Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Deuxième partie. Le duc – Les rois

Les ducs, l’argent, les hommes ? Observations sur la date présumée du chevet rayonnant de la cathédrale Saint-Corentin de Quimper (1239)

Yves Gallet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 R.-F. Le Men, Monographie de la cathédrale de Quimper (xiiie-xve siècle), Quimper, 1877.
  • 2 Ibid., p. 359-360.
  • 3 Ibid., p. 78 et 236.

1En reprenant comme un clin d’œil amical le sous-titre du maître ouvrage du dédicataire de ces Mélanges, en y ajoutant un point d’interrogation aussi, je voudrais revenir sur la date présumée à laquelle s’ouvrit la reconstruction, dans le style du gothique rayonnant, du chevet de la cathédrale de Quimper (fig. 1). Il est en effet depuis longtemps admis que le chantier aurait débuté vers 1239-1240 et qu’il signerait à cette date l’apparition en Bretagne de ce style qui venait d’être inventé quelques années plus tôt en Île-de-France (Saint-Denis, 1231). C’est l’archiviste départemental René-François Le Men qui, dans sa Monographie de la cathédrale de Quimper (1877)1, a le premier suggéré une date aussi précoce, dans un système qui repose pour l’essentiel sur trois éléments. Un texte, d’abord, daté de 1239, par lequel l’évêque de Cornouaille Rainaud (1219-1245) accordait à la fabrique, pour les travaux de la cathédrale, les annates de toutes les églises du diocèse à sa collation. Une tombe, ensuite, qui se trouvait dans l’un des enfeux de la travée axiale du déambulatoire et que R.-F. Le Men identifiait comme étant celle de l’évêque Rainaud. Un postulat, enfin : celui selon lequel un chevet gothique à déambulatoire et chapelles rayonnantes comme celui de la cathédrale quimpéroise (fig. 2) ne pouvait être l’œuvre que d’un évêque originaire d’Île-de-France (au sens large du terme) – un cas qui, dans l’histoire de l’épiscopat de Cornouaille au xiiie siècle, ne se présente qu’une fois, avec l’évêque Rainaud, un proche du duc Pierre Mauclerc, que les textes qualifient de « Français d’origine » (de genere francus ou gallicus, 1219)2. Le duc, l’argent, les hommes : R.-F. Le Men en concluait que Rainaud, familier des grandes entreprises architecturales lancées autour de Paris dans les premières décennies du siècle et imposé à la tête du diocèse de Cornouaille par le nouveau maître du duché de Bretagne, avait conçu le plan du chevet rayonnant, financé le début des travaux, et avait été inhumé dans l’édifice dont il avait assuré la construction : celui-ci devait donc avoir été mis en chantier aux alentours de 1240, c’est-à-dire immédiatement après la donation de 1239 et de toute façon avant la mort du prélat, en 12453.

Fig. 1. – Quimper, cathédrale Saint-Corentin : vue intérieure du chevet (cl. Y. Gallet).

Fig. 1. – Quimper, cathédrale Saint-Corentin : vue intérieure du chevet (cl. Y. Gallet).
  • 4 Voici en quels termes Roger Barrié présentait encore l’ouvrage en 1987 : « Il faut saluer tout par (...)
  • 5 H. Waquet, « Quimper. Cathédrale », Congrès archéologique de France, 1914, p. 221-250, p. 221 ; L. (...)
  • 6 A.-Y. Bourgès, « À propos de la vita de saint Corentin », Bulletin de la Société archéologique du (...)
  • 7 A. Mussat, Arts et cultures de Bretagne : un millénaire, Paris, 1979, p. 59.

2L’accueil favorable réservé à cette monographie dès sa publication a durablement engagé les historiens de l’art à reprendre sans contrôle les affirmations de R.-F. Le Men4 : l’idée d’une ouverture précoce du chantier s’est rapidement imposée et presque tous les historiens de l’architecture ayant traité de la cathédrale s’y sont ralliés5, contribuant ainsi à installer le chevet de Quimper dans le rôle de plus ancien représentant du gothique rayonnant en Bretagne. Parfois même, l’analyse de R.-F. Le Men s’est vue amplifiée : associant la charte de 1239 à la réécriture de la vita de saint Corentin et à la tentative opérée par l’évêque Rainaud auprès des moines de Marmoutier pour récupérer une relique insigne – un bras – du patron de son diocèse, quelques auteurs ont vu dans l’ouverture des travaux une entreprise méditée dès l’arrivée du nouveau prélat, qui aurait mobilisé tous les moyens pour assurer le financement du chantier ; puis en insistant sur le rôle de l’évêque au sein de la chancellerie ducale et sur le caractère rayonnant, donc « français », du chevet, ils en sont venus à considérer le monument comme un témoignage supplémentaire de l’irruption du nouveau pouvoir dans la Cornouaille des années 12406. Rares sont ceux qui, estimant comme André Mussat la date de 1240 incompatible avec le style du monument, ont pris leurs distances avec la position de R.-F. Le Men, sans d’ailleurs en discuter l’argumentation dans le détail7.

Fig. 2. – Quimper, cathédrale : plan du chevet (Chaussepied, 1914).

Fig. 2. – Quimper, cathédrale : plan du chevet (Chaussepied, 1914).
  • 8 J. Kerhervé (dir.), Histoire de Quimper, Toulouse/Quimper, 1994.

3Aussi semble-t-il indispensable de reprendre aujourd’hui la question. Les présents Mélanges offrent une belle occasion pour ce faire, le cas de la cathédrale Saint-Corentin intéressant à la fois l’historiographie d’une ville chère à Jean Kerhervé8, l’enquête qu’il n’a cessé de conduire sur les réseaux de fidélité tissés autour du pouvoir ducal dans la Bretagne des xiiie-xve siècles, ainsi que la réflexion menée actuellement par les historiens de l’art gothique sur le processus de diffusion et de réception du style rayonnant hors des limites de l’Île-de-France.

4Bien qu’ils aient reçu une approbation quasi unanime, aucun des arguments avancés par R.-F. Le Men ne s’avère déterminant. Il en va ainsi de l’interprétation de la donation en faveur du chapitre consentie par l’évêque Rainaud en 1239, dont les termes recèlent bien des ambiguïtés. Suivant le texte, transcrit dans l’un des cartulaires du chapitre de Cornouaille conservés à la Bibliothèque nationale de France, l’évêque Rainaud, « touché de la pauvreté de l’église de Quimper, qui ne peut se réparer par ses propres ressources », accorda à la fabrique de la cathédrale, du consentement de son chapitre, le revenu d’une année de toutes les églises à sa collation qui viendraient à vaquer dans le diocèse, moins quarante jours de revenus pour l’Hôtel-Dieu de la ville :

  • 9 BnF, ms. lat. 9890, f° 4, et ms. lat. 9891, f° 2 v° ; publ. chanoine Peyron, Cartulaire de l’Églis (...)

« Noveritis quod nos, pensata paupertate Corisopitensis ecclesie, attendentes quod dicta ecclesia propriis facultatibus reparari non posset, fructus omnium ecclesiarum Corisopitensis dyocesis ad nostram collationem spectancium, in primo anno vacationis, ad opus fabrice dicte ecclesie, de communi consensu capituli nostri, concessimus et concedimus, intuitu caritatis, computatis tamen, in illo anno, fructibus quadraginta dierum quos hospitale de Kemper-Corentin debet percipere in ecclesiis supradictis. Et si de assensu nostro inter aliquas personas commutationem fieri contingerit, nulla ecclesiarum de quibus fiet commutatio habebitur pro vacante. Volumus eciam et statumus quod denarii de fructibus dictarum ecclesiarum percepti in alios usus non expendantur, nisi prius habito communi tractatu inter nos et totum capitulum Corisopitense. In cujus rei testimonium et ut hoc robur obtineat perpetue firmitatis, presentes litteras sigilli nostri et sigilli capituli nostri munimine duximus roborandas. Datum in octabas Assumptionis beate Marie virginis, anno domini M° CC° XXX° nono9. »

  • 10 Voir W. Schöller, Die rechtliche Organisation des Kirchenbaues im Mittelalter vornehmlich des Kath (...)
  • 11 Les mêmes réticences sont exprimées par P. Inquello.

5Si l’attribution « ad opus fabrice dicte ecclesie » de sommes destinées à la reparatio de l’église ne laisse guère de doutes sur la volonté affichée par l’évêque de rebâtir l’édifice, on peut s’interroger sur l’ampleur du projet. Certes, le terme de reparatio qualifie en général une reconstruction intégrale davantage qu’une simple restauration, et l’attribution d’annates à la fabrique d’une cathédrale est un type de financement qui, extra-ordinaire au sens strict du terme, paraît classiquement avoir été réservé à des travaux d’une certaine envergure10. Il est cependant difficile, en l’espèce, d’interpréter ce texte de 1239 comme le signe, voire le signal, d’une reconstruction du chevet tout entier, compte tenu de l’engagement tout relatif de l’évêque (il ne s’agit en rien d’une « donation » ou contribution directe du prélat), compte tenu aussi de ce que le texte révèle, en négatif, de l’extrême dénuement du chapitre. Les chanoines ne se fussent pas aventurés dans une entreprise d’aussi longue haleine sans une solide assise financière11. Or, combien d’argent frais la décision de l’évêque fit-elle effectivement rentrer dans les caisses de la fabrique dès l’année suivante ? L’absence de documents interdit certes d’en juger, mais il aurait pourtant fallu que bien des conditions se trouvent réunies pour que l’argent afflue : d’une part, que l’évêque soit collateur d’un grand nombre de bénéfices dans le diocèse ; d’autre part, que plusieurs de ces bénéfices viennent à vaquer ; et surtout – la suite du texte le précise explicitement –, que chacune de ces vacances soit due à une cause autre qu’une permutation ; enfin, que la conjonction de ces facteurs se produise sitôt la mesure promulguée. Rien n’assure que cela ait été le cas, et si la donation épiscopale de 1239 permet à bon droit de conclure que l’évêque avait l’intention de favoriser la reconstruction de tout ou partie de sa cathédrale, l’on ne saurait inférer que les sommes récoltées suffirent à compenser la pauvreté manifeste du chapitre, que les travaux débutèrent immédiatement et qu’ils avancèrent avec une rapidité telle qu’en 1245 déjà les murs du déambulatoire étaient sortis de terre. Il ne manque pas d’exemples, à commencer par celui de la cathédrale de Cologne sous l’épiscopat d’Engelbert Ier (1216-1225), où des projets de construction encouragés par des mesures de financement insuffisantes restèrent longtemps lettre morte.

6On ne peut donc être assuré que les travaux se soient ouverts dès 1239-1240. Il n’est pas plus certain qu’à sa mort en 1245 l’évêque Rainaud ait été inhumé dans l’enceinte du déambulatoire, plus précisément dans l’enfeu méridional de la travée axiale du déambulatoire.

  • 12 Sur le plan du manuscrit du chanoine de Boisbilly (Archives diocésaines Quimper, 8 L1), l’enfeu su (...)

7Cet argument, le second dans le système chronologique proposé par R.-F. Le Men, était d’un poids décisif car il permettait d’avancer la date de 1245 comme terminus ante quem pour l’enveloppe extérieure du chevet. Cependant, au xixe siècle déjà, la tradition historiographique quimpéroise localisait la tombe de l’évêque Rainaud non pas dans la cathédrale, mais au milieu du chœur de l’église des Cordeliers de Quimper, qui considéraient le prélat comme leur insigne bienfaiteur depuis qu’il avait favorisé leur installation dans la cité épiscopale. Quant à la tombe qu’abritait l’enfeu sud de la travée axiale du déambulatoire, les anciens historiens de la cathédrale, comme le chanoine de Boisbilly vers 1770 puis son neveu Aymar de Blois vers 1820, l’attribuaient bien à un certain Raynaldus, Raoul ou Reynaud, mais qu’ils plaçaient vers 1300-132012.

  • 13 Ibid., p. 78-83.
  • 14 C. Dutot, Le couvent des Cordeliers de Quimper (xiiie-xixe siècles), mémoire de maîtrise d’histoir (...)
  • 15 Aymar de Blois, cité par R.-F. Le Men, Monographie…, op. cit., p. 78, dit qu’il « pensait » que la (...)
  • 16 H. Waquet, « Quimper. Cathédrale », art. cit., p. 221-222 : « C’est un évêque d’origine française, (...)

8Aussi R.-F. Le Men produisit-il toute une argumentation pour ruiner la thèse traditionnelle relative à l’inhumation de l’évêque aux Cordeliers, tradition qui proviendrait d’une confusion tardive, et pour établir ensuite qu’aucun évêque du nom de Raynaldus n’avait siégé au début du xive siècle, que l’évêque était alors Alain Morel et qu’en conséquence cet enfeu du chevet ne pouvait qu’être celui de l’évêque Rainaud (1219-1245), seul évêque de Cornouaille à avoir porté ce prénom au cours de xiiie siècle13. Cependant, outre que le réexamen du dossier des Cordeliers démonte l’argument opposé par R.-F. Le Men14, aucun des historiens cités ne dit explicitement que c’était bien la tombe d’un évêque qu’abritait l’enfeu en question15, et il a fort bien pu s’agir de celle d’un chanoine, d’un dignitaire du chapitre, voire d’un laïc. L’identification de la tombe est donc impossible, et avec elle sa datation. Quelques auteurs comme H. Waquet en ont assez tôt fait la remarque, bien qu’ils n’en aient pas tiré toutes les conséquences et qu’ils soient demeurés fidèles à la thèse d’un chantier entrepris par l’évêque Rainaud16.

  • 17 Je résume ici une série d’observations développées dans la présentation de la cathédrale de Quimpe (...)

9Le dernier argument de R.-F. Le Men, suivant lequel l’évêque Rainaud serait à l’origine du parti architectural adopté pour le déambulatoire et les chapelles rayonnantes du chevet, n’est pas davantage concluant que les deux précédents. Personne n’a songé à contester qu’un tel parti, qui consiste à unifier sous une voûte commune ces deux espaces d’ordinaire distincts, dérive bien de modèles du domaine royal, à commencer par le chevet de Saint-Denis (1140-1144) ou celui de la cathédrale de Soissons (vers 1195-1212), qui ont ensuite engendré une nombreuse descendance, à Tournai, à Gand, à Lübeck, ou à Bayonne, à Oloron Sainte-Marie et à Uzeste. Mais pour qu’à Quimper ce parti relève de l’initiative de l’évêque Rainaud, encore faudrait-il que le déambulatoire et les chapelles rayonnantes appartiennent à la toute première campagne de construction du chevet. Il est aisé de démontrer que ce ne fut pas le cas17.

10Ainsi, dans la travée axiale du déambulatoire (fig. 3), les voûtes qui couvrent le déambulatoire et les chapelles ont été conçues en cohérence avec les supports engagés dans le mur d’enveloppe des chapelles. Du côté du rond-point, en revanche, elles retombent sur des piles qui ne semblent pas avoir été prévues pour elles : les colonnes qui composent les piles sont d’une mouluration épaisse, sans rapport avec la finesse des nervures, et certains fûts s’interrompent au-dessus du tailloir, sans recevoir aucune ogive. On doit en conclure que ces piles n’ont pas été érigées en vue du voûtement qui a finalement été réalisé, ce qui revient à dire que le voûtement actuel ne relève pas du parti adopté au moment de la construction des piles du rond-point.

Fig. 3. – Quimper, cathédrale : les piles du rond-point et la voûte d’ogives de la travée axiale du déambulatoire (cl. Y. Gallet).

Fig. 3. – Quimper, cathédrale : les piles du rond-point et la voûte d’ogives de la travée axiale du déambulatoire (cl. Y. Gallet).

11Qui plus est, ces piles résultent elles-mêmes d’un collage, les colonnes du côté du déambulatoire ayant été appliquées sur un noyau préexistant (fig. 4). Le collage se lit au joint vertical sur la base et à la légère modification de la modénature du socle. Les deux parties de la pile, de part et d’autre du collage, répondent à deux esthétiques distinctes : la plus récente privilégie les effets plastiques, avec des colonnettes de fort diamètre reliées par une ondulation très molle du noyau ; la plus ancienne, du côté du haut vaisseau, repose sur l’accentuation des effets graphiques et linéaires, proches de ceux que produirait une pile fasciculée : colonnettes minces et graciles gainant le noyau, séparées entre elles par des filets aux arêtes vives. Il y a donc eu, dans cette partie de l’édifice, un remaniement assez sensible.

Fig. 4. – Quimper, cathédrale : « collage » sur la pile sud de la travée axiale du déambulatoire (cl. Y. Gallet).

Fig. 4. – Quimper, cathédrale : « collage » sur la pile sud de la travée axiale du déambulatoire (cl. Y. Gallet).

12La remarque qui vient d’être faite pour les voûtes du déambulatoire par rapport aux piles du rond-point peut être répétée au sujet des travées droites du chœur. Il est manifeste que les piles du rond-point dans leur premier état ont été montées en même temps que toutes les arcades des travées droites : leur profil fasciculé répond précisément à la mouluration très riche des arcades. En revanche, ces mêmes arcades tranchent fortement sur les formes simples et sévères des piles cantonnées des travées droites (fig. 5). Ces dernières doivent donc relever d’une campagne de construction encore antérieure : en une ou plusieurs étapes intermédiaires (leurs bases sont différentes), ces piles ont été montées jusqu’au niveau des chapiteaux et laissées en attente.

Fig. 5. – Quimper, cathédrale : vue du déambulatoire, côté sud, en direction du transept (cl. Y. Gallet).

Fig. 5. – Quimper, cathédrale : vue du déambulatoire, côté sud, en direction du transept (cl. Y. Gallet).

13Une observation complémentaire peut être faite dans la première travée tournante du déambulatoire, côté sud, où l’arcade présente un tracé dissymétrique (fig. 6) qui fait conclure que la première pile fasciculée a été implantée légèrement à l’est de l’emplacement prévu initialement. Le changement dépasse donc la modification de modénature et fait penser à un remaniement profond, structurel, du plan de la partie tournante du chevet. Cette observation est corroborée par les transformations apportées au contrefort de cette chapelle, bien visibles dans la cour de l’évêché (fig. 7). En suivant le bandeau taluté du mur sud du chevet le long des travées droites jusqu’à la première chapelle rayonnante, on distingue un changement radical de parti : le bandeau taluté s’interrompt, le premier contrefort, très épais dans ses premières assises, s’amincit et son axe s’ouvre vers l’est, le second contrefort, d’une largeur disproportionnée, aveugle une partie des baies de la chapelle. Ces changements se comprennent si l’on admet que le premier contrefort était à l’origine prévu et dimensionné pour constituer la culée d’un arc-boutant, puis qu’il a été transformé en simple contrefort lorsqu’il fut décidé d’espacer davantage les piles du rond-point, décision qui entraîna également l’implantation d’une nouvelle culée plus loin vers l’est, en lieu et place du second contrefort.

Fig. 6. – Quimper, cathédrale : arcade de la première travée tournante du rond-point, vue du déambulatoire, côté sud (cl. Y. Gallet).

Fig. 6. – Quimper, cathédrale : arcade de la première travée tournante du rond-point, vue du déambulatoire, côté sud (cl. Y. Gallet).

Fig. 7. – Quimper, cathédrale : vue extérieure du chevet, depuis le sud-est (cl. Y. Gallet).

Fig. 7. – Quimper, cathédrale : vue extérieure du chevet, depuis le sud-est (cl. Y. Gallet).

14De tout ceci, on doit conclure à l’existence d’au moins quatre campagnes de construction, séparées par des changements de parti parfois assez francs : l’édification des piles des travées droites ; l’implantation des piles du rond-point, avec le montage des arcades des travées droites ; la reprise des piles axiales du rond-point, du côté du déambulatoire ; la construction du mur d’enveloppe des chapelles rayonnantes et le lancement des voûtes des travées tournantes du déambulatoire. Sans doute les travaux dans le détail de leur exécution furent-ils plus complexes encore car il faut tenir compte de l’édification de la chapelle d’axe, qui a peut-être constitué une phase autonome du chantier.

15L’étude archéologique du monument indique donc de manière incontestable que l’idée d’assembler sous une voûte commune le déambulatoire et les chapelles rayonnantes, dérivée dans son principe de Saint-Denis ou de Soissons, n’appartient pas aux premiers temps du chantier : elle n’apparaît qu’au cours de la quatrième ou cinquième campagne de construction du chevet, et par conséquent ne peut pas être portée à l’actif de l’évêque Rainaud.

  • 18 À Bayeux, le bras sud du transept est reconstruit dans un gothique qui doit au moins autant à la t (...)
  • 19 Ph. Petout, La cathédrale de Saint-Malo, de sa fondation à sa restauration, Saint-Malo, 1992, p. 1 (...)

16D’une façon plus générale d’ailleurs, l’affirmation de R.-F. Le Men selon laquelle seul un évêque originaire d’Île-de-France aurait pu concevoir le projet du chevet quimpérois ne mérite qu’un crédit tout à fait relatif. Si l’on a parfois pu lier, dans des cas bien documentés, la diffusion du gothique rayonnant au recrutement de prélats originaires d’Île-de-France et/ou proches du pouvoir royal, les contre-exemples comme Bayeux ou Strasbourg ne manquent pas18 : il serait donc aventuré d’ériger cette idée en système, sauf à s’exposer, comme ce fut le cas pour Robert Branner après la publication de son Court Style, à de sérieuses remises en cause. En Bretagne même, le cas de la cathédrale de Saint-Malo constitue un contre-exemple particulièrement éclairant, si la construction des parties hautes du chevet dans le style gothique rayonnant s’est bien amorcée sous l’épiscopat de Geoffroy de Pontual (1231-1255), un prélat qui ne paraît pas avoir eu d’attaches significatives avec l’Île-de-France ou le pouvoir royal, mais qui, en revanche, eut maille à partir avec le duc Pierre Mauclerc19.

17À l’examen, le système bâti par R.-F. Le Men autour de la personne de l’évêque Rainaud s’avère bien fragile : il n’est pas sûr que l’acte de 1239 se soit traduit par une augmentation immédiate et suffisante des revenus de la fabrique ; la tombe de l’évêque se trouvait au milieu du chœur de l’église des Cordeliers et ne peut donc pas servir de marqueur chronologique pour la construction du déambulatoire de la cathédrale ; enfin, la physionomie très particulière des chapelles rayonnantes, qui appelle la comparaison avec des édifices du domaine royal, n’apparaît qu’au cours d’un énième remaniement du parti architectural du chevet, sans rapport avec l’époque de l’évêque Rainaud.

  • 20 C’est la position tenue par J.-P. Dupuy, Le chœur de la cathédrale de Quimper…, op. cit., auteur e (...)
  • 21 E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, Paris, (...)
  • 22 F. Salet, « Saint-Urbain de Troyes », Congrès archéologique de France, 1955, p. 96-122.
  • 23 Cf. les profils de bases relevés par C. Bruzelius dans les travées occidentales de la nef de Saint (...)
  • 24 A.-C. Le Boulc’h, La cathédrale de Dol, Rennes, 1999, p. 150.
  • 25 A. Mussat, « Un monument clé : Notre-Dame de Guingamp », Mémoires de la Société d’histoire et d’ar (...)

18La seule manière de conserver une partie du système de R.-F. Le Men serait en définitive d’attribuer au début des années 1240 les parties les plus anciennes du chevet, c’est-à-dire non pas les chapelles rayonnantes mais les piles cantonnées des travées droites20. Mais bien qu’il s’agisse de piles dérivées du modèle chartrain et donc théoriquement possibles depuis 1194, le style du monument, dans ses détails, paraît difficilement compatible avec une date aussi précoce. Ainsi les bases des piles les plus anciennes, dans la quatrième travée (fig. 8), comportent-elles deux tores aplatis, mais sans la scotie intermédiaire qui caractérise les bases gothiques depuis le xiie siècle. Viollet-le-Duc faisait remonter cette simplification à la fin du xiiie siècle, en s’appuyant sur l’exemple de Saint-Urbain de Troyes21. Le phénomène est sans aucun doute plus précoce, puisque la date de la collégiale d’Urbain IV a été depuis lors ramenée aux années 1262-126622. Il n’en reste pas moins qu’en Île-de-France et dans les régions voisines, la disparition de la scotie n’est guère antérieure au milieu de la décennie 1240. Et encore cette évolution se manifeste-t-elle d’abord dans les triforiums, où la simplification de la modénature s’est produite plus rapidement qu’ailleurs23. Au rez-de-chaussée, les bases des piles conservent en général des profils à deux tores et scotie intermédiaire fermement marquée (par exemple à Sens, dans les parties de la cathédrale reconstruites après l’incendie de 1268, fig. 9) ; à la cathédrale de Dol, pour prendre un édifice de Bretagne récemment étudié, les bases du chevet (vers 1275-1302) présentent encore le même profil24. Il serait donc étonnant que les piles des travées droites du chœur de Quimper remontent aux années 1240. Et comme l’écrit A. Mussat, qui avait dans un premier temps souscrit aux vues de R.-F. Le Men, « il ne faut pas avoir beaucoup regardé les bases ou les chapiteaux du chœur quimpérois pour y voir l’œuvre de l’évêque Rainaud25 ».

Fig. 8. – Quimper, cathédrale : bases de la quatrième pile du chœur, cote sud (cl. Y. Gallet).

Fig. 8. – Quimper, cathédrale : bases de la quatrième pile du chœur, cote sud (cl. Y. Gallet).

Fig. 9. – Sens, cathédrale : pile de la première travée de la nef, après 1268 (cl. Y. Gallet).

Fig. 9. – Sens, cathédrale : pile de la première travée de la nef, après 1268 (cl. Y. Gallet).
  • 26 Je reprends volontiers ici l’expression de J. Kerhervé dans T. Daniel (dir.), Les vitraux de la ca (...)

19Ce n’est pas ici le lieu de proposer une nouvelle chronologie pour le début des travaux : ce travail implique une révision complète du corpus documentaire et conduirait à faire pour certains événements comme l’inhumation de l’évêque Hervé de Landeleau en 1261, celle de son successeur Yves Cabellic vers 1280 ou la pseudo « consécration » de 1287, le même examen critique que celui auquel nous venons de nous livrer. Contentons-nous de conclure que l’attribution du chantier à l’évêque Rainaud, telle qu’elle avait été proposée jadis par R.-F. Le Men, doit être considérée avec prudence, et que la cathédrale de Quimper au xiiie siècle n’est peut-être pas encore le « support monumental d’une propagande politique » qu’elle allait incontestablement devenir au xve siècle26.

  • 27 J.-P. Le Bihan et J.-F. Villard (dir.), Archéologie de Quimper. Matériaux pour servir l’histoire, (...)
  • 28 Ibid., p. 214.
  • 29 Ibid., p. 229. Les travaux semblent avoir eu lieu avant la disparition du duc Jean Ier le Roux en (...)
  • 30 J.-P. Le Bihan et J.-F. Villard, Archéologie…, op. cit., p. 44.
  • 31 Ibid., p. 215.
  • 32 Ibid., p. 47.
  • 33 Voir le cas parisien étudié par A. Erlande-Brandenburg, Notre-Dame de Paris, Paris, 1991, p. 43-48

20L’hypothèse d’une mise en route des travaux du chevet dans le dernier tiers du xiiie siècle, plus tardive mais plus conforme aux caractères stylistiques du monument, permet en revanche de replacer le chantier de la cathédrale dans un contexte urbain qui, comme l’ont montré les fouilles archéologiques de ces dernières décennies27, se renouvelle lui aussi fortement. Le vaste cimetière aménagé sur le flanc nord de la cathédrale et utilisé en continu depuis la seconde moitié du xie siècle, est fermé après les années 1270-128528. Vers la même époque, aux alentours de 1265-1280 peut-être, la ville est dotée d’une enceinte fortifiée29. Dans l’angle sud-est de la ville, le tracé de cette enceinte indique que sa construction est allée de pair avec le détournement du cours du Frout, petit affluent de rive droite de l’Odet, aujourd’hui canalisé et busé, mais qui s’écoulait initialement plus à l’ouest, à proximité des terrains à présent occupés par le chevet de la cathédrale (fig. 10)30. Nourri de la lecture de R.-F. Le Men et acquis à l’idée d’un chevet entrepris dès 1239, trop tôt donc pour avoir un lien avec les événements de la fin du siècle, Jean-Paul Le Bihan a cru pouvoir expliquer ces transformations de l’espace urbain par « l’annonce de l’énorme chantier de construction de la nef puis du transept » de la cathédrale31. Tout devient plus limpide si l’on admet que les travaux du chevet ont été lancés vers la fin du siècle seulement. On entrevoit dès lors un chantier gothique de grande envergure qui, pour dégager vers l’est les terrains nécessaires, a nécessité des travaux de dérivation du Frout puis de comblement, de viabilisation et de stabilisation des sols ainsi conquis, en même temps que s’élève une enceinte monumentale : même favorisés par une nouvelle régression du niveau de la mer et donc de la ria de l’Odet (de 1,25 à 1,50 m) du xiie jusqu’à la seconde moitié du xiiie siècle32, ces travaux restent d’une ampleur considérable pour l’époque. S’ils se sont accompagnés d’une réorganisation de l’espace correspondant à l’actuelle place Laënnec, sur le flanc nord de la cathédrale, nous serions en présence d’une entreprise de réaménagement concerté d’une partie au moins de la cité médiévale. Il s’agit d’une opération d’envergure, dont on trouve peu d’exemples au Moyen Âge33. Peut-être cette perspective, que les recherches à venir auront à explorer, vaut-elle de renoncer au système de R.-F. Le Men.

Fig. 10. – Le réseau hydrographique de Quimper (dessin Y. Gallet, d’après J.-P. Le Bihan, 2005). En grisé, le cours ancien du Frout.

Fig. 10. – Le réseau hydrographique de Quimper (dessin Y. Gallet, d’après J.-P. Le Bihan, 2005). En grisé, le cours ancien du Frout.

Notes

1 R.-F. Le Men, Monographie de la cathédrale de Quimper (xiiie-xve siècle), Quimper, 1877.

2 Ibid., p. 359-360.

3 Ibid., p. 78 et 236.

4 Voici en quels termes Roger Barrié présentait encore l’ouvrage en 1987 : « Il faut saluer tout particulièrement l’admirable travail de l’archiviste R.-F. Le Men, publié à Quimper en 1877, monographie qui révèle un savoir fécond, une intelligence pertinente et une modernité dans l’analyse archéologique… » (R. Barrié, « La construction de la cathédrale Saint-Corentin de Quimper », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, LXIV, 1987, p. 443-453, p. 443). La voix discordante d’Henri Waquet, qui, à l’occasion du Congrès archéologique de France en Cornouaille (1957), critiqua tardivement la monographie de R.-F. Le Men, expédiée en termes peu amènes et qualifiée de « fatras » (p. 266), n’a guere eu d’impact.

5 H. Waquet, « Quimper. Cathédrale », Congrès archéologique de France, 1914, p. 221-250, p. 221 ; L. Schürenberg, Die kirchliche Baukunst in Frankreich zwischen 1270 und 1380, Berlin, 1934, p. 67-68 ; H. Waquet, « Quimper », Congrès archéologique de France, 1957, p. 9-14, p. 9 ; R. Couffon et A. Le Bars, Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles, Quimper, 1959, rééd. 1988, p. 346 ; H. Waquet, Art breton, Grenoble, 1960, p. 37-38 et 81 ; P. Héliot, « Le chœur de la cathédrale de Tournai et l’architecture du xiiie siècle », Bulletin de l’Académie royale de Belgique (Classe des Beaux-Arts), 1963, p. 31-54, p. 34-35 ; id., « Triforiums et coursières dans les églises gothiques de Bretagne et de Normandie », Annales de Normandie, 1969, p. 115-154, p. 139 ; A. Mussat, « Naissance et épanouissement d’un art », Jean Delumeau (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, 1979, p. 218-250, p. 230 ; R. Barrié, « La construction… », art. cit., 1987, p. 445 ; J.-Ph. Dupuy, Le chœur de la cathédrale de Quimper : sa construction, sa place dans l’architecture gothique de Bretagne, mémoire de maîtrise d’histoire de l’art, université de Paris-Sorbonne (Paris IV), dir. Anne Prache, 1987-1988 ; D. Sandron, La cathédrale de Soissons, Paris, 1998, p. 229 ; N. Nussbaum, German Gothic Church Architecture, New Haven/Londres, 2000, p. 80 ; Ph. Bonnet, « Quimper », J.-M. Pérouse de Montclos (dir.), Bretagne. Dictionnaire – Guide du patrimoine, Paris, 2002, p. 375-383 ; id., La cathédrale de Quimper, La-Pierre-qui-Vire, 2003, p. 23-24 et p. 28 ; Françoise Gatouillat et Michel Hérold, Les vitraux de Bretagne, Corpus Vitrearum, France VII, Rennes, 2005, p. 172.

6 A.-Y. Bourgès, « À propos de la vita de saint Corentin », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CXXVII, 1998, p. 291-303 ; P. Bonnet, La cathédrale…, op. cit., p. 23-25.

7 A. Mussat, Arts et cultures de Bretagne : un millénaire, Paris, 1979, p. 59.

8 J. Kerhervé (dir.), Histoire de Quimper, Toulouse/Quimper, 1994.

9 BnF, ms. lat. 9890, f° 4, et ms. lat. 9891, f° 2 v° ; publ. chanoine Peyron, Cartulaire de l’Église de Quimper, Quimper, 1909, n° 50, p. 91-92, ou mieux, V. Roudaut-Adam, Réédition des cartulaires de l’église cathédrale Saint-Corentin de Quimper, mémoire de maîtrise d’histoire, dir. J. Kerhervé, université de Bretagne occidentale, Brest, 1995-1996, t. 1, n° 37.

10 Voir W. Schöller, Die rechtliche Organisation des Kirchenbaues im Mittelalter vornehmlich des Kathedralbaues, Cologne/Vienne, 1989, p. 243 sq., spécialement p. 270. Dans une étude inédite qu’elle a bien voulu m’autoriser à consulter, Pascale Inquello (La cathédrale Saint-Corentin de Quimper, voies de recherche, mémoire de DEA d’histoire de l’art, dir. A. Prache, université de Paris-Sorbonne [Paris IV], 1996, p. 20-21) se demande si cette attribution de revenus n’aurait pas ete une mesure valable pour la seule annee 1239-1240. Le texte specifi e bien qu’il s’agit des revenus de la premiere annee de vacance, « in primo anno vacacionis ».

11 Les mêmes réticences sont exprimées par P. Inquello.

12 Sur le plan du manuscrit du chanoine de Boisbilly (Archives diocésaines Quimper, 8 L1), l’enfeu sud de la travée axiale du déambulatoire est légendé « Raynaldus ». Pour Aymar de Blois : « Raynaldus […], Raoul ou Reynaud, 1300-1320. Son épitaphe, inscrite sur sa tombe, était singulière, mais je ne me la rappelle pas. Sa tombe n’offrait pas d’écusson, autant qu’il m’en souvient. C’était une pierre rase placée sous le vitrail à gauche en sortant, et au dehors de la chapelle de la Victoire » (extrait cite par R.-F. Le Men, Monographie…, op. cit., p. 78).

13 Ibid., p. 78-83.

14 C. Dutot, Le couvent des Cordeliers de Quimper (xiiie-xixe siècles), mémoire de maîtrise d’histoire, dir. J. Kerhervé, université de Bretagne occidentale, Brest, s. d., p. 18-27 notamment.

15 Aymar de Blois, cité par R.-F. Le Men, Monographie…, op. cit., p. 78, dit qu’il « pensait » que la tombe était celle d’un évêque : la nuance est notable.

16 H. Waquet, « Quimper. Cathédrale », art. cit., p. 221-222 : « C’est un évêque d’origine française, Rainaud (1219-1245), qui entreprit de reconstruire sa cathédrale dans le nouveau style. L’œuvre fut commencée, par le chœur, probablement en 1240. […] Le mur de la travée sud du déambulatoire voisine de la nouvelle chapelle [axiale] renfermait jadis dans son enfeu un tombeau que l’on a parfois regardé comme celui de Rainaud, mort en 1245 » et p. 231 : « Quant au pan coupé rattaché à la chapelle centrale, il constitue un des morceaux les plus anciens de la cathédrale, mais on a tort de croire que l’évêque Rainaud fut enterré là en 1245. »

17 Je résume ici une série d’observations développées dans la présentation de la cathédrale de Quimper au cours du Congrès archéologique de France en Finistère en juin 2007.

18 À Bayeux, le bras sud du transept est reconstruit dans un gothique qui doit au moins autant à la tradition normande qu’au rayonnant parisien, alors que le haut clergé est très fortement lié au pouvoir royal et à la région parisienne : l’évêque Odon ou Eudes de Lorris (1259-1274) se trouve mentionné, en octobre 1270, parmi les cinq plus proches conseillers du feu roi Louis IX (L. Carolus-Barré, Le procès de canonisation de saint Louis, 1272-1297. Essai de reconstitution, École française de Rome, vol. 195, 1894, p. 226 et 228). À Strasbourg, la nef de la cathédrale présente un exemple très pur du gothique rayonnant parisien, alors que les évêques du troisième quart du xiiie siècle – Henri de Stahleck (1245-1260), Walter de Hohen-Geroldseck (1261-1263), Henri de Geroldseck (1263-1273) – restent de recrutement local (Y. Gallet, « La nef de la cathédrale de Strasbourg, sa date et sa place dans l’architecture gothique rayonnante », Bulletin de la Société de la cathédrale de Strasbourg, XXV : Bulletin du Centenaire, 2002, p. 49-82 ; id., « Strasbourg, cathédrale. La nef », Congrès archéologique de France, 2004, p. 185-193).

19 Ph. Petout, La cathédrale de Saint-Malo, de sa fondation à sa restauration, Saint-Malo, 1992, p. 19-20.

20 C’est la position tenue par J.-P. Dupuy, Le chœur de la cathédrale de Quimper…, op. cit., auteur en 1987-1988 d’un beau mémoire de maîtrise sur le chevet de la cathédrale, et par plusieurs auteurs à sa suite (en dernier lieu : P. Bonnet, « Quimper », art. cit., p. 31).

21 E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, Paris, 1854-1868, article « Base », t. II, p. 156-161.

22 F. Salet, « Saint-Urbain de Troyes », Congrès archéologique de France, 1955, p. 96-122.

23 Cf. les profils de bases relevés par C. Bruzelius dans les travées occidentales de la nef de Saint-Denis (C. Bruzelius, The 13th-Century Church at Saint-Denis, New Haven/Londres, 1985, p. 78).

24 A.-C. Le Boulc’h, La cathédrale de Dol, Rennes, 1999, p. 150.

25 A. Mussat, « Un monument clé : Notre-Dame de Guingamp », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, LVI, 1979, p. 127-149, rééd. dans D. Leloup (dir.), Bretagne. Architecture et identités, Rennes, 1997, p. 355-370, p. 356.

26 Je reprends volontiers ici l’expression de J. Kerhervé dans T. Daniel (dir.), Les vitraux de la cathédrale Saint-Corentin de Quimper, Rennes/Quimper, 2005, p. 11.

27 J.-P. Le Bihan et J.-F. Villard (dir.), Archéologie de Quimper. Matériaux pour servir l’histoire, t. 1 : De la chute de l’Empire romain à la fin du Moyen Âge, Quimper, 2005.

28 Ibid., p. 214.

29 Ibid., p. 229. Les travaux semblent avoir eu lieu avant la disparition du duc Jean Ier le Roux en 1286 (cf. Jean-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, 1981, p. 43). Mais toute la lumière n’a pas été faite sur ce point et l’étude des plus anciens éléments de l’enceinte de Quimper serait à reprendre.

30 J.-P. Le Bihan et J.-F. Villard, Archéologie…, op. cit., p. 44.

31 Ibid., p. 215.

32 Ibid., p. 47.

33 Voir le cas parisien étudié par A. Erlande-Brandenburg, Notre-Dame de Paris, Paris, 1991, p. 43-48.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Quimper, cathédrale Saint-Corentin : vue intérieure du chevet (cl. Y. Gallet).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5315/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Fig. 2. – Quimper, cathédrale : plan du chevet (Chaussepied, 1914).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5315/img-2.png
Fichier image/png, 508k
Titre Fig. 3. – Quimper, cathédrale : les piles du rond-point et la voûte d’ogives de la travée axiale du déambulatoire (cl. Y. Gallet).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5315/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 4. – Quimper, cathédrale : « collage » sur la pile sud de la travée axiale du déambulatoire (cl. Y. Gallet).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5315/img-4.png
Fichier image/png, 654k
Titre Fig. 5. – Quimper, cathédrale : vue du déambulatoire, côté sud, en direction du transept (cl. Y. Gallet).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5315/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 6. – Quimper, cathédrale : arcade de la première travée tournante du rond-point, vue du déambulatoire, côté sud (cl. Y. Gallet).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5315/img-6.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Fig. 7. – Quimper, cathédrale : vue extérieure du chevet, depuis le sud-est (cl. Y. Gallet).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5315/img-7.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 8. – Quimper, cathédrale : bases de la quatrième pile du chœur, cote sud (cl. Y. Gallet).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5315/img-8.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 9. – Sens, cathédrale : pile de la première travée de la nef, après 1268 (cl. Y. Gallet).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5315/img-9.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 10. – Le réseau hydrographique de Quimper (dessin Y. Gallet, d’après J.-P. Le Bihan, 2005). En grisé, le cours ancien du Frout.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5315/img-10.png
Fichier image/png, 136k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540