Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Deuxième partie. Reconnaissance du fait de style : de l’attention aux marqueurs

« Potentialiser le langage et l’imagination »

La stylisation de la matière verbale dans Terra nostra de Carlos Fuentes

Ilias Yocaris

Texte intégral

Remarques introductives

  • 1 Cf. Yocaris I., « Style et référence : le concept goodmanien d’exemplification », Poétique, 154, 20 (...)
  • 2 Vouilloux B., « Les styles face à la stylistique », Critique, 641, 2000, p. 893.
  • 3 Rastier F., « Indécidable hypallage », Marque-Pucheu (dir.), 2001, p. 114.
  • 4 Delas D. et Filliolet J., Linguistique et poétique, Paris, Larousse, coll. « Langue et langage », 1 (...)
  • 5 Ibid., p. 42.
  • 6 Cf. par exemple Riffaterre M., Sémiotique de la poésie, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 1983, (...)

1Dans cette étude, nous nous attacherons à analyser dans le détail les opérations discursives qui permettent de transformer un fait de langue donné en fait de style. Pour décrire ces opérations, nous partirons d’une hypothèse de travail déjà esquissée lors du premier colloque de l’AIS1 : de quoi s’agit-il ? Nous nous appuierons sur une analyse du roman de Carlos Fuentes Terra Nostra (1975) pour montrer que la stylisation de la matière verbale dans les textes littéraires repose sur trois types de fonctionnements langagiers, alternativement mis en évidence par les différents courants théoriques qui ont émergé au fil des années dans le domaine de la stylistique francophone : un fonctionnement « épidictique » (au sens strictement étymologique du terme) du langage, un fonctionnement holistique et systémique, un fonctionnement participatif. Ces fonctionnements langagiers, qui se recoupent en partie, sont en fait à l’origine de ce que Bernard Vouilloux2 appelle le « style verbal », notion qui englobe les faits de style repérables non seulement dans les textes littéraires, mais aussi dans les textes non littéraires (par exemple dans le discours publicitaire). Dans les ouvrages littéraires, les opérations discursives liées à la stylisation sont utilisées de façon systématique et raisonnée, dans le cadre d’une stratégie scripturale intégrative uniquement descriptible en fonction du « principe herméneutique que le global détermine le local3 ». Le recours à une stratégie intégrative consiste en somme à faire apparaître, au sein d’une structure textuelle donnée, « l’ensemble des éléments communs comme différent d’un ensemble assemblé au hasard4 ». Comme nous allons essayer de le montrer, une telle démarche peut engendrer une sursémiotisation de certains faits de style : ceux-ci se trouvent investis d’un surplus de sens qui émerge en fonction d’un projet scriptural « globalisant5 » et constitue en définitive la marque par excellence du « style littéraire6 ».

  • 7 Cf. par exemple McHale B., Postmodernist fiction, New York/Londres, Methuen, 1987, p. 16.

2En quoi consiste le projet scriptural qui est à l’origine de Terra Nostra ? L’ouvrage de Fuentes est généralement considéré7 comme le prototype même d’une fiction postmoderne, dans la mesure où il donne à voir un univers fictionnel irréductible à tout principe unificateur (qu’il soit d’ordre philosophique, scientifique, politique, religieux ou esthétique) :

  • 8 Fuentes C., Territoires du temps. Une anthologie d’entretiens, traduit de l’espagnol par Zins C., P (...)

Le roman, de Don Quichotte à Italo Calvino, propose des diversités irréductibles à toute nouvelle unité. Les dictatures romantiques ont la nostalgie de ou nourrissent le rêve de l’unité retrouvée. Mais, comme l’a dit Adorno, rien ne nous assure qu’une humanité libérée constitue une totalité. Rien en ce monde n’assure l’identité béate du sujet et de l’objet. […] [J]e m’élève contre la dictature poétique d’une unité qui, au nom de la beauté et parce qu’elle se donne comme plurielle, se sent autorisée à s’imposer sans tolérance, à tous8.

  • 9 La dimension post-rationaliste de la démarche de Fuentes est constitutivement liée à un double héri (...)
  • 10 Deleuze G., Différence et répétition, Paris, PUF, coll. « Epiméthée », 1968, p. 59.

3En fonction de cette prise de position, Fuentes remet en cause toute la philosophie moderne de la connaissance (le dualisme cartésien, les catégories de l’entendement kantiennes9) et procède en définitive à « un renversement catégorique […] d’après lequel l’être se dit du devenir, l’identité, du différent, l’un, du multiple etc.10 ». Un tel choix oriente de façon décisive la stratégie stylistique déployée dans Terra Nostra, comme le montre sans discussion (1), où Fuentes donne la parole à son double fictionnel, le chroniqueur :

(1) Car la seule chose immuable c’est le changement, et non, comme le voudraient mes très puissants seigneurs, la fixité qui, dans un médaillon, un sonnet ou un palais, les console et leur fait croire que, pensé une fois pour toutes, le monde s’achève avec eux, le monde ne bouge pas, le monde respecte ce qui est sans se préoccuper de ce qui pourrait être. (TNF, I, 365)

  • 11 Comme le remarque à ce sujet Kerr L. (« The paradox of power and mystery : Carlos Fuentes’ Terra No (...)
  • 12 Cf. Deleuze G., Logique du sens, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Critique », 1969, p. 292-324.

4On voit s’esquisser dans ce passage les deux concepts fondamentaux qui ont présidé à l’élaboration stylistique du texte de Fuentes : l’inversion (liée à la stratégie de « renversement catégorique » qui est celle du chroniqueur) et l’hybridation (la synthèse paradoxale qui découle de cette stratégie). La stratégie scripturale déployée dans Terra Nostra découle très clairement d’une articulation de ces deux concepts, comme le montre avant tout le recours de l’auteur au genre de l’uchronie. En effet, l’univers historique « alternatif » esquissé dans Terra Nostra est une synthèse entre « ce qui est » et « ce qui pourrait être », entre l’identité et la différence, l’unité et la multiplicité, puisque les personnages et les situations évoqués renvoient à des référents extratextuels aisément identifiables tout en s’écartant de ces référents11 : le roman se déroule pendant le règne de Philippe II d’Espagne (1556-1598), sauf que ce dernier devient le fils de Philippe le Beau et de Jeanne la Folle qui étaient en fait ses grands-parents ; Philippe II assiste à la découverte de l’Amérique dans la deuxième moitié du XVIe siècle, alors que cet événement a évidemment eu lieu en 1492 ; il est flanqué d’une épouse, Isabel, qui n’a jamais existé, et s’avère être de surcroît la future Élisabeth Ire d’Angleterre, ce qui n’a rien à voir avec la réalité historique ; le chroniqueur de son palais, double fictionnel de Cervantès puisqu’il est l’auteur du Don Quichotte, va aussi (ré) écrire l’incipit de La Métamorphose de Kafka, etc. Les schémas conceptuels traditionnellement liés à l’identification et la récognition se trouvent donc en l’occurrence inversés : on n’a plus affaire au même dans l’autre (la copie platonicienne) mais à l’autre dans le même (le simulacre deleuzien)12.

5Partant de ces considérations, nous nous attacherons maintenant à montrer comment Fuentes utilise dans Terra Nostra les trois invariants processuels pointés tout à l’heure.

Style et fonctionnement épidictique

  • 13 « Épidictique » vient de l’adjectif grec epideiktikos, « fait pour être montré », « ostentatoire ». (...)
  • 14 Aucouturier M., Le Formalisme russe, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1994, p. 65.
  • 15 Cf. Riffaterre M., Essais de stylistique structurale, traduit de l’américain par Delas D., Paris, F (...)
  • 16 Cf. Adam J.-M., Le Style dans la langue. Une reconception de la stylistique, Lausanne, Delachaux et (...)
  • 17 Cf. Laurent N., Initiation à la stylistique, Paris, Hachette, 2001, p. 37.
  • 18 Cf. Vouilloux B., « Les prédicats stylistiques », in De la langue au style, Gouvard J.-M. (dir.), L (...)

6On peut parler d’un fonctionnement langagier du type « épidictique » (au sens strictement étymologique du mot13) à chaque fois qu’on se trouve confronté à un texte qui se donne à voir comme tel, exhibant d’une façon ou d’une autre « sa matérialité d’“objet verbal”14 ». Les faits de style liés à ce type de fonctionnement donnent lieu à des phénomènes d’ostension formelle qui sont systématiquement mis en évidence par les stylistiques traditionnelles de l’écart15 mais aussi par leurs avatars contemporains axés sur la variation ou la saillance16. Relèvent notamment de l’ostension formelle quatre types de faits de style : (a) les effets de variation par rapport à une norme immanente ou transcendante17 « réellement » existante ou postulée ; (b) l’emploi des figures de style considérées sous un angle purement rhétorique ; (c) le recours à l’intertextualité sous toutes ses formes ; (d) la « mise en relief » (foregrounding) de « prédicats stylistiques » auctoriaux, historiques, géographiques, génériques, etc.18.

7Dans Terra Nostra, on peut (entre autres), mentionner quatre effets d’ostension formelle qui entrent en résonance avec la stratégie scripturale développée par Fuentes :

8(a) L’inversion de l’ordre des caractères, voire des mots. Fuentes recourt par exemple à ce procédé en (2) :

(2) – Ceci est mon histoire. Je veux que tu écoutes mon histoire. Écoute. Écoute [F1]. Etuocé. Etuocé. Eriotsih nom setuocé ut euq xuev ej. Eriotsih nom tse icec
[F2]. (TNF, I, 50)
Este es mi cuento. Deseo que oigas mi cuento. Oigas. Oigas [F1]. Sagio. Sagio. Otneuc im sagio euq oesed. Otneuc im se etse [F2]. (TNE, 79)

  • 19 Cf. infra ; cf. également Goodman N., Languages of art. An approach to a theory of symbols, Indiana (...)

9On notera ici la disposition symétrique et inverse des graphèmes / des vocables qui composent les deux séquences F1 et F2. Cette disposition met en relief le prédicat goodmanien19 /inversion/ et entre en résonance avec le projet de « renversement catégorique » revendiqué par le chroniqueur/Fuentes : d’une part, l’énonciateur de (2), Célestine, va narrer en 1999 des événements survenus au XVIe siècle, en remontant dans le temps ; d’autre part, « Célestine » est une entité paradoxale, à la fois unitaire et multiple, puisque son identité psychique et physique se transmet comme un virus de femme en femme à travers les siècles par le biais d’un cunnilinctus !

10(b) Le recours à des enchaînements paronomastiques. On trouve un enchaînement de ce genre en (3), extrait du récit d’un voyageur espagnol qui a découvert le nouveau monde :

(3) je répétai, je criai ce nom, le même, l’unique, celui de ma destination, quelle qu’elle fût, que mon voyage fût de départ ou de retour, que je m’embarquasse vaincu ou victorieux – Vénus, Vénus, Vesper, Vespéral, Hesper, Hespérides, Hespérie, Espagne, Hespagne, Vespagne – nom de l’étoile double, sosie d’elle-même, aube et crépuscule permanents, astre d’argent qui reliait l’ancien monde au nouveau, qui me guidait de l’un à l’autre ; poussé par sa traînée de feu, étoile du soir, étoile du matin, serpent à plumes, mon nom dans le nouveau monde était le nom du vieux monde, Quetzalcóatl, Vénus, Hespérie, Espagne, deux étoiles qui n’en sont qu’une, union mystérieuse, énigme indéchiffrable, chiffre de deux corps, de deux terres, d’une terrible rencontre. (TNF, I, 755)
repetí, grité ese nombre, el mismo, el único, el de mi destinación, fuese a donde fuesea, navegase de partida o de regresob, me embarcase victorioso o vencidoc, Venus, Venus, Vésperes, Vísperas, Hésperes, Hespero, Hesperia, España, Hespaña, Vespaña, nombre de la est[r]ella doble, gemela de sí mismad, crepúsculo y albae, h constantes, estela de plata que unía al viejo y al nuevo mundo, y de uno me llevaba al otro, arrastrado por su cauda de fuego, estrella de las vísperas, estrella de la aurora, serpiente de plumas, mi nombre en el mundo nuevof era el nombre del viejo mundof, Quetzalcóatl, Venus, Hesperia, España, dos estrellas que son la mismag, alba y crepúsculoe, h, misteriosa unión, enigma indescifrable, mas cifra de dos cuerpos, de dos tierras, de un terrible encuentroi. (TNE, 595 ; nous soulignons)

a : antépiphore

b, c : disjonctions stylisantes

d, g : paradoxes

e : oxymore

f, h : chiasmes

i : antithèse

11On remarque ici tout de suite (effet d’ostension formelle très appuyé) l’enchaînement paronomastique « Venus, Venus, Vésperes, Vísperas, Hésperes, Hespero, Hesperia, España, Hespaña, Vespaña », analysé in extenso dans le tableau A. Cet enchaînement permet bien entendu de styliser le texte de Fuentes et se trouve investi d’une sursignification : il entre effectivement en résonance d’une part avec le macrocotexte (structure globale de Terra Nostra) et l’environnement extra-verbal (projet scriptural de Fuentes, corpus des œuvres littéraires postmodernes) au sein desquels il apparaît, d’autre part avec son cotexte immédiat. L’inscription de (3) dans ce double système de renvois fonctionne comme un interprétant qui permet de mettre au jour les concepts d’inversion et d’hybridation à plusieurs niveaux différents :

– Le concept d’hybridation est mis en évidence au niveau morphologique et graphique par le biais de trois procédés stylisants qui permettent d’extraire de la structure du texte les prédicats goodmaniens /interpénétration/, /articulation transgressive/, /unité du multiple/ : le recours à des mots-valises (Vésperes, Hespaña, Vespaña), le recours à des graphies sui generis qui rendent certains NP « différents d’eux-mêmes » (Hésperes, Hespero) et la superposition de quatre langues différentes (grec ancien, latin, espagnol, portugais).

  • 20 Cet enchaînement découle lui-même de l’hypotexte mythologique qui sous-tend (3) : en effet, d’après (...)

TAB. A

TERRA NOSTRA (TNE, 595)
ENCHAÎNEMENT PARONOMASTIQUE

« Venus »

Dans ce co(n)texte, le vocable renvoie à la planète Vénus, mais aussi (en filigrane) à la déesse Aphrodite : d’après certaines légendes grecques, celle-ci avait enlevé Hespéros (cf. infra) pour rendre honneur à ses charmes.

« Vésperes »

Mot valise, issu d’un croisement entre le portugais « Vésperas » (« vêpres ») et / ou l’espagnol « Vísperas » (même signification) et le latin « vesperes », nominatif pluriel de « vesper » (« soir »). « Vesper » et « Vésperes » ont partie liée étymologiquement avec les désignateurs rigides « Hésperes », « Hespero » et « Hesperia », puisque tous ces vocables sont formés à partir du même radical indo-européen (vesper-).

« Vísperas »

« Vêpres » en espagnol (cf. supra).

« Hésperes »

Grec hesperes, « soirées » (pluriel de hespera), mot accentué à la pénultième syllabe : le déplacement de l’accent est probablement dû à une interaction grapho-phonétique à distance avec « Vésperes ».

« Hespero »

Grec Hesperos, désignant : (a) le fils (ou le frère) d’Atlas d’après certaines légendes ; (b) la planète Vénus vue le soir (cf. grec moderne Aposperitis). Graphie standard de « Hespero » en espagnol : « Héspero ».

« Hesperia »

Grec Hesperia, « la terre de l’Occident » (l’Espagne pour les Italiens, l’Italie pour les Grecs). Les vocables « Hésperes » et « Hesperia » sont issus étymologiquement de Hespero / Hesperos, et renvoient également par isolexisme dérivationnel implicite20 au mythe grec du jardin des Hespérides (Hesperides), situé précisément en Espagne d’après certaines légendes grecques.

« Hespaña »

Mot-valise, issu du croisement des noms propres « España » et « Héspero » (ce croisement s’opère par le truchement du latin « Hispania »).

« Vespaña »

Mot-valise, issu du croisement des noms propres « Vésperes » et « España ».

12Le concept d’inversion est mis en avant à travers une interaction complexe entre l’enchaînement paronomastique lui-même, la texture figurale de son cotexte immédiat et le profil sémique d’un certain nombre de vocables utilisés sous (3). On note tout d’abord un certain nombre de figures de style qui exemplifient le prédicat goodmanien /inversion/, comme l’antépiphore « fuese a donde fuese » (occurrence a) ou bien les chiasmes crepúsculo y alba/ alba y crepúsculo (occurrence h), « mundo nuevo » / « viejo mundo » (occurrence f) ; on relève ensuite d’autres figures de style qui reposent sur le schème énonciatif « inversion » (cf. infra) : les paradoxes « gemela de sí misma » (occurrence d), « dos estrellas que son la misma » (occurrence g), l’oxymore « crepúsculo y alba » / « alba y crepúsculo » (occurrence e), l’antithèse « dos cuerpos / dos tierras // un terrible encuentro » (occurrence i) etc. Le schème énonciatif « inversion » sous-tend également les tournures disjonctives « de partida o de regreso » (occurrence b) et « victorioso o vencido » (occurrence c), qui se trouvent dès lors elles aussi stylisées dans ce contexte (cf. infra). Tout cela entre en résonance avec la texture isotopique du passage, puisqu’on voit émerger en (3) les sèmes afférents /perspective ambivalente/ et /objet ambivalent/. Voici les vocables qui permettent de réaliser ces sèmes :

  • « Venus » (sème /perspective ambivalente/ : Vénus est à la fois l’étoile du soir et l’étoile du matin)

  • « Hesperia » (sème /objet ambivalent/, puisque le vocable désigne l’Italie aux yeux des Grecs et l’Espagne aux yeux des Italiens)

  • « Quetzalcóatl » (sèmes /perspective ambivalente/ + /objet ambivalent/ : Quetzalcóatl est une divinité mésoaméricaine identifiée avec la planète Vénus, et rituellement associée par les Aztèques à son jumeau Xolotl ; avec ce dernier, elle incarne les deux PDV qu’on peut projeter sur Vénus, puisque Quetzalcóatl est le dieu de l’étoile du matin et Xolotl celui de l’étoile du soir).

  • 21 Cf. infra.
  • 22 Cf. Rastier F., Sémantique interprétative, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 1996 [1987], p (...)

13L’interaction de tout ce dispositif avec la structure globale de Terra Nostra permet de sursémiotiser aussi le NP « España21 », qui réalise dans ce contexte le sème localement afférent22 /ambivalence/ du fait notamment qu’il entre en résonance avec « Vénus » : en effet, comme le montre la suite du récit de Fuentes, l’énonciateur de (3) fait partie de ces Espagnols qui représentent aux yeux des habitants du nouveau monde à la fois la splendeur fastueuse du royaume de Philippe II et la barbarie génocidaire sans limites qui anime ses représentants, les Conquistadores qui ont mis à feu et à sang toute l’Amérique latine… Le rhizome analogique ainsi esquissé se présente in fine comme un signe complexe, puisque sa structure permet de mettre en relief les prédicats goodmaniens /multiplicité/, /incertitude/ et /émergence de connexions nouvelles/. Ces prédicats apparaissent notamment à la lumière de (4), où le moine Toribio esquisse métatextuellement les contours du projet conceptuel et stylistique matérialisé en (3) :

(4) […] rien n’est inconcevable et rien n’est impossible pour la poésie profonde qui met toute chose en rapport. La poésie est ciment et savoir ; ton art et ma science nous disent […] que les possibilités que nous nions [en l’occurrence, les mots nouveaux/les connexions nouvelles qui émergent au sein de (3)] ne sont que les possibilités que nous ne connaissons pas encore. (TNF, I, 470)

14(c) Le recours systématique à des métataxes qui exemplifient les prédicats goodmaniens /aspect interchangeable/, /ambivalence/, /tournoiement/, /circularité/, /interversion/, /interpénétration/, /renversement/, etc. (cf. tab. B). Toutes ces métataxes découlent du schème énonciatif « inversion » [cf. infra] et sont sursémiotisées par des notations métatextuelles éparses dans Terra Nostra : celles-ci (listées dans la colonne de droite du tab. B) fonctionnent comme autant d’interprétants qui transforment telle ou telle figure en signe, mettant ainsi au jour les linéaments du projet stylistique dont découle le récit de Fuentes.

  • 23 Cf. Ricardou J., Nouveaux problèmes du roman, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 1978, p. 231 ; Y (...)
  • 24 « Maxl » dans le texte de Fuentes.
  • 25 Cf. TNF, I, 119/TNE, p. 129.

15(d) La mise en place d’agencements énonciatifs « discohérents »23, un seul et même énoncé se trouvant simultanément ancré dans deux chronotopes différents et mutuellement incompatibles : ainsi par exemple, dans le chapitre « Requiem » (TNF, II, 397-401 / TNE, 872-875) Jeanne la Folle entreprend au passé un récit destiné à son « fils » Philippe II et énoncé forcément dans la seconde moitié du XVIe siècle : or, dans ce récit, elle narre… l’histoire de Maximilien Ier du Mexique24, qui fut empereur du Mexique entre 1863 et 1867 ! Pour ajouter encore à la confusion, Fuentes prend soin de lui faire dire à la fin de sa tirade qu’elle s’appelle Charlotte (« Mi nombre es Carlota », TNE, 875)25, comme l’épouse de Maximilien Ier

« [T]out était signe, et les directions si nombreuses… » (TNF, II, 86)
*Toutes les figures mentionnées sont microtextuelles, sauf indication contraire.

Style et fonctionnement holistique/systémique

  • 26 Cf. notamment Jakobson R., Essais de linguistique générale. Volume 1 : Les Fondations du langage, t (...)
  • 27 Riffaterre M., Sémiotique de la poésie, op. cit., 1983, p. 206 ; Yocaris I., « Towards a neoformali (...)
  • 28 Cf. Raillon J.-Cl., « La loi de conduction », in Ricardou J. (dir.), Claude Simon : Analyse, théori (...)
  • 29 Ricardou J., Nouveaux problèmes du roman, op. cit., p. 114.
  • 30 La convergence sémiotique n’est rien d’autre que la constitution de signes complexes dont les compo (...)
  • 31 Mitterand H., « Pour une sémantique textuelle de Mallarmé », Poétique, 120, 1999, p. 407.

16Les fonctionnements langagiers holistiques et systémiques sont liés à l’emploi « poétique » du langage (tel qu’il est défini par Jakobson et ses épigones26) et se trouvent au cœur du travail d’intégration stylistique entrepris dans les textes littéraires. Ils ont été abondamment étudiés dans les années 1970 par les pionniers de la stylistique structurale (Jakobson, Riffaterre, Ricardou, Delas et Filliolet, les rhétoriciens du Groupe μ). Les théoriciens structuralistes ont mis en évidence deux invariants très importants : d’une part la dimension systémique des interactions qui émergent dans les textes littéraires27 ; d’autre part le fait que ces derniers se présentent comme des « opérateurs de signifiance28 » susceptibles de conférer une plus-value sémiotique à telle ou telle unité discursive, créant ainsi ce que Jean Ricardou29 appellera fort pertinemment un « texto-lecte ». Les opérations de stylisation liées à ces deux invariants sont essentiellement à l’origine de trois phénomènes : (a) les effets de surdétermination ; (b) les effets de convergence sémiotique au sens riffaterrien du terme30 ; (c) les effets d’« idiosémie31 » découlant de l’altération du profil sémique d’un vocable sous la pression d’un co(n)texte donné avec lequel il interagit de façon holistique. On relève entre autres dans Terra Nostra deux procédés liés à une telle démarche :

  • 32 Ricardou J., « Nouveau Roman : un entretien de Jean Ricardou avec Jean Thibaudeau », La Nouvelle Cr (...)

17(a) Les effets de surdétermination. La surdétermination est un avatar de la définition jakobsonienne de la poéticité comme projection de l’axe paradigmatique sur l’axe syntagmatique. Tout élément surdéterminé dans un texte donné doit être « en mesure de figurer dans [c] e texte pour au moins deux raisons : sa relation horizontale et une relation transversale32 ». Il en est ainsi par exemple sous (5a), qui constitue visiblement une variante de (5b) : dans le premier texte on évoque la chute dans la mer du pérégrin qui a découvert le nouveau monde ; dans le deuxième, la chute dans la Seine de Pollo Phèbe, qui constitue le double du pérégrin en fonction du principe de l’identité du différent et de l’unité du multiple appliqué tout au long de Terra Nostra.

(5a) un seul nom, je serrai le feu de l’étoile captivea, je grimpai sur le mâtb pour être plus près d’elle, le feu toucha la pointe du mât, celui-ci s’enflammac, un feu Saint-Elmed, la mer d’ardoise agitéee, à la respiration profonde et tourmentée, le ciel voilé sous des milliers de scintillements, ma lune solitaire en flammes, un miroir, un phare, une côte, mon bateauf de serpents s’écrasa contre les rochers, je tombaig du haut du mât, sur le dos, les yeux fixés sur la pointe de la vergue, l’étoile fugitive, la nuit revenue, le ciel à l’envers, un seul lieu et non plus tous, un seul temps et non plus tous, je tombaig, je revins… [§] Je fus réveillé, Seigneur, par la bouche tatouée d’une femme vêtue en page. [§] Je gisais à plat ventre sur une plage, les bras en croix. [TNF, I, 755-756 ; nous soulignons en gras les éléments communs avec la version française de (5b)] un solo nombre, al fuego de la estrella atrapadaa me prendí, trepé por el palob para estar más cerca de ella, el fuego tocó la punta del mástil, se incendióc, el fuego de San Telmod, el agitado mar pizarrae, de honda respiración tormentosa, el cielo encapotado bajo mil destellos, mi solitaria luna en llamas, un espejo, un faro, una costa, mi barcaf de serpientes se estrelló contra las rocas, caíg del mástil, caíg de espaldas, mirando el fuego en la punta de palo, la estrella fugitiva, la noche restaurada, el cielo bocarriba, un solo lugar y ya no todos, un solo tiempo y ya no todos, caíg, regresé… [§] Me despertaron, Señor, los labios tatuados de una mujer vestida de paje. [§] Yo yacía bocabajo sobre la playa, con los brazos abiertos en cruz. [TNE, 596 ; nous soulignons en gras les éléments communs avec la version espagnole de (5b)]

  • 33 Il s’agit de pancartes publicitaires : Pollo Phèbe est un « homme-sandwich ».

(5b) Son bras resta suspendu dans l’air, la main égratignée par les épingles de la manche, et Pollo tombag. [§] Pendant un instant, les deux cartons blancs33 ressemblèrent aux ailes d’Icare et Pollo vit le ciel de Paris incendié par la tourmente, comme si le combat entre la lumière et les nuages s’était soldé par une conflagration de l’atmosphèrea : les ponts flottaient comme des bateauxf dans la brume, quille noire du pont des Arts, lointaines voitures de pierre du pont Saint-Michel, les mâts dorésb, c du pont Alexandre-III transformés en feux Saint-Elmed ; puis aussitôt le beau jeune homme blond s’enfonça dans les eaux bouillantes de la Seinee et son cri fut étouffé par la brume […]. [TNF, I, 49 ; nous soulignons en gras les éléments communs avec la version française de (5a)] Ella se quedó prendida al aire, con la mano arañada por los alfileres de la manga, y Polo cayóg. [§] Por un instante, los dos cartones blancos semejaban las alas de Ícaro y Polo pudo mirar el cielo de París incendiado por la tormenta, como si la lucha entre la luz y las nubes se revolviese en una conflagración del airea : los puentes flotaban como barcosf en la niebla, negra quilla del Pont des Arts, lejanos velámenes de piedra del Pont Saint-Michel, ardientes corposantosd los dorados mástilesb, c del Pont Alexandre III ; en seguida, el rubio y hermoso joven se hundió en el hirviente Sena y primero su grito fue secuestrado por la bruma implacable[TNE, 78 ; nous soulignons en gras les éléments communs avec la version espagnole de (5a)]

  • 34 La dimension métatextuelle du passage est renforcée par son positionnement « stratégique » au sein (...)

18En (5a), le SP « en croix » (en cruz en espagnol) vient styliser le texte de Fuentes parce qu’il est surdéterminé. En effet, (5a) est visiblement une variante de (5b), et dès lors « en cruz » se trouve simultanément intégré dans deux dispositifs discursifs différents : d’une part il est lié syntaxiquement à son cotexte gauche (il est rattaché à « abiertos ») ; d’autre part il entre en résonance avec la construction narrative globale du récit de Fuentes, puisque l’image de la croix permet d’abymer le croisement de deux séquences narratives en principe distinctes qui se rejoignent en l’occurrence34

19(b) Les effets d’idiosémie. Outre l’inflexion « texto-lectale » du profil sémique du NP « España » en (3) (cf. supra), on peut mentionner par exemple l’altération du sens du mot « araignée » (araña) en (6), où la Dame aux Papillons s’adresse au pérégrin en ces termes :

[…] Ne te perds pas. Suis le fil de l’araignée. L’araignée est toujours à mes côtés. C’est une créature intemporelle. (TNF, I, 632) […]

No te pierdas. Sigue el hilo de la araña. La araña siempre está a mi lado. Es el animal sin tiempo. (TNE, 504)

20On voit se greffer ici au sémème du vocable araña le sème localement afférent/non linéarité/, qui renvoie simultanément dans ce co(n)texte :

    • 35 Cf. Fuentes C., Territoires du temps. Une anthologie d’entretiens, op. cit., p. 196-197 : « [L’écri (...)
    • 36 Bien entendu, cette conception de la temporalité est caractéristique des civilisations mésoaméricai (...)

    à la conception cyclique du temps qui se fait jour dans Terra Nostra35 et qui est précisément incarnée par la Dame aux Papillons36, dont l’araignée est en quelque sorte le prolongement métonymique ;

  • à l’aspect à la fois réticulaire et multidirectionnel d’une toile d’araignée ;

  • à l’émergence dans le récit de Fuentes d’une série d’agencements « tabulaires » (cf. Groupe μ, 1990 : 65) qui permettent de relier entre eux des événements fictionnels survenus à des époques différentes et a priori non corrélés [cf. supra, analyse de (5a), (5b)], suggérant ainsi que « l’histoire est un tissu d’instants intemporels » (TNF, I, 46).

Style et fonctionnement participatif

  • 37 Molinié G. et Viala A., Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, (...)
  • 38 Cf. Bonhomme M., Pragmatique des figures du discours, op. cit. ; Rabatel A., Homo narrans. Pour une (...)
  • 39 Kerbrat-Orecchioni C., L’Implicite, Paris, Armand Colin, coll. « U », 1986, p. 23.
  • 40 Goodman, Languages of art. An approach to a theory of symbols, op. cit., 1968 ; Ways of world-makin (...)
  • 41 Cf. Todorov T. (dir.), Théorie de la littérature. Textes des Formalistes russes réunis, présentés e (...)
  • 42 Cf. Rabatel A., Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, op. cit., (...)
  • 43 Fuentes C., Territoires du temps. Une anthologie d’entretiens, op. cit., p. 193.

21Il y a par définition fonctionnement participatif du langage, et donc fait de style, quand l’agencement structural d’un texte donné oblige de facto l’instance réceptrice à participer activement (d’une façon ou d’une autre) à la construction du sens et/ou du référent, sans se contenter d’enregistrer un contenu thématique ou sémantique « donné d’avance ». Les faits de style liés à une opération discursive de ce genre sont (pour la plupart) étudiés d’une part par la stylistique de la réception des années 199037 d’autre part par la pragma-stylistique des années 200038. Relèvent notamment de la dimension participative du style (verbal et a fortiori littéraire) cinq types de phénomènes : (a) le recours à ce que Catherine Kerbrat-Orecchioni39 appelle des « sous-dires » (tropes implicitatifs reposant sur des présupposés ou des sous-entendus) ; (b) la mise en relief de prédicats goodmaniens exemplifiés par tel ou tel agencement discursif40 ; (c) les effets de « défamiliarisation » (остранение) mis au jour pour la première fois par les formalistes Russes41 ; (d) l’utilisation de formules idéologiquement marquées qui renvoient à une ou plusieurs « voix », au sens bakhtinien du terme42 ; (e) le recours à ce qu’on peut appeler des schématisations stylisantes. Le fonctionnement participatif du langage est exploité de façon systématique dans les romans de Fuentes, puisque ce dernier se propose d’attribuer au lecteur non plus un rôle passif de récepteur du texte littéraire, mais un rôle actif de « cocréateur »43. Dans Terra Nostra, on trouve effectivement un grand nombre de faits de style qui doivent être rattachés à un tel modus operandi :

  • 44 Kerbrat-Orecchioni C., L’Implicite, op. cit., p. 116.

22(a) Tropes implicitatifs. Comme l’explique Catherine Kerbrat-Orecchioni44 il y a « trope implicitatif » « chaque fois qu’un contenu présupposé ou sous-entendu apparaît en contexte comme le véritable objet du message à transmettre ». Il en est ainsi sous (7) :

(7) […] le sort […] nous a conduits dans un couvent de hiéronymites lesquelles se gardèrent bien de montrer leurs visages à notre arrivée, envoyant à leur place pour nous accueillir quelques malheureux et imberbes acolytes qui prêtent leurs services au couvent (et pas seulement à l’heure de la sainte messe, croyez-moi !) (TNF, I, 117) […] el destino […] nos llevó a un convento de jerónimas que bien se guardaron de darme la cara a nuestra llegada, enviando en su embozada representación a unos infelices y barbilampiños acólitos que allí prestan servicios, y no sólo a la hora de la santa misa, ¡ imagínese usted ! (TNE, 127-128)

23Ici, il y a fait de style parce que l’énonciatrice (Jeanne la Folle) laisse entendre que les nonnes et leurs « barbilampiños acólitos » ne se retrouvent pas seulement à l’heure de la messe, mais aussi – sans doute – pendant la nuit, pour se livrer à la débauche… La dimension participative d’une telle démarche discursive (il appartient au lecteur de décoder le message réellement véhiculé par le texte) est soulignée par l’injonction « ¡ imagínese usted ! »

24(b) Emboîtements énonciatifs stylisants. Un emboîtement de ce genre se fait jour en (8), où l’on évoque le cadavre de Don Juan :

  • 45 Tirso de Molina, El Burlador de Sevilla y convidado de piedra, acte III.

(8) Commences-tu à comprendre, femme ? Je me servirai de Ludovico. Tu lui raconteras ce qui s’est passé. […] Voici ce que j’ai écrit après avoir lu et après t’avoir écoutée. Ce qui est pensé, est. Ce qui est, est pensé. Je voyage de l’esprit à la matière. Puis de la matière à l’esprit. Il n’y a pas de frontières. Rien ne m’est interdit. Je crois que je suis mentalement plusieurs personnes. Puis je suis plusieurs personnes physiquement. Je m’éprends en rêve. Puis je rencontre l’être aimé au réveil. N’es-tu point allée à l’enterrement de ce cavalier [Don Juan] mort en duel devant le couvent ? Moi si. Tu avais éveillé ma curiosité par ton récit [F1]. J’arrivai de bonne heure, bien avant le cortège funèbre, quoique je me doutasse qu’il ne serait pas très important, vue la mauvaise réputation du défunt. Je regardai le visage de ce dernier allongé dans le cercueil. La barbe lui avait poussé durant les deux jours qui avaient suivi sa mort. Je regardai ses mains. Les ongles avaient poussé eux aussi. J’écartai ses mains croisées sur sa poitrine. Des paumes avaient disparu toutes les lignes de chance et de vie, de tête et de cœur : elles n’étaient plus qu’un mur blanc, deux parois blanchies à la chaux. Sur sa poitrine, d’autres mains – dotées de chance et de vie, de tête et de cœur – avaient déposé un papier sur lequel on lisait :
Que nul ne voie de Dieu la clémence
Dans l’exécution tardive du châtiment
Il n’est de répit qui ne vienne à échéance
Il n’est de dette qui ne demande acquittement.
Je regardai de nouveau son visage. Il était autre. Il s’était transformé. Ce n’était plus la face de celui que tu avais vu périr dans la ruelle. Ce n’était plus la face que j’avais vue en entrant discrètement dans le temple, avant de séparer ses mains et de lire le papier. C’était un autre [ZA]. J’en fus horrifié, Célestine. Je regardai le nouveau visage du mort et je me dis : ceci est le visage qu’en arrivant à l’âge d’homme aura l’un de nos enfants – celui que nous avons enlevé du château [F2]. (TNF, II, 77-78) ¿Empiezas a entender, mujer? Valdréme de Ludovico. Le contarás lo que has pasado. […] Esto escribí, después de leer y después de escucharte. Cuanto es pensado, es. Cuanto es, es pensado. Viajo del espíritu a la materia. Regreso de la materia al espíritu. No hay fronteras. Nada me es vedado. Pienso que soy varias personas mentalmente. Luego soy varias personas físicamente. Me enamoro en un sueño. Luego encuentro al ser amado en la vigilia. ¿No fuiste al entierro de ese caballero muerto en un duelo frente al convento? Yo sí. Despertaste mi curiosidad con tu cuento [F1]. Llegué a temprana hora, antes que los dolientes, aunque supuse que no abundarían, dada la mala fama del muerto. Miré su cara, recostado dentro del féretro. La barba le había crecido durante los dos días que siguieron a su muerte. Miré sus manos. También le crecían las uñas. Aparté sus manos cruzadas sobre el pecho. De las palmas habían desaparecido todas las líneas de fortuna y vida, inteligencia y amor : eran un muro blanco, dos paredes enjalbegadas. Sobre su pecho, otras manos, éstas con fortuna y vida, inteligencia y amor, habían colocado un papel escrito con estas palabras :
Adviertan los que de Dios
juzgan los castigos tarde
que no hay plazo que no llegue
ni deuda que no se pague
45.

Miré de vuelta su rostro. Era otro. Se había transformado. No era la faz del que tú viste morir en la calleja. No era la faz que yo miré al entrar sigilosamente al templo, antes de separar sus manos y leer ese papel. Era otro. [ZA] ¿Sabes Celestina? Esto me horrorizó. Miré el nuevo rostro del muerto y me dije : Ésta es la cara que al llegar a edad de hombre tendrá uno de nuestros niños, uno de ellos, el que nos robamos del alcázar. [F2] (TNE, 643-644)

25Dans cette séquence discursive, deux dispositifs énonciatifs distincts se trouvent articulés entre eux (cf. fig. 1) : le dispositif D1 ([énonciateur : le Diable] [énonciataire : Célestine]), le dispositif D2 ([énonciateur : Ludovico] [énonciataire : Célestine]). D1 sous-tend le fragment F1 et D2 le fragment F2. F1 et F2 sont mutuellement imbriqués par la zone amphibologique ZA, où les deux dispositifs s’interpénètrent ([énonciateur : le Diable et / ou Ludovico] [énonciataire : Célestine]). Bien entendu, un tel emboîtement énonciatif entre en résonance avec la structure globale de Terra Nostra et se trouve dès lors sursémiotisé, puisqu’il exemplifie les prédicats goodmaniens /hybridation/, /interpénétration/, /oscillation entre unité et pluralité/, /incertitude/. On notera pour compléter cette analyse trois choses :

  • 46 Comme en témoignent notamment les anaphores « del muerto » « de ese caballero muerto en un duelo », (...)
  • 47 Cette conclusion n’a rien de surprenant d’un point de vue philosophique : en effet, comme le remarq (...)

26(i) L’incertitude qui pèse sur le bornage de la zone amphibologique. Il est assez facile de montrer que celle-ci est délimitée à droite par l’énoncé « ¿Sabes Celestina ? », qui est sans doute pris en charge par Ludovico (le Diable, lui, utilise quand il s’adresse à Celestina l’appellation dépréciative « mujer »). En revanche, où se situe exactement la limite de la ZA à gauche ? On peut considérer que l’on entre dans la ZA à hauteur de « Llegué a temprana hora », dans la mesure où cet énoncé introduit une séquence narrative homogène, référentiellement et syntaxiquement cohérente, structurée tout entière par des pronoms de rang 1 au statut référentiel ambigu et susceptible à ce titre d’être rattachée aussi bien à F1 qu’à F2. Toutefois, le choix d’un tel découpage est en réalité arbitraire : aucune marque de rupture (grammaticale, syntaxique, stylistique ou énonciative) ne vient baliser le passage de F1 à ZA, la continuité du texte semble à première vue parfaite46 et le lecteur ne réalise le glissement effectué qu’après coup, une fois que le texte a basculé de la ZA au fragment F2. De ce fait, le bornage de la ZA à gauche garde une dimension irréductiblement probabiliste, puisque rien n’interdit de penser que le point de transition entre F1 et ZA pourrait aussi se situer ailleurs (par exemple juste après – ou juste avant – la citation du Don Juan de Tirso de Molina, dont l’intercalation constitue par définition une marque d’hétérogénéité énonciative). Dès lors, il appert que l’emboîtement énonciatif observable en (8) est une manifestation stylisée de la vision du monde post-rationaliste qui se fait jour dans Terra Nostra : il permet effectivement de faire émerger des « objets » verbaux (et, par conséquent, des configurations référentielles) qui ne soient plus pensables comme des entités « claires et distinctes », dans la mesure où leurs limites sont incertaines, « à géométrie variable », et peuvent fluctuer en fonction du point de vue qu’on projette sur eux47.

  • 48 Pour plus de précisions sur le couple oppositionnel « locuteur/énonciateur premier » (L1/E1)//« loc (...)
  • 49 Exemplifiés de façon prototypique par les romans « réalistes » du XIXe siècle.
  • 50 C’est ce qui se passe effectivement dans le cas de (1), de (2), de (4), de (10) etc. Il n’en reste (...)

27(ii) L’effet de double énonciation que l’on voit apparaître dans une portion de F1 (« Viajo del espíritu a la materia. Regreso de la materia al espíritu. No hay fronteras. Nada me es vedado. Pienso que soy varias personas mentalmente. Luego soy varias personas físicamente. »). En effet, dans cette séquence, il est clair qu’on entend résonner, en plus de la voix du Diable (L1 / E1) qui s’adresse à Célestine dans une séquence en DDL, celle de l’« auteur impliqué » de Terra Nostra (l2 e2)48 qui s’adresse à son lecteur… Dès lors, la structure énonciative de F1 se trouve investie d’un surplus de sens puisqu’un tel agencement exemplifie également les prédicats /construction dialogique/, /forme ouverte/. De surcroît, on observe en l’occurrence une interversion des rôles, puisque le personnage occupe la position d’un locuteur/énonciateur premier dont le PDV enchâsse celui de l’auteur qui le met en scène (et qui apparaît comme un locuteur / énonciateur second) : le lecteur habitué aux normes scripturales qui régissent les récits « traditionnels » à la P349 s’attend plutôt en général à voir le PDV du personnage enchâssé d’une manière ou d’une autre par celui d’un narrateur / d’un auteur impliqué50, il tendra donc à mettre également en relief ici le prédicat goodmanien /réversibilité/. Tous les prédicats exemplifiés dans F1 sont actualisés par le lecteur conformément à une stratégie scripturale délibérée, qui anticipe sa démarche interprétative et se trouve résumée par une notation métatextuelle appropriée : ainsi, dans le chapitre « Âme de cire », le chroniqueur, double fictionnel de Fuentes, précise qu’il léguera à la postérité « un livre ouvert où le lecteur saura qu’il est lu et où l’auteur saura qu’il est écrit » (TNF, II, 292).

  • 51 Les « objets » de ce genre sont légion dans Terra Nostra : on pense par exemple à l’or du nouveau m (...)
  • 52 Deleuze G., Différence et répétition, op. cit., p. 174.
  • 53 D’où ces remarques de Kant E., Œuvres philosophiques, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la (...)
  • 54 On retrouve un enchaînement conceptuel et stylistique quasiment identique quand on examine dans le (...)

28(iii) L’importance du facteur qui déclenche le changement de l’identité de l’énonciateur, au cœur de la zone amphibologique : ce facteur, décisif sur le plan philosophique, c’est la découverte de l’altérité qui frappe le défunt Don Juan, parfait héros mythique précisément… En termes kantiens, le Diable, sujet qui observe Don Juan, se trouve confronté à un « objet » qui n’est plus concevable comme une substance permanente51, puisqu’il représente en fait « l’identité du différent » et « l’unité du multiple ». Dès lors, l’identité du sujet qui se trouve face à cet objet vole à son tour en éclats et disparaît, en vertu même des postulats qui fondent la théorie kantienne de la connaissance. En effet, cette dernière donne à voir « une forme de l’objet qui réfléchit l’identité subjective52 » : qu’est-ce à dire ? La réduction du divers de l’intuition à une représentation unitaire par le biais des catégories de la connaissance (l’unité, la pluralité, la subsistance, etc.) est un acte qui présuppose l’unité d’une conscience subjective : celle-ci fonde l’unité de l’objet que l’on a en face de soi et se trouve en retour fondée par elle53. Or, comme le souligne Fuentes (cf. supra), « [r]ien en ce monde n’assure l’identité béate du sujet et de l’objet », d’où dans son texte l’inversion des schémas ontologiques qui fondent la théorie kantienne de la connaissance, celle-ci se trouvant en l’occurrence non pas niée « de l’extérieur » mais déconstruite « de l’intérieur54 ».

  • 55 Fuentes C., « A talk with Carlos Fuentes », entretien avec Frank MacShane, The New York Times Book (...)
  • 56 Cf. Fuentes C., Territoires du temps. Une anthologie d’entretiens, op. cit., p. 193-194 : « Les per (...)

29Autre exemple d’emboîtement énonciatif : le texte (9). La structure de ce texte reproduit la propagation d’une rumeur pas toujours (et/ou pas forcément) susceptible d’être attribuée à un énonciateur en particulier : qu’est-ce qui motive un tel choix stylistique ? Fuentes souhaite faire résonner dans certains passages de son roman « a collective voice55 » découlant d’une interpénétration entre les voix de différents personnages, mais aussi entre ces voix et le background civilisationnel dont elles sont la trace stylisée56 :

(9) Ainsi se propagèrent les choses : Martin le raconta à Jerónimo, Jerónimo à Catilinon, Catilinon à Nuño, l’un le chuchota à l’autre, celui-ci le souffla dans l’oreille de celui-là, […] au milieu d’une atmosphère de fumée et de poussière qui étouffait le son des voix inquiètes, secrètes, hachées par le soleil en poignard qui régnait sur le plateau. D’abord un fait très simple : un contremaître était parti couper du noyer […] et s’était tué ; ensuite des journaliers longeaient le mur sud du grand cloître en construction lorsqu’un ouvrier était tombé de l’échafaudage, chute qui avait causé sa mort ; ensuite un charpentier était tombé d’une grue dans le petit cloître jouxtant le portail principal et s’était tué [F1], Nuño, il s’est tué et ça fait déjà trois en quelques jours [F2] ; attention en montant à la grue, Catilinon, ou de rien te serviront tes misérables économies, tu ne pourras même pas aller les dépenser par une nuit d’été dans les gargotes de Valladolid [F3] ; mais ces choses n’arrivent pas seulement aux gens, Martin, aux choses aussi, c’est comme si nous-mêmes nous étions des choses, car les événements ne font pas de distinction entre un chaperon de mur et un tailleur de pierre [F4] ; écoute, Jerónimo, écoute comme le vent redouble de violence, renverse les échafaudages, endommage les toits et recouvre l’eau rare des étangs d’une croûte de poussière [F5]. Lorsque l’aube point, Martin se glisse sur le terrain aplani et clôturé où l’on projette de planter le jardin du palais, et il regarde la Dame se pencher entre les rideaux de sa chambre [F6] ; tu la devines à l’éclat de ses pendants d’oreilles qui à cette heure sont à la hauteur du soleil auquel ils rendent son regard naissant ; regarde-la regardant cette terre desséchée et essaie de te la figurer imaginant un jardin aux fraîches et bruissantes fontaines, plein de roses et de giroflées, d’iris et d’azalées [F7], imagine, Martin, son désir d’écarter ces rideaux éternellement tirés, d’ouvrir les fenêtres de sa chambre au parfum printanier de chèvrefeuilles inexistants, de jasmins oubliés et d’églantines disparues, ou bien rester sur son lit à humer, écouter, sentir la présence, la rumeur et le parfum du jardin qu’on lui avait promis en la tirant de ses brumes anglaises, en la mariant à notre Seigneur [Philippe II], en lui arrachant ses poupées et ses noyaux de pêche [F8] – comment sais-tu toutes ces choses, Jerónimo ? c’est la première chambrière, Azucena, qui me les a racontées [F9] […] (TNF, I, 264-266) Así se sucedieron estas cosas : Martín se lo contó a Jerónimo, Jerónimo a Catilinón, Catilinón a Nuño, uno se lo susurró al otro, éste se acercó a la oréja de aquél, […] envueltos en una atmósfera de humo y polvo que mataba los tonos de las voces inquietas, secretas, rebanadas por el sol de navajas de este llano. Primero, un hecho muy sencillo : un sobrestante fue a cortar nogales […] y se mató ; y luego unos destajeros andaban en el lienzo del mediodía del claustro grande en construcción, cuando cayó un oficial del andamio, de la cual caída murió ; y luego cayó un carpintero de una grúa en el claustro pequeño junto a la portería principal [F1] y se mató, Nuño [ZA], se mató y ya son tres en otros tantos días [F2] ; cuidado con subir a una grúa, Catilinón, o de nada te servirán tus mezquinos ahorros ni podrás ir a gastarlos una noche de verano en los figones de Valladolid [F3] ; pero estas cosas no sólo le pasan a las gentes, Martín, sino a las cosas mismas, es como si nosotros mismos fuésemos cosas, pues lo que está pasando no hace distingos entre una barda y un cincelador [F4] ; oye, Jerónimo, oye cómo arrecia el viento y derriba andamios, daña los tejados y cubre con una costra de polvo el agua escasa de los estanques [F5] ; y al despuntar el alba, entra escondido, Martín, al terreno aplanado y bardeado donde piensan arreglar el jardín del palacio y mira a la Señora asomarse entre las cortinas de su recámara [F6] ; puedes distinguirla por el brillo de sus arracadas, que a esa ora están a la altura del sol y le devuelven la mirada naciente ; mírala mirando esa costra reseca y trata de figurártela imaginando un jardín de frescas y rumorosas fuentes, rosales y alelíes, lirios y azucenas [F7], imagina, Martín, su deseo de apartar esas cortinas eternamente cerradas y abrir las ventanas de su recámara al olor tempranero de inexistentes madreselvas, olvidados jazmines y anhelados mosquetes, o permanecer sobre su lecho oliendo, escuchando y sintiendo la presencia, el rumor y la fragancia del jardín que le prometieron al traerla de las brumas inglesas, al casarla con nuestro Señor, al arrebatarle sus muñecas y sus huesos de durazno [F8], ¿ cómo sabes todas esas cosas, Jerónimo ?, contómelas la camarera mayor, Azucena [F9] […] (TNE, 236-237)

30On trouvera ci-dessous dans le tableau C quelques indications sur le bornage énonciatif de ce passage. Voici les remarques qu’on peut formuler à ce sujet :

31Dans les fragments F3, F4, F5, F6, F7 et F8 (ainsi que dans la zone amphibologique ZA), il y a effet de double énonciation, l’auteur s’adressant au lecteur à travers les paroles échangées entre (lui et) les personnages.

  • 57 De prime abord, cette voix est audible dans « cuidado con subir a una grúa, Catilinón ». Toutefois, (...)
  • 58 Pour une analyse plus détaillée des implications conceptuelles découlant du choix de la narration à (...)
  • 59 Pour plus de précisions sur le couple oppositionnel sur-énonciation/sous-énonciation, voir Rabatel (...)
  • 60 Cf. Rabatel A., « Sur les concepts de narrateur et de narratologie non communicationnelle », Littér (...)

32Dans le fragment F3, on entend clairement résonner, par-dessus la voix du maçon qui s’adresse à Catilinon57, la voix du narrateur à la P258, qui occupe une position de sur-énonciateur59. En effet, la thèse d’un dialogue monologique60 entre les deux personnages semble difficilement défendable, et pour cause : la séquence discursive « de nada te servirán tus mezquinos ahorros ni podrás ir a gastarlos una noche de verano en los figones de Valladolid » viole la maxime gricéenne de la quantité, puisqu’elle renvoie de toute évidence à des données fictionnelles connues du personnage à qui elle semble adressée (Catilinon n’a pas besoin qu’on lui rappelle sa propre situation) ; de ce fait, elle ne relève pas d’un échange conversationnel entre le maçon et Catilinon, mais plutôt d’une intrusion du narrateur dans l’espace dialogique occupé par les personnages en vue de maximiser le volume des informations livrées en l’occurrence au lecteur.

33Dans le fragment F4, le narrateur à la P2 occupe également une position de sur-énonciateur : en effet, dans une portion de F4 (le segment « es como si nosotros mismos fuésemos cosas, pues lo que está pasando no hace distingos entre una barda y un cincelador »), le discours attribué en apparence au maçon qui s’adresse à Martin est trop « abstrait », trop philosophique pour être rattaché au PDV du maçon.

  • 61 Nous inspirant librement de la taxinomie des mises en abyme proposée par Lucien Dällenbach (cf. Däl (...)

34Mêmes remarques concernant le fragment F5 : le discours attribué au partenaire de Jerónimo est trop lyrique pour être énoncé par un simple maçon dans ce contexte particulier. Par ailleurs, la séquence évoquant les échafaudages renversés (« el viento y derriba andamios ») est visiblement surdéterminée, puisqu’elle fonctionne dans ce co(n)texte comme une sorte de mise en abyme métatextuelle61 visant à modéliser les phénomènes d’inversion énonciative qui se font jour en (9).

35Plus encore que le fragment F3, le fragment F6 (dans sa version espagnole) semble relever d’une intrusion du narrateur dans les échanges conversationnels de ses personnages : d’une part, il y a là encore violation de la maxime de la quantité (dans le segment « al terreno aplanado y bardeado donde piensan arreglar el jardín del palacio ») ; d’autre part, la formule injonctive utilisée semble dépourvue de toute vraisemblance psychologique dans ce contexte…

  • 62 Comme le souligne Rabatel A., « Listes et effets-listes. Énumération, répétition, accumulation », P (...)

36Dans la dernière partie de F7 (à partir de « un jardín de frescas y rumorosas fuentes »), on entend peut-être aussi résonner, outre la voix du narrateur, celle de Jerónimo, en raison de l’influence exercée sur F7 par son cotexte droit. Si on adopte cette lecture, il devient clair en même temps que le narrateur à la P2 occupe dans F7 une position de sur-énonciateur, pour deux raisons : d’une part, le discours développé est trop sophistiqué sur le plan conceptuel et stylistique, comme le montre notamment le polyptote « mírala mirando » ; d’autre part, l’insistance sur l’entrecroisement des perspectives et la construction mentale du PDV d’autrui (« mírala mirando », « figurártela imaginando ») renvoient métatextuellement aux effets d’inversion énonciative abymés dans F5. La voix du narrateur à la P2 entre du reste en résonance avec une autre, collective celle-là (cf. n. 27), dans l’îlot textuel « que a esa ora están a la altura del sol y le devuelven la mirada naciente » : ici, on recourt visiblement à une tournure baroquisante pastichant le style des poètes hispanophones maniéristes du XVIe et du XVIIe siècle62.

37Dans le fragment F8, le narrateur à la P2 occupe de nouveau une position de sur-énonciateur : en effet, la formule éminemment paradoxale « al olor tempranero de inexistentes madreselvas, olvidados jazmines y anhelados mosquetes » renvoie a priori au PDV d’un homme de lettres, pas d’un maçon dépourvu d’instruction et donc (en principe) peu au fait des subtilités rhétoriques de ce genre…

  • 63 Un tel PDV (cf. Rabatel A., « Listes et effets-listes. Énumération, répétition, accumulation », art (...)

38L’emboîtement énonciatif qui se fait jour sous (9) permet donc de mettre en relief les prédicats goodmaniens /interpénétration/, /interversion/, /aspect interchangeable/, /oscillation entre unité et pluralité/, restituant ainsi de façon très efficace l’impression d’indétermination catégorielle qui découle de la propagation impersonnelle d’une rumeur. Le narrateur à la P2 / à la P3 liste en somme un certain nombre de dires rapportés semi-autonomes qui s’interpénètrent et fusionnent en partie avec le récit qui les enchâsse afin d’esquisser un PDV collectif, dialogique, dé-hiérarchisé, dépassant les limites des différents PDV individuels repérables dans le texte63. Pour appréhender pleinement la signification d’un tel dispositif, il faut le rattacher à la conception purement bakhtinienne de l’énonciation littéraire qui est celle de Fuentes :

  • 64 Fuentes C., Territoires du temps. Une anthologie d’entretiens, op. cit., p. 154 ; italiques de Fuen (...)

le nous du roman contemporain n’est plus l’étroit canon du XIXe siècle (personnages, trame, linéarité), mais un horizon plus large dans lequel dialoguent non seulement des personnages mais, comme le veulent Bakhtine et Broch, des civilisations, des temps historiques éloignés, des classes sociales différentes, des figures encore floues et sans définition psychologique, des langages. Dans ce contexte, l’autobiographie n’est guère un point de référence. Nous relevons tous de notre propre subjectivité et de notre propre collectivité ; les deux constituent notre personnalité. La subjectivité est nôtre, mais le collectif aussi. Le reste appartient au dur monde de la matière64.

  • 65 Cette zone amphibologique n’existe pas dans la version française du texte.
  • 66 Cet agencement est valable uniquement pour la version espagnole du texte : dans la version français (...)

Note 6565
Note 66
66

  • 67 Grize J.-B., Logique naturelle et communications, Paris, PUF, coll. « Psychologie sociale », 1996, (...)
  • 68 Bonhomme M., Pragmatique des figures du discours, op. cit., p. 40-41.
  • 69 Rabatel A., Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, op. cit., p. 1 (...)

39(c) Schématisations stylisantes. Introduit par Jean-Blaise Grize, le concept de schématisation désigne stricto sensu « une représentation discursive orientée vers un destinataire de ce que son auteur conçoit ou imagine d’une certaine réalité67 ». Nous retiendrons ici une acception plus large du terme de « schématisation », en définissant celle-ci comme la constitution de canevas énonciatifs susceptibles de modéliser certaines configurations langagières et / ou d’orienter dans une certaine direction la formalisation discursive de la matière référentielle68. Relèvent (entre autres) de la dimension schématisante des textes littéraires un certain nombre de faits de caractérisation éventuellement couplés avec l’utilisation de formules idéologiquement marquées, les fonctionnements discursifs liés à la « construction textuelle du point de vue69 » le fonctionnement énonciatif des figures de style, les modalités d’empaquetage des propositions, des macropropositions et des séquences imbriquées dans les récits fictionnels, le choix de tel ou tel type de progression thématique dans les descriptions, etc.

  • 70 Bonhomme M., Pragmatique des figures du discours, op. cit., p. 41.
  • 71 Grize J.-B., Logique et langage, Paris/Gap, Ophrys, 1990, p. 95, cité in Rabatel A., Homo narrans. (...)
  • 72 Fuentes C., « A talk with Carlos Fuentes », entretien avec Frank MacShane, The New York Times Book (...)

40Les procédés stylistiques liés à la schématisation ont une importance cruciale parce qu’ils permettent d’instaurer une « vision spécifique70 » du référent textuel, déterminée par le choix de telle « focalisation langagière » (ibid.) au détriment de telle autre. Une telle démarche s’inscrit par définition dans le cadre d’un fonctionnement langagier participatif, comme le souligne Grize : « [s]i une schématisation donne à voir, c’est à celui qui regarde de lui donner un sens71 ». Ce qui différencie les schématisations stylisantes de celles qui ne sont pas marquées stylistiquement, c’est que les premières sont (contrairement aux secondes) des manifestations locales d’une stratégie scripturale cohérente de portée globale, et renferment de ce fait une sur-signification susceptible d’émerger dans le cadre d’une interaction holistique avec un environnement (extra) verbal fonctionnant comme un « opérateur de signifiance ». Ainsi par exemple, dans un entretien avec Frank MacShane, Fuentes lui-même explique de façon prévisible qu’il a privilégié dans Terra Nostra le schème stylisant « inversion » : « [M]y chief stylistic [d]evice in “Terra Nostra” is to follow every statement by a counterstatement and every image by its opposite72. » Voici (tab. D, E) quelques échantillons d’un tel modus operandi :

*Toutes les figures mentionnées sont microtextuelles.

  • 73 Ibid.

« [M]y chief stylistic [d]evice in “Terra Nostra” is to follow every statement by a counterstatement and every image by its opposite73. »

  • 74 Ducrot O., Le Dire et le dit, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Propositions », 1984, p. 210-213.

41(d) Effets de feinte énonciation. Fuentes recourt souvent à des effets de feinte énonciation74 dans son récit pour tourner en dérision la vision du monde particulièrement réactionnaire et anachronique (aux yeux d’un auteur du XXe siècle) de Philippe II et de son entourage. Un exemple saisissant de ce type de procédé est fourni dans la longue (et délicieusement sordide) description de l’agonie de Philippe II :

(10) Amaigri, le corps en voie de putréfaction totale, il souffrait en outre soit de sommeil interminable, soit d’insomnies très pénibles. Certains jours, il fallait déployer beaucoup d’énergie pour le réveiller dans la journée selon l’intensité des miasmes qui lui montaient de la jambe pourrie au cerveau (TNF, 411 ; cf. 416) Delgado y corrompido, unas veces padecía demasiado sueño, y otras de no poder dormir con unos pervigilios penosísimos. Venía tiempo que era menester mucha diligencia para despertarle durante el día, según se le cargaban los malos vapores de la pierna podrida en el cerebro (TNE, 883 ; cf. 886)

  • 75 Pour plus de précisions sur le concept de « déterritorialisation », cf. Deleuze G. et Guattari F., (...)

42Dans cet extrait, on est confronté à un authentique effet de déterritorialisation stylistique75, puisque, dans la séquence « según se le cargaban los malos vapores de la pierna podrida en el cerebro », on met aux prises deux points de vue mutuellement incompatibles : le PDV d’un L1/E1 qui ridiculise implicitement la théorie des miasmes héritée de la médecine antique et chère aux contemporains de Philippe II ; le PDV d’un e2 forgé de toutes pièces par L1 / E1 et censé adhérer, lui, aux postulats de base de cette théorie… L’effet comique immanquablement provoqué par (10) vient sans doute de l’absence dans son cotexte immédiat de toute marque énonciative signalant sa dimension ironique, mais aussi de sa parfaite intégration dans un récit non embrayé à tournure objectivante, essentiellement factuel : L1 / E1 (l’auteur postmoderne de la deuxième moitié du XXe siècle qui prend en charge ce récit) semble ainsi endosser tout naturellement le PDV absurde de e2

Conclusion : vers une stylistique totale

  • 76 Jaubert A., « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue », art. cit., p. 56.

43L’étude de Terra Nostra nous aura permis en somme d’esquisser très brièvement les contours de ce que l’on pourrait appeler une « stylistique totale », illustrée à des titres et des degrés divers par les travaux de Gérard Berthomieu, d’Alain Rabatel ou de François Rastier. Nous souhaitons plaider très fortement en faveur d’une approche multidimensionnelle des textes stylisés (littéraires ou non), en partant d’un constat aussi simple que brutal : le champ disciplinaire des études stylistiques est actuellement trop morcelé, il faut donc faire fi des « partages de territoires » (générationnels, institutionnels, disciplinaires, etc.) qui l’atomisent parce qu’ils poussent bon nombre de chercheurs à parcelliser l’étude des faits de style et des opérations de stylisation, en s’enfermant dans un monologisme méthodologique et théorique parfois extrêmement réducteur. Pour éviter cet écueil, on se doit d’élaborer une synthèse englobant différents courants théoriques (« stylistique structurale », « stylistique de la réception », « pragma-stylistique » etc.) dans un dispositif commun, articulé autour d’un postulat de base qui nous paraît aujourd’hui incontournable : à l’instar d’Anna Jaubert76 nous entendons aborder le style comme l’horizon d’un processus qui vise à repousser les « limites de rendement » du langage ordinaire (non stylisé) et à accroître son impact référentiel et cognitif, en montrant « qu’il existe des “configurations requalifiantes” […] plus accomplies que d’autres » dans la mise en œuvre des formes verbales. Fuentes lui-même résume une telle conception du style de façon très perspicace :

  • 77 Fuentes C., Territoires du temps. Une anthologie d’entretiens, op. cit., p. 310).

[d]ans Terra Nostra je me suis proposé d’affronter deux problèmes de la manière la plus aiguë : la capacité de la littérature à déployer la langue et l’imaginaire comme des instruments qui lui soient propres. C’est-à-dire pousser au maximum la capacité d’imaginer et la capacité de communiquer. Potentialiser le langage et l’imagination a donc été central pour moi, comme dans aucune autre de mes œuvres, peut-être77.

  • 78 Rastier F., La Mesure et le grain. Sémantique de corpus, Paris, Champion, coll. « Lettres numérique (...)
  • 79 En gros, la « stylistique des concours » et des manuels du premier cycle universitaire.

44La description de ce travail de « potentialisation » du langage verbal doit permettre à terme de penser plus efficacement la complexité du fonctionnement sémiotique des textes stylisés. En effet, on pourra ainsi mettre en évidence78 des composantes textuelles, des unités sémiotiques, des opérations énonciatives et des configurations structurales qui sont à la fois instables, complexes et hétérarchiques et se trouvent de ce fait marginalisées (voire ignorées) à l’heure actuelle par la stylistique « standard79 » : le périmètre opérationnel de cette stylistique doit impérativement être élargi, et nous espérons avoir fait un premier pas dans cette direction.

Notes

1 Cf. Yocaris I., « Style et référence : le concept goodmanien d’exemplification », Poétique, 154, 2008, p. 225-248 ; « Qu’est-ce que le style verbal ? », Poétique, 160, p. 417-442 ; « Towards a neo-formalist approach to literary texts : Roman Jakobson’s conceptual heritage », Procházka M. et al. (dir.), Prague School and theories of structure, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, coll. « Interfacing Science, Literature, and the Humanities », 2009, p. 261-280.

2 Vouilloux B., « Les styles face à la stylistique », Critique, 641, 2000, p. 893.

3 Rastier F., « Indécidable hypallage », Marque-Pucheu (dir.), 2001, p. 114.

4 Delas D. et Filliolet J., Linguistique et poétique, Paris, Larousse, coll. « Langue et langage », 1973, p. 179.

5 Ibid., p. 42.

6 Cf. par exemple Riffaterre M., Sémiotique de la poésie, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 1983, p. 42 ; Yocaris I., « Style et sursémiotisation de la matière verbale, Valère Novarina et le “français crépusculaire” », in Badiou-Monferran Cl., Denis D. (dir.), Le Narrateur en question(s) dans les fictions d’Ancien Régime. Récits parlés, récits montrés, Le Français Moderne, no 2, 2012.

7 Cf. par exemple McHale B., Postmodernist fiction, New York/Londres, Methuen, 1987, p. 16.

8 Fuentes C., Territoires du temps. Une anthologie d’entretiens, traduit de l’espagnol par Zins C., Paris, Gallimard, coll. « Arcades », 2005, p. 152-153.

9 La dimension post-rationaliste de la démarche de Fuentes est constitutivement liée à un double héritage culturel qu’il revendique haut et fort en tant qu’auteur d’origine mexicaine. À l’instar d’autres romanciers Sud-Américains, Fuentes élabore en fait une synthèse typiquement postmoderne entre le rationalisme philosophique hérité de la pensée européenne des Lumières (à la suite de la colonisation du Mexique) et l’irrationalisme propre aux civilisations méso-américaines : « J’ai toujours dit aux Français […] que nous [les intellectuels latino-américains], nous sommes doublement civilisés. Eux ne connaissent que Descartes, alors que nous, nous devons aussi connaître les mythes indigènes. Nous devons connaître Descartes et le Popol Vuh. » (Fuentes C., ibid., p. 106 ; italiques de Fuentes)

10 Deleuze G., Différence et répétition, Paris, PUF, coll. « Epiméthée », 1968, p. 59.

11 Comme le remarque à ce sujet Kerr L. (« The paradox of power and mystery : Carlos Fuentes’ Terra Nostra », PMLA, 95, 1, 1980, p. 93), dans Terra Nostra « [n]ames are given both to clarify and to confuse ; they make identification simultaneously possible and impossible ».

12 Cf. Deleuze G., Logique du sens, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Critique », 1969, p. 292-324.

13 « Épidictique » vient de l’adjectif grec epideiktikos, « fait pour être montré », « ostentatoire ». Cet adjectif est lui-même dérivé du verbe epideiknymi, « montrer en étalant », « exhiber ». Le terme est utilisé en rhétorique pour désigner un des trois grands genres de l’éloquence (les deux autres étant le délibératif et le judiciaire) : cette acception ne sera pas retenue dans notre étude.

14 Aucouturier M., Le Formalisme russe, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1994, p. 65.

15 Cf. Riffaterre M., Essais de stylistique structurale, traduit de l’américain par Delas D., Paris, Flammarion, coll. « Nouvelle Bibliothèque Scientifique », 1971, p. 80-94.

16 Cf. Adam J.-M., Le Style dans la langue. Une reconception de la stylistique, Lausanne, Delachaux et Niestlé, coll. « Sciences des discours », 1997 ; Bonhomme M., Pragmatique des figures du discours, Paris, Champion, coll. « Bibliothèque de grammaire et de linguistique », 2005, p. 58 et passim.

17 Cf. Laurent N., Initiation à la stylistique, Paris, Hachette, 2001, p. 37.

18 Cf. Vouilloux B., « Les prédicats stylistiques », in De la langue au style, Gouvard J.-M. (dir.), Lyon, PUL, coll. « Textes et langue », 2005.

19 Cf. infra ; cf. également Goodman N., Languages of art. An approach to a theory of symbols, Indianapolis/New York/Kansas City, Bobbs-Merrill, 1968, p. 3-6, p. 45-69 et passim ; Yocaris I., « Style et référence : le concept goodmanien d’exemplification », p. 2008.

20 Cet enchaînement découle lui-même de l’hypotexte mythologique qui sous-tend (3) : en effet, d’après certaines légendes grecques, les Hespérides sont les filles d’Hespero/Hespéros.

21 Cf. infra.

22 Cf. Rastier F., Sémantique interprétative, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 1996 [1987], p. 70.

23 Cf. Ricardou J., Nouveaux problèmes du roman, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 1978, p. 231 ; Yocaris I., « La discohérence dans Triptyque et Leçon de choses », in Cohérence et discours, Calas Fr. (dir.), Paris, PUPS, coll. « Travaux de stylistique et de linguistique françaises : études linguistiques », 2006, p. 399-408.

24 « Maxl » dans le texte de Fuentes.

25 Cf. TNF, I, 119/TNE, p. 129.

26 Cf. notamment Jakobson R., Essais de linguistique générale. Volume 1 : Les Fondations du langage, traduit de l’anglais par Ruwet N., Paris, Éditions Minuit, coll. « Arguments », p. 232 ; Delas D. et Filliolet J., Linguistique et poétique, op. cit., p. 71 ; Ruwet N., « Linguistique et poétique. Une brève introduction », Le Français moderne, 49, 1, p. 2 ; Aroui J.-L., « L’interface forme/sens en poétique (post-) jakobsonienne », in Dominicy (dir.), 1996, p. 9-12.

27 Riffaterre M., Sémiotique de la poésie, op. cit., 1983, p. 206 ; Yocaris I., « Towards a neoformalist approach to literary texts », art. cit., 2009, p. 263-265.

28 Cf. Raillon J.-Cl., « La loi de conduction », in Ricardou J. (dir.), Claude Simon : Analyse, théorie, Paris, U.G.É, 1975, p. 278.

29 Ricardou J., Nouveaux problèmes du roman, op. cit., p. 114.

30 La convergence sémiotique n’est rien d’autre que la constitution de signes complexes dont les composantes appartiennent à des niveaux organisationnels et linguistiques différents, mais véhiculent toutes la même signification ; cf. Riffaterre M., Essais de stylistique structurale, op. cit., p. 60-62 ; Yocaris I., « Qu’est-ce que le style verbal ? », art. cit., p. 428-430.

31 Mitterand H., « Pour une sémantique textuelle de Mallarmé », Poétique, 120, 1999, p. 407.

32 Ricardou J., « Nouveau Roman : un entretien de Jean Ricardou avec Jean Thibaudeau », La Nouvelle Critique, 60, 1973, p. 68.

33 Il s’agit de pancartes publicitaires : Pollo Phèbe est un « homme-sandwich ».

34 La dimension métatextuelle du passage est renforcée par son positionnement « stratégique » au sein de l’œuvre qui l’englobe : il s’agit en l’occurrence des dernières lignes de la deuxième partie de Terra Nostra, « El mundo nuevo ». L’utilisation métatextuelle du thème de la croix est en fait un invariant bien connu de la littérature autoréflexive d’inspiration structuraliste, couramment utilisé par exemple dans le Nouveau Roman : cf. (à titre indicatif) Ricardou J., « Naissance d’une fiction », in Nouveau Roman : hier, aujourd’hui, Ricardou J. et Van Rossum-Guyon F. (dir.), Paris, UGÉ, t. II, Pratiques, 1972, p. 381.

35 Cf. Fuentes C., Territoires du temps. Une anthologie d’entretiens, op. cit., p. 196-197 : « [L’écriture implique] le rejet du temps linéaire propre à l’Occident, cette progression linéaire du temps vers un avenir radieux qui est au cœur de la pensée occidentale moderne. Or, cette pensée sacrifie les autres conceptions du temps qui existent dans le monde, et notamment celle d’un temps circulaire propre aux peuples aborigènes, les Aztèques, les Africains, les Incas et beaucoup d’autres ». Cf. également ibid., p. 164.

36 Bien entendu, cette conception de la temporalité est caractéristique des civilisations mésoaméricaines pré-Hispaniques, auxquelles se réfère en l’occurrence Fuentes (cf. note précédente) : la Dame aux Papillons incarne précisément une Weltanschauung issue des « récits constitutifs » qui fondent certaines de ces civilisations.

37 Molinié G. et Viala A., Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, Paris, PUF, coll. « Perspectives Littéraires », 1993 ; Molinié G., Sémiostylistique. L’effet de l’art, Paris, PUF, coll. « Formes Sémiotiques », 1998.

38 Cf. Bonhomme M., Pragmatique des figures du discours, op. cit. ; Rabatel A., Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, Limoges, Lambert-Lucas, 2008.

39 Kerbrat-Orecchioni C., L’Implicite, Paris, Armand Colin, coll. « U », 1986, p. 23.

40 Goodman, Languages of art. An approach to a theory of symbols, op. cit., 1968 ; Ways of world-making, Indianapolis/Cambridge, Hackett, 1978 ; Yocaris I., « Style et référence : le concept goodmanien d’exemplification », art. cit.

41 Cf. Todorov T. (dir.), Théorie de la littérature. Textes des Formalistes russes réunis, présentés et traduits par Tzvetan Todorov, Paris, Le Seuil, coll. « Tel Quel », 1965, p. 83, 94 et passim).

42 Cf. Rabatel A., Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, op. cit., p. 68-69, Krieg-Planque A., La Notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2009, p. 63-112.

43 Fuentes C., Territoires du temps. Une anthologie d’entretiens, op. cit., p. 193.

44 Kerbrat-Orecchioni C., L’Implicite, op. cit., p. 116.

45 Tirso de Molina, El Burlador de Sevilla y convidado de piedra, acte III.

46 Comme en témoignent notamment les anaphores « del muerto » « de ese caballero muerto en un duelo », « los dolientes » « al entierro » etc.

47 Cette conclusion n’a rien de surprenant d’un point de vue philosophique : en effet, comme le remarque Gilles Deleuze, toute démarche conceptuelle visant à déconstruire le « modèle de la récognition » (Deleuze G., Différence et répétition, op. cit., p. 191) hérité du rationalisme des Lumières doit par définition évacuer le « clair et distinct » cartésien au profit du couple « clairconfus » / « distinct-obscur » (cf. ibid., p. 190-191, 275-276, 325-326).

48 Pour plus de précisions sur le couple oppositionnel « locuteur/énonciateur premier » (L1/E1)//« locuteur/énonciateur second » (l2 e2), voir Rabatel A., « L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques », Langages, 156, p. 3-7.

49 Exemplifiés de façon prototypique par les romans « réalistes » du XIXe siècle.

50 C’est ce qui se passe effectivement dans le cas de (1), de (2), de (4), de (10) etc. Il n’en reste pas moins que le contraste entre les deux dispositifs (et donc l’aspect saillant du prédicat/réversibilité/) est amoindri du fait des particularités énonciatives et narratives qui caractérisentTerra Nostra : présence récurrente de séquences assez longues en DDL dont la prise en charge énonciative s’avère problématique, énallages P3 P2 au niveau de la voix narrative etc.

51 Les « objets » de ce genre sont légion dans Terra Nostra : on pense par exemple à l’or du nouveau monde « transmué en merde » (II, 360) sans intervention d’une instance surnaturelle, ou encore à Philippe II transformé « tout naturellement » en loup dans les dernières pages du roman (II, 435-436). À notre sens, il faut rattacher leur émergence non point à un goût pour le fantastique ou l’esthétique verbale surréaliste, mais, bien plus profondément, à une volonté diffuse de remettre en question toute la philosophie moderne de la connaissance, à commencer par les catégories kantiennes de l’unité, de la pluralité, de la causalité, de la subsistance etc. Cette volonté se manifeste très clairement dans les fictions borgésiennes, qui annoncent de façon programmatique la littérature postmoderne dès les années 1940. Elle trouve, notons-le, un écho inattendu dans nombre de recherches épistémologiques menées entre 1980 et 2000 dans le domaine de la physique quantique (cf. Bitbol M., L’Aveuglante proximité du réel, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1998, p. 135-138, d’Espagnat B., Traité de physique et de philosophie, Paris, Fayard, 2002, p. 366-369, 449, 451, 457). Elle est mise en avant d’une manière ou d’une autre dans les fictions postmodernes (littéraires et filmiques) les plus radicales : on mentionnera ici des romans comme Gravity’s Rainbow et Against the day de Thomas Pynchon, Projet pour une révolution à New York et Topologie d’une cité fantôme d’Alain Robbe-Grillet, The French lieutenant’s woman de John Fowles, La Bataille de Pharsale, Triptyque et Leçon de choses de Claude Simon, Se una notte d’inverno un viaggiatore d’Italo Calvino, mais aussi des films comme The Baby of Mâcon de Peter Greenaway, Lost Highway de David Lynch etc.

52 Deleuze G., Différence et répétition, op. cit., p. 174.

53 D’où ces remarques de Kant E., Œuvres philosophiques, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », tome I, 1980, p. 861 [1427] : « Un divers, contenu dans une intuition que j’appelle mienne, est représenté par la synthèse de l’entendement comme appartenant à l’unité nécessaire de la conscience de soi, et cela arrive par le moyen de la catégorie » (italiques de Kant) ; « […] tous les objets dont nous pouvons nous occuper […] sont tous en moi, c’est-à-dire sont des déterminations de mon moi identique. »

54 On retrouve un enchaînement conceptuel et stylistique quasiment identique quand on examine dans le détail la description du cheval mort dans La Route des Flandres, autre monument de la littérature postmoderne : Voir Yocaris I., L’Impossible totalité. Une étude de la complexité dans l’œuvre de Claude Simon, Toronto, Paratexte, 2002, p. 253-257.

55 Fuentes C., « A talk with Carlos Fuentes », entretien avec Frank MacShane, The New York Times Book Review, 7 novembre 1976, [http://www.nytimes.com/books/97/10/26/home/fuente-interview.html], 1976, s.p.

56 Cf. Fuentes C., Territoires du temps. Une anthologie d’entretiens, op. cit., p. 193-194 : « Les personnages de roman, dans la mesure où ce sont des personnages, se détruisent. Ils sont en fusion et confusion. Ils deviennent autre chose. Il se produit un mélange entre le caractère individuel, la psychologie du personnage, et la culture, la civilisation. Dans une certaine mesure, je dirai que dans un roman commeTerra Nostra, la civilisation prend le dessus et devient la protagoniste du roman. »

57 De prime abord, cette voix est audible dans « cuidado con subir a una grúa, Catilinón ». Toutefois, comme le montre le choix de l’article indéfini dans « una grúa », ce segment peut tout aussi bien être pris en charge par le narrateur à la P2 : en effet, un personnage immergé dans le contexte situationnel esquissé en (9) aurait plutôt tendance à utiliser en l’occurrence (comme c’est le cas effectivement dans la version française) des déterminants définis (« la grúa » ou « las grúas »), dans la mesure où la grue est forcément un référent déjà connu par les maçons qui devisent entre eux.

58 Pour une analyse plus détaillée des implications conceptuelles découlant du choix de la narration à la P2 dans certains passages de Terra Nostra, voir Kerr L., « The paradox of power and mystery : Carlos Fuentes’ Terra Nostra », art. cit., 1980, p. 94-95.

59 Pour plus de précisions sur le couple oppositionnel sur-énonciation/sous-énonciation, voir Rabatel A., « L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques », art. cit., p. 9-12, Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, op. cit., p. 265-269, 504-506, 527-528 et passim.

60 Cf. Rabatel A., « Sur les concepts de narrateur et de narratologie non communicationnelle », Littérature, 163, p. 108-138, 2011, 110, n. 5.

61 Nous inspirant librement de la taxinomie des mises en abyme proposée par Lucien Dällenbach (cf. Dällenbach L., Le Récit spéculaire. Essai sur la mise en abyme, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 1977, p. 76-138, et en particulier p. 127-131), nous parlerons ici de « mise en abyme métatextuelle » à propos de toutes les notations permettant de modéliser directement ou indirectement les structures narratives, figurales, énonciatives, syntaxiques et lexicales du récit qui les englobe, sans réfléchir pour autant son contenu thématique.

62 Comme le souligne Rabatel A., « Listes et effets-listes. Énumération, répétition, accumulation », Poétique, 167, 2011, p. 269 dans une telle configuration discursive « les paroles ne sont plus adressées, mais valent comme signe/indice de », puisque la tournure baroquisante devient en l’occurrence « le signe […] d’une certaine forme de pensée », d’unzeitgeist que l’on s’attache ici à transcrire au mépris de toute « vraisemblance » psychologique (cf. infra).

63 Un tel PDV (cf. Rabatel A., « Listes et effets-listes. Énumération, répétition, accumulation », art. cit., p. 268-270) émerge à plusieurs reprises dans le récit de Fuentes et son avènement relève non seulement d’une poétique/d’une ontologie de la non récognition, mais aussi (les deux sont liés) d’une remise en cause de la vision du monde fermée, monologique et pyramidale qui caractérise l’Espagne absolutiste et théocratique du XVIe siècle : « [w]hat seems to be implicit in this structural denial of a discursive hierarchy is that no one voice has sufficient knowledge or individuality to occupy the position of authority at the top of that hierarchy » (Kerr L., op. cit., p. 95).

64 Fuentes C., Territoires du temps. Une anthologie d’entretiens, op. cit., p. 154 ; italiques de Fuentes.

65 Cette zone amphibologique n’existe pas dans la version française du texte.

66 Cet agencement est valable uniquement pour la version espagnole du texte : dans la version française, le texte est énoncé à la P3 et le narrateur s’adresse au seul lecteur.

67 Grize J.-B., Logique naturelle et communications, Paris, PUF, coll. « Psychologie sociale », 1996, p. 50.

68 Bonhomme M., Pragmatique des figures du discours, op. cit., p. 40-41.

69 Rabatel A., Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, op. cit., p. 111-114, 126-127, 146-148, 227-239.

70 Bonhomme M., Pragmatique des figures du discours, op. cit., p. 41.

71 Grize J.-B., Logique et langage, Paris/Gap, Ophrys, 1990, p. 95, cité in Rabatel A., Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, op. cit., p. 114.

72 Fuentes C., « A talk with Carlos Fuentes », entretien avec Frank MacShane, The New York Times Book Review, 7 novembre 1976, [http://www.nytimes.com/books/97/10/26/home/fuente-interview.html], 1976, S. p.

73 Ibid.

74 Ducrot O., Le Dire et le dit, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Propositions », 1984, p. 210-213.

75 Pour plus de précisions sur le concept de « déterritorialisation », cf. Deleuze G. et Guattari F., Mille plateaux, Paris, Éditons de Minuit, coll. « Critique », 1980, 634 et passim.

76 Jaubert A., « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue », art. cit., p. 56.

77 Fuentes C., Territoires du temps. Une anthologie d’entretiens, op. cit., p. 310).

78 Rastier F., La Mesure et le grain. Sémantique de corpus, Paris, Champion, coll. « Lettres numériques », 2011, p. 58-65.

79 En gros, la « stylistique des concours » et des manuels du premier cycle universitaire.

Table des illustrations

Légende « [T]out était signe, et les directions si nombreuses… » (TNF, II, 86)*Toutes les figures mentionnées sont microtextuelles, sauf indication contraire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/53155/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/53155/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Note 6565Note 6666
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/53155/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/53155/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende *Toutes les figures mentionnées sont microtextuelles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/53155/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

Auteur

Maître de conférences HDR à l’université de Nice (LIRCES-EA 3159). Ses recherches portent sur les fictions postmodernes, le roman français du XXe siècle et les rapports entre style, semiosis et référence. Il est l’auteur d’un livre sur Claude Simon (L’Impossible totalité. Une étude de la complexité dans l’œuvre de Claude Simon, Toronto, Paratexte, 2002) et de plusieurs articles consacrés (pour la plupart) aux invariants qui caractérisent le « style littéraire ».

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540