Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Deuxième partie. Le duc – Les rois

La bataille de Châteaubriant (3 mars 1223) : un Bouvines breton1 ?

Yves Coativy

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Je remercie mes collègues Benoît Jeanjean pour la traduction des textes latins et Jean-Christophe (...)
  • 2 On se souviendra qu’aux xive et xve siècles, des batailles ont changé le cours de l’histoire de la (...)

1En mars 1223, une bataille oppose le duc de Bretagne Pierre de Dreux (1213-1237) à Amaury de Craon, sénéchal d’Anjou, du Maine et du Poitou. Le duc sort vainqueur de cette affaire. Négligé par l’historiographie, l’événement mérite pourtant qu’on s’y arrête. Les véritables batailles, dans lesquelles les princes s’engagent personnellement et jouent leur avenir sur le sort de leur armée, sont assez rares au Moyen Âge. C’est un des seuls épisodes de ce genre dans l’histoire de la Bretagne du bas Moyen Âge2. Il se trouve que par bien des aspects Châteaubriant rappelle le dimanche de Bouvines (27 juillet 1214), une bataille exceptionnelle à tout point de vue, qui assure le pouvoir de Philippe Auguste dans son royaume et au-delà. La victoire de Châteaubriant peut-elle être assimilée à cet événement ? Après avoir retracé les grandes lignes de l’épisode militaire, nous comparerons les deux batailles pour essayer de savoir si la victoire de Châteaubriant peut être admise dans « les grandes journées qui ont fait la Bretagne ».

  • 3 Guillaume le Breton, La Philippide, trad. François Guizot, livre XII, vers 370-443 ; Guillaume le (...)
  • 4 Pierre Le Baud, Histoire de Bretagne, Paris, 1638, p. 223-224 ; id., Chronique de Vitré, ibid., p. (...)
  • 5 Guillaume de Nangis, Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300, éd. Henri Géraud, Par (...)

2Le dossier historiographique est assez épais, ce qui est rare pour la Bretagne du xiiie siècle. Il s’organise en trois grands ensembles : les contemporains de l’événement (Guillaume le Breton et le Chroniqueur de Tours), les chroniqueurs médiévaux et les historiens de l’époque moderne3. Le témoignage de Guillaume le Breton est particulièrement intéressant car il connaît bien la région et les intervenants. Le deuxième groupe est formé par ceux qui reprennent ces sources dès le Moyen Âge comme le Chroniqueur de l’abbaye de Paimpont et Pierre Le Baud, parfois en les enrichissant comme ce dernier4. Le dernier groupe est formé des historiens et historiographes postérieurs que sont d’Argentré, Albert Le Grand, Du Paz, dom Lobineau, dom Morice et en dernier lieu Ogée. À l’inverse, certains chroniqueurs n’en parlent pas, Français du xiiie siècle comme Guillaume de Nangis5 et Bretons du bas Moyen Âge comme Alain Bouchart ou l’Anonyme de la Chronique de Saint-Brieuc. Le cas de ce dernier est assez curieux. Il évoque en effet un dénommé Pierre de Craon contre lequel Jean Ier le Roux aurait été en guerre au moment où il luttait contre Lanvaux. Certains aspects du récit, en particulier la capture et la mise en détention des seigneurs révoltés, montrent qu’il amalgame des épisodes concernant Pierre de Dreux et son fils, dont semble-t-il la bataille de Châteaubriant.

  • 6 Jacques Levron a publié un sommaire des actes de Pierre de Dreux, « Catalogue des actes de Pierre (...)

3Deux figures principales s’opposent dans cette affaire. On ne présente pas Pierre de Dreux alias Mauclerc. Cousin de Philippe Auguste, prince cultivé et poète, courageux au combat, il devient duc à la suite de son mariage avec Alix de Bretagne et surtout grâce à l’appui du roi de France. Il poursuit l’organisation du duché inaugurée par les Plantagenêts mais il doit faire face à de nombreux problèmes avec la noblesse bretonne, qui renâcle confrontée aux méthodes capétiennes du nouveau prince, et surtout à l’opposition de l’Église, pour les mêmes raisons. À l’époque de Châteaubriant, il peut s’appuyer sur la Haute Bretagne et certainement une partie de la Basse Bretagne, mais il doit faire face à la révolte du Léon, du Penthièvre et de Rohan6.

  • 7 Les principaux éléments biographiques sur Amaury de Craon sont tirés de Arthur Bertrand de Broussi (...)
  • 8 Guillaume des Roches a déjà eu des contacts avec la Bretagne, en particulier à l’époque d’Arthur d (...)
  • 9 À cette époque (1214-1219), Philippe Auguste ne peut guère compter en Poitou sur les seigneurs de (...)
  • 10 Par contre, le roi se réserve la Touraine avec la sénéchaussée, Chinon avec la prévôté et la sénéc (...)
  • 11 Bertrand de Broussillon, La maison de Craon…, op. cit., acte n° 253, après juillet.
  • 12 C’est l’hypothèse exprimée par Frédéric Morvan, « La Maison de Penthièvre (1212-1334), rivale des (...)
  • 13 Ernest Aubry, Notes chronologiques sur La Guerche-de-Bretagne, rééd. Paris, 1994, p. 14, signale q (...)

4Amaury de Craon participe de près ou de loin à tous les bouleversements qui affectent l’Ouest de la France lors de la lutte entre Philippe Auguste et Jean sans Terre7. Seigneur de Craon, il succède à son frère Maurice (III) de Craon qui meurt le 25 juillet 1207. Il épouse vers 1212 Jeanne des Roches, fille de Guillaume des Roches, sénéchal d’Anjou, du Maine et du Poitou, héritière d’une des plus grandes fortunes de la région8. En 1214, Amaury de Craon fait partie avec son beau-père Guillaume des Roches de l’armée du prince Louis quand celui-ci attaque la garnison anglaise de La Roche-aux-Moines. Ensuite, il fait partie des seigneurs qui jurent la trêve entre Philippe Auguste et Jean sans Terre9. En 1218, il se croise contre les Albigeois. En 1221, il hérite des terres anglaises de feu son frère Pierre, qu’il perd trois ans plus tard. À la mort de son beau-père le 15 juillet 1222, il hérite des seigneuries de Sablé, Briolay, Château neuf-sur-Sarthe, Précigné et Brion. Son pouvoir s’étend bien au-delà de ses seigneuries propres puisque Philippe Auguste lui concède aussi les villes d’Angers et de Baugé, avec leurs dépendances10. Dans une charte de cette même année, il se donne le titre de senescallus Andegavie11, ce qui signifie qu’il hérite aussi des fonctions de Guillaume des Roches. Il est possible aussi qu’à cette époque Amaury tente de succéder à son demi-frère Juhel de Mayenne dans la tutelle du nord de la Bretagne. Le résultat est l’opposition à Pierre de Dreux qui débouche sur la bataille de Châteaubriant12. Dans les premiers mois de 1223, il participe aux opérations contre Pierre Mauclerc mais le 3 mars, il subit la défaite de Châteaubriant13. Il sort de prison assez vite puisque dès le mois d’août 1223, il signe un acte royal à Compiègne. Il meurt le 2 mai 1226, ne laissant qu’un héritier mineur, Maurice. Il est enterré à La Roë.

  • 14 Louis Rosenzweig, Cartulaire général du Morbihan, Vannes, 1893, p. 199-200, acte n° 245, diplôme d (...)
  • 15 Guillaume le Breton, Continuation de la vie de Philippe II Auguste, trad. F. Guizot revue par Roma (...)

5On trouve à l’origine du conflit un problème de propriété. Au début du xiiie siècle, Philippe Auguste, dans le cadre de sa lutte contre les Plantagenêts, occupe la Bretagne. En 1206, il détache Ploërmel du domaine ducal au profit de son « amé et féal » Maurice de Craon pour le tenir à jamais, lui et ses héritiers, du roi et de ses héritiers à fief et hommage lige, en remerciement de s’être rallié à lui dans sa lutte contre Jean sans Terre. Ses biens passent par héritage à Amaury. Quand Pierre de Dreux arrive à la tête du duché, Philippe Auguste lui rappelle qu’il ne peut remettre en cause les fiefs tenus de la main du roi. Il est hors de question pour le duc de laisser Ploërmel, au cœur de la Bretagne, aux mains d’un autre que lui-même. Il invoque des raisons juridiques pour réclamer la châtellenie et propose à Amaury de plaider l’affaire devant le roi. Amaury refuse de comparaître, ce qui s’apparente à de la félonie. Qui plus est, il vient de s’inféoder au roi d’Angleterre pour recevoir l’investiture des terres anglaises de son frère14. La crise est désormais ouverte. On notera que les errements britanniques d’Amaury laissent les mains libres à Pierre de Dreux qui, dans ces conditions, n’a rien à craindre du roi. Pour Guillaume le Breton, les causes de la guerre se trouvent dans la révolte de Conan et Salomon, le premier comte de Léon15. Amaury en profite pour attaquer la Bretagne ; il revendique des biens confisqués par le duc. Amaury « se confiant en ses forces et non à l’issue toujours incertaine d’un jugement », prend les armes et s’empare de La Guerche et de Châteaubriant. Au dire de Guillaume le Breton, la guerre dure deux ans, mais il ne précise pas si c’est en Basse Bretagne seulement. Rien n’indique que la guerre d’Amaury a commencé avant le printemps 1223.

  • 16 Liste reprise par d’Argentré, dom Lobineau et dom Morice.
  • 17 La date de la bataille pose le problème d’une date ancien style. Guillaume le Breton dans la Phili (...)

6Les hommes engagés sont mal connus. Guillaume le Breton, le mieux renseigné des chroniqueurs, ne mentionne que les principaux protagonistes de l’affaire : Pierre de Dreux, Amaury de Craon et le comte de Nevers. Pierre Le Baud est beaucoup plus prolixe. Il mentionne dans le camp d’Amaury Jean de Montoire, comte de Vendôme, et Hardouin de Maillé. En face, il aligne les Bretons : Henry d’Avaugour, seigneur de Goëlo, Geoffroy d’Avaugour, André de Vitré, Raoul de Fougères, Richard Le Maréchal, Geoffroy de Châteaubriant, Gedouyn de Dol, Galeran de Châteaugiron et Allain d’Acigné16. Deux hypothèses sont envisageables quant à cette différence dans l’énumération des hommes en présence. La première est que Pierre Le Baud a eu accès à une source qui nous échappe, écrite ou orale. La seconde est qu’il complète la liste pour honorer telle famille (les Vitré) ou qu’il imagine qu’ils ont pu participer à cette affaire. L’armée d’Amaury a des motivations variées. Il a convoqué sa parentèle et sa clientèle, mais il a aussi fait appel à des mercenaires, « une très grande troupe de gens de l’Île-de-France, un corps de Sées, une escouade du Berry et le comte de Nevers, tous gens qui étaient attachés à Amaury par la parenté ou l’amitié, ou encore par la solde ». Cette coalition hétéroclite, aux intérêts probablement divergents, même nombreuse est certainement inférieure en qualité à l’armée bretonne, bien entraînée puisque cela fait deux ans qu’elle se bat en Léon. L’armée bretonne est essentiellement constituée de piétons, alors que celle d’Amaury est composée d’hommes de cheval et de pied. La bataille a lieu le 3 mars 122317 dans les vignes de Châteaubriant après que le duc de Bretagne a mis en demeure les Angevins de se retirer. Pierre de Dreux et Amaury y participent en personne. C’est Pierre qui décide de l’attaque, audacieusement d’après Guillaume le Breton. Les Normands sont les premiers à céder du terrain. On peut penser que ce sont eux qui ont le moins d’intérêts dans l’affaire. Les Manceaux les suivent dans la déroute, à la suite de quoi Pierre capture ses principaux adversaires, Amaury de Craon, Jean de Montoire, comte de Vendôme et Hardouin de Maillé.

  • 18 Guillaume le Breton, La Philippide…, op. cit., livre VI, p. 365-368.

7La première conséquence de la bataille est l’affermissement du pouvoir de Pierre de Dreux. Cela n’échappe pas à Guillaume le Breton qui écrit : « Le duc se fit un nom célèbre, sauva sa patrie des ennemis et se montra par sa valeur enfant de la France, véritable rejeton de la race royale, étant petit-fils de Louis et aussi noble que son cousin le roi Philippe18. » On peut imaginer qu’étant contesté en Basse Bretagne par plusieurs lignages, cette victoire consolide son pouvoir et lui laisse toute liberté pour réprimer les seigneurs révoltés. Pierre Le Baud nous dit d’ailleurs qu’après la victoire, seul le clergé reste en lutte contre le pouvoir ducal. Le calme n’a pas dû revenir immédiatement dans la région car dans la Chronique de Vitré Le Baud signale que la pacification dure jusqu’en avril 1224. On peut aussi noter la disparition d’Amaury des affaires bretonnes, si tant est qu’il ait voulu y jouer un rôle.

  • 19 En 1223, Amaury déclare dans une charte que Gilles, abbé d’Évron, a contribué à la rançon que le d (...)
  • 20 On possède par contre une mention concernant la Basse Bretagne. Le 28 janvier 1223, le pape signal (...)

8Comme toujours à cette époque, les prisonniers sont astreints à payer une rançon pour recouvrer leur liberté. La Chronique de Tours précise que la plupart d’entre eux ont été libérés après la Pâque suivante (le 23 avril), soit un mois et demi après la défaite, le temps nécessaire aux captifs pour réunir de l’argent ou des chevaux. L’explication que donne le chroniqueur est qu’il faut remplacer les chevaux morts, mais il semble que les chevaliers aient été assez peu nombreux dans l’affaire. Peut-être s’agit-il d’équiper les piétons, en particulier les nobles trop pauvres pour s’offrir une monture. Il faut noter le traitement particulier réservé aux personnages les plus importants, Amaury et le comte de Vendôme. Ils sont enfermés au château de Touffou et restent prisonniers plus longtemps. Leur rançon est plus lourde et plus compliquée à percevoir19. Enfin, Amaury s’engage à marier son unique héritière avec Arthur, fils cadet de Pierre. Le fiancé ne vivra pas jusqu’à l’âge du mariage et cette clause s’éteindra d’elle-même. Le duc n’est pas le seul à profiter de l’affaire. On apprend dans la Chronique de Vitré qu’André, seigneur du lieu, reçoit de bonnes rançons en récompense de ses prouesses au combat. Il enferme ses prisonniers dans son château. D’un point de vue plus matériel, on peut facilement imaginer que la bataille et plus généralement les opérations militaires concomitantes ont laissé des traces dans le paysage, mais la documentation est muette sur ce point20. Seule est mentionnée par les chroniqueurs la dévastation de la région de Châteaubriant.

  • 21 L’événement est traité de manière remarquable par Georges Duby, Le dimanche de Bouvines, Paris, 19 (...)
  • 22 Il faut relever la concertation préalable, attestée dans le royaume, très probable en Bretagne. Am (...)
  • 23 G. Duby, Le dimanche…, op. cit., p. 152-153 : réflexion sur le poids de la bataille dans la sociét (...)

9Une fois le déroulement de l’affaire évoqué, il est possible de faire quelques comparaisons entre Châteaubriant et Bouvines. Rappelons que le 27 juillet 1214, alors que l’armée du prince Louis est aux prises avec Jean sans Terre dans le Sud-Ouest du royaume, Philippe Auguste attaque en sous-effectifs une coalition dans le nord du royaume et la défait21. On peut tout d’abord noter les parallèles militaires. Dans les deux cas, c’est l’armée inférieure en nombre qui l’emporte sur son adversaire. De même, on constate la similitude d’une attaque simultanée sur deux fronts avec les deux batailles de La Roche-aux-Moines/Bouvines, qui font écho aux combats menés dans le Léon et à Châteaubriant22. Il faut aussi souligner dans les deux cas l’engagement personnel du prince, fort rare au Moyen Âge et non sans raison23. Considérée comme un jugement de Dieu, la bataille n’oppose habituellement que deux personnages de même envergure, Philippe Auguste contre Othon, Pierre contre Amaury. À Bouvines, la fuite permet au perdant de se sauver, donnant à ses partisans le signe de la débandade, et chacun essaie ensuite de sauver sa vie et d’éviter capture et rançon. Nous ne sommes pas assez bien renseignés pour évaluer la portée de la capture d’Amaury mais elle a sans doute joué le même rôle que la fuite de l’empereur.

  • 24 Certains éléments vont dans ce sens, comme les changements répétés de ducs entre la fin du xiie si (...)
  • 25 G. Duby, Le dimanche…, op. cit., p. 104-114.

10Nous n’avons pas de trace du retour triomphal de Pierre mais, comme on l’a vu plus haut, Guillaume le Breton établit le parallèle entre les deux Capétiens, le roi et le duc. Par contre, si Bouvines apparaît comme le dénouement final de la politique expansionniste des Capétiens depuis le milieu du xiie siècle, Châteaubriant n’a pas ce poids particulier. Il marque plus l’installation définitive du nouveau prince. En cas de victoire, on ne sait si Amaury aurait remplacé Pierre24. Enfin, on peut se poser la question du coût de cette affaire. L’obligation féodale du service armé de 40 jours ne suffit plus depuis longtemps à assurer les charges militaires. Georges Duby souligne bien le lien étroit qui unit la guerre, l’embauche de mercenaires et la monétarisation de l’économie25. Il faut beaucoup d’argent pour mener des opérations et cela oblige à déstocker le métal précieux, cela pousse accessoirement au pillage, sans oublier le rôle fondamental des rançons. Philippe Auguste bénéficie d’un domaine vaste et très rentable, Pierre de Dreux peut compter sur les revenus du domaine ducal. Cependant les sources économiques et financières sont bien trop rares dans la première moitié du xiiie siècle breton pour en dire plus.

11Une différence, si ce n’est la différence fondamentale entre les deux événements militaires, est que Bouvines a été très largement médiatisé à l’époque, sur fond d’union nationale et d’esprit de revanche, alors que Châteaubriant est resté bien longtemps dans les limbes de l’histoire, comme d’ailleurs le xiiie siècle breton en général. Pas assez documentée, moins bien connue qu’Auray (1364) ou Saint Aubin-du-Cormier (1488), la bataille de Châteaubriant n’a pas eu d’impact spectaculaire sur l’histoire de Bretagne. Elle est pourtant capitale pour comprendre l’installation au pouvoir des Dreux mais n’aboutit pas à des transformations radicales et rapides. Ce sont certainement les raisons d’un oubli immérité. Si l’histoire-bataille n’a plus les faveurs des historiens, les grandes confrontations ne doivent pourtant pas être négligées pour bien appréhender la mise en place de l’État. Châteaubriant mérite de figurer dans les grandes journées qui ont fait l’histoire de Bretagne.

PREUVES

Guillaume le Breton, La Philippide (traduction)

12La première occasion de troubler la paix bretonne vint des comtes Conan et Salomon. Cependant, ils avaient une juste raison de se mettre en guerre car le duc des Bretons, Pierre, qui était lui-même plus fort, les avait dépouillés des biens de leurs ancêtres et n’avait laissé de quoi se nourrir ou se protéger du froid à ces hommes qui, nés pour vivre en maîtres de nombreux hommes, étaient issus d’un noble sang et célèbres pour leurs hauts faits et leur nom. Il n’en est pas moins clair que, pour une part, le duc s’était montré juste à leur égard puisqu’ils occupaient eux-mêmes par la force des biens qui, selon le droit, auraient dû revenir au duc. Mais l’homme qui tirait sa puissance de sa nation et plus de force encore de ses armes s’indigna qu’on lui refusât ce qui lui revenait en toute justice et s’arrogea le droit d’autrui en même temps qu’il rétablissait le sien propre, et la force sauvage ne sut pas garder la mesure, elle qui donne tout à l’homme fort qui méprise le droit lorsqu’il brandit les armes. Il enleva donc tout à ces hommes, les pourchassa loin de leur patrie jusque dans les bois, les vallées, les déserts, les repaires de bêtes sauvages. Or chaque fois qu’ils le pouvaient, ceux-ci s’appliquaient à lui nuire, à lui et aux siens, et avec l’aide de nombreux alliés, à faire du butin, à vaincre ses hommes, à détruire ses fermes.

  • 26 Ploërmel.

13Mais alors que le duc voulait les mettre définitivement hors d’état de nuire, voici qu’Amaury de Craon se mit en guerre contre lui, proclamant qu’une certaine forteresse26, sur laquelle le duc lui contestait tout droit, lui revenait de droit ; il était prêt à aller devant le roi pour faire valoir ce droit. Confiant dans ses propres forces, mais non dans la décision incertaine des juges, il brandit les armes dans un vacarme plein d’orgueil, dévaste la terre du duc par le fer et par le feu, et s’empare des murs de La Guerche et de Châteaubriant. Donc, après s’être détourné de Conan et de Salomon, dont la cause était désormais soutenue par une grande partie des Bretons, le duc part en campagne contre Amaury et invite ses vassaux et ses parents à lui apporter leur soutien dans une guerre aussi importante. Alors que cette guerre avait duré deux ans, le duc s’était exposé à beaucoup de dommages et aucune partie du duché ne se trouvait indemne ou épargnée. D’un côté, en effet, ceux du Léon l’épuisent avec ceux du Trégor, du Goëlo et du Rohan ; de l’autre, ce sont, sous les ordres d’Amaury, tous les chevaliers du Maine et de l’Anjou, les Tourangeaux et tous ceux qui, jusqu’à Chartres, jouissaient de quelque renom et de quelque honneur, une très grande troupe de gens de l’Île-de-France, un corps de Séez, une escouade du Berry et le comte de Nevers, tous gens qui étaient attachés à Amaury par la parenté ou l’amitié, ou encore par la solde car rien n’est plus propre à entretenir l’amitié, à exciter l’ardeur des chevaliers, à donner de meilleures armes, à donner du courage aux lâches, à redonner des forces aux faibles, à stimuler les audacieux, à pousser des hommes désarmés à affronter la mort, à effacer des membres les ecchymoses, à soigner les blessures : il n’est pas de meilleure médecine pour soulager les esprits chagrins.

  • 27 Guillaume le Breton, La Philippide…, op. cit., livre XII, vers 370-443, traduction Benoît Jeanjean

14Cependant, la plus grande partie des Bretons qui se montrent d’un courage intrépide envers leur seigneur le duc, le suivent. Fort de leur soutien et de leur conseil fidèle, il conçoit avec un royal (regali) courage des actions d’une immense audace et se propose de secourir d’un seul coup sa patrie tout entière. Ainsi, sans se préoccuper de l’ampleur des attaques de Conan et de Salomon contre lui, ou des dommages occasionnés par eux de leur côté sur les biens ou sur les hommes, il se prépare à mettre un terme aux fatigues d’une longue guerre. Et aussitôt, cherchant soit à être vaincu, soit à vaincre d’un seul coup, il attaque audacieusement Amaury dans la plaine, le long du vignoble de Châteaubriant, et remporte un triomphe grâce à son courage éclatant, capturant son ennemi ainsi qu’un grand nombre de bourgeois et de nobles dont personne ne pensait qu’ils pussent être vaincus, alors qu’ils étaient plus nombreux que les hommes du duc. Ceux-ci demeurèrent toujours invaincus dans tout combat jusqu’à ce jour et bénéficièrent de l’honneur d’une haute réputation. Ainsi, grâce à l’aide des Bretons, il mérita le nom élogieux de loyal et sauva de l’ennemi sa patrie véritablement française, prouvant par sa loyauté qu’il était vraiment le descendant d’une lignée royale, arrière-petit-fils de Louis et beaucoup plus noble que son cousin germain le roi Philippe27.

La Chronique de Tours (traduction)

  • 28 Le texte donné par dom Lobineau donne un a, probablement à la place d’un et. Si c’est bien le a qu (...)
  • 29 Psaume 48, 13 et 21.

151222. À peu près au même moment, alors que les barons de Bretagne, et en particulier ceux de Léon, soutenus par le sénéchal d’Anjou Amaury, avaient longuement combattu Pierre, comte de Bretagne, fils de Robert de Dreux, et que ce dernier se retrouvait quasiment réduit à néant, se produisit un événement étonnant. De fait, alors que d’un côté les Bretons avaient marché contre lui et que le sénéchal d’Anjou Amaury de Craon et ses partisans l’avaient attaqué et étaient entrés sur les terres de Geoffroy, seigneur de Châteaubriant, qui faisaient partie du fief du comte et les avaient totalement dévastées, le comte de Bretagne Pierre le mit en demeure de se retirer de sa terre, puis le cinquième jour des nones de mars, il marcha contre lui avec nombre de soldats, mais avec une nombreuse piétaille. Après avoir engagé le combat, malgré la fuite des Normands et/devant28 des hommes du Maine qui étaient au sénéchal, ledit comte de Bretagne vainquit, dans la suite de la bataille, le sénéchal Amaury ainsi que Jean de Montoire, comte de Vendôme, Hardouin, seigneur de Maillé, et beaucoup d’autres, si bien que s’accomplit la parole du prophète : L’homme, alors qu’il était en honneur, n’a pas compris29 etc.

  • 30 Dom G.-A. Lobineau, Histoire…, op. cit., t. II, 358 : texte latin des Chroniques annaux extrait de (...)

16Mais la plus grande partie de ceux qui avaient été capturés fut libérée après Pâques suivante en échange d’argent et de chevaux, car dans le même conflit il y avait eu une telle hécatombe de chevaux dans les deux camps que peu de chevaux en revinrent indemnes. Quant au sénéchal et au comte de Vendôme, alors que presque tous les autres avaient été rachetés dans l’échange, ils furent maintenus prisonniers dans l’isolement d’un cachot à Touffou, près de la cité de Nantes30.

Chronique brève de l’abbaye de Paimpont

171222. Lors d’une guerre contre Pierre, duc de Bretagne, Amaury de Craon et le comte de Vendôme sont capturés avec de nombreux seigneurs près de Châteaubriant.

181222, autre chronique : il y eut une grande bataille entre Pierre, comte de Bretagne, et Amaury de Craon, sénéchal d’Anjou, près de Châteaubriant. Amaury fut capturé avec une multitude innombrable de seigneurs ; les autres fuirent dans la plus grande confusion.

  • 31 Dom G.-A. Lobineau, Histoire…, op. cit., t. II, 358 et 368-369.

191223. Amaury de Craon, sénéchal d’Anjou, concéda en mariage sa fille unique, qui était une enfant, à Arthur, fils de Pierre comte de Bretagne, et fut libéré moyennant une grande somme d’argent31.

Pierre Le Baud, Histoire de Bretagne

20« Mesmement vint en leur aide Amaury de Craon, seneschal d’Anjou, Jean de Montoire comte de Vendosme, & Hardouin de Maillé, avec grand exercite d’Angevins, de Manceaux, & de Normans. Contre lesquels assembla ledit Pierre son pouvoir, & vindrent à son mandement Henry d’Avaugour sieur de Goetlo [sic] ainsné fils du comte Allain, & Geffroy son frere, cousins de Jean son fils, André de Vitré, Raoul de Foulgères, Richard le Mareschal, Geffroy de Chasteaubriand, Gedoüin de Dol, Galeran de Chasteaugiron, Allain d’Accigné, & aucuns autres barons des territoires de Rennes et de Nantes, & plusieurs du peuple.

21Dequoy rapportent unes chroniques, desquelles le nom de l’acteur n’est exprimé, que comme en celuy temps, sçavoir l’an dessusdit 1222, le barons de Bretagne, & principalement les Leonenses, par l’aide d’Amaury seneschal d’Anjou eussent par long-temps guerroyé Pierre duc de Bretagne, fils de Robert comte de Dreux, & l’eussent presque réduit à néant, advint chose merveilleuse. Car comme d’une part les Bretons luy courrussent sus, & Amaury de Craon, seneschal d’Anjou avecques les fauteurs l’eust assailly, & eust entré en la terre Geffroy sire de Chasteaubriend, qui estoit du fié dudit Pierre, laquelle ils avoient du tout gastée, ledit Pierre après ce qu’il eut ammonesté celuy Amaury qu’il se despartist de sa terre, luy alla à l’encontre le cinquiesme jour de nones des mars avec peu de chevaliers : mais il avoit multitude de gens de pied. Et l’estrift fait entreux s’enfuirent les Normans & les Manceaux qui estoient de la part d’Amaury le Senneschal : lequel ledit Pierre surmonta en bataille continuelle, & le print avec Jean de Montoire comte de Vendosme, Hardouin seigneur de Maillé, & plusieurs autres. Si furent grande partie de ceux qu’ainsi avoient esté prins, delevrez dedans Pasques ensuivant par rançon de deniers & de chevaux. Car en celuy conflit fut l’occision de chevaux d’une part et d’autre si grande, que peu en demoura illecques de seins, & qui ne fussent navrez. Mais Amaury le Sennechal, & le comte de Vendosme, après que tous les autres furent delivrez demourerent prisonniers, & menerent par aucun temps vie solitaire en une estroite chartre à Thouffou près la cité de Nantes. Et en après furent aucuns des dessusdits barons de Bretagne reconciliez audit Pierre. Mais l’autre partie, les evesques & tout le clergé, demourerent en discorde & dissention avecques luy.

  • 32 P. Le Baud, Histoire de Bretagne…, op. cit., p. 223-224 ; cet épisode précède le récit de la révol (...)

22Et l’an 1223 conceda ledit Amaury de Craon une fille qu’il avoit encores de jeune & tendre eaige, laquelle estoit sa seule & unicque héritière, en mariage à Artur second fils du duc Pierre. Et pour celle cause, moyennant aussi grand somme de pécune qu’il poya oultre pour sa rançon, fut delivré de prison32. »

Pierre Le Baud, Chronique de Vitré

  • 33 Id., Chronique de Vitré, ibid., p. 39.

23« En l’an 1222, il [Pierre de Dreux] fist bataille contre Maurice [sic] de Craon seneschal d’Anjou : lequel avec grande multitude de nobles des païs d’Anjou, du Maine & d’ailleurs, avoit assiegé Chasteaubriend. En laquelle bataille il desconfit ledit Maurice [sic] de Craon & son ost, & print la pluspart d’eux prisonniers. En celle bataille fut de la part dudit duc Pierre monseigneur André de Vitré, lequel grandement y montra sa vertu ; car ils fist plusieurs proesses de son corps, & finablement print & emmena prisonniers plusieurs desdits nobles hommes en sa ville & chastel de Vitré, dont il receut grands rançons ; & apres en pacifia avec ledit duc Pierre, en l’an 1224 ou mois d’avril, à la Roche-Bernard, & l’en quitta ledit Pierre33. »

Bertrand d’Argentré, Histoire de Bretagne

24« Et non contens de ce s’emparerent de plusieurs chasteaux appartenans au duc sur les bas pays, & s’allierent d’Amaury de Craon, seneschal d’Anjou, Jean de Montoire comte de Vendosme, Hardouyn de Maillé, & de grand nombre de Manceaux, d’Angevins et Normans, de telle sorte que Pierre de Dreux duc de Bretaigne fut contrainct de sa part lever des forces, & de son parti se rendirent Henry d’Avaugour, sieur de Goetlo fils aisné du comte Alain, & Geoffroy son frere, André de Vitré, Raoul de Foulgeres, Richard le Mareschal, Geoffroy de Chasteaubriant, Gedouyn de Dol, Galeran de Chasteaugiron, Alain d’Acigné, & grand nombre de soldats du menu peuple.

  • 34 Bertrand d’Argentré, L’histoire de Bretaigne, des Roys, Ducs, Comtes et Princes d’icelle…, Rennes, (...)

25Les seigneurs et barons de l’entreprinse furent les premiers prests, & monterent à cheval, & avec grandes forces tant de pied que de cheval commencerent à marcher, & traversans le pays, vindrent se rendre à Chasteaubriant, auquel lieu ils avoient rendez vous aux Angevins, Manceaux, & Normans, lesquels ne firent pas faute de s’y rendre, & estans tous joincts ensemble, ils commencerent à courir, gaster & piller toute la terre de Chasteaubriant, & le terroir d’alentour, pource que ce seigneur estoit du party du duc : lequel adverti et ayant pareillement de sa part assemblé ses forces, marcha droict au lieu où ils estoient, & ne marchanderent gueres ces deux armées qu’elles ne se chargeassent à bon escient. Le duc avoit petite compagnie de gens de cheval, mais bon nombre de gens de pied : le combat & chamaillis se com[m]ença fort et ferme, & ne s’espargnerent point de telle sorte qu’il en fut tué par terre bo[n] nombre, demeurans plusieurs chevaux blessez, & des ge[n]s de cheval démontez. C’estoint mesmes armes, mesme sang, mesme cœur, la terre fut incontinent couverte d’hommes morts : le commencement du deffaut vint par les Normans venus pour la part des seigneurs, lesquels voyans qu’il n’y avoit rien à prattiquer pour eux en la querelle d’autrui, ne se voulurent pas opiniastrer d’avantage, & reculerent, en quoy faisant ils ouvrirent le flanc des gens de cheval, lesquels furent avec leurs chevaux incontinent couverts de fleches, & contraint à la fin de faire large, demeurant la fortune pour le duc Pierre, lequel d’ailleurs estoit tres-vaillant & hardi de sa personne, resentant bien la valeur & magnanimité de ses ancestres de la maison de France. Les Normans et Manceaux estoient venus soubs la conduite du seneschal d’Anjou, lequel finalement fut prins avec le comte de Vendosme, le sieur de Maillé, & les chefs, lesquels furent envoyés de toutes parts, & gra[n]de partie delévrez par rançon dedans les feste de Pasques lors ensuyvant. La rançon fut pour bonne part de chevaux, car au combat les chevaux furent presque tous tuez d’une & d’autre part, & n’en demeura point sans estre blessez : & faut croire qu’en ceste rencontre ils se chargerent de si pres, que personne ne s’espargna. Ledict Amaury seneschal & le comte de Vendosme furent envoyez en estroicte garde au chasteau de Touffou, où ils furent long temps. Apres ceste bataille ce fut aux seigneurs à faire leur paix, & la demander, comme aucun firent par interposition de leurs amis. Amaury de Craon estoit riche, et avoit une seule heritiere unique de tous ses biens, elle fut accordée au jeune Arthur fils second du duc Pierre, qui mourut depuis avant estre marié, & par ce moyen ledict Amaury sortit de prison, moyennant aussi une gra[n]de somme de deniers qu’il paya pour les fraiz de la guerre. Toutefois parties des seigneurs demeurerent opiniastres en party, & tous les evesques & le clergé en dissension & querelle avec luy : car leur interest ne se vuidoit point, & estoit le duc intolérable, & de dure convention. Ce fut l’an M. CCXXIII auquel temps mourut le roy de France Philippe surnommé Auguste, auqiel succeda le roy Loys son fils, pere de sainct Loys, qui fut couronné à Rheims34. »

Albert Le Grand

  • 35 Albert Le Grand, La vie, gestes, mort et miracles des saincts de la Bretagne Armorique, Nantes, 16 (...)

26« L’an 1223, le Duc Pierre défit les Barons alliez du Vicomte de Léon, leur ayant rendu bataille prés Chasteau-Briand, & envoya les prisonniers au chasteau de Touffou prés Nantes35. »

Dom Guy-Alexis Lobineau

  • 36 Dom G.-A. Lobineau, Histoire…, op. cit., t. I, p. 215-216.

27« Si les commencements de la guerre que faisoient au duc les seigneurs de Leon & le seneschal d’Anjou leur avoient promis d’heureux succez, la fin détruisit toutes leurs espérances, ensorte qu’après avoir tout attendu de leurs armes, ils n’espererent plus rien que la clémence du vainqueur. Le duc, peu de jours apres s’estre accomodé avec l’evesque de Nantes, marcha contre les ennemis qui estoient à Chasteau-Brient. Quoiqu’il eut plus d’infanterie que de gens de cheval, il ne laissa pas de livrer combat aux troupes du seneschal d’Anjou le 3 mars. Les Normans & les Manceaux aïant pris la fuite, le reste fut pris ou taillé en pièces. Amauri de Craon, & Jean de Montoir comte de Vendôme furent du nombre des prisonniers ; mais au lieu que la plupart des autres furent mis en liberté avant Pasques, en païant leur rançon en argent ou en chevaux, le duc fit conduire Amauri & le comte de Vendôme à Touffou près de Nantes, où il les fit enfermer, pour les punir par une plus longue & plus dure captivité. Les seigneurs de Léon, estonnez de cette victoire, ne laisserent pas de continuer la guerre contre le duc pendant quelques tems, mais enfin la paix se fit, & le duc les rétablit dans tous leurs droits […]. Le seneschal d’Anjou estoit toujours prisonnier, & le duc ne le mit en liberté qu’après qu’il eut païé une grosse rançon, & promis de donner sa fille unique, qui estoit fort jeune, en mariage au second fils de Pierre Mauclerc, nommé Artur, qui estoit très jeune aussi. Mais ce mariage ne se fit pas, à cause qu’Amauri de Craon mourut l’an 1226, et qu’Artur mourut aussi avant d’estre en âge de le consommer36. »

Dom Hyacinthe Morice

  • 37 Dom H. Morice et dom C. Taillandier, Histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne, 2 vol., Par (...)

28« Apres cette apparente satisfaction il marcha contre ses ennemis, qui étoient campés à Châteaubrient. Comme il avait beaucoup plus d’infanterie que de cavalerie, il recommanda à ses gens de pied d’attaquer principalement les chevaux, afin de démonter les cavaliers. Cet expedient lui réussit au-delà de ce qu’on peut s’imaginer ; aussi la perte des chevaux fut si grande, qu’il en demeura très peu de sains. Les Manceaux et les Normans furent les premiers à lâcher pied ; le reste fut pris ou taillé en pièce. Cette action se passa le troisième jour de mars de l’an 1222. En considération de la fête de Pâques, qui étoit proche, le duc mit les prisonniers en liberté, après en avoir tiré une rançon en argent ou en chevaux. Mais il réserva Amauri de Craon et Jean de Montoir comte de Vendôme, qu’il fit enfermer au château de Touffou près de Nantes pour les punir par une longue et dure captivité. Les vicomtes de Léon ne furent point ébranlés par cette victoire, & continuèrent la guerre contre le duc pendant quelques tems. Enfin le duc, craignant quelque nouvelle révolution en faveur d’une maison aussi puissante, lui accorda la paix & la rétablit dans tous ses droits […]. Le sénéchal d’Anjou étoit toujours prisonnier au château de Touffou & ne fut mis en liberté qu’après avoir payé une grosse rançon. Le duc ne se borna pas à cet article, il lui demanda encore Jeanne de Craon sa fille aînée pour son fils Artur, qui n’avoit que quatre ans. Amauri ne pouvant sortir de prison sans cette condition, y consentit : mais le mariage n’eut pas lieu, Artur étant mort avant que d’être en âge de le consommer37. »

Augustin du Paz

  • 38 Augustin du Paz, Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne…, Paris, 1620, p (...)

29« C’est de son temps, & ès ans 1221 & 1222 qu’Amauri de Craon, seneschal d’Anjou, Jean de Montouëre comte de Vendosme, Hardouin de Maillé, & autres leurs amis & confederez firent guerre au duc Pierre Mauclerc, entrerent en Bretagne, pillerent et ravagerent les terroirs de Chasteau-Brient & de la Guerche, et prindrent lesdites villes & leurs chasteaux. Contre lesquels le duc assembla ses forces & combatit et vainquit, & les print prisonniers le 3. iour de mars l’an 1223. Au moyen de laquelle victoire nostre Guillaume reprint sa ville de la Guerche, puis mourut l’année mesme le 4. iour de septembre38. »

Jean-Baptiste Ogée

  • 39 Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, 2e éd. par (...)

30« Le 3 mars 1222, il se donna auprès de cette ville une sanglante bataille entre la plus grande partie de la noblesse de Bretagne et Pierre de Dreux, son souverain. Ce dernier remporta la victoire sur les seigneurs de Léon, de Craon et de Vendôme, qui furent faits prisonniers, conduits au château de Touffou, paroisse du Bignon, et gardés étroitement dans une longue captivité. Leur armée était composée en partie de Normands, en partie de Manceaux, qui prirent la fuite : ceux qui résistèrent furent taillés en pièces par les troupes du vainqueur, qui fit payer bien cher à ses prisonniers la liberté qu’il leur accorda dans la suite39. »

Notes

1 Je remercie mes collègues Benoît Jeanjean pour la traduction des textes latins et Jean-Christophe Cassard pour ses conseils avisés.

2 On se souviendra qu’aux xive et xve siècles, des batailles ont changé le cours de l’histoire de la Bretagne, en 1364 à Auray, en 1488 à Saint-Aubin-du-Cormier, encore que François II, vieillissant, ne participât pas en personne à cette dernière.

3 Guillaume le Breton, La Philippide, trad. François Guizot, livre XII, vers 370-443 ; Guillaume le Breton, Continuation de la vie de Philippe II Auguste ; dom Guy-Alexis Lobineau, Histoire de Bretagne, Paris, 1707, t. II, col. 358 : texte latin des Chroniques annaux ; extraits de la Chronique de Tours.

4 Pierre Le Baud, Histoire de Bretagne, Paris, 1638, p. 223-224 ; id., Chronique de Vitré, ibid., p. 39 ; Chronique brève de l’abbaye de Paimpont, dans dom G.-A. Lobineau, Histoire…, op. cit., t. II, col. 368-369.

5 Guillaume de Nangis, Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300, éd. Henri Géraud, Paris, 1843.

6 Jacques Levron a publié un sommaire des actes de Pierre de Dreux, « Catalogue des actes de Pierre de Dreux, duc de Bretagne », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, XI/2, 1930. Biographies du duc dans Arthur de La Borderie, Histoire de Bretagne, rééd. Mayenne, 1985, t. III, p. 301-334. Clérical, La Borderie poursuit Pierre de Dreux de sa haine et de sa mauvaise foi (en particulier p. 333-334) ; il ne mesure absolument pas le poids de la formation capétienne du duc qui applique en Bretagne les mêmes méthodes, avec les mêmes résultats d’ailleurs, que Philippe Auguste dans le royaume (Jean-Pierre Leguay et Hervé Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, Rennes, 1982, p. 30-33 ; Yves Coativy, La Bretagne ducale. La fin du Moyen Âge, Paris, 1999, p. 7-10).

7 Les principaux éléments biographiques sur Amaury de Craon sont tirés de Arthur Bertrand de Broussillon, La maison de Craon 1050-1480, Paris, 1893, p. 132-169 ; Roman d’Amat, art. du Dictionnaire de biographie française, t. IX, Paris, 1961, p. 1166 ; John Baldwin, Philippe Auguste, Paris, 1991, p. 277, 284, 306, 311, 481, 365, 666.

8 Guillaume des Roches a déjà eu des contacts avec la Bretagne, en particulier à l’époque d’Arthur de Bretagne. Il sert alors Jean sans Terre, suivi de ses partisans d’Anjou, de Touraine et du Maine, « auxquels il était cher ». Guillaume le Breton, La Philippide…, op. cit., livre VI, p. 167-168. C’est le même parti que dirige son gendre en Bretagne. Ce dernier vit dans le sillage de Guillaume des Roches depuis au moins deux ans puisqu’en juillet 1210 il signe avec Guillaume des Roches, Robert, comte d’Alençon, le comte de Vendôme, Juhel de Mayenne, Rotrou de Montfort et Guillaume de Sillé un acte garantissant au roi la fidélité du vicomte de Beaumont (Léopold Delisle, Catalogue des actes de Philippe Auguste, Paris, 1856, acte n° 1223). On retrouve une « équipe » assez proche en février 1212 quand Amaury s’engage à mettre à la disposition du roi sa forteresse de Champtocé. Il fournit au roi la liste de ses cautions, souscrit un engagement avec Robert, comte d’Alençon, Gervais de Pruillé, Raoul, vicomte de Beaumont, Robert de Pernai, Guy Turpin et Bernard de La Ferté. Juhel de Mayenne et Guillaume des Roches promettent en plus la garantie du vicomte de Châteaudun et de Pierre Savari (L. Delisle, Catalogue des actes…, op. cit., actes n° 1339-1348).

9 À cette époque (1214-1219), Philippe Auguste ne peut guère compter en Poitou sur les seigneurs de la région qui tiennent plutôt le parti de Jean sans Terre, à l’exception des fidèles Amaury et Juhel de Mayenne.

10 Par contre, le roi se réserve la Touraine avec la sénéchaussée, Chinon avec la prévôté et la sénéchaussée, Bourgueil et Loudun. Si le roi reprenait Angers et Baugé, il rendrait à Amaury la sénéchaussée pour en jouir comme Guillaume des Roches (L. Delisle, Catalogue des actes…, op. cit., acte n° 2167, juillet 1222).

11 Bertrand de Broussillon, La maison de Craon…, op. cit., acte n° 253, après juillet.

12 C’est l’hypothèse exprimée par Frédéric Morvan, « La Maison de Penthièvre (1212-1334), rivale des ducs de Bretagne », Mémoires de la société d’histoire et d’archéologique de Bretagne, 2003, LXXXI, p. 19-54, p. 24. Jacques Aubergé, Le cartulaire de la seigneurie de Fougères, Rennes, 1913, p. 109 : en 1209 Juhel de Mayenne renonce à l’hommage de Geoffroy de Fougères moyennant une rente de 50 l. ; Amaury de Craon est témoin de l’acte avec, entre autres, Guillaume des Roches et André de Vitré.

13 Ernest Aubry, Notes chronologiques sur La Guerche-de-Bretagne, rééd. Paris, 1994, p. 14, signale qu’Amaury occupe La Guerche en 1221 et 1222, sans plus de précisions. Peut-être s’appuie-t-il sur le témoignage de Guillaume le Breton, incertain pour ces années.

14 Louis Rosenzweig, Cartulaire général du Morbihan, Vannes, 1893, p. 199-200, acte n° 245, diplôme daté de Chantocé et imprimé dans Gilles Ménage, Histoire de Sablé, Paris, 1683, p. 348 ; Barthélemy-Anatole Pocquet du Haut-Jussé, « Pierre Mauclerc et l’esprit du xiiie siècle », Annales de Bretagne, 1949, 56/1, p. 93120, spécialement p. 98-99. Les seigneurs de Craon gardent des prétentions sur ces terres. Elles ne prennent fin que le 2 décembre 1289 suite à un règlement a l’amiable entre Maurice et le duc Jean II (A. de La Borderie, Nouveau recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne, xiiie-xive siècles, Rennes, 1902, p. 55-58).

15 Guillaume le Breton, Continuation de la vie de Philippe II Auguste, trad. F. Guizot revue par Romain Fougères, rééd. Clermont-Ferrand, 2003, p. 218 : « En la susdite année [1222], il s’éleva une guerre dans la petite Bretagne, dans le pays des Osismores, appelé autrefois Légionie, et maintenant Léon. »

16 Liste reprise par d’Argentré, dom Lobineau et dom Morice.

17 La date de la bataille pose le problème d’une date ancien style. Guillaume le Breton dans la Philippide ne donne pas de date. La Chronique de Tours la place le cinquième jour des nones de mars de l’année 1222, date reprise par Le Baud. D’Argentré rectifie le calendrier : « Ce fut l’an 1223 auquel temps mourut le roy de France Philippe. » Si Albert Le Grand et Du Paz retiennent 1223, dom Lobineau, prudent, se contente d’un 3 mars, que reprend dom Morice mais pour 1222, de même qu’Ogée. La fête de Pâques étant tombée le 23 avril en 1223, la date donnée par la Chronique de Tours est bien ancien style. Comme au moment de la bataille, Amaury est sénéchal, son beau-père étant mort en juillet 1222, la bataille n’a pu avoir lieu qu’en mars 1223.

18 Guillaume le Breton, La Philippide…, op. cit., livre VI, p. 365-368.

19 En 1223, Amaury déclare dans une charte que Gilles, abbé d’Évron, a contribué à la rançon que le duc de Bretagne lui a imposée et lui a rendu ce service sans y être obligé (A. Bertrand de Broussillon, La maison de Craon…, op. cit., acte n° 258).

20 On possède par contre une mention concernant la Basse Bretagne. Le 28 janvier 1223, le pape signale que le diocèse de Tréguier est ruiné, probablement à cause de la guerre qui oppose Pierre Mauclerc à ses barons. B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne, rééd. Spézet, 2000, p. 88.

21 L’événement est traité de manière remarquable par Georges Duby, Le dimanche de Bouvines, Paris, 1973.

22 Il faut relever la concertation préalable, attestée dans le royaume, très probable en Bretagne. Amaury sait trouver son adversaire en situation de faiblesse et entend bien en profiter, comme Othon IV et Jean sans Terre à Bouvines et La Roche-aux-Moines.

23 G. Duby, Le dimanche…, op. cit., p. 152-153 : réflexion sur le poids de la bataille dans la société médiévale. Rappelons qu’après Bouvines, Othon IV doit abandonner le pouvoir et céder la place à Frédéric II, alors qu’au même moment Jean sans Terre négocie la Grande Charte avec les Anglais. En pire, on se souviendra du désastre de Poitiers et de la capture de Jean le Bon.

24 Certains éléments vont dans ce sens, comme les changements répétés de ducs entre la fin du xiie siècle et l’installation définitive des Dreux, mais il est difficile d’imaginer le roi autorisant à l’Ouest la création d’un ensemble potentiellement aussi dangereux formé par la Bretagne, l’Anjou, le Maine et le Poitou, avec des possibilités d’ouverture vers l’Aquitaine anglaise.

25 G. Duby, Le dimanche…, op. cit., p. 104-114.

26 Ploërmel.

27 Guillaume le Breton, La Philippide…, op. cit., livre XII, vers 370-443, traduction Benoît Jeanjean.

28 Le texte donné par dom Lobineau donne un a, probablement à la place d’un et. Si c’est bien le a qui figure dans le texte manuscrit, cela signifie que les Normands ont fui devant les hommes du Maine, ce qui sous-entend qu’ils sont alliés de Pierre de Dreux, alors que Guillaume le Breton les décrit comme alliés d’Amaury.

29 Psaume 48, 13 et 21.

30 Dom G.-A. Lobineau, Histoire…, op. cit., t. II, 358 : texte latin des Chroniques annaux extrait de la Chronique de Tours, traduction Benoît Jeanjean.

31 Dom G.-A. Lobineau, Histoire…, op. cit., t. II, 358 et 368-369.

32 P. Le Baud, Histoire de Bretagne…, op. cit., p. 223-224 ; cet épisode précède le récit de la révolte de Guiomar de Léon et de ses alliés.

33 Id., Chronique de Vitré, ibid., p. 39.

34 Bertrand d’Argentré, L’histoire de Bretaigne, des Roys, Ducs, Comtes et Princes d’icelle…, Rennes, 1582, p. 220 r° et v°.

35 Albert Le Grand, La vie, gestes, mort et miracles des saincts de la Bretagne Armorique, Nantes, 1637, 5e éd. sous le titre dans Les vies des saints de la Bretagne Armorique, éd. A.-M. Thomas, Jean-Marie Abgrall et Paul Peyron, Quimper, 1901, p. 64*.

36 Dom G.-A. Lobineau, Histoire…, op. cit., t. I, p. 215-216.

37 Dom H. Morice et dom C. Taillandier, Histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne, 2 vol., Paris, 1750-1756, t. I, p. 151.

38 Augustin du Paz, Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne…, Paris, 1620, p. 56 ; p. 574, au sujet de la famille de Craon, Du Paz cite Le Baud comme source de ses informations sur Châteaubriant, p. 23, il cite aussi Guillaume le Breton dont il donne le texte en latin.

39 Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, 2e éd. par A. Marteville et P. Varin, 2 vol., Rennes, 1843-1853, t. I, p. 166, art. « Châteaubriant ».

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540