Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Première partie. Approches théoriques

Pour une herméneutique de l’énaction : à partir d’un fait de langue métaphorique complexe

Mathilde Vallespir

Testo integrale

  • 1 Voir Morin E., Introduction à la pensée complexe, Paris, Le Seuil, 2005. Voir infra.

1L’objet de cette communication est double : elle vise d’une part à mettre en valeur l’intérêt que présente pour l’analyse linguistique et stylistique la théorie neuro-phénoménologique de F. Varela ; d’autre part, à soumettre, en se fondant sur cette théorie, le projet d’une herméneutique générale fondée sur l’étude du complexe1.

2Nous procèderons de manière inductive, en partant d’une étude de cas qui nous servira de base pour une élaboration théorique plus générale : ainsi, l’analyse d’un fait de langue complexe, les configurations métaphoriques telles qu’on les trouve chez R. Char, nous permettra de mesurer la façon dont une analyse linguistique peut être relayée par une analyse menée à partir des outils fournis par la théorie varélienne de l’énaction ; nous tenterons ensuite de mettre en évidence les potentialités herméneutiques ouvertes par une telle importation théorique.

Le cas de la métaphore complexe

3On trouve fréquemment dans la poésie de Char, et en particulier dans Fureur et mystère, des formes de métaphores complexes.

Analyse linguistique

  • 2 Voir Rastier F., Sémantique interprétative, Paris, PUF, 1996, p. 275 (glossaire) ; la définition q (...)
  • 3 Fureur et mystère, Paris, Gallimard, NRF, coll. « Poésie », 1997 (1948), « Le poème pulvérisé », p. (...)

4Ce recueil se caractérise ainsi par une forte densité métaphorique. Cette haute métaphoricité se matérialise à travers des structures relevant de ce que F. Rastier appelle la « poly-isotopie », et qu’il définit comme « propriété d’une séquence linguistique comportant plusieurs isotopies génériques dont les sèmes sont en relation d’incompatibilité2 ». Cette poly-isotopie est elle-même mise en œuvre de manière particulière et récurrente, ce que je souhaiterais préciser à partir d’un exemple : le poème « Affres, détonation, silence3 », et en particulier ses deux premières phrases :

  • 4 Ibid.

Le moulin du Calavon. Deux années durant, une ferme de cigales, un château de martinets4.

  • 5 Voir Rastier F., op. cit., chapitre 5, p. 112, où l’isotopie mésogénérique est définie « par récur (...)
  • 6 Ibid., p. 180.
  • 7 Ainsi, dans notre citation supra, les sémèmes relevant de l’isotopie A sont en gras quand ceux rel (...)
  • 8 Prandi M., Grammaire philosophique des tropes, Paris, Éditions de Minuit, 1992.

5Dans ces deux phrases, deux isotopies génériques sont coprésentes : une isotopie A, dite « (méso)générique5 », supposant les traits sémantiques / concret/, /inanimé/, correspondant aux édifices construits par l’homme et destinés à l’habitat ; une isotopie B, (macro) générique, indexant des sémèmes appartenant à une même dimension //animé non humain//, « cigales » et « martinets ». D’un point de vue organisationnel, il s’agit d’isotopies dites « entrelacées6 », les sémèmes qu’elles indexent se présentant de manière alternée, comme le met en valeur la présentation pour laquelle nous avons opté7. Or, ces isotopies A et B sont en relation de disjonction sémantique, le sème /animé/ étant exclu de la première quand il est définitoire de la seconde. Une telle relation allotopique existant entre ces isotopies implique que l’une ou l’autre d’entre elles soit interprétée métaphoriquement. Mais laquelle ? Quel est le rôle à attribuer ici à chacune de ces isotopies ? Quelle est celle qui joue le rôle de cadre de la métaphore, quelle est celle qui en constitue le foyer8 ?

  • 9 Voir Vallespir M., Lire, écouter, exorciser la guerre : essai de sémiotique comparée (poésie/musiq (...)

6Ici, comme souvent chez Char, assigner de manière définitive l’un ou l’autre de ces rôles aux isotopies en présence se révèle d’une grande difficulté, voire impossible9.

  • 10 C’est le cas par exemple dans le poème « Zone » d’Apollinaire pour l’extrait « Bergère ô tour Eiff (...)

7Cette impossibilité s’explique par le fait que les critères sur lesquels repose une telle identification perdent leur efficacité. Ceux-ci sont au nombre de trois : tout d’abord l’ordre d’apparition des isotopies compte dans la détermination de la polarité de la métaphore. Ainsi, celle qui apparaît en premier lieu, en place de thème, se constitue en isotopie cadre. D’autre part, c’est le volume de l’isotopie qui est déterminant : celle qui indexe le plus grand nombre de sémèmes sera plus volontiers tenue pour cadre. Enfin, le mode d’articulation de ces deux facteurs conditionne la lecture de la métaphore : s’ils sont convergents, la polarité de la métaphore gagnera en netteté ; dans le cas contraire, elle paraîtra plus fragile. Ainsi, l’isotopie apparaissant en premier lieu et indexant le plus grand nombre d’éléments sera avec le plus de clarté tenue pour isotopie-cadre ; celle apparaissant en second lieu et rassemblant moins de sémèmes sera tenue alors pour foyer de la métaphore. Au contraire, celle n’advenant pas en premier lieu, mais indexant un nombre important de sémèmes, sera conçue comme cadre, mais le sera avec moins de netteté10.

8Chez Char, ces critères sont remis en cause, en particulier le second : ainsi, souvent, les isotopies ont des volumes comparables, et indexent un nombre de sémèmes à peu près équivalent. De plus, la syntaxe dans laquelle elles sont prises rend difficile l’identification de leur rôle.

9Dans notre extrait, selon le niveau syntaxique auquel on se place, deux analyses concurrentes peuvent être proposées qui supposent une répartition inverse entre isotopie cadre et foyer : ainsi, la relation prédicative transphrastique existant entre « moulin », « ferme » et « château » implique que, si l’on s’en tient aux principes d’interprétation posés plus haut, « moulin » soit pris pour cadre et « ferme » / « château » pour foyer de la métaphore. En conséquence, « ferme » et « château » étant tenus pour métaphoriques, on aura tendance à entendre « cigales » et « martinets » dans leur sens propre.

10Pourtant, la lecture du début de la troisième phrase et des lexies « parler », « rire », « poings », à travers lesquelles se construit une nouvelle isotopie B’ /animé humain/, prend à revers cette répartition entre cadre et foyer dans ces syntagmes nominaux, en tendant à faire lire « cigales / martinet » comme métaphoriques (métaphore in absentia des hommes), le sème générique « humain » étant inscrit dans les sémèmes « ferme » et « château ». La relation de cadre à foyer s’inverse alors, sans pour autant qu’on en revienne à une interprétation stable où « château » et « ferme » seraient tenus pour non métaphoriques.

11Ainsi, plusieurs niveaux de la figure se superposent, impliquant le suspens de toute possibilité d’assigner un rôle stable de cadre ou de foyer aux pôles de la métaphore. Cette instabilité polaire des métaphores se poursuit dans le reste du texte, entre isotopie générique /concret-non animé/ et isotopie /animé humain/. Dans la suite directe du texte (« toutparlait torrent »), « tout » suppose un référent inanimé, et s’inscrit dans une isotopie générique /inanimé/ dans la lignée de notre première isotopie A, en relation allotopique avec « parlait », qui suppose pour sa part un sujet animé humain. Si la prise en compte du contexte antérieur invite à envisager « parlait » comme métaphorique, « tout » jouant le rôle de cadre ici, la suite du texte, du fait du rééquilibrage quantitatif rendant majoritaire l’isotopie /humain/, invite à l’interprétation opposée, et donc, à réinverser la polarité de la métaphore (en voyant dans « tout » le foyer de la figure et dans « parlait » le cadre.)

12L’étude de ce bref extrait permet de mettre en valeur le fait que les configurations poly-isotopiques que l’on trouve chez Char conditionnent un type de métaphore particulier, qui implique une réversibilité possible de sa lecture, la polarité entre cadre et foyer n’étant pas fixée. L’interprétation du texte qui en découle s’effectue ainsi sur cette double impossibilité d’assignation, quand sa compréhension reste suspendue entre ces deux possibilités sans qu’il soit possible de trancher en faveur de l’une ou de l’autre.

13Or, pour appréhender cette instabilité ou plasticité fonctionnelle des isotopies, impliquant ce va-et-vient dans l’identification de leur rôle (foyer ou cadre), la linguistique ne dispose d’aucun outil ni de modèle. Afin de combler ce manque, nous proposons de recourir à la théorie de l’énaction élaborée par F. Varela, et de mobiliser en particulier la notion d’instabilité biologique.

Relais du modèle neurobiologique

La multistabilité chez F. Varela

  • 11 Varela F., « Le présent spécieux : une neurophénoménologie de la conscience du temps », in Petitot(...)

14L’énaction, ou « cognition incarnée » selon Varela (on pourrait traduire aussi par « émergence » ou « faire émerger », le terme d’énaction venant de to enact = faire émerger), est un modèle cognitif s’appuyant non sur des modèles computationnels (de traitement syntaxique de l’information) mais qui s’inspire des outils dérivés des systèmes dynamiques et « des avancées récentes des mathématiques non linéaires et des observations des neurosciences11 ». Cet ensemble d’outils scientifiques est adapté à un cadre phénoménologique husserlien. L’inscription de Varela dans la cognition est donc « neurophénoménologique » ; ceci suppose d’une part, d’envisager la cognition comme « action incarnée », c’est-à-dire qu’elle dépend de l’expérience du sujet dans toutes ses dimensions (à la fois bien sûr dans sa dimension perceptive, mais aussi sensori-motrice, biologique, psychologique et culturelle), d’autre part, de s’appuyer sur un ensemble conceptuel issu de la biologie et non de la mécanique.

  • 12 Ibid., p. 366-367.
  • 13 Ibid., p. 367.
  • 14 Ibid., p. 365.
  • 15 L’émergence d’une assemblée cellulaire est à entendre comme synchronisation de la mobilisation de c (...)
  • 16 Ibid., p. 365.

15Ainsi, si dans une représentation du monde courante dérivée d’une conception mécanique12, la base de fonctionnement d’un corps est sa stabilité (l’instabilité étant définie comme « une perturbation qui aurait besoin d’être compensée13 »), il n’en va pas de même en biologie ; au contraire, dans ce domaine, c’est l’instabilité qui est conçue comme base du fonctionnement normal des systèmes biologiques, et cette instabilité-norme est décrite comme une multistabilité. Dans son article « Le présent spécieux : une neurophénoménologie de la conscience du temps », Varela définit cette multistabilité. Tout acte cognitif en relève : ainsi, un acte cognitif repose sur la synchronisation d’ensembles neuronaux. Or, cette synchronisation est dynamiquement instable14 ; elle repose en effet sur une succession d’émergences d’assemblées cellulaires15, chaque émergence « bifurquant » à partir de la précédente. Varela s’appuie sur plusieurs exemples de perception visuelle (expériences de multistabilité visuelle), dans lesquels une forme apparaît tour à tour comme un couloir et une pyramide, ou une figure est répétée et progressivement légèrement modifiée jusqu’à ce que l’on perçoive un objet totalement différent de celui initialement vu16. Ces exemples permettent de rendre compte de l’émergence d’un percept multistable, l’œil percevant successivement les deux objets différents.

16On peut tenter à présent d’utiliser cette notion de multistabilité comme modèle pour rendre compte de la métaphore complexe telle qu’on vient de la décrire chez Char, et de la réversibilité du rôle des différentes isotopies dans les textes poly-isotopiques. Une telle application peut se faire de manière plus ou moins poussée.

Application à la métaphore complexe

17Ainsi, sur le modèle de la multistabilité biologique, c’est tout d’abord l’agencement poly-isotopique, dans lequel le rôle des isotopies n’est pas assignable, que l’on peut concevoir comme un contexte multistable, dans lequel le lecteur hésite entre deux interprétations d’une isotopie (foyer ou cadre), et dans lequel ces deux interprétations ne s’excluent pas mutuellement, mais se succèdent. L’agencement poly-isotopique est ainsi multistable dans la mesure où les perceptions opposées (où l’on lit l’isotopie A comme foyer et l’isotopie B comme cadre, puis à l’inverse, l’isotopie B comme foyer, l’isotopie A comme cadre) se succèdent, l’émergence du changement de perception se faisant à la faveur d’éléments contextuels faisant basculer la perception.

18La mobilisation d’un tel modèle comporte deux présupposés : d’une part, il prend en compte la temporalité de la lecture, sa durée, ce qu’on appelle la lecture en temps réel, bien souvent négligée. D’autre part, du fait que l’instabilité-multistabilité est dans le cadre biologique tenue pour norme, l’instabilité perceptive que ce modèle biologique saisit est par là même érigée en norme. Ceci suppose de prendre à revers une certaine tradition rhétorique de la métaphore, à l’œuvre dans les meilleures de ses productions même récentes, selon laquelle l’horizon de la métaphore est sa « traduction », sa stabilisation. Le travail de lecture de la métaphore ne débouche pas forcément ici sur l’assignation à chacune des isotopies d’une fonction de cadre ou de foyer.

  • 17 Ibid., p. 353 : « l’émergence d’un acte cognitif suppose la coordination de nombreuses régions diff (...)

19On peut pousser au-delà l’application du modèle neurobiologique à la métaphore complexe. La lecture de telles métaphores constitue un acte de perception particulier, et donc, un acte cognitif particulier. Comme tout acte cognitif, cet acte de perception suppose la synchronisation d’actes neuronaux dont on a vu qu’elle était elle-même instable-multistable (car elle repose sur des émergences d’assemblées cellulaires bifurquant les unes sur les autres). Pour saisir la spécificité de cet acte perceptif particulier, il faudrait donc à ce niveau préciser les modalités de la multistabilité en question : elle implique en effet des assemblées neuronales particulières, situées dans des aires précises du cerveau17, et qui ne sont pas forcément toujours identiques selon les contenus instanciés.

  • 18 Ibid., p. 366.

20En revanche, pour pousser plus loin l’analogie avec le modèle que Varela propose en vue de rendre compte des taches de perceptions multistables, on peut formuler l’hypothèse suivante : la dynamique même de cette multistabilité (sur fond de plasticité constante et continue, de modification continue des assemblées neuronales sous l’influence d’émergences successives), se fait autour de deux « bassins d’attraction stable18 » distincts, entre lesquels la perception oscille. Ces « bassins » correspondent à la perception de l’une ou l’autre polarisation des isotopies, l’un supposant un percept stabilisé autour de la première « orientation de la figure » (où par exemple les éléments de l’isotopie A sont métaphoriques quand ceux de B constituent le cadre de la figure), l’autre supposant la répartition opposée.

21Le passage de l’une à l’autre des interprétations, appelé « bifurcation » ou « transition de phase » (ibid.), s’effectuerait ainsi à la faveur de l’advenue au sein du texte d’une ou de plusieurs lexies compromettant l’équilibre isotopique auquel on est parvenu, et par là venant reconfigurer les associations neuronales convoquées.

22Les moments de lecture où la résistance du texte est la plus manifeste, où le lecteur est le plus perdu, où son interprétation reste en suspens, seraient dans cette perspective ceux où le percept est le plus éloigné de l’un ou de l’autre bassin de stabilité.

  • 19 « [T]antôt par le rire, tantôt par les poings de la jeunesse », Char R., op. cit.

23Pour le texte que nous avons pris pour exemple, ce paroxysme, coïncidant avec le plus grand éloignement de l’un ou l’autre bassin de stabilisation, paraît atteint au début de la troisième phrase, juste après l’extrait cité (« tout parlait torrent »), la perception glissant pour la suite de cette phrase19 vers un bassin de stabilité où l’isotopie B’ /animé/ joue le rôle de cadre, l’isotopie A /inanimé concret/ celui de foyer.

  • 20 Notre point de vue s’oppose ici à celui de Charbonnel N., « Métaphore et philosophie moderne », da (...)

24On vient ainsi de proposer un modèle destiné à rendre compte du mode de perception impliqué par des formes de métaphores complexes telles qu’on les trouve chez Char. Un tel cadre d’analyse nous semble pouvoir être généralisé à la description de la perception de toutes les métaphores, mêmes les formes qui paraissent les plus banales ou simples. Tout acte de perception d’une métaphore peut ainsi être conçu comme acte cognitif multistable, la particularité de chacun résidant dans la structure énactive de ces actes. Ainsi, pour des métaphores ne présentant pas les problèmes de polarisation que l’on vient de décrire, l’acte de perception répondrait à une structure ne présentant qu’un bassin d’attraction de stabilité, correspondant à une représentation unique, vers laquelle tendrait la lecture sans pour autant jamais l’atteindre, toute métaphore, même la plus simple (cet homme est un lion / mon mari est un ange), supposant une dimension processuelle et instable, et une représentation jamais entièrement fixée. Nous irions d’ailleurs jusqu’à inscrire la catachrèse elle-même, pourtant la plus stabilisée des métaphores, dans une telle définition20.

  • 21 Morin E., op. cit., p. 18.

25Ainsi, rendre compte de ce qui est pensé comme simple (les métaphores « rudimentaires ») par le biais d’un modèle complexe permet, non pas de complexifier l’objet, mais d’en rendre compte sans le réduire. À l’instar de ce que propose E. Morin, il s’agit ainsi de prendre à revers un geste heuristique occidental d’analyse par simplification21, pour tenter l’expérience d’un geste contraire, où l’analyse du complexe constituerait la matrice de toute description.

Généralisation du modèle : pour une herméneutique de l’énaction

26Dans une telle perspective, le modèle de l’énaction, par l’ancrage phénoménologique qu’il suppose, constitue un cadre tout à fait propice à une approche herméneutique générale, au sein de laquelle on peut articuler fait de langue, effet et style.

27En effet, pour Varela, l’énaction caractérise plus globalement la relation du sujet au monde : l’homme énacte son monde environnant, il entretient avec lui une relation biunivoque de spécification, l’homme spécifiant, « déterminant » le monde qui l’entoure, de même et en même temps que le monde environnant le spécifie.

28L’acte de réception d’un texte peut être ainsi conçu comme une énaction particulière, supposant une détermination réciproque du lecteur par le texte et du texte par le lecteur. Dans cette double relation, le fait de langue relèverait de la dynamique d’information ou de spécification du texte par le lecteur, quand l’effet correspondrait à la relation de spécification du sujet par le texte. Pour définir plus précisément le fait de langue, il faudrait s’interroger sur la détermination de ses propres frontières, qui implique qu’on le conçoive comme résultant d’un acte réflexif l’identifiant comme tel – autrement dit, il est évalué comme tel à l’aune de la mobilisation par le lecteur de ses connaissances encyclopédiques. De son côté, l’effet est saisi comme information, altération du sujet-lecteur par le texte, cette modification étant ici conçue comme dynamique, flux non stable supposant la synchronisation multistable d’actes cognitifs et les caractéristiques émotionnelles, hylétiques, corporelles qu’ils véhiculent ou auxquelles il est associé. Un des avantages d’une telle conception énactive comme « cognition incarnée » est de concevoir de manière non hiérarchique tous ces éléments de caractérisation de l’acte de lecture, et d’étendre la sphère de modélisation au champ des affects.

  • 22 Vallespir M., « De la structure à l’agencement : style et contre-cognition », in Broggi F., Matthe (...)

29Enfin, le style (d’un texte, d’une œuvre, d’un auteur) est pour sa part une représentation du lecteur-critique dont la détermination résulte d’un acte de conscience immanent ou acte de conscience réflexif22 – c’est-à-dire, en phénoménologie, d’un acte de conscience visant non un objet qui lui est extérieur, mais se visant lui-même (répondant à la question « qu’est-ce qui dans ce que je lis, est caractéristique de ce texte, ou de cette époque, de cette œuvre ou de cet auteur »). Cet acte de conscience réflexif repose sur la mémorisation d’énactions passées de textes, et leur remémoration. Une telle représentation peut prendre la forme d’un faisceau de stylèmes, c’est-à-dire de faits de langue organisés entre eux et tenus pour spécifiques du texte, de l’œuvre ou de l’auteur.

  • 23 Vallespir M., Lire, écouter, exorciser la guerre. Essai de sémiotique comparée, op. cit., p. 46-48 (...)
  • 24 L’encyclopédie du lecteur est définie par Klinkenberg J.-M., (Précis de sémiotique générale, De Bo (...)

30Dans un tel cadre, le type de métaphore que nous venons de décrire peut être envisagé comme un fait de langue, stylème à prêter à l’écriture de R. Char, auquel on associerait d’autres traits, tels que l’usage au sein des syntagmes nominaux de prépositions impliquant une faible précision relationnelle entre les éléments associés, l’usage de la figure de nominalisation, ainsi qu’un faible embrayage énonciatif23. Une telle représentation est plastique, et par là-même apte à prendre en compte les modifications encyclopédiques du lecteur24 advenant à l’occasion d’énactions nouvelles de textes déjà énactés, voire d’énactions de tout autres textes (supposant de déterminer de nouveaux stylèmes, ou au contraire d’en écarter d’autres).

Conclusion

31Au terme de ce développement, on peut se demander en quoi une telle approche énactive peut retenir notre intérêt.

  • 25 Morin E., op. cit., p. 19.

32C’est tout d’abord sa dimension intégrative qui nous paraît heuristiquement productive : elle offre un cadre propre à intégrer les différents niveaux de l’analyse linguistique, puisqu’elle peut prendre en charge le niveau le plus local jusqu’au plus général. Par là, elle assure la conjonction de l’un au multiple appelée de ses vœux par Edgar Morin dans sa défense de la pensée complexe25.

  • 26 Et au-delà, elle risque de donner lieu à une pensée simplifiante (ibid., p. 18-19 par exemple, où (...)

33Elle permet ainsi de réduire le « saut » souvent à l’œuvre entre analyse et interprétation, description et théorie, et également de penser l’au-delà des fractures disciplinaires, fracture interne à la linguistique (entre linguistique, linguistique textuelle, stylistique et sémiotique), mais aussi plus largement, entre sciences et sciences humaines, la clôture disciplinaire ne pouvant, comme E. Morin le souligne, que faire obstacle à l’appréhension des phénomènes complexes26. C’est d’ailleurs pour se défier d’une telle simplification appauvrissante que nous avons souhaité proposer cette démarche paradoxale, qui consiste à analyser le simple à partir d’outils élaborés pour des objets complexes, et non le contraire.

  • 27 Ce point de vue n’est cependant pas partagé par tous les linguistes : on pensera aux exceptions de (...)

34L’approche énactive permet ici en outre de modéliser ce qui se dérobe aux formalisations linguistiques, du fait notamment de l’absence fréquente de prise en compte de la dimension temporelle de la lecture dans l’analyse linguistique, et en particulier dans la linguistique textuelle. Une telle occultation est liée à plusieurs faits, notamment la prégnance encore forte du modèle structural, où le schème dans sa dimension achronique peut encore bien souvent paraître intellectuellement plus convaincant que la plasticité évolutive d’une lecture en temps réel27. Or, prendre en compte cette dimension temporelle de la lecture mène à rendre aux faits de langue, ici la métaphore, leur dimension processuelle.

  • 28 Eco U., Kant et l’ornithorynque, Paris, Le Livre de Poche, 2001.
  • 29 Gervet J., Livet P., Tete A., La Représentation animale : la représentation de la représentation, (...)

35Enfin, c’est sur le statut du modèle énactif varélien que je voudrais revenir : nous avons poussé loin le modèle jusqu’à envisager l’énaction comme synchronisation d’assemblées neuronales. On n’est bien entendu pas contraint d’aller jusque-là, et personnellement, nous ne sommes pas sûrs de le souhaiter. Nous n’avons pas pour fin d’entrer dans ce que U. Eco appelle la « boîte noire » de l’homme28, son cerveau, et de prétendre à une reconstitution du mode de son fonctionnement réel. Le fait même qu’il s’agisse ici d’un modèle au sens scientifique du terme devrait l’interdire, l’efficacité du modèle ne résidant pas dans sa proximité avec la réalité, mais dans son efficacité (jaugée à l’aune de critères particuliers) au sein de son champ d’application29. Je ne cherche donc nullement, par la mobilisation de ce modèle neurophénoménologique qu’est l’énaction, à rendre compte du fonctionnement du cerveau dans la perception de la métaphore, mais à modéliser un espace de notre pratique de lecture resté jusque-là dans l’ombre, sans préjuger de la valeur de vérité de ce modèle, cette modélisation étant propre à servir d’ancrage à une herméneutique de la complexité qui reste à construire.

Note

1 Voir Morin E., Introduction à la pensée complexe, Paris, Le Seuil, 2005. Voir infra.

2 Voir Rastier F., Sémantique interprétative, Paris, PUF, 1996, p. 275 (glossaire) ; la définition qu’en donne l’auteur se poursuit ainsi : « au sens large, propriété d’une séquence comportant plus d’une isotopie. »

3 Fureur et mystère, Paris, Gallimard, NRF, coll. « Poésie », 1997 (1948), « Le poème pulvérisé », p. 185.

4 Ibid.

5 Voir Rastier F., op. cit., chapitre 5, p. 112, où l’isotopie mésogénérique est définie « par récurrence d’un sème microgénérique, qui indexe des sémèmes appartenant au même taxème (ou classe minimale d’interdéfinition des sémèmes) ». Voir aussi ibid., glossaire, p. 275.

6 Ibid., p. 180.

7 Ainsi, dans notre citation supra, les sémèmes relevant de l’isotopie A sont en gras quand ceux relevant de l’isotopie B sont soulignés.

8 Prandi M., Grammaire philosophique des tropes, Paris, Éditions de Minuit, 1992.

9 Voir Vallespir M., Lire, écouter, exorciser la guerre : essai de sémiotique comparée (poésie/musique), Paris, Champion, 2012, chapitre I, p. 23-74, où nous rendons compte plus largement de ces problèmes de déchiffrement de la métaphore chez Char (en particulier p. 40-46).

10 C’est le cas par exemple dans le poème « Zone » d’Apollinaire pour l’extrait « Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin » (Paris, Gallimard, NRF, coll. « Poésie », 1995, p. 7), où l’isotopie cadre (indexant les sémèmes « tour Eiffel » et « ponts ») advient après l’isotopie foyer (« Bergère », « troupeau », « bêle »), allant ainsi à l’encontre des attentes du lecteur, qui attendrait que soit donné en premier lieu le cadre de la métaphore, puis seulement son foyer ; de plus, l’isotopie foyer est numériquement légèrement majoritaire, indexant un sémème de plus que l’isotopie cadre, contrevenant par là encore aux attentes du lecteur. De sorte que l’identification de la polarité de cette métaphore, c’est-à-dire l’assignation du rôle de foyer à l’isotopie pastorale, celle de cadre à l’isotopie géographique, demande un travail interprétatif supérieur à ce qu’il aurait été si on avait eu la phrase suivante : « Ô tour Eiffel, bergère des ponts » – de ce fait nettement plus plate.

11 Varela F., « Le présent spécieux : une neurophénoménologie de la conscience du temps », in Petitot J., Varela F., Pachoud B. et Roy J. M., Naturaliser la phénoménologie, essais sur la phénoménologie contemporaine et les sciences cognitives, Paris, CNRS éditions, 2002, chapitre 8, p. 341-406.

12 Ibid., p. 366-367.

13 Ibid., p. 367.

14 Ibid., p. 365.

15 L’émergence d’une assemblée cellulaire est à entendre comme synchronisation de la mobilisation de cellules de différentes aires du cerveau, ou « couplage d’assemblées neuronales par synchronisation d’ensemble neuronaux », ibid., p. 354.

16 Ibid., p. 365.

17 Ibid., p. 353 : « l’émergence d’un acte cognitif suppose la coordination de nombreuses régions différentes, impliquées dans des aptitudes diverses : perception, mémoire, motivation, et bien d’autres ».

18 Ibid., p. 366.

19 « [T]antôt par le rire, tantôt par les poings de la jeunesse », Char R., op. cit.

20 Notre point de vue s’oppose ici à celui de Charbonnel N., « Métaphore et philosophie moderne », dans Kleiber G., Charbonnel N. (dir.), La Métaphore, entre philosophie et rhétorique, Paris, PUF, 1999, p. 32-61.

21 Morin E., op. cit., p. 18.

22 Vallespir M., « De la structure à l’agencement : style et contre-cognition », in Broggi F., Matthey A.-C. et al., Structures : construction, déconstruction, reconstruction, Aachen, Shaker Verlag, 2006, p. 125-138.

23 Vallespir M., Lire, écouter, exorciser la guerre. Essai de sémiotique comparée, op. cit., p. 46-48 ; 75-111.

24 L’encyclopédie du lecteur est définie par Klinkenberg J.-M., (Précis de sémiotique générale, De Boeck université, 1996, p. 39) comme le « système de connaissances, valeurs d’une culture, fonctions utilitaires définies par celle-ci » ; elle fonde le « découpage de l’univers » du lecteur.

25 Morin E., op. cit., p. 19.

26 Et au-delà, elle risque de donner lieu à une pensée simplifiante (ibid., p. 18-19 par exemple, où la disjonction entre sciences et philosophie au XVIIe siècle est présentée comme propre à engendrer l’intelligence aveugle qui mène à l’obscurantisme).

27 Ce point de vue n’est cependant pas partagé par tous les linguistes : on pensera aux exceptions de taille que constituent la linguistique guillaumienne et sa notion fondamentale de « chronogenèse » (Guillaume G., Temps et verbe, Paris, Champion, 1993, p. 8 ; ou à Klinkenberg J.-M. et à son analyse détaillée de la lecture de la métaphore, sur laquelle nous avons fondé notre propre approche (« Métaphore et cognition » dans Kleiber G., Charbonnel N. [dir.], La Métaphore, entre philosophie et rhétorique, Paris, PUF, 1999). On peut également voir la cause d’une telle occultation fréquente de la dimension temporelle dans la focalisation de l’analyse du discours sur la production du discours, et non sa réception. Voir Vallespir M., « Pour une sémiotique de l’énaction, ou comment réduire la violence du logos analytique », Kurts L., Vallespir M., Watine M.-A., La Violence du logos. Entre sémiotique, littérature et philosophie, Paris, Garnier, 2013, p. 81-100.

28 Eco U., Kant et l’ornithorynque, Paris, Le Livre de Poche, 2001.

29 Gervet J., Livet P., Tete A., La Représentation animale : la représentation de la représentation, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1992.

Autore

Maître de conférences en sémiotique littéraire comparée à l’université Paris Sorbonne (Paris 4). Elle est l’auteure de Lire, écouter, exorciser la guerre : essai de sémiotique comparée (poésie, musique), Champion, 2012, et a co-dirigé avec L. Kurts et M.-A. Watine Éthique et Significations. La Fidélité en art et en discours (Academia-Bruylant, 2007) et La Violence du logos, entre sciences du texte, philosophie et littérature (Garnier, 2013).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540