Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Première partie. Approches théoriques

Du fait de style au fait de langue : le cas des phénomènes d’indétermination topique

Judith Wulf

Texte intégral

  • 1 « Un texte s’entendra comme un signifiant textuel indissoluble d’un signifié textuel, ce dernier p (...)

1On envisage généralement le fait de langue comme la base à partir de laquelle l’effet de style se construit : il est circonscrit par une dénomination conceptuelle instituant la classe à laquelle il appartient ; il est reconnu grâce à une typologie de phénomènes pouvant être regroupés sous cette étiquette ; enfin, il est validé par un ensemble de critères permettant d’identifier cette classe. Par opposition, l’effet de style n’intervient qu’en contexte ; s’il peut être considéré comme typique, ce n’est généralement que de la manière d’écrire de son auteur ; il n’est pas identifié en fonction de critères qui lui sont propres mais se signale par la portée expressive qu’il dégage de la singularisation d’un fait de langue. L’effet de style est donc associé à une interprétation qui repose sur l’identification préalable du fait de langue. Dans le cadre de la linguistique textuelle, certains auteurs, dans une perspective sémiotique d’inspiration saussurienne, distinguent ainsi un signifiant textuel immanent au texte et un signifié décrit comme « moment de l’interprétation1 ».

  • 2 Voir le colloque « L’effet-liste ». Enjeux et fonctionnements de l’accumulation verbale en littéra (...)

2Mais que se passe-t-il en cas d’absence de signifiant ? C’est la question que posent des faits de langue particuliers, comme l’ellipse, les constructions détachées ou encore la liste2. Ces phénomènes, avec d’autres, forment des cas d’indétermination topique : dépourvus de signifiant prédéterminé, ils tirent leur existence formelle d’un contexte qu’ils configurent à leur tour, selon un processus complexe d’articulation réciproque entre local et global.

3Après avoir décrit quelques exemples de phénomènes d’indétermination topique, j’examinerai leur fonctionnement comme faits de langue et comme effets de style afin de montrer de quelle manière ils modifient la conception habituelle, qui interprète leur relation en termes d’actualisation, fige l’effet de style dans un statut hiérarchiquement inférieur d’occurrence et le ramène trop souvent à une logique de l’écart.

Faits de langue et effets de style, des phénomènes bien distincts ?

4Faits de langue et effets de style sont censés renvoyer à deux sphères bien distinctes. De nature structurelle, le premier est un universel décrit par son fonctionnement dans un système. Chez Saussure, il s’agit d’un élément fonctionnel dépendant de ses relations dans un ensemble d’autres éléments qui mutuellement dépendent de lui en concourant à un résultat commun. Or la particularité de la langue tenant au fait qu’elle n’est composée que de valeurs pures, non reliées à des réalités mondaines, le fait de langue est pensé hors contexte. Par opposition, la valeur esthétique de l’effet de style, sa portée, dépendent des qualités de ce style, qu’on les pense comme dépendantes d’un auteur, d’une œuvre voire même d’un lecteur ou d’une interprétation.

5Si cette distinction est valable lorsqu’on a affaire à des exemples construits, elle pose plus de problème lorsque le fait de langue est envisagé dans son contexte linguistique.

Trois exemples de faits de langue

6Pour présenter la question de manière plus concrète, on s’appuiera sur trois exemples de faits de langue :

7Le premier est une phrase exclamative : « Moment curieux ! »

  • 3 « [P]our indiquer un degré élevé, l’énoncé exclamatif prend souvent, au regard du modèle déclarati (...)
  • 4 Dans la mesure où on évite les analyses fondées sur des exemples artificiels témoignant d’une « la (...)
  • 5 Voir les analyses de Lefeuvre F. sur la phrase averbale (La Phrase averbale, Paris, L’Harmattan, 1 (...)

8Si l’on doit décrire ce fait de langue, on peut par exemple remarquer la particularité de son statut syntaxique, qui en fait une phrase dépourvue de verbe. Comme le précisent les grammaires3, la fréquence de la structure nominale est caractéristique de la phrase exclamative ; et la plupart des linguistes, soulignant que ce type de phrases sans verbe ne présente ni incident de communication, ni problème d’incompréhension, expliquent qu’il doit être considéré comme faisant partie du système de la langue et non comme accident de la parole4. Considérant qu’une phrase est constituée au minimum d’un prédicat et d’une modalité d’énonciation, les spécialistes de la phrase averbale utilisent ainsi souvent l’exclamative comme exemple type5.

9Résulte de cette structure privilégiée une expressivité secondaire qui varie selon les cas, notamment un double effet de densité et de mise en relief ainsi qu’un transfert de repérage temporel vers le moment de la lecture.

10L’exemple 2 concerne le statut du gérondif : « Myrthé ! m’écriais-je en rugissant mais sans quitter la planche salutaire. »

  • 6 La préposition transfère le verbe-adjectif en verbe-nom (comme l’infinitif, sa variante distributi (...)

11On peut ici aller dans le sens des analyses de M. Wilmet qui fait du gérondif un participe prépositionnel, pas plus curieux que l’infinitif également prépositionnel à côté de l’infinitif seul6. Gérondif et infinitif, en dépit de leur apparente différence, peuvent être classés sous la même étiquette de nominalisation verbale, comme en témoigne la possibilité de les coordonner. Sur ce fait de langue, prend appui un effet stylistique comique, qui consiste à tirer parti du parallélisme de la construction syntaxique, soutenu par la paronymie en / sans, pour mieux souligner la discordance grotesque d’un locuteur qui oscille entre force de la voix (il rugit) et impuissance du geste (il s’agrippe à une planche salutaire).

12Dans l’exemple 3, au contraire, l’effet de style se construit en se distinguant du fait de langue : « Le 14 juillet avait délivré. »

  • 7 On peut en effet ranger cet exemple dans le cas de figure où, comme le note la Grammaire méthodiqu (...)
  • 8 « L’art, outre sa partie idéale, a une partie terrestre et positive. Quoi qu’il fasse, il est enca (...)

13Pour mieux asseoir la solennité de l’événement historique, l’auteur, en l’occurrence Victor Hugo dans Quatre vingt-Treize, choisit de l’appuyer sur un événement linguistique consistant à présenter le verbe délivrer en emploi absolu, sans le complément d’objet qu’il appelle. La relation entre fait de langue et effet de style pose ici la question de l’agrammaticalité7, idée même qui ne va pas de soi chez un auteur qui ne cesse de répéter qu’il se refuse à remettre radicalement en cause les règles de la grammaire8. C’est pourquoi, on aura tendance à interpréter l’effet de style plutôt comme actualisation d’un possible de la langue.

En contexte

14Ces remarques, cependant, ne sont valables que pour des exemples décontextualisés. L’utilisation de ces mêmes exemples en contexte conduit à revoir la classification.

15Le premier cas de figure est extrait d’un essai de Victor Hugo intitulé Littérature et philosophie mêlées :

À cette époque d’enivrement et d’enthousiasme pour l’antiquité lettrée, la langue française parle grec et latin comme l’architecture, avec un désordre, un embarras, un charme infinis ; c’est un bégaiement classique adorable. Moment curieux ! c’est une langue qui n’est pas faite, une langue sur laquelle on voit le mot grec et le mot latin à nu, comme les veines et les nerfs sur l’écorché. Et pourtant, cette langue qui n’est pas faite est une langue souvent bien belle ; elle est riche, ornée, amusante, copieuse, inépuisable en formes, haute en couleur ; elle est barbare à force d’aimer la Grèce et Rome ; elle est pédante et naïve. Observons en passant qu’elle semble parfois chargée, bourbeuse et obscure. […] Chose remarquable et qui s’explique par tout ce que nous venons de dire, pour ceux qui ne comprennent que la langue courante, le français du seizième siècle est moins intelligible que le français du quinzième.

  • 9 Pour d’autres exemples de constructions détachées envisagées comme variables contextuelles dans un (...)

16Remis dans son contexte, le segment « moment curieux ! » s’avère être une construction détachée. Ce fait de langue est mis en scène en contexte de différentes manières : premièrement par un effet de saillie, qui repose sur son isolement entre deux signes de ponctuation ; deuxièmement par la répétition, dans la mesure où la même variation de construction se retrouve un peu plus loin (avec « chose remarquable »), formant ainsi une matrice rythmique caractéristique d’un groupement binaire9.

  • 10 Ainsi définie dans le cadre d’une linguistique de discours, par opposition à sa conception comme e (...)

17Dans le second exemple, une fois qu’il a été recontextualisé, apparaît une ellipse, fait de langue qu’on peut définir comme non dit (par opposition à l’idée d’implicite associée à l’ellipse syntaxique), en raison de la nécessité d’une récupération en contexte10.

ma tête était tombée… elle avait roulé, rebondi sur le hideux parvis de l’échafaud, et, prête à descendre toute meurtrie entre les mains des enfants, des jolis enfants de Larisse, qui se jouent avec des têtes de morts, elle s’était rattachée à une planche saillante en la mordant avec ces dents de fer que la rage prête à l’agonie. De là je tournais mes yeux vers l’assemblée, qui se retirait silencieuse, mais satisfaite. Un homme venait de mourir devant le peuple. Tout s’écoula en exprimant un sentiment d’admiration pour celui qui ne m’avait point manqué, et un sentiment d’horreur contre l’assassin de Polémon et de la belle Myrthé. – Myrthé ! Myrthé ! m’écriai-je en rugissant mais sans quitter la planche salutaire. – Lucius ! Lucius ! répondit-elle en sommeillant à demi, tu ne dormiras donc jamais tranquille quand tu as vidé une coupe de trop !. (Nodier, Smarra ou les Démons de la nuit).

18La présence du connecteur argumentatif mais suggère en effet une information manquante qui ne peut être récupérée qu’en raccordant la phrase avec celle qui, quelques lignes plus haut, indiquait que la tête du personnage « s’était rattachée à une planche saillante en la mordant avec [des] dents de fer ». On ne peut comprendre le mais qu’en complétant le segment : « sans quitter » = « sans quitter des dents ».

19Dans le troisième cas, il s’agit d’une liste, fait de langue qu’on définira par opposition à l’énumération.

Le 14 juillet avait délivré.
Le 10 août avait foudroyé.
Le 21 septembre fonda.

  • 11 Concernant l’exploitation stylistique de ce phénomène par Hugo, voir Wulf J., « Dénombrement titan (...)

20Contrairement à l’énumération que signale et structure la présence d’un connecteur argumentatif, la liste se définit avant tout par ses manques formels, ce qui en fait un objet marginal du point de vue linguistique11.

  • elle ne possède pas de marqueur qui lui soit réservé (le tiret, par exemple, pouvant être utilisé pour bien d’autres usages) ;
  • la mise en colonne qui la caractérise souvent est en fait le corrélat du blanc qui l’entoure, de l’absence d’un mode d’encadrement explicite.

21Ne pouvant s’appuyer sur un signifiant qui lui est propre, la liste existe grâce à des effets de contexte, qui fonctionnent comme des sortes d’outils grammaticaux construits et non donnés (en l’occurrence, la mise en colonne, ce qui la distingue visuellement de l’énumération, qui elle est intégrée syntaxiquement).

Fonctionnement et enjeux de l’indétermination topique

Fonctionnement

  • 12 C’est valable pour l’ellipse stylistique mais également pour l’ellipse syntaxique, qui, comme le s (...)

22Contrairement aux faits de langue qui peuvent être identifiés par des marqueurs dédiés, les exemples précédents n’existent pas hors de leur mise en scène en contexte : lorsqu’elle n’est pas soulignée par répétition ou contraste, la construction détachée n’apparaît pas clairement ; l’abrégement est souvent discutable s’il ne s’appuie pas sur un effet de manque12 ; et ce n’est qu’à l’aide d’un soutien de son environnement que la liste existe comme fait de langue distinct de l’énumération.

23S’ils ne sont pas prédéterminés par un marqueur dédié, ces faits de langue n’en sont pas moins répertoriés dans les grammaires ou classés selon des critères linguistiques. Car s’ils n’ont pas de signifiant grammatical propre, ils sont pourtant circonscrits formellement. Mais leur existence formelle est d’un type particulier dans un lieu déterminé, par des schémas d’organisation précis et grâce à des effets de mise en relief.

24On parlera donc à leur propos d’indétermination topique – par opposition à une indétermination effective, dans la mesure où elle est locale et possède certaines propriétés structurantes, à commencer par le fait qu’elle intervient dans la mise en place du parcours interprétatif.

25La particularité de ces phénomènes d’indétermination topique, en effet, c’est qu’une fois mis en scène en contexte, ils le configurent à leur tour, instaurant un processus d’articulation réciproque entre local et global. Ce mode de fonctionnement, qui joue un rôle important dans tout type de discours, est particulièrement représenté dans le texte littéraire, qui l’utilise comme impulsion interprétative : il s’agit de provoquer un sentiment de manque chez le lecteur pour l’obliger à quitter le niveau local de la phrase et le pousser à s’ouvrir à un niveau plus large. Configurées par le contexte, ces constructions entretiennent avec lui un rapport de réciprocité qui vient renforcer l’ambiguïté de leur statut entre rupture et lien, autonomie et dépendance. Par ailleurs leur identification comme configuration stylistique a des conséquences pragmatiques.

26Les phénomènes d’indétermination topique fonctionnent donc d’abord comme opérateurs de liaison entre différents segments du texte. Mais il s’agit d’un lien qui possède des propriétés spécifiques : il est nécessaire, non démarcatif et non dogmatique.

27Son caractère nécessaire, tout d’abord, est bien illustré par l’exemple 5 : la structure complète, autonome, permet au lecteur d’en rester à un niveau phrastique tandis que la structure elliptique rend nécessaire une mise en relation avec la séquence textuelle. Ce type de construction n’est pas neutre d’un point de vue pragmatique, puisque c’est sur lui que repose l’ironie du passage.

28On retrouve un dispositif similaire avec les constructions détachées qui, dans beaucoup de cas, assurent une continuité thématique avec le contexte antérieur tout en servant de cadre à un énoncé postérieur (Combettes, 1998). Dans l’exemple 4, c’est d’autant plus important qu’il s’agit pour Hugo de créer un effet d’unité et de cohérence, dans une description paradoxale de la langue qui tente de faire la synthèse de caractéristiques a priori contradictoires. Nécessaire pour ménager une lecture critique, l’opacité du discours y est alors à la fois maintenue et encadrée.

29Paradoxal, ce lien qui repose sur un détachement possède des propriétés spécifiques qui rejoignent celles de la liste. Contrairement à l’énumération, dont l’autonomie syntaxique ou textuelle permet au lecteur d’en rester à un niveau localisé, la liste, en raison notamment du défaut de cohésion que crée son statut paradigmatique, oblige celui-ci à trouver lui-même comment l’intégrer à un ensemble cohérent. Dans l’exemple 6, il s’agit de mettre en place une sémiotique à la mesure d’un événement historique, la révolution française, qui, nécessitant de penser par extraordinaire, ne peut s’appuyer sur une organisation traditionnelle du discours.

30La deuxième propriété de ce lien est qu’il n’est pas démarcatif. Contrairement aux connecteurs, qui, tout en instaurant une liaison, marquent la frontière qui sépare les différents éléments qu’ils relient, l’indétermination topique insiste sur le lien au détriment de la rupture. Ce dispositif permet de pallier une segmentation trop restreinte pour engager le lecteur vers de plus vastes unités. Le mécanisme est particulièrement net dans l’exemple 4 où il favorise l’esthétique de continuité : on glisse d’une zone à une autre, sans avoir à passer par le détour d’un connecteur.

31La troisième caractéristique de ce lien est qu’il n’est pas dogmatique. Là où le connecteur agit comme instruction, le lien instauré par l’indétermination topique fonctionne comme impulsion. Mettant en avant rupture et décrochage autant que dépendance, il contraint assez peu les niveaux d’interprétation et engage à un mode de lecture plus souple et dynamique. En témoigne, dans le même exemple, le dispositif textuel plastique que vient renforcer – dans la seconde construction détachée « chose remarquable » –, le signifiant flottant « chose », grâce auquel fait et effet de dénomination se superposent.

32Ces phénomènes ne servent pas seulement de lien, ils orientent la lecture selon un parcours qui entre en tension avec le simple enchaînement linéaire de gauche à droite. C’est particulièrement net dans l’exemple de Nodier. Ouvrant la lecture d’un point localisé à un segment plus large, ce dispositif crée un effet de porosité entre les deux plans du rêve et du réveil : non seulement l’ellipse invite le lecteur à remonter plusieurs lignes en amont pour configurer une séquence complète, mais elle le conduit à revoir la successivité textuelle des deux niveaux fictifs, pour les percevoir sous l’angle d’une superposition.

Enjeux

  • 13 Rastier F., « Problématiques du signe et du texte », Intellecta, 23, 1996, p. 11-52.

33L’observation de ces trois exemples d’indétermination topique conduit à reconsidérer l’action du contexte, envisagée généralement en termes de modification, de déformation ou d’écart pour la repenser comme configuration des unités pertinentes, dans la mesure où celles-ci sont identifiées dans l’interprétation. C’est ce que décrit l’approche herméneutique du contexte, montrant que le signifiant doit lui-même faire l’objet d’une identification, laquelle « est précédée par les attentes et présomptions définies par le contrat propre au genre textuel ». Loin d’en être à l’origine, celle-ci intervient à l’issue d’un processus interprétatif dans lequel le sens se construit selon des parcours qui vont « de signifié en signifié, aussi bien que du signifié vers le signifiant » pour reprendre l’expression de F. Rastier13.

34Ce que montrent ces trois exemples, c’est donc non seulement que le fait de langue n’existe pas préalablement à l’effet stylistique, mais que ce dernier possède une fonction d’établissement, d’attestation et d’institution des événements linguistiques, partant du fait que les segments de discours ne peuvent être saisis, c’est-à-dire pertinemment décrits et catégorisés en dehors du processus interprétatif.

35Entraînant des phénomènes d’indistinction fonctionnelle et combinatoire, ces cas d’indétermination appellent une remise en cause de la stabilité impliquée par l’idée de fait de langue. L’identification du statut des segments concernés étant dépendante d’un effet révèle la nature « profondément processuelle » (F. Neveu, 2006) de ce que l’on nomme fait de langue. Si séparer fait de langue et effet de style peut être commode d’un point de vue méthodologique, ces observations soulignent, bien au contraire, que les deux ne constituent pas des mécanismes inversés.

36Offrant de nombreux avantages, cette circonscription de la forme par le contexte comporte cependant des risques, qui expliquent sans doute la réticence dont elle fait traditionnellement l’objet. Contrairement à l’outil grammatical dédié, qui s’exprime dans un signifiant, le caractère flottant d’une forme à la fois indéterminée et mise en scène pose le problème des aléas de l’interprétation. Cette difficulté est due au fait que toute l’organisation, dans ce cas, repose avant tout sur un effet qu’on ne peut localiser.

37En conclusion, on insistera sur le caractère exemplificatoire des phénomènes d’indétermination topique, qui, loin d’être de simples curiosités stylistiques, fournissent un espace d’observation privilégié : premièrement en ce qui concerne la relation entre fait de langue et effet de style, qui n’apparaît pas comme un processus d’appropriation, de subjectivation ou d’intériorisation des normes linguistiques ou encore d’instauration de nouvelles possibilités susceptibles d’être généralisées ; deuxièmement sur l’hésitation entre radicalité de l’effet stylistique, fait d’originalité et d’altérité et simple actualisation individuelle d’un fait de langue. Enfin, tout ce qui concerne la question de la manifestation de cette relation est à prendre en compte : le fait de style ne se présente pas sous forme d’écart, d’altérité, d’étrangeté, de remise en question de la langue, voire d’instauration d’une langue parallèle, la langue littéraire, qui n’obéirait pas aux mêmes lois. Ce que soulignent au contraire les phénomènes d’indétermination topique, c’est qu’on peut envisager la relation de manière différente, non du fait de langue à l’effet de style mais de l’effet de style au fait de langue, voire qu’on peut risquer de poser qu’ils ne se distinguent pas clairement. Sauf à penser le fait de langue de manière complètement décontextualisée, il n’existe pas hors de sa relation à l’effet de style et s’il y a bien actualisation, elle ne peut être pensée que sur le mode de la réciprocité.

Notes

1 « Un texte s’entendra comme un signifiant textuel indissoluble d’un signifié textuel, ce dernier pouvant encore être nommé interprétation. […] Si le signifié textuel requiert un signifiant textuel, il n’est pas pour autant immanent à ce signifiant : il ne saurait prendre forme autrement que comme moment psychique. Ce moment peut être dit moment de l’interprétation. […] » (Bouquet Simon, « Linguistique des genres et poésie », Degrés, 104, 2000, p. 1-2).

2 Voir le colloque « L’effet-liste ». Enjeux et fonctionnements de l’accumulation verbale en littérature, organisé à l’université de Metz les 24-26 février 2011.

3 « [P]our indiquer un degré élevé, l’énoncé exclamatif prend souvent, au regard du modèle déclaratif canonique, la forme d’une phrase incomplète ou tronquée » (Riegel M., Pellat J.-C., Rioul R., Grammaire méthodique du français, PUF, coll. « Quadrige », 1994, p. 402).

4 Dans la mesure où on évite les analyses fondées sur des exemples artificiels témoignant d’une « langue fortement censurée, derrière le masque conceptuel des usages, registres et niveaux, par des a priori théoriques et des interdits sociologiques » pour reprendre les remarques de Culioli A. (« À propos des énoncés exclamatifs », Langue Française, no 22, 1974, p. 6).

5 Voir les analyses de Lefeuvre F. sur la phrase averbale (La Phrase averbale, Paris, L’Harmattan, 1999).

6 La préposition transfère le verbe-adjectif en verbe-nom (comme l’infinitif, sa variante distributionnelle : à voir et * en voir vs en voyant et * à voyant, mais la particularité ne mène pas plus à conserver le « gérondif » dans les tableaux de conjugaison […] qu’à y inscrire l’infinitif prépositionnel. (Wilmet M., Grammaire critique du français, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1997, § 367).

7 On peut en effet ranger cet exemple dans le cas de figure où, comme le note la Grammaire méthodique du français, op. cit., p. 220, les « verbes transitifs ne peuvent s’employer sans complément d’objet sous peine d’agrammaticalité ».

8 « L’art, outre sa partie idéale, a une partie terrestre et positive. Quoi qu’il fasse, il est encadré [par] la grammaire […]. Il a, pour ses créations les plus capricieuses, des formes, des moyens d’exécution, tout un matériel à remuer. Pour le génie, ce sont des instruments ; pour la médiocrité, des outils. » (Hugo, Préface de Cromwell.)

9 Pour d’autres exemples de constructions détachées envisagées comme variables contextuelles dans une perspective stylistique, voir Wulf J., « Singulière cohérence », Actes du Congrès Mondial de Linguistique Française, ILF, 2008.

10 Ainsi définie dans le cadre d’une linguistique de discours, par opposition à sa conception comme effacement ou place vide affectant la structure de la phrase. Dans un article intitulé « l’ellipse comme facteur de cohérence », L. Cherchi (Langue française, 38, 1978, p. 118-128) souligne ainsi que, contrairement à l’effacement, prédictible, qui confère à la phrase une certaine autonomie, l’ellipse envisagée comme procédé discursif est un facteur de cohérence dans la mesure où elle marque une liaison nécessaire avec le cotexte. Pour une analyse interactionnelle de ce dispositif dans le cadre d’une linguistique du texte, voir Bigot M., « Ellipse et cohérence du texte narratif », Cohérence et discours, Calas F. (dir.), Paris, PUPS, 2006. Pour d’autres exemples du fonctionnement stylistique, voir Wulf J., « Ellipse et configuration stylistique du parcours interprétatif », Ellipse et effacement, Pitavy J.-C. (dir.), Saint-Étienne, PUS, 2008.

11 Concernant l’exploitation stylistique de ce phénomène par Hugo, voir Wulf J., « Dénombrement titanique : l’effet liste dans Quatrevingt-Treize », Lawson S. et Lecolle M., « L’effet-liste » Enjeux et fonctionnements de l’accumulation verbale en littérature, op. cit.

12 C’est valable pour l’ellipse stylistique mais également pour l’ellipse syntaxique, qui, comme le souligne J.-C. Milner doit s’appuyer sur un observable : « Supposer un effacement, c’est supposer, pour restituer la coïncidence souhaitée, des termes et des positions que l’on n’observe pas. Si la théorie se donne ce droit, sans lui imposer de limites, elle aura toujours le moyen de régulariser n’importe quel observable en postulant des entités inobservées. » (Milner J.-Cl., Introduction à une science du langage, 1989, p. 614.)

13 Rastier F., « Problématiques du signe et du texte », Intellecta, 23, 1996, p. 11-52.

Auteur

Maître de conférences à l’université Rennes 2 Haute-Bretagne (France), où elle enseigne la littérature française et la stylistique. Elle a consacré sa thèse à la langue romanesque de Victor Hugo. Elle a publié une étude sur La Légende des siècles (Atlande, 2001) une édition de Quatrevingt-Treize (Garnier-Flammarion, 2002), un ouvrage collectif sur Hernani et Ruy Blas (Lire le théâtre de V. Hugo, PUR, 2008) et a dirigé, en collaboration avec L. Bougault, un panorama de la recherche en stylistique (Stylistiques ?, PUR, 2010) ainsi qu’un volume consacré à Lorand Gaspar et la langue (Éditions Styl-m de l’AIS, 2011). Elle est membre fondateur et secrétaire de l’Association Internationale de Stylistique.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540