Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sirènes ou le savoir périlleux

 | 
Hélène Vial

Sirènes modernes et postmodernes

Le savoir qui tue, ou de l’éternel, dangereux pouvoir des Sirènes

Luigi Spina

Résumé

Au-delà des réécritures littéraires (récits, romans, poésies etc.) du mythe des Sirènes dans tous ses détails, dans toutes les époques et dans le monde entier, il faut rappeler que les Sirènes ont été (et sont encore) protagonistes de plusieurs allégories et métaphores de phénomènes modernes (sociologiques, philosophiques, politiques, médiatiques). Il faut se demander qui ou que sont devenues, aujourd’hui, les Sirènes ; qui, alors, Ulysse et ses compagnons ; et quoi, finalement, les cordes et la cire. L’analyse du mythe moderne (ou modernisé) pourra aider, d’ailleurs, à mieux comprendre le mythe ancien.

Beside the literary rewritings of the myth of the Sirens (tales, novels, poems, etc.), with all its details, during all the centuries and all over the world, one must remember that the Sirens have been, and still are, the protagonists of many and many allegories and metaphors of modern sociological, philosophical, political and media events. We have to wonder who or what the Sirens have become nowadays; who, Ulixes and his companions; what, at last, the ropes and the wax. The analysis of the modern (or modernized) myth can help us better understand the ancient myth.

Texte intégral

  • 1 « De cette génération pourraient faire partie deux femmes âgées, deux anges gardiens de la mémoire (...)

*
Di questa generazione potrebbero far parte due anziane donne, due angeli custodi della memoria del personaggio che vorrei narrare, due donne che gli vollero bene in diversi tempi della sua vita, due muse, Gerti e Ljuba, che venivano direttamente dalla poesia di Montale, da Il Carnevale di Gerti e da A Ljuba che parte. Due sirene incanutite : a così tanti anni di distanza dalle poesie che avevano ispirato potevi ancora incontrarle nella vita, e sarebbe stato ancora possibile subire la loro seduzione, diversa nei modi, poiché una seduceva attraverso l’uso diretto della bellezza di un tempo, e l’altra seduceva indirettamente attraverso il racconto e la riflessione. Sedurre, in tutti e due i casi, significava comunque investire della propria memoria l’ascoltatore, fare entrare anch’esso nella storia del personaggio che fin qui ho cercato di descrivere, affinché ascoltando si convincesse che tutto ciò che era accaduto era veramente stato, che un personaggio così era davvero esistito, uno cui sarebbe riuscito di restare costante pur nel continuo movimento, uno capace nel corso della propria traversata della vita di compiere naufragio e perciò stesso, in quello stesso atto, di arrivare in porto.
(D. Del Giudice, In questa luce1)

  • 2 « Parce que, pendant longtemps, les Romains ont été faussement alarmés par l’instrument auquel ont (...)

*
Tempore decepit longo quod sera Quirites
buccina cui nomen monstra dedere maris,
nocturnus subito secuit cum sibilus auras
ima est qui temnat quaerere perfugia.
Poiché per lungo tempo ha dato falsi allarmi ai Romani il sinistro strumento cui diedero nome le creature prodigiose del mare,
ogni qualvolta improvvisamente di notte il suo sibilo fende l’aria, vi è chi trascura di avviarsi ai rifugi sotterranei.
(R. Davolta, Romane sirenis Elegia.
L’Elegia della sirena romana2)

La peste de l’homme, c’est l’opinion de savoir
(Michel de Montaigne, Essais, II, 12)

  • 3 Pernot L., « Che cosa resta dei nostri discorsi ? », G. Petrone et A. Casamento (dir.), Studia… in (...)

1Je me suis souvent demandé, pendant ma recherche sur les Sirènes : que reste-t-il de nos Sirènes ? Cela rappelle, comme on l’aura compris, le titre d’une chanson de Charles Trenet, Que reste-t-il de nos amours ? (1942). Laurent Pernot, mon cher ami et collègue de l’Université de Strasbourg, académicien, avait utilisé une parodie différente pour un titre d’exposé : « Que reste-t-il de nos discours ?3 » Laurent Pernot se référait aux réflexions des rhétoriciens d’origine grecque pendant l’Empire Romain.

  • 4 Paris, la vitrine d’un magasin (photographie personnelle). Cette image est également visible en co (...)

2Eh bien, il faut se demander : que reste-t-il de nos Sirènes ? car on trouve fréquemment, dans les journaux et les magazines aussi, des citations de Sirènes, des réflexions sur les Sirènes, la découverte de nouvelles Sirènes4 :

3Les sirénologues sont contraints à une rapide mise à jour de leurs données, de leurs interprétations, comme il arrive souvent, c’est vrai, pour d’autres mythes, mais la question demeure : quelles Sirènes ont survécu aux récits des siècles, et que nous disent-elles aujourd’hui ?

4Pour commencer avec un exemple, voici les réponses du saxophoniste de jazz Chris Potter, auteur du CD The Sirens (ECM, 2013), aux questions posées par Nate Chinen, dans l’interview du 5 février 2013 pour le New York Times :

  • 5 « Chinen – Il y a beaucoup d’opportunités, avec l’Odyssée, d’écrire des œuvres qui s’inspirent de (...)

Chinen – There’s a lot of opportunity with the Odyssey to write material inspired by monstrosity, whether it’s Scylla and Charybdis or the Cyclops. But you chose to focus on either the more sublime or lovelier aspects of the tale. Can you explain that?
Potter – A lot of what’s interesting to me is how Odysseus actually interacts with people. He’s in these situations where he has to represent himself. That to me is a big reason why it feels so contemporary. […]
Chinen – And yet the call of the Sirens in the text is described as a «high, thrilling song». You chose to play that song, the album’s title track, on bass clarinet.
Potter – I was originally trying to play that song on alto flute, actually. It would have been a little lighter. But when we tried it in the studio, bass clarinet was what seemed to work. It’s this singsongy, slightly Gregorian, ancient-sounding melody. The way that I was thinking about it was as an abstract idea about something that seems nice and light and attractive and draws you in – and takes you away from your path. And how dangerous that really is.
Chinen – Has there been something like that in your experience?
Potter – I’ve been lucky to avoid it. But I have that in my personality, I think. For me, with the kind of good fortune that I’ve had to have worked with so many people, there’s been a danger of forgetting what it was that I actually wanted to do as a leader. It would be easy to never deal with that, and just keep working5.

  • 6 Chavot P., Sirènes. Au cœur du peuple des eaux, Douarnenez, Chasse-Marée, 2008, p. 2.
  • 7 Traduction personnelle.

5Encore une fois, nous venons de le constater en lisant, le point de vue d’un artiste qui écrit ou qui fait de la musique sur les Sirènes est celui d’Ulysse. D’ailleurs, Pierre Chavot a écrit : « Ces créatures sont d’abord inséparables des aventures d’Ulysse, l’un des grands héros de la mythologie grecque6. » Effectivement, parmi tous les mythèmes et les récits anciens, parmi toutes les rencontres des Sirènes avec des dieux et des déesses, des hommes et des monstres : Aphrodite, Proserpine, Cérès, Héra, les Muses, Orphée, les Centaures, jusqu’à Télémaque, rencontres dans lesquelles les Sirènes ont tué ou ont été, pour ainsi dire, suicidées, parmi toutes ces aventures, le monde moderne a conservé seulement la substance de l’apologue d’Ulysse. Le héros utilise lui-même une forme brève de cet apologue lorsqu’il le communique à Pénélope (Odyssée, XXIII, 326), en disant qu’il a « entendu le son de la voix persistante et sans fin des Sirènes7 ». Il a entendu, certes, mais sans mourir.

6Ulysse demeure le seul (avec Orphée, l’Orphée des Argonautiques anonymes, bien entendu, 1264-1290) qui a pu parler (aux Phéaciens, mais aussi à nous) d’un danger, pourtant évité. Il avait prêté sa voix (la voix d’Homère, pour mieux dire) à Circé, pour définir le danger (Odyssée, XII, 39-46) : « Tu arriveras d’abord chez les Sirènes, dont la voix / charme tout homme qui vient vers elles. / Si quelqu’un approche sans être averti et entend la voix / des Sirènes, jamais sa femme et ses petits enfants / ne se réunissent près de lui et ne fêtent son retour ; / les Sirènes le captivent par leur chant harmonieux ». Le deux vers suivants décrivent la prairie des Sirènes, qui montre le résultat de leur action homicide. Le danger mortel de la capture est maintenant clair dans ses conséquences, mais on en ignore les modalités.

  • 8 P. Quignard, Boutès, Paris, Galilée, 2008, p. 11.
  • 9 Ibid., p. 15.
  • 10 Ibid., p. 17.

7Je voudrais seulement évoquer, pour le regretter, le manque du témoignage de Boutès, un des Argonautes, venu d’Attique, dont nous parle Apollonios de Rhodes (Argonautiques, IV, 912-919). Nous aurions pu voir en direct, pour ainsi dire, la modalité complète de la capture mortelle de Boutès par les Sirènes, sauf qu’Aphrodite/Cypris est intervenue pour protéger le jeune héros, qui voulait rejoindre le rivage et les séductrices : « déjà les oiseaux allaient lui ôter le retour », écrit Pascal Quignard8, qui a consacré à Boutès « un instant, le temps d’un livre, le temps d’un petit livre, le temps d’un petit dernier livre voué à la musique9 ». Dommage : Boutès tué nous aurait appris le lien entre la fascination du chant et la modalité de la mort, Boutès sauvé ne nous révèle rien de son désir irrésistible de suivre « le chant animal », « le chant acritique », « le chant soprano », c’est-à-dire le chant du « monde féminin qui ne connaît pas la mue [le changement de timbre vocal au moment de la puberté] comme le monde des hommes la connaît », pour citer encore Quignard10.

  • 11 Le Mythe des Sirènes, Paris, Belin, 2010, p. 84.
  • 12 x (Circé) + y (Ulysse) + a (les compagnons) + b (Sirènes) = mythe des Sirènes.

8Il faut, alors, retourner au chant des Sirènes, pour ajouter une qualification générale au mythe. Une autre qualification, pour mieux dire. Car la formule que j’avais proposée dans mon livre : « un mythe de l’échec11 » a déjà circulé dans la préparation de ce volume. J’ajouterai, alors : un mythe inachevé, un mythe dont il faut remplir les vides, presque un mythe à fonction périodique, avec un mouvement éternel. De là vient qu’il est reproductible à l’infini, mais avec les mêmes questions ouvertes, inachevées. Il y a des mythes accomplis, que chaque époque a pu appliquer, pour ainsi dire, et renouveler, par exemple le mythe d’Œdipe, et il y a le mythe inachevé, comme le mythe des Sirènes. Il s’agit d’un mythe à quatre inconnues et je vais expliquer tout de suite cette expression, pour en analyser, en conclusion, les conséquence sur les Sirènes modernes et postmodernes. Quatre inconnues, par ordre d’apparition12 : Circé, Ulysse, ses compagnons, les Sirènes. Inconnues, car chaque personnage présente des côtés ambigus, presque irrésolus. Je vais fixer les données correspondantes, mais à rebours, selon la tradition rhétorique de l’hysteron proteron ou de la praeoccursio.

9Les Sirènes – je ne m’occupe pas de Sirènes individuelles, pour ainsi dire, de Sirènes avec un nom et une histoire particulière. Le collectif « Sirènes » – la Sirène en Sirène – est caractérisée par le chant, un chant à deux niveaux : un savoir déclaré, une conséquence cachée. Le chant est présenté comme un cadeau, tandis qu’il est un moyen pour tuer. Si l’on reste dans le doute, depuis l’Antiquité, entre forme et contenu du chant, entre fascination du son et séduction des mots, on peut dire que le monde moderne a choisi décidément, pour construire ses métaphores, les mots, le contenu. Donc, le savoir des Sirènes, savoir général et particulier, savoir en direct, pourrait-on dire, peut-être individualisé, n’est pas neutre, quel qu’il soit, il est utilisé à mauvaise fin.

10Les compagnons d’Ulysse sont otages et en même temps collaborateurs décisifs, des désirs de leur chef. Ils sont les bras. Privés de la possibilité d’écouter, il regardent seulement Ulysse et leurs rames, il sauront, sur les Sirènes, seulement ce qu’Ulysse leur dira.

  • 13 Bettini M. et Franco C., Il mito di Circe. Immagini e racconti dalla Grecia a oggi, Torino, Einaud (...)

11Quant à Circé13, nous avons déjà cité ses mots, rapportés par Ulysse à ses compagnons. Personnage deux fois intradiégétique, donc, elle est sûrement généreuse en aidant Ulysse et en lui expliquant les moyens pour réussir à entendre sans risques le chant des Sirènes, mais il faut rappeler qu’elle avait le même but que les Sirènes à propos du héros : arrêter son voyage vers Ithaque et empêcher son retour dans sa famille.

  • 14 F. Kafka, Das Schweigen des Sirenen (1917) ; B. Brecht, Berichtungen alter Mythen (1933). Voir Bet (...)
  • 15 Blanchot M., Le Livre à venir, Paris, Gallimard, 1959.

12Ulysse, dernière inconnue : nous ne pouvons que répéter une donnée bien établie, à savoir qu’il est le héros qui raconte, sans témoins, et qu’il est, dans l’action, le seul qui écoute – de là découlent, cela va sans dire, les interprétations et les suggestions de Franz Kafka, de Bertolt Brecht14 et, j’ajouterais, de Maurice Blanchot15, dont a parlé, dans ce volume, Pietro Pucci. Finalement, entre les deux modèles d’opposition au chant des Sirènes que nous connaissons (celui d’Orphée et celui d’Ulysse), celui d’Ulysse est le seul qui accepte la condition préalable de la fascination, l’écoute du cadeau du chant (mais il s’agit d’une définition simplificatrice, bien sûr, comme me l’a suggéré Sylvie Perceau lors du colloque), en s’interdisant, grâce aux cordes et à la cire, la conclusion mortelle. Orphée, au contraire, dans les Argonautiques, propose un modèle agonistique – chant contre chant – qui réduit au silence le chant des Sirènes, en empêchant tout le monde (sauf Boutès) de l’écouter.

  • 16 Horkheimer M. et Adorno Th. W., Dialektik der Aufklärung. Philosophische Fragment, Amsterdam, Queri (...)
  • 17 Revelli M., I Demoni del potere, Roma-Bari, Laterza, 2012, chap. 2 (« Il canto delle Sirene, ovvero (...)

13Or, la dynamique principale parmi les quatre inconnues est celle qui existe entre Ulysse et les Sirènes. La pensée moderne, après la condamnation des Sirènes par l’exégèse chrétienne, a construit l’interprétation, la réponse et les solutions au problème de la fascination du savoir des Sirènes en adoptant le point de vue d’Ulysse : il suffit de citer Max Horkheimer et Theodor Adorno et l’obligation préventive de Jon Elster16. Ulysse est l’acteur, le protagoniste ; les Sirènes, leur savoir, leur chant sont seulement le prétexte. Et pourtant, récemment, un professeur italien de science politique, Marco Revelli, a concentré son attention sur les Sirènes (ainsi que sur Méduse et les Gorgones) plutôt que sur Ulysse, pour analyser les démons du pouvoir, le retour de l’archaïque dans les passages difficiles de l’histoire moderne17. Il est parti de la crise mondiale et européenne en particulier, de la Grèce d’aujourd’hui, pour relire les dynamiques du pouvoir à travers la métaphore des Sirènes. C’est un jeu intellectuel, comme il le définit lui-même – presque comme le paignion de Gorgias, ajouterais-je –, mais un jeu qui peut révéler une problématicité active.

  • 18 Le rapport entre le savoir et les Sirènes dans l’iconographie médiévale a été analysé par P. Caste (...)

14Le pouvoir des Sirènes est donc un pouvoir de séduction, leur savoir est un chant dont (je traduis Revelli) le Je est le seul public de soi-même, sans distinction entre dedans et dehors. De cette dimension de prison sans murs, il est impossible de s’évader. De ce point de vue, la violence des démons n’est pas nécessaire : c’est la conscience de soi, d’un soi bloqué dans la contemplation de soi-même, qui marque la fin de la vie. Ici, peut-être, nous retrouvons l’idée d’Ovide, qu’Hélène Vial a magistralement illustrée, c’est-à-dire que les Sirènes, à ce niveau, constituent un danger pour elles-mêmes plutôt que pour les autres. Le savoir promis18 se transforme en mise en abyme d’une vie entière qui empêche toute sortie. Et si Ulysse, avec le stratagème suggéré par Circé, a volé aux Sirènes, en les écoutant sans danger, le pouvoir du chant-récit et l’a donné à l’histoire, en forme de Droit aussi, le siècle dernier et ces dernières années ont vu de nouveaux démons du pouvoir (économique, financier) remplacer les Sirènes, tandis que les stratagèmes d’Ulysse sont devenus inefficaces.

  • 19 Tableau pour le lancement du navire Roma en 1907 (photographie personnelle). Cette image est égale (...)

15Mais je crois que le mécanisme de séduction est demeuré identique. Je voudrais poursuivre et conclure à partir de ces considérations de Marco Revelli. On a besoin, dans les voyages en mer, comme dans les passages de la vie, d’un moment de repos, d’une pause de réflexion19 :

  • 20 Generali Real Estate Investment, 36 rue Ravenstein à Bruxelles (photographie personnelle). Cette i (...)

16C’est le moment des Sirènes, des Sirènes qui sont chez nous, chez nous individus, chez nous collectif, nous communauté. Leur savoir nous suggère de rassembler et de nous réapproprier toutes les dimensions de notre identité, de les contempler en nous les récitant à nous-mêmes, de fixer une fois pour toutes les raisons de notre vie. Le repos, la pause de réflexion deviennent ainsi éternels, on risque de ne plus repartir. On lit, dans les journaux, qu’il ne faut pas écouter les sirènes de la droite, les sirènes de la gauche, les sirènes du marché, etc. et, plus récemment, que les sirènes n’arrêteront pas la révolution. Les sirènes, donc, se sont multipliées20 :

  • 21 Cf. l’adresse suivante : [http://www.blitzquotidiano.it/video/linden-wolbert-sirena-tempo-pieno-co (...)

17Elles continuent à chanter et à promettre des narrations, des récits qui ne sont pas nécessairement à repousser complètement21. Il faut les écouter et les juger sans rester prisonnier. Il faut, donc, casser l’identification dedans-dehors, il faut diviser le soi entre écoute et action, sans faire consister l’action dans l’écoute. Il faut, bien entendu, avoir une direction, un projet de retour ou de voyage. Et un projet de vie aussi.

18Et pourtant, le protagoniste narrateur de Sans nom, une nouvelle d’Amélie Nothomb, décide à contre-courant :

  • 22 A. Nothomb, Sans nom, Ligugé, Elle, 2001, p. 38.

Je souris en pensant aux sirènes de l’Odyssée : les marins qui avaient entendu leur chant devenaient leurs prisonniers. Ils étaient tenus pour morts, mais cela signifiait seulement qu’ils avaient décidé de consacrer le reste de leur vie à écouter ces voix si belles qui les élevaient à l’extase. Comme ils avaient raison ! Il n’y avait pas meilleur choix d’existence sur cette terre.
Et cet Ulysse qui s’enorgueillissait de leur avoir résisté ! D’abord, il n’avait aucun mérite, puisqu’il avait ordonné à ses hommes de le ligoter au grand mât du bateau afin de ne pas avoir les moyens physiques de rejoindre les sirènes. Mais surtout, quel idiot ! Il avait eu la chance inouïe (le cas de le dire) de découvrir le chant le plus sublime du monde et plutôt que d’y vouer sa vie, il avait préféré retourner à Ithaque. Certes, il avait quelques excuses : sur son île l’attendaient un fils, une femme et le meilleur des vieux chiens. Moi, dans mon pays tempéré, personne ne m’attendait – à part l’oncle Machin et la tante Bidule qui avaient des questions si agréables à me poser. Bref, si je quittais cette maison, j’étais le dernier des imbéciles. L’analogie avec les sirènes n’était pas mauvaise : seule la musique eût pu donner une vague idée de ce qu’avait été ma nuit de jouissance. « Sans la musique, la vie serait une erreur », dit Nietzsche. Je ne me tromperais pas22.

  • 23 [https://www.youtube.com/watch?v=Pvl4h8vdGFA]
  • 24 Omero, Iliade, traduzione a cura di D. Ventre, prefazione di L. Spina, Messina, Mesogea, 2010 ; pl (...)

19Le chant, la musique. Sans oublier Le Chant du styrène de Raymond Queneau – un commentaire-parodie écrit pour un court métrage d’Alain Resnais (Films de la Pléiade, 195723) –, nous pouvons conclure avec la musique, en retournant circulairement à Chris Potter et à ses Sirènes, que je vous suggère d’écouter, dans les prochains jours, en fond sonore du chant des Sirènes dans la traduction métrique inédite de Daniele Ventre, un jeune professeur déjà traducteur italien de l’Iliade24, que je remercie de me l’avoir donnée.

Vieni qui, Odísseo da molti lodato, alta gloria d’Achei
ferma la nave quaggiù, per udire la nostra voce.
Oltre non passa nessuno di qui con la nera sua nave
senza che voce soave di miele ci colga sul labbro
ma dopo averne goduto, con più conoscenza ritorna.
Già, poiché tutte sappiamo le pene che in Troia spaziosa
per volontà degli dèi soffrirono Argivi e Troiani
tutto sappiamo che avviene su terra feconda di vite !

  • 25 Lu sur Internet [http://pinterest.com/pin/509258670334140162] : « A Sea full of Mermaids. From 25 (...)

20Le mystère et le danger continuent25.

Notes

1 « De cette génération pourraient faire partie deux femmes âgées, deux anges gardiens de la mémoire du personnage que je voudrais raconter, deux femmes qui l’ont aimé à des époques différentes de sa vie, deux muses, Gerti et Ljuba, qui venaient directement de la poésie de Montale, du Carnevale di Gerti et de A Ljuba che parte. Deux sirènes aux cheveux blancs : à tant d’années de distance des poésies qu’elles avaient inspirées, on pouvait encore les rencontrer dans la vie, et il aurait encore été possible de subir leur séduction, différente dans ses modalités puisque l’une séduisait à travers l’usage direct de sa beauté d’autrefois et que l’autre séduisait indirectement, à travers le récit et la réflexion. Séduire, dans les deux cas, signifiait de toute manière investir l’auditeur de sa mémoire, le faire entrer lui aussi dans l’histoire du personnage que, jusqu’ici, j’ai cherché à décrire, afin qu’en écoutant il se persuade que tout ce qui était arrivé avait véritablement eu lieu, qu’un tel personnage avait vraiment existé, un personnage qui aurait réussi à rester constant tout en étant continuellement en mouvement, un personnage capable, dans le cours de sa traversée de la vie, de faire naufrage et, pour cette raison même, dans cet acte même, d’arriver au port. » (Torino, Einaudi, 2013, p. 23-24 ; traduction H. Vial.)

2 « Parce que, pendant longtemps, les Romains ont été faussement alarmés par l’instrument auquel ont donné leur nom les créatures merveilleuses de la mer, chaque fois que, la nuit, son sifflement fend l’air, il y a des gens pour négliger de se rendre aux abris souterrains. » (Roma, Signorelli, 1943, p. 8-9 ; traduction H. Vial.)

3 Pernot L., « Che cosa resta dei nostri discorsi ? », G. Petrone et A. Casamento (dir.), Studia… in umbra educata. Percorsi della retorica latina in età imperiale, Palermo, Flaccovio, 2010, p. 17-29.

4 Paris, la vitrine d’un magasin (photographie personnelle). Cette image est également visible en couleur à l’adresse suivante : [http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3399]

5 « Chinen – Il y a beaucoup d’opportunités, avec l’Odyssée, d’écrire des œuvres qui s’inspirent de la monstruosité, que ce soit celle de Charybde et Scylla ou celle des Cyclopes. Mais vous avez choisi de vous concentrer sur les aspects les plus sublimes ou les plus charmants de la légende. Pouvez-vous expliquer cela ? Potter – Une grande part de ce qui m’intéresse est la manière dont Ulysse entre en interaction avec autrui. Il se trouve dans ces situations où il doit se représenter lui-même. À mes yeux, cela explique largement pourquoi il semble si contemporain. […] Chinen – Et pourtant l’appel des Sirènes est décrit, dans le texte, comme “un chant aigu, saisissant”. Vous avez choisi de jouer ce chant, qui est le morceau éponyme de l’album, à la clarinette-basse. Potter – À l’origine, en fait, j’essayais de jouer ce chant à la flûte alto. Cela aurait été un peu plus léger. Mais quand nous avons fait un essai en studio, la clarinette-basse est apparue comme l’instrument qui convenait, à cause de cette mélodie chantante, un peu grégorienne, de ce son à l’ancienne qui la caractérisent. La manière dont je voyais les choses était comme une idée abstraite à propos de quelque chose qui semble beau, léger, séduisant et qui vous attire – et vous entraîne loin de votre route. Avec le danger réel que cela représente. Chinen – Avez-vous fait personnellement une telle expérience ? Potter – J’ai eu la chance de l’éviter. Mais je porte cela dans ma personnalité, je crois. Avec cette chance que j’ai eue de travailler avec tant de gens, j’ai couru le risque d’oublier ce que je voulais vraiment faire en tant que leader. Il serait facile de ne jamais se confronter à cela et de se contenter de continuer à travailler. » (Traduction H. Vial.)

6 Chavot P., Sirènes. Au cœur du peuple des eaux, Douarnenez, Chasse-Marée, 2008, p. 2.

7 Traduction personnelle.

8 P. Quignard, Boutès, Paris, Galilée, 2008, p. 11.

9 Ibid., p. 15.

10 Ibid., p. 17.

11 Le Mythe des Sirènes, Paris, Belin, 2010, p. 84.

12 x (Circé) + y (Ulysse) + a (les compagnons) + b (Sirènes) = mythe des Sirènes.

13 Bettini M. et Franco C., Il mito di Circe. Immagini e racconti dalla Grecia a oggi, Torino, Einaudi, 2010.

14 F. Kafka, Das Schweigen des Sirenen (1917) ; B. Brecht, Berichtungen alter Mythen (1933). Voir Bettini M. et Spina L., Le Mythe des Sirènes, op. cit., p. 167-168, 172-174.

15 Blanchot M., Le Livre à venir, Paris, Gallimard, 1959.

16 Horkheimer M. et Adorno Th. W., Dialektik der Aufklärung. Philosophische Fragment, Amsterdam, Querido Verlag, 1947 ; Elster J., Ulysses and the Sirens. Studies in Rationality and Irrationality, Cambridge – New York – Melbourne, Cambridge University Press, 1979 ; Id., Ulysses Unbound. Studies in Rationality, Precommitment and Constraints, Cambridge, Cambridge University Press, 2000. Voir Bettini M. et Spina L., Le Mythe des Sirènes, op. cit., p. 166-167 ; p. 231, n. 2.

17 Revelli M., I Demoni del potere, Roma-Bari, Laterza, 2012, chap. 2 (« Il canto delle Sirene, ovvero il potere e l’ascolto »), p. 25-62.

18 Le rapport entre le savoir et les Sirènes dans l’iconographie médiévale a été analysé par P. Castelli, « Il Doppio significato. L’Ostensione della vulva nel Medioevo », S. Bertelli et M. Centanni (dir.), Il Gesto nel rito e nel cerimoniale dal mondo antico ad oggi, Florence, Ponte alle Grazie, 1995, p. 199-223 (en particulier p. 214-216).

19 Tableau pour le lancement du navire Roma en 1907 (photographie personnelle). Cette image est également visible en couleur à l’adresse suivante : [http://www.pur-editions.fr/detail.php?i-dOuv=3399].

20 Generali Real Estate Investment, 36 rue Ravenstein à Bruxelles (photographie personnelle). Cette image est également visible en couleur à l’adresse suivante : [http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3399].

21 Cf. l’adresse suivante : [http://www.blitzquotidiano.it/video/linden-wolbert-sirena-tempo-pieno-coda-15mila-dollari-video-1521064/], où l’on peut regarder l’activité de Linden Wolbert, la femme-Sirène à temps plein.

22 A. Nothomb, Sans nom, Ligugé, Elle, 2001, p. 38.

23 [https://www.youtube.com/watch?v=Pvl4h8vdGFA]

24 Omero, Iliade, traduzione a cura di D. Ventre, prefazione di L. Spina, Messina, Mesogea, 2010 ; plus récemment : Euripide, Il Ciclope, traduzione di D. Ventre, Messina, Mesogea, 2013.

25 Lu sur Internet [http://pinterest.com/pin/509258670334140162] : « A Sea full of Mermaids. From 25 May until 15 September 2013. This summer, Teylers Museum in Haarlem is organising the first exhibition ever to be held in the Netherlands on the subject of mermaids. The event will bring these mysterious beings to life for young and old in surprising modalities, from paintings to posters, from pictures to stuffed animals, from “genuine” mermaid skeletons to fairy-tale movies and games. The Green Sea-Maid, The Sirens, Mami Wata, The Little Mermaid: these are just a few of the names used for this temptress, half woman, half fish, who turns up in folklore in all over the world, and is associated with numerous tall stories and a belief in magical creatures » (« “Une Mer pleine de Sirènes”, du 25 mai au 15 septembre 2013. Cet été, le Teylers Museum de Haarlem organise la première exposition jamais consacrée aux sirènes aux Pays-Bas. L’événement donnera vie, pour les jeunes et les moins jeunes, à ces êtres mystérieux, selon des modalités surprenantes, des peintures aux posters, des images aux animaux empaillés, de “véritables” squelettes de sirènes à des films et jeux de contes de fées. La Verte Jeune fille de la Mer, les Sirènes, Mami Wata, la Petite Sirène : ce ne sont que quelques-uns des noms utilisés pour désigner cette tentatrice, mi-femme mi-poisson, que l’on retrouve dans le folklore du monde entier et qui est associée à de nombreuses histoires et à la croyance dans les créatures magiques. » Traduction H. Vial.) La dernière photographie est celle des Sirènes de Coney Island, en juin 2013, lors de la parade annuelle de la ville [http://www.repubblica.it/esteri/2013/06/22/foto/new_york_sirene_in_parata_a_coney_island-61668528/1/#19]. Cette image est également visible en couleur à l’adresse suivante : [http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3399].

Auteur

Professeur de philologie classique à l’université de Naples « Federico II » (jusqu’à octobre 2009), titulaire d’une Chaire Gutenberg à l’université de Strasbourg (2009-2010), est associate editor de la revue Rhetorica (University of California Press) et membre de l’International Society for the History of Rhetoric (ISHR), secrétaire de l’Association Anthropologie et Monde ancien (université de Sienne) et responsable de la section Cinema de la revue en ligne Dionysus ex Machina ( www.dionysusexmachina.it). Parmi ses publications : Le Mythe des Sirènes, avec M. Bettini, Paris, Belin, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540