Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sirènes ou le savoir périlleux

 | 
Hélène Vial

Résumés

Texte intégral

1 Pietro Pucci , « Les Sirènes : lire, et sa malédiction »

2En identifiant les Muses iliadiques avec les Sirènes, l’Odyssée élabore diverses ruses polémiques contre la poésie de l’Iliade. Le chant des Sirènes séduit Ulysse au point qu’il veut abandonner les muses de l’Odyssée : par cette image, l’Odyssée montre le pouvoir magnifique de l’Iliade (le chant des Sirènes) et, ironiquement, permet à son héros de trahir son propre poème. Cependant, ce n’est qu’une manœuvre pour souligner que le chant des Sirènes, c’est-à-dire des Muses de l’Iliade, n’est qu’une tromperie qui amènerait Ulysse à mourir en tant que personnage héroïque dans un lieu qui est un non-lieu, pour un chant qui pourrait être un silence. Le chant des Sirènes n’est qu’un ensorcellement, meurtrier et immortel, venimeux et glorifiant, magnifique et terrible.

3By identifying the Iliadic Muses with the Sirens, the Odyssey elaborates several polemical tricks against the poetry of the Iliad. The Sirens’song seduces Odysseus in such a way that he wants to abandon the Odyssean Muses. With this image, the Odyssey shows the superb power of the Iliad (= the Sirens’song) and, ironically, allows its hero to betray his own poem. Yet, this is only a scheme to underline the fact that the Sirens’song, i. e. the Iliadic Muses, is nothing but a deception that would bring Odysseus to die as a heroic character in a place that is a no-place, for a song that could be a silence. The Sirens’song is pure sorcery, murderous and immortalizing, poisoning and glorifying, magnificent and terrible.

4 Sylvie Perceau , « La “pharmacie” d’Homère dans l’ Odyssée  : les Sirènes et l’ambivalence du chant poétique »

5Une longue tradition d’interprétation fondée sur des réélaborations poétiques postérieures et des lectures allégorisantes d’Homère a fini par occulter la lettre du passage du chant XII de l’Odyssée consacré aux Sirènes. Or, dans un récit caractérisé par la spécularité, seuls la voix et le chant des Sirènes intéressent en réalité le poète qui s’attache à en montrer l’ambivalence : participant, tel un pharmakon derridéen, à la fois de la figure de l’aède épique et de celle du chœur mélique, les Sirènes incarnent les interférences de deux types de pratique poétique opposées qui, coexistant dans l’Iliade, se brouillent dans l’Odyssée, en relation avec la figure d’Ulysse, héros témoin qui construit lui-même et réclame aux autres chanteurs un chant de gloire auto-réflexif pour s’y mirer.

6A long tradition of interpretation based on subsequent poetical elaborations and allegorical readings of Homer has overshadowed the literal meaning of the passage dedicated to the Sirens in Odyssey XII. But in a narrative characterized by specularity, the poet focuses his attention on the voice and the song of the Sirens only, so as to illustrate their ambivalence: involved, as a Derridean pharmakon, both in the figure of the epic bard and of the melic chorus, the Sirens embody the interference of two opposite poetical practices which, while coexisting in the Iliad, are blurred in the Odyssey, in connection with the figure of Ulysses, a witness hero who builds himself and asks from other singers his own song of glory so to mirror in it.

7 François Dingremont , « Les Sirènes d’Homère, retour sur un effet-miroir »

8Peut-on dire que le danger représenté par les Sirènes a de tout temps été celui de la connaissance ? Ce point de vue présuppose que les Sirènes soient devenues des figures allégoriques, en l’occurrence d’une certaine forme de connaissance. Nous voudrions montrer que la tradition homérique voit les choses un peu différemment, faute de penser ces figures d’un point de vue uniquement allégorique. Le danger de leur chant repose dans sa puissance évocatrice, dans l’image du héros, Ulysse, qu’il reflète et projette pour l’attirer dans le piège de l’oubli.

9Can we say that the danger represented by the Sirens has always been linked with the question of knowledge? This point of view presupposes that the Sirens have become allegorical figures of knowledge. Our intention, in this paper, is to show that the Homeric tradition sees this matter differently because those figures are not thought in an allegorical framework. The danger of their song lies in its evocative power, in the image of the hero, Odysseus, reflected and projected to attract him into the trap of forgetting.

10 Isabella Nova , « La mort des Sirènes dans la littérature grecque de l’époque classique »

11Cette contribution porte sur la tradition posthomérique de la mort des Sirènes, après le passage du bateau d’Ulysse, parce qu’elles n’ont pas été capables de le charmer. La représentation de leur suicide sur un stamnos du Ve siècle avant J.-C. (Londres BM 1943.11-3.31) montre que cette légende était assez connue dans l’Antiquité ; elle peut donc aider dans l’interprétation de quelques passages littéraires très débattus où les Sirènes se trouvent dans l’Hadès (Eur. Hel 168-78 ; Soph. fr. 861 Radt ; Plat. Crat 403d). Plutôt que d’expliquer ces textes avec la référence à la figure de la « Sirène funéraire », une décoration pour les tombes assez commune, on pourrait les comparer avec la tradition mythique connue à l’époque sur ce sujet.

12This paper deals with the post-Homeric tradition on the death of the Sirens after the passage of Odysseus’ship, due to their failure in charming him. The representation of their suicide on a stamnos dating back to the 5th century (London 1943.11-3.31) shows that this legend was quite known in Antiquity and so it could help in the understanding of three much debated literary occurrences according to which the Sirens dwell in the Hades (Eur. Hel 168-78; Soph. fr. 861 Radt; Plat. Crat 403d). Rather than explaining these texts with the reference to the “funerary Siren”, a quite common decoration for tombs, it could be possible to compare them with a mythical tradition on this topic which was popular at that time.

13 Anne-Claire Soussan , « Trans-gressions du savoir et de l’espace »

14Les Sirènes sont des créatures liminaires : par leur localisation (dès l’Odyssée) et par leur nature hybride et contradictoire (développée par la suite). Leur aptitude à franchir les frontières s’associe à une mobilité surnaturelle. À l’inverse, le mortel fasciné par leur charme et par la promesse illusoire d’un savoir total se voit immobilisé sur leur île et ainsi arrêté sur ce seuil (spatial et mental) ; cette sanction matérialise la gravité et l’échec de sa transgression. Cette structure (dont on trouve des variations chez les Gorgones) est bien reconnaissable dans l’Odyssée et présente de manière détournée dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes.

15From their geographical location (established as early as the Odyssey) to their later characterization as hybrids, the Sirens are liminal creatures. Their ability to cross borders is materialized by their supernatural mobility. By contrast, mortals who fall for their charms and are deluded by their false promise of universal knowledge must remain (trans)fixed on their island, and (both geographically and mentally) stopped on a threshold. The victims’fate exemplifies the nature—as well as the vanity—of their transgression. This pattern (of which Gorgons are another instance) is clearly visible in the Odyssey, and, more obliquely, in Apollonius’Argonautica.

16 Laury-Nuria André , « Les Sirènes d’Apollonios de Rhodes : du désenchantement homérique au sortilège paysager »

17La lecture homérico-centrée ne s’applique plus à la réécriture du passage des Sirènes chez Apollonios de Rhodes. Le poète alexandrin met en place des jeux intertextuels subtils qui désenchantent la version homérique des Sirènes, qui faisait de ces êtres détenteurs d’un savoir holistique des figures mortifères et négatives. Notre propos visera à montrer comment la déconstruction par l’intertextualité critique de la valeur des Sirènes homériques et leur mise en contexte paysager permettent à Apollonios de construire des figures ré-enchantées et positives, qui, par leur étroite association au paysage insulaire catoptrique, permettent de tenir un discours et de construire un savoir valide sur la forme du monde à l’époque hellénistique.

18The Homeric-centered reading of the Sirens is no longer available to the understanding of the rewriting of the Sirens in Apollonius Rhodius. The Alexandrian poet sets up subtle intertextual games to disenchant the Homeric version of the Sirens in which they appear as holders of a holistic knowledge and are negative figures carrying death. Our aim will be to show how a critical intertextuality can deconstruct the value of the Sirens in Homer and how putting them in a landscape context allows Apollonius to build re-enchanted and positive figures, which, by their close association with the island and catoptric landscape, construct a correct speech and a real knowledge about the shape of the world during the Hellenistic period.

19 Camille Semenzato , « Sirènes et Muses, quels dangers ? »

20Les Sirènes sont traditionnellement considérées comme de terribles séductrices, au chant à ce point envoûtant qu’il conduit à leur perte les hommes qui l’entendent. Tandis qu’on se souvient volontiers des Muses comme de désirables et idylliques jeunes filles dont le chant est de grande utilité pour le monde humain. Pourtant, à bien y regarder, les Sirènes comme les Muses sont plus complexes qu’il n’y paraît. L’opposition entre l’image sombre, négative, dangereuse voire mortifère des premières et celle claire, positive, désirable et utile des secondes ne reflète que partiellement la réalité de la poésie grecque, du moins archaïque. Le parcours à travers l’Odyssée, certains parthénées d’Alcman et de Pindare ainsi que l’Hélène d’Euripide montre que les deux genres de divinités présentent au fond, chacun à sa manière, les multiples faces inhérentes à la même vie : tous deux font entendre une musique aussi charmante que pénétrante, au point de pouvoir devenir dangereuse. Tout est finalement question de contexte et de mesure.

21The Sirens are traditionally regarded as terrible seducers, with voices so bewitching they lead the men who hear it to their end. Whereas we willingly remember the Muses as desirable and idyllic young women whose song is of great benefit to the human world. But on a closer look, both Sirens and Muses are more complex than it would seem. The contrast between the dark, negative, harmful or deadly image of the former and the bright, positive, desirable and useful image of the latter only partially reflects the reality of Greek poetry, at least the archaic one. A journey through the Odyssey, some partheneia by Alcman and Pindar and Euripides’Helen shows that Sirens and Muses are two kinds of deities which display, both in it’s one way, the multiple facets that are inherent to life itself: both of them produce a music that may be so charming, so penetrating that it becomes dangerous. Everything is ultimately a matter of context and measure.

22 Philippe Arnaud , « Le mythe de Narcisse en écho à celui des Sirènes »

23Le projet de confronter le mythe d’Ulysse face aux Sirènes avec celui de Narcisse part du constat que l’un et l’autre sont pris dans le mirage d’un objet « beau », aux effets médusants redoutables. Nous souhaitons montrer que ce n’est pas tant la beauté de ces objets (le reflet de Narcisse sur un plan d’eau ; le chant envoûtant des Sirènes) qui les fascine que la nature clivée de ces objets. Ces clivages viennent de ce que l’être parlant est à la fois fini et sans limites : Narcisse découvre à ses dépens que la parole qui suscite en lui le désir de ne faire qu’un avec l’objet qui l’attire est en même temps ce qui rend cette fusion impossible. De même Ulysse est attiré par les Sirènes car, mi-mortelles, mi-divines, elles ont accès aux Destinées humaines. Ulysse plus que tout autre souhaite savoir quelle trace il laissera. Mais son destin se confond avec le Poème dont il écrit les épisodes, et il ne doit donc pas, lui, y laisser sa vie.

24We have entended to compare the myth of Odysseus meeting the Sirens with the myth of Narcissus because they are both charmed by beautiful objects fearfully able to petrify. We hope to demonstrate that it is not so much the beauty of these objects (the reflection of Narcissus in a pond; the bewitching song of the Sirens) that fascinates them as their splitted nature. The origin of those splittings lies in the fact that speaking beings are both limited and unlimited: Narcissus finds out at his own expense that language, which makes him wish to merge into the object of his desire, is all at once what makes this merging impossible. Likewise Odysseus is drawn to the Sirens because, half-mortal half-divine, they have access to human destinies. More than anyone, Odysseus wishes to know what memory he leaves behind. But his destiny is included in the Poem whose chapters he is writing; so he must, as for himself, stay alive.

25 Carlos Lévy , « Les Sirènes cicéroniennes et leur arrière-plan philosophique »

26Dans le cinquième et dernier livre – le plus complexe – du De finibus se trouve une référence aux Sirènes qui est la seule de toute l’œuvre de Cicéron : Pison, porte-parole de l’Académicien Antiochus d’Ascalon, qui a affirmé que le souverain bien ne peut résider que dans la perfection de la raison et dans l’intégrité du corps, mentionne les Sirènes en gommant la noirceur de la légende homérique pour ne conserver que la beauté de leurs chants et leurs promesses de savoir. Cette présentation positive, à laquelle Ovide fut l’un des seuls à faire écho, reflète la volonté d’Antiochus, relayée par Cicéron, de ne pas laisser le monopole de l’interprétation des mythes aux Stoïciens et de s’écarter de la perception populaire, négative, des Sirènes, tout en mettant en œuvre, à travers elles, la réconciliation possible des pensées aristotélicienne et platonicienne.

27In the fifth and final book — the most complex of all — of the De finibus, the reader finds a reference to the Sirens, the only one in the works of Cicero. Piso, who expresses the thought of the Academician Antiochus of Ascalon, states that the supreme good lies both in the perfection of reason and integrity of the body; it is in this perspective that he mentions the Sirens, erasing the darkness they are surrounded by in the Homeric legend and retaining only their beautiful songs and the knowlege they promise. This positive presentation, which Ovid was one of the few to echo, reflects the will of Antiochus, relayed by Cicero, not to leave the monopoly of interpretation of myths to the Stoics and to depart from the popular perception of the Sirens while implementing through them the possibility of reconciling Aristotelian and Platonic thoughts.

28 Hélène Vial , « Savoir, métamorphose et chant : les doctae Sirenes d’Ovide »

29L’une des singularités du passage consacré par Ovide aux Sirènes (Métamorphoses, V, 522-563) est d’associer explicitement les Sirènes au savoir, mais pas au danger. Celui-ci est pourtant présent dans le texte, comme cet article tend à le montrer en mettant au jour de la manière la plus détaillée possible le réseau d’échos au centre duquel se trouvent les doctae Sirenes ovidiennes. C’est indirectement que nous rencontrons le motif du danger, à travers le lien qui se noue ici entre savoir, métamorphose et chant, faisant des Sirènes des doubles du poète-narrateur.

30One of the peculiarities of the lines in which Ovid evokes the Sirens (Metamorphoses, V, 522-563) is that they explicitly associate the Sirens to knowledge, but not to danger. Danger is yet present in the text, as this article aims to show by uncovering in the most detailed manner possible the network of echoes at the center of which are the Ovidian doctae Sirenes. It is indirectly that we meet danger, through the bond that develops between knowledge, metamorphosis and singing and transforms the Sirens into alter egos of the poet-narrator.

31 Anna Angelini , « Les Sirènes du Physiologos et le savoir hérétique : les périls de l’hybridité entre Antiquité et Moyen Âge »

32Cette contribution concerne la représentation du savoir des Sirènes dans les bestiaires de l’Antiquité tardive à partir de l’ancienne version grecque du Physiologos. Alors que, dans la plupart des encyclopédies tardo-antiques et des bestiaires médiévaux, l’aspect diabolique de la sexualité féminine est mis en évidence, dans le récit de la collection la plus ancienne du Physiologos grec les Sirènes sont interprétées comme figures de l’hypocrisie et du discours hérétique. Elles deviennent donc un véhicule de la transmission du savoir faux et séduisant par excellence, le savoir du diable, qui conduit à l’idolâtrie. Dans le cadre de l’interprétation chrétienne, où l’histoire naturelle des animaux se déroule toujours à partir de la signification spirituelle qu’ils revêtent, cette mauvaise qualité est directement mise en relation avec leur nature hybride. De ce point de vue, l’hybridité des Sirènes, loin de poser un problème du côté du vraisemblable, est lue comme le reflet physique d’une duplicité hypocrite de l’âme et, par conséquent, du discours.

33The paper aims to analyse representations of the Sirens’ knowledge in Late Antiquity’s bestiaries, with a specific focus on the Greek version of the Physiologos. Whereas the diabolical aspect of female sexuality is prevailing in most of late antique and medieval bestiary, in the Greek collection of Physiologos Sirens are understood as figures personifying hypocrisy and heretical discourse. By definition, they stand out as vehicles transmitting false and seductive knowledge, the knowledge of the devil, which leads to idolatry. According to the Christian interpretation, where the natural history of animals always develops from their spiritual meaning, this negative understanding is directly related to their hybrid nature. Accordingly, far from questioning the scientific credibility, the hybridism of the Sirens is analysed as a reflection of the physical duplicity of the soul, and therefore of the speech.

34 Giampiero Scafoglio , « Les Sirènes et le savoir périlleux dans la Comédie de Dante »

35Le voyage cathartique de Dante dans l’au-delà, dans la Comédie, implique une prise de conscience des possibilités et des limites de la nature humaine dans le domaine épistémologique. Le concept du savoir interdit et périlleux est représenté par Dante de façon dramatique et emblématique dans le personnage d’Ulysse, qui est le protagoniste du chant XXVI de l’Enfer : le héros homérique devient le symbole de l’homme qui, par son insatiable soif de connaissance, va au-delà des limites imposées aux simples mortels et paie de sa vie cette erreur. Le sens de l’épisode est expliqué dans le chant III du Purgatoire (v. 34-45) par les mots de Virgile, qui invite Dante, ainsi que l’homme en général, à ne pas essayer de dépasser les limites humaines : on ne peut pas comprendre la nature des choses et la raison de leur existence. Ensuite, dans le chant XIX du Purgatoire, Dante, en qualité de nouvel Ulysse, rencontre la Sirène (la femmina balba : une créature démoniaque, charmante et insidieuse) et se retrouve sur le point de céder à son charme, lorsqu’une « femme sainte et zélée » lui vient en aide. Contrairement à son Ulysse, Dante choisit la voie de la foi, trouvant ainsi son salut.

36Dante’s cathartic journey in the afterlife, in the Comedy, involves an awareness of the possibilities and limitations of human nature in the epistemological field. The idea of forbidden and dangerous knowledge is dramatically and emblematically expressed by Dante in the character of Ulysses, who is the protagonist of the canto XXVI of the Hell: the Homeric hero becomes indeed a symbol of the man who, because of his insatiable thirst for knowledge, goes beyond the limits of common mortals and pays this mistake with his own life. The meaning of this episode is explained in the canto III of the Purgatory (l. 34-45) by the speech of Virgil, who invites Dante, as well as man in general, not to try to overcome human limitations: it is not possible to know the nature and origin of all things. Then, in the canto XIX of the Purgatory, Dante, like a new Ulysses, meets a mermaid (the femmina balba: a demonic creature, as fascinating as insidious) and he is about to succumb to her charm, but a “holy and zealous woman” comes to his aid. Unlike his Ulysses, Dante chooses the path of faith and finds his salvation.

37 Hélène Casanova-Robin , « Parthénopé et autres sirènes dans l’œuvre de Giovanni Pontano (1429-1503) : figures du savoir et idéal d’harmonie dans l’univers napolitain »

38Le mythe des Sirènes bénéficie dans l’œuvre de l’humaniste Giovanni Pontano d’un exceptionnel rayonnement. La figure de Parthénopé est en effet exaltée comme fondatrice de la cité napolitaine et elle fournit au poète la matière à d’infinies variations poétiques sur le paradigme d’une fascinante puella docta, déclinée en créatures diverses. Dépouillée de toute virtualité maléfique, la Sirène devient ainsi emblématique d’une poésie suave, au chant délicieux. Mais au-delà de cette fécondité esthétique, la Sirène apparaît également comme l’outil de légitimation d’une sagesse aux racines antiques, ravivée par l’Académie Pontanienne, aux multiples implications philosophiques.

39The myth of the Sirens has an exceptional splendor in the work of the humanist Giovanni Pontano. The figure of Partenope is exalted as the founder of the Neapolitan city and provides the material to the poet’s endless variations on the paradigm of a fascinating puella docta, available in various creatures. Stripped of all evil virtuality, the Siren becomes emblematic of a sweet poetry, delightfully singing. But beyond this aesthetic fertility, the Siren also appears as a legitimation of wisdom with ancient roots, revived by the Pontanian Academy, with many philosophical implications.

40 Nathalie Hervé , « Le Chant des trois seraines d’Étienne Forcadel ou la tentation du savoir épicurien »

41Étienne Forcadel rédige son Chant des Seraines à une étape primordiale de l’émergence de la littérature en langue française, celle de l’abandon progressif du latin au profit du français. Cette opération s’effectue grâce à la reprise de textes antiques sous forme de traductions ou d’imitations. L’auteur s’appuie ainsi sur l’épicurisme mondain pour présenter une réécriture de l’épisode homérique fondée sur une alternative entre Vénus et Pallas. Le personnage principal n’est plus Ulysse mais le patron d’un vaisseau qui résiste au carpe diem pour choisir la voie de la sagesse. Cette réécriture apparaît comme le pendant d’un autre texte inspiré de l’Antiquité, la traduction, moins de vingt ans auparavant, par Clément Marot, du poème de Musée racontant les amours malheureuses de Léandre et Héro. Il s’agit ici de montrer comment l’auteur exploite les intertextes pour rédiger un poème à visée apologétique.

42Étienne Forcadel writes his Chant des Seraines when the authors of French Renaissance begin to translate the texts of classical Antiquity to promote French literature. Thus, Forcadel uses a new lecture of Epicureanism to create a poem based on the opposition between Venus and Pallas. The hero is not Ulysses but the captain of a ship cruising near the Sirens’island. The women-birds invite him to live a life of pleasure but he chooses to listen to the voice of wisdom and continues his way. This poem must be analysed in relation to another text published a few years earlier, the French translation provided by Clément Marot of a poem where Musaeus tells the story of the unfortunate love of Leander and Hero. The present paper focuses on the way Forcadel uses a collection of literary texts to create, from the Homeric episode, a poem that it also meant to be a moral text.

43 Houda Landolsi , « “Qui suis-je ?”, “Que sais-je ?” Suzanne Simonin ou la Sirène aux forces mortifères »

44Cet article tend à montrer que La Religieuse, tout comme le mythe des Sirènes, ressuscite la question du savoir périlleux qui voue à la mort celui qui en bénéficie, mais aussi celui qui le détient. Derrière l’amour de la liberté auquel Suzanne Simonin, l’héroïne de La Religieuse, prétend se donner, se dessine une quête touchant à une question fondamentale : celle de l’identité. La quête de l’identité aboutit elle-même à une non moins mortifiante quête du « savoir ». Et c’est précisément cette douloureuse quête qui mène l’héroïne à la mort. Suzanne s’obstine à détenir le « savoir », à révéler « qui elle est » ; et ce savoir, cruellement acquis, l’anéantit.

45The aim of this paper is to show that Diderot’s novel The Nun, just like the myth of the Sirens, revives the images of perilous knowledge which condemns to death not only those who acquire it but also those who hold it. Suzanne Simonin, the heroin of The Nun, claims to seek to get her freedom back, but, as the author of this paper tries to show, Suzanne aspires, in fact, to have access to a fundamental knowledge about her position as an individual. But this knowledge is found to be fatal. Suzanne’s desire is to “know” and to reveal “who she is”; and yet the intensity of this very desire to know and to control reality leads to a deadly issue.

46 Salah Oueslati , « La sirène et ses dangers dans la poétique de Mallarmé »

47L’image de la sirène apparaît dans le poème qui ouvre le recueil de Stéphane Mallarmé et dans l’avant-dernière pièce du même livre. Un épisode d’« Un coup de Dés » évoque aussi l’image de cette « créature mignonne ». L’une des questions essentielles abordées dans ces poèmes est le rapport entre le poète et son public. À lire ces textes de ce point de vue, on se rend compte que, d’après Mallarmé, un péril particulier menace chacun des deux partenaires de l’aventure poétique. Mallarmé redoute que son écriture ne soit jugée rébarbative par un public habitué à la poésie limpide. Ce sera là un échec qu’une « trompe sans vertu » n’aura pas su empêcher. Le lecteur qui peut être séduit par la beauté de cette poésie risque, quant à lui, d’être victime d’une « immense plaisanterie » au cas où il prendrait la sirène pour autre chose qu’un être de fiction.

48The image of the siren appears in the opening and the penultimate poems of the collection of Stéphane Mallarmé. Moreover, an episode of “Un coup de Dés” evokes the image of this “sweet creature”. One of the main questions dealt with in these poems is the relation between the poet and his public. Reading these texts from this perspective, we realize that, according to Mallarmé, a particular peril is menacing both partners of the poetic adventure. Mallarmé dreads that a public used to a limpid poetry shall judge his writing as boring. Thus, it would rather be a failure the alarm was unable to prevent. Concerning the reader who may be seduced by the beauty of this poetry, he risks to be a victim of a trick in case he takes the siren as something else than a fictive creature.

49 Guillaume Rousseau , « Les Sirènes d’ Un régicide d’Alain Robbe-Grillet ou la séduction évanescente du savoir fictionnel »

50Face aux figures solaires et chantantes que sont les Sirènes, l’univers romanesque d’Alain Robbe-Grillet paraît aux antipodes. Pourtant, elles sont au cœur de son premier roman, Un régicide. Mais si le chef de file du Nouveau Roman choisit de leur accorder cette place de choix, c’est finalement pour mieux les effacer. Dans cet article, nous tentons de comprendre le sens de cette dernière danse avant mise à mort. Dans un premier temps, nous envisageons la problématique de l’intégration des Sirènes dans le roman en montrant qu’elles se présentent comme un corps non-miscible. Ce non-sens des Sirènes dans Un régicide invite dès lors à une relecture allégorique du mythe. Dans un second temps, nous analysons ce mythe dans une perspective métalittéraire en soulignant que les Sirènes incarnent le péril de la fiction, ce non-savoir évanescent. Destinées à n’être que mirages, ces Sirènes de la fiction ouvrent nécessairement sur le désenchantement. Robbe-Grillet, avec son premier roman, a choisi la voie littéraire qu’il allait suivre pour le reste de son œuvre : en conjurant le péril du carmen de la fiction, le Nouveau Romancier se doit de se confronter à ce monde moderne qu’il ne comprend pas.

51The romantic universe of Alain Robbe-Grillet and the solar, singing figures of the Sirens seem to be poles apart. However, they are central to his first novel A Regicide. But, if the leader of the Nouveau Roman (New Novel) trend chooses to grant them such a prized position, it is in the end to delete them even more forcefully. In this paper, we try to understand the meaning of this last dance before execution. At first, we consider the issue of the integration of the Sirens in the novel by showing that they appear as an unyielding body. This lack of sense of the Sirens in A Regicide thus leads to an allegorical rereading of the myth. Secondly, we analyze the myth from a meta-literary perspective by underlining the fact that the Sirens embody the pitfalls of fiction, this evanescent non-knowledge. Destined to be only mirages, those Sirens of fiction necessarily lead to disenchantment. Robbe-Grillet, with his first novel, chose the literary path that he was going to follow for the rest of his work: by warding off the danger of the carmen of fiction, the duty of the New Novelist is to deal with this modern world that he does not understand.

52 Irena Trujic , « Le savoir de celles qui sont retournées à la mer : Anne Hébert ou la mort de la Petite Sirène »

53 Les Fous de Bassan d’Anne Hébert se centrent sur le meurtre de deux cousines à Griffin Creek en 1936. Cet article étudie la manière dont l’auteur utilise la figure de la Sirène pour décrire les femmes et montrer qu’elles appartiennent à un monde différent de celui des hommes. Anne Hébert ne retient pas la créature à queue de poisson, mais fait de la sirène une entité « sans chair ni âme, réduite au seul désir » (p. 199) et indissociablement liée à la question du savoir et de la mort.

54Anne Hébert’s Les Fous de Bassan focus on the murder of two cousins living in Griffin Creek in 1936. This paper examines how the author uses the figure of the mermaid to describe women and to show that they do not belong to the men’s world. Anne Hébert does not resort to a fish-tailed creature, but rather builds her mermaid like an entity “without flesh or soul, condemned only to desire” (p. 199) and inextricably related to the question of knowledge and death.

55 Gilda Tentorio , « Ambivalences du logos : de la Sirène à la Γοργόνα, entre dangers charmants et questions-riddle »

56Cet article décrit un complexe parcours de dialogue et de mélange entre les figures mythiques de la Sirène et de la Gorgone. L’analyse considère la littérature ancienne, l’époque byzantine (Physiologus, Roman d’Alexandre), et surtout le folklore de la Grèce moderne, où Γοργόνα devient la sœur d’Alexandre le Grand. Transformée en femme-poisson, elle cherche son frère, en posant aux matelots la question « Alexandre, est-ce qu’il vit ? » Les Sirènes d’Homère affirmaient tout savoir et promettaient le chant de la vérité ; au contraire, la Γοργόνα pose une sorte d’énigme : seule la réponse « Alexandre vit » (fausse par rapport à la réalité) se traduira pour l’équipage en salut et doux chant ; mais si l’on dit le vrai (« Alexandre est mort »), la Γοργόνα fera se lever la houle qui engloutira tout le monde. En comparant les deux figures (Sirène mythique / Γοργόνα) et l’écart diachronique, l’accent se porte sur l’expression du logos, qui dans les deux cas comporte un danger : l’ambiguë promesse de tout savoir (Sirènes) et le court-circuit entre mots et vérité (Γοργόνα).

57The aim of this paper is to clarify and demonstrate similarities, dialogues and mixtures between the mythical figures of the Sirens and the Gorgon, from Homer to Byzantine literature (Physiologus, The Alexander’s Romance). Furthermore, as we know from modern Greek folklore tales, Γοργόνα is the sister of Alexander the Great, transformed into a half-fish woman. Seeking for her brother, she asks the passing sailors: “Is Alexander alive?” Whilst the ancient Sirens declared to know everything and promised a true song, Γοργόνα’s inquiry is a riddle: the answer which supports that Alexander is alive (false considering reality and history) would preserve the sailors from death, providing, apart from salvation, also sweet songs. On the other hand, in case of telling the mere truth (that Alexander is dead), the ship would be wrecked down by a terrible storm. Comparing the mythic Siren to the modern Γοργόνα in a diachronic line, the focus is here pointed to the logos and its dangers: the promise of the cognition (Sirens) and the short circuit between words and truth (Γοργόνα).

58 Luigi Spina , « Le savoir qui tue, ou de l’éternel, dangereux pouvoir des Sirènes »

59Au-delà des réécritures littéraires (récits, romans, poésies etc.) du mythe des Sirènes dans tous ses détails, dans toutes les époques et dans le monde entier, il faut rappeler que les Sirènes ont été (et sont encore) protagonistes de plusieurs allégories et métaphores de phénomènes modernes (sociologiques, philosophiques, politiques, médiatiques). Il faut se demander qui ou que sont devenues, aujourd’hui, les Sirènes ; qui, alors, Ulysse et ses compagnons ; et quoi, finalement, les cordes et la cire. L’analyse du mythe moderne (ou modernisé) pourra aider, d’ailleurs, à mieux comprendre le mythe ancien.

60Beside the literary rewritings of the myth of the Sirens (tales, novels, poems, etc.), with all its details, during all the centuries and all over the world, one must remember that the Sirens have been, and still are, the protagonists of many and many allegories and metaphors of modern sociological, philosophical, political and media events. We have to wonder who or what the Sirens have become nowadays; who, Ulixes and his companions; what, at last, the ropes and the wax. The analysis of the modern (or modernized) myth can help us better understand the ancient myth.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540