Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Deuxième partie. Reconnaissance du fait de style : de l’attention aux marqueurs

La nominalisation

Fait de langue ou fait de style ?

Véronique Magri-Mourgues

Texte intégral

Introduction

1Le terme de nominalisation est ambivalent puisqu’il peut désigner aussi bien une opération discursive que le résultat de cette opération. Les linguistes envisagent généralement la nominalisation comme un procédé de structuration textuelle et donne celui-ci comme équivalent de l’anaphore conceptuelle ; c’est le cas de D. Apothéloz par exemple :

  • 1 Apothéloz D., « Nominalisations, référents clandestins et anaphores atypiques », Tranel, 1975, et (...)

On appelle ordinairement nominalisation l’opération discursive consistant à référer, au moyen d’un syntagme nominal, à un procès ou un état qui a préalablement été signifié par une proposition1.

2Ou encore du TLFi qui décrit le procédé comme la « transformation qui convertit une phrase en un syntagme nominal et qui l’enchâsse dans une autre phrase ». La grammaire générative l’analyse en termes de structure profonde (une proposition) et de surface (un nom). Par extension cependant, la nominalisation désigne toute transformation dont le résultat est équivalent à un syntagme nominal.

  • 2 Voir Honeste M.-L., « Approche cognitive de la notion de “forme nominalisée du verbe” en français  (...)
  • 3 Je ne traiterai pas du participe substantivé pour des raisons de place.

3Pour l’étude ici menée, une précision s’impose : la nominalisation est entendue comme lieu de passage entre verbe et nom ; elle est observée dans son résultat. Autrement dit, on s’intéressera aux formes nominalisées2 du verbe que sont l’infinitif, l’infinitif substantivé et les noms déverbaux3. On peut présumer alors de la forme verbale non réalisée en discours mais qui demeure présente de manière, pour ainsi dire, latente ou virtuelle.

  • 4 Voir Jarrety M., La Poésie française du Moyen Age au XXe siècle, Paris, PUF, 1997.

4Le corpus est constitué par les textes des trois poètes associés à un même moment littéraire, la crise de la poésie datée de 18694 : Rimbaud, Verlaine, Mallarmé. Pour les deux premiers, des bases numérisées ont été constituées.

5Si on accepte l’idée d’un transfert catégoriel entre verbe et nom, il faut supposer en amont la prégnance de l’opposition verbo-nominale. Il s’agit au préalable de s’interroger sur la distinction à faire entre nom et verbe et sur la pertinence de deux catégories aux propriétés morpho-syntaxiques et sémantiques différentielles. Verbe et nom sont-ils à envisager comme catégories discrètes ou doit-on supposer, comme le font certains linguistes, un continuum de l’un à l’autre qui en constituent les pôles extrêmes ?

  • 5 Voir Bonhomme M., Pragmatique des figures du discours, Paris, Champion, 2005.

6Une fois posées les données linguistiques qui constituent la nominalisation comme fait de langue, je verrai à quelles conditions les occurrences réalisées en discours poétique de la nominalisation peuvent être traduites comme faits de style et comment elles peuvent servir l’interprétation du texte. Autrement dit, comment le fait de langue, une fois contextualisé par sa mise en discours, peut être repéré comme indice figural puis être évalué comme signifiant et finalement être interprété5.

Le transfert catégoriel : du verbe au nom

Distinction verbo-nominale : sur le plan lexical, morphologique, syntaxique

  • 6 Voir Hagège Cl., « Du concept à la fonction en linguistique, ou la polarité verbo-nominale », Ling (...)

7Si la distinction n’est pas universelle entre les deux catégories, pour le français, les linguistes s’accordent à reconnaître un continuum du verbe au nom ; certains préférant parler d’une « polarité verbo-nominale6 » plutôt que d’une opposition, l’un ne pouvant se définir que par rapport à l’autre et la catégorie du nom étant elle-même non homogène sur le plan morphologique et sémantique puisqu’il n’y a pas parfaite coïncidence entre catégories syntaxiques et catégories cognitives. Une même notion peut en effet se trouver lexicalisée sous la forme d’un nom comme d’un verbe. En fait, il convient de raisonner à partir de propriétés de prototypes de verbe ou de nom pour clarifier la tension entre les deux catégories.

  • 7 Voir Rémi-Giraud S. (dir.), L’Infinitif, PUL, 1988.

8Les distinctions peuvent être distribuées sur trois plans, lexical et cognitif d’abord, morphologique ensuite, syntaxique enfin7 ; les propriétés de l’une et l’autre catégorie dérivent de cette opposition première entre une catégorie autonome sur le plan lexical et cognitif, le nom, et une autre qui se caractérise au contraire par sa dépendance constitutive, le verbe.

Autonomie vs dépendance (sur le plan lexical et cognitif)

  • 8 Ibid.

9Sur le plan cognitif, la tradition associe au nom et au verbe un mode d’appréhension différent des réalités extra-linguistiques : le nom dénote des notions, personnes ou choses, tandis que le verbe renvoie à des phénomènes, des actions ou des états, liés à l’inscription des procès dans le temps et la durée. Le verbe se signale par son « incomplétude sémantique8 » puisque les réalités auxquelles il réfère doivent être mises en « relation conceptuelle » avec un support, tandis que les notions dénotées par un nom sont autonomes. De cette incomplétude dérivent les autres propriétés des prototypes verbal ou nominal, en commençant par l’incidence externe ou interne.

L’incidence externe vs interne (sur le plan morphologique)

  • 9 Guillaume G., Leçons de linguistique, 20 janvier 1944, série A, [1944], Presses universitaires de (...)

10Le verbe nécessite un support nominal qui est posé antérieurement à lui, un actant. C’est ce qui définit l’incidence dite externe de la classe verbale. Une relation personnelle doit s’instaurer, autrement dit une relation avec « une personne prise en dehors du sémantème, et qui reste, à l’égard du verbe, une chose étrangère à sa signification, mais sur laquelle il s’appuie9 ». Le verbe implique la participation d’unités personnelles, qui restent indépendantes de la situation ou de l’événement dénoté par le verbe. Au contraire, le nom se caractérise par une incidence interne ; il n’a besoin d’aucune autre relation extérieure à lui-même pour renvoyer à une substance. Ces relations de dépendance se traduisent par des liens qui règlent l’agencement phrastique et discursif, par l’opposition entre référence et prédication.

Référence et prédication (sur le plan syntaxique et discursif)

  • 10 Simone R., « Constructions : types, niveaux, force pragmatique », Guillot C., Heiden S., Prévost S (...)

11En effet, les principales études posent la question en termes fonctionnels et non pas catégoriels en reconduisant l’opposition entre référence et prédication pour distinguer verbe et nom10. Verbe et nom se distinguent selon leur aptitude à la fonction prédicative. Le verbe, spécialisé dans la fonction prédicative, peut établir des relations entre les unités d’une phrase ; sur le plan syntaxique, est verbe le terme qui participe à la construction propositionnelle ou phrastique.

  • 11 On rejoint l’opposition entre le « noyau prédicatif » et les arguments (Creissels D., Éléments de (...)

12Les noms avec lesquels les verbes établissent une relation réfèrent à des entités impliquées dans la situation ou l’événement11 ; l’accord du verbe avec son sujet est un des signes de l’harmonie instaurée entre les unités pour composer une phrase.

Un continuum verbe / nom : l’infinitif et le nom d’action dérivant d’un verbe

  • 12 Riegel M., Pellat J.-Ch., Rioul R., Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, 1994, p. 243.
  • 13 Guillaume G., Temps et verbe, Paris, Champion, 1970, p. 15.

13L’infinitif et le nom d’action partagent la même incomplétude sémantique au niveau lexical qui induit la mise en relation conceptuelle avec un nom support ; ils partagent aussi l’incidence interne – n’impliquant pas qu’un actant soit nommé antérieurement. Sur le plan lexical, ils établissent une relation avec la temporalité et la durée. En effet, le verbe est associé au temps depuis Aristote12 et engage le procès dans la durée, d’où « l’impression de mobilité progressive » identifiée à la tension du verbe13. Selon les thèses de la psychomécanique guillaumienne encore, l’opposition entre plan nominal et plan verbal est associée à la binarité espace/temps.

  • 14 Guillaume G., Leçons, Prolégomènes, 26 avril 1956, op. cit., p. 13.

Le contraste d’un univers-espace et d’un univers-temps est rendu en langue par celui du nom et du verbe et cette distinction marque l’ouverture – l’horizon d’ouverture – du système des parties du discours14.

  • 15 Rémi-Giraud S., op. cit., p. 14.

14Le nom d’action est extensif au sens où il contient une extension temporelle : il introduit une notion de temporalité et de durée. Infinitif en emploi nominal voire substantivé et nom extensif partagent cette perception particulière d’un procès, un figement de l’action désengagée de contingences particulières. La vision du procès n’est pas séquentielle au sens où celui-ci se décomposerait en « une succession d’instants15 » mais globale et statique.

15L’infinitif se distingue encore de la classe du verbe sur le mode de l’opposition entre actualisation et virtualisation.

16Le classement des modes selon G. Guillaume est fondé sur la manière dont ils opèrent la relation au temps ; ainsi l’infinitif [et le participe] se situent dans la phase initiale de la chronogénèse – opération mentale qui conduit du concept de l’action à sa représentation intégrée au temps – dans le temps in posse, par opposition notamment à l’indicatif, forme achevée de l’idée verbale, qui se situe dans le temps in esse. L’infinitif donne une image du verbe en tension seulement.

  • 16 Wilmet M., Grammaire critique du français, Paris, Hachette, 1997, § 418, p. 330.

17Dans cette présentation, l’infinitif reste la forme la plus virtuelle du système : dépourvu de marques de la personne et inapte à actualiser un procès, autrement dit à le situer seul dans la chronologie, l’infinitif, qui est la forme du verbe la plus proche du nom, « ajoute le potentiel inentamé du temps incident et de l’aspect global16 ».

18En conclusion, la nominalisation du verbe réalisée au travers de l’infinitif, de l’infinitif substantivé et du nom extensif entraîne la perte de l’ancrage temporel, une vision globale du procès, l’intégration d’un actant indéterminé et virtuel, par suite de l’incomplétude sémantique et de l’incidence interne.

Du verbe au nom dans le corpus poétique : mise en discours de la nominalisation

Repérage du fait de langue comme fait de discours : fréquence et contraste

  • 17 Bonhomme M., op. cit., p. 79 sq.

19Le fait de langue inséré dans un discours fournit des indices au récepteur, un marquage qui s’associe à une « constance à travers les énoncés et à une prégnance mémorielle17 ».

20La récurrence du phénomène est un premier critère strictement quantitatif.

Repérage de la primauté nominale sur le verbe

21Trois corpus de poètes français du XIXe siècle servent de champ exploratoire à cette étude. Des bases de données sur chacun des poètes du corpus choisi ont été constituées qui peuvent être exploitées à l’aide d’un logiciel d’analyse hypertextuelle, Hyperbase, pour permettre simplement l’observation de fréquences, par conséquent, une étude quantitative.

22Il est difficile de procéder au repérage automatique des formes nominalisées du verbe mais on peut recourir à l’observation du partage sommaire entre verbe et nom.

23Dans le corpus Verlaine, le nom l’emporte sur le verbe en général dans Poèmes saturniens et Fêtes galantes mais l’infinitif se distingue dans Romances sans parole et Sagesse avant même le nom. On se souvient aussi de « Walcourt », poème écrit sans un seul verbe.

  • 18 À titre de comparaison, examinons le corpus Baudelaire : le déséquilibre est en faveur du nom pour (...)
  • 19 Schérer J., Grammaire de Mallarmé, Paris, Nizet, 1977.

24Le corpus Rimbaud offre cette alternance remarquable entre primauté accordée au nom ou au verbe selon que les textes sont de poésie versifiée et c’est le nom qui l’emporte ou en prose et c’est alors le verbe qui est prépondérant, par exemple pour Une Saison en enfer, Proses en marge de l’évangile, Lettres18. Des commentateurs comme Schérer dans Grammaire de Mallarmé19 ont noté l’emploi privilégié de la catégorie du nom en défaveur de la classe verbale dans les Poésies mallarméennes en citant le poète lui-même :

J’en étais à une phrase de vingt-deux vers, tournant sur un seul verbe, et encore très effacé la seule fois qu’il se présente. (Lettre à C. Mendès, avril 1866, Correspondance, t. 1, p. 213)

25On peut aussi être sensible à une récurrence particulière qui porte sur les titres des poèmes : ils introduisent des noms déverbaux comme chez Mallarmé : « Apparition », « Soupir », « Remémoration d’Amis belges » et font écho à des substantifs plus rares comme « cueillaison » dans le poème « Apparition » ; chez Verlaine on relève les titres « Résignation », « Lassitude » ou encore le substantif « engouffrement » dans Romances sans paroles ; Rimbaud enfin accompagne un titre comme « Accroupissements » d’autres qui utilisent des participes passés nominalisés, « Les Effarés », « Les Assis ». À chaque fois, les substantifs extensifs orientent vers un figement d’une action ; un tableau s’esquisse d’emblée qui immobilise un procès le temps du poème, livrant une description métonymique d’entités non précisées d’emblée.

  • 20 Rastier F., Sémantique interprétative, Paris, PUF, 1987, p. 93.

26Quoi qu’il en soit, les fréquences d’apparition d’une variable ne sont pas significatives dans l’absolu. Pour qu’une récurrence puisse se traduire en itération au sens de F. Rastier20, c’est-à-dire en récurrence signifiante non aléatoire, elle doit entrer en contraste.

Tension contrastive

27Seule une tension contrastive remarquable peut doter un fait d’un effet susceptible d’interprétation. Cette tension peut être mise en évidence par le calcul si on envisage un contraste entre grands corpus. Il peut en effet s’agir d’un contraste intertextuel, lorsqu’on compare l’usage d’un groupe d’écrivains, celui qui nous occupe, avec un autre ensemble qui l’englobe ou non – le corpus des écrivains contemporains ou un corpus constitué par les œuvres de romanciers.

28Au palier du texte, le contraste est celui qui s’établit, comme on l’a montré, entre deux ou plusieurs catégories grammaticales, dénombrées globalement par le calcul statistique, qu’on peut croiser pour calculer les écarts d’emploi – entre le verbe et le nom, entre le nom et l’infinitif par exemple.

  • 21 Bonhomme M., op. cit., p. 58.

29La tension contrastive peut surgir au niveau cotextuel entre « une saillance singulière au premier plan du discours et le cadre […] d’arrière-plan de celui-ci21 ». La prévisibilité de la chaîne syntagmatique est rompue, alertant le récepteur.

[1] Mais la chevelure est une rivière tiède
Où noyer sans frissons l’âme qui nous obsède
Et trouver ce Néant que tu ne connais pas. (Mallarmé, « Tristesse d’été »)

[2] Un cygne d’autrefois se souvient que c’est lui
Magnifique mais qui sans espoir se délivre
Pour n’avoir pas chanté la région où vivre
Quand du stérile hiver a resplendi l’ennui. (Mallarmé, « Le vierge, le vivace »)

30Ces deux exemples jouent sur la relation actancielle virtualisée instaurée par l’infinitif. Dans l’exemple [1], il se trouve inséré dans un réseau qui joue sur l’intemporel (le présent de l’indicatif, l’article défini de notoriété « la chevelure ») et côtoie des indices déictiques, d’insertion dans un contexte d’énonciation particulier (« ce Néant », « tu »). L’infinitif dans la relative occupe une position centrale à la fois dans le vers et, relayé par le second infinitif, articule les deux univers, généralisant et contingent. C’est le poste d’actant, laissé libre pour les infinitifs, qui permet ce transfert de l’un à l’autre.

31Dans l’exemple [2], c’est une articulation similaire qui se manifeste, entre l’univers particulier où se meut le cygne et l’extension généralisante qu’il connaît par le biais de l’infinitif « vivre » dans la relative. Un télescopage a lieu entre l’actant identifié et l’infinitif dépersonnalisé.

[3] Nous soûlerons d’encens le vainqueur dans la fête :
Mais eux, pourquoi n’endosser pas, ces baladins,
D’écarlate haillon hurlant que l’on s’arrête. (Mallarmé, « Le Guignon »)

32Dans l’exemple [3], le contraste surgit à la faveur de la mise en relation d’un agent nominal et de l’infinitif dans le cas où l’infinitif se trouve utilisé comme noyau prédicatif d’une proposition indépendante, de structure interrogative ici. Dans une conception normative de la grammaire, cet exemple frôle l’agrammaticalité mais ce qu’on peut considérer, selon un certain point de vue, comme une entorse aux codes, qui correspondent aux récurrences les plus régulières ou aux régularités moyennes, constatées dans les énoncés à un moment de l’histoire, est remarqué comme possible effet de style au motif du caractère intentionnel qu’on lui prête de fait.

Évaluation et sériation des faits de discours

Concentration et sériation

33Le fait de discours est d’autant plus remarquable qu’il est répété sur un espace restreint du texte. Sa localisation dans le texte est un paramètre déterminant a fortiori quand on se trouve dans un contexte de poésie versifiée et que les faits récurrents croisent des phénomènes de prosodie.

[4] Et si, l’ayant surpris à des pitiés immondes,
Sa mère s’effrayait ; les tendresses profondes
De l’enfant se jetaient sur cet étonnement.
[…]
– il rêvait la prairie amoureuse, où des houles
Lumineuses, parfums sains, pubescences d’or,
Font leur remuement calme et prennent leur essor !
[…]
Il lisait son roman sans cesse médité,
Plein de lourds ciels ocreux et de forêts noyées,
De fleurs de chair aux bois sidérals déployées,
Vertige, écroulements, déroutes et pitié ! (Rimbaud, « Les poètes de sept ans »)

34La reprise du même processus de nominalisation à des postes-clé du vers – à la rime, à la césure pour le premier et le dernier exemple – ou dans un syntagme contrastif sur le plan rythmique pour le second, le substantif déverbal s’opposant à l’adjectif monosyllabique postposé, marque le processus. Construits avec le même suffixe-ment, ces noms entrent dans une série phonique qui les rapproche encore. Le premier exemple se surcharge d’un processus figural assimilable à une métonymie de l’abstraction – « étonnement » se substitue en effet à « la mère étonnée ».

35La mise en série de la nominalisation réalisée par les substantifs déverbaux, reliés par-delà la parenté morphologique grâce à l’euphonie et à la similarité des places métriques, s’associe à d’autres faits de discours dans une synergie susceptible d’être évaluée.

Système convergent d’itérations

36Aux paramètres du contraste et de la sériation, s’ajoute celui de l’entrée dans un nouveau réseau, cette fois structuré par des affinités et des similitudes. La valorisation stylistique ne peut se faire que si le fait de langue remarqué s’insère dans un réseau convergent et signifiant.

37Les formes nominalisées du verbe entrent en corrélation ou en synergie avec d’autres formes impersonnelles du verbe, les formes en-ant par exemple, les participes ou encore d’autres procédés de nominalisation.

38La solidarité statistique entre la catégorie nominale et les formes en – ant se manifeste pour les Poésies de Rimbaud et les Poèmes saturniens de Verlaine de manière générale : l’extrait [5] illustre cette constante.

[5] Ma songerie aimant à me martyriser
S’enivrait savamment du parfum de tristesse
Que même sans regret et sans déboire laisse
La cueillaison d’un Rêve au cœur qui l’a cueilli.
[…]
Et j’ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d’enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger de blancs bouquets d’étoiles parfumées. (Mallarmé, « Apparition »)

39Une corrélation s’établit entre formes de participes présents et infinitifs. La seconde occurrence d’infinitif se signale par un contraste entre l’agent de l’infinitif postposé et le verbe « neiger », rehaussé par la déconstruction de la périphrase verbale « laissant… neiger », suite à l’insertion du complément prépositionnel. L’emploi du déverbal rare « cueillaison » entre en résonance avec ces procédés.

40L’emploi du participe passé en emploi absolu est encore remarquable chez Mallarmé : le participe en emploi absolu remplace une forme personnelle du verbe dans les exemples [6] et [7] :

[6] Victorieusement fui le suicide beau (Mallarmé, p. 58).

[7] Mais qui me toucherait, des lions respectée. (Mallarmé, « Hérodiade »).

41Enfin, d’autres procédés de nominalisation entrent dans un même réseau, qu’un adjectif attendu soit substantivé par un nom dérivé, comme dans les exemples [8] à [10] :

[8] Et tu fis la blancheur sanglotante des lys
Qui roulant sur des mers de soupirs qu’elle effleure. (Mallarmé, « Les Fleurs »)

[9] Leur défaite, c’est par un ange très puissant
Debout à l’horizon dans le nu de son glaive. (Mallarmé, « Le Guignon »)

[10] Où, teignant tout à coup les bleuités, délires […]
Fermentent les rousseurs amères de l’amour ! (Rimbaud, « Le Bateau ivre »).

42Ou qu’un adverbe soit de même nominalisé par le procédé de conversion :

[11] La chambre, singulière en un cadre, attirail
De siècles belliqueux, orfèvrerie éteinte,
A le neigeux jadis pour ancienne teinte,
Et la tapisserie, au lustre nacré, plis
Inutiles avec les yeux ensevelis. (Mallarmé, « Hérodiade », [ouverture ancienne])

  • 22 Bonhomme M., Pragmatique des figures du discours, op. cit., p. 101.

43Les faits de nominalisation entrent dans un système convergent d’itérations – puisqu’ils partagent des propriétés linguistiques – qui les constituent en paradigme susceptible d’interprétation. La dernière étape est celle de la conversion du système récurrent et convergent en paradigme stylistique, qui relève d’une appropriation particulière de la langue. Le récepteur doit réfléchir, sinon au caractère intentionnel de la structuration en réseau, du moins aux effets produits par cette mise en réseau. Il doit en inférer un sens s’il veut les interpréter, en envisageant que les itérations convergentes sont forcément non aléatoires et fonctionnent comme des « noyaux informatifs latents22 ».

Interprétation des faits de discours – du fait de discours au fait de style

Exemplification des concepts : abstraction, généralisation, « figement »

44La nominalisation, opérée par l’infinitif ou le nom d’origine verbale, dénotant une action, opère un détachement des contingences ; ce mouvement d’abstraction, à la fois personnel et temporel, est à lire comme un mouvement dynamique qui mène du concret à l’abstrait, de l’ancrage temporel explicite à l’imaginaire. L’infinitif laisse libre la position d’un constituant prévue par sa structure linguistique, celle d’un actant-sujet. Cette vacuité actancielle s’associe à la vacuité temporelle pour ouvrir à la généralisation et à l’impersonnel convoité par Mallarmé. « Enfin ! de l’impersonnel. » s’écrit-il dans l’Avertissement de Parallèlement.

  • 23 Voir Schérer J., Grammaire de Mallarmé, op. cit.

45Le « figement » de l’action dans le nom déverbal présente l’action dans sa substance. Le nom paraît dénoter la pureté première23 ; il présente la substance, que le verbe dilue dans le mouvement, dans une sorte d’immobilité. Il ouvre à une présence sensible du monde et confine peut-être à une image de l’éternité.

« L’Éternité »

Elle est retrouvée.
Quoi ? – L’Éternité.
C’est la mer allée
Avec le soleil.

Âme sentinelle
Murmurons l’aveu
De la nuit si nulle
Et du jour en feu.

Des humains suffrages,
Des communs élans
Là tu te dégages
Et voles selon.

Puisque de vous seules,
Braises de satin,
Le Devoir s’exhale
Sans qu’on dise : enfin.

Là pas d’espérance,
Nul orietur.
Science avec patience,
Le supplice est sûr.

Elle est retrouvée.
Quoi ? – L’Éternité.
C’est la mer allée
Avec le soleil.

[Rimbaud, Mai 1872]

La nominalisation comme marque du fait poétique ?

  • 24 Jarrety M., op. cit.

46Par leurs propriétés de libération de l’ancrage personnel et temporel, les formes nominalisées du verbe esquissent ce mouvement du particulier à l’universel qui peut être donné comme définitoire du lyrisme, dans un sens partiel du terme. Il ne s’agit pas de l’expression de l’épanchement du moi mais, au contraire, de la tentative de s’arracher au « moi » et d’atteindre à l’universel. Cette tentative de libération voisine avec le mouvement d’épuration, condition donnée comme nécessaire pour la destruction des anciennes formes et l’émergence du renouveau poétique24.

  • 25 Mallarmé S., Crise de vers, Variations sur un sujet.

47Le renouvellement de la forme poétique s’appuie sur la destruction des anciennes normes et valorise l’épuration, le dégagement des contingences et de la référence, pour accéder à « la notion pure » de l’objet « en transposant un fait de nature en sa presque disparition vibratoire selon le jeu de la parole25 ». Le processus de nominalisation est au service de cette transposition.

Que ton vers soit la chose envolée
Qu’on sent qui fuit d’une âme en allée
Vers d’autres cieux à d’autres amours. (Verlaine, « Art poétique »)

Conclusion

48La transposition d’un fait de langue en fait de style ne peut se faire de manière isolée. En fait, il faut imaginer deux systèmes, d’une part celui de la langue et des propriétés grammaticales, conçu comme un ensemble de paradigmes morphosyntaxiques corrélés et qui esquissent un réseau interactif, d’autre part, celui du discours où vont pouvoir se lire les effets de style. Les deux réseaux sont bien entendu en interaction réciproque. La stylisation serait ce processus qui extrait un fait de langue d’un paradigme pour le faire fonctionner à l’intérieur d’un autre paradigme. Les formes nominalisées du verbe sortent du système verbal pour entrer en résonance avec d’autres faits de langue mis en discours de manière concomitante dans un texte : ensemble, ils seront interprétés par le lecteur comme faisceau convergeant vers une interprétation, autrement dit comme une exemplification de concepts signifiants, jusqu’à la proposition des faits de nominalisation comme marqueurs du fait poétique, de la poéticité, à un certain moment de l’histoire littéraire.

Notes

1 Apothéloz D., « Nominalisations, référents clandestins et anaphores atypiques », Tranel, 1975, et Moirand S., « Le rôle anaphorique de la nominalisation dans la presse écrite », Langue française, 28, 1975.

2 Voir Honeste M.-L., « Approche cognitive de la notion de “forme nominalisée du verbe” en français », Faits de Langues, 2007, p. 59-68.

3 Je ne traiterai pas du participe substantivé pour des raisons de place.

4 Voir Jarrety M., La Poésie française du Moyen Age au XXe siècle, Paris, PUF, 1997.

5 Voir Bonhomme M., Pragmatique des figures du discours, Paris, Champion, 2005.

6 Voir Hagège Cl., « Du concept à la fonction en linguistique, ou la polarité verbo-nominale », Linguistique, 20, fasc. 2, 1984. La perception discrète des catégories laisse place à une vue scalaire. Certains linguistes évoquent même une « mobilité bi-directionnelle » entre nom et verbe. Voir Simone R. & Pompéi A., « Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe », in Faits de langue, Nominalisations, Paris, Ophrys, 2007, p. 43. Le terme même de nominalisation induit cependant un processus unidirectionnel du verbe au nom.

7 Voir Rémi-Giraud S. (dir.), L’Infinitif, PUL, 1988.

8 Ibid.

9 Guillaume G., Leçons de linguistique, 20 janvier 1944, série A, [1944], Presses universitaires de Lille, 1990, p. 109.

10 Simone R., « Constructions : types, niveaux, force pragmatique », Guillot C., Heiden S., Prévost S. (dir.), À la quête du sens. Études littéraires, historiques et linguistiques en hommage à Ch. Marcello-Nizia, Lyon, ENS, 2006.

11 On rejoint l’opposition entre le « noyau prédicatif » et les arguments (Creissels D., Éléments de syntaxe générale, Paris, PUF, 1995, p. 168 et passim).

12 Riegel M., Pellat J.-Ch., Rioul R., Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, 1994, p. 243.

13 Guillaume G., Temps et verbe, Paris, Champion, 1970, p. 15.

14 Guillaume G., Leçons, Prolégomènes, 26 avril 1956, op. cit., p. 13.

15 Rémi-Giraud S., op. cit., p. 14.

16 Wilmet M., Grammaire critique du français, Paris, Hachette, 1997, § 418, p. 330.

17 Bonhomme M., op. cit., p. 79 sq.

18 À titre de comparaison, examinons le corpus Baudelaire : le déséquilibre est en faveur du nom pour les recueils des Fleurs du Mal, Les Épaves, Mon cœur mis à nu et Fusées alors que c’est le verbe qui l’emporte par exemple pour les Salons et Petits poèmes en prose. Ce déséquilibre ne se dément qu’une fois pour afficher une solidarité entre infinitif et nom dans Mon cœur mis à nu.

19 Schérer J., Grammaire de Mallarmé, Paris, Nizet, 1977.

20 Rastier F., Sémantique interprétative, Paris, PUF, 1987, p. 93.

21 Bonhomme M., op. cit., p. 58.

22 Bonhomme M., Pragmatique des figures du discours, op. cit., p. 101.

23 Voir Schérer J., Grammaire de Mallarmé, op. cit.

24 Jarrety M., op. cit.

25 Mallarmé S., Crise de vers, Variations sur un sujet.

Auteur

Professeur de langue et stylistique françaises à l’université Nice Sophia Antipolis. Elle est l’auteur de deux ouvrages dont Le Voyage à pas comptés, Paris, Champion, 2009 et de nombreux articles sur les textes de l’époque moderne et contemporaine, analysés d’un point de vue linguistique et stylistique. Au sein de l’UMR 7320, Bases, Corpus et Langage, elle est rattachée à l’équipe Énonciation et à l’équipe Logométrie qui utilise les nouvelles technologies appliquées au texte littéraire.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540