Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le style, découpeur de réel

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Jean-Francois Castille
, 
Laurence Bougault

Introduction

Laure Himy-Piéri et Jean-François Castille

Texte intégral

1Sans aucun doute, les objets scientifiques – et la qualité, l’efficacité de la recherche – sont victimes de découpages disciplinaires relayés par l’institution universitaire, qui établit des frontières parfois terminologiques – ce qui n’est pas rien – souvent idéologiques, entre les différents angles d’approche d’un référent commun. Référent commun, car tout le monde s’accorde, les publications récentes et plus anciennes en attestent, sur l’existence de la notion de style, dont la valeur anthropologique n’est pas niée, et qui envahit les domaines les plus variés, puisque l’on parle aisément de styles de vie, de meubles, etc…

2Mais s’agissant du domaine littéraire, et plus généralement des domaines dans lesquels le verbal se déploie, la notion soudain échappe, met mal à l’aise, se voit repoussée au profit du texte, de la grammaire ; ou retravaillée au profit de la manière, du geste, de la langue littéraire… Il suffit, et certains l’ont fait, de se pencher sur la nature de l’épreuve dite de stylistique aux concours de recrutement des enseignants, de parcourir les différentes définitions de la question, les différentes attentes des jurys, pour se convaincre de l’éclatement pratique de la notion. Mais partir de la contingence des faits – souvent induite par le caractère trivial des motivations qui en décident – n’est sans doute pas la bonne démarche : il y a loin de la conceptualisation de la notion à sa réception ; de sa reconnaissance à son enfermement dans un trait local. Il est donc d’autant plus nécessaire de poser avec force les principes qui pourront rassembler toutes pratiques et approches, si déformées soient-elles par les conditions concrètes dans lesquelles elles s’exercent.

3S’il est exact que la stylistique est l’interface entre déterminations génériques, linguistiques, esthétiques, et pratiques textuelles effectives, il lui revient alors la très aride tâche de montrer comment s’articulent – se profèrent, trouvent leurs mots, s’énoncent – les notions qui fondent le littéraire, mais qui n’ont jamais d’existence qu’incarnée, la littérature n’ayant pas pour objet de penser, mais – peut-être – de faire penser. Fondamentalement fondée sur un implicite et des pré-requis, sa validité sociale dépend donc profondément de la façon dont elle sera pensée par ceux-là mêmes qui l’enseignent, de la façon dont on pourra rendre compte du fait que ce qui n’est jamais que langue puisse avoir un quelconque effet et se traduire en valeurs ; que ces effets et ces valeurs relèvent d’un mode de fonctionnement historique, observable, et dont on peut rendre compte, alors même qu’il ne se réduit pas nécessairement à des éléments discrets.

4La recherche en ce domaine est donc profondément liée à la notion de transmission, de possibilité de transmission, à une réflexion sur la façon dont la littérature par l’étude de son fonctionnement langagier se constitue comme objet de transmission en même temps que d’évolution.

5De fait, la langue est un fond momentanément stabilisé en synchronie, qui charrie dans ses formules toutes faites, dans la fixité de sa phraséologie, dans ses séquences préétablies et ses collocations, dans ses patrons syntaxiques et formels, un ensemble pré-constitué infiniment plus important que ce que la perspective post-romantique dans laquelle nous sommes inscrits, encore très tournée vers les notions de singularité et de créativité singulières, met en avant. Et souvent, la singularité n’apparaît que dans une forme d’immédiateté synchronique coupée de tout recul, de toute mise en perspective, dans une forme de réception fraîche et naïve que la moindre interrogation diachronique fait vaciller. Comment d’ailleurs l’idée de singularité résisterait-elle à ce perpétuel va-et-vient entre intérieur et extérieur, lecture intégrante, lecture contingente, global, local ; expression de soi, répétition de l’autre, originalité/transmission ; création/filiation… ? Comment le même élément, en soi ponctuel, résonnerait-il de la même façon selon le contexte dans lequel il se trouve, selon la diversité des paramètres entrant en interaction que sont « émetteur », « récepteur », époque… En quoi d’ailleurs tel élément est-il tout simplement remarquable, contribue-t-il à créer un effet, puisqu’il appartient à la langue ? Tout fait-il effet ?

6Ces quelques questions indiquent bien que l’on ne saurait réduire le style à une quelconque facticité, dont une rhétorique restreinte pourrait effectivement aisément rendre compte, car le fait n’est pas seulement ce qui est constitué, mais aussi événement et processus dynamique, phénomène. Ce second colloque de l’Association Internationale de Stylistique a donc tenté de toujours maintenir dans le champ de ses investigations non seulement le fait en tant que résultat textuel, mais encore le fait en tant que processus de production et d’interprétation, et c’est ce à quoi s’attachent les différentes contributions ici rassemblées.

Approches théoriques

7On le comprend, la stylistique serait sans fondement si elle ne relevait d’une philosophie du langage, d’une pensée de la langue, d’une réflexion appuyée sur l’état de l’épistémè contemporaine. C’est bien sûr des penseurs comme Guillaume, ou Saussure qui sont le plus souvent convoqués ; mais dans la mesure aussi où leurs réflexions rejoignent des domaines autres, qui font se croiser notamment des philosophes comme Merleau-Ponty, ou des neurophénoménologues comme Varela ; autant de pensées qui inscrivent le style, par delà la seule réflexion sur la langue, et sur l’effet localisable, dans un vaste geste anthropologique, qui le rend à sa nature profonde ; ainsi, de cette position de retombée ultime de la langue dans les textes à quoi on pourrait rapidement et intuitivement le ramener, il se situe à la source même de ce qui participe à configurer la langue.

8Il est usuel dans la terminologie linguistique, et dans des activités de l’esprit toujours en quête de formalisation, d’accepter les métaphores empruntées aux médias et à la sphère de la communication médiatisée, telles que émetteur et récepteur pour désigner les actants de la relation intersubjective que sont le fait de parler, et de parler à. Pourtant, tout le monde s’accorde à repousser une formalisation à laquelle échappe tout de même la spécifité organique et humaine, et on admettra volontiers que la réflexion sur la communication et les modes cognitifs qui y sont mis en oeuvre doit sortir des modèles computationnels, pour leur préférer des schématisations davantage liées à une conception des rapports entre sujet et monde informée par la phénoménologie. Mathilde Vallespir propose d’analyser le phénomène des métaphores complexes qu’elle trouve notamment chez Char à la lumière de l’énaction, modèle cognitif développé par Varela. Il s’agit avec ce neurophénoménologue de repenser la position de l’homme face au monde, et de mettre un terme à l’idée qu’il serait un sujet pensant le monde comme objet. Au lieu de quoi s’établirait une interrelation où sujet comme monde se voient à la fois spécifiants et spécifiés. La réflexion sur la langue ne saurait bien sûr échapper à cette façon d’être au monde du sujet ; Mathilde Vallespir rappelle que le fait de langue notamment, mais tout aussi bien un ensemble d’actes cognitifs, véhiculent un ensemble émotionnel, hylétique, corporel, le tout dans une forme de simultanéité, ou tout au moins dans l’absence d’une quelconque hiérarchisation ; or seule celle-ci pourrait faire échapper l’acte de lecture et sa modélisation à l’affect, et justifierait une coupure radicale des disciplines, et des outils mis en acte pour saisir les fonctionnements langagiers et plus particulièrement la question du lien langue/discours/style.

9Cette combinaison non hiérarchique d’actes cognitifs, cette absence de directionnalité définitive dans la mise en place des fonctionnements neurologiques en général, dans les pratiques langagières en particulier, on les retrouve exprimées sous des formes différentes par nombre de chercheurs rassemblés par la proximité de leur pensée. On constate en effet chez tous une commune remise en question de l’idée selon laquelle une chronologie ou une hiérarchie permettrait d’établir une ligne vectorisée allant de la pensée vers la langue pour atteindre le style via le discours.

10Stéphane Gallon fait très justement remarquer que la réflexion achoppe dès que l’on veut penser le particulier qu’est l’effet dans un contexte spécifique. Plutôt que de confronter fait de langue et fait de style, Stéphane Gallon propose de remonter à la représentation, et réexpose à cet effet le processus qui du fait de pensée aboutit, via le fait de langue puis le fait de discours, au fait de style dans la théorie de Guillaume. Si pour ce dernier la principale fonction du fait de style est, pour reprendre Mallarmé, de « rémunérer le défaut des langues », Stéphane Gallon propose de lui conférer deux autres vertus : il aboutit à un découpage plus fin du réel et permet à la langue d’évoluer. Il s’agit donc de quitter la problématique de l’effet pour une réflexion sur ses conditions de possibilité, c’est-à-dire de passer d’une théorie de l’expression à une théorie de la représentation ; de la résultante discursive à sa causalité, du résultat au processus.

11À ce stade précisément intervient le fait de style qui, loin d’être la simple résultante discursive d’une sélection à vocation expressive voire ornementale, serait rien moins que le moyen au service de la pensée pour triompher des résistances de la langue en usage ; le fait de style serait donc une composante absolument essentielle et déterminante du langage, la « parole parlante » pour Merleau-Ponty. C’est la raison pour laquelle Stéphane Gallon souligne que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas la langue vivante, courante, des « jeunes », qui s’impose comme vectrice de modifications, comme détentrice de traits stylistiques relevant du processus d’ajustement de la langue. La profondeur d’un tel phénomène suppose non la rapidité et la fugacité de l’oral, mais la valeur d’enregistrement de l’écrit, qui seul autorise inscription, rétention, reconnaissance, reproduction ; et dans l’écrit, il ne s’agit pas non plus de l’écrit quelconque, mais bien de l’écrit littéraire, ou du moins de celui qui, quel que soit son lieu institutionnel, en assume la fonction : non une recherche d’expressivité, mais une recherche d’ajustement optimum de la langue à la cartographie mentale qu’elle a en charge de reproduire, et qui en retour agit sur la langue.

12La langue, antérieurement à toute individuation, offre donc des solutions à des problèmes de pensée ; et cela avant même, prise à un niveau individuel, d’être l’objet d’une appropriation en discours, fait d’un sujet parlant. À travers une schématisation s’opposant une fois de plus à toute vectorisation du processus de passage du fait de langue au trait de style que l’on pourrait épingler comme caractérisant tel auteur, Anna Jaubert propose d’appeler « diagonale du style » ce processus de stylo-genèse auquel nous pouvons assister ; elle insiste, faut-il le souligner, sur le caractère dynamique, à la fois particularisant et universalisant, du processus conduisant à la notion de style. Ce « devenir-autre » de la langue, rappelle-t-elle, ne saurait être le fruit de la volonté intentionnelle de tel auteur ; en d’autres termes, si le style implique la subjectivité, il est urgent de rappeler que la subjectivité n’est pas l’individuation ; outre les marqueurs énonciatifs, la langue en passe par des préconstruits génériques, par des patrons discursifs disponibles, par toute une phraséologie mobilisée par les genres de discours : si le romantisme a exhaussé la notion de vision, qui détermine l’acception courante et contemporaine du style, il convient bien sûr de remettre les choses dans une perspective diachronique plus générale, dans laquelle la singularité énonciative devient une forme de préconstruit générique qui contient ses patrons discursifs et linguistiques ; l’essentiel en réalité ne repose pas sur la pratique spécifique de tel auteur – créatif ou pas – mais sur la façon dont l’inscription dans une configuration discursive d’époque peut opérer la bascule vers une requalification esthétique qui porte volontiers – effet de réception oblige – à l’enfermement dans l’étiquette d’un nom d’auteur. Mais le style n’est pas l’accumulation discontinue des noms d’auteur saillants mais relève bel et bien d’une conception continuiste de la langue, indexant les faits saillants sur une pratique scripturaire d’époque ; invitant à une pensée diachronique du style, et à une stylistique qui ne pourrait être qu’historique – quels que soient les codages synchroniques qui seraient effectués – lesquels ne sont que la manifestation d’une construction intellectuelle que seule une stylistique intégrative peut saisir.

13Judith Wulf à son tour insiste sur le processus intellectuel qui préside à la notion de style, processus complexe, à plusieurs détentes, absolument et radicalement irréductible à l’idée d’une hiérarchisation de la langue au style, qui réduirait le style à n’être qu’une occurrence, même complexe. Ni intériorisation de normes linguistiques, ni même peut-être création de nouvelles propriétés – ce qui relèverait d’une appropriation spécifique – le style relève bien du processus même de la langue, comme le prouvent pour Judith Wulf les phénomènes d’indétermination topique, d’effets sans signifiants, qui interdisent de ramener le style à un élément particulier, remarquable, et qui ferait un effet reposant peu ou prou sur l’écart ; mais relève bien de la structuration même du parler.

Reconnaissance du fait de style : de l’attention aux marqueurs

14Par delà les découpages disciplinaires, il importe donc de remonter vers des théorisations amples, intégrant la pensée de la langue à ses conditions même de possibilité et d’exercice. C’est que le style pose évidemment un vrai problème, que Judith Wulf a bien soulevé, et qui est la cause de tant de réticences de la part de chercheurs peut-être encore positivistes : il ne relève pas d’abord de la visibilité ; il ne réside pas dans une visibilité qui n’en est pas le tout. On a bien compris en effet que le processus de construction intellectuelle qu’est le style, structurant le langage, au lieu d’en être une retombée expressive particulière, se passe même de marqueurs.

15Philippe Jousset est très clair sur ce point : il y a un départ entre style et stylisation, voire maniérisme ; et le style témoigne d’une façon d’écrire qui n’est pas nécessairement voulue. Cela parce que le style relève de la gestuelle anthropologique, et non stricto sensu d’une volonté de dire quelque chose avec l’outil que serait la langue, comme s’il relevait d’une réalité objective, dont les caractéristiques intrinsèques pourraient être mises au jour pourvu que l’on disposât du bon outil. Le style est donc bien pour Philippe Jousset une notion constructiviste, partant certes de la langue, mais dont pourtant la grammaire des grammairiens échoue à rendre compte ; opérant sur certains faits de langue une aimantation que Philippe Jousset propose de décrire comme convergence, coalisation, lesquelles sollicite l’attention du lecteur.

16Inscrit dans une perspective anthropologique, le trait de style, entrant dans une convergence qui attire l’attention, n’est d’ailleurs pas sans faire penser pour Fabienne Boissieras au fonctionnement du symptôme psychanalytique, ce détail non intentionnel, investi d’un sens profond, et suscitant l’interprétation.

17Mais il est évident qu’il est difficile d’aller dans les tréfonds de la psychè, comme de saisir l’émergence du « fait de style ». Marie-Corinne Baron-Vermoyal rappelle donc que le fait de style suit la singularité de la variation discursive, c’est-à-dire qu’il est actualisation d’éléments antérieurs et transversaux relevant de structures englobantes (œuvre, genre, auteur), et convergents. Le fait de style, supposant cette convergence, relève donc pour beaucoup du signifié d’effet, et c’est précisément de ce côté que l’on peut se tourner pour tâcher de saisir ce qui peut constituer le style d’un texte particulier, de saisir ce qui permet de reconnaître un « fait de style ».

18Tous s’accordent pour attendre du fait de style qu’il soit repérable par sa fréquence (anormalement fréquent, ou absent) ; et Véronique Magri rappelle que nous disposons aujourd’hui, avec les outils informatiques et les bases de données, de moyens puissants de constats ; la fréquence ne suffit pas : encore faut-il qu’elle soit reliée à des critères qualitatifs, c’est-à-dire au fait que la forme ne revient pas de manière aléatoire, mais permet d’établir des mesures contrastives, qu’elles soient strictement cotextuelles, ou plus largement contextuelles et intertextuelles ; de la sorte, les formes repérées entrent dans un système, à la fois convergent et signifiant ; entrent en relation avec d’autres faits de langue en eux-mêmes indépendants les uns des autres, mais attirés par une relation de convergence construite par l’appropriation spécifique de la langue. C’est à ce niveau seulement que l’on peut parler de faits de style : à ce niveau de construction convergente, qui arrache tel fait de langue à son isolement et l’insère dans un réseau, dans un paradigme dès lors stylistique.

19Ilias Yocaris décrit des phénomènes similaires à travers Terra Nostra de Carlos Fuentes. Il y observe en effet comment formalisation et opérations discursives produisent des effets : il voit là trois types de fonctionnement langagier mis en jeu. Le type épidictique du langage qui s’exhibe ; le type systémique, par lequel les éléments du texte entrent en convergence, et participent à des effets réciproques de surdétermination ; et le type participatif, lequel implique une approche multidimensionnelle et repose sur plusieurs courants théoriques.

20Une fois assurés des procédures formelles qui permettent de repérer le fait de style, on constate, et les relevés de rapports de concours, soigneusement analysés par Étienne Karabétian, en témoignent, que les critiques se placent souvent de fait du côté de la résultante, et moins de la réception au sens phénoménologique du terme. D’une conception moniste de la langue au style jusque là largement défendue, on passe – sans contradiction, parce que la didactique de la discipline, les conditions d’extraits sur lesquels en pratique enseignants et étudiants travaillent créent cet effet de distorsion – à une version apparemment discontinue des faits de style, qui résideraient en des marqueurs qu’il s’agit précisément dans l’analyse stylistique de savoir relever. Mais on sait bien là encore que les listes de phénomènes de langue, que le nombre de métaphores d’un texte ne feront jamais d’une analyse qu’elle soit stylistique, si le lien avec une esthétique comme avec une pensée de la langue n’est pas établi.

21C’est justement là l’intérêt d’une étude à réception, apte précisément à faire le départ entre les épigones – qui reproduisent des faits de style déjà vus, déjà connus, aisément répertoriés, aisés à relier à telle époque ; et les écrivains qui, avec leur époque, dans une forme d’émulation réciproque faite d’emprunts et d’influences si simultanés et inconscients qu’ils peuvent échapper à qui les pratique, proposent des solutions neuves ; il est certain en tout cas que l’analyse des textes à réception permet de repérer – sur la base de répétitions non aléatoires organisant la langue en faisceaux d’éléments congruents – des constantes objectivables, que c’est même ce travail de repérage et d’imitation qui permet la pratique du pastiche. Ce sont alors les éléments plus aisément comptables – structures textuelles repérables et informées par des pré-requis génériques, modalités énonciatives à l’œuvre dans le texte – qui font souvent l’objet de repérages systématiques, et qui entrent le plus dans la reproductibilité de l’écriture.

22Il s’agit bien là, comme le montre Anne-Claire Gignoux, de la saisie grossissante et stylisée de quelques traits imputés à un texte, ou à un auteur. Mais Anne-Claire Gignoux pose clairement la question des limites entre effet de style, et saisie stylisée de quelques marques caractéristiques d’un auteur. Styliser ce qui serait le style, la proposition ne manque pas de saveur. Mais de quoi s’agit-il alors ? Non pas, comme l’évoque Philippe Jousset, de la façon dont un auteur exagère lui-même ses propres modes d’expression, et tombe ainsi dans le maniérisme. Car l’outrance des traits y reste intrinsèquement liée à une cohérence d’écriture qui fait le style. Or le pastiche émane d’un auteur tiers, et ne relève pas seulement de l’imitation involontaire, de l’appropriation respectueuse en forme d’hommage par identification scripturale – comme certains critiques ont tendance à le faire, oubliant ainsi une forme… d’esprit critique. Il s’agit bien plutôt d’une imitation parfaitement volontaire, qui prend donc le texte source comme objet d’analyse, et prétend en restituer les éléments fondateurs. Le problème est bien souvent dans l’objectivation de traits effectivement présents dans le texte source, mais saisis de façon discontinue et autonome, en sorte qu’ils échappent à la mise en réseaux du texte source, et ne font pas sens. Façon s’il en est de dire que le fait de style est intrinsèquement relié – il ne fait pas effet seul, il repose nécessairement sur un réseau fonctionnel – ; et que le fait de style n’existe pas sans plus-value par rapport au fait de langue, c’est-à-dire sans valeur particulière, liée justement au découpage particulier des connotations qu’il induit. Tel trait, reproduit seul, comme par exemple le goût de Duras pour le nom isolé, hors construction phrastique ; ou son goût pour les présentatifs, ne peut à lui seul faire valeur ; retourne donc au seul fait de langue non signifiant autrement que dans l’enchaînement syntagmatique dans lequel il se trouve pris ; et sa récurrence, sans plus-value, est un « tic » dévaluant les qualités d’écriture d’un auteur, sans du tout entrer dans la catégorie du style – à moins que ce ne soit le style du pastiche qui tourne à la charge, précisément en s’attachant à créer des effets de non valeur pour discréditer l’auteur imité. Il suffit de comparer les « trucs » relevés par Anne-Claire Gignoux, et le commentaire de Philippe Wahl sur la valeur des systèmes emphatiques chez Duras pour se persuader de la différence.

Pour une histoire des représentations stylistiques

23Ce n’est donc pas le caractère repérable de traits récurrents qui doit nous retenir ; mais la question qui se pose est bien plutôt de comprendre les conditions qui permettent à tel trait de prendre une valeur – et laquelle. Pour être parfaitement cohérent avec l’ensemble des réflexions ici proposées, il faut donc terminer par le commencement : si la notion de style paraît à certains tellement évanescente, si cette évanescence même explique le difficile positionnement de la stylistique entre linguistique et littérature, c’est sans doute précisément du fait de ce qui fait l’importance de la notion. Elle est difficile à cerner par les découpages disciplinaires, parce qu’elle les dépasse, notion de science humaine au sens propre, mettant en jeu naturellement des savoirs de type littéraire et linguistique, mais relevant d’une construction intellectuelle qui interdit de se contenter de commenter ces savoirs, et implique de prendre en compte le fonctionnement cognitif élargi de la réalité hylétique de tout lecteur.

24L’histoire stylistique de la littérature est donc sans doute l’histoire des valeurs de tel fait de langue ; mais aussi l’histoire des consciences des lecteurs, l’histoire de la façon dont telle époque construit des réseaux signifiants à travers un texte, qui diffèrent de ceux d’une autre époque. Cela indique combien le phénomène interprétatif – entre autres stylistique – est tributaire des connaissances encyclopédiques d’une époque, combien le travail stylistique lui-même est tributaire d’une histoire des représentations.

25Que les faits de langue aient une histoire, que leur repérage, leur description, leurs effets soient l’objet d’un discours évolutif, cela apparaît clairement à la lecture des contributions, qu’elles portent sur un état de langue ancien, ou contemporain.

26Véronique Magri et Cécile Lignereux insistant sur les critères de détermination de la présence d’un fait de langue à portée figurale soulignent ensuite le rendement épistémologique de ces critères, qui permettent dès lors la constitution d’une histoire littéraire sur des faits de style. Véronique Magri insiste sur l’observation de la constitution des éléments en réseaux, sur leur évolution, et sur leur datation ; tous éléments qui, pour Cécile Lignereux, joints au rétablissement aussi fin que possible des données contextuelles que sont état de langue et cadre générique, garantissent contre le risque de surinterprétation, en particulier pour des textes historiquement donc linguistiquement éloignés de nous.

27Il est ainsi possible de suivre des évolutions dans la valeur des faits de langue, à condition de s’entourer d’un minimum de précautions historiques : c’est ce que fait Pascale Mounier, qui suit patiemment le fil de la négation renforcée dans la construction comparative entre 1525 et 1545. Elle montre qu’il s’agit d’abord d’un fait de langue dont l’usage appartient à un sociolecte. L’étude synchronique comme diachronique des textes permet de discerner la manière dont se dessinent des procédures de mimétisme et de démarcation, et dont une double tension, particularisante et universalisante, se joue dans l’apparition du fait de style. Pascale Mounier montre comment le sociolecte est ensuite inséré dans une série intertextuelle, essaie de déterminer la gradualité du phénomène, et souligne avec Kogard combien cela implique la maîtrise des conditions de littérarisation du texte.

28C’est à la phrase averbale que s’intéresse Michèle Monte, pour montrer que sous le fait de langue ainsi désigné se cache une réalité linguistique complexe, dont la description, comme les valeurs, relèvent d’une histoire. Michèle Monte s’attache ainsi à montrer comment Rimbaud en fait un usage particulier pour construire la cohésion textuelle du nouveau genre qu’il expérimente à travers ses poèmes en prose. Rimbaud parvient en effet à construire à travers la phrase nominale une scène d’énonciation collaborative. Un fait de langue devient ainsi un élément de caractérisation des genres discursifs, et l’on peut dater ce type d’utilisation à la fin du XIXe siècle, et l’inscrire dans un mouvement plus global de mutation de la prose littéraire.

29C’est donc tout naturellement à une démarche comparatiste qu’invite le commentaire stylistique de tout fait de langue : partant d’une analyse linguistique de la concurrence entre adjectifs qualificatifs et adjectifs dérivés de participes, Joël July examine l’usage qu’en font Zola, Maupassant et Edmond de Goncourt. Il parvient ainsi à mettre en lumière la valeur prédicative et accomplie de ces adjectifs qui les relient à l’écriture artiste ; en même temps que la capacité qu’ils ont à effacer l’agent de la diégèse, et à tailler ainsi une belle part à l’interventionnisme auctorial. La convergence de tous ces éléments pourrait expliquer pour Joël July la surreprésentation de la forme chez Zola.

30Plus près de nous, Philippe Wahl étudie scrupuleusement la constitution du fait de langue qu’est le clivage en fait de style, ou plutôt, reprenant la pensée de Guillaume, insiste sur la labilité de la notion de fait, et propose une définition de la langue modélisée en interaction avec les réalisations discursives dépassant la dichotomie langue/discours au profit des normes langagières, de l’observation des modes de contextualisation du fait de langage, rapporté au projet esthétique ou à la visée pragmatique du discours. Ce qui implique de dépasser tout localisme dans l’analyse stylistique, laquelle procède de la reconnaissance de formes engageant une double mémoire culturelle et textuelle. C’est ainsi que le clivage au XXe siècle accompagne l’émergence d’un paradigme de la diction prenant le pas sur la fiction, dont l’étude chez Duras est particulièrement signifiante. L’analyse textuelle conduit à distinguer, pour les articuler, linguistique et stylistique, faits et effets de langue. Elle rend perceptible la composante interprétative de l’enquête, qui peut conditionner l’établissement du fait et sa description théorique. Fait de langue et fait de style n’apparaissent pas comme des objets distincts, mais des points de vue différenciés sur un phénomène considéré dans ses effets. À cet égard, le champ stylistique correspond moins à une sortie de la langue qu’à une manière d’habiter le langage comme milieu.

31À travers ces diverses approches, ce qui ressort, c’est que la langue elle-même est objet de représentations, que la littérature, à travers ses intrigues, présente la langue telle qu’une époque se la représente, et cette représentation peut faire l’objet d’une histoire stylistique de la littérature. Jean-François Castille analyse la façon dont le patron de la phrase réputée classique, malgré l’extrême diversité des textes effectivement écrits à l’époque classique, peut émerger à travers l’écriture de Guez de Balzac : une phrase où la rhétorique permet de cheviller l’avancée du sens au moyen de parallélismes soulignés par la syntaxe ; une prose dont la clarté repose d’abord sur l’exhibition de l’agencement linguistique. Laure Himy-Piéri examine ensuite la façon dont la représentation de la phrase évolue chez Michon. S’il est certain que la phrase classique hante la prose de Michon, c’est bien comme représentation – d’une idée du littéraire, de l’écrivain –, et en tant que telle cible d’une forme sévère d’ironie.

32S’il est une représentation de la langue qui pose un problème particulier à l’écrit, et dans un écrit littéraire, c’est bien celle de la langue parlée. Le problème de la reproduction de parlures, et plus largement la question de leur représentation – sous la forme particulière des propos rapportés dans leurs différentes possibilités linguistiques – est une vraie question qui met en jeu précisément les compétences stylistiques de l’écrivain. Comment rendre compte de l’oral dans un texte écrit ? Comment reproduire spécifiquement la « langue des jeunes » ? Autant de questions qui relèvent de compétences psycholinguistiques – intuitives, épilinguistiques, ou au contraire appuyées sur de vraies connaissances techniques en ces domaines, peu importe – qui traduisent parfaitement en même temps un certain imaginaire d’auteur.

33Marie-Albane Watine montre avec beaucoup de finesse à quel type de réflexion Céline a pu obéir en proposant dans le Voyage des éléments permettant de modéliser un phénomène de parler. Incontestablement, les phrases de Céline obéissent à une compréhension au moins intuitive des mécanismes de mémorisation permettant l’avancée des propos, et à une conscience nette que ces mécanismes ne jouent pas de la même façon à l’écrit et à l’oral. C’est ce qui justifie la phrase célinienne, souvent disloquée, de préférence à droite ; comme l’inachèvement de nombre de propositions, imitant la survenue à l’esprit d’idées qui se fabriquent en même temps qu’elles sont pensées. C’est sans doute là une modélisation extrêmement réussie, car elle saisit des phénomènes syntaxiques, et relève donc de l’acte cognitif, comme de la façon dont le sujet se tire des sollicitations extrêmement variées qui s’emparent de lui lorsqu’il construit une phrase orale ; mais on sait que plus tard d’autres choix de représentation seront faits.

34Le cas de reproduction de l’oral des jeunes, évoqué par Elisa Gruppioni, ou par Françoise Favart, est différent. Toutes les deux s’accordent à insister sur des particularités de reproduction de la prononciation ; ou des idiolectes lexicaux ; rarement, la syntaxe est touchée, et elles s’accordent à penser que cela traduit une saisie sans doute moins profonde de la langue reproduite, plus tributaire de l’imaginaire des auteurs – comment parlent les jeunes, souvent réduits à une partie sociologique très restreinte de la jeunesse – que d’une observation et d’une réflexion effectives.

35Il y va donc, dans les textes comme dans les modes herméneutiques, d’une forme d’engagement – de l’écrivain comme du chercheur. Les modes de textualisation adoptés, les patrons phrastiques empruntés, les choix descriptifs effectués, sont autant d’éléments qui engagent leurs auteurs, ne serait-ce qu’en témoignant indirectement d’un état de l’épistémè.

36Nicolas Laurent revient notamment sur la réflexion que mène la rhétorique autour des figures de style, pour se demander précisément en quoi ces figures relèvent du fait de style, qu’il entend comme « processus qui accomplit la mimèsis », « signe produit qui nous oriente vers un objet ». Il voit dans la synecdoque de genre une forme relationnelle, qui fait entrer dans un rapport dynamique nom d’espèce et nom de genre, et dont l’effet – le sens tropique – est de proposer un accès direct, indexical ou déictique, à ce qui relève indirectement du conceptuel, proposant donc un rapport à l’extralinguistique autre que celui que ferait la combinaison discontinue des mots dans le discours. Il souligne combien l’analyse traditionnelle avait pu façonner « un habitus disciplinaire », qu’il entend comme la « vie sociale des concepts », et combien la pensée repose moins sur des innovations, que sur des réorientations.

37Stéphanie Thonnerieux étudie pour sa part la façon dont l’étude d’un fait de langue donné – verbe + adjectif – peut prendre, selon le contexte et sa mise en série, une valeur spécifique. Mais elle montre bien aussi combien l’interprétation dépend d’une histoire de la pensée esthétique : ainsi, l’impressionnisme littéraire a pu être évoqué dans le sillage de l’écriture artiste pour décrire cette poétique du vague et de l’impression qui caractériserait Verlaine ; mais la remise en question du prisme impressionniste, critiqué depuis longtemps par Bernard Vouilloux, conduit vers d’autres interprétations, par exemple, comme le fait Stéphanie Thonnerieux, vers une lecture indirectement, mais violemment, politique, que la prise en compte des différents paliers d’interprétation, et des différents paramètres qui le rendent possibles – époque, genre, projet de communication – met au jour.

38Laurence Bougault propose même de lire les apories sémantico-discursives de nombre de textes du XXe siècle, et en l’occurrence des romans de Volodine, comme une stratégie d’engagement textuel : pour elle, « la fiction romanesque permet la résiliance du sujet face aux traumas de l’histoire ». L’hermétisme voulu, et construit par des faits de langue remarquables, sollicite une mémoire collective, et en appelle au sursaut face à une forme de doxa. La saillance des faits de langue renseigne ainsi sur la profonde cohérence textuelle d’un projet esthétique qui dessine une architectonique où convergent l’ensemble des faits textuels.

39Si la forme est engagement, elle peut donc aussi être dégagement : c’est la question que pose d’une certaine manière Stéphane Chaudier, s’interrogeant sur l’humour de Toussaint. Stéphane Chaudier montre combien la forme humoristique repose sur une manière de connivence avec le lecteur, exigeant « pesée des raisons, explication des calculs, des stratégies, des intentions » ; et combien cette connivence exige un déploiement de la langue jouant sur les stratégies bien connues d’implicite et de présupposés, et sur des formes d’intertextualité, par adoption de codes burlesques. Mais, insistant sur les formes de représentations partagées que présuppose l’humour, Chaudier se demande in fine si ce type d’écriture est apte à entraîner le lecteur « dans ces lieux invivables où précisément surgit “le nouveau” ».

Auteurs

Laure Himy-Piéri est MCF HDR en stylistique française : elle travaille dans la perspective d’une histoire littéraire travaillée par le conflit des formes, autour de la notion de possibles formels au vingtième siècle.
Jean-François Castille est maître de conférences à l’université de Caen Basse-Normandie. Ses travaux portent principalement sur la stylistique, la poétique et la rhétorique des XVIIe et XVIIIe siècles. Dans les publications récentes figurent une contribution au no 260, juillet 2013, de la revue XVIIe siècle, « Relire Malherbe », intitulée « La poétique funèbre de Malherbe ».

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540