Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Première partie. Les premiers temps

La création des prieurés nantais de l’abbaye Saint-Serge d’Angers

Noël-Yves Tonnerre

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sur les possessions des abbayes ligériennes en Bretagne, André Chédeville et Noël-Yves Tonnerre, L (...)
  • 2 Parmi les abbayes angevines, c’est l’abbaye Saint-Florent près de Saumur qui posséda le patrimoine (...)

1Les abbayes ligériennes ont joué, on le sait, un rôle décisif dans le renouveau de l’Église bretonne des xie et xiie siècles. Leur rôle ne se limita pas à la restauration d’anciens monastères : la multiplication des prieurés permit de surmonter les défaillances du clergé paroissial et d’établir un nouveau réseau d’agglomérations grâce aux créations de bourgs. C’est incontestablement l’abbaye de Marmoutier qui révéla le plus grand dynamisme. Plus de 80 églises et prieurés étaient au xie siècle sous la dépendance de la grande abbaye tourangelle1. Le prestige de saint Martin, la richesse de l’abbaye expliquent ce succès. Les abbayes angevines jouèrent certes un rôle plus modeste mais il fut loin d’être négligeable. Saint-Florent de Saumur, Saint-Aubin, Saint-Serge et Saint-Nicolas d’Angers possédèrent également des prieurés et des églises avec, comme pour Marmoutier, une plus grande intensité en Haute Bretagne du fait de la proximité de la vallée de la Loire2.

  • 3 Premier et Second livres des Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers (xie et xi (...)
  • 4 Ibid., t. I, p. I. L’ambassade se solda par un échec : Rotrude n’épousa pas Constantin VI.
  • 5 Alain le Grand a sans doute reçu l’abbaye Saint-Serge à Tours en 878 lors de sa rencontre avec Lou (...)
  • 6 Olivier Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage, Paris, 1972, p. 179-180. L’abbé Albert de Marm (...)

2Nous nous attacherons à montrer l’importance des possessions de l’abbaye Saint-Serge dans le comté nantais et plus précisément dans le pays de Retz. Moins connue que le monastère Saint-Aubin, l’abbaye Saint-Serge n’en est pas moins un établissement ancien puisque sa fondation remonte à l’époque mérovingienne : un diplôme de Childebert III, rédigé vers 705, lui confirme un privilège d’immunité accordé par Thierry III et Clovis II, ce qui nous place au milieu du viie siècle3. Disposant d’un patrimoine appréciable dans le nord-ouest mais aussi dans le sud-est de l’Anjou autour de Saumur, l’établissement connaît un certain renom à l’époque carolingienne. Witbold, chapelain de Charlemagne, après être parti à Constantinople pour négocier le mariage de Rotrude, fille aînée du roi franc, avec Constantin VI, reçoit l’abbatiat du monastère4. Sans doute l’établissement est-il durement touché par les incursions scandinaves mais il ne semble pas avoir été abandonné. Si Saint-Serge tombe sous la coupe du prince breton Alain le Grand, c’est une courte parenthèse. À partir de 897-900 l’abbé est l’évêque d’Angers5. Il y a ici un parallélisme entre, d’un côté, Saint-Aubin dirigé par le pouvoir comtal et, de l’autre, Saint-Serge et le pouvoir épiscopal. Mais comme celui-ci est très dépendant du pouvoir comtal, on voit que le comte d’Anjou dispose d’une autorité considérable sur l’Église angevine, et il en a usé et abusé. Cependant, comme l’a bien montré Olivier Guillot, la tutelle épiscopale se révéla bénéfique6. Saint-Serge d’Angers connaît une remarquable expansion aux xie et xiie siècles, dont témoigne la vigueur de sa vie intellectuelle.

  • 7 Saint-Serge possédait dans le diocèse de Rennes les prieurés de Bréal-sous-Vitré et de Brielles, t (...)
  • 8 L’abbaye du Ronceray est, par contre, dans une situation assez comparable à celle de Saint-Serge.

3L’abbaye Saint-Serge est sur le plan du patrimoine fondamentalement une abbaye angevine : 28 des 38 prieurés de l’abbaye se trouvent à l’intérieur de l’Anjou. Font exception les trois prieurés nantais, les deux prieurés rennais et les deux prieurés manceaux (à proximité immédiate de l’Anjou), ainsi que les trois prieurés de Cornouailles britannique7. Le contraste est grand avec les abbayes de Saint-Florent et de Fontevraud, largement possessionnées à l’extérieur8. Les possessions de Saint-Serge dans le diocèse de Nantes étaient concentrées dans le pays de Retz : il s’agit de Rouans, Chéméré et Pornic. On remarque tout de suite que ces prieurés se trouvent sur des voies de circulation essentielles au sud de la Loire. Ils sont bien sûr, à Rouans et à Pornic, étroitement liés à la circulation du sel qui a suscité dès la fin du xe siècle un renouveau économique, la fondation de Pornic, relativement tardive, étant liée aux progrès de la circulation maritime à la fin du xie siècle. Chéméré, par contre, est sur une voie terrestre importante traversant le pays de Retz.

Le prieuré de Rouans

  • 9 Le terme Acheneau est d’origine récente. Les textes médiévaux parlent seulement du Tenu.
  • 10 Voir sur ce point Léon Maître, Les villes disparues des Pictons, Nantes, 1894 ; Olivier Bruand, Vo (...)
  • 11 Jean-François Caraës, « Au fil de l’Acheneau et du Tenu, mottes féodales et manoirs fortifiés », B (...)

4Le prieuré de Rouans est étroitement lié à l’acheminement du sel de la baie de Bourgneuf. Les embarcations de l’époque carolingienne comme d’ailleurs celles du xie siècle, étaient incapables d’affronter la houle du littoral et les eaux agitées de l’estuaire de la Loire. C’est pourquoi elles rejoignaient la Loire en utilisant le Tenu et l’Acheneau9, modestes cours d’eau intérieurs qui ne pouvaient accueillir que des barques de faible tirant d’eau. Les souverains carolingiens ont laissé toute une série de diplômes qui sont autant de témoignages de l’intensité du trafic à leur époque10. Évolution très significative, à partir de l’an mil des mottes vont marquer l’appropriation des droits de circulation fluviale par les seigneurs du pays de Retz11. L’abbaye Saint-Serge, comme la plupart des abbayes ligériennes, a donc très tôt cherché à posséder des terres au bord de cet axe stratégique.

  • 12 La présence de sarcophages mérovingiens prouve un habitat du très haut Moyen Âge.
  • 13 La villa de Rouans a sans doute une origine wisigothique puisque la graphie médiévale Rothoenge év (...)
  • 14 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge…, op. cit., t. I, n° 28, p.43 : « Donat iste Lavihennus Sancto (...)
  • 15 A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints…, op. cit., p. 369.
  • 16 Sur la question de l’évolution des pouvoirs dans le Nantais, J.-P. Brunterc’h, « Puissance tempore (...)

5L’emplacement choisi n’a pas été Vue, un vieil oppidum gaulois devenu une agglomération romaine, mais Rouans dont l’origine remontre vraisemblablement au haut Moyen Âge12. Le site se trouve dans une zone humide au bord de l’Acheneau, à 4 km de l’embouchure de la rivière avec la Loire13. Pour fixer la chronologie de la fondation nous disposons d’un acte fait vers 1036 par le seigneur de Messan, Glain. Avec l’approbation du comte de Nantes Mathias, il donne à Saint-Serge deux parts de l’autel de l’église Saint-Martin, la moitié de la dîme et la moitié des droits de sépulture, et la tierce partie du marché14. Nous disposons avec ce document d’un terminus ad quem incontestable. Les moines de Saint-Serge étaient certainement installés à Rouans dans les années 1030. Étaient-ils là depuis plus longtemps ? Ce n’est pas impossible. On sait en effet que l’abbaye a appartenu au dernier roi de Bretagne, Alain le Grand, dans le dernier quart du ixe siècle15. Le prince breton a pu faire une donation à l’abbaye qu’il dirigeait. Cependant, compte tenu de la crise provoquée par l’installation des Normands dans l’estuaire de la Loire dans le premier tiers du xe siècle, il est plus vraisemblable de penser que l’installation des moines date des années qui suivent l’an mil. La création correspond alors à une stratégie de développement du pays de Retz sous l’autorité du comte de Nantes. Le comte Mathias exerce en effet son autorité, mais on assiste à la montée du seigneur de l’oppidum Sanctae Crucis, le site ancien de Machecoul. Le qualificatif de villa qui est donné à Rouans tend à montrer qu’il ne s’agit pas d’une paroisse primitive mais d’un domaine, sans doute un domaine du fisc carolingien passé aux comtes de Nantes avant d’être concédé à un vassal. On sent bien la mise en place d’une solide hiérarchie aristocratique dès l’an mil, l’acte n° 29 mentionnant un ancêtre de Glain, Aloald, sans doute son père16. La création du bourg et d’un marché doit dater également du début du xie siècle, ce qui est particulièrement précoce pour le Nantais mais il y a un autre exemple tout près de Rouans, à Frossay.

  • 17 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge…, op. cit., n° 86, p. 84 : Yves, Hidinus et Fromond, moines de (...)

6Les cartulaires de Saint-Serge donnent ensuite fort peu de précisions sur le prieuré de Rouans. On sait seulement que la villa fut équipée d’un moulin dans les années 108017. Les moines avaient donc eu le souci d’assurer le développement économique de leur prieuré.

Les prieurés de l’abbaye Saint-Serge en pays de Retz aux xie et xiie siècles.

Le prieuré de Chéméré

  • 18 Il n’est pas possible de suivre L. Maître qui faisait venir Chéméré de camera.
  • 19 Sur Arthon, L. Maître, Les villes disparues…, op. cit., p. 379-380.
  • 20 Un simple regard sur la carte au 1/25 000 montre que la forêt médiévale était deux fois plus étend (...)
  • 21 Il s’agit d’un diplôme royal fait à Lorris en 1123. Cette charte est en fait une pancarte, elle es (...)
  • 22 La châtellenie de Châteaubriant a été établie dans les mêmes conditions, mais avec l’accord de l’é (...)
  • 23 Harscoët, châtelain de Sainte-Croix de Machecoul, fils de Gestin, fut le premier dominus. Dans les (...)

7À une dizaine de kilomètres au sud de Rouans, le site de Chéméré est en dehors du bassin du Tenu. Nous nous trouvons là sur un plateau traversé par une voie romaine qui prend en diagonale le pays de Retz. Le sous-sol est calcaire, ce qui est exceptionnel dans le Massif armoricain. Ce placage sédimentaire a reçu le nom de « chaumes » (on retrouve des chaumes à Machecoul) et il est vraisemblable que le nom de Chéméré vienne de son sous-sol calcaire18. La présence d’un cimetière mérovingien prouve une occupation du site mais il est probable que le développement de Chéméré soit lié au déclin de l’agglomération voisine d’Arthon, agglomération importante à l’époque antique du fait d’une liaison avec la mer par la vallée du Perche19. La grande particularité de Chéméré est d’être recouverte par une importante forêt, la forêt de Princé. C’est la principale forêt du pays de Retz : elle occupe aujourd’hui une surface importante mais le tracé actuel du massif forestier et la toponymie montrent que l’ensemble boisé était beaucoup plus étendu à l’ouest en direction de l’actuelle agglomération de Chéméré20. Il est possible que cette forêt ait appartenu dans un premier temps au fisc royal mais ensuite elle est en possession de l’évêque de Nantes. La preuve en est fournie par la célèbre charte de Louis VI de 1123 qui confirme les biens de l’Église de Nantes21. Cette charte avait été demandée par l’évêque Brice soucieux de retrouver un grand nombre de biens perdus par son Église. La liste est impressionnante puisque 91 possessions sont mentionnées. Chéméré fait partie de ces disparitions et on voit très bien le lien entre la dilapidation de la fortune ecclésiastique et l’établissement des premières châtellenies22. Au pays de Retz, au milieu du xie siècle, le lignage des seigneurs de Machecoul s’est emparé de Chéméré et en particulier de l’importante forêt, manifestation d’un pouvoir d’origine régalienne. Au cours de la génération suivante, un lignage cadet est en possession de la seigneurie de Chéméré23.

  • 24 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge…, op. cit., t. I, n° 28, p. 43 : « Duas partes altaris et duas (...)
  • 25 Voici l’analyse de la notice établie par Yves Chauvin, qui correspond à une traduction du texte : (...)
  • 26 Rappelons que l’évêque de Nantes Budic a été déposé au concile de Reims par le pape Léon IX pour a (...)

8La première mention du prieuré se trouve dans l’acte que nous venons d’étudier à propos de Rouans : Glain donne dans la villa de Chéméré deux parts de l’autel, deux parts de la dîme, deux parts des droits de sépulture et le manse sur lequel l’église est située24. Le comte Mathias confirme la donation de Glain en donnant 12 d. de coutume qu’il possède. Cette donation est mentionnée dans une notice, l’acte suivant du premier cartulaire, qui explique les circonstances de la cession : l’église de Chéméré était tenue du temps du comte Budic par un fidèle de Glain, seigneur de Messan, nommé Moyse, qui détenait aussi la vicaria avec toutes les coutumes sauf celle qui concerne le cerf et le porc dans la forêt. Moyse a décidé de finir ses jours à l’abbaye Saint-Serge : en conséquence Glain donne tout ce qu’il détenait avec le consentement du comte Mathias25. Le texte comporte quelques obscurités mais il se révèle très intéressant. D’une part, il montre que des hommes d’armes laïcs avaient reçu des biens d’Église dès le début du xie siècle, et surtout il confirme l’existence d’une hiérarchie aristocratique très nette partant du comte, avec en particulier Judicaël, cousin d’Harscoët, et Glain. La donation n’est pas aussi généreuse qu’elle le paraît au premier abord puisque l’on apprend que l’abbaye a dû verser 100 s., elle témoigne cependant d’un début de restitution des biens d’église avant les premières mesures de réforme ecclésiastique entreprises par Airard26.

  • 27 Sur la dislocation du pagus et l’émergence des seigneuries châtelaines, N.-Y. Tonnerre, Naissance (...)
  • 28 Sur les origines de Machecoul, N.-Y. Tonnerre, « Quelques remarques sur les origines de Machecoul  (...)
  • 29 Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, éd. Aurélien de Courson, charte n° CCCCXII : « Harscu (...)
  • 30 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge…, op. cit., t. I, n° 44.
  • 31 Ibid., n° 194, p. 187-189 : « Et qui pater meus ascutius monachis sanctrum martirum Sergii et Bacc (...)
  • 32 Cet événement est sans doute contemporain de la construction du château de Machecoul mentionné à c (...)
  • 33 Jean-Claude Meuret, Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne : des origines au (...)
  • 34 Il est intéressant de constater que l’acte mentionne non seulement le comte et l’évêque de Nantes, (...)
  • 35 La réforme a été engagée par Airard après la déposition de Budic au concile de Reims de 1049 (H. G (...)

9Quelques années plus tard, la mort du comte Mathias en 1050-1051 entraîne l’effondrement de l’autorité comtale dans le pays de Retz27. Désormais c’est le seigneur de Machecoul qui affirme son pouvoir à partir du château de Sainte-Croix. Harscoët est très lié à l’abbaye de Redon. Il est en effet probable que ses ancêtres viennent de la basse vallée de la Vilaine28. Il est dans ces conditions assez naturel qu’il lui donne deux églises de Machecoul et qu’il soutienne la fondation de l’abbaye de La Chaume. A-t-il donné un tiers de l’église de Chéméré ? Ce n’est pas sûr. L’acte du Cartulaire de Redon concerné ne mentionne pas d’église et le mot Camariacus peut désigner le site de La Chaume à Machecoul puisque le toponyme désigne dans les deux paroisses le sous-sol calcaire29. Ce qui est sûr par contre, c’est que vers 1050 Harscoët cède à l’abbaye Saint-Serge le bian (la corvée) de tous les hommes des moines, donation qui ne le ruine pas puisqu’elle est immédiatement suivie de la remise de 100 s. au seigneur de Machecoul30. En fait, on sent derrière les textes une hostilité du seigneur de Machecoul à l’encontre des moines de Saint-Serge. Au-delà de possibles réticences vis-à-vis d’une abbaye angevine liée au pouvoir comtal, il y a certainement une hostilité à l’égard de moines entreprenants qui pourraient mettre en cause la mainmise du puissant châtelain sur la forêt de Princé. Dans les années 1050, le prieuré a pris un réel développement et les moines ont accueilli des hôtes, édifié un bourg qui a été logé dans le cimetière des moines, ce qui montre bien que, de même qu’il y avait deux églises – Saint-Jean-Baptiste pour les moines et Saint-Martin pour la paroisse –, il y avait aussi deux cimetières. L’acte n° 194 du premier cartulaire, daté de 1083, nous offre un témoignage tout à fait significatif des relations parfois tumultueuses du baron de Machecoul avec les moines du prieuré. Dans cet acte Gestin, fils d’Harscoët, donne aux moines une partie du bois appelé Lucus Caloniosus et la dîme des revenus de sa forêt de Chéméré en raison des importants dommages provoqués par son père Harscoët qui avait transformé en forêt une partie de la paroisse de Chéméré et avait chassé les tenanciers paysans établis sur les lieux31. Cette manifestation du pouvoir banal est très intéressante : ce n’est pas le seul cas en Bretagne, la forêt de La Guerche a certainement été agrandie aux dépens des communautés paysannes comme l’a bien montré Jean-Claude Meuret32. Mais on peut se demander si tous les torts sont du côté d’Harscoët : n’y aurait-il pas eu une entreprise de défrichement à partir du bourg des moines ? Ou encore les moines n’auraient-ils pas profité abusivement de cette forêt ? En tout cas, nous avons ici un dominus qui manifeste clairement ses droits sur une foresta qu’il s’est appropriée récemment33. Après la mort de son père, Gestin fait marche arrière à un moment qui n’est pas anodin. Dans les années1070-1080, la réforme de l’Église est bien entamée dans le diocèse de Nantes et les domini sont tenus de respecter les patrimoines monastiques34 sous l’action des deux frères d’Hoël qui gouvernent successivement le diocèse, Quiriac (mort en 1079) et Benoît (mort en 1111)35.

  • 36 Voir ce qu’en dit Dominique Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme, Paris, 1993, p. 456.
  • 37 Ainsi, dans l’acte n° 45, vers 1060, Ulric, fils de la moniale Ameline, abandonne sa contestation (...)

10Les concessions faites par le baron de Machecoul assurent au prieuré la sécurité matérielle. Les textes mentionnent à plusieurs reprises une mansura36. Le terme a suscité des interprétations différentes. On peut penser qu’il s’agit d’un vaste manse, comparable à celui lié aux églises carolingiennes. Il y a incontestablement fossilisation d’un terme ancien et on peut imaginer un espace de quelques dizaines d’hectares, dont à peine une dizaine sans doute devaient être mis en culture chaque année. Plusieurs tenanciers pouvaient en vivre. Les moines ont reçu également une « borderie », terre incontestablement moins vaste, un terme qui connaît un grand succès à partir du xie siècle pour désigner les exploitations paysannes. Cependant, les terres de culture devaient être peu étendues. La richesse du prieuré reposait surtout sur les droits forestiers qui permettaient de faire vivre un important cheptel. S’y ajoutaient les dîmes de la paroisse et des droits de marché. Ces revenus réguliers rencontrèrent les convoitises de l’aristocratie et l’abbaye Saint-Serge dut affronter plusieurs contestations qui lui coûtèrent des sommes importantes37 mais grâce à l’appui de l’évêque de Nantes le prieuré conserva une vie autonome jusqu’en 1346, date à laquelle le pape Clément VI annexa le prieuré à la mense abbatiale.

Le prieuré Saint-André de Pornic

  • 38 Le premier site du bourg paroissial fut vraisemblablement La Croix-Saint-Étienne.
  • 39 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge…, t. I, p. 190 : « Concessi illis dimidiam decidam cunctorum r (...)
  • 40 Ibid., t. I, n° 133, p. 113. L’approbation est faite en respectant le droit de l’église de Nantes (...)
  • 41 Ibid., t. I, n° 329, p. 274. L’acte date de 1114.
  • 42 L’acte n° 422 du premier cartulaire mentionne la donation par Garsire de Retz de prés à Saint-Mich (...)

11Pornic est une agglomération récente. L’agglomération antique est située à Sainte-Marie, longtemps paroisse, puis commune indépendante avant d’être annexée récemment à Pornic. Là ont été trouvés les nombreux vestiges d’une agglomération antique qui avait vraisemblablement disparu dès le ive siècle. La première église fut construite à l’intérieur des terres, elle donna naissance à une des plus vastes paroisses du pays de Retz : Le Clion38. La création d’un château puis d’une petite agglomération au bord de la ria de Pornic n’est pas antérieure au milieu du xie siècle. Et elle est bien sûr liée au développement de la circulation maritime. Pornic présentait le double avantage d’un carrefour terrestre et maritime puisque se croisaient près de son site le chemin longeant le littoral sud du pays de Retz et le chemin traversant en diagonale tout le pays de Retz depuis Nantes. C’est à Harscoët de Machecoul qu’il faut attribuer le premier château, sans doute vers 1050. Les moines de Saint-Serge reçurent peu de temps après la moitié des dîmes liées au commerce maritime. Dans l’acte n° 194-195 du premier cartulaire de Saint-Serge étudié plus haut, Gestin ne se contente pas de dédommager les moines des destructions faites par son père à Chéméré, il concède aussi la moitié de la dîme de tous les revenus du rivage du château de Pornic, c’est-à-dire la moitié de la dîme de toutes les marchandises de mer, appartenant au droit de ce château39. Précision intéressante, cette dîme avait été donnée aux moines de Saint-Serge par Judicaël, cousin d’Harscoët de Sainte-Croix, mais elle avait été reprise ensuite par son fils Simon. L’installation des moines à Pornic doit être antérieure de plusieurs années, on peut la placer vers les années 1070. C’est également au cours de ces années 1070 que fut édifié un oratoire dédié à saint André. Une lettre de Raoul, archevêque de Tours, accorde à l’abbé de Saint-Serge le droit de célébrer la messe à l’oratoire Saint-André40… Le succès de cette chapelle fut rapide, ce qui amena l’évêque de Nantes Brice à limiter les prérogatives des moines. Pour ne pas concurrencer les prêtres de l’église du château, ils durent renoncer à baptiser les enfants, visiter les malades, ils s’engagèrent également à ne pas commencer leur messe dominicale avant que la messe des prêtres du château ne fût terminée… L’abbé de Saint-Serge s’engagea enfin à verser chaque année un besant d’or « que l’on appelle marabotin » à l’Église de Nantes41. La chapelle qui était devenue prieuré avait profité de l’essor commercial du bourg de Pornic. Quelques donations de terre favorisèrent aussi son développement42.

12Les trois prieurés du pays de Retz représentent un investissement assez réduit par rapport aux nombreux prieurés des abbayes ligériennes. Ils témoignent cependant d’intéressantes préoccupations économiques. Bien gérés, ils devaient subsister jusqu’à la Révolution.

Notes

1 Sur les possessions des abbayes ligériennes en Bretagne, André Chédeville et Noël-Yves Tonnerre, La Bretagne féodale, xie-xiiie siècle, Rennes, 1987, p. 226-228 (A. Chédeville).

2 Parmi les abbayes angevines, c’est l’abbaye Saint-Florent près de Saumur qui posséda le patrimoine le plus important en Bretagne, une cinquantaine de prieurés et d’églises paroissiales sur six diocèses. L’abbaye Saint-Aubin d’Angers comme l’abbaye Saint-Serge n’étaient possessionnées que dans les diocèses de Nantes et de Rennes. L’abbaye Saint-Nicolas, une fondation du xie siècle, était bien présente dans le Nantais mais absente dans le comté de Rennes ; elle possédait, par contre, des biens dans les diocèses de Saint-Malo et de Tréguier.

3 Premier et Second livres des Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers (xie et xiie siècles), éd. Yves Chauvin, Angers, 1997, acte n° 12, p. 12.

4 Ibid., t. I, p. I. L’ambassade se solda par un échec : Rotrude n’épousa pas Constantin VI.

5 Alain le Grand a sans doute reçu l’abbaye Saint-Serge à Tours en 878 lors de sa rencontre avec Louis le Bègue. La donation de l’abbaye à Rainon doit être située entre 897 et 900. Sur ce point A. Chédeville et Hubert Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, Rennes, 1984, p. 369-370.

6 Olivier Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage, Paris, 1972, p. 179-180. L’abbé Albert de Marmoutier, à la demande de l’évêque d’Angers Hubert, joua un rôle important dans le redressement de l’abbaye.

7 Saint-Serge possédait dans le diocèse de Rennes les prieurés de Bréal-sous-Vitré et de Brielles, très proches de l’Anjou. Les trois prieurés de Grande-Bretagne, tous trois situés en Cornouailles (Totnes, Tywardreath et Minster), ont été constitués par un seigneur breton établi dans le Sud-Ouest de l’Angleterre. Cette donation a été faite en 1087.

8 L’abbaye du Ronceray est, par contre, dans une situation assez comparable à celle de Saint-Serge.

9 Le terme Acheneau est d’origine récente. Les textes médiévaux parlent seulement du Tenu.

10 Voir sur ce point Léon Maître, Les villes disparues des Pictons, Nantes, 1894 ; Olivier Bruand, Voyageurs et marchandises aux temps carolingiens, Bruxelles, 2002, p. 47-51. Des diplômes ont été accordés à toutes les grandes abbayes de la Loire et à Noirmoutier en 826.

11 Jean-François Caraës, « Au fil de l’Acheneau et du Tenu, mottes féodales et manoirs fortifiés », Bulletin de la Société d’études et de recherches du pays de Retz, n° 4, 1984, p. 20-27.

12 La présence de sarcophages mérovingiens prouve un habitat du très haut Moyen Âge.

13 La villa de Rouans a sans doute une origine wisigothique puisque la graphie médiévale Rothoenge évoque un toponyme en -ens caractéristique des Wisigoths, comme d’ailleurs Messan. On sait que les Wisigoths ont contrôlé la basse Loire. Sur ce point Jean-Pierre Brunterc’h, L’extension du ressort politique et religieux du Nantais au sud de la Loire : essai sur les origines de la dislocation du pagus d’Herbauge (ixe siècle-987), thèse de 3e cycle, dact., Paris I, 1981.

14 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge…, op. cit., t. I, n° 28, p.43 : « Donat iste Lavihennus Sancto Sergio et monachis […] duas partes altaris hujus ecclesie suprascriptae et dimidiam decimam et dimidiam sepulturam et tertiam partem burgi et tertiam partem mercati. »

15 A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints…, op. cit., p. 369.

16 Sur la question de l’évolution des pouvoirs dans le Nantais, J.-P. Brunterc’h, « Puissance temporelle et pouvoir diocésain des évêques de Nantes entre 936 et 1059 », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, LXI, 1984, p. 29-82. On lira plus particulièrement la page 52 : Glain le Riche, seigneur de Messan, avait reçu l’église et la mansura dépendant de l’église, de Budic, comte de Nantes, et de Judicaël, cousin d’Harscoët de Sainte-Croix de Machecoul, vassal du comte de Nantes.

17 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge…, op. cit., n° 86, p. 84 : Yves, Hidinus et Fromond, moines de Saint-Serge, achètent la moitié du moulin de Rouans à Gui et à sa femme Ermenilde pour 15 s. de deniers avec l’autorisation de leurs fils Alido et Lemeno, et celle de Mainard Latro. L’identification des souscripteurs nous amène au troisième quart du xie siècle.

18 Il n’est pas possible de suivre L. Maître qui faisait venir Chéméré de camera.

19 Sur Arthon, L. Maître, Les villes disparues…, op. cit., p. 379-380.

20 Un simple regard sur la carte au 1/25 000 montre que la forêt médiévale était deux fois plus étendue. La forêt actuelle forme un vaste arc de cercle à l’intérieur duquel les toponymes sont tous récents.

21 Il s’agit d’un diplôme royal fait à Lorris en 1123. Cette charte est en fait une pancarte, elle est établie à partir de documents carolingiens. Louis VI déclare, en effet, que l’évêque lui a présenté des préceptes de Charles le Chauve, Louis IV et Lothaire. Sur ce document exceptionnel, L. Maître, « Étude critique sur la charte de Louis VII », Annales de Bretagne, II, 1887, p. 346-377 ; J.-P. Brunterc’h, « Puissance temporelle… », art. cit.

22 La châtellenie de Châteaubriant a été établie dans les mêmes conditions, mais avec l’accord de l’évêque, vassal du comte de Rennes.

23 Harscoët, châtelain de Sainte-Croix de Machecoul, fils de Gestin, fut le premier dominus. Dans les textes apparaît un Judicaël, sur ce point J.-P. Brunterc’h, « Puissance temporelle… », art. cit., p. 51.

24 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge…, op. cit., t. I, n° 28, p. 43 : « Duas partes altaris et duas partes decimae et duas partes sepulturae et mansuram in quaecclesia sita est. »

25 Voici l’analyse de la notice établie par Yves Chauvin, qui correspond à une traduction du texte : « Moyse avant d’être nommé moine de Saint-Serge a tenu au temps du comte Budic le lieu de Chéméré avec un manse de terre, ferme et quitte, avec la viguerie (vicaria), avec toutes les coutumes sauf celle qui concerne le cerf et le porc dans la forêt ; il l’a tenu par l’autorité du comte Budic, de Judicaël fils d’Atton, d’Aloald, d’Adelard Bocellus, de Robelin fils de Guillaume, de Francellus, fils de Cadilon et qui le tint de lui jusqu’au temps de Glain ; ainsi Glain, par l’autorité du comte Mathias, donne-t-il tout à Saint-Serge, pour le salut de son âme, celui de celle d’Aloald son ancêtre et qui est enterré ici, espère la résurrection pour le salut de l’âme de son père, de sa mère, ayant reçu des moines de Saint-Serge 100 sous. » Il est intéressant de remarquer qu’il existait déjà des liens entre l’abbaye Saint-Serge et l’aristocratie du nord du pays de Retz puisque Aloald est déjà enterré près de Saint-Serge.

26 Rappelons que l’évêque de Nantes Budic a été déposé au concile de Reims par le pape Léon IX pour avoir reçu de son père l’évêché. Sur ce point H. Guillotel, « La pratique du cens épiscopal dans l’évêché de Nantes. Un aspect de la réforme ecclésiastique en Bretagne dans la seconde moitié du xie siècle », Le Moyen Âge, 80, 1974, p. 5-49.

27 Sur la dislocation du pagus et l’émergence des seigneuries châtelaines, N.-Y. Tonnerre, Naissance de la Bretagne, Angers, 1994, p. 287-364.

28 Sur les origines de Machecoul, N.-Y. Tonnerre, « Quelques remarques sur les origines de Machecoul », Mondes de l’Ouest et villes du monde. Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, Rennes, 1998, p. 155-164. Un Hoiarscoet est mentionné comme machtiern d’Avessac. Le nom de Gestin apparaît également dans le Vannetais. Cependant si les ancêtres en ligne masculine sont indiscutablement bretons, les épouses viennent d’Herbauge.

29 Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, éd. Aurélien de Courson, charte n° CCCCXII : « Harscuit nobilissimus vir, filius videlicet Jestini, dedit Sancto Salvatori rothonensi et suis monachis aecclesias duas in honore sanctae Mariae et sancti Johannis constructas, sitas ante oppidum Sancte Crucis cum cimiterio sibi diviso, faventibus… » Ni Harscoët ni son père Gestin n’ont été mentionnés auparavant comme possesseurs de l’église de Chéméré. Ne faut-il pas considérer, vu le contexte, qu’il s’agit de l’espace qui a pris le nom de caume et qui vadonner naissance à l’abbaye ? À Machecoul comme à Chéméré on retrouve le même soubassement calcaire.

30 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge…, op. cit., t. I, n° 44.

31 Ibid., n° 194, p. 187-189 : « Et qui pater meus ascutius monachis sanctrum martirum Sergii et Bacchi dampnum quodam et injuriam intulerat videlicet parteme quamdam parrochie sue que Chameriacus dicitur in silvam vertendo et ob hoc habtacionem sive culturam hominum inde propellendo in restitucionem et correctionem paterne violencie… dedi illis prcionem quamdam boschi qui dicitur Lucus Calumniosus qui, neccessaria eis esse videbatur et decimam reddituum meorum de silva Chameriaci, id est de pasnagio et de herbagio atque de omnibus vasis apum que in tota silva illa reperta fuerint que vasa truncos vocant vel croisa. Dedi eciam eix pedagium et toneleium de omnibus que vendiderint vel emrint homines illorum stationarii un mansura sua de Chameriaco et in burgo cimiteri ejusdem Chameriaci in tota terra mea excepto oppido meo Machcollo de hii duntaxat que non longe mercatoria sed in suos proprios usus emerint aut vendiderint. »

32 Cet événement est sans doute contemporain de la construction du château de Machecoul mentionné à cette date, château placé au bord du Falleron modeste ruisseau permettant le transport du sel vers le Tenu. C’est bien sous le règne du comte Hoël que la seigneurie châtelaine de Machecoul s’est affirmée.

33 Jean-Claude Meuret, Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne : des origines au Moyen Âge, Laval, 1993, p. 289.

34 Il est intéressant de constater que l’acte mentionne non seulement le comte et l’évêque de Nantes, mais aussi le comte d’Angers Foulque le Réchin et l’évêque Geoffoy de Tours.

35 La réforme a été engagée par Airard après la déposition de Budic au concile de Reims de 1049 (H. Guillotel, « La pratique du cens épiscopal… », art. cit.).

36 Voir ce qu’en dit Dominique Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme, Paris, 1993, p. 456.

37 Ainsi, dans l’acte n° 45, vers 1060, Ulric, fils de la moniale Ameline, abandonne sa contestation sur un bois de Chéméré, moyennant quoi les moines renoncent aux 100 s. qu’Ulric leur doit. Cet acte est très significatif d’un climat assez paradoxal dans l’aristocratie locale. D’un côté des vocations monastiques qui amènent a Saint-Serge plusieurs milites du pays de Retz, de l’autre des contestations violentes d’héritiers qui s’estiment spolies par les largesses faites a l’abbaye. On trouvera un prolongement a cette réflexion dans une étude prochaine sur le prieuré de Chéméré.

38 Le premier site du bourg paroissial fut vraisemblablement La Croix-Saint-Étienne.

39 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge…, t. I, p. 190 : « Concessi illis dimidiam decidam cunctorum redditum lictoris oppidi mei Porsniti id est dimidiam decimam de omnibus navalibus mercimoniis ad jus ipsius oppidi pertinentibus, quam decimam abstulerat eixs Simon filius Judicalis consanguineus meus de quo illam habebant sed nuper moriens restituerat eam illis consilio meo cum consensu et assensu Oquisae matris sue et hatonis fratris sui. »

40 Ibid., t. I, n° 133, p. 113. L’approbation est faite en respectant le droit de l’église de Nantes de refuser cette autorisation.

41 Ibid., t. I, n° 329, p. 274. L’acte date de 1114.

42 L’acte n° 422 du premier cartulaire mentionne la donation par Garsire de Retz de prés à Saint-Michel-Chef-Chef ; dans l’acte n° 423 un pré est également donné par Barbotin de Retz. Les deux actes datent du début du xiie siècle.

Table des illustrations

Légende Les prieurés de l’abbaye Saint-Serge en pays de Retz aux xie et xiie siècles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5312/img-1.png
Fichier image/png, 420k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540