Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Deuxième partie. Reconnaissance du fait de style : de l’attention aux marqueurs

Fait de style, de langue et de discours. Étude à partir des définitions de psychomécanique du langage

Marie-Corinne Baron-Vermoyal

Texte intégral

Introduction

1Proposer une approche théorique du fait de style et du fait de langue supposerait qu’on puisse, pour bien commencer, les définir. Or c’est un travail préliminaire difficile, compte tenu de l’histoire de ce couple de notions ; une histoire qui retrace dans sa globalité celle de notre discipline et particulièrement son dialogue, assez tardif, avec les sciences du langage. Qu’est-ce qu’un fait ? Est-ce un élément accompli, visible et reconnaissable à un ensemble de critères ? Dans ce cas le fait de style serait une structure lisible du texte. Mais l’ouverture de la stylistique aux sciences du langage à travers l’analyse discursive a déjà montré que le fait de style n’est pas qu’un effet. Quant au fait de langue, ses définitions demeurent, me semble-t-il, assez obscures, en renvoyant la plupart du temps à la grammaire de la langue. Ainsi ce sont autant les notions de fait que celles de style et de langue qui sont en jeu dans le questionnement épistémologique permis par ce colloque.

2Or s’il est une linguistique qui s’est fondée sur ces questions du « fait », c’est bien la psychomécanique du langage. À plusieurs reprises au cours de son enseignement, Gustave Guillaume a attiré l’attention des linguistes sur le statut ambigu du « fait ». Fait de langue et fait de discours sont l’objet des leçons au cours desquelles Guillaume expose sa théorie du niveau sublinguistique du fait comme dans l’extrait qui suit :

La notion de fait appelle révision parce qu’il y a en linguistique, comme du reste partout ailleurs des faits dirigés, en général bien visibles, et des faits souverains dirigeants, d’une visibilité très petite. (Leçon du 21 mars 1946 série B)

  • 1 « Le style et le fait de style ne sont pas les ornements d’une pensée, mais la matière d’un tout d (...)

3« Comme partout ailleurs » écrit Guillaume, ouvrant sa réflexion à d’autres perspectives sur le langage et la langue ; et c’est à partir de là que je voudrais étendre cette réflexion jusqu’à nos définitions du fait en stylistique. Nous savons que le fait de style s’inscrit dans des ensembles plus vastes, œuvre, genre, époque1 et qu’il ne se réduit donc pas uniquement à un élément lisible du texte. Aussi, comme Guillaume déjà invitait les linguistes à le faire, le stylisticien ne s’en tient pas qu’aux faits. L’émergence de l’analyse discursive du texte littéraire prend place dans cette dynamique de recherche. Je propose donc, dans une première partie, de questionner le critère de visibilité dans l’étude du fait de style, avant d’envisager les perspectives définitoires de la psychomécanique du fait de langue, et enfin du fait de discours.

Le fait de style, fait visible et fait caché

Le critère de visibilité dans l’étude du fait de style

  • 2 Proust M., À la Recherche du Temps Perdu, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », (...)
  • 3 Op. cit., Sodome et Gomorrhe, vol. 3, p. 20.
  • 4 Pierre Cahné a aussi analysé les « séries adjectivales hétérogènes sur le plan sémantique » dans u (...)

4Quand, en lisant À la Recherche du Temps Perdu, j’ai été frappée par la forme et la récurrence des enchaînements adjectivaux au point d’en faire mon sujet de thèse, le fait de style a, si j’ose dire, accompli son effet. Ne livrant pas immédiatement son sens, il a fonctionné comme un signal. Plusieurs pistes d’analyse étaient alors possibles : analyser la syntaxe du tour et notamment les jeux syntaxiques portant sur le sens, comme l’hypallage du « bruit ferrugineux, intarissable et glacé2 » ; analyser la poétique de cette microstructure, celle des rythmes et des jeux phoniques qui font l’écriture proustienne, comme par exemple pour nous présenter ce personnage haut en couleur qu’est ce « gros et grisonnant Charlus3 ». En résumé, il fallait s’arrêter d’abord à ce qui fait l’effet, le signal textuel d’une écriture particulière, et c’est déjà beaucoup chez Proust. Mais à travers la variété et la récurrence des tours, il m’a semblé qu’une analyse plus profonde s’imposait, qui mettrait en relation ce fait de style avec le psychisme particulier à l’œuvre dans la représentation de l’impression4. Ainsi mon analyse est-elle passée de l’analyse de l’effet de langue littéraire, de la prose artiste qui m’est immédiatement lisible, à l’analyse d’un fait de « vision » au sens où Proust lui-même l’entendait en nous disant que le style est une question « non de technique mais de vision » ; cela m’a ainsi prouvé que le style est, comme le disait Guillaume du fait linguistique, à la fois visible et caché.

  • 5 Bally Ch., Le Langage et la vie, Genève, Droz, 1925, p. 61.
  • 6 Cahné P., art. cit., p. 122.

5Quelle discipline serait plus concernée par ce problème de visibilité du fait que la stylistique ? Cela touche à la fois son objet d’étude et sa méthode ; aujourd’hui nous savons ne pas restreindre nos analyses à une stylistique de l’effet, tout comme on ne restreint pas le fait de style à sa seule lisibilité. La question de la visibilité du fait n’est pas neuve en stylistique. Déjà Charles Bally, dans Le Langage et la vie, nous invitait à « mettre à nu les germes du style5 » nous suggérant par là que le style affleure dans le système linguistique en deçà des réalisations particulières que nous lisons dans les textes. Plus tard, les études de style de Léo Spitzer qui reposent sur le recoupement des faits de style en un étymon d’auteur, un noyau de sens dont les faits de style sont les manifestations, rendaient caduque la définition du fait de style comme une structure lisible du texte, et appelaient à la transversalité. Il n’est pas étonnant de pouvoir replacer les propositions de linguistique psychomécanique parmi ces théories stylistiques. C’est le propre d’une époque et d’une conception moniste du langage6. En proposant une nouvelle lecture du « fait » linguistique, Gustave Guillaume reproche notamment à la linguistique saussurienne de restreindre l’objet linguistique au constatable :

Je crois qu’il s’en faut de beaucoup, non pas en linguistique seulement mais en tous les domaines de science que le réel se borne au constatable : à ce qui tombe sous le coup de l’observation directe. Le réel s’étend fort au-delà, immensément au-delà. (Leçon du 21 mars 1946 série B)

  • 7 Guillaume G., Prolégomènes à la linguistique structurale, Québec, Presses de l’université de Laval (...)

6Et il s’attache par ailleurs à démontrer que ce qui nous est immédiatement connu par notre pratique de locuteur, notre conscience linguistique, voire notre connaissance de la grammaire, n’est en réalité qu’un fait de surface. Ainsi toute structure du système linguistique est susceptible d’être analysée à un niveau substructurel, en deçà des faits qui nous sont perceptibles. Le meilleur exemple en est le système des parties du discours. Si nous avons accès dans notre langage à ce système de parties du discours, et sommes capables d’établir des choix et de mettre en ordre dans nos énoncés ces différentes parties, c’est parce qu’elles sont le reflet d’un système profond, non immédiat, qui sépare l’espace et le temps et repose sur le mécanisme d’incidence7.

7Les travaux de Pierre Cahné ont, ces dernières années, mis au jour le prolongement critique des thèses guillaumiennes sur cette nature invisible du fait.

L’idée que le signifié de langue n’est jamais directement repérable parmi les signifiés de discours identifiés par l’analyse est une thèse qui ne peut laisser indifférent le stylisticien à l’écoute des signes pertinents qui font une œuvre littéraire. (Cahné, 2005, p. 22)

  • 8 On gagera que Guillaume, derrière le concept de discours, ne nie pas la singularité d’emploi de la (...)

8Ce qui est très fécond pour le stylisticien dans la théorie guillaumienne est précisément ce qui l’en distingue de la linguistique saussurienne : la transposition de la binarité langue/parole en un mécanisme dynamique, ayant pour point d’origine la langue et pour aboutissement le discours8. Notons que le passage de la langue au discours n’est pas horizontalement orienté, mais verticalement ; il correspond au passage d’une profondeur linguistique en latence jusqu’au discours. À partir de là, il est un sens linguistique, structurel, dont le sens discursif est une occurrence. Autrement dit, la langue véhicule un sens dont le discours est le médiateur. Ce sens de la langue est appelé par Guillaume « signifié de langue » et appartient aux faits de type « caché » ; quant au discours, il est porteur du « signifié de discours », marqué par la singularité et la variation.

Fait de style et rapport structuré/structurant

  • 9 Je voudrais mentionner ici un ouvrage stylistique, déjà fortement daté, mais qui emploie le terme (...)
  • 10 Cahné P., art. cit., p. 123.

9Aussi, quand il est question d’identifier le fait de style, je me situe en tant que lecteur du côté du signifié de discours ; quand il est question de comprendre son sens en recourant à la transversalité de l’œuvre, du genre, de l’auteur, je me situe du côté du signifié de langue, vers lequel les faits convergent. La « convergence » est la notion employée par Pierre Cahné9 pour expliquer l’unité de sens qui unit la variété des stylèmes. Elle fonctionne comme un principe linguistique guillaumien : dynamique, multidimensionnel, facilement modélisable en schéma, en nous démontrant que le style et le fait de style sont des faits en interaction. C’est, pour aller plus loin, un schème que j’oserais nommer à la manière de Guillaume « substylistique », une « forme sous-jacente10 » propre au fonctionnement du style. Schème invisible, mais noyau unifié qui fait sens au sein d’un ensemble plus vaste. Cette convergence des faits de style vers ce que Pierre Cahné nomme dans la terminologie guillaumienne le « signifié d’effet » met au jour un schéma constructeur du discours littéraire : le style, ou signifié d’effet, s’avère être l’élément structurant dont le fait de style est l’élément structuré. La méthode psychomécanique apporte ainsi un nouvel éclairage sur le fait de style. Une microstructure identifiable du discours littéraire ne peut être fait de style que si elle s’inscrit dans une plus vaste structure au sein de laquelle elle fait sens, le style :

  • 11 Ibid.

Constitué de l’harmonie interne créée par cette convergence à la fois immédiatement invisible et médiatement identifiée par le travail du lecteur11.

  • 12 Adam J.-M., « Style et fait de style, un exemple rimbaldien », art. cit., p. 20.

10Aussi lorsque Jean-Michel Adam12 définit le style et le fait de style en ces termes :

Le style et le fait de style sont des faits de texture, c’est-à-dire des phénomènes linguistiques identifiables à un niveau microstructurel.

11il me semble qu’il y a bien deux niveaux textuels : le fait de style apparaît, à un premier niveau, dans les microstructures du texte, il est donc un fait du discours littéraire dont les récurrences et les échos forment effectivement une « texture » ; à un second niveau, le style se recompose de ces éléments discursifs signifiants et forme une texture profonde.

Du fait de langue au fait de discours. Positions guillaumiennes

Le fait de langue : le mot

  • 13 Jenny L., La Parole singulière, Belin, 2009, p. 26-27.
  • 14 Je reprends l’emploi du terme « scandale » tel qu’il est usité par Buchet-Rogers N., in « Proust, (...)
  • 15 Voir également « La langue fait partie intégrante de ma vie mentale », Guillaume G., Leçons de lin (...)
  • 16 Ibid., p. 12.
  • 17 Compagnon A., Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Le Seuil, 1998, p. 195-230.
  • 18 Bougault L., « La théorie des parties du discours de Gustave Guillaume et son application dans l’a (...)
  • 19 « Pour Ferdinand de Saussure, la langue est un système d’oppositions. Or d’après nos vues, l’oppos (...)

12Comme l’a montré Laurent Jenny13 en décrivant la crise engendrée par le syntagme « une terrasse en printemps », le fait de style s’impose au lecteur par une forme ou un sens qui le différencient de l’usage habituel. Ce phénomène que nous nommons « écart » sollicite notre connaissance de la langue. Dans le discours, le fait de style est un scandale au sens étymologique du terme : il fait « buter14 » la lecture en éveillant cette « possession permanente de notre esprit15 » qu’est la langue16. Nous ne reprendrons pas ici les différentes théories de l’« écart » qui parcourent l’histoire de la stylistique17 donnant au fait de langue une portée normative, et définissant le fait de style négativement, comme un fait agrammatical qui irait contre le fait de langue. Le fait de langue s’apparente alors à « une norme linguistique elle-même problématique renvoyant à l’univers des valeurs affleurant dans les grammaires du “bon usage”18 ». Or, la psychomécanique du langage, qui privilégie les positions contre les oppositions19, part de ce principe que la langue et le discours ne s’opposent pas mais sont complémentaires dans la genèse du langage. De là découle une définition du fait de langue éloignée des conceptions normatives.

  • 20 Notamment Leçon du 10 décembre 1948 série C.

13Pour comprendre ce qu’est le fait de langue en psychomécanique, il nous faut d’abord présenter les procès linguistiques dans lesquels il prend position avec le fait de discours. Il nous faut revenir à la genèse du langage dans la pensée ; c’est-à-dire, revenir à ce qui fait passer d’un état de « possession permanente20 » du « système » qu’est la langue, à l’expression et au discours. Ce mécanisme psychique qui embrasse pensée et langage dans la tradition de la conception moniste est le procès de langage. Celui-ci englobe le choix linguistique, la structuration de la pensée et la construction du discours en vue de l’extériorisation de la pensée. Il se clôt sur l’acte de langage qui est la part discursive du procès. Le fait de langue est donc le point de départ de ce mécanisme de langage. La langue « est un système construit en pensée » et son fait, c’est-à-dire ce qu’elle accomplit, s’achève à l’unité minimale de cette construction qu’est le mot :

  • 21 Laurence Bougault a souligné l’intérêt, peut-être encore insoupçonné, de la psychomécanique pour l (...)

Le fait de langue a son aboutissant au mot. Il occupe ainsi dans la pensée un champ de formation qui est celui de la construction du mot21.

14Or Guillaume glisse à plusieurs reprises, lors de ses leçons, vers cette notion d’écart stylistique, forcé de constater que, dans nos énoncés les plus communs déjà, et à plus forte raison dans le discours littéraire, le discours s’éloigne des structures prévues par le système de la langue. Cela se produit lors de l’analyse des phénomènes de discordance entre la langue et le discours, exemples parmi lesquels on peut lire des passages littéraires.

  • 22 En majuscules dans la citation faite par Guillaume.

La stylistique, l’art d’écrire, tire parti de la possibilité que l’on a de faire concorder ou discorder les deux ordres de positions [de langue et de discours]. Quand Racine écrit : PLEURANTE22 après son char, c’est mû par le sentiment que la position de discours doit l’emporter, pour la beauté sur celle de langue. Et quand l’Académie n’accepte pas ce genre d’emploi, c’est que pour elle la position de langue doit l’emporter sans critique espèce, sur la position de discours. (Leçon du 7 février 1946 série A)

  • 23 Ces propositions sont schématisées par Guillaume. Nous en donnons ici une version « expliquée ». L (...)
  • 24 Bougault L., art. cit., p. 307.
  • 25 Badiou-Monferran C., « Hypothèses sur les emplois “intempestifs” de l’anaphore démonstrative dans (...)

15À cela, la psychomécanique apporte deux réponses : la permission de langue et l’indépendance de la langue. Guillaume reconnaît dans le fait de langue deux constantes : l’institution qui verse du côté normatif, et la permission qui inclut dans le système linguistique les particularités discursives. En effet, Guillaume décrit deux volets du fait de langue23 : le fait de langue est formé, d’une part, d’un « institué », c’est-à-dire d’un système et de « permissions intra-normatives (de simple expression) » qui sont l’utilisation du système dans le discours ; le fait de langue se compose, d’autre part, de ce même institué et de « permissions extra-normatives (d’expressivité) ». C’est dire finalement que toute discordance apparente du discours vis-à-vis du fait de langue n’est autre que permise par celui-ci. « Rien ne sort de la langue24 » y compris le fait de style qui « exploite en l’esthétisant l’une des potentialités de la langue25 ».

16Guillaume propose par ailleurs une explication d’ordre diachronique d’après laquelle l’évolution linguistique a créé une forme de scission entre le fait de langue et le fait de discours, scission qui n’entame pas la continuité, mais qui se manifeste, schématiquement, par la présence de ce que Guillaume nomme « vide » entre le fait de langue et le fait de discours.

L’indépendance du fait de langue par rapport au fait de discours n’a cessé de grandir ; et dans les langues qui nous sont les plus familières, le fait de langue est une chose et le fait de discours une autre, des phénomènes ont lieu dans la langue que le discours ignore, et dont il se borne à avoir le bénéfice. C’est dans la langue et par des voies qui lui sont propres que les systèmes se définissent et acquièrent leur admirable perfection. Le discours, lui, ne fait que se servir, une à une, des formes que les systèmes intègrent. (Leçon du 4 avril 1946 série B)

  • 26 Nous appelons ainsi les structures morpho-syntaxiques et sémantiques mises en évidence par les des (...)

17La curiosité du stylisticien ne peut être que piquée au vif par ces concepts de « vide » et « d’indépendance » qui évoquent la notion d’écart sur laquelle se sont fondées les premières définitions du fait de style. Mais il faut bien entendre que ce critère n’est pas réversible et que l’indépendance va du fait de langue au fait de discours, et non pas le contraire. Cela dit, le vide qui sépare le fait de langue du fait de discours suggère que l’écart n’est pas le propre du fait de style, mais de tout type de discours. Ainsi risque-t-on, si l’on ne tient pas compte de ce vide constitutif de tout procès de langage, et donc au départ de tout discours, de prendre pour un fait de style ce qui n’est qu’un fait de discours, ou de voir une discordance vis-à-vis d’un fait de langue, là où la discordance n’est que vis-à-vis d’un fait de grammaire26.

Du fait de discours au fait de style

Faits de discours et faits de style, éléments de rapprochement et de distinction

18Le fait de discours clôt à la fois le procès de langage et l’acte de langage, c’est-à-dire l’acte d’expression de la pensée. C’est par le discours que Guillaume remplace la notion saussurienne de parole, en élargissant la particularisation dès l’infradiscursif. Comme pour le couple langue / fait de langue, le couple discours / fait de discours, ne recouvre pas exactement une relation de tout à occurrence.

Le fait de discours, qui a son départ au mot, a son aboutissant à la phrase. Il occupe, en conséquence, un champ de formation qui est celui de la construction de phrase. (Leçon du 15 mars 1948 série A).

19L’aboutissement du fait de discours est donc la phrase, appelée « unité d’effet » dans la terminologie de Guillaume, que l’on rapprochera du signifié d’effet ou signifié de discours, correspondant au sens véhiculé par le discours et on retrouve en filigrane les thèses de la synonymie dans le langage :

En thèse générale, on peut poser que les hommes disent les mêmes choses en partant de moyens différents, d’une systématique différente des moyens d’expression. Ce sont les moyens d’expression qui, dans le langage sont en perpétuelle réfection ; non pas les buts que se propose l’expression. (Leçon du 22 novembre 1945)

20Thèse que Guillaume étend d’ailleurs à l’écriture littéraire, non sans une certaine ironie, et quitte à refuser à ce type de discours sa spécificité.

Les faits de discours ne comportent pas de limitation. On peut en inventer de nouveaux indéfiniment. N’est-ce pas ce que fait la littérature ? D’un point de vue étroitement formel, mais exact, elle n’est pas autre chose que le renouvellement habile du fait de discours. (Leçon du 15 mars 1948 série A)

21Ainsi Guillaume met-il sur le même plan le fait de discours et le fait de style littéraire en concédant au style la technique, l’habileté. De même, il inclut le fait de style parmi les faits de discours marqués par la singularité de la « manière », et suggère-t-il ainsi que le style est un travail qui porte l’unité d’effet. Or, il est un point sur lequel, sauf erreur de notre part, Guillaume ne se prononce pas et qui pourtant cristallise la différence du fait de style et du fait de discours : il s’agit de la temporalité. On trouve deux types de temporalité dans le discours, la temporalité de sa construction et celle de sa réception. Face à la langue dont on a vu qu’elle était latente et permanente, le fait de discours est caractérisé par une temporalité momentanée. Cette temporalité du fait de discours est due à celle de son unité, la phrase, dont le sens s’exprime dans :

Une fusion quasi parfaite des éléments constitutifs au moment où il lui faut déclarer sa signification globale.

22Puis :

La phrase se rompt, se morcelle en ses éléments constitutifs qui redescendent dans la pensée. (Leçon du 23 mai 1946)

  • 27 Adam J.-M., « Le style dans la langue et dans les textes », art. cit., 1994, p. 29.
  • 28 Nous parlons ici de la temporalité de la réception, mais l’itérativité du fait s’applique aussi à (...)

23C’est en cela que le fait de style se distingue bien du fait de discours défini en linguistique générale. En effet, en tant que discours, le texte littéraire a la particularité d’être, premièrement, « irréductible à un ensemble de phrases27 » et corrélativement, de n’être ni éphémère, ni momentané. Notre travail de lecteur et de stylisticien repose sur la circulation du fait de style dans l’œuvre et met en évidence le lien qui l’unit avec les autres faits de style pour former l’unité de sens dont nous avons évoqué le système en première partie. De même, si le fait de style est le scandale de forme et de sens que nous avons évoqué précédemment, il nous est cependant possible d’y revenir à notre gré jusqu’à ne plus buter contre la forme et le sens, et cela tient à l’objet texte en soi. Le fait de style n’est pas conduit à la dislocation inhérente à toute fin de discours, toute fin de phrase, mais il est potentiellement itératif28.

L’identification du fait de style. Exemple de l’œuvre de Claudie Gallay

24Ainsi, ce que nous appelons fait de langue recouvre dans bien des cas un fait de grammaire qui décrit les emplois du discours. Et en comparant le fait de style au fait de langue, ce n’est pas au système qu’on le rapporte, mais aux emplois connus du discours. Et Étienne Karabétian, le suggère en remarquant que :

  • 29 Karabétian É., « Langue de style et style de langue : une question de frontière », Bougault L. et (...)

La frontière entre faits de langue et faits de style est éminemment poreuse. Cette frontière est sans cesse franchie par les nouveaux stylisticiens au profit des faits de style. Nous considérons au contraire et a minima que ce que l’on appelle fait de style n’est, le plus souvent, qu’un fait de langue ou de discours mettant en œuvre le rendement expressif de la langue29.

25Je propose d’illustrer ce retournement du couple fait de langue / fait de style en fait de discours / fait de style à partir d’une esquisse d’analyse d’un auteur contemporain : Claudie Gallay. Je présente ci-après des extraits de trois de ses romans Seule Venise, Les déferlantes, et L’Amour est une île. Cette prose présente l’intérêt d’associer des faits de style touchant à la syntaxe phrastique mais également à la matérialité du texte.

26Voici quelques exemples de faits syntaxiques : Les phrases nominales :

  • 30 Gallay C., L’Amour est une île, Paris, Actes Sud, 2010, p. 182.

(1) Marie sort lentement de la maison. L’escalier, la rue30.

  • 31 Gallay C., Seule Venise, Paris, Actes Sud, 2006, p. 96.

(2) La radio est branchée. De la musique. Du classique31.

27Des ruptures syntaxiques fortes qui écourtent les phrases :

  • 32 Ibid., p. 154.

(3) Il tend la main. Prend le livre32.

28ou rompent des groupes syntaxiques qui devraient être solidaires :

  • 33 L’Amour est une île, op. cit., p. 174.

(4) Dans l’un des livres, Marie reconnaît la façade, les loges, dans un autre, la scène, la salle. Odon Schnadel sur le pas de la porte33.

  • 34 Gallay C., Les Déferlantes, Paris, Éditions du Rouergue, 2008, p. 282.

(5) Les deux mâles le suivaient. Ils marchaient, côte à côte. Presque flanc contre flanc34.

  • 35 Notamment p. 57 ; 120 ; 228.
  • 36 Notamment p. 37 ; 47 ; 164.

29J’ajouterai ce fait qui touche à la matérialité textuelle : la récurrence de chapitres courts, d’une quinzaine de lignes, signalés par des blancs typographiques, surtout dans l’Amour est une île35 et Seule Venise36. Les stylèmes pour lesquels nous proposons des exemples sont corrélés : puisque la coupure de phrase est précoce, elle entraîne l’isolement d’un syntagme averbal qui forme une phrase averbale. À partir de là, et pour résumer les pistes d’analyse du fait de style que j’ai évoquées jusqu’à présent, je dégagerai trois volets pour l’identification du fait de style.

30Premièrement, si j’ai pu identifier ces faits comme des stylèmes, c’est parce qu’ils se sont signalés à moi par leur forme. Est-ce à dire qu’ils sont agrammaticaux ? Quoiqu’ils se démarquent de la structure phrastique de base qui met dans un ordre certain les parties du discours, ils ne font qu’employer une structure possible dans la langue : la phrase averbale. Aussi, n’est-ce pas par rapport au fait de langue que se distinguent ces faits, mais par rapport au fait de discours. Deuxièmement, la circulation et la récurrence de ces stylèmes à travers l’œuvre de Claudie Gallay permet de les identifier comme des faits de style. Il n’y a pas de fait de style seul, et c’est ce que j’ai cherché à rappeler en première partie. Il me semble que ces faits convergent – au sens où Pierre Cahné emploie le terme convergence – vers une forme linguistique de l’isolement : isolement syntaxique, matériel pour les chapitres, et rejoignent cette même thématique qui parcourt l’œuvre de Claudie Gallay, et y évolue, évoquée d’ailleurs par les titres des œuvres : « Seule », « Île ». Troisièmement, ces faits de style s’étendent à toute la matérialité du discours littéraire, puisqu’on trouve leur trace dans l’ordonnancement des œuvres en chapitres plus ou moins courts et isolés. Nous pouvons donc élargir les perspectives d’identification du fait de style, et sortir de la binarité fait de style / fait de langue.

Conclusion

31Guillaume s’est plu à citer Meillet qui « disait plaisamment : qu’est-ce qu’un littérateur ? C’est un homme qui a découvert une manière originale de ranger des mots » ; mais derrière cette ironie à l’égard du travail d’écrivain qui semble lui nier ses particularités, il y a, je crois, le signe qu’il ne faut pas négliger de rapporter le fait de style au fait de discours en fondant nos identifications sur le fait de langue. Si, comme l’a exposé notre première partie, le fait de style fonctionne avec le style comme un système particulier, il est, ainsi que tout fait de discours, permis par le fait de langue. La psychomécanique nous montre que le fait de langue est beaucoup plus ouvert à l’égard du discours que ce qu’ont pu exposer les théories stylistiques sur le fait de style et le fait de langue. Celui-ci est, dans la description guillaumienne du langage, permissif, c’est ce que j’ai montré en deuxième partie. Ainsi, nous avons pu remarquer que l’agrammaticalité du fait de style n’était pas toujours un critère d’identification valable et que le fait de style pouvait également être rapporté au fait de discours. Ce retournement illustre finalement très bien ce que la psychomécanique du langage peut apporter à la compréhension du fait de style : en reprenant les thèses de Guillaume, nous avons pu dépasser la binarité fait de langue / fait de style, pour établir une tripartition fait de langue / fait de discours / fait de style.

Notes

1 « Le style et le fait de style ne sont pas les ornements d’une pensée, mais la matière d’un tout de sens qu’est l’œuvre. » (Adam J.-M., « Style et fait de style, un exemple rimbaldien », Molinié G. et Cahné P., Qu’est-ce que le style ?, Paris, PUF, 1994, p. 29.)

2 Proust M., À la Recherche du Temps Perdu, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Tadié J.-Y. (éd.), 4 volumes. Ici extrait du Temps Retrouvé, vol. 4, p. 621.

3 Op. cit., Sodome et Gomorrhe, vol. 3, p. 20.

4 Pierre Cahné a aussi analysé les « séries adjectivales hétérogènes sur le plan sémantique » dans une démarche semblable mais en les rapportant à d’autres types de faits. (Cahné P., « Linguistique et critique littéraire : psychomécanique et analyse stylistique », Soutet O. [dir.], La Langue au prisme de la psychomécanique du langage, Langue française, 2005, p. 122-123).

5 Bally Ch., Le Langage et la vie, Genève, Droz, 1925, p. 61.

6 Cahné P., art. cit., p. 122.

7 Guillaume G., Prolégomènes à la linguistique structurale, Québec, Presses de l’université de Laval, 2 vol. , 1956, p. 49-56.

8 On gagera que Guillaume, derrière le concept de discours, ne nie pas la singularité d’emploi de la parole, mais son propos se situe en deçà : ce qui intéresse le psychomécanicien, c’est le processus qui fait passer de la langue à son emploi discursif.

9 Je voudrais mentionner ici un ouvrage stylistique, déjà fortement daté, mais qui emploie le terme de convergence dans un dessein stylistique : Louria Y., La Convergence stylistique chez Proust, Genève, Droz, 1957.

10 Cahné P., art. cit., p. 123.

11 Ibid.

12 Adam J.-M., « Style et fait de style, un exemple rimbaldien », art. cit., p. 20.

13 Jenny L., La Parole singulière, Belin, 2009, p. 26-27.

14 Je reprends l’emploi du terme « scandale » tel qu’il est usité par Buchet-Rogers N., in « Proust, hypotexte de théories linguistiques ou passé/pavés glissants : le scandale de la métaphore chez Proust », BIP, no 49, 1999, p. 147-165.

15 Voir également « La langue fait partie intégrante de ma vie mentale », Guillaume G., Leçons de linguistique 1945-1946 série B. Faits de langue et faits de discours, Québec, Presses de l’université de Laval, 2008, p. 5.

16 Ibid., p. 12.

17 Compagnon A., Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Le Seuil, 1998, p. 195-230.

18 Bougault L., « La théorie des parties du discours de Gustave Guillaume et son application dans l’approche stylistique de l’hermétisme poétique », Lowe R. (dir.), Actes du IXe colloque de l’Association internationale de psychomécanique du langage, Québec, université de Laval, 2002, p. 305.

19 « Pour Ferdinand de Saussure, la langue est un système d’oppositions. Or d’après nos vues, l’opposition appartient au discours […]. Dans la langue, on a affaire à des positions. »

20 Notamment Leçon du 10 décembre 1948 série C.

21 Laurence Bougault a souligné l’intérêt, peut-être encore insoupçonné, de la psychomécanique pour l’analyse stylistique en notant que la linguistique guillaumienne a l’avantage « de réfléchir en premier lieu non sur le phonème ou le lexème, mais sur le mot contrairement à certaines écoles linguistiques » (Bougault L., art. cit., p. 306).

22 En majuscules dans la citation faite par Guillaume.

23 Ces propositions sont schématisées par Guillaume. Nous en donnons ici une version « expliquée ». Leçon du 7 mai 1948 série C.

24 Bougault L., art. cit., p. 307.

25 Badiou-Monferran C., « Hypothèses sur les emplois “intempestifs” de l’anaphore démonstrative dans un corpus de nouvelles galantes (1660-1680) », Badiou-Monferran C., Calas F., Piat J., Reggiani Ch. (dir.), 2005, p. 188.

26 Nous appelons ainsi les structures morpho-syntaxiques et sémantiques mises en évidence par les descriptions grammaticales de la langue, à visée normative.

27 Adam J.-M., « Le style dans la langue et dans les textes », art. cit., 1994, p. 29.

28 Nous parlons ici de la temporalité de la réception, mais l’itérativité du fait s’applique aussi à l’acte de d’écriture.

29 Karabétian É., « Langue de style et style de langue : une question de frontière », Bougault L. et Wulf J. (dir.), Stylistiques ?, PUR, 2010, p. 70.

30 Gallay C., L’Amour est une île, Paris, Actes Sud, 2010, p. 182.

31 Gallay C., Seule Venise, Paris, Actes Sud, 2006, p. 96.

32 Ibid., p. 154.

33 L’Amour est une île, op. cit., p. 174.

34 Gallay C., Les Déferlantes, Paris, Éditions du Rouergue, 2008, p. 282.

35 Notamment p. 57 ; 120 ; 228.

36 Notamment p. 37 ; 47 ; 164.

Auteur

Agrégée de grammaire, rédige actuellement une thèse de stylistique sous la direction d’Olivier Soutet, intitulée « Les séries d’adjectifs dans À la Recherche du Temps Perdu. » Membre de l’équipe STIH de Paris 4, ses recherches s’orientent vers la grammaire de la langue française et l’application de la psychomécanique du langage au texte littéraire. Elle enseigne les lettres classiques au collège Maxence Van der Meersch de Roubaix.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540