enragée ! Pas de comparaison avec vos Fakirs et les autres bouffonneries scéniques. (Parade, p. 461)

  • 21 Sur cette différence, cf. Guillemin-Flescher J., « Les énoncés averbaux : de l’identification à l’é (...)
  • 22 C’est ce qu’Adam appelle « l’affectation retardée du thème-titre » (Adam J.-M., Les Textes : types (...)

11Si la plupart opèrent une évaluation de ce qui précède, certaines proposent une identification21, tel est le cas de « – La ville ! », « – La bataille ! », « – la campagne ». qui, dans Métropolitain, fonctionnent en fin de paragraphe comme des titres a posteriori22.

Phrases liées existentielles

  • 23 Morel M.-A. et Danon-Boileau L., Grammaire de l’intonation. L’exemple du français oral, Paris-Gap, (...)
  • 24 Lefeuvre F., « Toutes les phrases sont-elles binaires ? Exemple de la phrase averbale existentielle (...)

12Les phrases existentielles contribuent pour leur part à l’introduction d’éléments nouveaux, de nature référentielle ou actionnelle. Je les distinguerai selon l’élément qui en constitue la tête, et selon la présence ou non d’un syntagme de localisation avant la partie rhématique proprement dite. Le syntagme localisateur, à valeur spatiale ou temporelle, peut être considéré comme le cadre de l’énoncé (au sens que Morel et Danon-Boileau23 donnent à ce mot). La phrase possède ainsi une structure binaire24 sans toutefois distinguer un thème (au sens d’objet de discours) et un rhème :

(16) Devant une neige un Être de beauté de haute taille. (début de Being beauteous, p. 463)

(17) Au-dessus du niveau des plus hautes crêtes une mer troublée par la naissance éternelle de Vénus […] Sur les versants des moissons de fleurs grandes comme nos armes et nos coupes, mugissent. (Villes – Ce sont des villes ! p. 475)

  • 25 Je normalise l’orthographe mais le manuscrit ne comporte pas de s à plate-formes, ni de trait d’uni (...)

13Being beauteous se poursuit par la description de cet « Être de beauté » et Villes contient beaucoup d’énoncés débutant par des localisateurs qui permettent d’étager la description : « sur les plates-formes au milieu des gouffres », « sur les passerelles de l’abîme et les toits des auberges », « là-haut25 ». Dans ce type d’énoncés, il s’agit d’asserter l’existence d’un référent introduit pour la première fois dans le discours et situé par rapport à un repère initial. Quand le repère est absent, il est plutôt rare que le SN apparaisse à l’initiale absolue du texte :

(18) Des drôles très solides. Plusieurs ont exploité vos mondes. Sans besoins, et peu pressés de mettre en œuvre leurs brillantes facultés et leur expérience de vos consciences. Quels hommes mûrs ! Des yeux hébétés à la façon de la nuit d’été, rouges et noirs, […] (début de Parade, p. 461)

  • 26 Adam J.-M., Les Textes : types et prototypes, op. cit.

14On notera que le référent présenté de façon abrupte dans la première phrase devient ensuite le thème implicite des énoncés suivants, qu’ils soient verbaux ou non, dans un déroulement tout à fait conforme aux caractéristiques de la séquence descriptive26. La plupart du temps, les phrases existentielles apparaissent en cours de texte, et ont un lien avec les énoncés précédents. Dans Promontoire (p. 496), par exemple, la longue succession de SN indéfinis correspond aux différentes parties de la « Villa et de ses dépendances » présentée dans la première phrase du texte. Le lien peut être de tout à partie, ou bien être assuré par un connecteur ou se déduire par inférence sémantique :

(19) […] un petit monde blême et plat, Afrique et Occidents, va s’édifier. Puis un ballet de mers et de nuits connues, une chimie sans valeur, et des mélodies impossibles. (Soir historique, p. 501, je souligne)

(20) Dételage aux environs d’une tache de gravier. (Nocturne vulgaire, p. 484)

15Le nom d’action en fin de paragraphe vient en (20) clore un développement où l’on a suivi le déplacement du « carrosse », encore appelé « véhicule ». De même « Départ dans l’affection ou le bruit neufs ! » (p. 466) ou « Solde de diamants sans contrôle ! » (p. 492) reprennent-ils le titre du texte en le précisant. Le raccourci permis par la phrase averbale ne joue pas contre la cohérence du texte mais, au contraire, la souligne.

Phrases liées à tête autre que nominale

  • 27 Deulofeu H. J., « Lontan degli occhi lontan dal cuore : les énoncés non verbaux sont des énoncés co (...)
  • 28 Le Goffic P., Grammaire de la phrase française, op. cit., p. 519.
  • 29 Les énoncés introduits par une négation, souvent regroupés dans les études, forment à mon avis un e (...)

16Dans les études, ces énoncés suscitent souvent l’embarras. Deulofeu27 parle de « construction ne dégageant pas de relation sujet-prédicat », Le Goffic28 les inclut pour partie dans les phrases nominales attributives – « Impossible de faire autrement ! » « Difficile de faire plus mal ! » – en reconduisant l’analyse classique qui fait du SINF le « sujet » du prédicat adjectival et pour une autre part dans les phrases nominales locatives, regroupant des énoncés tels que « À vous l’honneur ! », « À toi de jouer. », « À mort, le dictateur ! » et « À l’affiche ce soir, un chanteur venu d’Outre-Atlantique. ». Si le dernier exemple relève clairement des phrases existentielles dotées d’un cadre, et l’avant-dernier d’une structure à thème/rhème disjoints, les autres me paraissent entièrement rhématiques et caractérisés par une tête autre que nominale. On peut bien sûr y voir des ellipses d’énoncés verbaux et donc les éliminer de l’étude, mais c’est, me semble-t-il, se débarrasser du problème car ces énoncés sont compris d’emblée, sans qu’on ait besoin de reconstituer un verbe effacé. Si, dans d’autres textes29, on trouve aussi des têtes pronominales précédées ou non de préposition (« chacun ses gouts », « rien de neuf », « à quoi bon ? »), dans Illuminations on trouve soit une tête adjectivale (21), soit une tête formée de Prép + verbe non fini (22), soit une tête adverbiale (23 et 24) :

(21) L’acropole officielle outre les conceptions de la barbarie moderne les plus colossales. Impossible d’exprimer le jour mat produit par ce ciel immuablement gris, l’éclat impérial des bâtisses, et la neige éternelle du sol. (début de Villes, p. 477)

(22) À vendre ce que les Juifs n’ont pas vendu, ce que noblesse ni crime n’ont goûté, ce qu’ignore l’amour maudit et la probité infernale des masses : ce que le temps ni la science n’ont pas à reconnaître ; // (Début de Solde, p. 492)

(23) Et si l’Adoration s’en va, sonne, sa promesse sonne : « Arrière ces superstitions, ces anciens corps, ces ménages et ces âges. C’est cette époque-ci qui a sombré ! » (Génie, p. 505)

(24) – une odeur de bois suant dans l’âtre, […] – la bruine des canaux par les champs, – pourquoi pas déjà les joujoux et l’encens ? (p. 470)

17Le premier point commun de ces énoncés me semble pouvoir être défini par défaut : il ne s’agit ni d’attribuer une propriété au référent d’un SN, ni de commenter un énoncé antérieur, ni de poser l’existence d’un référent nouveau. Tous ces énoncés comportent par ailleurs une dimension soit réactive, soit incitative, et sont fortement dialogiques : ils interpellent le lecteur ou expriment un positionnement fort. Sauf (21), ils sont proches des énoncés directifs, ce qui peut expliquer que le rhème soit lancé en début de phrase, à l’égal des phrases impératives ou des interrogatives en qu-. (22) ne peut être analysé comme une structure à thème / rhème disjoints car tout est nouveau : le fait de vendre et ce qui est vendu. C’est seulement dans les paragraphes suivants de Solde que les SN référeront à des éléments connus. D’un point de vue actantiel, tous ces énoncés éliminent l’agent et mettent en relief à la fois l’initiale de l’énoncé et sa partie droite. Sans prétendre épuiser la discussion, je préfère comme Deulofeu analyser la partie droite de l’énoncé comme le complément de la tête adjectivale, verbale ou adverbiale, contrairement aux analyses classiques qui restituent une phrase verbale canonique pour interpréter ces énoncés syntaxiquement et voient par exemple dans le SINF de (21) le « sujet réel » ou la « séquence » de l’impersonnel « il est impossible ». La nécessité de traiter à part ces types d’énoncés vient également de leur très forte dépendance au contexte pragmatique. Elle rejoint la décision de Bosredon et Tamba qui distinguent Impasse (notification) et Impasse Buffon (dénomination), et déclarent :

[…] nous distinguerons les SGIA (segments graphiques isolés typographiquement autonomes) dénominatifs des autres SGIA dont l’interprétation (notification, avertissement, injonction…) reste nécessairement dépendante du site d’affichage caractérisé par une dimension pragmatique spécifique. (2003, p. 36)

18De tels faits montrent que les énoncés averbaux requièrent des outils d’analyse spécifiques qui ne peuvent être calqués sur ceux que l’on a forgés pour les phrases verbales canoniques. On peut résumer la diversité de leurs structures sous le tableau suivant :

19Les phrases segmentées sont relativement peu nombreuses, ce qui montre bien que l’enjeu pour Rimbaud n’est pas d’introduire une certaine oralité dans le poème, mais plutôt de créer une prose poétique singulière. Il est significatif que les phrases averbales séparant thème et rhème ou SN et prédicat, qu’elles soient segmentées ou liées, soient minoritaires. Quand il renonce à la phrase verbale, Rimbaud renonce en même temps à sa binarité potentielle (actualisée quand le sujet est un SN). Même les éléments cadratifs sont rares. Le plus souvent les phrases sont purement rhématiques et servent à poser les éléments constitutifs du monde évoqué dans le poème ou à évaluer des segments antérieurs. Ceci explique la prédominance de la modalité déclarative, et, à un moindre degré, exclamative. Les actes interrogatifs sont très rares, ce qui correspond à un locuteur autocentré et le plus souvent sûr de lui.

20Pour compléter cette typologie, il me reste à préciser que je n’ai traité ici que d’énoncés possédant une certaine autonomie au sein du texte, même lorsqu’il s’agit de commentaires d’un énoncé antérieur. J’ai ainsi laissé de côté les ajouts ou reprises après ponctuation forte :

(25) Alors je levai un à un les voiles. Dans l’allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l’ai dénoncée au coq. (Aube, p. 482)

(26) C’est l’ami ni ardent ni faible. L’ami. (Veillées I, p. 479)

21Il y a bien un deuxième acte de langage indiqué par le choix du point, mais ces segments sont dans la dépendance d’un élément verbal de la phrase précédente « je levai les voiles » ou « c’est ». Par ailleurs quelques énoncés résistent à ce classement, en particulier ceux qui composent le poème Dévotion :

(27) À ma sœur Louise Vanaen de Voringhem : – Sa cornette bleue tournée à la mer du Nord. – Pour les naufragés. // À ma sœur Léonie Aubois d’Ashby. Baou – l’herbe d’été bourdonnante et puante. – Pour la fièvre des mères et des enfants. // […] À l’adolescent que je fus. À ce saint vieillard, ermitage ou mission. (p. 497)

22Les énoncés tripartites de Dévotion sont des hapax dans le recueil. Ils sont interprétables en fonction d’une structure actantielle bien connue dans certaines pratiques religieuses : on s’adresse à un saint afin qu’il prie Dieu à notre intention, sa prière étant réputée plus efficace que celle d’un simple croyant. Contrairement au Testament ou au Lais de Villon, il ne s’agit pas de léguer quelque chose à une personne mais de lui adresser une prière, afin qu’à son tour, elle prie « pour les naufragés » ou « pour la fièvre des mères et des enfants ». Mais le texte s’éloigne de ce modèle en intercalant des SN caractérisant le dédicataire ou liés à lui par association d’idées – « sa cornette bleue », « l’herbe d’été » –, et d’autre part, sa structure se défait progressivement et sans doute ironiquement. Je reviendrai sur ces phénomènes globaux de textualisation.

Implications énonciatives résultant de l’emploi de phrases nominales

  • 30 Benveniste E., « La phrase nominale », Problèmes de linguistique générale, op. cit.
  • 31 Humbert J., Syntaxe grecque, Paris, Klincsieck, 1960.

23Benveniste30 a défendu la thèse, d’ailleurs contestée par d’autres linguistes travaillant sur le grec ancien31, qu’en indo-européen l’assertion portée par la phrase nominale est « intemporelle, impersonnelle, non modale », et que la propriété assertée du sujet de l’énoncé l’est « hors de toute relation avec le locuteur » (p. 159), d’où son affinité avec les énoncés sentencieux. Les énoncés analysés par Benveniste relèvent tous de la catégorie des phrases thème/rhème à prédicat nominal ou adjectival, quasiment absentes des Illuminations. Dans l’œuvre de Rimbaud, les phrases nominales n’ont rien à voir avec des sentences. Les référents qu’elles évoquent sont particuliers, liés à un moment et un temps définis par le poème. Elles peuvent d’ailleurs comporter des indications temporelles ou aspectuelles portées par les verbes tensés situés dans les expansions prédicatives (ex. 10, 11, 12, 22). Quant aux modalités, les phrases averbales en sont pourvues par définition, puisqu’on ne peut parler de phrase que lorsqu’un segment, quel qu’il soit, est affecté d’une intonation qui lui confère une valeur d’acte de langage. Dans Illuminations, nous avons vu que prédominent les modalités déclarative et exclamative.

  • 32 Bosredon B. et Tamba I., « Aux marges de la phrase écrite : analyse d’unités typographiques autonom (...)

24Du point de vue temporel, le cas le plus fréquent est cependant celui où le repérage est fourni par le cotexte. Ainsi, l’énoncé (6) se trouve-t-il en début de texte, suivi de phrases verbales (qu’a-t-on fait ?… je vois…, je me souviens…, j’ai eu…) marquées par un va-et-vient entre passé et présent qui font comprendre l’évocation initiale comme un souvenir du locuteur. L’énoncé (19) est précédé d’un énoncé verbal contenant le prédicat « va s’édifier », ce qui situe l’apparition des référents de (19) dans l’avenir par rapport au moment d’énonciation. Néanmoins cette interaction avec le cotexte ne doit pas occulter que l’isolement graphique du segment nominal produit une « coupure qui le débranche de son contexte déictique », comme le précisent Bosredon et Tamba32 qui poursuivent : « Autoréférentiel par défaut, il s’indexe alors à l’acte de lecture qui l’actualise. »

25Or on peut en dire autant du présent : comme le disait déjà Beauzée à l’article Temps de l’Encyclopédie,

le Temps auquel on donne communément le nom de Présent, est un Présent indéfini […] Si donc les circonstances du discours ne désignent aucune époque précise, le Présent indéfini ne peut plus alors se rapporter qu’à l’instant qui sert essentiellement de dernier terme de comparaison à toutes les relations de Temps, c’est-à-dire à l’instant même de la parole.

  • 33 Mellet S., « Présent et présentification : un problème d’aspect », dans Vogeleer Sv., Borillo A., V (...)
  • 34 Je rejoins ici Bougault (« Hermétisme et référence dans l’œuvre de Rimbaud », Revue Romane no 33-1, (...)

26Mellet33 explique très bien qu’il n’y a pas dans le présent de repérage par rapport à T0 en tant que moment du temps, mais un auto-repérage de type aspectuel, appuyé, en l’absence de toute autre indication, sur le référentiel énonciatif sous-jacent. Autrement dit, le présent ne nous ancre pas dans l’instant T0 mais s’appuie par défaut sur le temps de production-réception de l’énoncé. Or je fais l’hypothèse que, dans ces textes massivement au présent, l’enjeu des énoncés nominaux sur le plan temporel, est de renforcer cet auto-repérage du présent en faisant de l’acte de lecture l’unique point de repère déictique, au détriment de la logique temporelle instaurée par la narration34. Dans « Fairy », le seul texte ancré dans le passé, on peut d’ailleurs penser que le fait de terminer le poème sur un énoncé nominal (ex. 13) produit un brusque retour à l’acte de lecture qui rompt avec la distance temporelle, pourtant bien marquée par les passés simples qui précèdent.

27On observerait dans quelques textes plus narratifs d’Illuminations qui semblent échapper à cet ancrage sur le temps de la lecture (« Après le déluge », « Conte », « Aube »), des ruptures obtenues par d’autres moyens mais recentrant elles aussi le poème sur l’espace commun du locuteur et du récepteur. Au lieu de renvoyer à une expérience antérieure qu’il relaterait et qui existerait de façon autonome, le poème propose au lecteur une réflexion, un spectacle ou une expérience qu’il est invité à faire siens.

28Dès lors l’absence de marques personnelles qui est la caractéristique la plus fondamentale des énoncés averbaux apparaît-elle bien comme un enjeu essentiel : le lecteur n’est plus seulement le témoin ou le destinataire privilégié, il est fondu dans une subjectivité qui ne sépare plus les deux pôles de l’interlocution. Départ est à cet égard emblématique :

(28) Assez vu. La vision s’est rencontrée à tous les airs. // Assez eu. Rumeurs des villes, le soir, et au soleil, et toujours. // Assez connu. Les arrêts de la vie. – Ô Rumeurs et Visions ! // Départ dans l’affection et le bruit neufs ! (p. 466)

  • 35 Grinshpun Y., Ô entre langue(s), discours et graphie, Paris, Ophrys, 1998.
  • 36 Cf. Monte M., « Ô + SN dans les textes poétiques : entre apostrophe et exclamation », Modèles lingu (...)
  • 37 Barbéris J.-M., Articles « Subjectivité dans le langage », « Subjectivité en même vs soi-même »,(...)

29Le choix de participes passés sans auxiliaire permet de ne pas spécifier la personne qui a « assez vu, eu, connu », et donc de ne pas marquer la différence entre locuteur et lecteur. L’emploi de ô est lui aussi significatif : on constate que le SN qui suit ô a déjà été employé en amont et que le référent est donc présent dans la mémoire discursive. Dans son travail sur ô, Grinshpun35 voit dans ce morphème un marqueur qui permet de renvoyer au centre de la notion désignée par le nom. Il me semble surtout qu’il permet, tout en présentant l’occurrence du N comme exemplaire, d’inscrire le référent dans un espace partagé par les deux co-énonciateurs et le met en quelque sorte sous les yeux du lecteur. Tel est à mon avis le rôle de ô, particulièrement fréquent dans Illuminations dans des énoncés exclamatifs, alors qu’on le trouve plutôt d’ordinaire devant des apostrophes36. L’enjeu est donc bien ici, non pas d’interpeller un allocutaire distinct du locuteur, mais de mobiliser la mémoire du lecteur en évoquant des référents présentés comme connus, voire typiques de la classe dont ils portent le nom. Ainsi, l’énoncé (5) propose-t-il un écho du titre (Parade / Paradis) et une reformulation condensée du paragraphe précédent de Parade en inscrivant grâce à ô ces échos textuels dans une mémoire partagée (ce que ne ferait pas quel, par exemple, qui asserterait une qualification nouvelle du référent). De même l’énoncé (6), qui renvoie à un poème antérieur, « Enfance IV » (p. 459), inscrit-il le souvenir personnel du locuteur dans un espace commun et le transfère-t-il dans l’imaginaire du lecteur. Loin d’être de simples marques d’enthousiasme poétique, ces énoncés introduits par ô sont des lieux où se déploie une « subjectivité en même37 » et où se condense la mémoire du texte, comme le signalent les notes de l’édition de Pierre Brunel mettant en relation ces passages avec d’autres occurrences antérieures des mêmes SN dans le recueil. Ils cumulent indifférenciation personnelle, présentification et construction d’un univers textuel cohérent, tissé de multiples renvois internes.

30Il est intéressant d’observer que les poèmes « Enfance » et « Jeunesse », dont les titres feraient le plus attendre une subjectivité en soi-même de type autobiographique, déjouent cette attente par un recours massif à des formes grammaticales permettant la fusion des deux pôles de l’interlocution : abondance des articles définis supposant un univers partagé dans « Enfance II », phrases nominales dans « Enfance I » et « Jeunesse III », multiplication des facettes du je dans « Enfance IV » empêchant toute identification univoque, recours au on dans Enfance « III », au tu d’auto-interpellation dans « Jeunesse IV ». Quant aux autres poèmes, ils atteignent à cette indifférenciation des personnes soit par le récit à la troisième personne, soit par les jeux sur l’identité – « Ouvriers », « Vagabonds » –, soit par l’élimination des verbes de perception et de jugement et le primat donné à la troisième personne et aux phrases nominales dans les textes descriptifs tels qu’« Ornières », « Scènes », ou « Promontoire ».

  • 38 Collot M., La Matière-émotion, chap. « La syntaxe nominale », p. 282-295, Paris, PUF, 1997, p. 286.

31Mais les phrases nominales ont aussi un intérêt sur le plan modal. Beaucoup d’auteurs considèrent, comme Collot38, que « l’absence des marques modales inscrites dans le verbe ne permet pas de décider si l’énoncé nominal relève du réel, du virtuel, ou de l’irréel ». C’est oublier qu’en français, les marques modales passent souvent par d’autres moyens que le verbe. Tout d’abord il faut noter que certaines phrases expriment des jugements, ou bien ont une valeur de souhait, de doute ou d’incitation. Ainsi, en (1), le rhème « quel ennui » contient-il une évaluation affective : le remplacement par « quel mensonge » ou « quel rêve » assignerait à l’énoncé une valeur épistémique. Quant aux énoncés assertifs dépourvus de jugement, il me semble qu’ils sont non pas privés de valeur modale mais dotés d’une valeur modale par défaut qui est celle de la vérité catégorique. De ce point de vue, les phrases nominales ne sont pas une simple variante des phrases verbales existentielles que l’on trouve aussi dans Illuminations, par exemple dans « Enfance III » (p. 458). Si l’on suit l’hypothèse de Guillemin-Flescher :

  • 39 Guillemin-Flescher J., 2005, « Les énoncés averbaux : de l’identification à l’évaluation », art. ci (...)

Les phrases existentielles constatent un fait : elles posent l’existence ou la non-existence, selon le cas, d’un élément dans le contexte. Dans les énoncés sans verbe, en revanche, l’énonciateur identifie par une notion un élément dont l’existence a déjà été construite39.

32Autrement dit, même dans le cas de SN indéfinis, le regard de l’énonciateur sur l’élément n’est pas montré par la phrase, comme dans les énoncés en « il y a », il est présupposé, ainsi que l’accord du co-énonciateur sur l’identification proposée. La phrase nominale construit donc implicitement (et là est sa force) une scène d’énonciation collaborative où la nomination apparaît comme assumée conjointement par les interlocuteurs. D’où le coup de force que constitue la parenthèse au début de Barbare :

(29) Bien après les jours et les saisons, et les êtres et les pays, // Le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleurs arctiques ; (elles n’existent pas.) // […] Ô Douceurs, ô monde, ô musique ! Et là, les formes, les sueurs, les chevelures et les yeux, flottant. Et les larmes blanches, bouillantes, – ô douceurs ! – et la voix féminine arrivée au fond des volcans et des grottes arctiques. // Le pavillon… (début et fin de Barbare, p. 489-490)

  • 40 Barbéris a bien montré que construit une subjectivité en même qui ne différencie pas locuteur et (...)
  • 41 Bougault L., « Perspectives dans l’approche stylistique de l’hermétisme poétique. À propos de l’Ill (...)

33L’inexistence des fleurs non seulement viole le présupposé d’existence porté par l’article défini contracté précédent mais vient aussi contredire la force illocutoire assertive de l’énoncé averbal, sans qu’aucune polyphonie n’ait été introduite qui légitimerait l’existence d’un deuxième point de vue. Barbare est ainsi bâti sur une tension entre des éléments qui indiquent l’irréalité de la scène (le circonstant cadratif initial, les parenthèses assertant l’inexistence des fleurs) et l’emploi massif d’éléments qui imposent la scène comme actuelle lors de la lecture, notamment le lexème ô, les participes présents, l’adverbe déictique40. Mais cette tension est en partie masquée par l’emploi des phrases nominales qui bloque le surgissement d’une pluralité de points de vue. Bougault41 estime que « l’époque de l’évènement est ainsi envisagée comme une rupture avec un passé qui constitue le présent du narrateur ». De la sorte, la « représentation » est court-circuitée au profit de « l’évènement », ces deux termes étant entendus au sens deleuzien. Pour ma part, je formulerais les choses un peu autrement en disant que l’acte d’énonciation a ce pouvoir, si le lecteur y consent, d’actualiser le futur, de le faire advenir dans la lecture.

34On retrouve dans d’autres Illuminations une telle force déixisante par le recours dans la partie prédicative des énoncés averbaux à des formes verbales imperfectives (participes présents ou imparfaits) qui immergent le lecteur dans le procès, que celui-ci soit présenté comme actuel ou passé. Alors que le lexique tend à nous faire considérer les éléments comme oniriques, le choix de la phrase nominale impose leur présence et évite qu’ils ne soient rattachés qu’à la seule subjectivité étroite du locuteur. La force d’Illuminations tient à mon avis pour une grande part à cette capacité de la langue rimbaldienne de ne pas rejeter dans le rêve, le cauchemar, l’anticipation ou le souvenir, les scènes évoquées mais à les donner toujours comme advenant sous nos yeux.

  • 42 Un tel trait est caractéristique en revanche de la première prose célinienne (Pellet E., « Les phra (...)

35Je conclurai donc cette partie en disant que le choix des énoncés nominaux permet sur le plan énonciatif plusieurs effets discursifs qui correspondent bien au projet rimbaldien : effacement de la distinction locuteur/lecteur, indexation de l’énoncé sur l’acte de lecture, assertion catégorique proposant une ré-identification des référents évoqués. À cet égard, la quasi absence dans le corpus de thèmes disloqués à droite est tout à fait significative. Pour Rimbaud, l’enjeu n’est pas d’intégrer à la langue poétique des traits de syntaxe affective tels que la reprise conclusive avec effet de connivence d’un thème déjà connu42. Il est bien plutôt d’imposer sur la scène énonciative, sans les soumettre à un point de vue individuel qui serait porté par des verbes perceptifs, des référents proprement inouïs ou faisant l’objet de redéfinitions (ex. 2, 3, 4) qui en modifient considérablement la représentation. Nous allons voir dans la troisième partie que la place de ces énoncés dans le texte répond aussi à des besoins de densité informative et de construction textuelle très spécifiques.

Rôle des phrases nominales dans la dynamique textuelle

  • 43 Lefeuvre F., « Le prédicat nominal dans des articles de presse », art. cit.
  • 44 Combettes B. et Kuyumcuyan A., « Les enjeux interprétatifs de la prédication averbale dans un corpu (...)

36J’avais pensé tout d’abord distinguer, à la suite de Lefeuvre43, les phrases nominales qui commentent un énoncé ou une situation et celles qui sont autonomes. Mais il m’est apparu que ce classement est peu opératoire pour Illuminations. En effet, les énoncés commentatifs du type de (14) ou (15) sont assez peu nombreux, si l’on compare avec d’autres genres, tels que les conversations, les dialogues romanesques ou la presse où abondent des énoncés tels que « Excellente idée ! », « Des bêtises, tout ça ! », « Grave erreur. », « Maigre consolation ». Il m’a donc semblé plus pertinent de distinguer d’une part les textes où apparaissent une ou deux phrases nominales isolées, et d’autre part ceux où elles sont d’un usage massif, textes qui représentent à peu près un tiers du recueil44.

Phrases nominales isolées

37Elles jouent un rôle essentiellement rhétorique de condensation de l’information dans une formule frappante et impersonnelle. On les trouve fréquemment à l’initiale d’un texte ou à la clôture d’un paragraphe ou du texte entier.

  • 45 Si, du point de vue énonciatif, la distinction entre l’apostrophe d’Antique et la description de Va (...)

38En début de texte, outre les exemples 6, 7, 16 et 18, on trouve « Gracieux fils de Pan ! » (p. 462) au début d’Antique, et « Pitoyable frère ! » au début de Vagabonds (p. 476)45. Hormis Being beauteous (ex. 16) qui pose le référent comme nouveau avec un article indéfini (y compris dans le circonstant cadratif), les autres poèmes créent un espace commun fortement imprégné d’affectivité. La phrase nominale soit désigne l’objet principal du discours, soit ancre le poème dans un moment ou un lieu donné, en ajoutant à ces désignations un coefficient de déixis. Elle est choisie parce qu’elle combine brièveté et présentification et joue avec les attentes du lecteur en instaurant souvent un décalage avec le titre, qui est plus englobant, plus abstrait.

39En fin de texte ou de paragraphe, le rôle de condensation de l’information et/ou de marquage de l’intensité est le même : dans Nocturne vulgaire (p. 484), la nominalisation du procès (ex. 20) clôt la première partie du texte en contrastant avec la succession de présents décrivant le voyage en voiture. Elle prépare par son impersonnalité le changement énonciatif de la deuxième partie (disparition du je) et contribue à la mise en évidence de la structure textuelle. Il en est de même à la fin de H (p. 503) ou des sections 2 et 3 de Mouvement (p. 504).

40Ces énoncés nominaux isolés jouent donc un rôle de balisage textuel qui facilite la lecture de textes au demeurant fort énigmatiques. Mais lorsque l’emploi des phrases nominales devient massif, c’est toute la structuration du poème qui change, comme nous allons le voir à présent.

Phrases nominales en série

41On pourrait dire tout d’abord que l’emploi massif des phrases nominales obéit à un principe d’économie et à un choix énonciatif. Pourquoi en effet s’encombrer de verbes de position spatiale, de mouvement fictif ou de perception quand on peut décrire par une simple succession de groupes nominaux ? Prenons Ornières par exemple que je cite ici en entier :

(30) À droite l’aube d’été éveille les feuilles et les vapeurs et les bruits de ce coin du parc, et les talus de gauche tiennent dans leur ombre violette les mille rapides ornières de la route humide. Défilé de féeries. En effet : des chars chargés d’animaux de bois doré, de mâts et de toiles bariolées, au grand galop de vingt chevaux de cirque tachetés, et les enfants et les hommes sur leurs bêtes les plus étonnantes ; – vingt véhicules, bossés, pavoisés et fleuris comme des carrosses anciens ou de contes, pleins d’enfants attifés pour une pastorale suburbaine ; – Même des cercueils sous leur dais de nuit dressant les panaches d’ébène, filant au trot des grandes juments bleues et noires. (p. 473-474)

  • 46 Du point de vue syntaxique, les énoncés averbaux sont existentiels mais peuvent recevoir une lectur (...)
  • 47 Sur la situation du poème en prose à l’époque d’Illuminations, on pourra lire Murat M., L’art de Ri (...)

42L’incipit organise l’espace autour de l’opposition « à droite, le parc / à gauche, la route » dans une phrase verbale qui transforme en agents des éléments spatiotemporels, mais, dès lors qu’est asserté un « défilé de féeries », SN dont « en effet » confirme le caractère approprié aux yeux du locuteur anonyme, la série de SN suivis d’expansions suffit à présenter les éléments de ce défilé en faisant l’économie de la mention d’un observateur46. La scène combine ainsi onirisme et objectivité et Rimbaud invente47 un style rapide, fait de juxtapositions, jouant de la ponctuation – le rôle des tirets devient considérable – pour organiser l’énumération, qui se fait ici en trois étapes : d’abord, les chars, les enfants et les hommes, puis les véhicules et les enfants costumés, et enfin les cercueils. Mais on remarque qu’une incertitude sur le nombre de référents peut apparaître : les enfants du premier groupe sont-ils nécessairement différents de ceux du second ? Les cercueils ne pourraient-ils pas être une métamorphose onirique des véhicules du second groupe ? L’absence de marquage temporel favorise les hésitations.

  • 48 Ibid., p. 320.

43Cette incertitude sur le nombre de référents s’accentue lorsque le texte, comme dans Enfance I (p. 457), cumule phrases nominales et appositions. Ainsi le troisième paragraphe de ce poème, composé exclusivement de SN sans déterminant, contient-il de nombreuses énigmes : on peut penser que les « dames » du début sont ensuite scindées en plusieurs groupes selon leur taille (« enfantes et géantes », noms eux-mêmes suivis de caractérisations), ou leur statut (« jeunes mères et grandes sœurs »), puis recaractérisées comme « sultanes », « petites étrangères et personnes doucement malheureuses », mais Murat48 montre bien qu’hormis le point-virgule qui n’est pas absolument décisif, rien ne permet d’affirmer à coup sûr qu’il n’y ait qu’un seul référent à ce long paragraphe.

  • 49 Ibid.

44On voit dès lors qu’un des enjeux des phrases nominales en série, c’est qu’elles entraînent le texte dans un « vertige structurel49 » en suggérant une métamorphose incessante des référents invoqués. L’homologie apparente entre une suite de SN renvoyant à des référents différents et une association SN + appositions caractérisantes permet tous les glissements, lorsque les noms placés en deuxième position sont précédés d’un article défini. En (3), par exemple, à cause du point-virgule, j’ai interprété le premier paragraphe cité comme constitué de deux énoncés distincts et à cause de l’absence de majuscule, j’ai analysé « le dégagement rêvé » comme rhème de « Son corps ! » mais d’autres lectures sont possibles. Le propre de la phrase averbale est ici de ne plus séparer clairement un sujet et un prédicat et de remplacer des contraintes syntaxiques par de simples possibilités interprétatives.

45La mise en série est à la fois un principe d’organisation du texte qui se substitue aux emboîtements syntaxiques et un principe déceptif, car, pour reprendre un terme de Murat emprunté à Rimbaud lui-même, ces séries « chassent », c’est-à-dire dévient progressivement, sont emportées par le courant de l’écriture. Un bon exemple nous est fourni par Métropolitain (p. 487) où chaque paragraphe est apparemment construit de la même façon. Une longue phrase descriptive est suivie d’une reformulation très synthétique de l’espace décrit grâce à une phrase nominale isolée par un tiret : « – La ville ! », « – La bataille ! », « – la campagne. », « – le ciel », « – ta force ». Outre les variations de ponctuation, on observe déjà que le signifié du cinquième SN s’éloigne des autres, comme d’ailleurs le paragraphe tout entier qui fait intervenir un « tu » et un « Elle » et un passé simple. Mais on constate aussi que « le ciel » est une reformulation locale du SN immédiatement antérieur (« l’étude des astres ») et que, progressivement, le texte s’éloigne de la ville annoncée par le titre. Par ailleurs, alors que les paragraphes 1 et 2 s’organisent rigoureusement autour d’un noyau constitué d’un verbe et de son sujet inversé, précédés de compléments cadratifs, les paragraphes suivants ne sont composés que de longues énumérations où les enchaînements obéissent à la seule logique des associations d’idées et de sonorités :

(31) Des routes bordées de grilles et de murs, contenant à peine leurs bosquets, et les atroces fleurs qu’on appellerait cœurs et sœurs, Damas damnant de longueur, – possessions de féeriques aristocraties ultra-Rhénanes, Japonaises, Guaranies, propres encore à recevoir la musique des anciens – et il y a des auberges qui pour toujours n’ouvrent déjà plus – il y a des princesses, et si tu n’es pas trop accablé, l’étude des astres – le ciel. (paragraphe 4, p. 488-489)

46Le référent pivot de paragraphe, les routes qui s’éloignent de la ville, est le noyau d’un SN qui se trouve enrichi par deux appositions à l’incidence différente : la première « contenant… sœurs » caractérise les « grilles et murs », qui complètent le participe « bordées », la deuxième, « Damas damnant de longueur », caractérise la tête du SN, les routes suscitant le chemin de Damas, avec un contraste ironique entre l’illumination de l’apôtre Paul et l’ennui du locuteur. Le SN entre tirets est quant à lui le commentaire d’un référent qui n’a pas été nommé en tant que tel, les propriétés que longent ces routes et qu’enclosent les murs et les grilles. À une syntaxe verbale hiérarchisée s’oppose une organisation souple où les relations apport/support supposent souvent de suppléer par des inférences aux incomplétudes de l’expression. Les relations d’inclusion, de description ou d’identification qui règlent d’ordinaire les rapports entre un SN1 et un SN2 qui lui est apposé se distinguent mal les unes des autres, en raison notamment de la concurrence entre une organisation hiérarchique par emboîtements et une juxtaposition qui met tout sur le même plan. La contiguïté spatiale des éléments, l’organisation rythmique du paragraphe et de la page par les alinéas, les tirets et les points-virgules, prévalent bien souvent sur les relations de dépendance.

47Sous une apparente identité structurelle, les mécanismes régissant les associations sémantiques évoluent du début à la fin du poème en déjouant toute prévisibilité. Ainsi dans Veillées III (p. 480), peut-on établir dans les paragraphes 2 et 3 un signe d’égalité entre « la mer » et « les seins d’Amélie », entre « les tapisseries » et les « taillis de dentelle » en interprétant les premiers SN comme des thèmes et les seconds comme des rhèmes (ex. 2), mais les choses se compliquent dans le quatrième et dernier paragraphe :

(32) La plaque du foyer noir, de réels soleils des grèves : ah ! puits des magies ; seule vue d’aurore, cette fois. (p. 481)

48On peut comprendre que « de réels soleils des grèves » constitue le rhème de « la plaque du foyer noir », « ah ! puits des magies » constituant alors un commentaire de cette mise en équivalence insolite de deux référents antithétiques mais on peut aussi voir dans le début de l’énoncé une simple énumération, résumée et « empaquetée » par le troisième SN. Quant au statut du quatrième SN, il reste obscur : est-ce un prédicat reformulant tout ce qui précède ou une échappée vers autre chose ?

49Le poème en prose bâti sur une succession de phrases nominales s’éloigne fortement des modèles génériques disponibles du temps de Rimbaud : texte compact organisé en séquence narrative, méditation philosophique impliquant un positionnement fort du locuteur, chanson avec couplets et refrain… On a affaire à une composition qui présente à la fois des récurrences d’un paragraphe à l’autre et des glissements insensibles qui obligent le lecteur à de constants réajustements de la représentation sémantique et textuelle qu’il est en train de construire. Ce ne sont pas simplement les spécificités énonciatives de la phrase nominale qui contribuent à construire la subjectivité en même caractéristique d’Illuminations, l’imprécision sémantique résultant des rapports flous entre les différents segments du poème ou du paragraphe y contribue aussi fortement en faisant participer le lecteur au mouvement du texte, à ce tournoiement si sensible à la lecture.

50Barbare (p. 489-490), entièrement écrit en phrases nominales, et déjà cité partiellement sous (29), nous offre sans doute l’exemple le plus abouti du parti énonciatif et textuel que Rimbaud a pu tirer de ce choix syntaxique. Le poème est, en dépit de ses apparences chaotiques, très fortement construit sur de savantes reprises et variations qui dessinent clairement trois parties dans le texte. Aux charnières de ces parties, se trouvent les indications ayant trait à des actants humains qui dessinent un énonciateur collectif situé temporellement dans un après que l’incipit a dessiné comme un temps mythique :

(33) Remis des vieilles fanfares d’héroïsme – qui nous attaquent encore le cœur et la tête – loin des anciens assassins – // Oh ! le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleurs arctiques ; (elles n’existent pas) // Douceurs ! // Les brasiers pleuvant aux rafales de givre, – Douceurs ! – les feux à la pluie du vent de diamants – jetée par le cœur terrestre éternellement carbonisé pour nous.– – Ô monde ! – // (Loin des vieilles retraites et des vieilles flammes, qu’on entend, qu’on sent,) //

51À la fin du texte (cf. ex. 29), « les formes, les sueurs, les chevelures et les yeux » « les larmes » et « la voix féminine » ne sont pas rapportés à des êtres individualisés, et les prédicats « flottant » et « bouillantes » n’ont rien de spécifiquement humain. Tous les autres énoncés assertent l’existence d’éléments non humains, dans des SN parfois enrichis d’expansions prédicatives indiquant des mouvements et des localisations. Actants humains et éléments du monde nouveau dont le locuteur appelle ou constate l’avènement – l’imprécision modale ne permet pas de trancher – sont ainsi mis sur le même plan, préfigurant cette indistinction du sujet et de l’objet, du percevant et du perçu que Rimbaud recherche depuis la lettre à Izambard du 13 mai 1871 (OC, p. 237). Les trois énoncés exclamatifs « Douceurs ! », « Ô monde ! » et « Ô Douceurs, ô monde, ô musique ! » dessinent un monde harmonieux qui s’oppose, semble-t-il, au « pavillon en viande saignante » qui flotte sur le désastre. Mais le poème, dans ses retours et avancées, maintient jusqu’au bout une incertitude axiologique totale : s’agit-il d’une nouvelle harmonie émergeant peu à peu du choc des contrastes (les « volcans » et « le cœur terrestre » en fusion d’un côté, les « mers arctiques » de l’autre) à partir des débris flottant « là » sur une mer primordiale, ou d’une plongée (extatique ou désespérée) dans le chaos même ? Brunel conclut ainsi sa présentation :

Prose ambiguë donc, où l’un peut lire le chiffre du succès et l’autre celui de l’échec, où ce qui est n’existe pas et où ce qui n’est plus existe encore. (op. cit. p. 910)

52L’absence de jugement prédicatif rapporté à un marquage temporel, modal et personnel univoque entraîne une indécision du sens, qui, associée au rythme même du poème, amène le lecteur à une appréhension non plus intellectuelle mais sensorielle, où il s’agit non pas de comprendre mais de participer à une expérience fusionnelle dont le présent des relatives et parenthèses, l’adverbe, les pronoms nous et on sporadiques indiquent bien que les coordonnées sont à trouver dans l’acte même de la lecture.

Conclusion

  • 50 Bronckart J.-P., Le Fonctionnement des discours, Delachaux et Niestlé, 1985.
  • 51 Heidmann U. et Adam J.-M., 2010, Textualité et intertextualité des contes, Paris, Garnier, 2010, p. (...)

53La phrase nominale est un fait de langue identifié différentiellement par rapport à la prédominance des phrases verbales en français dans la plupart des corpus. Son analyse oblige à prendre en compte des éléments relatifs à la structure informationnelle de la phrase et à relativiser l’influence des phénomènes de rection. Mais, au-delà de ces traits généraux, ses réalisations et ses fonctions sont éminemment dépendantes des genres discursifs dans lesquelles elle apparaît. À cet égard, elle peut constituer un des points d’observation possibles pour une caractérisation des genres discursifs, à l’instar des tiroirs verbaux, des phrases passives ou des pronoms passés au crible par Bronckart50 dans son étude du fonctionnement des discours. Dans les textes littéraires, son développement à la fin du XIXe siècle s’inscrit dans une mutation plus globale de la prose littéraire. Sa fréquence en fait un trait caractéristique des Illuminations de Rimbaud, mais il faut distinguer les poèmes où elle reste isolée de ceux où elle apparaît en série. L’étude grammaticale a permis de mettre en évidence la prédominance des phrases existentielles, et à un moindre degré des phrases segmentées à thème initial, à modalité déclarative ou exclamative, qui introduisent des référents dans la structure discursive ou les redéfinissent sans intervention marquée du locuteur. Énonciativement les phrases nominales participent à la création d’une subjectivité en même accueillant le locuteur et le récepteur dans une sphère indifférenciée et textuellement elles jouent un rôle essentiel dans l’écriture de certains poèmes en contribuant fortement aussi bien à leur flou sémantique qu’à leur balisage compositionnel. À ce titre, elles peuvent être considérées comme un fait de style majeur des Illuminations non plus simplement sur le plan quantitatif mais aussi sur le plan qualitatif, en tant qu’élément contribuant fortement à la reconfiguration générique51 du poème en prose opérée par ce recueil. Il ne semble pas que par la suite, les auteurs de poème en prose aient poursuivi dans la voie ouverte par Rimbaud, pour des raisons qu’il faudrait analyser. En revanche la phrase nominale va se répandre largement dans le poème en vers au cours du XXe siècle, selon des modalités et avec des fonctions qu’il conviendra d’étudier. On voit ainsi que le fait de langue que constitue la phrase nominale est susceptible d’investissements stylistiques variés qui tiennent, d’une part, au positionnement de l’auteur et à son projet générique, d’autre part, à la diversité des réalisations de la phrase nominale et à leur impact différent sur le plan énonciatif et textuel.

Notes

1 Meillet A., Traité de grammaire comparée des langues indo-européennes, Paris, Champion, 1924 ; Benveniste E., « La phrase nominale », Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966 [1950], p. 151-167.

2 Lefeuvre F., La phrase averbale, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Deulofeu H.-J., « Lontan degli occhi lontan dal cuore : les énoncés non verbaux sont des énoncés comme les autres », Aroui J.-L. (éd.), Le sens et la mesure. Hommage à Benoît de Cornulier, Paris, Champion, 2003, p. 171-193.

3 Lefeuvre F., « Le prédicat nominal dans des articles de presse » in Aux marges de la prédication, Syntaxe et sémantique no 6, Presses Universitaires de Caen, 2005, p. 181-198 ; Deulofeu H.-J., « Les commentaires sportifs télévisés constituent-ils un genre, au sens linguistique du terme ? », Bilger M. (éd.), Questions de méthodes dans la linguistique de corpus, Paris, Champion, 2000 ; Bosredon B. et Tamba I., 2003, « Aux marges de la phrase écrite : analyse d’unités typographiques autonomes », L’Information grammaticale no 98, juin 2003, p. 28-38.

4 Philippe G., Piat J. et al., La langue littéraire : une histoire de la prose de Gustave Flaubert à Claude Simon, Paris, Fayard, 2009.

5 Sans contester la nécessité de distinguer parfois entre la phrase comme type abstrait et l’énoncé comme occurrence contextualisée de ce type, j’emploierai indifféremment dans cet article « phrase » et « énoncé » : pour moi, en effet, les segments empiriques observés dans Illuminations sont des phrases abstraites en attente de contextualisation et d’interprétation qui deviennent des énoncés dès lors que le lecteur ou le linguiste les insère dans un système interprétatif et les dote d’une valeur illocutoire et représentationnelle. Lors d’une étude stylistique, la phrase est donc constamment en train de devenir énoncé.

6 Henry A., Contributions à la lecture de Rimbaud, Bruxelles, Académie royale, 1998.

7 Murat M., L’Art de Rimbaud, Paris, José Corti, 2002.

8 Lefeuvre F., La Phrase averbale, op. cit.

9 Deulofeu H. J., « Lontan degli occhi lontan dal cuore : les énoncés non verbaux sont des énoncés comme les autres », art. cit.

10 Blanche-Benveniste Cl., Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys, 1997.

11 Firbas J., Functional sentence perspective in written and spoken communication, Cambridge University Press, 1992.

12 À cet égard la classification proposée par Le Goffic P., Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette, 1993 est assez décevante, si on la compare au reste de l’ouvrage. Elle regroupe des structures qui n’ont pas du tout la même dynamique informationnelle.

13 La « servitude subjectale » est présentée comme absente de la relation topic / comment, mais la distinction sujet/prédicat est réintroduite en fin d’article à propos d’énoncés tels que « Ça pas question » sous la forme d’une « interprétation en termes de prédication sémantique. »

14 Sauf indication contraire, les italiques dans les citations sont de moi.

15 Je me réfère à l’édition des Œuvres complètes procurée par Pierre Brunel dans la collection La Pochothèque, 1999. Les sauts de paragraphe sont indiqués par //.

16 Je reviendrai sur cet exemple où un rhème exclamatif « Son Corps ! » autonome est ensuite réaffecté comme thème à un autre énoncé rhématique.

17 Précisons qu’on peut construire une classe des référents désignés par le nom « repas » mais que cela est impossible avec les noms de qualité, proches en cela des adjectifs non classifiants (cf. Milner J.-C., 1978, De la syntaxe à l’interprétation, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 1978).

18 Dans la terminologie de Deulofeu, il s’agit d’énoncés réduits à un comment, mais présentant une construction prédicative.

19 Deulofeu H. J., « Lontan degli occhi lontan dal cuore : les énoncés non verbaux sont des énoncés comme les autres », art. cit., p. 191.

20 Bosredon B. et Tamba I., « Aux marges de la phrase écrite : analyse d’unités typographiques autonomes », art. cit. ; Deulofeu H.-J., « Les commentaires sportifs télévisés constituent-ils un genre, au sens linguistique du terme ? », art. cit.

21 Sur cette différence, cf. Guillemin-Flescher J., « Les énoncés averbaux : de l’identification à l’évaluation », Aux marges de la prédication, Syntaxe et sémantique no 6, Presses Universitaires de Caen, 2005, p. 139-162.

22 C’est ce qu’Adam appelle « l’affectation retardée du thème-titre » (Adam J.-M., Les Textes : types et prototypes, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 2011, p. 78).

23 Morel M.-A. et Danon-Boileau L., Grammaire de l’intonation. L’exemple du français oral, Paris-Gap, Ophrys, 1998.

24 Lefeuvre F., « Toutes les phrases sont-elles binaires ? Exemple de la phrase averbale existentielle », Le Français moderne, tome LXVIII, no 2.

25 Je normalise l’orthographe mais le manuscrit ne comporte pas de s à plate-formes, ni de trait d’union entre au et dessus et et haut.

26 Adam J.-M., Les Textes : types et prototypes, op. cit.

27 Deulofeu H. J., « Lontan degli occhi lontan dal cuore : les énoncés non verbaux sont des énoncés comme les autres », art. cit.

28 Le Goffic P., Grammaire de la phrase française, op. cit., p. 519.

29 Les énoncés introduits par une négation, souvent regroupés dans les études, forment à mon avis un ensemble hétérogène : certains sont des phrases existentielles (« personne à l’horizon », « pas un bruit »), d’autres (« pas question », « pas besoin ») des commentaires rhématiques d’un énoncé antérieur.

30 Benveniste E., « La phrase nominale », Problèmes de linguistique générale, op. cit.

31 Humbert J., Syntaxe grecque, Paris, Klincsieck, 1960.

32 Bosredon B. et Tamba I., « Aux marges de la phrase écrite : analyse d’unités typographiques autonomes », art. cit., p. 33.

33 Mellet S., « Présent et présentification : un problème d’aspect », dans Vogeleer Sv., Borillo A., Vetters C., Vuillaume M. (dir.), Temps et discours, Louvain, Peeters, 1998.

34 Je rejoins ici Bougault (« Hermétisme et référence dans l’œuvre de Rimbaud », Revue Romane no 33-1, 1998, p. 99) qui parle d’une « “déixisation” du texte poétique qui se trouve comme immergé dans la présence immanente du monde ». Comme elle, en effet, je pense que ces choix énonciatifs n’ont pas pour rôle de refermer le texte sur lui-même mais de construire un espace commun de « coprésence du locuteur, de l’interlocuteur et du monde » (art. cit., p. 98).

35 Grinshpun Y., Ô entre langue(s), discours et graphie, Paris, Ophrys, 1998.

36 Cf. Monte M., « Ô + SN dans les textes poétiques : entre apostrophe et exclamation », Modèles linguistiques, tome XXVI-2, vol. 52, 2005, p. 45-68.

37 Barbéris J.-M., Articles « Subjectivité dans le langage », « Subjectivité en même vs soi-même », Détrie C., Siblot P. et Verine B. (dir.), Termes et concepts de l’analyse de discours, Paris, Champion, 2001 ; Monte M. « Intersubjectivité et coénonciation dans la poésie contemporaine », in L’Actualisation de l’intersubjectivité : de la langue au discours, Verine B. et Détrie C. (dir.), Limoges, Lambert-Lucas, 2011, p. 119-138.

38 Collot M., La Matière-émotion, chap. « La syntaxe nominale », p. 282-295, Paris, PUF, 1997, p. 286.

39 Guillemin-Flescher J., 2005, « Les énoncés averbaux : de l’identification à l’évaluation », art. cit., p. 141.

40 Barbéris a bien montré que construit une subjectivité en même qui ne différencie pas locuteur et allocutaire : « Identité, ipséité dans la deixis spatiale : “ici” et “là”, deux appréhensions concurrentes de l’espace ? », L’Information grammaticale, 77, 1998, p. 28-32

41 Bougault L., « Perspectives dans l’approche stylistique de l’hermétisme poétique. À propos de l’Illumination “Barbare” d’Arthur Rimbaud », Revue romane no 34-1, 1999, p. 77.

42 Un tel trait est caractéristique en revanche de la première prose célinienne (Pellet E., « Les phrases segmentées dans Voyage au bout de la nuit de Céline », L’Information grammaticale, no 61, 1994 ; Rioux-Watine ici même).

43 Lefeuvre F., « Le prédicat nominal dans des articles de presse », art. cit.

44 Combettes B. et Kuyumcuyan A., « Les enjeux interprétatifs de la prédication averbale dans un corpus narratif », Discours no 6, consulté le 20/10/11, [http://discours.revues.org/7703], 2011, distinguent aussi les phrases averbales isolées et en série.

45 Si, du point de vue énonciatif, la distinction entre l’apostrophe d’Antique et la description de Vagabonds est importante, du point de vue syntaxique les apostrophes autonomes ou délinéarisées (Détrie C., De la non-personne à la personne : l’apostrophe nominale, Paris, CNRS-Editions, 2006) sont un exemple parmi d’autres de phrases averbales dotées d’une dimension pragmatique spécifique.

46 Du point de vue syntaxique, les énoncés averbaux sont existentiels mais peuvent recevoir une lecture prédicative au même titre que (10) à (13). Il est dit des chars qu’ils sont chargés d’animaux et des cercueils qu’ils filent au trot des grandes juments. Cette deuxième lecture est activée par l’absence de verbe conjugué et la valeur évènementielle plus que descriptive des dernières expansions.

47 Sur la situation du poème en prose à l’époque d’Illuminations, on pourra lire Murat M., L’art de Rimbaud, 2002, p. 300 sq.

48 Ibid., p. 320.

49 Ibid.

50 Bronckart J.-P., Le Fonctionnement des discours, Delachaux et Niestlé, 1985.

51 Heidmann U. et Adam J.-M., 2010, Textualité et intertextualité des contes, Paris, Garnier, 2010, p. 34.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/53161/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

Auteur

Professeure en sciences du langage à l’université de Toulon. Ses travaux portent sur la sémantique lexicale, l’énonciation, et l’analyse textuelle des discours. Elle a publié Mesures et Passages. Une approche énonciative de la poésie de Philippe Jaccottet, (Champion, 2002), et, en collaboration avec André Bellatorre, Le printemps du temps. Poétiques croisées de Francis Ponge et Philippe Jaccottet (PUP 2008). Elle a édité des actes de colloques sur Aragon, André Salmon, Jean Malrieu, et écrit de nombreux articles sur la production/interprétation de la poésie contemporaine basés sur l’analyse de poèmes du XXe et XXIe siècle (notamment des recueils de Pierre Reverdy, Saint-John Perse, Lorand Gaspar, Jacques Roubaud, Jean Tortel, Antoine Émaz, James Sacré). Elle travaille également sur les discours politiques et médiatiques au sein de la revue Mots. Les langages du politique et dans d’autres projets collectifs.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540