Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Troisième partie. Pour une histoire des représentations stylistiques

Une construction syntaxique en emploi sociolectal entre 1525 et 1545 : la négation renforcée dans la subordonnée comparative

Pascale Mounier

Texte intégral

  • 1 Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. (...)
  • 2 Vaugelas la mentionne dans ses Remarques sur la langue française en 1637 et signale qu’elle a « for (...)
  • 3 Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. (...)
  • 4 Ibid., p. 113.
  • 5 Frantext permet par exemple de repérer une partie de la cinquantaine d’auteurs utilisant la constru (...)

1Le renforcement de la négation dans la subordonnée comparative constitue à un double titre un objet privilégié d’examen de l’avènement de l’effet de style dans un discours donné. Il s’agit d’abord d’un fait de langue daté et utilisé de manière non usuelle. Lui consacrant une étude importante, W. Kemp1 a noté que la comparative en non pas, peu recensée par les grammairiens2, apparaissait au début du XVIe siècle et disparaissait au début du XVIIIe siècle, sa pleine période d’emploi se situant entre 1550 et 1650. Ce qu’il appelle la « négation expressive » soit est absente des textes soit s’emploie dans 5 à 10 % environ des contextes possibles dans ceux qui l’utilisent3. La construction que Dupleix présente en 1651 comme un « idiotisme Gascon4 » est donc atypique, ce qui lui confère un caractère distinctif. On pourrait certainement affiner aujourd’hui les taux de fréquence d’emploi, comme le chiffre de 174 occurrences dans le corpus informatisé des textes du XVIIe siècle du TLF, en utilisant des bases textuelles plus larges5 et en explorant d’autres éditions ou manuscrits. Mais la forme renforcée de la négation dite « explétive » dans la proposition comparative mérite surtout à présent d’être interrogée d’un point de vue qualitatif. Il faut tâcher de voir, nous semble-t-il, à partir des occurrences déjà repérées par W. Kemp et de quelques autres dans quels passages ce marqueur de beau parler devient singularisant. La prise en compte du contexte d’apparition est susceptible de mettre en lumière les mécanismes qui sous-tendent le passage de l’état de fait de discours à celui d’effet stylistique.

  • 6 Garnier I., « Connivence et littérature : une méthode d’analyse textuelle pour lire entre les mots  (...)
  • 7 Kerbrat-Orecchioni C., L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin, 1997 (...)
  • 8 Nous retiendrons sept textes : Celestine, publié en 1527 à Paris et réédité à Lyon chez Claude Nour (...)
  • 9 Kemp W. (« La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. (...)
  • 10 Jaubert A., « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue », Pratiques, no 135-1 (...)

2Le cas proposé est ensuite intéressant en ce qu’il implique la langue d’un groupe. Utilisé par certains locuteurs et non par d’autres, il appartient à un sociolecte et établit à ce titre une relation entre discours singulier et discours collectif. L’intérêt actuel des seiziémistes pour la socio-linguistique6 incite à prêter attention à la création d’« idéolectes7 » de la part de personnes en réseau utilisant une langue cryptée pour révéler des positions idéologiques. On voudrait examiner ici les tout premiers emplois de la tournure dans la langue française dans un corpus de textes publiés à Lyon entre 1525 et 15458. Vu le rôle que plusieurs lettrés originaires de la ville ou simplement de passage dans celle-ci ont pu jouer dans son acclimatation à la cour9, il semble judicieux de voir comment la négation renforcée en comparative acquiert une dimension stylistique avant même sa normalisation linguistique. Grâce à une comparaison en diachronie et en synchronie des textes, on tâchera de déterminer la manière dont se dessinent des procédures de mimétisme et de démarcation dans la production de différents auteurs, et d’évolution dans l’écriture d’un même auteur. L’idée n’est pas d’interpréter les conditions sociologiques de l’émergence et de la diffusion de cette forme emphatique cela a déjà été fait mais de mettre en avant le rôle du sociolecte dans son marquage discursif. Le « moment lyonnais », si l’on veut, de l’emploi de non pas comparatif et de ses variantes peut ainsi aider à appréhender la tension doublement orientée vers un pôle particularisant et vers un pôle universalisant qui se joue dans le mécanisme de stylisation10.

Propriétés grammaticales

  • 11 Lardon S., Thomine M.-C., Grammaire du français de la Renaissance. Étude morphosyntaxique, Paris, C (...)

3Le fait de langue comporte en soi certains traits qui le rendent reconnaissables. Il intervient en système comparatif dans la subordonnée complément d’un adverbe quantificateur marquant une inégalité. Alors que le français préclassique utilise de façon courante la particule ne avec une principale affirmative, la négation explétive se voit soit renforcée par pas soit remplacée par non, ce qui se traduit dans un système comparatif corrélatif par la présence de que ne… pas et de que non (pas) au lieu de que… ne. Même s’ils apparaissent éventuellement dans le corpus, les cas d’emploi de non hors contexte comparatif11 en particulier quand l’adverbe régit une forme verbale non personnelle, infinitif ou participe (1), qu’il accompagne la négation ne… pas et la renforce avec le sens de « pas même » (2), qu’il introduit de manière contrastive une opposition après une affirmation (3) ou qu’il s’insère dans le tour de coordination oppositive non pas (seulement)… ains ou mais (4), ne sont pas concernés :

(1) […] vous m’assertenez le vouloir et desir de luy estre tel, voire que non estant accomply il en peult tomber en inconvenient […] (Philandre, chap. 3, p. 27)

(2) […] ne le permettray non pas à mon frere propre […] (Philandre, chap. 18, p. 148)

(3) Je croy bien cela, non pas ce que la faulse vieille m’a dit. (Celestine, X, p. 139)

(4) […] affin que voz si glorieuses vertuz fussent non seulement congneues en l’universelle Italie, mais encor principallement en ceste nostre France. (Roland Furieux, dédicace, f. *2)

4Seuls les correspondants en français du XVIe siècle des phrases du type Le fuel est plus cher qu’il (ne) l’était hier et Le fuel est plus cher qu’hier ont un caractère remarquable par leur rareté et demandent un examen de leur fonctionnement en langue.

5D’un point de vue syntaxique, la négation composée ne… pas apparaît avec une forme verbale personnelle, que celle-ci reprenne de manière explicite le verbe de la principale ou qu’elle introduise un nouveau prédicat verbal. La quantification du prédicat verbal ou adjectival faite par un adverbe, généralement plus, se voit complétée par une proposition par que où le verbe est encadré par ne et par pas :

(5) Certes pas n’a menty le divin Platon quand il disoit que tu as, ô beaulté, plus de force en ung seul moment devant les yeulx des amoureux, que n’a pas la doulce Eloquence seulle de soy […] (Comptes amoureux, I, p. 67)

  • 12 Ibid., p. 361-362.
  • 13 Alors que l’ancien français utilise non seul + V puis ne seul + V, le moyen français introduit prog (...)

6L’auxiliaire de négation, terme que l’on préférera à « forclusif » emprunté à la terminologie de Damourette et Pichon, n’a pas de fonction dans la phrase. Issu du substantif pas et d’abord employé en ancien français avec des verbes de mouvement, l’adverbe pas est recommandé par Sylvius et par Meigret12 afin de rendre la négation verbale plus claire et plus insistante mais il est loin d’être systématique au XVIe siècle13. La négation composée dans la comparative par que complément de l’adverbe plus ou mieulx, voire de l’adjectif meilleur employé comme attribut du sujet du verbe principal, et la comparative par plustost que où les adverbes plus et tost se sont soudés en conjonction sont donc formellement fortement marquées. On pourrait être tenté de mettre sur le même plan l’adverbe onques ou jamais en corrélation avec ne dans la mesure où celui-ci intervient aussi dans des comparaisons quantitatives en construction discontinue :

(6) […] voire estoit ce corps plus vivement blanc, que ne fut oncques la belle fille de Doris tant aymée du monocule Cyclope. (Comptes amoureux, II, p. 88)

(7) Elle eust les yeux baignez en larmes plus ameres que n’eust jamais Egeria. (Comptes amoureux, III, p. 120)

  • 14 En ancien français onques peut simplement renforcer plus dans un emploi avec un verbe au présent. V (...)

7Mais la convergence avec que… ne… pas est limitée par le fait que l’auxiliaire de négation, qui s’emploie avec un verbe au passé, implique une durée. Même si, employé avec le verbe être, il a surtout une valeur intensive (6), onques ou mais occupe une fonction dans la phrase et introduit une temporalité lointaine, que l’énoncé distingue de celle du procès de la principale14. Que… ne… onques ou jamais n’est donc pas exactement une variante de que… ne… pas.

  • 15 Dans ce dernier cas le complément de l’adverbe comparatif est introduit par que non (pas) que. Il n (...)
  • 16 On ne trouve pas de que non point dans le corpus.

8Non pas intervient pour sa part en tête de subordonnée comparative sans forme verbale conjuguée, que l’on peut éventuellement considérer comme ellipsée. Conformément à son emploi usuel, la forme tonique non sert à nier un GN, un adjectif, un adverbe, un groupe prépositionnel ou une proposition complète15. Elle est le plus souvent renforcée par pas, éventuellement par point16, deux adverbes de formation romane d’origine substantivale totalement vidés de leur sens premier à l’époque :

(8) Je dis, monseigneur, qu’il seroit meilleur employer tes largesses en presens et services à Melibée que non donner argent à ceste là… (Celestine, II, p. 54) / Digo, señor, que yrían mejor empleadas franquezas en presentes y servicios a Melibea que no dineros aquella […]

(9) Et pour ce je regarde plus d’inconveniens avec ma povre experience que non pas toy avec ta vieille maistrise. /Y assí miro más inconvenientes con mi poca experiencia, que no tu como maestra vieja. (Celestine, III, p. 63)

  • 17 Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. (...)
  • 18 Ibid., p. 110 et 115.
  • 19 En regardant si des non pas non complétifs et non consécutifs apparaissent en subordonnée avant 152 (...)
  • 20 Voir la phrase, certes exceptionnelle, de Charles d’Orléans citée par l’éditeur d’une anthologie de (...)
  • 21 Voir « […] tellement que ne se feit oncques un tel assault. » (Philandre, chap. 12, p. 82).

9Il semble que ce type de non ou non pas ne soit pas apparu en français écrit avant le texte cité, à savoir la traduction de la Celestina de Fernando de Rojas en 1527. Le repérant dans des lettres restées manuscrites de Bourguignons en rapport avec la cour de Charles Quint et dans des textes traduits du castillan publiés à Paris et à Lyon, W. Kemp17 corrobore l’affirmation de Dupleix selon laquelle il s’agit d’un hispanisme érudit forgé sur le modèle de que no. Tout en reconnaissant que « non pas expressif » constitue une extension du système courant de négation explétive, W. Kemp18 exclut ainsi de son analyse les formes « de négation explétive double en ne… pas ou ne… point ». L’hypothèse d’un emprunt, qui est vraisemblable mais qui reste à vérifier19, ne nous semble cependant pas incompatible avec une exploitation des possibilités offertes par le système de la langue. La répartition nette des emplois de que… ne… pas et de que non pas selon la présence ou l’absence d’un verbe à un temps fini ainsi que le mouvement général de renforcement de ne et de non par pas en moyen français incitent à penser que le néologisme s’est d’autant plus rapidement acclimaté qu’il rappelait ne… pas ou onques en comparative corrélative, employés de manière sporadique dès le XVe siècle20, ou en consécutive21. En outre le second auxiliaire de négation vient nécessairement du français car l’espagnol n’en utilise pas ; la langue a ainsi adapté la séquence syntaxique espagnole. Plutôt que de postuler l’étrangeté radicale de non (pas) comparatif, nous suggérons l’existence d’une sorte de continuum entre les différentes formes de négation explétive renforcée : que non (pas), que… ne… pas ou point, et accessoirement que… ne… onques ou jamais.

  • 22 Lardon S., Thomine M.-C., Grammaire du français de la Renaissance. Étude morphosyntaxique, op. cit. (...)
  • 23 Moignet G., Systématique de la langue française, Paris, Klincksieck, 1981, p. 205.
  • 24 Martin R., « “La négation de virtualité” du moyen français », Romania, no 93, 1972, p. 20-49.
  • 25 Lardon S., Thomine M.-C., Grammaire du français de la Renaissance. Étude morphosyntaxique, op. cit. (...)

10D’un point de vue logique, le redoublement de l’opérateur de négation produit un double effet, identique pour les deux marqueurs quoique plus accentué dans un cas que dans l’autre22. Le cinétisme de la forme atone ne en comparative posant l’inégalité ou la différence traduit d’abord le signe négatif dont est affecté le second terme de la comparaison quand le premier est doté d’un signe positif23. Ne marque le fait que ce qui est nié est un possible, une virtualité pure24, alors que la supériorité du premier sur le second est montrée comme un fait attesté. Pas renforce quant à lui la négativité inhérente à la comparative, ce qui rend encore plus douteux le qualificatif « explétive » appliqué traditionnellement à la négation dans ce type de subordonnée ainsi que dans les temporelles introduites par avant que et dans les complétives dépendant d’un verbe de crainte ou d’empêchement. Dans que non pas, il n’y a pas le discordantiel ne pour marquer le décrochage du positif : la visée négativante de la comparaison est rendue immédiatement saillante par les deux éléments négatifs initiaux et l’inégalité des deux termes de l’opposition est renforcée. Plutôt que de combiner deux morphèmes vides de sens, la négation double augmente ainsi la visée négativante de la comparaison et renforce la dissemblance entre la principale et la subordonnée, en mesurant par exemple une propriété présente dans deux entités (en 5 la force) ou, par un redoublement des points de référence, la pertinence de deux attitudes dans des circonstances différentes (en 8 le fait de se rendre agréable auprès d’une femme et le fait d’en payer une autre). Elle souligne ensuite l’appréciation subjective dont est porteuse la « comparaison négative25 » : le jugement d’un évaluateur nie quelque chose au détriment d’un élément et l’affirme en faveur de l’autre. Polémiques, ne… pas et non pas contestent un présupposé. En 8, il faut comprendre que le personnage pense qu’il ne vaut pas mieux donner de l’argent à une maquerelle que d’employer ses biens et ses efforts à servir Mélibée et en 5 que la narratrice de la nouvelle 1 des Comptes amoureux est en accord avec Platon sur le pouvoir de l’éloquence par rapport à celui de la beauté. La virtualisation renforcée de la situation ou de l’opinion exposée dans la subordonnée accentue ainsi le conflit entre deux énonciateurs, dont l’un reste le plus souvent implicite.

11Des phrases du type Le fuel est plus cher qu’il ne l’était pas hier et Le fuel est plus cher que non pas hier exacerbent alors le rôle habituel de la négation, optionnelle aujourd’hui, dans les constructions quantifiant un élément de la principale par un échantil. Si non pas en comparative est une tournure plus récente et plus marquée, par l’adverbe tonique non et par son emploi avec pas en tête de proposition, les formes de négation double renforcent communément la complexité des portées de la négation et de la comparaison. Non pas et ses variantes se rapprochent dans leur fonctionnement de phrases du type de 3, qui aurait pour équivalent moderne Pierre est passé au feu vert, non (pas) au feu rouge. Ce qui pourrait a priori passer pour un pléonasme constitue une sorte de connecteur contrastif à valeur modale.

Emploi marqué en diachronie : l’inscription dans une série de textes

  • 26 Karabétian E., « Langue de style et style de langue : une question de frontière », in Stylistiques  (...)
  • 27 Kemp W. (« La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. (...)

12Pour voir un fait de langue se convertir en fait de style, il faut son insertion dans un discours qui demande la sollicitation de ses « contraintes optimales »26, autrement dit un ensemble de facteurs qui perturbent son usage courant à l’oral ou à l’écrit27. Dans le cas de que non pas, introduit artificiellement, et de que… ne… pas, présent en français de manière relativement marginale jusque dans les années 1530, c’est l’entrée dans le système linguistique d’un groupe restreint qui marque leur emploi concerté dans des œuvres littéraires et qui a ensuite accessoirement permis leur diffusion en français. L’inscription de la formule dans des comparatives de supériorité et surtout dans une série langagière est ici le signe d’un emploi expressif. Quelles sont donc ses utilisations lyonnaises entre 1525 et 1545 qui relèvent d’un emploi sociolectal ?

  • 28 Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. (...)

13Un premier niveau de perception du marquage stylistique de la tournure dans des œuvres s’inventant une langue commune et se faisant écho les unes aux autres consiste à prendre en compte le rapport de celles-ci avec d’éventuelles sources. La présence de la tournure et sa fréquence d’emploi dans le texte source et dans le texte cible aident à percevoir si celle-ci entre ou non dans une « langue du village », pour reprendre une notion de l’ethnométhodologie. Près de la moitié des œuvres envisagées, toutes disponibles à Lyon sous forme princeps ou rééditée, donc toutes consultables pour les auteurs écrivant dans la ville, sont des traductions de l’espagnol. Elles peuvent à ce titre utiliser de manière automatique que non pas et que… ne… pas. C’est ce que suppose W. Kemp28 au sujet de la Celestine : sur les 18 occurrences du che no castillan le traducteur anonyme en a conservé 9 et ajouté 2 ; dans deux cas seulement il a modifié le no simple en non pas composé. On peut faire la même hypothèse au sujet de la traduction de la Penitencia de amor de Pedro Manuel de Urrea en 1537. En 1531 dans le Livre doré, qu’il avait fait paraître à Paris en 1531 et peut-être plus tard à Lyon, le traducteur René Berthaud de la Grise s’était déjà fait remarquer en reprenant pas moins de 67 fois la construction au Libro aureo de Marco Aurelio (Kemp, 2003, p. 121). Rédigée par un autre auteur qu’Antonio de Guevara, La Penitence d’amour fait apparaître seulement 3 fois que non ou que non pas. Si le traducteur ne se calque pas sur le modèle étranger, où che no n’apparaît qu’une fois, la concentration de deux des occurrences dans un même passage de l’œuvre peut être interprétée comme un choix de mimétisme ponctuel :

(10) […] plustost je desireroys que commendassiez me tuer et couper la gorge que non pas avec voz parolles de telle maniere me affliger. (La Penitence d’amour, f. ciij) / Más quisiera que me mandaras matar con cuchillo que con tus palabras […]

  • 29 Ibid., p. 116.
  • 30 Voir Il Peregrino, Venise, Pietro di Nicolini da Sabbio, 1538 : « et forsi più che non doveva » (II (...)
  • 31 Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. (...)
  • 32 À partir de 1529 au contraire les textes d’origine castillanne bénéficient de la vogue hispanisante (...)

14Herberay des Essars, le traducteur d’Amadís de Gaula, utilise une seule fois la formule plus tard, en 1540, au début du livre I de la série qu’il commence à traduire ; à partir du livre V en 1544 jusqu’au livre VIII en 1548 il le fait au contraire systématiquement et ajoute parfois aussi la construction au texte d’origine29. Inversement il n’utilise pas le tour en 1539 dans L’Amant mal traicté de s’amye, traduction d’un roman sentimental espagnol. Cela confirme que que non pas est encore senti comme un hispanisme maladroit à cette époque à la cour et que les années 1544 et 1545, qui marquent son adoption massive par différents auteurs souhaitant flatter François Ier et sa famille, constituent le terminus ad quem de la spécificité de l’emploi lyonnais. Difficile à ce stade d’identifier le terminus a quo de cette éventuelle utilisation sociolectale. On constate seulement sans surprise que dans la seconde partie des années 1530 des textes d’origine parisienne réédités à Lyon ne l’emploient pas, comme la Prison d’amour, le Peregrin et le Jugement d’amour. Le fait que les deux premiers sont des traductions de l’italien ne suffit pas à expliquer l’absence de la négation composée : Il Peregrino de Jacopo Caviceo utilise plusieurs che non en contexte comparatif30, ce qui invite au passage à revoir l’affirmation de l’inexistence de la formule en italien au XVIe siècle31. Le choix de ne pas traduire le syntaxème indique qu’en 1527 les conditions sociologiques ne sont pas réunies à Paris pour produire un sociolecte à partir d’hispanismes32.

  • 33 Jaubert A., « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue », art. cit.
  • 34 On pourrait tâcher de définir des constantes observables dans un genre à un moment donné en utilisa (...)
  • 35 Deux ans plus tard Urbain, faux Boccace publié à Lyon et traduit par une sœur de M. Scève, ne compo (...)
  • 36 Clément M., « Co-élaborations à Lyon entre 1532 et 1542 : des interventions lyonnaises en réseau su (...)

15Combiné à celui de la source, un second critère peut révéler le passage d’emplois idiosyncrasiques à des emplois sociolectaux : la configuration formelle du texte. Constituant une étape intermédiaire entre l’universel qu’est la langue et le singulier de tout acte discursif33 le genre fonctionne comme un invariant à partir duquel s’élabore l’écriture individuelle34. Il joue pour les auteurs s’y soumettant le rôle d’écran entre la langue et le discours. La plupart des œuvres du corpus relève en l’occurrence d’un genre neuf, donc éminemment distinctif, en France à l’époque : la fiction sentimentale en prose. Flammette, La Deplourable fin de Flamete et La Penitence d’amour sont des romans importés d’Espagne ou d’Italie, Celestine un demi-drame demi-roman venu d’Espagne, les Comptes amoureux un recueil de nouvelles sans antécédent étranger signé par une mystérieuse Jeanne Flore et Philandre, écrit par Jean des Gouttes, un roman de chevalerie à forte thématique amoureuse. Rien de commun entre eux et la poésie amoureuse par exemple : si La Coche de Marguerite de Navarre et la Delie de Maurice Scève, publiées respectivement en 1541 et en 1544, emploient la double négation en comparative, il y a peu de chances qu’elles le fassent en écho à ce type de productions. Le récit sentimental en prose sert ainsi de cadre spécifique à l’emploi de termes non nécessaires au sens grammatical de la phrase et à la production d’effets discursifs, y compris dans des textes traduits de l’espagnol ou de l’italien. La proximité thématique et formelle de La Deplourable fin de Flamete avec la Flammette parisienne de 1531 est évidente. Quand il traduit en 1535 Grimalte et Gradissa de Juan de Flores, bien avant donc de publier Delie, M. Scève transpose 1 che no dans un des derniers chapitres en ayant peut-être repéré que le traducteur anonyme de la Fiammetta de Boccace introduisait au début du récit 1 que non pas inexistant en italien35. La pièce liminaire des Comptes amoureux, publiés vers 1542, parodie pour sa part celle qui ouvre le roman traduit par M. Scève36. Or le recueil fait aussi apparaître 1 occurrence de que non pas et 5 de que… ne… pas, la première au début de la première nouvelle. Philandre reprend à son tour en 1544 différentes expressions des Comptes amoureux et utilise la tournure à trois reprises, à nouveau dans des passages clés du récit. L’appartenance générique mais aussi l’emploi rare de la négation explétive double en comparative dans l’œuvre indépendamment du nombre d’occurrences dans l’original, l’apparition de celle-ci à une place sensible de l’œuvre et accessoirement le fait que l’auteur ou le traducteur appartienne au milieu lyonnais plutôt qu’il appartienne à un autre milieu et que son texte soit simplement réédité à Lyon invitent à conclure à une sérialité textuelle.

  • 37 Garnier-Mathez I., « Connivence et littérature : une méthode d’analyse textuelle pour lire entre le (...)

16Le contexte d’apparition des occurrences constitue un troisième mode d’affleurement d’un emploi convergent de la formule. La valeur de supériorité de la comparative, le dispositif énonciatif et la visée du discours où celle-ci apparaît révèlent la construction d’un idéolecte, autrement dit d’une langue mise au service d’idées communes. Les quatre récits utilisent la forme prédicative du syntaxème dans des passages didactiques et en font le point d’appui de la revendication d’une vision originale de l’amour. Que deux textes seulement se fassent écho dans les implications argumentatives de l’emploi de la construction et que l’effet de « connivence37 » ne soit assuré que dans celui qui vient après dans le temps n’empêche pas que la comparative de supériorité se charge ici de valeurs stylistiques. Par le caractère démonstratif du discours du narrateur ou du personnage, selon l’instance qui s’exprime contextuellement, le tour vise à convaincre de la valeur de vérité du premier terme de la comparaison et du caractère douteux du second. La narratrice de Flammette, qui raconte comment elle a été amenée à aimer hors mariage et comment elle a été abandonnée par son amant Pamphile, utilise des modalisateurs comme le fait Grimalte dans La Deplourable fin de Flamete quand il explique à Gradisse qu’il va se retirer au désert parce qu’il veut, comme le même Pamphile, subir le châtiment de ceux qui sont aimés ou aiment à la folie :

(11) Mais les choses passées malfaictes se peuvent trop mieulx et plus voluntiers plaindre et blasmer que non pas amender. (Flammette, chap. 1, f. viij) / ma le preterite cose mal fatte si possono molto più agevolmente biasimare che emendare.

(12) Pour laquelle chose il m’est plus convenable de accomplir ceste entreprinse desesperée, que non pas à Pamphile. (La Deplourable fin de Flamete, chap. 36, f. lxij v°) / Así que a mí es mas convenible aquella desesperada empresa, que non a él.

17Que l’original de la traduction l’utilise ou non, le syntaxème confronte dans les deux cas l’expérience individuelle du sujet à des faits tangibles ou à des idées reçues. La mise en regard de l’attitude du je avec celle d’un représentant typique du martyre amoureux Pamphile ou avec une prescription sociale (l’invitation à corriger les débordements de la passion) a une visée pathétique. Elle se signale par les matériaux lexico-sémantiques de la déploration. Le dispositif énonciatif, le renforcement de la quantification de supériorité par les adverbes « trop » et « plus » et la sélection d’étalons de mesure exemplaires font ici servir la séquence comparative à la qualification intensive en même temps qu’à la construction du caractère exceptionnel de la souffrance des personnages.

18Deux emplois de que non pas dans les Comptes amoureux et dans Philandre manifestent un phénomène de reprise et de détournement de ce type de réprobation de l’amour et d’affichage de son caractère tragique. Plus nettement stéréotypée en 1542 qu’en 1535, la subordonnée comparative est employée dans des phrases longues qui amplifient les deux mouvements de la prédication : les isotopies attachées à chaque élément de la comparaison se déploient en même temps que le raisonnement s’étoffe par des phénomènes d’hypotaxe et de parataxe. Le fait que le seul passage du recueil où apparaît que non pas est la description du vieux Pyralius, marié à la jeune Rosemonde, et que l’une de ses quatre occurrences dans le roman de chevalerie porte sur le « vieillard et rassotté Garamond », roi promis à la belle Passerose, confirme que les œuvres se font directement écho dans leur manière d’exploiter le tour à des fins polémiques. La narratrice de la première nouvelle (13) et Philandre (15) mettent communément en place une opposition entre le monde humain, où l’amour unit des jeunes gens, et l’univers anti-naturel, où des vieillards convoitent de jeunes femmes :

(13) À cestuy Pyralius certes villain de meurs et non assez apte pour servir une si jeune Dame telle qu’estoit la dame Rosemonde au faict et lucte du delicieux amour, la naturelle chaleur par longues maladies estoit faillye et jà estaincte par le merite de ses longs et vieulx ans, et oultre ce, se trouvoit si difforme et malheureux en beaulté qu’il ressembloit plustost quelque monstre que non pas homme humain : car il eust la teste grosse et lourde, herissée de rude et aspre cheveleure, jà envieillie et grise, le front ridé, les sourcilz gros et espaix […] (Comptes amoureux, I, p. 48)

(14) […] devint amoureux de la fille de Sire Paulo Traversier, Damoiselle pour vray trop plus noble que n’estoit pas ledict Nastagio. (Comptes amoureux, V, p. 147)

(15) Vostre peuple va disant, que mieulx eust esté colloquée vostre fille à un Chevalier de plus bas estat, moyennant qu’il fust jeune, prœux et saige, que non pas à cestuy vieillard et rassotté Garamond, qui ne fera que toussir aupres d’elle. (Philandre, chap. 24, p. 216)

  • 38 Voir « vieillars rassottez » et « infamie et pourriture de mary » (N 1, p. 48).

19Outre les reprises de termes comme « rassoté » et « vieillard » employé comme adjectif dans le contexte large de 1338, l’énoncé 15 construit une satire du vieillard amoureux en se fondant sur la figuration antérieure du répugnant Pyralius. Sans poser de système analogique ni développer longuement le motif du rapprochement entre l’humain et le monstrueux, la phrase met en place un système serré d’antithèses évaluatives. La comparative « que non pas à cestuy vieillard et rassotté Garamond, qui ne fera que toussir aupres d’elle » mobilise en arrière-plan la représentation corporelle de l’identification atténuée du précédent énoncé, introduite par « ressembloit à », mais inverse l’agencement des points de référence : l’inhumain « quelque monstre » est rejeté parmi les éléments condamnables dans la subordonnée par non pas tandis que le monde naturel « homme humain » passe parmi les valeurs affichées par le sujet du discours. Une autre occurrence de que… ne… pas dans le recueil permet d’affiner l’exploitation argumentative de la négation renforcée en comparative dans le roman. En 14 la négation renforcée apparaît avec un verbe conjugué dans la nouvelle 5 pour mesurer la position sociale de deux amants et constater la disparité entre eux. L’énumération adjectivale « jeune, prœux et saige » sollicite intertextuellement la raison de la séparation de ceux qui s’aiment et évite la qualification euphorique de Garamond par l’adjectif « noble » de 14. Les variations élaborées sur le même thème autour du pivot syntaxique comparativo-négatif définissent une morale amoureuse permissive fondée sur le choix de l’aimé et sur la sincérité des sentiments.

  • 39 Vu que la seule occurrence de que non pas dans le recueil est dans la nouvelle 1, le rédacteur de c (...)
  • 40 Pour reprendre les trois fonctions de la comparaison comme figure énoncées par Fromilhague C., Sanc (...)

20Tous les récits sentimentaux publiés à Lyon ne font ainsi pas un usage motivé de non pas comparatif. La négation explétive renforcée prend un caractère sociolectal seulement entre 1535 et 1545, dans des textes traduits pour la première fois dans la ville ou y étant composés sans imitation directe d’un modèle. Dans les traductions des romans de Boccace et de J. de Flores, chez le ou les rédacteurs des Comptes amoureux39 et chez J. Des Gouttes la tournure distinctive a une fonction plus didactique qu’ornementale ou cognitive40 : elle sert d’éclaircissement et de preuve plutôt que de mode d’exploration du réel et mobilise, pour y parvenir, les ressources de la polyphonie.

Emploi marqué en synchronie : l’inscription dans la production d’un auteur

  • 41 Auteur du Cymbalum Mundi, Des Périers a envoyé des poèmes à M. de Navarre dès 1536 en utilisant le (...)

21En devenant un stylème le syntaxème fait l’objet d’une actualisation singulière, qui varie elle-même d’un discours à l’autre. C’est ce qu’est le mieux propre à montrer une mise en perspective non plus diachronique mais synchronique des textes du corpus. La production d’un même auteur témoigne des modalités d’appropriation d’une langue collective. Des Gouttes étant certainement en contact avec M. Scève et avec Bonaventure des Périers, deux utilisateurs précoces de non pas comparatif et de ses variantes de manière concertée41, on tâchera de voir la coloration spécifique que les emplois qu’il en fait apportent aux caractéristiques sociolectales repérées jusque-là.

  • 42 De ceulx, qui servent à gaiges ès maisons des gros seigneurs et Bourgeois, Lyon, F. Juste, 1536.

22Il n’y a pas de trace de comparative de supériorité atypique dans les courts poèmes envoyés à des lettrés lyonnais dans les années 1530 ni dans la traduction d’un dialogue de Lucien intitulé Des Serviteurs publiée en 153642. Mais on en trouve un grand nombre plus tard, en 1544, au début de la traduction de Roland Furieux. Maître d’œuvre de l’édition, Des Gouttes signe la préface-dédicace de la première traduction française de l’Orlando furioso et, à en juger par la répartition des occurrences de la formule, de tout ou partie de l’adaptation d’une analyse allégorique du romanzo empruntée à une précédente édition italienne : selon nos repérages, effectués à partir d’une saisie informatique des deux tiers de l’ouvrage, sur les 10 emplois de que non (pas) sept apparaissent dans les pièces liminaires, sous la forme de 3 que non et de 4 que non pas. Cela fait beaucoup pour à peine une dizaine de pages et peu pour les quelque cinq cents suivantes du récit. La prédominance de la forme soudée de négation composée sur la forme discontinue (on compte 0 que… ne… pas et 1 que… ne… jamais) confère une visibilité à la construction. La négation explétive renforcée intervient en outre dans un éloge de l’œuvre et de son dédicataire, en l’occurrence une personne très en vue à Ferrare et à la cour de France à la fin du règne de François Ier, le cardinal de Lyon Hippolyte d’Este. Elle devient à ce titre un des procédés de la publicité littéraire et de la flatterie politique. Les occurrences de la dédicace (16 et 17), dont la seconde intervient dans la dernière phrase du discours du je-éditeur au vous-protecteur, et plusieurs de celles du commentaire du romanzo (18 et 19), constitué de quarante-six réflexions sur le sens du récit, ont un rapport avec l’univers du courtisan :

(16) Car incessamment je considerois comment vostre Arioste s’estoit exposé à la veuë des hommes quasi plus pour demonstrer l’excellence et generosité de vostre tresillustre Maison, que non pas pour se glorifier en l’immortalité de son divin esprit […] (Roland Furieux, dédicace, f. *2)

(17) Car quant audict Translateur, il a plus cher d’obeyr au devoir qu’il a avec toute la France à la sublimité des merites de V. R. S. laquelle aussi à plus grand bien nous oblige, que non à la vanité de si sotz et aveugles Calumniateurs. (Roland Furieux, dédicace, f. *2 v°)

(18) Au quarantecinquiesme Chant, en la personne de Rogier, envers lequel eut plus de pouvoir l’obligation qu’il devoit à Leon filz de l’Empereur, que non l’amour, qu’il portoit à Bradamant, se descrit là la vertu du parfaict Chevallier. (Roland Furieux, « Sens allegoriques », f. * 5 v °)

(19) […] se congnoit combien a plus grand’force et pouvoir sur nous la lascivie, et ce qui plus plaist à l’œil, que non la raison, et la droicte, et vraye congnoissance. (Roland Furieux, « Sens allegoriques », f. *3)

(20) […] se despainct la nature du Vulgaire, qui communement en faictz de mariages prise plus la richesse et les haulx estatz, que non pas la valeur et prudence des Vertueux. (Roland Furieux, « Sens allegoriques », f. *5 v°)

23En 16 et en 17, la comparaison négative met en valeur des noms abstraits à valeur euphorique « excellence », « generosité », « sublimité », « merites » au détriment d’un auteur de renom et d’une catégorie de personnes jugée digne de mépris. Elle sert une surenchère dans l’éloge des vertus sociales du vous et dans le blâme des opposants à l’œuvre. En 18 et en 19, la mesure graduée des qualités respectives de l’amour et du respect du puissant disqualifie la seconde propriété par une amplification lexicale et rythmique de la première. L’« amour » et la « lascivie » sont dévaluées par rapport à l’« obligation » de porter secours à un fils d’empereur et par rapport à la « raison » et à la « congnoissance ». N’était l’occurrence 20, clairement en lien avec 15 – la séquence adjectivale « jeune, prœux et saige » constitue une variante de l’adjectif substantivé « Vertueux » – on aurait du mal à reconnaître le précédent militantisme libertaire de Philandre.

24Le roman de chevalerie signé par Des Gouttes est pour sa part dédié au fils de François Ier, le futur Henri II. S’y confirme l’association de que non (pas) au nouveau thème du pouvoir et de l’allégeance au prince mais la séquence intervient dans le récit, non dans la dédicace. De même que l’extrait 18, de Roland Furieux n’est pas présent sous cette forme en italien, de même des passages du récit tiennent à faire prendre la parole au narrateur ou à un personnage de manière épidictique en séquence comparative sans besoin diégétique apparent. Différents aspects de la situation du puissant sont ainsi évoqués :

(21) […] quand non seulement ne me voulez succeder aux grandz biens que vostre Seigneurie possede, ains aussi des vertuz qui embellissent et recommandent plus le Prince, et plus l’eslevent en la veuë des hommes, que non pas les biens de Fortune […] (Philandre, chap. 9, p. 59-60)

(22) […] à l’advenir vous prendrez soingneusement garde, que ne causez plus telle peur à ceulx qui vous ont plus cher qu’ilz n’ont pas leur propre vie : j’entends de messeigneurs voz Pere et Mere […] (Philandre, chap. 2, p. 21)

(23) […] la plus part tenoient plus pour mort leur bon Roy, et ceulx de sa compaignie, que non pas autrement […] (Philandre, chap. 15, p. 107)

  • 43 Voir : « Ainsi tout souillié de boue, et mol d’eau s’en va entre le feu, les pierres, les arcz, et (...)

25Philandre remercie son père, le roi de Marseille, de vouloir lui transmettre ses vertus avant sa fortune (21) ; le prince est lui-même vilipendé pour avoir fait peur à ses parents en s’évanouissant (22) ; le peuple de Naples craint d’avoir perdu son « bon Roy » (23). La négation explétive renforcée, présente dans l’œuvre sous la forme de 3 que non pas, de 2 que… ne… pas et d’1 que… ne… onques, feuillette ainsi le sens par les jeux d’intertextualité interne et externe. Comme celle des Comptes amoureux et de Roland Furieux, la prose fleurie de Philandre fait constamment appel à des balancements contrastifs et à des formes syntaxiques variées de l’analogie. Mais il revient à plus… que ne ou que nul, comme et non aultrement que dans les trois textes d’amorcer le déploiement de l’imaginaire, sous la forme en particulier de comparaisons homériques43. Que non et ses variantes servent pour leur part de pivot à un discours édifiant de type antithétique où la négation et la comparaison ont surtout une fonction encomiastique. Si Philandre a bien été transmis au dauphin de France, il peut ainsi constituer d’un point de vue sociohistorique une tentative spécifique de transmission de la formule lyonnaise à la cour, après les efforts de Des Périers en ce sens en 1536.

26Deux textes auxquels Des Gouttes a mis la main en 1544 renseignent donc sur l’infléchissement qu’un auteur peut faire de l’emploi sociolectal du syntaxème. Outre le critère de la présence de la tournure, ses traits morphologiques et la proximité thématique de ses contextes d’apparition conditionnent le surgissement de nouvelles valeurs stylistiques. Mais la comparaison grammaticale ne rejoint pas plus ici que dans les autres œuvres la comparaison comme figure du discours. Les adverbes discontinus plus… que non et à l’occasion plus que… ne… pas ajoutent, par rapport à une négation contrastive simple, une quantification relative et une évaluation qualitative de type hyperbolique des deux éléments confrontés, traits qui constituent les constantes du fait de style dans son emploi sociologique lyonnais.

27L’invention d’une langue propre à un nombre limité de sujets parlants, et partant reconnaissable par un groupe choisi d’individus, constitue dès lors un palier à prendre en compte pour repérer la conversion de la comparative de supériorité en non pas et ne… pas… en effets discursifs pluriels dans les œuvres lyonnaises examinées. Importées de l’espagnol ou apparues récemment en français, les particules de négation double ont pu dépasser l’affectation et prendre une valeur stylistique à partir de la seconde partie des années 1530 par leur mise en œuvre dans des narrations dont les sources, les thématiques et le genre étaient proches. Elles y ont diversement servi de ressort à une réflexion sur les relations sentimentales, le mariage et la conduite du prince dans des passages démonstratifs à la fois contestataires de certaines normes et cherchant à plaire au prince.

  • 44 Adam J.-M., « La stylistique : reconception, refondation ou changement de paradigme ? », in Stylist (...)
  • 45 Kogard K., Introduction à la stylistique, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2001, p. 84-85.

28Le rôle du sociolecte dans les premiers emplois du syntaxème emphatique en français témoigne du caractère progressif et continu du passage de la langue au discours et du discours au style. Le déploiement des valeurs discursives d’un fait est conditionné par l’insertion de celui-ci dans une série textuelle et réciproquement un parler collectif se reconnaît à l’emploi d’une subordonnée comparative inhabituelle. C’est le signe que l’inscription du fait dans un réseau intertextuel lui confère un effet stylistique et que la nature de celui-ci dépend de la visée pragmatico-énonciative des énoncés dans lesquels il intervient. La variation mérite ainsi qu’on lui prête attention d’un point de vue intra- et intertextuel : le texte n’est pas une donnée stable et intemporelle ; il entretient des rapports complexes avec des productions contemporaines ou plus anciennes, écrites par le même individu ou par d’autres. Défendre les « sciences de la variation discursive » que sont la génétique, la philologie, la comparaison des éditions, la traductologie ou encore l’analyse générique avec J.-M. Adam44 ne veut pas dire qu’il faut réduire le style à la langue. Mais la nature de l’effet discursif, si délicate et si unique dans chacune de ses manifestations, peut être mieux appréhendée par un examen de l’histoire des textes. La gradualité de l’apparition du phénomène expressif, qui constitue l’objet de la stylistique, suppose une démarche de réception informée, c’est-à-dire d’interroger les conditions de littérarisation du texte45.

Notes

1 Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. La comparative en non pas », in Lyon et l’Illustration de la langue française à la Renaissance, Defaux G. (dir.), Lyon, ÉNS Éditions, 2003, p. 109-145.

2 Vaugelas la mentionne dans ses Remarques sur la langue française en 1637 et signale qu’elle a « fort bonne grace, et rend l’expression plus forte » même si certains la condamnent (Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. La comparative en non pas », art. cit., 2003, p. 109-110). L’Académie française la censure au contraire à la fin du siècle.

3 Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. La comparative en non pas », art. cit., p. 112.

4 Ibid., p. 113.

5 Frantext permet par exemple de repérer une partie de la cinquantaine d’auteurs utilisant la construction dans la seconde partie du XVIe siècle.

6 Garnier I., « Connivence et littérature : une méthode d’analyse textuelle pour lire entre les mots », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 106, no 4, p. 791-790.

7 Kerbrat-Orecchioni C., L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin, 1997, p. 203.

8 Nous retiendrons sept textes : Celestine, publié en 1527 à Paris et réédité à Lyon chez Claude Nourry en 1529 ; La Complainte de Flammette à son amy Pamphile, publié à Paris en 1531 et réédité chez Claude Nourry en 1532 ; La Deplourable fin de Flamete, Lyon, François Juste, 1535 ; La Penitence d’amour, Lyon, [Denis de Harsy], 1537 ; Comptes amoureux, [Lyon, Denis de Harsy, c. 1542] ; Roland Furieux, Lyon, Sulpice Sabon pour Jean Thélusson, 1544 ; La Belle et plaisante histoire de Philandre, Lyon, Jean de Tournes, 1544. À part la Celestine et les Comptes amoureux, que nous mentionnerons respectivement dans les éditions de Brault G. J., Détroit, Wayne State University press, 1963 et de Reynolds-Cornell R., Saint-Étienne, Presses de l’université de Saint-Étienne, « Textes et contre-textes », 2005, nous citerons les textes dans l’édition lyonnaise indiquée.

9 Kemp W. (« La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. La comparative en non pas », art. cit., p. 2003, p. 136-137) fait l’hypothèse qu’après une période d’existence minimale et précaire entre 1525 et 1535 la construction a connu ses premiers emplois littéraires chez des auteurs appartenant au milieu lyonnais et que ceux-ci ont fait connaître leurs textes à la cour, qui a elle-même intégré la tournure à partir du milieu des années 1540. C’est ce qu’atteste la présence de la forme dans deux traductions majeures publiées en 1545 : l’Institution du jeune prince d’Isocrate par Antoine Macault, notaire et secrétaire du roi, et le Décaméron par Antoine Le Maçon, travail réalisé à la demande de la sœur du roi, Marguerite de Navarre.

10 Jaubert A., « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue », Pratiques, no 135-137, 2007.

11 Lardon S., Thomine M.-C., Grammaire du français de la Renaissance. Étude morphosyntaxique, Paris, Classiques Garnier, 2009, p. 355-356.

12 Ibid., p. 361-362.

13 Alors que l’ancien français utilise non seul + V puis ne seul + V, le moyen français introduit progressivement les éléments pas, point et mie. Aux XVe et XVIe siècles ces auxiliaires deviennent courants dans les cas où le renforcement n’occulte pas un autre élément du contexte (Neumann S. G., Recherches sur le français des XVe et XVIe siècles et sur sa codification par les théoriciens de l’époque, Lund, Gleerups, 1959).

14 En ancien français onques peut simplement renforcer plus dans un emploi avec un verbe au présent. Voir l’exemple de complément du superlatif dans le Tristan en prose donné par Ménard P., Syntaxe de l’ancien français, Bordeaux, Éditions Bière, 1994 [1973], p. 349) : « […] se relieve le plus vistement qu’il onques puet ».

15 Dans ce dernier cas le complément de l’adverbe comparatif est introduit par que non (pas) que. Il n’y en a pas d’exemple dans le corpus.

16 On ne trouve pas de que non point dans le corpus.

17 Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. La comparative en non pas », art. cit., p. 132 et 120.

18 Ibid., p. 110 et 115.

19 En regardant si des non pas non complétifs et non consécutifs apparaissent en subordonnée avant 1527 dans des textes non traduits de l’espagnol.

20 Voir la phrase, certes exceptionnelle, de Charles d’Orléans citée par l’éditeur d’une anthologie de textes du XVe siècle (Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. La comparative en non pas », art. cit., p. 115) : « Beaucoup pis que je ne dis pas. »

21 Voir « […] tellement que ne se feit oncques un tel assault. » (Philandre, chap. 12, p. 82).

22 Lardon S., Thomine M.-C., Grammaire du français de la Renaissance. Étude morphosyntaxique, op. cit., p. 356 et 363 expliquent de la même façon la présence de la négation dans les deux tours, qu’elles associent d’ailleurs par un système de renvoi d’un article à l’autre de leur grammaire.

23 Moignet G., Systématique de la langue française, Paris, Klincksieck, 1981, p. 205.

24 Martin R., « “La négation de virtualité” du moyen français », Romania, no 93, 1972, p. 20-49.

25 Lardon S., Thomine M.-C., Grammaire du français de la Renaissance. Étude morphosyntaxique, op. cit., p. 356.

26 Karabétian E., « Langue de style et style de langue : une question de frontière », in Stylistiques ?, Bougault L., Wulf W. (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2009, p. 70.

27 Kemp W. (« La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. La comparative en non pas », art. cit., p. 114 et 137) suggère que l’emploi usuel de che no en castillan du XIIIe au XVIIe siècle a pu contaminer le français du Midi. Des Français ont pu utiliser la construction que non pas dès le XVIe siècle, en particulier des personnes en contact avec la cour d’Espagne. Pour que celle-ci entre dans la langue littéraire et certainement aussi dans le parler de l’entourage royal, il a cependant fallu que des Lyonnais la mettent en avant dans leurs écrits.

28 Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. La comparative en non pas », art. cit., p. 120-121.

29 Ibid., p. 116.

30 Voir Il Peregrino, Venise, Pietro di Nicolini da Sabbio, 1538 : « et forsi più che non doveva » (II, chap. 11, p. 124).

31 Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. La comparative en non pas », art. cit., p. 139.

32 À partir de 1529 au contraire les textes d’origine castillanne bénéficient de la vogue hispanisante lancée à la cour à la faveur de la Paix des dames (Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. La comparative en non pas », art. cit., p. 134-136).

33 Jaubert A., « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue », art. cit.

34 On pourrait tâcher de définir des constantes observables dans un genre à un moment donné en utilisant la statistique textuelle. C’est ce que fait Magri-Mourgues V. (« Stylistique et statistiques. Le corpus textuel et hyperbase », in Stylistiques ?, op. cit., p. 383), pour qui « la caractérisation stylistique de chaque œuvre [peut se faire par] une approche graduelle autour d’un noyau-prototype générique ». L’auteur identifie trois indices lexicaux et fréquentiels pouvant servir de point de départ à l’interprétation stylistique : la répétition, la variation et la sériation.

35 Deux ans plus tard Urbain, faux Boccace publié à Lyon et traduit par une sœur de M. Scève, ne comporte au contraire aucun que non pas alors même que l’original fait apparaître des che… non, sous forme discontinue certes, dans des comparatives d’inégalité. Voir Urbano, Venise, Giovanni Antonio et fratelli da Sabbio pour Niccolò Garanta, 1526 « al comparare più che l’animo loro non richiede vogliosi » (f. Biii) et « di dare alla partenza nostra induggio più volontiera assai che voi non adimandate per più vostro piacere il farei. » (f. Diii).

36 Clément M., « Co-élaborations à Lyon entre 1532 et 1542 : des interventions lyonnaises en réseau sur les “récits sentimentaux” ? », in Réforme, Humanisme, Renaissance, no 71, 2011, signale le lien entre les deux Flammette et les Comptes amoureux par le jeu des échos paratextuels et avance l’idée d’interventions lyonnaises en réseau sur les récits sentimentaux.

37 Garnier-Mathez I., « Connivence et littérature : une méthode d’analyse textuelle pour lire entre les mots », art. cit.

38 Voir « vieillars rassottez » et « infamie et pourriture de mary » (N 1, p. 48).

39 Vu que la seule occurrence de que non pas dans le recueil est dans la nouvelle 1, le rédacteur de celle-ci et peut-être de l’ensemble de l’œuvre qui se cache derrière le nom de Jeanne Flore ne saurait être Étienne Dolet, comme on a pu le penser : celui-ci n’employait par ailleurs pas le terme (Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. La comparative en non pas », art. cit., p. 127).

40 Pour reprendre les trois fonctions de la comparaison comme figure énoncées par Fromilhague C., Sancier A., Introduction à l’analyse stylistique, Paris, Bordas, 1991, p. 139-142.

41 Auteur du Cymbalum Mundi, Des Périers a envoyé des poèmes à M. de Navarre dès 1536 en utilisant le tour dans un contexte d’offre de services. Ses requêtes l’ont rendu l’année même valet de chambre de la reine. Il a pu lire la traduction par Des Gouttes d’un dialogue de Lucien (Kemp W., « La contribution lyonnaise à la diffusion d’un hispanisme grammatical sous François Ier. La comparative en non pas », art. cit., p. 124-127).

42 De ceulx, qui servent à gaiges ès maisons des gros seigneurs et Bourgeois, Lyon, F. Juste, 1536.

43 Voir : « Ainsi tout souillié de boue, et mol d’eau s’en va entre le feu, les pierres, les arcz, et arbalestes : non aultrement que faict le Sanglier en noz marestz Maltées parmy les palustres cannes : lequel avec la poytrine, le museau, et les dentz, faict amples fenestres, quelque part, qu’il se tourne » (Roland Furieux, chant 17, f. 141 v°) et « non aultrement que la Libidineuse Louë, qui se attache au plus villain, et rongneux, des Loups, satisfaisoit chascun jour au laid et villain Dagon » (Philandre, chap. 10, p. 63).

44 Adam J.-M., « La stylistique : reconception, refondation ou changement de paradigme ? », in Stylistiques, op. cit., p. 29-30.

45 Kogard K., Introduction à la stylistique, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2001, p. 84-85.

Auteur

Pascale Mounier travaille sur le roman à la Renaissance. Elle s’intéresse à la situation du genre dans le paysage théorique et littéraire de l’époque. Pour le cas français, elle étudie l’investissement de la fiction par de nouveaux modes de pensée dans des textes sans antécédents nationaux ni étrangers (Le Roman humaniste : un genre novateur français. 1532-1564, Champion, 2007). Elle examine les procédés linguistiques et stylistiques à l’œuvre dans les rééditions de romans médiévaux français et dans les traductions de romans italiens et espagnols (Urbain, édition critique bilingue avec J. Incardona, Droz, 2013). Elle étudie en particulier le marquage lexical et morphosyntaxique d’idéolectes forgés par des auteurs et par des traducteurs.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540