Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Première partie. Approches théoriques

L’avènement du style

Anna Jaubert

Texte intégral

1Par quelle singulière alchimie passe-t-on du sentiment d’un fait de langue à celui d’un fait de style ? Après la grande époque du structuralisme, dont l’héritage est loin d’être soldé, on s’accorde volontiers aujourd’hui sur une perspective dynamique qui révèle le style comme un processus, une émergence ou, si l’on veut, un « avènement ».

  • 1 Bordas É., « Style ». Un mot et des discours, Paris, Kimé, 2008.

2Je propose de dessiner cet avènement dans la représentation forgée par notre imaginaire des formes et de leur valeur, car il faut bien admettre que le style, affaire de jugement, est une construction intellectuelle1. Nous envisagerons ensuite les conséquences de cette conception mentaliste et dynamique sur nos positionnements disciplinaires dans le paysage actuellement en recomposition des sciences du discours, dont la stylistique est partie prenante. Voyons donc d’abord comment le style advient au discours, ou comment se profile une stylogénèse.

L’avènement du style. Esquisse d’une « stylogénèse »

3La connotation guillaumienne du terme « stylogénèse » n’est pas le signe d’une allégeance encline à forcer des transpositions, mais un rapprochement terminologique motivé. La langue, selon Gustave Guillaume, offre des solutions à des problèmes de pensée. Mais à l’échelle de l’individu, la langue pense aussi pour nous. Il se trouve que notre discours courant fait émerger deux grandes acceptions du mot style. La première couvre un ensemble de traits génériques : on parle d’un style, et le terme est pluralisable (un style / des styles) ; la seconde renvoie à une forme singulière, le style d’un auteur particulier, ou d’une œuvre. Ces deux emplois correspondent à deux étapes dans le processus de la stylisation, entendue comme la création d’une valeur qui accompagne l’appropriation de la langue en discours réalisée par le sujet parlant.

  • 2 Jaubert A., La Correspondance entre Henriette*** et J.-J. Rousseau. La subjectivité dans le discou (...)
  • 3 Jaubert A., « Présentation », La Stylistique et son domaine. L’Information grammaticale, 70, juin (...)

4En effet, que le style du discours ait partie liée (très liée) avec la subjectivité ne fait aucun doute ; c’était l’argument introducteur pour la thématique de ce colloque, et à mes yeux, c’est même un argument fondateur : ma thèse2 initiant la stylistique pragmatique, affichait précisément comme sous-titre La subjectivité dans le discours. Mais une précision s’impose, la subjectivité alors n’est pas synonyme d’individuation : il existe un premier stade où le style fonctionne au contraire comme un révélateur social, la marque de l’appartenance à un groupe, à une école etc., dont il s’agit de maîtriser les codes. En fait la stylisation est un phénomène progressif, et c’est bien pourquoi le style se présente comme une notion « à géométrie variable3 ». Il se construit dans une double postulation, particularisante et universalisante, un dynamisme et une tension impliqués par la très belle définition de Jean Starobinski :

  • 4 Starobinski J., « Leo Spitzer et la lecture stylistique », introduction aux Études de style de Leo (...)

Le style n’est […] ni le particulier pur, ni l’universel, mais un particulier en instance d’universalisation, et un universel qui se dérobe pour renvoyer à une liberté singulière4.

  • 5 Guillaume G., Essai de mécanique intuitionnelle (cité par Soutet O. « Un et le tenseur binaire rad (...)
  • 6 La psychomécanique de Guillaume repose sur l’idée que toute opération de pensée requiert du temps (...)
  • 7 Jaubert A., « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue », Pratiques, no 135- (...)

5Ce dynamisme et cette tension justifient ma référence guillaumienne : le style, construction intellectuelle, est soumis au mode de fonctionnement de la pensée, et la pensée tire toute sa puissance de son aptitude à particulariser et à généraliser5. Les deux emplois mentionnés du mot style (ensemble de traits génériques, ou forme singulière) sont tous deux le fait d’une visée particularisante, mais si l’on peut en l’occurrence concevoir deux visées particularisantes ou, si l’on préfère, deux temps distincts de particularisation (le second étant déclenché à un niveau plus avancé sur l’axe de la valeur), c’est qu’entretemps, un entretemps opératif6, sans épaisseur représentable, un mouvement retour s’est dessiné en tension universalisante. On reconnaît là le principe du « tenseur binaire radical » qui a inspiré mon schéma de La Diagonale du style7

Figure 1. La Diagonale du style

6Les schémas ne sont jamais parfaits, et celui-ci peut être amélioré, mais la représentation dans l’espace clarifie souvent les choses. J’ai donc tracé comme coordonnées du style les deux principales déterminations qui sous-tendent le concept, à savoir la subjectivité et la valeur. L’actualisation de la langue en discours se développe sur l’axe horizontal de la subjectivité dans le langage, puisqu’un sujet s’approprie la langue pour produire du discours : ce n’est pas un hasard si, depuis des décennies, la stylistique de terrain, c’est-à-dire les analyses stylistiques, privilégient les marqueurs énonciatifs. Mais la stylisation requiert un 2e axe, perpendiculaire, celui de la création de valeur. Selon ces deux axes, l’appropriation progresse en diagonale vers le pôle particularisant, mais en incluant un retour vers l’universel. La caractéristique du tenseur binaire est qu’il ne s’agit pas d’un mouvement exactement à rebours, qui annulerait toute progression, mais d’un mouvement angulaire formant un parcours en zig-zag, balisé par des étapes qui correspondent aux emplois significatifs du mot style. J’ai mentionné déjà les deux plus prégnants, mais la conception même du zig-zag en implique trois.

  • 8 Bakhtine M., Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1984.

7La première appropriation de la langue en discours, portée par la 1re flèche, aboutit à l’étape S1, où la notion de style se dit un style et renvoie, on l’a dit, à des ensembles de traits génériques. Ce sont les patrons discursifs disponibles, la phraséologie, mobilisés par les genres de discours (non littéraires à ce stade). La reconnaissance du genre dont relève un discours est indispensable au bon réglage de sa réception8, elle est l’étape incontournable d’un projet communicationnel, le message que, en situation d’énonciation, le sujet parlant entend produire. L’avancée sur l’axe de la valeur correspond à la qualification du discours pour ce projet communicationnel. Elle peut être plus ou moins ambitieuse, plus ou moins sophistiquée, selon les genres de discours : on comprend au passage l’inévitable pragmaticalisation de la stylistique (c’est un point que je ne redévelopperai pas ici).

  • 9 Jaubert A., « Le style et la vision. L’héritage de Leo Spitzer », La Stylistique et son domaine, o (...)
  • 10 Goethe disait que le style donne « une forme sensible à l’essence des choses appréhendée dans sa p (...)
  • 11 Voir Maingueneau D., Contre Saint-Proust, ou la fin de la littérature, Paris, Belin, 2006.
  • 12 Jenny L., « L’objet singulier de la stylistique », Littérature, 89, février 1993, p. 117.

8Au-delà du seuil générique, une visée particularisante seconde tend vers S3 (ici le verbe aboutir serait impropre) : elle revendique le style cette fois comme une forme individuée, manifestation d’une vérité de l’être, d’une « vision9 », ou pour reprendre le mot de Starobinski, d’une « liberté singulière ». C’est la conception « romantique » du style10 sur laquelle l’institution littéraire a longtemps vécu11, et vit encore. Entre ces deux acceptions particularisantes, la valeur style fait un retour vers le pôle universalisant : elle se dira du style, avec cette fois un déterminant partitif pour désigner un référent massif, continu, une valeur sans contours (d’où le cadre en pointillés) : un jugement comme « ce discours a du style » impose seulement l’idée d’un langage requalifié, esthétisé. La tension universalisante ne fait qu’acter une reconnaissance. On dira que c’est un moment de la stylogénèse, le micro-temps des opérations mentales indispensable pour que l’idée de style, valeur en devenir, passe du sensible au perceptible, la perception étant de la sensation plus de la cognition. Laurent Jenny12 rappelait que « le singulier pur échappe à l’identification ». D’où la nécessité psychique de ce retour vers l’universel comme étape de reconnaissance de la valeur du discours, sachant que toute saisie concrète sur la portion S1-S2 déclenchera aussitôt la bifurcation de la deuxième visée particularisante, en direction de S3.

9La Diagonale du style propose ainsi une représentation ordonnée pour une notion évolutive, longtemps considérée comme insaisissable. Elle permet de situer clairement certaines notions connexes, comme celle d’idiolecte et celle de langue littéraire. L’idiolecte par exemple, dépasse la zone S1 sur l’axe de la subjectivité en direction du pôle particularisant (puisqu’il désigne le parler spécifique d’un individu), mais avec une moindre angulation sur l’axe de la valeur. On pourrait également situer la notion de parlure (que je définis comme un sociolecte stylisé : voir la parlure des petits maîtres ou des valets dans les œuvres classiques) : on placera donc la parlure, en longitude au niveau du sociolecte, et, en latitude, plus aval sur l’axe de la valeur. Dans son principe la diagonale définit des zones utiles, mais je n’ai pas voulu trop encombrer le schéma. Quant à la langue littéraire, évidemment très engagée sur l’axe de la valeur, elle suppose une bifurcation avant S3, bifurcation qui la renvoie vers le pôle universalisant, où elle se perçoit comme le réceptacle de certaines limites de rendement (dont je citerai des exemples) apparues sur le parcours S2-S3, des ramifications formelles décantées et reversées dans le pot commun d’un langage « officiellement » requalifié : la langue littéraire d’une époque donnée.

10On peut se demander maintenant quel sera l’impact de cette représentation du style sur nos positionnements disciplinaires.

La quête du stylisticien, ou le périmètre de la stylistique

  • 13 Que je partage avec Adam J.-M., « Penser la langue dans sa complexité : les concepts de gradualité (...)
  • 14 Jaubert A., « Pour une théorie intégrative du style », Au-delà des frontières : Perspectives de la (...)

11On se souvient des années où, réputée sans objet, la stylistique était annoncée moribonde. Elle a allègrement survécu, mais sans liquider tout à fait sa situation inconfortable de tiraillement entre linguistique et littérature (problématique qui depuis des décennies a nourri plusieurs rencontres et colloques). La pratique stylistique suppose empiriquement un objet style ; pour dépasser l’empirie et la fragilité scientifique qu’elle induit, il importe de ressaisir théoriquement cet objet. Le processus que j’ai schématisé repose sur une conception continuiste de la langue au style13. Elle promeut une stylistique intégrative14.

  • 15 Ibid.
  • 16 Colloque des 15, 16 et 17 mars 2012 intitulé Sciences des textes d’ancien régime : Stylistique his (...)
  • 17 Philippe G., « Registres, appareils formels et patrons », Les Registres, Gaudin-Bordes L., Salvan (...)
  • 18 Seguin J.-P., « Voltaire et la variation des styles », L’Information grammaticales, 70, La Stylist (...)
  • 19 Ainsi arrimé, le DD assujettit fortement la voix du personnage à la « voix de son maître », le nar (...)

12Au-delà des améliorations possibles, ce schéma en effet présente l’intérêt de dominer les deux conceptions du style antinomiques qui depuis près d’un siècle motivent le clivage de la stylistique, avec d’un côté la stylistique ballyenne, ou stylistique de l’expression, qui serait l’affaire des linguistes, et de l’autre une stylistique de la spécificité littéraire, souvent rebaptisée « études de style ». On ne peut mollement synthétiser ces deux conceptions, ni les démotiver par le nivellement artificiel, ou la dilution, en déclarant que le style c’est tout le discours (option de Genette 1991). Si l’on considère le style comme l’horizon d’un processus, celui d’une valeur advenant au discours par étapes, c’est la continuité du mouvement qui s’impose. On observe que la première appropriation, mobilisant les « moyens expressifs » de Bally, cible un style, qui qualifie le discours pour un projet communicationnel. À ce stade, il y a donc déjà prise de valeur, même si aux yeux de certains cette valeur est modeste, et historiquement considérée comme pré-littéraire. Elle assure une reconnaissance et constitue aussi le socle des requalifications à venir, quand bien même ces requalifications seraient appelées à déborder les codes génériques, pour affirmer le style comme « forme émancipée15 ». On s’aperçoit alors que la stylogénèse portée par le temps opératif d’une construction intellectuelle, projette également en diachronie l’idée de style. On souscrira donc au projet d’une stylistique historique dans la perspective promue par Claire Badiou-Monferran16, qui s’appuie sur et stimule en même temps, un renouveau de la philologie. Cette stylistique historique est d’autant plus indispensable qu’elle réindexe les faits saillants sur les pratiques scripturaires d’une époque. L’effet de bascule qualitative du fait de langue au fait de style passe alors par des négociations intermédiaires. On a signalé l’étape des préconstruits génériques, il faut leur ajouter les « patrons stylistiques17 », en prise sur un état daté du champ littéraire : autant de microsystèmes qui relativisent la notion de style d’auteur. J.-P. Seguin avait démontré, dans une « description artisanale18 », qu’il n’y avait pas le style de Voltaire, mais des styles de Voltaire, congruents à un projet communicationnel, marqués par une grammaire du genre : Voltaire orateur, Voltaire conteur, Voltaire pédagogue. Considérons maintenant l’incise de discours direct que j’appelle « intégrée » (énonciativement enchâssée mais syntaxiquement enchâssante, du type : « Je suivis le capitaine Rolando [dans sa chambre], où pendant que je l’aidais à se déshabiller : Eh bien ! Gil Blas, me dit-il, tu vois de quelle manière nous vivons… »), ce type d’incise aujourd’hui se remarque, mais cette façon d’amortir la rupture entre les niveaux énonciatifs19, est assez récurrente dans la prose narrative du XVIIIe siècle pour présumer un mode de textualisation daté, frappé sans doute au coin de l’idée qu’à l’époque on se faisait de la fluidité narrative.

13Cette observation m’amène à répondre positivement à l’une des questions suggérées par le texte de cadrage de notre colloque : oui, on peut élaborer, avec la souplesse qui s’impose, une périodisation littéraire interne, déliée de l’histoire externe, fondée sur l’histoire des valeurs assignables à des phénomènes langagiers prégnants. Et c’est bien parce que le sentiment de la valeur est historicisable, que j’ai employé pour le style le terme d’horizon d’un processus, car la ligne d’horizon se déplace avec l’observateur.

  • 20 Jaubert A., La Correspondance entre Henriette*** et J.-J. Rousseau. La subjectivité dans le discou (...)
  • 21 Dont la thèse, infiniment plus nuancée que la vulgate du « fossé infranchissable » entre l’emploi (...)
  • 22 Jaubert A., « Le style et la vision. L’héritage de Leo Spitzer », op. cit, conclusion.
  • 23 Je l’ai appelée « apposition qui prend le large » (Jaubert A., « Entre nécessité et vertu, une lim (...)
  • 24 Deleuze G., Critique et clinique, Paris, Éditions de Minuit, 1993, p. 15.

14Dans la foulée et pour finir je répondrai à une autre question cruciale, solidaire de la précédente, et incluse dans mon schéma : c’est celle du « comment lier un fait de langue et un effet de style ? » Même si la valeur d’un fait de langue relève d’un puissant imaginaire d’époque, rien n’interdit des réappropriations singulières : les visées de la diagonale du style sont récursives, et, à partir du fonds « langue littéraire », la relance particularisante est toujours possible. Elle passe par le sentiment d’une limite de rendement linguistique. La limite de rendement qui convertit le fait de langue en fait de style est une sollicitation extrême, qui dépasse l’environnement porteur de l’époque et du genre, pour atteindre son « heure de vérité20 ». En germe dans la langue de tous, comme le reconnaissait Charles Bally21, la configuration requalifiante paraît, à force de congruence, être taillée sur mesure pour un à-dire singulier, cristallisant dans la perception synthétique du sens et de la valeur toute l’intelligence du discours : on croise la notion spitzérienne « d’étymon spirituel », une notion intuitive, séduisante, mais qui n’est pas ex nihilo la pierre philosophale du style. Car la maximalisation d’une saillance formelle n’agit pas isolément, elle doit être rapportée à des régulations englobantes, dans une convergence de traits structurants22. J’ai étudié l’apposition thématisante fréquente dans le discours psychologisant classique (sur le modèle des stances du Cid, « Percé jusques au fond du cœur… ») : lorsque cette construction vient à rompre avec son statut de prédication seconde23 (en suspendant indéfiniment le bouclage attendu de la prédication « première »), elle ouvre une béance syntaxique qui inscrit le manque dans la description de l’être. Nous avons tous dans notre pratique fait de telles rencontres qui révèlent l’avènement du style dans la langue : une appropriation qui signe à la fois la congruence du discours à un dessein, et la capacité de la langue à devenir autre. C’est la grande tâche de la stylistique que d’interroger les conditions du « devenir-autre24 » de la langue, des conditions linguistiques évidemment, mais aussi des conditions culturelles et sociales.

Notes

1 Bordas É., « Style ». Un mot et des discours, Paris, Kimé, 2008.

2 Jaubert A., La Correspondance entre Henriette*** et J.-J. Rousseau. La subjectivité dans le discours, Genève-Paris, Slatkine-Champion, 1987.

3 Jaubert A., « Présentation », La Stylistique et son domaine. L’Information grammaticale, 70, juin 1996.

4 Starobinski J., « Leo Spitzer et la lecture stylistique », introduction aux Études de style de Leo Spitzer, Gallimard, 1970, p. 23.

5 Guillaume G., Essai de mécanique intuitionnelle (cité par Soutet O. « Un et le tenseur binaire radical », La Langue, le style, le sens. Études offertes à A.-M. Garagnon, Badiou-Monferran Cl. et al. (dir.), Paris, L’Improviste, 2005, p. 117).

6 La psychomécanique de Guillaume repose sur l’idée que toute opération de pensée requiert du temps pour se réaliser : ce temps, très bref, de l’opération mentale est appelé temps opératif.

7 Jaubert A., « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue », Pratiques, no 135-136, 2007, p. 47-62.

8 Bakhtine M., Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1984.

9 Jaubert A., « Le style et la vision. L’héritage de Leo Spitzer », La Stylistique et son domaine, op. cit.

10 Goethe disait que le style donne « une forme sensible à l’essence des choses appréhendée dans sa pureté » (« Simple imitation de la nature, manière, style », Écrits sur l’art, trad. 1996, Garnier-Flammarion, p. 95-105).

11 Voir Maingueneau D., Contre Saint-Proust, ou la fin de la littérature, Paris, Belin, 2006.

12 Jenny L., « L’objet singulier de la stylistique », Littérature, 89, février 1993, p. 117.

13 Que je partage avec Adam J.-M., « Penser la langue dans sa complexité : les concepts de gradualité, dominante et comparaison chez Bally », Stylistique, Énonciation, Crise du français, Louvain-Paris, BIG, Peeters, 2006, p. 3-19.

14 Jaubert A., « Pour une théorie intégrative du style », Au-delà des frontières : Perspectives de la stylistique contemporaine, Narjoux C. (dir.), Peter Lang, 2012, p. 197-208.

15 Ibid.

16 Colloque des 15, 16 et 17 mars 2012 intitulé Sciences des textes d’ancien régime : Stylistique historique et/ou Analyse du discours ?

17 Philippe G., « Registres, appareils formels et patrons », Les Registres, Gaudin-Bordes L., Salvan G. (dir.), Bruxelles, Academia Bruylant, 2008, p. 27-37.

18 Seguin J.-P., « Voltaire et la variation des styles », L’Information grammaticales, 70, La Stylistique et son domaine,Jaubert A. (dir.), 1996, p. 5-10.

19 Ainsi arrimé, le DD assujettit fortement la voix du personnage à la « voix de son maître », le narrateur (Jaubert A., « L’hétérogénéité énonciative dans Gil Blas de Santillane », Paris, PUPS 2002, p. 99-110).

20 Jaubert A., La Correspondance entre Henriette*** et J.-J. Rousseau. La subjectivité dans le discours, op. cit., p. 10.

21 Dont la thèse, infiniment plus nuancée que la vulgate du « fossé infranchissable » entre l’emploi du langage dans des circonstances communes, et l’emploi qu’en fait un poète, un romancier, un orateur (Bally Ch., Traité de stylistique française, 2 vol. , Genève-Paris, Georg-Klincksieck, 1951, § 21, p. 19) s’équilibre par une perspective continuiste qui stipule « plus les combinaisons linguistiques d’un écrivain lui restent propres, plus on peut parler de style ; mais c’est une différence de degré, non de nature » (Bally Ch., Le Langage et la vie, Genève, Droz, 1965 [1913], p. 61).

22 Jaubert A., « Le style et la vision. L’héritage de Leo Spitzer », op. cit, conclusion.

23 Je l’ai appelée « apposition qui prend le large » (Jaubert A., « Entre nécessité et vertu, une limite de rendement syntaxique. Quand l’apposition prend le large », Le Français moderne, 2, T. LXXVI, 2008, p. 129-139).

24 Deleuze G., Critique et clinique, Paris, Éditions de Minuit, 1993, p. 15.

Table des illustrations

Légende Figure 1. La Diagonale du style
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/53143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Auteur

Professeur de linguistique française à l’université de Nice, membre de l’UMR Bases, Corpus, Langage, a développé une approche spécifique des textes : la stylistique pragmatique, initiée par sa thèse, La correspondance entre Henriette*** et Jean-Jacques Rousseau. La subjectivité dans le discours, Slatkine-Champion, Genève-Paris, 1987, 561 pages, première application à l’échelle d’une œuvre, de la pragmatique à la stylistique. Voir également La Lecture pragmatique (Hachette 1990).
Par la suite, les publications d’Anna Jaubert ont illustré et théorisé sa conception d’une stylistique intégrée dans le champ des sciences du discours, ainsi qu’une pragmatique des figures (Euphémisme, litote, ironie, calembour…). Elle travaille actuellement à une théorie du style dont « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue » (Pratiques 135-136, 2007) pose les bases.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540