Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Première partie. Approches théoriques

Fait de pensée, fait de langue, fait de discours, fait de style : les quatre fées du langage

Stéphane Gallon

Texte intégral

  • 1 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de (...)

1Les conférences prononcées par Gustave Guillaume à la Sorbonne les jeudis de l’année 1945-1946 sont réunies dans le 18e tome de la collection des Leçons de linguistique des Presses de l’université de Laval sous le titre Faits de langue et Faits de discours. Dans le cours du 22 novembre, nous pouvons lire : « procès de langage = 1 = fait de langue + fait de discours1 ». De même, si nous consultons Le Dictionnaire terminologique de la systématique du langage d’Annie Boone et André Joly, à la rubrique « fait » sont évoqués les faits de grammaire, les faits linguistiques, les faits d’expérience, les faits de pensée, les faits de langage, les faits révélateurs, les faits de parole, les faits de langue et, enfin, les faits de discours. Autrement dit, dans l’un et l’autre ouvrage, nulle trace des faits de style. Devons-nous en déduire que Gustave Guillaume ne s’y est pas intéressé, qu’il faut voir en eux non pas des unités systémiques du langage mais au mieux des outils rhétoriques, un saupoudrage d’éléments décoratifs et au pire une création fantaisiste, un mauvais pastiche linguistique de littéraires en mal de reconnaissance ?

Guillaume, Wilmet et le style

2Le grand défricheur qu’est Wilmet, dans un article aussi fondateur que redoutable, puisqu’il y dénonce la « patalinguistique débridée » de moult critiques littéraires, s’est en fait dès 1981 attaqué à cette question. Il rappelle que c’est en 1912 que Guillaume évoque pour la première fois le concept de style :

  • 2 Guillaume G., Études de grammaire française logique. Le lieu du mode dans le temps, dans l’espace  (...)

pour servir sa pensée finale, [un écrivain dont on dit qu’il a créé ou qu’il s’est créé une langue] a su, plus ou moins habilement, triompher des résistances à lui opposées par la langue en usage de son temps2.

  • 3 Boone A., Joly A., Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, 2e éd., L’Harmattan, (...)
  • 4 Wilmet M., op. cit., p. 408.

3Cependant dès Temps et Verbe, sans doute sous l’influence de Bally, un infléchissement très net se fait sentir. En mettant en relief telle ou telle partie de l’énoncé, en choisissant, « parmi les formes que lui offre la langue, les formes d’emploi correspondant le mieux à son sens d’intention3 », le style, qui appartient au discours4, devient pour Guillaume une compétence pragmatique, le moyen de l’expressivité, le moyen qu’a l’énonciateur de manifester sa subjectivité. Par la suite, il restera globalement sur cette ligne mais une remarque de 1943-1944 montre bien qu’il n’est pas pleinement satisfait :

  • 5 Guillaume G., Leçons de linguistique 10, p. 299, cité par Boone A., Joly A., op. cit., p. 405.

Je médite depuis longtemps de consacrer un peu de temps à une étude du propos, et je discerne que c’est sur une telle étude que l’on pourrait fonder le mieux une stylistique qui serait autre chose qu’un à peu près5.

4Dans l’article évoqué plus haut, Wilmet, après avoir recensé plusieurs utilisations plus ou moins ponctuelles et plus ou moins rigoureuses de l’approche guillaumienne du style, tente de poursuivre la réflexion entamée par Guillaume. Fort des théories de ce dernier, il propose, pour rendre compte des faits de style, trois grandes pistes ressortant respectivement de la psychomécanique, de la psychosystématique et de la psychosémiologie.

  • 6 Wilmet M., op. cit., p. 415.

5Du point de vue psychomécanique, le fait de style serait la résultante discursive d’une sélection opérée à partir du fonds lexical, morphologique, syntaxique, phonétique de la langue. Marouzeau et Cressot ne semblent pas très loin. Wilmet propose comme exemple ce qu’il appelle « le problème des “niveaux de langue” – étagés du “noble” au “vulgaire”6 ».

6Du point de vue psychosystématique, le fait de style serait un écart par rapport aux structures sub-linguistiques, par rapport aux schémas syntaxiques, morphologiques et mélodiques de la langue. Tel serait le cas par exemple de la permutation « Belle marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour » dans Le Bourgeois gentilhomme.

  • 7 « Ne me laisserez-vous que cette confusion du soir – après que vous m’ayez, un si long jour, nourr (...)

7Enfin, du point de vue psychosémiologique, le fait de style serait le fait d’opérer dans le discours une saisie du signifié de puissance de la langue et donc d’exploiter, d’actualiser, un voire plusieurs signifié(s) d’effet. La dimension linguistique serait le processus, la dimension stylistique serait la résultante. Wilmet propose comme exemple l’emploi par Saint-John Perse d’un subjonctif derrière après que7. Cette saisie (de deuxième chronothèse) aurait pour effet de donner une image plus indifférenciée du temps correspondant bien au cotexte qui évoque justement la « confusion du soir ».

  • 8 Wilmet M., op. cit., p. 421.

8L’approche guillaumienne déboucherait donc sur trois stylistiques nommées respectivement par Wilmet, stylistique du choix, stylistique de l’écart et stylistique de l’effet (la dernière n’ayant rien à voir avec ce que Riffaterre ou Molinié mettent sous cette dénomination). Même si tout « phénomène ne se prête pas au triple envisagement8 », ces trois stylistiques, précise Wilmet à la fin de son article, sont complémentaires et pas forcément exclusives.

Il est mort le style ?

9Trente ans plus tard, autant du point de vue pragmatique, et surtout local et sporadique, ces trois pistes restent intéressantes pour par exemple rendre compte de tel ou tel fait spécifique dans tel ou tel texte, autant du point de vue théorique, elles ne sont pas sans problèmes.

  • 9 Gardes Tamine J., « De la grammaire à la stylistique : à propos de l’ordre des mots », Gouvard J.- (...)

10Tout acte de langage n’est-il pas choix ? Dire « vous vous endormez » plutôt que « vous vous assoupissez » est la résultante discursive d’une sélection opérée à partir du fonds lexical. Autrement dit, tout devient style. Une telle approche donne donc totalement raison à Gardes Tamine quand elle écrit « je dirais que la stylistique n’existe pas mais que tout est grammaire9 ».

11La stylistique de l’écart n’est guère plus satisfaisante. Certes, elle n’est à confondre ni avec celle défendue par Fontanier, Spitzer, Bruneau et Guiraud, ni avec celle proposée par Riffaterre. Il ne s’agit pas ici d’un écart entre la langue commune d’une époque et l’usage particulier qu’en fait un écrivain de cette même époque. Il ne s’agit pas non plus d’un écart par rapport au cotexte. En effet, avec l’approche guillaumienne, la norme n’est pas sous l’emprise d’un temps, d’un milieu, d’un genre ou d’un texte, elle est issue de systèmes sub-linguistiques, de schèmes préétablis qui ont une durée de vie très longue. Pour Guillaume, les schèmes sub-linguistiques du XVIIe siècle sont globalement les mêmes que ceux d’aujourd’hui et, sous ce point de vue, rien ou presque ne sépare une page de Saint-Simon d’une page de Céline. Nous n’en retrouvons cependant pas moins les difficultés engendrées par les théories traditionnelles de l’écart. Une telle approche présuppose un degré zéro de langue, une langue blanche, des systèmes sublinguistiques blancs. Bien malin qui pourrait les déterminer. Une telle approche laisse aussi entendre que la transgression est le critère de la littérarité. Quid des textes qui ne portent pas la langue à son point de rupture ou qui justement recherchent une écriture blanche ? Doit-on en déduire qu’ils sont sans style ? Ne pourrait-on pas voir un fait de style dans ce refus de style ? Est-il même possible d’écrire, de parler, de penser sans avoir recours à des faits de style ? Qui plus est, si dans un discours tout ou presque est écart par rapport aux schèmes sub-linguistiques, les non-écarts ne seraient-ils pas en fait les vrais faits de style ? Enfin, un des intérêts majeurs de la théorie de Guillaume par rapport à celle de Saussure est son refus du synchronique. Les schèmes sub-linguistiques ne sont pas fixés une fois pour toutes. Le passage des langues à caractères aux langues à racines pluriconsonantiques de type sémitique puis aux langues à mots en est la meilleure preuve. Une telle approche postule que le sub-linguistique, même si c’est à un rythme très lent, est mobile. Il y a donc toujours possibilité que l’écart perçu soit en fait la nouvelle norme.

  • 10 Genette G., « Style et signification », Fiction et diction, Le Seuil, 1991, cité par Petitjean A., (...)

12Terminons avec la stylistique de l’effet à laquelle on peut faire exactement le même reproche qu’à la stylistique du choix. L’utilisation dans le discours de n’importe quelle lexie, de n’importe quel tiroir verbal consiste en une saisie par la pensée d’un signifié de puissance qui s’actualise en signifiés d’effet. Autrement dit, comme l’écrit Genette, « le “fait de style”, c’est le discours lui-même10 ». Autrement dit encore, « fait de style » devient synonyme de « fait de discours » et perd donc toute raison d’être.

13Une nouvelle fois, l’aporie menace. Doit-on pour autant abandonner la piste guillaumienne ? Avec Cahné, nous aurions tendance à croire que

  • 11 Cahné P.-A., « Linguistique et critique littéraire : psycho-mécanique et analyse stylistique », La (...)

l’idée que le signifié de langue n’est jamais directement repérable parmi les signifiés de discours identifiés par l’analyse est une thèse qui ne peut laisser indifférent le stylisticien à l’écoute de signes pertinents qui font une œuvre littéraire11.

14Si, persuadé du potentiel de la théorie guillaumienne en stylistique, l’on ne veut donc pas la reléguer à la rubrique des vieilleries rouillées, la solution pour espérer progresser un tant soit peu ne consisterait-elle pas à escalader la montagne par une tout autre face que celle choisie par Wilmet ? Celui-ci, dans ses trois stylistiques, conformément à la pensée de Guillaume, envisage le fait de style en se tournant essentiellement du côté de l’expression mais comme l’écrit lui-même le fondateur de la psychomécanique :

  • 12 Guillaume G., Leçons de linguistique 1949-1950, série A, volume 4, « Structure sémiologique et str (...)

il ne peut être de théorie d’expression satisfaisante que si l’on dispose d’une théorie de représentation réussie. En l’absence d’une juste théorie de représentation, on se noie parmi les effets de sens innombrables et souvent apparemment contradictoires que produit le discours12.

  • 13 « Il y a un schème sous toute la langue, non pas seulement sous le verbe, mais sous le nom, sous l (...)

15Ne faudrait-il pas reprendre le problème en se tournant du côté de la théorie de la représentation ? Ne faudrait-il pas remonter à la causalité de l’observé, chercher au-delà des faits de style, comme Guillaume l’a d’ailleurs fait pour la linguistique et comme Guillaume invite à le faire pour la stylistique13, les schèmes sub-linguistiques dont ils sont la résultante, voire à aller encore plus loin en amont en remontant jusqu’aux faits de pensée ? Ne pourrait-on pas aussi enfin envisager le fait de style non pas comme une simple résultante discursive du processus linguistique mais bel et bien comme une étape essentielle du processus linguistique ?

16Pour tester ces hypothèses et déterminer la place que pourraient occuper les schèmes stylistiques sub-linguistiques dans le processus langagier, rappelons à gros traits les différentes étapes théorisées par Guillaume et reprécisons ce qu’il entend par fait de pensée, fait de langue et fait de discours.

Le fait de pensée

  • 14 Boone A., Joly A., op. cit., p. 166.
  • 15 Guillaume G., « Notes de M. Guillaume destinées à M. Moignet », 1950 ?, Malengreau M., La Correspo (...)
  • 16 Guillaume G., Le Problème de l’article, Paris, Hachette, 1919, p. 78, cité par Boone A., Joly A., (...)
  • 17 Guillaume G., Leçons de linguistique 1948-1949, série C, volume 3, « Grammaire particulière du fra (...)
  • 18 Guillaume G., Leçons de linguistique 1947-1948, série C, volume 8, « Grammaire particulière du fra (...)
  • 19 Monneret P., Notions de Neurolinguistique théorique, « Langages », Dijon, Éditions Universitaires (...)
  • 20 Guillaume G., Essai de mécanique intuitionnelle I, Espace et temps en pensée commune et dans les s (...)
  • 21 Guillaume G., « Rapport de G. Guillaume sur l’état d’avancement de ses travaux à la date du 11 jui (...)

17Une des grandes originalités de Guillaume est de privilégier l’idée du langage représentation sur l’idée du langage instrument de communication, de privilégier la relation homme/monde sur la relation homme/homme. Pour lui, nos ancêtres ont d’abord perçu le monde comme une sorte d’immense magma indivis, désordre et continu qu’il nomme « la matière », « le contenu », « le pensable ». La première connaissance que l’homme a du monde est immédiate, empirique, directement éprouvée et fondée par les sens. Elle ne passe pas par le truchement du langage, elle est juste « expérience14 ». De l’expérimenté sort le représenté : « Il est, en quelque sorte, une traduction […]. Par exemple, l’esprit humain se représente le temps à partir de l’expérience qu’il en possède15. » À ce stade, la pensée « déborde par son étendue toutes les représentations momentanées réalisables par le langage16 ». Elle « existe en nous, s’agite en nous, indépendamment de la langue17 ». Elle est « libre, entièrement libre, infinie en son devenir, activement libre18 ». Cette opération de régulation de l’expérience en représentation « puisqu’elle prend son départ à l’universel et trouve son accomplissement au particulier […] est de type particularisant19 » : elle consiste à diviser le magma premier, la matière, le pensable, en notions « de toutes sortes, toutes celles dont l’esprit peut, selon les circonstances de son activité, avoir besoin20 ». Si l’on en croit Guillaume, c’est cette « idéation notionnelle » qui « fait l’homme pensant21 ». Grâce à elle, il peut se représenter à la fois l’univers extérieur du hors-Moi et l’univers intérieur du Moi. Cependant diviser la matière à l’infini, remplacer le magma premier par une multitude de notions dissemblables ne peut que conduire à la dispersion et à la dilution. Pour pouvoir réellement penser, il faut donc à un moment ou à un autre interrompre la dynamique par une

  • 22 Guillaume G., Essai de mécanique intuitionnelle I, Espace et temps en pensée commune et dans les s (...)

idéation de finalité différente, nommée ici idéation de structure, laquelle consiste non pas à produire librement des idées, mais à en opérer la saisie dans l’esprit qui les produit, autrement dit, à les faire passer dans la pensée même d’un état opératif de production à un état résultatif d’existence22.

  • 23 Guillaume G., inMalengreau M., op. cit., p. 347-348.

18Pour que la saisie opérée soit représentative du monde, l’esprit, après avoir cherché à séparer, va donc tendre, dans un mouvement inverse, à relier, à réunir. Après avoir opéré un cinétisme allant du général au particulier, il va opérer un cinétisme allant du particulier au général, cinétisme qui, pour éviter l’éparpillement, cherche à mettre sous la même notion plusieurs divisions du réel en se focalisant sur ce que ces divisions ont en commun. « La loi ici régnante est celle, siégeant à la racine du langage humain, de la convergence des séries expérimentales à une représentation qui en dit la somme mentalement promue à la permanence23. » Le fait de pensée serait donc la résultante d’un acte de discernement constituant à produire par un double cinétisme la matière d’une notion.

  • 24 Boone A., Joly A., op. cit., p. 223.
  • 25 Boone A., Joly A., op. cit., p. 223.
  • 26 Boone A., Joly A., op. cit., p. 315.
  • 27 Moignet G., Systématique de la langue française, Paris, Klincksieck, 1981, p. XI.

19Pour rendre plus claires ces différentes remarques, jouons quelques instants à être le nouveau Rousseau d’un nouveau Discours sur l’Inégalité et reconstituons, sans complexe, un petit pan de la nouvelle grande fresque de l’histoire de l’humanité. Au commencement « la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l’abîme ». Comment subsister dans un tel univers ? En l’appréhendant, en le subdivisant : « Dieu sépara la lumière et les ténèbres. » Mais la « lumière » du matin n’est pas la même que la « lumière » du soir et pas une « lumière » d’un soir n’est la même que celle d’un autre soir. Mais les « ténèbres » d’une nuit sans étoiles ne sont pas les « ténèbres » d’une nuit avec étoiles. Le divisé peut à son tour se diviser et se rediviser et ce à l’infini puisqu’il n’existe sans doute dans l’univers aucune répétition parfaite. Arrive donc un moment où l’homme (l’animal ?), en fonction de ses besoins pratiques, stoppe son découpage et pour ce faire procède à un mouvement inverse : il cherche alors non plus à particulariser encore plus le phénomène observé mais au contraire il cherche ce qu’il a de commun avec d’autres phénomènes voisins : « Il y eut un soir, il y eut un matin. » Ce simple exemple montre bien que si l’idéation notionnelle est une « opération productrice de la matière […] d’une notion24 », l’idéation de structure est une opération qui pour arrêter le processus de divisibilité va chercher à donner une forme à la notion saisie25 et c’est là que surgit la langue : « si la pensée existe “indépendamment” de la langue quant à son contenu, c’est la langue qui donne forme à ce contenu et, du même coup, fournit à la pensée les moyens de saisir sa propre activité26 ». « La langue est, en définitive, un mécanisme mental de formalisation, la matière à formaliser étant l’expérience humaine27. »

Le fait de langue

  • 28 Vernant D., Introduction à la philosophie contemporaine du langage, Paris, Armand Colin, coll. « U (...)
  • 29 Guillaume G., « De G. Guillaume à B. Pottier », 29 septembre 1958, Malengreau M., op. cit., p. 214

20La théorie de Guillaume est, nous le voyons, à l’opposé de l’épistémê classique qui postule que choses étendues et choses pensantes, corps et âmes, sont séparées et que l’âme pense le monde à l’aide d’idées qui ne doivent rien au langage, puisque celui-ci est une manifestation du corps28. Guillaume, au contraire, croit en une interaction pensée/langue et ne cesse de répéter le mot d’Henri Delacroix, à savoir « la pensée fait le langage (= itus) en se faisant (= reditus) par le langage29 ». Autrement dit, dans notre petite histoire de l’humanité, après avoir expérimenté les notions de « jour » et de « nuit », notre nouvel Adam ou plutôt sa pensée se saisit elle-même et, pour ce faire, utilise les moyens systématisés, organisés et institués qui sont à sa disposition, ces moyens sont les représentations du pensable de la collectivité à laquelle elle appartient :

  • 30 Guillaume G., « Phénomène et épiphénomène dans le langage », Essai de mécanique intuitionnelle I, (...)

Toute pensée humaine emporte avec elle un état d’organisation intérieure, commun à une collectivité plus ou moins étendue, qui représente dans l’esprit humain de l’institué, dont la langue est la reproduction. Cet institué est dans la pensée et dans la langue qui le reproduit de l’accompli durable à partir duquel s’engagent les actes momentanés de pensée et ceux correspondants de langage30.

21Mais la langue n’est pas que reproduction de représentations, elle est, elle-même, moyen systématisé, organisé et institué de saisir la pensée, de représenter intégralement le pensable et devient même, puisqu’elle pourvoit le pensable d’une systématisation intérieure et réunit en elle l’ensemble des moyens que la pensée a systématisé et institué, « le » moyen de saisir sa pensée, « le » moyen de représenter le réel. Ce qui fait que notre nouvel Adam en nommant « la lumière “jour” et les ténèbres “nuit” » non seulement précise les frontières des deux notions en question mais les conceptualise, les définit, affine sa représentation, découvre, par la « puissance de contraster », de nouveaux concepts comme par exemple ceux de « clarté » et d’« obscurité », en un mot… pense.

  • 31 Monneret P., op. cit., p. 16.

22Mais avant d’en arriver là, le chemin est long et, les groupes humains ayant des expériences différentes entraînant des visions du monde différentes, toutes les langues ne découpent pas la matière et ne fonctionnent pas de la même façon. Il suffit d’ailleurs d’avoir traduit trois lignes dans sa vie pour en avoir la confirmation. Le mot à mot est toujours catastrophique. Cependant, que l’on parle chinois, hébreu ou français, la « représentation intégrale du pensable31 » qu’est la langue, puisqu’il s’agit maintenant de décrire plus précisément son fonctionnement, reste un système ou plutôt un système de systèmes très cohérent qui donne aux représentations du pensable la systématisation qui leur manquait. Elle dépose en nous

  • 32 Guillaume G., Temps et verbe, p. 120-122 cité par Monneret P., op. cit., p. 30.

non […] seulement des concepts qui servent à exprimer la partie matérielle de la pensée, mais […] tout un mécanisme d’emploi de ces concepts. L’image de ce mécanisme est même la partie la plus profonde de la langue virtuelle, celle qui se dessine sous toutes les autres, en ce sens que le sujet parlant ne saurait entrer dans aucune action de langage sans avoir, au préalable, évoqué sommairement en lui les possibilités que le mécanisme de la langue lui offre et entre lesquelles il lui faut choisir. Aussi nommerons-nous l’image d’ensemble de ce mécanisme le schème sublinguistique32.

  • 33 Monneret P., op. cit., p. 18-19.
  • 34 Ibid., p. 18-19.
  • 35 « [C]’est-à-dire une idée particulière portée intérieurement à la plus grande imparticularisation (...)

23Pour Guillaume, dans une langue comme le français, le mécanisme qui aboutit aux mots est la prolongation du mécanisme qui fonde la pensée, à savoir la prolongation du mouvement allant du général au particulier puis du particulier au général. Le premier mouvement (l’idéogenèse) consiste à isoler dans le magma de la matière un signifié de puissance. Le signifié de puissance « est un mouvement de pensée orienté sur lequel peuvent être pratiquées plusieurs saisies délivrant chacune un signifié d’effet33 ». Le contenu du signifié d’effet dépend du moment où a lieu la saisie. Si la saisie a lieu au début du mouvement, le sémantisme est très large, s’il a lieu tardivement, il est beaucoup moins étendu : « Du côté du signifié de puissance, siège donc l’unité […] ; du côté du signifié d’effet, règne la multiplicité des valeurs obtenues par saisie précoce ou tardive34. » Le signifié d’effet se matérialise en une notion, en un concept35 qui fournira la matière notionnelle du mot. Le second mouvement (la morphogenèse) consiste

  • 36 Moignet G., op. cit., p. 11.

à verser l’idée discernée dans les cadres permanents et généraux que la pensée a élaborés pour entendre le pensable ; cette opération va du particulier de la notion discernée à la généralité des catégories linguistiques, applicables à toute espèce de matière notionnelle36.

24Dans notre petite histoire de l’humanité, le signifié de puissance est donc un mouvement de pensée tentant de représenter l’expérience du « jour ». Ce mouvement allant du général au particulier, une saisie précoce aboutira au concept très général de « lumière », une saisie plus tardive aboutira au concept moins général de « période entre le matin et le soir ». Si la lexigénèse conduit ainsi au concept de « jour », la morphogénèse aboutit, elle, aux formes « genre », « nombre », « personne », « nom », etc. que l’on retrouve en discours dans les syntagmes « le jour », « la clarté », « la nuit », « l’obscurité ».

  • 37 Monneret P., op. cit., p. 16.
  • 38 Guillaume G., Leçons de linguistique de GustaveGuillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de d (...)
  • 39 Guillaume G., Ibid., p. 4.
  • 40 Guillaume G., Ibid., p. 3.
  • 41 Guillaume G., Ibid., p. 4-5.

25Les faits de langue sont donc des « représentations partielles du pensable, construites par prélèvement37 », « les opérations poursuivies depuis des millénaires qui ont abouti à la possession de mots construits, préconstruits, dont j’ai l’immédiate […] disposition38 », « la possession et, conséquemment, la construction des mots39 ». Les faits de langue sont en nous continuellement dans « l’en deçà de l’acte de langage40 » : « Je possède la langue même quand je dors. Je la possède de la même manière que je possède la vie. Elle fait partie intégrale de ma vie mentale, de la vie de mon esprit41. » Les faits de langue ne sont pas directement observables, ils n’ont pas de corps, ce sont des signifiés sans signifiant. Leur inactualité n’est cependant absolument pas synonyme d’irréalité.

26Nous le voyons, à ce stade, la langue

  • 42 Monneret P., op. cit., p. 18.

est construite en pensée seulement, encore dépourvue d’une forme physifiée. Cette première opération est d’ordre psychosystématique. Lui succède une seconde opération d’ordre psychosémiologique, correspondant à la trouvaille, dans la sémiologie existante, d’un signifiant de puissance convenant au signifié de puissance construit préalablement42.

  • 43 Moignet G., op. cit., p. 11.
  • 44 « Le signe – c’est-à-dire le signifiant dans la terminologie saussurienne », Monneret P., op. cit. (...)
  • 45 Guillaume G., « Cours de G. Guillaume, Notes prises par G. Moignet », 17 janvier 1957, inMalengrea (...)
  • 46 Moignet G., op. cit., p. 11.
  • 47 Guillaume G., « De Gustave Guillaume à M. Lejeune » 6 octobre 1954, Malengreau M., op. cit., p. 30 (...)
  • 48 Moignet G., op. cit., p. 12.

27Autrement dit, pour permettre sa traduction en discours, pour que la communication devienne possible, l’idée cherche à se physifier, cherche à s’associer à une image acoustique, motrice ou optique43. « Le signe44 ne cherche pas l’idée, c’est l’idée qui cherche le signe45 » commente Guillaume. Pour ce faire, la langue ne crée par le signe ex nihilo, elle se sert « des signes précédemment affectés à un autre rôle46 ». Elle fabrique par exemple l’article défini « la » à partir du démonstratif « illa », elle crée le mot « journée » à partir du mot « jour ». Dès qu’un signe semble adéquat, il est adopté même si d’autres signes plus adaptés auraient aussi pu être choisis. La conséquence est que contrairement aux schèmes linguistiques qui sont la rigueur personnifiée, l’ensemble des signes utilisés en discours manque de systématicité. La loi qui gouverne la création des signes n’est pas celle de la cohérence mais de la convenance, celle de la simple suffisance expressive47. Maigre compensation, c’est grâce à cela que l’on peut voir de temps à autre les linguistes s’arracher les cheveux qu’il leur reste. En bout de course, le signe est donc « ce qu’on entend banalement par mot » mais il « peut être aussi la marque d’une catégorie grammaticale, comme celle du genre, du nombre, d’un temps verbal, etc.48 ».

Le fait de discours

  • 49 Guillaume G., « Rapport de G. Guillaume sur l’état d’avancement de ses travaux relatifs aux condit (...)

28Le discours est l’acte de langage qui consiste à porter sa pensée en dehors de soi vers d’autres, à exprimer certaines des formes que le système en langue offre, à passer du plan de la puissance au plan de l’effet par le biais de l’effection. Autrement dit encore, il est la « Résolution du dicible en dire, [la] Résolution du dire en DIT terminal49 », il est l’exprimé phonique, graphique ou mental résultatif des processus décrits plus haut. Conformément à ce que nous avons vu en évoquant l’étude des signes, il ignore les entiers systématiques, il ne connaît que des « bouts » de système.

  • 50 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de (...)
  • 51 Guillaume G., Ibid., p. 9.
  • 52 Guillaume G., Ibid., p. 3.
  • 53 Guillaume G., Ibid., p. 160-161.
  • 54 Guillaume G., Ibid.

29Le fait de discours est quant à lui « l’emploi du mot, à partir de sa saisie momentanée inclusivement50 », autrement dit la saisie de mots finis. C’est aussi le fait « de séparer les fonctions sujet, objet, attribut51. » Enfin, c’est « la mise en rang » des mots « dans une unité groupante, linéairement développée, qui a nom la phrase52. » Précisons cependant que Guillaume entend « phrase » au sens très large53 et qu’il faut voir derrière cette lexie « un discours limité » dont l’étude systématique reste totalement à entreprendre54. Dans cette unité d’effet qu’est la phrase, les unités de puissance que sont les mots fusionnent. C’est au moment où ces derniers ne font en quelque sorte plus qu’un que

  • 55 Guillaume G., Ibid., p. 169.

l’unité d’effet prend dans l’esprit sa pleine signification – sa signification globale. Ce moment de fusion dépassé, les unités de puissance reprennent leur indépendance, se séparent dans la pensée, regagnent le plan de la puissance, qui est leur habitat permanent55.

30Terminons en notant que par opposition au fait de langue, le fait de discours serait sous le contrôle de la conscience, voulu, observable, effectif, actuel, momentané, improvisé (alors que le fait de langue est, lui, institué).

Le fait de style, un découpeur de réalité

  • 56 Dastur F., Heidegger et la question du temps, Paris, PUF, coll. « philosophies », [1990], 2005, p. (...)

31Nous le voyons, tout semble fonctionner pour le mieux dans le meilleur des mondes au pays du langage, si ce n’est que… le réel est beaucoup plus riche que sa représentation et ce, bien sûr, quelle que soit la langue. Il est toujours possible de découper davantage le réel et il existe des milliards de façon de le découper. « On sait [en effet], depuis au moins Herder et surtout Humboldt, […] que toute langue est une vision du monde, qu’elle n’est pas par conséquent le simple instrument d’expression de simplifications préexistantes, mais qu’elle les constitue56. » On sait aussi depuis Bergson que le découpage du réel qu’est toute langue est le fruit de besoins pratiques :

  • 57 Bergson H., Le Rire, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2007, p. 116-117.

Ce que je vois et ce que j’entends du monde extérieur, c’est simplement ce que mes sens en extraient pour éclairer ma conduite ; ce que je connais de moi-même, c’est ce qui affleure à la surface, ce qui prend part à l’action. Mes sens et ma conscience ne me livrent donc de la réalité qu’une simplification pratique. Dans la vision qu’ils me donnent des choses et de moi-même, les différences inutiles à l’homme sont effacées, les ressemblances utiles à l’homme sont accentuées, des routes me sont tracées à l’avance où mon action s’engagera. Ces routes sont celles où l’humanité entière a passé avant moi. Les choses ont été classées en vue du parti que j’en pourrai tirer. C’est cette classification que j’aperçois, beaucoup plus que la couleur et la forme des choses. Sans doute l’homme est déjà très supérieur à l’animal sur ce point. Il est peu probable que l’œil du loup fasse une différence entre le chevreau et l’agneau ; ce sont là, pour le loup deux proies identiques, étant également bonnes à dévorer. Nous faisons, nous, une différence entre la chèvre et le mouton ; mais distinguons-nous une chèvre d’une chèvre, un mouton d’un mouton ? L’individualité des choses et des êtres nous échappe toutes les fois qu’il ne nous est pas matériellement utile de l’apercevoir. […] Enfin, pour tout dire, nous ne voyons pas les choses mêmes, nous nous bornons, le plus souvent à lire des étiquettes collées sur elles57.

  • 58 Bergson H, op. cit., p. 117.
  • 59 Guillaume G., Études de grammaire française logique. Le Lieu du monde dans le temps, dans l’espace(...)

32Ces étiquettes sont les mots et les mots ne notent « de la chose que sa fonction la plus commune et son aspect banal58 ». Plus que cela, nos besoins ne cessent de changer, et même si constamment de nouveaux mots se créent, même si constamment les acceptions bougent, la langue est dans l’impossibilité de suivre l’évolution des représentations. Si tel était le cas, la quantité des mots exploserait à un tel point que l’apprentissage serait beaucoup trop onéreux, que la compréhension des textes deviendrait de plus en plus problématique, que la transmission des informations et la communication seraient de plus en plus aléatoires. Ce n’est d’ailleurs évidemment pas un hasard si les langues à caractères ont fini par être supplantées par les langues à mots. Si la langue est un formidable outil à penser, elle est donc aussi un terrible obstacle à la pensée et ce, Guillaume en fait le constat dès 1912 : « Elle s’y oppose parce qu’elle donne à notre pensée des limites étroites : nul ne peut dire plus que ce que la langue qu’il parle permet59. » Elle s’y oppose parce qu’elle conditionne nos représentations.

33Face à ce conditionnement, face à ces limites, étant donné que les changements de schèmes-sublinguistiques se font dans le temps long, étant donné que la langue ne peut tout de même pas muer en profondeur tous les dix ans, elle est contrainte, si elle ne veut pas être en total décalage avec les nouvelles représentations qu’elle ne cesse de générer, de trouver des stratégies lui permettant de rendre compte des nouveaux découpages de la matière, de trouver un moyen de dire ce que les unités de puissance ne suffisent pas à dire.

34Ne serait-ce pas là que le fait de style entre en lice ? Ne pourrait-on pas voir dans le fait de style un moyen trouvé par la langue pour dire plus que le découpage simplificateur du réel qu’elle a généré, un découpage du réel plus fin et plus adaptatif que ne le sont les faits de langue, la forme d’une matière qui n’en avait pas ?

35Dire cela, ce n’est finalement que théoriser l’intuition des plus grands, ce n’est qu’aboutir aux mêmes conclusions que Bergson évoquant les artistes :

  • 60 Bergson H., op. cit., p. 119-120.

Et pour nous induire à tenter le même effort sur nous-mêmes, ils s’ingénieront à nous faire voir quelque chose de ce qu’ils auront vu : par des arrangements rythmés de mots, qui arrivent ainsi à s’organiser ensemble et à s’animer d’une vie originale, ils nous disent, ou plutôt ils nous suggèrent des choses que le langage n’était pas fait pour exprimer. – […] Ainsi, qu’il soit peinture, sculpture, poésie ou musique, l’art n’a d’autre objet que d’écarter les symboles pratiquement utiles, les généralités conventionnellement et socialement acceptées, enfin tout ce qui nous masque la réalité, pour nous mettre face à face avec la réalité même. […] L’art n’est sûrement qu’une vision plus directe de la réalité60.

36Proust ne dit, lui aussi, guère autre chose :

  • 61 Proust M., Le Temps retrouvé, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1983, p. 895

La grandeur de l’art véritable […], c’était de retrouver, de ressaisir, de nous faire connaître cette réalité loin de laquelle nous vivons, de laquelle nous nous écartons de plus en plus au fur et à mesure que prend plus d’épaisseur et d’imperméabilité la connaissance conventionnelle que nous lui substituons, […] le style pour l’écrivain, aussi bien que la couleur pour le peintre, est une question non de technique mais de vision. Il est la révélation, qui serait impossible par des moyens directs et conscients, de la différence qualitative qu’il y a dans la façon dont nous apparaît le monde, différence qui, s’il n’y avait pas l’art, resterait le secret éternel de chacun61.

37Quand le lexique du dictionnaire, quand la morphologie, quand les tiroirs verbaux de la grammaire ne rendent plus suffisamment compte de ce qu’est, par exemple, le temps, la phrase d’un Butor, par ses mille déploiements, par ses superpositions, par ses jeux musicaux, prend le relais et nous amène à découvrir un temps beaucoup plus complexe que le temps linéaire hérité de la tradition. Quand aucun mot n’est capable de rendre compte d’un détail du réel, la comparaison, la métaphore prennent le relais et, si elles sont, selon le mot de Ricœur, suffisamment « vives », nous amènent à découvrir des aspects jusqu’alors insoupçonnés du monde.

38Tentons de retracer le processus amenant au surgissement du fait de style. Le fait de langue naît lorsqu’il y a entre lui et le fait de pensée un rapport de convenance suffisante :

  • 62 Guillaume G., Essai de mécanique intuitionnelle I, Espace et temps en pensée commune et dans les s (...)

Le mot [lumière] institue dans l’esprit la convenance du fait de pensée que constitue l’idée substantive : [lumière] ; et la convenance ainsi instituée est réciproque, ce qui fait du mot [lumière] un signifiant, autrement dit un signe auquel est attaché inséparablement un signifié de puissance, sans lequel il ne serait pas un signifiant, mais un signe dépourvu de signification62.

  • 63 Ibid.

39Le fait de style, lui, surgit quand la pensée ayant élaboré un signifié de puissance se met en quête d’un signifiant de puissance et ne découvre pas de rapport de convenance suffisante entre le signifié de puissance en question et les formes issues des faits de langue, lorsque face à un découpage de la réalité, la langue est incapable de fournir une unité de puissance, lorsqu’un « signe ne convien[t] pas suffisamment à ce qu’il s’agit de signifier63 ». De ces premières remarques, l’on peut déduire que le fait de style est certainement un fait tardif sur la ligne du temps opératif, qu’il naît entre l’unité de puissance et l’unité d’effet, sans doute dans le temps praxéogénique un peu en deçà du seuil S qui sépare le fait de langue du fait de discours. Étant donné qu’il est généré moins en profondeur que le mot, on peut aussi en conclure que le fait de style est certainement issu d’un système moins cohérent que celui des faits de langue mais pour autant, puisqu’en amont du discours, plus systématique que ce que laisserait croire une simple observation de ce dernier. Deux cas de figure semblent en tous les cas se présenter.

40Suite à une nouvelle expérience, l’individu concerné prend conscience d’un nouveau découpage du réel externe ou interne. Après avoir opéré une saisie dans ce nouveau signifié de puissance, il cherche à le physifier, il se met en quête d’un signifiant de puissance « convenant » à ce signifié de puissance. N’en trouvant aucun, ne trouvant aucun mot convenant au nouveau concept pensé, il se sert des signes précédemment affectés à un autre rôle et fabrique, pour rendre compte de la nouvelle réalité, un néologisme ou bien emprunte le mot dont il a besoin aux univers diachronique, diatopique, diastratique ou diaphasique. Pour décrire par exemple la luminosité très faible et légèrement inquiétante d’une nuit étoilée, le locuteur va d’abord faire appel aux lexies qu’il a en réserve : « lumière », « luminescence », « lueur », « clarté », etc. Estimant qu’aucune d’elles n’est convenante avec le nouveau concept que sa pensée a saisi, il va chercher à construire un nouveau mot, soit par emprunt, soit par dérivation ou par composition : « starlight », « lueurette », « luminosescence », « clair-sombre », etc. Satisfait, il peut s’arrêter là et dans ce cas le fait de style consiste tout simplement en un élargissement du lexique. Rappelons que, comme dit plus haut, si ce phénomène n’est pas rare, si La Pléiade par exemple n’a pas hésité, à coup de suffixation ou d’emprunts, à y avoir énormément recours, il ne peut cependant être systématisé car la création de nouveaux mots est un véritable tonneau des Danaïdes et les langues à caractères sont la preuve qu’à long terme un tel système devient de plus en plus difficilement tenable. Une autre opération est possible : prendre un mot déjà existant, ayant un signifié de puissance proche de celui que l’on veut cerner, et opérer une saisie autre que celles jusqu’alors reconnues par la norme. Le fait de style revient alors à élargir ou à réduire le sens d’un mot, revient à « donner un sens plus pur aux mots de la tribu ». Réactiver par exemple, comme le fait Valéry, le sens étymologique de la lexie « Charmes » en la reliant au mot latin « carmen », c’est opérer une saisie nouvelle, c’est réaliser un fait de style.

41Si cependant aucune de ces solutions n’est convenante, le locuteur se trouve dans l’obligation de sortir des frontières du mot. Pour bien saisir les tenants et aboutissants du processus en jeu, il est indispensable de remonter de la sémiologie à la psycho-sémiologie :

  • 64 Guillaume G., Essai de mécanique intuitionnelle I, Espace et temps en pensée commune et dans les s (...)

La sémiologie est une chose et la psycho-sémiologie une autre. La sémiologie a pour objet les signes apparents, leur différente composition morphologique ; la psychosémiologie va plus loin : elle est la connaissance de ce qui en a motivé le choix et la composition intérieure64.

42La tâche est d’autant moins simple que la sémiologie repose, nous l’avons dit, sur la loi de la simple suffisance expressive et manque donc de cohérence et de visibilité :

  • 65 Guillaume G., « Notes de M. Guillaume. Pour M. Moignet », juillet 1951, in Malengreau M., op. cit. (...)

en l’absence de signes bien ajustés aux différentes parties du système psychique, celui-ci, quoique défini dans son plan propre, se laisse mal percevoir. Il faut un certain génie pour discerner en traits nets un système qui, quoique déjà défini comme ouvrage construit en pensée, en est encore à inventer pour lui-même des signes adéquats – en convenance avec l’innovation qu’il représente, et qu’il ne peut tirer que de la sémiologie déjà existante. […]. D’où il suit qu’une même articulation de système pourra être rendue par des signes différents et plusieurs différentes articulations de système par un seul et même signe. La suffisance expressive est seule requise. Aussi du côté signe – en psycho-sémiologie – constate-t-on plutôt des parties de système disparates ajoutées les unes aux autres qu’un système entier et un, dont l’unité apparente traduirait l’unité acquise par l’ouvrage construit en pensée. L’unité est du côté psychique : il n’en est pas besoin du côté sémiologique, qui s’en passe très bien65.

43Si la tâche n’est pas simple, elle n’en est pas moins cruciale puisqu’il s’agit rien de moins que de partir à la chasse des schèmes-sublinguistiques qui, selon Guillaume, se trouvent, comme nous l’avons déjà dit au début de cet article, « non pas seulement sous le verbe, mais sous le nom, sous la phrase, sous le vocabulaire et même sous le style » (Temps et Verbe, p. 122). Guillaume suggère heureusement lui-même deux pistes :

  • 66 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de (...)

a) Il est d’un haut intérêt de constater que ces mouvements de pensée qui président à la construction du mot sont exactement ceux que l’on retrouve, à une date récente, dans la constitution du système des articles, et aussi, plus anciennement, dans celle de la catégorie du nombre. La langue, dans sa systématique, se répète. Et cette répétition est un guide précieux quand il s’agit d’en reconstituer les phrases génétiques, correspondant à des états typologiques différents nettement opposables66.

  • 67 Guillaume G., « Rapport de G. Guillaume sur l’état d’avancement de ses travaux relatifs aux condit (...)

b) le nombre est petit des déterminants de la structure du langage, lesquels ne sortent pas du champ des plus élémentaires intuitions, – et de ce dont la vue est pour l’homme pensant, quoi qu’il regarde, en permanence inévitable – Exemples : le rapport grandeur/forme et ses dérivés ; l’idée du plus ou du moins en toute chose, et par là en dérivation, de l’opposition quantitative du pluriel et du singulier […] Autres exemples : mobilité, immobilité, et dans tous les systèmes édifiés, l’opposition du fait de position (je suis à Paris) au fait de mouvement (je vais à Paris)67.

  • 68 Notes éparses de G. Moignet, Malengreau M., op. cit., p. 254.
  • 69 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de (...)

44Pour y voir plus clair, retournons à notre petite histoire de l’humanité. Se trouvant devant la luminosité très faible et légèrement inquiétante d’une nuit étoilée, n’arrivant pas à la nommer, cherchant à la penser, que peut faire le pauvre Adam si ce n’est essayer d’approcher le phénomène qu’il expérimente en se servant des « déterminants de la structure du langage », autrement dit, en cherchant en quoi le phénomène observé ou ressenti en répète un autre ou se répète lui-même, en quoi ce phénomène est plus intense, moins intense, plus inquiétant moins inquiétant qu’un autre, en quoi ce phénomène est ressemblant ou opposé à un autre, en quoi ce phénomène contient en lui-même une opposition. Cette liste, on s’en doute, n’est évidemment en rien exhaustive. La relation homme/univers ayant été première, l’homme étant formaté par le rapport individuel/universel68, cette opération de détermination va se faire dans le cadre de ce que Guillaume considère comme « un des moteurs secrets – un moteur métaphysique – du développement de la civilisation occidentale69 », à savoir le cinétisme « général – particulier – général », à savoir ce que les guillaumiens nomment « le tenseur binaire ». Parti d’un phénomène singulier de la matière, remonté à l’universel en appliquant à ce phénomène des déterminants généraux comme l’opposition, la ressemblance, la gradualité ou la répétition, l’homme redescend au particulier, en se servant du déterminant qu’il a retenu, pour donner un signifiant au phénomène analysé. Ce qui fait que, tout en rappelant que, loin de se succéder sagement, l’idéogénèse et la morphogénèse ainsi que toutes les étapes secondaires du processus se chevauchent et s’interpénètrent à leur frontière commune, le processus global pourrait être figuré par le schéma suivant :

  • 70 Moignet G., op. cit., p. 31.
  • 71 Ibid., p. 33.
  • 72 Ibid., p. 29.

45Transposé à la situation d’un homme se trouvant devant la luminosité très faible et légèrement inquiétante d’une nuit étoilée, cela donnerait : a) Homme face à l’univers amorphe, face au magma de la matière a-b) « Aperception d’une partie du pensable70 » ; aperception de ressemblances, de contrastes ; aperception de séries expérimentales (le phénomène observé) ; constitution « d’un faisceau d’impressions qualifiantes71 » ; discernement d’une matière notionnelle particulière (une lumière très faible en pleine nuit) ; enclenchement d’un signifié de puissance que le mouvement de pensée continue à particulariser b) Arrêt de l’idéation notionnelle ; saisie dans le signifié de puissance d’un signifié d’effet (une lumière très faible qui n’est pas générée par une seule source mais par toutes les étoiles du ciel, une lumière qui empêche de bien voir, une lumière qui parce qu’incertaine crée chez ceux qui la regardent une sensation d’incertitude, une lumière qui est inquiétante, oppressive, presque mortifère) b-c) Processus d’idéation de structure faisant de cette luminescence un nouveau concept ; « opération d’intellection consistant à engager le concept élaboré dans une série de formalisations de caractère général72 » ; recherche d’une catégorie linguistique (une partie du discours) pour verser le concept discerné dans un des cadres permanents et généraux que la pensée a élaborés pour entendre le pensable ; recherche, pour physifier le concept, d’un signifiant de puissance existant déjà et convenant au signifié de puissance ; aucune lexie n’étant directement convenante, tentative de saisies nouvelles dans le signifié de puissance ; nouvel échec ; tentative de créer un néologisme, par emprunt, dérivation ou composition, en ayant recours à des signes précédemment affectés à un autre rôle (« starlight », « lueurette », « luminosescence », « clair-sombre », etc.) ; les dénominations créées caractérisant mal le phénomène, la convenance est encore une fois jugée insuffisante ; la première tentative de généralisation ayant échoué, deuxième essai avec cette fois recours aux déterminants universaux ; découverte d’une opposition au sein même du phénomène observé d) Utilisation du déterminant repéré pour singulariser le phénomène par une saisie ; l’opposition s’avère une opposition jour/nuit ou plus exactement clarté/obscurité, elle est redoublée d’une opposition certitude/incertitude qui génère à son tour une nouvelle opposition, l’opposition quiétude/inquiétude, voire vie/mort e) Le nouveau concept étant à peu près circonscrit, le moment est venu de « verser l’idée discernée dans les cadres permanents et généraux que la pensée a élaborés pour entendre le pensable », le moment est venu de relier « la notion discernée à la généralité des catégories linguistiques applicables à toute espèce de matière notionnelle ». Un des cadres permanents et généraux, une des catégories linguistiques permettant d’entendre une opposition où les éléments opposés se fondent si étroitement les uns dans les autres qu’il est difficile de les distinguer et de les séparer, est l’oxymore. Dans notre exemple, Adam découvre soudain qu’il est… Pierre Corneille et résout enfin son problème existentiel en décidant de nommer le phénomène qu’il a repéré « Cette obscure clarté ».

  • 73 Ce double cinétisme permet de ne pas retomber dans les dualismes simplificateurs (émotions/connais (...)

46Si le phénomène observé est intérieur, le processus est exactement le même. Ne trouvant pas de mot pour décrire par exemple les voix qu’il entend, le malheureux Oreste va avoir recours au déterminant de la ressemblance (généralisation), il va assimiler les bruits qu’il entend à des sifflements de serpent (particularisation) et va les décrire via les figures de la métaphore et de l’allitération (généralisation). Bien sûr, le réel intérieur ne se limite pas aux sentiments. Le cinétisme extérieur/intérieur y côtoie un cinétisme intérieur/extérieur73 et peut entre autres se matérialiser par des intentions. Je peux fort bien aimer quelqu’un tout en ayant l’intention de ne pas le lui signifier nettement. Dans ce cas, il va me falloir à nouveau découper le réel, découper la représentation que je me fais de mes intentions et trouver entre « je vous aime » et « je vous déteste » un intermédiaire correspondant à ce que je veux dire, par exemple une nébuleuse de sens signifiant approximativement « même si je ne devrais pas, je vous aime à un tel point que je ne peux pas supporter l’idée de vous savoir désespéré et donc veux vous assurer de mon amour sans cependant vous bercer d’espoir et d’illusion ». Ne trouvant pas de mot, arrivant mal à définir ce que je veux exactement dire, une nouvelle fois je vais faire appel aux déterminants universaux et plus particulièrement à « l’idée du plus ou du moins », la gradualité. Ensuite, après m’être servi de ce déterminant pour particulariser ce que je veux dire, je vais arrêter le mouvement de particularisation en versant le fruit de mes observations dans un des cadres permanents et généraux qui structurent la pensée et vais donc avoir recours à une litote. Ce qui va me permettre de découvrir par la même occasion que si Adam était Corneille, moi, je suis… Chimène et que le petit Rodrigue, depuis bientôt quatre siècles, « je ne [le] hais point ».

  • 74 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de (...)
  • 75 Cf. le texte correspondant à la note 53.

47Ce dernier exemple amène à dégager un des traits définitoires du fait de style. N’y aurait-il pas fait de style lorsque la saisissabilité abstraite fait place à la saisissabilité concrète74, lorsque le sens général de l’unité d’effet débouche sur un autre découpage du réel, et donc un autre signifié, que la somme des sens de chacune des unités de puissance présentes ? Si l’on reprend un à un les mots de « je ne vous hais point », on arrive à un signifié général n’induisant absolument pas le concept d’amour et il n’y a alors pas plus de fait de style que de passion. Si, en revanche, conformément aux dires de Guillaume sur ce qu’il appelle la phrase75, l’on estime qu’à un moment donné les unités de puissance que sont les mots fusionnent en une unité d’effet, l’on devine derrière ce syntagme une déclaration d’amour et il y alors fait de style. Quand l’on y réfléchit, il est d’ailleurs en soi assez logique que la langue pour représenter le réel ne fasse pas seulement appel à des unités de puissance. Une unité de puissance ne peut représenter en soi qu’un point du monde, voire un trait, une tache mais pas plus. Parce qu’elle est composée d’une juxtaposition d’unités de puissance, une unité d’effet représente, elle, des pointillés. En cela, non seulement elle représente mieux le continuum qu’est le réel mais elle donne la possibilité de combler de différentes façons les espaces entre les pointillés et c’est précisément de cette opération que jaillit la saisissabilité concrète. L’unité d’effet est plus souple, plus adaptative que l’unité de puissance. Elle permet donc de rendre compte du monde plus largement que cette dernière et surtout fige moins qu’elle le découpage du réel.

Le fait de style, un conservateur réformiste

48Voilà qui nous amène à nous demander si outre le fait de contribuer à un découpage plus fin du réel, le fait de style n’aurait pas une autre fonction fondamentale, à savoir permettre à la langue d’évoluer.

  • 76 Monneret P., op. cit., p. 25.
  • 77 Moignet G., op. cit., p. 4-5.
  • 78 Boone A., Joly A., op. cit., p. 314.
  • 79 Guillaume G., « note 71, Rapport trimestriel de Gustave Guillaume pour le Centre National de la Re (...)

49Lorsqu’on l’utilise, la langue paraît « un système figé, disponible pour tout désir ou besoin d’expression. Mais elle n’est en vérité que le résultat momentané d’une évolution qui se poursuivra encore76 ». Elle se poursuivra, parce que la langue n’est « parfaite et parfaitement cohérente » qu’« à tel moment du devenir historique d’un groupe humain77 », parce toute langue est appelée à varier « historiquement en fonction et des faits sociaux et du fait humain78 », parce que, étant donné que « les structures du langage révèlent… une civilisation spirituelle commune à une collectivité humaine, à une époque donnée79 », lorsque « la civilisation spirituelle » en question évolue, se modifie, les structures du langage jadis « parfaites » ne sont plus adéquates, le découpage que la langue effectue dans le réel ne satisfait plus les nouveaux besoins qui apparaissent et devient donc insuffisant pour rendre compte du monde. La conséquence ne se fait alors pas attendre :

  • 80 Moignet G., op. cit., p. 5.

Si quelque partie se révèle, à l’usage, inadéquate ou insuffisante, le système est modifié, des solutions meilleures sont cherchées et trouvées. En français, le système du substantif à cas unique a ainsi remplacé le système à deux cas de l’ancienne langue80.

  • 81 Guillaume G., Principes de linguistique théorique, p. 107, in Monneret P., op. cit., p. 32.
  • 82 Guillaume G., Principes de linguistique théorique, p. 121-122, in Monneret P., op. cit., p. 33.
  • 83 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de (...)

50C’est ce processus, ce besoin de changer, de s’adapter aux nouvelles représentations, qui a fait que l’on est passé des langues à caractères aux langues à mots et que dans les langues à mots le radical s’est figé. Cependant, il est bien évident que la langue ne peut pas changer tous les débuts de trimestre, que la période qui sépare l’ancien français du moyen français ou celle qui sépare le moyen français du français actuel ne se compte pas en semaines ou en mois, que le processus en question est long, terriblement long et cela parce que tout changement est la résultante de « deux forces dirigées en sens inverse et qui se rencontrent, l’une descendante, désorganisatrice, l’autre ascendante, organisatrice81 ». D’une part, le mouvement diachronique qui a conduit à l’état de la langue et la forte cohérence du système synchronique poussent au non-changement, à la stabilité ; d’autre part, l’impulsion donnée par le même mouvement diachronique et l’évolution incessante des représentations poussent au changement. La « représentation physifiée du mental » que sont les unités de puissance et les unités d’effet n’est en fait « jamais une image fidèle du mental auquel elle s’ajuste82 » et la langue est donc continuellement en recherche d’une sorte d’ajustement optimum. Deux cas de figure se rencontrent : une révolution extérieure, une révolution intérieure. Il y a révolution extérieure lorsque le cadre de pensée, lorsque le système, implose. C’est ce qui est par exemple arrivé quand l’on est passé des langues à caractères aux langues à mots mais un tel séisme linguistique est cognitivement et socialement des plus coûteux et n’arrive donc que lorsque le système est vraiment confronté à ses limites. Plus souvent, les changements se font par « révolution intérieure », c’est-à-dire des révolutions « conservatrices » qui « opèrent ce qu’il faut, du dedans, pour que le dehors, c’est-à-dire le cadre de la structure, ne craque pas83 ».

  • 84 Mayaffre D., Paroles de président, Paris, Champion, 2004, p. 46.
  • 85 Rappelons qu’Harpagon est un « emprunt au latin harpago “harpon” et au figuré “rapace”, lui-même f (...)

51Le fait de style ne serait-il pas un des moyens inventés par la langue pour opérer une telle révolution ? Le fait de style ne serait-il pas un réformiste conservateur permettant à la langue d’évoluer sans pour autant passer par le grand soir ? Ce qui a été dit plus haut sur la création de néologismes par composition, dérivation ou emprunts diachronique, diatopique, diastratique, diaphasique semblerait le confirmer comme semble aussi le confirmer une tendance lourde observée par les linguistes : « Dans le discours littéraire, sanctuaire de la Langue, la croissance par apports étrangers ou néologismes est supérieure à la disparition des termes frappés d’obsolescence84. » La langue n’arrivant plus à rendre compte du réel, plutôt que de se faire hara-kiri, perturbe de l’intérieur son système général en y insérant de nouvelles unités. Ces unités d’abord totalement novatrices, et donc au moment de leur surgissement, faits de style, sont peu à peu comme assimilées par la langue et deviennent au bout d’un certain temps faits de langue. Le mot qui au moment de sa création disait ce qui n’était pas dit ne se met plus alors à dire que ce qui est déjà dit. Lorsque Molière appelle son avare Harpagon, il y a bel et bien fait de style car par cette dénomination, il propose un nouveau découpage du réel. Harpagon n’est pas seulement un avare, n’est pas seulement un cupide, il est l’opposé d’un honnête homme : des mains crochues qui harponnent littéralement l’argent, un véritable rapace, un pilleur85, une harpie vivante, en un mot, un… « Harpagon ». Ce mot s’insérant parfaitement dans le système classique de représentations des vices humains devient en 1696 un nom commun, en 1719 un adjectif et passe donc peu à peu du statut de fait de style au fait de langue. Cependant si par le cotexte, un écrivain réactualise dans le mot certains traits du personnage originel ou modifie l’acception de la lexie pour proposer un nouveau découpage du réel, le fait de langue redevient fait de style. On pourrait dire la même chose de la lexie « parking », on pourrait dire la même chose de beaucoup de noms composés. Lorsque la pomme de terre est découverte dans le nouveau monde, il faut bien sûr la nommer. Aucun mot n’étant convenant, le processus généralisation, particularisation, généralisation conduit à avoir recours à un fait de style, à une métaphore déjà utilisée dans l’antiquité (« malum terrae »). Cependant, comme cela était arrivé précédemment, le sens métaphorique ne tarde pas à être virtualisé. Qui pense en voyant une pomme de terre à un pommier ? Très vite, la dénomination passe donc du fait de style au fait de langue. En revanche, il suffit qu’un écrivain réactive l’étymon métaphorique pour que cette lexie repasse du statut de fait de langue au statut de fait de style. Du point de vue lexical, on pourrait donc conclure, qu’il y a fait de style lorsqu’il y a création d’un nouveau mot correspondant à un nouveau découpage du réel ou lorsqu’il y a réactualisation de certains traits originels du mot (signifiants ou signifiés) ou modification d’acception.

52Peut-on généraliser à la syntaxe la réflexion qui précède ? Peut-on voir dans le fait de style un moyen de révolutionner par l’intérieur la syntaxe ? L’idéal évidemment serait de pouvoir remonter au moment où le bas latin est devenu ancien français, au moment par exemple où les prépositions ont suppléé les désinences casuelles. Mais même sans aller si loin, plusieurs faits semblent conforter la thèse ici défendue :

  • 86 Deulofeu H.-J, « Permanence et évolution des caractéristiques structurelles dans les divers “genre (...)

Si l’on considère en effet les grandes composantes du système des formes du français contemporain : phonologie, morphologie, syntaxe, lexique, on constate que les innovations touchent essentiellement les composantes phonologique et lexicale et beaucoup moins les composantes morphologique et syntaxique86.

  • 87 Ibid.

dès que l’on étudie sérieusement les données, on constate que les composantes morphologiques et syntaxiques offrent une remarquable stabilité depuis le XVIIe siècle […] c’est indiscutablement en syntaxe que la stabilité est la plus frappante […] Pratiquement toutes les tournures candidates se révèlent avoir existé dans des usages non normatifs à un moment ou à un autre de l’histoire de la langue française. On pourrait même affirmer qu’il n’y a pas eu une seule modification importante dans la syntaxe du français depuis le XVIIe siècle87.

  • 88 Ibid., p. 22.

L’hypothèse que je serai tenté de défendre à la suite des analyses de Blanche-Benvéniste (1996 et 1997) et de Deulofeu (2000a) est que les seules innovations syntaxiques que présente le français contemporain concernent les règles mineures et non les règles majeures88.

53Si les composantes morphologiques et syntaxiques de la langue évoluent peu mais que les représentations du réel ne cessent de changer et qu’une des deux forces qui sous-tendent la langue est une force désorganisatrice, il faut bien que la langue trouve un moyen de physifier le nouveau découpage du réel, il faut bien que la force en question ait un effet. Ce moyen, cet effet ne serait-il pas justement la remise en cause des règles mineures ? Et chaque remise en cause, au moins au moment de son surgissement, ne serait-elle pas fait de style ?

  • 89 Despierres C., Krazem M., Narjoux C., « Les énoncés lacunaires dans les écrits littéraires contemp (...)
  • 90 Gailly C., L’Incident, Paris, Éditions de Minuit, 1996, p. 146.
  • 91 Gailly C., Dernier amour, Paris, Éditions de Minuit, 2007, p. 17.
  • 92 Saumont A., Les Croissants du dimanche, Paris, Julliard, 2008, p. 112.
  • 93 Gailly C., Les Oubliés, Paris, Éditions de Minuit, 2007, p. 50.
  • 94 Gailly C., L’Incident, p. 83.

54Certaines nouvelles inflexions actuelles de la syntaxe pourraient bien le confirmer. Despierres, Krazem et Narjoux89 font par exemple remarquer que dans de nombreux romans contemporains, on peut observer des syntagmes nominaux lacunaires (« Je dis des. Non, pas des. Une, elle90. »), des atteintes aux systèmes corrélatifs (« Le vacarme était tel. Les musiciens ne s’entendaient plus91. »), des suppressions « du sujet plein sémantiquement – surtout de la troisième personne – sur le bord gauche de la phrase » (« Rendent l’âme92. ») voire des suppressions des compléments essentiels de verbe (« Elle avait93. », « Ça provoqua en lui94. »). Ces entorses syntaxiques ont toutes un point commun, elles disent qu’on n’arrive pas à dire, elles soulignent l’incomplétude de la langue. Au-delà d’indéniables raisons sociologiques et philosophiques (avènement de la phénoménologie, perte de toute certitude idéologique, etc.), ne matérialiseraient-elles pas le fait que si notre syntaxe, qui a à peine bougé en trois siècles, était en parfaite adéquation avec la vision du monde des classiques, elle ne correspond plus totalement à notre représentation du réel, elle ne parvient plus à tout dire ? D’ailleurs comme le font remarquer les trois auteurs, à chaque fois, « la compétence associative du lecteur est largement sollicitée », il y a « appel au lecteur, à sa participation, à la co-construction du sens de l’énoncé ». Ne serait-ce pas le signe que puisqu’il n’y a ni unité de puissance ni unité d’effet satisfaisantes, l’écrivain invite le lecteur à retourner au réel, à le découper différemment ?

  • 95 Narjoux C., « comptes rendus de Philippe, Piat, La Langue littéraire, une histoire de la prose en (...)
  • 96 Exemples proposés par Deulofeu H.-J, op. cit., p. 24.
  • 97 Bikialo S., « Phraséologie néo-libérale et langue littéraire au XXIe siècle », L’Information gramm (...)
  • 98 Deulofeu H.-J, op. cit., p. 24.
  • 99 Wilmet M., Grammaire critique du français, § 97, Remarque, Duculot, coll. « Hachette supérieur », (...)
  • 100 Bikialo S., op. cit., p. 52.
  • 101 Noailly M., Le Substantif épithète, Paris, PUF., coll. « Linguistique nouvelle », 1990, p. 13, cit (...)

55Si les nouveautés évoquées ci-dessus tendent essentiellement à dire que la langue n’arrive pas à dire, plusieurs innovations syntaxiques semblent, elles, conformément à ce que serait le fait de style, également dire ce que jusqu’alors la langue ne disait pas. Un grand nombre de ces innovations sont à la frontière du lexical et du syntaxique, ce qui n’est évidemment en rien surprenant lorsque l’on sait que le lexical est plus sujet à évolution que le syntaxique. C’est le cas du « recours spectaculaire aux noms issus d’adjectifs – d’abord apparu en poésie95 », c’est le cas des substantifs épithètes (« une ville fantôme, un ailier autobus, un président otage, une robe tendance96 ») qui auraient été utilisés pour la première fois au « début du XXe siècle, avec une augmentation sensible à partir des années 1930 et un développement exponentiel à partir des années 198097 », c’est le cas encore des noms-prépositionnels qui se sont développés depuis les années 1980 (« niveau », « genre », « style », « question »), c’est le cas enfin de constructions du type « le paramètre honoraire, les rapports parents enfants » qui consistent « à relier directement certains […] compléments au nom comme peuvent l’être les compléments du verbe98 ». Il est intéressant de remarquer qu’à chaque fois, l’innovation constatée permet de découper plus finement, ou différemment, le réel. Wilmet fait effectivement observer que « L’adjectif […] nominalisé ne revient pas au nom abstrait99. » Les substantifs épithètes, quant à eux, suppléent l’absence d’adjectifs adéquats. Les noms-prépositionnels permettent d’introduire une nouvelle relation sémantique entre les termes qu’ils relient, relation d’autant plus étroite que la préposition n’en est pas encore totalement une. De plus, le complément de ces noms-prépositionnels est censé appartenir au système de référence de l’interlocuteur. S’ajoute donc au redécoupage du réel extérieur un nouveau redécoupage du réel intérieur, un nouveau redécoupage des intentions du locuteur, un « effet de connivence ou de présupposition de connaissances partagées100 ». Les constructions du type « rapports parents enfants » en éliminant la préposition reviennent enfin à la création d’un nouvel adjectif, donc conduisent elles aussi à une nouvelle perception des données de l’existence. Ce qui est frappant dans les innovations ci-dessus, c’est qu’à chaque fois elles tendent à annihiler les cloisonnements que la grammaire traditionnelle a institués entre les parties du discours, entre par exemple le nom et l’adjectif ou le nom et la préposition. Cela ne tendrait-il pas à montrer que le fait de style comble en quelque sorte les trous, reconstitue le continuum du réel, discute le découpage opéré par l’ancienne langue ? On pourrait peut-être aussi voir dans certains de ces faits de style l’émergence d’une nouvelle représentation du monde, une représentation que l’on pourrait qualifier, après bien d’autres, de phénoméniste. Cette hypothèse aurait pour elle le mérite d’expliquer certains des constats de Noailly, à savoir un retour « à des formes syntaxiques plus brutes, plus primaires, plus immédiates, avec moins d’articles, moins de suffixes, moins de prépositions101 ». Il n’en reste pas moins que toutes les constructions recensées ci-dessus sont plus figées que les constructions habituelles, sont constamment à la frontière du nom composé et sont donc finalement très proches des faits de style « lexicaux » étudiés plus haut.

  • 102 Mayaffre D., op. cit., p. 111.

56N’en déduisons cependant pas pour autant que les faits de style syntaxiques tendent tous vers la lexicalisation. Preuve en est, Mayaffre fait remarquer qu’une autre des tendances générales actuelles de la langue courante est la multiplication des adverbes102 et qu’une des manifestations les plus criantes de cette tendance est le redoublement adverbial (« très violemment », « extrêmement rapidement », « beaucoup plus », « très très peu », « extrêmement souvent », etc.). Ce penchant à la modalisation de modalisation est évidemment, encore une fois, révélateur d’un besoin d’affiner toujours plus le découpage du réel. Et d’ailleurs, ne modaliserait-on pas plus aujourd’hui qu’hier ?

  • 103 Combettes B., « Les ajouts après le point : phénomène de décondensation ? », L’Information grammat (...)

57Une autre évolution directement reliable à notre propos est le phénomène d’hyperbate après une ponctuation forte. Si on en trouve des traces déjà chez Baudelaire et Flaubert, le phénomène n’a, semble-t-il, cessé de s’amplifier au cours du XXe siècle103 et ce au point que des points pointent un peu partout, y compris avant l’achèvement de la phrase, au milieu de syntagmes voire, dans certains cas extrêmes, juste après l’article. Ce phénomène, qui n’a plus rien de lexical, ne tendrait-il pas, lui aussi, à représenter plus finement le réel ? En effet, comme le souligne Pétillon :

  • 104 Pétillon S., « Affectation de subjectivité : le point intempestif dans une configuration infra-syn (...)

le mouvement de signification n’est pas terminé à la fin de la première phrase ; la seconde vient rectifier le contenu en introduisant une autre énonciation […] une phrase qui se termine sans se terminer permet de dire une pensée en acte [on pourrait dire in statu nascendi]104.

  • 105 Ibid., p. 36.
  • 106 Combettes B., op. cit., p. 28.

58Autrement dit, par le biais de la ponctuation forte, l’énonciateur est en train de découper, comme en direct, son réel intérieur et plus précisément ce qui ressort de l’intention. Un locuteur peut avoir pour intention d’informer, de susciter une réaction intérieure (sentiment, réflexion, changement ou affermissement d’un point de vue, etc.) ou une réaction extérieure (une parole, un acte physique) or de même que le réel est à la fois continuums et simultanéités, nos intentions sont des continuums et simultanéités que la langue en quelque sorte « saucissonne ». Jouer avec l’emplacement du point ne serait-il pas un des moyens qu’a trouvé la langue pour tenter tant bien que mal de restituer le continuum et la simultanéité originels, pour proposer un découpage plus fin que celui généré par les unités de puissance que sont les mots ? Mettre un point à un endroit inattendu amène en effet à affiner, à découper l’intention. Au lieu de transmettre une information brute, par l’efficace de l’unité d’effet se trouve soudain séparé, distingué, ce qui ne l’était pas par la simple juxtaposition des unités de puissance, à savoir le connu du non connu, l’accessoire de l’important, l’oubliable de ce qu’il ne faut surtout pas oublier, un point de vue d’un autre point de vue, ce qui est de l’ordre du fait ou de la doxa de ce qui est une reformulation, une atténuation, une amplification, un commentaire ou une opinion personnelle105. De plus, à ces découpages se surajoutent, « simultanément », d’autres intentions, que les unités de puissance seules auraient eu bien du mal à représenter, comme par exemple la volonté de créer une certaine connivence, le désir de susciter un sourire, un sentiment de révolte, une réflexion, une réaction, etc. Un exemple emprunté à Combettes suffit à le montrer106. Dire « A Bordeaux, le rêve est toujours d’actualité. À condition d’être riche. » ne revient pas à dire la même chose que « À condition d’être riche, à Bordeaux, le rêve est toujours d’actualité. » Non seulement l’hyperbate avec point représente le réel comme scindé entre d’une part des faits, une information brute, et d’autre part l’existence d’une instance énonciative qui prend du recul par rapport à ces faits et les commente mais elle superpose aussi à l’intention d’informer, une intention de se montrer comme quelqu’un qui regarde avec recul, lucidité, voire condescendance, la petitesse du monde. Elle surajoute à la première intention une volonté de se poser comme un tantinet cynique et blasé, de faire sourire, de railler, de dénoncer, d’instaurer chez le lecteur un sentiment d’injustice, de susciter la désapprobation voire la révolte. Notons aussi que l’unité d’effet tend à restituer au plus près la réalité intérieure du naïf découvrant la bien triste réalité, à savoir une sorte d’élan enthousiaste, arrêté net, puis retombant lourdement.

*

59Étant donné que tous les faits précités ne se limitent pas à quelques auteurs d’avant-garde mais se retrouvent de plus en plus dans la presse, tout ce qui précède tendrait donc à confirmer que le fait de style en créant de potentiels futurs faits de langue permettrait à celle-ci d’évoluer à petits pas et lui éviterait par la même occasion de bien coûteuses révolutions linguistiques. Ce qui précède (l’invention par Molière de la lexie « Harpagon », le renouvellement de l’acception de « Charmes » par Valéry, le fait que les noms issus d’adjectifs apparaissent d’abord en poésie, que Baudelaire et Flaubert sont des précurseurs de l’hyperbate, que les « entorses » syntaxiques repérées ci-dessus sont plus nombreuses dans les textes littéraires que dans les textes journalistiques, etc.) amènerait donc plutôt à prendre le contre-pied d’Ashby qui, rappelons-le, estime

  • 107 Deulofeu H.-J, op. cit., p. 22.

que les moteurs du changement linguistique sont les locuteurs jeunes peu exposés à des corrections normatives. Dans les termes simplificateurs de la sociolinguistique américaine, cela veut dire que l’on peut faire l’hypothèse qu’un changement phonétique aura lieu si dans un état de langue observable, deux variantes sont en concurrence et que l’une des deux variables est beaucoup plus pratiquée par des locuteurs jeunes de classe sociale modeste (basse) que par des locuteurs âgés de classe sociale haute107.

60Même si, conformément aux intuitions de Vaugelas, un bon nombre de faits de style naît certainement dans la rue ou sur les écrans d’ordinateurs ou de téléphone, la théorisation ci-dessus laisserait plutôt à penser que le plus grand générateur de faits de style est l’écrit et plus particulièrement l’écrit littéraire : d’abord parce qu’il permet de les fixer et évite donc leur volatilisation ensuite et surtout parce que, comme nous venons de le voir, une des fonctions premières de l’écrivain est justement de représenter ce que les unités de puissance n’arrivent pas à représenter.

61N’en déplaise à Guillaume, le fait de style semble donc être beaucoup plus qu’un simple outil d’expressivité. On ne saurait non plus n’y voir que la résultante discursive d’une sélection, qu’un écart par rapport aux structures sub-linguistiques voire qu’une actualisation de signifiés d’effet. Loin d’être une excroissance subsidiaire, une conséquence latérale, il semble au contraire être une composante déterminante du langage. « Découpeur de réel », « conservateur réformiste », en mettant des mots sur les nouvelles représentations du monde, il fait que la pensée se fait et permet à la langue d’évoluer sans soubresauts destructeurs. Par un beau pied de nez de l’histoire, nous voilà retournés aux premières intuitions de Guillaume, à la première des citations de cet article, c’est-à-dire à un moment où le père de la psychomécanique, avant de succomber aux sirènes de l’expressivité, voyait dans le style un moyen au service de la pensée permettant de triompher des résistances de la langue en usage.

62Bien sûr, la théorisation ci-dessus embrasse trop, en trop peu de mots, pour bien étreindre. Si rien ne l’infirme définitivement, elle est sans nul doute à affiner, compléter, amender. Loin de se vouloir définitive, elle se voit plutôt comme une sente appelant ceux qui s’approcheraient d’elle à l’emprunter et ce dans le but de découvrir grâce à eux ce qu’il y a au bout d’elle-même.

  • 108 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de (...)

63En cette période où La Princesse de Clèves est confiné au bureau des antiquités poussiéreuses et où les études littéraires se mesurent à l’aune de l’argent qu’elles coûtent, si cette théorisation finissait par s’avérer fondée, elle aurait au moins l’intérêt de rendre compte de l’incroyable force de la littérature. Donnant une nouvelle fois raison à Guillaume qui estimait qu’« une langue est une science complète de l’univers en avance relativement à la science proprement dite108 », elle prouverait ce que tous les amoureux de la littérature savent intuitivement depuis toujours, à savoir qu’elle fonde la pensée, qu’elle construit le réel, qu’elle bâtit demain.

64Par la même occasion, plus d’une frontière s’effondreraient. Des pans entiers de l’actuelle stylistique glisseraient dans le domaine de la grammaire, la rhétorique serait inféodée à la stylistique de l’intention (qui par la même occasion serait amenée à être totalement refondée) et une grande partie de la sémiotique se trouverait raccrochée à la stylistique. En effet, ce qui a été dit plus haut sur le fait de style littéraire pourrait tout aussi bien être dit sur le style de telle ou telle musique, de tel ou tel habit, de telle ou telle personne, etc. À chaque fois, ne s’agit-il pas de donner une forme à une matière qui n’en avait pas encore ? Si un individu marche en reprenant une forme correspondant à une matière déjà existante, il est un imitateur, il n’a pas de style propre. Si un individu déambule en accentuant tel ou tel trait emprunté à tel ou tel modèle ou s’il a recours à des formes ne correspondant à aucune matière, il est un parodieur ou un poseur, personne ne dira qu’il a du style. Celui qui a du style, c’est celui qui réussit à créer une attitude nouvelle correspondant à la nouvelle matière qu’est la singularité de sa personnalité voire la singularité de son époque. Les dandys du XIXe siècle ne manquaient pas de style.

65Terminons en soulignant le fait que la théorisation ci-dessus fait passer la stylistique de matière sans statut bien défini, écartelée entre la littérature et la linguistique, voyant son terrain de manœuvre de plus en plus grappillé par la grammaire, à une matière qui n’est pas loin de devenir la discipline reine et cela par l’intermédiaire de Merleau-Ponty qui estime qu’

  • 109 Merleau-Ponty M., La Phénoménologie de l’esprit, Paris, Gallimard, coll. « Tel », [1945], 2005, no(...)

Il y a lieu […] de distinguer une parole authentique, qui formule pour la première fois, et une expression seconde, une parole sur des paroles, qui fait l’ordinaire du langage empirique. Seule la première est identique à la pensée109.

  • 110 Merleau-Ponty M., op. cit., p. 239.
  • 111 Merleau-Ponty M., op. cit., p. 238.
  • 112 Monneret P., op. cit., p. 237.
  • 113 Merleau-Ponty M., op. cit., p. 218.

66La seconde, la parole parlée, « jouit des significations disponibles comme d’une fortune acquise110 ». La première, « celle dans laquelle l’intention significative se trouve à l’état naissant111 », la parole parlante, « acte d’expression authentique par lequel une signification nouvelle apparaît112 », est à l’œuvre chez « l’enfant qui prononce son premier mot », chez « l’amoureux qui découvre son sentiment », chez le « premier homme qui ait parlé », chez « l’écrivain et [le] philosophe qui réveillent l’expérience primordiale en deçà des traditions113. » Et Merleau-Ponty d’ajouter :

  • 114 Merleau-Ponty M., La Phénoménologie de l’esprit, Paris, Gallimard, 1945, p. 446 cité par Monneret (...)

La parole est donc cette opération paradoxale où nous tentons de rejoindre, au moyen de mots dont le sens est donné, et de significations déjà disponibles, une intention qui par principe va au-delà et modifie, fixe elle-même en dernière analyse le sens des mots par lesquels elle se traduit. Le langage constitué ne joue un rôle dans l’opération d’expression que comme les couleurs dans la peinture : si nous n’avions pas des yeux ou en général des sens, il n’y aurait pas pour nous de peinture, et cependant le tableau dit plus de choses que le simple exercice de nos sens ne peut nous en apprendre114.

  • 115 Merleau-Ponty M., Le Visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1960, p. 167, cité par Monneret P.,(...)
  • 116 Merleau-Ponty M., Signes, Paris, Gallimard, 1960 cité par Monneret P., op. cit., p. 243.

67Nous le voyons, ce que Merleau-Ponty appelle parole parlante correspond exactement à ce que nous avons nommé tout au long de cet article « style ». On comprend d’autant mieux pourquoi peu à peu ce philosophe en arrive à considérer le langage comme « le plus valable témoin de l’être115 », comme le problème central « qui contient tous les autres, y compris celui de la philosophie116. » En effet,

  • 117 Salanskis J.-M., Heidegger, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Figure du Savoir », [1997], 2003, p (...)

c’est la nomination des choses, ou plutôt la parole rapportant leur présence qui véritablement donne les choses pour ce qu’elles valent pour nous. Le langage est depuis toujours, bien que secrètement, la « maison de l’Être », c’est-à-dire qu’il n’est pas autre chose que la consignation en devenir de l’accueil de l’Être. […] À cette aune, on ne s’étonne plus […] qu’un certain état légal du langage, un certain usage des mots, un certain ordonnancement des textes, font toute la contenance d’une époque historique117.

  • 118 Avec tous mes remerciements à Thérèse Lechipey pour avoir relu cet article.

68En espérant n’avoir été ni patalinguiste, ni pataphilosophe, ni obscurément clair, ni clairement obscur118.

Notes

1 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de discours, Presses de l’université Laval, 2008, p. 16.

2 Guillaume G., Études de grammaire française logique. Le lieu du mode dans le temps, dans l’espace ; fascicule I : L’article, Paris, Fischbacher, 1912, p. 3, cité par Wilmet M., « Psychomécanique et stylistique », inJoly A., Hirtle W. H. (dir.), Langage et psychomécanique du langage, Centre interdisciplinaire de recherches en linguistique, Presses de l’université Laval, 1981, p. 404.

3 Boone A., Joly A., Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, 2e éd., L’Harmattan, 2004, p. 403.

4 Wilmet M., op. cit., p. 408.

5 Guillaume G., Leçons de linguistique 10, p. 299, cité par Boone A., Joly A., op. cit., p. 405.

6 Wilmet M., op. cit., p. 415.

7 « Ne me laisserez-vous que cette confusion du soir – après que vous m’ayez, un si long jour, nourri du sel de votre Solitude… ? »

8 Wilmet M., op. cit., p. 421.

9 Gardes Tamine J., « De la grammaire à la stylistique : à propos de l’ordre des mots », Gouvard J.-M. (dir.), De la langue au style, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2005.

10 Genette G., « Style et signification », Fiction et diction, Le Seuil, 1991, cité par Petitjean A., Rabatel A., « Le style en questions », Pratiques, no 135/136, décembre 2007, p. 7.

11 Cahné P.-A., « Linguistique et critique littéraire : psycho-mécanique et analyse stylistique », Langue française 147, p. 122.

12 Guillaume G., Leçons de linguistique 1949-1950, série A, volume 4, « Structure sémiologique et structure psychique de la langue française II », Klincksieck, Paris, Les Presses de l’université Laval, Québec, p. 155, cité par Boone K., Joly A., op. cit., p. 404.

13 « Il y a un schème sous toute la langue, non pas seulement sous le verbe, mais sous le nom, sous la phrase, sous le vocabulaire et même sous le style. Sous le nom, le schème sub-linguistique se dénonce par les systèmes de la déclinaison, de la préposition, de l’article, du genre, du nombre, etc. ; sous les phrases, par les conditions de sa structure logique ; sous le vocabulaire par les préfixes, les suffixes, etc. ; sous le style par les moyens qui permettent d’opposer l’un à l’autre les différents degrés d’expressivité de la pensée (Temps et Verbe, p. 122). » Cité par Wilmet M., op. cit., p. 405.

14 Boone A., Joly A., op. cit., p. 166.

15 Guillaume G., « Notes de M. Guillaume destinées à M. Moignet », 1950 ?, Malengreau M., La Correspondance scientifique de Gustave Guillaume, Presses universitaires du Septentrion, 1995, p. 27.

16 Guillaume G., Le Problème de l’article, Paris, Hachette, 1919, p. 78, cité par Boone A., Joly A., op. cit., p. 369.

17 Guillaume G., Leçons de linguistique 1948-1949, série C, volume 3, « Grammaire particulière du français et grammaire générale (IV) », Paris, Klincksieck, Québec, Les Presses de l’université Laval, p. 230 cité par Boone A., Joly A., op. cit., p. 314.

18 Guillaume G., Leçons de linguistique 1947-1948, série C, volume 8, « Grammaire particulière du français et grammaire générale (III) », Lille, Presses Universitaires de Lille, Québec, Les Presses de l’université Laval, p. 14, cité par Boone A., Joly A., op. cit., p. 314.

19 Monneret P., Notions de Neurolinguistique théorique, « Langages », Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2003, p. 35.

20 Guillaume G., Essai de mécanique intuitionnelle I, Espace et temps en pensée commune et dans les structures de langage,Lowe R. (dir.), Québec, Presses de l’université Laval, 2007, p. 24.

21 Guillaume G., « Rapport de G. Guillaume sur l’état d’avancement de ses travaux à la date du 11 juin 1956 », inMalengreau M., op. cit., p. 331.

22 Guillaume G., Essai de mécanique intuitionnelle I, Espace et temps en pensée commune et dans les structures de langage, p. 24.

23 Guillaume G., inMalengreau M., op. cit., p. 347-348.

24 Boone A., Joly A., op. cit., p. 223.

25 Boone A., Joly A., op. cit., p. 223.

26 Boone A., Joly A., op. cit., p. 315.

27 Moignet G., Systématique de la langue française, Paris, Klincksieck, 1981, p. XI.

28 Vernant D., Introduction à la philosophie contemporaine du langage, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2010, p. 9.

29 Guillaume G., « De G. Guillaume à B. Pottier », 29 septembre 1958, Malengreau M., op. cit., p. 214.

30 Guillaume G., « Phénomène et épiphénomène dans le langage », Essai de mécanique intuitionnelle I, Espace et temps en pensée commune et dans les structures de langage,Lowe R. (dir.), Québec, Presses de l’université Laval, 2007, p. 221.

31 Monneret P., op. cit., p. 16.

32 Guillaume G., Temps et verbe, p. 120-122 cité par Monneret P., op. cit., p. 30.

33 Monneret P., op. cit., p. 18-19.

34 Ibid., p. 18-19.

35 « [C]’est-à-dire une idée particulière portée intérieurement à la plus grande imparticularisation compatible avec le maintien de sa propre particularité. Le mot “homme” est en français l’expression d’un concept parce que de l’idée particulière qu’il exprime a été soustrait par généralisation interne tout le particulier qu’on peut en retirer sans la détruire » ; Guillaume G., Langage et science du langage, p. 89 cité par Monneret P., op. cit., p. 35, note 2.

36 Moignet G., op. cit., p. 11.

37 Monneret P., op. cit., p. 16.

38 Guillaume G., Leçons de linguistique de GustaveGuillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de discours, Québec, Presses de l’université Laval, 2008, p. 4.

39 Guillaume G., Ibid., p. 4.

40 Guillaume G., Ibid., p. 3.

41 Guillaume G., Ibid., p. 4-5.

42 Monneret P., op. cit., p. 18.

43 Moignet G., op. cit., p. 11.

44 « Le signe – c’est-à-dire le signifiant dans la terminologie saussurienne », Monneret P., op. cit., p. 17.

45 Guillaume G., « Cours de G. Guillaume, Notes prises par G. Moignet », 17 janvier 1957, inMalengreau M., op. cit., p. 161.

46 Moignet G., op. cit., p. 11.

47 Guillaume G., « De Gustave Guillaume à M. Lejeune » 6 octobre 1954, Malengreau M., op. cit., p. 307.

48 Moignet G., op. cit., p. 12.

49 Guillaume G., « Rapport de G. Guillaume sur l’état d’avancement de ses travaux relatifs aux conditions générales de la structure du langage humain » 14 janvier 1957, Malengreau M., op. cit., p. 347.

50 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de discours, p. 4.

51 Guillaume G., Ibid., p. 9.

52 Guillaume G., Ibid., p. 3.

53 Guillaume G., Ibid., p. 160-161.

54 Guillaume G., Ibid.

55 Guillaume G., Ibid., p. 169.

56 Dastur F., Heidegger et la question du temps, Paris, PUF, coll. « philosophies », [1990], 2005, p. 119.

57 Bergson H., Le Rire, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2007, p. 116-117.

58 Bergson H, op. cit., p. 117.

59 Guillaume G., Études de grammaire française logique. Le Lieu du monde dans le temps, dans l’espace. Fascicule I : L’article, Paris, Fischbacher, p. 3, cité par Boone A., Joly A., op. cit., p. 315.

60 Bergson H., op. cit., p. 119-120.

61 Proust M., Le Temps retrouvé, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1983, p. 895.

62 Guillaume G., Essai de mécanique intuitionnelle I, Espace et temps en pensée commune et dans les structures de langage, p. 12.

63 Ibid.

64 Guillaume G., Essai de mécanique intuitionnelle I, Espace et temps en pensée commune et dans les structures de langage, p. 15.

65 Guillaume G., « Notes de M. Guillaume. Pour M. Moignet », juillet 1951, in Malengreau M., op. cit., p. 74-75.

66 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de discours, p. 42.

67 Guillaume G., « Rapport de G. Guillaume sur l’état d’avancement de ses travaux relatifs aux conditions générales de la structure du langage humain » 14 janvier 1957, Malengreau M., op. cit., p. 343.

68 Notes éparses de G. Moignet, Malengreau M., op. cit., p. 254.

69 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de discours, p. 186.

70 Moignet G., op. cit., p. 31.

71 Ibid., p. 33.

72 Ibid., p. 29.

73 Ce double cinétisme permet de ne pas retomber dans les dualismes simplificateurs (émotions/connaissances, cœur/raison, esprit/corps et même homme/monde) que pourrait engendrer la dichotomie guillaumienne « univers intérieur du Moi » / « univers extérieur du hors-Moi ».

74 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de discours, p. 178.

75 Cf. le texte correspondant à la note 53.

76 Monneret P., op. cit., p. 25.

77 Moignet G., op. cit., p. 4-5.

78 Boone A., Joly A., op. cit., p. 314.

79 Guillaume G., « note 71, Rapport trimestriel de Gustave Guillaume pour le Centre National de la Recherche scientifique », 11 juin 1952, Malengreau M., op. cit., p. 297.

80 Moignet G., op. cit., p. 5.

81 Guillaume G., Principes de linguistique théorique, p. 107, in Monneret P., op. cit., p. 32.

82 Guillaume G., Principes de linguistique théorique, p. 121-122, in Monneret P., op. cit., p. 33.

83 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de discours, p. 134.

84 Mayaffre D., Paroles de président, Paris, Champion, 2004, p. 46.

85 Rappelons qu’Harpagon est un « emprunt au latin harpago “harpon” et au figuré “rapace”, lui-même formé sur le grec harpagé “rapine”, “proie”, “rapacité”, de harpazein “piller”, “enlever”, mot d’origine indoeuropéenne, de la racine signifiant “crochu” » Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992.

86 Deulofeu H.-J, « Permanence et évolution des caractéristiques structurelles dans les divers “genres” du français écrit et oral », L’Information grammaticale, no 129, mars 2011, p. 21.

87 Ibid.

88 Ibid., p. 22.

89 Despierres C., Krazem M., Narjoux C., « Les énoncés lacunaires dans les écrits littéraires contemporains », L’Information grammaticale, no 130, juin 2011, p. 38-47.

90 Gailly C., L’Incident, Paris, Éditions de Minuit, 1996, p. 146.

91 Gailly C., Dernier amour, Paris, Éditions de Minuit, 2007, p. 17.

92 Saumont A., Les Croissants du dimanche, Paris, Julliard, 2008, p. 112.

93 Gailly C., Les Oubliés, Paris, Éditions de Minuit, 2007, p. 50.

94 Gailly C., L’Incident, p. 83.

95 Narjoux C., « comptes rendus de Philippe, Piat, La Langue littéraire, une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon », Paris, Fayard, 2009, L’Information grammaticale, no 130, juin 2011, p. 59.

96 Exemples proposés par Deulofeu H.-J, op. cit., p. 24.

97 Bikialo S., « Phraséologie néo-libérale et langue littéraire au XXIe siècle », L’Information grammaticale, no 130, juin 2011, p. 51.

98 Deulofeu H.-J, op. cit., p. 24.

99 Wilmet M., Grammaire critique du français, § 97, Remarque, Duculot, coll. « Hachette supérieur », 1998, p. 88.

100 Bikialo S., op. cit., p. 52.

101 Noailly M., Le Substantif épithète, Paris, PUF., coll. « Linguistique nouvelle », 1990, p. 13, cité par Bikialo S., op. cit., p. 51.

102 Mayaffre D., op. cit., p. 111.

103 Combettes B., « Les ajouts après le point : phénomène de décondensation ? », L’Information grammaticale, juin 2011, no 130, p. 24-29.

104 Pétillon S., « Affectation de subjectivité : le point intempestif dans une configuration infra-syntagmatique. Le cas du syntagme nominal », L’Information grammaticale, juin 2011, no 130, p. 30.

105 Ibid., p. 36.

106 Combettes B., op. cit., p. 28.

107 Deulofeu H.-J, op. cit., p. 22.

108 Guillaume G., Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1945-1946, Faits de langue et faits de discours, p. 190.

109 Merleau-Ponty M., La Phénoménologie de l’esprit, Paris, Gallimard, coll. « Tel », [1945], 2005, no 2, p. 217-218.

110 Merleau-Ponty M., op. cit., p. 239.

111 Merleau-Ponty M., op. cit., p. 238.

112 Monneret P., op. cit., p. 237.

113 Merleau-Ponty M., op. cit., p. 218.

114 Merleau-Ponty M., La Phénoménologie de l’esprit, Paris, Gallimard, 1945, p. 446 cité par Monneret P., op. cit., p. 238.

115 Merleau-Ponty M., Le Visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1960, p. 167, cité par Monneret P., op. cit., p. 251.

116 Merleau-Ponty M., Signes, Paris, Gallimard, 1960 cité par Monneret P., op. cit., p. 243.

117 Salanskis J.-M., Heidegger, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Figure du Savoir », [1997], 2003, p. 82-83.

118 Avec tous mes remerciements à Thérèse Lechipey pour avoir relu cet article.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/53142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteur

Agrégé et docteur ès lettres, membre de Lidile (Linguistique et Didactique des Langues) et de l’Association internationale de Stylistique, Stéphane Gallon enseigne la stylistique à l’université de Rennes 2. Il a, ces dernières années, travaillé plus particulièrement sur Michel Butor et sur la question du Temps dans les romans du XXe siècle. Il a publié plusieurs articles sur Bernanos, Gide, Gracq, Beckett, Robbe-Grillet, Simon, Lagarce, etc. et s’intéresse actuellement à l’herméneutique du style.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540